Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

31/07/2015

Manuel Valls, les intellectuels et l'inculture triomphante

Plus de trente ans après Max Gallo, Manuel Valls se plaint du silence des intellectuels. Pour Vincent Trémolet de Villers les politiques ne les lisent pas et les utilisent comme des outils de communication. 
On ne devrait jamais imiter Mitterrand. François Hollande n'est pas Tonton et Manuel Valls n'est pas Max Gallo. En 1983, l'historien, alors porte-parole du gouvernement, publiait à la fin du mois de juillet une tribune de très bonne facture dans Le Monde : «Les intellectuels, la politique et la modernité.» Il y déplorait l'abandon par la gauche de la bataille des idées et le silence des penseurs et des philosophes retirés «sur l'Aventin». Le 5 mars dernier, Manuel Valls lançait à son tour «Où sont les intellectuels ? Où sont les grandes consciences de ce pays, les hommes, les femmes de culture qui doivent monter eux aussi au créneau ? Où est la gauche ?» C'est le même qui, pourtant, rejetait dans les rayons de l'enfer un essayiste, un romancier et un philosophe dont les œuvres cristallisent une large partie des angoisses contemporaines et qui à eux trois vendent des centaines de milliers de livres. Le Suicide français, d'Éric Zemmour, selon Manuel Valls, ne méritait pas d'être lu. La France ça n'est pas «celle de Houellebecq» a-t-il affirmé. Enfin, il s'est embrouillé dans ses fiches, sur Europe 1, en estampillant, malgré lui, Bernard-Henri Lévy comme penseur officiel du régime et en tatouant sur le bras de Michel Onfray le signe infâmant de l'extrême droite.
Si l'on comprend bien le Premier ministre, le silence des intellectuels est révoltant quand ils sont issus de la gauche morale mais impératif quand ils ont emprunté d'autres chemins. Pour savoir qui doit parler et qui doit se taire, s'adresser à l'hôtel Matignon. Cette approche enfantine illustre la place qu'ont véritablement les intellectuels dans l'esprit du gouvernement (et disons-le de la plus grande part de la droite) : des pions noirs ou blancs que des communicants, plus ou moins incultes, placent sur le damier. L'ouvrage de François Bazin, Les Ombres d'un président (Plon), détaille avec cruauté cette paresse et cette indifférence chez François Hollande. 
La littérature et la vie de l'esprit établissent pourtant des liens indestructibles entre l'homme public et la population. Plus encore que la séance du marché le samedi matin, la lecture de Balzac expose toutes les nuances de l'âme humaine et de l'ambition, celle de Proust des vanités sociales et des intermittences du cœur. LesParticules élémentaires ou Soumission offrent un tableau de la classe moyenne que les sociologues mettront dix ans à établir dans leurs rapports. Mais ceux qui nous gouvernent ou souhaiteraient le faire considèrent le livre comme un meuble. L'ornement secondaire d'une ambition accomplie. Le chef de l'État assume son ignorance et se fait prendre en photo, sourire ravi, avec L'Histoire de France pour les Nuls. Manuel Valls ne sait pas qui est Hélie de Saint Marc, Fleur Pellerin se fout de Modiano, Frédéric Lefebvre confond Zadig et Voltaire, Nicolas Sarkozy s'est longtemps demandé à quoi pouvait bien servir La Princesse de Clèves. 
Les journalistes, reconnaissons-le, ne sont pas en reste. Ils classent eux aussi les auteurs chez les blancs ou chez les noirs sans même prendre la peine d'ouvrir leur livre. Christophe Guilluy, géographe de gauche qui ne cesse d'essai en essai d'établir les causes de la dérive identitaire, est qualifié de «pousse» de la droite la plus réactionnaire. L'auteur de L'Insécurité culturelle, Laurent Bouvet, alerte la gauche sur ses impensés : il est renvoyé sur l'autre rive parce qu'il a osé évoquer la crise de l'intégration. L'œuvre d'Alain Finkielkraut, maître de l'inquiétude et de la nuance, est réduite au rang de tract pour le Front national. Leurs noms remplissent les listes noires. Contre eux, le lexique olfactif, «rance», «moisi», est exploité jusqu'à la nausée. Tous sont coupables du même crime : plutôt que de peindre une surréalité heureuse, ils livrent par fragments les peurs et les espérances de l'inconscient collectif. En un mot, ils appellent un chat, un chat. Ce que les sondeurs voient venir, à la veille des élections départementales, ils l'annoncent et le déplorent depuis des années. Ils ne se sont pas contentés de publier des essais et d'attendre «sur l'Aventin». Ils supportent les ricanements, les couleurs criardes des studios de télévision, les comiques pas drôles, les critiques jaloux. En vain. Certes, les politiques les reçoivent, les écoutent, les raccompagnent, leur tapotent l'épaule, mais l'idée ne leur est pas encore venue de jeter un œil sur leurs livres. Pas le temps : le rappeur Joey Starr, fondateur de l'inoubliable Nique ta mère, vient dîner à l'Élysée. 

Cannes applique le 100% français dans ses cantines scolaires sans augmentation de prix

Article intéressant trouvé sur francetvinfo.fr : lors de la campagne municipale de 2014, qui coïncidait avec la renégociation du contrat pour la restauration scolaire, David Lisnard s’était engagé à réformer le mode de fonctionnement des cantines. « Nous avons lancé un appel d’offres comprenant des critères précis, explique Dominique Aude Lasset, directrice générale adjointe en charge de l’éducation et de la famille à la mairie de Cannes, interrogée par francetv info. Le cahier des charges précisait que nous voulions une garantie de qualité et d’approvisionnement court. » Des conditions que les mairies ont le droit d’imposer à leurs prestataires.

Plus de 50% des légumes produits en région Paca

Si la législation européenne interdit d’imposer une origine géographique dans les appels d’offres des marchés publics, les communes peuvent légalement demander aux entreprises de restauration de favoriser les circuits courts, c’est-à-dire n’ayant requis qu’un seul intermédiaire. La société peut ensuite proposer dans le contrat de ne fournir que des produits venant de la région.

Compass, l’entreprise aujourd’hui en charge de la restauration scolaire à Cannes, s’est ainsi engagée dans son contrat à fournir des viandes 100% labellisées : les volailles possèdent toutes le label rouge, le bœuf provient uniquement de vaches charolaises… Toute la viande consommée dans les cantines cannoises est garantie d’origine française.

Selon l’engagement pris par la commune, plus de 50% des fruits et des légumes proviennent en outre de filières courtes et sont cultivés dans la région Provence-Alpes-Côte d’Azur. « Les salades et les fraises sont même produites dans la vallée voisine de la Siagne, par des agriculteurs cannois », se vante Dominique Aude Lasset.

Le prix des repas n’a pas augmenté

 

De nombreuses mairies refusent pour l’instant de faire ce choix, estimant que le « 100% français » leur reviendrait trop cher. Cannes a pourtant réussi à modifier ses menus sans augmenter le budget alloué chaque année aux cantines, d’un montant de deux millions d’euros. « Nous avons fourni un cahier des charges précis, et le montant dont nous disposions : il revenait aux entreprises de restauration d’y répondre en terme de prix et de qualité », explique Dominique Aude Lasset.

Les prix des repas restent en outre dans la moyenne nationale : les parents cannois payent 2,80 euros par jour, contre 2,90 euros dans le reste de l’Hexagone en 2014, selon les statistiques de l’Union nationale des associations familiales (Unaf). Au total, un repas coûte 5,97 euros à la municipalité, pour les écoles maternelles, et 6,18 euros pour l’élémentaire.

Ce faible coût est rendu possible grâce aux filières courtes, selon David Lisnard. « Les circuits courts limitent les frais de transport et de conservation. Les produits de saison reviennent aussi moins cher que ceux qu’il faut importer, souligne le maire de Cannes. Sans compter que les produits industriels coûtent cher, notamment à cause des emballages.« 

Un élément « essentiel » pour répondre à la crise des éleveurs

Ces contrats seraient toutefois plus faciles à négocier pour les grandes municipalités comme Cannes, qui sert 3 900 à 4 000 repas par jour dans ses cantines scolaires. L’Association des maires de France estime ainsi, dans un communiqué adressé au président de la République mardi 21 juillet, que les plus petites communes ne disposent pas des moyens leur permettant de favoriser l’approvisionnement en France.

« Ça peut être plus difficile, mais ce n’est pas infaisable, argumente David Lisnard. Les petites communes peuvent gérer elles-mêmes leurs achats en faisant des cantines en régie, ou avoir recours à des groupements de commande entre plusieurs municipalités. »

S’il admet ne pas avoir pensé aux intérêts des agriculteurs français lorsqu’il a pris cet engagement, le maire de Cannes affirme que l’approvisionnement local est « essentiel » pour répondre à la crise des éleveurs. « Cette solution ne doit toutefois pas occulter la nécessité pour le gouvernement de revoir les charges et les coûts de production de l’agriculture », conclut-il.

http://www.contre-info.com/cannes-applique-le-100-francai...

La patrie russe au-delà des soviets

Nous vous proposons un retour en arrière de bientôt trois mois, par une recension écrite et une courte vidéo (en anglais) concernant les festivités du 9 mai dernier à Moscou. Il s'agit du témoignage du catholique britannique John Laughland (que nous avons évoqué à plusieurs reprises sur le Salon Beige, ici, et par exemple) en participant à l’événement populaire "régiment des immortels".

