Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

élections - Page 5

  • Moment autoritaire ou moment conservateur ?

    6a00d8341c715453ef0240a4d388fd200b-320wi.jpgUn récent sondage est monté en épingle ces jours-ci dans certains cercles. Il émane de l'Institut Ipsos, au gré de son étude annuelle, si élégamment baptisée Global Advisor consacrée au "populisme", un mot qui ne veut rien dire, et au "nativisme", un concept nouveau, ça vient de sortir profitons-en.

    Le message est ainsi résumé, en date du 16 septembre : "Sondage : 77 % des Français espèrent l’arrivée d’un leader fort décomplexé, comme Trump, Salvini, Bolsonaro, Netanyahu ou Orban"[1].

    Reproduisant platement ici les informations aimablement fournies par le site Wikipedia, il faut certainement commencer par rappeler ce qu'est Ipsos : "De 1981 à 2007, Ipsos sera le prestataire attitré de la présidence de la République française. En raison de ce monopole qu'il exerçait de fait, Jean-Marc Lech se présente comme 'le sondeur privé de MM. Mitterrand et Chirac'. Homme de gauche, il est proche de François Mitterrand dont il avance que personne avant lui n'avait utilisé les méthodes reposant sur l'analyse des études d'opinion de façon aussi systématiqueDurant toutes les années 1980-1990, l'Ipsos travaille de concert avec Jacques Pilhan pour préparer les 'plans de communication' de la présidence bloquant la publication de sondages 'dont les résultats étaient navrants pour Fabius'. Pour la présidentielle de 1988, François Mitterrand va jusqu’à commander 'un sondage par jour' à l’institut collaborant avec son équipe de campagneJean-Marc Lech rapporte dans ses mémoires comment, payé avec l'argent des fonds secrets, il repartait de l'Élysée avec des valises de billets de banque."

    Sachant cela, on admettra sans peine que le caractère scientifique des travaux produits par cette officine, certes richement dotée, relève à l'évidence plus des techniques d'intoxication que de l'empirisme organisateur.

    Que cherche-t-on en l'occurrence à nous dire et à faire circuler ?

    La chose se révèle beaucoup plus claire qu'on pourrait le croire

    Le peuple français se situerait "en tête des pays en attente d'un leader fort pour casser les règles".

    Si cela était vrai, mais je n'en crois rien, cela appellerait une remarque attristée : pauvre peuple, serait-on en droit de penser.

    Souvenons-nous en effet qu'en 1900, dans son Roman de l'énergie nationale, Maurice Barrès consacrait déjà le tome II de cette sorte de bréviaire nationaliste à l'Appel au soldat.

    Les anciens blanquistes, bonapartistes et autres autoritaires, antiparlementaires, etc. avaient alors vécu, 10 ans plus tôt, l'expérience d'un "sauveur". Ils s'étaient investis dans la popularité délirante du brave général Boulanger, inventeur des guérites tricolores et des défilés du 14 juillet.

    Suicidé en 1891 sur la tombe de sa maîtresse, ce héros ne connut jamais le bonheur d'assister à la Revanche de 1918. Celle-ci comme chacun devrait le regretter, n'offrit d'ailleurs même pas, par la décision du génial et autoritaire Clemenceau, le loisir aux survivants de cette aventure "fraîche et joyeuse", vainqueurs certes, mutilés et gueules cassées en tête, défiler à Berlin unter den Linden. C'eût été grisant.

    Je ne veux pas croire qu'une nouvelle expérience boulangiste puisse tenter un peuple qui se voulait intelligent, et qui, probablement l'a été, autrefois, mais qui, aujourd'hui, sans doute gâté d'égalitarisme, de jacobinisme et de laïcisme a, déjà, laissé depuis 40 ans, ses gouvernants, contre sa volonté, lui imposer des décisions préfabriquées aussi bien l'ouverture des portes à l'invasion étrangère, tout en beuglant sur les stades "qu'un sang impur abreuve nos sillons" que d'autres inventions bioéthiques contraires au bon sens.

    Je veux croire que le moment n'est pas de faire appel à plus de présidentialisme, à plus de technocratie et plus de courtisanerie, mais au contraire à plus de liberté d'opinion, plus de libertés tout court.

    Alors oui, une révolution conservatrice à la française deviendra possible.

    JG Malliarakis

    Apostilles

    [1] Sur le site d'Ipsos

    https://www.insolent.fr/

  • Populisme : C’est une vague ? Non, Sire, c’est un raz-de-marée !, par Jean-David Cattin

    salvinipontida-1080x675.png

    Ceux qui ont trop pris l’habitude du pouvoir sont convaincus que le populisme n’est qu’une parenthèse. Ils pensent qu’il suffit de serrer les dents le temps d’un ou deux mandats et que les choses retourneront à la normale dans les quelques pays qui ont cédé. Il faut supporter Salvini, Trump ou Orbán le temps que leurs électeurs se lassent d’eux. Leurs provocations et leurs excès finiront bien par lasser, n’est-ce pas ? Et si c’était plutôt l’inverse ? Et si la France était le prochain pays à tomber ?

    Casser les règles pour rétablir des règles

    Selon un récent sondage qui vient après beaucoup d’autres de la même teneur, 60 % des Français perçoivent les migrants comme une menace et ils sont même 77 % à penser que « l’arrivée d’un leader fort, capable de casser les règles » serait une « solution pour améliorer la situation du pays ». Il y a aujourd’hui en France une soif de démocratie, de respect de la volonté populaire qui est largement bafouée notamment sur la question de l’immigration.

    Le populisme s’enracine au pouvoir

    On entendait déjà en juillet 2015, un mois après son entrée en campagne électorale, que Donald Trump était un épiphénomène. Après quatre ans de pilonnage intensif de tout ce que l’Amérique (et le monde) compte de politiquement correct, il est maintenant en course pour un second mandat avec l’espoir de l’emporter. Lors des élections législatives hongroises de 2018, Viktor Orbán a battu son score de 2014, maintenant les socialistes la tête sous l’eau depuis plus d’une décennie. Matteo Salvini, malgré le retournement d’alliance du Mouvement 5 étoiles, est au plus haut dans les sondages. Nul doute que l’arrivée au pouvoir d’un très gauchisant Parti démocrate détesté et l’ouverture en cours des frontières italiennes à l’immigration illégale propulseront il Capitano vers des sommets de popularité.

