Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

30/06/2013

Une armée au service de l'idéologie impérialiste :

 

Slim Rehouma, Caporal-Chef de l'Armée française et vétéran de la guerre d'Afghanistan, livre un témoignage cru et réaliste de la situation de l'institution et pose un certain nombre de questions. Cette interview va t-elle faire en sorte que les langues se délient au sein des soldats et de l'état-major ?

Vous pouvez envoyer vos messages à Slim Rehouma à cette adresse: amelie.carlier@yahoo.fr

http://www.actionroyaliste.com

Au-delà de la droite et de la gauche : les racines du mouvement écologique

Le concept d’ « écologie » fut utilisé pour la première fois en 1866 par Ernst Haeckel (1834-1919), qui entendait désigner, par ce terme, « toute la science des rapports de l’organisme avec le milieu extérieur environnant ». Ernst Haeckel était naturaliste et philosophe. Le monde universitaire a reconnu toute sa valeur scientifique grâce aux travaux de recherches qu’il avait accomplis dans le domaine de la biologie marine. Haeckel avait décrit plus de 3500 nouvelles espèces de radiolaires, qui avaient été collationnées lors d’une expédition. Haeckel avait également confectionné quantité de dessins et de tableaux sur le fruit de ses recherches, qui ont tous encore quelque validité scientifique aujourd’hui.
Haeckel avait étudié la médecine au départ, avait reçu le titre de docteur en médecine après une thèse, présentée en 1861, sur l’anatomie comparée. Mais il estimait que l’exercice de l’art médical n’était pas suffisamment intéressant et s’était alors tourné vers la philosophie et la zoologie. En 1865, il obtint le titre de docteur honoris causa en philosophie et un poste de professeur en zoologie à l’Université d’Iéna, dont il devint ultérieurement le vice-recteur.
Haeckel avait une capacité de travail époustouflante : son livre « Die Welträthsel », paru en 1899, fut l’un des best-sellers de son époque, de même que sa « Morphologie générale » de 1866, qui était considérée comme un ouvrage fondamental. Quant à sa « Natürliche Schöpfungsgeschichte » (= « Histoire naturelle de la création ») de 1868, elle connut neuf éditions successives et fut traduite en douze langues. Après sa mort, ses œuvres complètes parurent en six volumes, permettant de jeter un regard synoptique sur ses travaux de vulgarisation scientifique.
Celles-ci ont toutes leur importance car c’est par leur truchement que Haeckel répandit en Allemagne les théories de Charles Darwin. Haeckel défendait la théorie de l’évolution, ce qui l’entraîna dans un conflit avec l’église catholique, alors qu’il était issu d’une famille pieuse. En 1904, Haeckel participa au Congrès international des Libres Penseurs à Rome. Devant le monument érigé en l’honneur du philosophe Giordano Bruno, brûlé comme hérétique, Haeckel déposa une couronne de lauriers, ce que l’église catholique considéra, à l’époque, comme une provocation. A la suite de ce geste, Haeckel s’exposa à de solides inimitiés, qui allèrent jusqu’à mettre en doute le sérieux de ses travaux scientifiques. Dans une réplique, intitulée « Sandalion – Eine offene Antwort auf die Fälschungsanklagen der Jesuiten » (= « Sandalion – Réponse publique aux accusations de falsification des Jésuites »), Haeckel réfuta tous les reproches qu’on lui adressait.
Haeckel avait également des activités politiques : il était membre de l’ « Alldeutscher Verband » (l’association pangermaniste). Pourtant, il m’apparaît difficile aujourd’hui de cataloguer Haeckel quelque part dans le schéma binaire « gauche/droite », difficulté que corrobore notamment l’histoire de la réception des travaux de Haeckel : certes, les nationaux-socialistes ont tenté de l’annexer mais Lénine aussi lui a rendu un vibrant hommage, car le chef de file des bolcheviques voyait en notre naturaliste un « combattant contre la philosophie idéaliste des professeurs » ; quant au socialiste Robert Niemann, il chantait les louanges de Haeckel en le campant comme un « esprit libre post-bourgeois ». Plus tard, les autorités de la RDA socialo-communiste firent de lui un pionnier de l’idéologie socialiste.
Haeckel n’était certes pas une personnalité incontestée : il n’y a pas que l’église catholique qui rejetait ses thèses avec véhémence. On l’accusa de « chauvinisme national-allemand », de même, on lui reprocha aussi d’avoir ouvert la voie à l’ « hygiénisme racialiste ».
Pour être exact, nous devons dire que Haeckel défendait un « monisme biologique », selon lequel la nature -en dépit de sa pluralité- formait une seule et unique totalité, au sein de laquelle tous -y compris l’homme- étaient animés par une seule et même force vitale. Haeckel fut ainsi l’un des premiers à réclamer des droits pour les animaux : il pensait que les animaux, parce qu’ils étaient des êtres dotés de sensibilité, des êtres sociaux et, dans le cas des mammifères supérieurs, des êtres rationnels, devaient bénéficier d’un statut équivalent à celui de l’homme. Haeckel s’insurgeait, dans le cadre de cette défense du statut de l’animal, contre toute interprétation anthropocentrique de la nature. Pour lui, une telle interprétation relevait « de l’arrogance autoproclamée de l’homme, être vaniteux », qui se voulait égal à Dieu et à l’image de celui-ci. Haeckel défendait la thèse que la nature consistait en une substance infinie, sans commencement ni fin. En posant cette « loi de substantialité », Haeckel affirmait que, de cette façon, l’idée, qui veut qu’il y ait un être divin transcendant la nature, était réfutée. Selon la philosophie moniste de Haeckel, il faudrait remplacer le culte chrétien de Dieu par un culte de la nature. D’après Haeckel, le christianisme « n’avait pas seulement contribué à nous aliéner dangereusement de notre merveilleuse mère la Nature mais nous avait aussi conduit à mépriser, de manière fort déplorable, les autres organismes ». Haeckel voulait aussi, dans cette même logique, que l’individualisme égoïste de l’homme soit éliminé au profit d’un nouveau monisme éthique, afin de bien faire voir à l’homme que ses intérêts personnels étaient indéfectiblement liés aux intérêts de sa communauté.
Le monisme de Haeckel a eu, plus tard, des répercussions importantes dans la mesure où il inspira directement le Prix Nobel Konrad Lorenz qui, par ses recherches sur le comportement des animaux, tenta de prouver la validité de la grande intuition de Haeckel, soit que les animaux et leur environnement -y compris l’homme et son environnement- constituaient une unité indissoluble. Le philosophe Ludwig Klages, pour sa part, fut l’auteur d’un petit livre intitulé « Mensch und Erde » (= « L’Homme et la Terre »), où il défendit la thèse suivante : le progrès, comme projet rationaliste de l’Homme, est arrivé au bout de son rouleau. « Comme un feu dévorant, il ravage la Terre entière, et là où il a brûlé un lieu de fond en comble, plus rien ne pousse ni ne croît, tant qu’il y vit des hommes ». D’après Klages, l’homme détruit « par une rage aveugle sa propre mère la Terre… jusqu’à ce que toute vie et, en bout de compte, lui-même, sont livrés au néant ». Klages était tributaire de la philosophie de Nietzsche et porte paroles du mouvement de jeunesse allemand à ses débuts, quand ces jeunes, dont les options étaient hostiles à la technique et à ses répercussions, voulaient retourner au romantisme allemand, opérer un retour à la nature. Lors d’un rassemblement de cette jeunesse néo-romantique sur la montagne du Hoher Meissner, ces options ont été clairement proclamées (ndt : c’est à la suite de ce rassemblement, où Klages prit la parole pour exposer ses visions, que fut rédigé « Mensch und Erde »).
Via Max Scheler, qui avait lu Klages, Martin Heidegger, à son tour, reçut l’influence des idées technophobes de « Mensch und Erde ». Heidegger défendit la thèse que la perte du lien nous unissant à la nature revêtait pour l’homme moderne une perte d’être (« Seinsverlust ») : « A la place de ce qui, jadis, donnait contenance affirmée au monde et aux choses, nous voyons, toujours plus vite, avec de moins en moins de considération et de scrupules, de manière de plus en plus complète, se répandre sur la terre l’objectivisation de la domination de la technique ». Heidegger, critique, nous enseignait que la technique, développée par ce qu’il est convenu d’appeler l’ « Occident », faisait désormais « apparaître tout étant/Seiende comme un étant/Seiende fabricable dans le processus de la production » et, qui plus est, « distribuait les produits de la production via le marché dans le monde entier ». Toujours aussi critique, Heidegger ne cessait de nous rappeler que le « capitalisme technologique dissolvait l’humain dans l’homme et la choséité dans les choses » au profit « d’une valeur marchande calculée par le marché lui-même », afin de créer « un marché mondial qui englobera toute la Terre ». Après avoir décrit ce processus calamiteux, Heidegger nous exhorta à considérer dorénavant l’homme comme l’administrateur de la Terre et non plus comme son dominateur. L’homme, nous enseigne Heidegger, doit apprendre à abandonner à terme la technologie et la pensée consumériste, pour retrouver sa position modeste dans cette unité totalisante qu’est la Nature.
Rudolf Steiner, fondateur de l’école anthroposophique, chercha à développer un mode d’économie biologique/dynamique, où l’agriculture serait un jeu de réciprocité entre l’homme, l’animal, la plante et la Terre.
Dans l’Allemagne de l’entre-deux-guerres, le « mouvement environnementaliste » (« Umweltbewegung ») recevait le soutien de mouvements politiques très divers ; ces courants politiques et idéologiques si divers avaient chacun une conception différente de la nature, depuis le monisme matérialiste jusqu’à un vitalisme biologique et dynamique. Mais tous avaient le même ennemi : l’ « Occident » moderne, technicien, capitaliste. Indépendamment des sentiments et convictions politiques de chacun de ces groupes ou partis ou mouvements, tous les courants du « mouvement environnementaliste » donnaient raison au « national-bolchevique » Ernst Niekisch, quand il écrivait en 1931 : « La technique est viol de la nature ; elle se superpose à la nature. Le progrès technique consiste en ceci : arracher par ruse l’un morceau de sol après l’autre au règne libre de la nature ; ce qui est triomphe pour la technique est profanation pour la nature. Dans la mesure où la technique abat pas à pas les limites que la nature a posées, elle tue la vie ». Même Oswald Spengler et Ernst Jünger, qui célébraient la technique comme partie prenante du nouvel ordre culturel allemand, réclamaient tous deux que la technique soit en permanence remodelée dans une forme « vitaliste ».

Brigitte Sob http://www.voxnr.com

Notes : Article paru dans l’hebdomadaire viennois « zur Zeit », n°41/2007, trad. franç. : Robert Steuckers.

Source : Zur Zeit

Scandale à Laon : 12 Français expulsés du Foyer des Jeunes Travailleurs pour laisser la place à des clandestins !

 

 

Douze personnes actuellement hébergées au Foyer des Jeunes Travailleurs de Clacy (à Laon dans l’Aisne) ont un mois pour quitter les lieux. Motif : il faut faire de la place pour les demandeurs d’asile.
Ils affichent un sourire de façade mais en réalité, le cœur n’est pas à la fête pour Laurent et ses copains du Foyer jeunes travailleurs (FJT) de Clacy-et-Thierret. « La plupart d’entre nous ne sont pas là par choix, mais nous sommes bien contents d’avoir un toit sur la tête. Malheureusement, cela ne va pas durer… », lâche-t-il amèrement. Les douze locataires viennent d’apprendre qu’ils devraient quitter les lieux le 1er août. « On a un mois pour faire nos cartons. On nous vire, nous qui payons notre loyer régulièrement, parce qu’il faut faire de la place pour une trentaine de demandeurs d’asile qui vont arriver. Et qui ne paieront rien, bien sûr. C’est dégueulasse ! » Cette situation alimente toutes leurs conversations, entre colère et inquiétude pour l’avenir. Certains avaient de toute façon prévu de partir. C’est le cas de Laurent, qui vient de trouver un appartement. Cela ne l’empêche pas de se sentir solidaire d’autres, comme Alan. Lui est presque sûr de finir à la rue. « Je viens de terminer mes études et je n’ai pas d’emploi pour le moment. Qu’est-ce que je vais devenir ? »

 

Pour dire tout le bien que vous pensez de cette application de la préférence étrangère au profit de parasites sociaux et au détriment de jeunes Français, vous pouvez téléphoner au FJT de Laon : 03.23.23.06.81

 

Source, via T. Joly  http://www.contre-info.com/

La mobilisation contre la Loi Taubira se poursuit en France vue de Rome

L’Osservatore romano déplore le matraquage médiatique qui a entouré aux Etats-Unis la décision de la Cour suprême sur le mariage entre personnes de même sexe. Le quotidien du Vatican ironise sur ces pseudos victoires de la liberté qui sont en fait le fruit de campagnes idéologiques qui ne respectent pas ceux qui ne sont pas d’accord. Les adversaires sont considérés comme illégitimes et réduits au silence alors que l’opinion publique est soumise à un véritable conditionnement. Dans le climat de soi-disant nouvelles libertés qui bousculent les fondements anthropologiques de toute société humaine, le débat est devenu impossible – s’indigne le journal.

En France le mouvement contre la loi Taubira ne faiblit pas malgré la répression policière. A Lyon, comme à Lille, et dans toute la France, des Veilleurs debout manifestent depuis quelques jours dans le calme, sans bruit, sans mouvement, pour dire leur attachement au mariage entre un homme et une femme et leur indignation contre l’emprisonnement du jeune Nicolas, un des leurs, condamné à deux mois de prison ferme. Ils se relaient spontanément pour une protestation immobile.

Le mouvement ne s'arrête pas

Le principe est inspiré d’un protestataire turc devenu célèbre. Mardi, à Paris, ils ont été dispersés par la police sans avoir pourtant enfreint le code pénal ni troublé l’ordre public. Ils ont l’impression que les moyens démocratiques leur sont de plus en plus fermés. Selon eux, le nombre des participants est toujours minimisé et les violences exagérées à outrance. Mercredi, deux veillées importantes ont eu lieu à Paris et Strasbourg, signe que le mouvement n’est pas prêt de s’éteindre.

Le Conseil de l’Europe a lancé un avertissement à la France contre l’usage disproportionné de la force contre les manifestants. En Grande-Bretagne, les manifestants occupent régulièrement le trottoir face à la résidence du premier ministre arborant des pancartes et criant des slogans. Aux Etats-Unis, les manifestations devant la Maison Blanche sont également régulières.

 

Sources ici

Lois Spalwer   http://www.lesalonbeige.blogs.com/

Hommen à la gaypride...

Pour protester contre la dictature d'une minorité, les Hommen ravissent la vedette aux gays obscènes, en déployant une énorme banderole sur le parcours de la gaypride parisienne au lendemain du coup de force par le gouvernement sur le Mariage Pour Tous contre la volonté de la grande majorité du peuple. Samedi 29 mai 2013.


Hommen à la gaypride... par actuclip

http://www.oragesdacier.info/

Expulsion ordinaire

Mercredi 26 juin. 13h, pause déjeuner. Ne travaillant pas très loin, je file Place Vendôme me sustenter là-bas et apporter une galette et un petit pot de beurre aux veilleurs debout qui s’y trouvent déjà.

Las… c’était sans compter sur la diligente bravoure des agents de la maréchaussée, toujours prêts à transcender leur noble travail par des actes forts et qui ont du sens. En arrivant sur place, je vois un cordon de policiers entourant une douzaine de civils près de la colonne. L’habitude aidant, plus besoin de se poser des questions quant à la nature du dialogue entre les deux groupes. Je m’approche tout de même, histoire de prendre quelques photos.

« Veuillez vous rassembler, pour votre sécurité ». Tiens, encore cette éternelle sécurité… ça me rappelle un bouquin de Tocqueville qui traîne dans ma bibliothèque.

De loin, j’entends un homme lisant à haute voix les articles du Code Pénal relatifs à la liberté de circulation et à l’obéissance aux ordres illégaux (art 432.4, art 122.4). Aux alentours, quelques témoins déjà au courant de l’affaire expliquent aux passants de quoi il retourne.

Après quelques minutes, les policiers (plus nombreux que les veilleurs) expulsent tout ce beau monde de la place, direction rue de la Paix. Les interpellés n’opposent aucune résistance. À quelque distance, je filme la scène.

 

Soudain, un policier s’approche de moi. Ce foudre de guerre a du remarquer quelque chose de pas bien citoyen dans mon activité. S’ensuit le dialogue suivant :

«  Monsieur, vous filmez ?
-          Je filmais. Ca se voit, non ?
-          Tout à fait. Veuillez me suivre maintenant.
-          Non. Pourquoi donc ?
-          Veuillez me suivre sans discuter, on va rejoindre le groupe.
-          Je n’ai rien fait. Vous pouvez m’indiquer la raison ?
-          Monsieur rangez votre appareil et venez avec le groupe
-          Ça c’est une destination, ce n’est pas une raison.

[je finis par le suivre]

-          Vous ne m’avez toujours pas donné de raison, c’est manifestement illégal vous savez.
-          On vous la notifiera plus tard.
-          Plus tard ??? Vous n’avez pas le sentiment que c’est un peu particulier comme procédure ?
-          Vous aviez l’air très intéressé par ce groupe alors on va les rejoindre
-          Je suis moins intéressé par « leur » groupe que par le vôtre.
-          Je ne suis pas un groupe, je suis seul
-          Ah oui, et moi j’étais combien alors ? Et vos collègues ?
-          Bon ne faites pas d’histoire, allez hop rentrez dans le cercle.

Bref, je rentre sans faire trop d’esbrouffe. La plupart de mes désormais camarades sont plutôt des adultes, hommes d’affaires, moins de jeunes qu’en soirée. On patiente un peu, quelques-uns continuent de mettre les policiers face à leurs responsabilités, sans grand espoir et sans succès, évidemment, puisqu’ils n’écoutent pas. On échange quelques coordonnées, pour porter plainte en bonne et due forme.

Finalement, le verdict tombe : « Messieurs-dames, vous allez être autorisés à vous disperser (« aaaaaaaah ») mais uniquement par petits groupes de deux, et direction Opéra. Pas vers la place ». Voilà voilà, entrave à la liberté de circulation, patin couffin, on ne va pas jouer les naïfs indignés avec emphase dans les colonnes du blog, on est un peu habitué. La reprise du boulot approche, j’ai le sentiment que personne parmi nous n’est vraiment très en avance sur l’horaire. Deux par deux, on se quitte bons amis.

On vit une époque formidable.

Par Camille http://latableronde.wordpress.com

Les Politiques mentent : Oui, il est possible d’abroger la loi Taubira. Parole d'Experts

Oui, il est possible d’abroger la loi Taubira. Le problème est seulement politique

On entend souvent dire qu’il serait trop compliqué d’abroger la loi Taubira. J’ai voulu en avoir le cœur net.

J’ai interrogé une vingtaine de professeurs de droit. Leurs réponses sont unanimes. Il n’y a pas d’obstacle juridico-technique à une abrogation de cette loi : oui, il est possible d’abroger la loi Taubira.  Le problème est seulement politique.

Il n'y a aucun obstacle juridique à ce qu'une nouvelle majorité abroge la loi Taubira. Il suffit de ne pas demander la rétro-activité de la loi, par application du principe de non-rétroactivité qui est encore en vigueur dans notre pays (sauf semble-t-il pour les lois fiscales, mais ceci est un autre débat…).

Si la loi est abrogée, les couples homosexuelles ne pourront plus se marier ni adopter des enfants. En revanche les mariages et adoptions homosexuels prononcés entre le promulgation et l’abrogation de la loi demeureront. Il y aura donc coexistence de différents régimes.

Sur ce point, les mécanismes législatifs, jurisprudentiels et même maintenant constitutionnels, de modulation des effets dans le temps des décisions de justice pour préserver les situations particulières, permettraient parfaitement de sécuriser les situations matrimoniales créées entre 2013 et 2018. Ce ne serait pas le premier exemple de régimes juridiques dérogatoires et même un peu particuliers, l'outre-mer en ayant donné quantité par le passé.

Par ailleurs, en cas d’abrogation de la loi Taubira, rien n’empêchera d’améliorer la loi sur le PACS, quitte à lui donner un autre titre ne comportant pas le terme « mariage ».

Mais alors, où est le problème ?

Il y en a deux.

L’aspect institutionnel juridique
Le premier problème reste d’ordre juridique. Deux institutions pourraient s’opposer (de façon non démocratique) à cette abrogation si elle était décidée par une nouvelle majorité.

La première de ces institutions est le Conseil Constitutionnel. En effet, pour reprendre les termes d’un des professeurs de droit que j’ai interrogés « Sous des dehors d'impartialité, les décisions du Conseil Constitutionnel peuvent être en réalité très politiques... Le Conseil a considéré que le droit naturel n'existait pas pour ne pas sanctionner la loi Taubira, alors même que le droit naturel est au fondement des droits de l'homme qu'il est censé appliquer ! Bref, sa jurisprudence est à géométrie variable et ce faisant difficilement prévisible. »

La seconde de ces institutions est la Cour Européenne des Droits de l’Homme (rappelons que cette Cour n’a rien à voir avec l’Union Européenne, voir ce lien).

Bien qu’elle ne l’ait pas fait jusqu’à présent, cette Cour pourrait affirmer un beau jour le droit au mariage pour les homosexuels. Il sera impossible à la loi française de s'y opposer.

(Ici, le béotien que je suis s’interroge. Comment est-il possible d’arriver à une situation où une institution étrangère, auto-nommée, lointaine, puisse s'arroger un droit sur notre droit, en l'espèce en appliquant un principe assez flou (la non-discrimination) à un terrain qui lui est totalement étranger (la structure familiale) ? Et que peut-on faire contre cette situation absurde ? La question reste ouverte.)

L’aspect politique
Le second problème est le plus inquiétant pour le fonctionnement de notre pays. C’est l’aspect dit "politique".

Tous les juristes interrogés disent que la question sera d’ordre politique. Et ils sont tous sceptiques sur l’existence d’une volonté politique future dans les structures traditionnelles d’alternance de notre pays pour abroger cette loi : ce dernier point étant simplement une opinion personnelle et non une position technique. Je cite un des juristes interrogés « La ritournelle sur l'impossibilité de l'abrogation repose sur la spéculation politique que personne ne VOUDRA le faire, ce qui me semble le cas étant données les positions, comme toujours ambiguës, de l'UMP... ». Il faut donc entendre ici « politique» par « jugé par les candidats aux fonctions électives comme non conforme à leurs intérêts, électoraux ou autres. »

Cette idée est malheureusement assez répandue, comme chacun peut s’en rendre compte autour de lui. 

Dit en d’autres termes : les gens (entenez : les citoyens ou les électeurs)  sont convaincus que la plupart des politiques actuels n’auront ni le courage, ni la vision de se prononcer clairement sur cette question, qu’ils jugeront comme non susceptible de faciliter leur élection (cf. l’exemple très emblématique de Madame Nathalie K.-Morizet).

En résumé
Il n'y a aucune impossibilité technique ou juridique à ce qu'une nouvelle majorité vote l'abrogation de la loi Taubira. Affirmer le contraire est soit parler de ce que l'on ne connaît pas, soit mentir.

Il y a cependant deux obstacles potentiels institutionnels et non démocratiques à la mise en place éventuelle de cette abrogation.

L'existence de ces obstacles ne doit pas dispenser de se battre pour l'abrogation de cette loi. Mais cette abrogation nécessite une volonté politique, au sens ci-dessus.

