Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

  • Sans surprise : la racaille (Aboubakar F.) tuée à Nantes « était un délinquant recherché, il faisait l’objet d’un mandat d’arrêt »

    L-ESSENTIEL-Jeune-tue-par-un-policier-Nantes-se-reveille-apres-une-nuit-d-emeutes.jpg

    Le jeune homme de 22 ans mort mardi 3 juillet soir à Nantes (Loire-Atlantique), après avoir été touché par balle par un policier lors d'un contrôle routier"était un délinquant recherché par la police et la justice française. Il faisait l'objet d'un mandat d'arrêt", a déclaré mercredi sur franceinfo Daniel Chomette, secrétaire général du syndicat Unité-SGP Police FO. Ce mandat d'arrêt a été émis à Créteil (Val-de-Marne) pour vol en bande organisée, a par ailleurs appris franceinfo de source policière. Le jeune homme était également connu de la police pour d'autres faits. Il était originaire de Garges-lès-Gonesse (Val d'Oise). 

    Lors du contrôle routier, les CRS ont constaté "un comportement bizarre de l'automobiliste qui n'avait pas ses papiers sur lui." Selon Daniel Chomette, les forces de l'ordre sur place "ont décidé de le conduire à l'hôtel de police le plus proche, pour effectuer des vérifications, c'est une démarche tout à fait normale."

    Le jeune homme a refusé de "suivre" les policiers, "il a enclenché la marche arrière, a percuté l'un des fonctionnaires sur place. Dans le cadre de ce qu'il a estimé être de la légitime défense, un autre policier a fait usage de son arme", explique Daniel Chomette. Le jeune homme n'était pas armé, mais "la légitime défense ne s'opère pas que sur le port d'arme".

    La voiture du jeune homme était surveillée, en raison de soupçons de trafic de stupéfiants, a précisé une autre source policière à franceinfo. 

    Lors des émeutes qui ont suivi, dans le quartier du Breil, où se sont déroulés les faits, les forces de l'ordre ont utilisé 25 grenades et tiré cinq fois à l'aide d'un flashball. Le calme est revenu vers 3 heures du matin.

    Source : France Info

  • Camp Maxime Real del Sarte 2018, Université d’Été d'Action française, du 19 au 26 août

    150 nuances de Maurras ... 

    Des repères pour le XXIe siècle. 

    Camp de formation Maxime Real Del Sarte, pour étudiants, lycéens et jeunes travailleurs (15-35 ans)

    Conférences magistrales, cercles d'étude, ateliers pratiques, sport et camaraderie !

    Renseignements inscriptions :  ACTIONFRANCAISE.NET

  • JEAN-MARIE LE PEN, ENTOURÉ DE 400 INVITÉS, A FÊTÉ SAMEDI SOIR SES 90 ANS

    Diapositive1.jpg

    Près de 400 invités, un Jean-Marie Le Pen visiblement heureux de voir rassemblée autour de lui toute la droite nationale, un concert formidable des Brigandes, les ingrédients étaient tous réunis samedi soir à Saint Cloud pour la réussite de la soirée d'anniversaire du fondateur du Front national.

    Nous espérons avoir très bientôt l'occasion de tous nous retrouver pour un pareil spectacle...

    35888644_2016393201715889_8017854263956865024_n.jpg


  • Nantes ou la jungle urbaine – JT TVL 4 juillet 2018

    1) Sécurité / Nantes ou la jungle urbaine

    Après la mort d’un délinquant lors d’une interpellation, la ville de Nantes a connu de violentes échauffourées. Une guérilla urbaine qui rappelle les émeutes de Villiers-le-Bel et qui pourrait bien contaminer toutes les banlieues françaises qui n’attendent qu’une étincelle pour mettre le feu.

    2) Justice / Nicole Belloubet : chronique d’un fiasco

    L’évasion de Rédoine Faïd en est un nouveau symbole… L’incompétence du ministre de la Justice commence à se voir. Après son idée d’installer des téléphones dans les cellules de prison, Nicole Belloubet affiche de plus en plus de failles au point que la droite réclame tout bonnement sa démission.

    3) Société / Les portables : espions de poche

    Alors que la protection des données personnelles est au coeur de l’actualité, de plus en plus d’applications d’espionnage pour smartphone voient le jour. Un phénomène inquiétant qui entraîne une hausse du harcèlement.

    4) Société / Vers un nouveau label bio, local et responsable ?

    5) L’actualité en bref

    https://www.tvlibertes.com/2018/07/04/24010/nantes-jungle-urbaine-jt-tvl-4-juillet-2018

  • L’identité avant la souveraineté

    6a00d83451619c69e2022ad3583526200c-250wi.pngAnalyse de Ligne Droite :

    "Comme le faisait remarquer le grand dissident soviétique Alexandre Soljenitsyne, il est plus grave pour un peuple de perdre son identité que sa souveraineté : la souveraineté étant de nature politique, on peut toujours la recouvrer un jour, comme le montrent la Russie et les pays de l’ex-pacte de Varsovie. En revanche, si un peuple perd son identité, il disparaît tout simplement. Aussi, pour Ligne droite, l’impératif d’identité doit-il passer avant celui de souveraineté. Et la droite nouvelle doit se positionner clairement, non comme souverainiste, mais comme défenseur de notre identité.

    Notre identité en péril

    Car aujourd’hui notre identité, tant française qu’européenne, est gravement et mortellement menacée. Elle est menacée par l’immigration de peuplement qui provoque une substitution de population en Europe occidentale, accentuée par l’effondrement de la natalité autochtone et par la propagande du Système en faveur du métissage et de la « diversité ». Si les tendances démographiques actuelles se poursuivent, d’ici une vingtaine d’années les Européens deviendront minoritaires dans un nombre croissant de leurs villes.

    Elle est aussi menacée par le développement de l’islamisation, conséquence de l’immigration. Car l’islam est une religion prosélyte qui contredit les valeurs de notre civilisation et qui s’impose de plus en plus dans l’espace public. Alors même que les prétendus « laïcs » ravivent une attitude intolérante vis-à-vis du catholicisme.

    Notre identité européenne est également menacée au plan culturel par l’américanisme, véhiculé par la publicité et les grandes entreprises mondialisées, ainsi que par le système médiatique. Au surplus, le politiquement correct diabolise de plus en plus notre identité comme notre histoire. Il somme les Européens de se repentir de tous les crimes possibles, y compris celui de vouloir, comme les autres peuples, préserver leur identité, de même qu’il somme les Européens de se plier aux mœurs et aux usages des allogènes. Il véhicule le nihilisme et la haine de soi.

    Le souverainisme, séduisant mais trompeur

    Dans ce contexte, une partie de l’opinion européenne est aujourd’hui tentée par le discours et les solutions souverainistes, qui proposent notamment de s’abstraire de l’Union européenne. Cela s’est déjà traduit par le vote britannique en faveur du Brexit, par la progression des revendications régionalistes indépendantistes (la Catalogne, l’Écosse ou la Corse) et, d’une façon générale, par le vote en faveur des candidats souverainistes. En France, le thème de la sortie de l’euro, qui a notamment été porté par le Front national, se rattache aussi à cette idéologie. Mais si le discours souverainiste séduit, il est malheureusement trompeur.

