Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Europe - Page 4

  • Jordan Bardella : « Le grand risque qui est en face de nous, c’est la partition de la société »

    jordan-bardella-rn-salvini-immigration-1200x730.jpg

    Jordan Bardella est tête de liste RN aux élections européennes. Originaire de Seine-Saint-Denis, le benjamin (23 ans) des candidats répond sans ambages à toutes les grandes questions de l’heure : Macron, Salvini, banlieues, immigration.

    Découvrez quelques extraits de cet entretien publié sur Causeur.

    Daoud Boughezala. Marine Le Pen vous présente comme un jeune militant issu des banlieues arrivé à la force du poignet. En vous ayant désigné tête de liste aux dépens d’eurodéputés plus expérimentés tels que Bruno Gollnisch ou Nicolas Bay, le Rassemblement cède-t-il aux idéologies à la mode ?

    Jordan Bardella. Non. Ce n’est pas une élection de personnes. Une liste est avant tout une équipe. Marine Le Pen a fait le choix un peu audacieux de confier la tête de liste à un jeune de 23 ans. Malgré mon âge, j’ai déjà une petite expérience politique puisque je suis élu au Conseil régional d’ïle-de-France en Seine-Saint-Denis, un territoire difficile dans lequel j’ai grandi. Cela a toujours été une des qualités du mouvement de donner une chance à la jeunesse. On a fait élire en 2012 la plus jeune députée Marion Maréchal, en 2014 le plus jeune sénateur David Rachline, on fera sans doute élire le plus jeune député européen. On a beaucoup de jeunes élus et de jeunes maires qui font leurs preuves. Le RN est un mouvement politique pour lequel les jeunes votent beaucoup. Selon les sondages, un tiers des jeunes voterait pour le RN aux européennes.

    Il y a une cohérence dans le choix de la tête de liste, d’autant que ces élections sont un peu l’épilogue de la refondation du mouvement que Marine Le Pen a lancée en 2011. Cela nous a menés au second tour de l’élection présidentielle (2017), au changement de nom du FN, à nous ouvrir à des gens de l’extérieur (issus des Républicains comme Thierry Mariani ou de la société civile comme Hervé Juvin).

    Concrètement, proposez-vous le retour aux frontières nationales ?

    Absolument. Il faut remettre des portes à la maison France pour décider qui entre et qui sort de chez nous. L’espace Schengen nous avait promis la libre circulation des biens et des personnes mais on a vu que c’était aussi la libre circulation des terroristes, des armes, des trafics. L’absence de frontière en matière économique crée aussi une absence de protection pour les entreprises et les emplois français. Nous sommes favorables à la sortie de l’Espace Schengen tout en prévoyant des dispositifs simplifiés pour les travailleurs frontaliers comme les 60 000 qui passent chaque jour en la France et l’Allemagne. C’est ce qu’on a toujours fait : le mythe de la libre circulation n’a que quelques années. La frontière n’est pas un mur ou un barbelé mais une porte, un filtre, une écluse, une limite. Mais, comme le dit Salvini, la première des frontières en matière d’immigration, c’est la dissuasion.
    C’est-à-dire ?

    Tant qu’on continuera à avoir un système de prestations sociales extrêmement attractif pour des personnes qui viennent de l’étranger, il est évident que l’immigration se poursuivra. La réponse à la question de l’immigration doit être à la fois des frontières nationales – rétablir des postes de douane alors que Sarkozy en a fermés 6500 – et une politique de dissuasion. Il faut réserver les moyens de l’Etat et la solidarité nationale aux Français tout en raccompagnant les bateaux de migrants dans les ports de départ. C’est ce que fait Salvini.

    Mais votre allié Salvini, ministre de l’Intérieur italien, ne partage pas forcément vos intérêts. Ainsi, il souhaiterait que la France accueille davantage de quotas de migrants…

    Ce n’est pas tout fait à juste. En demandant à la France d’accueillir plus, Salvini répond à ceux qui lui donnent des leçons sur l’accueil des migrants mais qui ne veulent pas en assumer l’intégralité de la charge. Par exemple, Macron avait refusé d’accueillir l’Aquarius mais accepté de prendre les migrants si l’Aquarius accostait en Espagne. Salvini pointait donc le double discours de la classe politique européenne. Avec l’environnement, l’immigration est sans doute l’un des deux grands défis majeurs de l’Europe au XXIe siècle. D’ici 2050, la population africaine va doubler. Il faut lire le très bon livre de Stephen Smith La ruée vers l’Europe. On fait face à un continent qui est en train de devenir une bombe démographique. La population africaine est très jeune et voudra ensuite aller vers des terres plus riches qu’ils considèrent – à tort – comme un eldorado : l’Europe. La seule question à se poser est : accepte-t-on cette ruée progressive vers l’Europe qui est déjà en cours ? Cela aurait d’énormes conséquences économiques, sociales, culturelles et cultuelles. L’Italie a accueilli 700 000 migrants sur ses côtes depuis 2013. Depuis que Salvini est aux responsabilités, il a fait baisser de 95% le nombre de débarquements. Cette fermeté est aussi une forme d’humanité parce qu’il a fait baisser de moitié le nombre de morts en Méditerranée.

    Entretien repris du du site Causeur.fr

    https://fr.novopress.info/214489/jordan-bardella-le-grand-risque-qui-est-en-face-de-nous-cest-la-partition-de-la-societe/

  • Autriche : le vice-chancelier dénonce le grand remplacement

    Autriche : le vice-chancelier dénonce le grand remplacement

    En Autriche, le chef du FPÖ, parti au pouvoir aux côtés des conservateurs, le vice-chancelier Heinz-Christian Strache FPÖ a expliqué que son parti lutte contre “le remplacement de population” :

    “Nous ne voulons pas devenir une minorité dans notre propre patrie”.

    Suite à la polémique alimentée par les gauchistes, Heinz-Christian Strache, lors du conseil des ministres, mercredi dernier a déclaré :

    “Nous avons été élus pour mettre fin à cette tendance nocive car les citoyens disent, à juste titre, que cette situation ne leur plaît pas et qu’ils se sentent déjà comme des étrangers dans de nombreux endroits de leur pays. Je ne me laisserai donc pas museler, les citoyens comptent sur nous !”.

    Le lendemain des déclarations de Heinz-Christian Strache, Matteo Salvini, le ministre de l’Intérieur italien, rendait visite à Viktor Orbán en Hongrie. Il a mis en garde contre le risque que l’Europe ne devienne “un califat islamique”. 

    https://www.lesalonbeige.fr/autriche-le-vice-chancelier-denonce-le-grand-remplacement/

  • Pas de libido mais gros melons et bottes de cuir

    cinema.jpgUne Russie libre et fière, en pleine renaissance depuis l’ère Poutine, célèbre ce jeudi le Jour de la victoire, la commémoration de la fin de la seconde guerre mondiale, la signature à Berlin le 9 mai 1945 de l’acte de capitulation de l’Allemagne hitlérienne. La fin d’un conflit  qui fut aussi synonyme, hélas, de déclassement,  d’une décadence accélérée de nos pays au terme de cette épouvantable guerre civile européenne. Et  pour les peuples des pays de l’Est,  livrés à Staline par les alliés, du début du long, éprouvant et terrible (pour les résistants) hiver communiste dont ils ne sortirent qu’avec la chute du rideau de fer et des dictatures rouges il y un quart de siècle. Mais ce 9 mai est aussi l’anniversaire de la déclaration de Robert Schuman qui, il y a soixante-quatre ans, proposa la création d’une Communauté européenne du charbon et de l’acier (CECA), embryon de l’actuelle Union Européenne. A quinze jours des élections européennes sont donc réunis symboliquement aujourd’hui au centre de la Roumanie, à Sibiu, les dirigeants des pays de l’UE. Cette rencontre sera l’occasion d’évoquer le futur partage des grands postes européens entre pays, la diplomatie extérieure, le climat, l’immigration…

    Bien sûr, le dernier discours du président (sortant) de la Commission européenne, Jean-Claude Juncker, fera la part belle à la lutte contre les nationalistes et le populisme. «Nous ne nous aimons plus les uns les autres. Nous avons perdu notre libido, a récemment regretté M Juncker qui a participé mercredi à Sibiu à un débat avec des centaines de jeunes Européens» rapportait L’Express. Le très fatigué président de la Commission européenne incarne assez bien la chute d’une Europprogressiste à bout de souffle, mais sa libido en berne n’est pas un cas généralisé. Il serait plus juste de dire que d’autres attirances et affinités électives émergent. On l’a vu ces derniers jours avec une nouvelle étape dans le rapprochement, bien avancé depuis plusieurs mois, entre le vice-président du Conseil italien Matteo Salvini et le Premier ministre hongrois Viktor Orban.

    «En délicatesse avec le PPE dont son parti Fidesz est suspendu depuis le 20 mars» rapportait Courrier international, MM. Orban et Salvini se sont rencontrés le 2 mai en Hongrie, «se sont affichés en vigies de l’Union européenne », ont «multiplié les signes d’amitié lors d’une conférence de presse commune»,   «vingt-quatre heures après une interview accordée le 1er mai à la Stampa dans laquelle (V. Orban) affirmait que le vice-président du Conseil italien Matteo Salvini est la personne la plus importante d’Europe

    Deux dirigeants, qui sont dans le collimateur du très puissant lobby transfrontièriste et mutitculturaliste mais aussi, et les catholiques sont très nombreux à le déplorer, du pape François qui,  comme l’a rappelé Alexandre Del Valle dans Valeurs Actuelles multiplie les outrances. Il «est allé plus loin que d’habitude dans ses prises de positions politiques anti-nationalistes (lors de son déplacement en Bulgarie, le 2 mai également) lorsqu’il a condamné  l’attachement au peuple, à la patrie portant à l’exclusion et à la haine de l’autre, quand il devient nationalisme conflictuel qui lève des murs. Il a exprimé sa  préoccupation face à la réapparition de courants agressifs envers les étrangers, surtout les immigrés, comme ce nationalisme croissant qui omet le bien communvisant en fait non pas des actes racistes-criminels et violents qui auraient été commis ici ou là et qui seraient bien sûr condamnables, mais les leaders et gouvernements populistes européens, à commencer par sa bête-noire Matteo Salvini (et) l’autre bête-noire du Pape (…) Viktor Orban.»

    Certes,  cela fait au moins un point commun entre le pape et François-Xavier Bellamy. La tête de liste de LR aux européennes expliquait ainsi en mars qu’il était «certain» «qu’entre la vision d’Emmanuel Macron et la vision de Marine Le Pen (il était) clairement plutôt du côté d’Emmanuel Macron» et précisait qu’il se sentait « plutôt (Jean-Claude) Juncker que (Viktor) Orban. » C’est ce même M. Bellamy qui, lors de la soirée européenne organisée par Valeurs Actuelles le 25 avril, affirmait sans rire que «Nous ne réussirons pas à redonner vie à l’Europe, si elle demeure le symbole d’une dépossession démocratique.» La faute à qui M. Bellamy? N’incombe-t-elle pas en premier lieu, constate Bruno Gollnisch, à vos amis politiques majoritaires au parlement européen depuis 20 ans, et qui participent, à des postes clés, à  toutes les strates, toutes les instances de l’UE?

    Pour autant, il est vrai qu’en terme de ridicule et d’enfumage, il reste difficile de concurrencer les cadors de LREM et leurs soutiens. C’est le cas notamment de Bernard-Henry Lévy, éreinté par les critiques partout où il passe en Europe pour la nullité de sa prestation et/ou celle de sa pièce altlanto-bruxellosie Looking for Europe. Le bourreau de la Libye et confondateur de sos racisme, rapporte RT, a été aussi épinglé le 30 avril dernier par le Canard enchaîné qui a révélé «la générosité de plusieurs diffuseurs prêts à mettre la main à la poche pour financer un documentaire qui immortalisera la tournée (Looking for europe). D’après l’hebdomadaire satirique, Canal Plus a mis au pot quelque 300 000 euros, France 3, 230 000 euros, et Arte, chaîne qui fait l’éloge de la construction européenne, 200 000 euros. Or leCanard enchaîné fait remarquer au passage que Bernard-Henri Lévy préside le conseil de surveillance d’Arte, sous-entendant une forme de conflit d’intérêts.»

    Tout aussi caricatural peut-être, c’est Daniel Cohn-Bendit (rattrapé par son passé dans le métro) qui était chargé de jouer les boute-en-train le 6 mai au théâtre Bobino pour parler écologie avec le numéro 2 de la liste LREM, Pascal Canfin, ancien ministre de François Hollande . «Avec son ex-mentor Dany Cohn-Bendit», dixit Libération, « Canfin a fait le show devant plusieurs milliers de personnes dont de nombreux parlementaires et plus de la moitié du gouvernement (…). On a vu le public enthousiaste réserver une standing-ovation au patriarche libéral-libertaire qui venait d’improviser de sa voix éraillée, à la limite de la rupture, un furieux plaidoyer pour l’intégration européenne et pour la culture bruxelloise du compromis. Mais aussi pour un accueil digne des migrants (…). Magie du nouveau monde : il y avait au premier rang, parmi ceux qui se sont levés pour applaudir, des ministres de droite comme Jean-Michel Blanquer ou Gérald Darmanin (…). Mais il a (aussi) invité les macronistes à ne pas insulter l’avenir et à bien distinguer les adversaires irréductibles que sont les listes soutenues par Le Pen et Mélenchon des concurrents conduits par Jadot (EELV) et Glucksmann, tête de liste PS-Place publique. ».