Le double constat de la nécessité d’une volonté politique et de la suspicion de son inexistence conduit à des propositions pratiques. Celles-ci sont développées dans l’article voisin.

http://www.diatala.org

Source: http://mariagehomo.eklablog.com/l-abrogation-de-la-loi-ta...

1940 Entre guerre et compromis

« Mon père était un salaud » titrait en couverture Le Figaro Magazine du 26 novembre dernier devant une photo de Himmler et plusieurs articles étaient consacrés à des interviouves d’enfants de chefs nazis.
C’est dire à quel point, soixante ans après sa conclusion, la Seconde Guerre mondiale reste omniprésente en raison d’une campagne médiatique permanente et orientée qui a imprégné les mentalités et littéralement construit les mythes fondateurs de l’idéologie dominante, surtout, et de loin, dans notre pays ou sévit le « terrorisme intellectuel » si bien décrit par Jean Sévillia .
L’histoire de la guerre est interprétée et exposée suivant une grille de lecture convenue et constitue de la sorte une histoire officielle aux antipodes de la vérité, histoire qui se défend bec et ongles comme le rappelait à nos lecteurs le professeur François-Georges Dreyfus à propos de son excellente et objective Histoire de Vichy accueillie, comme il se doit, par le silence des grands médias (1).
Légende et vérité
Il n’en est que plus nécessaire, car c’est la mission de l’historien, de continuer les recherches et dégager cette vérité historique des voiles épais dont on la recouvre. C’est ainsi que notre ami Philippe Prévost vient de publier un ouvrage Le temps des compromis (*) où sont relatées les négociations entre Anglais et Allemands de mai à décembre 1940. Cette étude bat en brèche un certain nombre de légendes têtues comme celle de la détermination héroïque de la Grande-Bretagne unie derrière Churchill alors que la France faisait cavalier seul.
Comme l’exprime François-Georges Dreyfus dans sa préface, « la réalité est moins simple : elle est totalement différente ». Un clivage entre partisans de la guerre et partisans de la paix existait en effet dès avant la guerre en Grande-Bretagne comme en France.
C’est ainsi que Chamberlain, conscient de la fragilité de l’Empire britannique et de l’état d’impréparation du pays, craignait la guerre et ne pensait pas qu’elle fût ni désirable ni nécessaire. De son côté, Hitler ne désirait pas une guerre à l’ouest et signa le pacte du 23 août 1939 avec l’Union Soviétique pensant q’il dissuaderait les démocraties d’entrer en guerre et s’épargnerait, s’il le fallait, une guerre sur deux fronts, Staline, pour sa part, y voyant le moyen de déclencher enfin la guerre entre les puissances capitalistes.
Ce rappel explique les tentatives de compromis qu’expose avec talent Philippe Prévost, lesquelles furent entreprises, dès la défaite de la Pologne consommée, par Hitler qui ne désirait en aucune manière la guerre avec l’Angleterre et était convaincu qu’il arriverait à faire la paix avec elle.
« Parler avec M. Hitler... »
De son côté, lorsque la campagne de France fut pratiquement perdue fin mai 1940, Lord Halifax, secrétaire d’État au Foreign Office, pensait que la Grande-Bretagne n’avait aucune chance de vaincre par elle-même et qu’en l’absence des États-Unis, à part de bonnes paroles, « le moment était venu de parler avec M. Hitler ». L’historien John Charmley (2) ajoute à ce propos que si, en mai-juin 1940, Churchill avait tenté de faire la paix, une vaste partie de l’opinion aurait applaudi. Mais ce dernier, nommé Premier ministre à la suite d’un véritable complot (4), représentait le parti de la guerre et pensait que l’armée française retarderait les Allemands jusqu’à l’intervention prochaine, pensait-il, des États-Unis.
Les initiatives allemandes en vue d’une paix furent au contraire accueillies par Lord Halifax et son adjoint Richard Butler. Philippe Prévost nous donne un clair exposé de ce que furent ces tentatives de compromis bien que les archives anglaises sur cette question ne puissent encore être consultées.
Il faut avoir conscience que la situation à l’époque était pleine d’incertitudes pour les deux parties en cause : panique en Grande-Bretagne à la suite de la défaite française, angoisse en pensant à une invasion allemande possible et véritable paranoïa en ce qui concerne la flotte française encore que l’agression de Mers-el-Kébir obéît surtout à des motifs politiques. En fait, l’Angleterre dut son salut une fois de plus au bras de mer qui la séparait du continent et aux tergiversations de Hitler qui, certain de faire la paix avec l’Angleterre, n’avait pas préparé une opération complexe de débarquement.
C’est dans ce contexte que se déroulèrent, par intermédiaires, les conversations anglo-allemandes que relate Philippe Prévost avec un intéressant chapitre sur l’armistice norvégien accepté par les Anglais mais il est évident qu’un même armistice en France était tout différent puisqu’il privait l’Angleterre de son seul allié et de sa seule armée de terre.
Accord anglo-allemand ?
Le point d’orgue de cette période de recherche d’un accord fut la dramatique mission de Rudolf Hess en Écosse. Comme l’écrit fort justement Philippe Prévost, il est certain que Hitler n’aurait pas envoyé le numéro deux du régime en Grande-Bretagne s’il n’avait eu de solides raisons de penser que son offre de paix serait accueillie alors que lui-même était sur le point d’attaquer l’Union Soviétique. Mais les archives anglaises sur le détail de cet événement restent obstinément closes…
En fait, tant Churchill que Pétain avaient fondé leur politique sur l’entrée en guerre des États-Unis ; celle-ci se faisant attendre, le premier sera sauvé par l’invasion de l’Union Soviétique qu’il salua avec enthousiasme tandis que le Maréchal était confronté à une situation dramatique. Non seulement le gouvernement était aux prises avec d’innombrables problèmes internes tenant à remettre en ordre et en marche un pays aux 3/5 occupé par l’ennemi et à assurer l’existence de quarante millions de Français amputés de deux millions de prisonniers, mais se heurtant aussi aux contraintes de l’Occupant et de la Grande-Bretagne qui soumettait la France à un blocus maritime. Comme l’écrivait Churchill « nous devons maintenir les gens de Vichy coincés entre la meule allemande et la meule britannique » (3).
Dès le 15 juillet, les Allemands se repentant de leurs erreurs lors de l’Armistice et voyant les conversations avec les Anglais traîner en longueur, exigèrent des bases en Afrique du Nord, l’utilisation de ses ports et chemins de fer etc… Ces demandes, sèchement rejetées par le Maréchal, furent à l’origine d’une tension aiguë avec l’Allemagne qui fit même craindre une action militaire contre Vichy (le Maréchal décida qu’en pareil cas il resterait avec les Français et que c’est l’Amiral Darlan qui emporterait en Afrique les sceaux de l’État, scénario qui se produira à peu près en novembre 1942). En outre, le gouvernement était au courant et fort inquiet des conversations anglo-allemandes.
Inquiétudes à Vichy
Dans cette situation faite d’incertitudes et de craintes, on comprend que dès septembre 1940, le Maréchal fit demander un entretien à Hitler. Mais ce dernier ne donna aucune suite à cette demande et ce ne fut que le 22 octobre qu’il le fit à l’issue de son entretien avec Pierre Laval et dans l’optique de son rendez- vous d’Hendaye avec Franco en vue de l’opération Félix (attaque de Gibraltar en passant par l’Espagne).
Comme nous le savons, ce dernier entretien fut un échec qui inaugura un bras de fer entre Franco et Hitler qui ne prit fin que le 14 juin 1943 après que l’opération Gisela, c’est-à-dire l’invasion de l’Espagne, ait été décidée puis annulée en novembre 1942. Le détail de ces négociations germano-espagnoles est remarquablement exposé dans la biographie de Franco par Brian Crozier (4).
Philippe Prévost consacre sur ce point un intéressant chapitre à Montoire où il expose une thèse hardie se fondant sur l’inquiétude réelle du Maréchal à l’égard des négociations anglo-allemandes et créditant ce dernier d’une manœuvre diplomatique audacieuse lui faisant offrir ses services à Hitler pour reprendre les colonies françaises passées à la dissidence. Pour les raisons qui vont suivre, il ne paraît pas possible de suivre Philippe Prévost sur ce terrain.
À propos de Montoire
En effet, l’auteur se fonde essentiellement sur l’ouvrage de François Delpla - dont le titre seul Montoire, les premiers jours de la collaboration donne le ton et dont l’argumentation tient essentiellement à ce qu’il considère comme le seul document probant en la matière, le compte rendu allemand de l’entrevue de Montoire. Dans une Note bibliographique récente (5), M. Delpla revient sur cette question et élimine systématiquement tout ce qui s’opposerait à sa thèse, que ce soit le refus - pourtant avéré - opposé par Franco à Hitler ou le témoignage sur Montoire donné par l’interprète Schmidt dans ses mémoires parus en 1950 alors qu’il était libre de s’exprimer et n’avait aucune raison de farder la vérité, François Delpla tenant pour probatoire la signature par ce même Schmidt du compte-rendu officiel comme si ce subalterne aux ordres à l’époque aurait pu refuser de signer ! De plus, la relation de Schmidt est confirmée par la lettre du 13 novembre 1940 du Maréchal au général Weygand et aussi par l’historien allemand Elmar Krautkramer (6).
Il faut enfin remarquer que les Allemands insistaient beaucoup sur cette question de reprise des colonies, et qu’ils avaient sur ce point l’accord de Laval. Le Maréchal, s’il était rusé était aussi prudent et il paraît difficile d’imaginer qu’en présence de ce dernier il eût donné le feu vert à une opération que, dans le même temps, il faisait promettre à Churchill par le professeur Rougier de ne jamais entreprendre (7). La question était en effet très délicate car les Allemands n’en démordaient pas et demandaient un plan pour reprendre le Tchad.
On voit donc qu’il eût été mortellement imprudent pour le Maréchal de s’engager à ce sujet à Montoire.
En fait, comme l’écrit Henri Amouroux, la portée psychologique de Montoire dépassera de beaucoup la réalité. Mais, pour l’histoire officielle elle marque le début d’une collaboration d’État volontaire, qui n’a en fait jamais eu lieu. La légende l’emporte ici sur la vérité.
Nous terminerons en félicitant Philippe Prévost d’avoir contribué par son excellent travail à dissiper quelque peu l’imposture médiatico-politique dont les Français sont victimes depuis soixante ans !
André PERTUZIO L’Action Française 2000 du 16 février au 1er mars 2006
* Philippe Prévost : Le temps des compromis. Mai-décembre 1940, Préface de François-Georges Dreyfus. Centre díÉtudes contemporaines (CEC) 214 pages. Disponible à nos bureaux : 15 euros
(1) A.F. 2000, n°2670, du 3 au 16 février 2005.
(2) John Charmley : Churchill. The end of glory. Harcourt Brace and Company, 1992.
(3) Winston Churchill : L’heure tragique. Éd. Plon.
(4) Brian Crozier : Franco-Eyre and Spottiswoode, 1967.
(5) François Delpla : Guerres mondiales et conflits contemporains, n°220 - Octobre 2005. Éd. PUF
(6) Elmar Krautkramer : Vichy 1940- Alger 1942 Éd. Economica.
(7) Public Records Office - Cab 66-14 - Foreign Office.

18:44 Écrit par pat dans culture et histoire | Lien permanent | Commentaires (0) |  Imprimer |  Facebook | | | | |

Quand la France se tiers-mondise… le TGV prend l’omnibus

Un excellent papier de Dominique Jamet sur Boulevard Voltaire. Dommage seulement qu’il soit l’occasion de colporter par paresse intellectuelle un mensonge sur Marie-Antoinette, qui n’a jamais prononcé cette phrase faussement historique...

Les 245 milliards d’euros affectés par la majorité précédente à la modernisation du réseau ferroviaire, des routes et des canaux d’ici 2040 ? Irréaliste. Trop lourd. Trop cher. Trop ambitieux. D’ailleurs inadapté à nos besoins.

Le rapport sur le schéma national des infrastructures de transport remis par le député-maire de Caen et président de la région Haute-Normandie Philipe Duron au Premier ministre nous remet les idées en place, un peu rudement. Le moment est venu de redescendre sur terre, de diminuer la vitesse et de réduire la voilure.

Donc, la LGV (ligne à grande vitesse) Bordeaux-Toulouse reste inscrite au programme pour 2030. C’est demain !

La suite sur Boulevard Voltaire

http://www.actionfrancaise.net

Attentats du 11 Septembre: Quand Israël revient sur le devant de la scène…

Point de vue très intéressant sur les attentats du 11 Septembre. Si "l’anecdote", car cela est toujours resté au stade de "l’anecdote", des "Israéliens dansant", est connue, jamais elle n’a été analysée de cette façon. 

Analyse digne d’intérêt, d’autant plus qu’il est également vrai comme le souligne l’auteur, que même les mouvements pour la vérité sur le 11 Septembre n’abordent jamais une relation possible des évènements avec l’état sioniste.  – Résistance 71 –

11 Septembre: Inside job ou Mossad job ?

Laurent Guyénot, 28 Juin 2013, url de l’article original: http://www.voltairenet.org/article179106.html

Le rôle d’Israël dans les événements du 11 Septembre 2001 — qui déterminent le 21ème siècle — fait l’objet d’âpres controverses, ou plutôt d’un véritable tabou au sein même du « Mouvement pour la vérité sur le 11-Septembre » (9/11 Truth Movement) provoquant la mise à l’écart de l’homme par qui le scandale arriva, Thierry Meyssan. La plupart des associations militantes, mobilisées derrière le slogan « 9/11 was an Inside Job » (Le 11-Septembre était une opération intérieure), restent discrètes sur les pièces à conviction mettant en cause les services secrets de l’État hébreux. Laurent Guyénot fait le point sur quelques données aussi incontestables que méconnues, et analyse les mécanismes du déni.

Tandis que le rôle d’Israël dans la déstabilisation du monde post-11-Septembre devient de plus en plus évident, l’idée qu’une factions de likoudniks, aidés par leurs alliés infiltrés dans l’appareil d’Etat US, sont responsables de l’opération sous fausse bannière du 11-Septembre devient plus difficile à refouler, et quelques personnalités ont le courage de l’énoncer publiquement. Francesco Cossiga, président d’Italie entre 1985 et 1992, déclara le 30 novembre 2007 au quotidien Corriere della Sera  : « On nous fait croire que Ben Laden aurait avoué l’attaque du 11 septembre 2001 sur les deux tours à New York — alors qu’en fait les services secrets américains et européens savent parfaitement que cette attaque désastreuse fut planifiée et exécutée par la CIA et le Mossad, dans le but d’accuser les pays arabes de terrorisme et de pouvoir ainsi attaquer l’Irak et l’Afghanistan [1]. » Alan Sabrosky, ancien professeur du U.S. Army War College et à la U.S. Military Academy, n’hésite pas à clamer sa conviction que le 11-Septembre est « une opération classiquement orchestrée par le Mossad » réalisée avec des complicités au sein du gouvernement états-unien, et sa voix est relayée avec force par quelques sites de vétérans de l’armée U.S., dégoutés par les guerres ignobles qu’on leur a fait faire au nom du mensonge du 11-Septembre ou de celui des armes de destruction massives de Saddam Hussein [2].

Les arguments en faveur de l’hypothèse du Mossad ne tiennent pas seulement à la réputation du service secret le plus puissant du monde, qu’un rapport de la U.S. Army School for Advanced Military Studies (cité par le Washington Times la veille du 11-Septembre), décrit comme : « Sournois. impitoyabe et rusé. Capable de commettre une attaque sur les forces américaines et de les déguiser en un acte commis par les Palestiniens/Arabes [3]. » L’implication du Mossad, associé à d’autres unités d’élite israéliennes, est rendue évidente par un certain nombre de faits peu connus.

 Les Israéliens dansants

Sait-on par exemple que les seules personnes arrêtées le jour même et en relation avec les attaques terroristes du 11-Septembre sont des Israéliens [4] ? L’information a été rapportée dès le lendemain par le journaliste Paulo Lima dans The Record, quotidien du comté de Bergen dans le New Jersey, d’après des sources policières. Immédiatement après le premier impact sur la tour Nord, trois individus furent aperçus par divers témoins sur le toit d’un van stationné à Liberty State Park dans Jersey City, « en train d’exulter » (celebrating), de « sauter de joie » (jumping up and down), et de se photographier avec les tours jumelles en arrière-plan. Ils déplacèrent ensuite leur van sur un autre parking de Jersey City, où d’autres témoins les virent se livrer aux mêmes réjouissances ostentatoires. La police émit aussitôt une alerte BOLO (be-on-the-look-out) : « Véhicule possiblement lié à l’attaque terroriste de New York. Van blanc Chevrolet 2000 avec une plaque du New Jersey et un signe ‘Urban Moving Systems’ à l’arrière, a été vu au Liberty State Park, Jersey City, NJ, au moment du premier impact d’avion de ligne dans le World Trade Center. Trois individus avec le van ont été vus se réjouissant après l’impact initial et l’explosion qui s’en suivit [5]. » Le van fut intercepté par la police quelques heures plus tard, avec à son bord cinq jeunes Israéliens : Sivan et Paul Kurzberg, Yaron Shmuel, Oded Ellner et Omer Marmari. Contraint physiquement de sortir du véhicule et plaqué à terre, le conducteur, Sivan Kurzberg, lança cette phrase étrange : « On est Israéliens. On n’est pas votre problème. Vos problèmes sont nos problèmes. Les Palestiniens sont le problème [6]. » Les sources policières qui informèrent Paulo Lima étaient convaincues de l’implication de ces Israéliens dans les attentats de la matinée : « Il y avait des cartes de la ville dans le van avec certains points surlignés. On aurait dit qu’ils étaient au courant, […] qu’ils savaient ce qui allait se passer lorsqu’ils étaient à Liberty State Park [7]. » On trouva également sur eux des passeports de nationalités diverses, près de 6 000 dollars en espèces et des billets d’avion open pour l’étranger. Les frères Kurzberg furent formellement identifiés comme agents du Mossad. Les cinq Israéliens travaillaient officiellement pour une compagnie de déménagement nommée Urban Moving Systems, dont les employés étaient majoritairement israéliens. « J’étais en pleurs. Ces types blaguaient et ça me perturbait [8], » révéla au Record un des rares employés non-israéliens. Le 14 septembre, après avoir reçu la visite de la police, le propriétaire de l’entreprise, Dominik Otto Suter, quittait le pays pour Tel-Aviv.

L’information divulguée par le Record, confirmée par le rapport de police, a été reprise par des sites d’investigation comme le Wayne Madsen Report (14 septembre 2005) et Counterpunch (7 février 2007). Elle fut aussi rapportée dans quelques grands médias comme mais d’une façon qui minimisait sa portée : le New York Times (21 novembre 2001) omettait de préciser la nationalité des individus, tout comme Fox News et l’agence Associated Press. Le Washington Post (23 novembre 2001) disait bien qu’ils étaient Israéliens, mais passa sous silence leur apparente préconnaissance de l’événement. En revanche, The Forward (15 mars 2002), magazine de la communauté juive new-yorkaise, révéla, d’après une source anonyme du renseignement états-unien, qu’Urban Moving Systems était une antenne sous couverture du Mossad (ce qui ne l’empécha pas de bénéficier d’un prêt fédéral de 498 750 dollars, comme le révèlent les archives du fisc [9].

Le FBI diligenta sur cette affaire une enquête consignée dans un rapport de 579 pages, partiellement déclassifié en 2005 (il le sera totalement en 2035). Le journaliste indépendant Hicham Hamza a analysé ce rapport en détail dans son livre : Israël et le le 11-Septembre : le Grand Tabou. Il en ressort plusieurs éléments accablants. Tout d’abord, les photos prises par ces jeunes Israéliens les montrent effectivement dans des attitudes de célébration devant la tour Nord en feu : « Ils souriaient, ils s’embrassaient et ils se tappaient mutuellement dans les mains. » Pour expliquer cette attitude, les intéressés dirent qu’ils s’étaient simplement réjoui « que les États-Unis auraient maintenant à prendre des mesures pour arrêter le terrorisme dans le monde » (alors que, à ce point, une majorité de gens pensait à un accident plutôt qu’à un acte terroriste). Plus grâve, un témoin au moins les a vus positionnés dès 8 heures, soit avant qu’un avion ne percute la première tour, tandis que d’autres certifient qu’ils prenaient déjà des photos cinq minutes après, ce que confirment leurs photos. Un ancien employé confirma au FBI l’ambiance fanatiquement pro-israélienne et anti-américaine qui régnait dans l’entreprise, prêtant même à son directeur Dominik Otto Suter ces paroles : « Donnez-nous vingt ans et nous nous emparerons de vos médias et détruirons votre pays. » Les cinq Israéliens arrêtés étaient en contact avec une autre entreprise de déménagement dénommée Classic International Movers, dont quatre employés avaient été interrogés indépendamment pour leur liens avec les dix-neufs pirates de l’air présumés. L’un d’eux avait téléphoné à « un individu en Amérique du Sud possédant des liens authentiques avec les militants islamiques au Moyen Orient. » Enfin, « un chien renifleur donna un résultat positif pour la présence de traces d’explosifs dans le véhicule [10]. »

Comme le remarque Hamza, la conclusion du rapport laisse sonjeur : le FBI informe la police locale, qui détient les suspects, « que le FBI n’a plus aucun intérêt à enquêter sur les détenus et qu’il convient d’entamer les procédures d’immigration appropriées [11]. » Une lettre du Service fédéral de l’immigration et de la naturalisation prouve qu’en fait la direction du FBI avait recommandé la clôture de l’enquête dès le 24 septembre 2001. Les cinq Israéliens passèrent cependant 71 jours dans une prison de Brooklyn, au cours desquels ils refusèrent puis échouèrent plusieurs fois au détecteur de mensonge. Puis ils furent rapatriés sous la simple charge de visa violations.

Omer Marmari, Oded Ellner et Yaron Shmuel, trois des cinq « Israéliens dansants », sont invités à témoigner dans une émission israélienne dès leur retour en novembre 2001. Niant être membres du Mossad, l’un d’eux déclara candidement : « Notre but était d’enregistrer l’événement. »

On doit, pour finir, évoquer un détail essentiel de cette affaire, qui apporte peut-être une explication supplémentaire au comportement exhubérant de ces jeunes Isréaliens : certains témoins précisent, dans leurs appels à la police, que les individus se réjouissant sur le toit de leur van semblaient « arabes » ou « Palestiniens ». En particulier, peu après l’effondrement des tours, un appel anonyme à la police de Jersey City, rapporté le jour même par NBC News, signale « un van blanc, avec deux ou trois types à l’intérieur, ils ressemblent à des Palestiniens et ils tournent autour d’un bâtiment » ; l’un d’eux « mélange des choses et il a cet uniforme ‘sheikh’. […] Il est habillé comme un arabe [12]. » Tout porte à croire que ces individus étaient précisément les cinq Israéliens arrêtés plus tard. Deux hypothèses viennent à l’esprit : ou bien nos faux déménageurs se sont effectivement livrés à une mise en scène pour apparaître comme arabes/Palestiniens, ou bien le ou les témoins les ayant décrits comme tels étaient des complices. Dans un cas comme dans l’autre, il ressort que leur but était d’initier la rumeur médiatique qu’on avait repéré des musulmans qui non seulement se réjouissaient des attentats, mais en avaient préconnaissance. L’information fut effectivement diffusée sur certaines radios dès midi, et sur NBC News dans l’après-midi. Je penche personnellement pour la seconde hypothèse (les informateurs complices plutôt que de vrais déguisement arabes), car le rapport de police ne signale pas de vêtement exotique trouvé dans le van, mais surtout parce que l’informateur cité plus haut, qui insiste sur ce détail vestimentaire, semble avoir voulu induire en erreur la police sur la localisation exacte du van ; ce dernier ne fut intercepté que parce que la police, au lieu de se contenter de cette localisation, barra tous les ponts et souterrains entre New Jersey et New York. Mais l’important est ceci : Si les Israéliens n’avaient pas été interpelés en fin d’après-midi, l’histoire aurait probablement fait la une des journaux sous le titre : The Dancing Arabs. Au lieu de ça, elle fut totalement étouffée et ne circula que confidentiellement, sous le titre the dancing Israelis, ou the highfivers.

