Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

élections - Page 4

  • Italie, les Italiens ont toujours confiance en Salvini

    Malgré, ou grâce à son éviction de l’exécutif italien, Matteo Salvini peut se vanter de recueillir un taux élevé de confiance de la part des Italiens.

    Un sondage révèle que l’ex-ministre de l’Intérieur a de son côté 40 % des électeurs, bien devant certains dirigeants actuels de l’Italie, et anciens collègues de gouvernement. Tel le ministre des Affaires étrangères et de la Coopération internationale, Luigi Di Maio qui n’aurait que 28 % d’Italiens qui lui font confiance.

    Le sondage présenté par Agora affirme en outre que si on votait aujourd’hui la Ligue de Salvini deviendrait le premier parti (33,1%) devant le Parti Démocrate (20,2%) et l’ancien allié M5S (18,5%).

    Quand à l’actuel exécutif 48 % des Italiens n’ont pas confiance en lui, seulement 29 % ont beaucoup ou quelque peu confiance en lui. 54 % des sondés pensent que le nouveau gouvernement ne réussira pas à obtenir une nouvelle redistribution des « migrants ».

    Francesca de Villasmundo

    https://www.medias-presse.info/italie-les-italiens-ont-toujours-confiance-en-salvini/112432/

  • En Flandre, les 2 partis anti-islam et anti-Ue reçoivent près de 50% des intentions de vote

    En Flandre, les 2 partis anti-islam et anti-Ue  reçoivent près de 50% des intentions de vote !

    Marine Le Pen soutient Tom Van Grieken, Vlaams Belang 

    (...)

    Je me réjouis des derniers sondages effectués en Flandre. Les deux partis très proches de nos convictions sont en tête pour près de 50% des intentions de vote. En effet, le Vlaams Belang et la N-VA ont les couilles visant à entretenir le patrimoine légué par leurs ancêtres : l’une des régions les plus prospères au monde !

    Entre-temps, la Wallonie vient de se doter d’un gouvernement dit « Coalition arc-en-ciel » : PS + MR + Ecolo. De plus, la Wallonie aime la Macronie : Macron est un chic type (au sens vestimentaire) et son équipe, « des gens sérieux, ça se voit qu’ils sont pros » (entendu au bistro).

    Une réalité contextuelle n’est pas l’autre : autant la Pologne peut se permettre des expériences libérales-conservatrices (élections parlementaires CRUCIALES le 13 octobre), autant l’ouest de l’Europe se doit de pirouetter vers la droite et même son extrême.

    Lire la suite sur Résistance Républicaine

     

  • Pas de majorité en Espagne

    Pas de majorité en Espagne

    D’Olivier Bault dans Présent :

    Depuis la victoire à la Pyrrhus du parti socialiste espagnol (PSOE) aux élections d’avril dernier, Pedro Sánchez n’a pas su trouver la majorité nécessaire pour former un nouveau gouvernement. Les Espagnols seront donc appelés à revoter le 10 novembre. Le roi Philippe VI a en effet annoncé, après ses consultations avec les dirigeants des différents partis représentés au Parlement lundi et mardi, qu’il ne présenterait aucun candidat à la présidence du Conseil des ministres puisque personne ne dispose des soutiens nécessaires. Ce seront les quatrièmes élections législatives depuis décembre 2015. […]

    La moyenne des sondages calculée par le journal El País montre que les deux grands partis traditionnels, le PSOE socialiste et le Parti populaire (PP) de centre droit, peuvent espérer un résultat un peu meilleur que le 28 avril, en hausse de 2,5 points. Or si ce résultat se confirme aux élections, ce sera insuffisant pour faire sortir l’Espagne de l’impasse, alors que son budget 2018 va devoir, dans cette situation, être reconduit à nouveau, cette fois pour l’année 2020. C’est Ciudadanos, parti centriste à l’idéologie proche de celle de LREM en France, qui risque de perdre le plus, avec une chute de près de trois points dans les sondages par rapport aux élections d’avril. La coalition d’extrême gauche Unidas Podemos et le parti libéral-conservateur Vox perdent chacun un point de pourcentage environ.

    https://www.lesalonbeige.fr/pas-de-majorite-en-espagne/

  • Que manque-t-il aux partis et mouvements d’opposition face à Emmanuel Macron ?

    20/09/2019 – FRANCE (NOVOpress)
    Gilets jaunes, France insoumise, Rassemblement national… pourquoi les nombreuses oppositions à Emmanuel Macron semblent-elles avoir du mal à devenir incontournables aux yeux de l’opinion ?
    Dans « Le Non du peuple », deux essayistes – Gabriel Robin et Benjamin Demeslay – tentent de relever le défi. Leur solution ? Un « populisme innovant ». Qu’est-ce à dire ?

