Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

02/10/2017

Politique & éco n°143 : Corruption politique, libre circulation des capitaux et guerre des monnaies

Face à M. Macron, quelle attitude politique utile ?

Les ouragans qui se sont déchaînés sur les Antilles annoncent-ils symboliquement de ravageuses tempêtes en France et particulièrement en métropole ? L'agitation sociale débutée le 12 septembre pourrait, si l'on croit qu'elle puisse trouver un débouché politique avec M. Mélenchon, n'être que l'avant-goût d'une confrontation entre « européistes » et « populistes », au fil d'un quinquennat dont il n'est, pour l'heure, pas certain qu'il échoue... ni qu'il réussisse. La démonstration de force de la « France insoumise » du samedi 23 septembre, sans être aussi imposante que ne l'espéraient ses promoteurs, a néanmoins montré la capacité d'une gauche dite radicale à occuper la rue, et annonce la possibilité d'une cristallisation des mécontentements autour de cette gauche-là qui, d'une certaine manière, prend, sinon la place, du moins la suite du Front National, désormais quasiment mutique depuis la prestation ratée de Marine Le Pen lors du débat présidentiel.

La symbolique des drapeaux brandis lors de la manifestation de M. Mélenchon, tricolores ou syndicalistes, répondait à celle des rassemblements de campagne de M. Macron, dominés par le mélange des drapeaux étoilés de l'Union Européenne avec les pavillons nationaux. Dans l'un ou l'autre des cas manquaient néanmoins les multiples drapeaux colorés des provinces françaises, dans une sorte de rappel a contrario, pour la gauche radicale de son jacobinisme initial et pour le « macronisme » (dont la définition reste à faire) de négligence à l'égard de cette question, pourtant primordiale si l'on veut répondre au malaise de nos concitoyens sur l'identité de la France et leur rapport intime à celle-ci, aujourd'hui bousculé par une mondialisation devenue agressive après avoir été séductrice. Mais ce que les observateurs signalent et soulignent, c'est la confrontation entre ces « deux meilleurs ennemis » qui se nourrissent l'un de l'autre, avec un avantage certain pour M. Macron qui reste le maître des horloges législatrices, et leurs discours antagonistes sur les questions sociales et européennes.

M. Macron revendique une europhilie qui ne l'empêche pas, néanmoins, de chercher à proposer (à défaut de pouvoir, pour l'heure, imposer...) une voie « française » (ou portée par la France) pour la construction européenne et son renforcement dans le cadre du monde contemporain. Agitant le drapeau bleu étoilé tout au long de sa campagne, il a, d'une certaine manière, piégé les européistes fédéralistes qui ne pouvaient plus vraiment le contester, ravis qu'ils étaient de voir « leurs » couleurs aussi hautes dans les rassemblements du candidat désormais président. M. Juncker, lui, a bien compris la manœuvre, mais est bien ennuyé pour trouver une parade à celui qui, visiblement, veut privilégier le Conseil européen au détriment de la Commission et qui emploie le langage européen et non le langage souverainiste traditionnel que les institutions européennes diabolisent pour rendre tout débat impossible : cela peut expliquer la mise en garde de la Commission au lendemain de l'élection présidentielle et la proposition, nouvelle pour M. Juncker, de l'élection directe d'un président de l'Union, moyen de contourner les États et d'imposer l'idée (sans réalité) d'un « peuple européen » qui ne serait rien d'autre qu'un électorat disparate et momentané, sans grande consistance civique. 

