Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

l'information nationaliste - Page 5

  • C’est qui le patron?

    vercingetorix-1024x505.jpg

    Ce n’est pas demain que nous verrons les quelques dizaines de milliers de Japonais vivant en France descendre dans la rue chaque mois de mars en  souvenir de la catastrophe de Fukushima (11 mars 2011) et de ses 18 000 victimes ou du bombardement de terreur sur Tokyo par l’aviation américaine (10 mars 1945) qui fit 100 000 morts. Les Algériens eux, n’hésitent pas  à occuper l’espace public. De nombreux Français ont  été choqués de voir la campagne électorale algérienne s’immiscer dans  les rues de Paris où de Marseille,  envahies par des milliers de binationaux réclamant qu’Abdelaziz Bouteflika renonce à briguer un nouveau mandat (ils ont été entendus). Imagine-t-on en effet la réciproque ? Cela fait bien longtemps qu’avec l’immigration massive, la France importe sur son sol des tensions ou des conflits qui nous sont étrangers. Mais faut-il rappeler également que la communauté  algérienne, dixit Le Monde en 2014, compterait  en France  5 millions d’âmes ? Autre conséquence de notre société du vivre-ensemble, que rapportait le site de BFM, « Deux familles françaises» (oui vous avez bien lu « Françaises »…)  ont déposé un recours devant le tribunal administratif  pour qu’elle contraigne l’Etat français à rapatrier des enfants en péril actuellement retenus par les forces kurdes en Syrie après la mort de leurs parents jihadistes, a annoncé lundi  Me Samia Maktouf leur avocate. « Elle demande au tribunal qu’il oblige l’Etat à intervenir sous astreinte de 500 euros par jour et par enfant.»

    500 euros par jour ? Une paille pour Jack Lang dont l’Obs a révélé que l’ancien ministre de la Culture et actuel président  de l’Institut du monde arabe  s’est fait offrir pendant 5 ans, entre 2013 et 2018,  pour 195 600 euros de pantalons et de costumes de la marque italienne SmaltoDepuis 40 ans, il a reçu des cadeaux compte tenu de sa notoriété. Cela s’inscrit dans une sorte de tradition d’ambassadeur de la marque a  justifié  l’avocat de Jack. Une tradition qui n’a pas bénéficié à François Fillon, dézingué proprement, éjecté promptement de la campagne présidentielle de 2017  pour s’être fait offrir 13 000 euros de costume…

    Des histoires de (très gros sous) qui n’intéressent plus Christine Lagarde. L’ancienne ministre de l’économie et actuelle directrice du FMI a décliné l’invitation qui lui était faite de se rendre à l’audience ou comparaît Bernard Tapie,  ouverte lundi devant le tribunal correctionnel de Paris.  «L’arbitrage qui lui avait octroyé 403 millions d’euros en 2008 pour solder son litige avec le Crédit Lyonnais avait finalement été annulé pour fraude » rappelle l’Afp. « L’affaire a déjà coûté cher à (Mme Lagarde) qui a été condamnée par la Cour de justice de la République pour négligence. Son ancien directeur de cabinet Stéphane Richard est lui poursuivi pour complicités d’escroquerie et de détournement de fonds publics. »« D’autres témoins ont également fait savoir qu’ils ne feraient pas le déplacement dont l’un des arbitres Jean-Denis Bredin. Le troisième arbitre Pierre Mazeaud est incertain pour des raisons de santé. » « Pour les juges d’instruction, notait encore Le parisien, « Bernard Tapie, son avocat Maurice Lantourne, et le juge-arbitre Pierre Estoup ont conçu et exécuté ensemble une opération frauduleuse. »

    Estoup, Mazeaud, Bredin… Trois vieilles figures engagées en leur temps dans la  lutte contre l’opposition nationalecomme nous le rappelions en 2013 sur notre bloguePierre Estoup notamment, présidait la  cour d’appel de Versailles qui, le 18 mars 1991, condamna Jean-Marie Le Pen à la somme délirante de  1 200 000 francs de dommages et intérêts (plus de 183 000 euros !) pour ses propos tenus  sur RTL le 13 septembre 1987.

    Et d’argent,  il est encore et toujours question avec la réponse apportée par l’Allemagne, à la très médiocre et bancale tribune « Pour une renaissance européenne » d’Emmanuel Macron - dont Michel Drac a fait une analyse aussi juste qu’impitoyable. La réplique  de Berlin n’est pas venue d’Angela Merkel qui ne s’est pas abaissée à cet exercice, mais, constate Marianne, « (de la dirigeante) de son parti conservateur (CDU), Annegret Kramp-Karrenbauer »,  surnommée « AKK ».

    « Une réponse aussi directe qu’acide et trouble. L’Elysée a certes pu éviter de réagir en expliquant que par principe , la présidence française ne commentait pas les paroles des chefs de parti. Mais AKK est probablement la prochaine chancelière. On ne peut donc ignorer ses mots. » « Et AKK va droit au but. (…) elle rejette d’une seule phrase toute idée qui conduirait à entraver la souveraineté allemande sur le plan budgétaire. Ou bien à renforcer le contrôle législatif et réglementaire de Bruxelles:  Le centralisme européen, l’étatisme européen, la communautarisation des dettes, l’européanisation des systèmes de protection sociale et du salaire minimum seraient la mauvaise voie , explique-t-elle en renvoyant dans les cordes toute Europe sociale, même à la sauce Macron. »

    Une manière de manifester aux yeux de tous les Européens note Bruno Gollnisch,  que la France, qui poursuit sa dégringolade  sur la voie du déclassement économique accélérée, entravée par une Europe Bruxelloise a contrario taillée sur mesure pour l’Allemagne, n’est définitivement plus le patronUne Allemagne qui entend désormais, a contrario, gagner une stature politique, géopolitique,  digne de son poids économique. Il est tout sauf anodin dans ce contexte, Marianne le relève encore, qu’Angela Merkel réclame de manière de plus en plus appuyée «la création d’un seul siège européen au Conseil permanent de sécurité de l’ONU, et donc la disparition du siège français (…) une idée fixe qui hérisse les Français mais qui n’est pas nouvelle. » La superpuissance économique allemande tient les cordons de la bourse et les postures, les grands mots creux, l’agitation vibrionnante de M. Macron peuvent essayer de donner le change mais dans ce domaine là aussi, le roi est nu.

    https://gollnisch.com/2019/03/12/cest-qui-le-patron/

  • Avez-vous pensé à réserver votre place au 3e dîner des Amis de Synthèse nationale qui se tiendra samedi 6 avril prochain ?

    2019 04 06 PUB DIN AFSN.jpg

     

    RÉSERVEZ EN LIGNE CLIQUEZ LÀ

     

    BULLETIN DE RÉSERVATION CLIQUEZ ICI

     

    EN SAVOIR PLUS CLIQUEZ ICI

  • Zoom – Colloque One of Us : l’avenir de la culture européenne

    A l’initiative de la Fédération européenne One of Us, représentée par quarante organisations présentes dans dix-neuf pays de l’Union européenne et de la Fondation Jérôme Lejeune, a été lancée, fin février à Paris, la Plateforme culturelle One of Us, au cours d’un colloque avec la participation du professeur Rémi Brague, de l’Institut de France, et consacré à l’avenir de l’Europe. Cette journée s’adressait aux philosophes, historiens, juristes, médecins européens désireux de s’associer au renouveau d’une Europe fidèle à la dignité humaine, dans le cadre de cette plateforme commune. Des intellectuels de divers pays dont Pierre Manent et Olivier Rey pour la France sont intervenus. La présidence de la journée était assurée par M. Jaime Mayor Oreja, président de la Fédération One of Us, ancien ministre de l’Intérieur espagnol.

    https://www.tvlibertes.com/zoom-colloque-one-of-us-lavenir-de-la-culture-europeenne

  • Philippe de Villiers : J’accuse Monnet et Schuman de s’être comportés comme des agents américains

    Philippe de Villiers :  J’accuse Monnet et Schuman de s’être comportés comme des agents américains

    Suite à la publication de son livre « J’ai tiré sur le fil du mensonge et tout est venu », Philippe de Villiers est interrogé dans Le Parisien. Extrait :

    Selon vous, la construction européenne s’est faite sur un mensonge : l’UE servirait non pas les intérêts européens mais ceux des Etats-Unis et de la CIA. N’est-ce pas complotiste ?

    Le complotisme, c’est la rumeur et le fantasme. Moi, je publie des documents. Les preuves que j’apporte à travers les archives montrent que les Américains ne voulaient pas d’une « Europe-puissance ». Ils voulaient un marché annexe pour écouler leurs surcapacités productives, et une simple « commission exécutive » dans un bloc transatlantique où les nations européennes viendraient se fondre sous une gouvernance mondiale. Ce projet a été exécuté par Jean Monnet. Dans ses Mémoires, il annonce d’ailleurs que l’Europe « ne sera qu’une étape » vers un marché planétaire de masse.

    Que la construction européenne ait été encouragée dès ses origines par les Etats-Unis pour en faire un bloc libéral face à l’URSS n’est pas un secret…

    La guerre froide était la couverture des Américains pour mener discrètement des opérations d’influence. Les Américains envoyaient de l’argent à Monnet et Schuman pour configurer une Europe qui soit entièrement à leur main.Par exemple, Monnet recevait 150 000 dollars tous les trois ans de la Fondation Ford. Fondation présentée par les européistes comme une organisation philanthropique. Mais sur le papier à en-tête du Comité américain qui chapeaute l’ensemble, les trois premiers noms sont des hiérarques éminents de la CIA… J’accuse Monnet et Schuman de s’être comportés comme des agents. Le deal était le suivant : on vous donne de l’argent, par exemple, pour créer l’Euratom [communauté européenne de l’énergie atomique] afin d’entraver la marche à l’indépendance nucléaire de la France ; ou encore pour neutraliser le traité franco-allemand de l’Elysée en y imposant un préambule atlantiste ; et surtout pour envoyer des rapports d’activité secrets et d’informations hautement confidentielles qui ne passeront jamais par le quai d’Orsay. […]

    Le Point vous accuse d’avoir plagié certains passages de votre livre. Vous le reconnaissez ?

    C’est une diffamation, il y aura donc des conséquences judiciaires. Un plagiat, c’est quand on emprunte le texte de quelqu’un sans le citer. Dans le chapitre auquel Le Point fait allusion, je rends hommage au professeur Antonin Cohen. Je le cite deux fois dans le corps du texte pour son travail très fouillé et je dis que je m’inspire de lui. Je ne laisserai pas discréditer le fond de mon travail d’enquête hyper référencé. […]

    https://www.lesalonbeige.fr/philippe-de-villiers-jaccuse-monnet-et-schuman-de-setre-comportes-comme-des-agents-americains/

  • Démographie française : attention, tout s’accélère ! – Cyril Raul (Les Identitaires)

    manifmaternite-1021x580-600x341.jpg

    La démographie est implacable. Dans le plus grand silence, nous approchons d’un point de bascule historique dont voici les principaux traits.

    Une grande ville arabo-musulmane chaque année en France

    Selon Jérôme Fourquet, directeur du département Opinion de l’institut de sondage Ifop, 18,5 % des nouveau-nés de 2015 portaient un prénom arabo-musulman.[1] L’Insee ayant recensé 800 000 naissances cette année-là, environ 150 000 personnes d’origine arabo-musulmane sont donc nées en France en 2015. Chaque année dans notre pays, les naissances arabo-musulmanes représentent l’équivalent d’une nouvelle grande ville française comme Angers ou Nîmes.

    Des chiffres édifiants… et pourtant très incomplets

    Les chiffres de Jérôme Fourquet sont d’autant plus préoccupants que l’origine de ces naissances présente deux critères cumulatifs, puisqu’elle est à la fois musulmane et arabe. Ce qui exclut donc de facto l’essentiel des prénoms d’Afrique noire ainsi que des prénoms donnés dans les pays musulmans non arabes (les prénoms d’origine turque, par exemple) ou les pays asiatiques. Le taux de prénoms extra-européens est donc aujourd’hui très largement supérieur à ce pourcentage de 18,5 %. De combien est-il réellement ? Un tiers ? La moitié ? Dans tous les cas, ces stades seront a minima dépassés dans les années à venir si les courbes de natalité poursuivent leur évolution actuelle.

    Les maternités de la France périphérique ferment

    Alors que la part des naissances extra-européennes ne cesse d’augmenter, la moitié des maternités françaises a fermé en 20 ans.[2] Ces fermetures n’ont bien évidemment pas lieu dans les grandes métropoles multi-ethniques, mais dans la France périphérique désertifiée… et très majoritairement habitée par des Français de souche.

