Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

- Page 5

  • “Gilets jaunes” : aucune “victime des forces de l'ordre” pour Macron

    Capture.pngLors d'une conférence de presse au Caire, où il est en déplacement, le chef de l'Etat a eu une pensée pour les personnes décédées en marge du mouvement mais se refuse à les voir comme “victime des forces de l'ordre”.
    Emmanuel Macron s’exprime rarement sur le mouvement des « gilets jaunes » mais l’a fait en Egypte.
    Alors qu’il est en visite au Caire avec sa femme Brigitte, le chef de l’Etat a eu quelques mots pour les personnes décédées depuis le début de la mobilisation des « gilets jaunes », rapporte 20 Minutes

    « Je déplore que 11 de nos concitoyens français aient perdu la vie durant cette crise […]. Je note qu’ils ont bien souvent perdu la vie en raison de la bêtise humaine mais qu’aucun d’entre eux n’a été la victime des forces de l’ordre », a déclaré Emmanuel Macron.

    Emmanuel Macron est allé plus loin et a tenu à défendre policiers et gendarmes, ajoutant que « ce que la France vit depuis plusieurs semaines est inédit et je veux rendre hommage au professionnalisme des forces de l’ordre dans ce contexte ». « En France, il est permis de s’exprimer librement […] En France, on peut dire tout. Parfois, on dit beaucoup contre le pays lui-même, je le regrette », a poursuivi le président, insistant néanmoins sur le fait que « dans notre pays, une liberté est constitutionnellement garantie, la liberté de manifester. Et nous entendons bien la protéger ».
    [...]
    En savoir plus sur valeursactuelles.com
  • Propagande progressiste: parano et gros sabots

    cinema.jpgEmmanuel Macron est actuellement au Caire (Egypte)  en voyage officiel. L’Afp rapporte qu’il a tenu à répondre aux propos du ministre  de l’Intérieur italien, Matteo Salvini, qui affirmait le 22 janvier: «J’espère que les Français pourront se libérer d’un très mauvais président, et l’occasion est celle du 26 mai (les élections européennes) quand finalement le peuple français pourra reprendre en main son avenir et son destin. » «Ce n’est pas  (moi) qui interférera dans la démocratie française, ce seront les Français. J’espère qu’ils choisiront quelqu’un de plus représentatif, sérieux, concret, je pense à Marine Le Pen » a-t-il ajouté.  Piqué au vif,  M. Macron a donc tenu à lui répondre : «Le peuple italien est notre ami et mérite des dirigeants à la hauteur de son histoire, a-t-il lancé. Pourtant, quelques instants avant, le président jurait ne pas vouloir entretenir la polémique : «Je ne vais pas répondre. La seule chose qu’ils attendent, c’est ça (…) » mais   «tout ça n’a aucun intérêt.» Si tout ça n’a aucun intérêt pourquoi donc se donner la peine de répondre ? Le 7 janvier dernier, Matteo Salvini , qui n’a à l’évidence pas oublié les propos désobligeants de M. Macron au lendemain de l’arrivée au pouvoir de la coalition Liga-M5s, avait aussi  apporté, comme le patron  du M5S Luigi Di Maio, son soutien aux Gilets Jaunes:  «Je soutiens les citoyens honnêtes qui protestent contre un président gouvernant contre son peuple .»

    Pour la première fois hier, Emmanuel Macron a  par ailleurs évoqué les onze Gilets Jaunes qui ont trouvé la mort depuis le début de cette mobilisation. Il a loué dans la foulée «le professionnalisme» de nos forces de l’ordre mais n’a pas daigné avoir un mot sur le bilan humain de la répression  mise en place par Christophe Castaner, tel qu’il a été scrupuleusement consigné par David Dufresne : 159 blessures à la tête, 18 personnes éborgnées et quatre mains arrachées.  A ce sujet, le cas de Jérôme Rodrigues, qui lors de l’Acte XI  samedi a été visé  et qui  risque de perdre son œil, a été assez largement évoqué, moins celui de ce militaire  de 25 ans, en permission qui, le même jour,  a  été grièvement blessé à la tête par un tir à Montpellier  alors qu’il  sortait d’un restaurant avec trois autres camarades.

