Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

- Page 4

  • Choisis ton camp camarade !

    A quelques jours du grand rassemblement de Villepinte pour le 1er mai, Marine était hier soir à Nice, ville à l’étymologie de bon augure!, pour une réunion publique qui a rassemblé les foules,  dans un palais Nikaïa chauffé à blanc.  Une nouvelle occasion  de marteler le caractère diamétralement opposé des deux projets  portés pas les candidats de ce second tour. Celui d’un côté de la renaissance patriotique, d’un peuple protégé de la violence de la mondialisation, d’une nation qui fait de ses racines, de sa richesse humaine une force. De l’autre l’enterrement de première classe de 15 siècles d’identité française, le règne  du libéralisme sans frein ni conscience, celui de la liberté du renard dans la poulailler, du déclin  mondialiste, d’un monde gris,  désincarné et sans âme,  celui des salles de marché. La candidate national a beaucoup insisté, et c’est heureux, contre la marchandisation du monde,  le règne de l’argent roi comme unique horizon  qui est celui du poulain de MM. Minc et Attali. Un thème capable de fédérer autour de la candidature de Marine aussi bien un électorat de droite qui n’a pas oublié les enseignements  véhiculés par les valeurs helléno-chrétiennes qui structurent  notre civilisation, qu’un électorat de gauche qui refuse la dictature des banques, l’ordo-libéralisme. Selon un sondage Odoxa pour France info diffusé ce matin,  après  le passage des deux candidats à l’usine Whirlpool,  Marine Le Pen est jugée plus sincère par 49% des sondés contre 45% qui jugent que c’est le candidat de l’UOIF, de la Commission européenne et des fonds de pension anglo-saxons.

    Car la peur du grand méchant loup Le Pen que les privilégiés du Système  essayent  de réactiver pour sauver leurs fesses, ne fonctionne  plus avec la même efficacité qu’avant, même dans les quartiers a priori les plus hostiles. Dans Le Monde, Yves Dormagen, professeur à science-po Marseille, constate le regard différent porté sur le FN  à quinze ans d’intervalle, par les habitants de la  cité des Cosmonautes, à Saint-Denis (Seine-Saint-Denis) : .« En y retournant j’ai été très surpris. Il n’y a plus la peur du FN qu’il y avait (en 2002) où il faisait l’objet d’un rejet radical. La méfiance persiste, d’autant qu’il y a beaucoup d’électeurs d’origine étrangère, mais il y a beaucoup de passivité vis-à-vis du FN. Les gens se disent “est-ce que ce serait vraiment pire ? ». « Macron leur fait peur. Beaucoup de ménages sont à 100 euros près. La suppression de l’APL [aide au logement] ou d’autres aides sociales les ferait basculer dans la pauvreté. Or, Macron est perçu comme le candidat des riches – de ce point de vue, son dîner à La Rotonde est une catastrophe. Dans la cité,  les gens sont peu politisés, mais ils craignent le Macron banquier et libéral, poursuit le chercheur. Une aide-soignante l’appelle “Macron les grandes dents”. Alors que vis-à-vis de Le Pen c’est paradoxal : il y a à la fois une méfiance, et une sympathie parce qu’elle s’affiche comme celle qui défend les petits. »

    Bien sûr, et comment pourrait-il en être autrement, une quarantaine « d’associations et syndicats de la culture » vivant de prébendes diverses et variées,  dans l’orbite de la gauche socialo-communiste ou socialo-trotskyste  (CFDT Culture, CFTC, CGT Culture, etc.) ont appelé  avec le même élan pavlovien, à  « participer au scrutin du 7 mai, à voter pour faire barrage au FN » et à « ses idées antidémocratiques de rejet de l’autre et de repli sur soi ». Elles organiseront avec une  Ligue des droits de l’homme et une  Ligue de l’enseignement du même mauvais métal une manifestation le 2 mai. Pour autant, preuve de la pression de la base sur les dirigeants syndicaux,  les organisations syndicales (moins de 6% des salariés en France…), ont été incapables de parler d’une seule voix sur les consignes de vote et d’organiser une manifestation unitaire le 1er mai…

