Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

  • Les mensonges des médias pour protéger la signature du Pacte de Marrakech

    pacte-migration-marrakech-onu-decodeurs-monde-588x330.jpg

    Par André Posokhow, consultant ♦ Cela fait déjà plusieurs mois que Polémia publie divers articles de fond sur le Pacte pour les Migrations de l’ONU qui sera signé par de nombreux Etats et boudé par de plusieurs autres ce lundi 10 décembre à Marrakech.
    Depuis plusieurs jours, les médias français se saisissent enfin de cette actualité brûlante. Mais, alors qu’une très large majorité de Français s’oppose à l’immigration, les médias ont, pour beaucoup, décidé de défendre le texte ! Quitte à tromper leurs lecteurs, sciemment ou par omission… L’exemple des Décodeurs est à ce titre parlant.
    Polémia

    Liste des articles déjà publiés par Polémia sur ce texte catastrophique : 

    Les 10 et 11 décembre prochain à Marrakech, les États membres des Nations unies sont appelés à signer le « pacte mondial pour des migrations sûres, ordonnées et régulières » que Macron a l’intention de faire signer par Jean-Baptiste Lemoyne.

    Le processus d’approbation de ce pacte se télescope avec la révolte des Gilets Jaunes qui, visiblement, se sont emparé de ce thème. Il en résulte une surchauffe des réseaux sociaux pour s’opposer à cette signature par la France.
  • Les mahométans, « gentils donneurs de leçons de morale »

    safe_image.jpg

    Bernard Plouvier

    Strasbourg (l’un des hauts-lieux de la politicaille européenne), soirée du 11 décembre 2018 : un fou furieux se réclamant du sieur allah tire sur les badauds d’un marché de Noël, en tue 3 et en blesse une douzaine, avant de fuir courageusement.

    Pas de quoi s’en étonner : c’est l’attentat mahométan de la semaine en Europe. Depuis la proclamation du Djihâd par le fou furieux Abou Bakr II en 2014, nous sommes habitués aux actes terroristes de ces fous haineux, d’ailleurs généralement connus des services de police (variante : de nos efficaces services de renseignements).

    C’est d’ailleurs le cas de ce tireur : djihadiste répertorié, ayant tâté de 6 mois de prison après une agression terroriste. Il avait écopé de deux ans, mais avec sursis pour la plus grande partie... ce qui est l’équivalent judiciaire d’une invitation à la récidive. C’est fait !

    La surprise de l’honnête citoyen ne provient pas du sociopathe assassin, ni de l’absurdité d’un système laxiste, dans lequel des fonctionnaires de l’État font semblant de punir et d’autres ne peuvent rien faire d’utile. Sur ce point, l’alternative est simple : ou on élimine, discrètement mais impitoyablement, les mahométans qui prônent le djihâd dès qu’on les a repérés, ou on cesse de promettre aux Français une « protection » parfaitement illusoire. Tout cela, on le sait depuis 2015. 

    La surprise – qui n’en est pas une vraie, car l’on avait déjà noté la tendance des jeunes mahométans à excuser les actes terroristes commis par les fous d’allah – vient d’une réaction à chaud d’un jeune mahométan qui crèche (c’est le mois idéal pour employer ce verbe !) à Strasbourg. Interrogé par un journaliste de Cnews (la chaîne d’info du groupe Canal+ & Bolloré), et bien qu’il sache le bilan sanglant de son ami, il n’a pas hésité à le présenter comme un barbu « super-gentil, cultivé... un grand-frère toujours prêt à donner des leçons de morale » !    

    Face à de tels moralistes, il ne reste à la Nation qu’une ressource : passer des revendications fiscales qui mobilisent plusieurs millions de Français, si l’on prend en compte les participants et leurs sympathisants, à la création de milices citoyennes non armées – puisque seuls les voyous peuvent disputer l’exclusivité du port d’arme aux si efficaces forces de l’ordre -, mais d’une vigilance toujours en éveil, composée d’individus rompus aux sports de combat.

    La Nation n’a rien à attendre des politiciens, fort peu des juges, à peine plus des policiers, surmenés à force de verbaliser sur les routes et de tenter de maîtriser ces casseurs encouragés par de curieux personnages – qui ne viennent pas de cette « droite extrême » dont on nous rebat les oreilles. La Nation doit légitimement se méfier des mahométans qui évoquent favorablement le djihâd ou prennent des assassins pour des héros.

    Il est urgent d’exiger de nos princes inefficaces la tenue d’un referendum sur l’immigration extra-européenne et sur la liberté de culte sur le sol français pour les individus qui prônent l’imposition de la charî’a. La France a instauré, en 1905, une absolue séparation des Églises et de l’État. Même si le culte mahométan est financé par des millions de pétrodollars, seuls des corrompus peuvent accepter ses débordements.      

    http://synthesenationale.hautetfort.com/

  • Richelieu ou la puissance de gouverner

    Article «Richelieu ou la puissance de gouverner» de Florian Rouanet dans la Revue Militant N°706 de Juillet-Août 2018 en pages 12 et 13.

    Richelieu ou la puissance de gouverner

    « Les grands embrasements naissent de petites étincelles. » (1)

    Ce qu’il y a de remarquable dans l’intérêt d’étudier Richelieu c’est qu’il est, en même temps qu’un grand homme de l’histoire de France, à la fois bon homme d’État et bon homme d’Église : les deux articulations distinctes de la nature et de la grâce, saine dualité que comprend la Création, s’incarnent ici de manière visible en une seule et même personne.

    Il reste à travers les siècles une référence, un exemple de vertu, d’intelligence et d’agissement pour nous, qui en sommes les générations héritières et dont on doit s’inspirer pour en garder le meilleur. À l’image d’un souvenir actualisé rappelant dans un même temps notre histoire et notre combat. La politique nationaliste n’est d’ailleurs jamais que la réactualisation du bon principe monarchique.

    Enfin, son exercice politique est à connaitre également pour approfondir les sujets d’importances alentour.

    Quelques éléments biographiques :

    Notre homme vécut entre 1585 à 1642. Il était d’abord destiné par sa famille à une carrière militaire, lorsqu’il choisit finalement la vocation religieuse en 1605. Ainsi, à le nommer par raccourci Richelieu, on en oublierait presque qu’il était ecclésiastique, et non des moindres, puisque devenu cardinal en bout de course.

    Surnommé « L’homme rouge » en référence à la couleur de son habillement et à sa poigne, dit-on, sa petite de taille physique était largement compensée par son courage et sa force d’esprit.

    À la cour du Roi, il était humainement si difficile, que peu de monde l’appréciait vraiment, Louis XIII y compris. Toutefois, l’Éminentissime était conservé dans le gouvernement avec un rôle d’importance tel que celui de principal ministre, équivalent relatif du poste actuel de Premier Ministre : car à cette époque les hommes sont de valeurs et savent que la gouvernance et le bien commun de la cité passent au-dessus de leurs personnes propres et des inévitables conflits personnels.

    Quelques éléments contextuels :

    La période renaissante fait office de transition entre le monde médiéval et le monde moderne sur plusieurs points. Et pour mieux saisir un personnage historique, il est toujours bon de connaitre et de comprendre le contexte de son époque. Les évènements sous Louis XIII font suite à ceux du siècle précédent, c’est-à-dire le XVIe, sur lesquels nous reviendrons ponctuellement :

    – À l’alliance franco-ottomane entre François 1er et Soliman le Magnifique [1536], où la France de destin politique et national se démarque du reste de l’Europe du Saint-Empire en s’alliant avec l’islam turc.

    – Au concile de Trente [1542-1563], réunion des hauts dignitaires de l’Église catholique, qui redéfinissent les points de la foi contre la remise en question que pose Luther, Calvin et de manière générale la Réforme protestante. Tous les catholiques défendaient l’infaillibilité du pape face à eux.

    – À l’Édit de Nantes d’Henri IV [1598] où les protestants se sont vu bénéficier d’une simple proclamation de tolérance religieuse afin de tempérer le conflit social et religieux français, à une époque où l’œcuménisme de Vatican II est impensable car considéré comme purement outrageant et hérétique.

    – À l’essor de penseurs d’un type nouveau qui font changer les mentalités avant l’arrivée même desdites Lumières, causant une ré-identification accrue à la période antique en sa version païenne et à des concepts philosophiques dans un sens rationnellement vicié, notamment avec les exemples de Nicolas Machiavel ou encore de René Descartes…

    Toujours est-il que, si la Renaissance contient philosophiquement et métaphysiquement des germes pré-révolutionnaires au sens jacobin (avec tout ce que cela peut contenir de gnose et de kabbale), ce n’est certainement pas à cause de la politique du cardinal de Richelieu qui, bien au contraire, vient déjouer une sorte de 1789 prématuré avec les mêmes types de complots récurrents contre la cour royale de la part de roturiers (ancêtres du banquier), de «parlementaires» et de «parpaillots» subversifs…, en résumé.

    Centralisation politique française :

    « Je n’ai eu d’autres ennemis que ceux de l’État »

    « Le crime suprême, pour un homme d’État, c’est de ne pas agir, de laisser le destin s’accomplir sans chercher à le dominer. » (1)

    L’unité et la sécurité de l’État sont les thèmes  incontournables de sa pensée et de sa réalisation politique. Pour lui, être garant de l’unité du royaume, tout comme pour gagner son Ciel, est un combat de tous les instants. Notre cardinal admire d’ailleurs pour cela son contemporain saint Vincent de Paul pour son exemple de piété plus active que contemplative. Il mène alors son action de délivrance admirablement sans être tinté ni d’une pure praxis volontariste ni d’un constructivisme pré-marxisant, ou à l’inverse, d’un travers cléricaliste.