    L’idéologie dominante en insécurité et un gouvernement fébrile

    En réalité, ce sont les tenants de l’idéologie dominante qui sont en train de perdre toute crédibilité par leurs réactions antidémocratiques. Mathieu Bock-Côté a eu une très bonne formule : « Il suffit à la gauche de se voir contestée pour se sentir assiégée. » Parallèlement, il y a un véritable durcissement du régime envers ceux qui le contestent. La censure dont les identitaires sont la cible sur les réseaux sociaux a été revendiquée fièrement par un membre du gouvernement. Puis on est passé à autre chose quand Valeurs Actuelles s’est vu censurer pour avoir simplement relayé un article à propos de Génération Identitaire. 1984 n’est pas loin. D’autant que dans le même temps, la justice n’hésite pas à condamner lourdement des cadres identitaires.

    Tout cela témoigne d’une nervosité manifeste. À raison car les bases idéologiques sur lesquelles reposent le régime actuel se lézardent. Les peuples d’Europe en ont assez de souffrir, la France ne fait pas exception.

    Jean-David Cattin

    Texte repris du site de : Les Identitaires

    https://fr.novopress.info/215498/populisme-cest-une-vague-non-sire-cest-un-raz-de-maree-par-jean-david-cattin-les-identitaires/

  • Municipales 2020 : pourquoi des milliers de communes peuvent être conquises par des listes d’intérêt municipal conduites par des catholiques (Alain Escada, Civitas)

    Durant ce mois d’août, Civitas organisait sa deuxième université d’été du Pays Réel, consacrée cette année aux élections municipales de mars 2020.

    Alain Escada a beaucoup insisté sur l’enjeu particulier que cette élection pouvait représenter pour les catholiques de France. Des milliers de communes peuvent être facilement prises par des listes d’intérêt municipal conduites par des catholiques dans un contexte expliqué en détail dans cette vidéo. Mais cette opportunité ne se représentera plus si les catholiques ne la saisissent pas en 2020, comme l’analyse le président de Civitas.

    Il est aussi question ici du duel entre le localisme et le mondialisme. Et le président de Civitas rappelle, parmi les différentes bonnes raisons de vouloir prendre des mairies, la possibilité de lancer une monnaie locale à l’heure où les banques préparent la disparition de l’argent liquide pour faciliter la mise en place du Nouvel Ordre Mondial.

    https://www.medias-presse.info/municipales-2020-pourquoi-des-milliers-de-communes-peuvent-etre-conquises-par-des-listes-dinteret-municipal-conduites-par-des-catholiques-alain-escada-civitas/111894/

  • Le RN ne pourra jamais l’emporter aux présidentielles, s’il ne participe pas à des majorités dans de nombreuses collectivités locales

    Le RN ne pourra jamais l’emporter aux présidentielles, s’il ne participe pas à des majorités dans de nombreuses collectivités locales

    Dans un ouvrage consacré à Matteo Salvini et sur lequel nous reviendrons, Marie d’Armagnac montre la transformation petit à petit de la Ligue en mouvement souverainiste et identitaire. La Ligue régionaliste est devenue un véritable parti de gouvernement, n’hésitant pas à s’allier avec les partis de droite, puis avec le Mouvement 5 Etoiles pour gouverner. En lisant cet ouvrage, on ne peut manquer de penser à la situation de la France, où le FN puis le RN ne parviennent pas à construire ces alliances politiques et, disons-le, nécessaire avant de parvenir au pouvoir. Dans Les 4 Vérités, Guillaume de Thieulloy revient sur la fameuse union des droites :

    Dans ce débat, Marion Maréchal tiendrait le rôle de la partisane de l’union des droites et Marine Le Pen serait en faveur d’une union avec les souverainistes de gauche. Je ne suis pas certain que les choses soient aussi simples et que les deux femmes aient deux visions aussi caricaturalement opposées. Les journalistes ont souvent tendance à entretenir des clivages artificiels pour « faire de l’audimat ». En tout cas, le débat est à l’ordre du jour et ce n’est pas nous, aux «4Vérités»,qui militons depuis longtemps pour en finir avec le piège mitterrandien, qui allons nous en plaindre. Mais, un débat, pour être utile, doit être bien posé. Et, pour le moment, ce n’est pas le cas.

    En premier lieu, rappelons que l’espace politique actuel est divisé en quatre parties à peu près égales: une droite et une gauche anti-mondialistes et une droite et une gauche mondialistes. Mais, deux difficultés obscurcissent cette première analyse. Tout d’abord, les porte-parole de ces différentes tendances ne correspondent pas toujours à leur électorat. Ainsi les électeurs de Marine Le Pen sont-ils massivement de droite, quand la présidente du RN refuse de se dire de droite. Jean-Luc Mélenchon est internationaliste, alors que ses électeurs le sont peu. Les électeurs d’Emmanuel Macron viennent pour une bonne part de la droite, alors que lui-même est de gauche. Et, autant Nicolas Sarkozy représentait très bien la droite mondialiste, autant Jacques Chirac, François Fillon ou Laurent Wauquiez la représentaient mal.

    « L’alchimie » personnelle est donc aussi importante que le programme. C’est regrettable car cela prépare de sérieuses désillusions, mais c’est ainsi. La deuxième difficulté vient du fait que la moitié de l’électorat est régulièrement abstentionniste. Il serait beaucoup plus utile électoralement de convaincre cette moitié que de nouer des alliances partisanes. Ceci posé, de quoi un candidat a-t-il besoin pour l’emporter ? Tout d’abord, il a besoin d’être crédible. Ce fut la grande force d’Emmanuel Macron par rapport à Marine Le Pen en 2017.

    Aussi désastreux qu’ait été son programme, de nombreux Français ont considéré que, lui, pouvait gouverner. Or, il n’existe pas d’autre façon pour convaincre que l’on peut gouverner que… de gouverner. C’est pourquoi je crois que le RN ne pourra jamais l’emporter aux présidentielles, s’il ne participe pas à des majorités dans de nombreuses collectivités localesEt pas seulement quelques villes, mais des départements et des régions. Il ne peut pas l’emporter, dans le cas général, c’est une affaire entendue, mais rien ne l’empêche de soutenir des candidats divers droite compatibles avec son programme.

    Ensuite, il faut réunir son camp au premier tour. Nicolas Sarkozy l’a très bien fait en 2007. François Fillon ne l’a pas fait en 2017. De ce point de vue, le RN dispose d’un net avantage. Même si un candidat de droite crédible, avec un programme net sur les questions régaliennes, peut largement « siphonner » l’électorat frontiste. On l’a vu, là encore, en 2007 avec Nicolas Sarkozy.
    Bref, si j’avais un conseil à donner à un candidat (ou une candidate!), ce serait de travailler sérieusement pour devenir un chef d’État crédible, appuyé sur une cohorte de personnes ayant une expérience des affaires publiques (et privées), et d’être extrêmement clair sur les 3 ou 4 questions prioritaires.

