Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

22/02/2018

La débilité morale

Unknown.jpg

Bernard Plouvier

Tout le monde raisonnable en est d’accord : la situation en France (et aux ex-colonies devenues Dom-Tom) est explosive. L’existence de zones de non-droit, l’explosion des actes de violence physique sont infiniment plus graves que les « incivilités » et les cambriolages que les journalistes ont l’ordre de mettre en avant, de façon à ce que l’arbuste cache la forêt des véritables menaces.

Et l’on a l’impression qu’il en va de même partout en Europe occidentale et scandinave. On parle des vols à la tire et du racket, pour camoufler les viols et les assassinats ; on évoque les « incivilités » pour masquer le racisme effarant des extra-Européens envahissant notre continent.

Tout d’un coup, Gérard Collomb, notre chenu ministre de l’Intérieur, chaudement applaudi par ses confrères ministres et notre sémillant Président, se lance dans un effet d’annonce. Il va réduire « l’insécurité » par son remède miracle : la police de proximité.

Nous prendrait-il pour des amnésiques ? Car, du temps du grandiose Mitterrand, le Président de l’entrée dans l’économie globale et le brassage des races, et du non moins grandiose Chirac, le Président Black-Beur, on nous a promis que tout irait mieux grâce aux « ilotiers »... et l’on parlait déjà de « police de proximité ».

De nos jours et pour faire plus sérieux, on use non seulement du comique de répétition mais aussi du pléonasme et on lance le slogan de « police de proximité au quotidien » !

En réalité, si l’on prenait l’avis des Français de souche européenne, on obtiendrait des avis qui ne pourraient que terroriser nos vrais maîtres : rétablissement de la peine de mort pour les assassins, castration des violeurs, tir à balles réelles en cas d’émeute ou d’agression des forces de l’ordre, refus d’accueillir le moindre « réfugié-immigré » d’origine extra-européenne et retour massif au continent d’origine des sans-travail, délinquants, mahométans faisant dans l’import-export du Djihâd. Enfin, il paraîtrait logique de se séparer de tous les territoires exotiques, à l’exception de ceux peuplés d’Européens qui peuvent difficilement se plaindre de notre prétendu « racisme colonialiste ».

Certes, la situation est explosive, mais vouloir faire semblant de les résoudre avec des petits moyens déjà essayés sans le moindre succès – ce qui est logique : on n’éteint pas un incendie avec une cuiller à café d’eau, fût-elle sucrée -, c’est à la fois se moquer du bon peuple, celui des contribuables, et faire preuve d’absence de sens moral.

Lorsqu’on est à la tête d’un État, le premier devoir est d’y assurer l’Ordre, ce qui commence par la sécurité des personnes et ensuite celle des biens.    

http://synthesenationale.hautetfort.com/

La France n’a aucune stratégie géopolitique

Le monde change et Macron le regarde tourner par Henri Temple

La situation internationale connaît, depuis une trentaine d’années, des bouleversements considérables, faits pour durer : effondrement de l’URSS, émergence de la Chine, éruption islamique… Malheureusement, il n’est, dans ce contexte nouveau, que trois sortes de commentaires sur la politique étrangère française dans ce contexte.

Les journalistes regardent ailleurs

– Les futilités qui se bornent à décrire le nombre de pays visités par Emmanuel Macron, les distances parcourues. Tant il est vrai qu’Emmanuel Macron semble se distraire à l’excès de ces déplacements, ou de ces signes extérieurs de diplomatie que sont les rencontres à l’Élysée ou à Versailles. On observe aussi avec curiosité des fautes de goût effarantes en particulier en Afrique : au Burkina Faso et, récemment, au Sénégal où il a posé avec Rihanna, une chanteuse de variété. On recourt alors à des locutions toutes prêtes, substituts à la réflexion : ce « très jeune » président « casse les codes ». Il « renouvelle le style ».

Lire la suite sur Causeur

Les nantis de la République - Journal du Jeudi 22 Février 2018

Marion Maréchal Le Pen : «La droite a besoin d'union et de bienveillance»

6a00d83451619c69e201bb09f547ef970d-800wi.jpgInterrogée dans Valeurs Actuelles, Marion Maréchal Le Pen évoque son projet métapolitique et réfute toute ambition électorale. Partant du constat que «la droite enracinée et entrepreneuriale a encore du chemin à faire pour peser concrètement» elle affiche son objectif de renverser la «domination culturelle quasi hégémonique» de la gauche.

"J'ai décidé de m'associer à la création d'une académie de sciences politiques, à côté d'autres activités professionnelles. L’école que j’accompagne est libre et indépendante. Il ne s’agit pas d’un projet partisan "

"Nous donnerons des armes intellectuelles, culturelles, juridiques, techniques et médiatiques à nos jeunes afin qu'ils soient les plus performants possible dans l'entreprise comme dans l'arène politique"

Le projet de l'établissement sera bel et bien politique. Il s'agit d'organiser un «terreau dans lequel tous les courants de la droite pourront se retrouver et s'épanouir»en formant «les dirigeants de demain».

«La droite a besoin d'union et de bienveillance». 

"Il est temps de s’atteler à des œuvres moins visibles peut-être, plus humbles à certains égards, mais non pas moins efficaces et concrètes".

"La bataille des idées est gagnée à bien des égards, mais elle ne parvient pas à se transformer en victoire électorale. À chaque élection, les financements se font rares, les soutiens limités, les relais compliqués. C’est précisément sur ce rôle que la jeunesse conservatrice de France a une mission d’ampleur à mener. Je suis convaincue que notre famille de pensée doit investir davantage le champ de la métapolitique". 

Michel Janva

http://lesalonbeige.blogs.com/my_weblog/web.html

Danger sur l’économie !

danger-eco-macron-588x330.jpg

Par Olivier Pichon, journaliste, homme politique  

Trop d’incertitudes pèsent sur les conditions d’un retour réel à la prospérité. L’économie réelle est malmenée par l’économie virtuelle. Des fusions-acquisition retentissantes ne sauraient dissimuler les zones d’ombre et les énormes risques qui affectent les économies nationales. La finance peut ruiner la croissance.

Une reprise économique conjoncturelle est annoncée, en France, à grand renfort de tambours médiatiques. Mais cette euphorie qui ne touche que certains milieux, permet de masquer de graves dangers structurels. Il est vrai que la France renoue avec un peu de croissance, que les chefs d’entreprise voient leurs carnets de commandes s’étoffer et que l’investissement reprend. Cependant, le marché du travail ne repart pas de façon significative. Le commerce extérieur reste très fortement déficitaire (63 milliards d’euros), le déficit public ne baisse pas et, donc, la dette publique non plus. Enfin, le contexte de cette reprise, pour la France comme pour le monde, ne laisse pas d’inquiéter, tant les conditions qui provoquèrent la crise des subprimes en 2008 sont reconduites et aujourd’hui, dans l’économie mondialisée, à la puissance 10.

La reprise française : incertaine

La croissance moyenne retrouvée de 3,6 % dans les pays de l’OCDE n’est pas celle de la France qui se trouve bien en dessous, à 1,7%. La dette privée des entreprises et des ménages s’ajoute au risque annoncé des dettes publiques : notamment, celles de la France et des États-Unis, soit 100 % du PIB, sans compter les dettes cachées : en France, toutes celles qui sont non incluses dans le montant officiel de la dette française de plus de 2 200 milliards d’euros. La principale raison de ces accumulations de dettes est due aux taux d’intérêt ridiculement bas, et donc la responsabilité essentielle en incombe aux banques centrales ; nos gouvernements ont profité avec une délectation irresponsable de cette manne de « la planche à billets ».

En France, la dette des entreprises représente 168,3 % du PIB, la dette des ménages, 109 %. L’endettement moyen des pays de l’OCDE a bondi : de 80 % du revenu disponible en 1995 à 140 % en 2015. D’aucuns veulent se rassurer, en arguant de la croissance du marché immobilier et de la bourse. C’est une grave erreur d’optique ; les cours sont dopés par les taux bas, et c’est aussi un genre de bulle qui précède généralement le retournement du marché, annonciateur d’une crise possible : en 1929, l’immobilier était au plus haut aux USA, la bourse aussi ! Quant aux entreprises, les mêmes taux bas leur permettent de racheter leurs propres actions pour faire monter les cours. Ainsi la politique dite de quantitative easing, facilités monétaires des banques centrales, a pour effet de gonfler ces mêmes bulles sans véritablement créer des actifs réels. C’est par là que l’économie virtuelle pénètre l’économie réelle et la tue aussi sûrement que le gui sur un pommier.

Macron comme les autres : une forte addiction à la dépense publique

Les déficits publics continuent de friser les 3 %. L’administration centrale, qui vivait 55 jours à crédit l’an passé, devrait être encore plus déficitaire l’an prochain. Si l’on s’en tient à la loi de Finances, la situation empirera : l’État financerait l’an prochain 1/5e de ses dépenses en émettant de la dette ; la France sera donc avant-dernière de l’UE en termes d’équilibre budgétaire. Or, la persistance des déficits ne s’explique pas par la faiblesse des recettes publiques. L’administration française, malgré le discours sur la fraude et l’optimisation fiscale, est réputée pour sa capacité à « chaluter » les fonds et figure parmi les champions de la collecte, en ramassant plus que la plupart des nos voisins européens qui, eux, au moins, équilibrent leurs comptes ! C’est chez nous autour de 57% – moyenne OCDE 46% – de la richesse nationale qui passe par les mains de l’État, et l’on nous parle d’ultra-libéralisme ! Pire encore : si au moins, cette dépense publique pouvait profiter à la croissance ; mais non, la dépense collective se perd dans l’inefficacité d’une administration pléthorique et nonchalante, sauf celle des impôts !

