Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

  • Le gaullisme : principes et praxis

    Un entretien du Cercle Henri Lagrange avec Roland Hureaux 

    Roland Hureaux est essayiste, haut fonctionnaire, ancien élève de l’ENS et de l’ENA, universitaire, diplomate, ancien membre de plusieurs cabinets ministériels, élu local et à la Cour des Comptes.

    00:00:31 – Contexte d’émergence du « gaullisme »
    00:06:12 – Le gaullisme est-il une “doctrine” ?
    00:11:02 – Piliers de la pensée gaulliste
    00:21:29 – Une « certaine idée de la France »
    00:29:02 – Où se situe la pensée gaulliste dans le paysage des doctrines nationalistes françaises ?
    00:34:36 – Rôle de l’Etat dans le gaullisme
    00:41:43 – Doctrine économique gaulliste
    00:46:08 – De Gaulle royaliste ?
    00:54:48 – « gaullisme de gauche », « gaullisme de droite », « anarcho-gaullisme », « gaullisme maurrassien » : que penser de ces catégories ?
    00:59:33 – La guerre d’Algérie
    01:08:34 – De Gaulle et la construction européenne
    01:13:12 – Le gaullisme : une « troisième voie » ?
    01:16:57 – Avortement, contraception : comment se positionnait le général de Gaulle ?
    01:19:22 – Mai 68
    01:26:32 – L’héritage gaulliste dilapidé
    01:30:13 – Peut-on être gaulliste et libéral ?
    01:32:40 – Peut-on être gaulliste et fédéraliste européen ?
    01:34:42 – Gaullisme et interventionnisme
    01:38:51 – OTAN
    01:41:18 – Quelle est la position gaulliste à propos du « Frexit » ?
    01:43:14 – Le gaullisme : une doctrine porteuse d’avenir ?

    https://www.actionfrancaise.net/2018/03/01/le-gaullisme-principes-et-praxis/

  • Les migrants mineurs non accompagnés, un incontrôlable aspirateur de l’invasion

    MNA-588x330.jpg

    Par André Posokhow, consultant ♦ Il n’y a pas que les flux migratoires légaux : 262 000 titres de séjour octroyés en 2017, à s’amplifier. Les entrées illégales et clandestines contribuent de plus en plus à nourrir l’invasion. La différence est que les chiffres les concernant sont soit inconnus, soit cachés.
    Depuis plusieurs années les pouvoirs publics sont confrontés à des entrées illégales que, non seulement ils tolèrent mais qu’ils encouragent. Ce sont celles des Mineurs Isolés Etrangers  (MIE) devenus grâce à la novlangue des Mineurs Non Accompagnés (MNA).
    Leur flux a connu depuis deux ans une croissance qui fait exploser les budgets sociaux des départements et leur Aise Sociale à l’Enfance. Appuyé et pris en main par les associations immigrationnistes le phénomène des MIE-MNA est clairement appelé à s’amplifier et est en train de venir un énorme et incontrôlable aspirateur de l’invasion : quelques milliers il y a trois ans, 50 000 aujourd’hui , probablement 100 000 demain.

    En 2014 Polémia a publié un article sur les Mineurs Isolés Étrangers (MIE) dont la conclusion était qu’«en définitive la question des MIE  apparait comme une plaie de plus ouverte au flanc de la politique migratoire de la France et des institutions sociales des collectivités territoriales. Le caractère délictueux du phénomène, la volonté délibérée des associations favorables à l’immigration d’éroder puis de détruire les obstacles à cette intrusion, la jobardise du public et la complicité des pouvoirs publics ne peuvent qu’aggraver ce nouveau flux migratoire ».

    Quatre ans après, non seulement ce diagnostic est vérifié et le phénomène des MIE a empiré mais il a surtout changé de nature par ses effectifs et la charge budgétaire qu’il représente.

    Le camouflage sémantique du changement de nom

    Le 7 mars 2016 le ministre de la Justice, Jean-Jacques Urvoas a indiqué que la notion de mineurs étrangers isolés sera dorénavant remplacée par l’expression “mineurs non accompagnés” (MNA), piètre tour de passe-passe sémantique destiné à faire oublier que ces mineurs viennent d’ailleurs.

    Des chiffres effarants : 42 000 MNA pris en charge par l’ASE en 2018 ?

    Dans notre article de 2014 nous indiquions que le nombre de MIE annoncé pour 1500 serait en réalité plus proche de 8 000 en 2013.

    A fin 2017, selon la protection judiciaire de la jeunesse, le nombre de MIE-MNA confiés aux départements par décision judiciaire s’est établi à environ 15 000.Pour sa part D. Bussereau président de l’Assemblée des Départements de France (ADF) a estimé dans une interview de septembre 2017 que 20 000 mineurs auxquels il faut ajouter 5 000 jeunes majeurs qui n’ont pourtant rien à faire dans le dispositif, auront été  pris en charge à la fin de 2017 parl’Aide Sociale à l’Enfance(ASE) des départements, soit 25 000, c’est-à-dire 12 000 de plus qu’en 2016.

    A la demande du premier Ministre une mission bipartite (Etat/Départements) de réflexion sur les MNA (Inspection générale de l’administration, IGAS, Inspection générale de la Justice et ADF) a établi une note en janvier 2018 afin d’affiner les propositions présentées pour réformer le dispositif actuel de mise à l’abri et d’évaluation de ces jeunes. Cette note a été reprise in extenso par l’association immigrationniste infoMIE sur son site.

    A la lecture d’une discrète note du bas de la page 5 d’introduction de cette note, on apprend incidemment que 71962 évaluations de minorité et d’isolement ont été réalisées en 2017. Le nombre de jeunes évalués mineurs s’établit à 41 741, soit nettement plus que les 12 000 jeunes cités ci-dessus. La différence est-elle toujours présente en France ? Probablement oui. Et quid des jeunes évalués non mineurs ?

    La mission bipartite a retenu trois hypothèses de travail correspondant dès 2018 aux flux d’arrivée suivants de MNA destinés à être évalués et pour une large partie d’entre eux à être pris en charge : 40 000, 50 000 et 60 000 accueils.

    Tentons d’évaluer le nombre d’individus qui seront pris en charge par l’ASE en 2018. Selon D.Bussereau, président de l’ADF, un séjour dure en moyenne 3 ans. Des 25 000 présents au 31/12/2017 2017 il devrait donc rester les 2/3 soit 17 000 en 2018. Par ailleurs on peut estimer que le nombre de cas admis à l’ASE représentera approximativement, comme en 2017, la moitié des évaluations, soit environ 25 000.

    Au total le nombre de MNA pris en charge par l’ASE en 2018 pourrait être de 42 000 sinon supérieur, si aucune mesure drastique n’est prise ce qui sera l’évidence le cas. Ce chiffre ne tient pas compte des jeunes évalués, mineurs comme non mineurs, qui ne sont pas encore pris en charge par l’ASE et qui demeurent sur place sans idée de retour.

    Un coût individuel considérable : entre 50 000€ et 73 000€

    En 2014, France Terre d’Asile a estimé le coût de l’accueil d’un MIE à 55 000€. Or un article du Figaro.fr de 2016 a estimé le coût journalier de « ce public fragile » à plus de 200/€ jour soit 73 000€/an, identique à celui communiqué par Brice Hortefeux, ancien ministre de l’Intérieur, en 2014.

    Ainsi, à un moment où l’on compte 6M de chômeurs et des millions de Français qui vivent dans la précarité ou la pauvreté, où des artisans et des agriculteurs se suicident en nombre parce qu’ils ne peuvent plus faire face, l ’Etat  affecte de 55 000 € 73 000€ à chaque MIE-MNA, clandestin à l’origine, sans mérite ni compétence , qui ne peut se targuer que d’avoir été pris en charge par des passeurs et leurs complices : les associations.

    Un coût global écrasant en 2018 : entre 1,5Md€ et 3,5Md€

    Dans un article du Figaro.fr d’E.Galliero du 16/2/2018 il est indiqué que sur la base d’un coût de prise en charge par l’ASE de 50 000€/an la facture pourrait atteindre 1,5Md€ dans 6 mois.

    En revanche si l’on retient le chiffre total ci-dessus de 42 000 MNA pris en charge par l’ASE à un coût individuel de 70 000€ la facture serait alors de 3Md€ en 2018

    A cela il faut ajouter le coût de l’accueil-évaluation estimé à 400M€ pour 2017. Notons que les propositions de la commission bipartite pour décharger les collectivités de cette charge entraineraient un coût supplémentaire d’environ 100M€. Soit un total de 500M€.

    Au final, dans l’état actuel de ce dossier, il est envisageable, qu’en 2018, le coût global pour nos finances publiques des MNA se situera entre un minimum de 1,5Md€ et notre chiffrage de 3, 5Md€si aucune mesure digne de ce nom n’est prise.

    Priorité aux MIE-MNA

    Il est intéressant de parcourir la documentation sur les MIE-MNA. Nous avons cité le récent  rapport de la mission bipartite de réflexion. Les articles, les études et les témoignages que l’on trouve sur le site infoMIE apparaissent également éloquents.

    Six constats peuvent être formulés.