    Dans cette mauvaise farce, les rôles sont bien distribués, le très suffisant mélenchoniste, toujours en retard d’une guerre, Gérard Miller, votera Macron, bégayant sur les plateaux son vieux couplet sur la lutte prioritaire contre le fascisme, suivant en cela le comédien-homme-de-gauche Philippe Torreton qui , après avoir fait les yeux doux au candidat de la France Insoumise,  le conspue aujourd’hui. « Dimanche soir, a-t-il déclaré, j’ai vu Benoît (Hamon) appeler à faire barrage au Front National sans ambiguïté, mais nous avons été des millions à constater que La France insoumise est mauvaise perdante : elle boude et fait la gueule et se retrouve incapable d’appeler à voter Macron, comme son leader délégué général avait appelé du temps où il était cadre sup au PS à voter Chirac ». « Pourtant, en termes de probité et de batterie de cuisine aux fesses, entre Chirac et Macron, il y a un monde. Jean-Luc, ça fait quoi de voir ses électeurs dragués par l’extrême droite ? ». Comme quoi,  être un (bon) acteur ne donne pas les clés pour comprendre le théâtre politique…

    Il n’est pourtant pas dur de comprendre que  les amis de Jean-Luc Mélenchon, l’aile gauche du PS incarnée par  Benoit Hamon et Martine  Aubry,  exposent au grand jour, chacun à leur manière, toute la duplicité qui est la leur. Ils apparaissent déchirés entre leur idéologie immigrationniste – elle  sous-tend leur  haine assez pathologique de l’Opposition nationale, populaire et sociale –  qui les conduisent à affirmer que pas une voix ne doit se porter sur Marine le 7 mai,  et leur volonté de ne pas apparaître dans la perspective des législatives et de la recomposition à gauche pour ce qu’ils sont vraiment. A  savoir les éternels idiots utiles d’un mondialisme qui matraque les classe moyennes et populaires.

    Ce qui explique le choix d’un Mélenchon,  de ne pas appeler explicitement au vote Macron, comme l’ont annoncé sans barguigner Gattaz, Raffarin, Valls, El Khomry ou Estrosi, tout en exigeant de  faire barrage à la candidate désignée comme l’ennemi à abattre par une oligarchie qu’il a conspué tout au long de sa campagne. Pas sûr que tous les électeurs de Mélenchon, du moins les plus conscients,  ceux qui entendent vraiment renverser la table, suivent les consignes des  révolutionnaires d’opérette et autres alliés de revers du Medef qui forment l’Etat-major de la France insoumise que sont un Manuel Bompard,  un Eric Coquerel, un Alexis Corbière, une  Danielle Simonnet

    Il n’est pas étonnant de la même façon, souligne Bruno Gollnisch,  qu’une trentaine  de sociétés de journalistes,  par ailleurs  employés des  médias aux mains des sept milliardaires soutiens d’Emmanuel Macron et/ou travaillant pour le service public – BFMTV,  Les Échos, Le Figaro, France 2, France 3, France 24, France Culture, France Info, France Inter, L’Humanité, Libération,  M6, Mediapart, Le Monde, L’Obs, RFI, RMC, RTL, Télérama, TF1… -,  les élus du SNJ-CGT et de la CFDT de  La Voix du Nord,  aient attaqué le FN qui mettrait en danger la liberté de la presse. Il fallait oser !  Ils osent d’ailleurs tout, mais quel crédit possède encore cette caste journalistique dont le tropisme de gauche, le grégarisme intellectuel et l’hostilité militante aux idées nationales (à d’heureuses exceptions près) n’échappent pas aux Français ? Le vote du 7 mai sera aussi une occasion de le mesurer.

    https://gollnisch.com/2017/04/28/choisis-ton-camp-camarade/

  • DESOBEISSANCE CIVILE OU REBELLION ?

    immigration_0.jpg

    Pieter Kerstens

    De multiples naturalistes, anthropologues, historiens et scientifiques ont étudié les phénomènes de migrations et remarqué qu’il existe un seuil de « tolérance ».

    Que ce soit pour les oiseaux, les insectes, les poissons, les plantes ou même les humains, le niveau d’acceptation, d’assimilation, d’intégration de concentration ou d’assemblage se situe à 6%. Au-delà on assiste dans tous les cas à des situations conflictuelles qui conduisent à des perturbations et des évolutions préjudiciables aux espèces locales. Les recherches de l’éthologiste Konrad Lorenz (prix Nobel) ou du démographe Alfred Sauvy, parmi d’autres, en font état.