    Du monarque qui est représentant de Dieu sur terre et régent dans son ordre temporel, le principal ministre le sait : si celui-ci incarne l’unité de l’État, il a cependant la faiblesse de ne pas être infaillible pour l’ordre temporel comme le pape l’est dans le domaine de la foi.

    Dans une société aboutie la représentativité de l’État n’est jamais sans la «nation», dont le terme est déjà usité sous la Monarchie, présent dans la bouche des Mgr Bossuet et Louis XIV par exemple. La nation est un organe qui encadre un peuple défini, habitant sur un même territoire de même tradition. L’État rattache à un destin unifié des provinces diverses à un tout national en tant que partie supérieure, à l’image d’un petit empire. Cet organe naturel qu’est la nation, également assemblage de familles au sens élargi par la loi du sang, nécessite l’État afin de mettre la Cité en mouvement lui permettant de se développer sur une base civilisationnelle sur ses intérêts collectifs.

    La « centralisation » politique, qui était en germe dans les royaumes anciens commence à se voir réaliser avec la dynastie capétienne en France, s’est faite dans une hiérarchie verticale de haut en bas et se retrouve d’autant plus affirmée sous Louis XIII : le pouvoir est délégué aux vassaux par le gouvernement, de sorte que l’État étant fort, il se permet de décentraliser qu’une fois après avoir unifié le reste. Les vassaux du roi qui sont encore conservés à cette époque tiennent directement leur pouvoir du roi selon le principe de subsidiarité thomiste, ici actualisé. Dans le contexte, il est d’ailleurs légitime que Richelieu ait supprimé les féodaux qui ne remplissaient plus leur rôle, n’assumant plus leur responsabilité en souhaitant plutôt l’emprunter au service exclusif du roi. C’est le début de la fin du système féodale qui délaissait quasiment une province à elle-même.

    Ainsi, la centralisation étatique républicaine des jacobins n’est pas venue de nulle part, ce n’est qu’un aboutissement qui empreinte hélas cette notion à un travers de la fin de monarchie française qui s’était faite gallicane. Idem pour Napoléon Bonaparte qui viendra accomplir un peu plus cette centralisation. Que le jacobinisme soit un principe corrupteur pour la France, ou que des acteurs maçonniques y participent ne prouve rien quant à la mauvaiseté de la centralisation, qui n’est pas mauvaise en soi, au contraire puisqu’elle se trouve être un principe organisateur. Là où l’étatisme républicain pèche, c’est dans son pur centralisme non respectueux des échelons inférieurs et des frontières géographiques provinciales. La République, IIIe du nom, fera d’ailleurs face à tous les particularismes locaux au nom de la francophonie, alors que pour être véritablement homme et être véritablement Français, il faut savoir s’enraciner dans un terroir particulier et concret.

    Richelieu provoque donc dans son principe d’organisation les germes d’une centralisation monarchique, et devient ainsi le précurseur de cet absolutisme royal dont Louis XIV et le cardinal Mazarin seront les réalisateurs et les promoteurs acharnés. Richelieu la prépare et Mazarin l’accouche.

    Dissensions religieuses et par conséquent sociales :

    « Que c’était chose certaine que tant que le parti des huguenots subsisterait en France, le Roi ne serait absolu dans son Royaume. » [Mémoires du cardinal de Richelieu].

     « Si on avait empoisonné Luther et Calvin lorsqu’ils commencèrent à paraître, on aurait épargné de grands maux à la Religion et beaucoup de sang à l’Europe. » [Lettre à la duchesse d’Aiguillon].

    Le protestantisme est une intrusion sur notre sol qui vient détruire la notion d’unité chrétienne médiévale ainsi que l’unité confessionnelle des royaumes d’un même coup. Il n’y a ni méprise ni ambiguïté chez notre homme à ce sujet. La moitié de sa famille était protestante, du coup il connaissait bien ceux auxquels il avait à faire. Pourtant, la compagnie du Saint-Sacrement ne l’entendait pas de cette manière. Une compagnie appelée également le Parti des dévots, a été créé selon l’initiative romaine du Concile d’époque afin de surveiller le cas protestant, ainsi que le bien de la chrétienté auquel sont tenus les États d’Europe. Un Parti catholique dont Richelieu fut proche à ses débuts, et entrée en conflit avec lui pour raison de désaccord sur la question protestante. Si les deux camps partagent un bon nombre d’idées, le Roi vise d’abord l’unité chrétienne alors que le Premier Ministre vise d’abord l’unité du royaume.

    Voici quelques éléments toutefois qui montrent que Richelieu n’était pas du tout favorable au protestantisme :

    – Le Siège de La Rochelle, dont le portrait significatif d’Henri-Paul Motte affiche le cardinal en armure sur la place militaire, symbolise la victoire écrasante du royaume de France alors qu’il disposait d’une minorité de soldats par rapport aux protestants rochelais et au royaume d’Angleterre. Événement qui donne suite à la capitulation de la cité protestante.

    – Il est celui qui a poussé Louis XIII à prononcer une succession de vœux, qui consacre la France à la Sainte Vierge, finalisée le 10 février 1638 ; le protestantisme, quel que soit ses variantes, refusant le culte de la Vierge et des Saints.

    – Il collectionnait toute la littérature protestante, c’est dire s’il connaissait bien son ennemi. Il a même publié un Traité contre eux en 1650, appelant le retour des mauvaises ouailles dans le giron de l’Église.

    Dans ce conflit confessionnel, l’éminent cardinal et ministre est évidemment du côté de la «contre-réforme» catholique face aux réformistes protestants qui, étant «libre-examentistes» sont imprégnés de subjectivisme et aident à faire éclore la libre pensée maçonnique un siècle plus tard avec le principe de laïcité. Plus personne n’osera affirmer la Vérité qui est reléguée à l’ordre de la simple opinion subjective de chacun.

    Situation extérieure et aire de civilisation européenne :

    Dans ce contexte géopolitique, il faut retenir que l’Espagne, pays aujourd’hui économiquement et diplomatiquement plus secondaire, était le pays le plus puissant d’Europe qui avait su se donner un immense empire s’étendant au-delà de l’Atlantique. D’un côté, le monde hispanique avait des prétentions vis-à-vis de la France aux frontières, tandis que de l’autre, la maison d’Autriche souhaitait rattacher le «royaume du Lys» à son empire continental. Le Saint-Empire romain germanique est ce qui reprend l’idée impériale de la Rome antique, voulant incarner en intention l’Europe carolingienne médiévale, mais qui se composait uniquement de provinces multiples regroupées sous un destin européen commun. Résultant d’une opposition entre deux empires, notre patrie, manifestant une volonté d’exister dans un destin unique et de manière plus solitaire, a voulu une troisième voie faisant ainsi naître prématurément l’ère des nations constituées.

    Dans le cadre de la politique française extérieure de Richelieu cependant, là où le parti des dévots avait raison, c’est que par intention de déstabiliser les royaumes ennemis, il a été convenu de s’allier avec les princes protestants «prussiens» afin de déstabiliser volontairement leur unité confessionnelle et sociale. Si cela paraît être au premier abord une habile politique d’indépendance nationale, le problème majeure est que cela a contribué à détruire le catholicisme en pays germaniques. C’est ainsi que le bien universel et chrétien est mis à mal au nom d’un bien national particulier. Il est à comprendre que si le bien national est d’importance, ce bien n’est pas indépassable puisque le cadre du bien universel est plus commun aux hommes, et se retrouve donc éminemment supérieur. Ce qui signifie que l’ordre terrestre est fait d’une pluralité de peuples qui concourent tous à une expression humaine différente dans un tout organique universel et hiérarchisé. C’est le principe de totalité.

    Enfin, l’alliance avec les mahométans lancée par François 1er, toujours effective sous Louis XIII quoi que moindrement, était légitiment vue par le reste de l’Europe entière comme une alliance contre nature qui remettait en cause l’unité chrétienne jamais trahie durant la période médiévale. Par le passé, cette alliance impie a fait que la France, tant attendue par le continent et le pape, a été totalement absente à Lépante, bataille primordiale pour l’unité chrétienne européenne face à l’invasion ottomane…

    Être nationaliste ne doit pas signifier ne reconnaître aucune erreurs humaines ou encore les accidents de l’histoire, il faut simplement en avoir conscience, assumer le meilleur, tout en osant faire le tri sur nos errements collectifs qui ont causé tant de mal que cela soit à nous-mêmes, soit aux autres.

    Conclusion :

    La personne de Richelieu arrive à tenir une certaine unanimité au-delà des clivages. Étant admirée autant par des nationalistes et des royalistes que par des historiens classiques ou mêmes des républicanistes. S’il n’est pas étonnant qu’un monarchiste de principe s’en inspire pour ce qui est de la dernière catégorie, les patriotes gaullo-bonapartistes par exemple aimant à piocher quelques éléments isolés chez une personnalité dont ils ne retiennent pas la globalité, quand ce n’est pas pour tomber dans une volonté de conjuguer les contraires en voyant une trop grande continuité entre la monarchie d’Ancien régime et les cinq républiques libéralo-marxistes et judéo-maçonniques qui ont suivis. Si «continuité» de principe il y a, c’est uniquement sur le thème de la centralisation politique, seul parallèle possible entre un Richelieu et un De Gaulle.