    1°- Ce qui compte avant tout c’est l’intérêt des MIE-MNA

    Oubliées les notions d’intérêt général et national ! Que cette affaire fasse exploser les ressources départementales de l’ASE aux dépens de l’enfance strictement française dont les membres sont nettement moins âgés que les MNA, laisse indifférent les gouvernants. Leur souci est purement budgétaire et leurs remèdes technocratiques : transférer une partie du coût des budgets départementaux vers le budget national. A titre d’exemple, dans le rapport précité il est précisé que le nombre d’ETP nécessaires pour les futures plateformes d’évaluation est de 12,8 : travailleurs sociaux, psychologue, corps médical, secrétariat et,tout de même, un agent de sécurité

    2°- Le viol de la Loi est accepté

    Pour beaucoup d’entre eux, les MIE-MNA sont des clandestins et trichent sur leur âge puisque à la page 9 du rapport précité il est indiqué que sur le nombre de jeunes évalués, 50% sont majeurs. Quelle importance ? Le viol de la Loi est accepté et pratiqué par ceux qui ont été élus et sont payés pour la faire respecter.

    3°- L’Etat français accepte d’être berné

    Les MIE-MNA ne sont pas des « jeunes étrangers en détresse » comme  a osé le dire un article du Figaro de 2016.  Comme l’a indiqué D.Bussereau « ces jeunes arrivent en France via des réseaux de passeurs. Ils se présentent avec des fiches plastifiées déjà prêtes, contenant les noms les numéros de téléphone de nos travailleurs sociaux ». L’Etat le sait parfaitement et, résolu à ne pas traiter vigoureusement le problème, accepte de faire jouer à la France le rôle de la dupe.

    4°- Un système juridique favorable au phénomène

    La documentation d’infoMIE montre une multiplication de textes et de règlements qui rendent toute solution énergique particulièrement difficile voire impossible. On peut être certain qu’ils seront appliqués dans un sens favorable aux MIE-MNA et qu’ils permettront d’entraver la lutte contre cette dérive massive.

    5°- Le rôle des associations est crucial

    Prenant le relais des passeurs, recrutant des jeunes grâce à des maraudes comme à Calais, les associations accueillent, logent, nourrissent et prennent en main les MNA. Elles les convainquent d’avoir des droits et les guident dans leurs démarches.

    6°- Des collectivités territoriales laminées

    Certes, nombre de collectivités territoriales crient leur détresse financière. Elles ont également à gérer au plan humain et au plan de la sécurité une population difficilement contrôlable, ethniquement hétérogène, ne parlant généralement pas le français, parfois violente et délinquante. C’est ainsi que le site Breizh-Info, très attentif sur ce sujet, a rendu compte d’une violente bagarre générale qui a éclaté à Rennes le 14/2/2018 dans la caserne Guillaudot entre MNA pour une raison futile.

    En définitive, le phénomène des MIE-MNA qui constitue un des meilleurs exemples de priorité accordé à l’étranger par la classe dirigeante a changé complètement de nature du fait de son caractère de plus en plus massif.

    D’une entreprise humanitaire et charitable de secours à de « pauvres orphelins égarés », il a été consciemment transformé en un  énorme et incontrôlable aspirateur de migrants adolescents et en un couloir d’invasion de plus en plus large.

    André Posokhow
    08/03/2018

    Crédit photo : Migrants marchant vers la frontière hongroise – Freedom House [Domaine public] via Flickr

    https://www.polemia.com/les-migrants-mineurs-non-accompagnes-un-incontrolable-aspirateur-de-linvasion/

  • L'émission "Synthèse" de jeudi dernier consacrée à François Duprat

    2517401063.2.jpgEcoutez

    l'émission

    cliquez ici

  • Une politique pour l'an 2000 de Pierre Debray [XX]

    Le Collège de France

    Nous poursuivons la publication d'une série qui devrait faire date ; qui forme un ensemble à lire en entier : une étude de Pierre Debray parue en novembre 1985 dans le mensuel Je Suis Français, sous le titre Une politique pour l'an 2000. Nous sommes ici dans la 2ème partie de cette étude. La lecture de ces textes expliquera aux lecteurs qui ne l'ont pas connu le rôle intellectuel important de Pierre Debray à l'Action Française dans les années 1950-2000.  Cette analyse politique, économique, sociologique et historique, menée méthodiquement, à la maurrassienne, comporte de multiples enseignements, utiles aujourd'hui à notre école de pensée. Comme un stimulant de notre réflexion sur la situation présente de la France et sur l'action que nous avons à y mener. Même si le lecteur devra tenir compte des événements et des faits intervenus au cours des trois dernières décennies.  LFAR

    2ème partie : Une révolution copernicienne 

    UNE MACHINE à FABRIQUER DES CHÔMEURS

    Il existe néanmoins un ministère plus nuisible encore que celui de la culture. L'Education Nationale fournit aux pédagogues et aux réformateurs un superbe instrument de décervelage. Un pays qui manque d'enseignants trouverait là du beau monde, dont il est permis d'espérer qu'au contact du réel il récupèrerait les quelques grains d'ellébore nécessaires à son bon sens. Le ministère de l'éducation nationale fabrique des illettrés à la chaîne. Un sur quatre des élèves qui entrent en sixième ne maîtrise pas la lecture. Selon la nomenclature officielle, ce n'est pas un lecteur mais un déchiffreur. Il ânonne. Plus grave peut-être un étudiant en lettres sur deux, un étudiant en droit sur trois n'a aucun débouché. Des diplômés se présentent à des concours dont le niveau intellectuel est celui d'un élève de troisième. Des médecins s'inscrivent au chômage. Ce prodigieux gaspillage coûte cher en stages de formation qui, trop souvent ne mènent à rien. Un pays dont l'école, chaque année « produit » cent mille jeunes qui, non seulement ne possèdent aucune qualification mais ont pris le dégoût du travail, se condamne au déclin.

    Le collège de France, consulté par M. Mitterrand, a défini la première, la principale priorité de toute réforme de l'enseignement. Il faut « défonctionnariser » le métier d'enseignant. Déjà Condorcet, à la veille de la Révolution mettait en garde contre le danger d'une « corporation » universitaire, que François 1er, précisément, par la création du collège de France, avait tenté de réduire. L'avertissement ne fut pas entendu. Les républiques successives, d'ailleurs colonisées par les instituteurs et les professeurs, laissèrent se constituer une formidable féodalité, la Fédération de l'enseignement national, qui s'est placée, grâce à son réseau mutualiste, en situation de monopole. Le ministère qui devrait contrôler le corps enseignant s'est transformé en bras séculier des syndicats, seule la défense de ses privilèges mobilise une corporation qui dicte sa loi à l'Etat. Chacun reconnaît que les « grandes vacances » sont trop longues, qu'il vaudrait mieux des journées plus courtes. Qui oserait néanmoins aller contre les « droits acquis » ?

    Les écoles primaires, les collèges, les lycées doivent être gérés comme des entreprises. Les collectivités locales, les groupements de familles, les professions constitueraient des communautés éducatives, que l'Etat agréerait, en fonction d'un cahier des charges dont il contrôlerait le respect... Chaque communauté recevrait en location les locaux existants ou en construirait, grâce à des prêts à faible taux d'intérêt. Elle désignerait un directeur, qui embaucherait le personnel et le cas échéant le licencierait en fonction des règles fixées par le code du travail. Il n'y aurait plus d'écoles que libres.

    Il faut fixer un autre principe. L'enseignement doit être obligatoire. Il ne saurait être gratuit. Si l'on veut que les parents s'intéressent aux études de leurs enfants, ils doivent consentir un effort financier, au moins pour l'achat du matérielpédagogique. Certes chaque famille' recevrait un chèque scolaire qu'elle remettrait, en début d'année à la communauté éducative de son choix mais un complément serait demandé en fonction des ressources familiales. Bien sûr, les communautés éducatives les plus riches s'efforceraient, en offrant des salaires plus élevés, d'attirer les meilleurs maîtres. N'est-ce pas d'ores et déjà le cas ? De toute façon les agrégés recherchent et souvent obtiennent des postes dans les lycées les plus réputés, proches des grandes bibliothèques et des institutions culturelles. Ces lycées-là ne se trouvent que rarement dans les quartiers ouvriers. Les entreprises dont les besoins en techniciens sont rarement satisfaits ouvriraient des établissements techniques de haut niveau, si on leur laissait toute liberté d'en créer, en ajoutant aux sommes réunies grâce au chèque scolaire, une contribution volontaire.

    L'enseignement supérieur serait payant. Chaque étudiant verserait des droits d'inscription qui correspondraient aux frais réels de scolarité. Si sa famille n'avait pas les moyens d'assumer cette charge, il emprunterait à taux réduit, dans des conditions aussi favorables qui se puissent imaginer. Il est aberrant de donner de l'argent à des jeunes pour leur permettre d'obtenir, aux frais du contribuable, une situation qui lui fournira des revenus élevés, qui lui permettraient aisément de rembourser un prêt. Le résultat, on ne le connait que trop : de faux étudiants qui paressent aussi longtemps qu'ils le souhaitent sur les bancs de l'université afin de bénéficier de repas à prix réduits et d'avantages sociaux. L'université doit former des travailleurs capables de gérer leur existence, non des fainéants et des irresponsables. Il faut que la sélection se fasse aussi par, la volonté de réussir, la force de caractère, une exacte appréciation de ses moyens intellectuels.