"C'était avec une grande émotion que j’ai participé au défilé du « Régiment des immortels » sur la Place rouge à Moscou le 9 mai dernier.  Cette initiative populaire, qui a commencé voici quelques années dans les villes de province de Russie, consiste à porter dans les rues des photos de ses parents et grand-parents qui ont combattu dans la Seconde Guerre Mondiale - ou la «  Grande Guerre Patriotique »,  comme elle est connue en Russie depuis 1941, en référence à la «  Guerre Patriotique »  de 1812 quand, tout comme en 1941 - 1945, la mère patrie a été sauvée de justesse et au prix de sacrifices énormes.  Le matin, au tout début de la plus grande parade militaire sur la Place rouge depuis 1945, le ministre de la défense, qui la dirigeait, avait enlevé son képi pour se signer au moment où il passait en-dessous de l'icône du Saint Sauveur, qui se trouve dans de la Porte du même nom à l’entrée de la Place rouge: cette icône avait été recouverte de plâtre en 1937 mais restaurée en 2010.  Une telle expression de piété en public par une personnalité politique d’envergure est inimaginable en Europe occidentale.  Si son geste était inattendu, personne ne pouvait s’attendre non plus à ce que des centaines de milliers de Moscovites allaient se ruer sur la Place rouge pour témoigner de leurs aïeux et de leur sacrifice.  Un immense cortège (Vladimir Poutine en tête avec un portrait de son père) a mis presque quatre heures pour descendre la rue de Tver et traverser la fameuse place, comme j’ai pu le constater depuis le toit où la chaîne RT avait installé un studio temporaire pour rendre compte de la parade.  Cette foule gigantesque est la preuve que la mémoire de cette guerre reste vive dans les esprits des Russes.  Le défilé était à la fois fier, joyeux et intime car chaque famille russe a été frappée par le carnage dans lequel quelques 26 millions de citoyens soviétiques sont morts.  La raison de ma présence?  Mon père était devenu pilote officier de la Royal Air Force en 1940, où il a reçu l’une des plus hautes décorations de celle-ci, mais il a perdu son petit frère John en août 1944.  Marin dans la Royal Navy, celui qui deviendra, de manière posthume, mon oncle, a trouvé la mort dans la Mer du Nord à l’age de 19 ans, son navire torpillé par un U-Boot allemand pendant qu’il s’acheminait vers les ports de la Russie du Nord dans le cadre des Convois de l’Arctique qui approvisionnaient l’Union soviétique, alliée fidèle, malgré toutes les divergences idéologiques, dans la lutte commune contre l’Allemagne nazie.  Portant le même nom et prénom qu’un jeune homme qui a donné sa vie dans cette guerre atroce, je ne pouvais pas ne pas être présent avec les photos de mon cher papa et de mon pauvre oncle.  Voici mon intervention quelques moments après avoir participé à cette journée inoubliable.

 

Le sentiment russe d'avoir défendu en 41-45 non pas le système des soviets, mais la mère-patrie russe "éternelle", semble bien ne pas être (uniquement) un reconstruit ex-post de propagandiste. Vladimir Volkoff, fin connaisseur de la psychologie collective slave en général, russe en particulier, décrit bien, au début du roman "Le montage", l'état d'esprit qui régnait à ce sujet à l'issue de la deuxième guerre mondiale, notamment dans le monde russe émigré. S'y développait alors un espoir (certes rapidement déçu) de retour rapide de la Russie temporairement soviétique à ses racines, en raison de cet holocauste patriotique et en bonne partie orthodoxe."

Paula Corbulon

C’est de cette façon qu’en juillet 1962, on traita les rapatriés d’Algérie

Source : Boulevard Voltaire
Il m’apparaît comme instructif, pour les générations qui n’ont pas connu, ou mal connu, ces événements tragiques, de faire souvenir de quelle manière ont été accueillis ces Français lors de leur arrivée, par Manuel Gomez.
À rapprocher de l’attitude de nos dirigeants face aux clandestins… (NDLR)

26 juillet 1962, le maire de Marseille, le socialiste Gaston Defferre, accorde une interview au quotidien Paris-Presse l’Intransigeant. Sujet : L’arrivée massive des rapatriés d’Algérie.
53 ans plus tard, il m’apparaît comme instructif, pour les générations qui n’ont pas connu, ou mal connu, ces événements tragiques, de faire souvenir de quelle manière ont été accueillis ces Français lors de leur arrivée, contre leur gré et emportés par le vent de l’Histoire, dans leur pays, leur patrie, la France.
Le « bafouilleur marseillais », Gaston Defferre, ne se prive guère de donner son avis : «

Ils fuient. Tant pis ! En tout cas, je ne les recevrai pas ici. D’ailleurs, nous n’avons pas de place. Rien n’est prêt. Qu’ils aillent se faire pendre où ils voudront ! En aucun cas et aucun prix je ne veux des pieds-noirs à Marseille.

À la question “Voyez-vous une solution aux problèmes des rapatriés à Marseille ?”, il répond : “Oui, qu’ils quittent Marseille en vitesse ; qu’ils essaient de se réadapter ailleurs et tout ira pour le mieux.”
Mais Gaston Defferre n’est pas un cas isolé.
Un sondage IFOP début juillet indique que 62 % des métropolitains refusent toute idée de sacrifice à l’égard des Français d’Algérie.
Voici d’ailleurs un rapport découvert lors de l’ouverture des archives :

Les Français d’Algérie qui débarquent en métropole font l’objet d’une froide indifférence, ou même d’appréhensions. On ne les connaît pas. On ne sait d’où ils viennent ni s’ils sont “vraiment” français. Jugés premiers responsables du conflit qui vient de se terminer et qui a coûté la vie de trop nombreux soldats métropolitains, ils ne semblent pas “mériter” que l’on porte sur eux le regard compatissant que beaucoup espèrent.

Conseil des ministres du 18 juillet 62, Louis Joxe s’exclame : “Les pieds-noirs vont inoculer le fascisme en France. Dans beaucoup de cas, il n’est pas souhaitable qu’ils retournent en Algérie ni qu’ils s’installent en France. Il vaudrait mieux qu’ils aillent en Argentine, au Brésil ou en Australie.”
Pompidou, premier ministre, appuie cette idée : “Pourquoi ne pas demander aux Affaires étrangères de proposer des immigrants aux pays d’Amérique du Sud ou à l’Australie ? Ils représenteraient la France et la culture française.”
De Gaulle : “Mais non ! Plutôt en Nouvelle-Calédonie ! Ou bien en Guyane, qui est sous-peuplée et où on demande des défricheurs et des pionniers !”
Le 22 juillet 1962, Gaston Defferre poursuit ses anathèmes sur Paris-Presse

Français d’Algérie, allez vous faire réadapter ailleurs. Il faut les pendre, les fusiller, les rejeter à la mer… Jamais je ne les recevrai dans ma cité. »
Dans le centre de Marseille, une inscription sur un grand panneau : « Les pieds-noirs à la mer. »

À l’aéroport d’Orly, la direction interdit aux pieds-noirs d’emprunter l’escalier mécanique parce qu’elle estime que leurs valises et leurs ballots volumineux sont une gêne pour les autres voyageurs.
Pas l’once d’une compassion parmi les responsables politiques français : « L’intérêt de la France a cessé de se confondre avec celui des pieds-noirs », dit froidement de Gaulle, le 4 mai 1962, en Conseil des ministres.
Un autre jour, à Peyrefitte qui lui expose « le spectacle de ces rapatriés hagards, de ces enfants dont les yeux reflètent encore l’épouvante des violences auxquelles ils ont assisté, de ces vieilles personnes qui ont perdu leurs repères, de ces harkis agglomérés sous des tentes, qui restent hébétés… », le Général répond sèchement : « N’essayez pas de m’apitoyer ! »
Parlant d’Edmond Jouhaud, l’un des généraux putschistes du 13 mai 1958 : « Ce n’est pas un Français, comme vous et moi, c’est un pied-noir. »

Voilà, tout est dit. Ceux qui ne savaient pas le savent à présent. Quant à ceux qui n’ont jamais voulu savoir qu’ils croupissent dans leur ignorance.

http://fr.novopress.info/191099/cest-facon-quen-juillet-1962-on-traita-les-rapatries-dalgerie/

Bibliothēca #9 : Le Miroir des peuples, de Eric Guéguen

10:23 Écrit par pat dans culture et histoire | Lien permanent | Commentaires (0) |  Imprimer |  Facebook | | | | |

Le chaos à Calais (Présent 8407)

Alors que les clandestins sont chaque soir plus nombreux à tenter de passer en force le tunnel sous la Manche, le ministre de l’Intérieur se dédouane lamentablement de ses responsabilités sur la direction d’Eurotunnel.
8407-Une
L’invasion de Coquelles par 2 200 clandestins lundi soir, puis 2 300 la nuit suivante, a rendu la situation totalement ingérable pour Eurotunnel, qui affirme avoir intercepté depuis le 1er janvier plus de 37 000 migrants ! Appelant Paris et Londres à une « réaction appropriée », son PDG devait même confier qu’« on est face à des invasions systématiques ». Une situation d’autant plus grave que les accidents se multiplient. Ainsi, mercredi, un Soudanais était retrouvé mort au pied d’une navette, portant à neuf le nombre de décès survenus aux environs du site depuis fin juin.

Particulièrement remonté par la lettre que lui a adressée Cazeneuve l’accusant d’avoir divisé par trois les moyens humains consacrés à la sécurité depuis 2002, Jacques Gournon devait rappeler que son groupe avait dépensé 13 millions d’euros lors de ces six derniers mois pour mettre en place des moyens de surveillance. Une somme dont Eurotunnel entend bien se faire rembourser puisque la société demande une indemnisation de 9,7 millions d’euros. Et ce n’est pas fini : invoquant l’impact économique sur sa commune, Natacha Bouchart, maire LR de Calais, devait réclamer mercredi « une compensation financière de plus de 50 millions d’euros ».

Le prix du laxisme migratoire

Une affaire très grave donc, mais que l’Intérieur gère avec une désinvolture déconcertante. En effet, explique-t-on, place Beauvau, la situation « est la même depuis deux mois et demi », mais Eurotunnel a choisi aujourd’hui de communiquer… Une version contestée par Gilles Debove, du syndicat Unité SGP-FO police, qui indiquait mercredi que « pendant 15 jours d’activité en mai, 1 900 tentatives d’intrusion avaient été répertoriées. C’est-à-dire la même chose qu’en une nuit ces derniers jours ». Une situation évidemment ingérable pour la police. Et ce ne sont pas les 120 CRS supplémentaires promis par Cazeneuve qui vont changer la donne.

En réalité, comme le soulignait mercredi Marion Maréchal-Le Pen, « nous payons là un laxisme qui est trouvé bien en amont, c’est-à-dire le laxisme des politiques migratoires à la fois européenne (…) et des différents pays, dont la France ».

Franck Delétraz

http://fr.novopress.info/actualite-politique-internationale-culture-sport-depeches/a-la-une/actualite-politique/

En Italie, des manifestations violentes contre l'arrivée de migrants

08:56 Écrit par pat dans actualité, Europe, immigration, lobby | Lien permanent | Commentaires (0) |  Imprimer |  Facebook | | | | |

L'urbanisme, du sacré au post-moderne

La ville, espace du sacré et du politique a connu, par la mise en circulation de la raison dans la rue, une involution réductrice à la juxtaposition d’œuvres d’art. Celles-ci obéissent à une morale artistique nouvelle qui est celle de la nouvelle classe dominante : la bourgeoisie.