    Le temps passant, la relève est désignée par Richelieu lui-même au cardinal Mazarin qui, avec sa personnalité particulière, continuera le même type de politique en transmettant la formation reçue par le roi précédant à Louis XIV. Hélas, le roi suivant usera des nouvelles notions de «propagandes royales» plus pour la glorification de sa personne qu’autre chose…

    À propos de son Testament politique, c’est un document d’intérêt qui vient compléter son œuvre administrative admirable. Un ouvrage rédigé dans le but de disposer d’un enseignement clair, doté d’une grande simplicité sur la forme et d’un style spécifique, avec comme fond, des conseils au roi mêlant tous les thèmes de la religion à la gouvernance, en passant par des réflexions d’ordre philosophique et pratique sur la nature de l’homme et des sociétés aussi justes qu’enrichissantes.

    Tout nationaliste, et même simplement tout bon français, doit connaître le Testament politique, les principes et mises en application du combat du cardinal de Richelieu.

    Tous ces éléments sont développés plus conséquemment dans ma conférence en ligne du même nom.

    (1) Maximes d’État, ou Testament politique (1623).

    Florian Rouanet, Militant N°706 en pages 12 et 13 (éditorial).

    https://florianrouanet.wordpress.com/2018/12/12/article-richelieu-ou-la-puissance-de-gouverner/

  • Marion Maréchal peut-elle devenir l’homme providentiel dont la France a besoin ?

    marion-marechal-le-pen-e1519638131992-845x475.jpeg

    Avertissement : les propos de l’article n’engagent que son auteur, qui ne connaît pas personnellement Marion Maréchal.

    Depuis les mouvements des gilets jaunes, Marion Maréchal a du mal à rester dans le silence médiatique promis suite à l’ouverture de son école. Manifestant avec les gilets jaunes aux Champs-Élysées, intervenant au Figaro ou à BFM TV, elle donna dernièrement une conférence organisée par le Cercle Audace sur la pensée conservatrice et l’union des droites. Selon le journaliste Charles Sapin, ces activités initieraient un retour en politique.

    Cependant, l’ancienne députée de Vaucluse peut-elle incarner le « Destin français » dans un avenir proche qui s’annonce sombre ? À mon sens, si elle est brillante et sincère, sa vision théorique manque de pragmatisme et sa pensée conservatrice n’est pas en phase avec un peuple meurtri aux désirs simples et concrets.

    En effet, les sondages montrent que si les Français sont « identitairement » à droite, ils se révèlent néanmoins « sociétalement » à gauche, puisque 80 % d’entre eux sont contre l’interdiction de l’euthanasie, 75 % contre la limitation de l’avortement et 63 % contre l’abrogation de la loi Taubira.

    Par conséquent, à l’aune de ces études d’opinion, il est probable qu’ils considèrent le conservatisme comme une pensée rétrograde et que l’union des droites ne leur parle pas. Ils exigent seulement l’émergence d’un politicien aux « cojones » bien greffées qui impose les réformes nécessaires que sont :

    a) l’arrêt de l’immigration par le gel des obtentions de visa des pays d’émigration, de la reconduction des permis de séjour et des naturalisations, ainsi que le rapatriement de l’ensemble des clandestins afin de briser la dynamique des flux.

    b) la lutte contre l’islam radical par la dénaturalisation et l’expulsion des penseurs et religieux extrémistes couplées, si nécessaires, par l’élimination ciblée des potentiels terroristes à la manière du Shin-Bet, le service secret intérieur israélien*.

    c) la baisse simultanée des taxes et du train de vie de l’État, additionnée à la mise en place d’une politique familiale afin que « le peuple central » puisse de nouveau vivre décemment.

    d) la refonte de l’Union européenne afin que celle-ci fixe des frontières politique et économique fermes pour protéger ses peuples des conséquences de l’explosion démographique de l’hémisphère sud et de la montée en puissance de la Chine.

    Si elle souhaite revenir en politique, selon moi, il serait intéressant que Marion Maréchal se penche sur les analyses de l’historien Jean-Louis Thiériot, passionné par ces grands réformateurs que furent le général de Gaulle, le chancelier Schröder et ce « Winston Churchill du temps de paix  » que fut Margaret Thatcher, surnommée la Dame de fer pour avoir écrasé les puissants syndicats de mineurs.

    Selon monsieur Thiériot, trois règles animent un grand dirigeant : 1) se concentrer seulement sur quelques mesures essentielles. 2) s’entourer d’une équipe restreinte d’experts préparant dans le secret leur mise en place. 3) les imposer dans les six mois suivant l’élection afin de jouir, en fin de mandat, d’une popularité retrouvée pour la réélection grâce aux résultats de ces mesures initialement impopulaires.

    Ainsi, à mon sens, madame Maréchal devrait s’émanciper de son entourage de jeunes politologues à la pensée un peu abstraite et s’entourer d’un petit groupe de hauts fonctionnaires civils, militaires et des services secrets bûchant sur un programme de redressement national.

    Puis réunir les fonds pour créer un mouvement sans étiquette et se mettre en campagne en martelant son projet uniquement au nom de la grandeur nationale et non en fonction d’une quelconque éthique conservatrice.

    *selon le journaliste Vincent Nouzille, les services secrets français pratiquent aussi les éliminations ciblées, mais uniquement hors des frontières nationales.

    Jean Dutreuil

    http://www.bvoltaire.fr/marion-marechal-peut-elle-devenir-lhomme-providentiel-dont-la-france-a-besoin/

  • Zoom – Yves Mamou : L’intelligence des élites avec l’ennemi

    Le journaliste Yves Mamou nous présente son dernier ouvrage “Le grand abandon – Les élites françaises et l’islamisme”. Un essai pour dénoncer l’absence délibérée de débat sur une immigration musulmane qui a déjà meurtrie les paysages urbains français.

    https://www.tvlibertes.com/yves-mamou-lintelligence-des-elites-avec-lennemi

     
  • « La décision locale est délégitimée, le lien social n’est plus tissé. »

    3719048189.jpg

    Rencontre avec un élu local qui cherche à animer son territoire en défendant une véritable proximité entre les décideurs, les relais et les habitants. 

    Vincent You, quels sont vos mandats locaux ?

    Je suis directeur d’hôpital dans le nord de la Charente, à Confolens, c’est-à-dire un hôpital de proximité avec un Ehpad. C’est important parce que beaucoup de mes convictions opérationnelles, je me les forge dans cet exercice. C’est un hôpital de 300 personnes. Je suis adjoint au maire d’Angoulême depuis 2014, en charge des finances et depuis peu du civisme et de l’engagement citoyen, et je suis vice-président du Grand Angoulême en charge de l’urbanisme et de la stratégie agricole. J’ai des journées très différentes et c’est ça qui est passionnant.

    Vous êtes l’inventeur de la clause Molière, qui vise à empêcher la venue des travailleurs détachés dans le secteur du BTP et qui a fait couler beaucoup d’encre.

    C’est en tant que directeur d’hôpital que j’y ai été amené. J’étais missionné pour reconstruire un hôpital dans la ruralité charentaise et je voulais que cet appel d’offres, qui engageait une dépense publique, avec quinze millions d’euros à la clé, bénéficie à l’emploi local. Je construis l’appel d’offres en zigzaguant au milieu du code des marchés pour que cela profite aux entreprises locales, ce que j’ai fait, et j’ai eu une surprise : entre le marché, son attribution, le choix des entreprises et le chantier, je me suis rendu compte que bon nombre d’entreprises allaient chercher des travailleurs détachés et que cela ne profitait que marginalement aux habitants, aux jeunes du coin. Quand ensuite j’ai dû rénover un Ehpad, avec un autre appel d’offres, j’ai voulu éviter le recours massif aux travailleurs détachés. Il faut bien se rendre compte que je gère l’argent de la Sécurité sociale et qu’avec les travailleurs détachés, cet argent va bénéficier aux entreprises qui payent ailleurs cette sécurité sociale, ce qui est délirant ! Je me suis rappelé qu’à Angoulême j’avais passé un marché “alimentation + pédagogie” : j’achetais des légumes à des agriculteurs qui acceptaient de recevoir sur leurs fermes les classes d’Angoulême. Avec ça, l’Espagnol était un peu trop cher, avec un trajet prohibitif ! et nous avons pu acheter local. Les professionnels du BTP, avec qui j’ai travaillé pour chercher une solution adaptée à leur secteur, m’ont dit que les conditions de travail était le problème majeur : on ne sait pas si les Polonais ou les Roumains comprennent les normes imposées. Nous avons donc mis en forme, avec des amis juristes, ce qui est devenu la clause Molière et qui a été au départ extrêmement bien accueillie : tous les élus locaux, quelle que soit leur couleur politique, espèrent des retombées locales. Elle s’est étendue tranquillement de ville en ville et de régions en régions (la Normandie, par exemple, l’a votée à l’unanimité moins une voix).

    Cette clause n’est pas une clause de préférence nationale mais une clause de préférence locale, en fait.