La France infirme doublement la thèse de Keynes : le multiplicateur budgétaire keynésien aurait dû provoquer une croissance plus forte du PIB ; or, il n’en est rien. Quant à la monnaie bon marché, cheap money, censée favoriser l’investissement et soutenir l’activité, là aussi, c’est l’inverse qui s’observe : la France achète cher et à crédit (déficit 3%) une croissance faible (1,7%). Il nous avait semblé que Macron avait compris qu’il fallait faire subir à la France une cure de désintoxication à la dépense publique ; il apparaît qu’il n’en aura pas les moyens, sinon le courage ; le problème étant, dans ces conditions, que la France ne dispose pas de filet de sécurité pour faire face aux chocs que l’avenir réserve.

Des taux d’intérêt en voie de retour à la normale

Les investisseurs devraient se préparer à la normalisation prochaine des taux d’intérêt commencée aux USA. Ces dernières années, l’assouplissement quantitatif, quantitative easing, a favorisé le crédit à bon marché. Dès lors que la demande mondiale repart et que les taux d’intérêt vont augmenter, les entreprises vont payer au prix fort leurs investissements réellement productifs, ce qui ne manquera pas de les freiner. Les taux d’intérêt plus élevés risquent de compromettre gravement les budgets publics et de conduire les États à la faillite. Songeons seulement qu’avec des taux proches de zéro, le budget de la France est déjà grevé de 45 milliards au titre du service de la dette ; imaginons maintenant une hausse de quelques points de ces taux et c’est 50, 60, 70 milliards d’euros à prendre sur la richesse nationale ! De plus, la dette française n’est plus nationale : elle est majoritairement détenue par l’étranger, 65% selon l’Agence France Trésor. En 2018, les dépenses totales de l’État atteindront 424,7 milliards d’euros. Quant au déficit de l’État, il atteindra les 82,9 milliards d’euros à la fin de l’année prochaine, contre 76,5 milliards d’euros en 2017. Ce qui représente une hausse de 6,4 milliards d’euros. Avec un ratio dette/PIB aux environ de 100% et un déficit de 3% du PIB, il faudrait une croissance de 3% pour stabiliser la dette. Dès lors il n’est pas besoin d’être grand clerc pour imaginer les conséquences budgétaires d’un tel choc : le service annuel de la dette représenterait par exemple le total du budget de l’Éducation, voire le total du déficit !

On pressent déjà l’inévitable recours à une politique fiscale répressive qui s’en suivra. Cette dette a doublé en l’espace de 12 ans et, depuis 1978… elle a été multipliée par 27 ! En 1980, il fallait à peine un tiers des impôts sur le revenu pour s’acquitter des intérêts. Aujourd’hui, c’est plus de la moitié de nos impôts qui passe dans le simple remboursement des intérêts, sans compter le capital.

Un système financier mondial menacé et menaçant

Hubert Rodarie a justement dénoncé selon le titre de son livre (Ed. Salvator) La pente despotique de l’économie mondiale. Bientôt 10 ans après la crise des « subprimes », que constate le professionnel ? Le système ne s’est pas remis en cause. Les acteurs financiers sont désormais réduits à de pures machines dont chaque rouage est inspecté en permanence par la police du marché. « L’Occident est en train de devenir soviétique. Mais une machine qui croule sous les contraintes s’use et se dérègle au risque de devenir inefficace. Le système consiste en effet à maintenir des déséquilibres, voire à les créer. » Comment ? Par le maintien de taux de change officiellement libres, mais en réalité quasi fixes. De là, l’auteur détaille ce que les politiques cachent : le coût véritable du système, c’est-à-dire la désindustrialisation générale et le chômage des pays développés et, dans les pays émergents, le sacrifice de plusieurs générations qui auront sué sang et eau pour nourrir l’insatiable consommation de l’Occident sans jamais bénéficier elles-mêmes du fruit légitime de leur travail. Résultat : les classes moyennes disparaissent en Occident quand elles naissent à peine dans les pays émergents.

La fuite en avant des politiques

Bien évidemment, ces constats ne dissuaderont pas l’État d’augmenter sa pression… bien au contraire. La France s’est même dotée depuis quelques années d’une « exit tax » qui tient presque du racket : si vous voulez partir, il faut payer ! À dire vrai il en va de la survie de l’État et des hommes de l’État. Nos dirigeants doivent à tout prix éviter le basculement… et, pour cela, ils sont prêts à tout.

Les responsables politiques vont continuer à demander encore et toujours plus aux banques centrales. Pour une raison simple : les banques centrales n’ont pas à rembourser la dette qu’elles émettent ! En créant de la monnaie, la banque centrale émet une dette sur elle-même non exigible tant que la monnaie émise est acceptée comme moyen d’échange, de paiement, de transaction et de réserve. C’est le pharmacos des anciens Grecs, remède et poison à la fois : on reprend du remède à court terme pour mieux s’intoxiquer à long terme. Du côté américain des signes inquiétants se manifestent : avec la réforme fiscale de Trump qui veut diminuer les impôts, le déficit public des États-Unis pourrait bien exploser. Alors que le déficit annuel du budget américain est déjà de 1 000 milliards de dollars par an, soit la moitié du PIB français, le coût supplémentaire de la réforme fiscale en cours serait de 1 500 milliards de dollars. La dette publique américaine s’élève aujourd’hui à plus de 20 000 milliards de dollars et ne cesse d’augmenter.

En Europe, c’est l’Italie qui donne le plus de signes de faiblesse avec une dette à 132% du PIB ! Là, les plus vieilles banques du pays sont, en fait, en faillite dont la Monte dei Paschi di Sienna. Or, le système financier et la zone euro sont interconnectés. En 1929, la faillite du Kreditanstalt à Vienne donna le signal d’un écroulement bancaire en chaîne dans le monde ; la Danat Bank et la Dresdner Bank suivirent en Allemagne et l’on sait combien, aujourd’hui, la Deutsche Bank est en difficulté.

En 2018, après les dernières décisions de la BCE de cette fin 2017, les premiers effets du ralentissement de la fabrication de « fausse monnaie » – 30 milliards d’euros au lieu de 60 –, et la hausse des taux pourraient déclencher un krach bancaire et financier mondial, venant de la péninsule qui inventa… la banque, l’Italie. Sans être prophète de malheur, tout peut être et très vite fragilisé. La France alors serait largement exposée au défaut de la sorella latina et pourrait connaître à son tour le sort de la Grèce, un français étant plus endetté qu’un grec. Et alors…

Le pire n’est jamais sûr, mais il est permis de douter des marges de manœuvre du pouvoir. L’État pense de plus en plus à prendre l’argent directement et à la source. Il en est même qui réfléchissent à une solution radicale au problème du surendettement public : elle consisterait à « transférer » la dette publique d’État vers les particuliers par un emprunt forcé qui répartirait les 2 200 milliards d’euros de la dette collective sur l’ensemble des Français. Le coût de la première dépend de la solvabilité de l’État tandis que la seconde est garantie par le patrimoine et le revenu individuel des Français. Il y a eu déjà des tentatives, à petite échelle, par exemple de faire payer aux propriétaires un loyer, de réduire l’usage du liquide, de se servir éventuellement sur les comptes des clients en cas de défaut, méthode expérimentée à Chypre…

Oswald Spengler, philosophe du pessimisme allemand d’avant-guerre, signalait fort justement qu’après le règne de la planche à billets surgissait le règne des césars ; et il pensait déjà que l’histoire était faite pour se répéter.

Olivier Pichon 15/02/2018

Source : Politique magazine

https://www.polemia.com/danger-economie/

Zoom - Marine Le Pen sur TVLibertés : « Le FN est extrêmement stable ! »

Jawad relaxé, Pierre Cassen condamné à 3 mois de prison... soutenez Pierre Cassen

3872059093.jpgPierre Cassen

Riposte laïque

cliquez ici

Comment mieux résumer la France de Macron ? Dans notre pays, un djihadiste dealer qui héberge des terroristes se retrouve en liberté, mais…

On me condamne, dans les circonstances ahurissantes que je décris dans cette vidéo, que j’ai réalisée rapidement chez des amis, à cause de problèmes techniques, à 3 mois de prison avec sursis.

- Dans ce pays, on condamne 5 jeunes Identitaires à 1 an de prison avec sursis, et à des amendes exorbitantes.

- Dans ce pays, on harcèle judiciairement Christine Tasin.

- Dans ce pays, on multiplie les plaintes contre Robert Ménard.- Dans ce pays, on oblige Mohamed Louizi à faire une grève de la faim, après six plaintes déposées contre lui par des islamistes, quand celles qu’il dépose ne sont pas instruites.

- Dans ce pays, on condamne l’apostat Pascal Hilout, né Mohamed, mais on fout une paix royale au CCIF ou aux Indigènes de la République, qui ne cachent pas leur volonté d’islamiser notre pays, ni leur haine des Français blancs.

- Dans ce pays, on condamne une oeuvre du cinéaste Gérard Boyadjian, coupable de délit d’audace.

- Dans ce pays, on condamne le blogueur Boris Le Lay à des peines de prison supérieures à celles d’islamistes qui ne cachent pas leur inféodation à Daesch.

- Dans ce pays, on traîne le talentueux Eric Zemmour devant les tribunaux.

- Dans ce pays, enfin, nombre de Français, coupables de trop aimer leur pays, sont harcelés par une véritable police politique, au service du régime, et par trop de magistrats, qui ne rendent plus la justice au nom du peuple français, mais au nom de leur idéologie mondialiste et multiculturelle.

Je m’adresserai, suite à cette condamnation inique, que je vais essayer de contester, aux lecteurs de Riposte Laïque ce jeudi, à 13 heures, pour expliquer quelques dessous croustillants de cette condamnation, et mettre en place la meilleure riposte possible.