    Est-il besoin de dire que nous sommes à des années-lumière de cela, que ce soit aux LR ou au RN, et que cela laisse un boulevard à la social-démocratie démolisseuse de Macron ?

    https://www.lesalonbeige.fr/le-rn-ne-pourra-jamais-lemporter-aux-presidentielles-sil-ne-participe-pas-a-des-majorites-dans-de-nombreuses-collectivites-locales/

  • Populisme : C’est une vague ? Non, Sire, c’est un raz-de-marée !, par Jean-David Cattin

    salvinipontida-1080x675.png

    Ceux qui ont trop pris l’habitude du pouvoir sont convaincus que le populisme n’est qu’une parenthèse. Ils pensent qu’il suffit de serrer les dents le temps d’un ou deux mandats et que les choses retourneront à la normale dans les quelques pays qui ont cédé. Il faut supporter Salvini, Trump ou Orbán le temps que leurs électeurs se lassent d’eux. Leurs provocations et leurs excès finiront bien par lasser, n’est-ce pas ? Et si c’était plutôt l’inverse ? Et si la France était le prochain pays à tomber ?

    Casser les règles pour rétablir des règles

    Selon un récent sondage qui vient après beaucoup d’autres de la même teneur, 60 % des Français perçoivent les migrants comme une menace et ils sont même 77 % à penser que « l’arrivée d’un leader fort, capable de casser les règles » serait une « solution pour améliorer la situation du pays ». Il y a aujourd’hui en France une soif de démocratie, de respect de la volonté populaire qui est largement bafouée notamment sur la question de l’immigration.

    Le populisme s’enracine au pouvoir

    On entendait déjà en juillet 2015, un mois après son entrée en campagne électorale, que Donald Trump était un épiphénomène. Après quatre ans de pilonnage intensif de tout ce que l’Amérique (et le monde) compte de politiquement correct, il est maintenant en course pour un second mandat avec l’espoir de l’emporter. Lors des élections législatives hongroises de 2018, Viktor Orbán a battu son score de 2014, maintenant les socialistes la tête sous l’eau depuis plus d’une décennie. Matteo Salvini, malgré le retournement d’alliance du Mouvement 5 étoiles, est au plus haut dans les sondages. Nul doute que l’arrivée au pouvoir d’un très gauchisant Parti démocrate détesté et l’ouverture en cours des frontières italiennes à l’immigration illégale propulseront il Capitano vers des sommets de popularité.

    L’idéologie dominante en insécurité et un gouvernement fébrile

    En réalité, ce sont les tenants de l’idéologie dominante qui sont en train de perdre toute crédibilité par leurs réactions antidémocratiques. Mathieu Bock-Côté a eu une très bonne formule : « Il suffit à la gauche de se voir contestée pour se sentir assiégée. » Parallèlement, il y a un véritable durcissement du régime envers ceux qui le contestent. La censure dont les identitaires sont la cible sur les réseaux sociaux a été revendiquée fièrement par un membre du gouvernement. Puis on est passé à autre chose quand Valeurs Actuelles s’est vu censurer pour avoir simplement relayé un article à propos de Génération Identitaire. 1984 n’est pas loin. D’autant que dans le même temps, la justice n’hésite pas à condamner lourdement des cadres identitaires.

    Tout cela témoigne d’une nervosité manifeste. À raison car les bases idéologiques sur lesquelles reposent le régime actuel se lézardent. Les peuples d’Europe en ont assez de souffrir, la France ne fait pas exception.

    Jean-David Cattin

    Texte repris du site de : Les Identitaires

    https://fr.novopress.info/215498/populisme-cest-une-vague-non-sire-cest-un-raz-de-maree-par-jean-david-cattin-les-identitaires/

  • Le faux virage migratoire d’Emmanuel Macron – Journal du mardi 17 septembre 2019

     

    Le faux virage migratoire d’Emmanuel Macron

    De la com’, encore de la com’ et toujours de la com’. Lundi, devant un auditoire acquis à sa cause, Emmanuel Macron a affirmé vouloir faire de l’immigration une des priorités de l’acte II de son quinquennat. Une offensive de façade avec en arrière plan les prochaines échéances électorales.

    Les Jeunes du Rassemblement National mobilisés

    Génération Nation repart sur les chapeaux de roue. Alors que Marine Le Pen faisait sa rentrée politique à Fréjus, les jeunes du mouvement se réunissaient également pour préparer les prochaines échéances.

    Législatives israélienne : une élection dans un Proche-Orient en pleine ébullition

    Jour d’élection en Israël… alors que le Proche-Orient connaît une période particulièrement agitée, l’Etat hébreux doit se doter d’une nouvelle majorité et surtout d’une nouvelle coalition.

    L’actualité en bref

    https://www.tvlibertes.com/le-faux-virage-migratoire-demmanuel-macron-journal-du-mardi-17-septembre-2019

  • L’équipe de la campagne électorale d’Emmanuel Macron (fin)

    quatre2-a530b.jpgPas de pitié ! Dans les glorieux combats de Ramzi Khiroun, lequel mérite assurément la légion d’honneur, il y a des dégâts collatéraux. Comme disent les ordures : « On ne fait pas d’omelettes sans casser des œufs ». Et l’omelette est belle : Richard Gasquet s’en tire bien. Il est condamné à deux mois et demi de suspension et peut donc reprendre immédiatement. Tout le monde a avalé le canular. Sa version a été jugée probable. Le soir même sur le plateau de France 2, sous le coup de l’émotion Richard déclare : « Je veux remercier les proches qui ont été avec moi. Je veux remercier Arnaud Lagardère, Ramzi Khiroun… »

    Le con ! Il n’a pas compris que Ramzi Khiroun ne veut pas qu’on parle de lui.

    Passons maintenant au troisième larron. Celui qui est envoyé par Patrick Drahi. Il s’appelle Bernard Mourad. Nous avons déjà parlé de lui dans l'article "Le Président des milliardaires". En 2008, alors qu’il travaillait chez Stanley Morgan, il avait reçu Emmanuel Macron pour un entretien d’embauche qui s’était transformé en un entretien amical d’une heure et demie. Il lui avait conseillé d’aller plutôt chez Rothschild où il aurait plus de chance d’être « propulsé très haut très vite » plutôt que chez Stanley Morgan où il devrait gravir un à un les échelons.

