Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

élections - Page 9

  • Elections, piège a c…

    a voté 2.jpg

    Par Jarente de Sénac

    L’affaire Griveaux, sur laquelle tout le Landerneau politique s’apitoie est l’expression d’un rien. Y-a-t-il quelque chose de plus que rien ? interrogeait le grand philosophe allemand Martin Heidegger. Oui, il y a Griveaux qui est moins que rien. C’est l’ectoplasme Serge July qui a finalement bien résumé la situation : « Griveaux est un con ». Pour la bonne raison que quand on est un homme politique ambitieux, et à l’heure des réseaux sociaux, on ne s’adonne pas à ce genre de plaisanterie, quand bien même est-on très fier d’exhiber un sexe érectile afin d’appâter une dame.

    Lire la suite

  • L’autre droite polonaise

    3538991730.jpgGeorges Feltin-Tracol

    Quatre faits majeurs ont marqué les élections générales du 13 octobre dernier. La majorité gouvernementale constituée autour du PiS (Droit et Justice) de Jaroslaw Kaczynski est reconduite, ce qui est en soi un événement majeur depuis la fin du régime communiste en 1990.

    Si le PiS et ses alliés remportent la majorité absolue des sièges à la Diète, cette entente ne dispose que de 48 sièges sur cent au Sénat désormais présidé par un opposant de centre-droit. Disparue à l’occasion des élections précédentes, l’Alliance de la gauche démocratique retrouve une représentation parlementaire de 49 sièges. Animée par les agrariens du Parti paysan qui sert souvent de force d’appoint aux gouvernements de droite comme de gauche, la Coalition polonaise (30 députés) réunit les centristes de l’Union des démocrates européens, les libéraux-sociaux du Parti démocratique, les régionalistes de Silésie ensemble et les anciens populistes de Kukiz’15 désormais ralliés à la démocratie directe, au conservatisme libéral et à l’intégration européenne.

    Lire la suite

  • Zoom – Marcel Campion : Avec Bigard, pour un Paris du bon sens !

    Entrepreneur, forain depuis l’âge de 7 ans, Marcel Campion est candidat à la mairie de Paris en mars prochain. Lorsqu’un maire, Anne Hidalgo, et ses équipes, tous élus de terrain, finissent par devenir des élus hors-sol, il y a forcément un jour quelqu’un qui se dévoue pour les faire atterrir d’urgence. C’est le projet de Marcel Campion, qui, avec un livre-programme, veut s’éloigner du livre d’Anne Hidalgo (Respirer), verbiage panégyrique et exercice d’autocongratulation digne des meilleurs discours du maréchal Tito ! Aidé de l’humoriste, « le plus antisystème de France », Bigard, Marcel Campion avance sa candidature : une « candidature d’utilité publique ».

    Visiter le site de Marcel Campion

    Revoir le Zoom avec Serge Federbusch : « L’union des droites va peser à Paris ! »

    https://www.tvlibertes.com/zoom-marcel-campion-avec-bigard-pour-un-paris-du-bon-sens

  • Buzyn abandonne les retraites et le coronavirus pour Paris ! Drôles d’urgences…

    buzyn.png

    La promesse d’ de rompre avec le monde ancien vire au cauchemar…

    Il y a eu les premières affaires ; passe ! Voilà que la Saint-Valentin 2020 nous a plongés dans un bain sulfureux diffusant une moiteur irrespirable.  a signé la démission la plus rapide et la plus « vieux monde » qui soit ! Pire : il nous a révélé une bêtise foncière, ce mélange d’idiotie et de prétention propre à une classe politique se croyant au-dessus des autres au prétexte qu’elle se targue de son ambition de changer le monde. Serge July a a considéré que  était un « con ». La bêtise est donc partagée dans le cercle le plus proche du président de la République. On nous avait promis l’efficacité, la compétence. Nous avons la bêtise et la « con… » ! Soit.