    Nous vivons en effet dans un âge multipolaire marqué par le retour des grands blocs civilisationnels, économiques et militaires ainsi que par la marginalisation inexorable des Européens qui constituent une part déclinante de l’humanité. En 2100, ils représenteront seulement 10% de la population mondiale, Russie comprise, d’après les projections démographiques moyennes de l’Onu. Face à des nations rassemblant des centaines de millions, sinon des milliards, d’hommes et de femmes, comme la Chine et l’Inde, seuls auront la parole les grands blocs civilisationnels, économiques et militaires. Pas les micro-régions ou les micro-États arc-boutés sur un patriotisme de pacotille ou de restriction. Comme ceux dont rêvent ces régionalistes qui veulent la souveraineté de leur contrée mais ne trouvent rien à redire à l’immigration qui la submerge.

    L’idéologie souverainiste fait croire qu’il serait possible d’inverser le cours de l’histoire et de retrouver les grandes nations européennes des siècles passés, lorsque les Européens étaient plus nombreux que les Africains, mais ce temps ne reviendra pas.

    Le défi est civilisationnel, pas seulement national

    Les migrations de peuplement correspondent en outre à un phénomène civilisationnel et pas seulement national. Car tous les pays du Nord se trouvent confrontés au même défi, celui des migrations croissantes en provenance du Sud. Face à ce défi, comme face à celui qu’annonce le terrorisme islamiste, tous sont irrémédiablement solidaires. Comme ils sont aussi solidaires face aux conséquences économiques et sociales désastreuses de la dérégulation du marché mondial. Or, cette réalité est complètement ignorée par les souverainistes qui refusent de voir que la souveraineté nationale ou régionale dans une Europe impuissante, tiers-mondisée, vassalisée ou islamisée n’existerait tout simplement pas. Ce type de souverainisme incarne chez nous le retour du vieux paradigme de « la France seule », dans un monde qui s’écroulerait autour d’elle. Mais ce patriotisme nostalgique n’est qu’une duperie.

    Seule la puissance garantit l’identité

    La souveraineté ne garantit en effet l’identité que si elle est associée à la puissance. C’est pourquoi l’avenir des Européens ne peut plus résider dans le repli sur leurs petites patries, sortes de futures « réserves indiennes », mais doit au contraire s’affirmer dans la constitution d’une Europe puissance, une Europe cuirassée, seule capable de nous permettre d’exister dans le monde dangereux qui vient. Aujourd’hui, des milliards d’hommes et de femmes se trouvent en concurrence les uns avec les autres et en mouvement les uns contre les autres : dans ce monde-là, la puissance en Europe ne peut plus être seulement régionale ou nationale mais doit devenir continentale. Le souverainisme n’a désormais de sens qu’au plan civilisationnel et continental, c’est-à-dire pour assurer le retour de la puissance, de la liberté et de la prospérité de tous les Européens ainsi que la sauvegarde de leur identité.

    La droite nouvelle dont la France a besoin doit donc se positionner clairement sur cet enjeu majeur en portant ce message simple mais vital : on ne préservera pas notre identité par le retour à la souveraineté de nos petites patries mais on sauvera notre civilisation par la constitution d’une Europe puissance.

    http://lesalonbeige.blogs.com/my_weblog/web.html

  • Le vent a tourné. Il souffle dans la direction des peuples qui ne veulent pas mourir

    Trump défraye la chronique et il est assez patent qu'il y prend plaisir. Ancien acteur de télé-réalité, on ne s'étonnera pas qu'il raffole d'être vu et entendu. On dit qu'il adore être seul contre tous. Si omnes, ego non*. 

    Désormais son théâtre est le monde. Il y parle fort et - ce n'est pas nouveau - la parole du président des Etats-Unis porte loin. Son langage est rude, cru, sans nuance, manichéen. Celui qui plaît à l'Amérique profonde. Et que l'on comprend au comptoir des saloons sauvages, où l'on boit, selon Brasillach, l'alcool de grain des hommes forts**. Trump a dû goûter de ce breuvage viril - dans les verres grossiers - plus souvent qu'à son tour et de l'énergie qu'il y a puisée il fait profiter son pays et le monde. 

    Il réenracine l'Amérique. Il restaure le vieux nationalisme américain et rompt avec l'humanitarisme universaliste de son prédécesseur. Il ne rêve sûrement pas d'un prix Nobel de la Paix, tel celui notoirement ridicule que le jury de Stockholm avait inconsidérément attribué à Barak Obama à l'orée de son mandat. De toute évidence, ce n'est pas le genre de rêve qui pourrait hanter Donald Trump. Pareil risque ne le guette pas. 

    Il renoue avec l'appétit américain de richesse, de puissance et de liberté. Entendons : La liberté de l'Amérique. « Pour être libre, dit Bainville, il faut être fort ». Telle est même la définition vraie de la liberté. Et Maurras dit quelque part qu’une liberté c’est un pouvoir. Ni plus ni moins. Trump le sait mieux que personne. Ses conseillers maurrassiens - Steve Banon, Stephen Miller … - n'auront qu'à lui confirmer ce qu'il a appris en naissant, comme l'Amérique profonde soudain réveillée par ce soudard capricieux qui siffle la fin du libre-échange. Il punit la Chine et l'Allemagne de leurs succès commerciaux qui ruinent l'Amérique, détruisent son industrie et ses emplois. Il déchire les traités. Il arrive au G7 canadien en réclamant à cor et à cri la réintégration de la Russie. Il déménage son ambassade de Tel-Aviv à Jérusalem. Il engage avec Kim Jong un, un processus de paix hautement improbable il n'y a pas six mois. Si son pouvoir se renforce à l'intérieur, demain, il se rapprochera de Poutine et, après-demain de Téhéran. Enfin - impardonnable transgression - il expulse les migrants ... Il nous conseille d’en faire autant, nous reproche de n’en rien faire … 

    Donald Trump a torpillé le dernier G7 parce qu'il déteste ces grand-messes ridicules et vaines et parce qu'il préfère négocier pour le compte des États-Unis avec chaque partenaire pris séparément. Finies les décisions censément collectives. Fini le semblant de gouvernance mondiale où rien ne se décide jamais. Retour aux nations ! Après l'esclandre canadien, les futurs G7 ne seront sans-doute plus jamais comme avant... L'Amérique de Trump reprend sa liberté. Elle a les moyens de l'exercer. Les Etats-Unis sont forts.  

    Et Trump secoue l'Europe comme un prunier. Il lui dit ses quatre vérités. Il taxe son aluminium et son acier. Le secteur automobile allemand n'a qu'à bien se tenir. Angela Merkel n'ignore pas que Trump l'a en ligne de mire. Et Trump dit à l'Europe sa faiblesse et sa lâcheté. En matière de défense [au fait, contre qui ?] mais aussi en matière d'immigration. Que l'on y regarde bien : à sa manière Trump intervient dans les affaires européennes. Son America first n'est pas nécessairement synonyme de l'isolationnisme d'antan. Trump remue la pâte européenne. Il en discerne les failles, les tendances lourdes. La permanence des nations ne lui échappe pas. La volonté identitaire des peuples non plus. Il distribue blâmes et bons points en conséquence. Il jouera des divisions inter européennes. Au besoin il les attisera. Il en tirera pour les États-Unis tout le parti qu'il pourra. « Les nations n'ont pas d'amitiés, elles ont des intérêts ». Trump ne ménagera pas les nôtres, mieux vaut le savoir. Mais sa sympathie et - en un sens à prendre avec des pincettes - son soutien va, de toute évidence, à ceux qui refusent comme lui la submersion migratoire et le nivellement des identités. A ceux qui ne veulent pas mourir.  

