Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

  • Les élections au Parlement européen en mai 2019 seront décisives

    orban-GettyImages-1036318144-714x486-600x408.jpg

     EUROPE (NOVOpress avec le bulletin de réinformation de Radio Courtoisie) : 
    Selon Viktor Orban, les élections européennes à venir au mois de mai seront l’occasion pour les États membres d’évoquer leurs points de vues sur le problème de l’immigration.

    Le Premier ministre hongrois, lors d’une conférence de presse la semaine dernière, a dit que « jusqu’à présent le seul pays qui a eu la chance d’exprimer ses opinions sur le problème de l’immigration était la Hongrie. Les élections au Parlement européen en mai seront une grande occasion pour les européens d’exprimer leurs opinions ».

    Orban a dit que la Hongrie visait à former une coalition de forces anti-immigration dans les institutions européennes, d’abord au Parlement, puis à la Commission européenne et enfin au Conseil de l’Europe.

    Le Premier ministre hongrois a insisté sur le fait que la Hongrie était le premier pays à démontrer que les migrations peuvent être arrêtées pour une longue période. Il a salué au passage les efforts du ministre de l’Intérieur italien Matteo Salvini notamment les liens étroits qu’il a tissés avec le parti polonais au gouvernement récemment.

    L’immigration a profondément changé l’avenir de l’Europe. Les pays avec une forte immigration n’ont pas d’autre choix que de discuter du seul problème de coexistence.

    https://fr.novopress.info/213317/les-elections-au-parlement-europeen-en-mai-2019-seront-decisives/

  • Passé Présent n°223 – Qui était vraiment Cyrano de Bergerac ?

    Parcours de Savinien de Cyrano, dit de Bergerac, libertin ayant inspiré à Edmond Rostand la comédie héroïque Cyrano de Bergerac.

    https://www.tvlibertes.com/passe-present-n223-qui-etait-vraiment-cyrano-de-bergerac

     
  • Vidéo : la scène qui va pousser le boxeur Christophe Dettinger à réagir

    Dettinger-avant-action-20190108-1728x800_c.jpg

    Voici une vidéo tournée juste avant la désormais mythique attaque à mains nues du boxeur Christophe Dettinger contre les policiers.

    On y comprend parfaitement les raisons de sa vigoureuse réaction.

    source:https://yetiblog.org/video-la-scene-qui-va-pousser-le-boxeur-christophe-dettinger-a-reagir/

    https://reseauinternational.net/video-la-scene-qui-va-pousser-le-boxeur-christophe-dettinger-a-reagir/

  • Gilets Jaunes et grand débat : le cautère sur une jambe de bois – Journal du lundi 21 janvier 2019

     

    Gilets Jaunes et grand débat : le cautère sur une jambe de bois

    Le grand débat n’y fait rien, les mobilisations de Gilets Jaunes se sont maintenues samedi un peu partout en France. Un nouveau désaveu pour l’exécutif qui peine à se sortir de l’ornière sociale.

    Chômage : le mal “français”

    Alors que le pouvoir d’achat et le chômage sont au coeur des préoccupations, l’OCDE révèle que près de 3 millions de jeunes sont à l’écart de toute activité productive. Un mal très français.

    Le Rassemblement National mise sur la France périphérique

    C’est parti pour la campagne des élections européennes. Le Rassemblement National organisait samedi son premier meeting de campagne au Thor, un village médiéval du Vaucluse. Un rendez-vous enraciné pour réorienter le mouvement sur la droite.

    L’actualité en bref

    https://www.tvlibertes.com/gilets-jaunes-et-grand-debat-le-cautere-sur-une-jambe-de-bois-journal-du-lundi-21-janvier-2019

  • Gare à la prochaine bombe : en France, 3 millions de jeunes ne sont « ni en emploi, ni en enseignement, ni en formation »

    shutterstock_560446045-845x475.jpg

    C’est une crainte sourde, une inquiétude en toile de fond quand je regarde, chaque samedi, la foule jaune céder la place aux jeunes en noir. Fuyant la fumée qui monte du boulevard et « empoivre » les yeux et la gorge, je les regarde défier en face à face les forces de l’ordre. Ils sont casqués, masqués, outillés. Prêts, souvent, à filer dans les rues adjacentes sur le deux-roues du copain qui les attend à l’arrière.

    Je les vois chaque samedi plus nombreux. Des troupes de jeunes dont j’imagine qu’ils viennent de La Seyne-sur-Mer ou de La Ciotat, ou des quartiers de Marseille peut-être, puisqu’il se murmure ici que la « main-d’œuvre » des fins de manif n’est pas locale.

    Pourquoi La Seyne ou La Ciotat ? Parce que ce sont les anciens chantiers navals dont la fermeture sur fond de conflits sociaux a émaillé les années 80, ces « années Mitterrand » qui ont vu toutes nos industries lourdes quitter le pays. Parce que les populations qui y travaillaient, dont une forte proportion d’immigrés venus de l’autre côté de la Méditerranée, n’ont pas trouvé à se réemployer. Parce que leurs enfants et aujourd’hui petits-enfants ne connaissent, eux aussi, que le désœuvrement.

    Alors, c’est vrai, je regarde avec une inquiétude croissante ce qui m’apparaît comme une véritable bombe à retardement, et ce n’est pas cette information parue dans Le Figaro du jour qui va me rassurer.

    Cette information qui aurait dû faire la une des médias si nous n’étions pas, depuis des semaines, obsédés par les ronds-points, c’est ce chiffre de l’OCDE, l’Organisation de coopération et de développement économiques : « En France, 3 millions de personnes âgées de 15 à 34 ans ne sont ni en enseignement, ni en formation, ni en emploi, dont 40 % sont des jeunes issus de l’immigration. »

    Il faut toujours bien des contorsions pour obtenir ce type de données, sachant que les statistiques ethniques sont, chez nous, formellement interdites. En revanche, l’INSEE et l’INED sont tout à fait autorisés à s’enquérir du lieu de naissance. Cela permet de contourner la difficulté et donc, à l’OCDE, d’en tirer des conclusions. Résultats issus des données de l’enquête emploi de l’INSEE (2017) : « On dénombre en France très exactement 2,850 millions de “NEET” [not in employment, education, or training] qui ont entre 15 et 34 ans. Cela représente un taux d’inactivité de 18,1 % pour cette tranche d’âge qui rassemble 15,750 millions de gens (et un taux de chômage stricto sensu de 14,3 %, selon l’INSEE. »

    Toutefois, précision utile de l’INSEE : « Pour une partie de ces jeunes, l’inactivité est un choix plus ou moins délibéré. » En extrapolant, on dira que pour être des « NEET », ceux-là ont souvent des occupations, sinon des emplois, qui nourrissent une économie parallèle parfois très florissante. Ce qui ne les empêche pas, sans doute, d’émarger aux minima sociaux, CSA et autres CMU…

    Sur ces 2,850 millions de personnes qui ne sont ni en emploi ni en formation quelconque, « 1,75 million sont des “natifs de natifs” », c’est-à-dire qu’ils sont « nés en France, de parents nés eux-mêmes en France ». Autrement dit des « souchiens » depuis au moins deux générations ! En affinant les chiffres, Le Figaro arrive ainsi à la conclusion que, dans cette tranche des 15-34 ans, 25 % des Français issus de l’immigration ne sont « ni en emploi, ni en enseignement, ni en formation ».

