Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

08/01/2018

Le prix de la Carpette anglaise a été remis à Anne Hidalgo

Le prix de la Carpette anglaise distingue tous les ans un membre de l’élite française qui promeut la langue anglaise plutôt que le vocabulaire français dans ses allocutions publiques. Cette année, il y avait au rang des nominés, entre autres, le chef de l’état, Emmanuel Macron qui emploie régulièrement des mots anglais dans ses discours.

C’est finalement Anne Hidalgo qui a remporté le prix pour son slogan des Jeux Olympiques : « Made for Sharing ».

Voir la suite

Changement de nom du FN : Marine est pour. Les adhérents sont contre.

Plus de père fondateur, plus de flamme, et bientôt plus de Front national ? C’est ce que préconise une Marine Le Pen qui s’échine à renier ses origines pour entrer de plein pied dans la cour des « grands » du système répoublicain !

Dimanche dernier, lors d’une conférence de presse à Alençon, l’actuelle présidente du Front National a affirmé :

« Si nous changeons le Front national, alors il faut aussi changer l’appellation. »

« Si un nom contient une charge qui puisse susciter des craintes, ou une charge émotionnelle qui soit trop forte, et il semblerait que ce soit quand même le cas du Front national, alors il ne faut pas hésiter à se donner les moyens de la victoire. »

L’utopie de Marine : en changeant de nom, incarner  un parti « de gouvernement » !

Pourtant, d’après certaines informations parues sur le web, 80 % des adhérents sont opposés à un changement de nom ! « Le FN est une marque solide », explique un cadre du parti.

A l’heure où la pensée unique s’efforce de détruire toute identité, les militants du FN restent attachés à cette identité politique vieille de plus de 40 ans et synonyme d’amour de la Nation, de combats pour la patrie et les Français de souche… Mais sont-ils encore les combats de Marine Le Pen ?

Francesca de Villasmundo

http://www.medias-presse.info/changement-de-nom-du-fn-mar...

Jean-Michel Blanquer s’attaque à la maternelle

Blanquer-600x393.jpg

FRANCE (NOVOpress avec le bulletin de réinformation de Radio Courtoisie) : 
En terme d’annonce, Jean-Michel Blanquer est sans aucun doute l’un des ministres les plus actifs du gouvernement. Après avoir annoncé avant l’été un certain nombre de mesures concernant l’école, le ministre de l’éducation nationale s’attaque désormais à la réforme de la maternelle.

L’ancien directeur de l’ESSEC a annoncé vouloir faire de la maternelle je cite « l’école de l’épanouissement et du langage »

Avec cet objectif en tête, le ministre a confié une mission à Boris Cyrulnik, un neuropsychiatre. Des assises de la maternelle devraient être tenues prochainement pour établir les mesures à mettre en place.

Monsieur Blanquer a assuré que ces assises devraient prendre en compte un grand nombre de facteurs en compte.

La formation des instituteurs et de l’ensemble des intervenants sera bien évidemment le point central des discussions lors de ces assises. Les formations initiales et continues, la création de nouveaux outils pédagogiques dont certains à l’adresse des parents sont autant de sujets qui pourraient être transformés sous l’ère Blanquer.

Mais le ministre souhaite aussi modifier d’autres aspects touchant moins directement à l’enseignement.

Tout ce qui touche à l’environnement de l’école pourrait être amené à évoluer : salles de classe, cantine, toilettes etc.

Après ces annonces, reste à voir quelles mesures seront effectivement prises et menés à leur terme.

https://fr.novopress.info/

Le CSA lutte pour la diversité - Journal du Lundi 08 Janvier 2018

La démocratie est confisquée et personne ne dit rien ?

La démocratie n’est certainement plus qu’une coquille vide. Parmi les mutations en cours, nous avons précédemment constaté que le politique tend à s’effacer au profit d’un juridisme contractualiste en pleine expansion. Autrement dit, faisant la part belle aux accords entre personnes (physiques ou morales) et réduisant ipso facto le contrôle de l’État (et ses immixtions autoritaires) sur les transactions privées. En fait, c’est tout l’esprit du droit anglo-saxon moderne qui contamine notre système juridique et, par voie de conséquence, bouleverse nos institutions et l’esprit de nos lois… ainsi que des structures mentales héritées du monde romain et presque inchangées depuis vingt siècles. Comprenons que cette configuration inédite modifie en substance notre rapport au monde et la perception que nous en avons (le filtre idiosyncrasique). Le gouvernement des juges (ceux d’instances arbitrales séparées du domaine régalien) annonce ainsi un changement de nature du pouvoir.

Maintenant, il est d’autres manifestations du dépérissements du politique beaucoup plus immédiatement appréhensibles et préexistant à l’élection fracassante de M. Macron… mais que celle-ci a mises à nu. À commencer par la dislocation des partis traditionnels de gauche et de droite et celle du Front national qui – normalement – ne devrait pas survivre à son effondrement d’entre les deux tours. Maintenant, reste à savoir si les morceaux peuvent être encore recollés et si les partis décomposés sont susceptibles de resurgir de leurs cendres. Ceci pourrait être effectivement envisageable si ces éclatements n’étaient, en réalité, les révélateurs d’un vide préexistant. En témoigne la disparition déjà ancienne des lignes de démarcation entre gauche et droite, confusion des genres qu’ont épinglée des formules comme l’UMPS ou la drauche (*).

Depuis longtemps, les factions politiques dominantes sont paradoxalement minoritaires (La République en marche écrase l’Assemblée de tout son poids avec seulement 14,5% des inscrits !). Le condominium sur les affaires publiques socialistes et républicains n’est, en fait, parvenu à se maintenir pendant un demi-siècle que grâce à de tortueuses politiques d’alliance, de redistribution de la manne des postes et des prébendes, et de découpages électoraux ad hoc. En un mot, la dichotomie droite/gauche non seulement a vécu, mais elle était devenue depuis belle lurette une fiction que seule masquait l’inertie du système. Les arbres vermoulus et creux peuvent rester debout indéfiniment en dépit des bourrasques jusqu’à ce qu’un souffle indu les mette à bas !

Or, il ne s’agit pas d’une simple reconfiguration du paysage politique mais bien d’un phénomène dont il n’est pas certain que les observateurs aient bien mesuré toute la portée. Alors, quelles leçons tirer de la débâcle structurelle des partis ?

La première est que la démocratie n’est certainement plus qu’une coquille vide. On en est à stigmatiser ceux qui (par exemple la Manif pour tous) s’insurgent contre des lois jugées scélérates au motif qu’il serait antirépublicain (illégal) de contester des textes adoptés par les assemblées. Mais qui compose le Parlement ? Les votes y sont-ils à ce point légitimes qu’il devienne interdit de les contester ? Car par quels mécanismes d’exclusion des partis plus ou moins fantoches sont-ils parvenus à un tel degré de monopole législatif ? Peut-on, en effet, prendre au sérieux une représentation du peuple interdisant à un quart de l’électorat toute voix au chapitre ? Cela commence à se voir et certains, d’ailleurs, font mine de s’en émouvoir. Le plus surprenant, dans l’affaire, n’étant pas que la démocratie soit confisquée mais que se soit tissé un tel consensus du silence autour de ce déni de démocratie – une forfaiture avérée. Que les bénéficiaires se taisent, soit, mais les autorités morales, les intellocrates, les juristes ? Personne ne s’indigne et tous cohabitent jusqu’à présent dans le meilleur des mondes politiciens en négation du principe de souveraineté populaire… réduite à n’être plus qu’un savant criblage de toutes les impuretés électorales qui pourraient gripper une machine à produire une forme molle de goulag consensuel. Il était temps que cela s’arrêtât.

(*) Expression que vulgarise Benoît Hamon en décembre 2012 alors qu’il est ministre de l’Economie sociale et solidaire, pour désigner « les politiques dites sociales mais tout à fait libérales ».

Jean-Michel Vernochet

Note:

(*) Expression que vulgarise Benoît Hamon en décembre 2012 alors qu’il est ministre de l’Economie sociale et solidaire, pour désigner « les politiques dites sociales mais tout à fait libérales ».

Source : Boulevard Voltaire

https://www.polemia.com/la-democratie-est-confisquee-et-p...

La mairie de Beaucaire propose à nouveau du porc à la cantine et supprime les repas de substitution

6a00d83451619c69e201b8d2cdba74970c-320wi.jpgCette simple décision de bon sens est bien évidemment présentée par les médias encadrants comme une discrimination. Julien Sanchez, le maire FN de Beaucaire, explique sa décision dans les colonnes de Valeurs actuelles :

Pourquoi avez-vous décidé, au premier janvier, de supprimer les repas de substitution dans vos cantines ?

