Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

avortement et euthanasie

  • Il y a un responsable suprême de la mort de Vincent Lambert, il s’appelle Emmanuel Macron

    Il y a un responsable suprême de  la mort de Vincent Lambert, il s’appelle Emmanuel Macron

    De Roland Hureaux :

    Michel Houellebecq a été courageux de donner au Monde un commentaire critique de la  mort de Vincent  Lambert le 11 juillet dernier à l’hôpital de Reims.

    S’il n’avait que des tirages moyens, sa carrière littéraire se serait  terminée là. Heureusement, ce n’est pas le cas.

    Mais a-t-il compris ce qui s’est passé ?

    Il dénonce l’Etat mais l’Etat a un chef, au moins sous la Ve République.

    Qui peut croire qu’il ne s’en est pas mêlé, quoi qu’il ait prétendu  ?

    « J’aurais dû me méfier d’Agnès Buzyn » dit l’écrivain.  Et de se dire « sidéré »  qu’elle se soit pourvue en cassation contre l’arrêt de la  Cour d’appel de Paris favorable  à  Vincent Lambert.  Mais qui peut croire que, dans une affaire aussi médiatisée, le ministre de la  santé a  agi sans l’aval, et plus probablement l’ordre exprès du président de la République ?

    Quant aux  juges, s’ils ont, au plus haut degré de la hiérarchie judiciaire,  le Conseil d’Etat et la Cour de cassation, déclaré légal  l’arrêt sordide de l’alimentation de Vincent Lambert, il ne  l’ont pas ordonnée. La décision a été prise par le pouvoir exécutif de qui dépend, on le rappelle, l’hôpital public.

    Il y a un responsable suprême de  la mort de Vincent Lambert , il s’appelle Emmanuel Macron. Les Français doivent  le savoir. En particulier  les 43 % de catholiques pratiquants qui votent pour lui.  Encore que la défense de la vie humaine ne devrait pas être l’apanage des croyants.

    Je ne crois pas, en fait, que Michel Houellebecq ne  sache pas  tout cela , ni qu’il soit naïf . Il n’a pas à craindre de représailles. Mais qui  dit que  le journal qui fut de référence et qui n’est plus qu’officiel, Le Monde, aurait publié un article mettant directement – et  légitimement –  en cause le chef de l’Etat ?

    https://www.lesalonbeige.fr/il-y-a-un-responsable-supreme-de-la-mort-de-vincent-lambert-il-sappelle-emmanuel-macron/

  • Facebook a bloqué les campagnes pro-vie pendant la campagne du référendum sur l’avortement en Irlande

    Facebook a bloqué les campagnes pro-vie pendant la campagne du référendum sur l’avortement en Irlande

    Aveu de Mark Zuckerberg :

    gript@griptmedia

    Facebook admitting it interfered in the abortion referendum campaign

    Vidéo intégrée
    617 personnes parlent à ce sujet

    https://www.lesalonbeige.fr/facebook-a-bloque-les-campagnes-pro-vie-pendant-la-campagne-du-referendum-sur-lavortement-en-irlande/

  • Avorter oui, accoucher non

    Avorter oui, accoucher non

    Marine Le Pen s’inquiète de la fermeture de maternités :

    Les accouchements dans les maternités de Thann et d’Altkirch dans le Haut Rhin n’assureront plus d’accouchements à partir du 4 novembre pour des raisons de « manque de ressources médicales » et de « qualité et de sécurité des soins ».

    Loin d’être un fait isolé, cette mesure s’inscrit dans un mouvement de fond constaté depuis plusieurs années, particulièrement inquiétant tant en termes d’aménagement du territoire, d’accès aux soins, et de sécurité.

    En effet, si la France comptait en 1996 encore 814 maternités, on en dénombre aujourd’hui plus que 470. […]

    Il faut souligner que les derniers gouvernements ont tout fait pour permettre aux mères d’avorter leur enfant. En revanche, pour faciliter les accouchements, …

  • Qui a imposé la mort de Vincent Lambert et pourquoi ?