    Certes, ceux qui ne veulent pas mourir, qui veulent rester ce qu'ils sont, n'ont pas encore partie gagnée. Mais on voit mal aujourd’hui comment le mouvement protestataire engagé dans toute l'Europe pourrait être stoppé. Il connaîtra des avancées et des reculs. Mais des deux côtés de l'Atlantique, le vent a tourné. Désormais, il souffle dans la direction des peuples qui ne veulent pas mourir.  

    * Devise de la Maison de Clermont-Tonnerre

    ** Le jugement des juges, Poèmes de Fresnes

    Retrouvez l'ensemble de ces chroniques en cliquant sur le lien suivant ... 

    En deux mots, réflexion sur l'actualité

    http://lafautearousseau.hautetfort.com/

  • Steve Bannon évoque Emmanuel Macron, « un banquier de chez Rothschild qui n’a jamais fait d’argent »

    steve-bannon.jpg

    Steve Bannon, ancien conseiller du président américain Donald Trump et ex-patron de Breitbart, a accordé un entretien à Valeurs actuelles.

    Bannon y commente les récents propos du président Emmanuel Macron sur la « lèpre qui monte » en Europe, « le nationalisme qui renaît, la frontière fermée que certains proposent ».

    « Nous avons été traités de déplorables, d’obscurantistes et maintenant de lépreux… Les Français sont en train de réaliser combien Macron est devenu embarrassant »

    « C’est un banquier de chez Rothschild qui n’a jamais fait d’argent – la définition même d’un perdant – et qui vendrait son âme pour rien. Macron rêve d’être quelqu’un. Il veut être une figure historique mondiale, il s’imagine en nouveau Napoléon. »

    « Sauf que l’autorité ne vient pas de l’imagination, mais de la réalité. Et la réalité, c’est que Macron parle pendant que Salvini ou Orbán agissent »

     

     
  • Une plaquette envoyée par Synthèse nationale à 5000 lecteurs dans les jours qui viennent...

    2018 06 catal.jpg

    Message de Roland Hélie

    Directeur de Synthèse nationale

    Un an après l’arrivée à l’Elysée d’Emmanuel Macron, les choses vont de mal en pis.

    Alors qu’on nous annonçait une ère nouvelle, dé­barrassée de la pesan­teur des partis et reposant sur le renouveau et l’efficacité, force est de reconnaître que rien ne s’est ar­rangé. La France reste soumise aux diktats des lobbys mon­dialistes et les Français continuent à subir les effets dramatiques de la ré­cession et de l’immigration.

    A vrai dire, cette situation ne nous étonne pas vraiment, nous autres na­tionalistes et identitaires. Ma­cron a été pro­pulsé au printemps 2017 pour être la roue de secours du Sys­tème. Après la calamiteuse gouver­nance hol­landesque, cons­ciente que le peuple français était de moins en moins ré­ceptif à ses injonc­tions, l’hyper-classe aux af­faires a lancé le « gadget Macron » pour sauver ses prébendes en l’imposant comme étant le seul « rempart » face à une hypo­thé­tique « menace » mariniste.

    Macron, en bon transfuge de la Banque Rothschild et en tant qu’ancien mi­nistre d’un gouverne­ment socialiste, était le meilleur ga­rant de la continuité pour ceux qui veulent instaurer un vaste marché aux dimensions plané­taires dans lequel l’homme ne serait plus qu’un consommateur docile. Ce projet  passe bien en­tendu par la des­truc­tion des nations, des civi­lisations et des identités. Quant à la « menace » mariniste, celle-ci rele­vait, hélas, plus du phantasme collectif que d’autre chose…

    Quelle super­cherie !

    Quoiqu’il en soit, un an après, les Fran­çais se réveillent confrontés à une sé­rie de problèmes dont ils se seraient bien passés. La précarité augmente de jour en jour, l’insécu­rité due en grande par­tie à l’immigration prend des pro­por­tions jamais atteintes, la soumis­sion de la France à Bruxelles et à la po­li­tique étrangère américaine, en parti­culier au Proche et au Moyen-Orient, est la même et notre indé­pendance nationale relève au­jourd’hui du passé. Et pour tenter d’amadouer ceux qui seraient ten­tés de s’opposer, le pou­voir laisse s’agiter le pantin Mélenchon et ses gauchistes de pacotille qui se croient encore en Mai 1968… Face au mondialisme libéral, rien de tel que l’internationalisme mar­xiste pour faire illusion.

    Ce qui semble paradoxal dans tout cela, c’est que, malgré la puissance du Sys­tème pour broyer la dissi­dence et le formatage du prêt à penser insti­tution­nel, ja­mais les idées de la Droite natio­nale, sociale, populaire et identitaire ont été aussi parta­gées par nos compa­triotes. Ceux-ci sont de plus en plus nombreux, et on le voit tous autour de nous, à ad­mettre la clairvoyance de nos ana­lyses et à souhaiter l’application de nos pro­positions. De même, un peu par­tout en Eu­rope, les peuples re­prennent en main leurs destins. Ce n’est donc pas le mo­ment pour nous de flan­cher, l’espérance doit guider notre combat.

    Depuis 12 ans, un seul objectif

    Synthèse nationale est, depuis sa créa­tion il y a douze ans et comme son nom l’indique, le point de ren­contre des dif­férentes forces poli­tiques, militantes et associatives de la Droite nationale. En multipliant les rencontres, que ce soit dans notre revue ou à l’occasion de nos Journées annuelles (la pro­chaine aura lieu le dimanche 14 oc­tobre à Rungis), nous œuvrons pour que l’ensemble des forces qui consti­tuent notre famille agissent et combattent dans le même sens.

    Et, justement, pour agir et combattre nous avons besoin de vous. Les revues, le site quo­tidien, les réunions et les campagnes militantes, tout cela a un prix. Syn­thèse nationaleexiste et agit que grâce à l’aide de ses lecteurs et amis. Pour défendre la France fran­çaise dans une Europe eu­ropéenne il faut beaucoup de moyens. Or, nous ne som-mes pas stipendiés par la finance apa­tride ni par les sub­ven­tions publiques. Nous ne pou­vons compter que sur vous tous.

    Ne vous laissez plus manipuler, réflé­chissez librement, agissez efficacement. Aidez-nous à nous battre contre le mondialisme et contre la dicta­ture de la pensée unique. La survie de notre na­tion, de notre civilisation et de notre identité en valent bien la peine. Merci d’avance pour votre fi­délité.         

    = Pour nous aider, c’est simple : abonnez-vous à notre revue Synthèse nationale, abonnez-vous aux Cahiers d’Histoire du nationalisme ou à la revue Con­frontation consacrée à l’islamisation de notre continent. Ache­tez les livres que nous vous proposons. Adhérez à l’association des Amis de Synthèse na­tionale. Faites un don à l’occasion de la souscription patriotique 2018 (voir en dernière page).

