Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

09/11/2017

Ces mosquées liées au djihâd réouvertes après l'état d'urgence (novembre 2017)

Journalistes de droite, comptez-vous

stories.virtuemart.product.2846_page_01nsp_106.jpgLu dans Minute :

J

Michel Janva

http://lesalonbeige.blogs.com/my_weblog/web.html

Populisme : la deuxième vague européenne. Il y a une vie pour l’identité européenne après Marine Le Pen

populisme-identite-europe-588x330.jpg

Par Jean Ansar, journaliste, essayiste ♦

Les commentateurs de l’idéologie dominante se sont réjouis trop vite. Pour eux, les hésitations dans les négociations du Brexit et l’échec de Marine Le Pen marquaient le reflux des populismes. Ils doivent sacrément déchanter.

L’entrée d’identitaires européens en Allemagne puis le « à droite toute » de l’Autriche et de la Tchéquie prouvent que ceux qui veulent rester ce qu’ils sont montent toujours en puissance sur un continent menacé par l’immigration et l’islamisme.

Certes le mouvement Catalan s’inscrit dans une vision plus à gauche d’une identité régionale rêvant d’indépendance, mais le plus d’autonomie de la Lombardie et de la Vénétie rejoint le mouvement général de ceux qui veulent assumer un destin historique européen.

Madame Merkel par son immigrationnisme suicidaire aura eu un mérite, réveiller les Allemands et en finir avec la vitrification idéologique de la guerre mondiale. C’est partiel mais incomparable avec ces dernières années de totalitarisme anti raciste.

L’Autriche qui avait déjà défié l’Europe est à nouveau dans une gouvernance de toutes les droites.

L’ÖVP, parti conservateur chrétien, a remporté une victoire historique en raflant 31,7% des voix, suivi par le parti social-démocrate et le FPÖ (parti d’extrême droite) au coude à coude. Ainsi, le jeune Sebastien Kurz (31 ans) pourrait devenir très prochainement le plus jeune dirigeant d’Europe. Les récentes positions et déclarations de l’ÖVP laissent présager une très probable alliance avec les forces d’extrême droite. Pendant la campagne électorale, le Parti conservateur a affiché des orientations politiques très proches de celles du FPÖ, celui-ci allant même jusqu’à dénoncer un « plagiat » de son programme.

Par ailleurs, Sébastien Kurz a promis le changement, laissant sous-entendre qu’il mettrait fin aux longues années de coalition entre les sociaux-démocrates et les conservateurs. Il faut dire que depuis les années 1990, le renouvellement de la communication du FPÖ porte ses fruits, puisque le parti d’extrême droite progresse à chaque élection nationale. Le FPÖ ne cache pas sa volonté de se rapprocher des gouvernements les plus conservateurs et xénophobes d’Europe, tels que la Hongrie et la Pologne et maintenant la Tchéquie.

Le parti d’Andrej Babis vient, lui, de remporter les élections législatives en République tchèque. Son mouvement, l’ANO (Action des citoyens mécontents), fondé en 2013, a recueilli 1,5 million de voix, trois fois plus que le parti de droite libérale (ODS), arrivé deuxième. Et parmi les 200 députés élus, Andrej Babis a réalisé le meilleur score, en Bohême centrale où il se présentait. Juste derrière l’ODS, deux partis anti-systèmes, radicalement différents, réalisent une percée spectaculaire : les Pirates (10,8 %) et l’extrême droite du SPD (10,7 %). D’après Radio Praha, « Andrej Babis maintient le flou artistique sur le contenu concret de son programme, naviguant entre une volonté de rigueur budgétaire, une suspicion nouvelle à l’égard de la construction européenne et un rejet de plus en plus marqué de l’accueil des migrants ». Au soir de sa victoire, Babis a déclaré avoir « de toute évidence un allié en Autriche”, M. Kurz, “qui partage nos idées sur l’immigration », une référence au discours de fermeté sur l’immigration tenu par le futur chancelier à Vienne.