Ces quelques réflexions sur la situation politique actuelle et les interrogations sur la question européenne m'incitent à la prudence sur l'avenir du pouvoir macronien et sur la construction européenne qui, fortement ébranlée depuis le Brexit, semble à un tournant, sans que je sache exactement quelle direction elle va prendre ces années prochaines. Ce qui est certain, c'est qu'il faut tout faire pour renforcer la parole de la France dans le monde, y compris « par » le biais européen, et qu'il faut espérer que l’État retrouve une visibilité et une crédibilité que les deux derniers quinquennats ont fortement abîmées : le vieux royaliste que je suis ne fera pas la politique du pire, et préférera le succès, sur le plan international, de M. Macron plutôt que la poursuite d'un déclin dont la France serait la victime. Cela ne signifie pas, évidemment, un quelconque ralliement au pouvoir actuel, mais la pratique intelligente d'une opposition royaliste qui ne souhaite pas affaiblir le pays mais, au contraire, le remettre sur ses pieds pour ne pas être prisonnier d'une mondialisation et d'une gouvernance qui laisseraient toute liberté et tout pouvoir à l’Économique au détriment des nations historiques, des traditions françaises et de l'âme même de cette France qui est notre « déesse-mère », celle qui nous ouvre les portes de l'universel sans laisser les courants d'air dévaster ce que nous aimons.

Mais si je suis royaliste, c'est parce que je sais, à l'étude de l'histoire, que rien de solide, rien de ferme et de durable ne peut se faire sans l'inscription de l’État et particulièrement de sa magistrature suprême dans la longue durée, celle qui enracine et permet les floraisons belles et multiples. C'est aussi parce que je cherche à penser les grandes questions politiques, géopolitiques, économiques, sociales, régionales, environnementales, non en fonction des seuls intérêts électoraux des uns ou des autres, mais selon le Bien commun, celui qui fonde et qui « permet », celui qui élève et qui promeut, et qui, d'une certaine manière, est « l'éternité renouvelée » de notre France et de sa vie, de son être comme de son âme... Comme le clamaient les monarchistes d'antan à la fin de leurs réunions enflammées et comme peuvent le réaffirmer les générations royalistes contemporaines : « Pour que vive la France, vive le Roi ! ». Simplement, empiriquement, politiquement.

http://nouvelle-chouannerie.com/

Les islamistes n'occupent plus que dix pour cent du territoire syrien

Analyse d'Antoine de Lacoste pour les lecteurs du Salon Beige :

Avant l'intervention russe déclenchée le 30 septembre 2015, les différents mouvements islamistes occupaient la majeure partie du territoire syrien. Les loyalistes ne tenaient plus que l'ouest du pays et les plus grandes villes mais partiellement pour certaines :  Damas, Homs, Alep et Lattaquié. Les Kurdes avaient, de leur côté, préservé une partie des zones longeant la frontière turque au nord.

Daesh tenait l'est, la vallée de l'Euphrate et une partie du nord ; Al-Nosra la province d'Idleb au nord-ouest en concurrence avec des milices turkmènes organisées par Ankara, les FDS (soutenus par les occidentaux) le sud. Une myriade d'autres groupuscules islamistes gravitaient dans ces zones; leurs effectifs étaient variables et poreux d'un mouvement à l'autre. Les règlements de compte étaient quotidiens en fonction de la solde et des perspectives de butin. Une vieille tradition sunnite...

Tous ces mouvements étaient par ailleurs en conflits incessants dans de nombreuses zones urbaines, notamment dans la banlieue de Damas, l'est d'Alep et d'Homs. Des affrontements sanglants les y opposaient régulièrement.

Depuis l'intervention russe et la délivrance d'Alep en décembre 2016, le combat a changé d'âme et la reconquête est lente, complexe, mais régulière.

Aujourd'hui c'est encore Daesh qui occupe les zones les plus importantes à l'est : une partie de Deir ez-Zor, où les combats font rage contre l'armée syrienne, Al Mayadin, un peu plus bas et les territoires frontaliers de l'Irak. L'Etat islamique s'est d'ailleurs renforcé dans cette zone, grâce à des combattants venus d'Irak après leur défaite de Mossoul. À Raqqa, son ex-capitale, le siège mené par les Kurdes (camouflés par les Américains en FDS) progresse lentement. Mais de nombreux combattants de Daesh ont évacué la zone pour rejoindre Deir ez-Zor, et ils ne sont plus que quelques centaines à se battre. L'issue ne fait donc aucun doute.