    De préférence francophone, plutôt. Si l’entreprise angoumoisine va chercher des gens qui parlent très bien français et qui veulent s’installer en France, la clause Molière n’empêche rien. Elle permet d’éviter l’absurde. Les opposants faisaient valoir qu’il y aurait bientôt une clause Shakespeare ou une clause Vaclav Havel, etc. : mais à y bien réfléchir, c’est normal qu’il y ait des clauses protectrices. Benoit Hamon a dit que c’était une clause Tartuffe parce que nos pères ont accueilli des Italiens, des Espagnols, des Marocains, etc., qui se sont installés en France : mais ça n’a rien à voir ! Bien sûr des travailleurs étrangers sont venus en masse et ont fini par apprendre la langue. Mais aujourd’hui le fonctionnement est totalement différent : les travailleurs détachés viennent trois semaines ou trois mois, et ils repartent chez eux avec un petit pactole. Il n’y a aucune démarche d’intégration ou d’assimilation à la société française – et je ne leur en veux pas : pour eux, c’est une occasion magnifique. C’est donc une clause de préférence francophone et aussi de respect des ouvriers : on a perdu énormément d’emplois industriels, comment accepter que dans un secteur non délocalisable les marchés se gagnent avec un low cost fondé sur la délocalisation administrative des emplois, au détriment du tissu local ?

    Mais alors, pourquoi la polémique ?

    La première étape de la clause Molière, c’est d’abord la « révolte » d’un petit élu local qui, dans son cadre professionnel, tente une expérience bien accueillie par les autres élus. C’est ensuite devenu une polémique quand Valérie Pécresse et Laurent Wauquiez ont voulu se l’approprier : avec des grands leaders visibles, la gauche n’a pas voulu suivre et la presse a expliqué que c’était de la discrimination. Alors que la gauche locale, jusqu’alors, se contentait de s’abstenir au moment des votes : c’était compliqué, pour elle, de voter contre une mesure qui améliorait le sort des ouvriers… Au final, la clause Molière version Wauquiez, qui l’avait durcie, a été annulée mais la clause Molière version Retailleau a été validée par le Conseil d’État. La mienne était plus proche de celle de Retailleau, qui l’a un peu améliorée. Donc, aujourd’hui, tout élu local qui veut éviter la prolifération du travail détaché peut utiliser une clause parfaitement licite. Si les élus n’en veulent pas, c’est un choix politique, qu’ils doivent assumer.

    Cette absurdité d’une action locale bénéfique qui rencontre, en devenant un sujet national, des oppositions purement idéologiques, l’avez-vous rencontrée par ailleurs ?

    Pas de manière aussi palpable : on ne crée pas tous les jours une solution d’envergure nationale ! Ce qui me marque, plutôt, c’est que les élus locaux sont très dépendants de l’approche juridique de leurs services, qui leur conseillent toujours d’être très prudents. Cette angoisse de la prise de risque juridique paralyse beaucoup d’initiatives. Tout le monde, ici et là, a de bonnes idées, aimerait les tester et les raconter, mais les analyses amont ont tendance à étouffer dans l’œuf les expériences. Mais le plus gros problème, et c’est mon expérience d’élu et de directeur de petit hôpital, c’est la foi qu’on met dans le gigantisme administratif : en changeant d’échelle, en mutualisant, on arriverait comme par miracle à résoudre tous les problèmes locaux. Mais c’est plutôt l’inverse. Je vois des marchés qui regroupent de nombreux acteurs hospitaliers et qui, en définitive, ne sont pas plus bénéfiques et même, avec l’échelle territoriale très vaste qu’ils supposent, arrivent à tuer les petites entreprises qui ne peuvent pas répondre localement, faute de taille critique. Il n’y a donc pas toujours des gains et il y a une casse économique importante. C’est d’autant plus problématique que les entreprises locales ont intérêt à bien travailler pour avoir d’autres marchés plus tard. Les grandes entreprises de passage se moquent assez souvent de savoir comment va vivre le bâtiment qu’elles livrent, elles ne seront plus là s’il y a un problème. À l’échelle du Grand Angoulême, nous sommes passés de seize à trente-huit communes (ce qui n’est pas énorme, certaines communautés en regroupent cent). On délégitime les maires ruraux. Si la moitié d’entre eux veut arrêter, c’est à cause de ça plus que des difficultés de gestion ou du manque d’argent public. Le maire est encore celui qui gère les problèmes quotidiens des habitants mais il n’a plus les clés… On ne sait plus quels sont les contours, quelles sont les responsabilités. Les politiques successives nous imposent de passer du modèle communes – départements – nation au modèle agglomérations – régions – Europe mais ce n’est pas rentré dans la réalité des citoyens français. Le maire, dernier élu respecté des Français, est délégitimé – sans qu’il y ait, là non plus, de gains économiques : on tue la commune et son petit périmètre, avec ses élus qui sont quasiment bénévoles et qui gèrent tout en direct, à l’économie, pour créer des services avec des périmètres élargis qui obligent à embaucher des techniciens. En transférant les compétences communales aux services, on améliore sans doute l’ingénierie en renonçant à la proximité de gestion. Et avec treize départements, la Région est un échelon désormais très éloigné…

    Votre côté expérimentateur, c’est aussi d’avoir développé la méthode Montessori dans votre Ehpad – autre test local ?

    Nous ne sommes pas les seuls. Mais justement, Montessori, c’est « aide-moi à faire seul. » Tout le système des maisons de retraite est construit sur la mesure de la dépendance des gens accueillis. On oublie que les personnes âgées, si elles ont des fragilités, gardent des capacités. Montessori consiste à maintenir ces capacités pour les faire vivre. Participer à la vie sociale nous constitue en tant qu’être humain. Maintenant, les résidents ont un rôle social, participent à la vie commune et voient leurs capacités reconnues et utilisées. Avec Montessori, en ritualisant certains gestes, la mémoire procédurale du résident, même très atteint par Alzheimer, peut reproduire ces gestes et continuer à participer à la vie collective. Montessori, au-delà de la marque, c’est du bon sens : respecter la personne humaine dans sa vieillesse, lui donner une place qui corresponde à ses passions, à son histoire et à ce qu’elle peut encore faire. Les premiers résultats de l’expérience sont très positifs : les consommations de psychotropes ont diminué d’un tiers, sans que cela ait été un objectif, et les équipes sont mobilisées parce que le projet a du sens. Et les personnes âgées retrouvent de l’initiative à un point inimaginable. Chez nous, elles ont organisé, toutes seules, au mois de septembre, un rallye auto ! Pour retourner sur les lieux où elles avaient grandi. Ce n’est pas nous qui pouvions l’imaginer, ni imaginer l’aide qui leur a été apportée, et ça n’a été possible que parce que nous leur avons donné les clés de la maison.

    Une vraie parabole par rapport à ce que vous racontiez de ces échelons toujours plus vastes et plus lointains…

    La centralisation va tuer la créativité locale. Les bonnes recettes parisiennes ne sont pas généralisables. Et avec la disparition de la taxe d’habitation, le maire n’a plus la main sur les recettes locales, l’habitant ne contribue plus aux services mis en place dans sa commune, il n’y a plus de lien entre le citoyen et le décideur. C’est aujourd’hui compensé financièrement mais, sur le fond, la décision locale est délégitimée, le lien social n’est plus tissé. 

    Propos recueillis par Philippe Mesnard
    le 21 novembre

    http://lafautearousseau.hautetfort.com/

  • Gilets jaunes, comme “cocus”: fin de l’histoire ?

    C’est l’analyse de Stratediplo, qui fait un court mais saisissant rappel de la mise en escalavage du peuple français depuis les années 1950. Extraits.

    Pourtant les griefs du peuple n’ont jamais été aussi justifiés. Par exemple, la présomption de culpabilité de fraude fiscale fut à l’origine de l’orgie de contrôles fiscaux destructifs déchaînée en 1952 contre le petit commerce et l’artisanat, pour provoquer les dizaines de milliers de faillites nécessaires ou utiles à l’expansion de la grande distribution capitalisée. En dépit des protestations du pays productif, cette présomption de culpabilité a été officialisée par la loi 59-1472 instituant, avec l’impôt sur le revenu des personnes physiques, l’abattement de 20% pour impossibilité de tricher, privilège réservé aux salariés, impliquant que toute personne dont le revenu n’est pas déclaré par un tiers ment, et incitant de ce fait à la malhonnêteté par la pénalisation de l’indépendant honnête. Cette loi de 1959 poussant les anciens commerçants mis en faillite à s’engager contre salaire dans la grande distribution, et les artisans à se faire embaucher dans l’industrie, mit solennellement le dernier clou dans le cercueil de la révolte contre l’oppression fiscale, et montra s’il en était besoin que le nouveau régime né du coup d’Etat du 13 mai 1958 n’entendait pas être plus protecteur des Français que la république antérieure, dite quatrième. (…)

    Les intentions de la V° n’ayant pas changé depuis le 26 mars 1962, le gouvernement, par la voix de plusieurs ministres, a menacé de violence et de morts, a essayé de dissuader les gens de descendre dans la rue et encore plus de monter à Paris, et a soigneusement fait choisir des familles communes et des passants quelconques pour les violences dites policières (tir tendu de grenades, passages à tabac, mutilations) et les humiliations judiciaires, afin que chacun puisse s’identifier à ces victimes de la répression et se calfeutre chez soi la prochaine fois. D’ailleurs, quant à l’appartenance authentique des auteurs de ces violences aux services publics dont ils portent le discret brassard de reconnaissance (voire parfois l’uniforme), seul le régime employeur de Benalla serait en mesure de la confirmer ou de l’infirmer, de même que l’appartenance des “casseurs” infiltrés, au profil physique, social et comportemental tellement différent des manifestants qu’ils sont chargés de discréditer.

    https://www.lesalonbeige.fr/gilets-jaunes-comme-cocus-fin-de-lhistoire/

  • Du gilet jaune, au gilet pare-balles.