 

http://synthesenationale.hautetfort.com/

Une politique pour l'an 2000 de Pierre Debray [IX]

Au contre Daniel Cohn-Bendit

Nous poursuivons la publication d'une série qui devrait faire date ; qui forme un ensemble à lire en entier : une étude de Pierre Debray parue en novembre 1985 dans le mensuel Je Suis Français, sous le titre Une politique pour l'an 2000. La lecture de ces textes expliquera aux lecteurs qui ne l'ont pas connu le rôle intellectuel important de Pierre Debray à l'Action Française dans les années 1950-2000.  Cette analyse politique, économique, sociologique et historique, menée méthodiquement, à la maurrassienne, comporte de multiples enseignements, utiles aujourd'hui à notre école de pensée. Comme un stimulant de notre réflexion sur la situation présente de la France et sur l'action que nous avons à y mener. Même si le lecteur devra tenir compte des événements et des faits intervenus au cours des trois dernières décennies.  LFAR

1ère partie : l’Homme Masse 

Mai 68 : la révolution du prolétariat intellectuel

Une révolution s'est produite, en mai 68 dont les acteurs eux-mêmes n'ont pas mesuré la portée. Elle a discrédité le travail, en même temps que la famille et la patrie, transmutation de toutes les valeurs dont les conséquences ne pouvaient apparaître que progressivement. Les barricades qui ont tant effrayé le peuple travailleur ne relevaient que du théâtre. Sociodrame, a-t-on dit. Sans doute mais surtout entrée bruyante sur la scène de l'histoire du prolétariat intellectuel, nouvelle classe révolutionnaire qui se substituait au vieux prolétariat ouvrier, en voie de désagrégation. Renault refusa d'ailleurs la main tendue par la Sorbonne, profitant de l'occasion pour obtenir les augmentations de salaire, qui lui permettaient de jouir des délices de cette société de consommation, contestée par les émeutiers.

Le prolétariat intellectuel avait d'ailleurs les meilleures raisons de s'en prendre à un type de société dont il tenait son existence, une existence malheureuse qu'il reprochait à son géniteur. La révolution de 1968 n'est pas partie par hasard de la faculté des lettres de Nanterre, qui en restera, jusqu'au bout le fer de lance. Alors que les effectifs s'étaient démesurément gonflés, les facultés des lettres n'offraient que peu de débouchés, en dehors de l'enseignement. Elles formaient des Masses de psychologues et de sociologues, qui n'avaient aucun espoir de trouver un emploi. Ce prolétariat intellectuel végétait dans les universités avec pour unique ambition de profiter le plus longtemps possible des avantages matériels de la condition étudiante. Comme dans tout rassemblement d'oisifs, une intense fermentation idéologique agitait les campus, analogue à celui qui se manifestait dans les jardins du Palais Royal, à la veille de la Révolution de 1789. Elle s'alimentait de vagues notions, de mots-fétiches tels qu'aliénation ou impérialisme, résidus d'un enseignement mal digéré. Pendant quelques années la guerre d'Algérie devait fournir un exutoire à la turbulence du prolétariat intellectuel. Défilés, réunions, confection de tracts servaient d'alibis à la paresse. Une fois la guerre d'Algérie terminée, la guerre du Viêt-Nam la remplaça. Quand elle s'acheva à son tour, ce fut le vide, comment le remplir ?

Faute de cause à défendre, le prolétariat intellectuel entreprit de s'occuper de ses propres intérêts de classe, réclamant la suppression des diplômes, l'abandon des cours magistraux, l'autogestion, toutes revendications destinées à le libérer de la corvée des examens. Plus de sélection. Chaque étudiant devait pouvoir développer librement sa créativité. En 1848 le prolétariat ouvrier avait fait la révolution au nom du droit au travail. En 1968, le prolétariat intellectuel la faisait au nom du droit à la paresse. Il le justifiait en critiquant les besoins artificiels développés par la société de consommation, qui aliénaient le peuple, obligé de s'épuiser, afin de les satisfaire. Les plus naïfs ou les plus sérieux partirent dans les Cévennes, élever des chèvres. L'expérience se révéla décevante. Ils découvrirent que promener un troupeau, cela fatiguait. Les plus nombreux préférèrent passer, un compromis avec le pouvoir politique. Celui-ci, désireux de payer le prix de la paix civile, décida d'abandonner au prolétariat intellectuel deux secteurs, le culturel et le social, où la fainéantise et l'incompétence lui paraissaient peu dommageables.

Les soixante-huitards colonisèrent les maisons de la culture, les centres dramatiques, le cinéma, la télévision. Sous prétexte d'apporter la culture au peuple, ils lui infligèrent des spectacles prétentieux et bavards. D'autres devinrent animateurs de ceci, éducateurs de cela, conseillers d'on ne sait quoi. Les plus doués s'infiltrèrent dans la magistrature, les moins chanceux se résignèrent à devenir instituteurs. Certes l'idéologie gauchiste est bien oubliée mais la révolution de 1968 finalement s'est révélée plus durable que celle de 1848, même si elle risque de tenir moins de place dans les manuels scolaires. Pour la première fois une révolution visait à changer non les structures mais les mentalités. La plupart des objectifs qu'elle s'était fixés furent atteints : libéralisation de l'avortement, divorce par consentement mutuel, reconnaissance du concubinat, aménagement du système fiscal afin de pénaliser les gens mariés. Les Français renoncèrent à épouser et à faire des enfants. La vente libre du ciné-cochon, l'ouverture des sexshops attesta qu'il était désormais interdit d'interdire. Mais surtout la liquidation de l'enseignement fut menée à bien, par une série de ministres, réputés de droite. Il fallut M. Haby pour réaliser le projet du socialiste Langevin et du communiste Wallon, d'école unique, tous les enfants coulés dans le même moule afin que l'idéologie égalitaire puisse triompher.

La réforme Haby acheva de désarticuler notre système éducatif. Certes, la dérive avait commencé bien avant, lorsque la poussée démographique de l'après-guerre gonfla les effectifs, dans le primaire. Des gouvernements imprévoyants furent contraints d'improviser. Il fallut construire à la hâte des locaux, aux moindres frais. D'où des catastrophes, comme l'incendie du « C.E.G. Pailleron ». Et surtout, le ministère de l'éducation nationale embaucha, comme instituteurs, des bacheliers, sans vocation ni formation, qui choisissaient l'enseignement comme pis-aller, parce qu'il n'exigeait pas de capacités et qu'il procurait de longues vacances. Mal payés, peu considérés, ces instituteurs d'occasion grossirent les rangs du prolétariat intellectuel. Le primaire fut donc rapidement gangréné par l'idéologie soixante-huitarde. Des pédagogies aberrantes permirent la fabrication à la chaîne d'illettrés. Les enfants, versés automatiquement dans le secondaire sous prétexte de démocratiser l'enseignement arrivèrent en sixième sans une suffisante maîtrise de la langue.

La mise en place du « tronc commun » aggrava le désastre. Les instituteurs, rebaptisés « professeurs d'enseignement général », (P.E.G.) investirent le premier cycle du secondaire. D'où une baisse du niveau des études, des élèves qui, faute d'une formation de base, s'ennuient, des enseignants menacés de dépression nerveuse. L'enseignement technique, qui aurait dû être privilégié, fut le plus sévèrement atteint : locaux délabrés, outillage vétuste, spécialités obsolètes, corps professoral médiocre et, en tous cas, découragé. Chaque année cent mille jeunes sortent de l'école sans la moindre compétence professionnelle, incapables de trouver un emploi. On multiplie, à grands frais, les stages de formation. Les résultats se révélèrent le plus souvent décevants. Des garçons et des filles qui ont, jusqu'à seize et même jusqu'à dix-huit ans, perdu leur temps dans un système scolaire inadapté, ont pris des habitudes de paresse... Mal alphabétisés, comment pourraient-ils devenir électroniciens ? Ils le savent et perdent pied.

Ceux mêmes qui ont eu la chance d'obtenir un diplôme sont mal préparés à la compétition impitoyable qui, peu à peu, sous l'empire de la nécessité, se rétablit dans les universités. Une sélection sournoise s'introduit. Dans la période de prospérité, ceux qui ne pouvaient faire des études supérieures ou sortaient de l'université sans diplôme sérieux, trouvaient assez facilement un emploi dans le secteur « tertiaire », l'enseignement, la fonction publique, les banques, les assurances. L'Etat, afin d'utiliser cette masse de diplômés sans véritables compétences poussait d'ailleurs le secteur nationalisé à embaucher des « manœuvres aux écritures ». Tout le monde ne pouvait pas devenir animateur culturel, inspecteur du travail ou travailleur social. Le secteur tertiaire semblait destiné à absorber ce surplus. Ainsi se constitua une plèbe moderne d'employés de bureaux, revendicative et aigrie, accomplissant des tâches ennuyeuses et souvent inutiles, d'autant que les sureffectifs favorisaient l'absentéisme et les faibles rendements.

Encadrée par le prolétariat intellectuel, la plèbe moderne des manœuvres aux écritures a fourni ses troupes au parti socialiste. Elle jalouse le peuple travailleur, le méprise, vit à ses dépens et quand elle se trouve en situation d'entraver la production elle n'en manque pas l'occasion. Deux ou trois millions de français sont ainsi employés à empêcher les autres de travailler. Parfois, elle le fait avec hargne, le plus souvent pour s'occuper et en tous cas justifier ses émoluments. Cette plèbe effraie les gouvernements de droite et de gauche. Elle est nombreuse ; elle a le temps de s'occuper de politique, peut trouver parmi les lycéens désœuvrés et les loubards des troupes de choc. Aussi s'efforcent-ils de la divertir. Les rares constructions de la Ve République, le centre Pompidou, le parc omnisports de Paris-Bercy, le Zénith, demain l'opéra de la Bastille ou l'immense foire culturelle que risque de devenir « le grand Louvre », sont les équivalents des cirques et des amphithéâtres de l'Empire romain, des lieux gigantesques où la plèbe se rassemble afin de se distraire. Il s'agit d'une sage précaution. Outre que cela fournit de nouveaux débouchés au prolétariat intellectuel, la plèbe trouve dans ses manifestations de masse un exutoire à sa turbulence et un remède à son angoisse.   

