Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

- Page 5

  • Les consignes de sécurité de l’EI pour mener des attentats en France

    Dans le dernier numéro de son magazine en langue française (Dar Al-Islam), L’État islamique donne des consignes à respecter pour mener « des opérations » sur notre sol sans se faire attraper par la police. Si certains conseils sont basiques, d’autres sont moins conventionnels (l’EI préconise l’apparence « jeune de cité »). Il y a également une liste de cibles à attaquer : « les lieux touristiques, les grandes surfaces, les synagogues, les églises, les loges maçonniques, les permanences des partis politiques, les lieux de prêche des apostats , le but étant d’installer la peur dans leur cœur. »
    Enfin les rédacteurs donnent l’ordre aux apprentis jihadistes de ne pas se laisser prendre vivant par la police mais de mourir l’arme à la main.

    Honte à ceux qui ont favorisé l’expansion de ce groupe de barbares en combattant Bachar el-Assad.

    Voici le texte :

    Pour éviter les filatures, ne pas prendre tout le temps les mêmes trajets lors de vos déplacement, regarder toujours les rétroviseurs en remarquant bien les voitures et surtout les motos (engins favori du tâghoût durant les
    filatures). Vérifier toujours l’intérieur de sa voiture pour détecter un éventuel tracker[4]. Il peut aussi y avoir des
    micros dans les appartements il faut donc ne pas parler à haute voix de vos projets chez vous, mais si vous devez
    impérativement en discuter, écrivez sur du papier et brûlez-le par la suite. Ne parlez pas de votre projet à votre entourage, car peut être qu’une personne proche à la même croyance théorique, mais quand il faudra agir, elle montrera son vrai visage et ne sera plus du tout prête. Cela peut nuire à votre projet.

    Utiliser la dissimulation des signes religieux extérieurs[5] est obligatoire pour effectuer des achats d’armes par exemple vous devez absolument adopter un aspect « jeune de cité » qui recherche à faire un casse avec une arme. Surtout ne pas être pris d’un excès d’enthousiasme et de parler de votre véritable objectif.

    Lors de vos achats d’armes il vous faut garder un box ou plusieurs que vous louerez pour une longue période[6] et de les stocker dans ces box. Ne jamais y rendre visite si ce n’est pour stocker de nouvelles armes. Ce box doit être loin de chez vous, dans une ville où vous n’avez aucun lien et dans laquelle vous n’êtes pas connu. Lors de vos déplacement vers celui-ci, n’emprunter jamais les mêmes chemins et surveiller toujours vos arrières, quitte à aller plus loin que le lieu en question et faire demi-tour ensuite pour voir qui potentiellement vous suit.

    Pour la location du box, vous pouvez le faire avec des fausses fiches de payes, ainsi que des fausses assurances habitations que demande les propriétaires, il suffit juste de quelque recherche Google avec votre ordinateur sécurisé. Celui qui ne peut stocker des armes dans un box et est obligé de les stocker chez lui doit être prêt à les utiliser contre la police si elle vient l’arrêter.
    La place de celui qui combat pour élever la parole d’Allâh n’est pas dans ces lieux d’humiliation et la mort au combat est la plus belle des morts[7].

    Le bel exemple de Mohammed Merah, Louis Sidney, Aboû Bassîr Amédi Coulibaly (qu’Allâh leur fasse miséricorde) est à garder constamment à l’esprit. Vous devez [dans le meilleur des cas] essayer de vous procurer des faux papiers, afin de récolter des butins faciles, comme ouvrir un compte et faire des chèques dans des sociétés qui ont peu de restrictions. Lors de vos opérations, vous devez déjà être sûr de ce que vous allez viser, et avoir aussi des plans de secours pour chacun de vos plans principaux.

