Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

  • Gilets Jaunes : leur “vrai débat” – Journal du jeudi 31 janvier 2019

     

    Gilets Jaunes : leur “vrai débat”

    Alors que le grand débat national initié par le gouvernement est critiqué de toute part, un collectif de Gilets Jaunes a lancé une nouvelle plateforme intitulée “le vrai débat”. L’objectif : dépasser le cadre fixé par l’exécutif.

    Loi alimentation : une hausse des prix au pire moment

    Le premier février, la loi alimentation entrera en vigueur… avec pour conséquence une augmentation des prix allant jusqu’à 10 %. Une mesure censée mieux rémunérer les agriculteurs mais qui semble arriver au pire des moments pour l’exécutif.

    Asia Bibi : l’épilogue d’un feuilleton long de dix ans

    Asia Bibi définitivement acquittée ! Cette chrétienne accusée de blasphème au Pakistan voit son calvaire judiciaire de près de dix ans prendre fin… elle devra cependant quitter son pays.

    L’actualité en bref

    https://www.tvlibertes.com/gilets-jaunes-leur-vrai-debat-journal-du-jeudi-31-janvier-2019

  • Éric Zemmour somme les héritiers de LMPT de choisir leur camp

    o5z9fPhyvrw.jpg

    Alors que les gilets jaunes continuent de taper dans les casseroles, au lendemain de la Marche pour la vie, et alors que le spectre de la PMA pour toutes se rapproche, Éric Zemmour soulève, dans Le Figaro Vox, LA question : y aura-t-il convergence des luttes ?

    Pour Éric Zemmour, « les héritiers de la Manif pour tous doivent choisir leur camp. Rejoindre l’alliance des bourgeoisies, ou suivre la révolte des classes populaires ».

    Sur quoi parier ?

    La France des gilets jaunes ne verse guère dans le sociétal. Elle a fait, jadis, bon accueil à l’hédonisme de Mai 68, qui a rencontré un désir de supplément de vie facile auquel aspiraient ces Français « modestes ». Elle a aussi abandonné la religion, dans laquelle elle ne voyait plus qu’une suite d’interdits contraignants, ne gardant qu’une religiosité sentimentale, trop superficielle pour passer les générations. Elle a, d’ailleurs, en général, peu d’enfants auxquels elle a peu transmis, laissant ce soin à l’Éducation nationale et à la télé. La télé était même devenue l’hôte permanent, distillant toute la sainte journée la doxa : la détestation dont elle fait soudain l’objet n’est pas un hasard, comme un compagnon pervers narcissique qui vous a longtemps envoûtée et que, soudain, vous voulez chasser de votre vie.

    Si cette France rechigne, par instinct et bon sens, à se dissoudre dans le mondialisme qu’on lui impose, elle n’a pas les outils pour en protéger sa progéniture, elle peine à conceptualiser son point de vue et, donc, à le défendre. Elle ne l’exprimait, de loin en loin, jusqu’à présent, que par son bulletin de vote : étant secret, elle n’avait pas à justifier.

    Qu’en est-il de la France dite conservatrice ? Dans le journal allemand Der Spiegel, Michel Houellebecq évoquait, il n’y a pas si longtemps, « le remarquable retour du catholicisme ». Les manifestations contre le mariage pour tous ont été, pour lui, « l’un des moments les plus intéressants de l’Histoire récente » : « C’était un courant souterrain qui est remonté soudainement à la surface. »

    On reproche souvent aux catholiques français d’être « bourgeois ». C’est, en effet, surtout dans ces familles qui avaient un habitus, comme dirait Bourdieu, de transmission qu’a été conservé cet héritage impalpable : la religion.

    Michel Houellebecq n’a donc pas tort, c’est bien de « courant souterrain » qu’il faut parler. Depuis les années 70, la foi catholique, comme une petite flamme tremblante, a été transmise dans certaines familles (pas toutes, nombre de baby-boomers – les foulards rouges d’aujourd’hui ? – ont abandonné la part immatérielle du patrimoine), et hors de tout écran radar. Non par goût du secret, mais parce que les médias ne parlent jamais d’eux, ou parce que diabolisés (confer la tempête Bellamy). Ils ont pris l’habitude de faire profil bas.