    La rédaction du CHOC DE L’INFO tient à se joindre au combat mené par les parents de Vincent LAMBERT et s’associe à toutes les personnes de bonne volonté en qui demeure la détermination de faire éclater la vérité sur les circonstances tout autant que sur les enjeux de sa mise à mort.

    Au-delà de la portée de la loi Leonetti/Claeys en matière d’officialisation de la pratique de l’euthanasie, il convient de s’intéresser plus précisément aux dessous de l’élaboration de cette loi à caractère mortifère.

    C’est la raison pour laquelle l’enquête menée par le CHOC DE L’INFO révèle les véritables initiateurs de cette loi ainsi que les modalités par lesquelles le parlement français l’a entériné.

    Le CHOC DE L’INFO par l’entremise de ce documentaire entend interpeller le spectateur en posant plusieurs questions :

    1) Souvent avancé dans les médias le drame vécu par les deux parties de la famille LAMBERT constitue-t-il une justification valable pour conduire le corps médical à l’arrêt des soins prodigués à Vincent ou au contraire existe-il un motif soigneusement dissimulé ?

    2) Comment, sous prétexte de mettre fin à un acharnement thérapeutique, la vie d’une personne handicapée ne présentant aucun signe d’agonie et ne pouvant être qualifiée de mourante a-t-elle pu être interrompue ?

    3) Qui a intérêt à vouloir la mort de Vincent LAMBERT et pourquoi ?

    4) Derrière la pratique de l’euthanasie se cachent des enjeux peu avouables. Toutefois les temps semblent mûrs pour l’avènement de ces enjeux. Quels sont-ils ?

    CHAPITRES DU DOCUMENTAIRE :

    1. ONU : comprendre l’avis rendu par le CIDPH (08:39)

    2. La loi Leonetti/Claeys expliquée par Jean Leonetti (13:24)

    3. Qui sont les initiateurs de la loi Leonetti/Claeys ? (17:44)

    4. L’euthanasie expliquée par Jacques Attali (39:15)

    5. Les agents médiatiques au service de la culture de mort (43:47)

    6. EPILOGUE : la mise à mort de Vincente Lambert – juillet 2019 – (1:01:33)

    60194655_2377831335595418_7271343653186961408_n-1050x600.jpg

    http://synthesenationale.hautetfort.com/index-1.html

  • Vous avez aimé la machine à perdre ? Avec Geoffroy Didier, vous allez la garder

    Vous avez aimé la machine à perdre ? Avec Geoffroy Didier, vous allez la garder

    Geoffroy Didier, secrétaire général des Républicains, s’est livré à une charge contre “la droite”, dans une tribune publiée sur le site du Monde. N’ayant pas encore compris que les électeurs libertaires de LR sont partis chez Macron tandis que les autres se rallient au RN, il appelle à gauchir encore plus son parti :

    Je propose que la droite se pose au moins la question de l’ouverture de la procréation médicalement assistée, qui serait une avancée sociale comme le furent de fait le mariage pour tous, et avant le PACS, et avant l’IVG”.

    https://www.lesalonbeige.fr/vous-avez-aime-la-machine-a-perdre-avec-geoffroy-didier-vous-allez-la-garder/

  • La “justice” française fait un nouveau pas en faveur de la vente d’enfants

    La “justice” française fait un nouveau en faveur de la vente d’enfants

    La gestation pour autrui est interdite en France mais le tribunal de grande instance de Nantes a reconnu jeudi la « mère d’intention » d’une enfant née à l’étranger de gestation pour autrui.

    L’enfant née d’une mère porteuse à Orlando (Floride) aux États-Unis obtient le droit d’être inscrite sur l’état civil français, avec le nom de son père biologique, citoyen américain, et celui de sa mère dite d’intention. Cette transcription intégrale marque un tournant dans la reconnaissance de la filiation maternelle des enfants nés de GPA. Jusqu’ici la jurisprudence s’en était tenue aux arrêts de la Cour de cassation estimant que l’acte de naissance ne pouvait être « retranscrit que partiellement à l’état civil français en ce qu’il désigne le père biologique, mais pas en ce qu’il désigne la mère d’intention. »

    https://www.lesalonbeige.fr/la-justice-francais-fait-un-nouveau-en-faveur-de-la-vente-denfants/

