Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

entretiens - Page 10

  • Les annonces très insuffisantes de Macron à Mulhouse sur le séparatisme et l'islamisme

  • Retraites : le faux problème du financement - Osons Comprendre

  • MERCREDI 26 FÉVRIER : L'ÉMISSION "SYNTHÈSE" SUR RADIO LIBERTÉS A COMME INVITÉ VINCENT VAUCLIN CANDIDAT AUX "PRIMAIRES POUR LA FRANCE"

    RL 137 2020 02 26 V VAUCLIN.jpg

     

    ÉCOUTEZ LES PRÉCÉDENTES

    ÉMISSIONS CLIQUEZ LÀ

     
  • 11e cérémonie des Bobards d’or Et le vainqueur est...

    bobards.png

    La cérémonie des Bobards d’or aura lieu lundi 24 février, à 19 h 30, au théâtre du Gymnase, à Paris. Qui sont les candidats en course ?

    Ils sont 25 sur la ligne de départ. Regroupés en cinq catégories : le Bobard du vivre ensemble, le Bobarc-en-ciel, le Bobard sans frontièresLes décodeurs décodés et le Bobard du stagiaire. De quoi faire le tour de la propagande médiatique : immigrationniste, féministe, homosexualiste et surtout négatrice du réel. Car le rôle des « décodeurs » est de recrypter les faits selon les normes du politiquement correct.

    Les meilleurs bobardeurs ?

    Les grands reporters. Deux sont à l’honneur. Christophe Ayad, reporter de guerre au Monde, titulaire d’un prix Albert-Londres en 2004 (excusez du peu !). Après l’Irak, il a couvert la… Marche pour la vie du 6 octobre 2019 en multipliant les désinformations. Et Claas Relotius, reporter vedette du Spiegel, le grand hebdomadaire allemand. Couronné meilleur journaliste de l’année par CNN, il a reçu, ensuite, l’équivalent du prix Pulitzer allemand. Une pointure, un cador, on vous dit. Renommé pour « l’excellence » de ses reportages. D’autant plus appréciés qu’ils étaient totalement bidonnés… dans le bon sens, évidemment.

    Lire la suite

  • Alain de Benoist : « La descente aux enfers d’Emmanuel Macron est-elle forcément une bonne nouvelle pour Marine Le Pen ? »

    592bfe96545823139a07ac761c088575.jpg

    Le quinquennat Macron n’avait pas trop mal commencé avec l’épisode du Louvre. Mais l’état de grâce n’a pas duré très longtemps et la situation ne cesse de se dégrader, alors même qu’ avait affirmé que s’il ne réussissait pas, un ou une populiste lui succéderait à l’Élysée. Cela en prend-il le chemin ?

    En matière d’élection présidentielle, vous le savez bien, toute prédiction faite plus de trois mois avant le scrutin n’a aucune valeur. On peut, en revanche, dresser un rapport d’étape. Tout le monde a longtemps répété qu’en 2022, on allait assister à la répétition de ce qui s’est passé en 2017 : un duel Macron-Marine Le Pen au second tour, avec le résultat qu’on sait. Inutile de s’interroger : c’était plié d’avance. Mais deux nouvelles questions se posent : Macron sera-t-il à nouveau candidat en 2022 ? Et s’il se représente, sera-t-il présent au second tour ? Nous n’en savons rien, bien sûr, mais le simple fait qu’on puisse se poser ces questions montre que beaucoup de choses ont changé. Les gilets jaunes sont passés par là, les grèves aussi. Pour faire adopter ses réformes, Macron a été obligé de passer en force. Après avoir voulu séduire tout le monde, il a déçu partout. On parle régulièrement de sa « baisse de popularité », mais on n’en est même plus là. Nous avons un Président qui ne peut plus mettre un pied en dehors de l’Élysée sans se heurter à des manifestants qui exigent sa démission en brandissant, en effigie pour l’instant, sa tête au bout d’une pique ! Chirac, Giscard, Hollande, Sarkozy ont pu être impopulaires. Macron n’est pas seulement impopulaire, il est détesté, exécré, haï des Français à un degré rarement vu. Il n’est donc pas certain qu’il veuille (ou puisse) se représenter, ni qu’il soit présent au second tour s’il le faisait. Ajoutons, puisqu’il a été mis en place pour adapter la France aux exigences de la mondialisation libérale, que ceux qui l’ont patronné se disent peut-être aussi qu’ils n’ont pas misé sur le bon cheval et qu’il serait peut-être temps d’en trouver un autre.

    Lire la suite

  • Pourquoi l'apocalypse est possible

    Pourquoi l'apocalypse est possible.jpegEntretien avec René Girard

    Qui n'a pas entendu parler de sa théorie du « désir mimétique », à défaut d'avoir hi son œuvre? Anthropologue, René Girard est l'un des derniers penseurs qui comptent Un penseur français qui a exercé toute sa carrière aux États-Unis, où il demeure toujours, et que l'Académie française a fini par accueillir, il y a deux ans. Dans Achever Clausewitz(1) il prévoit... l'apocalypse.

    Le sourcil broussailleux, le regard profond, chaque trait de son visage révèle une immense capacité d'attention. À 84 ans, René Girard possède cette simplicité raffinée que Ton nommait naguère la courtoisie. C'est sa proximité qui intimide, sa présence sans fard qui surprend. Le plus novateur des intellectuels français ne ressemble en rien au professeur Nimbus. Il s'exprime avec des mots simples, des mots que n'importe lequel de ses interlocuteurs a entendu mille fois, mais qui, dans sa bouche, ont une autre portée, nous faisant voir le monde avec un regard neuf.

    Lire la suite

  • Jean-Marie Le Pen, une vie de combats pour la patrie - par Daniel Conversano, Vive l'Europe, 02/2020

  • Joachim Véliocas : “Pourquoi ne pas raccompagner les imams des 150 mosquées salafistes ?”

    veliocas-c5144a4b928caf0d62a745a7178b23fb.jpeg

    Suite à la visite d’Emmanuel Macron à Mulhouse, Joachim Véliocas décrypte le discours présidentiel et ses “annonces assez faiblardes”. “S’il n’ose même pas déjà s’attaquer aux grandes mosquées des Frères musulmans alors que la Russie, les Emirats arabes unis, énormément de pays déjà ont interdit les Frères musulmans, s’il ne commence pas à faire ça, il ne sera pas crédible.”

    Emmanuel Macron a visité un quartier de reconquête républicaine à Mulhouse. Emmanuel Macron vous a-t-il convaincu avec sa dénonciation du séparatisme islamique ?

    Lire la suite