    Au fil des siècles les migrations humaines ont toujours existé, au prétexte d’un meilleur « ailleurs ». La plupart d’entre elles, lorsque leur implantation a été définitive, l’a été au détriment des populations autochtones. Par exemple : les Etats-Unis d’Amérique où les Indiens ont été asservis ou tout bonnement exterminés. En Australie, les aborigènes ont été anéantis par l’alcool et les maladies. Au 16ème siècle, les Bantous avaient émigrés vers le sud de l’Afrique (pas encore considéré comme Etat) chassant les Boschimans et les Hottentots. On trouve d’autres exemples identiques aussi bien en Amérique du Sud, qu’en Asie Centrale, au Moyen-Orient ou en Extrême-Orient, tel le royaume mongol de la Horde d’Or fondé par Batu Khân, petit-fils de Gengis Khân, par le fer et par le feu, en exterminant les populations russes et galiciennes.

    L’invasion des pays européens par des hordes de sans-papiers depuis des décennies conduit à des bouleversements indésirables. Sommes-nous suicidaires et voulons-nous disparaître ?

    Soyons clairs : la charité, l’accueil et la solidarité se justifient en fonction des circonstances, de l’ampleur du phénomène et des comportements des individus qui demande aide et protection.

    Tel était le cas des Russes fuyant la révolution bolchevique de 1917, des Italiens ou des Espagnols refusant les régimes de Mussolini et de Franco. Tous se sont intégrés, avec plus ou moins de difficultés, ou sont repartis dans leur pays d’origine dès le calme revenu. Mais tous étaient de souche européenne, blanche et chrétienne.

    Cette situation est devenue différente depuis 1974, date de l’arrêt officiel de l’immigration dite « économique » en Europe. Parce que nos gouvernements laxistes et mondialistes nous ont imposé une immigration de peuplement, d’abord en régularisant des centaines de milliers de clandestins tous les ans, et ensuite en accordant la naturalisation à des millions d’immigrés non-européens ces 40 dernières années.

    Et c’est à ce moment qu’intervient le fameux « seuil » d’acceptation de 6% avec les peuples autochtones.

    Immanquablement des conflits entre espèces ou communautés - non assimilées - et populations européennes ont eu lieu, dans l’indifférence méprisante des autorités successives. Malgré les mises en garde, les signaux d’alarme et les constats des diverses administrations, les euro-mondialistes s’obstinent dans leur utopie sectaire d’une société « multiculturelle et pluriethnique », dont le résultat pratique est la multiplication des émeutes en Suède, en Angleterre, en France et bientôt en Allemagne ou en Belgique, par exemple.

    Plus de 66% des gens interrogés refusent l’arrivée de nouveaux « migrants », non par égoïsme, repli sur soi, xénophobie, par peur ou racisme. Simplement ils répondent que partout en Europe il y a déjà un trop-plein d’inassimilables ; ils disent que les caisses sont vides ; que des dizaines de millions d’Européens de souche sont déjà sans travail et que promettre un emploi à des analphabètes non-européens est une folie ; que des dizaines de millions d’autres blancs vivent dans la pauvreté et surtout, les personnes sondées répondent qu’ils en ont ras-le-bol de constater que la majorité de ces immigrés régularisés et naturalisés depuis 40 ans nous imposent leurs us, leurs coutumes et leurs traditions, incompatibles avec notre civilisation et nos modes de vie !

    Que ce soit en France ou ailleurs, le peuple est exaspéré par la culpabilisation, la repentance, le politiquement correct, la discrimination « positive » et le racisme anti-blanc. Partout en Europe les signaux sont au rouge. Que les adeptes du métissage à tous les étages et leurs complices francs-maçons prennent garde : l’exaspération précède le désespoir et la désobéissance civile est un prélude à la rébellion. Ce n’est qu’une question de temps.

    Et si les « nouveaux Européens » ne sont pas contents de leur sort, personne ne les empêche de retourner dans le pays de leurs aïeux, étant donné qu’ils ont aussi la double nationalité, pour une grande majorité d’entre eux.

    http://synthesenationale.hautetfort.com/

  • Marine Le Pen MEETING DE NICE 24 avril 2017

    Partie 1/2 :

    Partie 2/2 :

    https://www.marine2017.fr/2017/04/24/meeting-de-nice/

  • Neutralité dans l’Education nationale : 78% des enseignants ont voté à gauche ou à l’extrême gauche

    Pour les parents d’élèves qui s’inquiétaient d’un certain manque de neutralité politique dans l’Education nationale émanant des enseignants, un sondage IFOP suite au premier tour de l’élection présidentielle va les amener à s’interroger encore un peu plus.