    Le Collège de France insiste, à juste titre, sur les dangers de la course aux diplômes. Désormais, il semble que l'échec scolaire (ou universitaire) condamne l'individu, le transforme en victime. Certes, la société de demain sera brutalement sélective. Elle ne laissera aucune chance aux paresseux et aux incapables. Cependant Taine dénonçait déjà « cet emploi erroné, cette dépense outrée, cette usure précoce de l'énergie mentale » qu'impose un système qui lie la réussite sociale à l'acquisition d'un diplôme. L'apprentissage apporterait beaucoup plus à certains jeunes qu'une scolarité continuée jusqu'à dix-huit ans. Un artisan d'art vaut bien un ingénieur. De même, le Collège de France s'inquiète de la sélection par les mathématiques. La société de demain aura besoin d'hommes capables de s'adapter rapidement à des changements dont tout indique qu'ils s'accélèreront encore. Ce qui suppose une forte culture générale et la faculté, pour opérer les choix qu'imposera la conduite d'une carrière, de raisonner juste en tenant compte de la multiplicité des paramètres. Il ne sert de rien de surcharger les jeunes de connaissances scientifiques dont tout le monde sait qu'elles seront périmées avant qu'ils aient l'occasion de s'en servir. Ils ont besoin d'une méthode. C'est le rôle de l'enseignement secondaire que de la fournir comme c'est celui du primaire d'inculquer le rudiment. De ce point de vue, les expériences tentées au niveau du technique, pour lier l'enseignement à la recherche sont intéressantes.

    Nous entrons dans un monde où la matière grise devient la principale matière première. Il est plus important pour un pays d'avoir des chercheurs que du pétrole.

    La recherche scientifique n'est pas seulement une affaire d'argent. Certes des efforts financiers s'imposent. A quoi serviront ils si on continue à la gérer bureaucratiquement ? On ne fait pas un chercheur avec un fonctionnaire. Le rapport de la cour des comptes sûr le C.N.R.S. est édifiant. Nous entretenons des gens qui ne trouvent jamais rien et pour cause, certains « chercheurs » se contentant de passer une fois par mois pour « chercher » leurs émoluments. Assurément des changements sont intervenus, surtout depuis 1981. Les liaisons universités - entreprises se sont multipliées. Néanmoins, il conviendrait d'aller beaucoup plus loin et d'adopter la méthode américaine. Une équipe présente un projet. S'il est adopté, son maître d'œuvre reçoit une subvention et des moyens matériels. Si, au bout d'un certain temps, aucun résultat n'est obtenu, l'équipe est dissoute. L'on ne verrait pas, comme chez nous, des laborantins se mettre en grève, au risque de faire échouer une manipulation, si chacun était conscient que de la réussite dépend son avenir.

    Qu'il s'agisse de culture, d'enseignement ou de recherche, l'obstacle est finalement politique. Un peuple fainéant, protégé par son statut, défendu par des syndicats puissants, s'oppose à toute réforme, Il serait injuste de soutenir que tous nos enseignants ou tous nos chercheurs sont des paresseux mais ceux qui veulent travailler en sont parfois empêchés, par les grèves ou les séances de bavardage auxquels ils sont astreints. Certains se découragent, d'autres sombrent dans la dépression. Ce ne sont pas les hommes qu'il faut mettre en cause mais le système. Un exemple suffira : le ministère de l’Education nationale a imposé des « pédagogies d’éveil », qui insistent à promener les enfants pour leur faire visiter, une boulangerie ou un musée. Il est évident que cela est beaucoup coins fatiguant et plus agréable que l'apprentissage de la culture, tâche, reconnaissons-le, extrêmement lourde pour un instituteur, qui exige de la patience, de la persévérance, un [fort soutenu de concentration. Il s'est trouvé des instituteurs pour considérer que les pédagogies d'éveil leur faisaient perdre leur temps et celui des élèves mais il est évident que rien ne pouvait plaire davantage à des garçons et des filles qui n'ont choisi ce métier qu'en raison des vacances qu'il procure. Le ministère a encouragé la paresse en la camouflant sous un vocable flatteur. « Pédagogie d’éveil », cela sonne bien. On connaît les résultats, le pullulement des illettrés. M. Chevènement a fait une petite révolution, en déclarant que la vocation de l'école était d'enseigner, non de distraire. Cette révolution restera toute verbale. Son seul résultat sera de rassurer les parents qui commençaient à s'inquiéter. Rien ne sera changé. Le système est plus fort que tous les ministres, fussent-ils socialistes.

    Il faudrait une volonté politique. Mettre au travail le prolétariat intellectuel est une tâche surhumaine qui dépasse les capacités de M. Chevènement. Ce fils d'instituteurs croit sans-doute, que les maîtres d'école de sa jeunesse existent encore. On n'arrivera à rien aussi longtemps que le métier d'enseignant ne sera pas revalorisé, moralement et matériellement. Cela suppose que les Français, conscients que leur avenir dépend de la quantité et surtout de la qualité de la matière grise produite par la nation, admettent qu'un bon instituteur doit être aussi bien payé qu'un bon médecin de quartier, mieux en tout cas qu'un agrégé incapable de transmettre son savoir. Cela suppose que le métier d'enseignant devienne une profession libérale et que les familles choisissent leur école comme leur médecin.

    Les réformes qui s'imposent, dans tous les domaines, n'ont rien de révolutionnaire. Dans le privé, nos hommes politiques admettent volontiers leur bien fondé. Elles se heurtent néanmoins à la formidable résistance des syndicats, du prolétariat intellectuel et de la plèbe moderne, sournoisement encouragée par l'Etablissement et la haute finance internationale. Or nous n'avons plus beaucoup de temps. Le déclin économique de la France et de l'Europe s’accompagne, en effet, d'un déclin démographique, plus rapide encore. En l'an 2000, demain, au train où vont les doses, Marseille sera une ville majoritairement islamique. La France se libanise, avec à terme deux conséquences obligées : les conflits ethniques et religieux, le sous-développement.  A suivre  (A venir : Les nouvelles invasions barbares).

    Lire les articles précédents ...

    Une politique pour l'an 2000 de Pierre Debray     

    I     II     III     IV     V     VI     VII     VIII    IX     X    XI     XII     XIII     XIV     

    XV     XVI     XVII    XVIII     XIX

    http://lafautearousseau.hautetfort.com/

  • CHRISTIAN VANNESTE : « NOUS VOULONS PRÉPARER UNE DROITE SOLIDE FONDÉE SUR DES VALEURS CLAIRES - NATION, LIBERTÉS, CONSERVATISME »

    Ce samedi, sous l’impulsion de Christian Vanneste, a lieu l’université d’hiver de la Droite libre, une association de réflexion à la fois patriote, libérale et conservatrice. S’y tiendront quatre tables rondes : sécurité et justice, les libertés (en particulier la liberté d’expression), valeurs sociétales, et enfin l’économie.

    But triple : mettre en garde contre la sympathie que pourrait exercer le Président actuel sur le centre droit, préparer une droite solide fondée sur des valeurs claires, avec le but ultime de rassembler toutes les droites sur ces idées.

    Vous organisez ce week-end le forum d’hiver de La Droite Libre.
    Pouvez-vous nous expliquer en quoi va consister cette journée ?

    La Droite Libre n’est pas un parti politique. Il s’agit d’une association de réflexion qui se situe, comme son nom l’indique, à droite et qui est à la fois patriote, libérale et conservatrice.
    Le but de notre université d’hiver demain est triple.
    Nous souhaitons tout d’abord mettre en garde contre la sympathie que peut exercer le président Macron sur le centre droit en montrant notamment les contradictions de sa politique actuelle. Je fais référence notamment à l’augmentation de la pression fiscale, sauf en ce qui concerne les personnes les plus riches et notamment les fortunes mobilières, mais aussi à la sécurité, puisque les dernières décisions sur les prisons ou même la police de sécurité du quotidien renvoient à des vieilles idées de la gauche.
    Le deuxième but est de préparer une droite solide fondée sur des idées et des valeurs. Ces valeurs sont claires. On peut citer bien sûr la nation et la liberté. J’insiste en particulier sur la liberté d’expression. Elle est de plus en plus mise en péril dans notre pays. La mise en examen notamment de madame Le Pen est extrêmement préoccupante. Nous ne sommes pas proches du Front national, mais néanmoins le fait de mettre en examen quelqu’un simplement pour avoir exprimé une opinion est extrêmement dangereux. Troisième valeur, le conservatisme. C’est l’idée que la liberté n’est possible que si elle est limitée par des principes moraux. Une société ne peut pas être ouverte à 360° sinon elle finit par disparaître.
    Le troisième objectif, le but ultime, est de rassembler toute la droite sur ces idées. Nous sommes pour l’union des droites en France.
    Voilà le projet que nous avons pour demain.

    Comment cela va-t-il s’organiser ?