L’architecture et l’urbanisme se sont ainsi retournés contre la ville. Le mouvement moderne constitue le point culminant de ce retournement dans sa formulation esthétique. Mais son dépassement constitue-t-il pour autant une réconciliation avec la ville ?

Tous les peuples qui ont cherché à jouer un rôle dans l’histoire ont construit des villes. Spengler notait : « … toutes les grandes cultures sont des cultures citadines. (…) L’histoire universelle est l’histoire des cités » (Le déclin de l’Occident). Dès l’origine, la construction des villes a été profondément dépendante de l’état des rapports sociaux. Leur conception est le reflet d’un regard spécifique de la communauté sur elle-même. La ville est un miroir des rapports entretenus par les hommes entre eux. Mais la ville n’est pas qu’une superstructure de rapports sociaux. Les conceptions qui ont présidé à la naissance de chaque cité retentissent dans le futur longtemps et ne sont pas un simple socle passif de mouvements historiques. Aussi les conceptions en matière d’art et de bâtir les villes sont-elles tout autre chose que l’addition de recettes techniques.

Le mot urbanisme vient du latin urbs (ville) ; il a été créé par l’architecte espagnol Cerda en 1867. Les nécessaires qualités d’utilisabilité — mais non de stricte “utilité” — de l’art de bâtir en font une activité technique, qui fait appel aux savoir-faire existants et pousse à leurs développements : construction des enceintes et remparts, recherche des moyens de transports les mieux adaptés… Sous cet angle technique, c’est donc l’art de résoudre des problèmes techniques de construction et d’utilisation de l’espace. Mais de même que l’essence de l’économie ne peut être ramenée au problème de la rareté — celle des biens ou celle du travail — l’essence de l’urbanisme ne se résume pas à la gestion de l’espace.

Aménager et imaginer

Quand José Ortega y Gasset affirme au début du siècle : « Trouver de la place devient le problème de tous les instants » (La révolte des masses), son propos illustre la transformation des hommes en masses qui est le fait des États modernes. La question de la place existe par rapport à certaines contraintes d’efficacité (rapidité de communication, création de pôles d’attractions), qui sont le fait de pouvoirs politiques projetant leurs peuples dans un monde de lutte permanente.

Avant d’être l’art d’aménager, l’urbanisme est l’art d’imaginer. La façon de poser des problèmes n’est pas neutre et définit précisément une culture. L’urbanisme est une production culturelle et c’est pour cela qu’au-delà de la gestion de l’espace, ce qui domine son histoire est le rapport entre des formes et un être collectif différent suivant les espaces et les époques. C’est à cette lumière que prennent leur sens les irrationalités apparentes des villes tenant compte, notamment, de la place des dieux et du pouvoir politique et qui, dans leur variété, témoignent de rapports au monde multiples.

Le synœcisme athénien

[Ci-contre : L'Acropole d'Athènes (ill. par Christian Verdun). Exemple de ce que le langage de l'architecture appelle le « synoecisme athénien ». L'ordre qui se manifeste dans la cité grecque est dû, écrit Gaston Bardet, « non à un tracé régulier, mais à la localisation précise de chaque organe là où il doit remplir sa fonction propre ». La Cité grecque fédère de la sorte de petits groupes architecturaux autonomes. Et l'Acropole, au sommet, au point culminant de la ville, dépasse et unit tout à la fois cette fédération, au départ hétérogène]

Le cas de la cité grecque antique est caractéristique. L’ordre qui s’y manifeste est dû, selon Gaston Bardet, « non à un tracé régulier, mais à la localisation précise de chaque organe là où il doit remplir sa fonction propre. (…) Par la séparation des monuments, par leur balancement, par leur présentation non dans l’axe mais sur les angles — qui traduit le pluralisme originel existant au sein de la cité grecque — Athènes magnifie le synœcisme, autrement dit la fédération de petits groupes autonomes. Enfin, par son Acropole, elle tend à dépasser cette communauté fédérale et prépare le sommet suivant : celui de la communion médiévale » (L’urbanisme, PUF, 1945). En clair, l’urbanisme traduit la structure mentale des peuples. En ce sens, et très logiquement, la méditation sur la meilleure forme urbaine n’est donc pas présente dès le départ dans la pensée grecque. Plusieurs tendances différentes s’affirment au cours des siècles : plan orthogonal de l’architecte et philosophe Hippodamos de Milet, avec la division de la ville en îlots (insulae) dont la taille est différente suivant les quartiers, recherche du monumental et des perspectives (Pergame), avec un plan non orthogonal mais dicté par le relief, développement diffus d’Athènes aux rues tortueuses et aux limites floues. Le flou de ces limites s’explique : la cité grecque est le reflet d’une conception de la citoyenneté non obligatoirement liée à la ville. La cité (polis) est une communauté de citoyens dont l’habitat est dispersé. C’est un concept politique — non un espace bâti —, et la création de villes ne donnera jamais aux citadins plus de droits qu’aux ruraux.

La ville romaine : un projet politique et religieux

Plus encore que la cité grecque la ville romaine exprime un projet indissociablement politique et religieux. Il s’analyse notamment dans une institution comme le pomerium (ou pomœrium) qui était l’espace libre aménagé autour de l’enceinte de Rome, dans lequel il était interdit d’habiter et de cultiver. À l’intérieur de l’enceinte de la ville, dont les limites furent plusieurs fois reculées, des règles très précises limitaient le pouvoir des consuls.

« Un général victorieux — écrit Pierre Grimal — au retour de sa campagne, se voit interdire de franchir la limite pomeriale aussi longtemps qu’il désire demeurer imperator, en attendant, par ex., que le Sénat consente à lui décerner les honneurs du triomphe. Si, même par mégarde, il posait un pied à l’intérieur du pomerium, il perdrait sa qualité et ne pourrait plus aspirer à triompher » (Les villes romaines, PUF, 1971). Ainsi, l’espace de la ville a une forte signification politique et spirituelle. Elle n’est pas seulement manifeste dans la capitale de l’Empire.

Dans le plan-type des villes romaines sont conjuguées à la fois des exigences techniques de reproductibilité — le plan est conçu pour être utilisable par de simple soldats en campagne — et des constituants qui relèvent non d’une intention pratique, mais religieuse. C’est le cas de l’axe est-ouest (decumanus) coupant l’axe nord-sud (cardo). Pour J.J. Wunenburger, « le plan en croix représente analogiquement le carrefour des orientations cosmiques » (Le sacré, PUF, 1981). Tout particulièrement dans les marges occidentales de l’empire, ce plan est un instrument de romanisation, ou, si l’on en croit les propos prêtés au rebelle breton Galcacus par Tacite, d’« accoutumance à l’esclavage ». La ville romaine n’est en effet pas une simple agglomération d’hommes. Le sol de la ville est consacré aux dieux. Et sur ce sol, fontaines, sanctuaires, lieux de réunion permettent l’éclosion d’une socialité qui font de ces colonies, comme le dit Grimal, « une image de Rome ».

L’enveloppement du centre

Même après la chute de l’Empire romain, la ville en Occident reste, comme écrit Jean Pierre Muret, « l’ombre de la ville romaine » (La ville comme paysage, C.R.U, 1980). Le plan radioconcentrique est employé concurremment au plan orthogonal. Bastides et villeneuves, c’est-à-dire les villes liées à des opérations de défrichement ont un tracé irrégulier mais obéissant souvent à la formule de l’enveloppement du centre (l’église) par des cercles concentriques de rues bordées de maisons, d’autres rues partant du centre vers la périphérie (cf. revue Monuments Historiques n°158, août-sept. 1988). Mais les tracés orthogonaux sont de plus en plus fréquents à partir du XIIe siècle. Dans ceux-ci, les places sont considérées comme une des cases du quadrillage. De ce fait, « les rues débouchent aux angles et les courants de circulation restent tangentiels aux côtés » (J.L. Harouel, Histoire de l’urbanisme, PUF, 1981). La tendance du Moyen-Âge est ainsi de considérer comme souhaitable le plan orthogonal, même s’il n’est appliqué que dans certaines de ses villes nouvelles.

Quand le monument devient “cible”

La Renaissance voit le développement de conceptions qui s’épanouiront pleinement à l’âge classique (XVIIe, XVIIIesiècles). Elle représente une période favorable pour l’éclosion de plans radioconcentriques, tel celui de Palma-Nuova (1593). De tels plans permettent au mieux de mettre en valeur un monument central. Autre cas de figure : l’élaboration de synthèse entre les plans radioconcentriques et orthogonaux, la place centrale devenant par ex. un carré ou un rectangle.

La perspective devient volontiers monumentale, le monument est une « cible » (G. Bardet) : il doit être visible dans l’axe d’une rue. En conséquence, on n’accède plus aux places par les angles, mais par le milieu de chaque côté. Simultanément, c’est selon des normes strictes de proportion que les façades sont percées de fenêtres. Ces normes tendent d’ailleurs à être imposées à d’autres éléments que les façades, et à être étendues à toutes les constructions quand le pouvoir politique est en mesure de le faire.

C’est ce que fait Ludovic Le More dans la petite ville lombarde de Vivegano, comme le note Jean-Louis Harouel qui précise : « L’unité de style constitue donc le visage architectural de l’individualisme de la Renaissance » (op. cit.). C’est le retour en force du programme en urbanisme et architecture. Ces programmes sont alimentés par d’importantes réflexions théoriques, comme celles d’Alberti, ou de Thomas More qui pousse à l’extrême la volonté de standardisation (L’Utopie).

Lire la suite 

08:52 Écrit par pat dans culture et histoire, tradition | Lien permanent | Commentaires (0) |  Imprimer |  Facebook | | | | |

Scandale de la vente d'organes de foetus avortés : ce n'est pas terminé

Ce sont déjà 3 vidéos révélant les pratiques abominables du Planning familial qui ont été diffusées dans la presse. L'affaire est résumée ici.

David Daleiden, le fondateur du Centre Pour le Progrès Médical (CMP), a révéléqu'il y a encore neuf vidéos qui révèlent les opérations du Planning familial.

"Nous avons près de 300 heures de vidéos filmées en caméra cachée, rassemblée par des journalistes d'investigation au cours de 30 mois, montrant comment le Planning familial vend les parties du corps des bébés qu'ils tuent".