    Il en résulte en effet que 78% des enseignants interrogés disent avoir voté à gauche ou à l’extrême gauche.

    Le milieu enseignant, qui représentait 945 000 personnes en 2016, a voté Macron à 38% et Mélenchon à 23%, ainsi qu’Hamon à 15%, Poutou à 1,5% et Arthaud à 0,5%.

    Ils ne sont par ailleurs que 5% à avoir voté Marine Le Pen – qualifiée pour le deuxième tour – signe d’un profond décalage entre ceux qui enseignent à nos enfants et le peuple. Pour François Fillon, ils sont 11%, et 4% pour Nicolas Dupont-Aignan ainsi que 0,5% pour Asselineau, 1,5% pour Jean Lassalle et 0% pour Jacques Cheminade.

    Les enseignants sont par ailleurs 86% à déclarer vouloir réserver les trois quarts du temps scolaire en primaire aux enseignements fondamentaux, 84% à vouloir mettre en place un service public du soutien scolaire ou encore 83% à vouloir abroger la réforme du collège, rétablir les filières européennes, bilingues et les options langues anciennes. Un camouflet pour Najat Vallaud-Belkacem !

    Voir l’intégralité de l’étude ici

    Cette adhésion ultra majoritaire aux idées de gauche explique aussi pourquoi en France, les parents sont de plus en plus nombreux à retirer leurs enfants de « l’école de la République » pour les diriger vers d’autres pédagogies.

    Etude réalisée par l’Ifop pour SOS Education par questionnaire auto-administré en ligne du 16 au 19 avril 2017 auprès d’un échantillon de 1 001 enseignants, représentatif de la population des enseignants. La représentativité de l’échantillon a été assurée par la méthode des quotas (sexe, âge, niveau de degré d’enseignement, statut, académie) établis sur la base des données RERS 2016.

    http://www.breizh-info.com/2017/04/27/68171/neutralite-dans-leducation-nationale-78-des-enseignants-ont-vote-gauche-ou-lextreme-gauche

  • A Nice, l'union des droites est en marche

    6a00d83451619c69e201b8d27c92fd970c-320wi.jpg

    Photo prise ce soir avant le meeting de Marine Le Pen à Nice : Marion Maréchal Le Pen aux côtés de Jacques Peyrat ( député FN des Alpes-Maritimes de 1986 à 1988 et UMP de 1997 à 1998, maire de Nice de 1995 à 2008, sénateur des Alpes-Maritimes de 1998 à 2008 et président de la communauté d'agglomération Nice-Côte d'Azur de 2002 à 2008) et de Jérôme Rivière, député UMP Alpes-Maritimes de 2002 à 2007 et désormais rallié au FN. Tout un symbole .

    Philippe Carhon

    http://lesalonbeige.blogs.com/my_weblog/web.html

  • Mathieu Bock-Côté : Macron-Le Pen, « la grande explication idéologique autour de la question nationale française » est remise à plus tard

    Une analyse de Mathieu Bock-Côté           

    4047151000.jpgPour Mathieu Bock-Côté, malgré un second tour Macron-Le Pen, « la grande explication idéologique autour de la question nationale française » n'est pas pour tout de suite. Cette tribune [Figarovox, 26.04] pose avec grand réalisme et lucidité, beaucoup de justes questions ; elle constate l'échec de la droite à être une vraie droite, dégagée de son asservissement à la doxa et à l'emprise de la gauche. Elle va au fond des choses qui est civilisationnel et non gestionnaire. Être antisystème bien plus radicalement que ceux qui revendiquent aujourd'hui, électoralement, ce positionnement, est évidemment à quoi aspire Mathieu Bock-Côté. Comme nous-mêmes qui n'avons jamais cru que cette mutation puisse être, ad intra, le fait du Système lui-même ou de l'une de ses composantes.  Il y faudra, selon nous, une révolution des esprits et des volontés beaucoup plus large et beaucoup plus profonde, qui monte d'une large frange de la société française. Ou, si l'on veut, un populisme lassé du Système et aspirant à tout autre chose.  Lafautearousseau 

    Finalement, les sondages ne se seront pas trop trompés. Emmanuel Macron a bien terminé en tête du premier tour de la présidentielle et Marine Le Pen est bien parvenue à se qualifier pour le deuxième. Le deuxième tour plébiscitera très probablement l'héritier de François Hollande, d'autant qu'une pression médiatique et politique immense s'exerce déjà pour pousser au grand rassemblement républicain contre un Front national ne parvenant manifestement pas à se dédiaboliser, à tout le moins chez les élites politiques et médiatiques. La consigne est généralement entendue: pas un vote pour Marine Le Pen.