[Ehud Barak, ancien chef du Renseignement militaire israélien (Sayeret Matkal), était premier ministre de juillet 1999 à mars 2001. Remplacé par Ariel Sharon, il s’installe aux États-Unis comme conseiller pour Electronic Data Systems et pour SCP Partners, une compagnie écran du Mossad spécialisée dans les questions de sécurité qui, avec ses partenaires Metallurg Holdings et Advanced Metallurgical, avait la capacité de produire de la nano-thermite. SCP Partners disposait d’un bureau à moins de dix kilomètres d’Urban Moving Systems. Une heure après la désintégration des tours, Ehud Barak est sur le plateau de BBC World pour désigner Ben Laden comme principal suspect(Bollyn, Solving 9-11, p. 278-280).]

200 espions experts en explosifs

Peu de gens, même parmi les 9/11 Truthers, connaissent cette histoire d’ « Israéliens dansants » (on attend toujours, par exemple, que l’association Reopen 9/11 en parle sur son site francophone, pourtant très pointus sur tous les autres aspects du dossier). Peu de gens également savent qu’à la date des attentats, les polices fédérales US étaient occupées à démanteler le plus vaste réseau d’espionnage israélien jamais identifié sur le sol états-unien. En mars 2001, le National CounterIntelligence Center (NCIC) avait posté ce message sur son site web : « Durant les dernières six semaines, des employés des bureaux fédéraux situés dans tout les États-Unis ont signalé des activitées suspectes liées à des individus se présentant comme des étudiants étrangers vendant ou livrant des œuvres d’art. » Le NCIC précise que ces individus, de nationalité israélienne, « se sont également rendus aux domiciles privés d’officiers fédéraux sous le prétexte de vendre des objets artistiques [13]. »

Puis dans l’été, la Drug Enforcement Agency (DEA), après avoir été visée par un grand nombre d’incidents de ce type, compila un rapport qui sera révélé au public par le Washington Post le 23 novembre 2001, puis dans Le Monde le 14 mars 2002, avant d’être rendu entièrement accessible par le magazine français Intelligence Online. Ce rapport liste 140 Israéliens appréhendés depuis mars 2001. Âgés entre 20 et 30 ans et organisés en équipes de 4 à 8 membres, ils ont visité au moins « 36 sites sensibles du Département de la Défense ». Nombres d’entre eux furent identifiés comme membres du Mossad ou du Aman (renseignement militaire israélien), et six étaient en possession de téléphones payés par un ancien vice-consul israélien. Soixante arrestations eurent encore lieu après le 11-Septembre, ce qui porte à 200 le nombre d’espions Israéliens arrêtés. Tous furent finalement relâchés.

[Michael Chertoff, citoyen israélien, fils d’un rabbin orthodoxe et d’une pionnière du Mossad, dirigeait la Criminal Division du Department of Justice en 2001, et fut à ce titre responsable de la rétention et destruction de toutes les preuves concernant le 11-Septembre — des caméras du Pentagone aux poutres du World Trade Center. C’est à lui également que les « Israéliens dansants » doivent leur discret rapatriement. En 2003, il fut nommé à la tête du nouveau Department of Homeland Security, chargé du contre-terrorisme sur le territoire états-unien, ce qui lui permet de contrôler la dissidence tout en continuant à restreindre l’accès au dossier du 11-Septembre à travers la loi Sensitive Security Information.]

Le rapport de la DEA conclut que « la nature des comportements des individus […] nous conduit à penser que les incidents constituent peut-être une activité de collecte de renseignement [14]. » Mais la nature des renseignements collectés reste inconnue. Il se pourrait qu’en fait l’espionnage n’ait été qu’une couverture secondaire — un sous-vêtement — de ces Israeli art students, si l’on considère les formations militaires reçues par certains comme demolition/explosive ordnance expert, combat engineer, bomb disposal expert, electronic signal intercept operator, selon la DEA. L’un des agents arrêtés, Peer Segalovitz, « a reconnu qu’il était capable de faire exploser des bâtiments, des ponts, des voitures, et tout ce qu’il voulait [15]. » Pourquoi ces agents israéliens auraient-ils fait diversion sur leur véritable mission par une campagne d’espionnage aussi ostentatoire qu’improductive, curieusement concentrée sur la Drug Enforcement Agency ? La réponse à cette question est suggérée par un lien troublant, de nature géographique, entre ce réseau et les attentats du 11-Septembre.

Selon le rapport de la DEA, « La localité d’Hollywood en Floride semble être le point focal de ces individus [16]. » En effet, plus d’une trentaine des faux étudiants-espions israéliens arrêtés peu avant le 11 septembre vivaient dans ou près de la ville d’Hollywood en Floride, où s’étaient précisément regroupés 15 des 19 prétendus pirates de l’air islamistes (9 à Hollywood même, 6 à proximité). L’un d’eux, Hanan Serfaty, par qui transita au moins 100 000 dollars en trois mois, avait loué deux appartements à Hollywood à proximité immédiate de l’appartement et de la boite postale loués par Mohamed Atta, qu’on nous présentera comme le chef de la bande des pirates de l’air. Quels étaient les rapports entre les « espions israéliens » et les « terroristes islamistes » ? Selon l’explication embarrassée des médias alignés, les premiers ne faisaient que surveiller les seconds. Écoutons par exemple David Pujadas introduisant l’article d’Intelligence Online au journal télévisé du 5 mars 2002 sur France 2 : « Toujours à propos d’Israël, mais concernant l’Afghanistan maintenant, cette affaire d’espionnage, qui sème le trouble : un réseau israélien a été démantelé aux États-Unis, notamment en Floride : l’une de ses missions aurait été de pister les hommes d’Al-Qaïda (c’était avant le 11 septembre). Certaines sources vont même plus loin : elles indiquent que le Mossad n’aurait pas livré toutes les informations en sa possession. » Cette explication euphémique est un bel exemple de damage control. Israël en ressort à peine entachée, puisqu’on ne peut raisonnablement blâmer un service d’espionnage de ne pas partager ses informations. Tout au plus Israël pourra-t-il être accusé d’avoir « laissé faire », ce qui lui garantit l’impunité. Ainsi s’explique, à mon avis, la sous-couverture d’espions des faux étudiants israéliens, en réalité experts en attentats sous fausse bannière. En fait, leur couverture volontairement grossière d’étudiants était faite pour attirer l’attention sur leur couverture secondaire, celle d’espions, qui servirait d’alibi à leur proximité avec les pirates supposés.

Pourquoi Pujadas (propulsé au journal télévisé de France 2 tout juste une semaine avant le 11-Septembre) évoque-t-il l’Afghanistan, qui n’a aucun rapport avec l’information qu’il introduit ? Le lapsus ne peut être que volontaire et illustre « le grand tabou » dont parle Hicham Hamza : ne jamais mentionner le 11-Septembre et Israël dans la même phrase.

La vérité est probablement qu’ils n’espionnaient pas ces pirates, mais qu’ils les manipulaient, les finançaient, et probablement les ont éliminés peu avant le 11-Septembre. Un article du New York Times du 18 février 2009 a établi qu’Ali al-Jarrah, cousin d’un pirate présumé du vol UA93, Ziad al-Jarrah, avait été pendant 25 ans espion pour le Mossad, infiltré dans la résistance palestinienne et dans le Hezbollah depuis 1983. Il est actuellement en prison au Liban. Rappelons également que le Mohamed Atta de Floride était un faux. Le vrai Mohamed Atta, qui téléphona à son père au lendemain des attentats (comme ce dernier le confirma au magazine allemand Bild am Sonntag fin 2002), est décrit par sa famille comme réservé, pieux, évitant les femmes et ayant la phobie des avions. Il s’était fait voler son passeport en 1999 alors qu’il étudiait l’architecture à Hambourg. Le faux Mohamed Atta de Floride vivait avec une strip-teaseuse, mangeait du porc, aimait les voitures rapides, les casinos et la cocaïne. Comme l’a rapporté le South Florida Sun-Sentinel dès le 16 septembre (sous le titre « Suspects’ Actions Don’t Add Up » (« Les comportements des suspects ne collent pas »), suivi par de nombreux quotidiens nationaux, ce Atta s’est saoulé, drogué et a payé les services de plusieurs prostituées dans les semaines et les jours précédant le 11-Septembre, et quatre autres des terroristes suicidaires ont eu des comportements similaires peu compatibles avec des islamistes se préparant à la mort [17].

Le réseau new-yorkais

Selon l’agent renégat Victor Ostrovsky (By Way of Deception, 1990), le Mossad tire son efficacité de son réseau international de sayanim (« collaborateurs »), terme hébreu désignant des juifs vivant hors d’Israël et prêts à accomplir sur demande des actions illégales, sans nécessairement connaître leur finalité. Ils se comptent par milliers aux États-Unis, et particulièrement à New York, où se concentre la communauté juive US. Larry Silverstein, titulaire du bail des tours jumelles depuis avril 2001, apparaît comme l’archétype du sayan du 11-Septembre. Il est membre dirigeant de la United Jewish Appeal Federation of Jewish Philanthropies of New York, le plus grand leveur de fonds américains pour Israël (après l’État US, qui verse chaque année trois milliards d’aide à Israël). Silverstein était aussi, au moment des attentats, l’ami intime d’Ariel Sharon et de Benjamin Netanyahou, avec qui il est en conversation téléphonique chaque dimanche, selon le journal israélien Haaretz. Le partenaire de Silverstein dans le bail du WTC était, pour le centre commercial du sous-sol, Frank Lowy, un autre « philanthrope » sioniste proche d’Ehud Barak et Ehud Olmert, ancien membre de la Haganah. Le chef de la New York Port Authority, qui privatisa le WTC en concédant le bail à Silverstein et Lowy, était Lewis Eisenberg, également membre de la United Jewish Appeal Federation et ancien vice-président de l’AIPAC. Silverstein, Lowy et Eisenberg furent sans aucun doute trois hommes clés dans la planification des attentats contre les tours jumelles.

Lucky Larry ! Chaque matin, sans exception, Larry Silverstein prenait son petit-déjeuner au Windows on the World au sommet de la tour Nord du WTC. Jusqu’au matin du 11 septembre, où il avait rendez-vous chez le dermatologue.

D’autres membres du réseau new-yorkais peuvent être identifiés. Selon le rapport du NIST, le Boeing qui s’encastra dans la tour Nord « a fait une entaille de plus de la moitié de la largeur du bâtiment et qui s’étendait du 93ème au 99ème étage. Tous ces étages étaient occupés par Marsh & McLennan, une compagnie d’assurance internationale qui occupait également le 100ème étage [18]. » Le PDG de Marsh & McLennan est alors Jeffrey Greenberg, membre d’une richissime famille juive qui contribua massivement à la campagne de George W. Bush. Les Greenberg étaient aussi les assureurs des tours jumelles et, le 24 juillet 2001, ils avaient pris la précaution de réassurer leur contrat auprès de concurrents, qui durent indemniser Silverstein et Lowy. Et comme le monde des néoconservateurs est petit, en novembre 2000, le conseil d’administration de Marsh & McLennan accueille Paul Bremer, président de la National Commission on Terrorism au moment des attentats, et nommé en 2003 à la la tête de la Coalition Provisional Authority (CPA) en 2003.

Paul Bremer intervient le 11 septembre 2001 sur le plateau de NBC, calme et détendu, tandis que 400 employés de sa compagnie sont portés disparus (au final, 295 employés et plus de 60 collaborateurs du groupe seront officiellement dénombrés parmi les victimes).

Des complicités devront aussi être cherchées dans les aéroports et les compagnies aériennes impliquées dans les attentats. Les deux aéroports d’où sont partis les vols AA11, UA175 et UA93 (l’aéroport Logan à Boston et l’aéroport Newark Liberty près de New York) sous-traitaient leur sécurité à la compagnie International Consultants on Targeted Security (ICTS), une firme à capital israélien présidée par Menahem Atzmon, un des trésoriers du Likoud. Une enquête approfondie permettrait certainement de remonter à d’autres complicités. Elle devrait par exemple s’intéresser à Zim Israel Navigational, un géant du transport maritime détenu à 48 % par l’État hébreu (connu pour servir occasionnellement de couverture aux services secrets israéliens), dont l’antenne états-unienne quitta ses bureaux du WTC avec ses 200 employés le 4 septembre 2001, une semaine avant les attentats — « comme par un acte de Dieu [19] », commente le PDG Shaul Cohen-Mintz.

It’s the oil, stupid !

Tous ces faits donnent un sens nouveau aux propos du membre de la Commission sur le 11-Septembre Bob Graham, qui citait dans son interview à PBS en décembre 2002, « des preuves que des gouvernements étrangers ont contribué à faciliter les activités d’au moins certains des terroristes aux États-Unis [20]. » Graham, bien sûr, voulait parler de l’Arabie saoudite. Pourquoi la famille Saoud aurait-elle aidé Oussama Ben Laden, après l’avoir déchu de sa nationalité saoudienne et avoir mis sa tête à prix pour ses attentats sur leur sol ? La réponse de Graham, formulée en juillet 2011, est : « la menace de soulèvements sociaux contre la monarchie, conduits par Al-Qaïda [21]. » Les Saoud auraient aidé Ben Laden sous sa menace de fomenter une révolution. Cette théorie ridicule (que Graham, à court d’argument, développa dans un roman) [22] n’a qu’un seul but : détourner les soupçons loin du seul « gouvernement étranger » dont les liens avec les terroristes présumés sont démontrés, Israël, vers son ennemi l’Arabie Saoudite. On sourit pareillement en lisant, dans le résumé du livre La Guerre d’après (2003) de l’anti-saoudien Laurent Murawiec, que « Le pouvoir royal [saoudien] a réussi au fil des ans à infiltrer des agents d’influence au plus haut niveau de l’administration américaine et à organiser un efficace lobby intellectuel qui contrôle désormais plusieurs universités du pays parmi les plus prestigieuses [23]. »

En affirmant en outre que la piste saoudienne a été étouffée en raison de l’amitié entre les Bush et les Saoud, Graham et ses amis néconservateurs se servent de George W. Bush comme fusible ou paratonnerre. La stratégie paye, puisque le 9/11 Truth movement, dans son ensemble, s’acharne contre lui et renacle à prononcer le nom d’Israël. On reconnaît l’art de Machiavel : faire accomplir le sale boulot par un autre, puis diriger la vindicte populaire contre lui.

[Comme je l’ai montré ailleurs, une dénomination plus appropriée pour les « néo-conservateurs » serait « machiavelo-sionistes ». Michael Ledeen en donne la preuve dans un article de la {Jewish World Review} du 7 juin 1999, où il défend la thèse que Machiavel était « secrètement juif » comme l’étaient à l’époque des milliers de familles nominalement converties au catholicisme sous menace d’expulsion (principalement les Marranes issus de la péninsule ibérique). « Écoutez sa philosophie politique et vous entendrez la musique juive » Par définition, le machiavélisme avance masqué par un discours vertueux (c.a.d. droit-de-l’hommiste), mais un nombre croissant de sionistes s’en réclament ouvertement : un autre exemple avec le livre d’Obadiah Shoher, "Samson Blinded : A Machiavellian Perspective on the Middle East Conflict".]

Le jour où, sous la pression de l’opinion publique, les grands médias seront forcés d’abandonner la thèse officielle, le mouvement constestataire aura déjà été soigneusement infiltré, et le slogan 9/11 is an inside job aura préparé les esprits à un déchaînement contre Bush, Cheney et quelques autres, tandis que les néonconservateurs resteront hors d’atteinte de toute Justice. Et si, par malheur, le jour du grand déballage, les médias sionisés ne parvenaient pas à maintenir Israël hors d’atteinte, l’État hébreu pourra toujours jouer la carte chomskienne : America made me do it. Noam Chomsky [24], qui campe à l’extrême gauche depuis que le trotskiste Irving Kristol virait à l’extrême droite pour former le mouvement néoconservateur, continue en effet d’asséner sans relâche la thèse éculée qu’Israël ne fait qu’exécuter la volonté des États-Unis, dont elle ne serait que le 51ème État et le gendarme au Proche-Orient.

Selon Chomsky et les figures médiatisées de la gauche radicale états-unienne comme Michael Moore, la déstabilisation du Proche-Orient serait la volonté de Washington avant d’être celle de Tel-Aviv. La guerre d’Irak ? Pour le pétrole évidemment : « Bien sûr que c’était les ressources énergétiques de l’Irak. La question ne se pose même pas [25]. » Signe des temps, voilà Chomsky rejoint dans ce refrain par Alan Greenspan, directeur de la Réserve Fédérale, qui dans son livre Le Temps des turbulences (2007) fait mine de concéder « ce que tout le monde sait : l’un des grands enjeux de la guerre d’Irak était le pétrole de la région ».

« Je crois personnellement qu’il y a une relation profonde entre les événements du 11-Septembre et le pic pétrolier, mais ce n’est pas quelque-chose que je peux prouver, » énonce déjà Richard Heinberg, spécialiste de la déplétion énergétique, dans le documentaire {Oil, Smoke and Mirrors}{.} Autant dire que la thèse relève de la foi irrationnelle.

À cela il faut répondre, avec James Petras (Zionism, Militarism and the Decline of US Power), Stephen Sniegoski (The Transparent Cabal) ou Jonathan Cook (Israel and the Clash of Civilizations) : « Big Oil non seulement n’a pas encouragé l’invasion, mais n’a même pas réussi à contrôler un seul puits de pétrole, malgré la présence de 160 000 soldats états-uniens, 127 000 mercenaires payés par le Pentagone et le Département d’ État, et un gouvernement fantoche corrompu [26] ». Non, le pétrole n’explique pas la guerre en Irak, pas plus qu’il n’explique la guerre en Afghanistan, pas plus qu’il n’explique l’agression de la Syrie par mercenaires interposés, pas plus qu’il n’explique la guerre programmée contre l’Iran. Et ce n’est certainement pas le lobby du pétrole qui a le pouvoir d’imposer le « grand tabou » sur toute la sphère médiatique (de Marianne aux Échos, pour ce qui concerne la France).

La culture israélienne de la terreur sous fausse bannière

Un petit rappel s’impose ici, pour mieux situer le 11-Septembre dans l’histoire. Les Etats-uniens ont une longue pratique dans la fabrication des faux prétextes de guerre. On pourrait remonter à 1845 avec la guerre expansionniste contre le Mexique, déclenchée par des provocations américaines sur la zone contestée de la frontière avec le Texas (la rivière Nueces selon le Mexique, le Rio Grande selon les Texans) jusqu’à ce que des affrontements donnent au président James Polk (un Texan) l’occasion de déclarer que les Mexicains « ont versé le sang américain sur le sol américain. » Après la guerre, un député du nom d’Abraham Lincoln fit reconnaître par le Congrès le caractère mensonger de ce casus belli. Par la suite, toutes les guerres entreprises par les États-Unis l’ont été sous de faux prétextes : l’explosion du USS Maine pour la guerre contre l’Espagne à Cuba, le torpillage du Lusitania pour l’entrée dans la Première Guerre mondiale, Pearl Harbor pour la seconde, et le Golfe du Tonkin pour l’embrasement du Nord-Vietnam. Cependant, seule l’explosion du USS Maine, qui fit peu de morts, relève à proprement parler du stratagème de fausse bannière  ; encore n’est-ce pas certain.

Le paquebot transatlantique {RMS Lusitania} fut torpillé le 7 mai 1915 par les Allemands, alors qu’il naviguait dans une zone de guerre. C’est par le slogan {Remember the Lusitania} que le président Woodrow Wilson mobilisa ensuite l’opinion US en faveur de l’entrée en guerre. Le fait qu’une seule torpille ait suffi à couler le navire en quinze minutes suscite des questions. Dans son journal, le colonel Mendel Edward House, conseiller de Wilson, rapporte une conversation qu’il eut peu avant avec le ministre des Affaires étrangères britannique Edward Grey (qui deviendra en 1919 ambassadeur aux États-Unis). « Que feraient les Américains si les Allemands coulait un transatlantique avec des passagers américains à bord ? » demanda Grey. House lui répondit : « Je pense qu’un feu d’indignation balaierait les États-Unis et que cela suffirait à nous entraîner dans la guerre »

En revanche, c’est un fait qu’Israël a un passé chargé et une grande expertise des attaques et attentats sous faux drapeaux. Une histoire mondiale de ce stratagème devrait sans doute consacrer la moitié de ses pages à Israël, pourtant la plus jeune des nations modernes. Le pli a été pris avant même la création d’Israël, avec l’attentat du King David Hotel, quartier-général des autorités britanniques à Jérusalem. Le 22 juillet 1946 au matin, six terroristes de l’Irgun (la milice terroriste commandée par Menahem Begin, futur premier ministre) habillés en Arabes pénètrent dans le bâtiment et déposent autour du pillier central du bâtiment 225 kg d’explosif TNT cachés dans des bidons de lait, tandis que d’autres miliciens de l’Irgun répandent des explosifs le long des routes d’accès à l’hôtel pour empêcher l’arrivée des secours. Quand un officier britannique se montre suspicieux, une fusillade éclate dans l’hôtel et les membres du commando s’enfuient en allumant les explosifs. L’explosion tua 91 personnes, majoritairement des Britanniques, mais aussi 15 juifs.

Le stratagème fut répété en Égypte durant l’été 1954, avec l’Opération Susannah, dont le but était de compromettre le retrait des Britanniques du Canal de Suez exigé par le colonel Abdul Gamal Nasser avec le soutien du président Eisenhower. Cette opération fut également éventée et reste connu comme « l’Affaire Lavon », du nom du ministre israélien qui fut porté responsable. La plus célèbre et la plus calamiteuse des attaques israéliennes sous fausse bannière est celle du navire américain de la NSA USS Liberty, le 8 juin 1967 au large de l’Égypte, deux jours avant la fin de guerre des Six Jours ; on y voit déjà à l’œuvre une collaboration profonde entre Israël et les USA, l’administration Johnson ayant couvert et peut-être même incité ce crime contre ses propres ingénieurs et soldats. J’ai évoqué ces deux affaires dans un précédent article et n’y reviens pas [27].

En 1986, le Mossad a tenté de faire croire qu’une série d’ordres terroristes était transmise depuis la Libye à diverses ambassades libyennes dans le monde. Selon l’ancien agent Victor Ostrovsky (By Way of Deception, 1990), le Mossad utilisa un système spécial de communication nommé « Cheval de Troie » implanté par des commandos à l’intérieur du territoire ennemi. Le système agit comme station relais pour de fausses transmissions émises depuis un navire israélien et réémises instantanément sur une fréquence utilisée par l’État libyen. Ainsi que le Mossad l’avait espéré, la NSA capta et déchiffra les transmissions, qui furent interprétées comme une preuve que les Libyens soutenaient le terrorisme, ce que des rapports du Mossad venaient opportunément confirmer. Israël comptait sur la promesse de Reagan de représailles contre tout pays surpris en flagrant délit de soutien au terrorisme. Les États-uniens tombèrent dans le piège et entraînèrent avec eux les Britanniques et les Allemands : le 14 avril 1986, cent soixante avions US lâchèrent plus de soixante tonnes de bombes sur la Libye, ciblant principalement les aéroports et les bases militaires. Parmi les victimes civiles du coté libyen se trouvait la fille adoptive de Kadhafi, âgée de quatre ans. La frappe fit capoter un accord pour la libération des otages états-uniens détenus au Liban, ce qui permettait de conserver le Hezbollah comme ennemi numéro un aux yeux de l’Occident.