    LMPT a initié une porosité entre diverses « chapelles » qui se toisaient en chiens de faïence. Comme les gilets jaunes, sur les ronds-points, ils ont fraternisé sur le pavé, formant désormais une force de frappe, toujours policée, mais d’une redoutable efficacité. Ils ont, ainsi, récemment fait tourner à leur avantage les États généraux de la bioéthique et la consultation du CESE.

    Cette France, en sus… est en forte croissance démographique : on aura noté que si les foulards rouges sont plutôt âgés (même le JDD l’a remarqué), les gilets jaunes des adultes faits, la Marche pour la vie est extrêmement jeune.

    Pour Christophe Guilluy, en 2013, LMPT appartenait à l’élite mondialisée. Est-ce bien vrai ? S’ils possèdent les codes de la bourgeoisie huppée, on pourrait appeler cela souvent de la misère dorée. Si, du fait de leurs études et de leur métier, ils sont plus favorisés que les gilets jaunes, si une certaine forme d’éducation les rend réticents à descendre dans la rue pour réclamer de l’argent, ils ont pris les réformes fiscales et familiales de plein fouet. Leur ribambelle d’enfants, en les appauvrissant matériellement, les a purifiés et détournés d’un vice de caste : le goût du lucre, moins catholique que protestant – comme ce libéralisme qui leur est souvent reproché. Ils gardent un attachement à l’immobilier – synonyme d’enracinement – qui, lui aussi, n’est pas financièrement encouragé. Ils sont, comme dirait David Goodhart, les some : somewhere et something, de quelque part croyant en quelque chose, contre leurs cousins anywhere et anything.

    Et pour tout cela, entre le vison et le nylon (ignifugé), ils pourraient bien choisir un jour la deuxième option : différents des gilets jaunes, mais complémentaires.

    http://www.bvoltaire.fr/eric-zemmour-somme-les-heritiers-de-lmpt-de-choisir-leur-camp/

  • Politique & Eco n°200 – Gilets Jaunes : une crise aux racines anciennes et profondes

    Avec Claude Reichman président du mouvement pour la liberté de la protection sociale

    1. Le réveil du peuple français

    – Le cœur des revendications : vivre de son travail et participer à la vie de la nation
    – Comparaison avec la Rome antique, la ploutocratie créa les tribuns de la plèbe : une institution pérenne
    – L’Insee et Eurostat comparables aux augures romaines
    – La France en colère, appellation déposée intuitivement il y a 20 ans par Claude Reichman à LINPI
    – Mais où vivent donc ceux qui nous gouvernent ?
    – La rhétorique des manants : ceux qui restent en place en raison de la hausse des carburants et des contrôles de vitesse par la volonté des technocrates
    – Et pendant ce temps, Macron parle de mobilité, il rêve de Californie avec la start-up France
    – Un président autiste et brutal, une volonté de briser le peuple

    2. La Commission de Bruxelles et ses responsabilités dans la crise des Gilets Jaunes

    – Un point de vue original, la non application des règles sur la protection sociale
    – La Commission menace la Pologne et les pays dissidents de l’Europe centrale mais se montre faible vis-à-vis de la France quand elle n’applique pas ses directives
    – Les directives de 92 et leur entrée dans la loi française
    – Pourquoi n’applique-t-on pas la loi ?
    – Un gisement de pouvoir d’achat le seul possible aujourd’hui refusé par la France
    – Un coup d’Etat politique acté par les tribunaux qui poursuivent tous ceux qui préconisent la mise en concurrence
    – Lettre des libérés à M. Junker
    – Circulez, il n’y a rien à voir ! Un régime de censure et d’auto censure médiatique
    – Question sur la concurrence : pourquoi les mutuelles ont-elles néanmoins augmenté leurs tarifs ? Réponse, elles sont dans un marché réglementé non concurrentiel