    « On se gardera du moindre commentaire. À chacun de se faire son opinion », écrit prudemment le quotidien, rappelant toutefois que « au vu de ce constat, l’Union européenne a demandé à la France (ainsi qu’à l’Autriche et à la Belgique) “d’améliorer l’insertion sur le marché du travail des descendants d’immigrés” (recommandation du 7 mars 2018) ».

    Si cela n’est pas une bombe à retardement…

    http://www.bvoltaire.fr/gare-a-la-prochaine-bombe-en-france-3-millions-de-jeunes-ne-sont-ni-en-emploi-ni-en-enseignement-ni-en-formation/

  • Romain Espino : « SOS Méditerranée déploie sa propagande dans les écoles »

    romain_espino-600x361.jpg

    Le 9 janvier 2019, l’association SOS Méditerranée a reçu l’agrément du ministère de l’Éducation nationale afin d’intervenir dans les établissements scolaires pour présenter son action.

    Romain Espino réagit sur Boulevard Voltaire et dénonce cet « endoctrinement » des plus jeunes par les militants de cette association.

    SOS Méditerranée vient de recevoir l’agrément du ministère de l’Éducation nationale pour faire partie des associations éducatives complémentaires de l’enseignement public. Elle sera donc susceptible d’intervenir dans les écoles. Pourquoi avez-vous dénoncé ce choix ?

    L’ONG SOS Méditerranée est véritablement un organe militant. Les membres de cette association sont des militants immigrationnistes, sans frontiéristes avec une vraie idéologie. Ils ne sont pas simplement des humanitaires. C’est pourquoi nous dénonçons le fait qu’il puisse avoir l’agrément pour aller dans les écoles et parler aux plus jeunes. Cela leur donne la possibilité de déployer leur propagande auprès des plus jeunes, de faire de l’endoctrinement et d’user de manipulation pour faire passer leur idéologie. C’est totalement inacceptable !

    Il y a quelques mois , vous aviez envahi pacifiquement les locaux de SOS Méditerranée. Où en est cette affaire ?

    Le 5 octobre dernier, nous avons effectivement occupé les locaux de l’association SOS Méditerranée à Marseille. Nous avions déployé une banderole aux fenêtres dénonçant la complicité de SOS Méditerranée dans le trafic d’êtres humains. Suite à cette opération, nous avons été placés en garde à vue pendant 48 heures avec à l’issue une mise en examen avec contrôle judiciaire. Nous sommes 22 militants à devoir aller pointer au commissariat. Aujourd’hui, j’étais à Marseille pour une audition devant le juge d’instruction. La procédure continue et l’enquête est toujours ouverte.

    Suite à cette action, 56 personnalités de droite avaient signé une tribune pour soutenir votre action. Êtes-vous en lien avec ces personnalités pour interpeller le ministre de l’Éducation nationale ?

    Notre tribune a en effet été signée par 50 personnalités de la droite au sens large. Elle fut un véritable levier pour faire passer notre message. On continue toujours à échanger avec ce réseau pour défendre notre identité contre l’immigration. 

    En Italie, Mattéo Salvini a lancé une enquête parlementaire sur SOS Méditerranée. Cela rejoint votre initiative …

    SOS Méditerranée se dit une simple association humanitaire. En réalité, ce sont de véritables militants immigrationnistes et sans frontiéristes.
    Il faut rappeler que les bateaux des ONG en Méditerranée avaient déjà été pointés du doigt pour leurs interventions dans ou proche des eaux territoriales africaines. Elles jouaient ainsi le rôle de passeurs en allant chercher les clandestins sur les côtes africaines pour les ramener en Europe. Par conséquent, ils ne respectaient pas les règles internationales de navigation notamment.
    Je pense qu’une enquête serait utile pour déterminer si SOS Méditerranée ne serait pas aussi coupable de l’insécurité créée suite à l’arrivée de nombreux clandestins, et notamment les agressions et les viols.
    Ce que vous sous-entendez est très grave. Pensez-vous que SOS Méditerranée soit complice des agressions et des viols commis par les migrants ?

    Aujourd’hui, personne ne peut assurer que les clandestins arrivés en Europe via SOS Méditerranée n’ont pas commis des crimes ou des délits. C’est très grave. Quand on fait venir des gens, le minimum serait de s’assurer de leur identité, de leur provenance et ce qu’ils deviennent.

    Tribune reprise de Boulevard Voltaire

    https://fr.novopress.info/213323/romain-espino-sos-mediterranee-deploie-sa-propagande-dans-les-ecoles/

  • Les gilets jaunes méprisés par le show-biz : Pamela Anderson sauve l’honneur !

    Pamela_Anderson-278x475.jpg

    Dénombrer les consciences du show-biz qui soutiennent les gilets jaunes ? Le décompte est vite fait. D’autant plus vite fait que l’engagement fut souvent éphémère. Et l’on ne reviendra pas sur la valse-hésitation de Franck Dubosc, que notre ami Jany Leroy nous a brillamment décrite ici.

    D’autres, dont l’engagement au début du mouvement fut sans lendemain, ont au moins la pudeur de ne pas accabler le peuple en colère, se contentant d’être aux abonnés absents : les chanteurs Pierre Perret et Michel Polnareff, les amuseurs Jean-Marie Bigard et Patrick Sébastien, sans oublier les rappeurs Jul et Kaaris, par exemple. De ce dernier ne reste que ce tweet primesautier, lancé le 17 novembre 2018 : « Monsieur l’agent je t’enfonce le triangle et le gilet fluo. » Et c’est tout ? Oui, ou presque.