    Dans le songe creux, le verbiage et l’étalage des vieilles recettes qui ont conduit l’Europe vers l’abîme, Dany n’est certes pas le dernier mais en vieil animal politique  il sait au moins adapter son langage et ses formules à son auditoire, à la clientèle électorale qu’il vise. Pour Nathalie Loiseau l’exercice n’est  pas si évident puisque c’est sur le parvis du Mémorial-Musée pour la Paix de Caen que la tête de liste LREM a promis, tel le général GUDerian,  un « Blitzkrieg » (sic) pour relancer sa campagne vacillante.

    Si le discours politique comporte toujours une part de subliminal, là nous sommes à la fête!Mme Loiseau se rêve en tankiste en cuir avec un gros canon écrasant tout sur son passage, M. Juncker parle de sa libido défaillante, BHL se plonge sur scène tout habillé dans une baignoire pour défendre une Europe châtrée, Dany se casse la voix pour exiger l‘ouverture, et les jeunes macronistes font campagne sur le thème de la partouze en lançant un préservatif aux couleurs de l‘Europe avec le slogan suivant: «À 2, c’est bien. À 27, c’est mieux!». A chacun son projet

    https://gollnisch.com/2019/05/09/pas-de-libido-mais-gros-melons-et-bottes-de-cuir/

  • On sent comme un vent de panique à LREM…

    830x532_premier-ministre-edouard-philippe-president-republique-emmanuel-macron-23-mai-2017-ambassade-royaume-uni-paris-830x475.jpeg

    Le Président a réagi après un rapport de l’ONU, publié ce lundi, indiquant qu’un million d’espèces animales et végétales étaient menacées d’extinction.

    Le chef de l’État a profité de l’occasion pour présenter une série de mesures qu’il envisage de prendre en faveur de la cause écologique.

    Qu’en est-il réellement ? Parmi un modeste inventaire de mesures pressenties, il cite pêle-mêle la lutte contre le gaspillage alimentaire, le recyclage du plastique, l’arrêt du glyphosate ainsi qu’un ensemble de « mesurettes » budgétaires incitatives, voire, pour certaines, contraignantes…

    Tout cela n’est, en fait, qu’un catalogue de bonnes intentions. En effet, la réalisation de ses vœux pieux ne dépend pas que de sa volonté et, dès lors, elle est sujette à caution puisque pas nécessairement à l’abri d’un atermoiement que des promesses antérieures ont déjà connu. Cette espèce d’allocution improvisée et parfaitement informelle avait l’aspect d’une séance de rattrapage destinée à remplir les blancs que sa récente conférence de presse avait laissés apparaître en matière d’écologie.

    Sur la question de la protection de l’environnement, il ne prend pourtant pas beaucoup de risques puisque la plus grande partie de l’électorat, toutes tendances confondues, connaît l’étendue des enjeux sans, pour autant, que les grandes mesures de sauvegarde ne lui paraissent évidentes.

    Alors, pourquoi s’est-il fendu de cet exercice insolite dont peu ont réellement deviné le profit qu’il pouvait en tirer, pas plus qu’ils n’ont vu la nécessité de s’y plier ? N’aurait-on pas eu droit à une petite séance de communication opportune à vocation électorale ?

    En fait, pour saisir sa motivation, il faut, sans doute, se souvenir que la première consultation à avoir lieu depuis son élection sera celle des prochaines européennes. Or, chacun sait bien que la mise sera de taille. S’il les gagne, sa légitimité redeviendra entière et sa dynamique réformatrice ne connaîtra plus d’obstacle sérieux. S’il les perd, alors la fin de partie lui sera bien longue et difficile jusqu’en 2022. D’ailleurs, le gouvernement et le Premier ministre ont été sommés de se bouger pour apporter une aide sans faille à Nathalie Loiseau, qui a du mal à prendre son envol dans la campagne qui débute officiellement le 13 mai 2019 mais qui a démarré, en réalité, depuis de longues semaines déjà.

    D’ailleurs, si, depuis des semaines, les sondages de l’Institut Louis Harris (à l’inverse d’autres instituts plus prudents) donnaient LREM assez largement en tête, il n’en va plus ainsi aujourd’hui. Toute les analyses se rejoignent, désormais, pour reconnaître que le parti macroniste et le Rassemblement national sont, au mieux, donnés au coude-à-coude et, souvent, l’avantage est donné au mouvement conduit par Jordan Bardella.

    Le Président qui cherche à détourner l’attention des électeurs par des artifices peu convaincants. Le Premier ministre Édouard Philippe qui, de Caen le 6 mai, à Strasbourg le 11 mai, va enchaîner les meetings à raison de deux par semaine. Tout cela ressemble étrangement à une fièvre qui s’empare du pouvoir et qui, si elle est assez convenue dans sa forme, paraît tout de même un peu inédite par son intensité. On sent comme un vent de panique qui secoue le vaisseau jupitérien. Cela n’est peut-être pas le meilleur moyen de rassurer l’électorat, qui pourrait légitimement s’inquiéter de cette fébrilité et du manque de sang-froid de ses gouvernants.

    Après deux années mouvementées au cours desquelles Emmanuel Macron a méprisé les Français plus que tous ses prédécesseurs, après cinq mois d’une crise que nul autre n’avait connue de manière aussi intense et longue, après trois mois d’un débat au cours duquel il s’est octroyé sans répartition le contenu et dont il a tenu les commandes sans aucun partage, ce Président sera bientôt à la croisée des chemins, à l’heure de vérité, et cela le rend nerveux.

    Jean-Jacques Fifre

    https://www.bvoltaire.fr/on-sent-comme-un-vent-de-panique-a-lrem/

  • L’Algérie aux Algériens. L’Afrique aux Africains. Européen maître chez toi !

    Korbo. Psychanalyste coop. africain.07.05.2019.jpg

    Pieter Kerstens

    Les printemps arabes sont derrière nous et les « Révolutions » ont fané le jasmin pour aboutir à des guerres civiles en Lybie et en Syrie, orchestrées par des coalitions ayant des visées nauséabondes.

    En Algérie, l’armée a sorti la clique du dictateur Bouteflika et il semblerait que les manifestations populaires successives aboutissent à un nettoyage anticorruption. Des milliardaires comme les frères Kouninef et Issad Rebrab, ainsi que l’ex-premier ministre Ouyahia et l’actuel ministre des Finances Mohamed Loukal devraient rendre des comptes devant la Justice. Depuis 57 ans, l’Algérie était dominée par un parti unique, le FLN (Front de Libération Nationale), qui s’est accaparé tous les leviers du Pouvoir en instaurant un réel régime totalitaire et menant le pays à la ruine alors même qu’il dispose de richesses innombrables qui lui assurait une totale auto-suffisance alimentaire il y a plusieurs décennies. Possédant des ressources pétrolières, gazières, agricoles et industrielles importantes, capables d’assurer un niveau de vie acceptable pour ses 45 millions d’habitants, force est de constater que ses caisses sont vides, que le chômage touche la moitié des 15 à 25 ans et que les colons Français ont été remplacés par des travailleurs chinois qui s’emparent des marchés publics à vil prix.

    Quand Emmanuel Macron déclare que « la colonisation a été un crime contre l’humanité » et que quelques mois plus tard il rend hommage à Maurice Audin membre du Parti Communiste Algérien, il oublie de préciser que ce militant communiste avait choisi le camp des ennemis de la France. Parce que depuis le 7 janvier 1957, les militaires agissaient en toute liberté car ils étaient investis des pouvoirs de police que leur avait donné le gouvernement socialiste avec le soutien des communistes, pour mener la bataille d’Alger contre le FLN. Notre devoir de mémoire nous impose ce rappel : François Mitterrand, ministre de l’Intérieur avait aussi déclaré « l’Algérie c’est la France ! ».

    PLUS UN EURO POUR L’AFRIQUE. L’ARGENT POUR NOS HOPITAUX D’ABORD !

    De tous côtés on entend des propositions aussi variées que saugrenues pour arrêter l’immigration-invasion qui déferle sur l’Europe depuis trop longtemps et avec la complicité des eurocrates de Bruxelles. Ces euro-mondialistes sont évidemment soutenus par les instances de l’ONU, qui en 2000 avaient pondu un rapport signé par un certain Joseph Chamie, rapport qui conseillait aux gouvernements européens d’accueillir 165 millions d’immigrés extra-européens à l’horizon 2025, seule façon de palier au vieillissement des populations et de pouvoir payer les retraites futures.

     

    Les médias et les partis traditionnels nous inondent d’informations catastrophiques et exploitent la sensibilité et l’émotivité des peuples en ce qui concerne le changement climatique, la culpabilité de l’homme blanc dans les émissions de CO2, l’obligation morale de recevoir tous les immigrés victimes de luttes tribales, de guerres civiles, de famines ou de la montée des eaux, chez nous en Europe à des milliers de kilomètres de leurs maisons.

    Par ailleurs, personne ne parle des dons, des subventions, des aides diverses, des prêts ou des collectes accordés aux pays d’Afrique depuis leur indépendance.

    Cela se chiffre en milliers de milliards de dollars ! Souvent des capitaux privés, mais en majorité surtout grâce à l’argent de nos impôts. Soyons clairs : quand les budgets des Etats européens sont bénéficiaires et que leurs dettes publiques sont soutenables, pourquoi ne pas aider les misérables dans un élan de générosité ?

    Mais on assiste depuis 60 ans à une comédie grotesque qui nous montre que si l’on accorde des aides aux pays sous-développés, ceux-ci ne combattent ni les famines, ni les maladies, ne développent pas leurs systèmes éducatifs ni leurs réseaux de communications. Les occidentaux espèrent s’acheter une « bonne conscience » et la paix dans le monde, en payant des régimes corrompus et des potentats locaux qui s’empressent de virer les capitaux sur des comptes bancaires dans les paradis fiscaux ou en achetant des châteaux ou des propriétés de prestiges dans les lieux huppés de la planète, ou bien en se constituant une « cour » d’obligés.

    Alors, STOP ! Comme on assiste à la décadence, au déclin et à la décomposition de notre société à cause d’un monde métissé, recomposé, divers, hybride et multiculturel qu’on nous impose, il est maintenant urgent de réfléchir et d’agir. OUI, ce gaspillage a trop duré et ces mannes financières déversées sur le continent africain depuis des décennies n’ont servi à rien (à quelques exceptions près) si ce n’est à constater que la démographie et les populations les plus nécessiteuses ont été multipliées par 5 alors que, bien au contraire, les dirigeants

    africains devaient imposer un strict contrôle des naissances. Les défenseurs de la Planète accusent l’homme blanc de gaspillages et de consommations qui mettraient les écosystèmes en danger. Jamais un mot à propos des dérives en Asie, en Afrique, en Amérique du Sud ou dans les pays arabes. Pourquoi ? Ils ne polluent pas ? Ils ne détruisent pas les forêts ni les mers ? Ils seraient, eux, parfaitement respectueux de la Nature ?

    J’ai eu la chance de parcourir une trentaine de pays de par les continents et souvent plusieurs semaines dans chacun d’entre eux ; par curiosité, pour m’instruire, pour y travailler en créant des sociétés et surtout pour essayer de comprendre leur comportement autrement qu’au travers des livres. Hors des sentiers battus et parfois dans des conditions critiques, j’ai pu constater que le réel sur place est souvent très différent de ce que les médias et le monde des pourriticards nous racontent à longueur de temps.

    EUROPE, LIBERE-TOI !

    Les plus gros pollueurs sont les Asiatiques, les Américains et bientôt les Africains. Depuis 40 ans, j’ai vu les vélos disparaître dans les grandes cités d’Asie, cycles remplacés par les mobylettes et les motos et maintenant encombrées par une multitude de voitures et de camions. Idem en Afrique. Et qui parmi les écolos ira là-bas prêcher pour qu’ils arrêtent cette course à un meilleur niveau de vie. Quel Khmer vert ira-t-il en Inde pour stopper la construction de centrales thermiques polluantes ? Quel troll scandinave brandirait-elle son panneau de grève scolaire du vendredi pour interdire la déforestation en Malaisie ? Qui, parmi les humanistes socialaud-écologistes, irait à Lagos ou à Kinshasa pour prôner l’arrêt de l’utilisation des sacs en plastique ou d’un second smartphone ?

    Au Sénégal, en Tanzanie ou en Afrique du Sud, j’ai pu voir la destruction des infrastructures laissées par les Français, les Anglais et les Boers. J’ai constaté que les nouveaux dirigeants imposaient à leurs peuples (souvent constitués de multiples tribus) le rejet des héritages culturels, industriels, administratifs et économiques dans la gestion de leur quotidien, au prétexte d’anticolonialisme et au nom de doctrines absurdes.

    Au Viêt-Nam -surtout au Tonkin- toute trace ou inscription quelconque de la présence de la France a été éradiquée et martelée, même le nom des rues. Seuls subsistent les poteaux en béton d’EDF et les vieilles locomotives diesel qui circulent cahin-caha sur des voies ferrées vétustes ; le réseau routier est lamentable. Mais la soif d’exister fait que ce pays est devenu un exportateur important de chaussures et de produits de la pêche, d’abord vers la France. Et surtout : « Ho Chu Tich muon nam ! » 1.000 ans de vie au Président HO !