    Des décisions qui, sur le temps long et à l’échelle d’une population, ont nécessairement un impact sur la démographie et les taux de natalité dans les régions concernées. Pour les femmes enceintes habitant ces zones, l’angoisse d’accoucher dans sa voiture devient de plus en plus prégnante. À ce constat s’ajoutent les fermetures d’écoles, le manque de médecins, la hausse du coût de la vie… Autant de circonstances pouvant objectivement dissuader d’avoir un enfant.
    Une politique gouvernementale dé-nataliste

    Des fermetures de maternités contre lesquelles les pouvoirs publics ne font rien. Pire : ces derniers ont mis en œuvre des mesures clairement dissuasives en matière de natalité ces dernières années. Qu’on en juge : sous les mandats Hollande et Macron, le plafond du quotient familial a été rabaissé à 1500 euros[3], les allocations familiales ont été divisées par 2 ou par 4 pour les revenus les plus élevés, les plafonds de la prime de naissance et de l’allocation de base de la Paje[4], qui englobaient jusqu’ici toute la classe moyenne, ont été nettement rabotés… À défaut d’encourager la natalité, les derniers gouvernements français se livrent au contraire à une véritable politique dé-nataliste… pour une partie de la population du moins. Car entre ces mesures et les fermetures d’écoles et de maternités dans la France périphérique, ce sont bien les parents français de souche qui sont les premiers impactés. Un constat d’autant plus révoltant qu’il se déroule dans un silence assourdissant.

    Pendant ce temps, les baby-boomers amorcent leur disparition

    Concomitamment, l’Insee enregistre désormais plus de 600 000 décès par an en France. Le solde naturel, c’est-à-dire la différence entre les naissances et les décès, est le plus bas depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale. Cette augmentation des décès devrait s’amplifier dans les années à venir puisqu’elle est essentiellement liée à un phénomène démographique logique et prévisible : l’amorce de la disparition des baby-boomers. Après avoir régné démocratiquement sur la seconde moitié du XXe siècle grâce à son poids numérique, cette génération née au lendemain de la Seconde Guerre mondiale débute son déclin démographique.

    Une génération qui présente deux caractéristiques essentielles. Elle est d’abord quasi-exclusivement française de souche : mécaniquement, la hausse de son taux de mortalité contribue donc notablement à la réduction de la proportion de la population « indigène » française. Elle vote ensuite massivement Emmanuel Macron : les trois quarts des plus de 65 ans ont choisi le candidat d’En Marche au second tour des présidentielles 2017, de loin le meilleur taux de vote Macron selon les tranches d’âge. Deux éléments qui illustrent l’émergence d’une « France d’après » : celle où la proportion de la population européenne diminue, mais aussi celle où les Français de moins de 65 ans ont une conscience identitaire nettement plus développée que leurs anciens.

    Décennie 2020 et accélération de l’Histoire

    Ce compte à rebours démographique se déroule à une période charnière. Depuis 2015, notre époque connait une succession de secousses sur un laps de temps très court : les attentats islamistes, la crise des migrants, les arrivées au pouvoir de Trump et de Salvini, la révolte des gilets jaunes… Autant d’éléments survenus en à peine quelques années qui illustrent un phénomène incontestable dont il faut prendre conscience : nous assistons à une accélération de l’Histoire.

    Bien sûr, il est aujourd’hui impossible de savoir où nous conduira cette accélération. Mais ce constat conjugué aux bouleversements démographiques en cours permet néanmoins de dessiner les contours d’une prévision : la décennie 2020 dans laquelle nous entrerons dans quelques mois sera manifestement décisive.

    Cyril Raul

    Texte repris du site deLes Identitaires

    [1] https://twitter.com/franceinter/status/1103560323271966728

    [2] https://www.bfmtv.com/economie/en-20-ans-la-moitie-des-maternites-francaises-a-ferme-1629774.html

    [3] Mécaniquement, le quotient familial réduit le montant de l’impôt sur le revenu d’une famille. Son plafonnement consiste à limiter cette réduction a une certaine somme : plus cette somme est réduite, moins l’avantage sera important et plus la famille paiera d’impôt.

    [4] aide mensuelle versée par la Caf pour les enfants de moins de 3 ans

    https://fr.novopress.info/213888/demographie-francaise-attention-tout-saccelere-cyril-raul-les-identitaires/

  • La Chute de la maison Trudeau ?

    4183121120.jpg

    par Louis-Joseph Delanglade 

    « Certains ont voulu voir en lui l’Obama blanc, d’autres un rempart contre le populisme. » 

    Il est beau, jeune, cultivé, intelligent, pas pauvre à défaut d’être très riche. Certains ont voulu voir en lui l’Obama blanc, d’autres un rempart contre le populisme. Il ne s’agit pas de M. Macron, mais de son cousin d’outre-Atlantique, M. Trudeau, Premier ministre du Canada depuis novembre 2015. Cet héritier d’une famille « franco-anglaise » embourgeoisée est surtout l’héritier politique de son père Pierre Elliott Trudeau qui fut au vingtième siècle chef du Parti libéral, député, ministre et Premier ministre. Peut-être pour dépasser son père, Justin en fait beaucoup, même un peu trop, comme, un certain temps, alterner phrases en français et en anglais dans ses discours - posture linguistique qui prouve simplement sa fatuité. Fatuité : c’est là sans doute le trait principal du personnage, archétype du « politiquement correct », qu’il a décidé de nous jouer. 

    Justin, donc, arbore comme il se doit la panoplie du parfait gaucho-bobo : il est multiculturaliste, féministe, libertaire, promoteur des minorités, etc. Il cherche toujours à se faire remarquer : grand admirateur de Fidel Castro, il rend à la dépouille de ce dernier un hommage outrancier ; fasciné par l’islamisme, il se fait le défenseur de l’islamo-terroriste salafiste et « canadien » Omar Khadr. Il affiche un amour inépuisable pour les autres. Surtout s’ils sont afro-asiatiques (il les gratifiera alors d’un mot dans leur langue, voire de quelques pas d’une danse traditionnelle) ou « membres » de la communauté L.G.B.T.etc. (il arborera dans les Gay Pride des chaussettes ac-en-ciel) ; ou, encore mieux, s’ils sont migrants-immigrés-réfugiés (il accueillera 40 000 Syriens, se déplaçant en personne à l’aéroport pour distribuer des manteaux). Bref, un grand communicant « humaniste » qui sait soigner son image. 

    Cependant, si distiller sa petite moraline à tout le monde est chose relativement facile, faire de la politique, y compris étrangère, sur des bases morales, l’est beaucoup moins. M. Trudeau  est en train de l’apprendre à ses dépens.

    Il y a d’abord cette affaire de vente d’armes à l’Arabie séoudite : le Canada a critiqué la situation des femmes séoudiennes et la guerre menée par Ryad au Yémen, subi en conséquence les foudres et les mesures de rétorsion de Ryad ; mais M. Trudeau se montre plutôt embarrassé et pas vraiment décidé à aller jusqu’au bout c’est-à-dire à renoncer aux quinze milliards de dollars d’un contrat d’armements, sans compter les pénalités. Puis cette autre affaire de construction d’oléoducs, à travers Alberta et Colombie britannique, pour un « pétrole lourd et visqueux » particulièrement polluant et dangereux pour les populations autochtones : celui qui s’est fait le champion nord-américain des accords de Paris sur le climat refuse pour l’instant de renoncer à ladite construction, peut-être pour des raisons stratégiques. Et puis Il y a cette affaire de corruption : l’entourage le plus proche du Premier ministre est fortement soupçonné de collusion avec le géant SNC-Lavalin, groupe d'ingénierie canadien (dont le siège au Québec se confond il est vrai avec la circonscription de M. Trudeau), groupe lui-même accusé sur des bases solides des pires malversations avec la Libye de Kadhafi. 

    Voici donc notre gentil Justin en pleine tempête médiatique et politique. Les démissions se succèdent, notamment celles des deux ministres de la Justice et du Budget, Mmes Wilson-Raybould et Philpott, deux dames donc, dont une Amérindienne, et deux démissions pour des raisons « morales » : un comble ! Sa côte est du coup en chute libre : en moins de trois mois, elle est tombée de 44% à 33%. Comme l’écrit, de façon un peu sentencieuse, M. Castonguay, journaliste canadien : « Qui est élu grâce à son image périra par son image » (L’actualité, 7 mars). Certains même pensent que le gouvernement libéral ne survivra pas aux prochaines élections, le 21 octobre. On ne s’en plaindrait pas.

    http://lafautearousseau.hautetfort.com/archive/2019/03/10/la-chute-de-la-maison-trudeau-6134897.html

  • Jean Messiha : « Si ces manifestants se sentent de tout cœur avec ce qui se passe en Algérie, le plus efficace, c’est d’aller l’exprimer là-bas »

    ca283f88884c9a9b51238234ed9fe30c.jpg

    Des manifestations sont organisées en France pour protester contre la situation en Algérie. Réaction de Jean Messiha, qui analyse par ailleurs la situation en Algérie.

    http://www.bvoltaire.fr/jean-messiha-si-ces-manifestants-se-sentent-de-tout-coeur-avec-ce-qui-se-passe-en-algerie-le-plus-efficace-cest-daller-lexprimer-la-bas/

  • Le patron de Sud Radio demande au CSA de comptabiliser les interventions audiovisuelles de BHL sur le temps de parole de La République en Marche

    Voici un très intéressant courrier adressé par Didier Maïsto, PDG de Sud Radio, au Président du Conseil supérieur de l’audiovisuel.

    Monsieur Roch-Olivier Maistre
    Président
    Conseil supérieur de l’audiovisuel
    Tour Mirabeau
    39-43 quai André Citroën
    75739 Paris Cedex 15

    Paris, le 11 mars 2019

    Monsieur le Président,

    Qu’il me soit permis de solliciter votre attention sur deux points précis.

    1/ Les services de votre Conseil nous ont écrit la semaine dernière, dans le cadre de la campagne pour les élections européennes, afin que nous comptabilisions le temps de parole des intervenants favorables aux Gilets jaunes, dans l’éventualité d’une ou plusieurs liste(s) présentée(s) par ce mouvement social. Nous le ferons, bien que l’entreprise ne soit pas aisée, dans la mesure où 99% des Gilets jaunes ne souhaitent pas présenter de liste.

    Parallèlement, le 8 mars 2019, Monsieur Bernard-Henri Lévy, qu’on ne présente plus, a donné à Milan une première représentation de sa pièce de théâtre -il est seul sur scène durant 1h30- dans laquelle on peut notamment entendre mot pour mot ceci :
    “Les Gilets jaunes qui, à Paris, ne pensent qu’à casser du flic, du juif et du pédé”.

    Ces propos ont été relayés par la matinale de LCI le 9 mars à 8h10 et postés dans la foulée par la chaîne sur les réseaux sociaux. LCI a par ailleurs interviewé Monsieur Bernard-Henri Lévy, soutien revendiqué du président de la République et du mouvement La République en Marche, qui a déclaré, à propos de Monsieur Macron (sic) : “Sa tribune, elle a été accueillie je crois, ici, à Milan et en Italie, avec un immense soupir de soulagement”.

    Monsieur Bernard-Henri Lévy a ensuite confié à la chaîne qu’il démarrait une tournée européenne qui s’achèvera à Paris le 20 mai prochain, entièrement calquée sur le calendrier de la campagne des élections européennes, le tout en reprenant textuellement les éléments de langage du président de la République : “Progressistes contre populistes”.

    C’est la raison pour laquelle j’ai l’honneur de vous demander de bien vouloir comptabiliser la totalité des interventions audiovisuelles de Monsieur Bernard-Henri Lévy -y compris les extraits de son oeuvre “théâtrale” (qui en réalité n’est pas une fiction mais bien un discours de campagne assumé, et ce, en dépit de son aspect caricatural, diffamatoire et ordurier) sur le temps de parole deLa République en Marche.

    2/ Concernant l’extrait en question –“Les Gilets jaunes qui, à Paris, ne pensent qu’à casser du flic, du juif et du pédé”– je vous serais infiniment reconnaissant s’il vous était possible de le faire analyser par vos services, car selon moi il est clairement, absolument et définitivement une criante incitation publique à la haine, diffusée par une chaîne d’information de façon brute et sans précaution aucune en matière de maîtrise de l’antenne, qui plus est dans une période où notre pays a besoin d’apaisement et de concorde.

    Dans l’attente de votre réponse, je vous prie de croire, Monsieur le Président, à l’assurance de ma haute considération.

    Didier Maïsto P-dg de Sud Radio

    https://www.medias-presse.info/le-patron-de-sud-radio-demande-au-csa-de-comptabiliser-les-interventions-audiovisuelles-de-bhl-sur-le-temps-de-parole-de-la-republique-en-marche/105914/

  • Puisque la campagne européenne a commencé

    6a00d8341c715453ef0240a4442975200c-320wi.jpgÀ moins de 3 mois du scrutin, l'élection européenne de mai mériterait qu'on en parle d'une manière un peu plus conforme à la réalité.