Comme toute municipalité, nous sommes soumis aux règles de la commande publique et nous sommes donc tenus de mettre en concurrence les entreprises quand un type de dépense représente plus de 25.000 euros. Notre marché des denrées alimentaires arrivait à échéance et il fallait donc le relancer pour quatre ans, ce qui nous a amenés à nous poser un certain nombre de questions sur la consommation dans les cantines et sur le marché des fournisseurs. S’est forcément posée la question des repas de substitution. J’ai souhaité mettre fin à cette pratique parce que je précise qu’à Beaucaire, nous n’avions pas deux choix chaque jour, mais seulement les jours où du porc était servi. J’ai trouvé cela anormal pour une raison simple : c’est une intrusion du religieux dans l’enceinte des établissements scolaires.

On vous répondra que ces enfants ne mangent pas de porc, et qu’il faut bien qu’ils mangent pourtant…

Je vous le disais à l’instant, les impératifs religieux n’ont pas leur place dans un établissement scolaire. C’est une revendication purement communautariste : le porc n’est quand même pas connu pour être un aliment particulièrement allergène me semble-t-il. Les enfants qui, pour des raisons religieuses, n’en mangent pas peuvent évidemment déjeuner ailleurs qu’à la cantine.

Je refuse d’assister au grand-remplacement du porc à la cantine. Parce que je me suis bien rendu-compte que d’année en année, de moins en moins de porc était servi. C’est une viande qui est souvent produite en France et il est également normal que nous choisissions de soutenir l’agriculture française. Ce n’est pas mon rôle d’y renoncer pour des raisons religieuses.

J’insiste sur cette raison parce qu’elle me semble suffisante et fondamentale. Mais il y en a d’autres, comme l’apartheid que cela engendrait de fait. Je me suis aperçu que depuis la mise en place de ces repas de substitution par l’ancienne municipalité (en 2008), les enfants musulmans mangeaient sur des tables à part. Sans doute par souci d’organisation, ces enfants étaient séparés des autres et c’est inacceptable là encore, dans une école publique (...)

Cette décision a-t-elle également une motivation financière ?

Evidemment ! Il ne faudrait quand même pas oublier le tarif des cantines. 2,40 euros pour les catégories les plus faibles en terme de revenus, et jusqu’à 4,70 euros pour les plus élevés. Le coût d’un repas est plutôt autour de 10 euros si l’on prend en compte le personnel nécessaire et la nourriture elle-même. C’est donc déjà un tarif social et sympathique pour les familles, il ne faut peut-être pas trop exagérer non plus.L’autre possibilité, nous dit-on, serait le self-service avec plusieurs repas proposés chaque jour. Mais là encore, le coût est impossible à assumer. Ce sont plusieurs centaines de milliers d’euros nécessaires, que nous n’avons pas (...)"

par Philippe Carhon

http://lesalonbeige.blogs.com/my_weblog/2018/01/la-mairie...

Renaissance Catholique 2018 !

Comment répondre aux mensonges sur la bataille de Poitiers ? (argumentaire des Identitaires)

Les-Identitaires_logo_a-VsvpSk.jpg

Les Identitaires publient des fiches argumentaires sur leur site web. Voici un extrait d’un nouveau document qui propose de répondre aux mensonges autour de la bataille de Poitiers.

Ils disent souvent : « La bataille de Poitiers n’a pas eu lieu et si elle a lieu ce n’était pas à Poitiers et ce n’était en aucun cas pour arrêter une invasion mais tout au plus pour mettre un terme à une razzia. ». Mais pourquoi le disent-ils ?

Si la négation de l’existence de la bataille de Poitiers est confidentielle et peu sérieuse, nombreux sont ceux qui cherchent à relativiser son importance. Il s’agit de nier qu’il ait pu exister une invasion planifiée de la part des troupes arabo-berbères. Les Européens doivent être les seuls, et les premiers, à qui l’on puisse reprocher une opération de conquête comme on le fait régulièrement pour les croisades dont on occulte par ailleurs complètement l’importante vocation défensive. Dans la société du « vivre-ensemble » où la question de l’islamisation inquiète le plus grand nombre, il est gênant qu’une des batailles les plus prestigieuses de l’histoire de France soit celle qui ait mis un terme à la conquête musulmane de l’Europe.

Pourquoi c’est faux ? La bataille de Poitiers a bien eu lieu et s’inscrit dans un conflit de plusieurs décennies qui s’est achevé par la victoire définitive des Francs sur les envahisseurs arabo-berbères.

Découvrir cette fiche-argumentaire :

« La bataille de Poitiers n'a pas eu lieu. »

COMMENT RÉPONDRE AUX MENSONGES SUR LA BATAILLE DE POITIERS ?

Quatorzième argumentaire @les_ids :https://t.co/tDXhTHhccc

— Les Identitaires (@les_ids) 27 décembre 2017

https://fr.novopress.info/

Notre-Dame-des-Landes, le “feuilleton qui ridiculise la République”

notre_dame_des_landes_manif_sipa-600x312.jpg

Sur RTL, Olivier Mazerolle revient sur l’imminence de la décision du gouvernement quant à la construction – ou non – de l’aéroport controversé.

L’heure de la décision approche pour Notre-Dame-des-Landes. Édouard Philippe a entamé les ultimes discussions avec les responsables locaux, politiques et économiques concernés par la construction de l’aéroport controversé. Quelle que soit la décision du gouvernement, on sait qu’elle sera vigoureusement contestée, tant le dossier est brûlant.

Il n’y a pas de bonne décision possible“, commente Olivier Mazerolle, pour qui il “y a tout de même une bonne nouvelle : la décision va mettre fin à l’invraisemblable feuilleton qui ridiculise la République française depuis 50 ans”.

Le projet d’aéroport a été initié au milieu des années 1960. “Nous voilà donc 50 ans plus tard, en janvier 2018, dans l’attente de la décision, ouf !“, commente l’éditorialiste.

https://fr.novopress.info/209006/notre-dame-des-landes-le...

Samedi 13 janvier : Carl Lang à Amiens

25443122_574606792882383_8881172145631810425_n.jpg

 
 

19:21 Écrit par pat dans divers | Lien permanent | Commentaires (0) |  Imprimer |  Facebook | | | | |

Voeux 2018 et futurs projets

18:01 Écrit par pat dans culture et histoire, divers | Lien permanent | Commentaires (0) |  Imprimer |  Facebook | | | | |

La question du régime se pose toujours en France

2910916609.5.jpgNous savons bien que, selon le constat lucide de Jacques Bainville, si souvent cité, « tout a toujours très mal marché ». Ce réalisme pessimiste devrait d’ailleurs épargner aux maurrassiens le reproche rebattu d'avoir idéalisé notre passé monarchique, fût-il, au regard de l'Histoire, plus réussi et de très loin que ce qui a suivi jusqu'à nous.  

Plus profondément, les lecteurs de Gustave Thibon savent aussi que le Politique est ce « gros animal » dont a parlé Simone Weil, où le bon et le mauvais se mêlent inéluctablement, où une forme même approchée de perfection est inatteignable, où subsistera toujours un lot non éliminable de turpitudes, de violences, de médiocrités et d'injustices. On ne conforme pas une société à l'idéal comme ont pu être ciselés jusqu'à la quasi perfection une fable de La Fontaine, une tragédie de Racine, une sculpture de Puget, un poème de Verlaine, ou même une commode de Boulle. Telle est, en ce sens, la supériorité des arts - de l'esthétique - sur le politique. Seul, peut-être, par leur conjonction heureuse, le siècle de Louis XIV a pu s'approcher d'une forme de perfection d'ensemble, encore que le Grand Roi se soit reproché sur son lit de mort d'avoir trop aimé la guerre et, pour la faire, d'avoir demandé des efforts excessifs à ses sujets ... Ils en auront eu, pourtant, les bénéfices sous les règnes suivants d'où la guerre fut presque absente et où ils s'enrichirent. Encore ce XVIIIe heureux se termina-t-il par la Révolution et son cortège d'horreurs. Pas encore achevées, d'ailleurs.  

Ces réserves ayant été faites, il y a tout de même des degrés dans l'imperfection.  