Isser Harel, fondateur des services secrets israéliens, aurait prédit au chrétien sioniste Michael Evans en 1980 que le terrorisme islamique finirait par frapper les USA. « Dans la théologie islamique, le symbole phallique est très important. Votre plus gros symbole phallique est New York City et le plus haut bâtiment sera le symbole phallique qu’ils frapperont » En rapportant cet entretien dans une interview en 2004, Evans, auteur de "The American Prophecies, Terrorism and Mid-East Conflict Reveal a Nation’s Destiny", espère faire passer Harel pour un prophète. Les esprits rationnels y verront plutôt l’indice que le 11-Septembre mûrissait depuis 30 ans au sein de l’État profond israélien.

La capacité de manipulation du Mossad à cette époque peut encore être illustrée par deux histoires analysées par Thomas Gordon. Le 17 avril 1986, une jeune irlandaise du nom d’Ann-Marie Murphy embarque, à son insue, 1,5 kilos de Semtex dans un vol Londres-Tel-Aviv. Son fiancé, un Pakistanais du nom de Nezar Hindaoui, est arrêté alors qu’il tente de se réfugier à l’ambassade de Syrie. Tous deux ont en fait été manipulés par le Mossad, qui obtient ainsi le résultat souhaité : le gouvernement Thatcher rompt ses relations diplomatiques avec la Syrie. Mais la manipulation est éventée en haut lieu (comme Jacques Chirac le confiera au Washington Times) [28].

En janvier 1987, le Palestinien Ismaïl Sowan, une taupe du Mossad ayant infiltré l’OLP à Londres, se voit confier, par un inconnu soit-disant envoyé par son chef à l’OLP, deux valises bourrées d’armes et d’explosifs. Ismaïl en fait part à ses contacts au Mossad, qui lui font faire un aller-retour à Tel-Aviv, puis le dénonce à Scotland Yard comme suspect dans un projet d’attentat islamiste à Londres. Ismaïl est cueilli à son retour à l’aéroport d’Heathrow et inculpé sur la base des armes trouvées chez lui. Résultat : le Mossad rentre dans les faveurs du gouvernement Thatcher [29]. Après l’attentat du 26 février 1993 contre le WTC, le FBI arrêta le Palestinien Ahmed Ajaj et l’identifia comme un terroriste lié au Hamas, mais le journal israélien Kol Ha’ir démontra qu’Ajaj n’avait jamais été mêlé au Hamas ou à l’OLP. Selon le journaliste Robert Friedman, auteur d’un article dans The Village Voice le 3 août 1993, Ajaj n’était en réalité qu’un petit escroc arrêté en 1988 pour fabrication de faux dollars, condamné à deux ans et demi de prison et libéré au bout d’un an après un marché avec le Mossad, pour le compte duquel il devait infiltrer les groupes palestiniens. À sa libération, Ajaj subit un sheep-dipping classique en étant à nouveau brièvement emprisonné, cette fois pour avoir tenté de passer des armes en Cisjordanie pour le Fatah. On a donc, avec l’attentat de 1993 contre le WTC, un précédent et prototype du 11-Septembre, dans lequel sont démontrées la responsabilité d’Israël dans le terrorisme et sa volonté de faire accuser les Palestiniens.

 L’attentat contre l’ambassade d’Israël à Buenos Aires en 1992, qui fit 29 morts et 242 blessés, fut instantanément mis sur le compte de kamikazes du Hezbollah ayant utilisé un camion piégé. Mais le juge chargé de l’instruction révéla des pressions exercées par des délégués états-uniens et israéliens, ainsi que des manipulations de preuves et un faux témoignage destinés à orienter l’enquête vers l’hypothèse d’un camion piégé, alors que les faits indiquaient que l’explosion provenait de l’intérieur du bâtiment. Lorsque la Cour Suprême argentine confirma cette thèse, le porte-parole de l’ambassade d’Israël accusa les juges d’antisémitisme.

Il est intéressant de rappeler ce qu’écrivit Philip Zelikow avec John Deutch en décembre 1998 dans un article de Foreign Affairs intitulé « Catastrophic Terrorism », imaginant à propos de cet attentat de 1993 que la bombe fût nucléaire, et évoquant déjà un nouveau Pearl Harbor : « Un tel acte de ‘terrorisme catastrophique’ qui tuerait des milliers ou des dizaines de milliers et affecteraient les nécessités vitales de centaines de milliers, peut-être de millions, serait un point de non-retour dans l’histoire des États-Unis. Il pourrait provoquer des pertes humaines et matérielles sans précédent en temps de paix et réduirait à néant le sentiment de sécurité de l’Amérique à l’intérieur de ses frontières, d’une manière similaire au test atomique des Soviétique en 1949, ou peut-être pire. […]. Comme Pearl Harbor, cet événement diviserait notre histoire entre un avant et un après. Les États-Unis pourraient répondre par des mesures draconniennes, en réduisant les libertés individuelles, en autorisant une surveillance plus étroite des citoyens, l’arrestation des suspects et l’emploi de la force létale [30]. »

Le 12 janvier 2000, selon l’hebdomadaire indien The Week, des officiers des Renseignements indiens ont arrêté à l’aéroport de Calcutta onze prêcheurs islamistes qui s’apprêtaient à embarquer sur un vol à destination du Bengladesh. Ils étaient soupçonnés d’appartenir à Al-Qaïda et de vouloir détourner l’avion. Ils se présentèrent comme des Afghans ayant séjourné en Iran avant de passer deux mois en Inde pour prêcher l’islam. Mais on découvrit qu’ils possédaient tous des passeports israéliens. L’officier des services de Renseignement indien déclara à The Week que Tel Aviv « exerted considerable pressure » sur New Delhi pour les faire libérer.

Le 12 octobre 2000, dans les dernières semaines du mandat de Clinton, le destroyer USS Cole, en route vers le Golfe persique, reçoit l’ordre depuis son port d’attache de Norfolk de faire le plein dans le port d’Aden au Yémen, une procédure inhabituelle puisque ces destroyers sont généralement approvisionnés en mer par un pétrolier de la Navy. Le commandant du navire exprima sa surprise et son inquiétude : le USS Cole avait fait récemment le plein à l’entrée du Canal de Suez, et le Yémen est une zone hostile. Le USS Cole était en manœuvre d’amarrage lorsqu’il fut abordé par un dinghy destiné apparemment à l’évacuation des poubelles, qui explosa contre sa coque, tuant 17 marins et en blessant 50. Les deux « kamikazes » pilotant l’embarcation périrent aussi dans cet « attentat-suicide ». L’attaque fut aussitôt attribuée à Al-Qaïda, bien que Ben Laden ne l’ait pas revendiquée et que les Talibans nièrent que leur « hôte » ait pu être impliqué. L’accusation donna aux États-Unis un prétexte pour forcer le président yéménite Ali Abdullah Saleh à coopérer à la lutte contre l’islamisme anti-impérialiste, en fermant pour commencer treize camps paramilitaires sur son territoire. En plus de cela, quelques semaines avant les élections, l’attentat fut l’October Surprise qui porta Bush au pouvoir.

John O’Neill fut chargé de l’enquête. Au FBI depuis vingt ans, spécialiste expérimenté du contre-terrorisme, il avait déjà enquêté en 1993 sur l’attentat à la bombe au WTC. Son équipe en vint à soupçonner Israël d’avoir tiré un missile depuis un sous-marin : le trou était en effet indicatif d’une charge perforante et inexplicable par la seule explosion du dinghy. Les soupçons étaient partagés par le président Saleh, qui évoqua dans une interview à Newsweek la possibilité que l’attaque soit due à Israël, « essayant de nuire aux relations USA-Yémen [31]. » O’Neill et son équipe subirent l’hostilité de l’ambassadrice US, Barbara Bodine. Ils se virent interdire de plonger pour inspecter les dégâts. Finalement, profitant de leur retour à New York pour Thanksgiving, Bodine leur refusa l’entrée au Yémen. Les membres de l’équipage du Cole se virent ordonner de ne parler de l’attentat qu’au Naval Criminal Investigative Service (NCIS). En juillet 2001, O’Neill démissionna du FBI. Il se vit peu après offrir un poste de responsable de la sécurité au WTC, qu’il devait assurer à partir du 11 septembre 2001. Son corps fut retrouvé dans les décombres du WTC, après qu’il ait disparu depuis deux jours. Quant à Barbara Bodine, elle intégrera en 2003 l’équipe corrompue de la Coalition Provisional Authority (CPA) de Baghdad.

Où s’arrête la liste du faux terrorisme islamique de conception sioniste ? Le « New York Times » et d’autres journaux rapportèrent que le 19 septembre 2005, deux agents des forces spéciales britanniques (SAS) furent arrêtés après avoir forcé un barrage à bord d’une voiture remplie d’armes, munitions, explosifs et détonateurs, qu’ils conduisaient déguisés en Arabes. On soupçonne qu’ils planifiaient de commettre des attentats meurtriers dans le centre de Bassora durant un événement religieux, pour attiser les conflits entre shiites et sunnites. Le soir même, une unité du SAS libéra les deux agents en détruisant la prison à l’aide d’une dizaine de tanks assistés par des hélicoptères. Le capitaine Masters, chargé de l’enquête sur cette affaire embarrassante, mourut à Bassora le 15 octobre.

 http://resistance71.wordpress.com/

[1] Article original en italien : « Demystifying 9/11 : Israel and the Tactics of Mistake »,

[2] “Wildcard. Ruthless and cunning. Has capability to target U.S. forces and make it look like a Palestinian/Arab act” (Rowan Scarborough, « U.S. troops would enforce peace Under Army study », The Washington Times, 10 septembre 2001, ).

[3] Outre le livre de Hicham Hamza et celui de Christopher Bollyn, on consultera sur ce dossier : Justin Raimondo, The Terror Enigma : 9/11 and the Israeli Connection, iUniversal, 2003 ainsi qu’à un article de Christopher Ketcham, « What Did Israel Know in Advance of the 9/11 Attacks ? » CounterPunch, 2007, vol. 14, p. 1-10, ).

[4] « Vehicle possibly related to New York terrorist attack. White, 2000 Chevrolet van with New Jersey registration with ’Urban Moving Systems’ sign on back seen at Liberty State Park, Jersey City, NJ, at the time of first impact of jetliner into World Trade Center. Three individuals with van were seen celebrating after initial impact and subsequent explosion » (Raimondo, The Terror Enigma, p. xi).

[5] « We are Israelis. We are not your problem. Your problems are our problems. The Palestinians are your problem » (Hicham Hamza, Le Grand Tabou, ch. 2)

[6] « There are maps of the city in the car with certain places highlighted. It looked like they’re hooked in with this. It looked like they knew what was going to happen when they were at Liberty State Park » (Raimondo, The Terror Enigma, p. xi).

[7] « I was in tears. These guys were joking and that bothered me » (Raimondo, The Terror Enigma, p. 19 ). Hamza, Le Grand Tabou, ch. 2.

[8] « They smiled, they hugged each other and they appeared to ‘high five’ one another » ; « the United States will take steps to stop terrorism in the world » ; « Give us twenty years and we’ll take over your media and destroy your country » ; « an individual in South America with authentic ties to Islamic militants in the middle east » ; « The vehicule was also searched by a trained bomb-sniffing dog which yielded a positive result for the presence of explosive traces » (Hamza, Le Grand Tabou, ch. 2).

[9] « that the FBI no longer has any investigative interests in the detainees and they should proceed with the appropriate immigration proceedings » (Hamza, Le Grand Tabou, ch. 2).

[10] “Our purpose was to document the event” (voir sur Youtube, « Dancing Israelis Our purpose was to document the event »).

[11] « Yes, we have a white van, 2 or 3 guys in there, they look like Palestinians and going around a building. […] I see the guy by Newark Airport mixing some junk and he has those sheikh uniforms. […] He’s dressed like an Arab » (Bollyn, Solving 9-11, p. 278-80).

[12] « Yes, we have a white van, 2 or 3 guys in there, they look like Palestinians and going around a building. […] I see the guy by Newark Airport mixing some junk and he has those sheikh uniforms. […] He’s dressed like an Arab » (Bollyn, Solving 9-11, p. 278-80).

[13] “In the past six weeks, employees in federal office buildings located throughout the United States have reported suspicious activities connected with individuals representing themselves as foreign students selling or delivering artwork.” “these individuals have also gone to the private residences of senior federal officials under the guise of selling art.” Le rapport comlet de la DEA est sur

[14] “The nature of the individuals’ conducts […] leads us to believe the incidents may well be an organized intelligence gathering activity” (Raimondo, The Terror Enigma, p. x).

[15] “acknowledged he could blow up buildings, bridges, cars, and anything else that he needed to” (Bollyn, Solving 9/11, p. 159).

[16] The Hollywood, Florida, area seems to be a central point for these individuals” (Raimondo, The Terror Enigma, p. 3).

[17] David Ray Griffin, 9/11 Contradictions, Arris Books, 2008, p. 142-156, citant le Daily Mail, le Boston Herald, le San Francisco Chronicle et le Wall Street Journal.

[18] « The aircraft cut a gash that was over half the width of the building and extended from the 93rd floor to the 99th floor. All but the lowest of these floors were occupied by Marsh & McLennan, a worldwide insurance company, which also occupied the 100th floor » (p. 20). Ces éléments ont été analysés par Lalo Vespera dans La Parenthèse enchantée, chapitre 10.

[19] « Like an act of God, we moved » (USA Today, 17 septembre 2001).

[20] “evidence that there were foreign governments involved in facilitating the activities of at least some of the terrorists in the United States” (Raimondo, The Terror Enigma, p. 64).

[21] « the threat of civil unrest against the monarchy, led by al Qaeda » » (« Saudi Arabia : Friend or Foe ? », The Daily Beast, 11 juillet 2011).

[22] The Keys to the Kingdom, Vanguard Press, 2011.

[23] Résumé d’Amazon.ca

[24] « Le contrôle des dégâts : Noam Chomsky et le conflit israélo-israélien » et « Contrairement aux théories de Chomsky, les États-Unis n’ont aucun intérêt à soutenir Israël », par Jeffrey Blankfort, Traduction Marcel Charbonnier, Réseau Voltaire, 30 juillet et 21 août 2006,

[25] “Of course it was Iraq’s energy resources. It’s not even a question” (cité dans Stephen Sniegoski, The Transparent Cabal : The Neoconservative Agenda, War in the Middle East, and the National Interest of Israel, Enigma Edition, 2008, p. 333).

[26] « ‘Big Oil’ not only did not promote the invasion, but has failed to secure a single oil field, despite the presence of 160,000 US troops, 127,000 Pentagon/State Department paid mercenaries and a corrupt puppet régime » (James Petras, Zionism, Militarism and the Decline of US Power, Clarity Press, 2008, p. 18).

[27] http://www.voltairenet.org/article1…

[28] Gordon Thomas, Histoire secrète du Mossad : de 1951 à nos jours, Nouveau Monde éditions, 2006, p. 384-5.

[29] Thomas, Histoire secrète du Mossad, p. 410-41.

[30] “An act of catastrophic terrorism that killed thousands or tens of thousands of people and/or disrupted the necessities of life for hundreds of thousands, or even millions, would be a watershed event in America’s history. It could involve loss of life and property unprecedented for peacetime and undermine Americans’ fundamental sense of security within their own borders in a manner akin to the 1949 Soviet atomic bomb test, or perhaps even worse. […] Like Pearl Harbor, the event would divide our past and future into a before and after. The United States might respond with draconian measures scaling back civil liberties, allowing wider surveillance of citizens, detention of suspects and use of deadly force” (Griffin, 9/11 Contradictions, p. 295-6).

[31] “trying to spoil the U.S.-Yemeni Relationship

« Gay Pride » à Paris : un bide…

Après le 1er Salon du mariage tantouze qui fut un fiasco, la « Gay Pride » parisienne a rassemblé de quelques milliers de personnes à quelques dizaines de milliers, selon les estimations. Dont beaucoup qui n’étaient pas là pour militer.
En tout cas, très très loin des 500 000 marcheurs prévus par les organisateurs et les médias, et très loin des différentes manifestations de défense du mariage !

Comme d’habitude un certain nombre d’institutions publiques, de partis (du NPA et du PC à l’UMP) ou de syndicats avaient affrété de forts coûteux « chars », pour s’y dandiner tristement. On ne voit pas trop ce que l’argent du contribuable ou la défense des ouvriers viennent faire là-dedans…

Quoiqu’il en soit cette très faible participation, en dépit des soutiens public et médiatique, montre à nouveau la disproportion entre le nombre des invertis militants et leur influence.

Les badauds qui ont vu cette troupe faussement joyeuse marcher vers l’enfer, n’ont pu que constater l’impression de vide qui se dégageait des yeux des marcheurs…

http://www.contre-info.com/

La démocratie française entre en agonie

 La voix de la Russie jette un regard sombre sur notre pays :

"Depuis l’arrivée au pouvoir de François Hollande, tant par le fait des événements internes, qu’internationaux, la vieille démocratie française se dégrade rapidement. Son entrée en agonie apparaît certaine mais personne n’est en mesure de dire le temps qu’elle mettra à rendre l’âme ou si les Français par un mouvement salutaire viendront à son secours avant qu’il ne soit trop tard.

Tous les indices sont dans le rouge, des manifestants sont placés en garde-à-vue pour des prétextes inexistants, des opposants sont arrêtés et emprisonnés parfois dans des conditions inhumaines et dans une violence terrifiante. Dans les manifestations, des agents des RG et des agitateurs stipendiés répandent le chaos afin de discréditer les causes défendues par les protestataires. Dans les rues, les témoignages d’opposants passés à tabac, matraqués, piétinés se multiplient dangereusement. Parmi les témoins certains citent des propos inouïs de policiers en civils, insultes, menaces à peine déguisées, intimidations. Le pouvoir en place entretient également les divisions pour mieux régner, dissolutions de groupes étiquetés à l’extrême-droite et dans le même temps ménagement des forces se trouvant à l’extrême-gauche, le tout en jouant les uns contre les autres en fonction des situations.

Le mauvais exemple règne évidemment surtout en haut-lieu, l’équipe gouvernementale est elle-même entachée d’opprobre, un Premier ministre et quatre autres ministres dont Mme Taubira ont été condamnés à des amendes et à des peines de prison. L’affaire DSK, puis celle de Cahuzac démontrent à quel point les milieux politiciens sont vermoulus et friables à toutes les tentations. Loin de punir, la Justice fonctionne à deux vitesses, de grands coupables reçoivent des peines insignifiantes tandis que de pauvres hères, voir dans le cas des opposants de simples citoyens innocents sont condamnés à des peines disproportionnées. Dans le même temps le pouvoir donne l’exemple de toutes les corruptions, des responsables de parti comme Harlem Désir, grossièrement pris la main dans le sac sont nommés à des postes clés et sapent la confiance populaire (...)

Ces collusions nombreuses et les viols les plus élémentaires des droits des Français et de la France elle-même, se traduisent par d’inquiétants événements dans les relations extérieures de la France. Dans les médias sous contrôle et d’ailleurs financés par l’Etat partiellement, il ne se passe pas un jour sans que des pays comme la Russie soient montrés du doigt afin de créer un contraste entre le paradis terrestre en France et le reste du monde en proie à la guerre et à la dictature. Cette basse propagande, martèle en permanence des contre-vérités, quand il ne s’agit pas tout simplement de mensonges éhontés. Pendant ce temps, des meurtriers et des islamistes sanguinaires sont armés en Syrie, en Libye et dans nombre de pays d’Afrique et d’Asie. Des régimes fantoches sont fait et défait, des plans sont établis pour l’asservissement de populations ou le contrôle de ressources diverses parfois pour le meilleur profit d’alliés douteux… voir même dangereux comme le Qatar, l’Arabie saoudite ou les USA.

Car la France est aujourd’hui l’ombre d’elle-même au niveau international. Malgré les avertissements de De Gaulle, la France est entrée à nouveau dans l’OTAN par la décision de Nicolas Sarkozy. Ailleurs des interventions militaires coûteuses se développent, au Congo, au Niger, au Mali, sans compter la Libye, la Côte d’Ivoire derrière nous et la Syrie, l’énorme farce syrienne ou un ministre complètement discrédité dans une sombre affaire de sang contaminé, vient vendre aux Français le mirage syrien pour faire couler un autre sang dans des contrées lointaines et souvent au détriment de chrétiens et de petites gens. La situation internationale est sans doute le reflet le plus éclatant de la décomposition de la démocratie française, encore que l’intérieur du pays soit déjà en ébullition et en grand danger.

Ce danger c’est celui de l’explosion sociale, dans les banlieues les malaises attisent la violence, la haine et le racisme. En réponse à celui visant les populations greffées sur la Nation, progresse le racisme anti-blanc et anti-français, ce dernier d’ailleurs n’étant jamais cité. Des drapeaux français sont brûlés, l’insécurité progresse, des zones sont hors contrôle et à la merci de la moindre étincelle. Dans les rues, la moindre manifestation, même sportive, peut tourner au drame et à la confrontation. Dans les assemblées des politiciens de gauche discutent de l’opportunité de prendre le contrôle d’internet et de museler la parole des oppositions. Partout d’ailleurs, l’ennemi, l’opposant, est qualifié de « fasciste » sans le moindre discernement, ce qualificatif dévoyé est devenu une arme du pouvoir pour faire taire les plus audacieux et effrayer la masse des citoyens apeurés et goguenards.

Dans les mêmes assemblées, le pouvoir confisqué est assuré par deux formations, aujourd’hui souvent réunis sous le qualificatif d’UMPS. La fin de la proportionnelle a écarté toutes les autres formations, certaines comme le FN, le FG ou EELV devraient disposer de dizaines de députés et former des groupes parlementaires puissants mais ne sont représentés souvent que par deux ou trois malheureux députés noyés dans le système. Devant un constat aussi calamiteux certains trouvent encore la force de déclarer que les changements font peur… ou que « la France est le plus beau pays du monde ». Oui mais pour combien de temps encore ?"

