Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

  • Une politique pour l'an 2000 de Pierre Debray [VIII]

    Photo (de gauche à droite) : Michel d'Ornano, Michel Poniatowsi, Valéry Giscard d'Estaing

    Nous poursuivons la publication d'une série qui devrait faire date ; qui forme un ensemble à lire en entier : une étude de Pierre Debray parue en novembre 1985 dans le mensuel Je Suis Français, sous le titre Une politique pour l'an 2000. La lecture de ces textes expliquera aux lecteurs qui ne l'ont pas connu le rôle intellectuel important de Pierre Debray à l'Action Française dans les années 1950-2000.  Cette analyse politique, économique, sociologique et historique, menée méthodiquement, à la maurrassienne, comporte de multiples enseignements, utiles aujourd'hui à notre école de pensée. Comme un stimulant de notre réflexion sur la situation présente de la France et sur l'action que nous avons à y mener. Même si le lecteur devra tenir compte des événements et des faits intervenus au cours des trois dernières décennies.  LFAR

    1ère partie : l’Homme Masse

    L'ETABLISSEMENT

    La perte de l'Indochine va permettre à Edmond Giscard, relevé d'Estaing, de faire une énorme fortune. Le mécanisme est simple. La SOFFO rachète des sociétés, sucreries, raffineries, tissages, ou plantations, au moindre prix. Les propriétaires sont trop heureux de trouver un acquéreur. Edmond Giscard transformera les biens confisqués par les Vietminh en dommages de guerre, payés rubis sur l'ongle, dans les meilleurs délais. De dérogations en autorisations, ce bel argent sera investi dans l'immobilier, un marché en pleine expansion. L'abandon de l'Indochine se traduira pour la SOFFO par une augmentation du capital qui passera en 1966, à quinze millions quatre cent cinquante mille nouveaux francs. Ce qui explique l'enthousiasme des actionnaires à réélire Edmond à la présidence du conseil d'administration.

    Entre temps, les Giscard se sont fait anoblir par le conseil d'Etat, qui les autorisera à relever le nom de d'Estaing. Pour y parvenir, ils n'ont pas hésité à déshonorer leur famille de bonne bourgeoisie en lui inventant, comme ancêtre une fille de joie qui se serait fait faire un enfant par l'amiral d'Estaing. Ce qui est manière d'afficher leur appartenance à une oligarchie de déclassés. Pourtant, en dépit de cette noblesse d'emprunt, René et Edmond restent des pièces rapportées, réduits au rôle de prince consort. Dans un système matriarcal le pouvoir appartient aux femmes et celle d'Edmond, May est une personne de grande classe.

    Donc May veille. Elle pousse Edmond et, ma foi, le prince consort ne réussit pas trop mal. Les thés et les bridges avec les Georges-Picot, les François-Poncet, les d'Ormesson, les Broglie, le gratin, y contribuent. Elle se tient à sa place, au centre de la toile d'araignée qu'elle a tissée, invisible et vigilante. May est une femme d'une remarquable intelligence.

    Elle a été la collaboratrice de son père, dont elle éditera d'ailleurs les mémoires. L'argent c'est bien. Il en faut et même beaucoup. Edmond s'en occupe. Cependant, seul le pouvoir politique permet de maîtriser, dans une France, dont l'économie passe sous le contrôle de l'Etat, le profit. Cela, Bardoux l'avait compris et l'héritière a conservé la leçon.

    Mais il restait l'homme d'un autre âge. May va former l'un de ses garçons le plus doué, Valéry, dès l'enfance pour le préparer à la fonction de prince de l'Etablissement. Il faut qu'il accède, un jour, à la direction de l'Etat. Valéry sera donc élevé comme le dauphin de la République.

    Celui qu'elle nomme affectueusement Valy sort en juin de polytechnique second de sa promotion, dure déception car seul le premier est admis, sans concours, à l'E.N.A. Qu'importe. Cette année-là et cette année-là seulement, grâce à May, on en prendra deux. Ce qui lui permettra de rejoindre le cousin François entré par la grande porte, celle du concours. Valy effectuera son stage de « dépaysement » auprès du haut-commissaire pour la Sarre, Gilbert Grandval, un ami de papa. Ce qui lui permettra d'obtenir une note de stage exceptionnelle : 19 sur 20. Lors de l'examen de sortie, le jury sera présidé par François-Poncet. Que de bonnes fées se seront penchées sur le berceau du jeune prince. Il ne sortira néanmoins, qu'au troisième rang. Comme son cousin, il choisira l'inspection des finances. Qu'à cela ne tienne. Maman obtiendra du gouverneur Wilfrid Baumgartner que son fils fasse un stage à la Banque de France. Privilège insigne : son rapport de stage sera adressé à toute la promotion. Celle-ci doit savoir que le rang de sortie importe moins que les protections. Elle comprendra.

    Valy a besoin d'un mentor. Il le trouvera en la personne du prince de Broglie, qui connaîtra le destin tragique que l'on sait. Un petit groupe de gamins aux dents longues s'organise, sous la tutelle bienveillante du futur assassiné. On y retrouve Jean-Jacques Servan-Schreiber, Jacques Duhamel, Jean d'Ormesson, un peu plus tard Jean-François Deniau et Claude Brossolette, qui appartiennent à une génération suivante d'énarques, dont Valy s'institue le répétiteur. Les charmants jeunes-gens se réunissent rue Pierre 1er de Serbie. L'on y discute beaucoup, l'on y boit pas mal et l'on ne dédaigne pas les jolies mannequins.

    Le jeune inspecteur adjoint des finances sera envoyé à la Trésorerie Générale d'Alger. Ceux qui l'ont connu à cette époque se souviennent d'un garçon avide de plaisirs, parfois faciles, mais aussi de relations plus financières que mondaines. Il devient urgent de le marier. Le prince de Broglie va s'en charger. Les Fabre-Luce possèdent une délicieuse filleule, Anne-Aymone Sauvage de Brantes, une jeune fille bien sous tous les rapports, ravissante, pieuse, qu'une timidité presque maladive préserve des tentations du monde dans lequel elle vit. Ce n'est pas rien, AnneAymone : elle descend du baron Schneider et sa belle-mère est née Faucigny Lucinges, noblesse du second empire, bon genre, grand chic, la crème de l'Etablissement. L'on ne donne pas une fille pareille à un paltoquet. May a bien travaillé : ses bridges, ses thés et ses petits fours ont permis le beau mariage.

    Voici Valy parvenu au sommet de l'Etablissement, dont son père n'occupait qu'un degré inférieur, dont le grand-père Bardoux n'était qu'un serviteur zélé mais maladroit. Il aura fallu deux mariages, un réseau de plus en plus serré de relations, une grosse fortune, accumulée en peu de temps, grâce aux faveurs du pouvoir. Il ne lui restera plus qu'à faire un parcours sans faute ou presque, sinon une vilaine affaire de faux bilans et de dividendes fictifs, dans laquelle se trouve impliquée la « banque des intérêts français », tout un programme, moins une banque d'ailleurs qu'une officine, qui dépend des Giscard. Le 19 décembre 1965 De Gaulle le chasse du ministère des finances et exige prompte et bonne justice. Heureusement Michel Debré, son remplaçant aux Finances, veille. Le principal accusé aura l'obligeance de se suicider, l'avocat de la partie civile, « la caisse des marchés de l’Etat », défenseur des contribuables lésés, oubliera de se présenter, à l'audience, l'affaire sera expédiée sans que le nom de Giscard ait été prononcé. Ainsi fonctionne l'Etablissement. Les socialistes le découvriront lors d'une autre affaire, celle des avions renifleurs, quand Mitterrand protégera son prédécesseur et enterrera, à la demande de Fabius, le dossier.