    Bulletin de souscription patriotique 2018 cliquez ici

    Lire cette plaquette

    Achetez nos livres en ligne cliquez là    

    http://synthesenationale.hautetfort.com/

  • Lavrov : les activités de l’OTAN en Libye sont responsables de la crise des migrants

    1534864571.jpg

    Moscou: On pourrait dire que c’est de l’humour noir emballé en une langage diplomatique: le ministre russe des affaires étrangères Lavrov a commenté les résultats du dernier sommet européen sur les migrations. Il en a profité pour souligner la responsabilité de l’OTAN pour l’interminable crise des migrants. L’Union Européenne doit désormais subir les conséquences des anciennes activités de l’OTAN en Libye car telle est bien l’origine de la crise des migrants. L’Alliance atlantique est responsable du désastre car la Libye est devenue « en pratique, le principal pays de transit des immigrants illégaux ».

    Voici, littéralement, ce que Lavrov a dit lors d’un entretien accordé à la chaîne britannique Channel 4 : « Ce que j’ai constaté en analysant les dernières délibérations de l’UE sur les migrations m’a amené à réfléchir sur le rôle de l’UE et de l’OTAN. L’OTAN a bombardé la Libye et a transformé ce pays en un trou noir par lequel des flots d’immigrants illégaux pénètrent en Europe. L’UE essaie maintenant de limiter les dégâts que l’Alliance atlantique a commis ».

    Les forces de sécurité russes, elles, agissent en Syrie à l’invitation du gouvernement légitime, reconnu par la communauté internationale, a rappelé Lavrov.

    http://www.zuerst.de

  • L’ESCROQUERIE DU RÉCHAUFFEMENT CLIMATIQUE : LA PREUVE PAR LES JOURNALISTES SCIENTIFIQUES !

    image-2-1440x660.jpg

    Je ne suis qu’un scientifique chercheur de vérité. Mathématicien, orienté vers la physique, je cherche la vérité bien évidemment dans les domaines qui me sont accessibles et qui, en même temps, concernent le monde dans lequel je vis. Je vis dans un monde qui a peur !

    Le monde a peur du « réchauffement climatique conséquence du CO2 produit par l’être humain ». Moi aussi, j’ai eu peur… J’ai cru au film d’Al Gore, je n’ai pas – pas plus que Stephen Hawking – mis en doute les prédictions du Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat (GIEC).

    Ces prédictions nous annonçaient des catastrophes d’abord pour l’immédiat. Elles sont régulièrement remises à plus tard par le GIEC. Le GIEC sort chaque jour ses considérations, ses observations, ses calculs, ses prévisions changeantes… Il les sort à la presse qu’il finance, aux médias qui entretiennent la peur.

    Je n’ai plus peur. Je me suis renseigné, ai lu Maxwell et beaucoup d’autres, ai écrit des textes présentant la réalité scientifique, vérifiable, au public. Le public – et c’est normal – ne comprend pas la physique, le public se laisse convaincre par l’autorité (1), par la répétition (2), par cette peur si naturelle aux êtres vivants, cette peur si profitable aux fabricants et aux installateurs d’éoliennes.

    Non, je ne tenterai pas ici de simplifier les réalités scientifiques présentées, entre autres, par Thomas Allmendinger et Robert Ian Holmes, je me contenterai d’une réalité qui a échappé au public, qui ne lui a pas été présentée parce qu’elle ridiculise le GIEC et le lobby éolien, et qu’elle montre tout ce beau monde sous son vrai jour.

    Le GIEC, organisme de l’ONU, est né des prédictions de James Hansen (agent de la NASA) présentées au Congrès des États-Unis en 1988. Certaines de ces prédictions devaient se réaliser quasi immédiatement : le Midwest devait se dessécher, le nombre de jours chauds devait augmenter, les Grands Lacs allaient se vider, la glace de l’Arctique fondre… Cent pour cent d’erreurs pour les prédictions vérifiables de James Hansen, relève Tony Heller (3). James Hansen est toujours encensé comme « sauveur de l’humanité ». Il nous « sauve » d’une menace qui n’a jamais existé puisque le CO2 (gaz carbonique) ne joue pas de rôle dans le climat !

    Malheureusement, je ne suis pas capable d’expliquer, en simplifiant suffisamment, ce non-rôle du CO2 dans le climat, mais j’observe qu’il y a de bons journalistes scientifiques qui y arrivent.

    Ces personnes n’écrivent pas pour la presse officielle.

    Oui, le réchauffement climatique anthropique est une pure escroquerie, escroquerie qui rapporte des milliards à certains et leur évite de devoir s’occuper des vraies pollutions. Ces vraies pollutions demanderaient leurs interventions (4), leur coûteraient de l’argent au lieu de leur en rapporter.

    Et je suggère à tout politicien responsable de s’instruire au lieu de se laisser influencer par ceux qui n’ont que leur portefeuille en tête. Je le suggère à tout citoyen qui pense à l’avenir de ses enfants.

    (1) Lisez Expérience sur l’obéissance et La désobéissance à l’autorité, de Stanley Milgram.
    (2) Lisez Propaganda, d’Edward Bernays.
    (3) Software Expert Exposes 30 Years of « Totally Messed Up » Climate Forecasts, embarrassing NASA Scientists, by Pierre L. Gosselin on 29 June, 2018.
    (4) Des filtres dépolluants sur certaines cheminées, par exemple, coûteraient bien le centième du prix des éoliennes, ne seraient pas accompagnés de cadeaux de l’État – cadeaux de nous tous.

    http://www.bvoltaire.fr/lescroquerie-du-rechauffement-climatique-la-preuve-par-les-journalistes-scientifiques/

  • Le protectionnisme de Trump inquiète les industriels français

    La croissance de l’activité dans le secteur manufacturier a ralenti en France en juin et a connu sa plus faible cadence de progression depuis février 2017, selon les économistes du cabinet Markit.

    L’embellie était de courte durée. Selon le dernier communiqué du cabinet Markit publié ce lundi, la croissance de l’industrie manufacturière française a connu un nouveau ralentissement au mois de juin après déjà plusieurs mois de baisse consécutifs. Ce coup de frein intervient alors que le climat d’inquiétude sur les barrières douanières et leur impact économique ne cesse de prendre de l’ampleur chez les chefs d’entreprise. Par ailleurs, les différentes prévisions établies par l’Insee et la Banque de France pour 2018 annoncent un vrai ralentissement de l’activité en France. Les économistes des deux organismes anticipent respectivement une croissance de 1,7% et 1,8% en 2018 contre 2,3% en 2017.

    (…)

    Lire la suite sur FDsouche

  • « A bas le fascisme » hurle le gauchiste, en lançant son pied dans la tête du flic jeté à terre par la meute…

    Paysan savoyard sur Facebook (juin 2018)

    Censure sur les réseaux sociaux : nouvel épisode

    Après trois semaines d’activité sur FB sous un nouveau compte, un nouvel IP et une nouvelle adresse mail (Hubert Defrasses), l’ensemble de mes commentaires viennent aujourd’hui 29 juin d’être retirés et le droit de commenter les articles du Monde supprimé. Le tout sans explications.

    « Sur l’invasion »

    Aquarius : l’invasion en cours. Equipe de France : l’invasion achevée

    L’équipe de France est le reflet de la jeunesse française : nombreuse, conquérante, en pleine forme physique… Voilà qui nous rassure…

    (SOS Méditerranée) SOS peuples européens

    Rares désormais sont les faits d’actualité qui n’ont pas un lien plus ou moins direct avec l’immigration

    Société multiculturelle et multiraciale = guerre et nettoyage ethnique programmés

    Les immigrés Turcs en France ont célébré bruyamment là où ils sont présents la victoire d’Erdogan… Qu’en pensent les immigrationnistes ? Et qu’en pense Macron-Rothschild, pour qui l’immigration est une chance ?