    661-magic-article-actu-836-cbf-5498fca49516640ccb3b73493d-gilets-jaunes-la-police-prete-a-utiliser-une-nouvelle-arme-secrete|836cbf5498fca49516640ccb3b73493d.jpg

    Pieter Kerstens

    Depuis plusieurs semaines, on assiste à des manifestations dans toutes les villes de France qui sont le théâtre de déprédations et de pillages que les forces de l’ordre ne peuvent éviter.

    Pourtant, les services de renseignement distinguent facilement les manifestants sous « gilet jaune » et les casseurs venant des milieux « zadistes », anarchistes, Blacks Blocks et autres gauchistes, mouvances depuis longtemps infiltrées par les indicateurs de la Préfecture de Police de Paris ou des services de renseignement dans les Régions.

    Le ministre de l’Intérieur prétendait le 2 décembre n’avoir plus de réserves à engager, alors que 67.000 gendarmes et policiers étaient sur le terrain la veille. Mais par un coup de baguette magique, voilà 89.000 hommes mobilisés le 8 décembre, dont 8.000 uniquement sur la ville de Paris, soit 1/3 de plus que le samedi précédent, ceci afin de réduire les déprédations aux monuments et les pillages des magasins.

    Malgré ce déploiement inédit, l’ampleur des dégâts a été encore plus dévastateur dans les quartiers parisiens et dans les villes de province.

    Tous les policiers et gendarmes l’affirment : c’est en fin de journée que surgissent les crapules et les racailles venues des banlieues. Et ce n’est pas nouveau : Saint Sylvestre, 1er mai, 14 juillet, Halloween. A chaque fois, on assiste à des jets de pierres, à la destruction d’abribus, à l’incendie de véhicules, à des pillages de magasins par des meutes masquées et armées d’engins incendiaires ou de barres de fer et de bouteilles d’acide, en attendant les armes à feu.

    Touche pas à ma banlieue !

    Et lorsque la caste politique nous enfume en prétextant des « situations imprévisibles », « une violence jamais vue » ou « des insurrections incontrôlées », il suffit de se référer aux émeutes de 2005, aux attentats terroristes des années 1990 ou à « la chienlit de 1968 », pour conclure à l’incompétence du gouvernement d’Edouard Philippe, qui se défausse sur le mouvement des gilets jaunes « intolérable, irresponsable, insupportable », pour cacher son incurie.

    Pour les médias, ce qui en fin d’année était devenu une « tradition » (plusieurs centaines de véhicules incendiés) apparait aujourd’hui comme « inadmissible » et se produit à Charleville Mézière, à Dijon, en Avignon, à Tarbes, à Saint-Etienne, à Bordeaux ou au Puy en Velay, entre autres villes dévastées.

    Les voyous, eux, se réjouissent car ni les médias ni le gouvernement ou les politiciens ne désignent les responsables et les coupables. Une étrange omerta couvre les crapules de banlieue qui vont, comme après chaque manif, « faire leurs commissions » ! Ce sont les Chérif, Souleiman, Aboubakar, Aziz, Oualid, Mohamed et autres Miloud qui constituent la majorité des casseurs et des pillards, connus depuis des années de la Police et de la Justice, ayant chacun un nombre conséquent de condamnations sur leur casier judiciaire. Un tabou ?

    Des bataillons de parasites se gavent sur le dos des travailleurs.

    Le docteur Micron, spécialiste de la lèpre nationaliste et de la peste brune, a mésestimé la fièvre jaune et du haut de sa vanité méprise la colère et les revendications de la France « d’en bas » qui se plaint d’un pouvoir d’achat en baisse, alors même que l’Etat Providence subvient par d’innombrables aides, subventions, allocations, dons ou exonérations, aux finances des plus démunis. La vague de récriminations ne touche pas les 10% des plus pauvres, ni les 10% des plus riches de notre société, mais la majorité des classes intermédiaires et surtout ceux qui estiment que leur travail ne leur procure pas un niveau de vie acceptable.

    En réalité, les travailleurs ont l’impression que ceux qui ne travaillent pas, hormis les retraités, vivraient mieux qu’eux-mêmes ! Ce qui n’est pas faux. Parce que la politique de justice sociale mise en place depuis 35 ans a réduit l’écart entre chômeurs et travailleurs, en accumulant des charges et des prélèvements obligatoires sur les fruits du travail, pour indemniser, soigner, éduquer ou aider des millions d’inactifs aptes au labeur quotidien.

    Il faut savoir que la moitié des foyers fiscaux en France ne payent pas non plus d’impôts sur leurs revenus.

    On peut aussi s’interroger quant à la situation d’un « messager » des gilets jaunes qui, lui, fonctionnaire momentanément privé d’emploi, depuis le 1/1/2009, est encore payé 2.600€ nets par mois. Est-ce normal ?

    Au risque de déplaire à certains « nationalistes », j’affirme ici qu’il est indispensable de distinguer l’indispensable du superflu. Car, depuis au moins 50 ans, le Régime a favorisé la multiplication des privilèges sectoriels, des gaspillages éhontés, des dépenses pharaoniques ou encore des travaux inutiles.

    QUI PAYE ?

    Pour calmer la fièvre du samedi soir (acte V le 15 décembre) le docteur Micron a rédigé une ordonnance pour son gouvernement en vue de préparer « une potion magique » destinée à ramener le peuple de France dans ses chaumières.

    Ce méli-mélo obscur de primes, d’augmentation du SMIC, d’heures supplémentaires hors-taxes et de réajustement des retraites, que l’on ajoutera aux mesures précédentes d’aides aux automobilistes, représentera un surplus de dépenses ou un manque de recettes au budget de l’Etat d’environ 20 milliards d’euros.

    Il faudra bien au final que quelqu’un paye l’addition, car c’est facile d’être généreux avec l’argent des autres !

    Il est louable d’écouter les revendications des gilets jaunes, mais j’ai aussi entendu de très nombreux avis de ceux qui ne se trouvaient pas sur les ronds-points ou devant les centres commerciaux ou encore de commerçants et de chefs de PME qui ne manifestaient pas. Pour ceux-là le son de cloches est différent et les remarques très justifiées en ce qui concerne le fond des problèmes et de réformes structurelles jamais évoqués :

    1. Réduction drastique des dépenses de l’Etat sur base des remarques inscrites dans le rapport annuel de la Cour des Comptes et qui concernent tous les secteurs et l’ensemble des structures dans l’Hexagone.
    2. Défense des entreprises et rapatriement d’activités industrielles qui ont été délocalisées en Asie ou au Maghreb, ce qui diminueraient par la même occasion les émissions de CO2 alors que nous sommes punis dans nos déplacements personnels.
    3. Stopper l’immigration sauvage et les régularisations/naturalisations massives (concernant plus de 5 millions de personnes depuis 1995) qui coûtent des dizaines de milliards tous les ans. Cet argent serait bien plus utile pour aider les plus faibles de notre société.
    4. Abroger les lois et dénoncer les traités imposés par les euros-mondialistes de Bruxelles qui vont à l’encontre des intérêts du peuple et du développement économique et financier de nos régions.

    Dans la crise actuelle, rappelons-nous cette déclaration du Président Abraham Lincoln en 1860, devant le Congrès :

    « Vous ne pouvez pas créer la prospérité en décourageant l’épargne.

    Vous ne pouvez pas aider le salarié en anéantissant l’employeur.

    Vous ne pouvez pas favoriser la fraternité humaine en encourageant la lutte des classes.

    Vous ne pouvez pas aider le pauvre en ruinant le riche.

    Vous ne pouvez pas éviter les ennuis en dépensant plus que vous ne gagnez.

    Vous ne pouvez pas forcer le caractère et le courage en décourageant l’initiative et l’indépendance.

    Vous ne pouvez pas aider les hommes continuellement en faisant pour eux ce qu’ils pourraient et devraient faire eux-mêmes. »

    Une expression de bon-sens, dont certains devraient pouvoir s’inspirer.

    http://synthesenationale.hautetfort.com/archive/2018/12/12/du-gilet-jaune-au-gilet-pare-balles-6112343.html

  • Edition Spéciale : Strasbourg frappée par le terrorisme – Journal du mercredi 12 décembre 2018

    Alors que la menace semblait de plus en plus dépassée pour la France, le symbolique marché de Noël de la Capitale alsacienne a été attaqué par Chérif Chekatt, un multirécidiviste fiché S. Au moins 3 morts et plus d’une douzaine de blessés sont à déplorer. Pour comprendre cette nouvelle attaque, nous sommes en compagnie du criminologue Xavier Raufer.

    Le terrorisme s’invite une nouvelle fois en France.

    – Le marché de Noël de Strasbourg pris pour cible

    – Chérif Chekatt : un terroriste hybride comme les autres

    – L’actualité en bref

  • Terrorisme(s): arrêtons de reculer

    JEANNE-1-300x263.jpgComment se fait-il que dans  la quasi totalité des cas, les racailles appréhendées pour des  faits de terrorisme, soient décrites spontanément aux journalistes qui interrogent leur  entourage  (plus ou moins lointain)  comme des mecs sans histoire,  sympas,  quoique, parfois,  un peu  rigide sur les valeurs, mais appréciées par tous les gens du  quartier  ou de la cité pour leur gentillesse? « C’est un gars super gentil, pas  quelqu’un qui cherchait les problèmes. Ce n’est pas quelqu’un de borné, qui sait rien de la vie, quelqu’un  de très gentil,   il est cultivé. Il avait un discours assez appuyé sur la religion,  il était assez sévère sur la religion, il ne faut pas le décevoir avec la barbe. Il est comme le grand frère, toujours à apporter de bons conseils,  à délivrer des petites leçons de morale… » C’est en ses termes que Rachid  décrivait lui aussi  hier soir sur l’antenne de Cnews  la personnalité de Chérif Chekatt, 29 ans,  islamiste fiché S depuis 2016, au profil tristement banal de délinquant multirécidiviste radicalisé, un profil hybride « très défavorablement connu » des services de police, en France comme en Allemagne.  Il  est l’auteur présumé de l’attaque par balles hier contre le marché de Noël à Strasbourg, qui a fait trois morts et treize blessés dont huit graves. Originaire du quartier pluriel de Koenigshoffen dans la capitale alsacienne, il est toujours activement recherché au moment ou nous écrivons ces lignes.