    Nous n’avons pas besoin de ces donneurs de leçons, charlatans au service du Nouvel Ordre Mondial qui feraient bien mieux de balayer devant leur porte.

    La France et l’Europe disposent des capacités et des ressources indispensables à leur développement et au bien-être de leurs peuples ; mais réfléchissons quand même sur ces faits incontestables :

    *Entre 1850 et 2016, la forêt en France a progressé de 7 millions à 15 millions d’hectares.

    *Chaque année, partout dans l’Hexagone, la forêt augmente de 40 à 50.000 hectares

    *Depuis 2013, 1,5 million d’habitants ont quitté les villes pour aller à la campagne, favorisant les circuits courts

    *En France, un produit parcourt 1.500 kms avant d’atterrir dans une assiette.

    *90.000 camions convergent tous les jours vers Paris pour assurer l’alimentation de ses habitants

    *Tous les jours, 20% des automobilistes mettent plus d’une heure pour se rendre à leur travail

    *La production électrique en France vient à 75% du nucléaire, avec 16 sites et 59 réacteurs.

    *Entre 1970 et 2010, 350 stations de sports d’hiver ont dénaturé les Alpes, les Pyrénées, les Vosges et le Centre

    *Tous les ans on dénombre 1.400 festivals musicaux en France, sources de pollutions diverses

    *Pour assouvir la consommation des Européens, 90% du trafic des marchandises se passe sur mer avec des cargos de 20.000 conteneurs, qui polluent, chacun, autant que 1 million de voitures pendant 1 an.

    Il est évident par ailleurs que les intérêts des pays d’Europe ne sont pas tous identiques et qu’il est arrogant de croire que l’Homme va sauver la Planète alors que la Nature et le Soleil se rient de nos gesticulations.

    C’est pourquoi, le 26 mai, chaque Européen devra donc exprimer son choix en fonction de ses convictions.

    http://synthesenationale.hautetfort.com/archive/2019/05/08/l-algerie-aux-algeriens-l-afrique-aux-africains-europeen-mai-6149510.html#more

  • Européennes : Nathalie Loiseau se croit au débarquement de Normandie !

    482px-Konferenzdiskussion_zur_ZUKUNFT_DER_EU_42217747114_cropped-482x475.jpg

    Pour Nathalie Loiseau, plus qu’une campagne européenne, ce sont les grandes manœuvres. Car il y a urgence, ses troupes ayant comme une vilaine tendance à s’embourber sur le terrain, à cause de cette mauvaise météo sondagière qui donnerait les divisions lepénistes bien parties pour déborder ses positions. Après la drôle de guerre de sinistre mémoire, il convient donc de passer à celle de mouvement.

    Voilà pourquoi le généralissime Emmanuel Macron, terré dans son bunker élyséen, commence à sonner le rappel des troupes, les vétérans ayant aussi vocation à répondre à la mobilisation générale. Vendredi prochain, c’est donc Jean-Yves Le Drian, ministre de l’Europe et des Affaires étrangères, qui tentera une percée à travers les lignes ennemies, à Rennes, lors d’un meeting en forme de briefing, histoire de redonner le moral aux jeunes recrues.

    Le Premier ministre a déjà donné à la fois l’exemple, ce lundi dernier, lors d’une précédente réunion, tenue à Caen. Le ton était de circonstance : martial. Et Édouard Philippe de citer l’adjudant qui fit de lui un homme, un vrai, lors de son service militaire : « Sous le feu électoral », on « reste calme et on boit frais ». C’est beau comme du Max Pécas qui, à défaut d’avoir été officier supérieur, fut néanmoins cinéaste ayant donné ses lettres de noblesse au genre fresque guerrière sur grand écran avec Embraye bidasse, ça fume ; sans oublier son œuvre maîtresse, même si réalisée dans un cadre plus civil : On se calme et on boit frais à Saint-Tropez.

    Nathalie Loiseau a, évidemment, reçu la consigne cinq sur cinq, même si son paquetage programmatique semble être, pour le moment, resté bloqué dans les lignes arrière. Peu importe, l’intendance suivra, l’ancien ministre des Affaires européennes ayant affirmé : “Keep Calm and Carry On”, comme on assurait jadis sur les ondes de la BBC, durant le Blitz.

    Profitant du voisinage des plages du Débarquement, Nathalie Loisau a donc assuré mâlement, si l’on peut dire en ces temps « metooesques » : « Le nationalisme, c’est la guerre ! » François Mitterrand n’aurait pas mieux dit ; d’ailleurs, il l’a dit. C’est beau. Pour mieux galvaniser la troupe à l’approche de l’assaut final, elle a même ajouté : « Nous sommes à Caen et ça ressemble un peu à un débarquement allié. […] Dans vingt jours, ce sera notre D-Day. » Là, on objectera à celle qui revendique sa jeunesse gaulliste qu’en 1964, le Général refusait de participer au vingtième anniversaire du débarquement en question, trop américano-centré à son goût. Mais notre walkyrie ne peut pas, non plus, tout savoir ; logique, elle débarque un peu, en politique.

    À quelques semaines de l’offensive, son dispositif stratégique semble prêt, surtout depuis la signature, avec Marlène Schiappa, d’un pacte audacieux (nom de code « Simone Veil ») dont l’objectif stratégique consistera à mener une « politique féministe européenne ». Les hordes du Mordor en tremblent à l’avance. Pourtant, on le sait depuis au moins Sun Tzu, il faut toujours se défier des ennemis de l’intérieur. Le conflit civilisationnel mené par Nathalie Loiseau ne fait pas exception à la règle, tel qu’en témoigne cette cinquième colonne de longue date infiltrée dans les rangs progressistes et dont le chef occulte n’est autre que le ténébreux Benoît Hamon. Lequel n’en finit pas de sournoisement démoraliser les populations en souffrance, assurant que « la campagne de Nathalie Loiseau est nulle », ce qui est tout de même très exagéré.

    En des temps plus anciens, on en a fusillé pour moins que ça.

    Nicolas Gauthier

    https://www.bvoltaire.fr/europeennes-nathalie-loiseau-se-croit-au-debarquement-de-normandie/

  • Une explosion démographique d’un demi-milliard de musulmans risque de balayer notre civilisation

    Résultat de recherche d'images pour "tsunami immigration"
    Une explosion démographique d’un demi-milliard de personnes dans le monde arabe menace de balayer la culture européenne, et il ressort clairement des données démographiques officielles des Nations Unies que dans quelques décennies, des masses incroyables émigreront du Moyen-Orient et de l’Afrique du Nord, a déclaré dans l’émission Polbeat de la chaîne PestiSrácok.hu l’orientaliste Tamás Dezső, ancien doyen de l’Université Eötvös de Budapest et membre de l’Institut hongrois de recherche sur la migration (MKI).

    « Je ne vois pas quel est le projet de l’Occident pour résoudre ce problème », a-t-il déclaré en réponse aux questions d’István Stefka et Gergely Huth.
    « Pourtant il y aurait une solution », a-t-il ajouté. 
    Par exemple, selon une étude, il faudrait 88,2 milliards de dollars pour reconstruire l’Irak. 
    Or c’est à peu près le montant que l’Allemagne a dépensé en quatre ans pour soutenir les migrants.
    De telles explosions démographiques, dans l’histoire, ont toujours conduit à des conflits violents, c’est pourquoi il est très important que la Hongrie accroisse encore son budget défense.
    Cependant, en tant que scientifique, Tamás Dezső plaide pour une solution pacifique, à savoir le développement des régions touchées par le Printemps arabe.
    « En Irak, où je travaille sur une fouille archéologique, tous les jeunes qui nous aident sont sans emploi. 
    Il est compréhensible qu’ils s’en aillent, mais l’Europe n’est pas assez riche pour sauver tous les pauvres du monde.
    Ce qui est totalement incompréhensible, c’est que l’extrême gauche occidentale soutienne l’afflux musulman, alors que l’idéologie représentée par les imams radicaux est diamétralement opposée à la leur. »
    D’après un sondage bien connu, 44% des musulmans britanniques étaient favorables à l’État islamique, chiffre qui était de 27% après l’attentatdu Bataclan.
    En Occident, une bataille sérieuse se joue autour des immigrés musulmans et les partis de l’intégration perdent du terrain contre les imams extrémistes.
    Résumé (du texte écrit) : Cenator
    Pour information :

    Source du tableau : D. Tamás, Démographie et migration (en hongrois), MKI, 5.11.2018 : p. 5.
    Légende : Fig. 1. Tendances démographiques de pays sélectionnés du monde musulman.
    Colonne 1 : p. ex. Törökország = Turquie, Magyarország = Hongrie.
    Colonnes centrales : accroissement.
    A droite : âge moyen et taux de fécondité.
    Commentaire : Que peut faire par exemple un jeune Afghan de 17 ans, analphabète, sans formation, peut-être déjà père ? 
    Comme le relève T. Dezső dans l’interview, il n’a guère d’autre choix que la guerre ou l’émigration, ou peut-être les deux. 
    lesobservateurs.ch

    http://by-jipp.blogspot.com/2019/05/une-explosion-demographique-dun-demi.html#more

  • Sonia Mabrouk : Qu’y a-t-il de plus essentiel pour un pays que la souveraineté et l’enracinement ?

    Sonia Mabrouk : Qu’y a-t-il de plus essentiel pour un pays que la souveraineté et l’enracinement ?

    Sonia Mabrouk, journaliste franco-tunisienne, anime depuis 2017, quotidiennement, sur CNews, Les Voix de l’info, émission dans laquelle elle invite régulièrement Gabrielle Cluzel (Boulevard Voltaire), Alexandre del Valle et L’Incorrect. Elle a été interrogée dans le numéro de mai de ce mensuel, dont elle fait la Une. Extraits :

  • ENVIE D'EUROPE ?

    Deux mots et un constat suffisent à vérifier la futilité et l'inconsistance de la démocratie française : 33 listes ont été enregistrées pour les élections européennes du 26 de ce mois.  

    Cependant, les sondages s'accordent à annoncer une participation de 40%. À supposer que ces 40% de votants se répartissent à parts égales sur les 33 listes, cela fait 1,21 voix, si l'on peut dire, par tête de pipe. Ce n'est pas grand-chose. 

    Certes, ce n'est pas ainsi que les choses se passeront. Il y aura ceux qui auront 20 ou 25% des 40% de votants, ceux qui en auront 13 ou 15, 8 ou 9, etc. Les autres ramasseront les miettes sous la table de ce festin électoral du pauvre. Voire du très pauvre. Car même ceux qui auront les plus hauts scores, n'auront pas grand-chose non plus. Ceux-là crieront victoire. Et les médias retiendront leurs chants, au fond ridicules. L'opinion s'y laissera prendre plus ou moins. Elle oubliera qu'elle n'a pas voté ou bien peu. Et cette comédie s'achèvera avec un semblant de vainqueur et de vaincu.  

    Quelle est la légitimité de ce psychodrame ? Des élus qu'il engendrera ? Elle est nulle. Et les Français le sentent bien, qui ne s'y intéressent guère. 

    Nous ne disons pas qu'il faut s'en désintéresser. Nous dirons même qu'il serait bon que la politique européenne d'Emmanuel Macron soit sanctionnée comme elle le mérite, pour son irréalisme obstinément contraire aux intérêts vrais de la France et de l'Europe.   

    Il n'empêche : selon toute apparence, cette campagne pour l'élection du parlement européen n'est pas plus sérieuse que ce parlement lui-même. Jean-Claude Junker lui-même, un jour de sainte colère, l'avait jeté à la figure des parlementaires abasourdis : « je vous le dis, nous sommes ridicules ». 

    Tant mieux si les partisans d'une Europe des nations et des États y entrent en force. Nous voterons en ce sens. Mais la fracturation de l'Europe de Bruxelles, accélérée par le Brexit, tient à des facteurs objectifs autrement déterminants que les parlotes d'une quelconque assemblée. Le divorce aggravé du couple franco-allemand, la crise financière à venir dont tout le monde pressent l'imminence et sans-doute la gravité, la montée des populismes identitaires qu'ils exercent déjà le pouvoir ou qu'ils ambitionnent de l'exercer avec de bonnes raisons de l'espérer, sont par contre des facteurs objectifs de nature, ceux-là, à opérer la salutaire dislocation des institutions de Bruxelles. Elles ont failli. Elles sont déjà sur la défensive.   

    Alors, comme nous ne sommes pas du tout des ennemis de l'Europe, il faut souhaiter que nous serons capables de la reconstruire sur des bases nouvelles et saines. Une Europe des peuples, des nations et des États, redevenus souverains mais désireux de s'entendre. Pour une Europe grande de nouveau, car elle l'a été bien avant que Jean Monnet. Robert Schuman et consorts eussent existé. Et leurs émules ont échoué. Europe Great again ? Va pour great again ! Moscovici et Barnier comprendront mieux. C'est triste à dire. ■  Gérard POL - lafautearousseau

    elections-europeennes-33-listes-vont-s-affronter-20190504-1445-04dea7-0@1x.jpg

    Le pauvre homme est crédité de 4,50% des voix ...

    http://lafautearousseau.hautetfort.com/

  • Un entretien avec Vincent Vauclin, tête de liste de la Reconquête présentée par La Dissidence française, sur le site "Nous sommes partout"

    59625151_141908106865042_6238383660353978368_n.jpg

    Source cliquez ici

    La Liste de la Reconquête (cliquez ici) est officiellement validée dans la course aux Européennes. Quelle est votre réaction et celle de vos militants ?