    Jeudi dernier, lors de son déplacement  surprise à Bourg-de-Péage (Drôme) pour s’entretenir avec des GJ,  M. Macron  est aussi resté dans le déni, dans la fermeture d’esprit au sujet d’une revendication  plébiscitée  par trois  Français sur quatre, à savoir l’instauration du référendum d’initiative populaire,  autrement  baptisé referendum d’initiative citoyenne (RIC). «  Le RIC  me hérisse »  affirmait au même moment Edouard Philippe à  Sartrouville (Yvelines). Même son de cloche de l’ancien banquier qui a saupoudré son refus d’une bonne dose de poudre de perlimpinpin parano-complotiste : « Il ne faut pas s’y tromper, dans les derniers référendums, les puissances étrangères ont beaucoup manipulé le vote. Un référendum, c’est parfois aussi la porte ouverte au mensonge.» Ben voyons!

    Porte ouverte au mensonge que l’on peut craindre pour le coup avec l’instauration, à la demande de Jean-Luc Mélenchon,  d’une  Commission d’enquête sur la lutte contre les violences  d’extrême-droite… Violences bien moins répandues que celles de l’extrême gauche,  mais on connait la propension des enfumeurs  du système à faire 30 kilos de mayonnaise avec un jaune d’œuf, pour ne rien dire de la mansuétude dont bénéficie  les antifas / idiots utiles. Présidée par le député LREM  de l’Ariège Muriel Ressiguier,  cette commission est  composée de 26 membres, principalement  macronistes, mais aussi de quelques socialistes,   de membres de l’UDI, d’un LR (Eric Diard, soutien de Laurent Wauquiez et proche de Xavier Bertrand).   Elle défraie déjà la chronique car l’ex député LREM  M’jid El Guerrab  aujourd’hui rallié  au  Mouvement radical,  en  fait également partie. Mis en examen pour «violences volontaires avec arme»,  il avait agressé  le   30 août 2017 un ex collègue du PS, Boris Faure, qu’il avait envoyé aux urgences en le frappant à la tête à coups de casque.

    Sur les réseaux sociaux et  notamment sur les  sites communautaires musulmans, la France plurielle s’est surtout émue de la présence dans cette commission  du binational Meyer Habib, député UDI de la 8e circonscription de l’étranger, un proche du Premier ministre d’extrême droite  Benjamin Netanyahou.  Autre sujet d’indignation sur les forums musulmans (mais pas que)  le fait que le jeune  militant  LGBT d’origine marocaine, Bilal Hassani,  ait été sélectionné par le public pour représenter  la France  à Tel Aviv  (Israël)  le 18 mai  prochain  au  Concours Eurovision de la chanson. Un choix qui n’a pas fait l’unanimité et qui lui a valu de nombreuses  insultes homophobes  ont rapporté ce jeune homme et les médias. Pour ne pas entacher l’image de la communauté (?), il est révélateur qu’un site comme oumma.com,  qui promeut  des personnalités musulmanes, met en avant  l’image d’un islam ouvert  et  pacifique, est prudemment décidé de ne pas consacrer d’article à ce sujet pour éviter les commentaires…

    Plus globalement, il apparait en tout cas aux yeux de beaucoup note Bruno Gollnisch  que l’Eurovision a été préempté pour faire passer la propagande progressiste de lobbies divers et variés - en 1998, le transsexuel israélien Sharon Cohen, alias Dana International,  avait déjà remporté le concours et en 2014 ce fut l’Autrichien-femme-à-barbe Conchita Wurst qui décrochait le pompon. Un rapport de force que  le jeune Bilal a bien compris, qui sait aussi ce qu’on attend de lui: il  expliquait  il y a  deux jours sur France inter  sa fierté de «représenter (la France), c’est quelque chose que je pourrai raconter à mes enfants »… L’année dernière le couple français  Madame Monsieur avait pondu une très médiocre chanson en faveur de  l’accueil des migrants, avant de disparaître dans les poubelles du showbiz faute  de public, annulant la date de tous les concerts prévus dans la foulée de l’Eurovision. Une immigration qui est plus que jamais décrite par nos élites  comme incontournable… pour régénérer la France et l’Europe? Le Point rapportait qu’ «une série d’études montre un net recul du quotient intellectuel au sein des pays occidentaux. La moyenne française aurait baissé de près de 4 points en 10 ans.» Par quel mystère? Comment expliquer cet effondrement alors que nous sommes continuellement enrichis par une brillante diversité? Laissons les Français se faire leur opinion, mais grâce à  l’Eurovision, entre autres joyeusetés,  ne doutons pas que le niveau de conscience va grimper…