Vu sous cet angle, à l'orée du quinquennat d'Emmanuel Macron, l'état présent de notre pays nous semble avoir atteint un degré d’échec, sinon maximum, du moins très élevé, avec ses 2 200 milliards de dette, ses 9 à 10 millions de pauvres, ses 6 millions de sans travail, ses 10 millions  d’habitants issus d'une immigration en majorité musulmane, difficilement intégrable et pour partie agressive ; à quoi s’ajoutent la menace  terroriste pesant sur toutes les têtes, des engagements extérieurs où s'enlisent nos militaires, une économie en déclin, une industrie dont des pans entiers ont été sacrifiés au dogme libre-échangiste et qu’il ne sera pas aisé de reconstruire, une agriculture réduite à presque rien et, en tout cas, à la misère, une société plus que jamais fractionnée entre riches et pauvres, entre France périphériques et métropoles où s'accumulent les richesses pour quelques-uns, et ce, parfois, avec des disparités honteuses ; sans compter notre déchéance culturelle et morale, la pire, sans doute, de ces plaies. 

C'est sans nul doute à raison d'un tel inventaire, même s'il devrait être approfondi et nuancé, que, curieusement, après cent cinquante ans à peu près ininterrompus de pratique républicaine, de la IIIe à la Ve république, la question du régime se pose toujours en France et qu'un recours à la solution monarchique y est périodiquement remis sur la table. 

Aujourd'hui, c’est un paradoxe que d'avoir pour président de la République un homme qui, lorsqu'il était ministre de l'Économie sous la présidence de François Hollande, expliqua à des journalistes l'incomplétude de la démocratie et qui leur précisa que le problème de la France est qu'il lui manque un roi. 

Nous voulons bien le croire, nous qui nous sommes parfois demandé s'il était encore légitime, soutenable, près de deux siècles et demi après la Révolution, de continuer à vouloir que notre royalisme aboutisse.  

Notre conclusion toujours renouvelée est que, dans la situation où elle se trouve et face aux crises qu’elle ne peut manquer de rencontrer, cette possibilité, ce recours, doivent être préservés pour la France. C’est ce que pensèrent en leur temps, en faisant omission de notre actuel président de la République, deux de ses prédécesseurs : Charles De Gaule et François Mitterrand.  

Retrouvez l'ensemble de ces chroniques en cliquant sur le lien suivant ... 

En deux mots, réflexion sur l'actualité

http://lafautearousseau.hautetfort.com/archive/2017/09/06...

La Galette des Rois de l'A.D.M.P. samedi prochain

ob_65c978_galettes.jpg

Un communiqué de l'ADMP :

Galette des Rois  à Paris le samedi 13 janvier 2018 à 13 h30 organisée par l' Association pour Défendre la Mémoire du Maréchal PETAIN ( A.D.M.P.).

Avec la participation de M. Roger Holeindre, Gérard Bedel, professeur de Lettres classiques et Adrien Abauzit qui parlera de son dernier livre : "La France divisée contre elle -même". Stands, dédicaces.

Contacts, réservations auprès de notre secrétariat entre 11 h 00 et 16 h 00 au 01 43 87 58 48 à A.D.M.P. 5, RUE LARRIBE 75008 PARIS

http://synthesenationale.hautetfort.com/

I-Média#182: Champigny : Lynchage de « flics » pour la nouvelle année

16:24 Écrit par pat dans actualité, insécurité | Lien permanent | Commentaires (0) |  Imprimer |  Facebook | | | | |

ROBERT MÉNARD : « LA FRANCE NE SE DROITISE PAS, ELLE REPREND RACINE »

On a le sentiment que vous vous êtes lancé dans une nouvelle croisade ?

Je ne sais pas si le mot « croisade » convient. En revanche, je suis persuadé que se joue aujourd’hui une part de ce que nous sommes. Sans donner dans la surenchère, j’ai la conviction, en me promenant dans nos rues, en écoutant mes voisins, que quelque chose se délite, disparaît, qui n’est autre que notre façon de vivre. Je ne me résigne pas à croiser toujours plus de femmes voilées, toujours plus d’enfants parlant un charabia mi-français mi-arabe, toujours plus de jeunes gens qui respirent le mépris pour ce pays qui leur offre quand même une école gratuite, des soins gratuits, des logements quasi gratuits… Et, contrairement à d’autres, je n’ai pas envie de leur trouver des excuses !

Mais il n’est pas facile de vivre dans certaines cités…

J’en viens, de ces quartiers ! Et j’y ai été heureux. Vivre dans une HLM, c’était un mieux, un plus. Une grande salle de bains, des toilettes dans l’appartement, une chambre pour chaque enfant. Je n’ai jamais eu le sentiment de vivre dans un ghetto comme c’est le cas aujourd’hui pour ces mêmes quartiers. Mais, il faut le dire sans peur de la meute journalistique, les minorités étaient alors minoritaires. Et pour parler encore plus cash, les personnes d’origine étrangère étaient suffisamment peu nombreuses pour pouvoir être intégrées. Dès qu’une maman algérienne rejoignait son mari, elle se débarrassait de son voile. Elle voulait devenir française. À part de très vieux Arabes, tout le monde se faisait un devoir de parler français, dans les lieux publics en tout cas. Quand un gosse se comportait mal à l’école, son père prenait systématiquement le parti de son instituteur, de son maître, disions-nous alors. Tout cela a bien changé…

La semaine dernière, dans ces mêmes colonnes, vous proposiez de ne pas mêler immigration et identité…

Je disais surtout que nous devions trouver les mots pour parler de ces questions en faisant attention à rassembler. Ce qui devrait être d’autant plus facile que l’immigration n’est pas une question clivante, comme on veut nous le faire croire. Une immense majorité des Français sont d’accord pour qu’elle soit limitée, contrôlée et qu’on ne garde pas sur notre sol ceux qui ont été déboutés du droit d’asile comme tous ceux qui sont en situation irrégulière. Si elle est clivante, c’est entre la majorité de nos concitoyens et la poignée de privilégiés, dans la presse comme dans le monde politique, spécialiste de la moraline à quatre sous, d’autant plus qu’ils ne sont pas confrontés, personnellement, aux « bienfaits » d’une société ouverte à tous vents…

Si beaucoup de Français sont d’accord sur le constat, reste à trouver les solutions.

Pour trouver les solutions, comme vous dites, encore faudrait-il qu’on ne nous cache pas – de façon souvent dérisoire, tant c’est cousu de fil blanc – la réalité des choses. Prenez l’agression – il faudrait plutôt parler de passage à tabac – des deux policiers à Champigny-sur-Marne. Et relisez la presse. Des « jeunes », reprennent en chœur la plupart des journalistes comme des commentateurs. Un vocable bien commode pour ne pas avoir à préciser « manifestement issus de l’immigration ». Il m’a fallu lire la chronique de Gilles-William Goldnadel, dans Le Figaro, pour qu’enfin des mots, juste des mots mais des vrais mots, soient posés sur des faits… Emmanuel Macron, qui s’inquiète des fake news émanant des médias étrangers lors des campagnes électorales, pourrait s’interroger sur la désinformation – je ne trouve pas d’autre mot – à laquelle se livrent la plupart de nos médias, et ceux de « service public » en particulier…

Il n’y a pas que les « conservateurs » comme vous qui fassent ce constat !

Je le sais. Mais il n’y a que derrière la bannière du « conservatisme » que nous pourrons – c’est du moins mon intuition – mettre tout le monde en ordre de bataille. Face aux « progressistes » – en fait, de vrais dilapidateurs – qui ne rêvent que d’ouvrir les frontières, d’en finir avec ce qui nous est propre au nom d’une « mondialisation heureuse », il nous faut construire une alliance du bon sens, de la raison, de la préservation. Non pour, cigare à la bouche, gérer nos pactoles. Mais pour assurer que nos enfants ne seront pas spoliés de ce que nous leur devons, de ce dont nous-mêmes avons hérité. Il ne s’agit pas, encore une fois, de défendre les pré carrés, les avantages dont bénéficie une minorité, ni même le statu quo si injuste au plus grand nombre, mais de construire une société soucieuse de tous. Or, dans cette attention portée aux autres, aux plus fragiles, la défense de leur identité – cet héritage immatériel – est primordiale. C’est le premier souci des conservateurs. Parce que c’est la première préoccupation de nos concitoyens. Je ne cesse de les recevoir, de les écouter, de leur parler, et ce qui ressort de ces multiples rencontres, c’est le constat d’une fragilité, d’une crainte, d’une peur du lendemain. Un lendemain où ils n’auraient plus leur place…

Et que leur répondez-vous ?