Le planning familial a loué les services d'une société de gestion de crise pour traiter les retombées de cette affaire. Soit actuellement 10 enquêtes et une proposition de loi pour supprimer les subventions.

Et cette enquête a été faite dans les règles de l'art. A la question de savoir si des lois d'enregistrement locales pourraient nuire à CMP, Daleiden a répondu que

"Chaque enregistrement sur bande que nous avons fait pendant ce projet a été fait dans le respect intégral des lois d'enregistrement locales. La vidéo spécifique du laboratoire de pathologie à la clinique de Planning familial qui a été révélée aujourd'hui [mardi], et qui a été faite à Denver, dans le Colorado, a été réalisée avec le consentement des participants."

Michel Janva

Quoi qu’on en pense, le FN a « droitisé » la France

En France, une recette politique paye : se « droitiser » même à droite ! Après le Sarkozy cru 2007, le Juppé, qui l’eût cru, 2017… Un sondage fait passer devant Marine Le Pen celui qui, jusqu’alors « droit dans ses bottes », se retrouve « à droite dans ses tongs » !

Selon le dernier sondage IFOP/RTL, un seul candidat du premier tour de la présidentielle 2017 parviendrait à faire mieux que Mme Marine Le Pen (FN) : M. Alain Juppé (Les Républicains). À remarquer tout de même que, selon ce sondage (ou du moins selon les résultats retravaillés par les « spécialistes » de l’IFOP pour corriger « ce que le sondé a dit mais qu’il ne voulait pas dire parce qu’en réalité il vote pour… »), ce ne sont pas 10, ni 5, ni 3 points qui séparent M. Juppé de Mme Le Pen. Non, ce n’est qu’un seul et unique petit point : l’IFOP lui accorde 28 %, et 27 % « seulement » à la candidate FN… Cela n’a pas empêché Le Parisien d’y aller d’une dithyrambe pour le Bordelais : M. Juppé est « le favori de la prochaine présidentielle […] qui caracole en tête des cotes de confiance depuis plusieurs mois ».

Lire la suite

La stratégie d’Erdogan pourrait mener son pays au chaos…

C’est l’attentat de Suruç (jamais revendiqué par l’EI) qui fut le prétexte invoqué par Ankara pour déclencher une opération militaire de grande envergure visant à anéantir le PKK et accessoirement à repousser Daesh loin de ses frontières. Depuis une semaine le PKK se venge violemment de l’agression turque et l’État Islamique ne s’est pas encore lancé dans la bataille…

Rien qu’aujourd’hui, 3 policiers morts en Turquie.

 

Ile De France - On N'arrete Pas Le Progres

07:16 Écrit par pat dans culture et histoire | Lien permanent | Commentaires (0) |  Imprimer |  Facebook | | | | |

30/07/2015

Bistro Libertés S02E10 avec Benoit Rayski

Droite en France : « Le clivage passe entre populistes et médiagogues »

La notion de « droite » a-t-elle encore un sens en France ? Non s’il s’agit d’opposer le PS et l’UMP. Car le véritable clivage oppose les populistes à l’écoute de l’électorat aux médiagogues à l’écoute des médias. Oui, s’il s’agit de distinguer et d’analyser les comportements électoraux. Et sur le fond la notion de droite garde un sens : l’attachement aux racines, à la continuité et à la tradition. La droite, c’est aussi un tempérament, une attitude et des valeurs : celles du LIS, des libertés, de l’identité et de la souveraineté. Voici les réponses de Jean-Yves Le Gallou à Éric Letty de Monde et vie.


M&V : LA PRÉSIDENTIELLE ET LES LÉGISLATIVES MONTRENT UNE NOUVELLE FOIS QUE L’UNION DE LA GAUCHE EST POSSIBLE, ALORS QUE, DANS LES FAITS DU MOINS, CELLE DES DROITES NE L’EST PAS. « NOS VALEURS NE SONT PAS LES MÊMES », AFFIRMENT LES APPAREILS POUR S’EN JUSTIFIER. FINALEMENT, PARLER DE DROITE A-T-IL ENCORE UN SENS ?

Jean-Yves Le Gallou : Cela garde un sens sur le plan des idées, mais plus beaucoup sur celui des oppositions entre appareils partisans. On peut encore parler des idées de droite, mais je ne crois pas que l’on puisse assimiler le PS à la gauche, ni l’UMP à la droite, ces deux partis se situant dans un mouchoir de poche idéologique: l’un et l’autre sont favorables au libre-échange, à l’ouverture des frontières, à l’immigration… En revanche, leurs électorats diffèrent. L’électorat de base de la gauche est constitué par les minorités ethniques, les élites mondialisées et urbanisées, celui de la droite par les périphéries et les classes populaires et moyennes. En fait, le vrai clivage ne passe pas entre les appareils politiquement corrects du PS et de l’UMP, qui ne sont ni de droite, ni de gauche et communient dans le même politiquement correct, mais entre les populistes et les médiagogues.

COMMENT LES DÉFINISSEZ-VOUS ?

Le populiste est à l’écoute de l’électorat, le médiagogue à l’écoute des médias. Les médiagogues savent qu’aujourd’hui, pour devenir ministre ou être élu président de la République, il faut être sélectionné par les médias et tenir le discours qui leur plaît et qu’ils attendent. Or, les dirigeants politiques UMP, et même, dans une moindre mesure, ceux du Front national, sont amenés à passer beaucoup de temps avec les gens des médias, vecteurs de l’idéologie dominante. Les campagnes électorales – c’est leur bon côté – les contraignent à reprendre contact avec les réalités et les valeurs du peuple. C’est ainsi que Nathalie Kosciusko-Morizet, qui aime pourtant les journalistes, leur a interdit de l’accompagner pendant sa campagne électorale, les propos qu’elle allait devoir tenir à ses électeurs risquant de leur déplaire.

SELON-VOUS, QU’EST-CE QUI DIFFÉRENCIE FONDAMENTALEMENT, SUR LES VALEURS, LA DROITE DE LA GAUCHE, ET L’HOMME DE DROITE DE L’HOMME DE GAUCHE ?

La droite est attachée aux racines, à la continuité et à la tradition, tandis qu’à gauche prévaut toujours la logique de la table rase. C’est pourquoi l’UMP ne peut pas être située à droite lorsqu’elle tient un discours « moderniste ». La droite accepte les différences et refuse l’égalitarisme et le nivellement sous toutes ses formes : hommes/femmes, catholique/musulman, blanc/noir, Français/Anglais… Quant à la différence entre l’homme de droite et l’homme de gauche, je dirai que l’idéal de l’homme de droite est celui du héros tragique, pour qui il importe de bien se tenir et qui privilégie les valeurs d’honneur, de droiture, à l’opposé du monde marchand. Il se heurte en effet à la domination absolue de ce monde marchand, qui refuse et gomme toutes les différences à l’exception de celles créées par l’Argent.

L’homme de gauche, quant à lui, revendique une certaine justice, qui risque toujours de se transformer en égalitarisme.

L’EXPRESSION UTILISÉE PAR GUY MOLLET : « LA DROITE LA PLUS BÊTE DU MONDE », A FAIT FLORÈS. IL EST ADMIS QUE LES INTELLECTUELS SONT DE GAUCHE ET QUE LA DROITE N’A PAS D’IDÉES, ELLE GÈRE LA BOUTIQUE. QU’EN PENSEZ-VOUS ?

C’est doublement faux. Premièrement, la droite n’est pas gestionnaire. Les deux tiers de la dette française sont dus à des gouvernements UMP, qui se prétendaient de droite. Au cours des cinq dernières années, Fillon et Sarkozy ont creusé un trou de 600 milliards d’euros : peuvent-ils après cela prétendre être de bons gestionnaires ? Deuxièmement, je ne suis pas du tout convaincu qu’en France l’intelligence soit de gauche : n’oublions pas que notre seul prix Nobel d’économie, Maurice Allais, l’homme qui avait annoncé la crise économique avec vingt d’avance, était de droite.

Les intellectuels qui sont médiatisés sont de gauche, ce qui n’est pas pareil : ainsi, quantité de faussaires, comme B-H.L., Jacques Attali, ou le démographe Hervé Le Bras sont régulièrement invités sur les plateaux des télévisions. Mais je suis frappé par le nombre d’authentiques intellectuels qui sont en train de basculer à droite, comme Richard Millet, qui s’interroge sur la perte de sens et dénonce l’« immigration massive en Europe de peuples extra-européens », en rupture radicale avec le discours dominant ; le géographe Christophe Guilluy, qui a travaillé sur la fracture entre la périphérie et le centre urbain ; la démographe Michèle Tribalat ; Régis Debray, qui revient au concept de frontières ; en philosophie, Chantal Delsol, Philippe Nemo, Jean-François Mattéi ; en géopolitique, Aymeric Chauprade ; dans le domaine artistique, Jean-Louis Harouel, Jean Clair, Michel Maffesoli, Aude de Kerros, Christine Sourgins… On assiste aujourd’hui à une révolte des intellectuels contre le système dominant, mais les médias étouffent leur voix. La seule émission qui les reçoive, celle de Frédéric Taddéi sur France 3, a vu son temps de parole divisé par quatre – et ce n’est pas un hasard. Les vrais intellectuels sont de droite – mais sont placés sous l’étouffoir.

SUR QUELS THÈMES ET QUELLES VALEURS PENSEZ-VOUS QUE LA DROITE PUISSE AUJOURD’HUI SE REFONDER ?

Le lis : Libertés, Identité et Souveraineté !

