Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

immigration - Page 4

  • (Royaume-Uni) Pour obtenir un visa de travail, il faudra désormais parler la langue du pays, être qualifié et avoir une proposition d’emploi

    Pour obtenir un visa de travail, il faudra désormais parler la langue du pays, être qualifié et avoir une proposition d’emploi

    C’est au Royaume-Uni que cela va s’appliquer. Pendant ce temps, Emmanuel annonce du vent sur le “séparatisme” islamiste et refuse de faire le lien entre immigration et islamisation :

    Dans le Royaume-Uni post-Brexit, les conditions imposées aux candidats à l’immigration seront beaucoup plus stricte qu’elles ne l’étaient auparavant. Un nouveau système à points, dévoilé ce mercredi, sera utilisé au 1er janvier 2021, à l’issue de la période de transition qui a débuté après la sortie de l’Union européenne le 31 janvier dernier.

    Pour obtenir son visa, le candidat devra présenter des compétences spécifiques, parler anglais et avoir déjà une proposition d’emploi avec un salaire minimum annuel de 25.600 livres (30.820 euros). Le niveau de diplôme requis a été abaissé d’une licence à l’équivalent du baccalauréat, pour permettre « une plus grande flexibilité ».

    « Nous répondons aux priorités des citoyens en introduisant un nouveau système à points qui fera baisser le nombre d’immigrés », a expliqué la ministre de l’Intérieur, Priti Patel, saluant dans un communiqué un « moment historique » qui « met fin à la libre circulation ».

    Et contrairement à ce que l’article sous-entend, cette décision n’est pas due au Brexit mais à la volonté politique de Boris Johnson de faire diminuer l’immigration.

    https://www.lesalonbeige.fr/pour-obtenir-un-visa-de-travail-il-faudra-desormais-parler-la-langue-du-pays-etre-qualifie-et-avoir-une-proposition-demploi/

  • Communautarisme : Macron ne convainc personne – Journal du mercredi 19 février 2020

     

    Communautarisme : Macron ne convainc personne

    Au lendemain du déplacement présidentiel à Mulhouse dans le Haut-Rhin pour un discours prétendument censé lutter contre le séparatisme islamiste, les réactions sont sceptiques. Le projet n’a rien de nouveau et s’engouffre toujours dans une logique d’assimilation déjà à bout de souffle.

    Réforme des retraites, la discorde continue

    Alors que la CGT bat la retraite dans le cadre de la conférence de financement organisée par le gouvernement, le climat politique continue de se crisper et cela jusque dans l’hémicycle. L’hypothèse d’un retour des mobilisation semblent d’ailleurs toujours planer au-dessus des palais dorés de La République En Marche.

    Brexit : vers l’immigration choisie

    Moins d’un mois après la sortie officielle de la Grande-Bretagne de l’union européenne, le gouvernement britannique a dévoilé son nouveau système d’immigration. En durcissant les règles d’attribution de visas, Boris Johnson espère limiter le nombre de ressortissants étrangers arrivant dans le pays.

    L’actualité en bref

    https://www.tvlibertes.com/communautarisme-macron-ne-convainc-personne-journal-du-mercredi-19-fevrier-2020

  • 120 attaques par jour : la France à couteaux tirés

    weapons-steel-arms-stabbed-36202-800x475.jpg

    C’était, après-guerre, réservé aux règlements de comptes et au grand banditisme. Puis c’est devenu objet de menace et de mort dans les quartiers, zones de non-droit de la République. C’est, désormais, monnaie courante, au coin des rues, au bas des immeubles, à l’arrêt des bus. L’attaque au couteau fait désormais, quotidiennement, non plus la une mais les pages de faits divers de la presse régionale. Objet du quotidien, c’est une arme impossible à interdire, difficile à repérer, facile à emporter et capable, en une seule saute d’humeur, de tuer. Quand vous entendrez, sur la chaîne BFM de Marc-Olivier Fogiel, qu’un « déséquilibré »« sans histoire et inconnu des services de police », a agi comme « un loup solitaire » au moyen d’un « objet contondant », c’est de cela qu’il s’agira. Armé d’un couteau de cuisine, d’une lame de 10 cm, par des coups multiples à hauteur du thorax, on aura tué son prochain… Cela s’est passé près de chez vous.

    Ainsi, Le Figaro relate les désormais 120  recensées, chaque jour, en France.

    Lire la suite

  • Questions sans réponses

    6a00d8341c715453ef0240a50d9535200b-320wiIl paraît donc que ce 18 février à Mulhouse, chef de l'État, chef constitutionnel des armées, le président Macron a exprimé sa préoccupation devant ce qu'il appelle le séparatisme.

    On nous assure que ses services et lui-même auraient prudemment réfléchi depuis plusieurs mois devant l'élément de langage le moins explosif face à un politiquement correct, parfaitement rodé quant à lui.

    Il aurait désiré le mot qui coûterait le moins cher en termes électoraux et médiatiques.

    Et pour cela, il a choisi le terme, sémantiquement, le plus inapproprié : car séparatisme implique un projet de séparation.

    Mais, pour se séparer il faut être uni par quelque chose.

    Lire la suite

  • Jean-Yves Le Gallou : “Il y a le droit des peuples à défendre leur identité et à refuser leur invasion”

    Jean-Yves Le Gallou : “Il y a le droit des peuples à défendre leur identité et à refuser leur invasion”

    Voici un vrai débat de fond au sujet de l’immigration sur RT France. Jean-Yves Le Gallou y fait face à l’experte immigrationniste Catherine Whitol de Wenden, directrice de recherche au CNRS, et l’avocate de clandestins Danielle Babin.