Que je les entends, que je les comprends, que je les approuve. Que nous les défendrons. Que nous sommes là pour eux. Même si je n’ai pas toutes les réponses à leurs questions. Je ne leur cache pas mes doutes, mes hésitations. Je pourrais, à ces instants-là, reprendre à mon compte la phrase d’Albert Camus, que j’ai découverte en exergue du tout nouveau livre de Paul-François Paoli, L’Imposture du vivre-ensemble de A à Z : « S’il existait un parti de ceux qui ne sont pas sûrs d’avoir raison, j’en serais. » C’est cela, aussi, le conservatisme. De la modestie. Des intuitions, certes – de la défense des crèches de Noël à la redécouverte de la cuisine traditionnelle, chacun s’accroche, me semble-t-il, à cette mémoire qu’on nous avait pourtant fortement conseillé d’occulter –, mais pas de catéchisme, pas de prêt-à-penser. Une conviction, en revanche : la France ne se droitise pas, elle reprend racine.

http://www.bvoltaire.fr/france-ne-se-droitise-reprend-rac...

C’est pas du cinéma

On a beau n’avoir aucune indulgence particulière pour les types crapoteux de l’espèce d’Harvey Wenstein,  la cérémonie d’exorcisme visant les mâles-prédateurs sexuels à laquelle a donné lieu hier  la soirée desGolden Globes à Hollywood pouvait susciter le malaise. Il ressort clairement à la lecture de la recension de  ce raout  par la presse française (voir ici ou ici).  Ou comment rendre insupportable  du fait de son instrumentalisation grossière et manichéenne,  la juste et nécessaire cause du respect dû  aux femmes.Tour de chauffe avant les Oscars, ces Golden globesont été l’occasion d’un étalage de moraline écœurante, de politiquement  correct  militant et agressif. D’ailleurs c’est bien connu, il  gravite  à Hollywood et dans le milieu du septième art une majorité de porcs en position dominante face à des actrices qui ne sont toutes  que des oies blanches,  que des femmes soucieuses de leur vertu, et on ne  trouve parmi elles aucune  amazone  prête à  tout  pour obtenir un rôle… Le ton a été donné par le maître de cérémonie, spécimen de la  gauche sociétale  comme il se doit, l’humoriste Seth Meyers: «Bonjour mesdames et les hommes qui restent (…) ça fait des années que les hommes blancs n’ont pas été aussi nerveux à Hollywood. Messieurs les nommés, lorsque vous entendez votre nom ce soir, ce sera la première fois depuis des mois que vous n’aurez pas à trembler. » «Harvey Weinstein n’est pas là. J’ai ouï dire qu’il était fou et insupportable. » «On est en 2018, la marijuana est finalement autorisée (dans l’état de Californie, NDLR) et le harcèlement sexuel ne l’est plus. Ca va être une bonne année. »

« Presque tous les participants à la soirée portaient (…) du noir, répondant à l’appel de l’organisation Time’s up (C’est fini, NDLR), afin de protester contre les violences sexuelles» mais aussi  «de plusieurs actrices de renom (…) et finalement de la quasi-totalité d’Hollywood. Une volonté parfaitement résumée par Debra Messing, la star de la série Will and GraceC’est fini. Nous voulons de la diversité, nous voulons l’égalité entre les sexes à tous les niveaux, l’égalité salariale (…)° . L’actrice Lena Waithe, notamment vue dans Master of None a (aussi) réaffirmé que c’était fini. C’est fini pour le harcèlement sexuel, c’est fini pour l’homophobie, c’est fini pour la transphobie, c’est fini pour le racisme, c’est fini pour tout cela! C’est fini pour tous ceux qui ne travaillaient pas dans un environnement sain , qui ne pouvaient pas poursuivre leurs rêves»

«La présentatrice et femme d’affaires américaine Oprah Winfrey a reçu un prix pour l’ensemble de sa carrière et en a profité pour parler du mouvement #metoo, qui a incité les femmes victimes de harcèlement ou d’agression sexuelle à témoigner publiquement.» Elle a déploré « une culture brisée par des hommes puissants et brutaux ». « Depuis trop longtemps, les femmes n’ont pas été entendues ou crues si elles osaient dire la vérité face au pouvoir de ces hommes. Mais c’est fini pour eux ! C’est fini pour eux , a-t-elle martelé, devant une salle deboutdont certains membres avaient les larmes aux yeux. Donc je veux que toutes les jeunes filles qui regardent maintenant sachent qu’une aube nouvelle se profile à l’horizon. »

Alors,  sans beaucoup de surprises, « C’est Nicole Kidman qui a emporté le premier prix de la soirée, sacrée meilleure actrice dans une minisérie pour Big Little Lies, dans lequel elle joue une femme battue par son mari (…).  La Servante écarlate, qui dépeint un monde apocalyptique où les Etats-Unis sont aux mains d’une secte fondamentaliste maintenant les femmes fertiles en esclavage, a remporté la statuette de meilleure série dramatique et «son interprète principale, Elisabeth Moss, qui a déjà accumulé une brassée de prix pour ce rôle, a gagné le prix de la meilleure actrice.» «Son créateur, Bruce Miller, a encouragé à continuer  tous ceux et celles qui font ce qu’ils peuvent pour que La Servante écarlate ne devienne pas réalité , alors que beaucoup dénoncent les atteintes aux droits des femmes aux Etats-Unis.»

Cerise sur cette indigeste tarte à la crème,  « le long-métrage In the Fade, une coproduction franco-germanique réalisée par le cinéaste allemand d’origine turque Fatih Akin, a remporté le prix du meilleur film en langue étrangère. » «Il met en scène Diane Krugerbouleversante en femme dont le mari et l’enfant ont été tués dans un attentat de sympathisants nazis, qui avait déjà été récompensée à Cannes. » Comme c’est original et d’une brûlante actualité!   il est vrai que la menace  que font courir les  hordes de terroristes hitlériens sur la paix dans le monde est plus forte que jamais en ce début de millénaire…

La boucle est bouclée et  cela donne le ton de ce que sera la prochaine cérémonie des Césars  qui sera présidée par l’actrice australienne Cate Blanchett… aujourd’hui dénoncée  pour son soutien à Woody Allen, accusé de pédophilie Reste que nos grands pontes du septième art auront  en effet à cœur de relayer cette nouvelle  croisade progresso-hollywoodienne. Ils ont aussi   beaucoup à se faire pardonner car si le comportement de M. Wenstein était connu de tous dans la grande famille du cinéma,    la déclaration conjointe   de Pierre Lescure et Thierry Frémaux, respectivement président et délégué général du festival de Cannes,  garde toute sa charge comique. Ils avaient en effet déclaré officiellement en octobre dernier    qu’ils avaient  « découvert avec  consternation» (sic)  « les accusations de harcèlement et de violence sexuelle portées contre Harvey Weinstein », « une figure familière » «du Festival International du Film. »

Ne perdons pas de vue que l’industrie du cinéma aux Etats-Unis fut toujours utilisée à des fins de propagande mondiale (mondialiste),  collaborant, entre autres, de manière plus ou moins voyante et publique avec des agences gouvernementales,  la CIA, le département de la Défense. Notamment pour désigner les Méchants  et autres Etats voyous (rogue nation) s’opposant au camp du bien et à la Pax americana. Ces dernières décennies on ne compte plus les films d’action pure  ou à prétention plus haute dans lesquels  les péquenots chrétiens, les  Russes, les  Arabes , les Iraniens  sont  désignés  à la vindicte des salles obscures , comme responsables de tous les maux de la planète;  des fauteurs de guerre, des cerveaux archaïques,  une sale  engeance, des catégories d’individus à  retrancher du genre humain. Hollywood fort de son soft power, véhicule plus largement les idéaux du monde d’après, celui du globalisme/libéralisme triomphant, de  la victoire du marché sur les frontières, les races, les sexes,  toutes les   différences discriminantes dont un consommateur-citoyen planétaire  zélé ne doit pas s’embarrasser…

Certes, les peuples font  de la résistance et ont le mauvais goût de ne pas avoir abdiqué leur sens critique et leurs convictions. Le site de Valeurs actuelles nous informe ainsi qu’au grand dam des socialistes de la  Fondation Jean-Jaurès et de Conspiracy Watch  ( structure dirigée par les militants de gauche Valérie Igounet et Rudy Reichstadt),  l’enquête réalisée par l’Ifop  dans le cadre de l’étude des deux entités précitées révèle  que  «72 % des Français sont tout à fait d’accord avec l’idée que l’immigration est un processus inquiétant, qui cause des problèmes de coexistence entre des cultures très différentes et menace à terme (leur) mode de vie (…). Une affirmation partagée par « 90 % des électeurs de Marine Le Pen, 86 % de François Fillon, 62 % de l’électorat d’Emmanuel Macron et même 61 % de celui de Jean-Luc Mélenchon  (…). »   Il est aussi indiqué que  « près d’un Français sur deux (48 %) valide la théorie du  Grand remplacement..»  Un sondage qui arrive à point nommé, à  l’heure ou   Pascal Brice, directeur général de l’Ofpra (Office français de protection des réfugiés et apatrides), vient d’annoncer  que  100 000  demandeurs d’asile ont  déposé un dossier  en France en 2017 (ils étaient 20 000 en 1981).