  • Etats-Unis : les pro-vie obligent la gauche à faire de l’avortement un sujet central

    Etats-Unis : les pro-vie obligent la gauche à faire de l’avortement un sujet central

    Lu dans Présent :

    Les parlementaires républicains de l’Etat de l’Alabama savaient très bien qu’en proposant et en votant une loi qui interdit l’avortement, sauf dans les cas d’extrême danger pour la mère, ils allaient déclencher, sur le plan national, une tempête politique dont le souffle durerait jusqu’aux élections de novembre 2020Ils savaient également qu’en portant brutalement le fer dans le plus intouchable des tabous actuels, ils parviendraient non seulement à reprendre l’initiative sur un terrain ultra-sensible mais aussi à tendre un piège à leurs adversaires démocrates. Les deux buts furent amplement atteints et même dépassés. La tempête consiste à remettre en question, pour la première fois de son histoire institutionnelle, l’existence même de l’avortement, sa légitimité, sa légalité, décidées par la Cour suprême en 1973.Le piège réside dans l’obligation pour la gauche de considérer désormais l’avortement comme un débat central, incontournable et déterminant alors qu’elle lui aurait préféré des combats dont elle aurait pu tirer davantage de profits comme la dette publique, le contrôle des armes ou l’assurance santé.

    C’est sous les boulets rouges tirés par tout ce que les Etats-Unis comptent de médias que le gouverneur de l’Alabama, Kay Ivey, signa la semaine dernière la loi (adoptée par 74 voix contre 3 à la Chambre locale et 25-6 au Sénat) qui fait de son Etat le sanctuaire de vie le plus emblématique du pays. Les avorteurs n’y ont plus de position de repli. Ils sont traqués même en cas de viol ou d’inceste. Ce radicalisme s’explique. La loi apparaît comme un défi lancé à la Cour suprême afin qu’elle dénonce sa funeste décision. Et en même temps, la loi fait appel au 14e amendement (1868) pour qu’il l’aide à triompher dans ce bras de fer avec les neuf juges. Que dit ce 14e amendement ? « Aucune personne n’a le droit d’être privée illégalement de la vie, la liberté ou la propriété. » Mais, une « personne », qui est-ce ? En 1973, la Cour suprême n’a pas précisé de définition. L’Alabama en propose une : dans le ventre de sa mère, un enfant dont le cœur bat, les oreilles entendent et les nerfs fonctionnent peut être considéré comme une personne. C’est l’argument qui sera présenté aux neuf juges. Avec l’espoir que cinq d’entre eux, au moins, mettront fin au terrible génocide.

    Car le gouverneur de l’Alabama ne se fait aucune illusion. Ce dramatique débat enferré depuis le début dans le mécanisme démocratique ne trouvera pas son issue après le vote d’une majorité d’élus mais après les conciliabules de juges nommés. Les procès contre l’Etat pionnier vont pleuvoir. Il est à prévoir des échecs dans les cours fédérales et d’appel. D’autant que la loi ne fait aucune exception en cas de viol et d’inceste. « Elle ne pouvait pas en faire, explique Terri Collins, auteur du projet de loi. Par simple logique : on affirme qu’un enfant à naître est une personne. C’est un absolu. Il est une personne quels que soient les crimes éventuels de son père. Toute restriction détruirait notre argument. » Six Etats (Géorgie, Kentucky, Mississippi, Ohio, Missouri et Texas) ont suivi l’exemple de l’Alabama en prenant récemment des mesures qui restreignent plus ou moins l’accès à l’avortement. Pour tous, également, des juges vont trancher. Et pour tous, le dernier recours restera la Cour suprême. Le président Donald Trump, en 2017 et 2018, y a imposé deux juges pro-vie en plus de ceux qui s’y trouvaient déjà. Les démocrates risquent d’avoir à regretter ce handicap. D’autant qu’ils traîneront derrière eux jusqu’à l’élection l’exemple odieux de New York où le gouverneur a signé en janvier dernier une loi qui autorise l’avortement jusqu’à la naissance. Loi extrême que 77% des électeurs américains – y compris des « pro-choix » – rejettent. Du radical, mais vers la mort. L’exact contraire de l’Alabama.

    https://www.lesalonbeige.fr/etats-unis-les-pro-vie-obligent-la-gauche-a-faire-de-lavortement-un-sujet-central/

  • Directives anticipées : la vraie fausse solution ? – Journal du mercredi 22 mai 2019

    Directives anticipées : la vraie fausse solution ?