    Bernard Mourad travaillait pour la banque américaine Stanley Morgan depuis 2000 mais il était d’abord basé à Londres. Il est arrivé en France en 2006 pour rejoindre son épouse Stéphanie Ferran qui travaillait alors dans le conseil en stratégie chez A. T. Kearney. Elle est, tout comme lui, diplômée Sciences-Po et HEC. Elle travaille maintenant dans le groupe Lagardère ou plus précisément chez « Lagardère publishing » autrement dit le groupe Hachette. Nous sommes là dans un tout petit monde étroitement interconnecté. Elle a rejoint « Hachette Livre » en tant que Directrice du développement commercial et membre du « Comité Exécutif France » en octobre 2017. Elle est considérée comme la n°2 du groupe Hachette.

    Chez Stanley Morgan, Bernard Mourad est considéré comme spécialiste du secteur des médias et des télécoms. Il est réputé proche des entrepreneurs milliardaires de ce secteur Xavier Niel et Patrick Drahi. Il fait partie de leur clan et il a aidé son ami Emmanuel Macron à s’insérer dans le clan quand celui-ci a favorisé l’acquisition de SFR par Patrick Drahi. Nous avons raconté cela dans un autre article intitulé « Un magistral coup tordu ». Les deux amis sont très liés —nous avons vu qu’ils échangent des mots doux : « mon lapin », « forza » — et ils se ressemblent beaucoup avec toutefois quelques petites différences. Bernard Mourad a autant de verni qu’Emmanuel Macron mais il est plus consistant sous le verni. Il n’a pas de lacunes en mathématiques, il sait que la Guyane n’est pas une île et il a effectivement écrit deux livres. C’est un point sur lequel il n’a pas besoin de bluffer pour en mettre plein la vue à ses copains. C’est une singulière différence avec Emmanuel Macron. Voici ce que raconte Jean-Baptiste Froment qui était avec lui en classe prépa à Henri IV.

    « Macron donnait un peu le sentiment que sa vie, ou une partie de sa vie, était ailleurs ce qui, quand on est en classe prépa, notamment à Henri IV, est quelque chose de très baroque, enfin qui n’a pas beaucoup de sens parce qu’on est censé travailler à 100% du temps. Moi, il m’expliquait qu’il était en train d’écrire un grand roman. Donc, quand même, écrire un roman ça prend un peu du temps. (…) C’était un grand roman qui avait lieu en Amérique du Sud. C’était ce qu’on appelle un roman picaresque : l’époque du XVIIème siècle, la conquête espagnole. Il y avait des histoires d’indiens d’Amérique du Sud… Je ne sais pas des Mayas, des Incas. Voilà, on n’était pas dans un petit récit d’autofiction du quartier latin. C’était un truc avec un peu du souffle à l’ancienne. »

    Si Bernard Mourad est moins mythomane, les deux compères ont cependant manifestement le même état d’esprit. Ils sont imprégnés des idées de l’ultra-libéralisme et sont donc entièrement au service des plus riches qu’ils considèrent comme des modèles. Les livres qu’il a écrits sont dans le droit fil de cette idéologie. « Les actifs corporels » est un livre de fiction où il imagine que même les individus peuvent être cottés en bourse et l’autre livre s’appelle tout simplement « Libre échange ». Evidemment, dans les deux cas, les titres ont un double sens.

    Bernard Mourad sera donc dans tous les coups tordus d’Emmanuel Macron. Il est d’ailleurs avec lui quand celui-ci offre sur un plateau à General Electric le fleuron de notre industrie : la branche industrielle d’Alsthom. Morgan Stanley est une des trois banques qui a opéré lors de la cession et c’est précisément Bernard Mourad qui était chargé des fusions-acquisitions à ce moment-là.

    Il n’est donc pas étonnant que ce soit à lui qu’Emmanuel Macron ait confié le dépeçage et la vente d’ADP. Entre temps Bernard Mourad a quitté Stanley Morgan. Il a ensuite été exclusivement au service de Patrick Drahi en prenant la présidence de son groupe de médias « Altice Média Group ». Il a plus tard rejoint Bank of America-Merrill Lynch une autre banque qui avait opéré lors de la cession de la branche industrie d’Alstom à Général Electric.

    Au moment de la campagne présidentielle, il est encore chez Patrick Drahi. Officiellement, c’est en octobre 2016 qu’il quitte ses fonctions chez Altice Média Group pour rejoindre l’équipe de campagne comme « conseiller spécial ».

    Passons maintenant au quatrième larron qui est d’ailleurs une larronne : la fameuse Michèle Marchand alias « Mimi » envoyée par Xavier Niel. Ils se connaissent de longue date car ils ont été défendus par la même avocate quand ils ont fait tous les deux un séjour en prison.

    Nous trouvons dans la presse une abondante littérature sur cette « Mimi » présentée, le plus souvent avec complaisance, comme un personnage de roman. Des articles lui ont été consacrés dans Le Monde, L’Obs, Le Point, Vanity Fair. Un article a été écrit pour Egalité & Réconciliation et un livre, intitulé « Mimi », a été écrit par Jean-Michel Décugis, Pauline Guena et Marc Leplongeon. Cette « Mimi » est une fieffée crapule et nous éviterons d’en parler avec affabilité mais il est toujours difficile de ne pas tomber dans le piège des films sur la mafia qui donnent une image assez sympathique des plus grands voyous. La réussite fascine, même quand elle se fait au prix des pires procédés. « Mimi » a trempé dans le trafic de drogue. Elle a été prise les deux mains sur le volant d’un camion contenant 500 kg de haschisch. Elle a fréquenté à la fois les truands et les flics confirmant ainsi à sa façon qu’il s’agit du même milieu. Faut-il s’étonner que de ce milieu sortent les crapules qui appuient les coups fourrés des milliardaires et, par la même occasion, le Président de la République ? Voici un extrait du numéro 45 (avril 2017) d’un article de Vanity Fair :

    « Deux de ses anciens maris ont séjourné derrière les barreaux, l’un est tombé pour un casse qui fit la « une » des journaux avant de l’emporter elle aussi. Les enquêteurs avaient ratissé large en espérant la faire parler. Deux ans de prison. C’est le traumatisme de sa vie, celui qu’elle voudrait à jamais effacer et dont elle est sortie relaxée en 1990. Puis ce fut l’époque des boîtes lesbiennes qu’elle monte avec une amie d’enfance, le Memories, porte Maillot, puis le Cirque, rue de Ponthieu, où les garçons s’invitent une fois par semaine. Mimi s’impose dans le monde de la nuit. Les petites frappes, elle les dresse : « La taule, je l’ai faite comme vous, dit-elle. Les coups de canif, je peux les donner comme vous. » Un soir, un policier des RG, Jean-François, en filature dans son club pour une histoire d’arnaque à la carte bancaire, tombe sous le charme. Autre vie, autre monde qui se superpose. Michèle Marchand excelle dans le mélange des genres. Nuit et jour, elle tisse sa toile à tous les étages, des petites mains du show-biz aux vedettes, des voyous aux flics en passant par tous les mécanos et les avocats de Paris. »

    Pour donner une idée de son pouvoir voici maintenant un petit extrait du livre « Mimi » de Jean-Michel Décugis, Pauline Guena et Marc Leplongeon.