Les Français dans leur sagesse ont tranché constate Bruno Gollnisch.   S’il ya conspiration, elle n’est  certainement pas à rechercher  chez ceux qui dénoncent les délires idéologiques de nos élites ou les conséquences de leurs folles politiques dans notre vie quotidienne et sur l’avenir de nos nations. Foin de mauvaise propagande:  le principe de réalité finit toujours pas triompher et ça ç’est pas du cinéma!  

https://gollnisch.com/2018/01/08/cest-pas-du-cinema/

Du respect des anciens

Les Dix Commandements donnés par Dieu à Moïse pour guider le peuple des Hébreux nous semblent familiers. Nous les connaissons, au moins dans le désordre, sans nous rendre toujours compte que les devoirs envers Dieu sont présentés en premier, tandis que ceux qui régissent la vie humaine avec les autres forment un second groupe. Or le premier des commandements appelés à régler l'harmonie sociale est le suivant : « Honore ton père et ta mère, afin que tes jours soient prolongés dans le pays que le Très Haut, ton Dieu, te donne ». (Exode, XX.12) Il s'agit du seul précepte qui soit accompagné d'une promesse de gratification : honorer ses parents permet de vivre longtemps sur la terre nourricière.

                                   Admirable ! Et pourtant si négligé désormais dans nos pays occidentaux laïcisés... Cependant saint Paul l'avait rappelé avec force, dans son Epître aux Ephésiens, lorsqu'il se penchait sur les devoirs d'état du chrétien : « Enfants obéissez à vos parents dans le Seigneur, car cela est juste. Honore ton père et ta mère – c'est le premier commandement, accompagné d'une promesse, - afin que tu sois heureux et que tu vives longtemps sur la terre. » (V.1-2) Il ne s'agit donc pas d'une parole passagère, d'un ordre divin suranné uniquement valable pour des sociétés disparues. Pendant des siècles, la France sut cultiver le respect des anciens car à la fois pétrie par sa foi catholique et par sa culture aux racines latines et grecques christianisées. La majorité de la population étant la paysannerie, ceci jusqu'à la seconde guerre mondiale, l'honneur dû aux vieillards fut donc planté en terre riche et grasse, fertile et stable. Le monde de la campagne sait conserver ce qui est beau et bon, et aussi ce qui est saint. Déjà la Révolution sema le trouble en faisant miroiter une égalité impossible et néfaste. Elle affaiblit la famille et les liens soudant les générations entre elles, surtout dans les villes où la bourgeoisie décida de s'affranchir de ce qu'elle dénonça comme des jougs insupportables. Ce n'est pas un hasard si les hospices de vieillards commencèrent à fleurir au XIX° siècle, à une époque où les bourgeois n'hésitèrent plus à abandonner à leur sort leurs parents pauvres, leur domesticité usée et fidèle.

                                   Un peuple qui néglige ses « vieux », qui les parque, -retirant par ailleurs d'immenses profits financiers de cette mise à l'écart-, qui prévoit même de les éliminer en douceur lorsqu'ils vivent trop longtemps, lorsqu'ils sont gênants ou qu'ils ne lâchent pas suffisamment tôt l'héritage, aussi maigre soit-il, un tel peuple signe son arrêt de mort. Certes, les modes de vie changent et il est plus difficile désormais à une famille de demeurer sous le même toit, plusieurs générations mélangées. De là à garder à distance, à oublier, à rayer de la carte ses vieux parents, il n'y a qu'un pas aujourd'hui aisément franchi. La solitude, la misère morale et affective des anciens sont des abysses insondables. Au même moment, les congrégations de religieuses dévouées à leur cause ont disparu également presque totalement. Seules demeurent quelques femmes héroïques qui essaient d'adoucir les fins de vie si éprouvantes et tragiques. Une des œuvres de miséricorde qui fut pendant deux millénaires une priorité de l'Eglise, celle de rendre visite aux malades et aux vieillards, s'effondre par pans entiers dans un fracas qui nous laisse indifférents car nous nous bouchons les oreilles pour ne point entendre résonner le commandement divin et les préceptes évangéliques.

                                   Honte à nous ! Malheur à nous ! Alors que nous sommes à Noël, nous donnons la priorité à nos plaisirs et à nos frivolités et nous abandonnons nos anciens. Nous devrions prêter attention à cette devise trouvée parfois sur les cadrans solaires : « Il est plus tard que vous ne croyez ».Le temps nous est compté et bientôt nous rejoindrons cette cohorte des vieillards entassés en maisons médicalisées de toute sorte. Nous nous lamenterons peut-être de ne recevoir aucune visite, aucune lettre, aucun sourire. En fait, nous recevrons une juste part de la monnaie de notre pièce car nous faisons ainsi, maintenant, avec ceux qui méritent notre attachement et notre respect. Personne ne sait être vieux, pour reprendre l'expression de Bernanos dans sa Correspondance. On le devient sans effort et sans surprise, sauf celle de se découvrir un matin plus affaibli que la veille, plus seul, plus perdu. Notre unique connaissance de la vieillesse provient de la familiarité avec celle des êtres uniques qui nous ont donné la vie, leur vie, et qui, pas à pas, rejoignent le pays des diminutions avant d'atteindre le Royaume de consolation.

                                   Une des tâches premières de l'éducation de nos enfants devrait être d'honorer les anciens, de briser l'égoïsme entre les générations, de se sacrifier à notre tour pour ceux qui se sont tant sacrifiés pour nous, sans jamais rien espérer de retour. Cela ne signifie nullement que tous les anciens sont dignes de l'honneur qu'ils reçoivent. Personne ne possède totalement les mérites qui valent tant de grâces. Le respect des vieillards est une question de principe qui est une part de la colonne vertébrale de nos propres personnalités et de la société. La délicatesse des enfants peut répondre à l'ingratitude des parents les plus acariâtres. Tous les vieux ne sont pas des saints et des modèles. Cela importe peu. Nos parents nous ont aimés alors que nous n'étions ni des saints ni des génies. Ils ont accepté nos errances et nos trahisons. Alors, même si d'aventure ils deviennent un peu amers, s'ils radotent, s'ils perdent la raison, ils ne méritent pas d'être relégués dans un coin de la mémoire oublieuse et dans un hospice lointain.

                                   Souvenons-nous que la souffrance la plus vive de la vieillesse n'est pas la décrépitude physique mais le sentiment de solitude. Ce sentiment est exacerbé d'ailleurs. Il ne correspond pas forcément à la réalité mais il est comme une épée dans le cœur du vieillard qui voit tomber autour de lui, les uns après les autres tous ses amis et tous ses repères. Nous avons le devoir de briser cette solitude, autant qu'il est en notre pouvoir. Aucune vieillesse n'échappe à cette douleur, y compris celle des plus grands, des plus bénis par la vie, comme Chateaubriand, méditatif et déclinant, traçant dans le silence de la nuit et au cœur de la solitude, les dernières lignes, si fameuses, de ses Mémoires d'Outre-Tombe : « En traçant ces derniers mots, ce 16 novembre 1841, ma fenêtre, qui donne à l'ouest sur les jardins des Missions étrangères, est ouverte: il est six heures du matin; j'aperçois la lune pâle et élargie; elle s'abaisse sur la flèche des Invalides à peine révélée par le premier rayon doré de l'Orient: on dirait que l'ancien monde finit et que le nouveau commence. Je vois les reflets d'une aurore dont je ne verrai pas se lever le soleil. Il ne me reste qu'à m'asseoir au bord de ma fosse, après quoi je descendrai hardiment, le Crucifix à la main, dans l'Eternité. »

                                   Que de nostalgie dans ces mots ! Chaque vieillard est assis au bureau où s'étalent les feuillets plus ou moins riches de son existence. Il essaie de percer les ténèbres qui s'installent peu à peu autour de lui. Chaque marque d'affection, de présence, de respect devient un « rayon doré » du soleil qui se lève encore, malgré tout.