A suivre  (A venir : Demos désintégré)

Lire les articles précédents ...

Une politique pour l'an 2000 de Pierre Debray     

I     II     III     IV     V     VI     VII     VIII

http://lafautearousseau.hautetfort.com/

40 Days for Life : 57 bébés sauvés

6a00d83451619c69e201b8d2dc7c4c970c-250wi.jpgLa coordination internationale des 40 Days for Life annonce que 57 bébés à naître ont été sauvés de l’avortement au 6ème jour de la campagne de Carême.

Nous vous invitons donc à rejoindre cette chaîne de prière “de l’arrière” : signalez que vous voulez y participer en confirmant votre adhésion à daniel.hamiche@gmail.com qui coordonne depuis des années cette chaîne de prière.

Michel Janva

http://lesalonbeige.blogs.com/my_weblog/web.html

[VIDEO] Les mémoires de Jean-Marie Le Pen décryptées

jean-marie-le-pen-les-extraits-croustillants-bff38702c94e5631a3d1a57fb1d4459c-600x276.jpg

Cette vidéo très intérssante s’intéresse aux mémoires de Jean-Marie Le Pen décryptées par le journaliste du Parisien Olivier Beaumont.

A 90 ans, l’homme politique publie le premier tome de ses mémoires, “Fils de la nation”(Ed. Muller), à paraître le 1er mars prochain.

Jean-Marie Le Pen revient notamment sur ses souvenirs d’enfance jusqu’au lancement du FN en 1972.

PERSONNE NE S’EST INTERROGÉ SUR L’ESSENTIEL : LES RÉVÉLATIONS DE LAURENT WAUQUIEZ SONT-ELLES EXACTES ?

6a00d8341c86dd53ef01bb09f4b70c970d-800wi.jpg

J’ai toujours détesté les boucs émissaires.

Laurent Wauquiez en est devenu un, idéal, et il convient d’admettre qu’il y a mis du sien.

La semaine dernière, il a donné une conférence d’absolue liberté devant les étudiants de l’EM Lyon Business School. Elle n’était, évidemment, possible que si la confidentialité était respectée. Au demeurant, Laurent Wauquiez devait s’abstenir de tout sujet politique (Le Point).

Durant son propos, qui a été qualifié par les étudiants et la direction de spontané et de passionnant, il a dérivé sur trois minuscules extraits polémiques sortis de leur contexte et, en effet, peu gratifiants pour Nicolas Sarkozy, Gérald Darmanin et Emmanuel Macron au sujet de la chute de François Fillon.

Leur diffusion sur TMC a créé le scandale.

Qui peut jeter la pierre à Laurent Wauquiez ?

En tout cas pas l’étudiant gougnafier qui, violant la morale et le règlement intérieur de son école, a enregistré les échanges et les a livrés, sans doute contre paiement, au média concerné.

Pas davantage ce dernier qui, en toute conscience de l’indécence de la manœuvre, a fait son beurre avec ces révélations résultant d’un montage vicié. Et qui continue, à compte-gouttes sadique, à jouir de sa transgression en rapportant que, selon Laurent Wauquiez, on serait en « dictature totale en France », ainsi que des critiques sur Juppé et Valérie Pécresse.

Le feuilleton médiatique va durer longtemps ainsi. On veut faire boire le Wauquiez jusqu’à la lie, jusqu’à l’hallali !

Celui-ci, auquel on reproche d’être cynique, était pourtant bien naïf. Il a encore des illusions, apparemment, sur la nature humaine et sur la rectitude médiatique.

Ce qui a permis de le tourner en dérision a été son affirmation que, pour une fois, il allait parler « vrai » alors que, dans son rôle officiel, il ne proférait délibérément que « des merdes ».

Je considère en effet, comme l’ont souligné Alexis Corbière et François de Rugy, que sa lourde faute est l’affichage ostensible d’un double discours. L’idée qu’il y aurait une parole « politicienne » et une autre authentique réservée à des initiés. Alors que, pour ma part, je suis persuadé que cette approche est catastrophique qui fait du politique un domaine à part qui n’aurait pas à cultiver les belles vertus ordinaires.

Qui peut jeter la pierre à Laurent Wauquiez ?

En tout cas pas l’immensité des mondes politique et médiatique, toutes tendances confondues, qui, certes sur un mode moins abrupt que le sien, fonctionnent en général exactement comme lui-même en a donné l’exemple. Même avec mon expérience modeste où j’ai toujours proféré ce que je pensais – à mon détriment, parfois, je peux garantir que la norme était d’user un double langage, les essayistes, les politiques et les journalistes se lâchant seulement quand l’émission était terminée.

Je ne suis pas davantage rassuré par l’émotion répandue et les serments les yeux dans les yeux. Le mensonge, en général, s’accommode assez bien de ces artifices.

Je n’irai pas féliciter Laurent Wauquiez pour avoir si cyniquement révélé qu’il y avait les coulisses d’un côté et la scène de l’autre. Il a absurdement permis à ceux qui pratiquaient comme lui mais sans le dire de se pousser du col. L’opprobre sur lui laisse croire que les autres seraient purs.

Qui peut jeter la pierre à Laurent Wauquiez ?

Il ne reste plus grand monde.

J’écarte l’hypothèse, qui me semble farfelue, d’un « dérapage » organisé par Laurent Wauquiez lui-même.

Je suis étonné par le fait suivant. Laurent Wauquiez s’est, certes, excusé auprès de Nicolas Sarkozy – sans que nous connaissions le détail de sa contrition -, mais je relève cependant que personne ne s’est interrogé sur ce qui aurait dû être l’essentiel avant le lynchage : ses révélations, supputations et dénonciations sont-elles exactes ou non ? Plausibles ou non ? 

Extrait de : Justice au Singulier

http://www.bvoltaire.fr/personne-ne-sest-interroge-lessen...

Zoom - Iurie Rosca : Chisinau, capitale des anti-système

16:20 Écrit par pat dans divers, entretiens | Lien permanent | Commentaires (0) |  Imprimer |  Facebook | | | | |

Le projet de loi sur l'immigration élargit le regroupement familial

Les associations immigrationnistes sont vent debout contre ce texte, mais c'est visiblement pour établir un écran de fumée sur des mesures qui vont agrandir les vannes de l'immigration :

DWlgMcnXcAEsyAl

Le sénateur FN Stéphane Ravier dénonce cet enfumage :

 

@Stephane_Ravier : "Derrière cette loi il y a de l'enfumage, la réalité est qu'il y a toujours plus d'immigration."

De même, Ivan Rioufol dénonce la fausse fermeté d'Emmanuel Macron :

"L’Etat macronien, le cul entre deux chaises, s’apprête à ne rien régler du défi posé par l’immigration de peuplement. Le "En même temps" présidentiel, qui permet le double discours, rend illisible le projet de loi "Asile, immigration et intégration", présenté ce mercredi en Conseil des ministres. Certes, l’Etat entend théoriquement faire la distinction entre le réfugié politique et l’exilé économique, afin de n’accorder l’asile qu’au premier.Mais ce principe est déjà ébranlé. En effet, le premier ministre, Edouard Philippe, a fait savoir qu’il allait reprendre également les grandes lignes du rapport remis lundi par le député En Marche, Aurélien Taché, ex-militant socialiste. Or ce dernier contredit la politique d’apparente fermeté voulue par Emmanuel Macron.Taché propose de maintenir l’indifférenciation entre les demandeurs d’asile si, six mois après l'enregistrement de leur dossier, ils n’ont pas reçu de réponse. Dans cette hypothèse, non seulement le persécuté politique et le chercheur de meilleure fortune conserveraient leur égalité de statut, mais rien ne les distinguerait des Français eux-mêmes ! Taché : "Les immigrés ont une formidable envie de s’en sortir. Il faut donc leur donner les moyens d’être autonomes en rétablissant l’égalité entre Français et eux dans l’accès à l’emploi et au logement". Alors que la France souffre d’un chômage endémique, d’une pénurie de logements et d’une intégration en faillite, voilà un député qui reprend les discours angéliques qui étaient ceux de la gauche des années 80. Accorder les mêmes droits au demandeur d’asile et au citoyen revient à vider de sa substance ce qui constitue une nation.

Ceux qui croyaient impensable qu’un homme politique censé puisse encore répéter : "L’immigration est une chance pour la France", au vu des désastres produits par le choc des cultures, n’avaient pas encore entendu le chef du gouvernement. La version de Philippe ne diffère guère du vieux couplet, quand il déclare, mardi : "La diversité est une chance dans notre République une et indivisible". En ajoutant : "La France a une longue et belle tradition d’accueil. Mais notre pays n’est pas toujours à la hauteur de cette tradition". En fait, l’apparente conversion de Macron au réalisme, qui effraie les "humanistes", semble n’être qu’un leurre. Celui qui avait soutenu la politique d’Angela Merkel dans son accueil de plus d’un million de réfugiés en 2015 est resté peu ou prou le même homme. Macron, imprégné du conformisme immigrationniste, ne sera jamais celui qui fera obstacle aux pressions culpabilisantes, d’ailleurs reprises par son premier ministre. Dans la vision macronienne du tout économique, l’insertion par l’emploi est jugée suffisante pour parler d’intégration. C’est cet a priori que reprend Taché, qui va jusqu’à proposer de développer un "hébergement citoyen" afin que des familles puissent accueillir des réfugiés, quitte à ce qu’elles bénéficient d’un crédit d’impôt pouvant aller jusqu’à 1800 euros par an. Cependant, cette vision productiviste pêche par son aveuglement volontaire : ce n’est pas le chômage qui fracture la France, mais le rejet de ce qu’elle représente aux yeux d’immigrés légitiment attachés à leur propre culture, à leur propre civilisation."