L’immigration reste au cœur du mouvement protestataire et anti-élites européens. Ce thème marque la scène politique de part et d’autre du continent : Autriche, Allemagne, Pays-Bas, Danemark, Finlande, Grande-Bretagne etc… En France, le succès d’Emmanuel Macron n’efface ni le niveau de l’abstention ni le score du Front national. À Varsovie et à Budapest, des partis nationalistes sont au pouvoir.

La Tchéquie va-t-elle se rapprocher des leaders hongrois et polonais du groupe de Visegrad ? Ce n’est pas encore le retour de l’Autriche Hongrie mais ça y ressemble.

Jean Ansar 24/10/2017

Source : metamag.fr

https://www.polemia.com/populisme-la-deuxieme-vague-europ...

19:40 Écrit par pat dans actualité, élections, Europe | Lien permanent | Commentaires (0) |  Imprimer |  Facebook | | | | |

Un hiver dans la rue pour des milliers de Français - Journal du jeudi 9 novembre 2017

HERVÉ DE LÉPINAU : « FLORIAN PHILIPPOT A EMMENÉ MARINE LE PEN DANS UNE IMPASSE AUX PRÉSIDENTIELLES »

La charte des Patriotes de Florian Philippot vient d’être dévoilée. Elle fait réagir Hervé de Lépinau, qui y voit une traduction de la naissance d’un nouveau courant dans le paysage politique, et une volonté farouche de revendiquer le Frexit tout en adoptant une vision très libérale-libertaire, pour ne pas dire politiquement correcte, de l’évolution de la société.

Frexit et mariage pour tous, deux thématiques lancées par la charte des Patriotes dévoilée par Florian Philippot aujourd’hui. Hervé de Lépineau, que vous inspire cette nouvelle ?

Elle traduit la naissance d’un nouveau courant sur l’échiquier politique.
Il y a une volonté farouche de revendiquer ce fameux Frexit, c’est-à-dire la sortie de la France des institutions européennes tout en adoptant, par ailleurs, une vision très libérale-libertaire, pour ne pas dire politiquement correcte, de l’évolution de la société.

Cette volonté de Florian Philippot va clairement s’opposer à la ligne du Front national.
N’est-ce pas, en fin de compte, la poursuite de la ligne de Marine Le Pen durant sa campagne présidentielle ?

Nous avons la démonstration formelle que Florian Philippot, en tant que vice-président chargé du programme et de la communication, a de toute évidence amené la présidente du Front national dans une impasse dans le cadre de cette élection présidentielle.
Avec certitude, cette charte aujourd’hui ressemble passablement à un programme politique.
De toute évidence, monsieur Philippot va chercher à faire entrer son coin dans la bûche des nationaux-souverainistes.
Existe-t-il suffisamment de place pour lui ? Je n’en suis pas certain.

En tant qu’ancien suppléant de Marion Maréchal-Le Pen, pouvez-vous nous dire si cette ligne est celle que le Front national dit « du Sud » a toujours plus ou moins combattue ?

Je ne suis pas sur un clivage géographique.
Je note, par exemple, dans cette charte que la condition humaine passe après la condition animale.
De plus – car je suis aussi très sensible au bien-être des animaux -, j’observe que, dans le chapitre consacré à cette question, on demande l’arrêt de la corrida et de la chasse à courre, mais on ne se prononce absolument pas sur la problématique de l’abattage rituel, qui est une mise à mort cruelle des animaux de boucherie.
J’aurais aimé que cette charte ait un peu plus de verticalité, mais la vision politique de monsieur Philippot reste très horizontale et très politiquement correcte.

Considérez-vous les Patriotes comme des adversaires politiques ou de potentiels alliés ?

Je ne dirais pas qu’il s’agit d’adversaires politiques.
Ils vont plutôt parasiter l’offre politique.
N’oublions pas que monsieur Philippot a pu atteindre l’espace médiatique et les plateaux de télévision grâce à Marine Le Pen et son statut de vice-président du Front national. Il a un certain talent sur les plateaux, mais la politique, ce n’est pas uniquement la télévision. Il y a également tout un travail de terrain qui doit être fait.
Je pense qu’assez rapidement, nous verrons les faiblesses de monsieur Philippot et de son équipe sur ce point.

Selon-vous, le Frexit mis en avant par Florian Philippot est-il réalisable ?

