Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

international

  • Les Nouveaux talents – Théo : Colombie, CIA, Escobar, le trafic se poursuit !

    Ils se veulent indépendants et libérés du politiquement correct. Ils font un tabac sur les plateformes vidéos. Ils représentent un ton nouveau. Avec sa rubrique « Les nouveaux talents », TV Libertés donne « carte blanche » aux nouvelles générations et tout particulièrement au jeune « youtubeur » Théo.
    Après la fin de la « French Connection », le gros du trafic de drogues s’exporte en Colombie. Là-bas, c’est de la cocaïne qui est fabriquée et devinez par qui ?
    Par nos chimistes français issus de l’ancien trafic défait. Rapidement, ils s’allient à Pablo Escobar et parviennent à recréer un marché mondial autour d’une petite ville : Medellín.
    Souvent pointés du doigt comme des malfaiteurs indépendants, se jouant des lois et des États, capables de corrompre des gouvernements entiers, les cartels, à l’image de celui de Medellín, sont parfois les outils d’organisations encore plus puissantes. A qui profite le crime ?
    C’est ce que nous allons tenter de découvrir dans cette courte vidéo écrite et réalisée par Théo .

    https://www.tvlibertes.com/les-nouveaux-talents-theo-colombie-cia-escobar-le-trafic-se-poursuit

  • Jean-Paul Gourévitch : « La propagation de l’épidémie en Afrique sera problématique pour l’Europe »

    Jean-Paul Gourévitch, auteur du livre Le Grand Remplacement, réalité ou intox, revient sur l’influence du Covid-19 sur les flux migratoires, et en particulier sur les conséquences de l’épidémie en Afrique.
    Un entretien paru sur Boulevard Voltaire.

    Les flux migratoires sont-ils augmentés ou diminués ?

    Lire la suite

  • Ce sera 1929, puis l’hyperinflation et l’effondrement du Système

    visuel_crise_1.jpg

    Marc Rousset

    La remontée passagère des Bourses est due uniquement à l’intervention immédiate, et beaucoup plus rapide qu’en 2008, des banques centrales et des gouvernements, celle de la Fed pour les achats de bons du Trésor et les titres hypothécaires n’ayant plus de limites, avec des innovations telle que le rachat de créances privées (obligations gagées sur des prêts à la consommation). La Fed ouvre les vannes monétaires et fait tapis face à la crise du coronavirus. C’est ce que fait, également, la BCE lorsqu’elle rachète les dettes publiques irremboursables de la France et de l’Italie. La BCE, avec son nouveau bazooka de 750 milliards d’euros, porte son effort de rachat de titres, pour 2020, à 1.000 milliards d’euros. Quant aux règles comptables pour les banques, elles disparaissent ou sont assouplies.

    L’ensemble des mesures gouvernementales des pays du G20 représente 5.000 milliards de dollars. Les mesures du gouvernement américain s’élèveront à 2.000 milliards de dollars et, si l’on additionne l’ensemble des mesures des États européens, dont 1.100 milliards d’euros pour l’Allemagne, un plan sans précédent depuis la Deuxième Guerre mondiale, on se rapproche du chiffre américain. Les États-Unis, qui n’ont pas les lois sociales du chômage partiel, ont décidé de se rallier à la politique de « l’argent par hélicoptère, » avec un chèque du gouvernement fédéral d’environ 3.000 dollars pour une famille avec deux enfants.

    Lire la suite

  • Crise sanitaire, crise civilisationnelle (2), par Michel Maffesoli.

    La mort possible, menace vécue quotidiennement, réalité que l’on ne peut pas nier, que l’on ne peut plus dénier, la mort qu’inexorablement l’on est obligé de comptabiliser, cette mort, omniprésente, rappelle dans sa concrétude que c’est un ordre des choses qui est en train de s’achever.

    Ce qui est concret, je le rappelle : cum crescere, c’est ce qui « croît avec », avec un réel irréfragable. Et ce réel, c’est peut-être, réellement, la mort de cet « ordre des choses » ayant constitué le monde moderne !