Michel Janva

http://lesalonbeige.blogs.com/my_weblog/web.html

Samedi 24 mars : Dans la journée : la Fête de Civitas et Dans la soirée : le Banquet de Synthèse nationale

Pays-Reel-2018-affiche-definitive.png

La Fête du Pays Réel sera un grand rendez-vous de l’année 2018, avec comme intervenants : l’abbé Xavier Beauvais, Pierre Hillard, Marion Sigaut, Valérie Bugault, Virginie Vota, Johan Livernette, Olivier Wyssa, Carl Lang et Alain Escada.

Parmi les nombreux exposants déjà inscrits : ACIM (Association catholiques des Infirmières et Médecins) – ACOM (chocolats) – Action Familiale et Scolaire - ADMP – Artisanat Saint Louis – Association Missions - Atelier des dix doigts (sculptures religieuses) – Vanessa Batlle (artiste peintre) - La Boîte à Bons Points (jeux et jouets en bois) - Boutique de la Trinité (objets de décoration en bois) - Cadets de France – Capucins de Morgon – Centre Grégorien Saint Pie X - Cercle National des Combattants (CNC) – Laurence de Chabot (artiste peintre) - Chœur Montjoie Saint-Denis – Civitas – Compagnie de la Sainte-Croix - Comptoir d’Ecosse - Cours privé CEFOP – Raphael Delpard (cinéaste, film “La Persécution des Chrétiens aujourd’hui dans le monde”) - Domaine Le Maine Castay (Cognac, Pineau des Charentes et Vins de France) - Dominicains d’Avrillé – Echoppe Fron (porcelaines et friandises) - Editions Charlemagne - Editions Francephi – Editions Kontre Kulture – Editions Librim Concept - Editions Retour aux Sources-  Editions Hervé Ryssen – Editions Saint Agobard - Editions Saint Remi – Editions Saint Maximilien Kolbe - Editions Reynald Secher - Editions Sel de la Terre  - Editions Sigest – Galerie JPM (livres et enluminures) - Fédérations Civitas de l’Aude et de Savoie – Film “La Rébellion cachée” (génocide vendéen) - Formes et Ombres (objets médiévaux) – Guillaume Le Baube (artiste peintre) – Thierry Gillaizeau (sculpteur sur bois) - Ignace (dessins) - Librairie Damase - Livres d’occasion Grimaux – Clémence Meynet (illustratrice) - Médias Presse Info/Médias Catholique Info - Nation (Belgique) – Nouvelles Editions Latines - Résistance Helvétique - Rosa Mystica - Synthèse Nationale – Patrimoine et Renaissance (tapisseries) – La Pierre de la Celle (tailleur de pierre) – Poterie Marie-Laure Cantuel – Rosaire aux Frontières - Stop Provocs Hellfest - Vins Domaine de Champ Fleury, Pierre Coquard...

Parmi les auteurs et dessinateurs qui ont déjà annoncé venir dédicacer : Frédéric Andreu – Alban d’Arguin - Stéphanie Bignon – Franck Bouscau - Anne Brassié – Valérie Bugault - Lucien Cerise – Lorris Chevalier – M. l’ambassadeur Henry Cuny -  Anne-Marie Despas - Docteur Jean-Pierre Dickès – Jean-Arnaud Dollié - Michel Drac - Apolline Dussart – Philippe Fortabat Labatut - Bernard Gantois – Patrick Gofman - Françoise Gondrée - Yves Guézou (dessinateur) – Pierre Hillard - Roger Holeindre – Johan Livernette - Lysistrata - Hubert de Mesmay - Claude Meunier-Berthelot – Alain Monestier – Abbé Guy Pagès - Alain Pascal - Pinatel (dessinateur) - Philippe Prévost – Jean Rémy - Olivier Roney - Jean de Rouen - Catherine Rouvier – Reynald Secher - Marion Sigaut – Dominique Tassot - Arnaud Upinsky – Jean-Michel Vernochet – Hristo Xiep.

Dans la soirée : le Banquet de Synthèse nationale

2018 03 24 DINER JMLP.jpg

Réservation cliquez ici 

2017 : une année charnière pour la démographie russe ?

poutine-2-588x330.jpg

Par Alexandre Stefanesco-Latsa, écrivain et analyste ♦ « La démographie russe n’a pas fini de jouer des tours a ceux qui s’y intéressent » prévient Alexandre Stefanesco-Latsa dans cet article pour STRATPOL aussi complet que passionnant sur la démographie russe. Reste que l’analyse de la baisse des naissances entre 1990 et 1999 est limpide : la période durant laquelle Boris Eltsine a été président de la Russie a été terrible pour la natalité russe qui s’est effondrée. Bien que Vladimir Poutine ait permis d’augmenter significativement la natalité, la pyramide des âges est sévèrement touchée par cette période des années 90.


  •  La période 1990-1999 a vu un effondrement des naissances, passées de 1,9 à 1,2 millions par an. Le taux de fécondité passa lui de 1,89 à 1,17 enfants par femme. Dans le même temps, la mortalité explosa et le nombre de décès passa de 1,65 à 2.15 millions chaque année. La population au cours de cette décennie déclina en moyenne naturellement (naissances moins décès) de 543 507 habitants, une baisse compensée par une forte immigration de l’ex-URSSS vers la fédération de Russie.
  • La période, 2000-2016 a vu un redressement démographique totalement imprévu par tous les analystes, think-tanks et démographes. Au cours de ces 16 années, le nombre de naissances ne cessa d’augmenter et la mortalité de diminuer. Le nombre de naissances remonta de 1,2 à 1,9 millions de personnes tandis que dans le même temps le la mortalité ne cessa de diminuer, passant de 2,3 millions de décès par an à 1,8 millions en 2016.
    Conséquence de ce redressement démographique, dès 2009 la population russe ne diminue plus, mais augmente, avec un solde migratoire positif et faible, maîtrisé à autour de 250 000-300 000 personnes par an. En 2013, 2015 et 2016, la population russe augmenta même naturellement, de quelques dizaines de milliers de personnes et ne diminua naturellement que de 2.226 personnesen 2016.

2017 : une année charnière pour la démographie russe ?

Les données démographiques pour 2017 sont en ligne et sont tout aussi surprenantes qu’inquiétantes.

La natalité s’est effondrée en 2017 avec 1 689 884 naissances contre 1 888 729 naissances en 2016 soit une chute très inquiétante de 10,1%, ramenant le nombre de naissances à un volume à peine plus élevé qu’en 2007, où le nombre de naissances avait atteint 1 610 122.
La population a baissé naturellement sur l’année de 134 456 habitants, baisse compensée par une immigration permanente elle aussi en baisse, de 172 551 habitants, permettant d’obtenir une hausse globale de population de 38 095 habitants pour 2017.

Dans la Russie centrale la baisse des naissances aura été de 10% avec des chutes impressionnantes dans les petites villes désindustrialisées : -14% dans les oblast d’Orlov, Riazan, Briansk, Vladimir, ou -12% dans celui de Lipetsk. Moscou ne voit le nombre de ses naissances ne diminuer que de 7,8%.
La Russie centrale produit 25% des naissances totales du pays.

Dans le district du nord-ouest la diminution des naissances est de 10,5% avec des effondrements en Carélie (-13,7%), dans les oblast de Pskov et Novgorod (-14%), ou dans le district des Nenets : -16,5%.
Saint Petersbourg s’en sort un peu mieux avec une baisse de -8,7%.
Le district du nord-ouest produit 9% des naissances du pays.

Le district fédéral du sud voit lui le nombre de ses naissances diminuer de 10,5% avec des baisses particulièrement fortes en Adiguée (-12,2%) et dans les oblasts de Rostov et Volgograd (-11,5%). Les meilleurs résultats de ce district sont obtenus en Crimée ou le nombre de naissances ne diminue que de 8,8%.
Le district fédéral du sud produit 10% des naissances du pays.

Dans le district du Caucase nord, la baisse est de 6%, marquée surtout en Ossétie du nord, mais aussi en Kabardino Balkarie et en Karaevo-Cherkessie, les deux zones avec de fortes minorités russes ethniques comptant pour 20 et 30% de la population.
Les républiques nationales du Caucase du nord (Daguestan, Ingouchie et Tchétchénie) ne voient le nombre de leurs naissances ne diminuer que de respectivement 4,9%1,8% et 0% en Tchétchénie, où le nombre de naissances ne baisse pas. Ces trois entités territoriales, qui représentent 5 millions d’habitants soit 3,5% de la population du pays, ont « produit » en 2017 88 000 naissances, soit 5% des naissances du pays, un chiffre stable depuis 2007. Néanmoins ces trois républiques sont en tête des sujets de la fédération de Russie pour le ratio du nombre de décès par rapport au nombre de naissances. En Ingouchie, ce ratio est de 19,4%22%en Tchétchénie et 30% au Daguestan. Suivent Tiva (40%) et l’oblast de Tioumen avec 55%.
Pour information, le district du Caucase nord produit au total 8,5% des naissances du pays.

Le district de la Volga connait une baisse des naissances de 13,5% (!) avec des baisses fortes dans l’oblast de Kirov (-15,8%), en Oudmourtie (-14,9%), en Tchouvachie (-15%) ou dans le Krai de Perm (-14,2%).
La situation est un peu meilleure en Bachkirie et dans l’oblast de Nizhny Novgorod (-11,6%), le Tatarstan connait lui une baisse de 13,9%.
Le district de la Volga produit 19,5% des naissances du pays.