    Alors que le débat sur l’euthanasie revient sur le devant de la scène politique, de nombreuses personnalités proposent le recours de chacun à la rédaction de “directives anticipées”. Une idée d’apparence séduisante mais qui n’est pas sans poser de multiples problèmes juridiques et éthiques.

    L’homéopathie dans le collimateur d’Agnès Buzyn

    Inefficace, trop chère, l’homéopathie fait débat depuis plusieurs mois. Un rapport de la Haute autorité de Santé prévu pour juin laisse entendre que les médicaments de cette médecine alternative ne seront bientôt plus remboursés… L’objectif : une prétendue réduction des coûts pour la Sécurité Sociale.

    Syrie : Donald Trump s’impose au proche-Orient

    Une semaine après le regain de tension avec l’Iran, Donald Trump menace, cette fois-ci, la Syrie après des accusations d’attaques chimiques au nord du pays. Des menaces aux airs de guerre de communication pour assurer les intérêts étasuniens dans la région.

    L’actualité en bref

    https://www.tvlibertes.com/directives-anticipees-la-vraie-fausse-solution-journal-du-22-mai-2019

  • C’est la république qu’il faut euthanasier, et non Vincent Lambert !

    Capture d’écran 2019-05-20 à 10.24.25.png

    Alain Escada, président de Civitas

    La mise à mort de Vincent Lambert a débuté ce matin : il s’agit là ni plus ni moins d’un assassinat aggravé par le fait qu’il s’agit d’une personne vulnérable.

    Assassinat car cette mise à mort ne passe pas par un arrêt des soins, mais par une privation de son alimentation et de son hydratation, chose nécessaire à chaque être vivant. La mauvaise foi du docteur Sanchez et du gouvernement se démontre un peu plus dans leur refus d’accepter le transfert vers l’un des sept centres spécialisés qui avaient dit leur volonté d’accueillir Vincent Lambert.

    Que l’on se cache ou pas derrière la loi Léonetti, cette mise à mort constitue un crime.

    C’est cette république maçonnique qu’il faut euthanasier, et non Vincent Lambert.

    C’est la franc-maçonnerie, à l’origine de cette république et de quantité de ses lois scélérates, qui promeut la culture de mort pour les innocents et sauve la vie des criminels !

    Civitas rappelle son opposition farouche à cette culture de mort, de l’avortement à l’euthanasie.

    Un jour viendra, tôt ou tard, où Emmanuel Macron et le Dr Sanchez devront rendre des comptes.

    Emmanuel Macron, en tant que Chef de l’Etat, avait le devoir de protéger les plus vulnérables. Il porte désormais le poids de la condamnation à mort imposée à Vincent Lambert, au seul motif d’être une personne handicapée.

    Le Dr Sanchez, en tant que médecin, avait le devoir de protéger la Vie. Il vient de parjurer son serment d’Hippocrate et se rend l’exécutant d’un crime d’Etat.

    Désormais, les personnes handicapées sont à la merci de tous les abus de cette république maçonnique.

    Mais un jour viendra où justice sera rendue et où ceux qui sont coupables d’avoir prémédité la mise à mort d’innocents devront être punis sans pitié.

    2017 12 01 PUB SITE 2.jpg

  • La Cour d’appel de Paris appelle à faire vivre Vincent Lambert !

    La Cour d’appel de Paris appelle à faire vivre Vincent Lambert !

    On a gagné ! Hurle Me Jérôme Triomphe. La justice a tranché. Vincent doit être réanimé !

    Lire la suite sur Lesalonbeige