    Si, peut-être l’inoxydable Michel Drucker qui, quoi qu’on en pense, connaît assez bien la France profonde, et qui expliquait, le 30 novembre 2018, à Jean-Marc Morandini : « J’ai connu Mai 68. Là, j’ai du mal à saisir. On sent que c’est quand même une vague qui monte, qui monte. […] Pour la première fois, les politiques sont bien embarrassés. […] C’est vrai que ça me touche d’entendre les gens. La France qui souffre, ce n’est pas seulement la France des banlieues. »

    Pourtant, et devant aujourd’hui se sentir bien seules, deux actrices, Brigitte Bardot, sans surprise, et Pamela Anderson, peut-être la plus militante du duo, persistent et signent. Deux femmes, figures féministes emblématiques, chacune en son genre – l’une issue de la Nouvelle Vague et l’autre sortant de celles de Malibu –, prendre la tête du combat, voilà qui devrait réjouir tout ce que le beau sexe compte de hordes progressistes. Pas du tout. Silence radio. De même, s’il y a manifestement plus de femmes sur les ronds-points que dans les thés dansants du mouvement #MeToo, il doit s’agir d’un malentendu. D’où la discrétion du féminisme mondain et officiel sur la question.

    En attendant, Pamela Anderson fait feu de tout bois ; ce qui est pour le moins paradoxal pour cette Canadienne dont la seule attache française consiste en une liaison plus que médiatisée avec le footballeur Adil Rami, champion du monde millésime 2018. À Emmanuel Macron qui affirme, à propos « des gens qui sont en situation de difficulté » qu’il « y en a qui déconnent », elle dégaine illico son smartphone pour tweeter : « Le président Macron a lancé un débat national sur les gilets jaunes, mais la première chose qu’il a faite est d’offenser la classe ouvrière en disant qu’elle déconne. Le mépris pour les pauvres semble être l’unique succès de ce débat national jusqu’ici. »

    Dans la foulée, la chipie récidive en ces termes : « Au moment où le grand débat devait commencer, Macron a annoncé qu’il maintient les troupes françaises en Syrie, tandis que son ancien aide à la sécurité est mis en examen pour l’usage abusif de ses passeports diplomatiques. Alors, qui est-ce qui déconne, les gilets jaunes ou Macron lui-même ? »

    Et la même de revenir sur la tournée présidentielle dans les « territoires » ; un peu comme s’il s’en allait jouer au zoologue dans des réserves indiennes : « Comment un débat peut-il se dérouler du haut vers le bas et pas du bas vers le haut sans discuter de tous les sujets, dont le mépris pour les pauvres par l’État français lui-même ? » Honnêtement, on a déjà lu plus incongru sur la question. Quant au diagnostic dressé par la bimbo, il aurait tout autant pu l’être par une Élisabeth Lévy, une Marine Le Pen ou une Natacha Polony.

    Chez Pamela Anderson, il n’y a pas que son soutien-gorge qui soit bien rempli ; la tête aussi.

    Nicolas Gauthier

    http://www.bvoltaire.fr/les-gilets-jaunes-meprises-par-le-show-biz-pamela-anderson-sauve-lhonneur/

  • Forfaiture euromondialiste

    drapeau-europeen-300x198.jpgC’est paraît-il pour notre bien  que l’Europe de Bruxelles nous  fait les poches, impose ses dogmes, ses folies, ses errements, avec la complicité de nos Bruxellois locaux. Ces dernières heures, notre collègue Mylène Troszczynski notait que « les députés français Verts au Parlement européen ont édité un guide, financé par le contribuable, intitulé :  Réfugiés et migrants : les accueillir dignement grâce aux fonds européens », «détournant ainsi les objectifs premiers de ces aides dédiées aux PME, à l’emploi, aux agriculteurs et aux pêcheurs ! » Et notre autre camarade Jacques Colombier se faisait l’écho du récent «rapport de la Cour des comptes (qui) souligne des dysfonctionnements graves et inquiétants dans la répartition des aides de la PAC»;  dysfonctionnements qui viennent s’ajouter aux maux dont notre paysannerie est en train de crever. Et ce sont ces mêmes technocrates européistes qui squattent les allées du pouvoir et donnent aux nationaux des leçons de maintien, de rigueur et de professionnalisme!

    Nous serions aussi trop bêtes, trop partiaux, trop grossiers dans nos raisonnements pour comprendre l’avancée que constituerait le traité franco-allemand d’Aix-la-Chapelle,  signé aujourd’hui par Emmanuel Macron et Angela Merkel, lesquels  ont été accueillis par des huées . Il s’agit pour ses deux chef d’Etat et de gouvernement très affaiblis, démonétisés, contestés chez eux, de tenter de redonner un peu de lustre à la construction bruxelloise vacillante et brinquebalante en consolidant le moteur franco-allemand. Le symbole se veut éclatant, ledit traité se donne le nom de la ville qui fut la capitale de Charlemagne,  à l’époque où nos deux pays étaient réunis au sein de l’empire carolingien, ainsi que la quasi totalité de l‘Italie et des actuels pays de la mitteleuropa

    La Croix explique à ses lecteurs que ce traité à été mis en place « pour triompher des populismes européens. » «Mais ce n’est pas, nous assure l’auteur de l’article, vers un fantasmatique projet de fusion qu’avancent Paris et Berlin. Les deux capitales veulent plutôt montrer la voie d’une intégration plus poussée des économies, d’une meilleure connaissance mutuelle des sociétés, d’une influence fortifiée sur la scène internationale, pour convaincre d’autres pays européens de les rejoindre dans cette démarche. Ils misent, bien sûr, sur la forte capacité d’entrainement que représente l’association des deux principales puissances économiques et politiques de l’Union européenne

    La lecture dudit traité est pourtant assez stupéfiante en ce qu’elle indique comme volonté de pousser, n’en déplaisent aux enfumeurs de profession,  la fusion de nos deux pays extrêmement loin. Beaucoup se sont arrêtés sur le cas emblématique de l’Alsace-Lorraine, puisque il est prévu que «les deux États dotent les collectivités territoriales des territoires frontaliers et les entités transfrontalières comme les eurodistricts de compétences appropriées» (article 13), énonce que « les deux États sont attachés à l’objectif du bilinguisme dans les territoires frontaliers » (article 15) et plus largement «rapprochent leurs systèmes éducatifs grâce au développement de l’apprentissage mutuel de la langue de l’autre.»