    Cette brève incursion dans la biographie de M. Giscard montre qu'il n'est pas le descendant de bons bourgeois auvergnats, ni même de Louis XV par la main gauche mais l'arrière petit cousin de Carnot, le petit fils d'une Georges-Picot, le cousin par alliance des Fabre-Luce et surtout l'époux d'une Schneider. Que l'on ne prétende pas que ce fut sans influence sur sa carrière. Les fils du juge ne commencèrent à s'enrichir, non plus petitement comme leurs ancêtres mais rapidement et grandement, que lorsqu'ils devinrent un Carnot et un Georges-Picot. La colonisation leur apporta et plus encore la décolonisation. Le travail, l'épargne, le goût d'entreprendre ne furent pour rien dans une fortune fondée sur des « affaires » que seules leurs relations dans l'appareil de l'Etat rendirent fructueuses. Quand ils eurent l'imprudence de violer la loi, ils trouvèrent des protections même parmi leurs adversaires politiques. Ce qui ne les empêchera pas — à charge de revanche ? — de maquiller en crime crapuleux l'exécution de l'un de leurs amis, que l'ampleur et l'audace de ses trafics rendaient compromettant.

    Grâce à Giscard l'Etablissement gouvernera directement la France. Les ministres sont choisis dans le Gotha : Poniatowski ou d'Ornano. Ce sera une grave faute, la pire qu'il ait commise en deux siècles. Il se démasquera au moment où s'ouvre une crise structurelle, que, par un étrange aveuglement, il n'avait pas prévu. Si étrange que cela ? Sans doute pas si l'on considère qu'il ne s'intéresse qu'au court terme. Lui prêter de grands desseins est absurde. Il faudrait qu'il croie dans les idées. Certes, ses membres jouent volontiers les libéraux mais dans la pratique ils sont étatistes. Pendant qu'il était aux finances, Giscard a resserré le carcan du contrôle des prix. Cette contradiction ne les gêne pas. Pourtant, du fait de son origine, l'Etablissement est révolutionnaire. Non au plan économique. Il a trop profité du capitalisme financier pour le mettre en question. Du moins à celui des mœurs. Giscard a pris le pouvoir en entonnant « le chant du départ ». Il prétendait changer la vie. Les socialistes aussi, encore que Mitterrand préfère « la marche consulaire ». On y a vu une simple habileté, le désir de flatter le goût du changement des Français. Giscard était sincère, même s'il entrait une part de calcul. L'Etablissement a horreur de l'ancienne France. Il est né de la négation de ses valeurs religieuses et morales. Mammon est son dieu, un dieu jaloux qui ne souffre pas le partage.

    Plus qu'aucun chef d'Etat, Giscard a contribué à détruire la famille : libéralisation de l'avortement, révolution contraceptive, majorité à dix-huit ans, divorce par consentement mutuel, égalité des droits entre les enfants adultérins et les légitimes, fiscalité qui avantage les concubins. Cela servait la consommation de masse. Le sexe fait vendre. Il y avait davantage, l'Etablissement réduit l'homme à sa fonction économique. Il n'est qu'un producteur et qu'un consommateur. Aussi convient-il de dissoudre les solidarités familiales mais aussi le patriotisme local, et l'identité nationale, déraciner l'homme dans un perpétuel brassage des populations et des cultures. Quand le gouvernement attire les familles d'immigrés sous un prétexte humanitaire, il poursuit un objectif économique : mieux vaut que les immigrés consomment leurs revenus sur place plutôt que d'en expédier le principal aux leurs, restés au pays. Cela fera marcher le commerce. Cet objectif prosaïque en dissimule un autre : massifier la culture. Enfants de Français et fils d'immigrés trouvent un langage commun dans une culture cosmopolite, d'origine américaine : le rock, et ses dérivés, la bande dessinée, des séries de télévision comme Dallas. Il est évident que la famille, conservatoire des traditions, devient un obstacle tout comme l'attachement aux solidarités familiales et à la terre natale contrarient la mobilité de l'emploi. Il ne s'agit pas de faire des migrants des Français mais de faire des Français des migrants dans leur propre pays. Cela vient de loin. Barrès déjà dénonçait les déracinés.

    Pendant les 23 ans de gouvernement de la France par l'Etablissement, de façon mitigée sous le règne de Charles de Gaulle et ouverte du temps de Giscard, le processus de massification de la production puis de la consommation ne fut pas compensé comme il aurait dû l'être par une politique de protection de la famille, de décentralisation, de renforcement de l'identité culturelle. Ce fut le contraire. Les forces de résistance, nécessaires, fut-ce pour l'équilibre psychique de l'individu, furent méthodiquement démantelées avec pour conséquences la drogue, l'alcoolisme, la pornographie, la petite délinquance. Les immigrés en souffrirent autant que les Français. Imagine-t-on le chagrin d'un père marocain dont les filles revendiquent une liberté sexuelle qui abolit du jour au lendemain un millénaire de traditions coraniques ?

    Il s'agit d'un plan conduit de façon méthodique. L'on prétend que la loi n'a fait que s'adapter à l'évolution des mœurs. C'est l'inverse que l'on constate quand la libéralisation de l'avortement fut imposée, 70 % des Françaises lui étaient hostiles. L'historien s'aperçoit d'ailleurs que l'Etablissement n'a régné sans partage qu'à trois reprises, sous le Directoire, pendant l'Empire autoritaire, de 1851 à 1860, durant le septennat de Giscard. Ce furent trois périodes de dissolution morale. Est-ce un hasard ? Une couche sociale — il ne s'agit pas d'une classe mais d'une coterie — qui tient sa puissance de la corruption ne peut imaginer qu'une société à son image. Néanmoins, il lui fallait un bras séculier. Le prolétariat intellectuel le lui fournira.    

    A suivre  (A venir : Mai 68 : la révolution du prolétariat intellectuel)

    Illustration ci-dessus : Pierre Debray au rassemblement royaliste des Baux de Provence [1973-2005]

    Lire les articles précédents ...

    Une politique pour l'an 2000 de Pierre Debray     

    I     II     III     IV     V     VI     VII

    http://lafautearousseau.hautetfort.com/

  • Immigration : « La loi Collomb est la plus grande machine à régulariser de l’histoire de France »

    Antonin a tout du personnage de roman noir, de l’anti-héros des chansons de François Hadji-Lazaro pour Pigalle. Grande-gueule, ce travailleur social a le visage buriné par la vie, par les coups durs. Apparemment confiant, il cache une sensibilité à fleur de peau que sa vocation à aider les plus démunis d’entre nous ne démentit pas. C’est parce que le problème des sans domiciles fixes le révolte qu’il a bien voulu répondre à nos questions anonymement. Ses positions surprenantes dérangeront probablement ceux qui ont des idées préconçues sur le sujet. Qu’importe, le mérite principal d’Antonin est bien de ne pas verser dans le misérabilisme compassionnel qui fait le bonheur des fictions télévisuels et des chanteurs engagés. Lui, connaît la réalité de la rue pour l’avoir vécue dans sa chair d’homme et de travailleur.