    Une évolution réjouissante de plus : les brasseries parisiennes rachetées les unes après les autres par des Chinois…

    Chaque année s’installent ou naissent en France 500 000 immigrés non européens supplémentaires (200 000 installations légales ; au moins 100 000 clandestins ; 300 000 naissances ; moins les décès et les quelques départs)

    Le rapport annuel sur le dépistage de la drépanocytose permet de conclure que 40 % des naissances en métropole sont issues de l’immigration non européenne…

    Les messages des rappeurs sont pourtant clairs… Et nous ne voulons pas entendre…

    Aquarius, l’immigration. Les campements, l’immigration. La délinquance, l’immigration. Les attentats, l’immigration…

    Calais, La Chapelle, Aquarius, sommet européen, Abdeslam, Trump… : l’invasion migratoire génère nécessairement une obsession migratoire…

    La cause de la plupart de nos problèmes commence par un « i » et leur solution par un « d »…

    « Sur le Système mondialiste et immigrationniste, son projet, sa propagande, ses collabos, ses dissidents »

    Trois camps en présence : les immigrationnistes, les immigrés et les « populistes ». Les deux premiers pour l’heure sont alliés…

    Trois camps en présence depuis une vingtaine d’années : les immigrationnistes ; les immigrés ; et ceux qui voudraient arrêter l’invasion

    Immigrationnistes et opposants du Système n’ont plus rien en commun qu’une détestation réciproque

    Les immigrationnistes ont raison : s’ils veulent garder le pouvoir, conformément aux principes posés par Machiavel, il faut pousser leur politique au bout de sa logique, l’imposer à tous et éradiquer les opposants.

    Rappelons l’enjeu du sommet de l’UE : il ne s’agit pas de se répartir les migrants mais de leur interdire l’entrée en Europe

    Deux Europe désormais : l’Europe immigrationniste, conduite par la France et l’Allemagne ; et l’Europe des peuples européens (Visegrad, Autriche, désormais l’Italie).

    Soit le gouvernement italien met en oeuvre effectivement et efficacement une politique d’arrêt de l’immigration : il déclenchera alors à coup sûr une réaction en chaîne en Europe. Soit il se couche devant les immigrationnistes au pouvoir dans les principaux pays de l’UE : il en sera alors probablement fini des peuples européens.

    L’enjeu majeur de ce sommet me semble-t-il : le gouvernement italien va-t-il mettre en oeuvre une politique d’arrêt de l’immigration, comme le souhaite la majorité de l’électorat, ou bien va-t-il céder à la pression des dirigeants européens immigrationnistes, Merkel et Macron en tête ?

    Il n’y a pas de « crise migratoire » mais un processus délibéré d’invasion : la classe dirigeante européenne a depuis 50 ans la volonté de susciter et d’organiser un processus d’immigration massive. Pour deux raisons : économique d’une part, idéologique d’autre part

    Les membres de la classe dirigeante, qui organisent l’invasion de l’Europe, sont coupables de Haute trahison : puissent-ils le moment venu être jugés comme tels. Ceux qui aident les clandestins à passer les frontières sont de simples collabos : pour eux le mépris suffira.

    L’immigration était censée payer les retraites… Elle a pris les dimensions d’une invasion et le régime de retraite ne cesse de se durcir… Soit ils sont incompétents soit ils nous trahissent

    Les Bobos sont complices d’un crime, le pire qui se puisse commettre, l’invasion organisée de l’Europe. Et ils se voient comme des gens bien…

    Les Bobos en ont un peu rabattu après le Bataclan..Mais leur suffisance satisfaite, leur égoïsme absolu et leur hypocrisie sans bornes ont repris le dessus

    La « pauvreté » est l’un des nombreux noms de code utilisé par le Système pour cacher le mot « immigration »

    Les Français moyens de souche paient pour subventionner une armée d’associations plus ou moins louches et d’ONG interlopes qui s’activent pour accélérer l’invasion de l’Europe.

    La Cimade, l’un des nombreux acteurs de la collaboration immigrationniste

    Cimade = Protestants = anti France

    Il y a les immigrés. Il y a les collabos. Et il y a tous ceux qui attendent un Orban ou un Salvini…

    Macron-Rothschild d’un côté. Les insoumis et autres gauchistes de l’autre. En apparence tout les oppose. En réalité ils sont d’accord sur l’essentiel : ils sont universalistes et immigrationnistes

    Les gens de gauche détestaient le foot, ce sport de beaufs. Jusqu’au jour où ils se sont aperçus qu’il n’y avait pratiquement plus de Blancs dans le championnat : ils se sont mis à l’adorer

    (fête de la musique à l’Elysée) Propagande immigrationniste. Propagande homosexuelle. Omniprésence de l’anglais… Et tout ça à l’Elysée, là où est censée s’incarner la France… Macron-Rothschild dans ses œuvres

    Louis XIV à Versailles : Lulli, Molière, La Fontaine… Macron-Rothschild à l’Elysée : Beyoncé, Nique ta mère et Rakaya

    (La CNCDH se déclare « profondément choquée » par le traitement des migrants à la frontière franco-italienne) La CNCDH, l’immigrationnisme ultra

    La majorité des Français sont d’un avis exactement contraire à celui de la CNCDH

    (Libération du chauffeur d’Abeslam) Ah, s’il est sous contrôle judiciaire, nous voilà rassurés…

    Mais le contrôle judiciaire, on est bien sûr qu’il soit compatible avec la déclaration des droits de l’homme et la convention de Genève ?

    Cannabis, assistanat, immigration, dérèglement des comportements… Ou comment saborder une civilisation millénaire…

    (La France condamnée par la CEDH) La CEDH et les machins du même tonneau n’auront de cesse que d’avoir détruit les anciens Etats, obstacles insupportables au projet mondialiste

    (attaque contre un journal néerlandais) Un petit attentat supplémentaire… Celui-là est sans victimes, non revendiqué, banal, anodin… Le train-train pour nos sociétés en voie de soumission…

    Pas de morts, pas de blessés : le Système devrait pouvoir escamoter ce petit attentat sans difficulté. Sauf s’il parvient à l’attribuer à « l’extrême-droite », auquel cas on en a pour des semaines…

    (interpellations dans la mouvance d’ultra droite) Le Système n’attend qu’un prétexte pour faire taire une bonne fois la Dissidence. Dans cette perspective, le scénario d’un attentat « d’extrême-droite » suscité, manipulé ou téléguidé, est dans les cartons depuis longtemps

    Pour le Système, un Berjvik est pain-bénit..

    Le Système n’attend qu’un prétexte pour virer Eric Zemmour et emprisonner Renaud Camus

    Wauquiez dans les pas de Sarko : se faire élire avec un discours droitier pour ensuite faire le contraire…

    Les immigrationnistes radicaux crient « no borders ». La fausse droite avance des mesurettes, que les médias du Système présentent comme attentatoires aux droits de l’homme. Macron-Rothschild peut lui continuer d’organiser l’immigration massive tout en paraissant occuper le juste-milieu. Le jeu-de-rôles immigrationniste…

    Lire la suite

  • L'immigration, l'émotionnel et l'Europe

    6a00d8341c715453ef022ad3582252200c-320wi.jpgLa quasi-crise gouvernementale allemande semble donc avoir été surmontée. Madame Merkel paraît s'être pliée aux conditions des partisans d'une politique plus restrictive de l'immigration et de l'asile. Voilà qui pourrait bien annoncer la confirmation d'une poussée continentale qu'il est de bon ton de qualifier de populiste, sans doute parce qu'elle répond au sentiment et à l'opinion des peuples.