    Vincent Vauclin : Quel que soit le score que nous ferons, c’est déjà une grande victoire. La Dissidence Française a opéré sa transformation en parti politique il y a un moins d’un an : réussir à bâtir et à déposer une liste complète, respectant la parité, dans les délais qui nous étaient imposés relève du tour de force pour une organisation comme la nôtre. Mieux : pour la première fois, c’est une liste 100% nationaliste qui sera proposée au suffrage des électeurs, sur l’ensemble du territoire national. Une liste d’union, puisqu’elle rassemble des cadres et militants de la DF, mais aussi des militants issus de plusieurs autres organisations ainsi que des élus locaux. C’est donc une occasion historique pour brusquer le politiquement correct, démasquer les imposteurs de droite comme de gauche, et imposer nos thématiques dans le débat public.
     
    Nous imaginons que vous ne pourrez pas livrer des bulletins de vote dans tous les bureaux de France; comment les personnes souhaitant voter pour vous pourront-elles agir ?
     
    En effet, compte-tenu du budget que nous souhaitons consacrer à ces élections, vous ne trouverez probablement pas le bulletin de vote de la Liste de la Reconquête dans votre bureau de vote habituel. Mais pas de panique : vous pourrez télécharger et imprimer notre bulletin depuis chez vous pour voter pour notre liste, et ce vote sera effectivement comptabilisé dans les suffrages exprimés.
     
    Autre cas de figure : certaines communes sont dotées de machines à voter électroniques, c’est le cas d’une grande ville comme Le Havre par exemple. Dans ce cas, tous les électeurs de la commune pourront normalement voter pour la Liste de la Reconquête.
     
    Suite à votre épreuve chez Hanouna (cliquez ici), avez-vous eu des retours positifs voire des adhésions ?
     
    Oui cette émission nous a permis d’accroître la notoriété de la Dissidence Française en touchant près de 400 000 téléspectateurs, dont certains nous ont rapidement contactés pour nous rejoindre ou exprimer leur soutien. Cet engouement témoigne de la recomposition du paysage politique français et de l’ouverture d’un espace électoral laissé vacant par le RN : de plus en plus de Français, notamment ceux des nouvelles générations, sont en attente d’une offre politique nouvelle qui assume une certaine radicalité et qui ne passe pas son temps à capituler devant la bien-pensance médiatique.
     
    Finalement, dans la bataille des Européennes ce qui compte le plus ce n’est pas tant le résultat mais le fait que notre famille de pensée puisse se faire entendre ?

    Si nous participons aux élections, nous y allons pour gagner et faire le score le plus haut possible. Mais au-delà de cette considération, notre objectif est d’abord et avant tout de faire émerger durablement un pôle de droite alternative, capable de défier la pensée unique et de formuler des propositions que personne d’autre que nous n’aurait le courage d’assumer : par exemple la remigration. Et pour cela, nous n’avons d’autre choix que de participer à un maximum de scrutins électoraux, car il faut bien admettre que les formes habituelles de militantisme ont aujourd’hui une portée politique très relative, d’une part à cause de la répression croissante du Système qui se saisit de la moindre occasion pour prononcer interdictions et dissolutions, et d’autre part à cause de la censure que nous subissons de plus en plus sur les réseaux sociaux, et sur internet de manière générale.
     
    2017 12 01 PUB SITE 1.jpg
    Lire aussi sur le site de France Inter (avec au passage une belle pub pour l'émission Synthèse sur Radio Libertés) cliquez là
  • Européennes : rares sont les listes qui, passant la barre des 5 %, pourront avoir des élus

    1200px-panneaux_electoraux_mantes-845x475.jpg

    Des 33 listes au départ, on ne sait pas encore si toutes seront présentes dans les bureaux de vote, le 26 mai, mais il est assuré que toutes n’atteindront pas la barre des 5 %, au-dessous de laquelle on ne peut avoir d’élus. Ce n’est pas grave pour les toutes petites listes qui profitent de l’élection européenne pour se faire un peu de publicité, l’espace d’une campagne. C’est plus important pour les partis et mouvements qui participent régulièrement au débat politique car leur score, malgré l’abstention prévisible, illustrera leur influence dans le corps électoral. Parmi eux, le PS et Debout la France pourraient bien n’avoir aucun élu.

    Les sondages, à trois semaines du scrutin, ne sont qu’indicatifs mais ils donnent une idée de l’ordre d’arrivée. En tête du peloton, le Rassemblement national et l’alliance LREM-MoDem-Agir-MRSL. Ils se talonnent, mais leur avance est telle sur leurs concurrents qu’ils ne seront jamais rattrapés. Viennent, ensuite, Les Républicains, qui doivent une fière chandelle à François-Xavier Bellamy, La France insoumise, Europe Écologie Les Verts : ils sont assurés d’avoir quelques élus. Mais le PS-Place publique, malgré le soutien de Christiane Taubira, Génération-s, Debout la France, sont actuellement en dessous des 5 % et risquent fort de revenir bredouilles de cette élection. Ne parlons pas des Patriotes de Florian Philippot ni du Parti communiste !

    À gauche, les voix se dispersent, le PS poursuit sa chute, apparemment irréversible : de 8 eurodéputés sortants – ce qui n’était, déjà, pas beaucoup pour un parti alors majoritaire –, il pourrait passer à 0 ! Il faut dire qu’il ne s’est pas remis de sa défaite cuisante aux présidentielles et que le mandat de François Hollande n’a pas contribué à le promouvoir. Sans compter tous les élus qui ont soutenu ou rejoint Macron et ne jurent, maintenant, que par lui – en attendant de s’en séparer, pour ne pas couler avec lui, au cas où son naufrage se confirmerait. Ce n’est pas la première fois que le PS tombe si bas : il n’avait pas fière allure avant que Mitterrand ne le redressât. Mais on ne voit, à l’horizon, aucune personnalité capable de reconstruire l’unité de la gauche.

    Du côté des souverainistes et des eurosceptiques, Florian Philippot ne décolle pas, malgré la couverture médiatique dont il dispose encore, héritée de l’époque où il était vice-président du FN : sans doute les Français n’apprécient-ils pas ceux qui crachent dans la soupe après s’en être longuement nourri. Quant à Nicolas Dupont-Aignan, qui a préféré faire cavalier seul, il n’est pas certain d’avoir des élus et aura tout le loisir, après le 26 mai, de s’interroger sur la pertinence de sa stratégie. S’il s’était allié avec Marine Le Pen, comme au second tour des présidentielles, au prix de quelques concessions réciproques, le problème ne se poserait pas de savoir qui, du RN ou de LREM, passerait en vainqueur la ligne d’arrivée.

    Finalement, qu’on le regrette ou non, l’intérêt de cette élection se résume au duel entre Macron et Marine Le Pen, respectivement représentés par Nathalie Loiseau et Jordan Bardella. Les médias sont obligés de reconnaître que le second est plus dynamique que la première. Nathalie Loiseau, si elle fait figure d’élève studieuse de l’Europe, ne brille ni par son talent oratoire, ni par l’attractivité du projet qu’elle est chargée de défendre. Le réduire à une opposition entre « progressistes » et « nationalistes », entre gentils et méchants, est trop simpliste et caricatural pour convaincre. Si sa liste arrivait en second, ce serait la juste conséquence de l’ambiguïté des options de notre Président et de son impopularité.

    https://www.bvoltaire.fr/europeennes-rares-sont-les-listes-qui-passant-la-barre-des-5-pourront-avoir-des-elus/

  • La Russie reprend la main en Ukraine

    3222653793.jpg

    par Jean-Paul Baquiast

    Ex: http://www.europesolidaire.eu

    Vladimir Poutine paraît avoir compris qu'il ne fallait pas attendre du nouveau président ukrainien Volodymir Zelinsky, dit jeune et inexpérimenté qu'il fasse le moindre effort pour redonner à l'Ukraine des relations normales avec la Russie.

    Par ce terme de relations normales, nous entendons celles que par exemple les Etats de l'Union européenne, à qui l'on ne peut reprocher un excès de poutinophilie, entretiennent avec Moscou. Pour rétablir des relations normales avec l'Ukraine, la Russie doit persuader tous ceux qui dans ce pays rêvent encore d'y multiplier des provocations anti-russes, éventuellement militaires, qu'elle ne les laissera plus désormais faire.

    Sans menacer Kiev de réactions de l'armée russe dont les conséquences pourraient être nuisibles aux stratégies géopolitiques internationales de la Russie, elle vient d'annoncer une mesure qui rendra pratiquement impossibles les interventions ukrainiennes hostiles dans les républiques auto-proclamées peuplées de russophones de Donetsk et de Lugansk.

    Etant donné que l'Ukraine a bloqué ces régions, qu'elle n'a pas fourni de services administratifs à leurs populations, qu'elle n'a pas payé les pensions ou les allocations qui leur sont dues et qu'elle n'a pas permis à ses citoyens qui y vivent de voter aux élections ukrainiennes, la Russie a maintenant autorisé les résidents de ces régions à demander la citoyenneté russe, ouvrant des bureaux régionaux pour étudier et satisfaire le cas échéant celles-ci.

    Jusqu'à présent l'armée ukrainienne avait pu bombarder en toute impunité, en y faisant de milliers de victimes, les districts de Donetsk et de Lugansk en prétendant qu'elle y réprimait les rébellions sécessionniste de citoyens ukrainiens. Désormais, elle ne pourra plus le faire car ce seront des citoyens russes qu'elle bombardera. Dans ce cas, Vladimir Poutine serait légitime, conformément au droit international, s'il intervenait militairement.

    Alors l'Ukraine, malgré sa relative puissance militaire, subira le même sort que la Géorgie lorsque en 2008 ses militaires ont bombardé l'Ossétie du Sud, un territoire empli de détenteurs de passeports russes. Au cours de cette courte guerre la capacité militaire de la Géorgie a été neutralisée en moins d'une semaine, et le reste du monde en a pris acte.

    Moscou pourra prendre bien d'autres mesures pour réduire les capacités économiques et diplomatiques de l'Ukraine, si celle-ci sous la présidence de Volodymir Zelinsky ne revient pas à la raison. Nous en ferons une listé éventuellement. Tout laisse croire que Zelinsky en tiendra compte pour établir les relations normales avec la Russie auxquelles nous faisions allusion. Washington devra s'y résigner.

    Lire une excellente analyse de la française Christelle Néant, excellent connaisseuse de la région

    https://www.agoravox.fr/actualites/international/article/politologue-toute-la-puissance-de-214739
    http://euro-synergies.hautetfort.com/

  • Jordan Bardella : “Avec l’environnement, l’immigration est sans doute l’un des deux grands défis majeurs de l’Europe au XXIe siècle”

    Jordan Bardella : “Avec l’environnement, l’immigration est sans doute l’un des deux grands défis majeurs de l’Europe au XXIe siècle”

    Extrait de l’interview accordée par Jordan Bardella à Causeur :

    “(…) Tant qu’on continuera à avoir un système de prestations sociales extrêmement attractif pour des personnes qui viennent de l’étranger, il est évident que l’immigration se poursuivra. La réponse à la question de l’immigration doit être à la fois des frontières nationales – rétablir des postes de douane alors que Sarkozy en a fermés 6500 – et une politique de dissuasion. Il faut réserver les moyens de l’Etat et la solidarité nationale aux Français tout en raccompagnant les bateaux de migrants dans les ports de départ. C’est ce que fait Salvini (…)

    Avec l’environnement, l’immigration est sans doute l’un des deux grands défis majeurs de l’Europe au XXIe siècle. D’ici 2050, la population africaine va doubler. Il faut lire le très bon livre de Stephen Smith La ruée vers l’Europe. On fait face à un continent qui est en train de devenir une bombe démographique. La population africaine est très jeune et voudra ensuite aller vers des terres plus riches qu’ils considèrent – à tort – comme un eldorado : l’Europe. La seule question à se poser est : accepte-t-on cette ruée progressive vers l’Europe qui est déjà en cours ? Cela aurait d’énormes conséquences économiques, sociales, culturelles et cultuelles. L’Italie a accueilli 700 000 migrants sur ses côtes depuis 2013. Depuis que Salvini est aux responsabilités, il a fait baisser de 95% le nombre de débarquements. Cette fermeté est aussi une forme d’humanité parce qu’il a fait baisser de moitié le nombre de morts en Méditerranée (…)

    Les belles âmes qui nous donnent des leçons portent la responsabilité des morts en Méditerranée. Ces gens font croire à des individus qui viennent parfois de très loin que notre continent est encore un eldorado, qu’ils pourront être pris en charge et s’épanouir dans des sociétés déjà touchées par le chômage, des fractures territoriales… On veut faire ce qu’a fait l’Australie depuis trois ans en envoyant ce message : « Ne venez pas, vous ne serez pas régularisés, nous ne naturaliserons pas vos enfants et nous ne prendrons pas en charge vos dépenses de santé. » Les bateaux qui viennent seront systématiquement reconduits. Des campagnes de communication dans les pays de départ l’expliqueront.

    https://www.lesalonbeige.fr/jordan-bardella-avec-lenvironnement-limmigration-est-sans-doute-lun-des-deux-grands-defis-majeurs-de-leurope-au-xxie-siecle/

  • Éric Zemmour : « Vox ou la fin du "modèle” espagnol »

    En introduction à cet intéressant article, Le Figaro écrit :Les raisons de la percée du parti Vox en Espagne sont d’une banalité confondante: d’abord et avant tout l’immigration et l’islam. (Figaro Magazine du 3.05). Éric Zemmour montre aussi que ce n'est pas que cela et c'est à lire.  LFAR 

    « Les leaders de Vox ont donc posé la question du peuple.»