    « Face à l’horreur, une seule réponse : l’unité de la Nation » a twitté  le porte-parole du gouvernement Benjamin Griveaux, tandis que  le niveau  d’Alerte urgence attentat était décrété, ce qui, de facto, alimentant en retour les rumeurs complotistes, devrait entraver les manifestations et rassemblements des gilets jaunes. Invitée ce matin des Quatre vérités sur France 2, Marine Le Pen en a pris acte : « je suppose que si ce niveau d’alerte terroriste est maintenu, il inclut l’interdiction des manifestations. Je ne polémiquerai pas là-dessus, la sécurité du peuple français doit être en cause pour que le Ministère de l’Intérieur prenne cette décision. »

    La présidente du RN a rappelé qu’elle plaidait de longue date « pour la mise en œuvre d’un Parquet national anti-terroriste » sachant que  les « délinquants radicalisés commettent bien souvent ces délits et crimes pour financer le terrorisme. »  Sur le fond, Marine a rappelé son souhait d’une expulsion de notre territoire  des étrangers fichés S – « ce serait autant de moyens supplémentaires qui seraient dégagés pour pouvoir surveiller ceux qui ont la nationalité française ! »- et a pointé  l’inertie, l’angélisme coupable, depuis de longues années, des partis au pouvoir.  « Je ne sais pas par quelle pudeur, qu’est-ce qui explique le fait que dans notre pays on refuse de s’attaquer au fondamentalisme islamiste, qui est une idéologie mortifère, mortelle, qui a fait 250 morts et des centaines de blessés en France depuis six ans (…). Il faut s’attaquer aux organisations islamistes. Le salafisme se propage dans notre pays, il est financé de l’étranger, et même parfois, au moyen d’associations culturelles, cultuelles ou sportives, financé par de l’argent public ! »

    Lors de son passage sur BFMTV , le  maire  socialiste de Strasbourg, Roland Ries, visiblement ému,  ne s’est pas départi  pour autant de cette pudeur en renonçant à appeler  vraiment un chat un chat: «Je ne crois pas que des attaques de ce genre puissent donner raison à ce qu’il convient d’appeler  (?) un terroriste » a-t-il déclaré .  Un terroriste certes, mais pas un terroriste hors-sol, un  terroriste islamiste (la précision qui fâche et qu’il ne faut pas prononcer pour ne pas se couper du vote pluriel?);   une racaille  qui a trouvé sous le badigeon de  l’idéologie salafiste un support et une justification à sa  haine de la France, des impies, des koufars, des infidèles, des croisés… .

    Un terrorisme désormais enkysté dans  le sol français  qui est aussi  le fruit de l’immigration-massive, de l’échec de l’assimilation, du laxisme d’Etat, du masochisme anti-national,  du refus par nos élites d’affirmer  nos valeurs helléno-chrétiennes  et surtout de les défendre sans esprit de recul. Pour ne parler que de lui,  le très européiste maire de Strasbourg  milita en 2015  pour  l’accueil des immigrés clandestins (migrants) lors du tsunami migratoire déclenché par l’ouverture des frontières de l’Allemagne par Angela Merkel. Il  s’était aussi signalé par cette  proclamation qui est restée dans les annales, déclarant « servir des repas halal dans les écoles par respect pour la diversité, mais pas de poisson le vendredi par respect pour la laïcité. » Cette phrase se suffisant à elle-même,  tout autre commentaire serait superflu.

    La présence d’un foyer islamiste radical à Strasbourg est déjà ancienne ont rappelé un certain nombre de commentateurs; des attentats y ont déjà été déjoués  in extremis grâce  à  la vigilance de nos services de renseignements. Ce fut le cas notamment en 2003, bien avant l’émergence de l’Etat Islamique,  avec le démantèlement d’une  cellule qui  devait frapper la  Cathédrale de Strasbourg et commettre un  massacre au Marché de Noël.

    Hier,  c’est  donc  encore le Marché de Noël qui était visé, pour taper au portefeuille un évènement  annuel très important pour l’économie de la ville. Mais aussi bien sûr,  pour s’attaquer symboliquement  à  une fête annonçant pour les Chrétiens  la naissance du Sauveur et pour tous les  Européens, croyants ou non, un moment de réjouissance collective, si ce n’est communautaire,  la victoire de la lumière sur les ténèbres. C’est à quelques mètres du magnifique sapin illuminé dressé au cœur de la ville, que Chérif Chekatt  a entamé son périple sanglant;  sapins  qui comme les crèches chassées de   nos écoles, de nos mairies, de nos  bâtiments administratifs dans les banlieues de la diversité (avec le soutien indirect des laïcards anti-cathos), déclenchent l’animosité des nouveaux arrivants les plus extrémistes   qui se disent heurtés dans leur sensibilité, dans leur foi, par ce type de provocations. 

    Nous assistons ces dernières années de la part des progressistes à des actes de soumission, de dhimmitude,  proprement insupportables affirme  Bruno Gollnisch.  Nous nous en étions fait l’écho ici, à Amiens, l’équipe du maire PS, Gilles Demailly, au nom du  « vivre ensemble» ,  avait   rebaptisé le Marché de Noël  en «Marché d’Hiver ».» Idem pour le Marché de Noël de Bruxelles  rebaptisé Loisirs d’hiver tandis que la Croix rouge dans cette même ville entendait se renommer La rouge, afin de faire disparaître  le mot  croix… Ne nous y trompons  pas, cette éradication sémantique est tout sauf anecdotique. Elle procède d’un terrorisme intellectuel, véhiculé par les lâches  et/ou les  prosélytes  des sociétés ouvertes,   qui ouvre la voie au terrorisme sanglant que nous subissons aujourd’hui.

    https://gollnisch.com/2018/12/12/terrorismes-arretons-de-reculer/

  • Le « peuple du pays » et ses princes ou l’histoire d’une incompréhension.

    giletsjaunesparis01122018-1021x580.jpg

    Bernard Plouvier

    En Palestine, au temps de Jésus de Nazareth, le menu peuple des bourgades s’appelait le « peuple du pays ». Et il était méprisé à la fois des riches Sadducéens et des rabbis pharisiens. Même s’ils fréquentaient le même Temple lors des grands pèlerinages et s’ils écoutaient les mêmes textes et des commentaires assez voisins dans leurs synagogues respectives, ils ne se comprenaient guère : la lutte des classes et le mépris des castes étaient omniprésents.

    En notre France, à l’approche de l’année 2020, le phénomène est voisin. Les grands pontes des partis politiques et les syndicalistes professionnels, qui font semblant d’œuvrer dans la capitale ou dans les grandes villes, ne comprennent rien au désarroi du menu peuple des villages et des petites villes. Tout simplement parce qu’ils ignorent tout de la vie et des tourments de ce « bon peuple », auquel ils ne s’adressent que pour vanter leur brouet électoral ou lui annoncer de nouvelles taxes.

    Pourtant, alors que la racaille casse et vandalise dans les grandes villes – où l’on répare presque aussitôt les dégâts, l’État laisse en état de quasi-abandon les petits bourgs et leurs liaisons avec les centres de moyenne importance, où sont localisés les hôpitaux, les lycées, les perceptions etc. Les trains ont disparu et les cars ont des horaires davantage adaptés aux droits syndicaux de leurs conducteurs qu’à l’intérêt des usagers. 

    Comme le dit mon éditeur – et néanmoins ami - Philippe Randa, « il manque un logiciel » à nos princes qui nous gouvernent si peu et si mal. Ces énarques, ces professionnels de la politique - dont la plupart n’ont jamais fait autre chose dans leur vie que de causer, d’assister à des réunions et de hanter des couloirs et des antichambres – ignorent tout de la vie en milieu rural, en zones de friches industrielles, ou dans les quartiers limitrophes de cités de non-droit.

    Ils ne savent pas comme il est dur de se sentir humilié par un chômage de longue durée ou un état de sous-emploi, d’être écrasé par l’incertitude quant aux études des enfants ou tout simplement par la peur des lendemains qui ne chantent manifestement que pour les immigrés exotiques, toujours plus nombreux et qui monopolisent l’affectueuse sollicitude des politiciens et des fonctionnaires de l’État et des collectivités.

    Par-dessus tout, il est révoltant de sentir le mépris de soi-disant gouvernants qui objectivement ne servent absolument pas la Nation, mais des intérêts extérieurs, et ne se préoccupent que de leur ego et de leur « profil de carrière ». Ceci n’est pas nouveau : c’est à la fin du XIXesiècle que divers penseurs ont opposé « le pays d’en-haut et le pays d’en-bas » (avec de multiples variantes).

    À quoi bon manifester sa colère de façon ponctuelle ? Cela n’a de sens que si la Nation prend conscience de sa souveraineté et décide soit d’opter pour la révolution (solution coûteuse en biens et en vies, débouchant souvent sur un résultat absurde comme le démontre l’histoire) soit pour un changement radical, en l’occurrence ce que tentent divers peuples d’Europe : la solution populiste.

