Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

religion - Page 3

  • Une victoire pour Civitas : la liberté religieuse rétablie

    2791685407.jpg

    Un communiqué de Civitas :

    Saisi sur requête déposée en premier lieu par CIVITAS, puis par plusieurs associations de catholiques, le juge des référés du Conseil d’État vient de condamner l’État français en lui rappelant que la liberté religieuse est une liberté constitutionnelle et qu’elle ne saurait être limitée par des mesures manifestement attentatoires à l’exercice des libertés publiques. Le juge administratif confirme ainsi une jurisprudence constante dont la solennité avait déjà été soulignée en 2005.

    Le gouvernement se voit donc contraint, dans un délai de 8 jours, de réformer le dispositif prévu par le décret du 11 mai 2020, en vue de faciliter l’exercice du culte et de permettre, par conséquent, la restauration des célébrations religieuses.

    Alors que les évêques français demeurent confinés dans leurs évêchés, Civitas se réjouit, aux côtés d’autres associations de catholiques qui lui ont emboîté le pas , d’avoir contribué à la libération du culte catholique.

    Lire la suite

  • Après la destruction de la croix du pic Saint-Loup, des jeunes érigent une croix provisoire

    Après la destruction de la croix du pic Saint-Loup, des jeunes érigent une croix provisoire

    Communiqué de ces jeunes :

    Ce dimanche 17 mai, les militants de Tenesoun ont participé à l’installation d’une croix provisoire au sommet du pic Saint-Loup dans l’Héraut. La croix historique a récemment été sciée et vandalisée. A proximité, des tags “Pic laïque” ont été inscrits.

    La croix, symbole de Foi et d’espérance, est un symbole pour tous, que l’on soit catholique ou non. Elle guide les pèlerins, les randonneurs et plus largement les Français. Nous appelons donc à ne pas rester spectateurs mais à agir, poser des actes concrets quand notre héritage et nos traditions sont attaqués.

    Notre mot d’ordre: Bâtir quand tout s’écroule !

    https://www.lesalonbeige.fr/apres-la-destruction-de-la-croix-du-pic-saint-loup-des-jeunes-erigent-une-croix-provisoire/

  • Un déconfinement à géométrie variable

    Un déconfinement à géométrie variable

    De Jean-Pierre Maugendre, président de Renaissance catholique :

    Le couperet est tombé. Raide comme l’injustice ! L’article 8 § III du décret 2020-45 du 11 mai prescrivant les mesures générales nécessaires pour faire face à l’épidémie de Covid 19 est parfaitement clair : « Les établissements de culte sont autorisés à rester ouverts. Tout rassemblement ou réunion en leur sein est interdit ». Cet article est repris, in extenso, dans le décret 2020-548 art 10 § III du même jour avec cependant un article 27 qui prévoit que : « Le préfet peut interdire tout rassemblement ou réunion au sein des établissements de culte à l’exception des cérémonies funéraires ». S’il « peut interdire » c’est que l’interdiction n’est pas systématique. L’intention de réprimer perdure, avec cependant deux décrets différents le même jour sur le même sujet et en prime une contradiction entre deux articles du même décret. Tout cela n’est pas très sérieux. 

    Le dispositif antérieur interdisait les rassemblements de plus de 5 personnes. Le dispositif nouveau interdit les rassemblements de plus de 10 personnes dans les lieux publics ou ouverts au public, y compris par conséquent dans les lieux de culte : on passe de 5 à 10 personnes ! Dans bien des diocèses le culte public avait été tout simplement suspendu. Assez paradoxalement, le dispositif législatif reste confus et une forme de discrimination se poursuit vis-à-vis des cultes alors que l’heure est au déconfinement avec la réouverture des commerces, transports, etc. L’épiscopat français est sous le choc. Depuis des lustres il pensait que sa culture du compromis sur les questions morales lui permettrait au moins de préserver la liberté du culte. Il n’en est rien. Immédiatement l’AGRIF de Bernard Antony et quatre instituts religieux de droit pontifical (Fraternité Saint Pierre, Institut du Bon Pasteur, Institut du Christ-Roi et Fraternité saint Vincent ferrier) ont déposé un référé-liberté devant le Conseil d’État pour atteinte à la liberté de culte. Avant eux Civitas et le PCD de Jean-Frédéric Poisson avaient également déposé un référé-liberté. A ce jour la Conférence des Evêques de France ne semble pas avoir entamé de démarche juridique. Et surtout, elle s’est bien gardée de faire valoir, tant auprès des pouvoirs publics qu’auprès des fidèles, le principe sacré de la liberté de l’Église.

    Lire la suite

  • Agnès Thill accuse le gouvernement de mépriser les croyants, par Arthur de Watrigant.

    © Benjamin de Diesbach pour L’Incorrect

    Source : https://lincorrect.org/

    Dans une lettre ouverte offensive adressée au président de la République, l’ex-député Agnès Thill affirme que la décision d’interdire l’exercice des cultes jusqu’au 2 juin « fait preuve de mépris et blesse les croyants ».

    « C’est méconnaissance totale de ce qu’Est et vit un croyant », affirme la députée ajoutant que « cette démarche en dit long sur la manière de penser notre temps et de considérer ce qu’est une religion. ». De même que les évêques au lendemain de cette annonce, Agnès Thill ne comprend pas que le gouvernement autorise la réouverture des supermarchés, des écoles et des médiathèques et pas des lieux de cultes.