    L’Espagne était la dernière à résister. Au nom de l’Europe, de l’humanisme, du traumatisme franquiste.

    La dernière à ne pas avoir de députés « d’extrême droite » ou « populiste » à l’Assemblée nationale. La dernière à « faire barrage ». La dernière à connaître une alternance d’ancien monde entre sociaux-démocrates et chrétiens-démocrates. Même l’Allemagne avait cédé.

    Depuis les dernières élections législatives du dimanche 28 avril, l’Espagne ne pourra plus se vanter de son « exception ibérique ». Le parti Vox a réalisé une percée remarquable (gagnant 24 députés d’un coup) dans une bataille électorale où les places étaient chères et la participation forte (75%).

    Les raisons d’une semblable percée sont d’une banalité confondante : d’abord et avant tout l’immigration et l’islam. Comme en Allemagne avec l’AfD, comme en Italie avec la Ligue. Comme en France avec le Front national. Il n’y a que les aveugles pour continuer à ne pas voir ce qu’ils voient et surtout dire ce qu’ils voient, selon la célèbre formule de Péguy.

    Longtemps, l’Espagne a résisté parce que sa situation était atypique. Les immigrés ne restaient pas, sauf en Catalogne, à cause des salaires trop bas et de la faiblesse des allocations. Le pays se voulait un Européen exemplaire, le meilleur élève de la Bruxelles et des juges européens. Le meilleur soutien de l’Allemagne, aussi. Quand l’Italie de Salvini a fermé ses ports aux migrants, l’Espagne a ouvert les siens. Depuis quarante ans, l’après franquisme avait viré à un antipatriotisme. Médias, universités, école déversaient un discours militant de « haine de soi ». Tout y était passé : l’empire de Charles Quint, la découverte de l’Amérique, les rois très catholiques. Même la tauromachie. Le féminisme, dominé par le lobby LGBT, attaquait et ridiculisait le « machisme » national. La Catalogne tentait de faire sécession. Interdisait la langue castillane. Et faisait venir en masse des travailleurs marocains pour mieux « déshispaniser » la « nation ». Dans ce contexte de « suicide » national, voulu par le politiquement correct d’extrême gauche, la crise de 2008 a encore aggravé la situation. Le modèle économique, qui reposait sur la spéculation immobilière, s’est effondré. Les Espagnols ont, eux, subi une réelle austérité avec des baisses de salaires de 25 %.

    La révolte vint donc de l’extrême gauche avec Podemos. Le fameux populisme de gauche tant admiré par Mélenchon et même par les plus grands esprits comme Jean-Claude Michéa. Un populisme qui se limitait au combat du bas contre le haut. Du peuple contre les élites.

    Mais quel peuple ? La question n’a pas tardé à se poser. C’est la question qui pose la limite du populisme de gauche. La question identitaire. La question qui ramène tout naturellement les prétendus populistes dans le giron d’une gauche traditionnelle.

    Les leaders de Vox ont donc posé la question du peuple. La question de l’islam et de ces militants islamistes qui veulent reconquérir l’Andalousie par « le ventre de leurs femmes ». Et toutes les questions adjacentes, celles du féminisme, de la famille, de la démographie qui s’effondre aussi en Espagne, de la place de l’homme, donc. Des traditions, de l’histoire, de la nation. Des questions qui fâchent. Et qui n’ont pas fini de fâcher.    

    Éric Zemmour

    http://lafautearousseau.hautetfort.com/index-1.html

  • Européennes : Loiseau y laisse des plumes – Journal du mardi 7 mai 2019

    Européennes : Loiseau y laisse des plumes

    Alors que plusieurs sondages ont placé le Rassemblement National en tête devant la République en Marche, la tête de liste du parti présidentiel ne semble pas en mesure d’endiguer l’hémorragie… Edouard Philippe a décidé de voler à son secours…

    Les agriculteurs suspendus à l’UE

    A quelques semaines des élections européennes, les agriculteurs français s’inquiètent toujours des possibles conséquences d’un futur Parlement Européen. PAC, zones défavorisées, agriculture biologique, de nombreuses questions restent sans réponse.

    Biodiversité : l’engagement vertueux de façade

    Chamboulé sur le terrain social depuis plus de 6 mois, Emmanuel Macron n’a plus grande marge de manoeuvre. Sans surprise, les questions sociétales arrivent en grande pompe avec en priorité, la moins clivante : l’écologie.

    L’actualité en bref

    https://www.tvlibertes.com/europeennes-loiseau-y-laisse-des-plumes-journal-du-mardi-7-mai-2019

  • Un vent de panique souffle sur le Parlement européen

    Un vent de panique souffle sur le Parlement européen

    Dans La Nef, Yves Daoudal explique :

    […] En effet, pour la première fois depuis que les parlementaires européens sont élus par les peuples (1979), la ronronnante coalition entre le centre droit (Parti populaire européen, PPE) et les sociaux-démocrates (S&D) va perdre sa majorité absolue. Pendant 40 ans on s’est partagé la présidence et les principaux postes dans le plus parfait consensus (alors qu’on s’étripait éventuellement sur les scènes nationales), et voilà que le pays de Cocagne (de confortables émoluments sans véritables responsabilités politiques) va s’effondrer sous les coups de boutoir des méchants « populistes ». (Et, pour tenter de limiter la casse, l’appareil du PPE veut garder les « populistes » hongrois de Viktor Orban que plusieurs membres veulent virer…)

    Car les sondages confirment ce que tout le monde voit venir. Depuis les dernières élections, des « populistes » et « souverainistes » sont arrivés au pouvoir, en coalition, en Italie et en Autriche, et voilà qu’ils sont encore plus populaires au pouvoir qu’ils ne l’étaient dans l’opposition. C’est spectaculaire en Italie. En France, on voit que le Rassemblement national fait quasiment jeu égal avec la liste concoctée par Emmanuel Macron. En Allemagne, l’AfD est devenu le troisième parti du pays, bien qu’aux européennes, si l’on en croit les sondages, il devrait être dépassé par les Verts effectuant une spectaculaire remontée.

    En Hongrie et en Pologne, les « populistes » règnent depuis longtemps. En Espagne est apparu le parti Vox (11 % en Andalousie). Son chef, Santiago Abascal, s’est rendu le 20 mars à Varsovie et a rencontré Jaroslaw Kaczynski, président du PiS. Le 10 janvier c’était Matteo Salvini qui était à Varsovie. Le même 20 mars, aux Pays-Bas, un parti inconnu, le Forum pour la démocratie, anti-UE, anti-immigation, anti-islam, faisait jeu égal aux sénatoriales avec le parti du Premier ministre Mark Rutte. Le 3 mars, en Estonie, le « parti populaire conservateur » (EKKRE) a bondi de 8,1 % à 17,8 % aux législatives, passant de 7 sièges à 19. Et, le 14 avril, en Finlande, les « Vrais Finlandais » sont passés de 17 à 39 sièges, talonnant les sociaux-démocrates (40).

    C’est pourquoi Emmanuel Macron a désigné les « populistes » comme les adversaires de son projet européen. Car il a aussi un projet européen : il aimerait rééditer à l’échelle de l’Europe le coup qu’il a réalisé en France. En l’occurrence, il s’agirait de créer un grand groupe de « centre vert » libéral européiste qui s’impose face au PPE comme aux sociaux-démocrates. Mais la tâche est autrement plus difficile. Emmanuel Macron a envoyé des émissaires dans divers pays pour tâter le terrain, mais ce que l’on en sait est que ce fut un flop. […]

    Mais on peut prévoir que l’effet conjugué des manœuvres d’Emmanuel Macron, du départ des Britanniques pour cause de Brexit, et de la montée des populismes, va conduire à des changements. Par exemple le groupe « Europe de la liberté et de la démocratie directe », qui reposait sur le parti italien M5S, va disparaître. Quant au groupe Conservateurs et réformistes européens (CRE), il va perdre l’un de ses deux piliers : les conservateurs britanniques laissant le PiS polonais orphelin. D’autant que deux petits partis « d’extrême droite » du CRE viennent de s’allier à la Ligue. D’ailleurs, les Britanniques partis, on ne voit pas ce qui distingue le CRE du groupe Europe des nations et des libertés réunissant le Rassemblement national, la Ligue, le FPÖ et le Vlaams Belang.

    Quelles que soient les recompositions, il demeure que, sauf surprise, les « populistes » et« souverainistes », au sens le plus large, ne constitueront ni une majorité, ni une « minorité de blocage ». Quand Matteo Salvini annonce qu’avec ses alliés il va « changer l’Europe », il se vante… D’autant que, de toute façon, le Parlement européen n’a quasiment aucun pouvoir. Sauf un pouvoir de nuisance. Puisqu’il ne peut pas vraiment peser sur la politique européenne, qui est aux mains de la Commission, il passe son temps à voter des « résolutions » kilométriques qui débitent, au mieux, le politiquement correct et, au pire, les revendications de l’immigrationnisme, de l’islamophilie, de la culture de mort et les injonctions de la décadence morale.

    C’est là qu’une forte participation de « populistes » peut être un salutaire grain de sable, surtout si l’hégémonie centre droit-centre gauche est cassée. Le Parlement européen avait été créé pour répandre l’idéologie d’une Europe politique supranationale. Si les « populistes » peuvent faire entendre un autre son de cloche, ce sera bien. Mais pour ce qui est de transformer l’Union européenne dans un sens plus respectueux des souverainetés nationales et de la liberté des peuples, ce n’est pas à ce niveau-là que ça peut se passer.

    https://www.lesalonbeige.fr/un-vent-de-panique-souffle-sur-le-parlement-europeen/

  • Danemark : un parti qui veut interdire l’islam et expulser des centaines de milliers de musulmans pourrait entrer au Parlement

    Une nouvelle formation d’extrême droite danoise appelée Stram Kurs (Ligne dure), qui veut interdire l’islam et expulser des centaines de milliers de musulmans, pourrait remporter des sièges lors des élections législatives de ce printemps, selon un sondage rendu public lundi.

    L’enquête de l’institut Voxmeter crédite Stram Kurs, fondé en 2017 par l’avocat Rasmus Paludan, de 2,4% des intentions de vote, au-dessus du seuil des 2% nécessaire pour siéger au parlement danois. Deux autres sondages parus la semaine dernière ont aussi prévu une entrée de la petite formation au parlement, avec 2,7% des voix selon une enquête et 3,9% selon l’autre.

    (…) Le Figaro

    http://www.fdesouche.com/1202587-danemark-un-parti-qui-veut-interdire-lislam-et-expulser-des-centaines-de-milliers-de-musulmans-pourrait-entrer-au-parlement

  • Européennes : secousses au sommet – Journal du lundi 6 mai 2019

     

    Européennes : secousses au sommet

    La République en Marche prend l’eau. Depuis l’annonce de Nathalie Loiseau comme tête de liste, le parti présidentiel semble sur la mauvaise pente pour les élections européennes. Les sondages plaçant le Rassemblement National en tête s’enchaînent et le Républicain, François-Xavier Bellamy, semble dans une dynamique favorable.

    Harcèlement moral : Orange sur le banc des accusés

    Sale temps pour Orange. Dix ans après une importante vague de suicides de salariés, l’opérateur téléphonique et ses anciens dirigeants doivent répondre de harcèlement moral institutionnel… Un procès qui ne devrait pas être tenu éloigné bien longtemps du contexte politique avec la crise sociale des Gilets Jaunes.

    Iran : coup de billard à trois bandes pour les Américains

    Alors que de nouvelles tensions agitent la Palestine et le Liban, les Etat-Unis déploient un porte-avions dans la région menaçant directement Téhéran. Une manoeuvre militaire en forme de provocation que nous explique le consultant international Richard Labévière.

    L’actualité en bref

    https://www.tvlibertes.com/europeennes-secousses-au-sommet-journal-du-lundi-6-mai-2019

  • L’écologie est une notion de droit

    L’écologie est une notion de droite

    N’en déplaise aux plumitifs de Libération, qui découvrent que le Rassemblement National se réapproprie une notion passée à gauche et qui essaient de nous faire croire que l’écologie de gauche, c’est bien, tandis que l’écologie de droite, c’est mal. Amusant :

    On avait pris l’habitude de voir le Rassemblement national (RN) imposer ses mots et ses sujets (sécurité, immigration, terrorisme) dans le débat public. Le voici qui s’aventure sur un terrain qui n’est pas le sien : «l’écologie politique». Sa présidente, Marine Le Pen, présentait lundi 15 avril le «manifeste» européen de RN en vue des élections de mai. Résultat : un nouveau slogan, «Priorité au local avant le global», un texte qui appelle à l’émergence d’une «civilisation écologique européenne». Et les principes d’une écologie politique nationaliste : «localiste» et «enracinée», à rebours de l’«idéologie du nomadisme»,«hors-sol»pour bobos «mondialistes, globalistes» et «sans-frontiéristes».