    3. Perspectives d’avenir pour les Gilets Jaunes et la France

    – La Commission européenne : un modèle français : jacobinisme technocratique
    – Combattre le MPLS une corruption non pas morale mais mentale
    – Services juridiques entre les mains de la France
    – Une « marque » française
    – Commission européenne exécutive ou exécutante ?
    – Retour sur une violence sélective contre les Gilets Jaunes mais pas dans les banlieues et contre l’extrême gauche
    – Gilets Jaunes, une vraie menace d’illégitimité pour le pouvoir
    – La pensée des Gilets Jaunes, celle des essayistes politiques politiquement incorrects
    – L’écrasante responsabilité de l’Etat qui aurait du rendre la parole au peuple dès novembre 2018. Mais il a préféré la répression…
    – Les 10 milliards qu’il n’a pas et les débats pour rien
    – Longueur des discours : Macron fait moins bien que Fidel Castro
    – Macron Caligula (A. Camus) « parlez je ne vous écoute pas » mais … je m’écoute parler
    – Les maires humiliés
    – La France des paroisses aux communes, 36 000 unités vivantes
    – Suppression du Sénat, du CESE, des regroupements de communes
    – Jean Paul Delevoye Haut commissaire pour basse besogne, la question des retraites
    – Demain le système de retraite « unique au monde » menacé de faillite
    – Une pyramide de Ponzi, un système Madoff, on fait payer aux entrants les bénéfices pour les entrés
    – Hausse des taux d’intérêt et menaces sur l’assurance vie convoitée par un Etat endetté

    Conclusion : la nécessaire solidarité des Français, les semaines et les mois à venir seront décisifs, nous n’avons qu’un pays gardons le !

    https://www.tvlibertes.com/claude-reichman-une-crise-aux-racines-anciennes-et-profondes

  • Les prix de l’alimentation pourraient exploser demain après l’entrée en vigueur de la Loi Alimentation (MàJ : UFC Que Choisir qualifie cette loi de «farce»)

    UFC Que Choisir dénonce la Loi Alimentation : «On culpabilise le consommateur en lui disant qu’il n’achète pas assez cher, on organise des marges supplémentaires pour la grande distribution, et on espère que par miracle le revenu agricole s’améliorera. C’est une farce

    – LCI, 30 janvier 2019, 18h44

    Voir aussiUne loi interdisant les fortes promotions sur l’alimentation entre en vigueur, le manque à gagner pour le consommateur serait important selon une étude (02/01/19)

  • Passé Présent n°224 – Naissance du fascisme en Italie

    1) Naissance du fascisme en Italie.
    2) Suite et fin des aventures du Bounty dans le pacifique sud.

    https://www.tvlibertes.com/passe-present-n224-naissance-du-fascisme-en-italie

     
  • "Le Défi", le livre qui relate la grande aventure de TV Libertés sortira à la fin de la semaine à l'occasion du 5e anniversaire de la télé

    Defi-quadri.jpg

    En cinq ans, TVLibertés a réalisé plus de cinq mille émissions, totalisant plus de trois mille cinq cents heures de production et plus de trente concepts d’émission. Le succès de TVLibertés se mesure également au nombre grandissant de téléspectateurs.

    En mai 2015, la chaîne comptait un peu moins de cinq cent mille vues sur les plateformes de diffusion. Trois ans plus tard, ce chiffre a été multiplié par cinq pour atteindre deux millions cinq cent mille vues. Marie-Simone Poublon et Philippe Randa vous racontent ce pari fou auquel bien peu croyaient… Et pourtant !