    https://gollnisch.com/2019/01/29/propagande-progressiste-parano-et-gros-sabots/

  • Les migrants africains ne fuient pas l’insécurité mais la faillite économique, par Bernard Lugan

    migrants_6a00d8341c86dd53ef022ad353c13d200c-800wi-600x339.jpg

    En 2017 (les chiffres exhaustifs pour 2018 ne sont pas connus), le jihadisme, dans sa définition la plus large a causé 10.376 morts en Afrique (Source : Centre d’études stratégiques sur l’Afrique). Pour dramatiques qu’ils sont, ces chiffres ne permettent cependant pas de dire que des centaines de millions d’Africains doivent être mis à l’abri. Nous ne sommes en effet pas en présence d’une mise en danger réelle des populations justifiant l’application d’un « droit d’asile » devenu filière officielle d’immigration.

    Ce n’est en effet pas le jihadisme que fuient les « migrants » africains qui forcent les portes d’une Europe paralysée par la tunique de Nessus de l’ethno-masochisme, mais la misère. Migrants économiques, ils n’ont donc aucun droit à séjourner dans les pays européens.

    N’en déplaise aux passeurs idéologiques et au pape.

    Pour lire la suite, c’est par ici !

    Bernard Lugan

    Texte repris du site Blog de Bernard Lugan

    https://fr.novopress.info/213410/les-migrants-africains-ne-fuient-pas-linsecurite-mais-la-faillite-economique-par-bernard-lugan/

  • La double affaire Chantal Jouanno

    6a00d8341c715453ef022ad3b8d364200d-320wi.jpgComme trop souvent dans ce qui tient lieu de démocratie, terme qu'on identifie en occident, depuis quelque 2 500 ans à la libre confrontation des points de vue, dans notre pays, l'arbre cache la forêt.

    Le fait même, peut-être, que nous confondions représentation nationale, consentement des contribuables à l'impôt, gouvernement du peuple et souveraineté de l'opinion, permet aux manipulateurs du sentiment public d'imposer leurs vues. Et trop souvent, leurs intérêts.

    Quel arbre, dans ce qui pourrait être appelé l'affaire Chantal Jouanno, cache ainsi quelle forêt ?

    Une première information a conduit à son retraite en tant qu'organisatrice du grand débat national imaginé par l'Élysée pour répondre à la crise des gilets jaunes. La rémunération de la présidente de la CNDP, Commission nationale du débat public, a été révélée inopinément. Elle a immédiatement été jugée fort élevée, et ressentie pratiquement pour disqualifiante, à hauteur de 14 666 euros bruts, avant impôts et charges sociales. Cette somme, qui peut paraître quelque peu excessive aux yeux du plus grand nombre, a pourtant été fixée par l'État.

    Dans un pays qui crève d'égalitarisme, cela fait scandale et semble justifier qu'elle renonce au rôle que son organisme exerce dans de nombreux dossiers techniques très sérieux et, disons-le, autrement plus importants, en fait, pour l'avenir du pays tels que les tracés des autoroutes ou des voies de chemin de fer.

    Étrangement quelques jours plus tard on découvre que le sacro-saint Défenseur des Droits, le Toubon, dont le rôle et les interventions mériteraient sans doute un examen critique légitime, touche, pour sa modeste part, environ le double. Mais personne n'envisage de demander ni la révision à la baisse de ses émoluments, ni qu’il restitue un quelconque trop perçu, ni, encore moins qu'il déguerpisse. Issu des réseaux chiraquiens, voilà un personnage au-dessus de toute contestation. Remarquez d'ailleurs combien les produits de ce sérail si funeste et si médiocre, font encore partie des personnalités que l'on nous présente comme les plus aimées des Français entre Omar Sy et Jean-Jacques Goldman.

    Les sinécures trop bien payées abondent encore en notre république. Et cette plaie ne concerne pas particulièrement la CNDP. On pourrait se demander, par exemple, si ce qu'on appelle l'audiovisuel public en est exempt, avec un budget de 4,5 milliards d'euros que personne n'envisage de revoir à la baisse. Cette situation archaïque d'ensemble, celle des emplois dits publics, que la Constitution réserve au bon vouloir du prince, semble à comparer avec celle de la période de transition 1815-1834 en Angleterre, c'est-à-dire avant la réforme électorale, le règne de Victoria et l'organisation du parti conservateur[1]. Mais nos technocrates, nos commentateurs agréés et autres professionnels de la désinformation ne s'intéressent pas à l'Histoire de la Grande-Bretagne.