    Nous avons quatre tables rondes. Une table ronde sera essentiellement liée aux problèmes de sécurité et de justice. Il faut toujours faire le lien entre les deux. Les problèmes d’insécurité sont toujours les problèmes de justice. La décision récente du président de ne pas faire réaliser les 15.000 places de prison est un véritable scandale. Une fois de plus, un gouvernement français recule devant l’inévitable. Le problème des prisons en France n’est pas dû à la surpopulation carcérale, mais simplement au fait que la France n’a pas construit suffisamment de prisons. On n’ose pas le dire, mais quand on compare avec le Royaume-Uni par exemple, c’est évident. Il n’y a pas plus de condamnés en France qu’ailleurs, mais il y a moins de prisons pour les recevoir.
    La deuxième table ronde s’articulera autour des libertés. J’insiste encore beaucoup sur la liberté d’expression. On ne peut pas être une société libérale si on ne repose pas d’abord là dessus. Or, la France actuellement restreint de plus en plus la liberté d’expression.
    La troisième table portera sur les valeurs sociétales, c’est-à-dire, l’école et la famille. On ne peut pas préparer une société d’avenir si on ne rappelle pas que tout n’est pas possible et qu’il y a des valeurs à préserver comme la vie, la famille et le respect de l’autorité. C’est quelque chose d’essentiel pour l‘école notamment.
    La quatrième table enfin sera consacrée à l’économie. Nous rappelerons notre conception libérale de l’économie. Celle-ci consiste à souligner davantage la responsabilité des acteurs économiques et à diminuer la pression fiscale. Ce n’est pas du tout ce que fait le gouvernement actuel.
    Lorsqu’on accuse par exemple La Ligue en Italie d’être un parti populiste, on oublie que l’une de ses propositions est précisément la flat tax, c’est-à-dire une diminution générale de la pression fiscale avec un impôt non pas progressiste, mais proportionnel et égal pour tout le monde. C’est une véritable mesure libérale. Nous en sommes très très loin en France avec des records en matière de dépenses publiques et de pression fiscale.

    http://www.bvoltaire.fr/voulons-preparer-droite-solide-fondee-valeurs-claires-nation-libertes-conservatisme/

  • Jusqu'à preuve du contraire, euthanasier c'est tuer

    6a00d83451619c69e201b7c956b752970b-800wi.jpgOdile Guinnepain, infirmière, responsable de l'antenne "Nos Mains ne tueront pas" de Choisir la Vie, écrit à l'attention de Monsieur Touraine et des 156 députés en réponse à la tribune : « Pour une liberté républicaine : le choix de sa fin de vie » 

    Professionnels de santé (médecins, infirmières) expérimentés en soins palliatifs dans des USP mais aussi en gériatrie ou à domicile, lieux où il n'est pas toujours simple d'avoir accès aux soins palliatifs, nous avons pris connaissance de votre tribune et en sommes particulièrement surpris. Nous n'expérimentons, en effet, absolument pas dans notre pratique, la réalité que vous y revendiquez. Soignant quotidiennement des malades en fin de vie, serions-nous donc aussi éloignés du réel ?

    -Parlons en premier lieu du sondage IFOP/La Croix de janvier dernier, interrogeant les français sur la fin de vie. Le chiffre annoncé de 89 % des personnes interrogées qui seraient soi-disant favorables à la légalisation de l'euthanasie et du suicide assisté est faux ! Si on analyse correctement les chiffres, c’est en fait moins de la moitié des français (47%) qui serait favorable à la légalisation de l'euthanasie seule et seulement 18 % au suicide assisté. Quant à la légalisation des deux en même temps, c’est moins de 1/4 des français qui y serait favorable. Par ailleurs, il est nécessaire de préciser que ce sondage a été mené auprès de personnes en bonne santé ; avec un regard, de ce fait, en partie erroné, tout simplement parce que l'expérience démontre qu'il est particulièrement difficile d'imaginer, lorsque nous sommes en pleine forme, ce que nous souhaiterions le jour où nous serons gravement malades ou âgés .L’échec du taux de rédaction des directives anticipées depuis 2005 en est un bel exemple (- de 2 % des personnes décédées).

    -Je vous propose donc, Monsieur le député, de revenir plutôt au réel en nous basant, par exemple, sur l'étude publiée en novembre 2012 par l'Observatoire National de la Fin de Vie (ONFV) sur « les décisions médicales en fin de vie en France ». Cette étude, résultant d'une enquête menée auprès de 4723 malades se sachant incurables, conclue :

    - « Les pratiques d’euthanasie sont rares. Les décisions, quelles qu’elles soient, avec intention de mettre fin à la vie des patients seraient peu fréquentes »:

    - A noter (et c'est important !), un cinquième des décisions d’euthanasie sont prises à la demande des patients (environ un tiers en cas d’administration de médicament). Les actes d’euthanasie (« mettre fin à la vie d’une personne malade à sa demande ») représentent seulement 0,6 % du total des décès, dont 0,2 % sont pratiqués en administrant délibérément une substance pour mettre fin à la vie.

    - Cette étude est particulièrement intéressante car menée auprès de personnes réellement et directement concernées. C’est ainsi que l’on peut s'apercevoir que moins de 0,2 % des personnes demandent à être euthanasiées de façon insistante. On est loin des 89 % cités plus haut !

    - De plus, elle souligne une dérive qu'aucun « encadrement législatif » ne saura contrôler ; c'est celle des euthanasies pratiquées à l'initiative de soignants ou à la demande des familles sans même que le patient en soit informé. Dans ce sondage, 0,6 % des patients ont demandé explicitement à être euthanasiés alors que 3,1 % l'ont réellement été !

    Est-il donc juste et réaliste, objectivement, de légaliser une pratique aux conséquences humaines, sociales, démographiques, éthiques si graves pour moins de 0,4 % d'une population concernée ? Est-ce vraiment démocratique ? C’est là toute la question des lois érigées au profit de minorités considérées dans un premier temps comme des exceptions, mais aux graves conséquences sur la majorité. [...]

    Lorsqu'on revendique le « droit à mourir dans la dignité », il est bon de rappeler que nous mourrons tous dans la dignité, la cause et les circonstances de notre mort (maladie, accident etc.) ne l'entachant en rien. En revanche, en effet, nous pouvons vivre un « sentiment d'indignité » qui mérite d'être entendu, accompagné soigné. Dans ce cas, exigeons la mise en place des moyens promis ces dernières années et continuons à former les soignants ; complétons les équipes etc... Par expérience, le sentiment d'indignité est une réalité que nous n'entendons jamais en soins palliatifs.

    Enfin, Je voudrais reprendre deux propos de votre tribune pour conclure :

    - Vous dites « on ne meurt pas bien en France !». Ce constat, érigé comme un vieux slogan, « posé » de cette manière, sans aucune explication, est une injure aux dizaines de milliers de professionnels de santé médicaux et paramédicaux qui se battent chaque jour pour soigner au mieux (dans des conditions souvent déplorables !) les patients qu'ils accompagnent. Au lieu de porter un doigt accusateur, rechercher coûte que coûte des coupables (habitude de notre époque !), donnez plutôt aux professionnels de santé les moyens qu'il faut pour soigner. Et pour votre information, ce n'est pas parce qu'on va tuer tous ceux « qui ne meurent pas bien en France » qu'on mourra mieux. D'ailleurs, rien ne démontre que ceux qui, croyant bien mourir, se sont fait euthanasier, sont réellement morts plus confortablement et plus paisiblement. Quant à ceux qui restent, il n’est pas certain qu’ils fassent un deuil plus facile !

    - Second propos : « Il n’est plus raisonnable d’attendre davantage, d’observer sans réagir les souffrances physiques et psychologiques de nombre de ces Français, de compter les affaires judiciaires qui se multiplient mais n’aboutissent à rien, car on ne peut pas condamner la compassion et la solidarité ». 

    Messieurs les députés, je vous invite, afin de « redescendre sur Terre » à venir passer ne serait-ce qu'une journée dans des USP, des EHPAD, des EMSP, des services de soins à domicile, avec des professionnels de santé et voir comment ils s'y prennent pour « observer sans réagir les souffrances physiques et psychologiques... ».

    Quelle honte de tenir des propos pareils ! Enfin, petit rappel, vous parlez des affaires judiciaires qui se multiplient. Remettons vos propos à leur place. Depuis la première grande « affaire judiciaire publique » de 2003, moins de 15 affaires du même type ont fait la une des journaux pour environ 550000 morts par an en France. Ces drames restent dont très exceptionnels, et ne reflètent absolument pas la réalité. Enfin, dans votre tribune, il existe tout de même une catégorie de personnes directement concernées dont vous omettez de parler : les professionnels de santé. Je rappelle que si une loi légalise l'euthanasie, ce sont les médecins qui vont prescrire les traitements létaux, les infirmières qui vont les injecter et les aides-soignantes qui assisteront, en poursuivant les soins de nursing, aux agonies certainement bien compliquées ! Ces professionnels ont-ils, dans votre raisonnement idéologique, le droit de donner leur avis ?