    La véritable démocratie exige l’égalité de tous les citoyens devant la Loi - une égalité de droits et de devoirs -, la méritocratie dans l’attribution des postes payés par l’argent des impôts et des taxes, enfin le recours à la Nation pour tout sujet important... comme l’immigration-invasion et ses problèmes connexes (insécurité, trafics de drogues et d’armes, prostitution & proxénétisme, implantation d’une religion médiévale conquérante), la désindustrialisation du pays, l’excès des intermédiaires entre producteurs et consommateurs, la protection de la famille et la répression de la pornographie publiquement affichée, etc. 

    Prendre conscience que la France n’est nullement gouvernée dans le sens du Bien Commun est une excellente chose. Mais il ne faut pas s’arrêter là et accepter la petite cuiller d’eau sucrée proposée par nos princes aux abois. Il faut modifier le régime dans un sens réellement démocratique : l’exercice de sa souveraineté par la Nation.      

    http://synthesenationale.hautetfort.com/

  • Le meilleur remède contre le complotisme, c’est la vérité, même quand elle dérange

    IMG_5700-845x475.jpg

    En ce lendemain d’attentat, un mini-drame dans le grand, une indignation collatérale en marge de la grande ont enflé jusqu’à pénétrer l’hémicycle de l’Assemblée via l’intervention d’un député LREM et à être dénoncés par le ministre de l’Éducation nationale. Parmi les gilets jaunes circulerait une rumeur complotiste : cet attentat, en faisant diversion, tomberait à pic pour le gouvernement, ce qui le rendrait donc suspect.

    Une idée, évidemment, farfelue – les islamistes n’ont pas attendu les gilets jaunes pour commettre des attentats et il n’y a aucune raison que cette gronde les dissuade d’en commettre d’autres. Du reste, si, à court terme, un attentat peut sembler servir le gouvernement, à moyen, il fait aussi montre de son impéritie – et une surréaction, de l’autre côté, qui ne l’est pas moins : la situation est grave et puisque cette thèse ne tient pas debout, était-il utile de s’abaisser à en parler, de perdre son temps et sa salive à se draper dans sa dignité pour la dénoncer ?

    La vérité est que si cette accusation doit susciter une réaction, c’est la réflexion.

    D’abord, comment en est-on arrivé là ? Comment la relation de confiance entre les gouvernants et les gouvernés, mais aussi les informants et les informés – pour parler chic -, a-t-elle été abîmée jusqu’à rendre crédibles, auprès de toute une partie de la population, ces échafaudages improbables ? Au-delà de l’irrationnelle frustration de voir ce vaste mouvement trouver soudain un coup d’arrêt, il y a nécessairement une immense défiance qui s’est installée. Peut-être parce que certains ont le sentiment d’avoir été trop longtemps roulés dans la farine. Manipulés. Pris pour des abrutis auxquels on a fait le coup du mépris.

    C’est le syndrome du cocu – le jaune leur va si bien – qui, à la longue, devient paranoïaque et soupçonne sa dulcinée de le tromper dès qu’elle passe le pas de la porte, même pour aller chercher le pain. C’est Georges Dandin dont la femme, lorsqu’elle est accusée, pousse de grands cris d’indignation et invoque sa vertu outragée, alors qu’il n’est pourtant pas si crétin.

    Comment y remédier, ensuite ? Mais pas à pas, avec patience et humilité, en reconnaissant ses torts et en s’amendant. La confiance ne s’impose pas, elle se mérite et se (re)conquiert. La rumeur sur les réseaux sociaux est à la presse ce que le rebouteux est au médecin : c’est quand on ne croit plus à l’autre que l’on place sa foi dans l’un. Pour retrouver sa clientèle et damer le pion du charlatan, l’homme de l’art n’a d’autre choix que d’en finir avec ses diagnostics désastreux et ses traitements sans effet.

    Ce gouvernement l’a-t-il compris ? Rien n’est moins sûr. Lorsque Emmanuel Macron dit qu’il faut oser parler d’immigration alors qu’il vient, en catimini, de signer par procuration le pacte de Marrakech qui suscite tant d’inquiétude, il ressemble au mari volage qui de retour, le soir, de sa garçonnière promet à sa femme, en lui tapotant la main, qu’il n’éludera pas le sujet si important de la fidélité. Le gilet jaune fait mentir Serge Lama, dont il apprécie pourtant sûrement le talent : cocu, mais pas content.

    Gabrielle Cluzel

    http://www.bvoltaire.fr/le-meilleur-remede-contre-le-complotisme-cest-la-verite-meme-quand-elle-derange/

  • Voilà pourquoi le système LREM veut susciter une liste gilets jaunes aux européennes

    Voilà pourquoi le système LREM veut susciter une liste gilets jaunes aux européennes

    La vraie récupération des gilets jaunes ne vient de là où tout le monde croitComme l’a très bien expliqué Minute, Emmanuel Macron veut une liste aux européennes pour permettre à LREM de finir en tête le 26 mai et affaiblir son principal adversaire qui est le RN. Sans liste de gilets jaunes, le RN finit en tête à 24% et DLF réussit à se hisser à 8%, soit 32% à eux deux.

    La preuve à travers ce nouveau sondage sans liste gilets jaunes :

     

    Le député LREM Bruno Bonnell ne cache même plus ses intentions :

    Dans la majorité, certains en viennent presque à souhaiter cette liste gilets jaunes, comme Bruno Bonnell, député LREM du Rhône. “On assiste à la naissance de notre véritable opposition : c’est le “Front insoumis” ! S’ils trouvent des leaders et qu’ils se structurent, ils vont absorber le RN et LFI, pronostique-t-il.

    Le système veut même recycler Bernard Tapie pour mener cette opération :

    Pour nourrir cette grande ambition, Christophe Chalençon raconte déjà avoir trouvé un appui de taille en la personne de… Bernard Tapie !

    Christophe Chalençon, l’un des leaders des gilets jaunes “libres”, a ainsi un projet pour les élections européennes de mai 2019. Son objectif : participer à l’élaboration d’une liste pour “porter la voix de la ruralité et de la province” face à une Bruxelles “inhumaine qui ne s’intéresse qu’à la finance au détriment des peuples”. Cet ancien forgeron aux idées politiques hétéroclites, – très à droite sur son compte Facebook, il a voté Macron aux deux tours en 2017 – entend noyauter la machine européenne pour la faire changer de l’intérieur “car il s’agit là du seul moyen de nous faire entendre d’Emmanuel Macron” (…)

    Joint par Marianne, Bernard Tapie confirme : “Il faut que ce mouvement se structure. Sinon, il risque soit de s’essouffler, soit d’être récupéré par un parti politique”. L’ancien ministre de François Mitterrand, qui explique avoir été “profondément touché” par les gilets jaunes, a été plusieurs fois contacté par des manifestants. Il compte “leur offrir à la fois un espace d’organisation et d’expression à travers la Provence, pour leur permettre de proposer une offre politique alternative”, précise-t-il. A une condition cependant : “Qu’ils soient absolument indépendants de toute structure ou de toute personnalité politique.” A partir du 5 janvier, le journal la Provence mettra à leur disposition un feuillet d’une page par semaine, pendant un mois, “et notre rôle s’arrêtera là”, assure Bernard Tapie.

    Pas si sûr… Car s’il se défend de vouloir interférer dans le mouvement, l’actionnaire principal du journal sudiste a déjà parlé du projet à un autre poids lourd de la presse régionale : Jean-Michel Baylet, PDG de La Dépêche et à la tête du syndicat l’Union de la presse en région.

    Et France Info embraye :

    Marine Le Pen
     
    @MLP_officiel
     

    Ce titre est une manipulation du service public qui ne peut et ne doit tromper personne.
    Le système est vraiment prêt à tous les mensonges et toutes les bassesses pour démoraliser les . MLP

     
    791 personnes parlent à ce sujet

    https://www.lesalonbeige.fr/voila-pourquoi-le-systeme-lrem-veut-susciter-une-liste-gilets-jaunes-aux-europeennes/

  • Les gilets jaunes devraient exiger la fin du mondialisme économique et migratoire

    index-1-1050x600.jpg

    La crise actuelle est le fruit attendu de la politique injuste du Système. Décennie après décennie, l’oligarchie a en effet imposé aux Français une idéologie contraire à leurs aspirations qui les a progressivement appauvris, déracinés et marginalisés. Aussi, pour retrouver leur dignité de peuple, les gilets jaunes doivent-ils aujourd’hui mettre en cause la pensée unique et exiger la fin du mondialisme économique et migratoire. Pour qu’il débouche sur un grand changement, il est dès lors important que chacun comprenne clairement la portée réelle de ce mouvement et ne se trompe ni sur sa nature ni sur ses causes profondes.

    La France fragmentée

    S’agissant de l’origine des manifestants, les médias les rattachent à une France périphérique qui serait oubliée des pouvoirs publics. Cette analyse, au demeurant exacte est cependant largement incomplète car elle n’appréhende pas et de loin la totalité de la situation dans laquelle se trouve les Français d’aujourd’hui. Notre pays est en réalité fragmenté en trois entités : celle des métropoles, celle des banlieues et celle de la périphérie.