    Or, de façon tout à fait parallèle, on a appris ce 25 janvier, au gré d'un débat sur LCI[2], que Chantal Jouanno révèle la différence programmée entre la tournée de communication personnelle du chef de l'État, et la manière dont aurait pu et aurait dû être organisée une consultation directe des Français.

    Voilà la deuxième affaire, ou le nouvel aspect de l'affaire Chantal Jouanno. Laissons aux complotistes le soin de répondre à la question posée par Emmanuel Galiero dans Le Figaro qui ose demander : "Reste à savoir qui a voulu sa peau en jetant sa rémunération sur la place publique."

    Manifestement, en effet, l'Élysée a pris la responsabilité, et le risque, de court-circuiter cette consultation rebaptisée grand débat national : élégamment, telle parut l'impression des premiers jours, lourdement, telle devint l'impression se dégageant par la suite. Après avoir snobé les 550 000 élus locaux au début de son mandat, Jupiter a redécouvert le maillage indispensable des maires, sans lequel le tissu national se déchirerait.

    Voilà au moins un [petit] progrès pensera-t-on. Il reste pas mal d'efforts à accomplir encore pour que nous retrouvions l'impression de vivre vraiment dans un pays libre.

    JG Malliarakis  

    Apostilles

    [1] Ce que décrit le roman manifeste de la Jeune Angleterre écrit par Disraëli : Coningsby ou la jeune génération.
    [2] cf. sur le site du Figaro.

  • Les Foulards rouges de la macronie

    9290-p3-foulards-rouges.jpg

    9291-20190130.jpgDimanche 27 janvier à Paris. Temps gris, temps de pluie, temps triste, comme cette France triste, maussade, celle du passé qui reste sur le quai, qui est sortie pour « défendre la république et la démocratie » en arborant des foulards rouges. Cette France-là, c’est celle des petits rentiers, ou de ceux qui croient l’être, de ceux qui ont mis leurs espoirs dans un jeune ex-banquier (si on ne peut plus faire confiance à son banquier !), « rapiéceur » du bas de laine de leurs rêves d’une vieillesse tranquille à n’importe quel prix, après moi la fin du monde !

    Les premières photos du rassemblement montraient un Caucasien, une Asiatique et un Africain jubilant sous leur t-shirt blanc, image d’un monde sans frontières ; Macron et Benetton utiliseraient-ils les services de la même agence publicitaire ? L’illusion ne dura pas longtemps, déjà Ouest-France, plutôt favorable à la macronie, titrait, dépité : « Quelques milliers de personnes ». Quelques milliers de personnes qui chantaient « Mort aux cons ! » (rien que cela) tout en demandant plus d’Europe et plus de répression. Parmi les manifestants on comptait, stratégiquement dispersés, des Africains qui semblaient avoir été tirés du sommeil de leurs foyers ; combien des figurants du 27 janvier furent-ils payés ?

    De source bien informée, les manifestants étaient moins de quatre mille. Qu’il doit être difficile de travailler pour le ministère de l’Intérieur : un jour il faut diviser le nombre des Gilets jaunes par trois ou par quatre, le lendemain il faut gonfler celui des Foulards rouges dans les mêmes proportions. Pourtant, pour cette poignée de pacifistes armés des meilleures intentions, la police était présente, oh non pas pour leur tirer dessus à bout portant des grenades ou des flashballs, mais plutôt pour les protéger, les aider à traverser la rue.

    Deux Gilets jaunes ont essayé de prendre la parole au sein de la manifestation pour dire qu’eux aussi étaient contre les violences, celles des casseurs et de la police notamment. Peine perdue, ils furent expulsés manu militari aux cris de « dehors les fachos ». On a la tolérance susceptible chez les macronistes. Une quinzaine de députés et six sénateurs de la majorité étaient présents à ce rassemblement qui était censé n’avoir rien à faire avec leur parti.

    Non, Macron n’est pas de Gaulle, et le 27 janvier 2019 ne fut pas une réplique du 30 mai 1968. Après le Grand Débat, encore un « truc » qui n’aura pas marché. Macron et son groupe d’imposteurs malfaisants ne possèdent aucun soutien populaire, tout n’est que tourbillons de vent et aveuglement dans son gouvernement. Un gouvernement qui paraît ne plus tenir que par l’obéissance « rottweileresque » des membres des forces de l’ordre, des hommes qui pour la plupart, semble-t-il, ont oublié leur conscience et le devoir suprême envers la patrie le jour où ils ont signé leur engagement.