Lahire   http://www.lesalonbeige.blogs.com/

Les cathos, ces nouveaux ennemis de la démocratie que Valls traque sans relâche

La narration de contrôle d'identité de catholiques à la sortie de la messe et de l'arrestation d'un prêtre en Hollandie :

"Dormez tranquilles citoyens, Manuel Valls veille. Que tous ceux qui s’inquiètent de la montée de la délinquance se rendorment, la police traque jour et nuit ces nouveaux délinquants qui menacent la république socialiste: les cathos.
Saint-Cyr au Mont d’Or est une petite commune de la banlieue lyonnaise. Elle accueille l’Ecole Nationale Supérieure de la Police qui forme les commissaires et les officiers de police. Lundi 21 juin 2013, Manuel Valls et Jean-Marc Ayrault participent à la cérémonie officielle de remise des diplômes de la 63ième promotion en présence du préfet de région Jean-François Carenco.
Comme il était de coutume sous le règne de Sarkozy, Valls fait boucler le périmètre. Les habitants ne sont pas autorisés à se rendre sur le lieu de la cérémonie et les forces de l’ordre quadrillent le secteur. Parmi les invités triés sur le volet figure l’Abbé Pirrodon, le curé du village.
Alors que la cérémonie se déroule tranquillement, le curé reçoit plusieurs SMS sur son téléphone portable l’informant que des paroissiens sont retenus ou contrôlés par les forces de l’ordre.
Prier dans une église représente une menace à l’ordre public
Quelques paroissiens qui souhaitent manifester leur opposition à l’emprisonnement d’un militant contre le mariage homosexuel sont bloqués à l’intérieur de la poste du village. Jusque là, rien d’extraordinaire. La France manque de places en prison, on réquisitionne la poste pour empêcher de dangereux extrémistes catholiques armés de poussettes et d’enfants de s’exprimer, pourquoi pas.
Mais là où le sang du curé ne va faire qu’un tour, c’est quand il reçoit un message lui indiquant que tous les paroissiens qui sortent de son église font l’objet d’un contrôle et d’un relevé d’identité.
Normalement, en France démocratique, le contrôle d’identité est encadré par la loi. Un gendarme ou un fonctionnaire de police ne peut pas vous demander de décliner votre identité sans un motif précis. (1) Un contrôle d’identité peut avoir pour objet de prévenir les atteintes à l’ordre public ou s’il existe des indices permettant de penser qu’un individu se prépare à commettre une infraction, un délit ou un crime.
Aujourd’hui, en France socialiste, le simple fait de sortir d’une église est devenu une raison suffisante pour penser qu’on s’apprête à troubler l’ordre public ou a commettre un délit. C’est ahurissant, mais c’est comme ça.
On ne les avait pas habitués au contrôle au faciès les habitants de Saint-Cyr au Mont d’Or. Ici, les Roms, les arabes et les noirs sont  rares. Alors, le curé, choqué par ces méthodes peu démocratiques et peu respectueuses de la loi décide de s’en ouvrir à son maire" (suite).

Lahire  http://www.lesalonbeige.blogs.com/

France : Analyse d’une mort programmée

 

Je suis né en 1976, dans une banlieue maintenant totalement sinistrée, la dorénavant tristement célèbre Seine-Saint-Denis. Voilà maintenant quinze ans que j’assiste à la submersion de la Mère-Patrie par l’immigration islamique. Voilà plusieurs années que je me documente, que j’essaie de lire, que j’essaie de comprendre le monde qui m’entoure, que j’essaie de saisir les mécanismes de la société dans laquelle je gravite depuis ma naissance, cette société qui est en train de muter à une vitesse incroyable, et hélas dans un sens qui m’apparaît, et qui apparaît je pense catastrophique à beaucoup de Français.

 

On utilise souvent l’appellation de « guerre civile », pour parler de l’Apocalypse ethnico-religieuse qui nous attend, mais elle est en fin de compte inexacte. La Guerre de Sécession, par exemple, était une guerre civile (et c’est d’ailleurs le nom que les Américains lui ont toujours donné), opposant de part et d’autre des gens qui se disaient américains et qui l’étaient : même langue, même religion, même origine ethnique. Mais personne n’a jamais considéré comme une guerre civile le conflit armé opposant les « Tuniques bleues » aux Peaux-Rouges. Les Indiens ne se considéraient pas plus comme des Américains que les Américains ne s’estimaient indiens, même s’ils vivaient sur les mêmes terres.

 

Ce qui va se passer en France dans les vingt ou trente ans maximum, à moins d’un changement politique extraordinaire, sera une guerre de civilisations, la fin de l’Empire romain à la puissance dix. Au IVe siècle, les hordes germaniques et hunniques ont déferlé sur l’empire, et l’État romain, qui est l’ancêtre de nos États modernes, n’a pas pu les arrêter. Tout s’est effondré : les institutions, l’armée, la police, l’administration, les lois, en gros le cadre légal qui définit l’existence d’une nation, au sens contemporain du terme, et dont Rome a été l’inventeur en Europe.

 

Comme nos ancêtres gallo-romains, nous avons, en acquérant un État, pris l’habitude de tout attendre de lui. Une autorité désincarnée, impersonnelle, abstraite même, qui règne sur des millions d’âmes, et qui doit résoudre tous les problèmes.

 

Cet État a fonctionné vaille que vaille pendant des siècles, aussi bien en France qu’en Gaule romaine, mais les mêmes causes produisent les mêmes effets. Les Germains qui ont déferlé dans l’Empire n’ont rencontré à peu près aucune résistance, l’État étant à l’agonie et la population civile ayant perdu, après des siècles d’occupation romaine, tout réflexe d’autodéfense, contrairement aux tribus venues d’outre-Rhin, pour qui l’État centralisé était une notion complètement étrangère. On retrouve la même situation aujourd’hui. Le Français de souche, ou d’origine étrangère mais assimilé, dort sur ses deux oreilles en pensant que l’État, que le cadre légal dans lequel il évolue est éternel. Et pourtant il va s’effondrer, sous les coups de peuplades dont les schémas mentaux sont avant tout ethno-tribaux.

 

Ce qui nous arrive va être beaucoup plus grave que ce qui est arrivé à nos antiques ancêtres. D’abord, les Germains et les Huns n’ont jamais représenté plus de 5 % de la population autochtone de la Gaule. Nos envahisseurs à nous, c’est-à-dire les peuplades musulmanes, sont – je pense – 15 % de la population française, et en constante augmentation.

 

Ensuite, les Huns sont repartis comme ils étaient venus et les Germains qui se sont installés et ont pris le pouvoir en Gaule, c’est-à-dire les Francs, l’ont fait en se référant constamment à la légitimité romaine, comme l’atteste la conversion de Clovis au catholicisme romain, acte politique majeur. Les Germains admiraient la culture, l’image, la grandeur de Rome. Les musulmans considèrent nos institutions, notre histoire, notre culture, comme méprisables.

 

Il y a eu fusion, métissage si l’on veut, entre les Germains et les Gaulois latinisés. Mais la culture germanique a presque disparu, dissoute dans la culture majoritaire. Hors, l’islam ne se dissoudra pas, ça vous pouvez en être sûr. D’ores et déjà, on peut considérer que l’assimilation de certains musulmans dans la culture française est dépassée par l’islamisation des Européens, des Antillais ou des Africains chrétiens qui se trouvent dans les zones de peuplement islamique.

 

Il peut arriver, à titre individuel, que des membres de la communauté islamique quittent leur civilisation et rejoignent la nôtre. Ce sont le plus souvent des femmes qui prennent pour mari un non-musulman, et qui dans les faits abandonnent l’islam, même si parfois elles continuent à se dire musulmanes, par respect pour des valeurs ancestrales. Mais leur enfant ne sera pas musulman. Et elles coupent tout contact avec leur communauté d’origine.

 

Mais assimiler les musulmans de France, un peuple entier, non. Partons du principe que c’est impossible puisque personne n’est jamais arrivé à le faire, à commencer par nous en Algérie, malgré plus d’un siècle de colonisation.

 

Nous n’allons pas assister à une guerre civile « classique », mais à un choc de civilisations sur la Terre de France.

 

On ne peut exclure, toutefois, la possibilité qu’il n’y ait pas de guerre, faute de combattants. Les dirigeants et le peuple français semblent suffisamment châtrés pour subir sans moufter, sans l’ombre d’une révolte (ou alors quelques rares rebelles qui seront châtiés impitoyablement – voire l’épisode de la soupe au lard) l’islamisation complète de la France et la « coptisation », c’est-à-dire la marginalisation des autochtones, prélude à leur disparition.

 

Quant aux solutions politiques, Il ne suffit pas qu’une mouvance déterminée à régler le problème arrive au pouvoir, encore faut-il ensuite qu’elle puisse mettre en application les idées pour lesquelles elle aura été élue par le peuple. Les élections de 2007 sont la dernière chance d’éviter la disparition de la France. Si rien ne se passe – hypothèse la plus probable – mes derniers doutes se dissiperont, et j’aurais acquis définitivement cette intime conviction : le fonctionnement de la société française étant basé, depuis 1789, sur des principes philosophiques rousseauistes érigés en dogme, le Système ne peut pas être réformé, il ne changera pas, il s’effondrera sur lui-même, il préférera se suicider plutôt que d’accepter la démonstration de la fausseté des principes sur lesquels il repose dans son entier.

 

Je me propose d’exposer les trois éléments qui porteront la responsabilité de la disparition de la France.

 

La cause : la culpabilisation collective des Européens de l’Ouest par rapport à la Shoah (et, par extension, à la colonisation, l’esclavage, le « racisme », la Guerre d’Algérie, etc.), culpabilisation opérée par le biais des médias, mais rendue possible par les schémas mentaux hérités du christianisme.

 

Le vecteur : l’accaparement, par une gauche héritière de la caste bourgeoise méta-chrétienne qui prit le pouvoir en 1789, de la quasi-totalité des médias, à commencer par la télévision, source d’information presque exclusive de la population française, accaparement qui permet cette culpabilisation de masse.

 

Le moyen par lequel les Européens de l’Ouest et notamment les Français se délestent de cet insupportable sentiment de culpabilité en recourant – toujours dans une optique correspondant à des schémas mentaux qui sont restés, malgré l’agnosticisme de surface, fondamentalement chrétiens – à un processus d’expiation prenant la forme d’un suicide collectif par le biais de l’invasion, voulue et organisée par les envahis eux-même, de millions et de millions de musulmans qui chasseront, convertiront, massacreront ou réduiront en dhimmitude les autochtones et les immigrés non-musulmans.

 

Passée la dernière chance de 2007, la partie sera définitivement perdue. Maintenant, après l’apocalypse, quelque chose d’autre apparaîtra. Et c’est là que nous entrons dans l’incertitude la plus totale.

 

André Waroch http://www.europemaxima.com

La dette de la France augmente de 12 milliards d’euros par mois

C’est le chiffre du jour :
la dette publique française a atteint 1.870 milliards d’euros (!) à la fin du mois de mars, soit 91,7% du produit intérieur brut, selon l’Insee.

Cette dette a augmenté de 36,5 milliards d’euros entre le 4e trimestre 2012 et le 1er trimestre 2013.

Combien de temps cela pourra-t-il encore durer avant l’effondrement du système ?


http://www.contre-info.com/

L’extrême-droite est contaminée

Le courant nationaliste est “travaillé” depuis quelque temps par certaines associations qui se sont fait une spécialité de dénoncer l’islam, et uniquement l’islam. L’expansion de la religion musulmane en France représente certes un problème pour les Français de souche que nous sommes, mais il ne faut tout de même pas perdre de vue que c’est l’immigration en général qui nous indispose par son ampleur, beaucoup plus que le phénomène de l’islam radical, somme toute marginal. Les Blancs sont aujourd’hui minoritaires en Ile-de-France – il suffit d’avoir des yeux pour le voir– submergés qu’ils sont depuis une trentaine d’années par l’afflux incessant des populations du tiers-monde. Les musulmans “fanatiques”, eux, ne représentent qu’une toute petite minorité de cette masse migratoire.
Il est vrai que la dénonciation de l’islam radical est aujourd’hui non seulement tolérée mais aussi encouragée par les démocrates de tous bords qui souhaitent consolider la société libérale, multiculturelle et mondialisée : c’est le « pacte républicain » .
Les intellectuels cosmopolites sont évidemment à la pointe de ce combat. Il s’agit ainsi de faciliter l’intégration des immigrés musulmans dans les sociétés européennes. Voyez ce que nous disait Pascal Bruckner dans le Figaro du 5 novembre 2003 : « L’islam devra s’engager dans un type de réforme aussi radicale que celle opérée par les catholiques et les protestants au cours du siècle écoulé. »
Daniel Cohn-Bendit ne dit pas autre chose : « Comme l’Europe du XIXe siècle et du début du XXe siècle, l’islam a devant lui une grande réforme séculière à mener à bien. Cela se fera dans la lutte et la douleur. » (Cohn-Bendit, Kouchner, Quand tu seras président, Robert Laffont, 2004, p. 183).
Cohn-Bendit l’avait déjà affirmé quelques années auparavant : « Il est évident que la religion musulmane doit s’engager dans un processus de sécularisation, faire le chemin qu’a fait l’Église catholique. » Et Cohn-Bendit ne laissait personne l’accuser de penser ainsi du fait de sa judéité : « Étant athée, toutes les religions m’indiffèrent. Mais je veux la démocratie. Pour tout le monde. » (Une Envie de politique, La Découverte, 1998, pp. 86, 87).
Il ne s’agit donc pas, dans l’esprit des intellectuels cosmopolites, d’expulser les musulmans que l’on a fait entrer en masse, mais de les neutraliser, comme on a déjà neutralisé la religion catholique et les peuples européens, à force de propagande et de publicité en faveur du métissage généralisé.
De l’autre côté de l’échiquier politique, le très libéral Pierre Lellouche est bien d’accord avec le propos : « Il faut tout faire, dit-il, pour que la rivière de l’islam se noie dans l’océan de la démocratie et des droits de l’homme. » (Le Parisien du 15 septembre 2004). Notez que pour l’Ashkénaze comme pour le Séfarade, il est tout à fait hors de question de dissoudre la société israélienne dans un grand melting-pot : c’est un discours exclusivement réservé à l’exportation.

Notre milieu est contaminé
Un petit publiciste comme ce Jean Robin, par exemple (l’auteur de la Judéomanie), a ses entrées à radio Courtoisie, où la porte lui est grande ouverte. Il y a été invité de nombreuses fois dans les émissions animées par Yves-Marie Laulan, Gérard Marin et Paul-Marie Coûteaux. Car ce Jean Robin est aussi éditeur, ce qui lui permet de faire sa publicité sur la radio à intervalle régulier pour y présenter sa production, qui se situe dans la ligne de la droite néo-conservatrice “à la Sarkozy”. Dans un entretien vidéo, Jean Robin le déclare très explicitement : « Je ne suis pas contre l’immigration. Par contre, je vois plus dans l’islam un problème. »
Voyez encore ce qu’il écrit dans sa brochure intitulée La nouvelle extrême-droite (septembre 2009) : « La diversité et le métissage ne sont pas un problème en soi, au contraire ils sont plutôt les gages d’une richesse et d’une intelligence supérieure. »
Jean Robin, qui ne cache pas sa judéité, prétend délivrer les musulmans du mal qui les étreint. Écoutez cela : « Les musulmans sont les premières victimes de l’islam… Ils sont prisonniers à la fois d’une idéologie rétrograde, d’extrême-droite et totalitaire, et de ses gardiens. »
On a déjà entendu ce propos chez l’économiste libéral Guy Sorman, qui entend lui aussi “libérer” les musulmans, comme d’autres ont “libéré” Bagdad et aimeraient bien “libérer” Téhéran : « Le monde musulman, écrit Sorman, est victime de la dictature des clercs : oulémas, ayatollahs et autres imams. C’est en se débarrassant de cette cléricature que les musulmans renoueraient avec leurs propres racines. » (Le Bonheur français, Fayard, 1995, pp. 123) Et Guy Sorman n’hésite pas à donner des cours de théologie à ces pauvres gardiens de chèvres : « Les intégristes, qui confondent le voile et l’islam, sont de piètres musulmans ; ils ont mal lu le Coran. » (page 132) On reconnaît ici toute la “houtzpah » (prononcez “routzpah”, en raclant le “r”), c’est-à-dire ce culot à toute épreuve propres aux intellectuels cosmopolites. Il est certain, en tout cas, que Daniel Cohn-Bendit, Jean Robin et Guy Sorman connaissent bien la Torah et le Talmud. Ce qui est formidable, c’est de retrouver Jean Robin à la journée du livre de Renaissance catholique et à la “fête de la Courtoisie”. C’est toujours un plaisir !

Bernard-Henry Lévy : un autre caméléon
Dans le même genre de caméléon “hyper-catholique”, on constate que Bernard-Henri Lévy s’est transformé lui aussi en ardent défenseur du christianisme, lui qui n’a eu de cesse, ces trois dernières décennies, de vilipender la civilisation helléno-chrétienne coupable de tous les maux. Dans sa tribune hebdomadaire du Point, en date du 18 novembre 2010, on le voit maintenant défendre les chrétiens opprimés : en Inde, en Iran, au Congo, en Algérie, au Soudan, en Egypte. Ce revirement est évidemment purement stratégique : il s’agit de pousser les Occidentaux à la guerre contre le monde musulman, qui représente effectivement aujourd’hui la principale menace pour Israël et les juifs du monde entier. Mais voyez ce qu’il ajoute à la fin de son article : « Ce n’est pas moi qui trouverai des circonstances atténuantes à la recrudescence de ces fièvres racistes qui, dans les démocraties européennes, voire aux Etats-Unis, ciblent, ici les minorités d’origine arabe, là les Turcs, là encore les Roms. » Vous l’avez compris : le principal, pour ces gens-là, est de bâtir la société multiculturelle et d’encourager le mélange de toutes les races et de toutes les cultures… sauf la leur.

Les harkis de l’extrême-droite
Pierre Vial, le président de l’association Terre et Peuple, avait donc raison de nous alerter dans un article intitulé “Grandes manœuvres juives de séduction à l’égard de l’extrême droite européenne” (cf. Terre et peuple Magazine de l’été 2010). Face aux menaces de l’islam organisé, en France, en Europe et au Proche-Orient, les juifs se doivent de trouver des “alliés”, « ou plutôt, écrit Vial, des troupes supplétives, de style “harkis” – au sein de l’extrême droite européenne. »
Le fait est que ce sont ces “harkis” occidentaux que l’on a envoyé faire la guerre en Irak et en Afghanistan, pour défendre des intérêts qui ne sont pas les leurs. Et il faudrait maintenant liquider l’islam radical en Europe afin de faciliter l’intégration des immigrés afro-maghrébins.
Pierre Vial terminait ainsi son article : « Soyons bien clairs : est évidente, indiscutable, impérative la nécessité de lutter par tous les moyens contre l’invasion-immigration et nous mettons toute notre énergie dans ce combat pour l’identité et la survie des peuples européens. Mais en étant lucides. Et donc en refusant de nous laisser piéger et manipuler pour servir de troupes d’appoint pour la défense des intérêts juifs, c’est-à-dire une cause qui, légitimement, est celle des juifs mais qui n’est donc pas la nôtre. » Ça, au moins, c’est clair !

Le grand capital dit “oui” à l’immigration
L’hebdomadaire Le Point du 30 septembre 2010 publiait tout un dossier sur l’immigration. On y trouve, entre autres, un entretien avec un certain Ezra Suleiman, professeur de sciences politiques à l’université de Princeton (USA). Ce Suleiman prônait l’instauration de statistiques ethniques : « Ne pas identifier telle ou telle minorité équivaut à se mettre la tête dans le sable », écrit-il. Mais attention, Suleiman avait des idées derrières la tête : « On peut se demander pourquoi on ne ferait pas pour les minorités ce qu’on fait pour les femmes, qui bénéficient d’un système de quotas en politique et dans l’entreprise. »
Il s’agit donc bien, une fois encore, de favoriser l’immigration par tous les moyens. Et Ezra Suleiman reprenait la vielle rengaine : « Les immigrés ont beaucoup contribué à l’économie… [bla bla bla]… l’immigration est plutôt un enrichissement… [bla bla bla]. » Il faut savoir qu’Ezra Suleiman, qui est de nationalité américaine, est aussi membre du Comité de gouvernance d’AXA et actionnaire du groupe. Il personnifie assez bien la volonté des maîtres de la haute finance d’éradiquer les peuples blancs ethniquement homogènes.
Dans le même dossier, le démographe bien connu Patrick Weil se fichait franchement de nous en nous faisant accroire que l’immigration était maîtrisée. C’est encore une illustration de cette fameuse “routzpah”, ce culot monstrueux qui permet d’assener les plus énormes contre-vérités. Ecoutez cela : « Le modèle français d’intégration ne marche pas si mal, écrit-il… Je remarque qu’actuellement les chiffres de l’immigration sont gonflés. La nouvelle réglementation européenne nous oblige à compter les nouveaux étudiants étrangers en France comme des “migrants” alors que nombreux sont ceux qui repartent dans leur pays au bout d’un an ! Et comme nous ne comptons pas les départs, cela donne le sentiment que des étrangers entrent sans jamais repartir. » Bref, si vous voyez de plus en plus d’Africains et de Chinois dans les rues de votre ville, c’est que vous êtes victimes d’hallucinations.

DSK et la gouvernance mondiale
Il faut le dire et le répéter : l’objectif de la haute finance est de dissoudre toutes les nations, tous les particularismes et d’unifier la terre par tous les moyens, afin d’instaurer un gouvernement mondial. Jacques Attali le déclare très explicitement depuis quelque temps. Dominique Strauss-Kahn, le Directeur général du FMI, estime lui aussi que les masses occidentales lobotomisées par la propagande médiatique sont maintenant prêtes à recevoir la parole des prophètes. Reçu le 15 novembre par Patrick Cohen dans le 7/9 de France Inter, DSK s’est ainsi déclaré favorable à une gouvernance mondiale : « Le grand pari du XXIe siècle, c’est l’invention d’une gouvernance mondiale. Elle prend aujourd’hui la forme du G20 et au cœur de cette gouvernance mondiale, il y a le nouveau FMI. » En octobre 1917, les bolcheviques, ancêtres de Strauss-Kahn et Attali, pariaient eux aussi sur l’établissement d’un futur paradis sur terre. Mais on sait déjà à l’avance comment tout cela va se terminer.

Le projet mondialiste
On voit en tout cas que l’immigration n’est pas un phénomène naturel, mais un élément du projet politique d’unification mondiale qui obsèdent les esprits cosmopolites, et plus particulièrement les intellectuels juifs, qui sont le fer de lance du projet mondialiste, persuadés qu’ils sont que leur messie arrivera enfin quand toutes les frontières auront été abolies, quand toutes les nations auront été détruites, quand toutes les religions, tous les particularismes locaux auront disparus. Une grande “paix” (shalom) régnera alors sur le monde, et les juifs, qui auront conservé leurs traditions, seront alors reconnus par tous comme le “peuple élu” de Dieu. Voilà quelles sont les origines religieuses du mondialisme, auquel adhère aussi une partie de l’élite goye du monde occidental. L’immigration est ainsi planifiée, organisée, orchestrée par des oligarchies financières, par des groupes de pression bien identifiés, qui l’utilisent pour diluer les peuples et affaiblir leur résistance. Prétendre qu’il n’y a pas de “conspiration” est donc aussi stupide que de prétendre que les grands financiers internationaux n’ont pas de projet, que les membres du groupe Bilderberg n’ont pas de “projet”, que les dirigeants du FMI n’ont pas de “projet”.

Ils partiront !
Dans la résistance contre l’invasion de nos terres par les masses afro-asiatiques, on ne peut pas dire que le gaulliste Nicolas Dupont-Aignan s’illustre particulièrement. Nicolas Dupont-Aignan, député de l’Essone et président du parti “Debout la République”, était l’invité d’Henry de Lesquen sur radio Courtoisie, le lundi 15 novembre. A cette occasion, il déclara, en substance, que s’il fallait mettre un terme à l’arrivée de nouveaux immigrants venus du tiers-monde, il fallait aussi tout faire pour intégrer ceux qui étaient déjà sur notre sol. Parce que « c’est comme ça ». C’est d’ailleurs aussi le discours d’Alain Soral. On sait pourtant qu’une politique de fermeté est toujours possible. Le 7 janvier 2003, par exemple, l’Inde annonçait l’expulsion de 20 millions (vingt millions) de Bangladais en situation irrégulière. Pas moins ! Dans un communiqué, le ministère justifiait cette décision par la lourde menace que constituait « la présence d’un grand nombre d’immigrés en situation irrégulière ». Il est vrai que l’on n’entend guère les médiats occidentaux se faire l’écho de ce type d’infor­mations. L’immigration n’est donc pas un phénomène inéluctable, comme certains esprits malins se plaisent à nous le faire croire.