C’est difficilement réalisable.
Nous n’avons pas le même mode de scrutin qu’en Angleterre.
Le mode de scrutin anglais pour l’élection des membres de la Chambre des communes est un scrutin majoritaire à un tour.
Nous avons ce couperet du second tour de l’élection qui fait que les alliances politiciennes se font pour battre celui qui est arrivé au premier tour, surtout s’il est issu du Front national.
Par conséquent, nous ne pourrons pas plaquer les velléités de souverainisme françaises sur le modèle anglais.
En quelque sorte, en France, il faut d’abord prendre les manettes du pouvoir au niveau de l’État pour pouvoir ensuite peser très lourdement sur les institutions européennes pour les faire évoluer.
On peut ensuite s’en démarquer s’il y a une opposition frontale.
Je forme beaucoup d’espoir dans le groupe de Visegrád, qui pourra certainement nous accompagner si nous étions demain en mesure de gouverner ce pays.

Conseiller départemental Front National de Vaucluse, conseiller municipal de Carpentras

17:36 Écrit par pat dans actualité, élections, entretiens | Lien permanent | Commentaires (0) |  Imprimer |  Facebook | | | | |

Ce 11 novembre à Paris : Hommage aux royalistes engagés, soldats en 14 et premiers résistants en 40 !

Venez avec l'Action Française rendre hommage aux royalistes engagés dans les deux guerres mondiales et commémorer les manifestations du 11 novembre 1940 contre l'occupation allemande à Paris. Vous participerez nombreux à cet hommage ce samedi 11 novembre à 19 h 30 en haut des Champs-Elysées côté pair.
Le 11 novembre est traditionnellement la date d'une double commémoration pour l'Action française.

D'une part, elle marque le souvenir de l'armistice du 11 novembre 1918 et des camelots du roi tombés au champ d'honneur lors de la Grande Guerre.

D'autre part, elle est l'occasion d'un hommage aux lycéens et aux étudiants du 11 novembre 1940 qui défièrent l'envahisseur allemand en défilant malgré l'interdit de célébrer la victoire de 1918. Entraînés par la Corpo de Droit (alors sous influence royaliste), plusieurs milliers de manifestants (parmi lesquels se trouvaient Alain Griotteray ou Roger Nimier) marchèrent sur la place de l’Étoile, convergeant vers la tombe du Soldat Inconnu. 155 d’entre eux furent incarcérés. 

http://lafautearousseau.hautetfort.com/

LA CONFUSION ENTRE HARCÈLEMENT ET DRAGUE DE RUE [VUE PAR UNE FEMME]

16:24 Écrit par pat dans actualité, entretiens, lobby | Lien permanent | Commentaires (0) |  Imprimer |  Facebook | | | | |

Nicolas Hulot : Vert le départ ? – par Etienne Defay

Hulot_officielle_810_540-600x400.jpg

8983-20171109.jpgIl s’était donné un an pour tester son utilité, pourtant six mois plus tard, les éditorialistes se prennent pour des bookmakers anglais et parient sur son futur départ. Certains le croient inéluctable, pourtant Nicolas Hulot est toujours en poste.

Las, le numéro trois du gouvernement Philippe (une place plus que flatteuse pour un ministre de l’Ecologie) n’en finit plus d’avaler des couleuvres. Première défaite en date : le glyphosate. Il défendait une interdiction sous trois ans, son confrère de l’Agriculture voulait cinq à sept ans et Matignon quatre ans. Puis, telle Alexandre le Grand, Bruxelles trancha le nœud gordien en imposant cinq ans. L’Agriculture, Matignon et Bruxelles, c’était beaucoup pour un ministre fût-il combatif.

Deuxième couleuvre, celle-ci hautement symbolique puisqu’elle portait sur le nucléaire, le cheval de bataille des Verts de tout pays. En effet, le ministre avait tablé sur une baisse de l’activité nucléaire de 50 % en 2025, hier il a admis que ce serait plutôt 2035.