    «Nationalisme intégral»

    Les Français d’abord, la planète ensuite. Nouveau mantra pour une écologie d’extrême droite ? Pour comprendre ce twist écolo, un concept-clé : l’«écologie intégrale». La présidente du RN ne le dit pas comme cela mais tout dans le nouveau discours de son parti fait écho à cette notion à la croisée du souci de l’identité française et de la préservation de l’écosystème. L’une de ses premières occurrences apparaît en 1984 dans un numéro de la publication royaliste, Je suis français. Jean-Charles Masson, un idéologue très catholique, y pose les «jalons pour un écologisme intégral», tout droit inspiré du «nationalisme intégral» de l’écrivain xénophobe de l’Action française, Charles Maurras. Dans son texte, Masson prône un «réenracinement» de la France afin de «dénomadiser» culturellement le pays au nom du respect de la «nature éternelle», «seul moyen» de sa «renaissance». Quarante ans plus tard, ces mots-clés sont employés par les nouveaux cadors du parti d’extrême droite, tout juste passé en tête des intentions de vote pour les européennes.

    Mais, depuis quelques années, c’est une autre frange de la droite qui déterre la notion d’écologie intégrale et opère un travail idéologique de fond par l’intermédiaire de sa «revue d’écologie intégrale» lancée en 2015, Limite. Ses plumes réacs, aussi jeunes que radicales, s’appellent Eugénie Bastié, polémiste au FigaroVox, plateforme de débats souverainistes du Figaro, Marianne Durano, agrégée de philosophie et auteure de Mon corps ne vous appartient pas (Albin Michel), et Gaultier Bès de Berc, professeur agrégé de lettres modernes et co-initiateur des Veilleurs, organe émanant de la Manif pour tous. En 2014, ces deux derniers publient Nos limites. Pour une écologie intégrale (avec Axel Norgaard Rokvam, éditions Le Centurion), un essai manifeste qui s’en prend aux sociétés marchandes sans «frontières entre les cultures», entre «l’homme et la femme» et dessine les contours d’un idéal «d’entraide» et «de sobriété» qu’offrirait l’écologie intégrale. Leur cheval de bataille : la protection de la vie, de la planète à l’embryon humain, entre décroissance anticonsumériste à la Pierre Rabhi et militantisme «pro-vie» (anti-avortement, anti-euthanasie, etc.). Avec eux, fini le temps où Christine Boutin défendait les convictions catholiques la Bible à la main. La jeune garde de Limite joue des codes hédonistes de la contre-culture des années 60 et manipule des références philosophiques et littéraires éclectiques : Bernanos, Debord, Pasolini, Orwell, Ellul, Latouche ou encore Simone Veil [Sic ! au lieu de Simone Weil. NDMJ]. Un comble pour ces néotradis en guerre contre la marchandisation des corps et «la dictature de la médecine sur les femmes». Plus sulfureux encore, le royaliste Jacques de Guillebon a également participé à la création de Limite. Personnage incontournable dans l’entourage de Marion Maréchal, le journaliste pour qui l’homosexualité est un «désordre mental» a ensuite cofondé le magazine ultraréac l’Incorrect ainsi que l’Issep à Lyon, école destinée à former la future élite de l’extrême droite française. De quoi présager un débouché politique à l’écologie intégrale version catho ?

    Preuve que l’écologie intégrale se situe au cœur de la recomposition idéologique des droites dures, le concept ressurgit une première fois en 2000 dans un manifeste du Groupement de recherche et d’études pour la civilisation européenne (Grece), cercle de pensée aussi connu sous le nom de «Nouvelle Droite», rédigé par le philosophe Alain de Benoist et l’essayiste Charles Champetier. Contre la «démonie productiviste», le Grece prend également position pour une «écologie intégrale» qui «doit en appeler au dépassement de l’anthropocentrisme moderne et à la conscience d’une co-appartenance de l’homme et du cosmos». Depuis, ce courant d’inspiration néopaïenne, qui pourfend aussi bien la mondialisation que le judéo-christianisme, développe une critique virulente de l’individualisme libéral à travers son rejet de la «religion des droits de l’homme» et dénonce le «péril» de l’immigration dans son magazine d’idées, le bimestriel Eléments.

    Loin d’être matière à conflit entre cathos ultras et néopaïens, la récupération du terme d’«écologie intégrale» fait l’objet d’une convergence marquée par des allers-retours entre les deux courants. Comme cet entretien de la philosophe chrétienne Chantal Delsol, paru en juin 2016 dans Eléments, et dans lequel elle prône une alliance avec les écologistes païens de la Nouvelle Droite. Ou les incursions d’Eugénie Bastié en «une» d’Eléments, toujours, comme pour dénoncer le «féminisme punitif» à la #MeToo. Inversement, De Benoist voit ses thèses sur le populisme reprises avec enthousiasme par la jeune garde antimoderne aux manettes du FigaroVox.

    Même le pape François s’est mis à l’écologie intégrale. Notion qu’il cite abondamment dans son encyclique Laudato si’ («loué sois-tu») de 2015 «sur la sauvegarde de la maison commune», afin d’articuler la crise climatique et les inégalites sociales. Une version rafraîchie de la doctrine sociale de l’Eglise et des précédents discours des papes Jean Paul II et Benoît VI sur l’«écologie humaine». «Il s’agit d’un “anthropocentrisme catholique” où l’homme est le gardien de la création de Dieu, la Nature, et doit la protéger pour la restituer telle quelle», explique Ludovic Bertina, sociologue à l’IMT Atlantique (programme transition énergétique et sociétale) et auteur d’une thèse sur «l’Appropriation du référent écologiste par le catholicisme en France».

    Une aubaine pour la jeune garde de Limite qui s’accapare le concept pour diluer ses valeurs morales dans un écologisme promouvant les circuits courts et la permaculture. «En utilisant le terme d’”écologie intégrale’’, ils parviennent à toucher une catégorie de la population qui n’aurait pas été sensible au langage de la théologie chrétienne, explique Bertina. Pour convaincre, ils emploient un langage pseudo-scientifique porté sur la protection de la nature.» En ligne de mire : les catholiques d’«ouverture», moins intransigeants sur la famille ou les questions de bioéthique, et plus attentifs au respect de la dignité des êtres humains en général. L’écologie intégrale, du greenwashing pour intégristes ? Ce mode de pensée n’est, en tout cas, pas étranger à la croisade «antigenre» orchestrée par des groupes catholiques depuis les années 90, en France et en Italie notamment, afin de réaffirmer l’«ordre naturel» de la sexualité.

    Versant économique

    Les tentatives de rapprochement de cette nouvelle cathosphère verte avec des militants écologistes radicaux et anticapitalistes à Notre-Dame-des-Landes ou au barrage de Sivens lui valent également le surnom de «zadistes de droite». En 2017, Limite ouvre même ses portes à l’ex-militant du Larzac et député européen José Bové, ouvertement opposé à la PMA, qu’il compare dans les pages de la revue à l’eugénisme.

    Décidément plus identitaires qu’écolos, ces militants se font surtout remarquer pour leur acharnement contre les «dérives» du libéralisme culturel, reprenant les thèses du philosophe Jean-Claude Michéa, populiste revendiqué et ennemi du libéralisme économique et culturel, dont les essais très critiques envers la pensée de Mai 68 et le progressisme en général, nourrissent la réacosphère intello. Et laissent entrevoir plusieurs sensibilités sur le versant économique. Ainsi, le premier numéro de Limite contient un éloge du théologien britannique Phillip Blond, inspirateur de la big society, politique menée par l’ex-Premier ministre, David Cameron, pas vraiment opposée à l’économie de marché. «C’est un renouvellement de la pensée conservatrice la plus traditionnelle, qui charge autant la prétention de l’Etat à résoudre les problèmes sociaux que le libéralisme destructeur des solidarités, explique Serge Audier – philosophe, maître de conférences à Paris-Sorbonne, auteur de la Pensée anti-68 et la Société écologique et ses ennemis (La Découverte, 2008, 2017). Un conservatisme de troisième voie, compassionnel, à la posture antilibérale mais qui s’accommode, en réalité, d’une ligne conservatrice libérale.»

    Brouillage des lignes

    Du côté du RN, cette nouvelle pensée alliant écologie et nationalisme s’est trouvé une nouvelle tête de gondole en la personne d’Hervé Juvin, intellectuel et essayiste de 63 ans, ancien conseiller de l’ex-Premier ministre centriste, Raymond Barre. Cinquième sur la liste RN pour les européennes, cet «identitaire écolo», adepte de la théorie du «grand remplacement» et collaborateur d’Eléments, résumait, le 18 avril sur France Inter, sa vision de l’écologie : «La biodiversité animale et végétale est essentielle mais la diversité des sociétés humaines est encore plus importante à mes yeux, et cette diversité est protégée par la frontière.»

    Qu’elle soit néopaïenne et aux revendications populaires tendance Nouvelle Droite ou catho-tradi, plus élitiste, version Limite, l’écologie intégrale converge, in fine, vers la stricte défense de l’identité française et du national-conservatisme, allergique, dans les deux cas, à l’appel de l’égalité et de l’émancipation des individus, pensé par les Lumières.

    Autre point d’accointance entre ces deux courants, un positionnement «ni droite ni gauche» propice au brouillage des lignes idéologiques. A force, «le terme d’écologie intégrale est devenu polysémique», constate Audier. Voire «fourre-tout», note le politologue et spécialiste des droites radicales Stéphane François. Et même dénué de toute coloration idéologique précise.

    A tel point que la notion est maintenant disputée sur sa gauche par le philosophe Dominique Bourg et l’ex-ministre socialiste de l’Ecologie, Delphine Batho. La députée des Deux-Sèvres, qui s’est lancée dans la course aux européennes avec la liste Urgence écologie, vient de publier son propre manifeste d’Ecologie intégrale (éditions du Rocher). Le duo dépeint un projet de révolution écologique dépassant le clivage gauche-droite, émancipateur, en rupture avec le capitalisme, où l’utilisation des ressources naturelles serait limitée dans une «économie permacirculaire». Pour sa campagne, la liste de Batho et Bourg fait alliance avec le Mouvement écologiste indépendant (MEI) d’Antoine Waechter, qui fut l’un des inventeurs de l’écologie «ni de droite ni de gauche». Ex-candidat à l’élection présidentielle de 1988, il est l’auteur du Sens de l’écologie politique (2017), coécrit avec Fabien Niezgoda. Cette présence dans l’orbite d’Urgence écologie interroge : collaborateur d’Eléments et engagé au sein du MEI, Niezgoda a appelé à voter Marine Le Pen à la présidentielle de 2017, après avoir participé à une table ronde sur l’agriculture aux Rendez-vous de la droite identitaire à Béziers en 2016. Signe de la confusion idéologique du moment.

    https://www.lesalonbeige.fr/lecologie-est-une-notion-de-droite/

  • Matteo Salvini à Viktor Orbán : « ​Si la gauche continue à gouverner l’Europe, celle-ci deviendra un califat islamique… »

    libye-salvini-9348-p2-salvini-600x400.jpg

    Depuis le Niger, où elle était en visite officielle, la chancelière allemande a exclu tout accord entre le Parti populaire européen (PPE) et l’extrême-droite au Parlement européen, derrière le vice-président du conseil Matteo Salvini, après les élections du 26 mai.

    C’est sur ce point que Salvini insiste, sans faire dans la dentelle : « Si la gauche continue à gouverner l’Europe, celle-ci deviendra un califat islamique… » a-t-il déclaré lors de sa visite en Hongrie, en parfait accord avec son hôte.

    https://fr.novopress.info/

  • Ça mitraille, ça éclabousse

    pinochio-300x199.pngUne nouvelle (énième) illustration de l’impossibilité du  vivre-ensemble ? L’écrivain algérien Kamel Bencheikh qui clame haut et fort son islamophobie,  affirme que le 30 avril un chauffeur de bus de la RATP, « un barbu de type maghrébin »,  aurait interdit l’accès de son véhicule  à  sa fille, accompagnée d’une de ses amies, en raison de sa tenue trop légère. Une procédure disciplinaire a été lancée par la régie des transports contre cet employé. « Pourtant,  rapportait RTL dimanche «  la version évoquée par Olivier Davoise, syndicaliste CGT à la RATP, est bien différente. » (Le chauffeur) a refusé l’accès à deux jeunes filles parce qu’elles ont refusé de monter à l’arrêt du bus alors qu’elles fumaient leur cigarette. Il a refermé les portes et s’est arrêté au feu rouge trente mètres plus loin ».« Imaginer un collègue qui croit dans sa religion, qui la pratique dans sa vie privée et qui refuserait l’accès au bus sous prétexte que la jupe est trop courte ou le décolleté trop profond, ça ne tient pas debout une seconde», Invité hier du Grand Jury RTL, Le Figaro, LCI , Jordan Bardella a pointé «  une politique de recrutement (à la RATP) qui s’est orientée vers des grands frères dans des quartiers de manière à acheter la paix sociale et éviter que les bus se fassent caillasser.» Et  la tête de liste RN aux élections européennes d’ajouter : «  on a des chauffeurs islamistes qui refusent de conduire après une femme, parce qu’elle a touché le volant, on a des locaux de prières clandestins dans un certain nombre de dépôts de banlieues. Ce sont des faits qui existent et il est temps aujourd’hui de réaliser un grand audit national sur tous les postes occupés par des fichés S dans les transports ».