    Lire la suite

  • L’affaire Griveaux et la gluante comédie mélodémocratique

    L’affaire Griveaux et la gluante comédie mélodémocratique

    Author: Pierrick Tillet

    Quand est sortie ce matin la nouvelle de la sextape de Benjamin Griveaux en Rocco Siffredi de série Z, je me suis dit que cette affaire vaseuse allait donner l’occasion  à un personnel politico-médiatique déconsidéré de se redonner une vertu à bon compte. Bingo !
    Entendons-nous, je me fous de “la bite à Griveaux” comme d’une guigne.
    Une histoire de cul ne concerne que le propriétaire du cul (et celles ou ceux avec qui il le partage). Dans une société saine, une petite branlette devrait juste faire rire, et même rassurer sur la santé de celle ou celui qui s’y adonne.
    Et bim, c’est quand Griveaux nous prouve la sienne qu’il tombe !
    J’avoue avoir éprouvé une certaine frustration de voir cet imbécile tomber pour une vidéo privée même pas bandante, alors que ce sont ses moult égarements précédents, sur les hommages aux victimes du Vel’ d’Hiv’, sur la délocalisation de la gare de l’Est, sur les fréquentations d’un musée Carnavalet fermé pour cause de rénovation, qui auraient dû instantanément l’expédier dans la fausse commune des salopards.
    Une classe polico-médiatique dégoulinante jusqu’à l’écoeurement
    À peine ce pâle vermisseau humilié, la classe politico-médiatique se mit à dégouliner à n’en plus finir sur la démocratie bafouée ?
    Lire la suite
  • Benjamin Griveaux jette l’éponge à Paris : La République en marche s’ébranle…

    benjamin-griveaux-l-ancien-chalonnais-est-candidat-la-republique-en-marche-(lrem)-aux-elections-municipales-de-paris-2020-photo-philippe-lopez-afp-1574339782.jpg

    Nicolas Gauthier Boulevard Voltaire cliquez ici

    C’est le gag matinal de ce vendredi 14 février. Benjamin Griveaux est l’invité d’Alba Ventura sur RTL. Et Yves Calvi d’annoncer que l’entretien a été annulé au dernier moment pour raison de « vidéo à caractère sexuel » impliquant l’ancien porte-parole du gouvernement et prétendant à la mairie de Paris.

    Enquête faite dans les heures qui suivent, la vidéo existe bel et bien. Elle est très explicite. Mais, comment dire… Manifestement filmée sur téléphone portable, le principal incriminé, fort d’un réveil triomphant, s’y livre à un assez joli exercice de tirlipompon sur le chihuahua. Un polissage de chinois ; en plein coronavirus, ça tombe à pic. Un cinq contre un, si vous préférez. On n’y voit, certes, pas son visage, mais l’essentiel y est, dira-t-on.

    Lire la suite

  • Etats-Unis : faible enthousiasme pour la primaire démocrate

    Etats-Unis : faible enthousiasme pour la primaire démocrate

    Selon Christian Daisug dans Présent :

    […] Trois remarques sur ces primaires qui dureront jusqu’à l’été : une faible participation dénuée d’enthousiasme, surtout parmi les jeunes ; avec Sanders, le succès – très relatif – d’un socialiste révolutionnaire qui n’emporte l’adhésion que d’un quart de la gauche ; enfin, le tassement de la campagne de Biden qui représentait jusqu’ici l’espoir des libéraux.

    Lire la suite

  • Griveaux : quand la République cannibale dévore ses valets.

    20056929lpw-20057003-article-paris-municipales-benjamin-griveaux-jpg_6911422_660x281.jpg