Le lecteur pourra à juste titre s’étonner qu’une telle concession puisse provoquer de si grands remous mais reculer sur le nucléaire pour un ministre de l’Ecologie, c’est un peu comme si l’Eglise catholique reniait un dogme. Ça ne se fait pas. Les évêques de l’église verte ont d’ailleurs hurlé à l’excommunication, Greenpeace parle « d’une erreur extrêmement grave », Ségolène Royal l’avait déjà taclé sur le glyphosate en évoquant, si Hulot devait lâcher aussi là-dessus « un changement de pied incompréhensible ».

Le plus amer reste certainement le député européen Yannick Jadot qui s’exclame qu’« annoncer qu’on n’arrivera pas à respecter cet objectif simplement parce qu’on a écouté le lobby nucléaire, je trouve ça regrettable ».

Le député européen qui ne cache pas son agacement devant le rapport peu flatteur du soldat Hulot dénonçant en lui « la caution du gouvernement ». Quant à Corinne Lepage, elle estime que Nicolas Hulot « a mangé son chapeau ». Une charge que le fondateur d’Ushuaïa encaisse pour le moment sans broncher tout comme il porte le joug sans renâcler. A ceux qui l’accusent de trahison, il rétorque qu’il n’a pas changé d’avis parce qu’il est ministre mais qu’il a simplement « découvert la complexité du sujet ».

Nicolas Hulot va même plus loin, il affirme que « tout le monde savait que l’objectif 2025 n’était pas atteignable, sauf dans une brutalité excessive ». Est-ce là le réveil d’un idéaliste frotté à la réalité de l’exercice du pouvoir ou l’aveu d’impuissance d’un ministre face à la conjugaison des forces de Bruxelles et des lobbies ?

Sans doute les deux, comme l’un ne va plus sans l’autre. La question demeure, à force de voir son verre se vider, le Vert va-t-il être contraint de vider ses bureaux du boulevard Saint-Germain ? La question est posée, les paris sont ouverts.

Etienne Defay

Article paru dans le quotidien Présent

https://fr.novopress.info/208257/nicolas-hulot-vert-le-de...

Le scénario apocalyptique du G7 Santé : un milliard de réfugiés climatiques d’ici 2050

migrants-file-300x170.jpgUn milliard de « réfugiés climatiques » d’ici 2050 : cn’est pas un scénario apocalyptique digne des meilleurs films catastrophes hollywoodiens, c’est le pronostique établi par le G7 des ministres de la Santé qui se tient actuellement à Milan en se basant sur le rapport Lancet Countdown et d’autres documents comme celui de l’ONG Oxfam International. La thèse que ces organismes soutiennent serait que cette migration climatique est déjà en acte et ne peut cesser, réchauffement climatique oblige : entre janvier et septembre de cette année, environ 15 millions de personnes, dont 14 millions de pauvres, ont du fuir leurs maisons pour se mettre à l’abri d’un événement météorologique extrême, estiment-ils.

Le réchauffement climatique ne serait-il pas alors la bonne excuse pour imposer aux peuples occidentaux des migrations de masses si ces changements de climat ne sontpas freinés ? C’est l’analyse d’un journaliste italien, Paolo Mauri, paru sur le quotidien Il Giornale qui a décortiqué les implications des politiques internationales qui depuis des années essayent de « mettre un terme, mais le peuvent-elles, à ces changements climatiques ».

L’auteur fait en premier la distinction entre météo et climat :

« La météo n’est pas le climat. Des événements météorologiques extrêmes ont toujours existé dans les anales de l’histoire humaine même avant que l’on ne commence à mesurer les températures et les précipitations systématiquement. »

Pour appuyer ses dires il cite le prestigieux Centre Météo de Lombardie qui, il y a quelques mois, face à l’émotion créée de toutes pièces par les médias en relation avec les orages dévastateurs qui frappèrent le nord de l’Italie, précisa que

« il existe des tests historiques qui documentent – avec les dates et la localisation – les événements météorologiques les plus sévères des siècles passés, certains remontant à l’époque romaine. Jusqu’il y a quelques décennies, la mort et la destruction sur une grande échelle étaient des conditions nécessaires pour que le souvenir en soit transmis à la postéritéCe qui veut dire qu’un quartier inondé ou un alpage effondré, peut-être avec la perte de bêtes et quelques bergers, étaient des épisodes qui n’arrivaient même pas à la chronique locale ».