    « Le 7 octobre 2015, lors d’un procès à huis clos devant le tribunal correctionnel de Paris, Jérémie Ladreit de Lacharrière, trente-huit ans, est condamné à trente mois de prison avec sursis pour avoir diffusé des images pornographiques d’enfants sur Internet. Il est en récidive légale après une première condamnation définitive en 2008 pour des faits identiques. »

    Vous trouverez sur ce sujet sur YouTube une vidéo intitulée  : « Michèle "Mimi" Marchand aurait étouffé une affaire de pédo-pornographie impliquant du gratin ». Le père de Jérémie, Marc Ladreit de Lacharrière, est un milliardaire très connu (voir la Wikipédia) et il tient à ce que l’affaire ne soit pas publiée dans la presse. Il lui a suffi pour cela de charger « Mimi » de la mission et personne n’a entendu parler de la condamnation. Celle-ci étant intervenue à la suite d’un procès à huis clos, autant dire que l’affaire a été étouffée. Merci « Mimi » ! Essayons d’imaginer de quels moyens elle dispose pour pouvoir ainsi tenir à sa guise toute la presse. Serait-elle aussi puissante que l’était François Mitterrand qui pouvait interdire aux journaux de parler de Mazarine alors que les salles de rédaction étaient parfaitement informées ? Sans doute. Cependant, tout finit par ce savoir : Mazarine, Jérémie… Mimi possède « Bestimage » une agence photographique spécialisée dans la presse people, les célébrités et l’événementiel. A la demande, elle peut fournir des images valorisantes de personnalités du showbiz ou de la politique. Elle envoie les photographes à son service faire les clichés. Elle a 25 employés dans son entreprise et autant de pigistes photographes. Elle peut aussi sortir les clichés qu’elle a en archive. Elle possède probablement aussi des images que les mêmes personnalités ne tiennent pas à voir circuler. Elle pèse donc à la source de l’information mais elle pèse aussi au moment de l’édition. Toute la presse people recourt à ses services : Paris Match, Gala, Voici, Closer, Ici Paris, Télé 7 jours... Autant dire que ces titres ont besoin d’elle pour vivre. Elle connait bien évidemment tous les subterfuges du métier alors que le consommateur s’y perd. Il est parfois difficile de différencier un travail de paparazzi et une fausse paparazzade. Dans le deuxième cas, des photos qui semblent être prises à l’improviste sont en fait réalisées dans une séquence organisée avec éventuellement des mises en scène. Ainsi, le reportage pour « Paris Match » du couple Macron sur une plage avec Emmanuel en short et Brigitte en maillot hawaïen était une fausse paparazzade. Le but était de les aider à assumer leur différence d’âge en valorisant Brigitte. Comme quoi, la communication réclame une réelle compétence. Pour contrer une rumeur, il faut assumer son existence et l’affronter. La pire des choses est de la laisser se répandre sans réagir. Il est certain par exemple que Giscard d’Estaing a eu tort de ne pas affronter la rumeur sur l’affaire des diamants de Bokassa. Il n’avait pas de bons conseillers en communication. C’est d’ailleurs pour contrer une rumeur sur une éventuelle homosexualité d’Emmanuel Macron que Xavier Niel a conseillé à Brigitte de consulter « Mimi ». Il a organisé, comme il en a l’habitude en pareil cas, un petit goûter entre eux dans sa villa rose. « Mimi » avait vérifié que les journalistes n’avaient rien de sérieux à présenter à ce sujet. On ne sait jamais. Des photos peuvent être interprétées de différentes manières. Fort heureusement, les photos prises à Saint-Martin aux Antilles, où Emmanuel macron est avec un jeune homme torse nu n’existaient pas à l’époque. Pas plus que les photos prises lors de la fête de la musique à l’Elysée. « Mimi » lui a conseillé d’affronter la rumeur. Il s’exécute lors d’un meeting à Bobino. Il déclare notamment au micro :

    «  Pour mettre les pieds dans le plat, si dans les dîners en ville, si dans les boucles de mails, on vous dit que j’ai une double vie avec Mathieu Gallet ou qui que ce soit d’autre, c’est mon hologramme qui m’a soudain échappé mais ça ne peut pas être moi ! »

    C’était sans doute un bon conseil. « Mimi » est ainsi capable de faire et défaire bien des réputations. Avec les mêmes faits, elle peut par exemple exposer une liaison amoureuse comme une sombre affaire de pédophilie ou à l’inverse la sublimer comme une relation affective qui a survécu à bien des dénigrements. Elle pourra tout autant faire passer pour un homosexuel un pur hétéro ou à l’inverse éviter à un homosexuel d’être reconnu comme tel si elle juge que cela nuirait à son image. Elle peut amplifier à souhait une simple rumeur ou, au contraire, l’étouffer.

    Nous avons maintenant un tableau complet de l’équipe qui monte à l’assaut de l’opinion publique pour la formatter. Nous verrons peut-être dans un autre article comment elle s’y est prise.

    [MD1]

    https://www.agoravox.fr/actualites/politique/article/l-equipe-de-la-campagne-electorale-217877

  • L’équipe de la campagne électorale d’Emmanuel Macron (1)

    quatre2-a530b.jpgDans notre article « Le président des milliardaires » nous avons montré que ce sont quatre grosses fortunes à la tête d’un empire médiatique qui ont décidé dès l’été 2014 de faire d’Emmanuel Macron le prochain président de la république. Nous avons montré ensuite dans notre article « Ce sont des truands » que cette équipe est d’une moralité assez peu reluisante. Nous allons maintenant présenter l’équipe qu’ils ont mis en place pour parvenir à leurs fins. Mais, nous avons deux versions possibles quant à la constitution de l’équipe de la campagne électorale : le mythe et la réalité.

    Le mythe c’est la version déversée pour le public avec tous les médias en commençant par ceux qui sont dans les mains de ces quatre grosses fortunes. Ce mythe c’est qu’un jour, alors qu’il était ministre de l’économie, Emmanuel Macron a décidé d’être candidat à la présidentielle et a donc constitué une équipe dont tout le monde connait aujourd’hui les noms. A la tête se trouve Ismaël Emelien. C’est lui qui, dans le plus grand secret, à l’automne 2015, 18 mois avant l’élection, aurait regroupé les autres membres en commençant par Benjamin Griveaux, Cédric O et Stanislas Guérini. Vous trouverez des dizaines d’articles vantant les mérites de cette « équipe de choc ». Le record de mystification à ce sujet est probablement détenu par un reportage diffusé sur BFMTV et qui se trouve sur YouTube sous le titre : « Macron à l’Elysée – Le casse du siècle ».