                                   Accompagnons et aimons nos anciens, nos vieux. Voilà le cadeau le plus précieux que nous pouvons leur offrir, sans comparaison avec la richesse de ce qu'ils nous ont donné et continuent de nous donner.

P.Jean-François Thomas s.j.

http://www.vexilla-galliae.fr/actualites/christianophobie...

12:08 Écrit par pat dans culture et histoire, divers | Lien permanent | Commentaires (0) |  Imprimer |  Facebook | | | | |

Contrairement à Macron, Trump ne cherche pas à censurer les médias

6a00d83451619c69e201b7c9435255970b-800wi.jpgJean-Yves Le Gallou, créateur des Bobards d’or, revient sur le projet du Président Macron d’interdire les fake news :

"Une information est à vérifier. On peut savoir ce qui exact et ce qui n’est pas exact à partir d’une confrontation d’informations. Il faut plusieurs sources d’information pour arriver à discerner ce qui est juste. Si un pouvoir politique ou autre décide a priori de ce qui est vrai et de ce qui est faux, c’est qu’on est dans un système totalitaire où il y a des vérités officielles. Sera déclaré vrai ce qui est conforme à l’intérêt de monsieur Macron. Sera déclaré faux ce qui est susceptible de lui déplaire ou de lui nuire. C’est un peu le modèle nord-coréen qu’il veut implanter.

De l’autre côté de l’Atlantique, Donald Trump quant à lui voulait décerner un prix pour le pire média en termes d’information mensongère. Vous avez créé et présidez les Bobards d’or, on imagine que vous avez un nouveau concurrent très sérieux.

Oui, c’est un nouveau concurrent très sérieux, mais je suis très heureux que les Bobards d’or aient traversé l’Atlantique ! Je crois que la démarche de Trump est très intéressante par rapport à celle de Macron. Macron a un problème avec les médias alternatifs, il envisage une loi de censure. Trump, lui, a un problème avec les médias mainstream, les médias dominants, il ne cherche pas à les censurer. S’il cherchait à les censurer, ce serait un vrai scandale. Il cherche à rire d’eux et à montrer leur travers, leurs mensonges, d’où cette idée d’organiser lundi prochain une cérémonie pour récompenser les meilleurs menteurs médiatiques.

C’est un peu ce que j’appellerai les golden bobards que les Américains pourraient appeler les golden fake news. Combattre ses adversaires, c’est normal. Mais, dans un cas où on combat en essayant de montrer qu’ils se trompent, en essayant de rire à leurs dépens, c’est la solution américaine de Trump. C’est une solution libérale. Et de l’autre côté, on a la solution de Macron qui est une solution totalitaire, puisqu’on montre les crocs, on veut sortir la censure. Ce serait intéressant de comprendre pourquoi Macron est sur cette ligne-là.

Cette décision d’Emmanuel Macron intervient alors qu’il y avait eu une polémique lorsque la France avait été classée parmi les pays qui selon certains censuraient le plus les réseaux sociaux. Allons-nous museler définitivement la presse alternative ou est-ce juste pour mieux faire fonctionner la démocratie en privilégiant la vraie information?

Il n’y a pas de vraie ou de fausse information. Il y a des informations concurrentes et à chacun de trouver ce qui correspond le mieux à la réalité ou d’approcher la réalité par la diversité. Il y a véritablement une volonté de museler la liberté d’expression. Essayons d’analyser les origines de cela. Tout d’abord, il faut se rappeler que la première loi liberticide, la loi Pléven date de 1972 en France. Elle s’est étendue progressivement aux autres pays. La France a été innovante. [...]"

Michel Janva

http://lesalonbeige.blogs.com/my_weblog/web.html

Les Brigandes - What the fuck

10:23 Écrit par pat dans culture et histoire | Lien permanent | Commentaires (0) |  Imprimer |  Facebook | | | | |

La Corse et la République

1236283298.jpg

103879671.jpgpar Louis-Joseph Delanglade

Certains énarques parisiens devaient penser benoîtement qu’une nouvelle réforme purement administrative permettrait d’entrevoir un début de solution en Corse.

Deux tours de scrutin plus tard, on voit qu’il n’en est rien puisque la nouvelle collectivité territoriale unique est largement dominée par la coalition des indépendantistes et des autonomistes qui a obtenu la majorité absolue des sièges : à ceux-là la présidence de l’Assemblée de Corse (M. Talamoni), à ceux-ci celle du conseil exécutif de Corse (M. Simeoni). Les premières déclarations ont le mérite de la clarté, chacun des deux coalisés réaffirmant son credo : l’indépendantiste assumé parle de la France comme d’un « pays ami » et l’autonomiste raisonnable revendique « le double drapeau, corse et français ». 

Le pouvoir parisien paraît pourtant peu audible. Le déplacement à Ajaccio, vendredi dernier, de Mme Gourault (ministre déjà surnommée, sans doute par antiphrase, « Madame Corse ») aura été purement « technique », destiné qu’il était à préparer la réception des deux dirigeants nationalistes à Matignon (prévue pour le 22 janvier) ; or, le Premier ministre s’est d’ores-et-déjà dit opposé à des revendications qui ne seraient pas conformes « au cadre constitutionnel ». Quant au chef de l’Etat, il viendra bien dans l’île, mais ce sera le 6 février pour y commémorer le vingtième anniversaire de l’assassinat du préfet Erignac… Malgré leur impatience, purement verbale, MM. Simeoni et Talamoni devraient donc, sans doute, attendre encore pour obtenir un « geste fort du gouvernement ». 

Dans ce contexte, grand moment politique, mardi 2 au 7/9 de M. Demorand (surFrance Inter) grâce à M. Simeoni. Discours clair, apaisé, argumenté et sans place aucune pour la fanfaronnade ou la langue de bois. Se montrant tout à la fois conciliant et réaliste sur l’essentiel (« Notre identité inclut de façon naturelle la langue et la culture françaises »), M. Simeoni a voulu surtout justifier le bien-fondé des trois attentes de la Corse : la co-officialité de la langue corse, le statut de résident corse et l’amnistie pour « les prisonniers politiques ». Personne ne peut trouver quoi que ce soit à lui objecter sur l’utilisation de la langue corse, « de façon naturelle y compris dans les échanges publics ». Il trouve pour la défendre des accents de Frédéric Mistral et de Charles Maurras. « La langue corse est l’âme de ce peuple » (Mistral voyait dans la langue d’un peuple « la clé qui de ses chaînes le délivre ») et sa co-officialité est « le seul moyen d’empêcher le corse de disparaître » (voilà qui rappelle furieusement le « politique d’abord » de Maurras). Les deux autres points font davantage appel au bon sens : on comprend sans peine que le statut de « résident corse » permettrait, face à un foncier de plus en plus rare et de plus en plus cher à cause de la spéculation, de mettre un frein à la dépossession de fait pour les natifs. On comprend aussi, même si certains renâcleront, que pour « tourner la page d’une situation conflictuelle », le pouvoir dispose de l’amnistie - moyen souvent utilisé dans le passé, y compris en France. Et si cette amnistie n’est pas totale, qu’on applique « le droit positif », c’est-à-dire, par exemple, le rapprochement des prisonniers. 

M. Simeoni, c’est à noter, parle toujours pour désigner l’interlocuteur, de « l’Etat» ou de la « République ». En réponse à M. Philippe, il lui rappelle une vérité d’évidence : « On ne peut pas traiter la Corse uniquement par la réaffirmation de principe de dogmes républicains […] Si une constitution ne permet pas de reconnaître un peuple, c’est à la Constitution de changer, pas au peuple de disparaître ». Qui dit mieux ? Mais ces paroles peuvent-elles être entendues par un Etat central englué dans son idéologie jacobine. On peut malheureusement craindre que l’Etat français, sous sa forme républicaine, ne soit tout simplement incapable d’admettre qu’existe sur le territoire national métropolitain une vie locale sui generis. Et n’aille jusqu’à l’absurde et à la catastrophe (rappelons-nous l’affaire algérienne où, après avoir traité par le mépris les élites musulmanes francisées, Paris a perdu en rase campagne la bataille politique contre les jusqu’au-boutistes de l’indépendance). 