En donnant une large visibilité à ces phénomènes météorologiques, les médias favorisent une perception catastrophique d’événements pourtant pas si nouveaux que ça souligne le journaliste italien.

Il rappelle ensuite que

« le NOAA (National Oceanic and Atmospheric Administration), fameux institut américain qui travaille sur le climat et les océans, a conclu dernièrement que le nombre de tornades violentes qui ont frappé les États-Unis depuis l’après-guerre à aujourd’hui est en déclin. Quant à la World Meteorological Organization (WMO) dans un récent document de l’Intergovernmental Panel on Climate Change(IPCC), “Managing the risks of extreme events and disasters to advance climate change adaptation. Summary for policymakers, a admis qu’il y a une relative faiblesse et peu d’évidences sur l’échelle mondiale en ce qui concerne les statistiques à long terme qui montrent des augmentations d’intensité ou de fréquence des événements extrêmes. »

« Que signifie tout ceci ? »  se demande le journaliste : 

« Qu’est-ce qui a changé ? Étant bien entendu que le déplacement de populations est une réalité, et considérant que l’écrasante majorité vient de pays sous-développés ou tout au moins avec des économies arriérées, ce modèle de migrations climatiques prend un peu « l’eau » – pardonnez le jeu de mots – de toutes parts. Si l’on peut donner pour certain qu’une sécheresse soudaine forcera la population à se déplacer des campagnes aux villes – donc une migration interne – comme cela est advenu en Syrie, la raison pour laquelle un orage ou une tempête devrait forcer des millions, voire des centaines de millions, de personnes à migrer d’un État à un autre en ayant comme but l’Europe est bien moins évidente. L’Italie est un pays avec un fort risque hydrologique et l’a toujours été, cependant l’émigration de milliers d’Italiens vers les Amériques ou vers l’Europe du Nord n’a jamais été motivée par les événements météorologiques extrêmes – que nous avons démontré être une constante dans l’histoire – mais bien par des facteurs économiques ; en outre les différents rapports démontrent comment ces motivations prétendument « climatiques » concernent presque exclusivement le continent africain, avec quelques exceptions fournies par l’Asie (Bangladesh, Népal) et par l’Océanie (Fiji). » 

Paolo Mauri ironise alors :

« Peut-être que l’Europe et les Amériques sont épargnées par les changements climatiques ? Ce n’est peut-être pas vrai que cyclones et tempêtes tropicales dévastent avec la même intensité le Golfe du Mexique et les Caraïbes ? »

« Quel est donc le vrai facteur qui sous-tend ces vagues migratoires ? » interroge le journaliste.

« Encore une fois, cela s’avère être la recherche d’un style de vie meilleur. Certes, un éboulement ou un orage peuvent donner l’impulsion à ce qu’une personne puisse prendre définitivement la décision d’abandonner sa propre terre […]. Mais encore une fois, le changement climatique peut être une cause concomitante, non la cause principale. »

Pour mieux expliquer son propos, Paolo Mauri livre un rappel opportun sur le climat terrestre :

« Notre planète est sortie lentement de ce qu’on a appelé « le Petit Âge glaciaire » qui a duré entre 1300 et 1800 : les dernières implantations de Vikings au Groenland avant l’arrivée des glaces sont datées de 1406 et en 1469 la production de vin en Angleterre cesse, symptôme du refroidissement terrestre. Petite ère glaciaire qui suivit une période très chaude pour la terre commencée en 900. En somme, cycliquement le climat terrestre se modifie, alternant périodes chaudes à froides avec des pics de chaleur ou de gel qui peuvent être très longues à l’échelle de temps humaine. »

« La recherche scientifique nous dit que l’augmentation des gaz à effet de serre […] augmente la température moyenne de la planète et que cette augmentation de CO2 a une empreinte humaine bien précise parce que le carbone qui le compose est de nature fossile. Cela est-il suffisant pour dire que l’homme est en train de changer le climat de la terre ? Peut-être, mais cela ne nous intéresse pas »

précise le journaliste.