    (…)  » 95% des migrants arrivant en France sont considérés comme des SDF alors qu’ils ont un logement (souvent une maison) au pays. D’ailleurs, ils y retournent en vacances « au bled », dès que l’Etat les régularise. Imaginez qu’il y a presque 100 millions de touristes qui viennent en France tous les ans. Sont-ils considérés comme des SDF ? »

    (…) « Ces associations d’insertion engagent des salariés via des contrats aidés. Les fameux contrats dont Hollande avait fait une priorité. Emmanuel Macron a, de son côté, décidé de les limiter à ces associations. Les salariés, plus de 90% d’immigrés, ont donc des fiches de paie avec contrat de travail, deux éléments cruciaux pour accéder aux logements sociaux. Ils deviennent prioritaires pour quitter les centres d’hébergement aux yeux de la mairie et de la préfecture (70% du contingent de la préfecture leur est dédié en plus des 1.500 logements de la mairie de Paris via les accords collectifs). »

    (…) « Le projet de loi asile et immigration de Gérard Collomb va-t-il changer les pratiques en matière d’hébergement d’urgence ?
    Ce projet est la plus grande machine à régulariser de toute l’histoire de France. L’Etat sait très bien qui est hébergé dans chaque centre puisqu’il finance 18.000 euros la place à l’année via la DRIHL (service de la préfecture). Les associations mentent donc en refusant de communiquer les noms des personnes s’y trouvant. Cette opération va permettre de faciliter les régularisations grâce à la circulaire Valls. Au surplus, les fonctionnaires devront être bienveillants et moins pointilleux que par le passé. »

    (…) « Il faut savoir qu’il y a 700 demandes par jour pour deux places en centre d’hébergement et de réinsertion sociale. Et là intervient la deuxième étape jouant contre les SDF Français : la loi DALO/Sarkozy impose qu’il n’y ait pas de rupture d’hébergement quand une personne est prise en charge par l’état. Donc tous les demandeurs d’asiles ayant obtenu le statut de réfugié sont prioritaires pour vider les CADA (centres d’accueil pour demandeurs d’asile) puisqu’ils basculent dans le droit commun. »

    (…) « Quand j’entends un certain mouvement politique reprendre le chiffre officiel de 143.000 SDF, je ne peux qu’être dégouté par cette volonté de surfer sur la vague des SDF, comme les associations, pour faire du buzz. Défendre un toit pour les 143.000 « SDF » revient à donner un toit à plus de 140.000 étrangers : même les associations les plus à gauche ne pourraient rêver mieux.  »

    http://www.fdesouche.com/958605-revelations-a-peine-400-sdf-francais-dans-paris-un-travailleur-social-dit-tout

  • MARION EN AMÉRIQUE… LE RETOUR QUI PEUT SEMER LA PANIQUE !

    6426687_marionmarechal_1000x625.jpg

    Marion, le retour. Tous aux abris, sauve qui peut ! Elle n’est pas gaulée comme Schwarzy ou Stallone, mais c’est du pareil au même. Là voilà qui (re)débarque sur la scène politique, poussant brutalement les deux portes du saloon, les poings sur les hanches, alors que toute la gauche était en train de siroter son whisky avachie, peinarde pour une bonne paire de quinquennats (pensait-elle) depuis que la tante avait été mise KO, éjectée, et que la nièce s’était retirée.

    Marion revient donc sur la scène américaine, et pas n’importe laquelle, puisque, selon une information de L’Incorrect, elle interviendra lors du CPAC (Conservative Political Action Conference), grand rendez-vous organisé chaque année à Washington, où se retrouveront Donald Trump, Nigel Farage et Ted Cruz. Elle prendra, quant à elle, la parole juste après le vice-président américain Mike Pence. Excusez du peu.

    À cette annonce, la face du monde politique français a changé : elle n’est plus qu’un vaste smiley Droopy aux yeux tombants… Ouh là là là, le retour de Marion ne dit rien de bon. Marion en Amérique, cela sonne comme un album de Pierre Probst, avec une petite fille blonde qui découvre le monde. Le problème est qu’à la fin de l’histoire, après mille dangers et moult péripéties, elle finit toujours par gagner.

    « L’espoir changea de camp, le combat changea d’âme. » Voilà que tous les orphelins, les déprimés, les éclopés de la Bérézina des élections présidentielles se redressent : c’est le soleil d’Austerlitz qui se lève. Eh, les gars, c’est moi qui ai une hallucination ou je vois, au loin, derrière la fumée, les décombres et les gravats… Marion ?

    Oui, j’entends, ce dernier paragraphe est un peu pompier et grandiloquent… mais c’est pour dire qu’à droite, tout le monde est vachement content. Enfin, tous ceux qui commençaient à se lasser de n’avoir que les enregistrements sauvages de Laurent Wauquiez et les règlements de comptes du FN – tout aussi sauvages – à se mettre sous la dent. Il paraît qu’ils sont nombreux.

    Et si elle devenait LA Trumpette ? Si, à côté d’elle, de sa jeunesse et de sa joliesse, même Macron avait l’air d’un vieux Schtroumpf grognon ?

    Que me dis-tu, lecteur de Boulevard Voltaire ? Que son entourage a bien précisé qu’elle ne revenait pas en politique mais en « métapolitique ». Je suis sûr, pourtant, que comme moi, tu méta… main au feu qu’elle ne s’arrêtera pas là.

    http://www.bvoltaire.fr/marion-en-amerique-le-retour-qui-peut-semer-la-panique/

  • UNEF : de nouveaux témoignages de viols et agressions sexuelles

    unef_1098100--600x388.jpg

    FRANCE (NOVOpress avec le bulletin de réinformation de Radio Courtoisie) : 
    Plusieurs jeunes femmes déclarent avoir subi harcèlement, agressions sexuelles et viols entre 2007 et 2015 à l’UNEF selon de nouveaux témoignages publiés mardi par Libération.

    En novembre, 83 femmes, anciennes syndicalistes de l’Union nationale des étudiants de France (Unef) avaient déjà signé une tribune dans le Monde pour dénoncer les violences sexistes et sexuelles dans cette organisation proche du PS.

    Dans son édition de mardi, Libération indique avoir recueilli le témoignage de 16 autres militantes.

    L’article de Libération décrit une organisation où les jeunes militantes étaient la cible de pressions insistantes, notamment sous la présidence de Jean-Baptiste Prévost de 2007 à 2011, « par, je cite, une multitude de dérives”.

    L’Unef était-il “alors un terrain de chasse sexuelle”, selon Libération ?

    Arrivée à la tête de l’Unef en 2016, Lilâ Le Bas assure avoir mis en place des outils pour enrayer ces violences et libérer la parole : réunions non mixtes, ateliers sur le consentement…

    Dans le sillage de l’affaire Weinstein, de précédentes révélations de la presse ont récemment éclaboussé les mouvements de jeunesse du PS (MJS) et du PCF (Jeunesses communistes), ce qui ne minimise en rien les crimes des jeunes socialistes.

    https://fr.novopress.info/

  • Conférence Dextra du 23/02 : La naissance d'une école de pensée sur la guerre économique

    Chers amis, chers camarades,
     
    Pour cette conférence du vendredi 23 février, au Molière, 12 rue de Buci
     
    Nous avons la joie et l'honneur de recevoir Christian Harbulot, spécialiste reconnu en intelligence économique, et qui viendra aborder le sujet au combien d'actualité et nécessaire :
     
    La naissance d'une école de pensée sur la guerre économique
     
    Nous vous attendons nombreux et ponctuels pour cette nouvelle conférence
     
    A vendredi !

  • Paris vendredi 9 mars, Patrick Buisson au Cercle de Flore ... A ne pas manquer !