    Mais ce n’est pas tout, loin s’en faut,  puisque l’article 20 indique aussi que« les deux États approfondissent l’intégration de leurs économies afin d’instituer une zone économique franco-allemande dotée de règles communes. Le Conseil économique et financier franco-allemand favorise l’harmonisation bilatérale de leurs législations, notamment dans le domaine du droit des affaires». Le traité prévoit que la France et l’Allemagne « agissent en faveur d’une politique étrangère et de sécurité commune»,  pour une «convergence économique, fiscale et sociale » (article 1);  « approfondissent leur coopération en matière de politique étrangère, de défense, de sécurité extérieure et intérieure » (article 3); «se prêtent aide et assistance par tous les moyens dont ils disposent, y compris la force armée, en cas d’agression armée contre leurs territoires. Ils s’engagent à renforcer la capacité d’action de l’Europe et à investir conjointement pour combler ses lacunes capacitaires, renforçant ainsi l’Union européenne et l’Alliance nord-atlantique (…). Les deux États élaboreront une approche commune en matière d’exportation d’armements en ce qui concerne les projets conjoints» et « instituent le Conseil franco-allemand de défense et de sécurité (art 4) ».

    L‘article 5 stipule encore que «les deux États étendent la coopération entre leurs ministères des affaires étrangères, y compris leurs missions diplomatiques et consulaires»; l‘article 6 prévoit la création d’une «unité commune en vue d’opérations de stabilisation dans des pays tiers»; l’article 8 précise que «l’admission de la République fédérale de l’Allemagne en tant que membre permanent du Conseil de sécurité des Nations Unies est une priorité de la diplomatie franco-allemande »! Last but not least,  il est enfin prévu par l‘article 23 qu’«Après l’entrée en vigueur du présent Traité, le Conseil des ministres franco-allemand adopte un programme pluriannuel de projets de coopération franco-allemande» tandis que l’article 24 indique qu’«Un membre du gouvernement d’un des deux États prend part, une fois par trimestre au moins et en alternance, au conseil des ministres de l’autre État

    Dans son  article (qu’il faut lire) consacré à ce traité, Hervé Juvin conclut son propos par cette remarque: « Le plus étonnant est de voir un Président français servir l’agenda de ceux qui rêvent d’en finir avec la résistance française, l’indépendance française, l’esprit national, pour une fuite en avant à rebours de l’histoire, du sentiment collectif et de l’intérêt de la Nation. Et sans doute, les Allemands sauraient s’employer à réduire les Français à la soumission. Mais faut-il que celui qui a échoué sur tout ( Marcel Gauchet, Le Soir, 25 décembre 2018) fasse payer à ce prix ses échecs à la France ?».

    Faut-il aussi que cette  Europe bruxelloise trahisse les peuples dont elle affirme vouloir la prospérité? Est-ce par l’abaissement des Etats Nations que l’on sauvera l’Europe et les Européens? Nous l’avions écrit ici, après les terribles saignées des deux guerres mondiales, autant de guerres civiles européennes dont il faut le dire, la responsabilité incombe aussi (mais pas que) à l’ubris d’un  nationalisme agressif, comment ne pas avoir de la sympathie en effet pour le rêve du mosellan Robert Schuman, homme respectable, visant à créer les conditions durables de la paix sur notre continent?  Et ce, par la construction économique puis politique d’une Communauté ressuscitant peu ou prou l’empire carolingien, contours de la Communauté européenne qui avaient les faveurs d’un De Gaulle…

    Mais la vision de l’Europe qui triomphe chez les oligarques   c’est celle de l’autre père de l’Europe, Jean Monnet, économiste mondialiste très influencé par les Etats-Unis, qui ne cachait pas  son souhait de créer les Etats-Unis d’Europe, marchepied d’une gouvernance mondiale.  Un  écho de cette philosophie là, petit clin d’oeil pour les initiés, est inscrit noir sur blanc dans le préambule de ce traité d’Aix la Chapelle.   Nos deux libéraux-immigrationnistes patentés,  M. Macron et Mme Merkel réaffirment «l’engagement de l’Union européenne en faveur d’un marché mondial ouvert, équitable et fondé sur des règles, dont l’accès repose sur la réciprocité et la non discrimination…»

    Jean Marie Le Pen le disait il y a déjà plus de vingt ans : «et si encore ils détruisaient les nations occidentales pour construire une nation européenne, nous serions contre, bien sûr, mais enfin il y aurait une apparence de justification à leur visée … »  On juge un arbre à ses fruits et la nature du  sentiment européen de nos dirigeants à la politique qu’ils conduisent sous les auspices de Bruxlles. Bruno Gollnisch l’a souligné  à de nombreuses reprises, les européistes  encouragent la dilution-dissolution  de l’Europe enracinée, charnelle, par l’appel permanent « au brassage universel » qui résultera de la «libre circulation des marchandises, des capitaux et des personnes». « Un véritable dogme religieux pour  l’actuelle Union Européenne. »

    Pour le camp progressiste dont Emmanuel Macron est le champion, il est   réjouissant  qu’une  «civilisation » hors-sol, sans frontières,  aboutissement extrême de tendances et de maux qui eurent précisément leur foyer d’origine en Europe, soit  désormais commune non seulement aux Européens, mais aussi au monde occidental ou en voie d’occidentalisation. Ce nivellement général de fait, qui s’étend aux façons de vivre et aux goûts, associé à celui qu’entraînent la science, la technique, la mondialisation économique sert d’argument à ceux qui entendent dépasser l’Union européenne. La prochaine étape pour les idéologues supranationaux les plus extrémistes est bien celle d’un monde unifié, dans le cadre d’une organisation ou d’un Etat mondial.  Associer le nom de Charlemagne à une des étapes de  cette forfaiture, à ce projet contraire au génie européen,  est bien dans l’esprit pervers de ce temps.

    https://gollnisch.com/2019/01/22/forfaiture-euromondialiste/

  • Les gilets jaunes manifestent à Namur et chassent l’équipe de RTL TVI

    En Belgique, quelques centaines de gilets jaunes ont manifesté à Namur ce samedi 19 janvier.

    Là-aussi, les médias du système ne sont pas les bienvenus et une équipe de télévision de RTL TVI a été chassée du défilé.

  • Le Grand débat rappelle la Roumanie des années 1980

    Le Grand débat rappelle la Roumanie des années 1980

    Nicolas Lecaussin y était :

    À la fin des années 1980, je vivais en Roumanie. Le communisme s’écroulait partout en Europe de l’Est. Ces pays et ces peuples se débarrassaient, enfin, de l’emprise totalitaire. Les hommes entrevoyaient la lumière après une trop longue période d’obscurité.