    Ils s’en expliquent dans Parade-Riposte, une émission dirigée par Édouard Chanot.

    https://fr.novopress.info/

  • Marion Maréchal-Le Pen et Eric Zemmour lancent une convention nationale

    La droite qui veut allier un libéralisme-soft avec la défense de l’identité se cherche et recherche une stratégie politique pour battre Macron.

    « La Convention de la Droite » est bientôt là : sur le site web officiel de l’initiative, les jours d’ici le 28 septembre sont comptés. Marion Maréchal-Le Pen et Eric Zemmour en sont les maîtres à penser.

    « Ce grand rendez-vous, introduit par Éric Zemmour, a vocation à devenir l’un des temps forts de la vie politique française. Cette convention est la déclaration d’indépendance de la droite à l’égard du progressisme, du multiculturalisme et du libre-échangisme auxquels elle a bien trop souvent été soumise » lit-on sur la présentation de cette première édition.

    Marion Maréchal a pris position à plusieurs reprises en faveur d’une “union des droites” depuis la débâcle des Républicains aux élections européennes, au point de provoquer quelques remous au sein du Rassemblement national de sa tante Marine Le Pen.

    Francesca de Villasmundo

  • Moment autoritaire ou moment conservateur ?

    6a00d8341c715453ef0240a4d388fd200b-320wi.jpgUn récent sondage est monté en épingle ces jours-ci dans certains cercles. Il émane de l'Institut Ipsos, au gré de son étude annuelle, si élégamment baptisée Global Advisor consacrée au "populisme", un mot qui ne veut rien dire, et au "nativisme", un concept nouveau, ça vient de sortir profitons-en.

    Le message est ainsi résumé, en date du 16 septembre : "Sondage : 77 % des Français espèrent l’arrivée d’un leader fort décomplexé, comme Trump, Salvini, Bolsonaro, Netanyahu ou Orban"[1].

    Reproduisant platement ici les informations aimablement fournies par le site Wikipedia, il faut certainement commencer par rappeler ce qu'est Ipsos : "De 1981 à 2007, Ipsos sera le prestataire attitré de la présidence de la République française. En raison de ce monopole qu'il exerçait de fait, Jean-Marc Lech se présente comme 'le sondeur privé de MM. Mitterrand et Chirac'. Homme de gauche, il est proche de François Mitterrand dont il avance que personne avant lui n'avait utilisé les méthodes reposant sur l'analyse des études d'opinion de façon aussi systématiqueDurant toutes les années 1980-1990, l'Ipsos travaille de concert avec Jacques Pilhan pour préparer les 'plans de communication' de la présidence bloquant la publication de sondages 'dont les résultats étaient navrants pour Fabius'. Pour la présidentielle de 1988, François Mitterrand va jusqu’à commander 'un sondage par jour' à l’institut collaborant avec son équipe de campagneJean-Marc Lech rapporte dans ses mémoires comment, payé avec l'argent des fonds secrets, il repartait de l'Élysée avec des valises de billets de banque."

    Sachant cela, on admettra sans peine que le caractère scientifique des travaux produits par cette officine, certes richement dotée, relève à l'évidence plus des techniques d'intoxication que de l'empirisme organisateur.

    Que cherche-t-on en l'occurrence à nous dire et à faire circuler ?

    La chose se révèle beaucoup plus claire qu'on pourrait le croire

    Le peuple français se situerait "en tête des pays en attente d'un leader fort pour casser les règles".

    Si cela était vrai, mais je n'en crois rien, cela appellerait une remarque attristée : pauvre peuple, serait-on en droit de penser.

    Souvenons-nous en effet qu'en 1900, dans son Roman de l'énergie nationale, Maurice Barrès consacrait déjà le tome II de cette sorte de bréviaire nationaliste à l'Appel au soldat.

    Les anciens blanquistes, bonapartistes et autres autoritaires, antiparlementaires, etc. avaient alors vécu, 10 ans plus tôt, l'expérience d'un "sauveur". Ils s'étaient investis dans la popularité délirante du brave général Boulanger, inventeur des guérites tricolores et des défilés du 14 juillet.

    Suicidé en 1891 sur la tombe de sa maîtresse, ce héros ne connut jamais le bonheur d'assister à la Revanche de 1918. Celle-ci comme chacun devrait le regretter, n'offrit d'ailleurs même pas, par la décision du génial et autoritaire Clemenceau, le loisir aux survivants de cette aventure "fraîche et joyeuse", vainqueurs certes, mutilés et gueules cassées en tête, défiler à Berlin unter den Linden. C'eût été grisant.