    3366760689.png

    Renseignements : cercledeflore@actionfrancaise.net

    Calendrier du Cercle de Florecalendrier.png

    http://lafautearousseau.hautetfort.com/archive/2018/02/19/paris-vendredi-9-mars-patrick-buisson-au-cercle-de-flore-a-n-6027732.html
  • Viktor Orban : « La chrétienté est le dernier espoir de l’Europe »

    orban-hongrie.jpg

    Dimanche, lors de son discours annuel sur l’état de la nation, le Premier ministre hongrois Viktor Orban a lancé la campagne pour les élections législatives du 8 avril. Le message est clair : la Hongrie et les Hongrois d’abord.

    « La situation est que le danger auquel nous devons faire face vient de l’Ouest, des politiques de Bruxelles, Berlin et Paris. Ils veulent que nous adoptions leurs politiques qui ont fait de leurs pays des pays d’immigration, et qui ont amené par là le déclin de la chrétienté et la diffusion de l’islam »

    Et de clamer bien haut :

    « La chrétienté est le dernier espoir de l’Europe. »
    Viktor Orban a souhaité la constitution d’une large alliance entre différents pays contre l’immigration et a critiqué l’Europe occidentale, devenue une « zone immigrée, un monde à la population métissée qui prend une direction différente de la nôtre ».
    Le chef d’Etat hongrois a rappelé le rôle néfaste du milliardaire cosmopolite George Soros qui finance l’immigration. « Bien sûr, nous combattrons et nous utiliserons tous les recours juridiques possibles. Le premier est notre loi anti-Soros ».
    « Partout, (Soros) veut qu’on accepte l’immigration. Ça ne marchera pas. Nous ne sommes pas seuls, nous combattrons ensemble (…) et nous vaincrons. »
  • Est-on sûr que la transition énergétique sera si écologique ?

    Le journaliste Guillaume Pitron vient de publier une enquête sur le marché des métaux rares. Il a été interrogé sur Batiactu. Extraits :

    6a00d83451619c69e201bb09f4ae31970d-250wi.jpg"Que reprochez-vous au modèle de la transition énergétique tel qu'il nous est présenté ?

    Cette transition a été pensée de manière hors-sol. Avant même d'envisager les dimensions politique, économique et technologique de cette transition, il faut penser à ce qu'il y a au départ : de la matière. Où est-ce qu'on va la chercher ? A partir du moment où vous cherchez la réponse à cette question, toutes les constructions intellectuelles de la transition énergétique s'effondrent. Car toute matière procède d'une mine, nous l'avons complètement oublié.Les métaux rares, matière première indispensable à la transition énergétique, viennent de mines dont la grande majorité sont situées en Chine. Or, l'industrie minière est l'un des secteurs les plus polluants au monde, et le coût écologique de l'acheminement de ces métaux est immense. Ainsi, parler de transition énergétique est, au mieux, très naïf. Nous avons perdu la culture de la matière, nous considérons que nous ne dépendons plus d'elle. C'est ce que j'appelle l'effet Monoprix : vous avez l'illusion de croire que vous disposez de tout, à volonté. Nous sommes passés, en deux générations, d'une ère de privation à une ère d'abondance. Ce que je propose de faire, c'est de nous reconnecter aux enjeux bruts, et de retourner les cartes de cette transition écologique.

    Dans votre ouvrage, vous dites : "En nous engageant dans la transition énergétique, nous nous sommes tous jetés dans la gueule du dragon chinois. L'empire du Milieu détient en effet aujourd'hui le monopole d'une kyrielle de métaux rares indispensables aux énergies bas carbone et au numérique." Que voulez-vous dire ?

    L'occident a réalisé le fabuleux potentiel des métaux rares durant les années 80. Mais au même moment, nous avons renforcé nos réglementations environnementales et nos standards sociaux. Nous voulions des métaux, mais nous ne voulions plus les extraire chez nous. Nous ne voulions plus de mines. La Chine, elle, était prête à récupérer ces activités, même au prix d'un désastre environnemental et humain. Les Chinois nous ont donc inondés de métaux rares à prix cassés, et nous en avons profité pour fabriquer des technologies en-dessous de leur prix de revient réel. C'est ce que je qualifie de plus fantastique opération de greenwashing de l'histoire. Aujourd'hui, la Chine a la maîtrise sur une majorité de ces métaux rares ! Et elle ne nous fournit plus ces matières à satiété, comme elle le faisait. Elle dit à ses clients : "J'ai besoin de ces métaux pour mon propre développement. Je ne vous en fournirais donc qu'une petite part. Donc soit vous tournez au ralenti, soit vous venez vous installer en Chine, avec vos ingénieurs et vos laboratoires de recherche." [...]

    Un récent rapport de la Banque mondiale a pointé cette problématique [lire notre article ici]. Cela tend-il à prouver qu'une prise de conscience a lieu ?

    Ce rapport est une véritable bombe, et devrait être sur la table de chevet de tous les chefs d'État, ce qui est loin d'être le cas. Je cite également un rapport d'Olivier Vidal, chercheur au CNRS, qui dit qu'à capacité de production électrique équivalente, "les infrastructures éoliennes nécessitent jusqu'à quinze fois davantage de béton, quatre-vingt dix fois plus d'aluminium et cinquante fois plus de fer, de cuivre et de verre" que les installations utilisant des combustibles traditionnels. A-t-on vraiment établi l'analyse du cycle de vie de ces nouvelles solutions technologiques ? Est-on sûr que la transition énergétique sera si écologique ? Pour vous en faire une idée, je vous rappelle par exemple que la purification de chaque tonne de terres rares [un groupe de métaux rares parmi les plus convoités, NDLR] requiert l'utilisation d'au moins 200 mètres cube d'une eau qui, au passage, va se charger d'acides et de métaux lourds. Que faire de tous les déchets suscités par l'excavation de ces matières premières ? Il faut imaginer que pour chaque écoquartier qui est ouvert, vous avez l'équivalent d'une petite montagne de déchets pollués à gérer. [...]

    Dans le secteur du bâtiment, en France, des réflexions sont menées par rapport à l'analyse du cycle de vie des bâtiments. Vont-elles assez loin ?

    Je me demande si elles prennent vraiment en compte l'extraction et les transports des matières premières. Vous vous dites qu'un écoquartier est propre parce qu'au moment où vous l'utilisez, vous consommez moins. Mais avez-vous pensé aux milliers de kilomètres parcourus par les métaux rares pour finir dans la technologie embarquée de votre quartier connecté ou de votre voiture électrique ? Les réseaux intelligents, les maisons connectées, les compteurs de type Gazpar ou Linky, cela veut aller dans le sens d'une plus grande sobriété énergétique. Mais le bilan global écologique n'est pas forcément positif. Les objets connectés génèrent de la donnée, et cette donnée doit être traitée informatiquement. Tout cela a aussi un coût écologique. Pour rappel, l'Ademe a chiffré que les dix milliards d'e-mails envoyés chaque heure à travers le monde représentaient l'équivalent de la production électrique de quinze centrales nucléaires sur la même durée. [...]"

    Michel Janva

    http://lesalonbeige.blogs.com/my_weblog/web.html

  • Éric Zemmour : “Wauquiez reste plus proche de l’escrimeur que du gladiateur”

    wauquiez_XVM1fe6d15c-13f6-11e8-9898-ffd1d10f0b1e-600x338.jpg

    Les propos brutaux de Laurent Wauquiez devant des étudiants d’une école de commerce, et diffusés dans l’émission “Quotidien”, font scandale. Mais pour Éric Zemmour, le leader de LR est encore un “petit joueur” en comparaison avec Donald Trump.