    Dans sa chronique politique, en date du 26 juin[1], Guillaume de Thieulloy dénonçait en effet la dictature de l'émotion dans le traitement de l'immigration. Cette critique, certes justifiée dans la plupart des circonstances, n'empêche pas la possibilité d'un retournement des forces émotionnelles.

    Ainsi, trois jours plus tard, dans la nuit du 28 au 29 juin, un accord européen de type chèvre chou était intervenu, largement inattendu et curieusement commenté.

    Certains bons esprits s'étaient préoccupés, en effet, depuis l'élection législative italienne du 4 mars de savoir si l'Italie pouvait sortir de l'Europe. La formation, le 1er juin, du gouvernement de Giuseppe Conte a porté cette hypothèse à un haut degré de scandale et de sottise, pour ne pas parler de ridicule.

    La première question aurait dû consister plutôt à se demander d'abord si l'on peut concevoir une Europe sans l'Italie, sans Rome, sans Florence, sans Venise, etc. L'absurde mène à l'invraisemblable.

    Le questionnement même repose sur le maintien d'une confusion. Depuis la nuit des temps, l'Europe, continent dont les frontières extérieures se situent principalement à l'est, est habitée d'une famille de nations et de peuples apparentés. Elle ne s'est jamais réduite aux fragiles institutions d'un ensemble qui s'appelle, depuis 1993 c'est-à-dire depuis 25 ans, l'Union européenne.

    La chose étant impossible, y compris dans le cadre des institutions actuelles, il a bien fallu tenir compte d'une "autre" émotion, différente de celle des groupuscules subventionnaires que l'on appelle, en langue bois médiatique "les associations".

    Celle du peuple italien paraît sans doute au moins aussi partagée majoritairement par les peuples autrichien, hongrois, polonais, danois, tchèque, slovaque, bulgare, néerlandais et clairement aussi par les Bavarois. J'ai cru comprendre que l'une des causes fondamentales de la victoire du Brexit en Angleterre en 2016 tenait à une émotion du même type. D'importantes minorités la partagent y compris dans les pays bien pensants et bien pourvus.

    On aurait pu se souvenir de l'époque où Chirac et son Premier ministre Jospin en France en communion avec le gouvernement belge avaient envisagé de sanctionner l'Autriche pour avoir mal voté et laissé accéder au pouvoir, en février 2000, après 30 ans de règne social-démocrate, une coalition conservatrice dirigée par Wolfgang Schüssel démocrate-chrétien allié aux libéraux-autrichiens du FPÖ.

    Le professeur moraliste Marc Uyttendaele, s'exprimant dans l'excellent quotidien bruxellois Le Soir rappelait déjà en décembre 2017 "qu’il s’était agi de stigmatiser le réveil de la peste brune en Europe. Louis Michel avait conseillé aux Belges de ne plus aller skier en Autriche. Hervé Hasquin avait suspendu les classes de neige dans ce pays. André Flahaut avait interdit aux militaires de participer à un championnat de ski. Martine Aubry et Laurette Onkelinx avaient refusé de participer aux débats d’un sommet européen quand un ministre autrichien s’exprimait."[2]

    On ne peut s'empêcher de sourire à l'évocation de ces terribles sanctions franco-belges contre la politique de Vienne. Elles demeurèrent minoritaires au sein de l'Union européenne et se traduisirent par un gros plouf. Et, imperturbable, l'auteur de l'article de conclure tristement : "Bien sûr, la réal politique avait fini par prendre le dessus."

    Sauf erreur l'émotion, dont on prétendait et dont on prétend encore se prévaloir à Paris, n'avait guère franchi alors les limites du boulevard périphérique.

    JG Malliarakis 

    Apostilles

    [1] cf. Les 4 Vérités Hebdo édition papier n°1150 daté du 29 juin 2018, éditorial daté du 26.

    [2] cf. Le Soir le 22 décembre 2017

    http://www.insolent.fr/

  • 60 ans que l'agriculture a tout faux

    Des chercheurs français démontrent que les rendements des cultures sont plus élevés quand différentes plantes sont mélangées et qu’elles possèdent un patrimoine génétique diversifié. L’exact contraire de ce que fait l’agriculture depuis 60 ans. 
    D'après cette étude, les polycultures ont en moyenne un rendement meilleur que les monocultures, surtout en condition de sécheresse. "C'est un nouveau paradigme" s'enthousiasme Cyrille Violle, chercheur au Centre d'écologie fonctionnelle et évolutive (CEFE-CNRS/université de Montpellier). Dans le cadre du projet PRAISE sur l'amélioration génétique des prairies semées (financé par l'Agence nationale de la recherche), le CEFE et l'Inra de Lusignan dans la Vienne ont mené une expérimentation originale par sa démarche et totalement nouvelle pour la science. "Pendant un an, nous avons cultivé sur 120 mini-parcelles de 1,2 m sur 1,3 cinq espèces fourragères (luzerne, trèfle blanc, ray-grass, dactyle, fétuque), explique Cyrille Violle. Des parcelles ont accueilli une seule plante en monoculture, d'autres les 5 en polyculture, et nous avons également fait varier la diversité génétique, certaines parcelles n'abritant qu'un seul type, d'autres cinq ou dix génotypes". Certaines parcelles ont été irriguées d'autres pas, pour vérifier le comportement des plantes en situation de sécheresse. 
    Un an et demi plus tard, les chercheurs ont récolté, pesé et comparé la production en matière sèche de chacune des parcelles. Les résultats qui viennent d'être publiés dans la revue Nature plants montrent sans ambiguïté que les polycultures ont eu en moyenne un rendement meilleur que les monocultures, surtout en condition de sécheresse. En irrigation, les parcelles en plantes mélangées ont présenté un rendement supérieur de 200 grammes par m2, soit 2 tonnes par hectare. En situation de sécheresse, la différence est de 8 tonnes par hectare ! La biodiversité génétique apporte un second enseignement. Les parcelles contenant dix génotypes différents pour une seule espèce, au lieu d'un seul, ont présenté une meilleure stabilité de rendement d'une année sur l'autre. 
    Les plantes se partagent les ressources en eau et nutriment 
    Ce résultat s'explique par le comportement des plantes entre elles. "Dans les parcelles en polycultures, les plantes n'extraient pas l'eau et les nutriments à la même profondeur dans le sol, leurs racines étant extrêmement différentes. Il y a donc une meilleure exploitation de la ressource disponible" explique Cyrille Violle. Le rendement plus stable avec un nombre de génotypes plus important s'explique par les capacités individuelles de résistance de chaque individu, ce qui augmente les chances qu'au moins une partie de la population soit moins affectée par le manque d'eau. Avec un seul génotype, la totalité des plantes souffrent en même temps. 
    CLONES. Des plantes en mélange avec une forte biodiversité génétique, c'est ce que l'agriculture combat depuis les débuts de la "révolution verte" à la fin de la seconde guerre mondiale. La recherche (l'Inra en tête) a cherché au contraire à sélectionner par hybridation des individus extrêmement productifs qui ont ensuite été massivement utilisés par les agriculteurs. Aujourd'hui, la grande majorité des surfaces semées en grandes cultures (maïs, blé, oléagineux) sont occupées par des plantes qui ont exactement le même patrimoine génétique. Or, cette logique est en train de buter sur des contraintes physiques d'épuisement des sols, biologiques de multiplication des ravageurs s'attaquant à des clones présentant tous la même faiblesse et surtout climatiques avec l'augmentation des températures. Le réchauffement en cours est l'une des principales causes de la stagnation des rendements du blé depuis le milieu des années 1990. Le maïs du Sud-Ouest perdra au milieu du siècle une tonne à l'hectare, soit 10% de rendement. "Nos résultats montrent qu'il est désormais plus intéressant de parier sur la biodiversité pour augmenter les rendements" assure Cyrille Violle. Le mouvement est encore marginal, mais de plus en plus d'agriculteurs et quelques semenciers commencent à envisager de changer radicalement de pratiques agronomiques. L'Inra explore cette voie notamment pour le blé au centre du Moulon près de Versailles. Le changement de paradigme va donc autant toucher la science que les agriculteurs. Dans le même numéro de Nature Plants, Forest Isbel, chercheur à l'université du Minnesota commente ainsi l'expérience française : "Il devrait être possible pour les agronomes de définir et améliorer des mélanges d'espèces qui puisse augmenter les rendements en optimisant les conditions dans lesquelles les végétaux se complètent entre eux. Les mêmes outils et technologies qui ont été développées et employées pour améliorer la monoculture pourraient d'ores et déjà être employés pour la production en polyculture".