Le Front al-Nosra (rebaptisé Fatah al-Cham) fait, quant à lui, régner sa tyrannie dans la province d'Idleb, après avoir vaincu les factions rivales. La concentration islamiste est très importante dans cette zone et la reprise de la province, pas encore programmée, risque d'être très difficile.

Les FDS enfin, détiennent plusieurs zones au sud de Damas, le long des frontières jordanienne et israélienne.  L'armée syrienne et le Hezbollah libanais ne parviennent pour l'instant pas à les déloger car l'aviation israélienne intervient régulièrement pour les en empêcher. Les Russes temporisent, protestent, mais, fort sagement, ne veulent pas entrer en conflit direct avec l'Etat hébreu. Ce serait un prétexte trop tentant pour une intervention américaine.

Il est maintenant certain que Daesh perdra ses derniers territoires. Mais les Syriens n'en auront pas fini pour autant avec eux. En effet, la tactique de Mossoul, très critiquée, notamment par Al Nosra, ne sera pas reproduite à l'infini : perdre des milliers d'hommes dans une bataille perdue d'avance, relève de la stupidité pure et simple.

De nombreux combattants se fondent maintenant dans les villes, attendant le moment propice pour organiser des attentats. Plusieurs dizaines de chiites ont ainsi péri dans des opérations kamikazes à Bagdad, il ya quelques jours.

D'autres rejoignent le vaste désert syrien, se camouflant dans les villages, s'enterrant, près à mener des coups de main audacieux et sanglants. Soixante-dix soldats syriens ont ainsi été tués le 28 septembre, surpris par une attaque éclair, sur la route menant de Palmyre à Deir ez-Zor.

Il faut noter que cette opération a été menée le jour même de la diffusion d'un message du chef de Daesh, Abou Bakr al-Baghdadi. Il est donc toujours vivant et se terre du côté de la frontière irakienne. Il a appelé ses fidèles à poursuivre la lutte contre "les croisés", notamment dans leurs propres pays.

Nous non plus, nous n'en avons pas fini avec le terrorisme islamiste.

Michel Janva

http://lesalonbeige.blogs.com/my_weblog/web.html

Le terrorisme low-cost s’empare de Marseille - Journal du lundi 2 octobre

Gav, la garde à vue pour les nuls - Orages d'acier - 06/11/2016

19:06 Écrit par pat dans actualité, divers, entretiens | Lien permanent | Commentaires (0) |  Imprimer |  Facebook | | | | |

La charge de Dupont-Aignan contre Guillon et les médias

dupont-aignan-600x351.jpg

Invité samedi 23 septembre 2017 dans « Salut les Terriens », sur C8, Nicolas Dupont-Aignan en a profité pour revenir sur la campagne présidentielle et le rôle qu’ont joué les médias.

Pour le député de l’Essonne, « les médias aujourd’hui vivent sur une autre planète que les Français. Cette coupure n’est plus supportée parce que le miroir renvoyé par les médias ne correspond pas à la vie réelle. En plus, les médias font de la propagande permanente et vendent leur vision de la France. »

Pour preuve ? La campagne présidentielle qui a montré le vrai visage d’une « caste hors-sol qui veut faire la démocratie », a-t-il expliqué. Et de poursuivre : « On a assisté à la présidentielle à une immense manipulation. La plupart des directeurs de journaux étaient pour Macron. C’étaient 70 couvertures de newsmagazines pour Macron. »

Et lorsqu’on lui rétorque que si les journaux ont mis Macron en couverture, c’est parce que cela faisait vendre, le maire d’Yerres ne se laisse pas démonter en revenant sur les pressions exercées en mars 2017, pendant la campagne, par Serge Dassault, propriétaire du Figaro. À l’époque, ce dernier avait demandé, par texto, à Nicolas Dupont-Aignan de se retirer au profit de François Fillon, sous peine d’être boycotté par son journal. « Depuis, je n’ai plus un article dans ‘Le Figaro’, dans ‘Le JDD’, comme je n’en ai plus ailleurs. Ils veulent décider à la place des gens ! », a-t-il dénoncé.