    L'avis de Jean-François Touzé
    Un peu plus d'un an après avoir courageusement fui de son ministère lors d'une manifestation des Gilets jaunes, Benjamin Griveaux, tout à la fois méprisable petit marquis poudré et roquet aboyant de la macronie, doit être à nouveau exfiltré : cette fois, de sa campagne municipale parisienne.
    Décidément, l'ancien Porte parole du gouvernement n'a guère de chance avec les engins élévateurs...
    Benjamin Griveaux n'est, pour autant et quelques soient ses frasques, que l'enseigne blème d'un régime décomposé, d'un Système liquéfié, d'un État décadent et corrompu, d'une République agonisante devenue — transparence oblige, réseaux sociaux commandent et règlements de comptes exigent — cannibale de ses propres valets.
    Non l'affaire Griveaux n'est pas une menace mortelle pour la démocratie comme le répète depuis ce vendredi matin la voix officielle du totalitarisme bienpensant. 
    C'est, au contraire ce que la Caste au pouvoir nomme démocratie qui est la mort des peuples.
  • Donald Trump ridiculise Nancy Pelosi

    Donald Trump ridiculise Nancy Pelosi

    Nancy Pelosi, présidente démocrate de la Chambre des représentants, s’est acharnée à traîner Donald Trump dans la boue, avec la procédure d’impeachment, qui a échoué au Sénat. Lors du traditionnel discours sur l’état de l’Union, le 5 février, à la fin de l’allocution, Nancy Pelosi a déchiré ostensiblement le texte du discours.

    Le lendemain, Donald Trump a publié une vidéo visant à critiquer ce geste médiatique. Intitulée « De puissantes histoires américaines réduites en pièces par Nancy Pelosi », elle dure cinq minutes et enchaîne plusieurs extraits du discours. On y voit, entre autres, Donald Trump rendre hommage à des soldats américains, saluer la baisse du chômage chez les Afro-Américains, annoncer à une jeune fille qu’elle disposera d’une bourse pour ses études et révéler à une femme en larmes que son époux militaire est de retour du terrain, le tout accompagné d’une musique larmoyante. Chacune de ces séquences est ponctuée de l’image de Nancy Pelosi déchirant le discours du président américain.

    Voir le Tweet

    Pris au piège, le clan Pelosi a tenté de censurer cette vidéo. Mais ni Facebook, où la vidéo a engrangé plus de 3 millions de vues, ni Twitter (près de 10 millions) n’ont accepté de retirer la vidéo. Un porte-parole de Facebook a publié cette réponse :

    « Excusez-moi, prétendez-vous que le président n’a pas prononcé ces mots et que [Nancy Pelosi] n’a pas déchiré le discours ? »  « Si je vous demande si les choses qui apparaissent dans cette vidéo ont bel et bien existé, c’est parce que cela est central dans nos règles qui encadrent ce type de contenus. »

    Twitter a également refusé de bannir la vidéo. Tim Murtaugh, un des porte-parole de la campagne de Donald Trump, a ajouté :

    « Si Nancy Pelosi craint les images d’elle déchirant le discours, alors c’est qu’elle n’aurait pas dû déchirer le discours ».

    https://www.lesalonbeige.fr/donald-trump-ridiculise-nancy-pelosi/

  • Joachim Son-Forget : « Cette vidéo de Benjamin Griveaux circulait déjà chez tous les cadres de la Macronie »

    joachim-son-forget-YBIPsuW9C0k-845x475.jpg

    Le candidat de La République en marche à la mairie de Paris, a retiré sa candidature, vendredi 14 février, après la diffusion, sur Internet, de vidéos à caractère sexuel.

    Joachim Son-Forget fait partie des premiers qui ont diffusé ces informations. Au micro de Boulevard Voltaire, il donne des précisions sur la chronologie de cette affaire. Selon lui, la vidéo circulait depuis un certain temps, dans les rédactions et à La République en marche. Il dénonce « l’hypocrisie du petit milieu parisien qui se drape maintenant dans la vertu morale ».

    Benjamin Griveaux a retiré sa candidature suite à la diffusion de captures d’écran de conversations privées et de photos intimes. Ces dernières ont été diffusées par un blog intitulé pornopolitique.
    Pourquoi avoir été le premier à diffuser cette information ?

    Tous les cadres de la macronie les diffusaient depuis une journée. Beaucoup de gens savaient que c’était orchestré par des figures d’extrême gauche et que cela avait été mijoté depuis plusieurs mois. C’est un coup monté avec plusieurs victimes potentielles.

    Lire la suite