    Mort de l’économicisme dominant, de cette prévalence de l’infrastructure économique d’origine marxiste, cause et effet d’un matérialisme à courte vue. Outre la « société de consommation », Jean Baudrillard a fort bien montré en quoi toute la vie sociale n’était qu’un « miroir de la production ». Ce qui est la réduction d’un être-ensemble essentiel à un « étant » on ne peut plus abstrait, uniquement préoccupé par le matériel que l’on ne maîtrise plus. On ne possède plus les objets, l’on est possédé par eux !

    Lire la suite

  • Crise sanitaire, crise civilisationnelle (1), par Michel Maffesoli.

    2263568875.jpegAu-delà de nos humeurs, craintes, convictions, réactions, consentement, toutes choses étant de l’ordre de l’opinion, il convient d’aller à l’essentiel. C’est-à-dire au-delà des apparences, ce que le poète nomme bellement « le clapotis des causes secondes », revenir à l’être des choses. En deçà des « médiations », de ces évidences déversées ad nauseam par l’intelligentsia, revenir à ce qui est immédiatement évident. Ce que la sagesse populaire a su formuler d’une manière lapidaire : tout passe, tout casse, tout lasse 

    En la matière, fin d’une modernité en bout de course. Saturation d’un ensemble de valeurs de plus en plus désuètes.

    Rappelons-nous, ici, une des étymologies du terme crise : krisis, comme le jugement porté par ce qui est en train de naître sur ce qui est en train de mourir. Cela, on l’oublie trop souvent, en réduisant la crise à son aspect économique. Simple dysfonctionnement de ce que mon regretté ami, Jean Baudrillard, nommait « la société de consommation », que quelques ajustements d’ordre politique ne manqueraient pas de corriger pour le plus grand bien de tous.

    Lire la suite

  • Le Samedi Politique – Coronavirus : La mondialisation à l’agonie

    Pandémie mondiale déclarée par l’OMS, le coronavirus (Covid-19) se répand en Europe et en France progressivement. Face à cette crise sanitaire, le gouvernement d’Emmanuel Macron accumule les dysfonctionnements. Les stocks de masques ont été vidés, au détriment des personnels soignants.

    En France, la situation est sur le chemin de l’Italie, avec une progression approximative de 30% de cas de contaminations chaque jour. Alors que les médecins tirent la sonnette d’alarme depuis plusieurs semaines, Emmanuel Macron ne prend que des « mesurettes » de précaution et maintient les élections municipales. Son obsession ? Retarder la paralysie de l’économie, au mépris du peuple français.
    L’idéologie mondialiste, telle un carcan mental, semble pétrifier les élites, incapables de prendre de réelles décisions de protection face à un virus taillé sur mesure pour attaquer l’Occident.

    Philippe Murer, économie spécialiste des questions écologiques, revient avec nous sur une situation qui semble échapper aux dirigeants français, à commencer par Emmanuel Macron.

    https://www.tvlibertes.com/le-samedi-politique-coronavirus-la-mondialisation-a-lagonie

  • DES LENDEMAINS TUMULTUEURS !

    Un ami me signale que tous les "instituts" phosphorent sur la prospective post-Covid_19 afin de sortir le dossier que tous les gouvernements s'arracheront. Sans être collapsologue patenté, Royal-Artillerie rejoint la meute et vous livre la substantifique analyse d'un futur à connaître. Les gouvernements étrangers pourront cliquer sur la barre de traduction en tête de gondole (fin de la blague).
    L'idée était de faire un dossier de quatre articles sur la spécialisation à outrance des fabrications qui impacte les chaînes de production partout comme on l'a vu lors du tsunami de Fukushima ; sur le rôle de l'Etat-stratège dans une société libérale ; sur le combat croissance-réchauffement climatique, et aussi, sur la fracture millénials vs. boomers. Mais le premier brouillon a laissé comprendre que la mondialisation était la mère de tous ces sujets et qu'il fallait creuser. Cela tombe à pic. Royal-Artillerie a fait plusieurs articles impliquant la mondialisation (37). Des bases existent qu'il faut actualiser et développer.

