Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

30/06/2014

Europe : la nouvelle bataille de Cameron(e) !

David Cameron a livré la semaine dernière un combat qu’il savait pourtant perdu d’avance…   

Hostile à la désignation de Jean-Claude Juncker à la tête de la Commission européenne, le Premier ministre britannique, David Cameron a livré la semaine dernière un combat qu’il savait pourtant perdu d’avance… Un baroud d’honneur en quelque sorte qui n’est pas sans rappeler –toutes proportions gardées- celui du même nom à un « e » près, qui opposa à Camerone une compagnie de la Légion étrangère aux troupes du gouvernement mexicain le 30 avril 1863, lors de l’expédition française au Mexique. Assiégés, retranchés dans un baraquement du petit village de Camarón de Tejeda, 62 képis blancs résistèrent plus d’une journée à l’assaut de 2 000 soldats mexicains. À la fin de la journée, les six légionnaires encore en état de combattre, à court de munitions, hissèrent le drapeau blanc, obtenant de garder leurs armes et de pouvoir secourir leurs camarades blessés.

« La vie plutôt que le courage abandonna ces soldats Français… », est-il rappelé chaque année, le 30 avril, dans toutes les unités de la Légion qui commémore ce haut fait de la bataille de Camerone. Et son homonyme british du 10 Downing Street, s’il est réélu en 2015, pourrait suivre l’exemple de nos légionnaires, s’il a le courage d’aller au bout de sa détermination en organisant le référendum promis sur le maintien ou pas du Royaume-Uni dans l’Union européenne. L’Angleterre visiblement ne veut pas rester dans l’Europe de Juncker, la « mauvaise personne », dixit Cameron, pour diriger la Commission européenne, la lucide Albion veut quitter une Europe qui empiète sur sa souveraineté sans que les Britanniques ne soient consultés au préalable.

Lire la suite

Au sujet de Hegel (5)


HEGEL PRIDE 5 par urbain_glandier

23:21 Écrit par pat dans culture et histoire | Lien permanent | Commentaires (0) |  Imprimer |  Facebook | | | | |

Comment les banques centrales affament les pauvres !

En ce moment, je reçois beaucoup de questions sur l’inflation, en particulier aux USA où certains prix, tels le pétrole et la nourriture, commencent à monter. Pour beaucoup de gens, il semble que l’inflation soit la solution à l’endettement généralisé et que la politique américaine ait enfin réussi à faire redémarrer l’inflation.

J’ai donc pensé qu’il serait utile de rappeler quelques vérités premières sur ce qu’est ou n’est pas l’inflation.

La première réalité à bien comprendre est la suivante :

L’inflation en aucun cas ne crée de la richesse, elle ne fait que transférer de la richesse d’un agent économique à un autre, de celui qui prête à celui qui emprunte, de celui qui n’a que sa force de travail à offrir à celui qui a des actifs et/ ou qui produit des biens de façon quasi monoblastique.

Pour une banque centrale qui voudrait organiser ces transferts, le plus simple est de maintenir des taux d’intérêts réels négatifs, le but étant de procéder à ce que Keynes appelait « l’euthanasie du rentier ». Pour un keynésien en effet, tous les malheurs du monde viennent toujours d’un excès d’épargne qu’il faut corriger en la pénalisant pour forcer les épargnants à sortir leur argent de dessous leurs matelas. Malheureusement, et comme le disait Bastiat, en économie, il y a ce qui se voit et ce qui ne se voit pas.

Prenons la situation actuelle.

Depuis bientôt 6 ans, la banque centrale américaine, la Fed, suit une politique parfaitement keynésienne en maintenant des taux réels négatifs sur les taux courts, ce qui veut dire en bon français que celui qui achète des bons du trésor US voit le pouvoir d’achat de son capital baisser au travers du temps.

A l’heure actuelle, la hausse des prix aux USA avoisine les 2 % et les taux à 3 mois sont à zéro, ce qui veut dire que le pouvoir d’achat du rentier baisse de 2 % par an. Des taux réels négatifs sont donc en fait un impôt sur le capital, imposé non pas par les autorités fiscales mais par la banque centrale. Ce n’est pas la première fois que la Fed suit cette politique.

Toutes les périodes de taux réels négatifs ont coïncidé avec des fortes hausses de deux produits essentiels : le pétrole et la nourriture. En revanche, dans les périodes de taux réels positifs, les prix de ces matières premières baissent ou restent stables.

Pourquoi ? Quelques mots d’explications sont nécessaires ici.

Le prix de ces matières est libellé en dollars US. Lorsque nous avons des taux réels négatifs, le taux de change du dollar US baisse. Les prix des matières premières s’ajustent à la hausse, pour compenser cette baisse du dollar. Cette hausse acquiert assez rapidement un caractère durable dans la mesure où la Fed annonce à qui veut bien entendre que les taux vont rester négatifs pendant encore très longtemps.

Et donc, les matières premières montent… Mais c’est là que nous retrouvons « ce qui se voit et ce qui ne se voit pas ».