    Les médias parisiens ne l'évoquent guère que sur le mode franco-français. Par convention, en effet, on raisonne dans l'Hexagone comme si, Napoléon ayant été vainqueur à Waterloo en 1815, le peuple qu'on disait encore dans mon enfance "le plus intelligent de la terre" pensait, et par conséquent se trouverait habilité à décider pour les autres. C'est dans cet esprit que, plus poliment que d'habitude en l'occurrence, plus courtoisement que lorsqu'il s'adresse à ses concitoyens, mais sans proposition concrète vraiment novatrice et convaincante, le chef de l'État français a entrepris d'écrire ce 4 mars à l'ensemble des électeurs de l'Union européenne.

    Les projections résultant de sondages doivent, dans ce cas plus que jamais, être considérées avec beaucoup de prudence.

    La marge d'erreur reste colossale.

    Mais, un peu comme la géométrie qui consiste à raisonner juste sur des figures fausses, on se permettra ici de se baser sur la dernière projection, certes discutable en date du 6 mars.[1]

    À cette lecture on croit comprendre deux choses : d'une part les listes nationales qualifiées de populistes (pouah) devraient réaliser une poussée, de l'Estonie à l'Andalousie.

    Elles pourraient passer à 80 eurodéputés contre 37 dans l'assemblée sortante.

    Précisons que cette projection, comme les suivantes, résulte d'une anticipation en fonction d'une "dynamique", car les enquêtes réalisées en mars ne donnent que 59 eurodéputés "populistes".

    Et, d'autre part le groupe de centre droit PPE est évalué en "dynamique" à 165, en recul de 52 par rapport à l'assemblée sortante, et après le départ du Fidesz hongrois de Viktor Orban. Même dans ces conditions le centre droit devrait quand même arriver en tête.

    La coopération serait compromise avec les socialistes (140, moins 47) qui reculent dans toute l'Europe.

    La grosse coalition socialo-conservatrice perdrait en effet 99 sièges. Elle a imposé son conformisme mou depuis 40 ans. Elle ne dispose plus d'une majorité qui permettait aux États d'imposer le candidat le plus effacé possible à la présidence de la Commission : Barroso de 2004 à 2014 ? Juncker depuis 2014, autant de mollusques.

    Le parti présidentiel français En Marche, bien qu'il n'ait pas encore désigné sa tête de liste, cherche à s'insérer parmi les libéraux-centristes de l'ALDE. Malgré l'appoint possible du Mouvement Cinq Étoiles italien cette alliance de la carpe et du lapin n'apparaît encore qu'en troisième position, avec une projection à 112 (+45).

    Même par conséquent si de telles hypothèses se révélaient exactes, toute la question resterait de savoir si la présidence de la Commission, conformément aux traités, reflète le résultat du vote des électeurs ou les négociations "au sommet" entre les 27 chefs d'États et de gouvernements.

    L'hypothèse du respect des électeurs reviendrait logiquement alors à imposer le candidat du centre droit. Il s'agit en l'occurrence de Manfred Weber. Issu des rangs des chrétiens sociaux bavarois celui-ci vient encore de rappeler que la Turquie n'a pas sa place en Europe et d'annoncer que s'il présidait demain la Commission les négociations d'adhésion seraient donc définitivement conclues par la négative [Sa phrase exacte est :"La Turquie ne peut pas être membre de l'UE. Si je deviens président de la Commission européenne, je donnerai instruction aux services à Bruxelles de mettre fin aux négociations avec la Turquie sur l'accession à l'Union européenne[1]". Je ne préjuge pas ici de sa sincérité. Je note simplement qu'il s'agit d'un rapprochement métaphorique avec les partisans d'une Europe plus identitaire] Une telle position tend, comme les déclarations de Laurent Wauquiez en France, à se rapprocher prudemment de l'électorat populiste. Elle contredit celles du chef de l'État français.

    À notre aussi que le parti conservateur allemand, par la voix de Annegret Kramp-Karrenbauer, dauphine désignée d'Angela Merkel, s'est clairement démarqué ce 9 mars des propositions d'Emmanuel Macron : "le centralisme européen, déclare-t-elle,l'étatisme européen, la mutualisation des dettes, l'européanisation des systèmes sociaux et du salaire minimum seraient la mauvaise voie."

    JG Malliarakis  

    Apostilles

    [1] cf. "Der europäische Föderalist" 
    [2] cf. Reuters du 6 mars 2019

    https://www.insolent.fr/2019/03/puisque-la-campagne-europeenne-a-commence.html

  • Algérie : une lourde révolte pour la France – Journal du lundi 11 mars 2019

     

    Algérie : une lourde révolte pour la France

    Des milliers de personnes descendent dans les rues en France contre Abdelaziz Bouteflika ! Alors que le président algérien est revenu à Alger dimanche, la contestation ne faiblit pas des deux côtés de la Méditerranée.

    Gilets Jaunes : un acte XVII qui suit la tendance

    A une semaine de la fin du grand débat national lancé par Emmanuel Macron, les gilets jaunes ont de nouveau battu le pavé, samedi. Malgré une baisse de la mobilisation, les gilets jaunes espérent toujours changer la donne

    Européennes : Le vrai départ approche

    A deux mois et demi du scrutin européen, le départ de la campagne semble poussif. Alors que l’essentiel des têtes de listes est désormais connu, la bataille devrait réserver encore son lot de surprises.

    l’Actualité en bref

    https://www.tvlibertes.com/algerie-une-lourde-revolte-pour-la-france-journal-du-lundi-11-mars-2019

  • Berlin à Macron : je garde ce qui est à moi mais je veux bien ce qui est à toi

    Berlin à Macron : je garde ce qui est à moi mais je veux bien ce qui est à toi

    Annegret Kramp-Karrenbauer, présidente de la CDU, a répondu à la tribune européiste d’Emmanuel Macron. L’article est en français sur le site de la CDU. On peut y lire :

    […] L’UE devrait à l’avenir être représentée par un siège permanent commun au Conseil de sécurité des Nations Unies. Parallèlement, nous devrions mettre en place un Conseil européen de sécurité intégrant les Britanniques pour y adopter des positions de politique extérieure communes et organiser notre action commune en matière de politique de sécurité. D’ailleurs, en Allemagne aussi, un Conseil de sécurité national destiné à élaborer des directives stratégiques et à coordonner les politiques en matière d’affaires étrangères, de sécurité, de défense, de développement et de commerce extérieur est également une idée intéressante.

    Dès à présent, l’Allemagne et la France travaillent ensemble au projet d’un futur avion de combat européen, et d’autres nations sont invitées à les rejoindre. La prochaine étape pourrait consister en un projet hautement symbolique, la construction d’un porte-avions européen commun, pour souligner le rôle de l’Union européenne dans le monde en tant que puissance garante de sécurité et de paix.

    Nous devons aussi créer de nouvelles perspectives supplémentaires avec et pour l’Afrique. Dans l’intérêt des Africains comme dans notre propre intérêt, il nous faut établir un partenariat stratégique d’égal à égal.Concrètement, un tel partenariat peut aussi signifier que l’ouverture de notre marché aux produits agricoles africains et la baisse des règlementations et des subventions dans ce domaine ne doivent plus être des sujets tabous. […]

    Cela a le mérite d’être clair : l’Allemagne lorgne sur le siège de la France au Conseil de sécurité de l’ONU, sur l’industrie navale française (après avoir absorbé en partie l’industrie aéronautique avec Airbus et le nouveau projet d’avion de combat européen, et l’industrie terrestre), et sur l’Afrique où la France est présente et même déployée…

    https://www.lesalonbeige.fr/berlin-a-macron-je-garde-ce-qui-est-a-moi-mais-je-veux-bien-ce-qui-est-a-toi/

  • Politique & Eco n° 206 – Brexit : GB touchée, UE coulée ? avec le Pr Jean-Claude Werrebrouck

     Olivier Pichon reçoit le Pr Jean-Claude Werrebrouck professeur (h) à l’université de Lille et membre du G 21 et de l’association Pomone.

    1. L’UE un OJNI (objet juridique non identifié)

    – L’Europe, les passagers clandestins(les états) et les barreurs (les maîtres de l’économie)
    – L’UE est pour l’instant régie par des traités internationaux
    – Cela implique la coopération non la subordination
    – D’où la règle de l’unanimité
    – Lisbonne : un traité volé à la souveraineté populaire
    – La Grande-Bretagne : un pied dans le monde (anglo- saxon), un pied en Europe
    – La City, deuxième place financière mondiale, reste favorable à l’UE
    – Le Problème aigu de l’Irlande et de la frontière
    – Budget européen, probabilité réduite
    – L’Allemagne n’est pas là pour payer mais pour gagner
    – Ce désir français de l’universel qui néglige le particulier
    – Victor Hugo : »adieu nation, bonjour humanité », le rêve éveillé de Macron
    – La France sur la route de la servitude volontaire en raison de « ses grands principes »

    2. De sérieuses pertes de patrimoine industriel pour la France

    – Le sud en voie d’affaiblissement
    – Industrie en péril, même l’Italie du nord
    – Quand la Grèce avait une (petite) industrie, c’était avant l’Euro
    – France : après les pertes d’industrie de manufactures (habillement, métallurgie), on arrive dans le dur
    – L’exemple de l’armement : toute la chaîne industrielle complète désormais menacée
    – L’Allemagne a un % de son PIB consacré à l’armement supérieur à la France
    – Le successeur du Rafale ne sera pas français
    – Après Alsthom, Péchiney, Dassault ?
    – Les retards d’Ariane 6 expliqués par les discussions « européennes »
    – L’idéologie d’une souveraineté européenne est une utopie dangereuse et peu sérieuse
    – L’arme nucléaire ne se partage pas
    – Brexit : celui-qui part doit souffrir, comment Barnier « savonne » la planche pour les Britanniques
    – L’Allemagne, en difficulté, en passe de se raidir plus que de s’assouplir
    – Ces pays d’Europe sans l’euro : un niveau de prospérité supérieur aux autres qui sont dans l’euro

    3. L’Euro et l’économie européenne, perdants et gagnants

    – La prospérité britannique aujourd’hui
    – Les approvisionnements en question, les douanes, les flux de camion, le juste à temps
    – Un processus lent de démondialisation : le lien entre la croissance du commerce international et la croissance du PIB n’est plus établi
    – GB : 30 millions de T d’objets manufacturés importés, 20 millions exportés
    – L’Allemagne sera affectée par le Brexit. Elle a besoin de la City
    – La livre est attractive, délocalisations possibles vers la GB
    – L’Euro, un verrou de trop
    – Le risque italien, le sort de l’euro passe par Rome
    – Le retour des effets Mefo, une émission de monnaie autonome pour l’Italie
    – Et la France ? En s’appuyant sur l’article 16 de la Constitution, le gouvernement de la France pourrait mettre fin à l’euro
    – Où l’on apprend par l’agence France Trésor que l’or et les réserves de devises sont encore classées par pays
    – Draghi, docteur honoris causa de l’université de Bologne y prononce un discours délirant sur la souveraineté européenne
    Discours repris intégralement par toute la presse française. Question : qui finance ces journaux ?

    https://www.tvlibertes.com/politique-eco-n-206-derriere-le-brexit-lebranlement-de-toute-lue-avec-le-pr-jean-claude-werebrouck

  • JEUDI PROCHAIN SUR RADIO LIBERTÉS : L'ÉMISSION "SYNTHÈSE" AVEC LE ROMANCIER GILLES COSSON

    RL 102 2019 03 14 G COSSON.jpg

     

    LES PRÉCÉDENTES ÉMISSIONS CLIQUEZ ICI

  • Immigration. Quel impact sur le marché du travail ?

    immigration-marche-travail-impact-588x330.jpg

    L’immigration que la France connait de façon croissante n’a pas que des conséquences sur son peuplement et sa composition culturelle. Elle a des impacts concrets sur le marché du travail.

    Alors que l’économie du pays stagne depuis plusieurs années, le recours massif aux travailleurs étrangers, qu’ils soient issus de l’Union européenne ou de pays tiers, aboutit à restreindre le nombre de postes accessibles aux autochtones et tire à la baisse les rémunérations. L’augmentation du nombre d’expatriations de français pourrait bien être le symptôme de la substitution d’une partie croissante de travailleurs français par des travailleurs étrangers.
    Le travail détaché : le dumping social organisé

    Le principe de libre circulation des biens et des personnes dans les pays de l’union européenne concerne aussi le monde du travail. Il trouve une traduction dans la possibilité pour les entreprises de détacher temporairement des salariés pour travailler dans un autre pays européen que celui où elles sont basées. Destiné à faciliter la mobilité des travailleurs, le détachement est devenu une véritable aubaine dans certains pays.

    Un des intérêts du recours au travail détaché – outre des formalités allégées par rapport à l’expatriation – vient du fait que les cotisations sociales continuent à être payées dans le pays d’origine. Un récent rapport parlementaire parlait pudiquement à ce sujet d’un « avantage économique réel » (1). La France figurant parmi les pays ayant les cotisations sociales les plus élevées en Europe (2), le travail détaché y est en plein essor. La Cour des comptes constatait en 2016 (3) que « la France apparaît comme le deuxième pays d’accueil de travailleurs détachés (..), largement après l’Allemagne ». L’augmentation du nombre de travailleurs détachés en France est vertigineuse : de 7 500 en 2000, ils sont passés à 517 000 en 2017 (chiffres 2018 non connus à ce jour) (4).