Quelques minutes auparavant, le président de Debout la France est revenu sur la « blague » de Stéphane Guillon, ex-chroniqueur de Thierry Ardisson, au sujet de la mort de sa mère, alors qu’il rejoignait Marine Le Pen. « Ce qui m’a choqué dans la manière dont j’ai été traité, c’est qu’on me traite comme un chien au point de s’attaquer à la mémoire de ma mère, c’était horrible », a-t-il lancé. Et quand Ardisson lui fait remarquer que Guillon n’est plus là, Dupont-Aignan prévient : « Oui, bah heureusement, parce que je lui bute la gueule si je le vois ! »

 
 

Nicolas Dupont-Aignan à propos de Stéphane Guillon qui a plaisanté sur le décès de sa mère : "Je lui bute la gueule si je le vois" 
                                                    <div style=

La liquidation brutale des opposants par la Tchéka

Le service de renseignement politique créé par Lénine usa de méthodes radicales et extrêmes dans la neutralisation des trotskistes. 
La multiplication des affaires mouillées (enlèvements ou assassinats orchestrés) nécessite la création de nouveaux organes. L’« Administration des missions spéciales » (comprendre : les assassinats) est créée en décembre 1936. Elle fait ses premières armes en Espagne. Après le déclenchement de la guerre civile espagnole, en juillet 1936, le principal souci de Staline demeure en effet moins la victoire de Franco que l’infiltration trotskiste. Le Guide provoque « une guerre civile au sein de la guerre civile » en cherchant à éradiquer les sympathisants trotskistes du Poum, le Parti marxiste espagnol. Alexandre Orlov, de son vrai nom Leïba Fedbine, un Biélorusse, est missionné pour coordonner les opérations sur place, tandis que Serebrianski est chargé de celles à l’extérieur. 
Au printemps 1937, Serebrianski et Orlov reçoivent l’ordre de mettre en œuvre la liquidation pure et simple des dirigeants trotskistes. S’y illustre l’espion sans doute le plus décoré d’Union soviétique, futur héros de la grande guerre patriotique : Stanislav Vaoupchasov. A partir du milieu des années 1920, il dirige une unité secrète de l’OGPU qui s’active à la frontière polono-lituanienne. Pendant la guerre d’Espagne, il est chargé, non sans l’aide de complices tels que le dirigeant communiste français André Marty, « un bourreau plus stalinien que tous les staliniens de l’URSS », de la construction et de la surveillance d’un four crématoire où disparaissent sans laisser de traces les victimes du NKVD. 
Parmi elles, on dénombre Andés Nin, cofondateur du Poum en 1935 et ancien secrétaire de Trotski. Nin meurt dans des souffrances qui rappellent l’époque d’Ivan le Terrible. Pratiques qui n’ont, hélas, rien d’exceptionnel depuis la guerre civile, où toutes sortes de tortures – allant de l’écorchement à l’empalement, pour ne citer que les plus « classiques » – ont été utilisées par les services secrets soviétiques, mais aussi par les Blancs. Un confrère de Nin, José Diaz, le secrétaire général du Parti communiste espagnol, sera quant à lui « simplement » défénestré par les agents de Staline – à Tbilissi en 1942, où il trouve refuge après la victoire de Franco. Diaz en savait trop sur le meurtre de Nin et, en général, sur les actions du NKVD pendant la guerre civile espagnole. 
L’Espagne n’est pas, cela va de soi, le seul théâtre d’opérations pour les affaires mouillées. L’Europe de l’Ouest est largement concernée. Dès 1928, le réseau de Serebrianski compte quelque 212 illégaux dans 16 pays, dont 14 Européens. Quelques mois après l’assassinat de Nin, en septembre 1937, la police suisse retrouve près de Lausanne le corps criblé de balles d’Ignace Poretsky, un illégal d’origine polonaise soupçonné d’être un trotskiste infiltré au NKVD. Dans la serviette abandonnée par son assassin, le « grand illégal » Roland Abbiate, plus connu sous son pseudonyme François Rossi, la police découvre un plan détaillé de la villa de Trotski à Mexico, une véritable forteresse. 
De fait, l’étau se resserre autour du Vieux. Son fils Lev Sedov meurt dans d’atroces souffrances en février 1938, après avoir été soi-disant opéré d’une crise d’appendicite dans une clinique parisienne, infiltrée par le NKVD. Les causes exactes de son décès restent à ce jour non élucidées – même si l’implication du « laboratoire des poisons » ne fait pratiquement aucun doute. Son remplaçant à la IVe Internationale, Rudolf Klement, est quant à lui retrouvé décapité dans la Seine après son enlèvement en juillet de la même année. L’œuvre serait celle d’un officier turc téléguidé par un agent prometteur, Alexandre Korotkov. Staline est satisfait, mais continue de réclamer une autre tête, celle de Trotski. 
Andreï Kozovoï, Les services secrets russes