    Toujours viser les endroits fréquentés, tel que les lieux touristiques, les grandes surfaces, les synagogues, les églises, les loges maçonniques, les permanences des partis politiques, les lieux de prêche des apostats , le but étant d’installer la peur dans leur coeur. Si vous vous procurez un deux roues, il sera plus facile pour vous de vous échapper afin de vous diriger directement vers votre deuxième cible éventuelle. Ne pas oublier que la victoire vient uniquement par la grâce d’Allâh le Très-Haut, et ce avec n’importe quel moyen qui est à votre disposition ne serai-ce qu’avec un simple couteau de cuisine ou un autre objet tranchant comme des cutters, comme l’a fait notre frère Michael Adebolajo en tuant un soldat du tâghoût britannique.

    Notes de bas de page

    4 – Cet appareil est mis par la police du Tâghoût dans les voitures des frères pour connaitre leurs mouvements. Il est facile à poser et il est relié au démarreur de la voiture (sous le volant), disposant aussi d’une batterie simple pour une petite autonomie.

    5 – Comme la barbe, le qamîs, le fait de raccourcir le vêtement au-dessus de la cheville. Délaisser ces obligations religieuses en terre de guerre est autorisé pour un intérêt religieux comme l’a cité Ibn Taymiyah lorsqu’il dit : « Si un musulman est en terre de guerre ou de mécréance il ne lui ai pas ordonné de se différencier des mécréants dans l’apparence extérieure, car cela peut causer un mal. Mais il est même recommandé et parfois obligatoire que le musulman soit en apparence comme le mécréant s’il y a en cela un intérêt religieux. » [Iqtidâ as-Sirât al-Moustaqîm p.163].

    6 – Afin de ne pas devoir venir se déplacer tous les mois pour payer le loyer au propriétaire.

    7 – L’Imâm Ahmed a dit : « Je n’aime pas que le musulman soit fait prisonnier et je préfère qu’il combatte. La prison est dure et tout le monde doit mourir. ‘Ammâr a dit : Celui qui se laisse faire prisonnier n’a plus de protection, pour cela al-Âjourrî a dit Celui qui se laisse faire prisonnier a commis un péché.» [Al-Insâf 4/125]. cours pour chacun de vos plans principaux. Toujours viser les endroits fréquentés, tel que les lieux touristiques, les grandes surfaces, les synagogues, les églises, les loges maçonniques, les permanences des partis politiques, les lieux de prêche des apostats , le but étant d’installer la peur dans leur coeur. Si vous vous procurez un deux roues, il sera plus facile pour vous de vous échapper afin de vous diriger directement vers votre deuxième cible éventuelle.

    http://www.contre-info.com/les-consignes-de-securite-de-lei-pour-mener-des-attentats-en-france#more-38905

  • « Une chimère cornue... »

    Quelle ombre d'analogie peut-il bien y avoir entre la Constitution des États-Unis d'Amérique et le rêve éculé des États-Unis d'Europe déjà préconisés par Victor Hugo ? La question est posée par Maurras.

    L'unité de l'Europe représente une vieille nuée démocratique. Victor Hugo a écrit sur ce sujet des pages d'un grotesque puissant à la mesure de ses dons verbaux qui étaient aussi immenses que son manque de discernement. Après la guerre de 1914-1918, il s'esquissa à la Société des Nations, ancêtre de l'ONU, des projets d'Union européenne auxquels Aristide Briand prêta sa voix qu'on disait de violoncelle. Il adjurait les Européens de fonder des États-Unis. Charles Maurras répondit à Aristide :

    « Quelle ombre d'analogie peut-il bien y avoir entre la Constitution des États-Unis d'Amérique et le rêve éculé des Etats-Unis d'Europe que vient de regonfler ce malfaiteur public ?

    Les États-Unis de l'histoire sont formés de provinces d'un même peuple parlant une même langue, associées dans la même loi puritaine, toutes tendues à lutter contre un même oppresseur. Cet oppresseur était leur véritable fédérateur. C'est ainsi que le duc d'Autriche fédérait contre lui-même les cantons de la Suisse antique. C'est ainsi que se sont formées toutes les fédérations de l'histoire. Où est le commun oppresseur de l'Europe moderne ? Où est la communauté fondamentale des Européens ? [...]