La situation en Oural est un peu meilleure avec une baisse de 10,8%, principalement marquée dans les oblasts de Tcheliabinsk (-12,6%), de Kourgan (-11,2%) et Sverdlovsk (-10,5%) tandis qu’elle est un peu meilleure dans les oblast de Tioumen (-8,3%) et le district autonome des Nenets avec une baisse de 8,5%.
L’Oural produit 9% des naissances du pays.

La situation est tout aussi préoccupante en Sibérie avec une baisse de 11,3% et notamment dans l’Altaï (-12%), dans l’Oblast de Tomsk (-11,8%) et surtout d’Omsk avec une baisse de 14,3%.
La Sibérie produit 14% des naissances du pays.

En extrême orient la baisse est de 10%, particulièrement forte dans le district du Birobidjan (-13,3%). A noter que Magadan ne connait par contre une baisse de naissances que de 1,7%.
L’extrême orient produit 5% des naissances du pays.

La mortalité, elle, continue de diminuer en 2017, le nombre de décès atteignant 1 824 430, une diminution de 3,4% par rapport à 2016 et le nombre de décès annuels le plus faible depuis 1992 où le pays avait connu 1 807 441 décès.

Il y a des raisons fortes à cela et la première d’entre elles est la chute continue des décès pour raisons extérieures à partir des années 2000.

Lire la suite

Youtube, censure et Corée du Nord.

«Face à l’islam conquérant, la France recule»

capture-d_c3a9cran-2017-02-28-c3a0-01-13-55.png

Par Ivan Rioufol

CHRONIQUE – Si rien ne vient briser l’hégémonie prise dans les cités par les Frères musulmans et le salafisme, la France deviendra vite méconnaissable et invivable.
La France recule sous les assauts de l’islam conquérant. Il crée le désordre dans la laïcité, la mixité, l’indivisibilité nationale. Il sème la discorde jusque dans l’école. Il fracture la nation. Partout, cette idéologie minoritaire exige sa visibilité, pose ses exigences, bouscule la République bonne fille. Emmanuel Macron promet d’aborder la question de l’islam avant la fin du premier semestre. Dimanche, il a dit vouloir «poser les jalons de toute l’organisation de l’islam de France». Bien. Mais sa prudence est un renoncement à affronter l’esprit totalitaire. Or il est à la source de l’épreuve de force. Un conseiller sur ce dossier, Hakim el-Karoui, constate (L’Opinion, lundi) que «les islamistes ont gagné la bataille de la norme, qu’il s’agisse du port du voile ou de la consommation de la viande hallal». Faudrait-il s’en satisfaire? Quand el-Karoui affirme dans la foulée qu’il faut «lutter contre l’islamophobie», en avalisant ce mot brandi par les islamistes et leurs caniches, il rend les armes.
Les alertes des musulmans qui se sont libérés des interdits coraniques ne sont pas entendues du pouvoir
La démocratie française est en train de perdre la guerre que l’islam radical lui a déclarée. Les alertes des musulmans qui se sont libérés des interdits coraniques ne sont pas entendues du pouvoir. Les musulmanes qui dénoncent l’oppression sexiste symbolisée par le voile protestent dans le vide. L’État «humaniste» ne s’émeut que de ceux qui surjouent les plaintes, dans un permanent chantage. L’apaisement promu par les autorités banalise l’infiltration islamiste. La candidate enturbannée de The Voice, la jolie et talentueuse Mennel Ibitssem, a eu ses défenseurs subjugués, en dépit des révélations sur sa proximité avec les Frères musulmans. Elle a eu ses avocats pour plaider son jeune âge (22 ans) et son droit à l’erreur. Mais bien peu se sont interrogés sur l’instrumentalisation prosélyte de sa présence sur TF1. L’indignation des réseaux sociaux a contraint la chanteuse à se retirer du télé-crochet. Cependant, nombreux sont ceux qui s’inquiètent de la réaction colérique de la jeunesse musulmane.
Faudrait-il se résoudre à vivre dans la crainte des humeurs d’une contre-société gangrenée par la dictature islamique et sa haine de l’Occident? Près de la moitié des jeunes musulmans sont attirés par les valeurs de la charia. Si rien ne vient briser l’hégémonie prise dans les cités par les Frères musulmans et le salafisme, la France deviendra vite méconnaissable et invivable. Réformer l’organisation de cette religion ne sera jamais suffisant. Réciter, avec Macron, des mantras sur «l’islam compatible avec la démocratie» demeurera mensonger tant que ne sera pas nommé et combattu le totalitarisme qui enfièvre l’islam. Cet islam-là ne réclame pas de croire en son Dieu, ce qui serait respectable. Il prétend imposer à tous ses lois et sa Constitution. Comme l’explique Mohamed Louizi *, «l’islamisme (ou islam politique) est l’instrumentalisation de la foi musulmane, depuis la nuit de la mort du Prophète, à des fins de conquête du pouvoir politique». Louizi réclame un islam «dépolitisé, désarmé et non violent». Bel objectif.
Les droits de l’homme sont mis au service de la pensée totalitaire
En attendant, les droits de l’homme sont mis au service de la pensée totalitaire. C’est en leur nom, en effet, que les islamistes combattent la démocratie. Leur statut de minorité, reconnu par l’idéologie «antiraciste», leur offre la posture victimaire qui permet les abus de droit et les outrances. Dernièrement, la sénatrice PS des Bouches-du-Rhône Samia Ghali a insinué que Tariq Ramadan pourrait être suspecté non pour ses viols mais parce qu’il est musulman. Dans cette pensée complotiste, tout est fait pour persuader de la violence de la France, au point d’avoir convaincu le pouvoir de sa propre culpabilité. Plus l’islam radical humilie l’État, plus celui-ci se couche. Le préalable à toute réaction de la République est donc de s’extraire de ce piège dialectique qui empêche de mettre un coup d’arrêt à cette subversion sectaire. C’est elle que le gouvernement doit combattre, plutôt que d’envisager des accommodements avec la loi de 1905.
Les délateurs et leurs soutiens
Pour Macron, qui menace d’aller faire la guerre en Syrie, la tentation est grande d’acheter la paix intérieure en cédant à l’ennemi. Or rien ne peut justifier de transiger avec ceux qui veulent détruire la nation. Il a déjà été rappelé ici les similitudes qui unissent l’islamisme au communiste et au nazisme: le même culte de la force, la même détestation du monde libre, le même goût pour la table rase au profit d’un peuple supérieur. L’antisémitisme, le sexisme, la violence terroriste, commencent certes à ébranler l’opinion. Mais si le chef de l’État a pu se désoler dernièrement: «On est en train de perdre la bataille», il ne parlait que du climat. Or c’est un affrontement permanent qui se consolide, attisé par la passivité de nombreux organismes publics. L’Observatoire de la laïcité, par exemple, ne voit toujours rien de l’entrisme des Frères musulmans. Quant au Conseil supérieur de l’audiovisuel (CSA), il est ouvertement utilisé par ceux qui voudraient imposer le délit de blasphème. Se réveillera-t-il?
La guerre civile est dans les têtes de ces fanatiques
L’expérience vécue par votre serviteur ces jours-ci illustre la prétention hégémonique du courant islamiste. Pour avoir qualifié, vendredi dernier sur CNews, le voile de la chanteuse Mennel de «signe politique» et avoir redit que l’islam n’était pas seulement «une religion» mais un «corpus politique, une idéologie totalitaire», j’ai observé l’islamosphère se déchaîner sur Twitter pour obtenir du CSA qu’il sanctionne mes propos. La délation, lancée par une «journaliste», Feïza Ben Mohamed, a été relayée par le Collectif contre l’islamophobie en France (CCIF), Dômes et Minarets et autres censeurs du même creuset. Le journaliste Jean-Michel Aphatie a soutenu la dénonciation, tandis que le réalisateur Dominique Farrugia m’insultait sur C8. Pour sa part, la militante anti-islamiste Henda Ayari, épuisée par la violence ordurière des attaques, s’est retirée un temps du combat. La guerre civile est dans les têtes de ces fanatiques et de leurs «collabos» à front de taureau.
La fronde des musulmanes
L’islamisme, vaincu par les femmes? Cette fois, c’est de La Mecque (Arabie saoudite) que vient la fronde, qui a déjà atteint l’Iran. Sous le hashtag MosqueMeToo (mosquée moi aussi), des musulmanes dénoncent la violence et les viols qu’elles ont subis lors de leur pèlerinage, alors qu’elles étaient voilées. Voilà ce que dit la sourate 5, verset 6, dans un douteux amalgame: «Si l’un de vous revient du lieu où il a fait ses besoins, ou si vous avez touché aux femmes et que vous ne trouvez pas d’eau, alors recourez à la terre pure, passez-en sur vos visages et sur vos mains»…

* «Libérer l’islam de l’islamisme», Fondapol, janvier 2018.

À propos de l'héritage de Johnny Halliday : le point de vue de Philippe Randa

Unknown.jpg

Entretien avec Philippe Randa, directeur du site de la réinformation européenne EuroLibertés. Propos recueillis par Guirec Sèvres, publiés sur le site Synthèse nationale.

Que vous inspire la zizanie chez les héritiers Halliday ?

Tout d’abord, c’est une affaire strictement familiale qui aurait dû le rester ; en quoi le cupide crépage de chignon d’une famille trois fois recomposée concerne-t-il le domaine public ? Les journalistes, qui en font toujours tellement avec la supposée déontologie de leur profession, brocardent pourtant allégrement celle-ci pour une basse question d’audience… Autrefois, ce type de déballage relevant du seul voyeurisme était cantonné à une presse spécialisée qu’on appelait avec mépris « la presse à scandale »… Aujourd’hui, toute la presse est devenue « à scandale »… Et certains journalistes, bien sûr, n’hésitent pas à brandir leur fameux slogan du « droit à l’information » du public. Imposture et médiocrité, voilà ce que cela m’inspire, à titre personnel.