16:35 Écrit par pat dans culture et histoire | Lien permanent | Commentaires (0) |  Imprimer |  Facebook | | | | |

La Journée de Synthèse nationale comme si vous y étiez... suite

 

Gabriele Adinolfi, Projet Lansqenets

 

Alban d'Arguin, Eoliennes un scandale d'Etat

Le Front National honore Jean-Pierre Papin

Stéphane Ravier, sénateur-maire du 7e secteur de Marseille (regroupant les XIIIe et XIVearrondissements), a décidé de rendre hommage à l’ancienne gloire du football français Jean-Pierre Papin en donnant son nom au stade des Mourets fraîchement rénové grâce à un financement à hauteur de 500.000 euros de la mairie de secteur et un ajout de 38 500 euros par la réserve parlementaire du sénateur frontiste, actée par le conseil d’arrondissements en octobre 2016 puis du conseil municipal quelques semaines plus tard. Dernier acte de maire de Stéphane Ravier qui laisser sa place à un autre élu frontiste le 1er octobre, gardant son siège de sénateur.

En effet, il est prévu une remise des « Papin d’or » aux meilleurs buteurs des clubs de foot du secteur le 22 septembre et la nomination du stade à son nom. Stéphane Ravier est un inconditionnel de « JPP », et on le comprend, d’autant plus qu’il a été élu « meilleur joueur de l’Olympique de Marseille du 20e siècle ». Papin, ballon d’or (meilleur footballeur du monde) 1991, c’est 375 buts en 714 matchs, dont 30 en 54 sélections avec l’équipe de France, et un palmarès qui se passe de commentaires : avec l’Equipe de France, 3e place lors de la Coupe du Monde 1986 et deux buts (contre le Canada et la Belgique) ; dans le championnat de France, 5 fois meilleur buteur d’affilé et seul joueur à avoir marqué un triplé dans le temps réglementaire en finale de Coupe de France (en 1989, victoire contre Monaco 4-3), 4 titres de champion, 1 coupe de France et 2 finales, plus une finale de la Coupe d’Europe des Clubs Champions (perdue aux penalties contre l’Etoile Rouge Belgrade) avec Marseille et deux finales de coupe de la Ligue avec Bordeaux ; dans le championnat belge, une coupe de Belgique avec le FC Bruges ; dans le championnat italien, deux titres de champion, une Supercoupe d’Europe, une Supercoupe d’Italie, une Ligue des Champions (gagnée contre Barcelone 4-0) et une finale (perdue contre Marseille 1-0), le tout avec le Milan AC ; et dans le championnat allemand, une Coupe de l’UEFA avec le Bayern de Munich (gagnée contre Bordeaux 2-0/3-1).