    Le Défi, Marie-Simone Poublon et Philippe Randa, Dualpha, 256 pages, 10 €

    Pour l'acheter cliquez ici 

  • «Aucun mort dû à la police»: Un journaliste dénonce le mensonge de Macron

    Thomas Legrand regrette le manque de réserve d'Emmanuel Macron dans son soutien aux forces de l'ordre et conteste son affirmation selon laquelle aucun décès de la crise des Gilets Jaunes ne serait due à la police. 
    Le journaliste de France Inter rappelle qu'une vieille dame de Marseille est en effet morte après avoir reçu de son balcon un tir de grenade lacrymogène.
    Source: LCI, 28 janvier 2019, (YouTube)

  • Impasse publique: LR c’est pas rose, la gauche c’est morose

    europe-vue-du-ciel-300x225.jpgToute maison divisée contre elle-même périra: LR aborde les élections européennes miné par les forces centrifuges qui achèvent d’en ébranler la cohésion, une partie de ses cadres sympathisants et électeurs étant entraînés par la force de gravitation du RN, l’autre lorgnant vers le macronisme européiste. Comment conjuguer les contraires, trouver la tête de liste qui, à défaut de faire  l’unanimité,  apparaisse du moins comme  un pôle d’équilibre, le plus grand dénominateur commun pour tous les courants ? Prenant acte de la droitisation d’un électorat de plus en plus sensible aux thématiques identitaires, au sens large du terme, Laurent Wauquiez et Bruno Retailleau ont convaincu la direction de LR de désigner comme tête de liste François-Xavier Bellamy, 33 ans, adjoint au maire à Versailles, philosophe incontestablement brillant et catholique conservateur. Un profil trop droitier pour beaucoup de dirigeants de LR qui ont exprimé leur crainte de se couper des réseaux progressistes et humanistes. Eric Woerth a fait part publiquement de son inquiétude, tout comme le président du Sénat, Gérard Larcher. Il  affirme avoir oeuvré pour rééquilibrer  la liste, avec la mise  sur pied d’un trio comportant outre M. Bellamy, l’eurodéputé sortant et juppéiste Arnaud Danjean et la vice-présidente de la région Ile-de-France, Agnès Evren, proche de Valérie Pécresse, qui a collaboré dans le passé avec les très antinationaux François Baroin et Nathalie Koscisusko-Morizet.

    Invité des quatre vérités sur France 2 mercredi, Gérard Larcher a dit clairement que la désignation de François-Xavier Bellamy « n’était pas (son) choix », que ce dernier « ne coche pas toutes les cases pour être une tête de liste pour rassembler une famille politique qui est diverse. » «  Je l’ai dit depuis plusieurs semaines, nous ne partageons pas les mêmes conceptions, une vision de la société... » Dans ce bastion de la maçonnerie qu’est le Sénat , nous ne doutons pas qu’un Bellamy, opposé à titre personnel à l‘IVG et qui qui fut très impliqué dans la Manif pour tous, ne soit  pas la tasse de thé de nombreux frères...

    « Ce qui compte avant tout c’est le projet européen » a renchéri M. Larcher, ce en quoi il n’a pas tort. Le problème c’est le double langage de LR qui campe sur une ligne patriotique et plutôt souverainiste, du moins quand on écoute les propos de tribune de M. Wauquiez, mais dont les votes de ses élus au parlement européen se caractérisent, au mieux, par une grande frilosité, et au pire (dans la plupart des cas) par une acceptation pure et simple de toutes les dérives bruxelloises.

    Exception faite de l’attelage social-démocrate LREM-MoDem qui pourrait potentiellement retrouver peu ou prou le score d‘Emmanuel Macron au premier tour de la présidentielle - si l’on en croit les enquêtes les plus favorables -, à gauche aussi le climat est bien morose. La France Insoumise ne décolle pas dans les sondages - certains créditent les mélenchonistes de moins de 10 % des suffrages - et les autres gaucheséparpillées façon puzzle, apparaissent dans un coma assez profond. C’est pour éviter ce naufrage historique, recoller les morceaux autour de thématiques communes portées par une liste unique «pro européenne et écologiste» que l’essayiste altermondialiste Raphaël Glucksmann et l’économiste d’extrême gauche Thomas Porcher appellent à lunion, dans le cadre du micro parti qu’ils ont formé  intitulé  Place publique.