    L'on rêve d'étroite confédération avec des gens dont on ne comprend pas les idées essentielles, même quand elles sont rendues dans un français approximatif, et l'on doute de l'importance des biens nationaux (certains, nets, positifs, bienfaisants, anciens, sacrés, faiseurs d'ordre et de paix intérieure), et l'on se laisse aller à les défaire ou les relâcher avec une imprudence et une étourderie criminelles. » 1

    Les nations européennes diffèrent par la langue ; bien que leurs castes dirigeantes communient dans l'idéal du Grand Architecte de l'Univers, les peuples possèdent un passé chrétien , mais tantôt catholique, tantôt protestant, tantôt encore "orthodoxe". La France s'est créée en marge de l'empire, rêve germanique. Si l'Allemagne et l'Espagne possèdent de fortes traditions régionales, la République jacobine a brisé les provinces et centralisé à outrance ; sa déconcentration administrative, imposée par le haut, n'est qu'un leurre. Les intérêts des différents pays de l'Union divergent, historiquement et géographiquement. Du Luxembourg à la France, les États se révèlent disparates en taille, population, richesses. Et on veut faire une communauté de tout cela ! La France en mourrait !

    « La doctrine du libre échange nous a diminués pour le moins autant que l'a pu faire la doctrine des nationalités. Le libre échange, tel que nous l'avons pratiqué depuis 1860, nous a rendus malades : aggravé d'une bonne fédération continentale, il nous tuerait. » 2

    La technocratie bruxelloise représente, avec la finance internationale, anonyme et vagabonde,  le seul facteur d'unité. Cet organe étranger, froid, ne saurait qu'imposer une dictature de bureaux rappelant l'administration soviétique. Au-delà d'une longue période de misère, je ne vois pas un tel organisme supranational se terminer, après une pénible agonie, autrement que par des guerres de sécession. « Mais, demandait déjà Maurras dans L'AF du 23 octobre 1925, aurons-nous encore des canons et des munitions ? Nous restera-t-il un seul canonnier ? »

    GÉRARD BAUDIN L’ACTION FRANÇAISE 2000  du 2 au 15 juillet 2009

    1 - L'Action Française, 23 février 1928

     

    2 - L'Action Française, 28 juillet 1929

  • Les Kurdes, ennemis n°1 pour la Turquie

    D'Olivier Hanne à propos de l'intervention turque contre Daesh :

    "Malgré les apparences en France, la Turquie est d’une grande cohérence et conserve la même ligne stratégique depuis deux ans :l’ennemi du Moyen-Orient est kurde, et l’État islamique est un danger secondaire, qui sera vite réglé. [...]

    Grâce à l’EI, la Turquie a vu se développer tout au long de sa frontière méridionale des abcès de fixation pour ses ennemis kurdes, dont les forces sont entièrement mobilisées contre Daesh.

    L’attentat du 20 juillet 2015 fomenté par l’organisation terroriste contre la Turquie peut faire croire à un retournement général de la situation, puisque les troupes turques ont frappé des positions de Daesh. Or, il n’en est rien.

    Comme Ankara l’avait faitle 14 octobre 2014 en tirant sur les partisans du PKK, la Turquie va relancer son combat contre les Kurdes en rouvrant le front intérieur(arrestations de militants kurdes de Turquie, interdictions des manifestations, exécutions...), et en profitant des maladresses américaines sur le front extérieur.

    Le président Erdogan plaide depuis un an pour la mise en place de zones-tampons sur sa frontière avec la Syrie et l’Irak, afin de sécuriser ces zones etmieux prendre en charge les réfugiés. Mais cet objectif humanitaire autoriserait l’armée turque à intervenir de l’autre côté de sa frontière et à y fortifier ses positions.