    Outre le manque à gagner en termes de cotisations sociales, c’est tout un tissu de petites et moyennes entreprises qui est menacé, en particulier dans le secteur du bâtiment et des travaux publics (5). Ce sont autant d’emplois qui ne pourront pas être pourvus par des artisans et des salariés français.

    Le phénomène a pris une telle ampleur qu’en 2016, le gouvernement Valls a menacé de ne plus appliquer la directive sur les travailleurs détachés (6). Le Premier ministre de l’époque n’avait pas de mots assez durs pour fustiger le dumping social « insupportable » et le fait que les cotisations sociales des travailleurs détachés n’abondaient pas les caisses de la sécurité sociale.

    Résultat d’un compromis entre pays européens, une nouvelle directive sur le travail détaché a été adoptée en juin 2018. Elle vient d’être transposée en France par ordonnance (7). La « victoire » du président Macron dans la négociation de cette directive, annoncée par certains organes de presse à l’époque (8), a un goût amer : les mesures concernant la rémunération versée aux salariés et la limitation de la durée du détachement devraient avoir peu d’impact. D’une part, car elles ne correspondent pas à la réalité du travail détaché (en terme de salaire versé et de durée moyenne des prestations)(9). D’autre part car elles ne mettront pas un terme à l’intérêt économique de recourir à ce type d’emplois.

    Pire, sous la pression de pays d’où sont issus de nombreux travailleurs détachés exerçant en France, le projet de taxe que devaient payer les entreprises ayant recours à ce type de prestation a été abandonné en rase campagne (10). Le dumping social a encore de beaux jours en France, avec son corollaire, la destruction d’emplois…
    L’immigration de travail extra-européenne : braconnage de compétences et rémunération en berne

    En dépit du chômage de masse que connait la France, de plus en plus de travailleurs extra européens viennent travailler en France. Le nombre de premiers titres de séjour délivrés pour le travail a en effet triplé depuis 2007 (11). De 11 000 nouveaux titres de travail délivrés cette année-là, on passe à 32 800 en 2018. Le gouvernement Philippe accompagne, voire accélère, la tendance à la hausse que l’on observe depuis plusieurs années.

    La Loi asile et immigration adoptée en 2018 par les députés En marche en est un exemple. Elle élargit de façon significative les critères d’accès au marché du travail français aux extra-européens(12). Des titres de travail peuvent notamment être octroyés aux étrangers « participant au développement économique, à l’aménagement du territoire et au rayonnement de la France » et aux demandeurs d’asile.

    Le marché du travail des cadres est particulièrement concerné par la concurrence entre salariés nationaux et étrangers. Si une tension sur ce marché a été observée ces derniers temps (13), la volonté « d’attirer des talents étrangers en France » pour y faire face n’est pas sans conséquence. Elle se traduit par :

    – La chasse aux compétences à l’étranger, notamment au Maghreb. Cette pratique amène un journaliste marocain à parler de braconnage (14). L’afflux d’ingénieurs maghrébins, en particulier dans le secteur informatique, pourrait bien être la conséquence de la politique salariale des entreprises françaises, qui s’adaptent aux nouvelles « règles du jeux » posées par les pouvoirs publics.

    Face à des rémunérations peu attractives, on trouve d’un côté des cadres et des jeunes diplômés français qui ne veulent pas dévaloriser leurs qualifications, et de l’autre, des jeunes étrangers, moins regardants sur le salaire, dont le travail en France est autorisé pour certains métiers. On vous laisse deviner l’issue de cette concurrence. Les conséquences sont tangibles au Maghreb, avec une fuite des cerveaux vers l’Europe, qui ruine l’effort de formation fait par ces pays.

    On trouve là une illustration de ce que développe Paul Collier, un universitaire anglais (15) dans un ouvrage récemment traduit en France : l’immigration, « loin d’être une chance, (…) fragilise l’Europe et appauvrit l’Afrique ».

    – Une tension à la baisse sur les salaires. La possibilité de recruter des salariés peu exigeants en termes de rémunération a un impact sur les salaires « proposés » en France. Des baisses des rémunérations des postes les plus qualifiés sont même observées depuis plusieurs années (16). Les postes moins qualifiés ne sont pas en reste.

    Cette situation aboutit à ce que de plus en plus de français s’expatrient, attirés par un meilleur salaire à l’étranger. Selon les dernières estimations, ils seraient 2,5 millions à vivre en dehors de nos frontières. Un chiffre en augmentation de 5% par an(17).

    Sous la pression à la baisse du coût du travail, c’est une substitution partielle de salariés sur le marché du travail qui a lieu sous nos yeux, accompagnée, voire promue, par les politiques libérales et « progressistes ». C’est aussi un changement de population et de culture.

    Le travail clandestin : des régularisations facilitées

    Une autre forme de concurrence avec les travailleurs français vient du travail non déclaré réalisé par des étrangers. Les effets sur le marché du travail sont là encore négatifs : les entreprises françaises employant régulièrement leurs salariés et payant leurs cotisations sociales subissent une concurrence déloyale. C’est également un manque à gagner en termes de recettes fiscales, sociales, etc.

    Si le travail réalisé par les étrangers sans titre organise une concurrence déloyale, c’est aussi un moyen pour les étrangers en situation irrégulière… d’être régularisés ! « L’admission exceptionnelle au séjour » est ainsi accordée chaque année à plusieurs milliers d’étrangers sur la base d’une activité professionnelle réelle mais non déclarée (18). Ce type de mesure, comme le travail détaché et l’ouverture toujours plus grande du marché du travail aux étrangers, est prise sous la pression des institutions européennes (19).

    Pendant ce temps, le chômage en France reste à un niveau très élevé(20). Le nombre de chômeurs de longue durée continue sa progression. Comme si ceux-ci étaient désormais considérés comme un stock incompressible composé d’individus inemployables. La population jeune n’est pas en reste : l’OCDE estime à 2,8 millions le nombre de jeunes en France qui ne sont ni en emploi, ni en formation. Parmi eux, 40% seraient issus de l’immigration (21). Dans ces conditions, l’ouverture toujours plus grande du marché du travail français et la pression à la baisse sur les rémunérations ne sont pas sans risque. La révolte des gilets jaunes et la montée des partis dits populistes pourraient bien en être une illustration.

    Paul Tormenen

    Texte repris du site Polémia

    (1) « Rapport d’information sur le détachement des travailleurs au sein de l’Union européenne ». Assemblée nationale. 19 octobre 2017.

    (2) « Salaires et coût du travail en Europe ». Insee. 2017.

    (3) « La lutte contre la fraude au travail détaché ». Cour des comptes. 2019.

    (4) « Travailleurs détachés, combien sont-ils ?». Le Figaro, 12 février 2017.

    (5) « Rapport d’information sur la proposition de directive relative à l’exécution de la directive sur le détachement des travailleurs ». Assemblée nationale. 29 mai 2013.

    (6) « La France menace de plus appliquer la directive sur le travail détachés ». Challenge. 4 juillet 2016.

    (7) Ordonnance 2019-116 du 20 février 2019 concernant le détachement de travailleurs effectué dans le cadre d’une prestation de services.

    (8) « Travailleurs détachés, la victoire de Macron ». Libération. 24 octobre 2017.

    (9) « Ordonnance Travail de transposition de la directive du 28 juin 2018 sur le détachement du salarié ». Hervé Guichaoua. 23 février 2019.

    (10) « Le gouvernement abandonne la taxe sur le travail détaché ». BFM TV. 20 décembre 2017.

    (11) « L’admission au séjour. Les titres de séjour ». Ministère de l’intérieur. 15 janvier 2019.

    (12) « Etude d’impact de la loi asile et immigration ». Assemblée nationale. 20 février 2018.

    (13) « 2019, vers un nouveau record pour l’emploi des cadres ». La Tribune. 20 février 2019.

    (14) « Pénurie d’informaticiens en France : la chasse aux compétences maghrébines tourne au braconnage ».Chankou.overblog. 22 février 2019.

    (15) « ‘L’émigration permanente vers l’Europe prive l’Afrique de ses jeunes les plus brillants’. » Le Figaro. 15 février 2019. Voir également l’article sur le livre « Exodus » sur le site de Michèle Tribalat.

    (16) « Emplois, rémunérations, les diplômés des grandes écoles moins bien lotis qu’on le croit ». Capital. 16 juin 2015.

    (17) « L’expatriation des ingénieurs, un phénomène croissant ». Jobingénieur.« Hausse du nombre d’expatriés français ». RFI. 10 mars 2017.

    (18) « Plan caché de régularisation de sans-papiers : de quoi s’agit-il ? ». Le Figaro. 19 avril 2018.

    (19) « Le recrutement des travailleurs immigrés. France 2017 ». Page 300. OCDE.

    (20) « Chômage: Le nombre de demandeurs d’emploi a baissé de 1,1% au quatrième trimestre ». 20 minutes. 25 janvier 2019.

    (21) « En France, 40% des jeunes sans emploi sont issus de l’immigration ». Valeurs actuelles. 21 janvier 2019.

    https://fr.novopress.info/213878/immigration-quel-impact-sur-le-marche-du-travail/

  • La gauche, l'islamisme et leur mystère

    6a00d8341c715453ef0240a4438b17200c-320wi.jpgLa dernière édition de Valeurs actuelles,[1] titrait la semaine écoulée, sur les islamo-gauchistes. L'hebdomadaire conservateur enquête en effet "chez les anti Finkielkraut au cœur d'une dérive française".  Et il mettait en exergue trois représentants emblématiques de cet islamo-gauchisme : Hamon, Plenel et Ramadan. Une telle plongée devrait ouvrir les yeux de tous ceux qui, en toutes circonstances, mettent en accusation et désignent pour méchants du film, les populistes (pouah !), les nationalistes, coupables de tous les maux.

    Le mariage de la gauche et de l’islamisme ne produit pas seulement des attitudes absolument indignes, il relève de l’absurdité.

    Absurde en effet, du moins en apparence, ce paradoxe, l'un des plus surprenants du spectre politique européen. Il peut être appelé à juste titre l'islamo-gauchisme. L'expression ne détonne même plus.

    Sans appartenir en rien à la vieille gauche, on peut sans trop de polémique la créditer d'un complexe à la fois laïc, égalitaire, à prétention scientifique, tourné vers ce que les réactionnaires considèrent comme une illusion : le progrès.

    L'islamisme au contraire, sous aucun de ces aspects, n'adhère à de telles références.

    La sacro-sainte laïcité devrait naturellement s'opposer à tout ce qu'enseignent les différentes écoles théologiques et jurisprudentielles coraniques. La religion y inspire chaque chose. Elle se mêle de chaque action, s'insinue dans la moindre pratique, si possible en imitant le comportement supposé du fondateur, il y a quelque quatorze siècles[2]. Les hiérarchies sociales, familiales, conjugales, lui paraissent immuables, dictées par des lois divines.

    Tous ceux qui voudraient, à l'instar des Occidentaux, faire de la Science ou bien un absolu, ou bien une réalité que les écritures sacrées ne sauraient préempter, paraissent, au musulman pieux, des chiens d'infidèles. Quant à l'évolution du monde vers une sorte d'aimable un point oméga, téléologie implicite et optimiste de toutes les gauches, voilà qui paraît, là aussi, aux croyants de l'islam au mieux une billevesée, au pire un blasphème. La fin des temps ne se révélera pas au terme de jours meilleurs mais au contraire dans le chaos et la douleur.

    L'incompatibilité des deux visions du monde paraît totale.

    Et pourtant, tous les jours, ce sont bien des gens classés à gauche qui font mine de prendre parti, en Europe, pour accorder plus de places aux adeptes de l'islam.

    À divers égards, on peut penser qu'il s'agit d'une simple tactique électorale. Dans la politologie américaine, le parti démocrate fédère les voix des minorités ethniques.

    Cela s'est progressivement installé aussi bien en France.

    Le progrès économique a privé les partis marxistes de leur clientèle prolétarienne d'autrefois. Le parti communiste en est réduit en France à des pourcentages de misère, y compris dans ses vieux bastions rouges. Quant aux socialistes, il y a bien longtemps que son problème a pu être dénoncé comme un complexe de "prolophobie". L'expression semble avoir été inventée par un conseiller en communication de l'équipe Hollande[3]. Sa clientèle ne se situe même plus dans les fiefs résiduels de la CGT, chez les personnels à statut, mais dans les couches moyennes de la fonction publique. Le mythe, le soupçon antiraciste, a pu bénéficier au second tour, pendant un quart de siècle aux politiciens socialistes. Ce fut toute l'habileté d'un Mitterrand de dessiner un échiquier à partir des années 1980, puis de la campagne de SOS Racisme.