Hervé Ryssen http://racismeantiblanc.centerblog.net/2

Affaire Tapie: l'arbitrage aurait bien été faussé

 Les enquêteurs disposent de suffisamment d'éléments pour établir que l'arbitrage qui a permis à Bernard Tapie d'obtenir 403 millions d'euros en 2008 pour solder son litige avec le Crédit Lyonnais a bien été faussé.
L'État, qui s'apprête à déposer un recours en révision, après s'être constitué partie civile, va pouvoir s'appuyer sur la procédure établissant qu'il y a eu fraude, ajoute le quotidien, qui dit avoir eu accès au dossier judiciaire.
Pour démontrer l'escroquerie en bande organisée, les enquêteurs estiment avoir établi un lien entre l'un des trois juges arbitres Pierre Estoup, et Me Maurice Lantourne, l'avocat de l'homme d'affaires, tandem qui aurait joué le rôle moteur.
À ce jour, trois personnes ont été mises examen pour ce chef, Pierre Estoup, Stéphane Richard, le PDG d'Orange, et Jean-François Rocchi, l'ancien président du CDR, l'organisme chargé de gérer le passif du Crédit lyonnais.
Bernard Tapie s'estimait lésé lors de la revente par le Lyonnais de l'équipementier sportif Adidas et, un arbitrage a mis fin à nombre de procédures judiciaires.
Claude Guéant, ex-secrétaire général de l'Élysée et François Pérol, son adjoint, devraient être prochainement entendus, selon une source proche de l'enquête.
L'ex-ministre de l'Économie Christine Lagarde a été placée parallèlement par la Cour de justice de la République sous le statut de témoin assisté.
Selon un extrait de son audition, la directrice générale du Fonds monétaire internationale (FMI), qui avait dit assumer pleinement l'arbitrage, prend aujourd'hui ses distances.
« Au moment où j'ai pris mes décisions dans l'affaire Tapie, j'ai déjà indiqué que je n'avais aucune raison de douter de l'impartialité de M. Estoup. Aujourd'hui, avec le recul et au vu des éléments que vous me communiquez, il est évident que mon sentiment est différent », dit-elle.

TROIS NIVEAUX D'INTERVENTION
À l'appui de liens anciens entre Bernard Tapie et Pierre Estoup, les enquêteurs retiennent la dédicace du 10 juin 1998 d'un livre dans lequel l'homme d'affaires adresse son "infinie reconnaissance" au magistrat pour son soutien. Un soutien qui se serait à nouveau manifesté dix ans plus tard.
Les enquêteurs relèvent trois niveaux d'intervention : une décision politique, à l'initiative de l'Élysée, par Nicolas Sarkozy et Claude Guéant ; deux "architectes" de l'arbitrage, Stéphane Richard, alors directeur du cabinet de Christine Lagarde, et Jean-François Rocchi ; et deux "maîtres d'œuvre", Me Maurice Lantourne et Pierre Estoup.
L'avocat aurait reconnu lors de son audition avoir proposé Pierre Estoup comme arbitre, alors que les deux hommes se connaissaient, contrairement aux règles de l'arbitrage, pour s'être croisés dans au moins dix procédures.
« Les policiers ont aussi découvert que, depuis 1997, M. Estoup facture des honoraires, en tant que consultant, à l'ex-avocat de M. Tapie, Me Francis Chouraqui ».
Dans l'ordinateur de Maurice Lantourne figurerait aussi une note du 20 septembre 2008, relative à l'arbitrage, et destinée à Christine Lagarde.
Pierre Estoup aurait "neutralisé" les deux autres arbitres en se chargeant de tout et en leur proposant des « honoraires confortables » pour une charge de travail réduite.
Jean-Denis Bredin, l'un des deux autres arbitres, dont la santé et la mémoire seraient chancelantes, aurait dit ne pas connaître l'ex-haut magistrat mais les enquêteurs auraient découvert là-encore des dédicaces prouvant le contraire.
Avec Reuters http://www.francepresseinfos.com/

Syrie : 3 religieux chrétiens décapités par les islamistes entraînés et soutenus par les Etats-Unis, la France, le Qatar…

De sang-froid, aux cris d’Allah Akbar, suivant un rituel devenu classique en Syrie, les terroristes vont égorger trois religieux (non identifiés).

La scène, horrible, est visible dans la video ci-dessous ; on y remarquera que les assassins parlent un arabe classique lourd, sans accent syrien. Certains d’entre eux ont des cheveux longs et des traits non arabes : probablement des Tchétchènes, nombreux dans cette région.

Dans le « chef d’accusation », lu avec un mauvais arabe à la foule, composée d’adultes et de nombreux enfants, il est reproché à l’une des victimes d’avoir dans son agenda téléphonique le numéro de téléphone de l’armée syrienne. Les trois malheureux étaient aussi accusés de transporter des armes et des munitions, ce que réfuta l’une des victimes avant de mourir.

Attention : images très dures.

Lire la suite

“Les autres enfants traitaient ma fille de sale fille de Blanche”, un témoignage exclusif et effrayant

 

<i>“Les autres enfants traitaient ma fille de sale fille de Blanche”</i>, un témoignage exclusif et effrayant

Bien que la justice ait refusé de le reconnaître, Madame Leterme a été victime en 2010 d’une persécution raciste. Son avocat, Me Stéphane Maitre, s’est indigné sur le site Atlantico de l’indifférence des médias face à cette injustice, qui aurait à coup sûr reçu un tout autre traitement si la victime de cette persécution raciste n’avait pas été… blanche ! Madame Leterme a accepté de raconter son histoire à « Minute ».

 

Minute : Mme Leterme, à la fin du mois de mai 2013, le tribunal de Melun s’est prononcé sur une plainte que vous aviez déposée à la suite d’événements survenus le 30 juin 2010 à Savigny-le-Temple. Pouvez-vous rappeler ce qu’il s’était passé à l’époque ? Votre fille et vous étiez confrontés à une situation conflictuelle avec les jeunes du quartier où vous viviez…
Madame Leterme : Oui, ça du­rait de­­puis le mois de mars. Venant d’Angers, je m’étais installée à Sa­vigny-le-Temple pour des raisons professionnelles et j’y avais acheté en 2009 un appartement dans ce quartier, que l’on m’avait décrit comme calme et tranquille. Il était très majoritairement peuplé de Ma­ghrébins, mais je n’avais aucune ré­ticence à y habiter car je n’avais au­cun a priori défavorable à leur égard. Mes deux enfants et moi (car j’étais séparée de mon ex-mari) nous y sommes installés le 9 mai 2009 ; or un an après, le 30 juin 2010, nous avons été con­traints de déménager.

Que s’était-il passé entre-temps ?
Tout est allé à peu près bien, tant que les autres enfants, Maghrébins, ont cru que ma fille de 10 ans était une bâtarde. Comme elle est brune et qu’elle a le teint mat, ils pensaient qu’elle était de mère blanche et de père musulman. On l’appelait « la bâtarde », mais elle était tolérée et les autres jouaient avec elle. Jusqu’au jour où ils ont appris qu’il n’en était rien et que son père aussi était blanc.
Du jour au lendemain, elle a été rejetée, insultée, et le conflit a vite pris des proportions énormes, à tel point que j’ai fini par ne plus la laisser sortir dans le jardin clos, commun aux résidents du rez-de-chaussée. Les autres enfants la traitaient de sale fille de Blanche, de sale Française, lui disaient que sa mère était une sale pute, qu’elle n’avait rien à faire là, qu’elle n’était même pas une bâtarde…

Lynché à coups de bâtons devant sa femme et sa fille

Vous n’avez pas demandé à leurs parents et à leurs aînés de calmer le jeu ?
Mon ex-mari est allé frapper à leur porte, en pensant que tout ça se réglerait en quelques minutes, mais ils lui ont claqué la porte au nez en lui disant que si nous n’étions pas con­tents, nous n’avions qu’à rentrer chez nous !

Chez vous ? Vous étiez pourtant bien en France…
C’est un territoire qui n’appartient plus à la France. Ce qui est sûr, en tout cas, c’est que nous n’y étions pas chez nous. Ensuite l’hiver est ar­rivé et mes enfants ne sortant plus, les choses se sont momentanément tas­sées. Jusqu’au retour du printemps.
Au mois de mars, comme mes enfants recommençaient à sortir, nous avons reçu des menaces et des lettres nous incitant à partir, sous pei­ne d’être égorgés. Les agresseurs se sont aperçus que je vivais seule, ce qui les a rendus encore plus hostiles, et le fait que je ne les craignais pas n’a pas non plus joué en ma faveur.

Je me suis rendue au commissariat pour déposer deux mains courantes, qui n’ont jamais rien donné. La situation est restée aussi tendue, les enfants d’une dizaine d’années venant jusqu’à mon portillon pour nous insulter, nous traiter de sales putes et de sales Blanches, jusqu’à ce soir du 30 juin, où, après une nouvelle altercation, des adultes sont intervenus pour effrayer ma fille, en lui disant qu’elle n’avait pas à se mélanger avec leurs enfants, qu’ici ils étaient chez eux et qu’ils allaient nous faire la peau.
Nous sommes des provinciaux et mes enfants n’ont pas l’habitude d’entendre de tels discours de hai­ne. Terrorisée, elle s’est réfugiée chez nous. Mon ex-mari et un autre ami, venus fêter mon anniversaire, sont sor­tis pour discuter et se sont alors fait lyncher par sept individus, à coups de bâtons, de planches de bois et de casque. Mon ex-mari a eu un traumatisme crânien, le cuir chevelu ouvert et de multiples contusions, et notre ami une fracture ouverte à deux doigts. Ma fille et moi assistions à la scène.

Jusqu’alors, je prenais leurs me­naces pour des paroles en l’air, je croyais leur hostilité due à la jalousie, parce que nous avions une vie agréable. C’est seulement ce jour-là que j’ai réalisé que ce n’était pas le cas et qu’il s’agissait vraiment d’une haine raciste. J’ai alors décidé de partir et je suis aujourd’hui persuadée d’avoir fait le bon choix, même si j’ai tout perdu et que de­puis, je galère.

« On va te trancher la gorge, sale Blanche »

L’intervention de la police vous a libérés…
Oui, les policiers m’ont protégée. Mes enfants étaient enfermés dans mon appartement et j’étais sortie pour accompagner les pompiers, qui prenaient en charge mon ex-mari et notre ami pour les em­mener au CHU de Melun.
C’était la cohue, la jubilation to­tale, tout le monde trouvait normal que nous partions. Nos agresseurs m’insultaient et me menaçaient de mort devant les policiers, sans au­cune gêne ni crainte : ils m’ont dit qu’ils nous trancheraient la gorge, à ma fille et à moi : « Ne t’inquiète pas, on va te retrouver, tu ne seras pas toujours protégée, on va te trancher la gorge, sale Blanche, tu n’avais rien à faire ici… »

Une dizaine de policiers m’entouraient. Ils m’ont laissé quinze min­­utes pour prendre le maximum d’affaires, on a tout balancé dans ma voiture, et je suis partie avec mes deux enfants. Le lendemain, nous sommes revenus pour déménager, escortés par les policiers.

Vous avez pu revendre votre appartement ?
Oui, je l’ai mis en vente le lendemain du déménagement. Je n’y ai jamais remis les pieds, l’agent immobilier s’est occupé de tout. J’ai démissionné de mon poste d’assistante d’éducation dans l’Education nationale – je ne pouvais pas faire de demande de mutation – et je me suis rapprochée de l’endroit où ha­bite mon ex-mari – ma fille avait be­soin de se rapprocher de lui après ce qui s’était passé. Depuis, j’enchaîne les CDD.

Comment se sont passés l’enquête et le procès ?
Notre dossier s’est trimbalé de commissaire en commissaire. Ces po­liciers, quoique compréhensifs, ne disposaient pas de tous les éléments et ne comprenaient pas tout.
Ils n’ont pas les moyens d’agir comme il le faudrait et ne servent pas à grand-chose.
Après l’agression, j’avais de­mandé que ma fille soit entendue et l’on m’avait répondu qu’elle était trop jeune. J’avais renoncé, mais on m’a rappelé un an plus tard en me disant qu’elle devait être interrogée.
Cette affaire l’avait traumatisée, elle avait dû être suivie par un psy pendant un an : il ne fallait pas la replonger dans cette histoire et j’ai refusé, ce qui m’a été reproché au tribunal.
Ce n’est pas un an après des faits traumatisants que l’on interroge une enfant de onze ans : si les ma­gistrats ne sont pas capables de le comprendre, tant pis.

La justice laisse les lyncheurs en liberté !

Quel est le résultat du procès ?
Sur les sept hommes qui avaient lynché mon ex-mari et notre ami, trois seulement ont été interpellés et traduits en justice. Un seul s’est présenté à l’audience, où il est arrivé tranquille avec sa mère ou sa tan­te, en rigolant et les mains dans les poches : le plus chétif, et ça a joué en notre défaveur. En voyant mon ex-mari et notre ami, qui me­surent tous deux 1,90 m, ceux qui n’avaient pas vécu la scène ne pouvaient pas imaginer que sept petits merdeux comme ça leur soient tom­bés dessus pour les lyncher.
Mais les autres étaient beaucoup moins chétifs…
En dépit de casiers judiciaires chargés, ils ont été condamnés à des peines avec sursis, ou de moins de deux ans de prison fermes : ils ne seront donc pas emprisonnés.
La justice ne leur donne pas raison, mais pas tort non plus… Finalement, ils font ce qu’ils veulent.

Comment expliquez-vous que le tribunal n’ait pas retenu l’accusation de racisme, puisqu’un procès-verbal de police atteste de ces propos ?
Je l’ignore. Les juges se sont retirés, puis ont rendu leur verdict. Le procureur, qui était une femme, est parti du principe que dans une ba­garre, les deux parties ont forcément une responsabilité. Mais il n’y a pas eu bagarre, il y a eu lyncha­ge.

Mon ex-mari est très pacifique et ne s’est jamais battu de sa vie, pourtant on lui a reproché d’avoir porté un coup, ce qui n’a pas été dé­montré.
Le procureur d’ailleurs dit lui-même que le certificat médical produit par l’agresseur est suspect et que lors de la confrontation organisée deux jours après les faits, les policiers n’ont constaté aucune trace de coup sur lui.
Et pourtant, cette femme a de­mandé la con­damnation de mon ex-mari à une amende, en expliquant qu’elle ne voulait pas envenimer les choses après trois ans et qu’elle était là pour calmer les esprits. Ce n’est pas comme ça qu’elle les calmera !
Où je vis aujourd’hui, je côtoie des musulmans complètement fran­­cisés, qui ont honte de ce qui s’est passé pour moi et ma famille ; mais à mon avis, ils restent une mi­norité.

Propos recueillis par Pierre-Jean Rivière

Article de l’hebdomadaire “Minute” du 26 juin 2013 reproduit avec son aimable autorisation. Minute disponible en kiosque ou sur Internet.

Crédit photo : DR.

"Les autres enfants traitaient ma fille de sale fille de Blanche", un témoignage exclusif et effrayant

http://fr.novopress.info

Ils ne sont pas seulement « tous pourris », c’est encore pire…

Notre classe politique commence à s’inquiéter. Revenu de son Tour de France, le député MoDem Jean Lassalle a confessé avoir été terrorisé par la haine que les Français portent à leurs prétendus représentants. L’abstention et le résultat des élections législatives de Villeneuve-sur-Lot n’ont pas dû le rassurer.

Désireux de conjurer cette lame de fond qui se traduit par une montée en puissance du Front national, dix députés de l’UMPS ont proposé, dans les colonnes du Nouvel Observateur, qu’il soit mis un terme aux privilèges des parlementaires afin que la confiance soit renouée entre le pays réel et la classe politique.

Une telle proposition témoigne d’une profonde incompréhension des motifs de la juste colère du peuple français : si nos concitoyens éprouvent un profond ressentiment envers leur classe politique, ce n’est pas parce qu’elle dispose de privilèges, mais parce que, depuis maintenant au moins trois décennies, elle prend le cœur léger des décisions qui sont objectivement et de toute évidence contraires aux intérêts de la France. Richelieu et Mazarin se sont extrêmement enrichis lorsqu’ils avaient en main les rênes de la France. La postérité cependant ne songerait à le leur reprocher, leur politique ayant été bénéfique à notre pays. [...]

Adrien Abauzit - La suite sur Boulevard Voltaire

http://www.actionfrancaise.net

Interdire les toilettes à un garçon que ses parents croient fille ? Discrimination !

Le garçon en question a six ans. Oui, six ans ! A Denver, Colorado, le petit Coy Mathis fréquente une école élémentaire depuis la rentrée 2011. En l'inscrivant, ses parents avaient demandé qu'il soit traité, comme il l'était déjà à la maison, en petite fille, expliquant qu'il est « transgenre » : jusqu'à l'hiver dernier, le petit Coy avait donc accès aux toilettes des filles, là où il y avait des toilettes séparées. Mais, sans que l'école rende la raison publique, cela lui a été interdit au retour des vacances. Il lui était proposé d'utiliser les toilettes des garçons, celles des professeurs ou celles de l'infirmière de l'école.
Colère et indignation des parents !

Sa maman, Kathryn Mathis, a souligné combien il était « dangereux » pour une petite fille de devoir utiliser les toilettes des garçons… Avec son époux, Jeremy, un ancien Marine, elle en a fait une affaire très médiatisée, accordant des interviews à la presse et apparaissant dans des talk-shows à la télévision.

Les Mathis, assistés du « Transgender Legal Defense and Education Fund », se sont aussitôt tournés vers la Division des droits civiques du Colorado – nous sommes alors en février. Le 18 juin, le directeur de cet organisme, Steven Chavez, explique que l'attitude de l'école rappelle la ségrégation qui avait cours avant le mouvement des droits civiques, cette ségrégation qui reposait sur le principe que les Noirs et les Blancs sont « séparés mais égaux ». Donc, les droits de Coy Mathis avaient été violés. Et son école y est qualifiée d'« hostile, discriminatoire et n'offrant pas un environnement sûr » en raison de son refus de laisser le garçonnet faire usage des toilettes des filles.
Il n'est peut-être pas nécessaire de préciser que c'est une première…
Coy Mathis a une grande sœur, autiste, et une petite sœur, et aussi une sœur et un frère nés en même temps que lui : l'autre garçon est autiste lui aussi, et la sœur triplée a été victime d'un virus à la naissance qui l'a laissée paraplégique et elle nécessite des soins constants.
C'est à cinq mois que ses parents ont commencé à « s'apercevoir » que Coy se sentait fille – parce qu'il avait attrapé la couverture rose d'une de ses sœurs. Plus tard, il ne montrait guère d'intérêt pour les jouets traditionnellement « mâles » et avait plutôt tendance à graviter vers les jouets et les vêtements des filles. A quatre ans, il a expliqué à ses parents que quelque chose clochait dans son corps.
Déprimé quand on lui coupait les cheveux, il a commencé à refleurir, assurent les parents, lorsqu'ils ont commencé à le traiter comme une fille (ou plus exactement, sans doute, comme ses sœurs…), sur la recommandation d'un psychiatre qui l'a diagnostiqué « transgenre ». Tout le monde s'adresse à lui avec des pronoms féminins et il paraît que, revêtu de robes à froufrous, il (pardon, toute la presse américaine dit « elle ») a retrouvé le sourire. Sans compter que sa mère donne des interviews sur son cas en sa présence.
Que ce garçon soit victime d'un désordre, soit de lui-même, soit en raison des circonstances familiales, et même pour toute autre raison, paraît évident. Ce qui est notable, c'est le refus de vouloir essayer de traiter le désordre qu'on ne qualifie plus comme tel depuis que l'Association psychiatrique américaine l'a décidé. On a pourtant de nombreux exemples de thérapies réussies qui ont permis à un enfant biologiquement fille ou garçon de se sentir à l'aise dans sa propre identité.
LifeSite cite la vice-présidente de l'American College of Pediatricians qui, après avoir souligné que les enfants intègrent des messages émis par leurs parents même pendant la petite enfance et que si ces messages sont confus ou brouillés, ce qui peut se refléter dans l'affirmation qu'ils aimeraient faire partie de l'autre sexe. « Le sexe biologique n'est pas un désordre ; permettre à un enfant de désavouer son sexe biologique l'est bel et bien. Personne ne naît transgenre : cela a été établi grâce à des études sur les jumeaux », affirme-t-elle.
L'université John Hopkins a cessé de pratiquer des opérations de changement de sexe en constatant qu'elles n'entraînent aucune conséquence bénéfique, tandis que certaines personnes opérées finissent même par revenir à leur identité d'origine. Le responsable de ces opérations a abandonné en expliquant qu'« on ne donne pas de liposuccion à un anorexique ».

Gender : objection des parents en Espagne

Leonor Tamayo, objectrice, mère de famille nombreuse, fut la coordinatrice de la campagne contre l’Education pour la Citoyenneté (EpC), contre le gender à l'école. Elle déclare :

 

"Notre combat contre les enseignements idéologiques de l’ Education pour la Citoyenneté (EpC), que Zapatero a imposé avec sa réforme des programmes scolaires, a commencé il y a déjà sept ans. Dès le début, nous avons clairement vu que la meilleure arme dont nous disposions pour défendre le droit des parents à éduquer leurs enfants était l’objection de conscience, et que les parents eux-mêmes devaient être les acteurs de ce mouvement. Le rôle des grandes associations nationales, des partis politiques ou de l’Eglise devait être de les soutenir mais en aucune façon de se substituer à eux dans leur responsabilité de premiers éducateurs.

La première étape de l’engagement fut l’édition d’un Guide pour parents, sous forme de questions réponses, permettant de percevoir la gravité du danger, la nécessité de se soulever contre celui-ci, la façon de le faire, tout en incluant quelques notions juridiques élémentaires.

Nous nous sommes mis en relation avec toutes les associations nationales parentales, familiales et de la liberté de conscience, en leur demandant de soutenir l’initiative et de collaborer à la diffusion de ce guide. Le soutien a été unanime et il englobait les principales associations familiales, les associations officielles de parents des écoles catholiques (qui en Espagne ont un poids très important dans le système éducatif), la direction des centres de l’enseignement privé (le CECE).

[...] Nous étions loin d’imaginer que notre résistance et notre projet deviendraient un mouvement social sans précédent en Espagne et probablement en Europe, même si nous le désirions et étions prêts à tout donner. En effet, nous ne nous attendions pas à l’énergie, au courage et à la fermeté des parents qui voient la liberté, leurs droits fondamentaux et surtout la formation et l’avenir de leurs enfants menacés. Voilà la clé du succès. [Lire la suite]"

Michel Janva  http://www.lesalonbeige.blogs.com/

29/06/2013

Une future purge anti-catho dans l’armée?

PARIS (NOVOpress) - Connaissez-vous l’affaire du Lys Noir ? Non ce n’est pas un roman, ni le titre d’un film d’espionnage yankee, mais bien une histoire franco-française de coup d’état, de machiavélisme et peut-être de canular.