Propos recueillis par Eric Letty

Pour Monde et vie

14 rue Edmond Valentin

75007 Paris

Bibliothēca #8 : le Siècle des héros, du général Bigeard

22:46 Écrit par pat dans culture et histoire | Lien permanent | Commentaires (0) |  Imprimer |  Facebook | | | | |

Il n’y a plus à proprement parler de finalité pour le travailleur qu’on a rendu définitivement « aveugle à la finalité de son travail »

Pour Anders, renouveler la critique sociale, c’est aussi actualiser Marx. Si le mouvement ouvrier a perdu en effectivité, c’est parce qu’il n’est plus synchrone avec notre monde ; Anders propose de rattraper ce décalage en opérant des actualisations qui sont autant de déplacements de la doctrine marxienne. 
     La dernière instance n’est plus économique, elle est technique. Premier déplacement qui en entraîne toute une série. 
     Le prolétariat n’est plus une classe économiquement exploitée, c’est l’humanité privée de liberté par l’autonomisation de la technique. 
     Le travail n’est plus quelque chose qu’on cherche à développer, mais quelque chose qu’on cherche à supprimer. 
     La marchandise n’est plus un produit fait pour durer, mais un produit qui, comme les aliments ou les bombes, demande à être remplacé après usage, pour que la mégamachine continue à tourner. 
     Quant à la lutte anticapitaliste, elle prend la forme d’une lutte contre le totalitarisme des machines. 
     S’il y a une critique (philosophique) de l’économie politique chez Anders, elle tient tout entière en une série de déplacements des fondements marxiens. 
     Vu par Anders, le travail est quelque chose que l’on cherche à supprimer pour lui substituer des emplois absurdes comme celui de « berger des objets » ou, pire encore, comme celui de travailleur à domicile, payant pour travailler passivement, pour regarder la télévision en l’occurrence, au lieu d’être payé en échange d’un travail actif. Le travail n’a plus d’autre finalité que de faire tourner la mégamachine. Il n’y a plus à proprement parler de finalité pour le travailleur qu’on a rendu définitivement « aveugle à la finalité de son travail ». La nature de son activité et sa conscience morale ayant même été remplacée par le « zèle du collaborateur », il est devenu un rouage polyvalent pour lequel tout se vaut. Du coup, il peut passer d’une mégamachine à l’autre, de la mégamachine capitaliste à la mégamachine nazie, par exemple. Un tel travailleur est, pour reprendre le titre d’un livre d’Anders, un fils d’Eichmann. 
     Sa conception des marchandises n’est pas moins surprenante. Elles ont une date de naissance et une date de décès. Étant vivantes, elles sont mortelles. Et plus vite elles mourront, mieux ce sera, du point de vue de la mégamachine. Pour qu’elles soient plus faciles à liquider, l’industrie rêve de les liquéfier afin de pouvoir produire un flux continu de marchandises. 
Christophe David, « Günther Anders. La vie mutilée » in Radicalité, 20 penseurs vraiment critiques

JT du Jeudi 30 Juillet 2015

La Grèce s’enfonce dans la misère

Le gouvernement a dû émettre des tickets d’approvisionnement alors que l’Eglise et les ONG amplifient leurs efforts.

« En Grèce, les enfants et les familles connaissent l’horreur de la faim et du dénuement », a alerté cette semaine Julien Lauprêtre, président du Secours populaire français, en lançant un appel à la générosité. La situation, qui n’a cessé de se dégrader ces derniers mois, devient en effet dramatique.

Le gouvernement a ainsi décidé de mettre en circulation des cartes alimentaires prépayées, utilisables dans 5 000 magasins d’alimentation. Elles sont destinées à près de 150 000 personnes : familles nombreuses, monoparentales, avec enfants handicapés, ou chômeurs de longue durée. Cette mesure a été prise en urgence, car le filet social existant ne suffit plus.

Le rapport 2014 des œuvres sociales de l’Eglise orthodoxe faisait pourtant déjà état de plus de 500 000 personnes secourues par 280 soupes populaires et plus de 75 000 Grecs aidés dans 150 « magasins sociaux », pour un coût total de 120 millions d’euros. Les mairies sont aussi impliquées, dont celle d’Athènes qui a vu la demande en aliments, médicaments et habits exploser ces dernières semaines.

Des associations offrent également des douches et des générateurs à ceux qui n’ont plus d’eau ou d’électricité. Avec l’aide de nombreux bénévoles, souvent démunis eux-mêmes. Mais pour eux, aider les autres est le seul antidépresseur qu’il leur reste.

Les entreprises s’y mettent à leur tour. Venetis, une chaîne boulangère de 80 magasins, distribue ainsi gratuitement plus de 100 000 pains par jour, le tiers de sa production. Car pour Panagiotis Monembasiotis, son directeur général, « avec ce 3e plan de rigueur qui commence, il n’y aura bientôt plus de consommateurs en Grèce, il ne restera que des mendiants ».

Dans les beaux quartiers, les gens vont discrètement le soir chercher leur pain offert. Ailleurs, on n’a plus cette honte. Fotis Pedikas, peintre au chômage, attend chaque jour la dernière heure pour aller au marché en plein air, quand les prix baissent de moitié.

Les plus mauvais jours, il ramasse les fruits jetés, ou récupère autour des poubelles les sacs plastiques avec les restes des repas que d’autres laissent exprès. Et dans un grand éclat de rire, il interpelle le premier ministre Alexis Tsipras, qui a signé le fameux accord avec les créanciers du pays afin de rester dans la zone euro : « Pour que la Grèce continue d’appartenir au Club, faut-il que les Grecs meurent ? »

E&R

http://gaelle.hautetfort.com/

Qui sont les petits Blancs ?

Qui sont les petits Blancs, ces Blancs pauvres prenant conscience de leur couleur de peau dans un contexte de métissage ? Sont-ils l’équivalent français des White trash américains ? Seraient-ils trop blancs pour intéresser la gauche, trop pauvres pour intéresser la droite ?

Sur Fréquence Protestante, le 26/02/2014, Laurence Arven dialogue avec Aymeric Patricot à propos de son livre “Les petits Blancs” (Plein jour).

http://fortune.fdesouche.com/

«Dwekh Nawsha», la milice chrétienne qui envoie des Français contre l'Etat islamique

Logo_of_the_Dwekh_Nawsha_Militia« Dwekh Nawsha » signifie « futurs martyrs » en araméen. C'est une organisation en pleine expansion, lancée mi-mai 2014 en Irak, qui a compté dans ses rangs des vétérans américains et britanniques. Son objectif: défendre les chrétiens. En France, le groupe est né au lendemain des attentats de janvier. 

Le site internet assure : 

« De plus en plus de Français se renseignent sur les moyens de se rendre en Syrie et surtout en Irak combattre les extrémistes, notamment les miliciens ultraradicaux du groupe Etat islamique ». 

Les futurs soldats sont des volontaires non rémunérés. La campagne de recrutement a payé.

« Un groupe d’une quinzaine d’éclaireurs seront en tête de pont.Ce sont principalement des anciens de l’armée, âgés de 25 à 45 ans. Nos contacts avec les Assyro-Chaldéens sont réguliers et se passent bien. Vous savez, pour l’instant, ils restent assez méfiants vis-à-vis des Français, qu’ils considèrent être plus proches des djihadistes… » 

Le dossier de quelque 200 réservistes est actuellement à l’étude. 

"Les profils sont sérieux : nous recherchons d’abord la motivation, la maturité, des personnes avec un casier judiciaire vierge et… si cette personne est un ex-militaire, c’est encore mieux ». 

Cette milice manque d'instructeurs pour former ses combattants. Un ancien militaire français témoignait en avril :

"Le membre de la milice avec lequel je suis en contact m'a demandé de lui retranscrire mes motivations, pour juger de mon état psychologique en quelques sortes. Puis on m'a demandé mes compétences pour intégrer la milice. J'ai été accepté grâce à mon expérience des armes, par mon passage dans l'armée française. La milice cherche du personnel expérimenté, mais pas seulement dans le maniement des armes. Des personnes travaillant dans le domaine médical ou encore le génie civil sont également recherchées. Certains membres n'ont donc aucune expérience des armes avant de se rendre en Irak."

Michel Janva

Racines de la géopolitique, géopolitique et fascisme, retour de la géopolitique

♦ Analyse : Claude Raffestin, Dario Lopreno, Yvan Pasteur, Géopolitique et histoire, Payot, 1995.

Au cours des années 70, le déclin intellectuel du marxisme et les affrontements internes du monde communiste se sont conjugués pour rendre nécessaire le recours à la géopolitique. À l'évidence, la seule prise en compte des facteurs socio-économiques et idéologiques ne suffisaient à comprendre et interpréter litiges nationalitaires et territoriaux. Les problématiques espace et puissance ne pouvaient plus être ignorées d'où le recours à une géographie comprise comme “science des princes et chefs militaires” (Strabon). Professeur de géographie humaine à l'université de Genève, Claude Raffestin ne l'entend pas ainsi. Avec l'aide de 2 chercheurs en sciences sociales, il se fait fort de prouver que la géopolitique n'est pas une science ni même un savoir scientifique (1). « Production sociale marquée du sceau de l'historicité », la géopolitique ne serait qu'une superstructure idéologique légitimant le nationalisme et l'impérialisme de l'Allemagne du XXe siècle commençant. Pour en arriver à cette affirmation abrupte, C. Raffestin procède à une démonstration en 3 temps.

Dans une première partie (“Racines de la géopolitique”), il décrit et explique le rôle d'intermédiaire joué par Friedrich Ratzel (1844-1904) entre une géographie allemande marquée par les philosophies de Herder et Hegel — la géographie est l'élément de base de l'histoire des peuples, des nations, de États — et l'œuvre de Rudolf Kjellen (1864-1922), professeur et parlementaire suédois, créateur du néologisme de “géopolitique” en 1916. Héritier de Humboldt et Ritter, F. Ratzel est à l'origine d'une géographie humaine fortement structurée par une vision darwinienne du monde (vision organiciste de l'État, individu géographique ; thème de la lutte de l'espèce-État pour l'espace). S'il n'est pas indifférent aux problèmes de son temps, l'ensemble de son travail est tourné vers la connaissance de la Terre et des connexions entre les sociétés humaines et leur milieu de vie. Cette géographie, que l'on peut qualifier d'académique, n'est donc pas de la géopolitique. C'est avec R. Kjellen que se développe une géographie active, applicable aux rapports de puissance du moment (cf. L'État comme forme de vie, publié en 1916 et traduit l'année suivante en Allemagne) alors même qu'en Grande-Bretagne Halford John Mackinder (1861-1947), en développant et affinant ses thèses exposée dans sa célèbre conférence de 1904, s'inscrit dans la postérité de l'Américain Alfred T. Mahan (1840-1914). La géopolitique naît donc avec la Première Guerre mondiale.