    Ajoutons que l’incrédulité a priori du responsable cégétiste devant la réalité de cet incident elle aussi ne tient pas (complètement) debout. Sans préjuger des résultats de l’enquête (il faut rester prudent) rappelons l’affaire qu’évoquait Jordan, à savoir celle   de ce chauffeur de bus de la RATP qui avait refusé de prendre le volant après une femme, mais dont le radicalisme avait été contestée par l’élue insoumise Danièle Obono. Contesté, le comique Pierre Palmade l’est aussi ces dernières heures, s’étant attiré les foudres du lobby LGBT pour avoir opéré une distinction  entre les homos refusant le communautarisme et les gays : Invité de l’émission On n’est pas couché sur France 2 pour témoigner notamment de ses addictions, M. Palmade  affirmait qu’ « Il y a les homos et les gays. Les gays, ce sont des gens qui mangent gay, qui rient gay, qui vivent gay, qui parlent gay, qui font des films gays. Et les homos, ce sont des gens qui sont homos mais ce n’est pas marqué sur leur front, on ne le sait pas quand ils parlent, on ne le sait que quand on va dans leur chambre à coucher »

    Joël Deumier, coprésident de SOS Homophobie, a qualifié les  propos de Pierre Palmade d’ homophobes et ils  ont été jugés maladroits par Guillaume Mélanie, coprésident de l’association Urgence Homophobie. Cette polémique pourrait sembler a priori anecdotique voire dérisoire. Tout autant que l’affaire de ce kiosquier (un sur les 400 présents à Paris…) qui aurait – et c’est en effet une faute professionnelle si elle est avérée- refusé de vendre le numéro de L’équipe cette fin de semaine « sous prétexte que deux hommes s’embrassent en Une ». Un scandale révélé par un témoin de moralité au dessus de tout soupçon, en la personne de  Grégory Tilhac, délégué général du festival de films LGBTQI+ ; un drame qui a bien sûr fait réagir la citoyenne Anne Hidalgo

    L’instrumentalisation de ces non-événements est révélatrice de  la place sans cesse grandissante de lobbies communautaristes  dont la pression sur la libre expression dans l’espace public  va sans cesse croissante. Un schéma que l’on voit à l’œuvre  depuis déjà plusieurs années outre-Atlantique… et au sein des instances bruxelloises. En terme de provocations manipulatoires ce sont d’ailleurs plus largement les progressistes qui en sont champions toutes catégories  en France comme ailleurs. Il se trouve ainsi des médias pour affirmer que Matteo Salvini a tenu un discours vendredi dernier depuis le balcon de l’hôtel de ville de Forli (Emilie-Romagne) sciemment au  même endroit où Benito Mussolini « avait assisté à l’assassinat de jeunes partisans de la démocratie.» A ce compte-là on pourrait bien réussir à prouver qu’en se promenant  dans Rome, Matteo a mis ses pas dans ceux de Néron et de Caligula ou BHL à Benghazi dans ceux d’Erwin Rommel.

    Cette tentative de tracer une filiation entre la Ligue et le  fascisme mussolinien est idéologiquement non fondée et historiquement absurde, quand bien même M. Salvini mène en Italie, nation dont l’unité est relativement   récente et la cohésion fragile, un combat politique de réconciliation nationale. Mais il s’agit, par capillarité en quelque sorte, de refiler le mistigri de l‘extrémisme aux alliés européens de la Ligue et donc, chacun l’aura compris, au RN.  Infox et intox dont, ne doutons pas assure Bruno Gollnisch, nous serons abreuvées d’ici le 26 mai. A  fortiori au moment ou les sondages les moins favorables prévoient que le groupe Europe des Nations et des Libertés (ENL)  pourrait passer de la huitième à la  troisième place au parlement européen avec plus d’une soixantaine d’élus…

    https://gollnisch.com/2019/05/06/ca-mitraille-ca-eclabousse/

  • Avant un scrutin crucial

    6a00d8341c715453ef0240a4a8b23a200b-320wi.jpgLa publication des 33 listes déposées en France en vue du scrutin européen du 26 mars laisse, pour la majorité d'entre ellles, évidemment rêveur. Que de médiocrités méconnues. Que de calculs politiciens. Que d'amateurisme quant aux décisions futures.

    Quand acceptera-t-on, dans l'Hexagone, de prendre en compte l'importance et le rôle qu'assumeront, dans les années cruciales à venir, les 79 personnes[1] censées représenter ce pays, le nôtre, dans des délibérations cruciales.

    C'est en 1979 que fut mise en œuvre pour la première fois la décision giscardoïde d'élire au suffrage universel une institution siégeant à Strasbourg et dont personne ne se préoccupait jusque-là.

    Cette assemblée était désignée au titre des communautés européennes, dont le marché commun constituait le pivot. Depuis la signature du traité de Rome en 1956 on cherchait d'abord à fusionner un espace économique, réduit à 6 États. Au départ, il ne s'agissait que de délégations désignées par les parlements nationaux comme il en existe dans la plupart des unions d'États, dont ni le public ni les médias ne se préoccupent guère en général.

    S'agissant des gros journaux, des radios ou des télévisions, nous pouvons d'ailleurs mesurer dans l'Hexagone lui-même combien petite est devenue la place qu'ils consacrent aux débats et travaux parlementaires de leur propre pays.

    La comparaison avec ce que nous connaissions encore il y a 50 ou 60 ans fait frémir. Déjà pourtant l'essentiel des décisions effectives semblait découler de la volonté présidentielle du général De Gaulle. Cependant à l'époque, aussi bien Le Figaro que Le Monde reproduisait abondamment les propos tenus à la tribune ou dans les commissions : invitons nos amis lecteurs à parcourir, pour s'en rendre compte, les colonnes de ces vieilles feuilles de papier imprimé que nous utilisons pour allumer les cheminées.

    Semblant ne siéger que pour la forme au palais bourbon, l'assemblée centrale parisienne aura joué ainsi pendant plusieurs décennies, – au-delà de la fonction d'assistance sociale assumée par élus de circonscriptions, – le rôle d'une sorte d'équivalent du Tribunat. Rappelons qu'instituée après le 18 brumaire, par le régime du consulaire du premier Bonaparte, cette réunion de notables reprenait seulement une partie des fonctions du Conseil des Cinq-cents qu'avait connue l'étrange époque du directoire. On y délibérait, sous un angle quelque peu philosophique, sur les projets gouvernementaux avant que ceux-ci soient votés par le Corps législatif. Il siégea ainsi au Palais-Royal de 1800 à 1807, date de sa suppression par un pouvoir devenu impérial et de plus en plus irritable et tyrannique[2], malgré ou peut-être en raison de ses victoires militaires.

    Les deux chambres de la Cinquième république disposent d'un pouvoir un peu plus large. On leur a concédé sur le papier notamment celui, pour les députés mais non pour les sénateurs, de censurer le gouvernement : ils ne l’exercèrent qu'une fois, en 1962. Au bout du compte, les Français ne peuvent guère, ni prendre au sérieux le caractère formel de leur propre démocratie parlementaire ni, encore moins se préoccuper de sa projection à l'échelon du continent.

    Le déplacement du siège du Parlement européen vers Bruxelles, – à 440 km de la capitale alsacienne prévue, depuis 1952, par les traités fondateurs – est en lui-même un beau résultat d'un compromis aberrant adopté en décembre 1992 à Edimbourg sous présidence britannique. Celui-ci fut entériné par le traité signé à Amsterdam par Chirac en 1997. Les déplacements de Mr Nigel Farage vers sa tribune préférée en ont ainsi été rendus plus commodes.

    Il y a 40 ans l'assemblée siégeant à Strasbourg[3] ne détenait au départ aucun véritable pouvoir, l'essentiel des décisions dépendait de ce qui est devenu depuis le Conseil européen formé des chefs d'États et de gouvernements.

    Par glissements successifs assez naturels il fut reconnu comme assez logique de confier aux eurodéputés, directement élus par les peuples, un contrôle sur les grandes décisions et d'abord sur les directives. Celles-ci ont surtout concerné depuis 60 ans l'aspect consommatique de la vie des Européens.

    Aujourd'hui la première vocation des futurs élus sera de trancher une ambiguïté du traité de Lisbonne. Ils devront user de leur pouvoir d'investir le prochain président de la Commission européenne : depuis les règnes de Barroso et de Juncker, les chefs d'États avaient pris l'habitude de nommer un ectoplasme aimable et docile et de le faire avaliser par une coalition socialo-centriste molle.

    Les 33 listes déposées informent-elles beaucoup sur ce sujet les électeurs dont elles sollicitent les suffrages ? On se demande même pour la plupart d'entre elles si elles y attachent la moindre importance, etc. Ne parlons même pas des choix en cours en matière de défense, d'immigration, de sécurité, de concurrence intercontinentales, etc. Il est vrai que la météo et le salut de la Planète les préoccupent beaucoup plus.

    JG Malliarakis  

    Apostilles

    [1] Contingent incertain calculé en fonction du retrait de la Grande Bretagne.

    [2] Qu'on se souvienne de la fameuse tirade de Chateaubriand "Lorsque, dans le silence de l'abjection, l'on n'entend plus retentir que la châine de l'esclave et la croix du délateur"...

    [3] En concurrence avec celle du Conseil de l'Europe, réunion continentale attachée à la promotion des droits de l'homme, remontant à 70 ans, évidemment beaucoup plus vaste puisqu'elle regroupe 47 États, ayant fort à faire avec les anciennes républiques de l'URSS et la Turquie.

    https://www.insolent.fr/

  • L'intervention d'Alain de Benoist lors du colloque de l'Iliade, le 6 avril dernier

    L'Iliade cliquez ici

    Alain de Benoist est essayiste, philosophe, auteur d’une centaine d’ouvrages portant sur la philosophie politique est l’histoire des idées. Il vient de publier Contre le libéralisme. La société n’est pas un marché, aux Éditions du Rocher. Il intervenait au sixième colloque de l’Institut ILIADE, « Europe, l’heure des frontières », le 6 avril 2019.

    Mesdames, Messieurs, Chers amis,

    Je vais vous parler d’un phénomène relativement nouveau et qui n’est pas sans rapport avec le thème de cette journée. Il s’agit de l’illibéralisme. Le mot est un peu barbare, mais son sens est assez clair : il désigne l’apparition de nouvelles formes politiques qui se réclament de la démocratie, mais veulent en même temps rompre avec la démocratie libérale qui se trouve aujourd’hui en crise dans à peu près tous les pays du monde.

    Le terme est apparu à la fin des années 1990 dans les écrits d’un certain de distingués politologues, mais ce n’est que tout récemment, en 2014, qu’il s’est imposé auprès du grand public lorsque le Premier ministre hongrois, Viktor Orbán, a publiquement déclaré, lors d’une Université d’été de son parti : « La nation hongroise n’est pas un agrégat d’individus, mais une communauté qu’il nous faut organiser, fortifier et aussi élever. En ce sens, le nouvel Etat que nous sommes en train d’édifier n’est pas un Etat libéral mais illibéral ». Il ajoutait qu’il est temps maintenant de « comprendre des systèmes qui ne sont pas occidentaux, qui ne sont pas libéraux, et qui pourtant font le succès de certaines nations ».

    thumb.jpg

    Lire la suite

  • LREM pour l’Europe de l’avortement

    LREM pour l’Europe de l’avortement

    Alors que le pape alertait hier sur le gel démographique de l’Europe, la tête de liste LREM Nathalie Loiseau et la secrétaire d’Etat chargée de l’Egalité entre les femmes et les hommes Marlène Schiappa lancent un “pacte Simone Veil”.

    Dans une tribune publiée dimanche 5 mai par Le JDD et signée par tous les colistiers de la majorité au scrutin du 26 mai, elles écrivent :

    “Nous proposons d’harmoniser par le haut les droits des femmes en Europe en incitant les Etats membres à introduire dans leur législation les mesures les plus avancées ayant fait leurs preuves ailleurs en Europe”.

    Le pacte Simone Veil

    inclura les droits sexuels et reproductifs.

    Entre pays européens, les disparités restent fortes. L’IVG demeure totalement interdite à Malte, proscrite sauf dans certains cas en Pologne ou à Chypre, fortement restreinte au Royaume-Uni ou en Finlande.

    L’Europe doit mieux protéger les femmes, c’est un enjeu majeur pour nous toutes : pour nos sœurs espagnoles qui ont manifesté massivement contre le machisme, pour nos sœurs polonaises qui militent pour l’accès à l’IVG et partout où l’obscurantisme ressurgit et menace les droits des femmes.