    Aveuglés au début, ils tentaient, tant bien que mal, de s’habituer à cette chose qu’ils ne connaissaient pas : la liberté. Mais il n’y avait pas de repères et très peu de leaders qui ne se fussent discrédités sous la dictature. Le défoulement verbal auquel on assista alors était compréhensible et sympathique, mais il en résultait une cacophonie générale : tout le monde y allait de son avis, chacun parlait comme un homme d’État ou un économiste, nul n’ignorait ce qu’il fallait faire. Les plus culottés se conduisaient tels des nouveaux chefs. On créait des comités improvisés un peu partout, on organisait des réunions et… des débats. Sur tout. Sur tous les sujets. Les doléances des citoyens étaient transmises à la capitale, au nouveau pouvoir, temporaire, qui ne pouvait que distribuer de l’argent, forcément.

    En outre, il y avait d’un côté les anciens bourreaux – réels ou supposés – qui avaient été au pouvoir sous le communisme et, de l’autre, les victimes, avérées ou autoproclamées, d’autant qu’être reconnu comme une victime du régime défunt donnait droit à indemnisation et à des avantages sociaux particuliers. Chacun était donc poussé à se présenter comme une victime, à juste titre ou de façon parfaitement fallacieuse. À tel point qu’on ne savait plus qui étaient les bons et les méchants.

    En Roumanie, il y eut aussi des destructions et des violences, les mineurs, par exemple, voulaient « casser de l’élite et apprendre la vraie vie aux intellectuels ». La transition vers la démocratie et la désintoxication totalitaire ont duré des années. Les séquelles ont été profondes et tenaces.

    Toute ressemblance avec la France d’aujourd’hui n’est pas à exclure. Naturellement, Emmanuel Macron est un président élu démocratiquement. Bien sûr, la France ne sort pas d’une ère totalitaire. Mais elle est en vrac. Tout le monde râle, chacun semble déboussolé, y compris – et surtout – le pouvoir en place, pourtant légitime. Que l’État se taise, le peuple veut parler, écoutons-le ! […]

    https://www.lesalonbeige.fr/le-grand-debat-rappelle-la-roumanie-des-annees-1980/

  • Les conséquences de l’exode des Français des villes de banlieue parisienne.

  • Traité d'Aix la Chapelle : c'est la France que Macron assassine.

    Macron-et-Merkel-signeront-le-22-janvier-un-nouveau-traite-de-cooperation-franco-allemand.jpg

    Jean-François Touzé
    Secrétaire national du Parti de la France
    Ce mardi 22 janvier à Aix la Chapelle, sans qu'aucun débat national n'ait été engagé en France, Emmanuel Macron et Angela Merkel signeront un nouveau traité de « coopération et d'intégration » France/Allemagne visant à renforcer les liens entre les deux pays et accélérer les convergences en matière de sécurité, de Défense, de fiscalité, d'industrie, de commerce, d’éducation, de recherches, d'environnement, de climat, de santé et questions sanitaires, et de relations internationales. Un renforcement basé sur le socle du traité fondateur de l’Élysée conclu en 1963 par le général De Gaulle et le chancelier Adenauer.
    En 1963, le traité était signé à Paris, capitale d'une France ambitieuse et à la manœuvre qui concevait l'Europe comme un moyen de sa grandeur. Quelles que soient, par ailleurs, les fautes commises par Charles De Gaulle, fautes que nous n’oublions pas, il savait que la question allemande devait toujours être abordée par notre pays en se souvenant de cette affirmation nationale établie depuis Philippe Auguste, affirmation structurante d'une politique que les siècles ne peuvent abolir : « Le roi de France est empereur en son royaume ».
    En 2019, le nouveau traité sera signé sur le sol allemand. On aurait tort de n'y voir qu'un symbole.
    Là où le Traité de l’Élysée créait les conditions d'une étroite coopération entre deux Nations et deux États distincts aux destinées désormais communes, celui d'Aix la Chapelle imprimera dans le marbre un processus de fusion progressive voulu comme inéluctable. Un processus qui, par la force des choses, la faiblesse de nos dirigeants et la complaisance complice de nos « élites », ferait à terme de la France un Land annexé et de l'Allemagne la puissance dominante d'une Europe de la finance, de l'immigrationnisme et de la soumission au mondialisme (cf. le préambule du Traité : France et Allemagne, fermement attachées à un ordre international fondé sur des règles et sur le multilatéralisme dont les Nations Unies constituent l’élément central).
    La partie consacrée à l'Alsace-Lorraine est, à bien des égards, édifiante. Si le Traité ne conduit pas à la « vente » de nos deux provinces comme tend à le faire croire une interprétation simpliste (peut être volontairement simpliste, au demeurant, tant il est vrai que les officines du pouvoir savent user des fausses nouvelles et de l'outrance savamment orientée pour mieux discréditer une opposition), il met, en revanche, en place les conditions d'une germanisation linguistique et juridique menant, sous couvert de faciliter la vie des transfrontaliers, à une appropriation culturelle et économique allemande. Barrès et le Daudet de La dernière classe doivent se retourner dans leurs tombes.
    Outre la formalisation d'une pratique infâme instituée par Sarkozy d'ouvrir à intervalles réguliers les Conseils des ministres à un ministre de l'autre État, plusieurs éléments particulièrement inquiétants figurent dans le traité comme la création d'un comité permanent de Défense Franco/Allemand, source de paralysie future (faudra-il l'accord du Bundestag pour engager nos troupes sur un théâtre extérieur, ou pour procéder à des exportations d’armes ?) et dont on peut penser qu'il est destiné, à moyen terme, à ressortir la vieille idée de mise en commun de l'arme nucléaire française ; ou la mise en place d’équipes mixtes bi nationales au sein de nos représentations à l'ONU qui préfigurent le partage du siège français permanent au Conseil de sécurité et la codécision en matière de véto. (Article 8 : "Les deux États coopéreront étroitement au sein de tous les organes de l'organisation des Nations Unies (...) Ils mettront tout en œuvre pour aboutir à une position unifiée dans le cadre des organisations appropriées des Nations Unies". Et, toujours dans cet article 8 riche en enseignements, une affirmation en forme d'aveux qui en dit long sur ce qui se trame entre Paris et Berlin : L’admission à un siège permanent au sein du Conseil de sécurité de l'ONU est un objectif majeur de la diplomatie franco-allemande).
    On le voit, la philosophie de ce Traité est simple : ce qui est allemand reste allemand et s'impose à la zone euro ; ce qui est à la France sera, à terme transféré à l'Allemagne.
    Dès lors que le Traité sera signé, s'engagera un lent mais strict processus qui mènera inévitablement à la mise en œuvre des fins ultimes.
    Un Traité peut toujours être déchiré. Et la droite nationale ne s'en privera pas si elle parvient au pouvoir. Mais il est urgent en attendant que soient freinés les effets de ce « partage » consenti par Macron, partage étant en l'occurrence l'autre nom de la trahison. L'enjeu des élections européennes est aussi là.
  • Ceuta (Espagne): Le nombre de migrants mineurs a explosé de 446% en 2018