La seconde partie, “Géopolitique et fascisme”, est construite autour de la personne et l'œuvre de Karl Haushofer (1869-1946). C'est à ce général bavarois qu'il revient de continuer la lignée Ratzel-Kjellen en faisant de la géopolitique une science appliquée et opérationnelle. Après avoir tenté de démonter le travail de réhabilitation de K. Haushofer, Raffestin montre le peu d'impact de ses efforts intellectuels sur le cours des choses (2). La “saisie du monde” qu'il assigne comme but à la géopolitique laisse place à la propagande. D'habiles constructions graphiques “mettent en carte” les ambitions expansionnistes du IIIe Reich et assurent l'endoctrinement des masses. La Zeitschrift für Geopolitik n'en inspire pas moins les géopolitiques franquiste et mussolinienne caractérisées par le décalage entre leur discours, global et impérial, et la réalité des États espagnol et italien.

La troisième partie, “Le retour de la géopolitique”, porte sur les recompositions de ce discours dans l'après-Deuxième Guerre mondiale. Une partie beaucoup trop courte pour emporter la conviction du lecteur. Le pragmatisme anglo-saxon, dont font preuve Nicholas J. Spykman (1893-1943) et de ses successeurs, — Robert Strausz-Hupé est le seul qui soit cité ! — ne trouve pas grâce aux yeux de Raffestin. Il n'y voit qu'une resucée de la vieille et infâme Geopolitik. Idem pour les publications de l'Institut international de géopolitique, dirigé par Marie-France Garaud, pour les travaux de la revueHérodote, emmenée par Y. Lacoste, ou encore ceux de sa consœur italienne Limes, dirigée par Michel Korinman et Lucio Caracciolo. À ce stade du livre, on ne prouve plus quoi que ce soit, on anathémise ! Raffestin peut conclure : la géopolitique est le “masque” du nationalisme, de l'impérialisme, du racisme. Il en arrive même à renverser ces rapports de déterminant à déterminé puisqu'en visualisant divers litiges territoriaux, « la démarche de la géopolitique serait très proche de celle d'une prophétie autoréalisatrice » (p. 307-308).

Cet ouvrage a le mérite d'adresser de justes critiques à ce que l'on appellera le géopolitisme : regard olympien négligeant les échelles infra-continentales, affirmations péremptoires, proclamation de lois, volonté de constituer la géopolitique en un savoir global couronnant l'ensemble des connaissances humaines. Scientiste et déterministe, cette géopolitique est datée. Elle a déjà fait place à une géopolitique définie non plus comme science mais comme savoir scientifique (cf. note n°1), prenant en compte les multiples dimensions d'une situation donnée et les différents niveaux d'analyse spatiale attentive aux “géopolitiques d'en bas” (celles des acteurs infra-étatiques). Modeste, cette géopolitique post-moderne est celle d'une planète caractérisée par la densité des interactions (flux massifs et divers), par l'hétérogénéité des acteurs dusystème-Monde (le système interétatique est doublé et contourné par un système transnational : firmes, maffias diverses, églises, sectes groupes terroristes...), et l'ambivalence des rapports entre unités politiques (relations de conflit-coopération, disparition des ennemis et par voie de conséquence des amis désignés). Cette géopolitique est celle d'un système-Monde hyper-complexe, multirisques et chaotique (3). Mais ces renouvellements sont tout simplement ignorés par Raffestin. Parce que son objectif est le suivant : disqualifier à nouveau la géopolitique en pratiquant la reductio ad Hitlerum.

► Louis Sorel, Nouvelles de Synergies Européennes n°20, 1996.

Notes :

(1) Selon le géopolitologue Y. Lacoste, directeur de la revue Hérodote, la géopolitique n'est pas une science ayant vocation à établir des lois mais un savoir scientifique qui combine des outils de connaissance produits par diverses sciences (sciences de matière, sciences du vivant, sciences humaines) en fonction de préoccupations stratégiques. Sur ces questions épistémologiques, cf. « Les géographes, l'action et le politique », Hérodote n° 33-34, 2°/3° trimestre 1984 (numéro double) ainsi que le Dictionnaire de géopolitique publié sous la direction d'Y. Lacoste chez Flammarion en 1993.

(2) Cf. la préface de Jean Klein à Karl Haushofer, De la géopolitique, Fayard, 1986. Lire également les pages consacrées par Michel Korinman à K. Haushofer in Quand l'Allemagne pensait le monde, Fayard, 1990.

(3) Cf. Lucien Poirier, La crise des fondements, Economica/Institut de stratégie comparée, 1994. 

http://www.archiveseroe.eu/geopolitique-a117541086

Beaucaire : des commerçants musulmans s’en prennent à Julien Sanchez

 Julien Sanchez, le maire de Beaucaire, a été cité à comparaître – le mercredi 29 juillet – par des commerçants musulmans. En cause, deux arrêtés municipaux. L’un “interdisant l’exercice professionnel de toutes les épiceries, primeurs et commerces de distribution de 23 heures à 8 heures” dans un périmètre délimité du centre-ville. Et un autre “interdisant à tous les commerces” de travailler de 23 heures à 5 heures dans deux rues de la ville.

Pour les plaignants, ces arrêtés municipaux “visent substantiellement les commerçants d’origine maghrébine, appartenant à la confession musulmane” car la période visée par ces arrêtés “couvre la période du ramadan” (sic).

Julien Sanchez nie toute connotation discriminatoire : il affirme avoir pris ces arrêtés à la demande des riverains de ces quartiers résidentiels, qui l’ont alerté sur des nuisances sonores.

Lire la suite

Une ville veut bloquer en Suisse l'aide sociale des réfugiés

Aarburg (AG) veut verser l'aide sociale de certains étrangers sur des cartes de crédit afin qu'ils ne puissent pas envoyer l'argent à leurs familles restées au pays.

A Aarburg, presque un bénéficiaire sur 2 de l'aide sociale est un ancien requérant d'asile, s'énerve l'UDC locale. 

L'aide sociale est censée aider faciliter la vie de ses bénéficiaires en Suisse, et non pas aider la famille restée au pays. C'est du moins le credo d'une élue UDC chargée des oeuvres sociales d'Aarburg, en Argovie. Du coup, la ville va proposer d'ici l'automne un projet pilote pour éviter que l'argent versé aux réfugiés ne parte à l'étranger, révèle la RTS sur les ondes de la Première.

«Presque 45% des bénéficiaires de l'aide sociale sont des anciens requérants d'asile qui vivent maintenant de l'aide sociale», constate Martina Bircher. «Et on se rend compte que 40 à 60% de l'argent que nous versons retourne dans le pays d'origine. C’est contraire à la loi, on n'a pas le droit de détourner l'aide sociale», estime l'élue qui craint en outre que l'argent puisse financer des passeurs.

Lire la suite

FDesouche bouscule la hiérarchisation de l'information

Pierre Sautarel, l’un des principaux contributeurs du site FdeSouche, raconte àPrésent :

"J’ai reçu une convocation de la police pour une affaire de diffamation. Sur place j’ai appris que c’était dans le cadre d’une diffamation visant Pierre Bergé qui porte plainte. On me reproche d’avoir publié sur FdeSouche un lien vers un article du site Panamza que Pierre Bergé juge diffamatoire. Juste un lien. Même pas un copié-collé de l’article.

La police vous a traité comme un terroriste.

C’est sans doute à rapprocher des propos récents de la sénatrice verte Benbassa ou de Laurent Joffrin de Libération. Il y a toute une stratégie en ce moment pour essayer de mettre dans un même panier islamistes, catholiques traditionalistes et patriotes français selon l’idée que tous les ennemis de la France plurielle font le jeu d’Al-Qaïda. C’est de plus en plus le discours officiel. Oui j’ai été traité avec agressivité, les trois flics qui s’assoient autour de vous, qui vous assaillent de questions dans tous les sens, les remarques qui se veulent humiliantes : «vous n’avez pas le courage de vos idées, vous n’assumez pas», les coups d’énervement un peu feints. Ils voulaient absolument obtenir une chose : que je reconnaisse que je suis le directeur de la publication de FdeSouche.Or, je ne suis pas le directeur de publication du site. Le directeur est un Indien qui vit en Inde. La police l’a déjà recherché et a enquêté sur lui par le biais d’Interpol. Cette enquête a prouvé son existence. Pour le trouver, ils ont même convoqué des Tamouls de la région parisienne qui portaient un nom ressemblant. Des Tamouls du 93 qui se sont retrouvés auditionnés car ils croyaient que c’étaient eux les responsables de FdeSouche… Les grosses manœuvres !

Vous les rendez fous, ces flics, pourquoi veulent-ils à tout prix que ce soit vous le responsable légal ?

L’intérêt d’avoir un directeur de la publication sous la main c’est de le poursuivre. De multiplier les procédures à gogo, d’avoir accès à toutes les données informatiques du site, de faire des réquisitions et des perquisitions informatiques. On a alors un site qui est sous le contrôle de la police et de l’Etat. C’est ce qu’ils veulent. A partir du moment où FdeSouche est hébergé à l’étranger, il faudrait que ma prétendue diffamation soit considérée comme un délit dans le pays qui l’héberge pour poursuivre. Une procédure pour diffamation contre Pierre Bergé, franchement, en Inde, ils s’en foutent…

Plus vous avez nié et plus les policiers se sont énervés. Ils sont partis perquisitionner chez vous et ont forcé votre porte ?

Ils ont saisi mon smartphone que j’avais avec moi lors de la convocation. Ils se sont ensuite rendus chez moi, ont forcé la porte avec un serrurier et ont entièrement perquisitionné l’appartement à la recherche de mon matériel informatique et de mon ordinateur qu’ils n’ont pas trouvé.

Vous pensez que Pierre Bergé a pu exercer une influence en haut lieu sur cette descente ? 

Je pense que Pierre Bergé n’a même pas besoin de demander quoi que ce soit ni d’insister. Nous sommes dans une sorte de ploutocratie où quand un grand bourgeois proche du pouvoir comme Pierre Bergé porte plainte, on y prête plus d’attention que si c’est Madame Michu, fermière dans la Nièvre. Le juge se sent tout de suite pousser des ailes, protégé et autorisé à aller loin. Je pense que Pierre Bergé a porté plainte contre les propos et que c’est le juge qui fait du zèle. C’est l’impression que j’ai eue.

— Est-ce que vous dérangez particulièrement en ce moment ? Vous agacez le pouvoir en place ?