    Or, le 28 juillet, les États-Unis se sont mis d’accord avec la Turquie pour instaurer une "ISIS-free zone" en Syrie. Il s’agira d’un espace d’exclusion aérienne, garanti par les États-Unis, et d’où Ankara s’engage à expulser Daesh.

    À terme, cette initiative aura plusieurs conséquences :

    • Elle autorisera la Turquie à intervenir contre les Kurdes en dehors de ses frontières,
    • Elle donnera à Ankara l’hégémonie sur ces zones qu’elle convoite depuis un siècle,
    • Elle accélérera le déclin militaire de Bachar al-Assad, puisque l’exclusion aérienne concernera essentiellement son aviation,
    • Elle ne garantira nullement l’affaiblissement de Daesh, puisque la Turquie n’a pas la volonté d’aller au-delà de l’objectif de la sécurisation de ses frontières.

    Il n’y a donc aucun retournement majeur au Moyen-Orient depuis une semaine, mais une confirmation des tendances lourdes de la politique de chacun des acteurs."

    Michel Janva

    http://lesalonbeige.blogs.com/my_weblog/web.html

  • Chômage : la courbe de l’esbroufe (Présent 8405)

    Jean-Marie Le Guen l’a assuré : « C’est une tendance vers l’inversion de la courbe du chômage. » Certes, ce mois-ci, comme tous les autres, le nombre de chômeurs a crû mais un peu moins, c’est donc une baisse de la hausse ou une diminution de l’augmentation. Tel est l’argumentaire du gouvernement devant la montée du flot des sans-emploi. Ces pathétiques acrobaties verbales brodant autour du thème « c’est moins pire qu’hier et ce sera mieux demain » sont supposées rassurer les Français !
    8405-Une
    Le chef de l’État a donc lié une nouvelle candidature à l’inversion de cette increvable courbe. Il l’a répété une fois encore lundi soir devant la presse présidentielle : « C’est dans l’année 2016 que cette baisse crédible doit apparaître. » Il est peu probable qu’il y arrive. Mais, il fait comme si… À l’évidence, il est déjà dans les grandes manœuvres électorales s’efforçant de rallier les Verts et de dissuader le Front de gauche de telle façon qu’il puisse être, dès le premier tour, le candidat unique de la gauche. François Hollande est un incorrigible optimiste mais à ce niveau et dans ces circonstances cela confine à l’inconscience. Sauf si l’on se souvient qu’il est un politicien roué, roi de l’esbroufe et prince des coups tordus. Et dans ce registre, il n’a pas dit son dernier mot…

    On n’a pas fait assez attention aux propos du ministre du Travail Rebsamen, proche du chef de l’État, la semaine dernière sur Europe 1, quand on l’a interrogé là-dessus : « Il ne s’agit pas d’inverser la courbe du chômage, il faut faire diminuer le nombre de chômeurs, c’est ça qui pèse sur le moral des Français. » On a ironisé, à juste titre, sur une courbe du chômage qui continuerait de croître tandis que le nombre des chômeurs, lui, diminuerait. Mais il n’a pas dit n’importe quoi non plus : il a livré la seule manœuvre qui peut permettre à Hollande de faire croire qu’il y a moins de salariés au chômage.

    Comment faire disparaître les chômeurs (sans violence physique) ? La formation : un chômeur en formation ne figure plus dans les statistiques du chômage, même si cela n’aboutit pas à un emploi, l’important est que le salarié reste dans ce parking de 2016 à 2017. C’est pourquoi, en mars 2014, le gouvernement a fait voter une loi sur la formation avec un compte personnel pour tous, à partir de 16 ans. Pour les jeunes, il y a le service civique universel, jusque-là limité à 100 000 par an, le Président a décidé qu’il serait désormais ouvert à tous les jeunes : encore des chômeurs en moins ! Et puis, on a le « classique » : la radiation massive des chômeurs des listes de Pôle emploi sous les prétextes les plus divers, on nous expliquera qu’il s’agit là d’une gestion plus rigoureuse des deniers publics. En privé, Hollande, pour sa candidature, dit qu’elle peut passer « dans un trou de souris » qui passe par un gros trou dans les statistiques du chômage, le temps de faire illusion. Mais les Français ne seront pas dupes : depuis qu’il est président, ils savent qu’il y a 600 000 chômeurs de plus.

