Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

élections - Page 6

  • Qu’est-ce qui dérange Marine Le Pen ?

    Qu’est-ce qui dérange Marine Le Pen ?

    Le mardi 4 février, à Rome, se tenait la première National Conservatism Conference sur le sol européen, organisée par la fondation américaine Edmund Burke, réunissant des intellectuels et les leaders de plusieurs mouvements européens, avec pour objectif d’établir une convergence intellectuelle voire politique entre les conservateurs européensMarion Maréchal s’est exprimée à cette occasion.

    Dans Valeurs Actuelles, Xavier Nicolas signale que Marine Le Pen a interdit aux élus de son parti d’y participer. Est-ce uniquement parce qu’elle n’y avait pas été invitée ?

    Par ailleurs, les indiscrets que révèle Le Point ce jeudi 6 février, montrent un haut cadre du Rassemblement national agacé par le succès d’Eric Zemmour :

    « Nos militants sont accros à son émission quotidienne sur Cnews. Ils se délectent de ses diatribes sur l’immigration, l’islam et le grand remplacement ».

    Il avoue que ses électeurs trouvent leur discours « trop timoré » et

    « aimeraient qu’on aille aussi loin que lui. Or nous essayons de varier les thèmes et d’être un minimum, responsables. »

    De quoi inquiéter une nouvelle fois le parti de Marine Le Pen, d’autant qu’en octobre dernier déjà, le RN s’était alarmé des propos d’Éric Zemmour sur l’islam et l’immigration. Si certains cadres avaient déploré son discours, d’autres craignaient déjà qu’il n’empiète sur leurs thèmes de campagne.

    https://www.lesalonbeige.fr/quest-ce-qui-derange-marine-le-pen/

  • Pourquoi Donald Trump peut gagner, par Ivan Rioufol

    Donald Trump

    Donald Trump a de bonnes chances d’être réélu président des Etats-Unis, en novembre prochain. Son excellent bilan économique et social tend à faire oublier les défauts du personnage outrancier. D’autant que ses adversaires, mobilisés depuis son élection pour obtenir sa destitution à tout prix, peinent dans le même temps à élaborer un projet de gouvernement cohérent. Ce mercredi, les sénateurs républicains devraient laver Trump des accusations d’”abus de pouvoir” et d’”entrave au travail du Congrès” portées par les démocrates. Ces derniers reprochent à Trump d’avoir incité l’Ukraine à salir son principal adversaire, Joe Biden. Dans le même temps, les premières primaires démocrates dans l’Iowa se sont conclues cette nuit par un échec retentissant du favori Biden, le vice-président de Barack Obama, dont le fils est soupçonné de turpides affairistes.

    Lire la suite

  • Ça tangue chez les députés LREM : entre bateau ivre et tarte molle…

    joseph_mallord_william_turner_-_dutch_boats_in_a_gale_-_wga23163-690x475.jpg

    C’était en 2017 et on allait voir ce que l’on allait voir, tel que fielleusement rapporté par Sébastien Le Fol dans Le Point de ce 4 février dernier : « Le destin de la France était trop sérieux pour être confié à des politiciens ignorant les réalités économiques et juridiques. » Bref, les « têtes à claques » issues des écoles de commerce et de Sciences Po allaient en remontrer au « vieux monde ».

    On voit aujourd’hui le constat, dressé par Guillaume Tabard dans Le Figaro : « On est loin de l’euphorie des débuts, quand l’étiquette Macron suffisait à faire l’élection. Les députés ont découvert depuis les “contraintes” du terrain et les affres de l’impopularité par procuration. […] S’ils n’oublient pas tous qu’ils ont été élus grâce à Emmanuel Macron, beaucoup commencent à redouter d’être battus à cause de lui. »

    Lire la suite

  • Béziers: Robert Ménard serait réélu dès le 1er tour avec 61 % des voix si les élections avaient lieu dimanche, selon un sondage

    Selon un sondage Ifod/Fiducial en partenariat avec Vià Occitane, Cnews et Sudradio publié mardi 4 février, le maire de Béziers Robert Ménard serait réélu avec 61 % des voix au premier tour si les élections se déroulaient dimanche prochain.

    En 2014, Robert Ménard a remporté la ville au deuxième tour, avec 46,98 %. Un score acquis dans une triangulaire avec Elie Aboud et Jean-Michel Du Plaa. Six ans plus tard, à l’aube du premier tour, les intentions de vote le donnent bien plus haut. Avec un score de 61 % (et une marge d’erreur de 4 points), il l’emporterait au premier tour de façon assez large. En face, les verts n’obtiendraient que 15%, suivis de la gauche (8%), et de LREM (7%).

    Le sondage a été réalisé par l'Ifop.

    Midi Libre

    https://www.tvlibertes.com/actus/beziers-robert-menard-serait-reelu-des-le-1er-tour-avec-61-des-voix-selon-un-sondage

  • Le spectre de la défaite agite LREM avant les municipales

    15522214791_df5cdf4a8e_b-845x475.jpg

    Sans doute connaîtrons-nous une phase d’agitation médiatique plus active, mais force est de reconnaître qu’à six semaines du scrutin, on entend peu parler des élections municipales. Ce silence est-il un phénomène normal, habituel ?