    Je ne veux pas croire qu'une nouvelle expérience boulangiste puisse tenter un peuple qui se voulait intelligent, et qui, probablement l'a été, autrefois, mais qui, aujourd'hui, sans doute gâté d'égalitarisme, de jacobinisme et de laïcisme a, déjà, laissé depuis 40 ans, ses gouvernants, contre sa volonté, lui imposer des décisions préfabriquées aussi bien l'ouverture des portes à l'invasion étrangère, tout en beuglant sur les stades "qu'un sang impur abreuve nos sillons" que d'autres inventions bioéthiques contraires au bon sens.

    Je veux croire que le moment n'est pas de faire appel à plus de présidentialisme, à plus de technocratie et plus de courtisanerie, mais au contraire à plus de liberté d'opinion, plus de libertés tout court.

    Alors oui, une révolution conservatrice à la française deviendra possible.

    JG Malliarakis

    Apostilles

    [1] Sur le site d'Ipsos

    https://www.insolent.fr/

  • Populisme : C’est une vague ? Non, Sire, c’est un raz-de-marée !, par Jean-David Cattin

    salvinipontida-1080x675.png

    Ceux qui ont trop pris l’habitude du pouvoir sont convaincus que le populisme n’est qu’une parenthèse. Ils pensent qu’il suffit de serrer les dents le temps d’un ou deux mandats et que les choses retourneront à la normale dans les quelques pays qui ont cédé. Il faut supporter Salvini, Trump ou Orbán le temps que leurs électeurs se lassent d’eux. Leurs provocations et leurs excès finiront bien par lasser, n’est-ce pas ? Et si c’était plutôt l’inverse ? Et si la France était le prochain pays à tomber ?

    Casser les règles pour rétablir des règles

    Selon un récent sondage qui vient après beaucoup d’autres de la même teneur, 60 % des Français perçoivent les migrants comme une menace et ils sont même 77 % à penser que « l’arrivée d’un leader fort, capable de casser les règles » serait une « solution pour améliorer la situation du pays ». Il y a aujourd’hui en France une soif de démocratie, de respect de la volonté populaire qui est largement bafouée notamment sur la question de l’immigration.

    Le populisme s’enracine au pouvoir

    On entendait déjà en juillet 2015, un mois après son entrée en campagne électorale, que Donald Trump était un épiphénomène. Après quatre ans de pilonnage intensif de tout ce que l’Amérique (et le monde) compte de politiquement correct, il est maintenant en course pour un second mandat avec l’espoir de l’emporter. Lors des élections législatives hongroises de 2018, Viktor Orbán a battu son score de 2014, maintenant les socialistes la tête sous l’eau depuis plus d’une décennie. Matteo Salvini, malgré le retournement d’alliance du Mouvement 5 étoiles, est au plus haut dans les sondages. Nul doute que l’arrivée au pouvoir d’un très gauchisant Parti démocrate détesté et l’ouverture en cours des frontières italiennes à l’immigration illégale propulseront il Capitano vers des sommets de popularité.

    L’idéologie dominante en insécurité et un gouvernement fébrile

    En réalité, ce sont les tenants de l’idéologie dominante qui sont en train de perdre toute crédibilité par leurs réactions antidémocratiques. Mathieu Bock-Côté a eu une très bonne formule : « Il suffit à la gauche de se voir contestée pour se sentir assiégée. » Parallèlement, il y a un véritable durcissement du régime envers ceux qui le contestent. La censure dont les identitaires sont la cible sur les réseaux sociaux a été revendiquée fièrement par un membre du gouvernement. Puis on est passé à autre chose quand Valeurs Actuelles s’est vu censurer pour avoir simplement relayé un article à propos de Génération Identitaire. 1984 n’est pas loin. D’autant que dans le même temps, la justice n’hésite pas à condamner lourdement des cadres identitaires.

    Tout cela témoigne d’une nervosité manifeste. À raison car les bases idéologiques sur lesquelles reposent le régime actuel se lézardent. Les peuples d’Europe en ont assez de souffrir, la France ne fait pas exception.

    Jean-David Cattin

    Texte repris du site de : Les Identitaires

    https://fr.novopress.info/215498/populisme-cest-une-vague-non-sire-cest-un-raz-de-maree-par-jean-david-cattin-les-identitaires/

  • Municipales 2020 : pourquoi des milliers de communes peuvent être conquises par des listes d’intérêt municipal conduites par des catholiques (Alain Escada, Civitas)

    Durant ce mois d’août, Civitas organisait sa deuxième université d’été du Pays Réel, consacrée cette année aux élections municipales de mars 2020.