    Guy Rouvrais

    http://fr.novopress.info/

  • Pourquoi il faut soutenir l’actuelle jacquerie des paysans

    Tous à nos tracteurs !

    Nos paysans au bord du vide, du déclassement social, acculés au suicide, poursuivent leur révolte. Bloquent routes, autoroutes, sites touristiques et, surtout, aires de grande distribution, leurs ignobles parkings et leurs infâmes panneaux 4×3 qui polluent nos chers paysages de France. Qui pourrait leur jeter la pierre ?

    Tel que l’affirmait Jean-Paul II, tandis que le mur de Berlin tombait, il fut dit, en substance, que le Vatican, s’il n’était pas contre une « économie de marché », se refusait à l’émergence d’une « société de marché » ; et ce, en droite ligne de la doctrine sociale de l’Église. À l’époque, Alexandre Soljenitsyne s’inquiétait qu’une fois le fameux mur tombé, les égouts occidentaux en viennent à submerger la sainte Russie de leurs immondices ; et notre Europe au passage.

    Lire la suite

  • Transmettre les valeurs de la République ? Mais quelles valeurs ?

    Sébastien Pilard, président de Sens commun, et Anne Lorne, déléguée Sens commun pour le Sud-Est et la région Rhône-Alpes et secrétaire nationale des Républicains chargée de la petite enfance, écrivent dans Valeurs Actuelles :

    "Dire qu’il faut transmettre les valeurs de la République, c’est trop faible : il faut transmettre l’amour de la France, expliquait Jean-Pierre Chevènement au Figaro, quelques semaines après les tueries qui ont embrasé la France au mois de janvier. Un message clair qui s’adresse à tous et qui brise le discours ambiant stigmatisant telle ou telle religion.

    De fait,nous restons prisonniers d’une vision désincarnée de la France, où l’adhésion à des principes abstraitsremplace l’attachement qui nous lie à une terre, une histoire, des hommes et un mode de vie.Les valeurs de la République, pour autant que l’on puisse s’accorder sur leur contenu, ne comporteront jamais un degré d’attraction suffisant pour épouser tous les ressorts de la personnalité humaine.Elles s’adressent à la raison et non au coeur, elles dictent une conduite morale mais n’enracinent pas les personnes dans une histoire faite d’aventures, de défaites et de renaissances. Elles ne proposent, enfin, aucune figure de héros qui puisse constituer un modèle à imiter. Pour importantes qu’elles puissent être, les valeurs de la République ne sauraient remplacer la transmission d’un patrimoine culturel et charnel qui nous constitue dans notre identité et nous rassemble dans un même amour partagé.

    C’est pourquoi l’amour de la France constitue le meilleur rempart contre le multiculturalisme qui gangrène la communauté nationale et contre la déculturation qui touche tous les nationaux. Enraciner les gens dans une histoire, c’est les aider à être pleinement ce qu’ils sont et leur permettre de prendre conscience d’une identité qui n’existe souvent que dans les replis inconscients d’une mémoire collective. C’est les élever au-dessus de la société de consommation qui ne concerne que les besoins immédiats de l’homme pour s’adresser à leur âme. C’est passer du registre de l’avoir à celui de l’être, de la froideur des rapports économiques à la chaleur de l’amour patriotique. Amour qui génère une véritable “amitié française”, source du partage et de la fraternité, qui faisait dire à Jaurès : « La patrie est — pour le démuni — son seul bien. » [...]"

    Michel Janva  http://lesalonbeige.blogs.com/my_weblog/web.html