    Ceux qui s'approchent de cette dernière sont immédiatement irradiés: ils sont frappés du sceau de l'infréquentabilité. On imagine mal le leader du FN susciter des ralliements chez des figures bien établies de la classe politique ou du milieu intellectuel. La démocratie postmoderne voit dans ce qu'elle appelle le populisme le grand autre représentant la part malveillante et refoulée du genre humain contre lequel tout est permis. Elle va même jusqu'à mettre sur le même pied le populisme et l'islamisme, comme si ces deux phénomènes témoignaient d'une même pathologie à combattre ouvertement. La gauche ne semble toujours pas capable de combattre le FN sans faire appel à la rhétorique antifasciste.

    On veut présenter le deuxième tour de cette présidentielle comme un grand référendum opposant la France ouverte contre la France fermée. D'autres parleront de la France de l'avenir contre la France du passé. On départage ainsi aisément les gentils et les méchants, les branchés des salauds. Le Front national accepte lui-même cette alternative bien qu'il la reformule dans d'autres mots, en distinguant le camp mondialiste et le camp souverainiste, qui recouperait la division du pays entre les élites et le peuple. Le deuxième tour est ainsi transformé en référendum depuis longtemps attendu sur l'avenir de la France. On veut y voir une élection civilisationnelle engageant toute une époque.

    Il faut pourtant résister à cette illusoire clarté idéologique. Car si Emmanuel Macron représente bien le camp de la mondialisation heureuse, il ratissera beaucoup plus large au terme d'une campagne qui verra une bonne partie de la droite libérale, conservatrice ou même souverainiste se rallier sans trop d'enthousiasme mais sans hésitation non plus à sa candidature, présentée dans les circonstances actuelles comme un moindre mal devant la possibilité de l'aventure frontiste. La majorité présidentielle qui s'en dégagera ne sera pas idéologique. Au terme du deuxième tour, il n'y aura pas en France un grand parti macronien allant de Daniel Cohn-Bendit à Bruno Retailleau.

    De même, Marine Le Pen ne rassemblera qu'une part réduite et déformée de cette France souverainiste et conservatrice qui cherche à prendre forme depuis un temps. Elle se montre manifestement incapable de la fédérer politiquement. Il faut dire que personne n'y parvient et qu'elle n'est certainement pas dans la meilleure position pour le faire. Si jamais elle atteint quand même 40% au deuxième tour, elle pourra néanmoins crier victoire: cela voudra dire qu'une bonne partie du peuple de droite est devenue indifférente ou même hostile aux critères de la respectabilité médiatique. L'électeur ordinaire aura finalement franchi le cordon sanitaire. De son point de vue, 2017 se transformera en étape vers 2022.

    Chose certaine, l'absence de la droite au second tour est tragique. La défaite de François Fillon n'est pas d'abord celle de ses idées, encore moins celle de la tendance conservatrice qui l'a porté même s'il ne voulait pas lui-même la porter. C'est celle d'un homme qui a entraîné son camp dans une spirale infernale. Qu'adviendra-t-il du renouveau conservateur de la droite ? Le leadership républicain sera-t-il tenté de faire porter la responsabilité de la défaite à cette renaissance conservatrice et identitaire ? Certains le laissent déjà entendre, comme si la droite était condamnée à la déroute dès lors qu'elle n'accepterait plus de n'être qu'une vision modérée de la gauche. Ils sont nombreux à droite à se faire une fierté de dédaigner leurs propres troupes et même à s'essuyer joyeusement les pieds sur ceux qui les soutiennent.

    Revenons-y un instant: depuis quelques années, la droite avait cherché à se délivrer de la tutelle idéologique du progressisme. Elle voulait en quelque sorte se déjuppéiser et cesser d'emprunter à ses adversaires des concepts et un vocabulaire contribuant à l'inhiber puis à l'étouffer, en la réduisant au seul espace du libéralisme comptable. C'était tout le sens de la redécouverte du conservatisme depuis quelques années : permettre à la droite de redevenir elle-même. Pour reprendre le terme du jour, la défaite accidentelle de Fillon annonce-t-elle une régression idéologique de la droite, renouant piteusement avec une philosophie moderniste, gestionnaire et comptable, renonçant à penser les enjeux de civilisation ?