Dans une période où tout nous donne raison, ils sont ennuyés, oui. Que ce soit avec l’explosion de la délinquance, comme les 17 commissariats attaqués pendant la période du 14 juillet dont aucun média en vue n’a parlé, ou avec la montée des attentats islamistes,nous assistons à l’explosion de leur France plurielle et à une grave régression au niveau sécuritaire, identitaire et civilisationnelle. Et les gens en prennent de plus en plus conscience. Même François Hollande est obligé de parler d’identité nationale pendant son discours du 14 juillet ce qui prouve que c’est au cœur des motivations de l’opinion publique. Faire taire dans un tel contexte un des sites qui est le porte-parole de ces valeurs-là, ce serait pas mal pour eux.

Tous les jours vous trouvez des exemples dans la presse locale ou nationale, des exemples qui passent en page 25 derrière les chiens écrasés et que vous collectez et mettez en lumière. C’est particulièrement efficace.

On ne peut pas nous accuser de mentir. Nous bousculons toute leur hiérarchisation de l’information et nous avons plus de visibilité que certains journaux professionnels ou même locaux. [...]"

Michel Janva

La révolte paysanne n’est pas qu’un feu de paille

Elle pourrait embraser tout le pays.

Lorsque des agriculteurs qui travaillent beaucoup plus de 35 heures par semaine ne trouvent plus dans leur activité, la vente de produits évidemment indispensables à la vie, mais aussi l’entretien de nos paysages, une source de revenus acceptables et que beaucoup sont surendettés pour répondre aux exigences de la concurrence, mais aussi à l’accumulation de normes que notre administration fait appliquer avec zèle, la révolte éclate avec une brutalité que seul un gouvernement désinvolte pouvait ne pas prévoir.

L’année dernière, les intermittents du spectacle avaient obtenu le maintien de leurs avantages en perturbant les festivals de l’été. Cette année, les paysans ont amené le pouvoir à Canossa en fermant la route des vacances. Dans les deux cas, des Français ou des étrangers bienvenus – les touristes – ont servi d’otages. Dans les deux cas, l’intérêt catégoriel n’a fait aucun cas de l’image du pays et de l’intérêt général. La loi et l’ordre ont été, comme le veut une habitude nationale, bafoués par des actions contre lesquelles le gouvernement n’a même pas osé réagir alors qu’elles portent atteinte à des piliers de notre droit : la liberté de circuler ou la propriété. La compréhension relative des Français revenait à dire : ils ont raison, mais ils feraient mieux de s’en prendre aux industriels, aux distributeurs et surtout aux pouvoirs publics, plutôt qu’à nos vacances.

Lire la suite 

Les Turcs, les Kurdes et l'Europe

La réunion de l'Otan du 28 juillet semble avoir donné toute satisfaction au gouvernement d'Ankara. "L’accord est total, unanime, sans faille", a ainsi affirmé le secrétaire général de l'OTAN Jens Stoltenberg. Il s'agissait d'une session d’urgence du Conseil de l’Atlantique nord demandée par la Turquie. Elle a débouché sur un soutien appuyé à Ankara de la part des ambassadeurs auprès de l’Organisation.

Le gouvernement turc, ou plutôt ce qui en tient lieu depuis l'échec relatif de l'AKP aux élections du 6 juin voulait pouvoir frapper, indistinctement, en théorie, aussi bien la rébellion armée kurde du PKK et les islamo-terroristes de "Daëch". Mais l'état-major d'Ankara accorde une priorité, dans la pratique, au PKK, dont l'origine marxiste-léniniste, un peu oubliée, et la guerre sanglante des années 1980 font aujourd'hui encore l'ennemi numéro 1.

Rappelons à ce sujet que le Premier ministre Davutoglu, professeur de géopolitique, devenu ministre des affaires étrangères, proche collaborateur du chef de l'État, n'a pas encore constitué un gouvernement investi de la confiance du parlement. La constitution restant en vigueur reste parlementaire, et l'évolution vers un régime présidentiel que proposait l'AKP et que souhaitait Erdogan. semble bien avoir été refusée par la majorité des électeurs.

Or, pour former une majorité, il faut 276 députés, et l'AKP islamo-conservateur en dispose de seulement 258, les autres partis : nationalistes du MHP 80, kémalistes du CHP 132, kurdes du HDP 80. Après avoir cherché successivement un allié auprès des Kurdes, puis des Kémalistes, il semble bien qu'Erdogan considère que le parti le moins éloigné de ses convictions soit le parti nationaliste, bien que son chef Devlet Bahçeli pose des conditions très claires : mais il lui suffit de s'abstenir, au moins dans un premier temps.

La revendication nationaliste turque principale dans le contexte actuel est un retour à la fermeté contre le séparatisme kurde, et contre sa variante terroriste qui a ensanglanté le pays depuis maintenant 30 ans, en dépit d'un intermède appelé "processus de paix".e On aime beaucoup cette expression politiquement correcte au Département d'État. à Washington, on cherche à l'appliquer dans ce conflit, comme on l'a fait à toutes les sauces en Irlande, mais avec moins de succès au Proche-Orient, et maintenant en Colombie.

Entre le parti kurde HDP et le pouvoir central, en présence des Occidentaux on joue au chat et à la souris : Erdogan accuse le HDP de ne pas être autre chose que la vitrine légale du PKK, et, à ce titre il refuse les accommodements et les dialogues que les Américains et les Européens bien pensants font mine de lui demander.

À entendre Erdogan le HDP serait en effet un parti terroriste.

150730-carte

Seulement voilà : aux élections législatives turques du 6  juin le HDP arrive en tête dans les 15 provinces de l’est. Il obtient 6,5 millions de voix, soit 14 % des suffrages, et 80 députés sur 550 : c'est beaucoup pour des terroristes et cela voudrait dire que toutes les provinces orientales de la Turquie seraient favorables au terrorisme…

Ces territoires ne ressemblent-ils pas à un Kurdistan potentiel dont la revendication pourrait devenir indépendantiste à défaut de recevoir un minimum de considération pacifique dans l'espace turc ? À force de redouter ce scénario, l'État-major d'Ankara ne le renforce-t-il pas ?

Le grand argument serait d’une part que les Kurdes de Syrie, le PYD, les héroïques défenseurs de Kobané, ne seraient eux-mêmes pas autre chose que la branche locale du PKK, et que la zone frontalière kurde en territoire syrien devrait être "contrôlée" par l'armée turque qui y réimplanterait les réfugiés de la guerre civiel syrienne. Et ceci sous le contrôle politique de qui ? Poser la question c'est hélas y répondre.

Sur la photo de l'agence Reuters, prise le 26 juillet à Istanbul, on voit des manifestants pacifistes brandissant des pancartes où il est écrit, sur les unes "barış", ce qui en turc signifie la paix, sur les autres "aşîtî". Ce terme appartient à une langue que parlent selon certaines évaluations plus de 2 millions d'habitants de l'ancienne Constantinople. Sont-ils tous, eux aussi, des terroristes ?

Ou, au contraire cette population, majoritairement musulmane mais très peu fanatique, souvent "alevie", "bektashi", mais aussi "yézidie", etc., tous groupes respectueux notamment du droit des femmes, constitue le plus solide noyau de résistance dans la région face au véritable terrorisme, celui des gens du Djihadisme, du Néo-Califat, d'al-Qaïda, etc.

Leur langue indo-européenne est comprise par un bon quart des citoyens de la république turque, jacobine dans son essence, et qui se veut par conséquent "une et indivisible". Cette minorité, incontestablement opprimée, et dont "on", – "on" c'est-à-dire le gouvernement d'Ankara, – a cherché pendant plus d'un demi-siècle à interdire que soit seulement prononcé le nom, n'hésitons pas à la nommer ici : ce sont les Kurdes.

Dans l'Histoire des relations entre Kurdes et Turcs, ont été parcourues toutes les phases, de l'amitié à l'antagonisme. À la fin du XIXe siècle, le dernier [véritable] sultan, Abdul-Hamid II (1)⇓ ce fut une milice composée de cavaliers largement kurdes la "Hamidiyé" qui fut accusée des premiers massacres arméniens de 1894-1896. Ceux-ci, incommensurables aux persécutions génocidaires de 1915, entreprises par les jeunes-turcs  (2)⇓ ont permis la diffusion d'une légende créditant "les Kurdes", dans leur ensemble, d'une tradition de massacre à l'encontre des chrétiens.

Tout cela pèse dans la balance des experts occidentaux. On se demandera cependant comment un "accord total, unanime, sans faille" a pu être trouvé. Sans doute les experts étaient-ils pressés de retrouver ceux qu'ils confondent encore avec leurs bons vieux alliés de la guerre froide, alors que depuis 2009 Erdogan a complètement viré de bord, désireux de prendre la direction du bloc sunnite dont Daëch est l'expression la plus sanguinaire.

À suivre, par conséquent, à suivre de très près.

JG Malliarakis

Apostilles

  1.  Celui-ci "comme chacun le sait" régna de 1876 à 1909, date à laquelle les jeunes-turcs lui substituèrent son pauvre frère Reshad Effendi, sous le nom de Mehmet V. Lire à ce sujet le très beau "Dernier Sultan" publié par le prince Michel de Grèce (Orban, 1991).
  2.  
    cf. L'Insolent du 24 avril 2009 "Racines jacobines des crimes turcs" et, plus généralement, mon petit livre "La Question turque et l'Europe" qu'on peut se procurer via la page cataloguedes Éditions du Trident, ou par correspondance en adressant un chèque de 20 euros, port compris aux Éditions du Trident, 39, rue du Cherche-Midi 75006 Paris

http://www.insolent.fr/#ret2

Bibliothēca #7 : Les amitiés françaises, de Maurice Barrès

11:48 Écrit par pat dans culture et histoire | Lien permanent | Commentaires (0) |  Imprimer |  Facebook | | | | |

Des centaines de femmes esclaves en Arabie

Aminetou Mint el Moktar, présidente de l'Association de femmes chefs de famille de Mauritanie, l'AFCF, révèle la traite des femmes :

"200 jeunes filles, récemment parties de Mauritanie, sont déjà sur place, en Arabie saoudite. Elles sont séquestrées dans des cours de maisons, victimes de toutes les formes de maltraitances physiques, psychologiques et sexuelles".

La police judiciaire a ouvert une enquête après le dépôt d'une plainte d'une des mères des jeunes filles. 300 autres esclaves mauritaniennes seraient prêtes à partir, selon Aminetou Mint el Moktar.Avec la complicité des autorités de Mauritanie :

"J'estime que le départ d'un tel nombre de personne, appartenant à la même communauté, ne peut passer inaperçu des autorités des deux pays".