    Ainsi, permettez que je conclue par la première page du livre de Mme Anne Bert que vous citez au début de votre tribune. Elle y rappelle l'article 6 de la Déclaration universelle des droits de l'homme et du citoyen : « La liberté est le pouvoir qui appartient à l'homme de faire tout ce qui ne nuit pas aux droits d'autrui : elle a pour principe la nature ; pour règle la justice ; pour sauvegarde la loi ; sa limite morale est dans cette maxime : Ne fais pas à un autre ce que tu ne veux pas qu'il te soit fait »

    Jusqu'à preuve du contraire, euthanasier c'est tuer et la mort n'est pas un droit, alors, « Ne nous imposez pas de faire à un autre ce que nous ne voudrions pas qu'il nous soit fait! »

    Michel Janva

    http://lesalonbeige.blogs.com/my_weblog/web.html

  • Une sénatrice du FN remet sa démission à Marine Le Pen

    kauffmann-senatrice.jpg

    Le Congrès de refondation du FN s’ouvre ce samedi avec une sénatrice en moins.

    Claudine Kauffmann siégeait depuis octobre 2017 au Sénat pour le compte du FN qui n’y totalisait que deux élus, mais avait été sanctionnée avec l’approbation de Marine Le Pen et suspendue quelques jours pour des propos trop politiquement incorrects sur son compte Facebook.

    La sénatrice du Var et conseillère municipale de La Celle a annoncé sa démission du FN en dénonçant le « népotisme » qui y règne, dans une lettre à Marine Le Pen rendue publique le vendredi 9 mars.

    « Je rejoins les nombreuses cohortes de déçues qui ont bien avant moi renoncé à demeurer au sein d’un FN désormais guidé par le népotisme le plus éhonté, dévolu au service d’une nomenklatura servile tournée vers son avenir personnel et non celui de notre pays. » (…)

    « Je quitte donc un Front National dont les idées et les valeurs fluctuent désormais au gré des vents porteurs des élections. » (…)

    « Vous serez, Madame la Présidente, réélue dimanche sans péril, sans triomphe et sans gloire, à la tête d’un mouvement qu’un vieux guerrier vous a laissé en héritage à force de travail et de combats. »

    Lire la suite

  • Ces conseils régionaux qui soutiennent l’anti-France

    houria-bouteldja-672x372-600x332.jpg

    Dans Causeur de cette semaine, on apprend qu’en 2014, La Fabrique, qui a publié le livre d’Houria Bouteldja « Nous sommes les indigènes de la République » aux relents racistes antiblancs, a reçu de la région Île de France à l’époque présidée par le socialiste Jean-Paul Huchon, la somme de 30.000 euros.

    De son côté, en 2016, Saïd Bouamama, auteur de « Nique la France », a reçu l’aide de la Région Nord-Pas de Calais-Picardie, dirigé par le Républicain Xavier Bertrand.

     A la Une de @Causeur ce mois-ci: l'islamisme à visage citoyen - Associations: quand la France finance sa contre-société > http://bit.ly/2FhrWsx 

    https://fr.novopress.info/

  • Matérialisme, Terreur, relativisme moral… : le côté obscur des Lumières

    Le philosophe Bertrand Vergely remet en cause dans un essai iconoclaste, « Obscures Lumières », l’apport des Lumières à la pensée. Non seulement l’humanisme n’est pas, rappelle-t-il, né avec la Révolution, mais d’après lui les Lumières ont institué un impérialisme de la Raison, qui assassine en l’homme ce qu’il a de spirituel. 

    Qu’oppose-t-on vraiment à l’islam radical aujourd’hui? La morale «Charlie Hebdo», c’est-à-dire le vieux fond anticlérical révolutionnaire revendiquant le «ni Dieu ni maître» de l’anarchisme, sur fond de droit au blasphème! Ce n’est pas ça, la morale laïque. Je suis d’accord pour opposer une morale face à la violence islamiste. Mais quand commence-t-on? Sur la base de quel enseignement, et de quelles valeurs ? 

    Dans votre livre, vous semblez voir dans les Lumières une nouvelle religion, dont vous dites que, contrairement à l’idée reçue, elle est bien plus obscurantiste que le christianisme qu’elle a remplacé. Manifestement cette religion n’est pas la vôtre…

    La religion est ce qui relie les hommes à Dieu. Vivre religieusement conduit à élever sa conscience au plus haut niveau qui soit. Mais les hommes peuvent détourner le religieux, et quand c’est le cas, cela donne les tyrannies et les sectes qui font basculer le religieux dans la violence. La bonne réponse à l’obscurantisme religieux consiste à revenir au religieux authentique, celui de l’homme profond se purifiant de la soif de pouvoir afin de faire vivre une conscience transformée. Au XVIIIe siècle, lors de la Révolution Française, c’est l‘inverse qui s’est produit. Sous prétexte de libérer la société de l’obscurantisme, les révolutionnaires opposent au pouvoir de l’obscurantisme religieux le pouvoir non religieux dit des Lumières. Ils ne suppriment pas la soif de pouvoir, ils la déplacent seulement de son expression cléricale vers une expression laïque. Pour ce faire, ils mettent en place une idolâtrie, celle de l’homme total contrôlant la nature et l’homme par la raison humaine. Au XVIIIe siècle cette idolâtrie débouche sur la Terreur, au XIXe siècle sur le nihilisme intellectuel, au XXe siècle sur le totalitarisme. Être philosophe, c’est tenter de dire et de vivre la vérité. Les Lumières sont à l’origine d’une idolâtrie qui a asservi les hommes et qui les asservit encore. À qui demande de devenir un adorateur de cette idolâtrie, je dis non. Sans moi.

    Comment expliquez-vous que le siècle des Lumières se soit achevé sous le règne de la Terreur ?

    Sous couvert de vouloir lutter contre l’injustice, les penseurs des Lumières ont en réalité voulu créer une humanité entièrement nouvelle. Quand on a comme projet de transformer ce qui fait l’essence de l’humanité, que peut-il se passer? Sur un plan théorique et culturel, on est obligé de se prendre pour Dieu en remplaçant la loi divine par la loi humaine qui devient une nouvelle loi divine. Hobbes dans le Léviathan réécrit le livre de la Genèse en faisant naître l’homme du contrat social et, derrière lui, du Droit humain. Résultat: c’est désormais l’État qui garantit le Droit, devenant en quelque sorte le nouveau Dieu sur terre. Ce qui est l’essence du totalitarisme. Par ailleurs, pratiquement, quand on prétend être la vraie humanité qui va bâtir la nouvelle humanité, on est obligé d’éliminer par la terreur les représentants et les symboles de l’ancienne société et de l’ancienne humanité, l’ancien ne pouvant pas cohabiter avec le nouveau. C’est exactement ce qui s’est passé. Depuis la Révolution Française, tous les régimes révolutionnaires ont été des régimes de terreur dans lesquels on liquidait dans la violence les nobles, les prêtres, les riches, les intellectuels etc … […]

    Le Figaro

    http://www.fdesouche.com/963333-materialisme-terreur-relativisme-moral-cote-obscur-lumieres

  • Macron et Juppé se sont bien rencontrés en secret pendant la présidentielle

    Le futur ministre de l’Intérieur Gérard Collomb a organisé un rendez-vous secret entre le candidat Emmanuel Macron et l’ex-candidat à la primaire de la droite, Alain Juppé. Cette rencontre s’est tenue entre les deux tours de la présidentielle.

    Dans son édition du 9 mars, Le Figaro révèle une rencontre qui présumait déjà des futures accointances entre la droite juppéiste et la macronie. Un rendez-vous qui sera d’ailleurs dévoilé partiellement dans le futur livre de l’ancienne très proche d’Alain Juppé, toujours première adjointe du maire de Bordeaux, Virginie Calmels, intitulé J’assume.

    Le Figaro atteste qu’Emmanuel Macron et Alain Juppé se sont rencontrés en tête-à-tête pour la première fois grâce à Gérard Collomb. Alors maire de Lyon, il leur avait proposé un endroit discret : les locaux parisiens de la Communauté urbaine de Lyon, situés rue de Villersexel (dans le VIIe arrondissement). En effet, Alain Juppé souhaitait que cette rencontre se fasse dans un lieu discret.

    Cette entrevue s’est déroulée le 1er mai soit entre le premier et le second tour de la présidentielle de 2017 (respectivement les 23 avril et 7 mai). Ils auraient notamment discuté de la nomination d’Edouard Philippe (ancien porte-parole et soutien d’Alain Juppé) comme futur Premier ministre. Toutefois, selon un proche de l’édile girondin, contacté par le quotidien, Alain Juppé ne serait pas à l’origine du choix d’Edouard Philippe comme chef de gouvernement. Celui-ci aurait été acté par Emmanuel Macron le 24 avril, c’est à dire au lendemain du premier tour.

    L’Union européenne : la convergence Macron–Juppé

    En outre, les échanges tenus durant cette rencontre auraient plu à Alain Juppé, notamment le discours pro-européen d’Emmanuel Macron.

    Proches idéologiquement – étant donné la similitude de leurs deux programmes politiques lors des primaires de la droite pour l’un et la campagne présidentielle pour l’autre – ce rendez-vous fut en tout cas officiellement leur première rencontre en face à face.