    Cet acte touche 45 millions d’électeurs et 35.000 communes. Il est l’enjeu du premier niveau de démocratie de la nation. Il s’agira de choisir environ 600.000 conseillers municipaux et d’assurer un maillage du tissu de la représentation nationale qui, par exemple, fera, à terme, la composition du Sénat.

    Alors, pourquoi ce désintérêt apparent des médias et des appareils, ce mutisme étrange ?

    Lire la suite

  • Front commun de la droite en Allemagne : Un président de région est élu avec les voix de l’AfD

    Front commun de la droite en Allemagne : Un président de région est élu avec les voix de l’AfD

    La presse parle d’un tremblement de terre. La France a connu cette expérience en 1998 avec l’élection de plusieurs présidents de région grâce aux voix des élus du FN. Jacques Chirac s’y était opposé personnellement.

    Pour la première fois depuis l’après-guerre en Allemagne, le président d’un Land, la Thuringe, a été élu mercredi 5 février grâce aux voix de l’extrême droite, faisant tomber un tabou politique dans le pays.

    Le candidat du Parti libéral-démocrate (FDP), Thomas Kemmerich, a été élu à la surprise générale par l’assemblée régionale de cet Etat de l’est de l’Allemagne à une infime majorité. Il a bénéficié des voix de tous les élus du parti d’extrême droite Alternative für Deutschland (AfD), et de celles de la plupart des membres de l’Union chrétienne-démocrate (CDU), le parti de la chancelière Angela Merkel. Il a devancé d’une voix le ministre-président sortant de Thuringe, Bodo Ramelow, membre du parti de gauche radicale Die Linke, qui était, lui, soutenu par les sociaux-démocrates et les Verts (…) Avec cette élection, la digue a de facto rompu : CDU et FDP se retrouvent alliés à l’extrême droite dans un Etat régional allemand (…)

    Le leader du parti en Thuringe est Björn Höcke, chef de file de l’aile dure au sein du parti d’extrême droite (…) M. Höcke s’est félicité du « nouveau départ politique en Thuringe », espérant qu’il s’agisse d’un signal qui sera « remarqué » dans tout le pays. Jörg Meuthen, un des dirigeants nationaux de l’AfD, a lui salué l’émergence d’un front commun de droite en Allemagne en soulignant le lien étroit existant à ses yeux entre la CDU, le FDP et son parti. La surprise en Thuringe est aussi le résultat de récentes élections régionales sans vainqueur clair sur place et marquées par une poussée de l’AfD.

    Et en France, c’est pour quand ?

    https://www.lesalonbeige.fr/front-commun-de-la-droite-en-allemagne-un-president-de-region-est-elu-avec-les-voix-de-lafd/

  • Pierre Cassen : Si vous voulez le bazar dans votre commune, votez écolo !

    2985787094.jpg

    http://synthesenationale.hautetfort.com/

  • Présidentielle 2022 : la guerre des ego aura-t-elle lieu à la droite de la droite ?

    union-845x475.jpg

    Pour fêter le Brexit, François Asselineau a réuni, vendredi soir, des responsables politiques qui ont tous en commun de défendre la souveraineté nationale. Parmi eux, Nicolas Dupont-Aignan, Florian Philippot, Jean-Frédéric Poisson. Aucun représentant du Rassemblement national : avait-il été invité ? Dans le même temps, Stanislas Guerini, le délégué général de La République en marche, fait un déplacement dans le Var pour présenter son parti comme un rempart contre la formation de Marine Le Pen : refaisant le coup du « Fais-moi peur », il annonce son retrait au second tour au profit du candidat le mieux placé pour faire barrage au RN. Ce dimanche, sur BFM TV, Marine Le Pen répète qu’elle sera candidate en 2022.

    Lire la suite

  • Édouard Philippe n’est pas le bienvenu au Havre !

    377px-Edouard_Philippe_MSC_2018_cropped-377x475.jpg

    En dépit du mot de bienvenue de la députée Agnès Firmin-Le Bodo, dont on appréciera le niveau – « On compte le nombre de dodos avant le retour de Doudou » -, le moins que l’on puisse dire, c’est que l’accueil du Premier ministre, déjà quasiment maire autoproclamé, a été plutôt mouvementé !

    Il régnait, vendredi après-midi, une étrange atmosphère dans la ville. La place de l’Hôtel-de-Ville était littéralement transformée en forteresse, tant le déploiement des forces de l’ordre était impressionnant. Tout le monde savait que la CGT avait donné ordre de rassemblement à 17 h 30 à la Catène (l’arche de conteneurs érigée quai de Southampton). Ce cortège allait ensuite marcher sur l’hôtel de ville pour perturber le meeting électoral de celui « qui s’y voit déjà ». Et ce n’était pas quelques dizaines d’individus, comme un journaliste vient de le dire à la télé, mais des centaines de personnes, principalement des dockers.

    Lire la suite

  • Charlotte d’Ornellas : “La justice a saboté l’élection présidentielle” (Vidéo)

     
    Vidéo : La journaliste Charlotte d’Ornellas estime que “La justice a saboté l’élection présidentielle”. Extrait tiré de l’émission « L’heure des Pros » du 28 janvier 2020.