    « Il est bien étrange que notre pays priorise les temples de la consommation au détriment de nos églises » 

    Lire la suite

  • A Sète, les obsèques en grande pompe d’un dealer musulman

    HLM dealers

    9611-20200508.jpgCeux qui refusent encore de croire que la crise du Covid-19 aura été l’occasion pour le gouvernement d’officialiser la bipartition de notre pays, entre des Français de souche soumis à un confinement strict et mis à l’amende et des banlieues ethniques bénéficiant d’un régime allégé et de nombreuses exemptions, devraient méditer sur l’affaire scandaleuse mais ô combien révélatrice des obsèques du dealer musulman Ayoub à Sète. En effet, alors que les restrictions imposées par le confinement interdisent quasiment aujourd’hui à des milliers de familles françaises d’enterrer dignement leurs morts et de leur rendre un dernier hommage, ce multirécidiviste, lui, aura eu droit à une cérémonie funéraire musulmane en bonne et due forme, rassemblant au moins une centaine de personnes équipées de masques par la mairie et sous protection policière !

    Lire la suite

  • Elisabeth Lévy : “Pourquoi il faut rouvrir les églises”

    Le Premier ministre a parlé d’une éventuelle réouverture des églises pour la Pentecôte, tandis que le ministre de l’Intérieur estimait – en grand théologien – qu’il n’y avait pas besoin de lieu de culte pour prier. Pendant ce temps, la communauté catho s’impatiente, obéissante mais pas soumise, sans brûler de voitures.
    Découvrez un extrait de cette tribune d’Elisabeth Lévy sur les ondes de Sud Radio.

    Encore une éventualité. Les cathos se rebiffent. En ont marre d’être traités « comme la dernière roue du carrosse de la nation française », dixit Monseigneur Lebrun, évêque de Rouen.

    Déjà, ils étaient furax quand la police est entrée dans une église parisienne le 19 avril. «Il faut arrêter ce cirque, sinon on va aboyer très fort !», a prévenu Monseigneur Michel Aupetit, archevêque de Paris. L’annonce d’Édouard Philippe le 28 avril, selon laquelle il n’y aura pas d’ouverture des lieux de culte avant le 2 juin a fait monter la tension. La Conférence des évêques de France a tenu des visioconférences de crise avec 73 parlementaires. Il en ressort que les pratiquants ne sont pas des citoyens de seconde zone, qui vaudraient moins que des consommateurs.

    Lire la suite sur Novopress

  • Le report du déconfinement est incompréhensible, irrespectueux et discriminatoire

    Le report du déconfinement est incompréhensible, irrespectueux et discriminatoire

    Lettre d’un lecteur à Emmanuel Macron à propos du déconfinement:

    Monsieur le Président,

    Le report du déconfinement des offices religieux au 2 juin au moins est incompréhensible, irrespectueux et discriminatoire pour les Français attachés à une religion, en particulier les catholiques, adeptes de la religion ancestrale de notre pays.

    Ce report est incompréhensible car, à partir du 11 mai, les Français pourront librement, le cas échéant dans le respect de certaines règles sanitaires, aller dans les commerces, visiter les musées, prendre les transports, aller dans leur établissement scolaire, aller travailler etc … mais pas aller à l’Eglise assister à la messe. Je note d’ailleurs que, pendant la période de déconfinement, les églises sont ouvertes … mais l’attestation sur l’honneur gouvernementale ne prévoit aucun motif pour s’y rendre …

    Lire la suite

  • Le gouvernement réactive l’hostilité originelle de la laïcité envers le catholicisme

    Le gouvernement réactive l’hostilité originelle de la laïcité envers le catholicisme

    Intéressant entretien de Valeurs actuelles avec Guillaume Bernard, maître de conférences, sur la privation de messe:

    L’actuelle politique gouvernementale réactive l’hostilité originelle de la laïcité envers le catholicisme. Le pouvoir politique prétend explicitement disposer du monopole sur l’espace public (relégation de la religion dans la sphère privée). L’ordre public doit être religieusement neutre, le politique pouvant autoriser, de manière parcimonieuse et à sa convenance, l’expression religieuse dans l’espace public. Que le pouvoir politique donne des consignes sanitaires est une chose, qu’il se croit légitime pour autoriser ou non la célébration de messes, y compris dans des lieux privés, en est une toute autre !

    La décision gouvernementale annoncée par le Premier ministre de limiter à dix personnes les rassemblements — y compris dans des lieux privés ! — semble montrer une volonté délibérée d’empêcher quasiment toute célébration religieuse.

    Le matérialisme est incapable de répondre aux besoins d’un homme complet fait d’un corps et d’une âme, la seconde animant le premier. Les chrétiens pensent que l’âme est immortelle ; cependant, il ne s’agit pas de demander aux politiques de confondre le droit et la religion, de basculer dans une sorte d’augustinisme politique, mais simplement de ne pas contraindre leurs concitoyens à n’être que des bêtes sauvages uniquement mues par des besoins primaires. Réduire l’homme à son corps, circonscrire la vie sociale au matériel est extrêmement réducteur. Or, en admettant (pour l’heure puisque ce n’est pas, ici, le sujet) que le confinement général puis l’encadrement du déconfinement réalisent le bien commun, il s’avère que, de la manière dont l’Exécutif l’aborde, celui-ci est artificiellement réduit au temporel.

    https://www.lesalonbeige.fr/le-gouvernement-reactive-lhostilite-originelle-de-la-laicite-envers-le-catholicisme/