    Le 27 octobre, les deux élus se retrouvaient de nouveau pour un déjeuner afin d’évoquer la création d’un grand mouvement réunissant les pro-UE contre les eurosceptiques pour les élections européennes de 2019. Quelques jours plus tard, en novembre, Alain Juppé ne tarissait pas d’éloges publiquement le président de la République, envisageant justement un rapprochement pour les européennes.

    Source RT

    https://www.patriote.info/actualite/politique/macron-et-juppe-se-sont-bien-rencontres-en-secret-pendant-la-presidentielle/

  • GABRIELLE CLUZEL : « LA JOURNÉE DE LA FEMME NE SERT RIGOUREUSEMENT À RIEN ET EST FONCIÈREMENT HYPOCRITE »

    Gabrielle Cluzel, auteur du livre Adieu Simone ! Les dernières heures du féminisme, estime que la Journée internationale de la femme ne sert à rien et est foncièrement hypocrite.

    Nous célébrions la journée de la femme ce 8 mars. A quoi sert la journée de la femme selon vous ?

    La journée de la femme ne sert rigoureusement à rien. Je l’appelle d’ailleurs la journée de la flemme. J’ai la flemme en effet de voir égrainer ces hypocrites hommages, ces initiatives dérisoires, et ces délires un peu baroques.
    Je constate qu’on a abandonné le rouge à lèvres cette année. Je m’attendais à une barrette dans les cheveux de la part des hommes ou à des soutiens-gorges rembourrés. Mais apparemment, il n’y a pas eu grand-chose.
    Libération a soldé ses numéros pour ces pauvres filles qui n’ont pas de sous. C’est assez dérisoire. Je pense que c’est inutile, voire vaguement inquiétant. C’est un peu comme les baleines, lorsqu’on commence à avoir sa journée, c’est qu’on est une espèce en voie de disparition. Même si tous les hommes de la Terre se promènent avec une nageoire dans le dos, la cause des cétacés en voie de disparition ne se sera pas pour autant améliorée.
    Soyons clairs, cette journée ne sert à rien et elle est foncièrement hypocrite. 

    Si les baleines sont une espèce menacée, diriez-vous que la femme aujourd’hui est menacée ?

    C’est évident. La femme est belle et bien menacée. Et le féminisme ne fait absolument rien pour la défendre, bien au contraire. On veut faire de la femme un homme comme les autres. Elle ne le sera évidemment jamais donc on veut la rendre parfaitement insatisfaite. Pour cela, on la dépossède peu à peu de tous les contours qui font son identité. On les dénigre. Je pense notamment à la maternité. Tout ce qui fait sa féminité n’est jamais mis en valeur. Tout cela est tout à fait décrié.
    Je lisais récemment sous la plume d’une philosophe, Olivia Gazalé, que la cause des femmes devait se réduire finalement à la cause de l’oppression des pénétrants contre les pénétrés. Cela la rapprocherait des mouvements LGBT, si j’ai bien compris son livre.
    On est très loin de la cause de la femme. Tout cela va vers un mouvement général d’indifférenciation, il n’y a plus de frontières, plus de limites, plus d’identités et plus de différences entre l’homme et la femme.
    Je dis souvent que le féminisme n’aime pas la femme, contrairement au perfectionniste qui aime la perfection, l’illusionniste qui aime l’illusion, le djihadiste qui aime le djihad. Le féministe n’aime pas la femme, ou alors il l’aime à la façon d’un conjoint pervers narcissique. C’est-à-dire qu’il l’aime en la dénigrant sans arrêt, en lui disant que son voisin, l’homme, est bien mieux, qu’il a de beaux attributs et que sa vie est bien plus fantastique. Tout cela ne risque pas d’épanouir la femme.
    Cessons de nous ennuyer avec la Journée de la femme.
    Je crois qu’il faut aussi que la femme occidentale arrête de regarder son nombril. Je lisais que le Pape François avait récemment accueilli la famille d’Asia Bibi et une jeune femme qui avait été enlevée par les djihadistes de Boko Haram. Il s’agit là de femmes vraiment persécutées. Pour le reste, je crois qu’il faut garder un peu de dignité.

     Ecrivain, journaliste Son blog 
  • Sondages, refondation, Congrès de Lille: ravivons la flamme !

    flamme-fn-300x300.jpgLa formule est heureuse, « les sondages c’est comme le parfum, il faut les humer mais ne pas les boire » notait  l’ancien Premier ministre et président israélien Shimon Péres décédé en 2016. Il faut en effet  toujours les appréhender avec le recul nécessaire. Cette semaine précédent le Congrès du FN à Lille,  des enquêtes d’opinion  sur le FN ont été assez logiquement publiés dans les médias. Dire qu’elles nous satisfassent totalement serait mentir, affirmer qu’elles sont  biaisées, mensongères, totalement  partiales et à charge  serait aussi contraire à la vérité. Bien  évidemment nous ne sommes pas dupes de certaines méthodes employées,  à commencer par la formulation des questions posées qui influence grandement la réponse. Pareillement, les résultats obtenus par les  sondeurs  varient parfois assez sensiblement du fait de l’inévitable marge d’erreur, et il leur appartient  de choisir de publier la fourchette haute ou la fourchette basse du résultat ,  parfois (souvent)  en fonction  de leurs  appétences ou des attentes du (ou des) commanditaire(s). Les responsables des   instituts de sondage ne sont pas non plus des amis de l’opposition nationale mais frayent en général dans les mêmes  eaux que ceux des partis qui la combatte, mais il faut aussi avoir conscience qu’ils engagent aussi leur réputation de fiabilité, de professionnalisme, de sérieux  après la publication de chaque étude, ce qui est tout de même un garde-fou important à toute dérive trop partisane. Et ce,  notamment à l’heure  des réseaux sociaux,  de l’émergence d’une information, de médias alternatifs. Il apparaît enfin que nous avons pu constater ces dernières années que les résultats du FN qui ont été   pronostiqués  par les sondages dans les différentes élections  se sont avérés  assez proches de la réalité.

    Marine l’a dit, le débat du 3 mai face à Emmanuel Macron a été raté.  La vie  politique est cruelle, il aurait eu pour effet d’impacter les efforts, le long, patient et minutieux travail entrepris par la présidente du FN pour asseoir  dans l’opinion l’idée  de notre capacité à diriger demain le pays d’un main  ferme et sûre. C’est en tout cas  l’analyse qui est faite par les journalistes-spécialistes et autres politologues qui se sont  succédés sur les plateaux pour commenter les deux sondages parus mercredi:  celui annuel  de Kantar Sofres-OnePoint publié par France info et celui d’Elabe L’Opinion en direct pour BFMTV

    Ce dernier indique entre autres  que 34% des sondés  estimeraient  que les mesures prônées par Marine seraient susceptibles  de  réformer le pays, 34% également  qu’elle comprend les Français, tandis que  37% des personnes interrogées  affirmeraient  que ses idées sont bonnes. Cette enquête s’emploie aussi à interroger parallèlement  les Français sur Marine et sur Marion Maréchal . Elles sont  notamment jugées  courageuses (respectivement par 56% et 59% des personnes interrogées) et dynamiques (53%  et 65%)

    La cote de popularité de de Marine reste encore très  forte chez   les sympathisants du FN  indique encore cette enquête: «75% croient en sa capacité à gagner lors de la prochaine élection présidentielle, contre 65% pour sa nièce. Marine Le Pen est aussi tenue pour plus présidentiable: 81% contre 72%. Aussi, pour ce qui est de réformer le pays, 90% des sympathisants frontistes pourraient s’en remettre à la fille de Jean-Marie Le Pen et 79% à sa petite-fille.»

    Enfin,  59% des électeurs du Front National seraient favorables au changement de nom ((20% opposés,  21% sans avis);   41% de l’ensemble des Français penseraient  qu’il s’agit d’une bonne chose, 13% seraient d’un avis contraire, tandis que 46% ne se prononcent pas… ce qui est beaucoup mais pas étonnant  car il s’agit d’y réfléchir un peu posément ce que n’a pas fait forcément  le citoyen lambda.

    Le sondage annuel Kantar Sofres-OnePoint indique de son côté que 70% des sondés  seraient  « en total désaccord » avec les idées du FN ( 24% en total accord), 56% d’entre eux, malgré la dédiabolisaiton,  penseraient qu’il représente « un danger pour la démocratie »; 29% des personnes  interrogées disent avoir déjà voté pour le FN ou envisageraient de le faire ( 66%  disent s’y refuser), 28%  (contre 55% d’un avis contraire) souhaiteraient la candidature de Marine en 2022,  16% des Français  estimeraient  que Marine Le Pen ferait une bonne présidente de la République. Ils étaient   24% lors de la précédente enquête réalisée en février 2017 à le dire… mais moins de deux mois après  ce n’est pas un électeur sur quatre mais un électeur sur trois,  prés de 11 millions de Français,   qui ont  finalement   glissé un bulletin Marine dans l’urne.