    Alain Escada a beaucoup insisté sur l’enjeu particulier que cette élection pouvait représenter pour les catholiques de France. Des milliers de communes peuvent être facilement prises par des listes d’intérêt municipal conduites par des catholiques dans un contexte expliqué en détail dans cette vidéo. Mais cette opportunité ne se représentera plus si les catholiques ne la saisissent pas en 2020, comme l’analyse le président de Civitas.

    Il est aussi question ici du duel entre le localisme et le mondialisme. Et le président de Civitas rappelle, parmi les différentes bonnes raisons de vouloir prendre des mairies, la possibilité de lancer une monnaie locale à l’heure où les banques préparent la disparition de l’argent liquide pour faciliter la mise en place du Nouvel Ordre Mondial.

    https://www.medias-presse.info/municipales-2020-pourquoi-des-milliers-de-communes-peuvent-etre-conquises-par-des-listes-dinteret-municipal-conduites-par-des-catholiques-alain-escada-civitas/111894/

  • Le RN ne pourra jamais l’emporter aux présidentielles, s’il ne participe pas à des majorités dans de nombreuses collectivités locales

    Le RN ne pourra jamais l’emporter aux présidentielles, s’il ne participe pas à des majorités dans de nombreuses collectivités locales

    Dans un ouvrage consacré à Matteo Salvini et sur lequel nous reviendrons, Marie d’Armagnac montre la transformation petit à petit de la Ligue en mouvement souverainiste et identitaire. La Ligue régionaliste est devenue un véritable parti de gouvernement, n’hésitant pas à s’allier avec les partis de droite, puis avec le Mouvement 5 Etoiles pour gouverner. En lisant cet ouvrage, on ne peut manquer de penser à la situation de la France, où le FN puis le RN ne parviennent pas à construire ces alliances politiques et, disons-le, nécessaire avant de parvenir au pouvoir. Dans Les 4 Vérités, Guillaume de Thieulloy revient sur la fameuse union des droites :

    Dans ce débat, Marion Maréchal tiendrait le rôle de la partisane de l’union des droites et Marine Le Pen serait en faveur d’une union avec les souverainistes de gauche. Je ne suis pas certain que les choses soient aussi simples et que les deux femmes aient deux visions aussi caricaturalement opposées. Les journalistes ont souvent tendance à entretenir des clivages artificiels pour « faire de l’audimat ». En tout cas, le débat est à l’ordre du jour et ce n’est pas nous, aux «4Vérités»,qui militons depuis longtemps pour en finir avec le piège mitterrandien, qui allons nous en plaindre. Mais, un débat, pour être utile, doit être bien posé. Et, pour le moment, ce n’est pas le cas.

    En premier lieu, rappelons que l’espace politique actuel est divisé en quatre parties à peu près égales: une droite et une gauche anti-mondialistes et une droite et une gauche mondialistes. Mais, deux difficultés obscurcissent cette première analyse. Tout d’abord, les porte-parole de ces différentes tendances ne correspondent pas toujours à leur électorat. Ainsi les électeurs de Marine Le Pen sont-ils massivement de droite, quand la présidente du RN refuse de se dire de droite. Jean-Luc Mélenchon est internationaliste, alors que ses électeurs le sont peu. Les électeurs d’Emmanuel Macron viennent pour une bonne part de la droite, alors que lui-même est de gauche. Et, autant Nicolas Sarkozy représentait très bien la droite mondialiste, autant Jacques Chirac, François Fillon ou Laurent Wauquiez la représentaient mal.

    « L’alchimie » personnelle est donc aussi importante que le programme. C’est regrettable car cela prépare de sérieuses désillusions, mais c’est ainsi. La deuxième difficulté vient du fait que la moitié de l’électorat est régulièrement abstentionniste. Il serait beaucoup plus utile électoralement de convaincre cette moitié que de nouer des alliances partisanes. Ceci posé, de quoi un candidat a-t-il besoin pour l’emporter ? Tout d’abord, il a besoin d’être crédible. Ce fut la grande force d’Emmanuel Macron par rapport à Marine Le Pen en 2017.

    Aussi désastreux qu’ait été son programme, de nombreux Français ont considéré que, lui, pouvait gouverner. Or, il n’existe pas d’autre façon pour convaincre que l’on peut gouverner que… de gouverner. C’est pourquoi je crois que le RN ne pourra jamais l’emporter aux présidentielles, s’il ne participe pas à des majorités dans de nombreuses collectivités localesEt pas seulement quelques villes, mais des départements et des régions. Il ne peut pas l’emporter, dans le cas général, c’est une affaire entendue, mais rien ne l’empêche de soutenir des candidats divers droite compatibles avec son programme.