    Ils tentent le passage à la sortie de l’école, la plupart à partir de Tétouan ou de Tanger, où ils se glissent parmi les journaliers qui franchissement légalement la frontière de Tarajal. Selon l’agence de presse espagnole Europa Press, Sebta enregistré 3 344 entrées de mineurs étrangers non accompagnés (MENA) en 2018. Une augmentation de 446 % par rapport à l’année précédente. Tous, ou presque, sont marocains et sont des garçons. Les jeunes filles représentent seulement 1,2 % des arrivées. 

    Rien que la semaine dernière, le centre pour mineurs La Esperanza a recueilli 295 adolescents marocains…

    […]

    TelQuel

    http://www.fdesouche.com/1144769-ceuta-espagne-le-nombre-de-migrants-mineurs-a-explose-de-446-en-2018

  • L’avortement s’invite dans la constitution de la liste LR aux européennes

    L’avortement s’invite dans la constitution de la liste LR aux européennes

    François-Xavier Bellamy été interrogé hier dans JDD, notamment sur son opposition à l’avortement.

    “Cette question de l’IVG est une conviction personnelle que j’assume. Mais je comprends qu’elle ne soit pas partagée, et vous ne trouverez de ma part aucune parole offensante ni aucun jugement”

    Alors que son nom est avancé depuis quelques jours pour mener la liste des Républicains aux prochaines élections européennes, cette petite phrase a aussitôt été utilisée par la police de la pensée comme Marlène Schiappa :

    « Alors même que la France vient de lancer une campagne européenne pour la ratification de la convention d’Istanbul, voilà que les Républicains veulent envoyer au Parlement européen : un anti-IVG ».

    Aurore Bergé, porte-parole du groupe LREM à l’Assemblée nationale, a également appuyé :

    « ‘Jeune et brillant… et hostile à l’IVG’. S’il est choisi pour être l’incarnation de la droite aux européennes, c’est aussi à un choix de société et de civilisation que les Français auront à répondre. Aux législatives, déjà les électeurs lui avaient dit non ! ».

    Le philosophe sera-t-il défendu par LR ?… En attendant, il se défend en publiant un extrait vidéo datant de janvier 2018, dans lequel il exposait, sur France 5, son raisonnement sur le sujet.

    « Pourquoi est-ce qu’on ne pourrait pas se mettre tous d’accord pour se dire que ce devrait être un objectif public de santé publique de faire baisser le nombre d’avortements en France, et que notre système de prévention, aujourd’hui, n’y parvient pas »

    Vidéo intégrée
    Fx Bellamy
    @fxbellamy

    Le JDD cherche opportunément à m'enfermer dans une caricature. Voici simplement ce que j'ai répondu à une question sur l'IVG il y a quelques mois. Si se préoccuper sincèrement de ce qui touche tant de femmes suffit à se faire insulter, alors comment parler ensemble sereinement ? 

    1 590 personnes parlent à ce sujet 

    Et il interroge aujourd’hui :

    « Le JDD cherche opportunément à m’enfermer dans une caricature. Voici simplement ce que j’ai répondu à une question sur l’IVG il y a quelques mois. Si se préoccuper sincèrement de ce qui touche tant de femmes suffit à se faire insulter, alors comment parler ensemble sereinement ? »

    En attendant que les habituels frileux de LR le défendent ou hurlent avec les loups, cette polémique relance la question du droit à la liberté d’expression sur l’avortement :


  • En finir avec les bandes armées de la finance :

    2018 05 GAUCHISTES.jpg

    Depuis le début de ce que l'on appelle "la révolte des Gilets jaunes", multiples opérations ont été entreprises par le Pouvoir pour neutraliser celle-ci. Entre autres, l'infiltration dans les cortèges de supplétifs intitulés "antifas" un jour, "Black bloc" un autre. A chaque manifestation, c'est la même chose : des bandes opérant en toute impunité, voire avec la complicité de la police aux ordres, cherchent à imposer leurs slogans sortis d'un autre siècle et tabassent ceux qui ne les reprennent pas à l'unisson. Vieille méthode communiste qui avait fait ses preuves jadis au-delà du Rideau de fer...

    Heureusement, les Gilets jaunes ne sont pas tous dupes et, de plus en plus souvent, ils commencent à exclurent de leurs cortèges ces individus à la dangerosité avérée à la tête desquels on retrouve un dénommé Saturnin Bernanos (ou quelque chose comme cela). Ce sont eux qui ont agressé samedi dernier un journaliste indépendant qui faisait honnêtement son travail cliquez là.

    Il est temps d'en finir avec cette délinquance stipendiée qui sert les intérêts des tenants de la finance globalisée et attisée par les opposants d'opérettes style Mélenchon. Dans un Etat national digne de ce nom, il faudra mettre hors la loi ces bandes armées ainsi que l'idéologie morbide qu'elles véhiculent.

    En attendant, la vigilance et la mobilisation s'imposent. Le Système est aux abois, aidons-le à sombrer... 

    S.N.

    http://synthesenationale.hautetfort.com/

  • La fin de la grâce

    6a00d8341c715453ef022ad38e0df5200c-320wi.jpgPauvre Macron qui, désormais, relève [presque] de la pitié. On le voit s’agiter 6 heures durant, tel Fidel Castro, devant des auditoires de notables locaux. Soigneusement choisis par les préfets, parmi les 550 000 élus de la France profonde, ils ont été instruits des questions qu'il conviendra de poser. Gentiment, ils se plient à l'exercice. Au temps du quadrillage de l'Afrique du nord par le protecteur militaire, on avait inventé de les désigner comme s'il s'agissait d'une tribu ou d'une confrérie celle des béni-oui-oui. Et cependant certains s'écartent des consignes. N'est-ce pas à désespérer de cette consultation. Conçue comme une communication à ses unique, elle est présentée comme un grand débat.