On peut aussi (on le doit) espérer que la Corse sera la dernière et irréductible des provinces de France à résister au rouleau compresseur parisien, c’est-à-dire à bénéficier d’un statut largement justifié par sa nature et sa situation. Et qu’il en résultera peut-être une impulsion régénératrice pour le reste du pays. 

http://lafautearousseau.hautetfort.com/

On lui aurait demandé de fermer les yeux sur des anomalies de comptes de campagne

6a00d83451619c69e201b8d2cd6930970c-800wi.jpgUn rapporteur de la Commission nationale des comptes de campagne révèle pourquoi il a décidé de démissionner :

"Le 20 novembre, les portes ont claqué dans le huis clos du 36, rue du Louvre, siège de la discrète Commission nationale des comptes de campagne et des financements politiques (CNCCFP). Une séance « longue, houleuse et difficile », au dire de notre témoin, qui s'est résigné à démissionner, la mort dans l'âme. « Vous ne m'offrez d'autre alternative que celle de me soumettre ou de me démettre », écrit Jean-Guy de Chalvron dans une lettre adressée au président de la CNCCFP, François Logerot, dont nous avons obtenu copie, paraphrasant la tirade de Gambetta. Durant toute sa carrière, cet inspecteur général de l'administration, aujourd'hui retraité, a été un grand serviteur de l'Etat, passé par dix ministères, de l'Industrie à l'Intérieur. Il fut aussi directeur de cabinet de Louis Mexandeau aux Anciens combattants. De solides gages de sérieux pour ce haut fonctionnaire qui met en avant dans sa lettre de rupture les « valeurs d'indépendance et de rigueur » qui l'ont toujours guidé. Que s'est-il donc passé pour qu'il en arrive là et rompe le silence ?

«La colère », nous explique-t-il, « révolté ». Pendant cinq mois, il a été l'un des deux rapporteurs chargés d'éplucher les 52 cartons de factures d'un grand candidat à la présidentielle. Or, il dit avoir déniché nombre de dépenses litigieuses qui ne pouvaient pas, selon lui, ouvrir droit à un remboursement par l'Etat, donc par le contribuable, mais pas à même toutefois d'entraîner un rejet du compte de campagne. Le tout portait sur près de 1,5 millions d'euros, sur un total de 10,7 millions d'euros de dépenses.

Ces anomalies ont été détaillées lors de la fameuse réunion du 20 novembre, où fut examinée une « lettre des griefs » destinée au candidat. Jean-Guy de Chalvron se serait alors, assure-t-il, heurté à un refus « extrêmement brutal » de la commission, qui lui aurait suggéré de revoir nettement à la baisse ses propositions de régularisation. Raison pour laquelle il a préféré partir, pour ne pas avoir à couvrir de potentielles irrégularités.

Ce candidat, c'était Jean-Luc Mélenchon. Mais si Jean-Guy de Chalvron a accepté de témoigner, ce n'est pas pour mettre à l'index le patron de la France insoumise. N'ayant pas eu accès aux comptes des autres candidats, il ignore en effet s'ils ont donné lieu à des difficultés. Or, selon nos informations, deux voire trois autres rapporteurs auraient aussi claqué la porte. Non, ce qu'il souhaite, c'est alerter sur de « graves dysfonctionnements » au sein de la CNCCFP, dont il juge le système opaque et fort peu démocratique. Une commission débordée qui a dû, pour éplucher les comptes de la présidentielle, recruter des rapporteurs vacataires, tous hauts fonctionnaires et retraités. Des intermittents en somme, donc peu préparés à la mission. Ils étaient seize, deux par « grand » candidat et un par « petit », épaulés par de simples étudiants stagiaires. Or, le travail est ingrat : une masse de documents colossale (5 000 factures pour Mélenchon), un temps bref (six mois) et un salaire peu attrayant (18 euros la vacation de six heures). Mais il s'y est attelé avec enthousiasme.

Or, reproche-t-il, on lui aurait demandé de fermer les yeux. « De nombreuses divergences de fond sont apparues entre mes propres propositions de réformation et les recommandations de la commission, écrit-il dans sa lettre de démission. Vous m'imposez donc de signer une lettre de griefs au candidat qui ne reflète plus du tout le travail que j'ai fourni. » De fait, à la CNCCFP, ce ne sont pas les rapporteurs, chargés d'enquêter, qui ont le dernier mot, mais les neuf permanents. En résumé, les rapporteurs proposent, la commission dispose. « Bâillonnés », juge de Chalvron, encore outré."

Michel Janva

http://lesalonbeige.blogs.com/my_weblog/web.html

Bakounine, Le Bon et le crépuscule européen

Nicolas Bonnal

J’ai écrit de nombreux textes qui tournent autour du même thème, de la même constatation. Les choses, les problèmes ne changent plus depuis deux siècles ou presque. Lisez la conclusion des mémoires d’Outre-tombe de Chateaubriand et vous êtes déjà dans notre vieux monde. Monde unifié, monde laid, monde antiartistique, monde décivilisé, monde de contrôle, d’argent et de quantité. Les problèmes que nous vivons semblent sortis d’hier. Or c’est faux, ils sont anciens, et c’est pourquoi je conseille la lecture des auteurs comme Le Bon, Tocqueville ou bien sûr René Guénon ou Evola.

Je vais parler de notre Italie.

Les problèmes italiens sont vieux et ils datent de son unification ratée par une clique corrompue, celle qui la soumit ensuite à l’Angleterre (libéraux, sénateurs, maçons), à l’Allemagne, à l’Amérique puis à l’Europe.

En 1869 le révolutionnaire Bakounine observe déjà ce maigre bilan :

« Nulle part on ne peut aussi bien étudier qu’en Italie le néant du vieux principe de la révolution exclusivement politique, et la décadence de la bourgeoisie, cette représentante exclusive des idées de 89 et de 93 et de ce qu’on appelle encore aujourd’hui le patriotisme révolutionnaire.

Sortie d’une révolution nationale victorieuse, rajeunie, triomphante, ayant d’ailleurs la fortune si rare de posséder un héros et un grand homme, Garibaldi et Mazzini, l’Italie, cette patrie de l’intelligence et de la beauté, devait, paraissait-il, surpasser en peu d’années toutes les autres nations en prospérité et en grandeur. Elle les a surpassées toutes en misère. »

Et de constater tristement :

« Moins de cinq années d’indépendance avaient suffi pour ruiner ses finances, pour plonger tout le pays dans une situation économique sans issue, pour tuer son industrie, son commerce, et, qui plus est, pour détruire dans la jeunesse bourgeoise cet esprit d’héroïque dévouement qui pendant plus de trente ans avait servi de levier puissant à Mazzini »

 Pays mort-né comme notre Europe de la Fin des Temps (il règne une atmosphère évolienne, de Kali-Yuga dans le texte du grand Bakounine) ou notre France républicaine, la bourgeoisie mondialisée scia la branche du risorgimento :

« Le triomphe de la cause nationale, au lieu de tout raviver, avait écrasé tout. Ce n’était pas seulement la prospérité matérielle, l’esprit même était mort ; et l’on était bien surpris en voyant cette jeunesse d’un pays politiquement renaissant, vieille de je ne sais combien de siècles, et qui, n’ayant rien oublié, n’avait aucun souci d’apprendre quelque chose. »

Le besoin de places qui s’est vu depuis avec leur Europe est déjà là :

« On ne peut guère s’imaginer quelle immense convoitise de positions sociales et de places a été réveillée au sein de la bourgeoisie italienne par le triomphe de la révolution nationale. C’est ainsi qu’est née la fameuse Consorteria, cette ligue bourgeoise qui, s’étant emparée de tous les emplois lucratifs, malmène, déshonore, pille aujourd’hui l’Italie, et qui, après avoir traîné cette patrie italienne par toutes les boues possibles, l’a fait aboutir aux désastres de Custozza, de Lissa et de Mentana. »

Les mêmes problèmes (dénatalité, déclin culturel, militarisme, étatisme) se posent vers 1890. Le savant français Gustave Le Bon remarque alors dans un grand livre :

« Le principe des nationalités, si cher jadis aux hommes d’État et dont ils faisaient tout le fondement de leur politique, peut être encore cité parmi les idées directrices dont il a fallu subir la dangereuse influence. Sa réalisation a conduit l’Europe aux guerres les plus désastreuses, l’a mise sous les armes et conduira successivement tous les États modernes à la ruine et à l’anarchie. Le seul motif apparent qu’on pouvait invoquer pour défendre ce principe était que les pays les plus grands et les plus peuplés sont les plus forts et les moins menacés. Secrètement, on pensait aussi qu’ils étaient les plus aptes aux conquêtes ».