    Les attaques dirigées   sur ordre du socialiste allemand  Martin Schulz dans le cadre de l’affaire dite des assistants parlementaires ont eu aussi des effets délétères puisque  « moins d’un Français sur cinq » ( 28% en 2017),  estime que Marine  est honnête et inspire confiance.  « Un Français sur quatre » ( 36% en 2017) penserait qu’elle a « de nouvelles idées pour résoudre les problèmes de la France » - mais  nouvelles en quoi? par rapport à qui?  Et pourquoi faudrait-il  qu’elles le soient forcément? -  et 30%  (42% en 2017) qu’elle peut « rassembler au-delà de son camp. »

    Ce sondage  souligne encore que près d’un Français sur deux (49% des sondés, 69% en 2017) estime que Marine est « capable de prendre des décisions » mais confirme aussi  le basculement de l’ensemble de l’opinion vers des avis partagés et défendus par l’opposition nationale. Ainsi, ils se trouvent en toute logique 92% des sympathisants FN  pour estimer qu’on « ne défend pas assez les valeurs traditionnelles en France » mais ils  sont rejoints  ici par 61% des électeurs de gauche (13 points de plus qu’en 2017) qui partagent  cet avis.  Près de quatre sympathisants de gauche sur  dix ((38%, + 11 points)  trouveraient aussi  qu’il y a « trop d’immigrés en France »,  et un sympathisant de gauche sur  quatre (25%, +11 points),   souhaiterait le retour au franc, comme une majorité des sympathisants frontistes ( 52%, en recul de 12 points par rapport à  2017).

    Ce même  baromètre Kantar enregistre aussi  «qu’une majorité de sympathisants LR (51%, + 5) adhère désormais aux constats qu’elle (Marine, NDLR) exprime sans pour autant adhérer aux solutions qu’elle propose. Pour sa part et concernant son image auprès du Grand public, Marine Le Pen continue d’être considérée comme la représentante d’une extrême-droite nationaliste avec 1 Français sur 2 (51%) qui partage cet avis. Un niveau jamais atteint depuis 2010 alors que dans le même temps, les sympathisants LR sont de plus en plus nombreux à la voir comme la représentante d’une droite patriote attachée aux valeurs traditionnelles (45%, +5).»

    Alors quid de l’avenir alors que débute demain le congrès de refondation du FN à Lille? Ce qui est évident , quand bien même peuvent-ils être contestables ici ou là, c’est que les résultats de ces  enquêtes enregistrent  clairement   le contre-coup d’une déception. Elle est à  la hauteur des espoirs qui se sont portés sur Marine et le FN,  quand bien même,  il faut le répéter, nos avertissements sont  souvent  entendus et  partagés par une majorité de Français et qu’une nouvelle étape historique,  un nouveau palier a été franchi dans notre route vers le pouvoir.

    Nous savons  aussi qu’un sondage n’est jamais que la photographie de l’opinion à un  instant t que la roue tourne vite, que le retournement de l’opinion peut être extrêmement rapide et brutal  sous l’effet  d’une  crise qui va s’amplifier   quoi qu’en disent M Macron et ses amis. Les difficultés, pour ne pas dire les  drames sont devant nous, à moins  d’un changement rapide et complet du désastreux  logiciel euromondialiste qui pilote les destinées de notre pays et de l’Europe.

    Mais ce serait se tromper lourdement que de croire nous en pouvons  rester assis au bord du chemin dans le seul espoir de récolter les déçus du macronisme  et de ses alliés de la droite constructive et antinationale. Il nous faut aller chercher cet électorat  de gauche qui, nous l’avons vu,   migre vers nos positions. Mais aussi et surtout,  et le déplacement du centre de gravité de la politique française l’atteste, l’électorat droitier.  Ces Français des  classes moyennes, de la France périphérique, qui ont basculé pour  beaucoup dans l’abstention sont la clé de nos victoires futures,  il va falloir  les convaincre. Et nous ne  le pourrons qu’en nous livrant à un travail de fond.   Bruno Gollnisch ne cesse de le répéter,  cela passe non par une normalisation-aseptisation de notre discours pour plaire à des élites hors-sol et méprisés par les Français, mais par la définition-clarification de  notre programme et de nos valeurs,  indispensable à  cette refondation voulue et annoncée par les instances frontistes.

    https://gollnisch.com/2018/03/09/sondages-refondation-congres-de-lille-ravivons-la-flamme/

  • Non seulement l’abaissement de la vitesse ne réduit pas les accidents, mais elle les augmente

    Reportage d’Armel Joubert des Ouches sur RITV concernant la mesure visant à abaisser, sur toutes les routes secondaires françaises, la vitesse de 90 à 80 km/h.

    La limitation de vitesse à 80 km/h sur les routes : un projet nocif pour les Français, la France et son économie from Reinformation.tv on Vimeo.

    Parce qu’il dit vouloir lutter contre le nombre d’accidents et le nombre de morts – 3 522 tués sur les routes de France en 2017 – certain que la vitesse est la première cause de mortalité au volant, le gouvernement avait tenté une expérimentation dans plusieurs départements dont la Haute-Saône. De juin 2015 à juin 2017, l’étude avait consisté à réduire la vitesse de 90 à 80 km/h entre Vesoul et Besançon, et ce sur un tronçon de 14 km. Parce que le gouvernement refusait de rendre public les résultats de son expérimentation – sans doute trahi par de mauvais chiffres – l’association 40 millions d’automobilistes avait repris l’étude à son compte. Elle est parvenue à démontrer que non seulement l’abaissement de la vitesse ne réduisait pas les accidents, mais qu’elle les augmentait… Pour Pierre Chasseray, délégué général de l’association, « Le gouvernement a cherché à cacher les résultats de son expérimentation ».

    Mardi 6 mars 2018, Bernard Darniche, l’ancien pilote de rallye aux multiples victoires a été auditionné par un groupe de travail au Sénat. Il était accompagné de Thierry Modolo. Durant près d’une heure, ce dernier a tenté d’expliquer l’absurdité d’un projet qui provoquerait l’inverse du résultat recherché. Depuis des mois, Bernard Darniche fulmine contre le gouvernement estimant que l’on ment aux automobilistes.

    Michel Janva

    http://lesalonbeige.blogs.com/my_weblog/web.html

  • Pour François-Bernard Huyghe, la loi contre les fake news pourrait «renforcer la méfiance chez beaucoup de gens»

    RT France propose un entretien avec François-Bernard Huyghe après les premières fuites sur la loi Macron contre les fake news.

    «Chez beaucoup de gens, ça peut renforcer la méfiance et inciter encore plus à aller chercher de l’information “alternative“» selon le directeur de recherche à l’IRIS.

  • MAIS IL EST NOIR !

    toni-iwobi_artikelbox.jpg

    « Je crois que la ligue de Matteo Salvini est un rempart important contre le racisme. La discrimination apparaît justement quand l’immigration clandestine se répand, en ce qu’elle est l’antichambre de l’injustice sociale et de l’insécurité. Plus de faux réfugiés arrivent – je parle d’eux ainsi car très peu d’entre eux fuient véritablement la guerre – et plus le chaos s’amplifie dans le pays, ce qui a justement pour conséquence tous ces comportements racistes. » » Ainsi parle Toni Iwobi, le premier sénateur… noir de la République italienne, élu dimanche dernier pour le parti de la Ligue – la Lega – menée par Matteo Salvini. On a tellement lu et entendu partout, en Italie et en Europe, que la Ligue est un parti d’extrême droite-xénophobe-raciste, et un peu beauf, il faut bien le dire, que l’on se dit, un petit sourire en coin, que ce Toni Iwobi a tout d’un alibi sorti du chapeau in extremis au début de la campagne électorale par ce gros filou de Salvini. On vous laisse en juger.

    Arrivé en Italie en 1976 avec un permis de séjour pour poursuivre des études – il est, alors, ingénieur en informatique –, Toni Iwobi, catholique d’origine nigérienne et issu d’une famille de dix enfants, cumule les petits boulots (plombier, éboueur) pour s’en sortir. Il s’établit à Bergame et milite dans les rangs de la Ligue lombarde dès les années 90, attiré par leur approche du fédéralisme. Conseiller communal de la ville de Spirano dès 1995, il devient le responsable… Immigration et Sécurité du parti en 2014, au début de l’ère Salvini. À tous ceux qui seraient tentés par un raisonnement binaire et fallacieux – les anti-migrants sont tous racistes -, il répond tranquillement que « ce n’est pas du racisme de défendre la culture, les traditions, les frontières, c’est du bon sens ».

    C’est peu dire qu’il s’est attiré de solides inimitiés à gauche, qui voient évidemment en lui un traître. Un député italien de gauche, Jean-Léonard Touadi, lui aussi d’origine africaine, a pu dire de Tony Iwobi qu’il était atteint « d’une forme de syndrome de Stockholm, servant ainsi de caisse de résonance à ses geôliers ».