Qui en effet souffre le plus de cette hausse des matières premières ? Ce sont ceux que j’appelle « les petites gens », c’est-à-dire tous ceux qui ont des revenus en dessous de la moyenne. Pour eux, les dépenses énergétiques et de nourriture représentent une part très importante de leur budget et ce sont des dépenses absolument indispensables. Pour eux, une hausse des prix dans ces deux postes est exactement équivalente à une hausse des impôts. Leur revenu disponible, après impôts, loyer, nourriture et énergie (toutes dépenses absolument nécessaires) baisse de façon catastrophique.

Et du coup, leur consommation sur les autres produits, qui représente une part importante de la consommation nationale, baisse très fortement. Ce qui entraîne bien évidemment un ralentissement économique dans tous les secteurs qui vendent en priorité à cette catégorie de population.

Ainsi, Wal-Mart, le Carrefour américain, qui vend en priorité à cette clientèle, voit ses ventes baisser d’une année sur l’autre tandis que ceux qui vendent à la partie la plus fortunée de la population voient leurs ventes s’envoler, puisque le prix des actifs détenus par ces gens monte fortement.

Dans le fond, une politique de taux réels négatifs est une immense subvention à ceux qui contrôlent des actifs financiers ou immobiliers et la note est payée par ceux qui n’ont que leur force de travail à offrir. Ce que fait la Fed, c’est de subventionner les riches en taxant les pauvres. Il s’agit en fait d’une politique extraordinairement régressive socialement et humainement, qui ne fait que creuser l’écart entre les plus riches et les plus pauvres, ce qui politiquement ne peut pas ne pas amener à de graves problèmes.

Mais cela va s’arrêter le jour où cette baisse du niveau de vie des plus pauvres aura été suffisamment forte pour que cela déclenche une récession, par insuffisance de la demande, ce qui peut apparaître paradoxal dans la mesure où toute la politique a été faite pour « stimuler la demande », mais qui est la réalité.

Et lorsque cette récession arrivera, le prix de tous les actifs baissera sèchement et ce sera le tour des riches d’être appauvri. Et il est à parier que le prix du pétrole et le prix de la nourriture, à ce moment là, baisseront aussi et que le dollar montera. Si appauvrir les riches pour transférer leur argent aux pauvres n’est jamais une solution, appauvrir les pauvres pour transférer de l’argent aux riches devrait être encore moins envisageable. Et pourtant, c’est le résultat inéluctable de la politique suivie

Pour résumer :

- Certains prix sont orientés à la hausse, ce qui est la conséquence des taux réels négatifs aux USA.

- Ces prix font baisser le niveau de vie d’une grande partie de la population, ce qui amène à une baisse de la consommation.

- Cette baisse de la consommation va déclencher une baisse des prix d’abord sur tous les produits non indispensables que les « non riches » avaient l’habitude d’acheter, puis sur tous les autres au travers d’un ralentissement économique, voire d’une récession.

- Et il est à craindre que la Fed à ce moment-là ne décide qu’il faille continuer avec la politique des taux réels négatifs plus longtemps encore, en vertu du bon principe technocratique selon lequel la politique appliquée est la bonne, mais elle n’a pas été mise en œuvre avec suffisamment de vigueur….

Le cercle vicieux par excellence.

Charles Gave

http://francelibre.tumblr.com/post/90298099086/comment-le...

L'UMP joue sa survie

L'endettement de l'UMP serait proche de 80 millions d'euros. Cette dette est atteinte pour l'essentiel en raison des factures indues, assumées, payées par l'UMP, qui ont servi à financer la campagne présidentielle. Ce lundi 30 juin marque la date limite de dépôt à la Commission nationale des comptes de campagne et des financements politiques (CNCCFP) des comptes de l'exercice 2013. La validation de ces comptes conditionne l'ouverture des droits à un financement public, qui s'élève à 23 M€ pour l'UMP, et donc la survie du parti. Si les comptes étaient rejetés, plus rien ne s'opposerait à l'éclatement du parti.

Par ailleurs, l'avocat de Nicolas Sarkozy, Me Thierry Herzog, et l'avocat général à la Cour de cassation, Gilbert Azibert, ont été placés en garde vue lundi mati. Les enquêteurs cherchent à établir si Nicolas Sarkozy a cherché, avec l'appui de son avocat, à obtenir des informations auprès du haut magistrat sur une affaire le concernant. Un autre avocat général à la Cour de cassation, Patrick Sassoust, a lui aussi été placé en garde à vue. Les policiers s'interrogent également sur la régularité des contrats conclus entre l'Élysée et neuf instituts de sondage sous le quinquennat Sarkozy.

Michel Janva

Pensée dominante vs liberté de l’information

C'était le thème du colloque organisé par l'Ecole de guerre économique etThéatrum Belli, le 20 juin dernier, dont le SB avait informé ses lecteurs.

Une demi-journée d'interventions très denses et de haute volée pour la plupart, pour démonter les mécanismes de conformation de la pensée, les mécanismes de résistance à ce diktat, et l'évolution de leurs rapports de force.