    Mardi,  rapporte sputnik,  lors de la réunion actant à Paris la formation de ce parti, en présence de représentants et/ou sympathisants du PS, de Genération.s, du PC, d’EELV,  la dénonciation de l’opposition nationale, populaire et sociale a été martelée comme un mantra;  une formule magique invoquée pour aplanir la guerre des égos et les crispations boutiquières.« Venez à Place publique, allez voir les chefs de parti, dites-leur qu’il n’y a plus d’excuse s’ils sont d’accord pour qu’on ne fasse qu’une seule liste, un seul espace, et pour que le 26 mai on mette une raclée au Rassemblement National et à la République en marche », a postillonné Thomas Porcher. Un homme qui vit décidément dans un monde parallèle et qui tente encore de se (de nous) convaincre que mondialistes libéraux et altermondialistes socialistes divergent seulement sur les moyens mais pas sur les fins… M. Glucksmann, sorte de clone de BHL, comme l’a bien vu Thierry Mariani,  volontiers théâtral a voulu dramatiser les enjeux:  «L’Europe est menacée de dislocation par les Salvini, par les Orban, par le triomphe des nationalismes.»« La seule manière qu’on a d’éviter la catastrophe c’est d’avoir une politique claire, commune, aux élections européennes, sinon c’est fini. » Et ajoute-t-il, si le débat se limite à un face à face entre le RN et LREM « cela veut dire qu’à terme les nationalistes gagneront, et que la gauche disparaîtra. Le problème de la gauche française et des écologistes, c’est qu’il y a de moins en moins de monde dans leurs épiceries, mais ils conservent tout de même les videurs à l’entrée. On est dans une logique suicidaire. » Un suicide qui n’aura pas la grandeur de celui d’un Caton d’Utique  d’un Montherlant ou d’un Venner cela va sans dire et dont, qui plus est, dans leur très grande majorité, les Français se moquent.

    Une désunion des forces à gauche visible également à l’échelon européen. Euractiv se faisait l’écho de l’initiative de Yanis Varoufakis l’ancien ministre des Finances grec, remercié par Alexis Tsipras après le non au referendum sur l’austérité. M. Varoufakis a lancé son mouvement politique  DiEM25 (Démocratie en Europe) en 2016, après avoir quitté le gouvernement Syriza. «En novembre 2018, le grec a été désigné Spitzenkandidat (tête de liste, NDLR) du groupe pour les élections de mai prochain. Si la gauche européenne était unie, cohérente et civilisée, nous l’aurions tout simplement rejointe, sans devoir créer DiEM25. Aujourd’hui nous leur faisons de la concurrence, ce qui est très douloureux pour nous , assure Yanis Varoufakis (…). Une candidature qui s’ajoute à celles des autres familles politiques de la gauche européenne: la gauche radicale (GUE/NGL), les Verts et les Socialistes ont chacun désigné leur candidat à la présidence de la Commission.» M. Varoufakis se présente sur les listes allemandes comme la loi le lui permet: « Si vous voulez changer l’Empire romain, il faut commencer à Rome », explique-t-il.

    Quitte à changer l’empire romain, les nationaux estiment eux affirme Bruno Gollnisch, que ce combat  nécessite certes  une union au sein du parlement européen  entre nos formations respectives, mais qu’il doit être  mené, hic et nunc,  dans nos  patries respectives.  Et que la condition sine qua non de son succès c’est de rassembler toutes les énergies, toutes les bonnes volontés, afin de pouvoir peser de manière décisive. A cette aune, la diversion-division que constitue la liste Gilets Jaunes d’Ingrid Levavasseursoutenue par Bernard Tapie et la macronie,   trompera-t-elle vraiment les Français ? Une initiative qui suscite, comme c’était à prévoir, des émules, mais qui n’ira pas loin si les Français sont à la hauteur de leur réputation, celle d’être un peuple éminemment politique.

    https://gollnisch.com/2019/01/31/impasse-publique-lr-cest-pas-rose-la-gauche-cest-morose/

  • SAMEDI 16 FÉVRIER, ANGERS : CONFÉRENCE D'ALBAN D'ARGUIN SUR LE SCANDALE ÉOLIEN

    2019 02 ALBAN ANGERS.jpg

    ACHETEZ LE LIVRE

    D'ALBAN D'ARGUIN CLIQUEZ LÀ