A l’origine de l’affaire, un article publié dans “La revue de l’arsenal” de juin 2013 , revue du groupe d’extrême-droite le Lys Noir et dont les lecteurs sont en majorité des militaires. L’article explique que rien ne va plus chez les officiers de l’armée française, et plus particulièrement chez les cathos, chez qui l’on envisagerait sérieusement un coup d’état. Il nous explique que l’idée du putsch suit son petit bonhomme de chemin et que les brutalités policières et arrestations abusives lors des manifs pour tous a profondément renforcé l’indignation et la colère (des centaines d’enfants d’officiers chez les victimes de gardes à vue…).

Et de donner des noms de futurs officiers potentiellement putschistes et pas n’importe lesquels : Benoît Puga, Pierre de Villiers et Bruno Dary. Pour les néophytes, le premier est le chef d’état-major particulier du président himself, le second est général d’armée, le troisième l’ancien gouverneur militaire de Paris. Le gratin de la grande muette.

Dans le journal “L’opinion” (10 juin 2013) qui avait aussi interrogé Netchaev, un représentant du Lys noir sur cette affaire, le général Dary exprime son indignation et dit se sentir atteint dans son “honneur de soldat et d’officier général” et parle d’“affabulations”.
Il rappelle qu’il fait partie d’une armée laïque et qu’il ne faut pas faire d’amalgame avec “la participation éventuelle de cadres ou de leurs enfants à la Manif pour tous… que cette participation relève du domaine privé, tant que les lois de la République sont respectées” (le général s’est profondément investi dans l’organisation de la “Manif pour tous”).

Et si c’était un coup monté afin de trouver un prétexte pour purger l’armée de ses généraux catholiques ? C’est en tout cas l’idée suggérée par Pierre Jovanovic qui commentait cette histoire sur son blog. Et cela semble plausible.
En effet, Netchaev nomme ces généraux, “balance” serait un mot plus juste… Pour quelqu’un qui paraît-il soutient les futurs putschistes, ça se pose là tout de même… Si on voulait faire capoter le putsch, on ne s’y serait pas pris autrement.

Comme pour renforcer l’aspect montage de cette histoire, on trouve sur YouTube une vidéo gratinée du Lys Noir : 5 types encagoulés qui revendiquent une lutte armée contre “l’empire du bien” (le mondialisme et l’immoralité si j’ai bien compris). Le problème, c’est que cette vidéo est si mal faîte qu’on se demande si ce n’est pas un sketch ! Un des protagonistes lit une sorte de déclaration en trébuchant sur tous les mots, le discours est mal écrit, les idées mal formulées, un véritable capharnaüm. Un mélange de clowneries, de folie et de connerie.
On se surprend à penser que ce sont des acteurs. Un des types relève son sac plastique (oui, un sac plastique, pas un collant) pour pouvoir allumer sa clope…). Des phrases comme “On n’en a rien à péter, on va tout péter”, il y en a à foison.
On n’imagine pas le général Dary taillant une bavette avec ces individus, et encore moins préparer un putsch…

Mais ce qui donne aussi ce sentiment de mise en scène, c’est la réaction du gouvernement sur le sujet: le ministre de la défense Jean-Yves Le Drian dit “prendre très au sérieux” ces menaces et cette colère qui grandit dans le milieu des officiers catholiques… Ça sent la purge…
Et puis créer une fausse menace pour légitimer l’éviction des seuls français susceptibles de menacer le pouvoir en place (ils sont armés et motivés), ce serait bien dans le genre de notre gouvernement, non ?

Franck Vinrech http://fr.novopress.info

Jacques Bainville, le traité de Versailles et le retour de l’Allemagne

Rares sont ceux à qui le nom de Jacques Bainville évoque encore quelque chose. Ce journaliste historien surprenait déjà ses instituteurs quand, encore écolier, il livrait des analyses sur la situation internationale dépassant parfois les leurs. Malgré sa stimulante et synthétique Histoire de France et d’autres ouvrages remarquables il est (trop peu) passé à la postérité comme un prophète. En 1920, il publia Les conséquences politiques de la paix, complément autant que réponse aux Conséquences économiques de la paix de John-Maynard Keynes et sans doute un des livres dont l’insuffisante lecture donne à l’histoire des allures de tragédie racinienne. Gardant à l’esprit que  « erare humanum est, perseverare diabolicum », je vais tâcher de présenter ici l’essence de cet ouvrage avant de démontrer les apports considérables que l’on peut encore tirer de sa lecture.

Keynes dénonçait dans son ouvrage le traité de Versailles. La sévérité des sentences économiques (réparations, confiscations, occupations…) imposées à l’Allemagne défaite devait non seulement être improductive, feu le Reich devenant insolvable car ruiné et privé de toute perspective de redressement, mais même dangereuses pour l’Europe et le monde, la perturbation des échanges et l’instabilité empêchant toute reprise sérieuse de l’économie. On lira donc avec profit cette démonstration ainsi que la critique qu’y a apportée Etienne Mantoux (La paix calomniée-les conséquences économiques de M. Keynes). Retenons ici la thèse de Keynes : la paix est mal faite car la misère allemande parasitera l’économie générale et génèrera des frustrations chez les Allemands dont les traductions sociales et politiques ne pourront que rajouter à l’instabilité.

Bainville s’accorde sur un point : la paix est mal faite. Il ne vilipende cependant pas la dureté du traité de Versailles. L’idée maîtresse des Conséquences politiques de la paix est la suivante : pour la France, la menace germanique doit toujours être amoindrie. Le danger de l’invasion orientale remontant selon lui aux mérovingiens[i] avait été amoindri par Mazarin[ii] qui offrit une garantie française au morcellement du Saint-Empire-Romain-Germanique lors du traité de Münster en 1648 – on verra là-dessus l’article de Bernard Chalumeau. L’unité allemande, d’abord faite contre le Premier Empire, trouva à s’exprimer en détruisant le Second. La rivalité teutonne plus que millénaire pèse lourd dans les ouvrages de l’auteur (Histoire de deux peuples, Napoléon, Louis II de Bavière…) et dans l’antigermanisme de l’Action française dont il fut l’un des plus talentueux représentants. Cette menace à l’est est une hantise, quarante millions de Français étant devenus créditeurs de soixante millions d’Allemands. L’occasion pour la France de se soulager pour longtemps de ce tracas était belle, les Hohenzollern ayant abdiqué, les empires ottomans et austro-hongrois ayant été dissous (et le tsar Nicolas II ayant goûté aux joies révolutionnaires), l’Allemagne reconnue coupable n’étant pas invitée à élaborer la paix qui la concernait d’abord.

Le problème, pour Bainville, est justement que l’Allemagne fut snobée, que l’Allemagne fut condamnée, que l’Allemagne fut défendue par Keynes, que l’Allemagne fut, tout simplement. Il fallait profiter de la situation pour défaire l’œuvre de Bismarck, soit l’unité allemande autour de la maison prussienne de Hohenzollern. Or, assommer l’Allemagne, c’était lui donner reconnaissance dans l’après-guerre, au contraire des autres empires. Certes le fonctionnement impérial était abattu mais la réunion du Wurtemberg, de la Bavière, de la Saxe, etc., autour de Berlin laissait à l’est du Rhin un bloc massif alors qu’il eut été possible d’en décider le morcellement. La paix était donc trop dure pour ce qu’elle [avait] de doux, jetant une population dans une misère stérile, et trop douce pour ce qu’elle [avait] de dur, laissant à la même population un État fédéral qui devait servir tôt ou tard à jeter contre le monde une société écorchée. Bainville, comme Keynes, exprime son inquiétude de voir l’Allemagne renforcée historiquement par un traité sensé la réduire. L’un par humanisme, l’autre par réalisme, avaient bien compris qu’un Saxon repu était moins dangereux qu’un Allemand de Saxe affamé. La perspicacité de l’auteur va plus loin que cette équation selon laquelle misère et État central amèneraient menace sur la France. En gardant à Berlin le cœur d’un espace plus grand que la seule Prusse, il fallait prévoir que le principe des nationalités allait conduire aux revendications germaniques sur les Sudètes, le Holstein, Dantzig et même l’Autriche. L’Anschluss interdite en loi allait de soi en fait. Le même principe qui guidait la geste diplomatique de Wilson devait amener au désordre dans les Balkans convoités par l’Autriche, l’Italie et la Yougoslavie. L’histoire nous apprend combien était puissante la réflexion de Bainville et combien on doit rire au nez de ceux qui lui crachent dessus parce qu’il disait « Vive le Roy ». Je ne voudrais pas priver les lecteurs du bonheur amer qu’offre la lecture de l’ouvrage. Il me semble toutefois important de souligner que sa lecture par les signataires du palais des glaces aurait pu aboutir à un entre-deux guerres très différent. Cette perspicacité ne trouva pas d’auditeurs chez ceux qui donnaient des gages aux électeurs par le fameux « l’Allemagne paiera ! ». On n’a encore jamais vu des hommes mettre au feu les assignats truqués qui les faisaient manger. On peut aussi admettre qu’une réaction vengeresse qui faisait de l’Allemagne le coupable voulait que ce fût l’Allemagne qui fut lapidée. Le sang-froid et la vision de long terme pourrissent dans le cimetière des idées depuis bien longtemps. Sachant qu’il est toujours facile de juger des faits à un siècle d’intervalle, je ne me permettrais pas de condamner les dirigeants de l’époque mais en tant que Français et en tant qu’être sensible, je trouve à mes regrets un air de légitimité. Depuis Polybe, on sait que la critique est aisée mais l’art difficile. Contentons-nous donc de voir ce que l’historien de l’Action française a à nous apporter aujourd’hui

Le plus évident des apports est déjà bien connu depuis que les totalitarismes font couler de l’encre. Jamais la maltraitance économique ne permet de dompter un peuple. Elle est au contraire le plus sûr moyen de s’assurer son hostilité la plus radicale. Si les attaques portées dans Mein Kampf contre la France ont trouvé des récepteurs dans la population allemande, cela est autant une affaire d’assiettes vides que de cimetières pleins. Ni la pérennité de la paix, ni l’intérêt de la France ne se trouvèrent assurés en 1919. Il faut donc, dans la gestion des conflits, penser non seulement à vaincre mais aussi à garantir les acquis (égoïstes ou non) par une conclusion raisonnable qui préfère la justice à la vengeance et l’apaisement à la brutalité dialectique. Ce propos relève de l’évidence aujourd’hui. Ce n’était pas le cas dans l’Europe en larmes et puant la mort d’où écrivait Bainville. Ce qu’il y a d’intéressant dans l’ensemble de son ouvrage n’est d’ailleurs pas un appel au pacifisme et à la fraternité idéalisée. Il faut profiter de la paix, mais il faut le faire avec justesse, ce que ne permet pas l’étranglement économique des vaincus. Aussi propose-t-il de frapper la menace germanique au cœur sans trop compromettre le niveau de vie de la population.

La situation se résume en fait à un dialogue violent dont on croyait s’épargner les douleurs en réduisant l’interlocuteur au silence. Bainville propose de dissoudre l’interlocuteur allemand pour que la France traite à l’avenir avec un amas de puissances mineures entre lesquelles la discorde pourrait être semée. Aujourd’hui encore, chaque candidat à la domination joue du particularisme local contre les Nations (voir notre article sur les identités régionales). C’est le sempiternel « diviser pour mieux régner ». Il y avait de bonnes raisons de miser sur cette stratégie, l’Allemagne étant fédérale depuis le Saint Empire romain germanique jusqu’à la confédération du Rhin et n’ayant été dominée par la Prusse que grâce au génie de Bismarck et au prix de l’Autriche. La proposition ne manquait donc ni de justification historique (la France ne faisant que défaire par Clemenceau ce que Napoléon avait déclenché), ni de possibilité d’application concrète. Mais comme dit précédemment, ratifier devant Lloyd Georges l’occupation de la Ruhr et la confiscation des moyens militaires, c’était insidieusement ratifier devant l’histoire la pérennité de l’Allemagne, au grand bénéfice de l’Angleterre notamment. On ne saura jamais dans quelle mesure l’application des Conséquences politiques de la paix aurait changé l’histoire. On peut toutefois les relire pour obtenir de l’avenir quelque avantage.  Il s’agira d’abord de faire preuve de méfiance envers toutes les divisions que l’on tentera d’imposer à la France, sachant désormais que la pseudo libération d’une tutelle centrale ne sert en fait que le déclassement géopolitique vis-à-vis des « libérateurs ». Cette attention portée à l’unité vaut autant pour le régionalisme (voir à ce sujet Minorités et régionalismes de l’excellent Pierre Hillard) que pour la question religieuse. La fracture avec les musulmans que les fainéants et les imbéciles prétendent inéluctable devra compter sur les musulmans patriotes des « Fils de France », de Yacine Zerkoun et de tant d’autres qui prient cinq fois par jour pour leur foi et soixante fois par heure pour le pays que nous partageons. La France a d’autant plus de raison de balayer d’un revers de main ces invitations à l’éclatement que son histoire est toute différente de celle de sa voisine.

Passée cette prudence, il nous faut user du principe de morcellement face au prédateur composite en quête d’hégémonie et qui est le véritable adversaire. La division de l’Allemagne n’était pas souhaitable pour l’envahir avec plus de facilité mais pour laisser à la France suffisamment de forces pour continuer à jouer sa partition dans le concert des nations. La même pièce se joue aujourd’hui avec des acteurs différents.  Quelques éclatements peuvent donc jouer en notre intérêt :

  1. Une multipolarité géopolitique qui ne cède pas plus au droit-de-l’hommisme atlantiste qu’à la désertion par les puissances moyennes de la scène internationale.
  2. Un retour du politique  qui fractionne les blocs, à commencer par l’Union européenne telle qu’elle se présente aujourd’hui et pour éviter la constitution d’un État-marché mondial et uniformisé où les États-nations ne seraient plus que les législateurs de quelques grandes carcasses en quête de profits
  3. Une rupture manifeste des producteurs avec une oligarchie égoïste non pour affaiblir des États mais pour enrayer leur action dans un processus de prédation

En somme, les ruptures verticales de Marx et les ruptures horizontales des enracinements territoriaux. Quel regret à rompre avec une femme qui vous trompe tout en détruisant votre maison avec votre argent ? En 1919, il s’agissait donc de se libérer d’une inquiétude pour être réactif et effectif dans les autres questions internationales. Aujourd’hui, il s’agit de mettre en évidence les lézardes immenses d’un système grotesque qui contredit le réel et dont l’arrogance causera la perte. Il ne s’agit plus de détacher Kiel et Berlin mais de détacher les bras et les têtes d’une exploitation généralisée et qui fait disparaître irrémédiablement les constructions culturelles qui permettent au genre humain de ne pas traverser les âges la tête baissée, enfouie dans une capuche. Puisqu’il prétend être mondial, le nouvel ordre permet de rassembler mondialement face à lui. Il ne s’agit pas de créer un ONU supplémentaire  mais de  multiplier les indépendances puissantes, appuyées sur les identités d’une part et les forces de production réelles d’autre part. On voit aussi, à la lumière de Bainville, le danger des fausses solutions. Asphyxier l’Allemagne ne menait à rien de bon durablement. Prétendre réguler par la négociation des forces qui démontrent constamment leur absence de raison et de bon sens semble tout aussi vain. Il n’y a pas de sauvegarde durable sans implosion du moloch mondialisé. Il n’a pas de frontière mais est attaquable sur des territoires que l’on connaît déjà. La machinerie complexe qui inquiétait Péguy autant que Bernanos repose sur des consentements et des soumissions. La rébellion, paradoxalement égoïste et solidaire, lui serait donc fatale mais, comme toute révolte, elle appelle vigueur et caractère, fournitures disponibles au seul magasin de l’histoire.

Certains crieront au bellicisme, diront comme François Mitterrand que « le nationalisme, c’est la guerre » et que le modèle candidat à l’hégémonie est préférable à l’incarcération des Pussy Riot ou à l’Iran nucléaire. Je leur demanderai de bien vouloir me dire quand le monde a-t-il été pacifique et de me montrer qu’il n’y a pas de violence dans cette fonte totale de l’Homme dans le moule du facteur travail. Le plus sourd des aveugles ne pourrait voir dans l’histoire la plus récente l’action d’un bienfaiteur aux ailes blanches planqué dans le ciel d’une « skyline » quelconque. Peut-être que le retour des identités amènera de nouvelles engueulades. Est-il préférable de ne plus pouvoir parler ?

Guillaume Enault http://www.lebreviairedespatriotes.fr

[i]Ce continuum, développé notamment dans son Histoire de France  et dans son  Histoire de deux peuples continuée jusqu’à Hitler, relève clairement de l’anachronisme et d’une lecture téléologique de l’histoire.

[ii]Il continua ainsi l’œuvre diplomatique du cardinal de Richelieu.

23:22 Écrit par pat dans culture et histoire | Lien permanent | Commentaires (0) |  Imprimer |  Facebook | | | | |

LE SECRET C’EST DE TOUT DIRE


Pièces et Main d’Oeuvre, atelier de bricolage pour la construction d’un esprit critique à Grenoble, agit depuis l’automne 2000 de diverses manières : enquêtes, manifestations, réunions, livres, tracts, affiches, brochures, interventions médiatiques et sur Internet, etc.
Pièces et Main d’Oeuvre n’est pas l’enseigne d’un collectif, mais d’individus politiques. Nous refusons la bien-pensance grégaire, qui n’accorde de valeur qu’à une parole réputée "collective", pour mieux la réduire au conformisme, à la paresse et à l’incapacité, dans l’anonymat du groupe. Nous ne souhaitons pas de gens "qui fassent partie", mais - au contraire - nous allier chaque fois que possible et nécessaire avec d’autres "qui fassent " par eux-mêmes.
De même que nous refusons de nous identifier autrement qu’aux anonymes, ceux qui n’ont jamais la parole, nous refusons l’expertise, cette ruse du système technicien pour dépolitiser les prises de décisions et déposséder les sociétaires de la société de leur compétence politique. Ce refus vaut pour la "contre-expertise", cette ruse du système technicien pour infiltrer et retourner les oppositions à la tyrannie technologique.
En bref : nous considérons que la technologie - non pas ses "dérives"- est le fait majeur du capitalisme contemporain, de l’économie planétaire unifiée. La technologie est la continuation de la guerre, c’est-à-dire de la politique, par d’autres moyens. Si la police est l’organisation rationnelle de l’ordre public - de la cité - et la guerre un acte de violence pour imposer sa volonté à autrui, cette rationalité et cette violence fusionnent et culminent dans la technologie, par d’autres moyens. La technologie, c’est le front principal de la guerre entre le pouvoir et les sans-pouvoir, celui qui commande les autres fronts. Cela ne veut pas dire qu’il n’y ait pas d’autres fronts, mais que chaque innovation sur le front de la technologie entraîne en cascade une dégradation du rapport de forces entre le pouvoir et les sans-pouvoir sur tous les autres fronts.
Quant à notre pratique, nous savons qu’on ne gagne pas toujours avec le nombre, mais qu’on ne gagne jamais sans lui, et moins encore contre lui. Nul à ce jour n’a trouvé d’autre moyen de transformer les idées en force matérielle, et la critique en actes, que la conviction du plus grand nombre. Nous soutenons que les idées sont décisives. Les idées ont des ailes et des conséquences. Une idée qui vole de cervelle en cervelle devient une force d’action irrésistible et transforme le rapport des forces. C’est d’abord une bataille d’idées que nous, sans-pouvoir, livrons au pouvoir, aussi devons-nous être d’abord des producteurs d’idées.
Pour produire des idées, nous nous appuyons d’abord sur l’enquête critique, aliment et condition première, quoiqu’insuffisante, à toute action. Si la critique fait feu de tout bois, ce bois c’est l’enquête qui l’amasse. Si nous avons semé quelques doutes, par exemples sur les nanotechnologies et les technologies convergentes, sur la biométrie, les RFID et les neurotechnologies, sur le téléphone portable et nombre de sujets connexes, sur la destruction du territoire, la cannibalisation de "l’écosystème" par le système technicien, c’est à force d’enquêtes, de harcèlement textuel, d’interventions lors d’occasions officielles.
Une critique dont on peut énoncer quelques lignes élémentaires : Anticiper. Contester à propos, avant coup plutôt qu’après coup - les nanotechnologies par exemple. Etre offensif plutôt que défensif. Faire la différence en se concentrant sur le point aveugle de la critique, plutôt que faire nombre en clabaudant en choeur des évidences. S’emparer des symptômes d’actualité pour remonter à la racine des maux. Instruire à charge, en laissant au système qui en a plus que les moyens le soin de sa défense. Ne jamais dénoncer les malfaisances sans dénoncer les malfaiteurs. Ne jamais répondre à leurs manoeuvres de diversion et de récupération. Ne jamais lâcher le front des nécrotechnologies.
Ainsi formons-nous l’espoir qu’à Grenoble et ailleurs se multiplient les enquêteurs et les enquêtes, liant le local au global, le concret à l’abstrait, le passé au futur, le particulier au général, afin de battre en brèche la tyrannie technologique, et d’élaborer de technopole à technopole une connaissance et une résistance communes.

http://www.piecesetmaindoeuvre.com/

23:10 Écrit par pat dans culture et histoire | Lien permanent | Commentaires (0) |  Imprimer |  Facebook | | | | |

Mouvement de masse et guerre de l’information

 

Le mouvement contre le mariage pour tous a réactualisé une problématique qui était considérée comme obsolète depuis la disparition progressive des vagues d’agitation gauchistes dont le point culminant fut les évènements de mai 1968. Plusieurs enseignements sont à tirer dès maintenant de cette nouvelle phase de relance de pratiques subversives, initiées cette fois-ci par des forces de la société civile majoritairement positionnées à droite de l’échiquier politique. 

Les évènements actuels sont dominés par deux modes d’action très imbriqués : la manifestation de rue et l’activisme des réseaux sociaux sur Internet. Il nous a semblé intéressant de rapprocher ces deux notions dans le décryptage des évènements liés au mouvement contre le mariage pour tous. Jusqu’à présent, la combinaison de ces deux modes d’action était très factuelle et ne débouchait pas sur une dynamique durable d’ampleur nationale, voire internationale. C’est la première fois dans la jeune Histoire de la société de l’information que l’expression publique dans la rue est articulée avec autant d’efficacité et d’efficience que l’usage offensif d’Internet par le biais des réseaux sociaux.