    Depuis, la pratique quotidienne a sans doute détruit, au bout de quelque 30 ans, une part de cette mythologie antiraciste auprès des populations qu'elle ne parvient plus à rassembler que du bout des lèvres, au second tour.

    Mais la gauche du nouveau monde, de plus en plus, est bel et bien devenue le parti des complaisances pour l'islamisme et pour tous ses corollaires, les bandes voyoucratiques de casseurs et de pillards, les trafics de drogue, l'antisémitisme des banlieues mais aussi les profanations quotidiennes, impunies et ignorées des médias, des églises et des cimetières chrétiens.

    Cette gauche du nouveau monde est ainsi devenue le parti de la destruction méthodique du pays et de l'Europe.

    JG Malliarakis  

    Apostilles

    [1] Numéro 4298 du 28 février au 6 mars
    6a00d8341c715453ef0240a490dc9a200b-120wi.jpg[2] cf. "Qui était Mahomet" par Henri Lammens.
    [3] cf. article "Il faut chasser des instances du PS les réflexes de prolophobie". François Kalfon, secrétaire national du PS aux études d'opinion, retrace la relation du parti aux électeurs populaires et analyse la situation actuelle.

    https://www.insolent.fr/2019/03/la-gauche-lislamisme-et-leur-mystere.html

  • Pour Nicolas Gauthier, de Boulevard Voltaire, Jean-Pierre Stirbois était le précurseur du RN actuel...

    2018 12 JPS FLYER.jpg

    Nicolas Gauthier, Boulevard Voltaire cliquez ici

    Il y a maintenant plus de trente ans, un funeste 5 novembre 1988, Jean-Pierre Stirbois perdait la vie dans un accident de voiture. Même si le statut de numéro deux n’a jamais officiellement existé au Front national, il l’était de fait, en sus d’être la cheville ouvrière historique du mouvement lepéniste. Poursuivant leur travail de remise à l’honneur des divers courants dissidents du siècle dernier, les Cahiers d’histoire du nationalisme ont consacré un essai des plus fouillés à cette figure politique aujourd’hui un peu oubliée.

    Si l’intérêt de cet ouvrage consiste évidemment à avoir été rédigé par des témoins de l’époque, compagnons de militantisme pour la plupart, il réside aussi en ce fait voulant que l’on puisse, une fois encore, constater que l’Histoire n’est souvent rien d’autre qu’un éternel recommencement. Ainsi, l’homme qui contribue largement à professionnaliser l’ancêtre de l’actuel Rassemblement national met-il déjà l’accent sur ces deux axes majeurs que sont l’implantation locale et la nécessaire dédiabolisation de la formation en question. Nous sommes en 1983 ; comme quoi, rien de bien neuf sous le soleil.

    L’implantation, c’était banal. Mais la dédiabolisation, ça l’était moins, ce, d’autant plus que Jean-Pierre Stirbois n’a rien d’un bourgeois soucieux de sa bonne réputation : il vient de la droite activiste et non point de celle des salons. L’Histoire est ironique, puisque ce sont généralement ses anciens fidèles qui reprocheront ensuite à une Marine Le Pen de mettre en œuvre cette même dédiabolisation. Autre paradoxe : cet homme, on l’a vu, issu de la radicalité, est le premier à chercher des alliances vers une droite plus traditionnelle. Ce qu’il fait avec succès à la mairie de Dreux, en 1983, en concluant une alliance de circonstance avec le RPR. Trois ans plus tard, il est encore l’un des maîtres d’œuvre du Rassemblement national première manière ; soit cette union avec les droites centriste et gaulliste ayant permis au Front national de constituer un groupe parlementaire de trente-cinq députés élus à la proportionnelle.

    Pareillement, il a souvent été fait grief à Marine Le Pen de se « gauchiser » avec un programme économique dont la coloration serait à la fois trop sociale et étatique. Pourtant, elle ne fait ici que revenir aux fondamentaux historiques du Front national. Ainsi Jean-Pierre Stirbois vient-il du Mouvement jeune révolution ; mouvement qui prône une doctrine solidariste dont le maître mot, « Ni banques ni soviets », laisse augurer d’une feuille de route n’ayant que peu à voir avec le « thatchero-reaganisme » de ce mouvement, à l’orée des années 80.

    Le journaliste Francis Bergeron, du quotidien Présent, et qui fit partie de la très méconnue aventure solidariste, rappelle ainsi : « Historiquement, le solidarisme développait un discours au fond assez centriste ou social-chrétien, bâti notamment par les réformistes russes et antisoviétiques, dans les années trente, une troisième voie. […] En France, le politicien radical et franc-maçon Léon Bourgeois avait posé les bases d’un solidarisme. […] Il est considéré comme le précurseur de la théorie de l’État-providence, qui fit les beaux jours des pays scandinaves, même s’ils furent atteints de fiscalisme confiscatoire, avant qu’ils ne soient noyés sous la déferlante migratoire. »

    De même, on se souviendra que, lorsque Marine Le Pen accéda à la présidence du Front national, il lui a aussi été fait reproche de « bazarder » certains « fondamentaux » d’ordre moral, la « remise en cause de l’IVG » au premier chef. On constatera que ces thèmes sociétaux brillaient par leur absence dans le programme lepéniste d’alors. Invoquer la tradition d’une formation politique, c’est bien ; la connaître, c’est mieux encore.

    Alors, Marine Le Pen, fille spirituelle de Jean-Pierre Stirbois ? Les auteurs de ce passionnant ouvrage ne vont certes pas jusque-là. Il n’empêche que certains parallèles, à quelques décennies de distance, demeurent pour le moins troublants.

    Pour acheter ce Cahier d'Histoire du nationalisme sur Jean-Pierre Stirbois cliquez ici

    http://synthesenationale.hautetfort.com/archive/2019/03/11/pour-nicolas-gauthier-de-boulevard-voltaire-jean-pierre-stir-6134906.html

  • “Leur” Europe et celle de Guillaume Faye

    europe-tableau-Delecluze.jpgL’agence européenne chargée de la sécurité des réseaux et de l’information (ENISA) entend prendre toute sa part dans cette nouvelle mission sacrée consistant à lutter contre les fakes newsfausses nouvelles et autres infox qui menaceraient la pérénité de la doxa progressiste et bruxelloise et qui seraient de nature à entacher la validité des scrutins électoraux. Dans cette optique, l’ENISA a appelé à la mise en place de législations dans chacun des pays de l’UE. Une préoccupation relayée par l’ancien Premier ministre belge, Guy Verhofstadt, qui préside au parlement européen l’Alliance des libéraux et des démocrates pour l’Europe (ALDE). «Notre démocratie et l’intégrité des prochaines élections sont en jeu. Une régulation est indispensable » a déclaré ce dernier. Propos approuvés par Stanislas Guerini, patron de LREM, pour qui le RN est un vecteur « fausses informations sur le sujet européen», et qui voit dans l’ALDE « un allié naturel ». On a certes les amis qu’on mérite… Infox qui étaient au coeur des préoccupations des Assises du journalisme dont la 12e édition se déroulait à Tours cette fin de semaine, en présence du ministre de la Culture, ex LR rallié au macronisme Frank Riester.

    A cette occasion un sondage Viavoice a été diffusé et relayé par le JDD sur la perception des médias par nos compatriotes. Une enquête qui pointe l’incertitude des Français sur la fiabilité des informations auxquelles ils ont accès avec la montée en puissance continue des réseaux sociaux et d’internet comme vecteurs de diffusion de nouvelles et d’analyses. «85% des sondés pensent qu’aujourd’hui, il y a de plus en plus de rumeurs ou de fausses informations sur Internet et les réseaux sociaux ; 72% qu’il est de plus en plus difficile de distinguer le site d’un média sérieux relayant de vraies informations, et des sites relayant toutes sortes d’informations non vérifiées. » Ils sont 66% à «(attendre) en priorité des médias qu’ils vérifient les informations fausses, les rumeurs, la désinformation (+5 points par rapport à 2018)», 56% estiment que « le journalisme doit être en priorité un intermédiaire entre pouvoir et contre-pouvoir »

    Pour autant, les critiques sur les gros médias institutionnels pleuvent : «63% des Français, médias et journalistes disent tous la même chose ou presque (…).  Pour 77% des sondés, les médias privilégient toujours les informations sensationnelles ou la violence quand 72% pensent que les médias ne donnent pas la parole à tous les points de vue de manière équitable. 70% estiment que les contenus des médias sont influencés par leurs actionnaires qui les financent tandis que 66% pensent que les contenus des médias sont influencés par les personnalités politiques au pouvoir puisque c’est en partie l’Etat qui les finance. 64% disent que les journalistes sont trop proches du pouvoir et des élites politiques et économiques. »   Ce constat, ce sentiment,  a-t-il  poussé certains Gilets jaunes très remontés  à s’introduire samedi à Tarbes dans un temple maçonnique appartenant à la secte  du Grand Orient de France (GODF)Une effraction qui a donné l’occasion à Christophe Castaner, lui aussi expert en fake news, de se livrer à son triste numéro d’amalgame habituel sur twitter avec sa finesse légendaire : «Après les juifs, les francs-maçons… Quand la bêtise rivalise avec l’intolérance la plus crasse.»

    En fait d’intolérance, Jérôme Bouvier, président de Journalisme & Citoyenneté et organisateur de ses Assises du journalisme faisait part de ses inquiétudes: «Les médias :tous les mêmes? Si l’on accepte l’idée que 35.000 journalistes parlent d’une même voix, que des milliers de médias disent la même chose, comment s’étonner que l’on puisse ensuite faire siffler le parti des médias dans les meetings politiques? ». Il est vrai que cette même enquête relève que «72% des Français pensent que certains responsables politiques ont une part de responsabilité dans cette violence à l’égard des journalistes, en instrumentalisant la colère des gens, ils sont même 15% (et 8% des sondés ne se prononcent pas) à  comprendre les agressions de journalistes. »

    La fronde des Gilets Jaunes est bien évidemment passée par là, sachant que «53% des Français estiment que la plupart des médias ont mal couvert le mouvement des Gilets jaunes» (35% des sondés estiment les médias ont davantage donné la parole à l’exécutif ). Les violences ont été encore nombreuses lors de cet Acte XVII de la mobilisation et elles n’ont pas toujours retenu l’attention des JT. C’est là où l’utilité des réseaux sociaux, des sites alternatifs se révèle: ils obligent au moins les gros médias à ne pas faire totalement l’impasse sur une réalité que les bailleurs de fonds et les soutiens de la macronie ne souhaiteraient pas forcément voir étaler au grand jour.

    C’est d’ailleurs un lanceur d’alerte qui ne craignait pas d’exposer une critique radicale du Système qui nous a quittés la semaine dernière en la personne de Guillaume Faye. Paix à son âme, Sit tibi terra levis. Né en 1949, essayiste, intellectuel de la Nouvelle droite, membre du GRECE jusqu’au milieu des années 80, célébré ces dernières années par le mouvance identitaire dont il était une référence,  son poids dans   le débat des idées a été souligné aussi bien par le politologue Stéphane François dans un article publié sur le site d’extrême gauche antifa La Horde,  que sur celui en toute logique de novopress.

    Nous ne partagions pas, note Bruno Gollnisch,  toutes les vues et analyses de Guillaume Faye, héraut de la nation européenne, mais le FN l’avait reçu dans le cadre d’un colloque au début des années 2000. Les préoccupations qui étaient celles de l’auteur de L’Archéofuturisme et de La colonisation de l’Europe sur les conséquences de l’invasion migratoire ne nous étaient pas totalement étrangères. Nous l’avions cité à plusieurs reprises sur notre blogue et nous partagions notamment son procès du « réalisme » des politiciens de l’Etablissement, qu’il opposaitil y a quarante ans, dans son  Nouveau discours à la nation européenne , au volontarisme de ceux qui luttent contre le déclin de notre pays, de notre civilisation. La défense du réel, n’est pas en effet le réalisme des démagogues …

    « La fausse sagesse des réalistes écrivait-il, habillée d’une compétence et d’un savoir imaginaires, est bien la plaie de notre époque. Rien de plus pratique pour ne pas agir et ne pas exercer sa décision, sa volonté, son choix que d’évoquer la sagesse, la prudence, la compétence, que de laisser faire le temps. Or le temps joue toujours contre l’homme (…). Le réalisme : grand argument des irréalistes et des faussaires (…). Seuls les vaincus sont réalistes, mais au fond d’eux-mêmes, ils savent bien que le réalisme en politique, ce n’est que le mot poli pour lâcheté. »

    Il disait vrai quand il rappelait que « le risque majeur qui pèse sur l’Europe » provient de la conjonction de  «deux facteurs»: «une pression migratoire gigantesque en provenance majoritaire d’Afrique corrélée à une dénatalité et à un vieillissement démographique considérables de l’Europe (…). S’il se poursuit, ce déclin démographique de l’Europe sera synonyme de déclassement économique, de paupérisation, de perte d’influence et de puissance.» « La démographie détermine l’histoire et oriente le destin des peuples et des États. Plus encore que les évolutions politiques, idéologiques, religieuses. La démographie est l’infrastructure principale et non pas l’économie (position marxiste et libérale). Les menaces catastrophiques sur l’identité européenne, par exemple, avec l’immigration et l’islamisation incontrôlées, relèvent de la démographie.»