    Wauquiez peut être fier de lui. Il est vraiment devenu la bête noire du système médiatico-politique. Wauquiez est comparé à Trump, ce qui est désormais le sommet de la diabolisation.

    Mais Wauquiez est encore un petit joueur, un débutant. Trump ne s’excusait jamais, même lorsque ses propos étaient également volés à une conversation privée. Il n’aurait pas dû s’excuser auprès de Sarkozy.

    Jusqu’à présent, en France, on n’a eu que des Trump de cour d’école. Ils se regardent et s’admirent transgresser. Ils prennent la transgression intellectuelle, idéologique et politique pour un duel à fleurets mouchetés, alors que cela doit être une arène où le gladiateur joue sa peau. Laurent Wauquiez est pour l’instant plus proche de l’escrimeur que du gladiateur.

  • Goldnadel : « J'en veux moins à Mennel qu'aux beaux esprits qui l'instrumentalisent »

    Par  

    737519692.jpgCHRONIQUE - Gilles-William Goldnadel revient cette semaine sur le départ de Mennel Ibtissem de l'émission «The Voice». Selon lui, le vrai problème se situe au-delà de l'éviction ou non d'une jeune chanteuse : c'est la propagation d'un discours radical au sein de l'islam qu'il faut empêcher à tout prix. Cette chronique [Figarovox, 12.02] dit avec force et un courage certain un grand nombre de simples vérités !  LFAR 

    Le médiocre scandale médiatique autour de Mennel Ibtissem aura au moins le mérite de faire le point sur cette radicalité d'une partie de la jeunesse islamique dont personne ne veut parler. 

    Un mot d'abord sur ce qui paraît me séparer d'une partie de mes amis, qui luttent dans la même tranchée contre cette radicale particularité.

    Personnellement, il ne me dérange pas qu'une jeune femme vienne chanter les cheveux dissimulés sous un turban, a fortiori sur une chaîne privée. Je ne sache pas qu'une telle coiffe soit contraire à la légalité. Ceci posé, si le but est d'éviter de susciter le mâle désir, m'est avis que c'est assez raté.

    Ensuite, concernant ses vilaines idées cachées, aucune non plus ne me paraît avoir enfreint la loi, raison pourquoi je préfère que la demoiselle ait décidé de se retirer sur la pointe des pieds, quelle que soit la spontanéité de sa démission, plutôt que d'avoir vu la première chaîne de télévision lui donner brutalement son congé.

    Ceci fermement posé, je ne saurais partager le discours victimaire des amis de la jeune chanteuse qui objectent que ses messages radicaux sont remontés à la surface en raison de la coiffe islamique qui lui était reprochée.

    C'est qu'ils ne veulent pas voir la réalité de la virtualité. Je gage sans grand risque, que si un joli chanteur de la France des profondeurs, aux cheveux couleur d'or, avait lui aussi électrisé le plateau et les animateurs de «The Voice», tout un public curieux se serait rué sur ses adresses électroniques.

    Et si, par malheur pour lui, certains messages peu amènes pour les congénères de Mademoiselle Ibtissem ou de l'auteur de cet article avaient été découverts, je ne doute pas un seul instant que pour lui aussi sa carrière eut été contrariée, peut-être plus brutalement.

    Reste que dans un récent passé des discours bien plus brutaux que ceux de Mennel ont été mis à jour qui nous montrent dans toute leur crudité la réalité roublarde du mariage entre modernité et radicalité au sein d'une bonne partie de la jeunesse islamique.

    Ils montrent également que la classe médiatique, ordinairement vétilleuse en matière de racisme, a fait montre d'une bienveillante compréhension qui ne pouvait être prise que comme un encouragement.

    Mehdi Meklat d'abord. Jeune protégé de Pascale Clark du temps où elle sévissait sur France Inter. Membre éminent du Bondy blog qui avait ses colonnes ouvertes à Libération comme aux Inrocks. Petite particularité, manière de coquetterie qui ne semblait pas troubler les âmes antiracistes : le jeune homme aimait davantage Adolf Hitler que les israélites. Il avait également la parole sexiste, ce qui ne gênait pas nos nouvelles féministes.

    Les héroïnes de « Divines » ensuite. Excellent film justement primé au César de 2017. Petit détail, un rien, une paille qui n'a pas non plus grandement gêné le parterre progressiste de la place cinématographique de Paris : Houda Benyamina, la réalisatrice couronnée, par ailleurs admiratrice de Malcom X et de Ramadan T avait eu le bon goût de poster peu avant sur Facebook une caricature qu'un esprit vétilleux pourrait considérer comme un chouïa antisémite ou conspirasioniste: on y voit la marionnette d'un terroriste de Daech, la lame du couteau encore sanguinolente, dont les ficelles sont tirées par un américain et un juif cachés derrière un mur…

    Quant à son amie et actrice dans le même film, Oulaya Amamra, celle-ci crut bien venu de poster une petite quenelle sauce Dieudonné ou encore de gazouiller sur Twitter « C'est bien du rap de sale naigre (sic) » sans que ni SOS-Racisme ni le Cran ne fassent la grimace. Tout au plus, sur le service public, Laurent Delahousse, tout en délicatesse subliminale, lui reprocha gentiment des bêtises, comme à un enfant surpris le doigt dans un pot de confiture.

    Retour à Mennel. Nul ne saurait être la dupe de sa duplicité. Une voix mélodieuse. Un regard d'ange. Une chanson de Léonard Cohen. Alléluia ! Mais un double langage chanté. Les paroles anglaises du juif canadien et, en parallèle, les paroles en arabe, non en traduction de celle de Cohen, mais à titre connivent de prière islamique.

    Sur son site, une magnifique mélopée, magnifiquement interprétée: Palestine ! Palestine ! Palestine ! Après tout pourquoi pas. Mais, vantée par un Comité de Bienfaisance proche des Frères Musulmans…

    Et enfin et surtout, ces messages complotistes qui se refusent à croire qu'un musulman qui se réclame de l'islam puisse avoir réellement commis l'attentat de Nice, mais qui se plaisent à penser que le vrai responsable, c'est le gouvernement de la France.

    Certains beaux esprits ont cru devoir plaider, à décharge, que de tels messages, beaucoup de jeunes écervelés les ont écrits à cette époque sur la Toile.

    C'est tristement un fait, raison pourquoi j'en veux infiniment moins aux Mennel, Houda et caetera qu'à ces tenants de l'idéologie qui les aura décérébrés moins par amour de ce qu'ils sont que par détestation de ce que nous sommes.  

    Gilles-William Goldnadel est avocat et écrivain.  

  • Reprise de la natalité en Europe de l’Est

    Un vieux dicton dit que lorsqu’on touche le fond, on ne peut que remonter (sauf quand on est le FC Tours). Longtemps à l’agonie, les taux de natalité des pays d’Europe de l’Est connaissent une remontée parfois importante, notamment en Russie. Sur la période 2006-2016, quelle fut la tendance des diverses nations européennes quant à la natalité.

    Plus de 30 % d’augmentation : Russie (34.3 %, taux passé de 1.31 à 1.76) et Belarus (30 %, taux passé de 1.33 à 1.73).

    Plus de 20 % d’augmentation : Lituanie (27 %, taux passé de 1.33 à 1.69), Géorgie (23,9 %, taux passé de 1.42 à 1.76), Tchéquie (22,5 %, taux passé de 1.33 à 1.63), Slovénie (20,6 %, taux passé de 1.31 à 1.58) et Lettonie (20 %, taux passé de 1.45 à 1,74).