    Les minorités dominantes : l’oligarchie et les immigrés

    La France des métropoles est celle de l’oligarchie et de ses affidés. Il s’agit des membres du Système et des bobos qui partagent son idéologie politiquement correcte. Ceux-là ne sont pas pénalisés par le libre-échangisme ni par l’immigration et tous communient dans le projet mondialiste cher au cartel de Davos. Tournés vers l’étranger, axés sur le sauvetage de la planète, ils ne se préoccupent plus vraiment de la France si ce n’est pour l’adapter à la mondialisation et au changement climatique.

    À l’autre bout de l’échelle sociale, dans les banlieues, on trouve les immigrés ou les personnes originaires de l’immigration. Ils ne sont pas affectés non plus par la mondialisation puisqu’elle leur a permis de venir en France où ils vivent beaucoup mieux que dans leur pays d’origine. Et cela d’autant plus qu’ils sont soutenus par l’oligarchie qui leur donne la priorité sur les Français de souche aussi bien à travers son discours sur le vivre ensemble que par les aides financières massives qu’elle leur apporte. Désireuses de vivre chez nous comme elles vivent chez elles, ces populations n’éprouvent que peu d’intérêt pour la France.

    La majorité marginalisée : les Français des classes moyennes et populaires

    Enfin, dans la périphérie des métropoles, dans les villes moyennes et dans les zones rurales vivent les Français des classes moyennes et populaires. Ils sont oubliés du Système, ignorés de l’oligarchie, et, bien que majoritaires, marginalisés dans leur propre pays. Eux subissent de plein fouet les effets destructeurs de la mondialisation aussi bien à travers l’immigration avec laquelle ils sont en contact qu’en raison du libre-échangisme sauvage qui provoque un chômage massif dont ils sont les premières victimes. Pis, ce sont eux qui assurent par leur nombre l’essentiel des rentrées fiscales et sociales alors que beaucoup d’entre eux n’ont pas accès aux aides publiques, celles-ci étant pratiquement toutes attribuées sous condition de ressources. Ajoutons qu’ils sont, quant à eux, très attachés à la France et qu’ils constituent la réalité du peuple français.

    Les gilets jaunes : le peuple français en colère

    On comprend dès lors pourquoi la France est oubliée : les seuls qui s’y intéressent encore, les Français des classes moyennes et populaires, sont étouffés et occultés. Avec les gilets jaunes, clairement issus de cette France périphérique, ce sont donc les Français qui se réveillent. C’est le peuple français en colère qui reproche à la classe dirigeante de l’ignorer et de le pénaliser au profit des minorités que sont les immigrés et, dans un autre registre, les membres de l’oligarchie.

    L’oligarchie impose le choix idéologique du mondialisme

    S’agissant par ailleurs des causes de la révolte, il y a là encore un manque flagrant de discernement. On nous explique en effet que le problème viendrait d’une insuffisance de pouvoir d’achat résultant d’une mauvaise gestion de l’économie. Ce n’est malheureusement pas la réalité. Si la situation ne cesse de se dégrader, ce n’est pas en raison des erreurs de gestion de nos dirigeants mais à cause de leurs choix idéologiques, des choix qui les conduisent contre toute raison à soumettre notre économie au mondialisme et notre société à l’immigration. C’est pourquoi les Français ne connaissent pas un simple problème de pouvoir d’achat mais un processus majeur d’appauvrissement. Le libre-échangisme sauvage que nous subissons depuis des décennies par la faute de nos dirigeants a en effet provoqué un transfert continu de richesse de la France vers les pays émergents. La concurrence sauvage et déloyale imposée à nos entreprises a engendré avec la désindustrialisation et le chômage de masse un appauvrissement général du pays. Un appauvrissement encore accentué par la charge financière considérable de l’immigration.

    Le Système organise l’appauvrissement du pays

    Pour traiter ce processus sans renoncer au mondialisme, la classe politique a d’abord cherché à le compenser par le recours à l’emprunt. Mais la dette se creusant, la Commission de Bruxelles se faisant plus pressante, cette politique de court terme n’était plus réellement possible.

    Dès lors, deux solutions se présentaient à nos dirigeants. Renoncer au mondialisme, stopper l’immigration, établir des écluses douanières aux frontières de l’Europe et réindustrialiser notre pays pour créer à nouveau de la richesse sur notre sol tout en allégeant le poids de l’immigration. Mais pour nos gouvernants totalement inféodés à la pensée unique, une telle option est évidemment idéologiquement impensable. Aussi ne leur reste-t-il que la seconde option qui consiste à accepter l’appauvrissement du pays et même à l’organiser. C’est ce choix purement idéologique que les dirigeants du Système ont fait au mépris des Français et c’est ce choix que Monsieur Macron et ses soutiens ont entrepris de mettre en œuvre. Dès lors tout s’enchaîne car, pour organiser l’appauvrissement, il faut en effet augmenter les prélèvements et diminuer les prestations ainsi que les services publics et donc réduire le niveau de vie des Français

    Les gilets jaunes : en finir avec le mondialisme

    Face à cette situation absurde qui voit le pouvoir œuvrer contre le peuple, il était logique que ce dernier se réveille et manifeste sa colère. Tel est le sens du mouvement des gilets jaunes : ils sont le peuple français victime du mondialisme économique et migratoire voulu par la classe politique. Aussi la réponse à leur colère réside-t-elle dans le rétablissement des frontières afin de stopper l’immigration et de mettre un terme à la concurrence sauvage qui appauvrissent notre pays. Bref, pour répondre aux gilets jaunes, il faut sortir de la pensée unique.

    https://lignedroite.club/les-gilets-jaunes-devraient-exiger-la-fin-du-mondialisme-economique-et-migratoire/

  • La petite histoire : Comment le miracle de la Marne a sauvé la France

    Oui, la France a bien gagné la Première guerre mondiale. On a tendance à l’oublier, au vu de la durée et de la dureté du conflit, mais les armées françaises ont bel et bien repoussé héroïquement les tentatives d’invasion allemandes jusqu’à la victoire finale, et ce dès le mois de septembre 1914 où intervient le fameux « miracle de la Marne ». Sans ce sursaut, sans cette contre-attaque victorieuse sortie du fond des tripes, la Grande guerre aurait eu un tout autre visage.
     

  • À force qu’on le prenne pour un imbécile, le peuple finit par devenir intelligent !

    IMG_5694-845x475.jpg

    Et il nous le montre…

    Le mouvement des gilets jaunes – c’est l’un de ses aspects intéressants, et non des moindres – a fait soudain resurgir toute la force de la sagesse populaire, telle qu’on peut la goûter dans les contes ou les fables, comme celles de La Fontaine, et que nos technocrates des ministères, nos énarques, journalistes et autres intellectuels engagés de la télévision ou notre petit monde de la culture et du cinéma écrasent de leur mépris depuis des décennies.

    Car soudain, la caste médiatique qui monopolisait le savoir s’est retrouvée contrainte de donner un peu la parole directement au peuple, et même si les experts en tous genres, les journalistes et les spécialistes de l’entre-soi viennent toujours sur les plateaux débiter leurs rengaines et leurs fadaises savantes, il faut bien tendre aussi les micros à ceux qui font l’événement qu’on commente, et ces manifestants en gilets jaunes des ronds-points, ces « fumeurs de clopes qui roulent au diesel », nous font entendre une voix depuis longtemps oubliée : la voix du peuple.

    Vox populi, vox Dei – voix du peuple, voix de dieu -, disaient les latins, et c’est vrai que l’on entend, depuis trois semaines, sur les écrans, de nouveaux discours, des déclarations simples et percutantes, frappées au coin du bons sens, et comme on voudrait en entendre beaucoup plus souvent, une vérité qui démonte en quelques mots le ronron médiatique et le murmure autorisé entretenu depuis trente ans et plus. Et, certes, ministres et députés de La République en marche se succèdent à longueur de journée sur les plateaux pour nous continuer ce ronron, et qu’on ne l’oublie pas, montrant ainsi encore plus le contraste ou le contrepoint musical qu’il représente. Mais jaillissent ensuite avec d’autant plus de force, sur cette sorte de basse continue télévisuelle, le chant réjouissant, la mélodie radieuse du bon sens populaire, de sa vérité et de son intelligence indéfectible, solide comme un roc, rocailleuse et colossale comme un Jean Lassalle, ténor pyrénéen bien connu.

    Ainsi, en ce lundi matin précédant le discours présidentiel, j’entendais un manifestant des ronds-points donner son avis sur le discours de 20 heures d’Emmanuel Macron et, avant-même qu’il ne l’ait prononcé, cet homme affirmait qu’une fois de plus, le Président parlerait pour ne rien dire et annoncerait la distribution de petites miettes.

    Comment nier qu’il disait là, avec une ironie toute spontanée, l’une de ces simples et belles vérités qu’il ne faut pas dire ? Cette vérité que notre pseudo-élite, cette petite caste confite dans son bien-être mondialiste et ses privilèges, a depuis longtemps occultée, une vérité qui ressemble un peu à celle que les aristocrates de 1789, eux aussi confits dans leur petit monde et leurs privilèges, ne voulaient ni voir ni entendre. Mais, soudain, tous ces gens qu’ils prenaient pour des gueux se sont révélés capables de renverser un roi et de fonder une république. Et combien de talents qui seraient restés étouffés ont surgi de ce bouleversement !

    Oui, à force d’être méprisé et qu’on le prenne pour un imbécile, le peuple finit, étrangement, par devenir intelligent, au point de chasser ses gouvernants et de se gouverner lui-même !

    Jean-Pierre Pélaez

    http://www.bvoltaire.fr/a-force-quon-le-prenne-pour-un-imbecile-le-peuple-finit-par-devenir-intelligent/