  • Des oligarques coupés de la réalité, par Guillaume de Thieulloy

    union-euro-600x337.jpg

    La crise migratoire « les » rend fous – je veux, bien sûr, parler des oligarques de la caste jacassante qui racontent n’importe quoi.

    Le plus impressionnant, peut-être, tient dans le traitement de l’accord européen du 29 juin.

    À en croire la belle unanimité des médias français, grâce à l’opiniâtreté d’Emmanuel Ma­cron et d’Angela Merkel, la crise migratoire était, pour ainsi dire, résolue.

    En tout cas, l’accord marquait un premier pas dans la « bonne » direction.

    Inutile de dire que, compte tenu de l’orientation des médias politiquement corrects, cette annonce n’était pas vraiment de nature à me rassurer.

    D’autant qu’Emmanuel Macron se félicitait de la victoire de la « coopération européenne ».

    C’était tout simplement faux. L’accord en question marquait, en réalité, le triomphe du groupe de Visegrad, de l’Italie et de l’Autriche – sans parler d’Horst Seehofer, le ministre allemand de l’Intérieur qui est devenu le cauchemar de la chancelière.

    Il n’y a rien, dans l’accord, sur les fameux quotas, rien sur l’obligation d’accueillir les migrants. Tout est sur la base du volontariat. Mieux, les ONG, qui se substituent souvent aux passeurs sont explicitement visées dans le texte de l’accord.

    Le plus vraisemblable, c’est que cet accord ne serve à rien. Mais s’il devait effectivement s’avérer un « bon signal », comme l’a déclaré Mme Merkel, ce serait comme le signal de la fin de l’utopie mondialiste.
    Lentement, la « mondialisation heureuse » s’estompe et l’histoire reprend ses droits.

    Il est frappant, à ce propos, de voir se reconstituer sous nos yeux les vieux empires. L’Autriche, la Hongrie et l’ensemble du groupe de Visegrad, aidés de l’Italie et de la Bavière, reconstituent pratiquement le saint empire, dont l’unité s’est forgée par la lutte contre l’islam (naguère l’empire ottoman, aujourd’hui l’invasion migratoire).

    La Prusse de Merkel, allié traditionnel de la Turquie, tente en vain de freiner cette évolution.

    Le plus absurde est la politique de la France qui continue à soutenir ses adversaires.

    Jadis, les révolutionnaires n’a­vaient rien compris au renversement d’alliance de Louis XV qui, voyant la Prusse menacer, s’était rapproché de l’Autriche, et ils ont consciencieusement détruit ce renversement d’alliance, jusqu’à la funeste bataille de Sadowa qui préparait la naissance d’un nouveau Reich – lequel envahit trois fois la France en moins d’un siècle.

    Aujourd’hui, M. Macron s’obstine à soutenir Mme Merkel, dont les intérêts sont pratiquement contraires aux nôtres, au lieu de soutenir la Hongrie ou l’Autriche, nos alliés naturels.

    Mais, en matière de folie, l’Hi­malaya fut atteint avec le limo­geage de l’ambassadeur de Fra­nce en Hongrie, Éric Fournier.

    L’opération se fit en trois temps, comme une valse autrichienne. Tout d’abord, les trotskistes de Mediapart publièrent une note confidentielle de l’ambassadeur qui justifiait la politique de Viktor Orban.
    On se demande comment l’officine d’Edwy Plenel s’est procuré la note, mais on se doute que celle-ci n’a pas dû plaire à tous ses destinataires.

    Deuxième temps : Emmanuel Macron dénonce les propos de l’ambassadeur, mais s’oppose à toute sanction, pour ne pas créer de « délit d’opinion dans la fonction publique ».

    Avant, troisième temps, de limoger Éric Fournier dès le lendemain ! Si tous les fonctionnaires qui disent ce qu’ils pensent sont ainsi « remerciés », on comprend que les dirigeants vivent dans un monde Potemkine, sans le moindre rapport avec la réalité. La crise migratoire les rend fous, oui, mais, en outre, leur folie les conduits à se couper de plus en plus de la réalité, aggravant encore cette folie.

    Guillaume de Thieulloy

    Tribune reprise de les 4verites.com

    https://fr.novopress.info/211435/des-oligarques-coupes-de-la-realite-par-guillaume-de-thieulloy/

  • Zoom – Pierre Conesa : Hollywood, arme de propagande massive

    Pierre Conesa est ancien haut fonctionnaire au ministère de la Défense. Après un livre brillant sur La Fabrication de l’Ennemi, il revient avec un nouvel ouvrage Hollywar : Hollywood, arme de propagande massive.
    Au fil des pages, Pierre Conesa étudie les figures des héros et des méchants qui évoluent au gré des époques. Une figure du mal construite des Indiens d’Amérique aux terroristes islamistes en passant par les Russes de l’ex-URSS, et des héros américains.
    Une propagande permise par un cinéma diffusé dans le monde entier et qui permet à l’Amérique, dépourvue de roman national à proprement parler de développer un sentiment patriotique grâce à des superproductions qui ne reculent devant rien pour séduire ou lobotomiser.

     https://www.tvlibertes.com/2018/07/03/23959/pierre-conesa-hollywood-arme-de-propagande-massive

  • Passé Présent n°202 – Histoire du fascisme

    Au sommaire :
    – L’Assassinat de Raspoutine (rediffusion de février 2017).
    – Frédéric Le Moal présente son ouvrage “Histoire du fascisme”

    Voir la video sur TVLiberté

  • NON, L’IMMIGRATION N’EST PAS UN REMAKE DES ANNÉES 30 !