Certains en profitent pour affirmer que souvent les héritages divisent, provoquent des drames et qu’au fond, ils contreviennent à la Déclaration universelle des droits de l’homme qui stipule que « Tous les êtres humains naissent libres et égaux en dignité et en droits » ; qu’en pensez-vous vous-mêmes ?

Que cette Déclaration universelle des droits de l’homme, dont l’époque actuelle fait tellement de cas, est généralement diversement interprétée par les uns ou par les autres en fonction d’intérêt le plus souvent strictement personnel… Pour ma part, si je la prends en considération, je n’en fait pas pour autant l’alpha et l’oméga obligatoire de la condition humaine. Quant à la notion d’héritage, la grande majorité des gens, toutes classes sociales confondues, considère généralement l’héritage, non seulement comme parfaitement naturel, mais surtout exempt de toute réprobation. Si la richesse de quelqu’un vient d’un héritage familial, personne ne le lui reprochera, considérant qu’il a bien de la chance et qu’on aimerait bien en avoir soi-même ; de même, si sa richesse provient d’un gain au loto, par exemple : personne ne lui en tiendra rigueur… Mais un homme très riche qui doit sa réussite financière à son seul travail, à sa seule intelligence, suscitera bien souvent l’aigreur chez ses contemporains ; il n’est pas rare alors que jaillissent à son propos des suspicions acides : il n’aura pas été un remarquable travailleur, mais un odieux exploiteur du labeur d’autrui ; il n’aura pas été malin, ses escroqueries supposées n’auront pu être prouvées, etc. Et pour les complotistes, sa réussite ne pourra qu’être la preuve de son appartenance à quelque société secrète, qui en douterait ?

Personnellement, que pensez-vous du droit à l’héritage ?

Ce n’est ni un droit, ni un devoir, c’est naturel… Quel parent, digne de ce nom, ne voudrait pas transmettre un héritage à ses proches ? Je soupçonne fortement ceux qui y voir malice d’être particulièrement égoïste et de vouloir profiter eux et eux seuls de ce qu’ils ont acquis (ou reçus, ce qui les gênerait nullement !) en se donnant bonne conscience vis-à-vis de leurs héritiers légitimes. Mais on songe toujours de l’héritage sonnant et trébuchant, alors que le premier héritage qu’on doit transmettre à ses proches, se fait d’abord et principalement de son vivant : son affection, son exemplarité, son devoir de transmissions d’une éthique de vie, sa protection éventuellement… Dans le cas de la famille Halliday qui défraie la chronique actuellement, personne ne fait remarquer qu’elle s’agite dans la fange parce que le responsable de ce désastre humain n’est plus de ce monde… Favoriser certains de ses enfants, pourquoi pas ! cela peut avoir une explication parfaitement honorable. Encore faut-il, de son vivant, en fournir la raison à tous les intéressés et prendre ses dispositions pour ne laisser planer aucune discution ensuite.

Johnny Halliday n’en a peut-être pas eu le temps…

Que l’on sache, il n’est pas décédé brutalement, mais d’une longue maladie… qui lui a laissé le temps d’établir 3 ou 4 testaments différents ! Comme quoi, il n’y a pas que les imbéciles qui ne changent pas d’avis ; les bêtes de scène également.

Philippe Randa est écrivain, éditeur et chroniqueur politique, directeur du site de la réinformation européenne EuroLibertés ; il vient de publier Une démocratie hors de prix (éditions Dualpha, préface d’Aristice Leucate, 172 pages, 23 euros).

http://synthesenationale.hautetfort.com/

12:03 Écrit par pat dans actualité, divers | Lien permanent | Commentaires (0) |  Imprimer |  Facebook | | | | |

Pensez printemps braves gens!

Ah! la gauche donneuse de leçons! A quelques jours du prochain congrès du syndicat socialo-trotskyste UNEF, Libération dézinguait mardi les comportements de prédateurs sexuels de (nombreux) petits chefs de cette structure étudiante, traditionnellement grande pourvoyeuse de cadres pour le PS. Le quotidien du macroniste Patrick Drahi a recueilli «les témoignages de seize femmes victimes déclarées de harcèlement, d’agressions sexuelles et de viols de la part de dirigeants de l’organisation étudiante entre 2007 et 2015. Longtemps inaudibles, ou silencieuses, ces anciennes militantes racontent des années de sexisme du syndicat et son apparent laisser-faire face aux violences sexuelles.» «On était une mini-autocratie, raconte abonde Marion Oderda, ancienne du bureau national. Il y avait, dans l’ordre, Marx, Lénine, Engels et le nom du président de l’Unef.»  «C’est une orga lamberto ( trotskisme lambertiste, NDLR) de chez lamberto où on ne jure que par les croix et les colonnes, confirme Caroline De Haas, secrétaire générale de 2006 à 2009. Registre marxiste oblige, les forts sont surnommés les bolch (pour bolcheviks) quand les faibles sont appelés des mench (mencheviks). Aujourd’hui, au grand dam de certains, beaucoup d’anciens parlent d’emprise sectaire et de gourouïsation des chefs.» La secte du Mandarom  en  encore plus  folklorique en quelque sorte… 

Bolchos ou mencheviks, tous communient cependant dans les mêmes attaques médiatiques contre le mâle blanc, le patriarcat archaïque, au nom de l’antiracisme et de la lutte contre les discriminations..n’est-ce  pas Caroline De Haas?  Hypocrites qui feignent aussi de crier au scandale après les récentes révélations (?)  sur l’ONG britannique Oxfam (dont les études théoriques ne sont pas toutes sans qualités)  selon lesquelles  certains représentants  à Haïti se payaient  du bon temps avec des prostituées, aux frais de la princesse… et des braves occidentaux qui dégainent leur chéquier  en espérant soulager la misère…et parfois leur bonne  conscience.  «Oxfam a présenté ses excuses au peuple haïtien lundi pour les dérives sexuelles de certains de ses employés, exprimant sa  honte  en remettant aux autorités à Port-au-Prince son rapport d’enquête interne. » Comme le notait Bernard Lugan il y a déjà  quelques années,  dénonçant les ravages du  charity business, il serait bon d’expliquer aux ONG et à leurs bailleurs de fonds  « qu’il y a suffisamment de malheureux en Europe pour occuper le temps de leurs membres, même si la misère est plus agréable à soulager au soleil des tropiques que durant les frimas de l’hiver septentrional…»

Hypocrisie encore et toujours qui imprégnait les excuses spécieuses de la mairie de Paris pour empêcher que le grand écrivain et académicien  français Michel Déon  repose dans la capitale. Certes, l’ancien secrétaire de Charles  Maurras à l‘Action française  n’était pas un modèle de politiquement correct. Ami de Jean-Marie Le Pen (Horresco referens) homme aux  convictions nationales inchangées, il accumulait les tares rédhibitoires justifiant l’ostracisme  aux yeux  d‘Anne Hidalgo et de son entourage,mais la mairie de Paris  a finalement cédé sous  la pression.  Saluons ici, la pétition d’écrivains  lancée à l’initiative  du Figaro dans laquelle se côtoyait aussi bien le nom de BHL que celui de Jean Raspail ce qui n’est pas si fréquent !

« En démocratie, ce n’est pas le peuple qui est souverain,  c’est le langage » notait Michel Déon et celui de Laurent Wauquiez , auquel  Bruno Gollnisch a réagi (ici et ici),   continue  à faire couler beaucoup d’encre, le président de LR s’assurant à  peu de frais après sa conférence donnée à Lyon une grosse couverture médiatique. Dézinguer M. Juppé  et Mme  Pécresse ne devrait pas heurter cette France d’en bas et périphérique dont la girouette Wauquiez, parangon d’insincérité,  guigne les suffrages. Mais le mépris de classe n’est jamais loin comme l’illustre la boulette de  Gilles Platret, un porte-parole de LR qui prenant la défense de son patron,  tente de nous faire  croire  à la fable du piège médiatique et  dénonce un journalisme «niveau CAP d’ajusteur-monteur» … quand son propre camp promeut en surface l’excellence des  filières courtes et les bienfaits de l’apprentissage pour  que nos jeunes accèdent à l’emploi. Comme le souligne Pont d’Arcole sur son compte Twitter,  « le mépris affiché du porte-parole LR pour les ouvriers est pathétique, du même niveau que lorsque M. Macron insulte les Français d’alcooliques ou de fainéants»

Français bafoués, insultés, méprisés aussi au travers du projet de loi immigration et asile   qui était discuté hier  au conseil des ministres. Cela  commence très fort avec le bruit fait autour du rapport sur l’intégration du socialiste Aurélien Taché rallié à LREM  dont il est député du Val d’Oise, et transmis lundi  au Premier ministre et au ministre de l’Intérieur. Il vise entre autres joyeusetés  à autoriser les immigrés clandestins demandeurs d’asile à obtenir  un emploi au bout de six mois, avant qu’ils aient obtenu le statut de réfugié..Tout cela est d’une logique imparable et d’une nécessité absolue : nos compatriotes sont  matraqués,  taxés, épongés, rabotés, imposés comme jamais,  la France croulent sous  les déficits,  comptent cinq millions de chômeurs et huit millions de pauvres mais  pourquoi se gêner?  Faites de la place braves gens  et penser printemps !  