    Xavier Darc

    Article paru dans Présent daté du 28 janvier 2019

    https://fr.novopress.info/

  • La liste “Gilets Jaunes” de macronistes a déjà du plomb dans l’aile

    La liste “Gilets Jaunes” de macronistes a déjà du plomb dans l’aile

    Le directeur de campagne, Hayk Shahinyan, a annoncé ce lundi qu’il se retirait du projet, cinq jours seulement après son lancement :

    La précipitation avec laquelle je me suis laissé emporté dans une configuration différente de ce que je prônait depuis des semaines, suivie de la blessure grave de Jérôme que je connais et pour qui j’ai beaucoup de respect et l’accumulation des blessés graves, l’approche de la grève générale illimité dont l’appel fut lancé, la certitude que quelque chose de structuré doit pourtant naître de tout cela, sous une forme ou sous une autre, l’approche d’une échéance électorale qui peut constituer une opportunité si elle est préparé de manière intelligente, la sortie prochaine de la période hivernale qui pourrait voir la mobilisation s’intensifier d’avantage, la fin du grand débat et les déceptions évidentes qui vont suivre et pourrait renforcer la mobilisation, et bien d’autres paramètres encore créent le doute.

    Celles et ceux qui affirment avec certitudes détenir LA solution, je m’en méfie toujours, je préfère ceux qui réfléchissent objectivement et calmement sans crier des affirmations en permanence.

    J’ai pris la décision de me retirer de toutes mes activités, revenir à Lyon, et prendre une semaine pour analyser, réfléchir, préparer des propositions, et prendre du recul.

    https://www.lesalonbeige.fr/la-liste-gilets-jaunes-de-macronistes-a-deja-du-plomb-dans-laile/

  • Violences en France : une autre analyse

    Violences en France : une autre analyse

    Lu sur le blog de la CFTC Métallurgie des Yvelines :

    Le débat médiatique de ces derniers jours porte sur la violence des Gilets jaunes, des policiers, des ultras, des casseurs-profiteurs…..Les foulards rouges de ce dimanche après midi n’étant d’ailleurs pas en reste. Et on entend beaucoup de réflexions de type “cour de récré” : c’est lui qui a commencé, c’est une réponse au camp d’en face, etc….et les media ne comprennent pas pourquoi les gilets jaunes sont si remontés contre les journalistes.

    Il me semble juste de regarder ce qui s’est passé dimanche dernier : entre 10000 et 50000 personnes à Paris pour la marche pour la Vie, événement annuel et international. Quelques toutes petites brèves à la radio, rapidement étouffées. Mais passage en boucle d’informations sur des rassemblements beaucoup moins massifs. N’est-ce pas une violence faite aux non-violents?

    Remontons le temps : les absurdes chiffres officiels des grandes manifestations de 2014 à 2016 (LMPT) ne sont-ils pas des violences? Les 700 000 signatures de la pétition, ignorées : violence également. Reprenons l’actualité plus syndicale : lois Rebsamen 1, Rebasamen2, El Khomri, Ordonnances Macron : ce tsunami en vagues successives et submergentes n’est-il pas violent? L’instabilité juridique du droit du travail n’est-elle pas une violence et un anéantissement des corps intermédiaires par épuisement délibéré, par la recherche de la lassitude et d’une sorte de burn-out collectif?

    L’instauration de délais préfixes, le formatage des procédures de plan social, au niveau national, n’est il pas un arbitraire violent? La suppression du temps – le propre de l’homme qui réfléchit – n’est-elle pas une violence faite à la Raison Humaine, à la sagesse, à la dignité des personnes elles-mêmes ?

    Qui sème le vent récolte la tempête.

    Les gilets jaunes ne sont qu’un symptôme. On ne traite pas un symptôme, on guérit une maladie. Elle s’appelle : Pouvoir des forts. Finance. Manque de sens de la vie, manque de respect de la vie. Laïcisme. Matérialisme. Confiscation de l’avenir. Abus de droit.

    Un pays qui renonce à protéger les plus faibles au nom du confort, du droit et du marché, qui trie et jette, est un pays qui désespère ses habitants.