Evidemment, la presse d’extrême gauche s’en étrangle de colère. Sur les Cahiers du Football, officine d’extrême gauche déjà évoquée, on épluche la carrière et les déclarations de JPP pour voir s’il n’est pas un « facho » à bruler en place publique. Avec succès.  Jean-Luc Etourdi (un jeu de mot sur l’ancien portier vedette de l’AS Monaco Jean-Luc Ettori) rappelle que « Il y a une dizaine d’années, j’étais tombé (via le forum Footnostalgie il me semble) sur une déclaration empreinte de candeur de Basile Boli, expliquant que si JPP n’était absolument pas hostile à la présence de joueurs noirs à l’OM, il tenait un discours tout à fait inverse à propos des arabes. Cet événement aurait tendance à accréditer le propos ». Accusation complétée par un autre rouge, Moravcik dans les prés (un jeu de mot sur l’ancien meneur de jeu vedette de l’AS Saint-Etienne, le Slovaque Lubovir Moravcik) : « De mémoire, la phrase de JPP à Boli était beaucoup plus claire, du genre : « Vous les noirs vous êtes supers, mais les arabes je peux pas les supporter », phrase rapportée par le Basilou dans une interview pour l’Equipe ou France Foot. Ensuite, je crois me souvenir que Boli disait qu’il avait expliqué à Papin que c’était très con comme raisonnement, et qu’il pensait avoir réussi à faire évoluer sa vision des choses (mais qu’il lui restait quand même un peu de boulot…) ». Notons que la chaîne Canal Plus  via les Guignols de l’Info ont toujours détesté Papin qu’ils ont fait passé pour un attardé mental dans une sorte de duo très Laurel et Hardy avec son coéquipier Eric Cantona, d’extrême gauche, donc forcément « intellectuel ». Peut-être payait-il le fait de venir d’une petite famille de ch’tis, d’être resté fidèle à sa femme et d’avoir une fille handicapée pour laquelle il fonda une association caritative, « 9 de cœur ».

Et ce, malgré le démenti de JPP refusant toute récupération politique : « Je ne fais pas de politique. Moi, je suis là pour le sport. De suite, vous faites des raccourcis, il faut arrêter de tout mélanger. ». Il sait ce que ça coûte d’être de droite nationale dans le foot, Paolo di Canio, son successeur à la pointe de l’attaque du Milan AC, pourrait lui expliquer…

Toujours dans le cloaque extrêmement de gauche, notons l’article délirant de La Marseillaise, torchon local du PCF, paru le 16 septembre. Dans un style propre à la littérature communiste, une sorte d’emphase tombant à plat et d’indignations surjouées aussi crédible d’une promesse de virement caucasienne (genre l’Azéri Hafiz Mammadov au RC Lens ou le Tchétchène Bulat Chagaev au Xamax Neuchâtel), l’article minimise la présence de Papin, ne pouvait pas la nier comme un vulgaire crime stalinien, et se lance dans l’article sur un vaste délire sur une mutuelle communale choisie par la Mairie du secteur pour ses employés, chose ayant autant de rapport avec l’événement que le couscous avec la gastronomie alsacienne… Le tout en jouant les Zola du pauvre (« Aussi clair que le discours en façade est simpliste. Qui plus est pour un élu qui refuse de faire voter toute mesure sociale dans sa mairie : les Marseillais sont abandonnés, ils ne peuvent plus se soigner. Et bien, la mairie aide les ménages les plus fragiles en leur proposant une mutuelle peu chère… »), devant probablement confondre Marseille et la Bulgarie communiste (et puisqu’on parle de Marseille, de communisme et de santé, une pensée pour feue l’épouse d’Hubert Fayard, Lituanienne morte à 36 ans et laissant 4 enfants à cause du manque de médicaments dans la Lituanie occupée par l’URSS). L’article de la Marseillaise est de fait instructif, car il montre le manque total d’ouverture d’esprit des élus de gauche : «  La mairie aurait pu prendre en charge l’intégralité des travaux. Il s’agissait d’une instrumentalisation à des fins personnelles de la réserve parlementaire, à quelques mois d’une échéance électorale » se souvient Stéphane Mari (PS). Ce dernier, avec Samy Joshua (Front de gauche) et l’ensemble des élus d’opposition, exception faite de Florence Masse, avait refusé de participer au vote. « Je ne souhaitais pas prendre part à cette opération de com, même si en tant que citoyen, j’habite à côté de cet équipement et mon fils va y jouer régulièrement… »