    Ensuite, il faut réunir son camp au premier tour. Nicolas Sarkozy l’a très bien fait en 2007. François Fillon ne l’a pas fait en 2017. De ce point de vue, le RN dispose d’un net avantage. Même si un candidat de droite crédible, avec un programme net sur les questions régaliennes, peut largement « siphonner » l’électorat frontiste. On l’a vu, là encore, en 2007 avec Nicolas Sarkozy.
    Bref, si j’avais un conseil à donner à un candidat (ou une candidate!), ce serait de travailler sérieusement pour devenir un chef d’État crédible, appuyé sur une cohorte de personnes ayant une expérience des affaires publiques (et privées), et d’être extrêmement clair sur les 3 ou 4 questions prioritaires.

    Est-il besoin de dire que nous sommes à des années-lumière de cela, que ce soit aux LR ou au RN, et que cela laisse un boulevard à la social-démocratie démolisseuse de Macron ?

    https://www.lesalonbeige.fr/le-rn-ne-pourra-jamais-lemporter-aux-presidentielles-sil-ne-participe-pas-a-des-majorites-dans-de-nombreuses-collectivites-locales/

  • Populisme : C’est une vague ? Non, Sire, c’est un raz-de-marée !, par Jean-David Cattin

    salvinipontida-1080x675.png

    Ceux qui ont trop pris l’habitude du pouvoir sont convaincus que le populisme n’est qu’une parenthèse. Ils pensent qu’il suffit de serrer les dents le temps d’un ou deux mandats et que les choses retourneront à la normale dans les quelques pays qui ont cédé. Il faut supporter Salvini, Trump ou Orbán le temps que leurs électeurs se lassent d’eux. Leurs provocations et leurs excès finiront bien par lasser, n’est-ce pas ? Et si c’était plutôt l’inverse ? Et si la France était le prochain pays à tomber ?

    Casser les règles pour rétablir des règles

    Selon un récent sondage qui vient après beaucoup d’autres de la même teneur, 60 % des Français perçoivent les migrants comme une menace et ils sont même 77 % à penser que « l’arrivée d’un leader fort, capable de casser les règles » serait une « solution pour améliorer la situation du pays ». Il y a aujourd’hui en France une soif de démocratie, de respect de la volonté populaire qui est largement bafouée notamment sur la question de l’immigration.

    Le populisme s’enracine au pouvoir

    On entendait déjà en juillet 2015, un mois après son entrée en campagne électorale, que Donald Trump était un épiphénomène. Après quatre ans de pilonnage intensif de tout ce que l’Amérique (et le monde) compte de politiquement correct, il est maintenant en course pour un second mandat avec l’espoir de l’emporter. Lors des élections législatives hongroises de 2018, Viktor Orbán a battu son score de 2014, maintenant les socialistes la tête sous l’eau depuis plus d’une décennie. Matteo Salvini, malgré le retournement d’alliance du Mouvement 5 étoiles, est au plus haut dans les sondages. Nul doute que l’arrivée au pouvoir d’un très gauchisant Parti démocrate détesté et l’ouverture en cours des frontières italiennes à l’immigration illégale propulseront il Capitano vers des sommets de popularité.

    L’idéologie dominante en insécurité et un gouvernement fébrile

    En réalité, ce sont les tenants de l’idéologie dominante qui sont en train de perdre toute crédibilité par leurs réactions antidémocratiques. Mathieu Bock-Côté a eu une très bonne formule : « Il suffit à la gauche de se voir contestée pour se sentir assiégée. » Parallèlement, il y a un véritable durcissement du régime envers ceux qui le contestent. La censure dont les identitaires sont la cible sur les réseaux sociaux a été revendiquée fièrement par un membre du gouvernement. Puis on est passé à autre chose quand Valeurs Actuelles s’est vu censurer pour avoir simplement relayé un article à propos de Génération Identitaire. 1984 n’est pas loin. D’autant que dans le même temps, la justice n’hésite pas à condamner lourdement des cadres identitaires.

    Tout cela témoigne d’une nervosité manifeste. À raison car les bases idéologiques sur lesquelles reposent le régime actuel se lézardent. Les peuples d’Europe en ont assez de souffrir, la France ne fait pas exception.

    Jean-David Cattin

    Texte repris du site de : Les Identitaires

    https://fr.novopress.info/215498/populisme-cest-une-vague-non-sire-cest-un-raz-de-maree-par-jean-david-cattin-les-identitaires/