    Plus de 10 % d’augmentation : Allemagne (19,5 %, taux passé de 1.33 à 1.59), Slovaquie (19,3 %, taux passé de 1.24 à 1.48), Monaco (19 %, taux passé de 2.1 à 2.5), Ukraine (12,2 %, taux passé de 1.31 à 1.47), Liechtenstein (11,9 %, taux passé de 1.51 à 1.69), San Marin (11,9 %, taux passé de 1.34 à 1.5), Bulgarie (11,5 %, taux passé de 1.38 à 1.54) et Hongrie (10,3 % taux passé de 1.35 à 1.49).

    Plus de 5 % d’augmentation : Macédoine (5,4 %, taux passé de 1.46 à 1.54), Andorre (6,9 %, taux passé de 1.30 à 1.39), Pologne (7 %, taux passé de 1.27 à 1.36), Estonie (1,2 %, taux passé de 1.31 à 1.76), Suisse (7,6 %, taux passé de 1.58 à 1.60), Bosnie-Herzégovine (8,4 % ; taux passé de 1.18 à 1.28), Autriche (8,5 %, taux passé de 1.41 à 1.53) et Monténégro (9,7 %, taux passé de 1.64 à 1.80).

    Moins de 5 % d’augmentation : Moldavie (4,91 %, taux passé de 1.22 à 1.28), Malte (3,3 %, taux passé de 1.50 à 1.55), Serbie (2 %, taux passé de 1.43 à 1.46), Grèce (1,4 %, taux passé de 1.40 à 1.42) et Croatie (0,7 %, taux passé de 1.38 à 1.39).

    Pas d’augmentation : Portugal (1.36), Suède (1.85).

    Moins de 5 % de diminution : Royaume-Uni (-0,5 %, taux passé de 1.82 à 1.81), Belgique (-0,5 %, taux passé de 1.79 à 1.78), Turquie (-0,9 %, taux passé de 1.31 à 1.76), Espagne (-1,4 %, taux passé de 2.12 à 2.10), Irlande (-1,5 %, taux passé de 1.93 à 1.90), Italie (-2,1 %, taux passé de 1.37 à 1.34), Danemark (-3,7 %, taux passé de 1.85 à 1.78), Pays-Bas (-4 %, taux passé de 1.72 à 1.65), Albanie (-4,1 %, taux passé de 1.67 à 1.60) et France (-4,5 %, taux passé de 1.98 à 1.89).

    Plus de 5 % de diminution : Roumanie -5,6 %, taux passé de 1.31 à 1.34), Chypre (-9,8%, taux passé de 1.52 à 1.37) et Norvège (-9,9 %, taux passé de 1.52 à 1.71).

    Plus de 10 % de diminution : Finlande (-14,6 %, taux passé de 1.80 à 1.57)

    Plus de 15 % de diminution : Luxembourg (-15,1 %, taux passé de 1.65 à 1.40), Kosovo (-15,2 %, taux passé de 2.43 à 2.06) et Islande (-15,9 %, taux passé de 2.07 à 1.74).

    Plus aucun pays d’Europe, mis à part la ville-état de Monaco, n’est au-dessus de l’indice de renouvellement des générations.

    Hristo XIEP

    http://www.medias-presse.info/reprise-de-la-natalite-en-europe-de-lest/87699/

  • Ce que l'Histoire fait, l'Histoire peut le défaire...

    Unknown.jpg

    Un communiqué du MNR :
    Le territoire des Bermudes, dans les Caraïbes, a adopté en décembre 2017 une loi rétablissant l’interdiction du mariage homosexuel quelques mois seulement après son autorisation par la Cour suprême. La nouvelle loi ne s’applique pas aux couples qui se sont déjà mariés et elle laisse place pour les couples homosexuels souhaitant s'unir à la possibilité d'un concubinage, Cette loi, signée par le gouverneur du territoire le 7 février 2018, fait des Bermudes le premier pays du monde à revenir sur le mariage homosexuel.
    On ne peut qu'admirer cet exemple de courage face à la vague homosexuelle militante qui déferle sur le monde depuis des années.
    Que nos hommes politiques (notamment de « droite ») méditent l'exemple des Bermudes, quand ils disent ne pas vouloir, ni pouvoir revenir sur la loi Taubira de 2013 dite du « mariage pour tous »...
     
  • Comment Jean-Marie Le Pen a rompu avec l'Eglise catholique

    6a00d83451619c69e201b7c9518d1d970b-250wi.jpgIl le raconte dans ses mémoires, à paraître le 1er mars, et à commander ici en ligne (frais de port offerts jusqu'au 15 mars) :

    « Nous avons rompu l’Eglise et moi quand j’avais 16 ans (...) C’était après l’été 44 (...) les prêtres du collège peinaient à me tenir, je ne supportais plus la discipline bras croisés. Bref, ils ont décidé de me virer et, comme j’étais à la fois costaud et rebelle, ils ont trouvé un stratagème ignoble. J’étais alors, rappelons-le, déjà orphelin de père. Ils me convoquent : « Mon enfant, une terrible nouvelle, votre maman est morte. Rentrez chez vous ». Je prends mon vélo et je pédale aussi vite que je peux, à travers mes larmes dont je n’imaginais pas qu’elles pouvaient couler autant. Maman. Morte. J’arrive à la maison, et je la vois qui bine son potager. »

    Michel Janva

    http://lesalonbeige.blogs.com/my_weblog/web.html

  • 33 000 nuitées d'hôtel pour les clandestins en IDF informe le ministre Mezard

  • 10 ans d’« indépendance » du Kosovo : bienvenue dans le pandémonium de l’Europe – par Nikola Mirkovic

    800px_flag_of_kosovo-600x400.png

    Le Kosovo demeure une zone très instable qui peut de nouveau embraser la région.

    Avant toute chose, il faut clarifier la situation du Kosovo, qui n’est pas « indépendant », comme certains veulent nous le faire croire. Des Albanais du Kosovo ont déclaré leur indépendance le 17 février 2008, mais cela n’en fait pas un pays indépendant pour autant. La résolution 1244 de l’ONU souligne que le Kosovo fait partie de la Serbie et l’ONU elle-même ne reconnaît pas le Kosovo indépendant. C’est, d’ailleurs, la position officielle du Vatican, de la Russie, de l’Espagne, de l’Inde… et de nombreux pays qui refusent de reconnaître l’indépendance de cet « État » artificiel, haut lieu du crime organisé et calvaire des orthodoxes serbes.

    La situation du Kosovo, aujourd’hui, est catastrophique. Plus de 1.000 Serbes ont été assassinés et 250.000 Serbes chrétiens ont dû fuir la région depuis l’arrivée de l’OTAN. 150 églises chrétiennes ont été détruites pendant qu’en même temps, 800 mosquées se sont construites et que le Kosovo devenait le premier fournisseur, par tête d’habitant, de djihadistes en Europe. Les Serbes, devenus minoritaires sur leur propre terre, continuent de subir une purification ethnique qui n’émeut guère les grandes consciences européennes.

    Le Kosovo est une des régions les plus jeunes et également les plus pauvres d’Europe, avec 60 % des jeunes au chômage, 30 % de la population vivant sous le seuil de pauvreté et 10 % de la population survivant en extrême pauvreté avec moins d’un euro par jour. C’est un paradoxe incroyable pour une région qui a reçu plus d’argent, par tête d’habitant, que l’Europe avec le plan Marshall. La situation est tellement catastrophique que des milliers d’Albanais eux-mêmes fuient maintenant la région par dizaines de milliers.