En tout cas,  Bienvenu à Jean-Pierre Papin, honoré dans la cité qui fit de lui le meilleur footballeur français de la décennie. On ne sait pas si le Cacolac  coulera à flot…

Hristo XIEP

http://www.medias-presse.info/le-front-national-honore-je...

14:05 Écrit par pat dans actualité, divers | Lien permanent | Commentaires (0) |  Imprimer |  Facebook | | | | |

Guillaume Bernard - Reconquérir les idées

Non, les « quartiers » n’ont pas été abandonnés

André Versaille publie en ce moment un feuilleton sur le site du Monde, intitulé: « Les musulmans ne sont pas des bébés phoques »

Des jeunes musulmans des banlieues se sentent victimes – et nombre d’entre eux le sont certainement. Mais le sont-ils du « système français » ? Depuis des années, on met en cause l’abandon des cités par les gouvernements successifs, ainsi que des réductions drastiques des aides à l’intégration. Malika Sorel-Sutter s’inscrit en faux contre cette accusation« Peut-on ainsi dire que les 43 milliards d’euros injectés en dix ans dans la rénovation urbaine, ce n’est rien ? Peut-on considérer comme négligeables les près d’un milliard d’euros qui sont investis chaque année dans l’éducation prioritaire […] ? Peut-on balayer d’un revers de main tout ce qui a été injecté dans tous les programmes ZFU, ZUS, Halde, plan égalité des chances, ACSÉE, préfets à l’égalité des chances, cordées de la réussite, internats d’excellence, Commissariat à la diversité, Plan espoir banlieues, Contrats d’accueil et d’intégration, et à présent les emplois dits “d’avenir” ? […] Autant on aurait pu dire que l’État n’avait pas fait grand-chose pour venir en aide aux immigrés des précédents flux migratoires – d’origine intra-­européenne –, autant on ne peut pas le dire pour les flux migratoires extra-européens. »1

Lire la suite

La Journée de Synthèse nationale comme si vous y étiez...

Hugues Bouchu,

Les Amis franciliens de Synthèse nationale

Philippe Randa, directeur de EuroLibertés 

Vincent Vauclin, Président de la Dissidence française 

http://synthesenationale.hautetfort.com/

Catalogne : Malgré les violences policières, le “oui” à l’indépendance l’emporte avec 90% des voix

catalogne_13420672-600x226.jpg

Ces images ont fait le tour du monde. Des membres de la Guardia civil en train de rentrer de force dans un bureau de vote de Gérone. C’est ici que Carles Puigdemont, le président de Généralité de Catalogne devait voter dimanche. Mais les policiers sont arrivés avant et ont confisqué les urnes.

À travers toute la Catalogne les interventions très musclées de la police nationale ont laissé des traces. Au moins 92 personnes ont été blessées dont deux gravement. Selon les chiffres des services d’urgence de Catalogne plus de 760 personnes ont été l’objet d’une assistance médicale.

Ces images de femmes, de jeunes, de familles molestées par la guardia civil ont été reprise en boucle à la télévision et sur les réseaux sociaux et ont suscité les réactions en Europe.