    La réalité c’est que les quatre grosses fortunes ont décidé de mettre Emmanuel Macron au poste de Président de la République non pas quand il était ministre de l’économie mais bien avant c’est-à-dire au cours de l’été 2014, près de trois ans avant les élections présidentielles. Ils ont alors constitué une équipe en amenant chacun leur meilleur lieutenants :

    • Bernard Arnault a donné Bernard Squarcini chargé de la sécurité et du renseignement ;
    • Jean-Luc Lagardère a donné Ramzi Khiroun chargé de la communication ;
    • Patrick Drahi a donné Bernard Mourad chargé des questions financières ;
    • Xavier Niel a donné Michèle Marchand dite « Mimi », chargée de la propagande.

    Nos services de renseignements étant moins efficaces que ceux de Bernard Squarcini nous n’avons pas la garantie que cela se soit fait exactement ainsi mais nous sommes certainement beaucoup plus près de la réalité que ceux qui diffusent ou avalent la version officielle.

    Voyons tous les atouts dont dispose une telle équipe.

    Bernard Squarcini, ancien patron de la DST et de la DCRI, qui a gardé des contacts dans ces services est certainement un homme bien renseigné. Ont-ils besoin de savoir où en est François Hollande ? Va-t-il être candidat ou se retirer ? Hésite-t-il ? Il faut poser la question à Squarcini. Et François Fillon, embourbé dans les affaires, va-t-il se retirer ? Posons la question à Squarcini. Risque-t-on que Jean-Luc Mélenchon se mette d’accord avec le candidat socialiste qui sortira des primaires pour qu’il n’y ait qu’un seul candidat de la « gauche » ? Voyons ce qu’en pense Squarcini. Et Bayrou, dans tout ça, de quel côté penche-t-il ? Demandons à Squarcini. L’avis de Squarcini, l’homme aux mille oreilles, dans tous ces cas est plus précieux que celui de Madame Soleil. Il dispose de moyens beaucoup plus sûrs que la boule de cristal ou les cartes de tarot.

    Passons maintenant à Ramzi Khiroun, l’homme qu’Arnault Lagardère envoie. Il a déjà rendu maints services aux grands du pays à tel point qu’ils ont demandé à François Hollande de le décorer de la légion d’honneur. Cela fut fait le 31 décembre 2014. Et, pourtant cet homme qui est si utile aux puissants est très peu connu du grand public. Un homme si discret qui est Chevalier de la légion d’honneur, c’est sans doute un modèle d’humilité et l’incarnation d’un idéal de force d’âme et d’élévation morale voire de bravoure et de sens du sacrifice. Nous en jugerons à partir des faits.

    Il est entré en 2001 à Euro RSCG, la cinquième agence mondiale de publicité dirigée par Stéphane Foulks. Il rejoint en 2007 le groupe Lagardère comme conseiller d'Arnaud Lagardère, porte-parole du groupe et membre du comité exécutif du groupe. Mais il a négocié un statut qui lui permet de continuer à faire des missions de consultant pour Euro RSCG. Sur son CV, la campagne présidentielle de Jospin en 2002, la primaire perdue de DSK en 2006, le délit d'initié dont était soupçonné Arnaud Lagardère pour EADS…

    S’il est peu connu, il a tout de même été question de lui une fois dans la presse. Ramzi Khiroun est l’homme à la Porsche Panamera. Vous vous souvenez peut-être de cette histoire. C’était le 28 avril 2011, un an avant l’élection présidentielle, Dominique Strauss Kahn avait été photographié prenant le volant de cette luxueuse voiture. L’affaire avait fait grand bruit. Les commentaires sur le patrimoine de ce candidat socialiste à la présidentielle avaient égratigné son image à un moment où il caracolait en tête des sondages loin devant Nicolas Sarkosy. C’était, en fait, la voiture de Ramzi Khiroun ou, plus précisément, sa voiture de fonction au groupe Lagardère. Car, à cette époque, Ramzi Khiroun se trouvait dans une situation analogue à celle que nous examinons maintenant. Il travaillait pour Arnaud Lagardère depuis 2007. En 2011, au moment de l’affaire de la Porsche Panamera il était délégué pour s’occuper de la campagne de Dominique Strauss Kahn à la présidentielle.

    Et nous le retrouvons plus tard délégué à la campagne pour l’élection d’Emmanuel Macron en travaillant toujours pour Arnault Lagardère. La question se pose pour eux de trouver une pseudo-équipe-de-campagne qui pourra apparaitre au grand jour car il faut évidemment cacher que ce sont quatre grosses fortunes et leurs sbires qui s’en occupent. Ramzi Khiroun a une proposition simple à faire. Il suffira de reprendre l’équipe qu’il connaît bien. Celle qu’il a contribué à former pour la campagne de Strauss Kahn. Ils vont donc reprendre exactement les mêmes. Les strausskhaniens d’hier deviendront les macroniens d’aujourd’hui. Ils sont seulement âgés de deux ans de plus et il leur reste une bonne année pour se préparer avant d’entrer en scène. Nous avons déjà cité leurs noms. Ils s’appellent Ismaël Emelien, Benjamin Griveaux, Cédric O et Stanislas Guérini. Nous allons voir avec d’autres exemples que Ramzi Khiroun a l’art de fabriquer des fausses-vérités pour le grand public.

    Mais son rôle ne se limite pas à cela. Voyons d’un peu plus près en quoi il consiste. S’il refuse systématiquement d’apparaître sur le devant de la scène c’est pour mieux tirer les ficelles derrière le rideau. Il n’a jamais été filmé. Il est cependant très connu des politiciens, des journalistes. On peut dire qu’il a tout un réseau derrière lui dans la politique et dans la presse. C’est un homme de l’ombre mais il est pourtant très influant. C’est d’ailleurs son métier. C’est, comme on dit dans le jargon des journalistes : un agent d’influence, un stratège de la communication, un spécialiste de la gestion des situations de crise. Plus clairement, nous dirons qu’il est très utile quand ses patrons ou ses clients ont des ennuis de tout genre. Quand ils sont dans une mauvaise situation et que ça pourrait tourner mal. Nous allons en donner quelques exemples.