"L'Arabie saoudite est réputé pour l'esclavage. Accusés de crimes ou de péchés, des jeunes femmes des Philippines, d'Inde ou Pakistan sont parfois liquidées après avoir été séquestrées et violées et renvoyés chez elle dans un cercueil".

Michel Janva

Les menaces de Hollande aux risques des régionales

À moins de 5 mois du scrutin régional, les gros moyens de désinformation ne focalisent pas encore sur les conséquences qu'il pourrait bien entraîner pour un pouvoir central démonétisé et à bout de souffle.

Or, avant même de considérer les récentes déclarations présidentielles sur le lien entre sa candidature de 2017 pour un second mandat et l'évolution du taux de chômage, on devrait s'intéresser au camouflet qui peut être infligé, dès 2015, aux socialistes et pas seulement à leur chef, à la gauche en général.

Sans craindre les tautologies on observera d'abord que ces élections, qui doivent se dérouler les 6 et 13 décembre dans les 14 nouveaux assemblages de départements de métropole et d'outre-mer répondront à des logiques précisément régionales, fort différentes d'une province à l'autre.

Dans le Sud Ouest on a appris ce 27 juillet que l'accord national entre socialistes et radicaux de gauche permettra à ce vieux parti de jouer son rôle de dernier allié du président. Selon leur chef Jean-Michel Baylet, quels que soient les résultats électoraux, les Radicaux de gauche augmenteront leur nombre de conseillers régionaux, passant de 55 élus actuellement, à quelque 70. On est revenu de loin, car, malgré un déplacement de Cambadélis à Toulouse le 17 juillet, on pensait encore, le 21 juillet, à l'impossibilité d'une entente.

Quant aux autres alliés du PS, ils se comportent comme des rats quittant le navire : dans quatre régions les écolos s'allient au Front de gauche.

Et en Île de France, le président du parti communiste, pourtant déjà sénateur et président de la gauche européenne, Pierre Laurent annonçait le 28 juillet son intention de court-circuiter les ambitions de ses petits partenaires, l'inévitable Clémentine Autain et le sous-produit mélenchonien Coquerel. Le gestionnaire actuel du bastion stalinien entend se venger lui-même de Bartolone coupable d'avoir ravi au PCF en 2008 son fief de Seine-Saint-Denis.

Sans surprise, en Provence, par ailleurs, la situation particulièrement fétide du vieux bastion socialiste des Bouches-du-Rhône empeste encore les interminables puanteurs de l'ère Guérini. Cette affaire, qui vient de loin, n'est absolument pas finie. Elle obscurcit un peu plus l'horizon déjà fort embrumé par 16 années d'une présidence Vauzelle, dont le héros se retire nimbé sinon de gloire, du moins du sentiment d'aisance que lui procure sans doute sa prospérité personnelle.

Or, Valls a déclaré, le 22 juin, dans le cadre d'un Forum de l'assemblée nationale que "l'islam" serait un "enjeu électoral" de la prochaine présidentielle en 2017. Et on peut se demander si dans de nombreuses régions, à la faveur du scrutin de décembre, un avant-goût de cette bataille ne se dessinera pas.

Ainsi pour revenir en Provence, par exemple, on a assisté à une charge affligeante d'Estrosi, signe de sa fébrilité, contre la benjamine des têtes de liste : or, si on prend au pied de la lettre une partie des actes, déclarations, postures, étiquetages, des promesses à défaut de réalisations du maire de Nice, on pouvait se demander jusqu'ici, au fond, sur la question de l'immigration et de l'islamisme ce qui le distingue vraiment du front national, observant que ce parti développe par ailleurs, sur l'économie et sur l'étatisme des positions beaucoup plus "à gauche".

Que les cartes, par conséquent, soient truquées cela ne saurait être tenu pour entièrement nouveau.

Mais une nouvelle donne se précise aussi sous le règne de Hollande. Il faudra bien reconnaître un jour à ce mauvais président ce mérite, le seul sans doute, d'avoir repoussé un peu plus les limites de l'imposture. Depuis la fondation de la Ve république nous y avons été habitués. Aujourd'hui cependant, l'impopularité présidentielle a dépassé des records jamais atteints. On se demande donc, en écoutant le nouveau ton sur lequel Hollande décline désormais son discours sur les chiffres du chômage, quelle porte de sortie il recherche.

Nous voilà donc menacés d'être privés de la chance d'empêcher cet improbable père de la nation de figurer au second tour.

J'ai bien peur qu'une telle hypothèse ne perturbe pas les départs du mois d'août de beaucoup de famille : il ne se représentera pas dites-vous ? bonne nouvelle, pensera-t-on bien qu'il associe cette perspective, en elle-même réjouissante, à une condition plus contristante, celle de voir l'emploi reculer encore.

Mais comment imaginer que l'investissement, l'initiative privée et par conséquent l'embauche repartent de façon significative dans un pays qui persiste à gaspiller 56 % de son produit national en dépenses publiques ?

JG Malliarakis http://www.insolent.fr/

L’éditorial de « Libération » est monstrueux

Antoine Vouillazère, qui n’appartient pas aux cercles catholiques, répond à Laurent Joffrin dans Minute :

M"Je ne suis pas catholique. Pour être précis, je suis un catholique culturel, puisque je suis français, je suis catholique aux yeux de l’Église puisque je suis baptisé, mais je suis agnostique : je tiens l’existence de Dieu pour une hypothèse. Il ne me déplaît pas qu’il y ait des catholiques ardents – je les préfère même ardents que complexés – dès lors que ceux-ci me laissent ne pas croire.

Ceci étant posé, l’éditorial de Laurent Joffrin, après la décision des médecins du CHU de Reims de laisser Vincent Lambert en vie, m’a stupéfait, ce qui constitue au moins la preuve que je ne suis pas totalement blasé… Il m’a stupéfait par sa détestation du catholicisme, il m’a stupéfait par son absence absolue d’humanité.

La République menacée par la vie !

Le patron de « Libération » s’indigne que, dans cette affaire – puisque c’est devenu une affaire qu’un homme soit en vie ! –, des catholiques, qu’il répute « militants extrémistes » et membres d’une « phalange intégriste », soient parvenus à « piétiner les principes laïcs » en obtenant qu’il ne soit pas mis fin à ses jours ! Cela constituerait, selon Joffrin, « une atteinte à la République » ! Outre que M. Larousse définit une phalange comme un « groupement politique et paramilitaire fasciste », ce qui décrit assez peu les fidèles de la Fraternité sacerdotale Saint-Pie X, fondée par Mgr Marcel Lefebvre, dont la mère de Vincent Lambert est supposée être proche – accessoirement, c’est faux –, Laurent Joffrin écrit noir sur blanc que les « valeurs de la République » et la « laïcité » auraient triomphé si Vincent Lambert avait été mis à mort ! Peut-être a-t-il compris que nous étions parvenus à une étape historique où il faudrait que la République française se régénère et qu’elle ne saurait mieux le faire que dans le sang dans lequel elle a baigné à son origine… Trêve de plaisanterie. Pour que la République soit préservée, il fallait donc tuer Vincent Lambert. Et pour que la laïcité prospère, il ne fallait pas que des catholiques s’expriment ! La propre mère de Vincent Lambert devait donc étouffer son amour pour son fils et l’espérance qu’elle a chevillé à l’âme parce que la République ne peut souffrir d’entendre le cri – ô combien digne – d’une femme qui, non contente d’être simplement mère, est de plus catholique ! Mais en quoi la vie d’un homme qui n’a rien fait d’autre que d’avoir un accident de la route et qui s’accroche à la vie menace-t-elle les valeurs de la République ? Mû par la seule idéologie, Laurent Joffrin ne se rend pas même compte qu’il donne raison aux catholiques – à tous les catholiques cette fois – qui, bien au-delà du cas de Vincent Lambert, défendent la « culture de vie » face à la « culture de mort » pour reprendre l’opposition utilisée par le pape Jean-Paul II dans son encyclique Evangelium vitæ en 1995 et largement popularisée depuis.

Le triomphe de la « culture de mort »

Or cette « culture de mort », c’est justement celle dont Laurent Joffrin se fait le propagandiste pour des raisons qui échappent à l’entendement, du moins à celui d’un homme de droite. Comment peut-on préférer voir un homme mort, par respect de « principes », plutôt que vivant ? L’euthanasie, que réclame Joffrin, n’est pas ici l’abrègement d’une « fin de vie » – à laquelle je suis favorable, mais selon le modus operandi classique, c’est-à-dire dans le secret des consciences… – mais l’abrègement d’une vie, c’est-à-dire un assassinat. La société contemporaine est à ce point devenue folle, les aveuglements idéologiques ont pris un tel pas et la confusion intellectuelle est devenue telle qu’on peut très bien, d’une même plume, plaider pour le meurtre avec préméditation – ce que serait la mise à mort de Vincent Lambert – et expliquer – Joffrin le faisait encore en avril – que « l’abolition de la peine de mort est un pas indispensable dans la construction d’une société démocratique » et « que la civilisation et ses lois proscrivent aux États de mettre à mort quiconque, serait-il le plus endurci des criminels ».

Et au fait, pourquoi ne tuer que Vincent Lambert ? Parce que son cas est médiatisé ? Le ministère de la Santé estime que, rien qu’en France, environ 1 500 personnes se trouvent dans un état végétatif chronique (EVC) ou dans un état pauci-relationnel (EPR), soit dans l’état où l’objet de l’absence de sollicitude de Joffrin se trouve. Mais tuons-les tous et la République reconnaîtra les siens ! Au pire, si Dieu existe, il n’aura qu’à s’occuper de leurs âmes ! Il le fait déjà pour les enfants assassinés dans le ventre de leur mère, non ? Car la « culture de mort », c’est aussi cela : trouver banal que l’on tue, chaque année, 200 000 enfants, en s’étant laissé persuader, par paresse intellectuelle, du bien-fondé du slogan « Mon corps m’appartient », alors que le corps qui est sacrifié n’est pas celui de la femme mais celui de l’enfant, et le combat de la mère de Vincent Lambert, à cet égard aussi, est particulièrement exemplaire. Le crime suprême aux yeux de Joffrin, manifestement, c’est d’être catholique. On pourrait même dire : c’est de vouloir sauver une vie au nom de sa foi catholique. L’éditorial de « Libération » est monstrueux, comme notre époque, et l’on assiste, impuissants, à ce « spectacle de la cruauté » comme disait encore Joffrin en parlant… des corridas."

Michel Janva