    Lire la suite

  • Un autre mensonge anti-Trump des médias au sujet du coronavirus

    1532F6T4R3U7M9P-gg120-800x445.jpg

    La presse de grand chemin allemande a orchestré une nouvelle campagne mensongère contre le président Trump, relayée par les médias étrangers anti-Trump. Elle a prétendu qu’il voulait acheter derrière le dos du gouvernement allemand une société nommée Cure Vac, qui développe un vaccin contre le coronavirus.

    Les faits sont pourtant clairs : le président américain n’a fait qu’inviter le directeur général de Cure Vac à Washington pour s’informer de ses recherches, ce qui a entraîné la rage des dirigeants allemands, furieux de constater une fois de plus que Trump se préoccupe plus du bien des ses concitoyens qu’eux de celui des leurs.

    Il a fallu que la société Cure Vac démente par « twitter » le mensonge des médias, qui avait déjà été repris sans honte par les ministres des affaires étrangères, de l’économie et de l’intérieur Maas, Altmaier et Seeehofer.

    https://www.achgut.com/artikel/das_maerchen_vom_boesen_trump_und_dem_impfstoff_klau

    Traduction (Claude Haenggli) :

    «  Pour le dire encore une fois clairement : Cure Vac n’a reçu aucune offre du gouvernement des États-Unis ou d’une organisation lui étant affiliée, que ce soit avant, pendant ou après la réunion de travail à la Maison-Blanche du 2 mars. Cure Vac dément toutes les accusations de la presse. »

    Claude Haenggli, 18.03.2020

    Source(s): Les Observateurs.ch

    https://www.alterinfo.ch/2020/03/19/un-autre-mensonge-anti-trump-des-medias-au-sujet-du-coronavirus/

  • Ça n'arrive qu'aux autres

    6a00d8341c715453ef025d9b404357200c-320wiDifficile, entendant le discours de Mulhouse de ce 25 mars, de demeurer stoïque, figé au garde à vous, le petit doigt sur la couture du pantalon, un moment interminable. On restera sans doute civique, le temps de la crise. On accepte la discipline car, dans une pareille période, on doit suivre les consignes des autorités. Cela fonctionnera pour peut-être 90 % d'entre nous, car au moins 10 % des habitants de l'Hexagone s'y refusent déjà. Les princes qui nous gouvernent craignent, ou plutôt savent, que notre obéissance ne durera pas bien longtemps.

    Si l'on en croit le quotidien Le Monde "le sommet de l’État redoute de devoir rendre des comptes".[1]

    À Beyrouth, ce 19 mars dans un pays déchiré à la fois par un affrontement culturel séculaire et par une crise financière majeure, le pouvoir était "accusé de tirer profit du coronavirus pour intimider les protestataires".[2]

    Lire la suite

  • Le megakrach qui arrive nous prépare des lendemains qui déchantent

    shutterstock_349461494-845x475.jpg

    Voila trois mois, j’ai publié, sur YouTube, une vidéo intitulée « Le mégakrach aura bien lieu », et un article du même titre sur Boulevard Voltaire. Je répondais, dans cet exposé, à une interview, pour le journal Les Échos, de David Solomon, patron de Goldman Sachs, qui se voulait rassurant quant à la situation financière mondiale. Selon lui, les bases étaient très solides et seules les politiques populistes de Trump et des autres risquaient de conduire à une récession.

    À travers cette interview, j’ai senti qu’il s’agissait avant tout de trouver des boucs émissaires à la catastrophe en gestation qui viendrait infailliblement, compte tenu de la situation totalement dégradée de la finance mondiale, déréglée par une spéculation débridée, encouragée par les politiques laxistes des banquiers centraux et totalement hors de contrôle des gouvernements, incapables de mettre un frein à tout cela, de réguler les activités financières. Et les populistes, abhorrés par le monde de la finance, étaient un bouc émissaire idéal.

    Lire la suite