    Ah ! peuple ingrat !

    Ah ! jour tragique : il paraît, mais je vous suggère de n'en rien croire, que ce troisième lundi de janvier doit être considéré comme le plus déprimant de l'année. Comme toujours une telle affirmation péremptoire nous est présentée d'après une étude. Celle-ci date de l'an 2005. On la doit à un universitaire de Cardiff. Il ne lui manque plus qu'une indication de pourcentages pour s'imposer à la crédulité obscurantiste de nos contemporains.

    Plus convaincante que les fausses sciences réputées exactes, on gagnerait à se fier à l'expérience des siècles. Une tel approche s'appelle tout simplement l'histoire, enquête en perpétuelle recherche, "la science des faits qui ne se répètent pas" disait Paul Valéry… Les événements qui ne reviennent pas de manière identique, car ils se reproduisent dans des environnements jamais pareils, et néanmoins ils obéissent à des ressorts fondamentaux semblables.

    Les nombreux portraits de Louise Dupin (1706-1799) par Nattier m'ont toujours paru symboliser ces dernières années de l'Ancien Régime, sans doute les plus heureuses de l'Histoire de France.

    Après cette époque c'en est pratiquement fini de la grâce.

    Et notre aujourd'hui, 21 janvier, nous renvoie au moment le plus ravageur de cette même histoire : à la décapitation du roi Louis XVI, et quelques mois plus tard, le 7 octobre 1793, à la destruction de l'ampoule de Reims. Le pays, né royaume, ne s’est jamais vraiment remis de la mort de la royauté, au terme d'un règne pourtant vertueux, où pour la première fois depuis le XIVe siècle, pour ne citer qu'un exemple la Marine française était devenue la plus puissante du monde.

    Après avoir brisé la Sainte Ampoule en 1793, c'est en 1795 que le conventionnel Rühl se suicida. On ignore, évidemment, s'il faut véritablement considérer son geste comme signe de malédiction. On sait simplement de manière empirique la part d'ombre que sa volonté de sacrilège a porté sur "ce corps décapité qui cherche la lumière.[1]"

    On se tromperait donc si l'on voulait réduire la question à celle de la seule institution monarchique, à quoi s'attachait prioritairement si fort autrefois l'école maurrassienne. Bainville lui-même reconnaissait sa faiblesse face aux forces de sentiment. Les monarchies parlementaires d'aujourd'hui, si affaiblies pourtant, me paraissent servir encore. Ne fonctionneraient-elles que comme des apparences, elles préservent de leur fragile ciment symbolique leurs peuples respectifs, menacés de désagrégation.

    Le moins que l'on puisse dire, au contraire, de l'illusion présidentielle dans l'État central jacobin, ces jours-ci, invite à constater combien la grâce semble l'avoir abandonnée.

    Loin de toutes les déprimes, de plus en plus répandues chez ce pauvre peuple, nous devons au contraire en tirer argument, au cœur de l'hiver, pour professer l'espoir invincible du printemps des libertés. Laissons donc le droit au suicide à tous les Rühl d'hier et d'aujourd'hui, à tous les matérialistes athées qui professent de mourir dans ce qu'ils appellent dignité, pour n'y avoir guère vraiment vécu.

    JG Malliarakis  

    Apostilles

    [1] Cf. Ezra Pound dans son recueil des "Cantos Pisans" et notre chronique de février 2011 "La revanche de Dieu et du roi"

    https://www.insolent.fr/

  • Témoignage glaçant d'une mère dont le fils, gilet jaune, vient de perdre un œil par flash-ball

  • Un traité franco-allemand passé entre deux chefs d’Etat en déficit de légitimité : les mariages forcés se terminent en général mal

    Un traité franco-allemand passé entre deux chefs d’Etat en déficit de légitimité :  les mariages forcés se terminent en général mal

    Communiqué de Mouvance France :

    Le traité franco-allemand que Macron et Merkel s’apprêtent à signer à Aix-la-Chapelle, peut-être d’ores et déjà tenu pour illégitime et sans doute mort-né.

    Il aura le contraire de effets escomptés car il aigrira les relations entre les deux peuples.

    Ce traité a été préparé en catimini, sans débat ; son contenu a été dévoilé par surprise quelques jours seulement avant sa signature.

    Il sera passé entre  deux chefs d’Etat  et de gouvernement en grave déficit de légitimité : Emmanuel Macron, empêtré dans la crise des Gilets jaunes dont la cote est au plus bas, Angela Merkel en fin de course,  gérant les affaires courantes. Triste caricature du traité franco-allemand, dit de l’Elysée, signé le 22 janvier 1963 entre Charles de Gaulle et Konrad Adenauer,  tous deux assis sur une forte  légitimité, mettant fin à un siècle d’hostilité entre les deux pays.

    Le partenariat franco-allemand, dans l’esprit du général  de Gaulle ne pouvait être qu’être équilibré ; or les Français ont aujourd’hui le sentiment qu’il est de plus en plus  déséquilibré. L’euro tel qu’il a été  géré  en est la principale cause : il  stimule fortement  l’industrie allemande et  entraine la mort lente  de l ‘industrie française. Les échanges , même agricoles, sont de plus en plus excédentaires pour l’Allemagne, déficitaires pour la France, sans  issue en vue.

    Comme s’il y avait un plan concerté d’affaiblir la puissance française, le contrôle de nos fleurons industriels dans les secteurs stratégiques, produits du génie national : Alstom, Nexter,  bientôt peut-être Naval-Group et d’autres est transféré outre-Rhin – ou ailleurs – sous prétexte de coopération. Airbus, issu de l’effort de  générations d’ingénieurs français,  échappe aujourd’hui à tout contrôle français.

    Le traité franco-allemand laisse voir le projet d’effectuer à terme la fusion des deux nations en un seul Etat : un Parlement, un budget, une armée. Il comporte un appui français à la revendication allemande d’un siège permanent au conseil de sécurité qui , même si celle-ci  n’a aucune chance d’aboutir,  apparaitra au monde entier comme un signe d’allégeance.  Macron espère, en s’appuyant  sur Merkel, entrainer les autres pays dans un ultime sursaut vers l’intégration supranationale. C’est le contraire qui va se produire : ce traité, qui n’est au demeurant pas conforme au traité de Lisbonne soumettant les coopération renforcées à l’aval des autres Etats-membres (article 21), ne pourra qu’exciter le ressentiment envers nos deux pays.

