Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

tradition - Page 2

  • Les Dieux vivent dans les forêts

    Les dieux vivent dans les forêts.jpeg

    « Détruire des forêts ne signifie pas seulement réduire en cendres des siècles de croissance naturelle. C'est aussi un fonds de mémoire culturelle qui s'en va. »

    Robert Harrison résume bien, ainsi, l'enjeu plurimillénaire, le choix de civilisations que représente la forêt, avec ses mythes et ses réalités (1). Une forêt omniprésente dans l'imaginaire européen.

    L'inconscient collectif est aujourd'hui frappé par la destruction des forêts, due à l'incendie, aux pluies acides, à une exploitation excessive. Un être normal c'est-à-dire quelqu'un qui n'est pas encore totalement conditionné par la société marchande - ressent quelque part au fond de lui-même, quelle vitale vérité exprime Jean Giono lorsqu'il écrit de l'un de ses personnages : « Il pense : il tue quand il coupe un arbre ! »

    Lire la suite

  • Gabrielle Cluzel : “La famille et la fierté du pays sont nos héritages”

    Gabrielle-Cluzel.jpg

    Gabrielle Cluzel, la rédactrice en chef du site Boulevard Voltaire et auteur du livre “Enracinés ! Nous sommes tous des héritiers” (Artège) était l’invitée d’André Bercoff mercredi 4 mars sur Sud Radio.

    La France enracinée semble être une histoire ancienne, les enracinés des hommes et des femmes dépassés, ringards… Et pourtant, Gabrielle Cluzel y croit encore. “Je crois que comme un arbre qui a été scié à la base peut avoir des résurgences, il me semble qu’il reste des gisements de cette France“, espère-t-elle. “Cette France des enracinés, on l’a démonétisée, critiquée, on a dit que ses valeurs étaient bourgeoises, la rigueur et le mérite ont été conspués, considérés comme ringard, un carcan…“, déplore-t-elle.

    Si le terme de “bourgeoise” est utilisé, c’est que cette France “est héritière d’un patrimoine, non pas gardé dans un coffre-fort ou placé en bourse, mais culturel et civilisationnel“, explique Gabrielle Cluzel. Un héritage qui englobe un “savoir-vivre légué des valeurs chrétiennes”, ajoute-t-elle. “Cette France là, il ne faut pas l’oublier. Quand on dit qu’il n’y a plus de respect, de rigueur, peut-être faut-il se demander si on ne l’a pas conspuée jusqu’à chercher à l’éradiquer“, fait remarquer la journaliste.

    Regarder la video

    https://fr.novopress.info/217065/gabrielle-cluzel-la-famille-et-la-fierte-du-pays-sont-nos-heritages/

  • Mobilisations dans toute la France contre la loi de bioéthique

    Mobilisations dans toute la France contre la loi de bioéthique

    Il n’y avait pas qu’à Paris qu’il y a eu des actions contre le projet de loi bioéthique :

    Voir la suite sur Lesalonbeige

  • Mythes et traditions d'Europe

    Mythes et traditions d'Europe.jpeg

    Les traditions constituent un irremplaçable patrimoine spirituel car elles sont l'expression ritualisée des mythes qui hantent l'imaginaire collectif de nos peuples. Elles nous relient à notre origine, et affirment notre identité européenne, qui est plus que culturelle : sacrée.

    À l'heure où la formidable recomposition politique qui se produit à l'Est est, peut-être, une chance historique pour l'affirmation de l'identité européenne, il est bon, il est nécessaire de rappeler que le socle de cette identité est culturel. N'en déplaise aux apôtres du cosmopolitisme, la culture européenne, pluri-millénaire, est enracinée dans l'âme des peuples. Elle se manifeste à travers les mythes et traditions qui sont, par le discours et les pratiques, l'expression d'un sens et d'un ordre symbolique, de nonnes mentales collectives qui viennent du fond des âges et ont survécu à toutes les vicissitudes de l'histoire.

    Lire la suite

  • Julius Evola contre le monde moderne

    Julius Evola contre le monde moderne.jpeg« Triste et insensé personnage » pour Umberto Eco, l'auteur du célébrissime Au nom de la rose, « érudit de génie » selon Marguerite Yourcenar, « gnostique » sulfureux aux yeux de certains catholiques qui ne l'ont jamais lu, Julius Evola (1898-1974) a fait l'objet, de son vivant comme après sa mort, des jugements les plus contrastés. A l'occasion de la réédition, dans une nouvelle traduction intégrale, de son livre le plus important, Révolte contre le monde moderne (1), son traducteur retrace une partie de l'itinéraire de cet aristocrate qui a laissé une œuvre énorme, et résume l'histoire de la « réception » d'Evola en France.

    À en croire feu Jacques Bergier, prophète, en son temps, avec Louis Pauwels, d'un nouveau « matin des magiciens », « si les nazis et les fascistes avaient triomphé, Evola aurait certainement été le sommet de leur contre-culture ». Affirmation à mettre sous bénéfice d'inventaire, quand on se rappelle les côtés déconcertants, voire délirants, de celui qui fut l'un des nombreux gourous de l'actuel éditorialiste du Figaro-Magazine. Mais l'importance intrinsèque de l'œuvre d'Evola n'a pas échappé à des gens plus sérieux, et même bétonnés de sérieux c'est ainsi que Pierre-André Taguieff, expert en « antiracisme » et pourtant fasciné par la « culture de droite », a pu dire de la pensée d'Evola, en 1986 et à la Sorbonne s'il vous plaît, qu'elle est « dotée de cohérence interne, caractérisée par l'ampleur des perspectives, la hauteur des vues ainsi que par l'étendue encyclopédique des thèmes et problèmes abordés ».

    Lire la suite

  • Présence de Julien Freund

    Présence de Julien Freund.jpeg

    Julien Freund, à l'heure où la pensée politique s'éteint dans un consensus mortifère, est l'un des derniers sages à l'ombre desquels il est bon d'apprendre. La sortie récente de son dernier essai, Philosophie philosophique (1), est l'occasion de mieux cerner une présence essentielle dans la philosophie politique contemporaine.

    Né en 1921, ancien résistant, politologue et philosophe, Julien Freund a dirigé l'Institut de polémologie de l'Université de Strasbourg. Mais, au-delà des titres officiels, il en est un que l'auteur de L'Essence du Politique (2) mérite à part entière celui de maître à penser pour une génération qui ne se résout pas à vivre l'éclipsé du politique.

    Lire la suite