    455443-558024.jpg

    Benoît Hamon en meeting le 1er juillet : « N’avez-vous pas honte ? »

    Tout est bon pour culpabiliser les peuples européens vis-à-vis de l’immigration. Ce fut d’abord Mme Merkel, fille de pasteur, qui donna le la à peu de frais. Sauf que, en réalité, elle n’était que la porte-parole d’un patronat en quête d’une main-d’œuvre docile et bon marché. Puis ce fut au tour de la gauche française cosmopolite et internationaliste de nous seriner que la France est riche (de dettes laissées par elle ?) et qu’en digne héritière de la Révolution, elle se doit d’être généreuse. Et maintenant, c’est au tour des stars médiatiques – de la télé, du cinéma, organisations dites non gouvernementales, mais pas apolitiques – de s’emparer du sujet et de s’épandre sur les plateaux et sur les réseaux sociaux en discours nauséabonds, comparant 2018 à 1930 et à la prise de pouvoir des nazis et autres dictateurs.

    Sauf que tous ces braves gens n’ont pas, apparemment, de problèmes de fin de mois, ni de recherche d’emploi. Or, les réalités s’imposent. Ces migrants ne sont pas des zombies, ni des objets non identifiés, des clichés sur réseaux, mais des êtres en chair et en os avec lesquels il va falloir faire place au milieu de nos millions de chômeurs. Et c’est là que commence la comparaison avec 1930. Dans des pays fragilisés par la dette et le chômage, comment accueillir décemment ces centaines d’arrivants non désirés ? C’est tout l’inverse de 1930. Ce sont les peuples qui se révoltent aujourd’hui contre des systèmes politiques qui prennent des décisions majeures pour l’avenir sans les consulter directement.

    Pourquoi aurions-nous honte de dénoncer une comparaison indécente ? Comment comparer la politique d’Hitler d’extermination envers des minorités présentes et intégrées (juifs, homosexuels, tziganes) et l’élémentaire réflexe de protection des acquis sociaux et culturels ? La comparaison ne tient même pas avec l’immigration polonaise et italienne à une époque où les mines et les chantiers avaient besoin de main-d’œuvre.

    Non, la honte est pour ceux qui essaient, sur la détresse et la misère humaine, d’exploiter leur fonds de commerce politique ou médiatique. La honte est à ceux et celles qui, à travers les médias écoutés en Afrique et au Moyen-Orient, laissent croire aux jeunes que l’Europe les attend à bras ouverts. La honte à tous ceux qui, passeurs et associations complices, utilisent ces désespérés à leurs fins mercantiles. Non, la honte est pour ces pays qui, au lieu de les reconduire humainement, les réduisent en esclavage comme en Libye ou les envoient à la mort dans le désert torride du Sud algérien. La honte, aussi, à ces gouvernements africains qui laissent partir et parfois encouragent leur jeunesse, c’est-à-dire le meilleur d’eux-mêmes, à l’aventure au détriment de l’avenir de leurs nations. Mais la cause, dans tout cela, n’est-il pas le leurre d’un eldorado imaginaire agité frénétiquement par un Occident corrompu par le matérialisme et l’argent ?

    Pourquoi ces bons apôtres ne vont-ils pas culpabiliser les pères qui ne songent pas à l’avenir de leur progéniture, les gouvernements qui n’ont pas de politiques pour les jeunes ? Pourquoi ne créent-ils pas des ONG faisant la guerre aux passeurs et ne vont-ils pas faire la leçon à la Libye et à l’Algérie ?

    Oui, nous avons honte pour ceux qui utilisent la détresse d’autrui comme un outil de marketing idéologique.

    http://www.bvoltaire.fr/non-limmigration-nest-pas-un-remake-des-annees-30/

  • Merkel affaiblie après l’accord européen sur l’immigration, par Olivier Bault

    MacronMerkel-600x342.jpg

    Le président français Emmanuel Macron s’est sans doute félicité un peu vite de l’accord obtenu à l’arrachée à l’aube vendredi matin au Conseil européen de Bruxelles. Dès le week-end, l’on s’est aperçu que chacun interprétait différemment les termes (vagues) de l’accord. Ainsi, pour les centres contrôlés – nouveau nom donné aux centres de tri, ou hotspots –, qui pourront être ouverts dans différents pays sur la base du volontariat, les Italiens ont eu la mauvaise surprise d’entendre très vite le président français leur expliquer que, la France n’étant pas un pays de première arrivée, il n’y a pas de raison d’ouvrir de tels centres sur son territoire. Autrement dit, tout reste comme avant, et c’est pourquoi les Italiens n’ont pas l’intention de rouvrir leurs ports désormais interdits aux navires des ONG, et c’est tant mieux !

    De la même manière, Angela Merkel avait, semble-t-il, cru comprendre au cours du sommet – peut-être était-ce la fatigue – que quatorze pays européens, dont les quatre de Visegrád, lui avaient promis qu’ils négocieraient avec elle des accords bilatéraux pour reprendre à l’Allemagne les « migrants » passés par leur territoire. C’est en tout cas ce qu’elle a annoncé dans une lettre expliquant les conclusions du dernier Conseil européen aux partenaires de sa coalition : la CSU, parti frère bavarois de son propre parti CDU, et le SPD social-démocrate. Mais dès que l’information a été reprise dans les médias allemands dimanche, les pays « de l’Est » concernés ont apporté un démenti cinglant à la chancelière.

    Le ministre de l’Intérieur allemand Horst Seehofer, chef de la CSU, avait prévenu Mme Merkel il y a deux semaines, lorsque celle-ci s’était opposée à son plan de refoulement systématique aux frontières de l’Allemagne des immigrants déjà enregistrés dans un autre pays de l’UE : si elle ne revenait pas du Conseil européen avec un accord correct, permettant de lutter efficacement contre l’immigration clandestine à l’intérieur de l’UE, il démissionnerait. Après s’être réuni avec son parti dimanche, le ministre a donc annoncé son intention de démissionner, estimant que l’accord vanté par Macron serait « inefficace ».

    Seehofer n’a toutefois pas été suivi par son parti et ce n’est pas non plus la première fois depuis 2015 qu’il menace la CDU de rupture. Lors d’une réunion entre eux lundi, les leaders de la CDU et de la CSU ont réaffirmé leur volonté de gouverner ensemble. S’en est suivie une réunion « de la dernière chance » entre Seehofer et Merkel lundi soir, à l’issue de laquelle un compromis a été annoncé. Les contrôles à la frontière avec l’Autriche seront renforcés, et les immigrants y seront orientés vers des centres fermés en attendant de vérifier leur statut. Ceux qui auront déjà été enregistrés dans un autre pays de l’UE ou déjà déboutés du droit d’asile seront alors renvoyés en Autriche.

    Les politiques européennes ayant échoué, notamment en raison du refus de Berlin et Paris – malgré les appels en ce sens des ex-pays de l’Est et de l’Autriche – de mettre en place de vraies politiques de lutte contre l’immigration illégale comme l’a fait l’Australie depuis 2013, on s’oriente vers des politiques nationales avec des coopérations intergouvernementales dans le style de celles qui ont conduit à la fermeture de la route des Balkans début 2016. Même Mütti Merkel s’y met, pour conserver son poste…

    Olivier Bault

    Article paru dans Présent daté du 3 juillet 2018

    https://fr.novopress.info/