    Il parlait d’or également, quand il s’inquiétait du soft génocide en cours en France et dans nos nations européennes, par l’utilisation d’agents corrosifs  qu’il exposait en les détaillant : «Encourager l’immigration», «Favoriser l’islamisation», «Appauvrir et taxer les classes populaires et moyennes autochtones», «Mener une politique antifamiliale et antinataliste», «Pratiquer la discrimination positive», «Assurer l’impunité judiciaire des délinquants d’origine étrangère», «Détruire la transmission culturelle dans l’Éducation nationale», «Réprimer et punir tous les résistants à l’idéologie dominante»…

    Dans  L’Archéofuturisme, paru il y a 21 ans, Guillaume Faye expliquait aussi  en quelques lignes les vraies raisons de l’hostilité des partis du Système au FN.

    Le FN expliquait-il, « est un empêcheur de tourner en rond. Il brise en la dévoilant et en ne la pratiquant pas la règle du jeu de la classe politique, c’est-à-dire le carriérisme appuyé sur le pacte gauche-droite. Il fait de la politique là où il était convenu qu’on fit des affaires. Il a des idées et pousse au débat, là où est entendu que les idées sont dangereuses (parce qu’elles divisent et réveillent l’esprit du peuple) et qu’on ne remet pas impunément en cause un système fondé sur la décérébration du peuple par les élites de la société du spectacle. Il exige du pouvoir des solutions concrètes aux difficultés pratiques, là où il semblait évident qu’un gouvernement doit communiquer et manœuvrer pour être réélu et non pas  réussir pour convaincre. Il rompt la loi du silence en osant révéler une vérité sociale et politique catastrophique ».

    Bref, « le FN est diabolisé, non point pour d’hypocrites raisons morales, mais parce qu’il est trop démocratique et trop politique, parce qu’il menace directement la carrière de politiciens influents, de partis institués, de lobbies les plus divers, par le danger permanent qu’il fait peser de convaincre le peuple ».

    Propos qui n’ont rien perdu de leur pertinence et que certains seraient bien inspirés de méditer, quand bien même, comme tout outil humain, le FN/RN n’est pas parfait.

    https://gollnisch.com/2019/03/11/leur-europe-et-celle-de-guillaume-faye/

  • Mathieu Bock-Côté : « Vive la France de Luchini ! »

    3589888957.jpg

    CHRONIQUE - Qui passe par un spectacle de Luchini n'en sort pas écrasé mais au contraire avec le sentiment d'être un peu plus intelligent. C'est bien la preuve que nous sommes en compagnie d'un grand maître. [Le Figaro, 8.03]. Mais Bock-Côté va plus loin lorsqu'il dénonce « la bêtise des modernes » et plaide pour la redécouverte de la beauté. N'oublions pas qu'au fond de notre engagement politique, il y a cette motivation et cette quête. LFAR 

    « La modernité peut abrutir l'homme, elle peut l'ensevelir sous l'insignifiance la plus toxique, mais une part de lui demeure capable d'émerveillement. »

    Fabrice Luchini est de retour au cinéma. C'est une bonne occasion de parler de lui.

    Je le confesse sans gêne: j'en suis un admirateur passionné et je tolère bien mal qu'on cherche à nuancer mon enthousiasme. Cela arrive très rarement d'ailleurs. Ceux qui n'ont pas le cœur froid aiment cette figure d'exception. Luchini rappelle que la culture ne se confond pas avec les produits engendrés par l'industrie du divertissement. Les gens qui se présentent à ses spectacles ne vont pas voir qu'un performeur, comme on le dit chez les Américains. Ils cherchent à se mettre en contact avec ce que la société contemporaine leur dérobe, c'est-à-dire la grande culture, qui a été progressivement chassée de l'espace public, au nom d'une lutte contre l'élitisme dont elle devenait l'affreux symbole. Ceux qui se présentent aux spectacles de Luchini ne sont-ils pas à la recherche d'un héritage qu'on leur a dérobé, et même du monde auquel il était associé ?

    L'homme contemporain sent bien la sécheresse spirituelle de son époque mais, si on lui offre l'occasion de renouer avec les grandes œuvres sans que l'exercice ne soit péniblement scolaire, il peut soudainement s'animer comme un assoiffé dans le désert qui vient enfin de trouver une oasis. La modernité peut abrutir l'homme, elle peut l'ensevelir sous l'insignifiance la plus toxique, mais une part de lui demeure capable d'émerveillement, pour peu qu'on le place devant une représentation ou une autre de la beauté, et plus encore s'il s'agit de la beauté de la langue. On a beau proscrire la mélancolie et la nostalgie, en expliquant que rien n'était mieux avant, il n'en demeure pas moins que le sentiment de la perte hante notre temps. Arrive un jour où la chose devient intolérable même au commun des mortels. Il commence alors à chercher à tâtons. Il vient de découvrir la question du sens et devine qu'il ne trouvera pas une réponse satisfaisante en s'enfermant dans le présent.

    Il vaut la peine de méditer sur le parcours de Luchini. C'est en embrassant sans nuance son pays qu'il l'a conquis. Voilà un fils d'immigré, parti d'à peu près rien, et qui a gravi les échelons de l'ascension sociale en s'appropriant la part la plus intime et la plus universelle de la culture française. La plus intime, car la France entretient un rapport absolument unique à la littérature. Elle y voit une manière privilégiée d'aborder l'expérience humaine, mille fois plus riche que le savoir construit par les «sciences sociales». La France est ce pays où la littérature n'est pas qu'un divertissement sophistiqué mais une manière d'aborder l'existence. La plus universelle, car c'est ainsi que la France parle au monde. Rendu au sommet, Luchini rend à son peuple son héritage littéraire. Comme on dit platement, il démocratise un savoir essentiel, il éveille peut-être même quelques vocations littéraires. On imagine très facilement un spectateur rentrer chez lui après Poésie ? et chercher dans sa bibliothèque un grand livre qu'il regrette de ne pas avoir terminé.

    Luchini incarne la France comme patrie littéraire. Il est inimaginable ailleurs dans le monde, comme quoi les cultures ne sont pas interchangeables. La France est ce pays tout à fait singulier qui a fait de la maîtrise de la langue le plus grand des arts. Plus encore, elle a su lier ceux qui la composent par l'art de la conversation. Luchini joue avec son public. Il se moque gentiment de son inculture mais, au même moment, il lui montre que les grands textes ne sont pas inaccessibles, pour peu qu'on s'y plonge. Plus encore, il montre, sans jamais verser dans la lourdeur pédagogique, comment ces textes éclairent nos vies. C'est justement pour cela qu'il s'agit de textes classiques. Il sait incarner la part éternellement vivante des grands textes. Au fil des ans, Luchini a lu devant public La Fontaine, Molière, Rimbaud, Céline, Muray, Labiche, et, dans son plus récent spectacle, il croise de nombreux auteurs pour penser notre rapport à l'argent.

    Qui passe par un spectacle de Luchini n'en sort pas écrasé mais au contraire avec le sentiment d'être un peu plus intelligent. C'est bien la preuve que nous sommes en compagnie d'un grand maître. Évidemment, à la télévision, il fait un spectacle, mais ce spectacle est admirable. Le comédien retourne à son avantage les codes médiatiques de l'époque. Même quand il fait le pitre, il éduque. Ce n'est pas donné à tous de délirer avec tant d'esprit. À travers cela, Luchini se permet de nommer la bêtise des Modernes en se moquant de leur instinct grégaire, qui les pousse à se rassembler en troupeau pour sentir qu'ils existent un peu. On sent bien qu'il parle un peu de nous, et pourtant, on applaudit. Comme quoi la vraie culture demeure irrésistible et sait dire aux hommes ce qu'ils doivent entendre. Luchini, plus qu'un acteur, est peut-être le dernier des moralistes.    

    Mathieu Bock-Côté 

    http://lafautearousseau.hautetfort.com/

  • Agnès Thill : traquer sans relâche la dissidence

    Agnès-Thill-@ThillAgnes-Twitter-Google-Chrome-854x480-845x475.jpg

    Les apparatchiks socialistes qui ont quitté le radeau en perdition pour rejoindre Emmanuel Macron en 2017 n’ont pas oublié d’emporter dans leurs besaces les quelques réflexes qui en font, malgré leurs élections éventuelles ou leurs maroquins, des zombies en sursis. Parmi ces réflexes, deux ont été mis en évidence par la tribune publiée par Têtu le 8 mars 2019. Tribune ? Plutôt un réquisitoire en bonne et due forme, appelant à l’éviction d’Agnès Thill, qui ose ne pas démordre de son opposition à la PMA sans père. « Sachez refuser les compromis avec l’ensemble des comportements discriminants. Sachez exclure. »

    Le premier réflexe, c’est bien sûr ce sectarisme qui s’observe si souvent chez les personnes classifiées à gauche. L’opinion divergente devient dissidence, les procès d’intention sont suivis d’insultes, les reductio ad homophobium entre autres. La méthode (même si c’est un apocryphe de Staline) est toujours la même : « Traitez votre adversaire de fasciste, pendant qu’il se disculpera, il n’argumentera pas. » Le débat ne doit avoir lieu qu’entre personnes d’accord entre elles, les autres n’ayant pas droit de cité du fait de leurs opinions. Bientôt des hôpitaux psychiatriques ?

    Le deuxième réflexe, c’est le communautarisme. L’échec de la gauche à défendre le peuple ces cinquante dernières années l’a conduite à inventer des prolétariats de substitution comme les LGBT ou les immigrés, et à les servir avec tout le clientélisme zélé dont elle était capable. Il est cocasse de voir les parlementaires signataires de cette tribune dénoncer la rhétorique d’Agnès Thill évoquant le « puissant lobby LGBT » et de la faire publier chez Têtu, et inviter à la signer sur un site dont l’URL est lgbtenmarche.fr (1). Sans doute une nouvelle instance du « en même temps ».

    Ceux qui se présentent comme « des militants intransigeants de l’égalité et de la bienveillance »sont bien un avatar de Saint-Just et de son « pas de liberté pour les ennemis de la liberté ». Bref, des totalitaires.

    Agnès Thill répond brièvement à cette tribune par un tweet sage mais ferme :

    « Tiens, 14 #députés signent une pétition dans laquelle je suis citée, à tort. Décidément ils ont tout compris du débat apaisé. Mais de quoi ont-ils peur dans l’échange, la pensée différente de l’Autre, puisqu’ils sont si nombreux ? La vérité n’a pas besoin de la violence médiatique. »

    Bien sûr, cette tribune continue de réclamer la PMA sans père en disqualifiant d’emblée toute opposition, qui sera étiquetée « discriminante ». Elle est passée par pertes et profits, la décision du Conseil d’État qui refuse de voir une telle discrimination dans la législation actuelle. Il faut les comprendre, le lobby LGBT n’a pas d’argument de rechange !

    Une conclusion ? Il faudra bien, un jour, se rendre compte que le discours ambiant sur l’égalité a ses limites. Vouloir la liberté, et en même temps l’égalité, et en même temps la fraternité c’est très compliqué, c’est même très incohérent dès qu’on se frotte à la vraie vie. Y compris dans ce nouveau monde politique inauguré par En Marche ! Si l’on me pose la question, je dirai sans hésiter une seule seconde que celle qu’il faut sacrifier en premier, c’est l’égalité. Mais ce n’est que mon opinion.

    (1) URL qui serait détenue par un certain Ano Nymous ! Sans doute un zélateur de la levée de l’anonymat sur les réseaux sociaux.

    Rémy Mahoudeaux

    http://www.bvoltaire.fr/agnes-thill-traquer-sans-relache-la-dissidence/

  • Éric Zemmour: «Ces prénoms qui disent l’avenir de la France»

    Dans L'Archipel français, Jérôme Fourquet livre une analyse documentée, chiffrée et précise de l'état de la société française. Un travail remarquable et hardi, qui porte un coup très rude aux partisans des dénis de réalité. https://bit.ly/2NMvs3b

    Lire la suite

  • Au-delà du vote blanc, de l’abstention et de la nullité des suffrages

    dimanche_vote.jpg

    Georges Feltin-Tracol

    Dans le cadre du fameux « Grand Débat national », vaste fumisterie propice à tous les exercices d’enfumage et bel exemple de jacasseries démocratiques futiles, les Français qui y participent suggèrent à défaut du « référendum d’initiative citoyenne » une meilleure prise en compte du vote blanc. On distingue depuis 2014 les suffrages nuls des votes blancs.