Bien sûr, nous subissons de nouveau dans ce cadre le jeu de rôle des coteries du Système : ce projet est une infamie,  le retour de Vichy, voire de de Pasqua dénoncent les  uns; un  bel exemple de fermeté équilibrée par un  humanisme pragmatique de bon aloi selon les autres. En vérité des mesurettes qui ne sont pas à la hauteur des enjeux. Bruno Gollnisch l’a dit sur le plateau de France info vendredi dernier, si   « notre pays est aujourd’hui un pôle d’attraction pour toutes sortes de malheureux», «cette  nouvelle loi, une de plus,  traite le symptôme et ne s’attaque pas aux causes. Les flux migratoires totalement incontrôlés continuent d’arriver. On va modifier un peu dans le sens de l’accélération, les procédures d’examen de l’asile. Mais le problème, c’est que les déboutés du droit d’asile, ne retournent jamais pratiquement dans leur pays » Prendre à bras  le corps ce problème,  consisterait  déjà à  engager un dialogue franc et ferme avec des pays qui, comme l’Algérie ou le Pakistan,  refusent  le retour sur leur sol de leurs ressortissants  clandestins. M. Macron serait bien inspiré de réfléchir à cette question,  afin de mettre en oeuvre ses autoproclamés talents de diplomate et de persuasion…

Il est pourtant plus que temps  d’agir!  André Posokhow, indique au terme de son étude mise en ligne sur  Polemia , statistiques à l’appui, qu’«il  arrive actuellement (sur notre sol) près de 300 000 immigrés par an et la population spécifiquement française diminue d’environ 120 000 personnes. C’est le grand remplacement dénoncé par Renaud Camus…» Si «mal nommer les choses c’est ajouter au malheur du monde» selon la célèbre formule d’Albert Camus, que dire de dirigeants politiques qui nient la réalité de phénomènes qui menacent d’un péril mortel la nation dont ils ont la charge? 

https://gollnisch.com/2018/02/22/pensez-printemps-braves-...

Plusieurs dizaines de milliers d’hectares de terres cultivables échappent chaque année aux agriculteurs français

FRANCE (NOVOpress avec le bulletin de réinformation de Radio Courtoisie) : 
La Fédération nationale des syndicats d’exploitants agricoles (FNSEA) et les Jeunes Agriculteurs (JA) ont décidé d’anticiper le rendez-vous du salon de l’agriculture à Paris en organisant ce mercredi une journée d’action partout en France pour exposer leurs revendications notamment contre l’arrivée massive de produits d’Amérique du Sud en cours de négociation.

Rappelons que tous les dix ans en moyenne, l’agriculture française perd 50.000 hectares de terres cultivables alors que la loi d’avenir agricole de 2014 visait une réduction par deux de ce phénomène. Au problème d’étalement urbain dû aux grandes surfaces périphériques, s’ajoutent les investissements étrangers (chinois, indiens et saoudiens notamment), qui font en outre monter les prix.

Lire la suite

Vendredi 9 mars : conférence d'Alban d'Arguin sur les éoliennes à Follon (Haute-Saône)

2018 03 09 EOL FALLON.jpg

Acheter le livre d'Alban d'Arguin cliquez ici

09:35 Écrit par pat | Lien permanent | Commentaires (0) |  Imprimer |  Facebook | | | | |

Le gouvernement éparpille les immigrés façon puzzle

6a00d83451619c69e201b7c951c92e970b-800wi.pngLes habitants de Saint-Macaire, commune de Gironde de 2000 habitants, ont appris l’installation de 20 immigrés « mineurs isolés » à partir du mois d’avril. Cette installation se fait dans le silence le plus total, sans aucune concertation. La population (très inquiète) n’a évidemment pas été consultée.

Comble de l’affaire, ces immigrés illégaux seront installés dans la gendarmerie désaffectée depuis un an au centre du village. A 300 m se trouve un pensionnat de filles tenu par des religieuses …

Madame Florence Lassarade (sénatrice LR de Gironde et habitant le village) est également vent debout contre cette décision imposée par la préfecture, mais personne ne semble avoir le moindre pouvoir pour arrêter cette machination.

Michel Janva

http://lesalonbeige.blogs.com/my_weblog/web.html

Actualité et politique du 17 février 2018

L’ASSASSINAT D’HENRI III (1ᵉʳ AOÛT 1589) | AU CŒUR DE L’HISTOIRE | EUROPE 1

06:39 Écrit par pat dans culture et histoire | Lien permanent | Commentaires (0) |  Imprimer |  Facebook | | | | |

Affaire des viols collectifs de Rotherham (UK) : les enquêteurs viennent de dénombrer plus de 1 500 victimes d’abus sexuels organisés par des prédateurs pakistanais

Le nombre de jeunes gens abusés sexuellement à Rotherham a été porté à 1 510, soit la première hausse officielle depuis que scandale a éclaté il y a quatre ans, au Royaume-Uni.

Les enquêteurs de la National Crime Agency (NCA) ont révélé le chiffre mis à jour mardi dans un briefing sur l’opération Stovewood, l’enquête sur le scandale de l’exploitation sexuelle d’enfants sur une période de 16 ans dans la ville de Rotherham. Le rapport du professeur Alexis Jay en 2014 avait identifié 1 400 victimes.

L’enquête de la NCA, la plus grande du genre au Royaume-Uni, a identifié 110 suspects, dont la grande majorité sont d’origine pakistanaise, ont indiqué des officiers.

Sur ces 110 personnes, 38 ont été arrêtées, 18 ont été inculpées, quatre ont été condamnées à des peines d’emprisonnement de plus de 30 ans.

Paul Williamson, l’enquêteur principal de l’opération Stovewood, a décrit l’enquête comme «une enquête unique et sans précédent, difficile par son ampleur et sa complexité».

The Guardian

http://www.fdesouche.com/958825-affaire-viols-collectifs-...

L’UNEF, PÉPINIÈRE DES ÉLITES SOCIALISTES ET DES VIOLEURS ?

o-RAPE-facebook-1550x660.jpg

L’UNEF, Union nationale des étudiants de France: LE syndicat, fondé en 1907, au fil du siècle morcelé, explosé, satellisé dans les années 1970, « réunifié » enfin depuis 2001. Pour le meilleur, on ne sait pas, mais sûrement, à certains égards, pour le pire.

La rumeur sur des comportements glauques a toujours couru, mais « chez ces gens-là, Monsieur, on ne cause pas », comme chantait Jacques Brel. Il est établi une fois pour toutes que la gauche socialiste a la main soudée sur le cœur. Elle est par définition vertueuse, chaleureuse, respectueuse, égalitaire et compassionnelle. Et dans ce monde merveilleux des Bisounours, l’UNEF est son jardin d’enfants.

De fait, le syndicat étudiant est, depuis des décennies, la maternelle du Parti socialiste. C’est l’école où l’on apprend le b.a.-ba du militantisme et de la confection des banderoles, où l’on use ses premières godasses dans les manifs, où l’on s’égosille dans des AG de boutonneux pour mieux sécher les TD.

Toutes nos élites bedonnantes ou presque sont passées par l’UNEF. Y compris un certain Jean-Marie Le Pen, à l’époque où le mouvement se prétendait apolitique, et qui en claqua la porte dans les années 50 pour créer la Corpo de droit. Sont passés par là, pour les plus connus, Jack Lang, Jean-Christophe Cambadélis, Olivier Besancenot, Georges Frêche, Alain Bauer, Serge July, Alain Krivine, Jacques Sauvageot, Alain Geismar, Daniel Cohn-Bendit, François Hollande, Manuel Valls, Arnaud Montebourg, Bruno Julliard, Clémentine Autain, Benoît Hamon, etc. Bref, pour celui ou celle qui veut embrasser une carrière politique, mieux vaut être porte-voix à l’UNEF qu’étudiant assidu.

Beaucoup, d’ailleurs, parmi ceux cités plus haut, n’ont jamais fini leurs études. Ils sont passés directement du statut d’étudiant-militant à celui de salarié, généralement de la MNEF, en attendant un poste d’assistant parlementaire, voire de directeur de cabinet à la mairie de Paris, puis une « investiture tremplin » vers l’Assemblée.

Il est bon, en effet, de rappeler que la mutuelle satellite a été, dans les années 2000, l’objet d’un scandale qu’on s’est dépêché d’étouffer, tant étaient mouillées les belles figures de la gauche morale. On a découvert, à la MNEF, un système abouti de fausses factures, transferts grâce à des montages financiers rocambolesques, multiplication de filiales (une cinquantaine de sociétés en 1998), permettant de financer les campagnes du PS et de rémunérer à des hauteurs stratosphériques les futurs loups du parti à la rose, tous issus de l’UNEF-ID. À la manœuvre, les Strauss-Kahn et consorts qui s’en mettaient plein les poches, avec des salaires tournant à l’époque autour de 100.000 F par mois (15.245 euros !).

Aujourd’hui, c’est un autre scandale qui se fait jour : l’UNEF était aussi une pépinière de violeurs ! Un haut lieu de « violences sexuelles et sexistes », comme l’ont exprimé dans Le Monde, en novembre dernier, 83 signataires, toutes anciennes militantes du syndicat étudiant. Ce mardi, c’est le quotidien Libération qui dit avoir recueilli le témoignage de 16 autres militantes, dont certaines affirment avoir été violées par des personnalités haut placées de l’organisation, des plaintes ayant été déposées pour ces faits commis depuis les années 2000, et particulièrement sous la présidence de Jean-Baptiste Prévost, entre 2007 et 2011. Une période que Libération dit marquée par « une multitude de dérives », l’UNEF étant alors « un terrain de chasse sexuelle ».

L’actuelle présidente ne nie pas. Au contraire, Lilâ Le Bas assure à l’AFP « avoir mis en place des outils pour enrayer ces violences et libérer la parole ». Et l’on voit apparaître des « réunions non mixtes » et autres « ateliers sur le consentement ».

Tout cela par des gens qui ne cessent de nous bassiner avec la parité, l’égalité des sexes, l’abolition des genres et autres tolérances LGBT…

Si ce n’était pas si minable, on en rirait.

http://www.bvoltaire.fr/lunef-pepiniere-elites-socialiste...