« Ce qui nous intéresse c’est que la politique internationale du G7 milanais parle de migrations apocalyptiques et cherche à mettre un frein à ce phénomène en proposant une drastique réduction des émissions et un projet de « développement durable » pour les pays les plus arrièrés et pour ceux qui sont en train de devenir des puissances économiques mondiales. Il y a seulement un problème. « Développement durable » est un oxymore ; s’il y a un vrai développement il ne peut y avoir durabilité et vice-et-versa. Le PIB de la Chine avec toutes ses problématiques de nature environnementale (ou de l’Inde) est là à nous le démontrer. »

En conclusion, tant que le réchauffement climatique anthropique persistera dans « l’imaginaire collectif  de l’homme du troisième millénaire », les  solutions proposées par le G7 Santé, et autres rendez-vous internationaux, pour y mettre un terme étant des leurres, les phénoménales migrations d’aujourd’hui ont encore de beaux jours devant elles… Le Grand Remplacement est en marche avec la bénédiction des grands de ce monde

Francesca de Villasmundo

http://www.medias-presse.info/le-scenario-apocalyptique-d...

15 novembre : Terreur et terrorisme à Orange

T

Michel Janva

http://lesalonbeige.blogs.com/my_weblog/web.html

14:07 Écrit par pat dans culture et histoire | Lien permanent | Commentaires (0) |  Imprimer |  Facebook | | | | |

GAZ RUSSE : LE DROIT DE CUISSAGE ÉCONOMIQUE AMÉRICAIN A BIEN FAILLI ENCORE FRAPPER !

Gazoduc__c__iStock_680.jpg

Marc Rousset

L’Europe a deux ennemis – l’islamisme et l’immigration – et deux adversaires – la Chine et les États-Unis.

Ces derniers pratiquent, par exemple, un impérialisme économique inadmissible envers l’Europe en imposant des sanctions ahurissantes aux banques (BNP-Paribas) et aux sociétés européennes qui ne respectent pas les sanctions imposées par les États-Unis, sous le seul prétexte que la monnaie utilisée dans les transactions commerciales, les investissements ou leurs financements est le dollar américain.

Ce droit de cuissage économique américain en Europe a failli se manifester encore de façon scandaleuse lorsque l’Amérique de Donald Trump a eu la prétention de faire sanctionner par le Congrès les entreprises européennes Engie, Shell, OMV, Uniper (groupe allemand E.ON) et Wintershall (groupe allemand BASF). Le prétexte évoqué était qu’en construisant le nouveau gazoduc Nord Stream 2 pour faire venir le gaz de Russie, l’Europe ne prendrait pas assez souci de son indépendance et de sa sécurité énergétique.

Nord Stream 2, détenu par le russe Gazprom et financé par les industriels européens, est un gazoduc qui longera le gazoduc Nord Stream 1 déjà existant entre la France et l’Allemagne en passant par la mer Baltique. Il augmentera, fin 2019, de 55 milliards de m3 (soit d’un tiers) la capacité d’exportation bienvenue du gaz russe en Europe.

En d’autres termes, les États-Unis, plus royalistes que le roi, voulaient pénaliser sous un prétexte hypocrite et fallacieux des entreprises européennes prêtes à s’approvisionner en Russie plutôt que de faire venir du gaz de schiste américain liquéfié (GNL) par bateaux méthaniers dans les ports européens. Isabelle Rocher, le directeur général d’Engie, a évoqué « une ingérence américaine assez spectaculaire et inacceptable ». De son côté, le 19 octobre 2017, Vladimir Poutine a pu déclarer : « Les récentes sanctions adoptées par le Congrès américain étaient ouvertement conçues pour pousser la Russie en dehors du marché européen et forcer l’Europe à se tourner vers du gaz naturel liquéfié des États-Unis, plus cher et en quantités insuffisantes ».

La vérité, c’est que le gaz russe constitue bien, au contraire, une source de diversification énergétique fiable et très bon marché pour l’Europe alors que ses autres sources d’approvisionnement (Norvège, Pays-Bas, Algérie) sont sur le déclin.
 