    S’il n’y avait qu’une raison de ne pas voter LREM aux européennes, ce serait celle-là.

    https://www.lesalonbeige.fr/lrem-pour-leurope-de-lavortement/

  • TRENTE TROIS LISTES ET LES BANQUES

    Europeennes-voici-les-33-listes-candidates-en-France.jpg

    Franck Buleux

    On peut penser, en constatant les trente-trois listes validées par l’Intérieur qui vont briguer nos suffrages le 26 mai prochain, à l’occasion des neuvièmes élections européennes, à une vitalité démocratique sans précédent dans notre pays.

    En tout cas, c’est l’a priori qui me vient immédiatement à l’esprit. L’immédiateté supprime la réflexion. Les médias me disent, m’inoculent « 33 » et je me dis, c’est beaucoup ! Et je vois d’ores-et-déjà cette grosse enveloppe kraft marron adressée par la Préfecture de mon département comprenant 33 professions de foi et 33 bulletins de vote avec, chacun, soixante-dix-neuf candidats. Oui, 79 car la France a récupéré 5 sièges à la suite du Brexit, qui n’a pas encore eu lieu. Il y a donc 74 sortants français et 79 candidats, alors que des élections auront lieu au Royaume-Uni… Donc, il n’y aura que 74 élus si les Britanniques votent, sinon 79. Cela fait partie du rêve européen, l’incapacité à trois semaines du scrutin de connaître la répartition des élus par pays. Il y aura donc 5 battus qui atteindront, impatiemment, le Brexit, même s’ils sont opposés à la sortie de la Perfide Albion.

    Bref, tel n’est pas notre propos. Je m’imaginais donc déjà attendre de longues minutes pour voter car Madame Louise (appelons-là comme cela puisque l’Alliance royale a déposé une liste), âgée de 90 ans et qui ne loupe jamais une élection, avait des difficultés compréhensibles à prendre, un à un, les grands bulletins avec tous ces patronymes. Les prendre un à un, les ranger, retrouver le « bon » (alors qu’elle a pris le bon chez elle, qu’elle a glissé dans une poche) pendant que les autres tombent… Le calvaire du vote. Du vécu, j’ai longtemps été assesseur et même présidé un bureau pendant quelques scrutins.

    De longues files d’attente, des personnes qui désespèrent, ne trouvant pas sur quelle liste se trouvent Jean-Luc Mélenchon ou Marine Le Pen (en fin de listes car déjà députés nationaux français tous les deux, pour cause de non cumul des mandats), quelle belle journée que ce dimanche 26 mai. Des assesseurs débordés qui doivent vérifier l’ordre des bulletins déposés sur la table à l’entrée, le niveau des tas (qui doit être homogène) et cette masse d’hommes et de femmes qui représentent toutes les tendances, toute la diversité nationale… Des animalistes aux décroissants, des communistes aux insoumis, et toux ceux qui cherchent, en vain, le terme « parti socialiste » sur les bulletins… Mais il n’y a plus de Parti socialiste ? Ben non, mais bon on ne peut pas dire –tout haut- que le compagnon de Léa Salamé a réalisé une OPA sur ce qui reste du PS. Raphaël Glucksmann a créé le mouvement « Place publique » et a rencontré sa concubine sur le plateau de « On n’est pas couchés ». Tout doit être révélé, donc.

    Mais non, mon rêve s’est évanoui, les banques, l’oligarchie financière (d’ailleurs depuis la disparition de son mentor américain, Lyndon LaRouche, le groupe Solidarités & Progrès de Jacques Cheminade, a jeté l’éponge, du moins pour cette année ; ainsi, ce terme est moins employé même s’il nous reste le gaulliste candidat pour Jean Tibéri en 2001 à Paris, Asselineau). Eh oui, car ce sont les banques qui financent via des prêts de centaines de milliers d’euros, les mouvements politiques. Pourtant, me direz-vous, la Constitution du 4 octobre 1958 prévoit que les partis politiques concourent à la vie politique et il existe désormais un financement public lié aux résultats, en voix et en nombre de députés, des élections législatives. Oui, mais pour concourir, il faut de l’argent.

    Pour une campagne électorale avec une information complète et totale, chaque liste devrait, ayant glané quelques informations à ce sujet auprès de compétiteurs, apporter 800 000 € et ces deniers seraient remboursés (il y a un plafond) à la condition de représenter 3 % du corps électoral exprimé. Environ un million de voix, enfin selon le nombre de personnes qui se déplaceront dans les isoloirs.

    Je trouve 3 % un peu élevé. Même des élus importants de notre République ont parfois des difficultés à atteindre cet objectif : Jean Lassalle, homme apprécié des Français, n’a obtenu que 1,1 % des suffrages exprimés lors de la présidentielle de 2017 et l’Eurodroite avec Jean-Louis Tixier-Vignancour n’avait pesé que 1,3 % des suffrages lors des premières élections européennes en 1979 (rappelons que le Front national de Jean-Marie Le Pen en obtenait 11 % seulement cinq ans plus tard, en 1984). Toujours en 1979, le trio que l’on qualifierait aujourd’hui de populiste Malaud (qui deviendra président du CNIP), Médecin (l’ancien maire de Nice) et Poujade (du mouvement éponyme) n’obtint que 1,7 %….

    Donc, une liste non connue (et même connue, parfois car une banque ne souhaite pas être associée au Rassemblement national, car dans « Rassemblement », il y a « Race », non ?) a peu de probabilités d’obtenir 3 % et donc, préalablement, d’obtenir un prêt. Alors, bien sûr, il y a les dons, les appels aux militants, aux proches, mais tout le monde n’est pas sponsorisé par les médias pour faire connaître un projet et des militants il en faut et ils doivent avoir quelques moyens. Tout le monde n’a pas le même répertoire que Macron ou Fillon.

    Mon rêve s’est envolé. Il n’y aura ni 33 bulletins dans vos enveloppes, ni même 33 bulletins déposés sur les tables tenues par les employés de mairie le 26 mai.

    Plutôt que de se lamenter, essayons de développer une alternative : celle du vote électronique. À l’heure de la digitalisation, il apparaît naturel d’utiliser ce type de procédé électoral pour choisir son candidat et éliminer les autres.

    Alors, rêvons à nouveau : nous pourrions voter sans voir le regard courroucé du professeur des écoles, militant Insoumis sur la place publique (ou l’inverse), la dame âgée (Louise, voir plus haut) pourrait voter sans faire tomber son bulletin (LERM ou LR) ou/et sa canne, on pourrait éviter les banalités dominicales avec ses voisins (puisqu’on n’a pas le droit de parler de politique dans le bureau de vote).

    Les hommes politiques ont peur des hackers ? Ah, la belle excuse, on connaît, depuis des années, les modes de fraude à petite ou à grande échelle de certains de nos édiles. Souvenez-vous, en 1983, le nombre considérable de municipalités d’union de la gauche qui avaient vu leur victoire annulée (pour fraude) et qui sont toutes, en presque, passées à droite lors de partielles organisées entre juin 1983 et les européennes de juin 1984. Parmi ces municipalités, Dreux qui vit la victoire avec plus de 55 % de l’union des droites, Front national compris.

    À quand un projet de loi (ou une proposition mais un projet est plus certain quant à son résultat, puisqu’il émane du gouvernement) sur le vote électronique ?

    Ce modèle électoral permettrait de sortir de l’hypocrisie : disposer d’un choix de 33 listes et de 2607 candidat(e)s serait alors une réalité et non une simple annonce médiatique.

    Je sais cette proposition ne fait pas partie du Grand débat. Alors, si cela ne concerne pas le Grand débat, c’est comme l’immigration, on classe. Verticalement.

    Métainfos cliquez ici

    2017 12 01 PUB SITE 1.jpg

  • Bellamydolatrie

    Capture-42.png

    Chers amis de Sens commun (si si, il m’en reste quelques-uns !),

    La nomination de François-Xavier Bellamy à la tête de la liste LR pour les européennes a déclenché chez vous une sorte d’hystérie idolâtre qui, je dois bien le dire, me laisse perplexe…

    Soyons clair, je ne suis pas Bellamyhophobe.

    C’est un garçon d’allure fort sympathique, un philosophe remarquable dont le dernier ouvrage sur l’éloge du temps long est une petite pépite.

    Mais la philosophie et la politique sont deux univers un peu (excusez-moi du peu) différents.

    Cette désignation, poussée par notre ami Wauquiez, est en réalité une arnaque, une grande imposture, une opération d’enfumage dont François-Xavier Bellamy est le principal protagoniste. François-Xavier Bellamy a été choisi comme tête de gondole de cette grande opération marketing destinée à rassurer le bon bourgeois catho qui a besoin de sauver les apparences lorsqu’il vote (ça compte un peu, m’dame).

    Je m’explique. La droite dite « républicaine », comprenez non populiste (vous comprenez ? Moi, j’ai du mal), est au pouvoir depuis trente ans avec les bienfaits que l’on connaît.

    Laurent Wauquiez, qui a repris le parti et dont Macron a vampirisé une partie de l’électorat (et pour cause, ils ont globalement le même programme), a trouvé son coup de com’ politique, son nouveau porte drapeau : François-Xavier Bellamy.

    Le bourgeois est rassuré, son combat politique est le bon : au diable les Pecresse et autres Geoffroy Didier, au diable le bilan politique (de Giscard, Veil à Sarko…).

    Le choix de François-Xavier Bellamy est purement électoraliste. Une bonne opération marketing, pour faire simple. Wauquiez s’est d’ailleurs bien gardé d’ouvrir des places à d’autres élus Sens commun. Il ne s’agit pas de changer la ligne politique du parti mais de permettre à un électorat de sauver la face.

    Cette nomination a, en outre, permis de mettre à bas la liste des Amoureux de la France, Nicolas Dupont-Aignan ayant compris que le petit Poisson ne lui sera plus d’aucune utilité (là, on nage en pleine tambouille politicienne).

    Dans cette affaire, il y a un cocu. Ce n’est pas, comme on pourrait le penser, le bon-catho-bourgeois-bon-teint car, dans les faits, depuis trente ans, la politique libérale-libertaire lui convient assez bien, du moment que le porte-étendard de cette politique est présentable (façon Fillon/François-Xavier Bellamy… le gendre idéal, quoi !). Il faut rester propre sur soi…

    Non, le cocu, dans cette histoire, c’est le pouilleux, le reclus de la France périphérique, celui qui vote FN, qui va sur les ronds-points, qui profite des bienfaits du multiculturalisme et de l’islamisation rampante. Lui, il n’en peut plus et tout le monde s’en fout.

    Comme vous l’avez compris, j’suis pas trop Charlie et j’suis pas trop Bellamy.

    J’suis plus Bardella, Salvini ou Orbán que Macron ou Merkel.

    À bientôt.

    Louis Lefort

    https://www.bvoltaire.fr/bellamydolatrie/

  • Qui veut «tuer l’Occident»? – Jacques Sapir reçoit Henri Guaino

    La civilisation occidentale est-elle en train de se dissoudre dans une mondialisation uniformisatrice qu’elle a elle-même initiée? Comment réconcilier unité et diversité? Les élites oublieraient-elles les leçons de leur propre passé? Et d’ailleurs, qu’entend-on exactement par «Occident»?

    Russeurope Express Jacques Sapir reçoit Henri Guaino, ancien conseiller spécial de Nicolas Sarkozy et ancien député Les Républicains, à l’occasion de la sortie de son livre Ils veulent tuer l’Occident (éd. Odile Jacob, 2019). Une émission préparée avec Jean-Baptiste Mendès et Clément Ollivier.

    Retrouvez tous les épisodes de #RusseuropeExpress sur le site de Sputnik : https://fr.sputniknews.com/radio_sapir

    https://www.unitenationale.fr/2019/05/02/qui-veut-tuer-loccident-jacques-sapir-recoit-henri-guaino/#more-36251

  • Affaire de la Salpêtrière : les Fake News permanentes du gouvernement avec Nicolas Dupont-Aignan

    Affaire de la Salpêtrière : les Fake News permanentes du gouvernement avec Nicolas Dupont-Aignan

    Hôpital de la Pitié-Salpêtrière : les Fake News du gouvernement

    Le 1er mai, Christophe Castaner monte au créneau. Il dénonce une attaque à l’hôpital de la Pitié-Salpêtrière par des manifestants. Appuyés par les médias, les condamnations s’enchaînent. Nicolas Dupont-Aignan accuse le gouvernement d’agiter les violences et de se rendre coupable des Fake News qu’il dénonce. Il réclame la démission du ministre de l’Intérieur.

    L’incendie de la cathédrale de Notre-Dame de Paris : les questions interdites

    Alors que le terrible incendie à la cathédrale Notre-Dame de Paris faisait encore rage, le gouvernement expliquait qu’il s’agissait d’un accident. Toute forme d’interrogation sur les causes du drame était taxée de complotisme. Nicolas Dupont-Aignan a relayé la parole des Français qui s’interrogent et veulent des réponses.

    Debout la France met le cap sur les Européennes

    Crédité de moins de 5% des intentions de vote dans les études d’opinion, Nicolas Dupont-Aignan a saisi la Commission des sondages. Pour lui, les chiffres de son parti sont sous-évalués.

    https://www.tvlibertes.com/affaire-de-la-salpetriere-les-fake-news-permanentes-du-gouvernement-avec-nicolas-dupont-aignan