    Et c’est normal que le Kosovo ne s’en sorte pas. Les pays de l’OTAN, qui ont fomenté la guerre en ex-Yougoslavie en formant et en finançant l’armée terroriste de l’UÇK, ont choisi ces mêmes terroristes, majoritairement issus du crime organisé, pour diriger le « pays » une fois la guerre terminée. À quoi fallait-il s’attendre d’autre ? Pensait-on, sérieusement, que Hashim Thaçi, l’actuel « président » du Kosovo, chouchou des chancelleries occidentales et ex-chef de l’UÇK, dont un rapport du Conseil de l’Europe dit qu’il est « le plus dangereux parrain de la pègre de l’UÇK », devienne du jour au lendemain un philanthrope humaniste doté d’un sens aigu de l’économie et de la gestion d’un pays ? Évidemment que non. Thaçi a été mis en place parce qu’il ferme les yeux sur les prédateurs économiques, issus des pays de l’OTAN, qui rachètent la région pour une bouchée de pain, abusant de la main-d’œuvre à bas prix et rapatriant les dividendes dans leurs pays d’origine.

    Le Kosovo demeure une zone très instable qui peut de nouveau embraser la région. Maintenant, plus que jamais, il faut mettre fin à cette ingérence funeste de l’Union européenne et des États-Unis en Serbie et laisser l’État de droit serbe régler lui-même ses problèmes internes.

    Nikola Mirkovic

    Texte repris du site Boulevard Voltaire

    https://fr.novopress.info/

  • Moscou appelle les Etats-Unis à ne pas jouer avec le feu en Syrie

    De plus en plus de preuves obtenues par la Russie confirme que les États-Unis hésitent à combattre al-Nosra

    Le haut diplomate russe a noté que les États-Unis ont pris des mesures provocatrices en Syrie

    MOSCOU, le 19 février. /TASS/. La Russie appelle les Etats-Unis à ne pas jouer avec le feu en Syrie et à mesurer ses pas en fonction des intérêts du peuple syrien et de la région dans son ensemble, a déclaré lundi à l’ouverture de la conférence du Club de discussion de Valdai, le ministre russe des Affaires étrangères Sergey Lavrov, surnommé « La Russie au Moyen-Orient: *Playing on All Fields ».

    Lorsque la question concerne la nécessité de préserver la souveraineté et l’intégrité territoriale de la Syrie, »nous ne pouvons qu’observer avec inquiétude les tentatives de désintégration de la Syrie », a-t-il dit. « De telles préoccupations surgissent après l’étude des plans que les Etats-Unis commencent à mettre en œuvre au sol, principalement à l’est de l’Euphrate, sur les vastes territoires situés entre ce fleuve et les frontières syriennes avec l’Irak et la Turquie. Il semble que les promesses de nos homologues américains selon lesquelles leur seul but en Syrie est la guerre contre Deach (un ancien nom de l’État islamique, une organisation terroriste interdite en Russie – TASS) et la préservation de l’intégrité territoriale doivent être confirmées par des actions spécifiques. J’appelle une fois de plus nos collègues américains à ne pas jouer avec le feu et à mesurer leurs pas en partant non pas des besoins immédiats de l’environnement politique actuel, mais plutôt des intérêts à long terme du peuple syrien et de tous les peuples de cette région, y compris les Kurdes, bien sûr, que ce soit la Syrie, l’Irak ou d’autres pays de la région « , a déclaré le diplomate.

    Il a noté que les États-Unis ont pris des mesures de provocation en Syrie. « Cela dit, ils ont impliqué les unités du parti de l’Union démocratique kurde dans leur position de porter atteinte à l’intégrité territoriale de la Syrie, en fait, ce qui a conduit à une escalade des tensions avec la Turquie, et vous savez ce qui se passe actuellement à Afrin (la Turquie mène l’opération Olive Branch dans la région contre les troupes kurdes – TASS), » a déclaré Lavrov.

    Les États-Unis hésitent à combattre Jabhat al-Nosra

    De plus en plus de preuves obtenues par la Russie confirme que les États-Unis ne veut pas lutter contre le groupe terroriste Jabhat al-Nosra (interdit en Russie), a déclaré Lavrov.

    « Nous avons de plus en plus d’éléments de preuve, ce qui permet de douter que nos homologues occidentaux de la coalition dirigée par les États-Unis soient prêts à combattre Jabhat al-Nosra sérieusement, malgré le fait qu’elle ait été ajoutée à toutes les résolutions et qu’elle ait été désignée comme organisation terroriste par le Conseil de sécurité de l’ONU », a déclaré le ministre.

    Selon M. Lavrov, le succès du règlement syrien dépend de la rapidité avec laquelle les États-Unis renoncent à tenter de diviser la Syrie. « Je crois que le succès du règlement syrien ne dépend pas de ce que la Russie peut faire d’autre, mais plutôt de ce que les États-Unis ne feront pas. Il vaudrait mieux qu’ils cessent de jouer à ces jeux très dangereux, qui conduisent à la désintégration de l’État syrien », a déclaré le haut diplomate russe.

    « Dans les régions contrôlées par les Etats-Unis – à l’est de l’Euphrate et jusqu’aux frontières de l’Etat syrien – ils créent des autorités de telle sorte qu’ils n’ont aucun lien avec Damas pour leur apporter une assistance sous différentes formes. Tout cela peut être un problème très grave du point de vue du respect des exigences du Conseil de sécurité de l’ONU en ce qui concerne la souveraineté et l’intégrité territoriale de la Syrie. »

    Les Etats-Unis laissent les terroristes reprendre des forces dans la zone d’influence américaine

    Le haut diplomate russe a attiré l’attention sur la zone d’influence d’al-Tanf, créée par les mesures unilatérales et destructrices prises par les États-Unis. « Les mesures unilatérales prises par les États-Unis, qui ont déclaré la zone de 55 kilomètres près d’al-Tanf sa zone d’influence, sont une chose sur laquelle nous ne sommes pas d’accord », a déclaré M. Lavrov.

    Il a ajouté que le camp de réfugiés de Rukban est situé à proximité. « Les visites des djihadistes qui recouvrent leurs forces morales et physiques sont régulièrement observées à l’intérieur de la zone al-Tanf et dans le camp de Rukban. Des attaques sur le reste du territoire syrien ont été perpétrées à partir de là plus d’une fois. Cette zone doit être fermée immédiatement, et l’accès à ce camp de réfugiés doit être assuré pour l’aide humanitaire. »

    M. Lavrov a également souligné que, tout en attirant l’attention sur la situation à Idlib et dans l’est de Ghouta, la mission humanitaire de l’ONU se tait sur le fait que les États-Unis ne peuvent pas garantir la sécurité des convois de l’ONU dans le camp de réfugiés de Rukban. « Nos homologues de l’ONU ont, pour une raison ou une autre, honte de dire que les convois humanitaires ne peuvent se rendre dans cette zone contrôlée par les États-Unis en raison de l’absence de garanties de la part des États-Unis. « Au lieu de cela, l’attention est concentrée sur la situation humanitaire à Idlib, dans l’est de Ghouta, alors que le fait que les actions de l’armée syrienne dans ces zones sont dirigées contre Jabhat al-Nosra est caché. »

    « Les milices de Jabhat al-Nosra n’arrêtent pas les provocations. En particulier, les zones résidentielles de Damas, y compris l’ambassade russe et la mission russe de réconciliation, ont été pilonnées depuis Ghouta-Est. Pour une raison ou une autre, nos partenaires occidentaux préfèrent s’agiter autour de ces deux zones – Idlib et Ghouta Est – sans citer les raisons de ce qui s’ y passe. Et la raison en est les provocations armées de Jabhat al-Nosra », a ajouté M. Lavrov.