    Un tombereau d’insultes se déverse régulièrement sur lui, car celui dont le slogan de campagne était « Stop à l’invasion » bouscule trop d’idées reçues. Il lève le coin du voile de la gigantesque supercherie « buonista » de la gauche italienne pro-migrants, qui « est la cause des milliers de morts en mer, des menaces à la sécurité du pays, et de fortes tensions sociales », lâche-t-il lors d’une interview à Affari Italiani. Car l’immigration, lui, il sait ce que c’est : « C’est une chose sérieuse, elle est fondée sur le travail et sur la volonté personnelle de s’intégrer. »

    Il y a deux jours, Mario Balotelli, ancien joueur de foot de l’équipe de Milan, d’origine africaine lui aussi, s’est lâché sur Instagram en publiant un post pour le moins douteux à propos du nouvel élu de la Ligue : « C’est moi qui suis aveugle ou on ne lui a pas dit qu’il était noir ? »

    En italien, on appelle ça un autogoal.

    http://www.bvoltaire.fr/mais-il-est-noir/

  • Dissidence : notre opposition n'est pas de même nature qu'une simple opposition électorale

    6a00d83451619c69e201b7c9568f2f970b.pngExtrait d'un article de Guillaume de Thieulloy dans Liberté Politique sur la dissidence :

    "[...] Notre opposition n'est pas du même ordre que l'opposition entre Parti socialiste et Républicains, ou Front de gauche et Front national, qui tous admettent - au moins officiellement - les « règles du jeu » du « Système ».

    Pour ce qui nous concerne, nous ne pouvons pas accepter ces règlesNous ne pouvons pas admettre que le parlement soit en mesure de dire le vrai et le faux ou le bien et le mal. Or, c'est le principe central de la démocratie totalitaire inaugurée en France en 1789 : avec la déclaration des droits de l'homme et du citoyen du 26 août, nous sommes, en effet, censés avoir admis que la « loi est l’expression de la volonté générale » (article 6).

    Le problème est que c'est clairement faux. Il est bien possible que le parlement, élu à la majorité, soit l'organe légitime pour traduire la loi supérieure dans le droit positif, mais il est impossible que la loi soit simplement l'expression de la volonté générale. Cela signifierait que le parlement aurait le pouvoir de faire d'un mal un bien et réciproquement. Au demeurant, il ne s'en prive pas: l'avortement était naguère un crime ; il a ensuite été un crime dépénalisé; il est désormais un « droit » ; et de fortes pressions, y compris au sein même du parlement, se font sentir pour qu'il soit même le « droit » le plus décisif du droit international: on entend ainsi bien des leaders politiques nous expliquer que, parce que la Pologne restreint ce « droit » à l'avortement, elle n'appartient pas tout à fait à la communauté de valeurs de l'Union européenne. Nous devrions donc « logiquement » accepter dans l'Union européenne la Chine communiste et ses campagnes de stérilisations de masse, mais non la Pologne catholique !

    Hormis le caractère absurde de ce genre de déclarations, que personne - Dieu merci! - n'ose pousser à de telles conséquences, pourtant inévitables, il faut dire et redire - tant l'enseignement des Papes est ignoré et incompris - que ces principes pseudo-démocratiques sont, en réalité, explicitement totalitaires. Si un parlement légalement élu et délibérant dans les formes prévues par la loi est l'unique source de la loi - à l’exclusion donc de toute loi naturelle supérieure -, comme le prétendent des gens aussi différents que l'ancien président néo-gaulliste Jacques Chirac ou l'ancien sénateur socialiste Jean-Pierre Michel, on voit mal sur quelle base s'opposer aux lois antisémites de Nuremberg adoptées par le Ille Reich.

    Depuis 1789, les Papes n'ont pas cessé de dénoncer cette conception délirante de la loi. Encore récemment, Benoît XVI dénonçait, de façon apparemment paradoxale, la «dictature du relativisme », tandis que son prédécesseur Jean-Paul II déclarait dans sa grande encyclique morale Veritatis splendor: « S'il n'existe aucune vérité dernière qui guide et oriente l'action politique, les idées et les convictions peuvent être facilement exploitées au profit du pouvoir. Une démocratie sans valeurs se transforme facilement en un totalitarisme déclaré ou sournois, comme le montre l'histoire. »

    Mais revenons à notre résistance à ce totalitarisme sournois. Je disais que notre opposition n'était pas de même nature qu'une simple opposition électorale. Nous contestons les règles mêmes, les fondements mêmes, de ce « Système », puisque nous croyons - non pas seulement comme catholiques, mais simplement comme êtres humains civilisés - que la loi n'est pas seulement l'expression de la volonté générale et que le parlement n'a pas un pouvoir absolu et illimité.

    Il nous faut donc, non seulement travailler à changer de majorité législative, pour changer les lois, mais aussi travailler à changer le système politique lui-même.

    Pour ce dernier objectif, l'action électorale ne peut guère nous être utile. C'est une action culturelle et « méta-politique » qu'il faut entreprendre. C'est pour cela qu'il est décisif - y compris au plan politique - de développer des écoles totalement libres de toute mainmise étatique. C'est pour cela qu'il convient de penser nos familles comme des citadelles assiégées, où nous devons résister au fracas du monde. Dans combien de familles, le téléviseur trône-t-il au milieu du salon, avec tout ce que cela implique de propagande « bien-pensante », de débauche de vulgarité, de matraquage consumériste? C'est un heureux signe des temps que de plus en plus de familles choisissent de se priver de téléviseur : c'est, en effet, une façon de rejeter le « Système ». Naturellement, on peut aussi utiliser parcimonieusement et sagement sa télévision et, en sens inverse, tout rejet de la télévision n'est pas nécessairement un rejet de la propagande « totalitaire soft ». Il n'empêche que bon nombre de familles qui renoncent à leur téléviseur le font par mesure d'ascèse et par rejet de la propagande et cela mérite qu'on le souligne et qu'on s'en réjouisse.

    Il est donc d'une suprême importance pour s'opposer efficacement à ce « totalitarisme sournois » de soigner nos petites communautés. J'entends d'ici l'immense majorité des dirigeants politiques et médiatiques crier au « communautarisme ». Mais je crois que ce dernier mot est bien commode pour délégitimer toute communauté et tout attachement à une communauté. Le communautarisme, en rigueur de termes, n'est illégitime que s'il sert une communauté elle-même illégitime (par exemple la mafia ou une cellule terroriste), ou s'il se replie sur lui-même, refusant tout contact avec d'autres communautés ou avec la société nationale.

    En soi, le communautarisme est parfaitement naturel et légitime: l'homme étant un animal social, il s'associe naturellement à ses semblables - et il n'y a rien de répréhensible à ce qu'il préfère son prochain à son lointain; c'est même l'inverse qui serait problématique.

    Sur ce soin à apporter à nos familles, nos écoles, nos paroisses, toutes nos petites communautés infra-politiques, je ne saurais mieux faire que de renvoyer à la récente traduction du livre de Rob Dreher sur le « pari bénédictin ». Ce pari, qui fait l'objet de débats passionnés parmi les chrétiens américains, renvoie naturellement au rôle décisif que jouèrent jadis saint Benoît et ses fils dans la transmission de la culture européenne. Partis au désert pour vivre leur foi mise en péril par la culture ambiante, ils édifièrent une véritable «contre-culture», brassant et transmettant les éléments les plus sains de la culture antique. Et cette contre-culture devint, avec les siècles de chrétienté médiévale, la culture européenne elle-même. Ainsi sommes-nous invités à nous soustraire à ce que la culture ambiante a de gravement hostile à notre foi, à transmettre notre culture, tout en gardant l'objectif de transformer la culture dominante elle-même.

    En dehors du soin que nous devons apporter à nos petites communautés, pour résister au Moloch totalitaire, il existe d'autre forme de dissidence à promouvoir. Ces dernières années ont ainsi vu naître des mouvements comme les Veilleurs ou les Sentinelles. Ces manifestations pacifiques sont extrêmement subversives, comme étaient subversifs (mutatis mutandis) les samizdats des dissidents anti-soviétiques. Il ne s'agissait souvent que de poésie et de littérature, mais ces pages témoignaient de la soif de beauté, de vérité et de bonté de l'âme humaine. De même, le fait de témoigner pacifiquement, dans la durée, de l'iniquité de la loi Taubira est un témoignage rendu à la vérité et à la loi supérieure.

    Je le disais, les totalitarismes du passé ne sont pas tombés sous les coups des dissidents ; ils se sont effondrés, soit sous les coups d'un adversaire extérieur (nazisme), soit sous l'effet de leur caractère contre-nature. De même, le « totalitarisme soft » que nous subissons s'écroulera sous l'effet de son caractère contre-nature. Mais, pour qu'il s'effondre, il faut que des dissidents portent inlassablement témoignage contre ses mensonges et ses iniquités. C'est en cela que les Soljénitsyne, les Vaclav Havel, les Jean-Paul Il, ou les jeunes militants de la Rose blanche ont joué un rôle décisif. Et c’est en cela aussi que nous pouvons jouer un rôle décisif. Toujours est-il qu'il ne faut pas croire trop présomptueusement que nous pourrons renverser ce « Système ». Le cœur de notre résistance et de notre dissidence doit être de sauvegarder nos âmes et de transmettre, notamment à nos enfants, la vérité.

    Garder une action politique

    Pour autant, cette dissidence prépolitique ne doit pas nous détacher d'une vision politique et d'une recherche du bien commun politique.

    Lire la suite "Dissidence : notre opposition n'est pas de même nature qu'une simple opposition électorale"

    http://lesalonbeige.blogs.com/my_weblog/web.html