 

L’imbrication du mouvement de masse dans la toile
L’analyse des évènements actuels fait ressortir une combinaison innovante de l’art de la manifestation de rue (conçu entre le XIXe et le XXe siècle) avec les nouvelles techniques de prise de parole (sites Internet, blogs, pages Facebook), par les Smartphones (SMS, prise d’images et de vidéos) et Twitter.
L’usage subversif de la manifestation de rue est l’un des produits des révolutions françaises (1789, 1830, 1848). Il devint par la suite un des actes marquants du militantisme propagé par les courants marxistes et libertaires. Au XXe siècle, cette tactique est reprise par les courants révolutionnaires russes et instrumentalisés par les Bolchéviks. La succession des expériences révolutionnaires dans l’Europe des années 30 élargit son utilisation aux courants de pensée d’extrême droite (Marche sur Rome des fascistes italiens, défilés des SA du parti nazi allemand, manifestation des Croix de feu et des Ligues nationalistes le 6 février 1934 à Paris). Mais la théorisation de cette tactique est réalisée par Mao Tsé Toung qui l’intègre dans une notion plus large de portée stratégique : la notion de mouvement de masse, colonne vertébrale de la pensée du courant maoïste lors de la Révolution culturelle officialisée en 1966 (mobilisation de fractions de la jeunesse chinoise contre certains dirigeants et cadres du Parti).
Dans la praxis révolutionnaire, la notion de mouvement de masse est mise en avant pour vérifier l’écho des thèses révolutionnaires et souligner leur impact au sein du peuple. Sans mouvement de masse, le combat révolutionnaire est une démarche d’avant-garde qui ne trouve pas sa légitimité historique. Contre toute attente,  le mouvement contre le mariage pour tous de 2012/2103 s’est peu à peu imposé sur la scène politique en prenant appui sur la force de la mobilisation des manifestants dans la rue. Cette montée en puissance d’un mouvement de masse n’est pas simplement le résultat d’un phénomène de bouche à oreille et de répercussion de l’impact des manifestations dans les médias (note 1). Il résulte d’une campagne d’action très soutenue à partir des réseaux sociaux. La dimension prise par ce buzz sur Internet est une des clés pour comprendre le maintien de la mobilisation, l’augmentation graduelle du nombre de manifestants et la capacité d’organisation tous azimuts de manifestations ciblées dans plusieurs zones urbaines du territoire. Cette propagation d’un courant d’idées (que d’aucuns estiment divisé, mais rappelons pour les profanes que les courants révolutionnaires étaient divisés quels que fussent les contextes historiques) est d’autant plus surprenante qu’elle n’émane pas d’un centre de commandement longtemps positionné à l’avance (note 2). Aucun parti de l’opposition ne s’attendait à l’ampleur de cette vague protestataire. Il en est de même pour les partis au pouvoir. L’analyse de ce syncrétisme entre des méthodes d’agit-prop traditionnelles et de pratique offensive du web nous semble illustrer de manière très didactique les critères de guerre de l’information par le contenu. La notion de guerre de l’information par le contenu est théorisée au sein de l’Ecole de Guerre Economique (note 3) qui a déjà publié de nombreux articles sur le sujet (note 4).

Un syncrétisme des techniques offensives de management de l’information
Les méthodes d’agit-prop initiées par le collectif contre le mariage pour tous sont un condensé de multiples pratiques déjà employées par des mouvements protestataires dans le passé mais enrichies par une créativité propre à ce mouvement :

L’intérêt de ce mouvement est la démultiplication des opérations militantes qui rappellent  le principe du slogan maoïste: « Une étincelle peut mettre le feu à toute la plaine ». Si comme tentent de le démontrer les journalistes Abel Mestre et Caroline Monnot du quotidien Le Monde, des pratiques militantes de nature idéologique se sont greffées dans la dynamique militante, leur influence reste très circonscrite à des cercles périphériques à un mouvement de protestation multidimensionnelle. Les dissidents du Printemps français prônent la radicalisation politique des opposants au mariage gay par le biais d’un site Internet et d’un compte Twitter. Cet activisme principalement virtuel use de symboles tels que le graphisme agressif du poing tendu qui voisine étrangement avec la référence apaisante au pacifisme de  Gandhi. Les initiatives des groupuscules d’extrême droite ont elles aussi pour l’instant une portée marginale et se limitent à des manœuvres de galvanisation de la foule en marge des manifestations nocturnes, à des blocages de la circulation et à des collages d’affiche sur des permanences du Parti Socialiste ou sur un site parisien qui accueillait l'Inter-LGBT (Lesbiennes, Gay, Bi, Trans). La présence du mouvement religieux Civitas dans des manifestations collatérales n’a pas non plus changé l’orientation première du mouvement.
Les « opérationnels » du mouvement contre le mariage pour tous sont à l’origine d’un syncrétisme entre des techniques subversives de propagande et des méthodes propres au monde de l’intelligence économique ou des ONG. Pour ce qui concerne l’intelligence économique, ce mouvement a ouvert la voie à une forme de démocratisation du lobbying qu’aucun cabinet de conseil spécialisé dans le domaine ne serait en mesure d’égaler. En revanche, la cartographie et la traçabilité des prises de position des parties prenantes réalisée au niveau des parlementaires est la reproduction typique d’une technique de plus en plus usitée par les agences de communication et les structures spécialisées dans la communication d’influence. L’un des points forts du mouvement est la manière de pousser les autorités dans leurs contradictions, à l’image du refus de la préfecture de police de communiquer les images de la manifestation du 24 mars.
Les techniques de pression psychologique sur des leaders d’opinion ou des responsables politiques sont comparables à celles pratiquées par les acteurs de la société civile. Des ONG  comme Greenpeace, figure emblématique des défenseurs de l’environnement, ont systématisé ce type de mode d’action pour faire parler d’elles dans les médias et accroître leur notoriété.
C’est notamment le cas des techniques de harcèlement épistolaire ou téléphonique  (courrier envoyé à tous les  parlementaires, communications téléphoniques répétées auprès des responsables de la Préfecture de Police ou de la  Mairie de Paris (cf. polémique sur la pelouse du Champ de Mars). La tentation de pratiques de désobéissance civile comme le projet de campagne de vider les livrets, les appels à forcer le traitement manuel de la déclaration de revenus ou de contrepouvoir électoral (composition de listes électorales aux prochaines élections municipales) sont le prolongement possible de cette nouvelle forme de stratégie de la tension informationnelle.
Le mouvement contre le mariage pour tous n’a pas encore de centre de commandement politique digne de ce nom comme le laissent pressentir les déclarations parfois confuses et contradictoires de l’une des porte-parole improvisée, Virginie Tellenne. Il a fait preuve en revanche d’une organisation logistique d’une efficacité remarquable compte tenu du caractère spontané de son développement au cours des derniers mois. La gestion financière des manifestations (note 5) et l’organisation de la venue d’une telle masse de manifestants implique un suivi de nature quasi militaire. La logique d’entraide des manifestants est le point novateur de ce savoir faire dans la mesure où la capacité de mobilisation se mesure aussi par les propositions de covoiturage, d’hébergement, de babysitting, de parrainage financier pour aider des familles à manifester. Le service de sécurité dirigé par le jeune militant Albéric Dumont a démontré lui aussi une certaine maîtrise de la situation dans la mesure où il a su réunir et structurer plusieurs milliers de bénévoles répartis selon les tâches à accomplir : gilet jaune pour l’accueil des participants, gilet rouge pour la sécurité, gilet vert pour la logistique. Le dialogue permanent entretenu avec les services de police a été un gage de réussite qui n’est pas cependant un chèque en blanc pour l’avenir.

Une pratique intensive mais parfois déficiente de la guerre de l’information
L’une des particularités du mouvement contre le mariage pour tous est le recours systématique à tous les ressorts de la société de l’information. Le système interne de pilotage du Pôle web est un travail militant de nature quasi professionnelle par la qualité du suivi de l’actualité, de la veille sur les prises de parole amies et hostiles, de la relation entretenue avec la presse internationale. La cellule presse a réussi à sensibiliser des journalistes étrangers et une partie de la population sur la tendance de medias français à pratiquer l’omission, l’autocensure ou la dépréciation de la force du mouvement.
La création de centaines de sites et de blogs sur Internet (note 6) est une des preuves de la particularité de cette mobilisation dont la presse ne rend compte qu’avec une parcimonie pour le moins surprenante. Chaque antenne régionale du mouvement contre le mariage pour tous pour tous dispose d’un blog, d’une page Facebook et d’un compte Twitter. Les flux informationnels qui transitent par  ces relais virtuels ont des objectifs bien précis :

  • Sensibilisation des internautes.
  • Préparation des manifestations.
  • Diffusion de preuves par prises de photographies lors des manifestations.
  • Diffusion des témoignages.
  • Communication des sondages en ligne.
  • Campagne de résonance sur les réseaux sociaux (cf. htag #floppourtous).

Certains activistes du web mènent aussi des attaques informationnelles :

  • Recueil de témoignages sur les dérives liées au mariage homosexuel (échec dans l’éducation d’enfants élevés par des couples homosexuels).
  • Diffusion de photos chocs extraites de manifestations en faveur du mariage gay et nuisibles à leur image.
  • Attaque ciblée contre Pierre Bergé (note 7) et Jean Pierre Michel.

Mais cet activisme du net a ses limites tactiques comme le démontre l’incapacité des organisateurs du mouvement à exploiter une des erreurs grossières commises par le Ministère de l’Intérieur. Lors de la manifestation du 24 mars à Paris, des photos ont été prises de plusieurs  policiers en civil brandissant des matraques télescopiques en acier trempé. La scène est intéressante car lorsqu’on la visionne, on constate que les policiers armés de ces matraques ne sont pas menacés par des manifestants et qu’ils ont une attitude provocatrice. Ils mettent ensuite leur brassard police et se réfugient derrière un rideau de CRS. Le collectif qui organise la manifestation a la preuve visuelle de ce qu’on appelle une provocation policière. Il se contente de diffuser les photos compromettantes sur le web mais ne les exploitent pas dans la polémique qui va suivre. La matraque télescopique est une arme dangereuse qui peut provoquer des coups mortels lorsqu’ils sont portés sur la tête d’un individu. Cette arme n’a donc pas sa place dans une opération de maintien de l’ordre. Les questions posées au Ministre de l’Intérieur auraient pu être très gênantes sur ce point (note 8) car elles contrebalançaient son argumentation non démontrée par des photos sur la présence d’éléments agressifs de groupes d’extrême droite aux abords de la place de l’Etoile.
Au niveau stratégique, la guerre de l’information menée par les opposants au mariage pour tous est pour l’instant un échec (la loi est votée et le Conseil Constitutionnel reste un recours plus qu’aléatoire). Les défenseurs du mariage gay ont joué sur la défense des minorités alors que les opposants se sont battus pour le maintien des valeurs. En termes de guerre de l’information, la résonance des pour reste encore plus forte que celle des contre.

Limites et dépassements du mouvement
Les opposants au mariage pour tous n’ont pas trouvé les éléments de langage pour renverser le rapport de force. Il leur fallait pour atteindre un tel but aller sur un autre terrain que celui du respect ou du maintien des valeurs morales. Le changement de société impulsée par la dynamique anglo-saxonne (théorie du Gender, remise en cause de notre définition des droits de l’homme, non respect de la propriété intellectuelle et des données personnelles, recherche sur l’optimisation du consumérisme par la disparition de la différence entre les sexes) est la toile de fond de ce non débat stratégique. Sur ce point précis, le mouvement contre le mariage pour tous est piégé par son origine idéologique. La relation avec les Etats-Unis et dans une certaine mesure la survie de l’empire américain est le sujet tabou de la droite française. La solitude du général de Gaulle pour tenter de trouver une troisième voie reste dans toutes les mémoires. L’incapacité de dire non à l’influence culturelle du modèle américain sur la France et l’Europe est le caillou dans la chaussure qui bloque toute capacité d’optimiser la guerre de l’information actuelle pour la traduire politiquement dans un mouvement de masse de nature réellement stratégique. Si le recul provisoire du gouvernement sur la procréation assistée peut apparaître comme une concession faite à ce mouvement de masse, il n’est une fois de plus que de portée tactique.
La manifestation du 26 mai prochain sera-t-elle l’arbre qui cache la forêt ? Les retombées du mouvement contre le mariage pour tous sont déjà très perceptibles au sein de l’Eglise catholique. La conférence des évêques de France fortement marquée par la crise de société issue des événements de mai 68 doit faire face à l’émergence d’une nouvelle génération de chrétiens qui sont à la recherche de valeurs spirituelles moins matérialistes. Il ne s’agit pas à priori d’un courant contestataire mais d’un renouveau de la pratique religieuse qui prend de plus en plus en compte les grands débats de société.

Christian Harbulot  http://www.infoguerre.fr
Directeur de l’Ecole de Guerre Economique

Notes

Note 1 : La plupart des médias ont minoré le chiffre des manifestants dès la manifestation du 17 novembre 2012 et ce n’est qu’à partir de la manifestation du 24 mars que la polémique a été évoquée dans les médias sur le comptage des manifestants à partir des photos prises par hélicoptère par les services du Ministère de l’Intérieur.

Note 2 : Le mouvement contre le mariage pour tous est né d’une volonté spontanée de personnes d’individualités et de groupes animés par des convergences de vue en opposition au mariage pour tous. La création d’un collectif Lamanifpourtous issu du Manifeste pour l’humanité durable regroupe plusieurs associations de confession différente mais à majorité chrétienne.

Note 3 : L’Ecole de Guerre Economique est aujourd’hui à la pointe de l’étude de la guerre de l’information par le contenu. Cette légitimité acquise à travers des travaux de recherche menés depuis seize ans vient en appui aux réflexions plus conventionnelles du monde universitaire et complète les vides laissés par des institutions verrouillées par les contraintes gouvernementales. Ce positionnement original nous incite aujourd’hui à faire un état des lieux de la démarche méthodologique multidimensionnelle qui transparaît dans les pratiques militantes du mouvement contre le mariage pour tous.

Note 4 : articles publiés par l’EGE sur la guerre de l’information par le contenu

  • Christian Harbulot, Note sur la guerre des perceptions, CSFRS, avril 2013.
  • Christian Harbulot, Le piège technologique de la cyberguerre, Nouvelle Revue de Géopolitique, numéro de janvier, février, mars 2013.
  • Christian Harbulot, De la guerre de l’information aux cyberconflits, dossier réalisé par le CSFRS pour Enjeux les Echos, mars 2012.
  • Christian Harbulot, Les démocraties occidentales face à la guerre de l’information, Nouvelle revue de Géopolitique, automne 2011.
  • Christian Harbulot et Patrice Lefort-Lavauzelle de l’article Une démocratie peut-elle mener une guerre de l’Information, revue Défense, septembre 2011.
  • Christian Harbulot, Les guerres de l’information dans l’ouvrage Management stratégique de la concurrence, coordonné par Frédéric Leroy et Saïd Yami, Dunod, 2009.
  • Christian Harbulot, Le rôle de l'information dans les conflits asymétriques pour les cahiers n°12 du Collège de l'Enseignement Supérieur de l'Armée de Terre (CESAT), avril 2008.
  • Christian Harbulot et Philippe Baumard de l’article La maîtrise de l’information dans les conflits asymétriques, dans Bulletins d’Etudes de la Marine, 2007.
  • Christian Harbulot et Didier Lucas de l’article Comment résister aux attaques par l’information ?, dans l’ouvrage d’Alice Guilhon et Michel Henri Bouchet, Intelligence économique et gestion des risques, Editions Pearson, juin 2007.
  • Christian Harbulot, De la légitimité de la guerre cognitive, revue de l’Institut de Recherches Stratégiques, janvier 2005.
  • Christian Harbulot, La France et l’Europe face à l’américanisation de l’arme de la connaissance, revue Conflits actuels, mars 2004.
  • Christian Harbulot et Didier lucas, La guerre cognitive, ouvrage collectif de l’Ecole de guerre économique, Lavauzelle, février 2002.
  • Christian Harbulot, La guerre de l’information du faible au fort, numéro spécial de la revue Panoramiques, avril 2001.
  • Christian Harbulot, « Frappes informationnelles sur Internet », numéro d’été la revue Pouvoirs, 2000.
  • Christian Harbulot, Didier Lucas et Alain Tiffreau, Gestion des risques dans le cadre d’une déstabilisation par l’information, étude commanditée par l’Adit, 1999.
  • Christian Harbulot et Pascal Jacques Gustave, Manœuvre médiatique et compétition économique, revue Enjeux Atlantiques, décembre 1998.
  • Christian Harbulot, « Intelligence économique et guerre de l’information », Revue Mars, troisième trimestre 1999.

Note 5 : selon les organisateurs, la manifestation du 24 mars a coût  près de 700 000 euros. 550 000 euros ont été récoltés par des dons de particuliers.

Note 6 : exemple de sites créés dans la mouvance du mouvement conte le mariage pour tous 
http://huonsnosministres.fr/
http://www.printempsfrancais.fr/
http://www.deputespourtous.com/
http://www.senateurpourtous.com/
http://www.lamanifpourtous.fr/fr/
http://www.homovox.com
http://lecampingpourtous.fr/
http://democratiepartout.tumblr.com/
http://www.laissez-nous-voter.org/
http://www.referendum-officiel.fr/
http://www.we-facile.fr/
http://www.mairespourlenfance.fr/
http://www.tous-pour-le-mariage.fr/
http://www.lesmusulmanspourlenfance.com/
http://lamanifdesjuristes.free.fr/
http://www.enmarchepourlenfance.com/
http://enfantsjustice.wordpress.com/
http://www.derapages.org/
http://www.tousenpriere.com/
http://hommen-officiel.tumblr.com/

Note 7 : Pierre Bergé a été au centre d’un certain nombre de polémiques et a lui-même tenu des propos très controversés dans ce débat.

Note 8 : une question au gouvernement aurait pu être posée à l’Assemblée Nationale par un député de l’opposition (la mission de ces policiers en civil, la nature de l’autorité qui leur avait donné l’ordre de porter des matraques télescopiques, et la raison pour laquelle ils avaient sorti, cette arme alors qu’ils n’étaient pas en situation de légitime défense).

Vincent Reynouard - Sens et avenir du combat nationaliste

Strauss-Kahn faux expert, retourne à Miami !

 

130628aOn croyait terminé le festival de Strauss-Cannes. On se trompait.

Ne sous-estimons pas l'écœurement que provoque ce retour immoral.

M. Marini sénateur de l'Oise a exprimé de façon très polie, ce qu'on a envie de crier très fort : "Fallait-il s'empresser à ce point de faire revenir avec une telle invitation dans un palais de la république quelqu'un qui s'est illustré tristement il n'y a pas longtemps, qui a en quelque sorte abaissé la France par son comportement personnel

À mon avis cela mérite réflexion c'est scoop très réussi du point de vue de la commission d'enquête sur l'évasion fiscale que préside mon collègue sénateur du groupe communiste Éric Bocquet. De ce point de vue chapeau ! bravo ! il a tous les médias !

Par rapport à la gravité des faits allégués, aux procédures qui se sont, déroulées tant aux États-Unis qu'en France, je crois qu'un peu de pudeur, disons-le ainsi, serait bienvenu." (1)⇓

BOCQUETM. Marini président de la commission des finances livre ainsi la clef de cette provocation : elle vient du communiste Bocquet. Celui-ci ose déclarer qu'il agissait au nom de la "commission unanime". Avec les staliniens c'est toujours l'unanimité, on connaît la rengaine.

"Le Monde", pas totalement dupe, campe à peine ironiquement la scène "Strauss-Kahn au Sénat, dans ses habits d'économiste"(2)⇓

Que retient l'opinion, sinon ce titre de l'AFP : Au Sénat, DSK éreinte Hollande, Sarkozy et Merkel (3)⇓ : "Le gendarme n'est pas assez armé. Les superviseurs sont nuls... Ce n'est pas avec une Clio qu'on va rattraper une Ferrari. Si on veut surveiller, il faut les bons hommes et la compétence"

Tu as dit "compétence" gros prétentieux ? Mais on t'a vu à l'œuvre dans la première phase de règlement de la crise grecque. Ce dossier a été monté par toi, avec ton compère Papandréou, président de l'Internationale socialiste. Votre exécutant bien élevé, membre du groupe de Bilderberg, s'appelait Papakostantinou. Cet ancien ministre des Finances est aujourd'hui personnellement poursuivi pour ses malversations contre son pays, et curieusement Strauss-Kahn, tu n'en parles pas. Ton but était, en foulant aux pieds une fois de plus le peuple cobaye de Grèce, en instrumentalisant les points faibles, en faisant éclater la solidarité européenne, de hisser la FMI en instance de gouvernance économique mondiale.

Comme pour le communiste Bocquet on peut dire chapeau. Belle réussite MM les strauss-kahniens désormais "à gauche de la gauche".

Mais maintenant il leur en faut plus. Ce n'est plus la Grèce le maillon faible, c'est la France et les mêmes vont chercher l'affaiblir encore plus.

JG Malliarakis http://www.insolent.fr/

Apostilles

  1. cf. enregistrement sur notre chronique de Lumière 101 Vidéo accessible sur le site de "La Montagne" de Clermont-Ferrand.a href="#ret1">⇑
  2. Le Monde.fr | 26.06.2013 à 18 h 51.
  3. AFP 26 juin 2013 à 23 h 39.

“On assiste à la plus grande explosion du commerce des armes que le monde ait connue”

 

Le marché mondial de l’armement a augmenté de 30% en quatre ans et pourrait doubler d’ici 2020 sous la poussée des budgets militaires, notamment en Asie, selon une étude du cabinet IHS Jane’s.

Le commerce des armes n’a jamais été aussi florissant. Une étude présentée mardi à Londres, que le marché mondial avait augmenté de 30% en quatre ans et pourrait doubler d’ici 2020 avec l’explosion des budgets militaires, notamment en Asie.

Les exportations et les importations d’armements dans le monde sont passées de 56,5 à 73,5 milliards de dollars (de 43 à 56 milliards d’euros) entre 2008 et 2012, selon cette étude publiée par le groupe de consultants spécialisés dans la défense IHS Jane’s.

Le marché pourrait atteindre 100 milliards de dollars d’ici 2018 et avoir plus que doublé d’ici 2020.

Mais la part de l’Europe occidentale a baissé, tombant à 27,5% en 2012 contre 34,5% en 2008, alors que celle de l’Asie-Pacifique, Chine incluse, grimpait de 3,7% à 5,4% sur la même période.

Deux choses sont en train de se produire”, résume Paul Burton, analyste chez IHS Jane’s. “Les budgets de défense se déplacent à l’est et la compétition internationale s’accroît dans le marché de l’armement. On assiste à la plus grande explosion du commerce mondial d’armes que le monde ait jamais connue”.

Beaucoup de pays d’Asie ont ainsi vu leurs exportations doubler, à l’instar de la Chine qui a nettement amélioré ses capacités de production et qui est passée de la 10e à la 8e place des exportateurs mondiaux.

“La percée des exportations de la région Asie-Pacifique menace la domination américaine sur l’industrie de défense mondiale”, souligne ce rapport.

Cependant, tempère Ben Moores, analyste à IHS Jane’s, si “la Chine se débrouille plutôt bien pour exporter auprès de ses voisins régionaux, “elle n’est pas présente au Moyen-Orient”, notamment à cause de la qualité de ses armements. “Un pays sud-américain a récemment renvoyé un système de radars à une entreprise chinoise car il ne fonctionnait tout simplement pas”.

La France, 3e exportateur mondial

Les Etats-Unis, actuellement premiers exportateurs devant la Russie et la France, ont eux importé 10,5 milliards de dollars d’équipements et de services militaires depuis 2008. Ces “importations devraient continuer à augmenter en 2013″, d’après ces analystes.

Les budgets de défense des pays d’Asie-Pacifique devraient en outre dépasser ceux des États-Unis et du Canada d’ici 2021, atteignant 501 milliards de dollars (+35% par rapport à 2013).

Avec en tête dans cette région, la Chine, suivie par l’Inde, le Japon, l’Australie et la Corée du Sud. Globalement, la progression des budgets de défense dans le monde devrait aussi se poursuivre: ils pourraient atteindre 1.650 milliards de dollars d’ici 2021 (+9,3% par rapport à 2013).

Israël, pour sa part, devrait devenir le premier exportateur de drones d’ici la fin 2013, devançant les Etats-Unis, et en vendre deux fois plus que les Américains d’ici 2014. “Les exportations israéliennes sont vraiment impressionnantes”, alors que “de nombreux pays musulmans refusent de faire affaire avec eux”, constate Ben Moores.

http://fortune.fdesouche.com

Arrestation violente de deux veilleurs hier au cœur de Paris

Allez jusqu'au bout de la vidéo et diffusez-la autant que possible :