    Tout laisse penser que l’intégration projetée ne correspond ni de près ni de loin à la volonté de nos deux peuples. Il va d’ailleurs à rebours du sens de l’histoire qui voit partout le retour de nations soucieuses de maintenir leur souveraineté et de défendre leurs intérêts : Etats-Unis, Royaume-Uni, Italie, Europe de l’Est, Russie, Chine etc.

    Le peuples, comme les individus n’aiment pas la promiscuité. Les Allemands qui ont toujours refusé la notion de couple franco-allemand, trop familière à leur gré (ce dont les médias français qui répètent à tout va cette expression ne se sont jamais aperçus), le savent bien. Deux voisins qui s’entendent bien se détesteront vite si  les cloisons qui les séparent sont abattues. La réconciliation franco-allemande semblait une chose acquise. En nous obligeant à partager le même lit, Macron et Merkel la remettent en cause : les mariages forcés se terminent en général mal. 

    Le traité n’accorde qu’une place secondaire  à la  question de la langue : les Allemands savent de moins en moins le français et les  Français de moins en moins l’allemand. Macron lui-même qui se targue de parler bien l’anglais  n’a jamais fait l’effort d’apprendre un peu d’allemand. Il en résulte une ignorance réciproque grandissante  dont témoigne une oligarchie française  germanomane qui veut imiter tout ce qui vient de l’autre côté de Rhin mais ignore ce qui s’y passe.

    Que nos amis Allemands ne s’y  trompent pas : cette apparente germanophilie des prétendues élites françaises est moins le signe d’un  intérêt  pour l’Allemagne réelle que de leur mépris pathologique pour le peuple français.  Les Français avec lesquels leur gouvernement négocie dans le secret ne sont pas le peuple français. Ils ne l’ engagent pas. Qu’ ils prennent garde de ne pas subir le contrecoup du discrédit et de la haine qu’inspirent aujourd’hui à une majorité de  Français les dirigeants auxquels ils ont affaire. Loin  de rapprocher les deux peuples ce traité risque de les brouiller gravement.

    Ce traité constitue enfin un bras d’honneur aux revendications populaires :  il implique un renforcement de l’euro,  qui constitue la principale source de déséquilibre entre les deux pays et de la baisse du pouvoir d’achat dont se plaignent les Gilet jaunes, nullement xénophobes ou germanophobes jusqu’ici mais qui, devant tant de mépris, pourraient le devenir.

    https://www.lesalonbeige.fr/un-traite-franco-allemand-passe-entre-deux-chefs-detat-en-deficit-de-legitimite-les-mariages-forces-se-terminent-en-general-mal/

  • Grand débat : le prince, il parle pas à toi !

    DSZQB2YX0AApNtA.jpg-large-730x475.jpeg

    En 2012, quand l’émission « Quotidien » de Yann Barthès n’avait pas encore supplanté « Les Guignols de l’info » à l’heure de l’apéritif, un de leurs sketchs faisait fureur.

    C’était une grande époque de « mercato » footballistique et de rachat des joueurs à prix d’or par l’émir du Qatar.

    Toute personne interrogeant la marionnette du richissime Qatari sur les joueurs rachetés n’obtenait de réponse que par l’intermédiaire de son interprète et, interloquée, finissait par demander « Il ne parle pas français, le prince ? » « Si, mais le prince, il parle pas à toi », répondait tout aussi invariablement l’interprète.

    C’est à quoi fait penser le grand débat.

    Le peuple demande, depuis deux mois, à notre prince à nous qu’il change la Constitution afin de lui redonner la parole.

    Il parle français, le Président. Très bien, même. Mais « il parle pas à toi », gilet jaune, pauvre infirmière qui gagnes en un mois ce qu’il doit claquer en un dîner, pauvre chauffeur routier qui carbures au diesel et à la bière, pauvre prof sous-payé que les délinquants menacent avec un couteau pour une heure de colle. Ni à toi, pauvre vieille, qui commences à coûter un pognon de dingue avec toutes tes pathologies. Ni à toi, jeune homme plein de fougue, qui n’acceptes pas ce monde sans Dieu, sans foi ni loi, où on a la bouche pleine des valeurs de la République mais les oreilles bouchées aux cris de douleur des manifestants qu’on mutile.

    En bras de chemise, dans l’atmosphère surchauffée d’une salle bondée, il parle pourtant abondamment. Il répond même à tes questions, gilet jaune. Sur la démocratie directe, par exemple. « Elle est dangereuse », dit-il. Et, du coup, tu comprends que tu n’auras pas ton RIC.

    Il le dit aux maires. Mais il le dit pas à toi. Car « il ne parle pas à toi ».

    Aurait-il peur de voi, parmi la foule des gilets jaunes, les proches de ce pompier dans le coma qu’un policier a tiré comme un lapin ? Ou cette très jeune fille au beau visage désormais défiguré, un œil fermé, explosé par un tir de Flash-Ball® au visage, et qui pourtant veut continuer la lutte ?

    Sans doute, car il sait qu’il n’oserait pas lui dire qu’en plus de tout ce que tu as subi, tu n’auras pas ton rêve citoyen d’initiative populaire. Tu devras te contenter de la non-taxation supplémentaire de l’essence et des miettes ajoutées au SMIC. Ta grand-mère ne verra pas cette simple justice d’une retraite indexée sur l’inflation. Et ton père restera au chômage, car l’industrie florissante où il travaillait polluait, et que mon rôle à moi, inscrit dans l’Histoire, est de sauver la planète.

    La nuit tombe, et il parle encore et encore, depuis des heures, à des élus locaux, bien sages, comme hypnotisés. Il a chaud, le prince. Et toi, sur ton rond-point, tu as froid et peut-être mal, s’ils t’ont frappé, les Robocop. Tandis que lui, il les a pour lui, autour de lui, comme une armée qui l’isole du peuple de France.

    Alors, quand enfin il te parlera, dans trois mois, pour te prier de voter aux élections européennes pour le candidat de son parti, dans un an pour te demander de choisir un de ces maires si gentils qui ont participé au grand débat, ou encore dans trois ans pour que tu le reconduises pour cinq ans dans ce confortable palais de l’Élysée fraîchement rénové à son goût, ce sera à ton tour d’être sourd.

    Peut-être même que tu lui préféreras la blonde. Celle qu’il a ridiculisée à l’oral – car il parle si bien – mais qui, elle, te parle, à toi.

    Catherine Rouvier

    http://www.bvoltaire.fr/grand-debat-le-prince-il-parle-pas-a-toi/