    Au second tour de la dernière présidentielle, tandis que l’abstention atteignait 25,44 %, le nombre de suffrages blancs s’éleva à 8,52 % et les votes nuls à 3 %. Comparés à 2012, ces chiffres en hausse expriment paradoxalement par leur non reconnaissance officielle un refus implicite de choisir entre les deux finalistes. Le système électoral hexagonal ignore la pertinence du vote blanc au nom de la fable de la majorité. Cette fiction s’achève enfin.

    Certains « Gilets jaunes » proposent que la prise en compte du vote blanc dans les suffrages exprimés permette, le cas échéant, d’annuler l’élection si les bulletins blancs dépassent les 50 %. Ne s’agit-il pas d’une confusion regrettable entre le refus d’entériner le choix (biaisée) proposé et le rejet compréhensible des candidats ? Ne faudrait-il pas plutôt instaurer au côté du vote blanc et du suffrage nul le « vote contre tous les candidats » ? Existe à l’Académie Française une procédure similaire. Les « Immortels » peuvent refuser un candidat en marquant leur bulletin d’une croix noire.

    Appliqué en Russie entre 1993 et 2006, réintroduit en 2014 pour les élections locales, ce « vote contre tous » en vigueur aussi en Ukraine témoigne de la détermination d’une partie de l’électorat qui se méfie de tous les candidats. À l’élection présidentielle ukrainienne de 2010, le vote contre tous les candidats au second tour obtenait 4 %. Viktor Ianoukovitch était élu avec 48,95 % face à Ioula Tymochenko (45,47 %).

    Plus que l’abstention qui révèle un réel apolitisme/a-civisme, que le suffrage nul qui marque une certaine désinvolture à l’encontre des institutions et que le vote blanc qui exprime un véritable mécontentement impuissant, le « vote contre tous les candidats » représente une indéniable motion de censure populaire aux conséquences considérables. Dans l’hypothèse où ce vote égalerait ou dépasserait la majorité absolue, non seulement la consultation serait annulée, mais les candidats ainsi défiés ne pourraient plus se représenter à la même fonction pour une durée précise. Introduire le « vote contre tous les candidats » correspond en fait à l’ostracisme de la démocratie antique athénienne.

    La reconnaissance du vote blanc, voire du « vote contre tous les candidats », ne suffira pas à déstabiliser la partitocratie. Deux autres mesures électorales affranchiraient mieux l’électeur des pressions partisanes : généraliser pour tous les scrutins de listes le panachage et le vote préférentiel. N’est-il pas temps en effet de rendre la parole au peuple, une parole depuis trop longtemps confisquée par les politicards, les médiats officiels, les partis, les lobbies et les banksters ?

    Bonjour chez vous !

    • « Chronique hebdomadaire du Village planétaire », n°115, mise en ligne sur TV Libertés, le 4 mars 2019.

    http://synthesenationale.hautetfort.com/

  • Nicolas Bay en déplacement au Centre pénitentiaire de Condé-sur-Sarthe (61)

  • Les féministes oublient les mosquées et s’en prennent à plusieurs paroisses en ce 8 mars 2019

    Les féministes oublient les mosquées et s’en prennent à plusieurs paroisses en ce 8 mars 2019

    Les militantes du féminisme en Espagne sont allées bien au delà de la revendication en s’en prenant au patrimoine historique de la ville de Madrid. Bien curieusement, les églises catholiques ont été les seuls monuments dégradés par des graffitis insultants et blasphématoires, laissant de côté les mosquées, alors que la religion musulmane n’est pas spécialement connue pour la défense du droit des femmes…

    L’archevêché de Madrid a publié un communiqué dans lequel il fait part de son mécontentement face à ces agissements “contre la Foi catholique”. De plus, les militantes de la “cause féministe” ont saboté de nombreuses portes d’édifices religieux (catholiques) en mettant de la silicone dans les serrures des portails. L’Archevêché de Madrid, toujours, a exprimé sa vive douleur et sa condamnation de ce type d’actes qui n’ont que pour d’autre but que de détruire la convivence dans la société”.

    Il est impensable qu’en un jour qui se veut en défense des intérêts de la femme, et donc du rejet de la violence, de tels actions inqualifiables aient ainsi pu se produire, en toute impunité. L’Archevêque de Madrid a rajouté que “la vraie égalité nait dans le respect de toutes les personnes et donc des leurs croyances”.

    Des féministes possédées du démon profanent la cathédrale de Logroño : « vous boirez le sang des avortements »

    https://www.lesalonbeige.fr/les-feministes-oublient-les-mosquees-et-sen-prennent-a-plusieurs-paroisses-en-ce-8-mars-2019/

  • La BCE ouvre les vannes pour retarder l’explosion à venir

    798304_64dc02253e_z-640x475.jpg

    L’économie mondiale va tout droit dans le mur car elle ralentit en dépit du laxisme monétaire des banques centrales, de l’hyper-endettement et des déficits publics des États. Au terme de sa réunion du 7 mars 2019, la BCE vient de laisser ses taux directeurs inchangés à 0 % jusqu’à la fin de 2019, au lieu de l’été 2019, et même très probablement jusqu’à 2020. Elle s’engage également à réinvestir sur le marché obligataire l’intégralité des remboursements de titres arrivant à l’échéance déjà à l’actif de son bilan, « pendant une période prolongée après la date à laquelle elle commencera à rehausser ses taux » , ce qui, en langage clair, signifie : pas avant 2021 ! Il est même précisé : « aussi longtemps que nécessaire pour maintenir les liquidités favorables et un degré élevé de soutien monétaire », ce que l’on pourrait traduire par : « pour l’éternité ».

    Et, cerise sur le gâteau, pressentant l’explosion à venir du côté des banques et de l’État italien, la BCE va encore beaucoup plus loin que la Fed américaine. Elle s’engage à perpétuer, de septembre 2019 jusqu’à mars 2021, une série d’opérations de refinancement exceptionnels TLTRO (Targeted longer-term refinancing operations) à taux zéro, voire négatifs, pour sauver les banques européennes, et plus particulièrement italiennes, menacées de faillite immédiate. La BCE nous assure qu’elle n’est pas à court d’instruments, mais ses digues semblent bien fragiles face à l’endettement public et privé qui continue d’augmenter tandis que la croissance économique ralentit de la zone euro jusqu’à la Chine et au Japon.

    En réalité, la crise économique a déjà commencé depuis 2015, date du premier ralentissement de la Chine. La situation se dégrade lentement d’une façon inexorable, tout comme la grenouille dans la casserole d’eau froide qui ne prend pas conscience de la mort qui approche lorsque l’on augmente d’une façon faible mais continuelle la température. Suite au surendettement mondial, le cygne noir déclencheur peut apparaître n’importe où. L’OCDE vient de constater, par exemple, que la dette obligataire des entreprises dans le monde a doublé en dix ans et met en doute leur capacité à rembourser les obligations. Le ratio d’endettement mondial est de 318 % du PIB, soit 49 % de plus qu’avant le pic de la faillite de Lehman Brothers. Selon certains experts, l’épargne mondiale serait en train de s’assécher.

    Bruxelles presse Rome de redresser la barre « avec des perspectives économiques qui s’assombrissent » et « une dette publique qui ne devrait pas diminuer dans les années à venir », tandis que le revenu citoyen démagogique du Mouvement 5 étoiles est lancé. La mesure devrait profiter à 1,3 million de personnes pour un revenu de 421 euros. Le risque est de détourner du travail de nombreux bénéficiaires, d’alimenter le travail au noir et d’enrichir la mafia, très impliquée dans des activités de main-d’œuvre pas chère. Quant à la banque Carige, elle supprime un quart de ses effectifs, souhaite réaliser une augmentation de capital de 630 millions d’euros, mais a échoué à lever 400 millions.

    Les États-Unis, malgré la hausse de droits de douanes, affichent un déséquilibre commercial, en 2018, de 621 milliards de dollars tandis que le déficit commercial avec la Chine s’est aggravé à 419,2 milliards de dollars. La croissance chinoise, qui était de 14,2 % en 1992, sera de seulement 6,2 % en 2019. Le montant des prêts intérieurs chinois dépasse les 230 % du PIB. Les États-Unis ralentissent tandis que l’empire du Milieu s’essouffle et empile les dettes, avec 50 millions d’appartements inoccupés, soit 22 % du parc immobilier national. Les exportations japonaises de composants et robots vers la Chine ont diminué de 17,4 %, nonobstant les menaces douanières de Donald Trump aux États-Unis.

    Le monde entier est tombé dans le piège des taux bas et de l’argent gratuit. Quand l’argent n’a plus de prix, tout le monde s’endette ! La croissance ne repose plus que sur la dette et l’émission laxiste de monnaie par les banques centrales pour injecter des liquidités. Sans les banques centrales, l’épargne ne pourrait pas financer les déficits publics des États et les besoins d’investissement des entreprises. Les taux d’intérêt devraient être aujourd’hui à 20 % et non pas à 0 % ! Avec 250.000 milliards de dollars de dettes à travers la planète, 1 % d’augmentation des taux d’intérêt correspond au PIB de la France ; le remboursement devient donc impossible.

    Le monde et la zone euro sont entrés dans une période où les banques centrales ne peuvent plus remonter les taux, ce qui prendra fin par l’explosion du Système, l’hyper-inflation vénézuélienne et la perte totale de la valeur des monnaies, avec un seul survivant : l’or.

    Marc Rousset

    http://www.bvoltaire.fr/la-bce-ouvre-les-vannes-pour-retarder-lexplosion-a-venir/

  • Le retour du peuple, communauté de lutte...

    1091112712.jpg

    par Jure Georges Vujic

    Ex: http://metapoinfos.hautetfort.com

    Nous reproduisons ci-dessous un point de vue de Jure Georges Vujic, cueilli sur Polémia et consacré au retour du peuple au travers de la révolte des Gilets jaunes... Avocat franco-croate, directeur de l’Institut de géopolitique et de recherches stratégiques de Zagreb, Jure Georges Vujic est l'auteur de plusieurs essais, dont Un ailleurs européen (Avatar, 2011) et  Nous n'attendrons plus les barbares - Culture et résistance au XXIème siècle (Kontre Kulture, 2015).

    Le retour du peuple, communauté de lutte

    Il n’y a pas si longtemps, Pierre Rosanvallon, dans Le peuple introuvable, posait la question de la  représentation effective du peuple dans nos vieilles démocraties parlementaires. Les apôtres  du libéralisme ayant proclamé le règne de l’individu-roi, la souveraineté du peuple – qui reste pourtant le fondement de la démocratie – se voyait sacrifiée au nom de la société de marché, la plus conforme au capitalisme tardif, de la séduction et du désir. Et pourtant, le peule insaisissable, le peuple essentialisé et sanctifié par les idéologies de la modernité, revint au-devant de la scène politique, dans la rue avec les gilets jaunes, parfois de façon brutale, mais en tant que force de contestation incontournable.

    Cette présence du peuple au réel, au quotidien, n’est plus une abstraction, mais l’évidence même du principe politique de la démocratie, une réalité agonale qui unifie le principe naturel Fichteien du « droit du sang »  et la communauté de volonté Renanienne qui en appelle à « un plébiscite de tous les jours ».
    C’est cette réalité, ce come back du peuple enraciné en tant que moteur de l’histoire, que l’hyperclasse globaliste s’efforce de nier et de réprimer. Alors que la démocratie parlementaire constituait, depuis deux siècles, l’horizon intouchable du bien politique, aujourd’hui elle semble trahie et toucher à son terme. Aujourd’hui, le divorce entre peuple et oligarchie globale gouvernante se gargarisant de ses discours, est bel et bien consommé, et les lignes de front seront à la fois sociales et communautaires.

    Nous assistons de plus à l’émergence d’une conflictualité intra-étatique et non plus inter-étatique. Une conflictualité au sein de laquelle le peuple en tant que communauté de destin se définira à l’avenir, comme le souligne Charles Chaumont, par « l’histoire de ses luttes », une histoire qui reste à écrire…

    En effet, Pour Charles Chaumont, contrairement au droit international classique, fondé sur la volonté des seuls gouvernants, le droit international contemporain se caractérise par l’irruption du peuple comme réalité historique dans la scène internationale. Une irruption qui introduit une véritable rupture critique dans la manière de penser l’ordre juridique international.
    Deux siècles plus tard, on assiste à la convergence entre la « communauté de destin » de l’austro-marxiste Otto Bauer, qui permet d’opérer une articulation entre le peuple-en-soi et le peuple-nation, ce nouveau « bloc historique » Gramscien, porteur de transformation sociale. En effet, c’est la grande leçon de Gramsci qui avait bien vu les limites d’une telle conception anti-nationale et pour lequel l’expression de peuple-nation (« popolo-nazione ») s’insérait dans le cadre du bloc historique et d’hégémonie, tout en étant l’expression du sentiment national mise en perspective selon une stratégie sociale révolutionnaire stratégique inclusive et émancipatrice.