    Evidemment avec Strauss Kahn, le risque d’avoir des ennuis était énorme. Son addiction était connue surtout chez les cadres du PS. « Tout le PS savait pour DSK » affirme Anne Mansouret. Ce qui n’a guère été contredit. Certes, elle se décide à affirmer cela un peu tardivement. Elle est en effet la mère de Tristane Banon qui a été agressée par DSK et elle regrette d’avoir conseillé à sa fille de se taire lors des faits. Mais, Tristane Banon ne s’est pas tue. Elle a fait état de cette agression sexuelle le 13 février 2007 dans une émission de télé présentée par Thierry Ardisson. Cependant, au montage, la production avait placé des "bips" pour supprimer le nom de Dominique Strauss-Kahn qui n’avait donc nullement été inquiété. Là, c’est typiquement le cas où Ramzi Khiroun doit passer à l’attaque. Car — cela mérite assurément la légion d’honneur — ce genre d’individu raisonne comme un pitbull. Quand son maître est attaqué, il mord. Voici ce qu’écrit le magazine Challenges du 26 mai 2011

    « Bien avant l'arrestation de Dominique Strauss Khan à New York, Stéphane Fouks, patron d'Euro RSCG, et Ramzi Khiroun, conseiller d'Arnaud Lagardère — tous deux dédiés à la "com" de DSK — commençaient à irriter au PS. (…) Aujourd'hui, on leur reproche d'avoir surprotégé DSK, en étouffant tous les scandales, sans affronter le problème de fond : son addiction. Ainsi, lorsqu'en 2007 Tristane Banon a révélé que DSK l'avait agressée, Khiroun l'a menacée, puis l'a discréditée en démolissant son récit ».

    Bien sûr, dans un tel cas, Ramzi Khiroun porte plainte pour diffamation. C’est toujours comme ça avec eux. Nous avons déjà vu que Xavier Niel portait plainte dès qu’un journaliste osait parler de proxénétisme à son sujet. Ici, c’est pareil. Khiroun porte plainte dès qu’un journaliste ose parler de « menaces » à son sujet.

    Tristane Banon, dont il faut saluer le courage, n’en est pas restée là. Elle a sorti en octobre 2011 un livre intitulé « Le bal des hypocrites » dans lequel elle est revenue sur cette agression. Elle dit notamment :

    « L'Affaire, c'est juste une vie qu'on a jetée à la poubelle. Seulement ma vie que l'on a cassée comme on déchire un dessin raté. Finalement, ça n'est rien, ou pas grand-chose, mes tripes que des journalistes ont tricotées comme de la laine pour se faire un pull pour l'hiver ».

    Finalement le parquet reconnaîtra les faits qualifiés « d’agressions sexuelles » mais la plainte sera classée sans suite les faits étant prescrits. Il faut demander à Ramzi Khiroun s’il est fier d’avoir fait son possible pour cacher cette agression sexuelle et il faut peut-être aussi demander à toutes les grandes féministes du PS qui connaissaient « les habitudes de Dominique » (Martine Aubry, Ségolène Royal…) ce qu’elles en pensent. Le rôle d’un agent d’influence pourrait donc être parfois de conseiller à des femmes de se taire quand ce qu’elles ont à dire dérange quelques puissants. Rien de pire à ce sujet qu’une femme trompée qui a beaucoup de choses à dire au sujet de son homme volage. Ainsi, à un moment, Valérie Trierweiler a eu très envie de parler de François Hollande. Le journal l’humanité du 11 novembre 2015 dit à ce sujet à propos de Khiroun : « il a su se rendre indispensable auprès de François Hollande depuis qu’il est à l’Elysée, notamment au moment de la sortie du livre de Valérie Trierweiler ». Cela aussi mérite bien la légion d’honneur. Nous commençons à voir ce qu’est un « agent d’influence, un stratège de la communication, un spécialiste de la gestion des situations de crise ».

    Prenons encore un exemple. Nous avons vu qu’Arnaud Lagardère a eu la bien mauvaise idée de se lancer dans le business du sport. En 2005, il a créé le « Team Lagardère » une structure professionnelle privée destinée à fédérer et promouvoir des sportifs professionnels de haut niveau. Le premier et sans doute le plus talentueux de ceux-ci était le tennisman Richard Gasquet.

    Mais, tout le groupe Lagardère s’est trouvé en émoi quand, le 9 mai 2009, la radio RMC puis le journal l’Equipe ont révélé que Richard Gasquet avait été contrôlé positif à la cocaïne à Miami.

    Cela risque de mettre un coup d’arrêt à sa carrière. Aussitôt Ramzi Khiroun est mis sur le coup. Nous allons maintenant reprendre à ce sujet des informations qui viennent essentiellement de la vidéo de YouTube intitulée « Jeu d’influences : les stratèges de la communication ».

    Ramzi Khiroun mobilise une cellule de crise et impose sa consigne : silence radio absolu, personne ne parle avant qu’il ait élaboré sa stratégie et donné ses consignes. Il met aussitôt sur le coup deux cabinets d’avocats. Quand il annonce à ses collaborateurs la version qu’il va sortir, ils ont peine à y croire :

    « Richard Gasquet a consommé de la cocaïne sans le savoir. Il a été piégé la veille du contrôle anti-dopage dans une boîte de nuit à Miami. La présence de cocaïne dans son organisme est liée à un échange de baisers fougueux avec une jeune femme avec laquelle il a partagé la soirée. Et puis de la cocaïne a circulé à leur table. Il pourrait avoir bu dans un verre en contenant des traces ».

    Cette histoire fait rire tout le monde mais « plus c’est gros, plus ça marche » et Ramzi Khiroun n’en démordra pas. Il veut des expertises médicales pour savoir si c’est possible. Les avocats doivent s’exécuter.

    « Il nous a tellement cassé les pieds et obligés à faire les expertises, la démonstration, voir des spécialistes, des médecins et autres, qu’on a bien été obligé de se rendre compte que à la fin des fins c’est lui qui (…) ».

    Bref ! son équipe doit se convaincre que c’est malgré tout plausible, que la version est envisageable et, petit à petit, ce qui reste pour nous un énorme canular va devenir la vérité. Alors il faut porter plainte contre X pour administration de substance nuisible. Les avocats passent à l’attaque. Ramzi Khiroun estime que maintenant il est temps de faire parler Richard Gasquet. Il choisit trois médias dominants TF1, Europe 1 (la radio de son boss) et le journal l’Equipe.

    Le journaliste de l’Equipe, Patrick Issert, va avoir plusieurs échanges musclés avec Ramzi Khiroun. Le communiquant lui promet une interview exclusive s’il accepte ses conditions.