Le gaz de schiste GNL américain n’est pas fiable quant à ses quantités produites fluctuantes trop dépendantes du prix du pétrole. De plus, le coût économique du transport par méthanier et de sa regazéification dans les ports européens n’est pas compétitif avec le gazoduc russe Nord Stream 2. Il faudrait, par exemple, 700 navires méthaniers pour fournir autant de gaz à l’Europe que Nord Stream 1.

Dans cette affaire, la Pologne, prête à américaniser l’Europe, suite à sa haine et rivalité historique séculaire avec la Russie, a tout fait également pour faire capoter le projet Nord Stream 2. La Pologne a signé un contrat avec Donald Trump lors de sa visite à Varsovie, « trop content de signer dans le quart d’heure », pour construire un terminal de regazéification à Świnoujście, port de la Baltique. La Pologne souhaitait ramener à zéro en cinq ans les achats de gaz russe qui couvrent aujourd’hui les trois quarts de sa consommation.

Le bouquet, c’est que le principal exportateur américain de gaz de schiste GNL (la société Cheniere) préfère vendre son gaz de schiste liquéfié 25 % plus cher en Asie qu’en Europe, suite à la concurrence du gaz russe. La société renâcle et n’a toujours pas signé, à ce jour, de contrat à long terme avec la Pologne. Même la Lituanie a préféré acheter du gaz russe avec un rabais exceptionnel de 25 %.

L’Atlantique n’est pas une mare aux canards (« the pond »), comme le prétendent les Anglo-Saxons, mais un véritable océan à franchir, alors qu’on peut aller à pied de Brest à Vladivostok ! Le seul avenir face à tous les dangers, c’est la grande Europe avec ses matières premières en provenance de l’immense Sibérie et les exportations d’hommes, de savoir-faire, de produits industrialisés et de capitaux en provenance, comme disait Paul Valéry, de la péninsule du cap asiatique.

Lire aussi cliquez ici

http://synthesenationale.hautetfort.com/

La petite histoire : Le drame du Chemin des Dames : à qui la faute ?

12:13 Écrit par pat dans culture et histoire | Lien permanent | Commentaires (0) |  Imprimer |  Facebook | | | | |

Marseille : De jeunes royalistes ouvrent un bistro ouvert aux amis ... Aidons-les !

De jeunes royalistes ouvrent un bistrot ouvert à tous les amis. Aidez-les à réaliser leur projet. Les dons sont les bienvenus. (A partir de 10 euros). Lafautearousseau  • 

Bonjour à tous !

Afin de mener à bien notre projet d'ouverture d'un bistro à Marseille, nous faisons appel à votre grande générosité, et votre engagement pour notre projet d'implantation et d'enracinement. 

A l'heure où les repas industriels sont le lot quotidien des Français, nous vous proposerons ici des produits frais, obtenus grâce à des partenariats avec des producteurs du pays aubagnais. 

Chez nous, les bons repas rimeront avec sérénité, échange et partage. 

Ce bar à vin sera le vôtre. 

Merci pour votre aide précieuse.

Cliquez ici, puis cliquez sur Je participe

http://lafautearousseau.hautetfort.com/

Donald Trump : un an de guerre médiatique - Journal du Mercredi 08 Novembre 2017

Pascal Praud met les gauchistes hors d'eux

Dans les médias, Pascal Praud est une exception.

Pour lui"le Conseil Supérieur des Programmes" est un danger public".

Il avait ironisé sur le mur autour de la Tour Eiffel : "Paris bunkérisé, mais Paris vidé".

Il avait mis un député PS face à ses contradictions. Ce dernier avait quitté le plateau en plein direct.

Et il affirme que "le politiquement correct a bouffé nos esprits".

6a00d83451619c69e201bb09d4b528970d-800wi.jpgAujourd'hui, la presse de gauche se déchaine contre lui car il a osé dénoncer l'excuse du racisme pour expliquer le comportement inacceptable de Evra :