    C’est bien cette rencontre entre la dimension « populaire-nationale » et la lutte sociale, qui échappe aux carcans des partis de la droite bourgeoise, ainsi qu’au monopole idéologique de l’antifascisme sansfrontiériste et internationaliste, qui fait la singularité d’un peule en lutte qui devient « fait social total ». En effet, la gauche antifasciste reste profondément réactionnaire, bourgeoise et anti-populaire, car prisonnière d’une approche anti-identitaire et a-nationale, elle n’a jamais su ancrer sa vision de « société des producteurs » dans une vaste communauté organique enracinée, dans le cadre d’une identité historique propre.
    La même aporie est vérifiable chez le marxisme messianique historique qui transfère cette téléologie historique (« le sens de l’histoire ») de la nation vers le prolétariat international (ou plus exactement transnational) en oubliant que toute révolution sociale s’inscrit dans une culture nationale spécifique. C’est aussi la raison pour laquelle le capitalisme libéral contemporain, qui glorifie le marché transnational et le cosmopolitisme culturel a trouvé un allié privilégié dans le discours sans-frontiériste libéral-libertaire de gauche.

    Depuis l’ordre international wilsonien qui, à la fin de première guerre mondiale, instrumentalisa le principe du droit des peuples à disposer d’eux-mêmes afin de décoloniser le monde et d’assurer le démantèlement des empires multiethniques, la notion de peuple comme « force créatrice » dans la dynamique du droit international fut peu à peu évacuée au profit de la volonté des seuls gouvernants, et du discours sociétal sur les droits de l’homme et sur le droit des minorités.
    L’actuelle progression des mouvements populistes, le réveil des couches populaires et moyennes socialement marginalisées et déclassées de part l’Europe, démontrent que le peuple reste une force de contestation à la fois sociale et identitaire incontournable. Le principe des luttes de libération nationale de l’époque coloniale cède le pas au droit des peuples à témoigner d’eux-mêmes, le droit à l’auto-détermination se transformant en droit à l’auto-conservation et du droit à rester eux-mêmes à l’époque post-nationale et face à la logique marchande et uniformisante des Etats oligarchiques, satellisés par les instances supranationales et globalistes. Nul ne sait si ce phénomène général de clivage entre peuple et élites engendrera à long terme une possible inversion des jeux de puissance et des retournements qui peuvent, à terme, changer l’état de la société internationale.

    Jure Georges Vujic (Polémia, 25 février 2019)

    http://euro-synergies.hautetfort.com/

  • Grand débat : «C’est une France, urbaine, favorisée et retraitée qui s’est exprimée. Celle qui a voté pour Emmanuel Macron»

    Jérôme Fourquet, directeur du Département opinion publique à l’Ifop, revient sur l‘analyse, par Le Parisien, des 334 000 propositions citoyennes publiées sur Internet dans le cadre du grand débat. 

    Cette photographie, certes encore impressionniste, montre que c’est une France urbaine, socialement favorisée et retraitée qui s’est exprimée, du moins sur Internet.

    Cette carte des contributions est intéressante car elle ne correspond en rien au clivage gauche droite de la France telle que nous la connaissions précédemment. Elle confirme et conforte l’idée que nous sommes entrés dans une nouvelle ère. La France qui a participé à cette vaste enquête est celle qui a voté pour Emmanuel Macron au premier tour de l’élection présidentielle.

    La crise des Gilets jaunes a remobilisé son électorat. Il a sans doute perdu un peu de celui qui était le plus à gauche, mais a gagné sur sa droite. Les contributeurs se retrouvent dans les départements de la façade ouest, le Massif central, l’Ile-de-France. Le Nord-Est et son électorat frontiste bien installé comme la Sarthe de François Fillon sont restés à l’écart. […]

    Le Grand débat a-t-il manqué sa cible ?

    C’est un peu tôt pour le dire. En revanche, la carte de la participation qui se dessine ressemble étrangement à la France qui est descendue dans la rue après les attentats contre Charlie Hebdo.C’est une France intégrée, qui a un sens du civisme bien ancré. La carte des non-contributeurs correspond à celle du non à Maastricht. […]

    Le Parisien

    http://www.fdesouche.com/1173283-grand-debat-cest-une-france-urbaine-favorisee-et-retraitee-qui-sest-exprimee-celle-qui-a-vote-pour-emmanuel-macron

  • Sondage: 53% des Français dénoncent la façon dont les médias couvrent le mouvement des Gilets jaunes

    Capture.pngLes résultats d’un sondage sur l’attitude des Français envers le journalisme ont révélé que la majorité des personnes interrogées n’approuvaient pas la façon dont était couvert le mouvement des Gilets jaunes. Ils reprochent aux journalistes de ne pas donner «la parole à tous».
    Plus de la moitié (53%) des personnes interrogées dans le cadre du sondage de Viavoice pour les Assises du journalisme de Tours, dont les résultats ont été publiés le 9 mars, jugent que les médias ont mal couvert le mouvement des Gilets jaunes.
    Ils indiquent notamment que la plupart de ces derniers «n'ont montré que certains aspects du mouvement et n'ont pas donné la parole à tous».
    Plus d'un tiers des sondés (35%) estiment que la parole a été davantage donnée au gouvernement et à la majorité présidentielle, tandis que 18% considèrent que la parole a été plus donnée, de manière générale, aux Gilets jaunes.
    [...]
    En savoir plus sur sputniknews.com

  • Et si l’on donnait la parole aux Français ? (XXX)

    sondage-parole-francais-michel-geoffroy-588x330.jpg

    Même si le mouvement des Gilets Jaunes semble marquer le pas dans l’opinion… Même si la propagande gouvernementale et la surmédiatisation du Grand Débat n’en finissent pas… La défiance vis-à-vis d’Emmanuel Macron ne faiblit pas. De même que la critique de notre société.
    Malgré la répression gouvernementale, rien n’est donc réglé.

    Le mouvement des Gilets Jaunes semble marquer le pas dans l’opinion

    64 % des personnes interrogées soutiennent toujours le mouvement, des gilets jaunes. 77 % trouvent la mobilisation « justifiée » contre 74 % au mois de janvier. (Baromètre mensuel YouGov pour Le HuffPost et CNews réalisé entre mercredi 30 et jeudi 31 janvier 2019)

    56 % des personnes interrogées estiment que le mouvement des Gilets Jaunes devrait s’arrêter – même s’ils sont encore 58 % à l’approuver – contre 43 % qui pensent l’inverse. 64 % estiment que les manifestations du samedi 9 février 2019 sont désormais « éloignées des revendications initiales du mouvement ». (sondage Elabe pour BFM TV réalisé les 12 et 13 février 2019)

    55 % des personnes interrogées souhaiteraient que le mouvement des Gilets jaunes s’arrête, après plus de trois mois de mobilisation. 45 % souhaitent qu’il se poursuive. (Sondage Odoxa réalisé pour France Inter, L’Express et la presse régionale les 20 et 21 février 2019)

    La défiance vis-à-vis d’Emmanuel Macron ne faiblit pas

    64 % des personnes interrogées ont « une mauvaise opinion » d’Emmanuel Macron et 36 % se déclarent satisfaits. (Sondage Ifop/Fiducial pour Paris-Match et Sud-Radio des 8 et 9 février 2019)

    68 % des personnes interrogée sont insatisfaites de l’action d’Emmanuel Macron. (Sondage Odoxa réalisé pour France Inter, L’Express et la presse régionale les 20 et 21 février 2019)

    66 % des personnes interrogées jugent qu’Emmanuel Macron instrumentalise le grand débat national dans l’intérêt des élections européennes55 % trouvent que le Président de la République est « trop présent dans les médias ». (Enquête Odoxa-Dentsu Consulting réalisée pour Franceinfo et Le Figaro les 13 et 14 février 2019)

    « L’effet grand débat » s’essouffle et la cote de popularité du Président de la République recule en mars de trois points, à 31 %46 % des personnes interrogées estiment que le Président ne défend pas bien les intérêts français à l’étranger. (Tableau de bord Ifop-Fiducial pour Paris Match et Sud Radio réalisé du 28 février au 1er mars 2019)

    Français toujours très critiques vis-à-vis de la société actuelle

    – 52 % des personnes interrogées qualifient d’élevé l’indice de corruption des hautes instances en France. (Sondage IFOP Sputnik Opinions des 9 au 20 août 2018)

    – L’immigration reste la principale préoccupation des Européens, avec 40 % des mentions, ce qui constitue une augmentation de 2 points de pourcentage depuis le printemps 2018.
    Le terrorisme arrive en seconde position des inquiétudes avec 20 %.
    Les Français sondés ont désigné à 33 % l’immigration comme principal problème de l’UE. Le terrorisme est également en seconde position, mentionné par 22 % des personnes interrogées. (Eurobaromètre standard 90.3 réalisé du 8 au 22 novembre 2018 ; du 8 au 19 novembre en France),

    – Près de sept personnes interrogées sur dix (67 %) souhaitent que les enfants de jihadistes français restent en Irak et en Syrie.
    89 % des personnes interrogées se disent « inquiètes », dont 53 % même « très inquiètes » du retour des djihadistes en France. (Sondage Odoxa – Dentsu consulting pour franceinfo et Le Figaro des 27 et 28 février 2019)

    – 78 % des personnes interrogées jugent la société actuelle injuste (dont 28 % très injuste).
    63 % sont convaincues qu’en France la réussite sociale est jouée d’avance et dépend beaucoup des origines des gens.
    42 % sont convaincues que la société dans laquelle vivaient leurs parents était plus juste.
    48 % vivent des fins de mois difficiles, dont 35 % parviennent difficilement à finir les fins de mois en se restreignant et 13 % sont obligés de puiser dans leurs réserves ou d’emprunter.
    37 % ont été à découvert au moins à plusieurs reprises ces 12 derniers mois, le 18 du mois en moyenne.
    Seulement une personne sur cinq déclare avoir la possibilité d’épargner.
    Selon les catégories socio-professionnelles, de 40  % à 60  % des personnes interrogées ont déclaré, lors de cette enquête, avoir subi un net déclin financier en 2018.
    47 % des Français seulement sont optimistes pour leur avenir personnel.
    45 % pensent que quand leurs enfants auront leur âge, ils vivront moins bien qu’eux, contre 15 % qu’ils vivront mieux.
    70 % sont pessimistes sur l’avenir de la société française (dont 26 % très pessimistes).
    (Sondage Elabe, Institut Montaigne, France Info et PQR réalisé du 14 décembre 2018 au 8 janvier 2019)

    – 59  % des personnes interrogées anticipent 2019 comme une année de « difficultés économiques » et seulement 7  % comme une année de « prospérité ». (Sondage Odoxa pour BFM Business, Challenges et Aviva Assurances réalisé les 2 et 3 janvier 2019)
    -En cas de référendum, 40 % des personnes interrogées voteraient pour le Frexit, 55 % pour le rétablissement de la peine de mort, 76 % pour le retour de l’ISF. (Sondage IFOP pour Valeurs actuelles des 18 au 21 janvier 2019)

    Michel Geoffroy 09/03/2019

    https://www.polemia.com/et-si-lon-donnait-la-parole-aux-francais-xxx/

  • Le Hijab vous souhaite la bienvenue !

    Gavle-hijab.jpg

    La chronique de Philippe Randa

    À défaut d’arrêter le progrès, on n’arrête pas non plus le vivre ensemble. Ainsi, après le burkini sur les plages, voici le temps du hijab sur les panneaux de bienvenue : en Suède, on entre donc dans la ville de Gävle avec le sourire d’une dame « symbole de la grande diversité de la ville » !

    Comme on pouvait s’y attendre, la facétie en irrite plus d’un.

    « Il faut penser à ce que cela signifie. Certaines portent ce vêtement, le hijab, volontairement. Mais pas toutes. Pour des millions de femmes dans le monde, ce vêtement représente un manque de liberté », s’est insurgé le député démocrate suédois Roger Hedlund, membre du conseil municipal de Gävle.

    Ça n’est pas venu à l’esprit de Johan Adolfsson, responsable de la communication pour la municipalité de Gävle pour qui, la femme en question est « une des nombreuses femmes musulmanes de Gävle… »

    « Actuellement, nous apprend le site LesObservateurs.ch, la Suède ne connaît pas d’interdiction générale des vêtements islamiques, tels que le hijab, la burqa ou le niqab. Toutefois, les employeurs individuels peuvent interdire aux employés de porter des symboles religieux, philosophiques ou politiques pendant les heures de travail. En revanche, la police et les pompiers sont autorisés à porter le hijab. »

    Il est bien loin l’époque où ceux qui martelaient que l’immigration était une chance pour la France, voulaient nous convaincre qu’il fallait aider les immigrés à s’intégrer d’abord pour mieux qu’ils s’assimilent ensuite grâce aux sacro-saintes « valeurs républicaines ». Aujourd’hui, il faut « vivre avec leurs valeurs »… en attendant demain, de « vivre leurs valeurs » ? On ne cache pas sa joie à cette idée !

    Lire EuroLibertés cliquez ici

    http://synthesenationale.hautetfort.com/