    Les États-Unis tentent de diviser la Syrie

    Moscou observe les tentatives de Washington de mettre en œuvre ses plans pour diviser la Syrie avec inquiétude, selon Lavrov.

    « Nous ne pouvons pas manquer de regarder avec inquiétude les tentatives visant à diviser la Syrie », a déclaré le ministre. « De telles craintes surgissent lorsque nous prenons connaissance des plans que les États-Unis commencent à mettre en œuvre sur le terrain, principalement à l’est de l’Euphrate, dans de vastes zones situées entre ce fleuve et les frontières extérieures de la Syrie avec l’Irak et la Turquie.

    Selon Lavrov, l’assurance des Américains que le seul objectif de Washington en Syrie est la guerre contre le terrorisme va à l’encontre des véritables actions américaines en Syrie. « Je crois que les déclarations de nos homologues américains selon lesquelles leur seul objectif en Syrie est de lutter contre l’État islamique (Deach, groupe terroriste, proscrit en Russie – TASS) et de préserver l’intégrité territoriale de la Syrie doivent être confirmées par des actes concrets », a déclaré le ministre.

    tass.com

    Adaptation Yandex

    https://infosdanyfr.wordpress.com/2018/02/21/moscou-appelle-les-etats-unis-a-ne-pas-jouer-avec-le-feu-en-syrie/

  • Proche-Orient : La persécution des chrétiens ne date pas de l'Etat islamique mais de 1400 ans

    6a00d83451619c69e201bb09f4cd2f970d-800wi.jpgSi les chrétiens du Moyen-Orient veulent un dialogue « honnête » avec leurs partenaires musulmans, les musulmans devront reconnaître que la persécution des chrétiens dans la région n’a pas commencé avec l’arrivée de l’État Islamique, a déclaré, à Washington, Mgr Bashar Warda, archevêque d’Erbil en Irak. Christianophobie Hebdo a retranscrit son discours :

    "Nous avons fait l’ex­périence [de cette persécution], pas seulement au cours des quatre der­nières années, mais depuis 1400 ans », a déclaré l’archevêque War­da lors d’un discours prononcé le 15 février à la Georgetown University de Washington [D.C.], et parrainé par le Religious Freedom Research Project du Center for Religion, Peace & World Affairs de l’Université de Berkeley.

    Les chrétiens sont aussi en partie à blâmer dans ce dialogue, selon l’archevêque Warda. « Nous n’avons pas lutté contre ces périodes récurrentes de ter­rorisme qui ont infligé une cruel­le souffrance à nos ancêtres », a­-t-dit. [...]

    Il a déclaré que la réponse typique musulmane aux atrocités de l’État Islamique – consi­dérées comme un génocide par le département d’État [des États­ Unis] – s’en tient à la ligne que « l’EIIL [État Islamique en Irak et au Levant] ne représente pas l’islam », et elle ne va que rare­ment plus loin, sans admettre en aucune manière les mauvais traitements du passé ni exprimer le moindre remords sur eux.

    « Dans l’après EIIL, et bien que l’EIIL ait bouleversé les con­ sciences dans le monde et boule­versé la conscience de la ma­jorité des musulmans dans le monde », pour l’essentiel, l’islam « vous qualifiee d’infidèles », a dé­claré l’archevêque Warda.

    « Au Moyen­-Orient, nous som­ mes passé de la peur à la terreur, puis de la terreur à l’horreur. Et puis quoi après? Des centaines de milliers de personnes inno­centes sont mortes » a-­t-­il dit. [...]"

    Michel Janva

    http://lesalonbeige.blogs.com/my_weblog/web.html

  • RETRAITÉS ET CSG : À VOS CONTRIBUTIONS ET…SILENCE DANS LES RANGS !

    cover-r4x3w1000-5797f526988ab-csg.jpg

    La CSG, ah, la CSG !

    Vous aurez remarqué que ce n’est pas un impôt : un impôt, c’est une ponction sur votre compte en banque sans affectation précise ; pas très populaire, sauf pour les 57 % de contribuables exonérés. Ce n’est pas, non plus, une taxe ; une taxe, on la verse pour un service rendu (sauf la TVA !).

    Alors, c’est peut-être une redevance, payée seulement par ceux qui utilisent le service à financer. Eh bien, non !

    Il ne reste plus que la cotisation. Raté, encore, car là, on est dans le domaine de la Sécu. Alors, « ils » ont inventé la « contribution ». C’est gai et primesautier, la contribution ! On contribue en sifflotant, d’un cœur léger, un peu comme on fait sa B.A. Vous, moi, mon voisin de palier, tout le monde est d’accord pour contribuer. Mot magnifique, mot magique, contre lequel seuls les esprits grincheux pourraient s’élever.

    Né du cerveau fertile de Michel Rocard en 1991, la contribution sociale généralisée avait pour objectif de financer la protection sociale, à un moment où le déficit de la Sécu atteignait 24 milliards d’euros. Son taux feutré se montait alors à 1,1 % de tous les revenus. 27 ans plus tard, son poids flirte avec les 10 %. Certes, le déficit, ramené à 4,5 milliards d’euros, a été divisé par 5. Mais, dans le même temps, le taux de la CSG a été multiplié par 8. À ce compte, ce n’est plus un effet de ciseau, mais un effet de hachoir ! Notamment pour les retraités qui sont, désormais, priés de contribuer, sourire aux lèvres, à hauteur de 9,1 % sur leur pension de base, et 10,1 % sur leur retraite complémentaire.

    Résumons: revalorisation des retraites, 0,8 %, augmentation de la CSG, 1,7 %… le compte est bon, mais pas pour tout le monde !

    En 2018, toute la France est ponctionnée par le fisc. Toute ? Non ! Un village peuplé d’irréductibles réfractaires résiste encore et toujours aux « ponctionnaires ». Ce village, c’est « Palaisbourbum ». En plein mois d’août 2017, les députés ont aboli l’IRFM, l’indemnité représentative de frais de mandat, montant fixe (5.840 € bruts par mois) assujetti à la CSG, pour la remplacer par le remboursement sur justificatif, exempté, lui, de la CSG, et dont on ignore si le montant est limité. On peut trouver bien des explications juridiques à une telle exemption mais, au moment où l’on tabasse les retraités et les autres – voir, par exemple, la hausse de la taxe sur le diesel : +10 % en 2018 –, cette mesure amoche la plus élémentaire équité et colle mal avec la moralisation de la vie publique.

    Le « gouvernement pinochioïde » martèle qu’il n’y aura pas d’augmentation d’impôts en 2018. Oui ! Mais quid des autres formes de prélèvements aux noms plus ou moins fleuris ? En ce domaine, l’imagination est sans limite. Puis-je proposer modestement de faire entrer dans le lexique fiscal un nouveau mot : « obole », que le Larousse qualifie de « petite offrande, contribution de peu de valeur monétaire ». On pourrait alors, sans craindre grognes ou manifs, créer l’« OPA », obole de participation amicale. Succès garanti !

    http://www.bvoltaire.fr/retraites-csg-a-vos-contributions-silence-rangs/