Vendredi soir sur le plateau de l'émission 20 h foot de C News, son présentateur Pascal Praud s'est violemment emporté. Le débat portrait sur le footballeur de l'OM Patrice Evra, mis à pied par son club pour le coup de pied adressé à un supporter en marge du match de coupe d'Europe, Guimares - Marseille. Invité pour débattre, le rappeur Rost a évoqué le caractère raciste de la provocation dont a été victime le défenseur marseillais et ancien joueur de l'équipe de France. Mais Pascal Praud ne lui a pas laissé terminer sa phrase : "Arrêtez ! Je vous interromps. Arrêtez de mettre les insultes racistes à tout bout de champ sur le débat ! C'est intolérable !", a hurlé l'animateur. Rost a alors tenté de reprendre la parole pour terminer son propos : "Je donne des raisons. Quand tout votre vie vous subissez ça et que vous vous retrouvez dans un stade, où vous vous faites insulter en permanence, à un moment, il y en a ras le bol !" Il a menacé de quitter le plateau s'il n'était plus possible de débattre convenablement. Les autres personnes sur le plateau ont tenté de calmer l'animateur, visiblement hors de lui. Mais l'échange houleux s'est poursuivi. "C'est obsessionnel chez vous, c'est obsessionnel de tout ramener au racisme! Là, ce n'est pas un cas de racisme!", a poursuivi M Praud. "Vous êtes insupportable", a conclu Rost."

Bonne nouvelle : le livre de Bernard Plouvier "LE POPULISME OU LA VÉRITABLE DÉMOCRATIE" est à nouveau disponible !

2017 11 POPULISME B PLOUVIER copie.jpg

En rupture de stock depuis quelques semaines,

il est à nouveau disponible...

Pour le commander en ligne cliquez ici

Bulletin de commande cliquez là

Homère [2000 ans d'histoire]

09:37 Écrit par pat dans culture et histoire | Lien permanent | Commentaires (0) |  Imprimer |  Facebook | | | | |

Charte des Patriotes : Florian Philippot révèle ses contradictions, par Marc Limeuil

Publiée hier, la Charte des Patriotes, le parti créé par Florian Philippot, révèle au grand jour les contradictions de celui qui n’a rien de la belle mécanique intellectuelle qui manquerait au Front national. Florian Philippot fait clairement prévaloir ses idées progressistes sur la souveraineté populaire.

Outre que, dans cette Charte qui comprend vingt-six points, la question de l’immigration, réduite aux seuls clandestins, n’arrive qu’en vingt-et-unième position – alors que le « bien-être » des animaux, ces « êtres sensibles », est le point n° 6… –, Florian Philippot affirme dans le même article 23, d’un côté que « le gouvernement doit se concentrer sur les grands problèmes de la nation et laisser à la société le soin de définir son modèle de société, par des outils comme le référendum d’initiative populaire », et de l’autre, à la ligne suivante, que « Les Patriotes respectent les derniers choix de société comme le mariage pour tous », défini comme ressortant de « l’épanouissement de chacun dans un respect scrupuleux des libertés individuelles ».

Or, rappelons-le à l’auteur de cette « charte » qui ferait rigoler n’importe quel jury de son cher Sciences Po, ce n’est pas « la société » qui a décidé d’imposer le « mariage pour tous », mais le gouvernement de l’époque, et celui-ci l’a fait contre l’avis de « la société », qui avait justement réclamé un référendum sur le sujet par le dépôt, au Conseil économique social et environnemental (Cese) d’une pétition signée par près de 700 000 personnes !

Celle-ci avait été jugée irrecevable, sans doute au grand soulagement de Florian Philippot, qui sera aimable d’indiquer, dans une prochaine mouture de sa « charte », quels sujets peuvent être soumis à référendum… et quels sujets ne doivent surtout pas l’être.

Marc Limeuil

https://fr.novopress.info/

URGENT-LE PEN-JUSTICE: L’ASSEMBLÉE NATIONALE LÈVE L’IMMUNITÉ PARLEMENTAIRE DE MARINE LE PEN

Le Bureau de l’Assemblée nationale lève l’immunité parlementaire de Marine Le Pen à qui la justice reproche d’avoir publié sur Twitter, en decembre 2015, des photos de crimes commis par l’État islamique.

Réagissant sur Twitter, Marine Le Pen estime que « Mieux vaut être un djihadiste qui rentre de Syrie qu’une députée qui dénonce les abjections de l’Etat islamique : on prend moins de risques judiciaires ».

http://www.bvoltaire.fr/actu/urgent-le-pen-justice-lassem...