Selon La Vanguardia, ces scènes de violence entre citoyens et policiers auraient eu lieu dans plus de quarante endroits en Catalogne. En grande majorité à Barcelone et à Gérone mais également dans des communes de moindre importance de la région.

Qu’importent les violences, l’interdiction du référendum….ils étaient des milliers dimanche soir à attendre les résultats du vote sur la Plaça de Catalunya à Barcelone. Quelques heures après la fermeture des bureaux de vote, les organisateurs du scrutin revendiquent 2,2 millions de votants. 90% d’entre eux aurait dit oui à l’indépendance.

11:14 Écrit par pat dans actualité, élections, Europe | Lien permanent | Commentaires (0) |  Imprimer |  Facebook | | | | |

Terres de Mission : Les guerres de religion. Tuer et mourir pour Dieu

STÉPHANE RAVIER : « JE SUIS UN EXTRÉMISTE DE LA VÉRITÉ EN DÉNONÇANT L’ISLAMISME QUI SE DÉVELOPPE À MARSEILLE »

L'homme qui a poignardé deux femmes à Marseille sortait de garde à vue

L’homme aurait été arrêté pour une dizaine de faits de délinquance mineurs, notamment des vols et des infractions à la législation sur les étrangers. Il s’agit d’un Algérien ou d'un Tunisien en situation irrégulière.

L'Etat islamique a revendiqué l'attaque.

Jean-Sébastien Ferjou (atlantico.fr) :

«Regardons les origines …  Ce sont principalement des maghrébins, il y a eu 1 malien et tous les autres étaient maghrébins.»

Damien Givelet : «Il peut y avoir des tas de raisons aussi, psychologiques, et autres …»

«Si ça vous semble plus confortable de penser que c’est psychologique, très bien. Il me semble qu’il y a gens de personnes qui souffrent de problèmes psychologiques, j’ai pas l’impression qu’ils se jettent tous dans les gares ou ailleurs en criant “Allah Akbar” ! (…) Il faut arrêter d’avoir peur de stigmatiser. Quand on n’aborde pas les choses de front, c’est là où on laisse les choses pourrir

Michel Janva

http://lesalonbeige.blogs.com/my_weblog/web.html

PRÈS DE 1 500 PERSONNES ONT ASSISTÉ DIMANCHE À RUNGIS À LA 11e JOURNÉE DE SYNTHÈSE NATIONALE

22135323_301890300290997_3029468175909600248_o.jpg

L'auditorium de l'Espace Jean Monnet de Rungis était comble hier après midi lorsque Jean-Marie Le Pen, invité à la 11e journée nationale et identitaire organisée par Synthèse nationale, a prononcé son discours de rentrée. Près de 1 500 amis de notre revue, une affluence record, sont en effet venus assister à cette réunion. 

Très attendue, l'intervention du Président d'honneur du Front national a été précédée par celles d'Alain Escada (Civitas), Pierre Vial (Terre et peuple), Massimo Magliano (ancien dirigeant du MSI venu de Rome), de Carl Lang (Parti de la France) et, bien sûr, de Roland Hélie, Directeur de Synthèse nationale.

Avant, plusieurs tables rondes s'étaient tenues au cours desquelles une quinzaine d'intervenants purent s'exprimer sur le combat pour l'identité ou encore sur les initiatives militantes. Plus de cinquante stands étaient dressés dans les halls, ce qui donna l'occasion au public de rencontrer les différentes maisons d'éditions non conformistes, les artistes et les associations, mouvements et partis qui font la richesse de notre camp.

Nous reviendrons rapidement sur cet événement fondamental qui, quelques mois après la Présidentielle, marque le retour des forces nationales sur le terrain politique. 

http://synthesenationale.hautetfort.com/

Les agents secrets de Louis XIV (Au Coeur de l'Histoire)

07:56 Écrit par pat dans culture et histoire | Lien permanent | Commentaires (0) |  Imprimer |  Facebook | | | | |