Comme Léopold Kohr, le très habile Le Bon, qui a tout annoncé parce qu’il a tout étudié, fait l’éloge du Small is beautiful :

« Or, il se trouve aujourd’hui que ce sont précisément les pays les plus petits et les moins peuplés : le Portugal, la Grèce, la Suisse, la Belgique, la Suède, les minuscules principautés des Balkans, qui sont les moins menacés. L’idée de l’unité a ruiné l’Italie, jadis si prospère, au point qu’elle est aujourd’hui à la veille d’une révolution et d’une faillite. Le budget annuel des dépenses de tous les États italiens, qui, avant la réalisation de l’unité italienne, s’élevait à 550 millions, atteint 2 milliards aujourd’hui. »

Et Le Bon souligne aussi la faiblesse des pays latins, corrompus depuis des lustres selon lui par le verbalisme, le socialisme, l’anarchie et le césarisme ! Mais c’est plus compliqué. Car ce siècle de l’unification fut celui du règne de la quantité au sens guénonien, et l’on peut dire d’ailleurs que la belle Allemagne, celle de la musique et de la philosophie, de la poésie et du romantisme, prit fin avec son unité qui déboucha sur l’industrialisme, le socialisme et le bellicisme que l’on sait.

Gustave Le Bon encore, comme s’il avait prévu le nazisme :

« L’Allemagne moderne, malgré de trompeuses apparences de prospérité, en sera sans doute la première victime, à en juger par le succès des diverses sectes qui y pullulent. Le socialisme qui la ruinera sera sans doute revêtu de formules scientifiques rigides, bonnes tout au plus pour une société idéale que l’humanité ne produira jamais, mais ce dernier fils de la raison pure sera plus intolérant et plus redoutable que tous ses aînés. Aucun peuple n’est aussi bien préparé que l’Allemagne à le subir. Aucun n’a plus perdu aujourd’hui l’initiative, l’indépendance et l’habitude de se gouverner. »

Sources

  • Nicolas Bonnal – Chroniques sur la Fin de l’Histoire (Kindle)
  • Le Bon – Lois psychologiques de l’évolution des peuples
  • Leopold Kohr – the Breakdown of nations
  • Bakounine – Lettre aux rédacteurs du Réveil, à Paris, octobre 1869 (inédit)

Les livres de N. Bonnal sont disponibles chez:

https://voxnr.com/9115/bakounine-le-bon-et-le-crepuscule-...

Arnaud de Robert - Action sociale ou politique ? Faut-il choisir ?

08:26 Écrit par pat | Lien permanent | Commentaires (0) |  Imprimer |  Facebook | | | | |

Il y a 40 ans, 3 militants du Front de la Jeunesse étaient assassinés à Rome par les communistes

26169639_10156110855989216_713035583916662393_n.jpg

40 ans après ce crime odieux, la jeunesse italienne a rendu hommage ce dimanche après-midi à ses trois héros... Partout en Europe, le communisme est mort et le nationalisme est de plus en plus fort...

26196161_10156110838134216_4925113306380442118_n.jpg

Pour connaître l'histoire du Mouvement social italien, lire :

CHN 4 PFN 4 COUVERTURE.jpg

Le commander en ligne cliquez là

CONTRE LE CSA, JEAN-PIERRE PERNAUT MONTRE LES DENTS

jean-pierre-pernaut-coup-gueule-facebook.jpg

Jean-Pierre Pernaut, le défenseur de la France rurale, derrière son aimable sourire, sait montrer les dents quand on l’attaque abusivement.

Rappelez-vous, il reçut déjà un rappel à l’ordre du CSA quand, au journal de TF1 du 10 novembre 2016, il osa cette transition sacrilège entre deux reportages sur les sans-logis et les migrants : « Plus de place pour les sans-abri, mais en même temps les centres pour migrants continuent à ouvrir. » On se demandait s’il n’allait pas être renvoyé. Il a tenu tête, ajoutant ce commentaire, lors d’une émission de Thierry Ardisson : « J’ai mis les deux informations côte à côte. Conclusion, on m’a accusé de les avoir mises en opposition. Non, j’ai fait mon métier de journaliste. »

Rebelote avec le baromètre annuel du CSA ! Cette étude souligne que la télévision, en 2017, représente un peu mieux la France dans sa diversité. On y apprend, par exemple, que la représentation des personnes perçues comme « non blanches » est en hausse par rapport aux années précédentes, mais que les catégories socio-professionnelles dites « CSP+ » continuent d’être surreprésentées. La responsable du groupe de travail Cohésion sociale estime que « grâce à notre action, les chaînes comprennent que face à la multitude de l’offre et des écrans, elles ne peuvent plus exclure une partie de la population ». Qu’on se le dise !

Dans Ouest-France du 4 janvier, elle souligne de nouveau ces progrès. Mais, à propos du 13 heures de TF1, elle tient un propos pour le moins ambigu : « On critique beaucoup le journal de Pernaut. Bien sûr, c’est un peu la France des sabots et des forgerons, mais il faut aussi qu’elle soit vue. » Un mélange de mépris et de condescendance. L’intéressé n’a pas laissé passer ce qu’il considère comme une insulte pour son journal et pour les téléspectateurs qui le regardent.
Il a poussé un coup de gueule dans deux tweets percutants. « Concernant le JT de 13 h, qui peut dire ou écrire des conneries pareilles ? » écrit-il dans le premier. Puis, dans le second : « Il faut qu’elle soit vue !!!! Quel mépris ! Honteux et lamentable si ça vient vraiment du #csa… » Sans commentaire. Pour cette responsable du CSA, la France rurale, les villages, les artisans, c’est le vieux monde, en voie de disparition. Place aux statistiques sur la représentation de la diversité ! 

Jean-Pierre Pernaut peut se permettre de dire ce qu’il pense car son audience sur TF1 est solide et fait pâlir la concurrence. Il n’empêche que ces attaques à répétition du CSA semblent témoigner d’une conception étrange du pluralisme de l’information. Que des journalistes énoncent à l’envi les mêmes lieux communs ne le gêne en rien, s’ils entrent dans la mouvance de la bien-pensance. Mais gare à ceux qui s’en détournent !

Quant à la représentation de la diversité à la télévision, elle serait sujette à caution si elle faisait passer la couleur de la peau ou l’origine sociale avant le talent, qui devrait être le seul critère de choix. La discrimination dite positive, qui donne bonne conscience, n’est qu’une forme de discrimination qui dispense de chercher à donner à tous les mêmes chances en fonction de leurs compétences et de leur mérite.

Olivier Schrameck, ce haut fonctionnaire, deux fois directeur de cabinet de Lionel Jospin, nommé président du CSA en 2013, bien que sa nomination fût controversée, déclare que « les progrès toujours difficiles de la diversité à l’écran demeurent un impératif pour la cohésion sociale ». On souhaiterait qu’il tînt le même propos sur l’Assemblée nationale, qui est loin de représenter équitablement toutes les forces politiques du pays.

http://www.bvoltaire.fr/contre-csa-jean-pierre-pernaut-mo...

"Interruption volontaire de vie, sans demande du patient"

6a00d83451619c69e201bb09e648a8970d-800wi.pngIl me semble qu'il y a un mot beaucoup plus simple et moins euphémisant, hypocrite et orwellien pour dire "interruption volontaire de vie sans demande du patient"...

Mais non, en Belgique, Jacqueline Herremans, membre de la commission fédérale euthanasie et avocate, explique, suite à la démission d'un médecin qui refusait l'assassinat d'une personne âgée:

"Ce médecin me paraissait être un homme qui avait le souci du bien-être de la patiente. Il a sans doute été un peu dépassé par la situation. Jamais nous n’avons reçu une telle déclaration à la commission. Lorsque nous nous sommes interrogés sur la qualification à donner à cet acte, nous ne l’avons pas qualifié d’euthanasie mais bien d’interruption volontaire de vie, sans demande du patient"

Seul ce cas a fait débat. Mais chaque année, près de 2000 euthanasies ont lieu en Belgique. Légalement.

Michel Janva

http://lesalonbeige.blogs.com/my_weblog/web.html

LA PYRAMIDE DE KHÉOPS (GRANDE PYRAMIDE DE GIZEH) | 2000 ANS D’HISTOIRE | FRANCE INTER

06:51 Écrit par pat dans culture et histoire | Lien permanent | Commentaires (0) |  Imprimer |  Facebook | | | | |