    Plusieurs annoncent une recomposition politique. Il faudrait d'abord parler de décomposition. On disserte depuis des années sur la fin du clivage gauche-droite, qui semble pourtant moins superficiel qu'on ne veut le croire. Il est vrai que d'autres clivages surgissent, mais aucun ne parvient à s'imposer clairement. Souverainistes et mondialistes ? Progressistes et conservateurs ? Identitaires et cosmopolites ? Libéraux et antilibéraux ? Ces alternatives cherchent à saisir une réalité qu'on comprend bien intuitivement mais qu'on peine à conceptualiser adéquatement, comme si une partie du réel débordait toujours des représentations dans lesquelles on veut l'enfermer.

    Cette redéfinition des termes du débat politique s'inscrivait pourtant dans un contexte occidental où les questions culturelles, anthropologiques, identitaires et civilisationnelles prennent ou reprennent une importance vitale. La politique n'est plus cantonnée dans les enjeux gestionnaires ou dans le seul paradigme de la croissance et de la redistribution de ses fruits. On se délivre d'un matérialisme étroit, qui assèche l'âme. Dans toutes les sociétés occidentales, une angoisse existentielle est ressentie : celle de la dissolution du monde commun, celle de la fin d'une civilisation que plusieurs voudraient pourtant faire durer. On ne peut esquiver cette préoccupation sans esquiver au même moment l'essentiel.

    Pour l'instant, la fragmentation extrême de l'électorat est accentuée par un système politique déréglé qui fait exploser la contestation antisystème sans qu'elle ne parvienne à se fédérer autour d'une grande option politique intégratrice. Il y a ceux qui contestent la mondialisation libérale, il y a les autres qui s'en prennent à l'immigration massive, sans oublier ceux qui en veulent aux médias ou à l'Europe. On parle depuis quelques jours des quatre France, qui ne parviendraient pas à s'emboîter dans une dynamique politique créatrice. Le prix à payer pour ces nombreuses postures oppositionnelles, c'est un effrayant sentiment d'impuissance politique. Dès lors resurgit la possibilité d'une crise de régime.

    Le conflit idéologique croise ici une mutation sociologique bien réelle. On a noté l'incapacité de François Fillon de rejoindre les classes populaires tout comme l'incapacité de Marine Le Pen de rejoindre la bourgeoisie nationale et conservatrice. Les deux habitent pourtant l'espace national et témoignent d'un désir d'enracinement dont la censure alimente un profond sentiment d'aliénation politique. Ces deux catégories, en quelque sorte, s'inscrivent dans un espace national qui n'est pas celui de la nouvelle bourgeoisie mondialisée. Cette dernière contrôle encore les codes de la respectabilité médiatique et se maintient ainsi au pouvoir. S'agit-il d'une contre-offensive durable ou seulement d'un sursis ?

    Quoi qu'il en soit, le deuxième tour de la présidentielle n'aura rien de la grande explication idéologique autour de la question nationale française. En fait, ce deuxième tour maquillé en affrontement homérique entre philosophies contradictoires ne sera rien d'autre qu'une réaffirmation de la toute-puissance du système médiatique qui est parvenu en quelques mois à redéfinir une élection en la dégageant des enjeux de fond qui auraient dû la définir. Le débat de l'entre-deux tours sera à bien des égards parodique. Le fond des choses finira bien par remonter à la surface, mais pour un temps, le système médiatique aura remporté la bataille. 

    Mathieu Bock-Côté        

    Mathieu Bock-Côté est docteur en sociologie, chargé de cours aux HEC à Montréal et chroniqueur au Journal de Montréal et à Radio-Canada. Ses travaux portent principalement sur le multiculturalisme, les mutations de la démocratie contemporaine et la question nationale québécoise. Il est l'auteur d'Exercices politiques (éd. VLB, 2013), de Fin de cycle: aux origines du malaise politique québécois (éd. Boréal, 2012) et de La dénationalisation tranquille (éd. Boréal, 2007). Son dernier livre, Le multiculturalisme comme religion politique, vient de paraître aux éditions du Cerf [2016].

    http://lafautearousseau.hautetfort.com/