  • L’Italie ouvre à nouveau grand ses portes à l’immigration-invasion

    L’Italie ouvre à nouveau grand ses portes à l’immigration-invasion

    Les Italiens vont très rapidement regretter Matteo Salvini, qui reviendra inévitablement au pouvoir :

    La nouvelle ministre de l’Intérieur, Luciana Lamorgese, a présenté lundi 17 février ses propositions de modification des “décrets sécurité” sur l’accueil des migrants (…)

    Concrètement, les bateaux des ONG ne pourront plus être bloqués à quaiLes amendes potentielles pour sauvetage de migrants vont être considérablement réduites. Les réfugiés vont bénéficier d’une meilleure protection sociale, avec des moyens accrus dans les préfectures. Les dossiers des personnes de santé fragile ou des parents de mineurs seront examinés prioritairement. Un simple permis de séjour permettra d’accéder aux services sociaux ou d’ouvrir un compte en banqueLa durée maximale du processus administratif pour obtenir la citoyenneté italienne sera réduite de quatre ans à deux ans.

    https://www.lesalonbeige.fr/litalie-ouvre-a-nouveau-grande-ses-portes-a-limmigration-invasion/

  • [VIDÉO] « Plus de 100 mosquées radicales ont été recensées et seulement 7 ont été fermées. Qu’ont-ils fait des 93 autres ?! » – Nicolas Bay (RN)

    « On est dans des zones de non-droit. […] Les lois de la République ne s’appliquent pas. […] Plus de 100 mosquées radicales ont été recensées et seulement 7 ont été fermées. Qu’ont-ils fait des 93 autres ?! »
    Nicolas Bay (député européen RN) sur CNews

  • A Mulhouse, Macron prononce son discours de la méthode rustine pour sauver le "vivre ensemble".

    5e4c1e4a8256bf1868c09891.jpg

    L'avis de Jean-François Touzé
     
    Par un paradoxe d'apparence, c'est Mulhouse, ville emblématique de l'islamisation de la France puisqu'elle abrite la mosquée-cathédrale An-Nour gérée par des proches des Frères musulmans, que Macron, a choisi pour inaugurer sa séquence "laïciste".
    En se contentant de déplorer les maux du "communautarisme" (terme équivoque car tous les communautarismes ne se valent évidemment pas) et du "séparatisme" (ce qui suppose une appartenance préalable), au lieu de désigner clairement les menaces que fait peser sur la France l'offensive multimodale et polymorphe menée par l'islamisme, Emmanuel Macron a tenté, dans une intervention aussi incantatoire que décalée, de dissimuler son impuissance à faire face. Il a surtout peiné à légitimer, par avance, les seules mesurettes que ce régime décomposé soit encore vaguement capable de prendre, énième "plan de lutte contre la radicalisation" dont l'annonce sera faite dans une dizaine de jours mais que  chacun connaît déjà : renforcement de la laïcité, contrôle des fonds cultuels venus de l'étranger et organisation du culte musulman. Ce n'est pas un plan de combat contre l'islamisme, tout au plus un garde-fou contre ses effets les plus criants. C'est surtout une méthode de rafistolage du "vivre ensemble".

    Lire la suite

  • “Séparatisme”, “communautarisme”… Et si on parlait simplement d’islamisme?

    Le changement sémantique voulu par Emmanuel Macron démontre que les dirigeants français errent complètement, alors que monte la menace islamiste sur notre sol. L’analyse de Céline Pina.

    Face aux attentats, violences et tensions qui traversent notre société, le Président de la république n’a pas été avare de plans. On nous a d’abord vendu en fanfare des plans contre la radicalisation, on les a même relancés. Sans succès. On nous a dit alors qu’on allait voir ce qu’on allait voir et que le gouvernement allait lancer un plan contre le communautarisme. On n’a rien vu. Aujourd’hui, tout le monde attend avec impatience le nouveau nouveau plan. Contre le séparatisme cette fois-ci. Le problème c’est que pour l’instant toutes ces annonces n’impulsent aucune dynamique et n’obtiennent pas de résultats. Au moins l’analyse du bilan n’est-elle pas épuisante : ces plans sont en général des coquilles vides qui ne servent qu’à mettre en scène une volonté politique, celle-ci tenant lieu d’action concrète et permettant de faire durer l’immobilisme comme de faire patienter le peuple jusqu’au prochain attentat, au prochain meurtre, au prochain scandale, à la prochaine adolescente chassée de son lycée par une meute fanatisée…

    Un errement sémantique qui en dit beaucoup

    Lire la suite

  • Communautarisme: pris à partie, Emmanuel Macron vante la reconquête républicaine

    En visite à Mulhouse pour ouvrir la séquence de lutte contre le « séparatisme », le président a surtout tenté de convaincre des bienfaits de la reconquête républicaine.

    « Monsieur le Président, vous venez parler de communautarisme dans notre ville, mais nous, les jeunes, n’avons même pas été consultés ! » En déplacement à Mulhouse, ce mardi 18 février, c’est finalement par un bain de foule qu’Emmanuel Macron a décidé d’ouvrir la tant attendue séquence de lutte contre le communautarisme, ou plus exactement, contre le « séparatisme », selon sa nouvelle expression.

    L’Express

    https://www.tvlibertes.com/actus/communautarisme-pris-a-partie-emmanuel-macron-vante-la-reconquete-republicaine