    « Il était clair que cette interview faisait partie d’une stratégie juridique qui allait se mettre en place. Très tôt, Ramzi Khiroun, dans le cadre de nos conversations préparatoires avant cette interview, me dit : « Mais, la thèse du baiser empoisonné ce n’est pas tout à fait ce que tu crois, c’est pas si stupide que ça en a l’air. » Enfin, bref ! Ça a été assez long puisqu’en gros ce qu’il voulait c’était nous imposer un texte, tout simplement : un texte, ou alors, si un texte n’était pas accepté, ce qui était le cas, les thèmes : tel thème, tel thème, tel thème et pas tel thème ».

    Ramzi Khiroun a vraiment l’art de négocier avec un journaliste. Il propose d’ailleurs de lui simplifier le travail. Patrick Issert aura le privilège de signer une interview exclusive de la vedette, à un moment ou sa parole est attendue du public, mais c’est Khiroun qui rédigera le texte. Par rapport à ce point de départ, il accepte, au cours de la négociation, quelques concessions mais il ne faut pas lui en demander de trop. Patrick Issert ajoute :

    « On discute beaucoup, le ton monte parfois. C’est difficile. Je me souviens d’un échange de SMS. A un moment il me dit « Eh bien écoute, si tu ne veux pas d’interview exclusive dans l’Equipe c’est pas un problème, je trouverai quelqu’un d’autre » ».

    Ramzi Khiroun met la pression au maximum. Cela confine au chantage. Evidemment le journal l’Equipe ne peut pas se permettre de laisser l’interview attendue de cette grande vedette du sport français à un autre journal.

    Il traite ainsi avec les journalistes et il appelle sa complice et collègue d’Havas : Anne Hommel pour qu’elle prépare Richard Gasquet pour les interviews. Il la connait bien puisqu’ils ont travaillé plusieurs fois ensemble sur les multiples affaires de DSK. Elle fait répéter « les éléments de langage, les mots-clefs » à Richard Gasquet.

    « J’ai fait un travail assez traditionnel qui s’appelle du média-training. Avec un individu qui n’a pas l’habitude de condenser son discours, d’utiliser les mots-clefs, on lui dit : « Viens tu vas arriver dans un endroit très agréable. Il fait froid. Il y a plein de monde. Ils sont très énervés. Ils parlent tous en même temps. Donc, comme tu n’as qu’une cartouche. Je vais t’aider à préparer la bonne cartouche. » »

    Le jour de l’interview, les journalistes de l’Equipe arrivent à trois. L’ambiance est tendue. Patrick Issert raconte :

    « Richard est à un bout de la table. Les deux journalistes spécialistes du tennis se mettent à ses côtés. Moi je suis juste un peu en retrait et Ramzi Khiroun est tout au bout de la table, Ramzi est assis, lunettes noires, blouson de cuir et bras croisés et, pendant toute l’interview, il ne dit absolument rien mais il est exactement dans l’axe de Richard. Et, quand Richard a un doute, quand il se demande si la réponse qu’il a apportée est suffisante, est bonne, il interroge du regard Ramzi qui répond par un signe de tête. Bref ! il y a un pilotage qui se fait discrètement mais qui se fait. »

    Richard Gasquet va marteler le même message. Il est entièrement dans le rôle du grand sportif qui doit donner l’exemple à la jeunesse.

    « Ecoutez. Ce que je sais aujourd’hui, c’est que je n’ai jamais pris de cocaïne. Ça c’est quand même… Voilà, je veux le dire aujourd’hui aux jeunes. Ça c’est (…) Ah ! Non ! Non ! Ça c’est sûr. Je n’ai jamais pris de cocaïne…C’est une merde pas possible. La cocaïne ça a été vraiment un très mauvais film pour moi et ça l’est encore. Ça va bien s’arrêter un jour. C’est terrible pour moi. Donc aujourd’hui, c’est pour ça, j’ai décidé de porter plainte parce que c’est important pour moi. »

    Il ne manque plus pour boucler l’affaire qu’une coupable. Son prénom Pamela va fort opportunément fuiter dans les médias au bon moment. Quel artiste ce Khiroun ! C’est une jeune française, qui dit qu’elle était présente dans la boîte de nuit ce soir-là. Pour se défendre à son tour, elle prend un avocat.

    « Lorsque M. Gasquet cherche une stratégie pour se sortir de là, parce que c’est très compliqué de justifier des traces de cocaïne dans un organisme, le clan Gasquet avec ses conseillers en communication et les gens qui sont un petit peu autour de lui, je pense qu’on décide de mettre tout ça sur le dos de ma cliente. (…) Leur stratégie c’était de la faire passer pour une fille qui fréquente les discothèques, les toxicomanes, qui gravite autour des sportifs de haut-niveau… Donc oui. Ils l’ont bien salie. Oui ».

    À suivre

  • Arabie Saoudite : vers un nouveau choc pétrolier ? – Journal du lundi 16 septembre 2019

     

    Arabie Saoudite : vers un nouveau choc pétrolier ?

    Une attaque de raffinerie en Arabie Saoudite fait monter le cours du brut ! Ce nouvel épisode de tension régional qui laisse envisager le pire en termes de possible conflit ouvert au Proche Orient mais aussi pour les économies européennes.

    Le Rassemblement National en ordre de bataille à Fréjus

    C’était la rentrée politique du Rassemblement National. A moins de 7 mois des élections municipales, le parti de Marine Le Pen lançait la bataille dans la ville de Fréjus, une des communes administrées par le parti depuis 2014.

    L’oubli patrimonial de Nicole Belloubet

    Le ministre de la justice, Nicole Belloubet, est accusé par Jean-Luc Mélenchon d’avoir oublié de mentionner trois biens immobiliers dans une déclaration de patrimoine en 2017. Simple oubli ou tentative de fraude? l’indépendance de l’appareil judiciaire est une nouvelle fois mise à mal.

    L’actualité en bref

    https://www.tvlibertes.com/arabie-saoudite-vers-un-nouveau-choc-petrolier-journal-du-lundi-16-septembre-2019

  • Le Vlaams Belang, premier parti de Belgique

    Belgique – Vendredi, à Gand, le Vlaams Belang tenait son meeting de rentrée politique. Tom Van Grieken, le président du parti nationaliste flamand, y a dévoilé la nouvelle affiche de campagne présentant le Vlaams Belang comme la seule alternative.

    Le président du Vlaams Belang a profité de ce meeting pour affirmer son ambition : faire du Vlaams Belang le premier parti du pays en 2024.

    Au même moment, la presse belge signalait les résultats du tout dernier sondage politique. Le Vlaams Belang y est déjà devenu le premier parti de Belgique en intention de votes ! Le VB recueillerait 24,9 % des voix (contre 18,5 % aux élections du 28 mai dernier).