L'intégralité des videos est à voir ici. Nous vous proposons directement la première.

 

Paula Corbulon

TVL : Journal du 30 juin 2014

Olivier Delamarche Dette et Jeu de Monopoly

Vivre c’est choisir

Le candidat frontiste Jean-Luc François Laurent n’a pas démérité hier lors de ce second tour de la législative partielle, dans la 21ème circonscription du Nord. Il était opposé en duel au notable Laurent Degallaix, maire UDI de Valenciennes, qui avait reçu le soutien de toutes les forces clientélistes de la circonscription, de l’extrême gauche à l’UMP. La large victoire de M. Degallais était attendue mais la surprise réside dans l’excellent score réalisé par le candidat de l’opposition nationale. En dépit de l’énorme abstention (76,21 %), et des appels au front républicain,Jean-Luc François Laurent gagne près de 10 points par rapport au premier tour avec 27,86% de suffrages. Barrage contre le camp national qui sera aussi à l’œuvre pour les élections sénatoriales de septembre. Dans les Bouches-du-Rhône,  l’idée que le FN puisse décrocher un fauteuil au Sénat, ce qui serait historique, effraye le Système local. Exemple assez caricatural de ce que ce régime en fin de course peut produire comme politicien cynique et progressiste, dont la seule vraie boussole est la détestation des idées nationales, le sénateur EELV Jean-Vincent Placé était cette fin de semaine à Marseille.

La Provence a révélé que M. Placé «a discuté avec l’UMP Jean-Claude Gaudin et la socialiste Samia Ghali. Son mot d’ordre : tout faire pour que le FN n’entre pas au Sénat. Avec 60 à 70 grands électeurs, les écologistes devraient s’offrir au PS dans le cadre d’un accord plus large. Avec 200 bulletins, le Front de Gauche négocie lui pour faire liste commune avec le PS. Ce dernier jouant serré, la liste Guérini pouvant l’emmener vers un naufrage ». C’est beau les convictions…

Ce triste spectacle de magouilles et de petits arrangements entre amis rend d’autant plus audible la sincérité, la limpidité tranchante du discours frontiste. Ainsi, seule Marine Le Pen a réitéré à l’occasion des exactions commises par les Algériens sur notre sol pour fêter les victoires de leur équipe de foot, son souhait d’en finir avec la double nationalité.

Comme en fait état régulièrement le blog de Bruno Gollnisch, comme cela figure dans le programme du FN depuis au moins trente ans, Marine a redit lors du Grand Rendez-vous Europe 1, iTELE, Le Monde qu’ «il faut maintenant mettre fin à la double nationalité » et«arrêter l’immigration », pointant « l’échec total de la politique d’immigration et le refus exprimé, par un certain nombre de binationaux,  de l’assimilation». « Il faut choisir, être Français ou être autre chose ». Sachant que le problème de la double allégeance se pose de manière particulièrement aigüe, pour des raisons principalement démographiques et culturels, avec les binationaux non européens.

En 2009 déjà, Marine s’était saisie de l’exemple de Rama Yade, alors membre  du gouvernement de François Fillon : «Comment voulez-vous demander à ces jeunes de choisir quand la secrétaire d’Etat, Mme Rama Yade, déclare dans son livre: jusqu’à 18 ans, s’il y avait eu une guerre entre le Sénégal et la France, j’aurais choisi le Sénégal. Et depuis, je ne sais pas »!

Vivre c’est choisir affirme Bruno Gollnisch, c’est aussi l’avis d’Eric Zemmour. Vendredi soir dans l’émission Ca se dispute sur iTele, le journaliste a estimé que quand les casseurs maghrébins « brandissent des drapeaux Algériens ça revient à haïr la France», mais aussi que la binationalité était un leurre car « on ne peut pas avoir deux mères ».

« Je ne crois pas à la France c’est mon père, l’Algérie c’est ma mère, je me querellais déjà avec certains de mes coreligionnaires qui disaient la même chose pour  la France et l’Israël » a-t-il expliqué. Un doute qui animait aussi Jean-Marie le Pen, rappelons-le au passage, lorsqu’en 1989 il avait interrogé au sujet de sa double nationalité franco-israélienne supposée, le député immigrationniste et ex Secrétaire d’État Lionel Stoléru.

« Il n’y a pas de mon père et ma mère : on a une nation et on n’a pas de double allégeance» a donc affirmé M. Zemmour. « Maintenant ces gens là, soit ils sont Algériens, soit ils sont Français. S’ils sont Algériens c’est très bien, il n’y a pas de problème et ils ont raison d’être contents de la victoire de l’Algérie, mais qu’ils ne viennent pas dire qu’ils sont Français. Ou alors ils sont Français et ils ne sont pas Algériens ».

Un sentiment partagé par la grande majorité de nos compatriotes, mais c’est justement cette incapacité de la classe politicienne conquise par l’idéologie hors sol à être en phase avec leurs attentes, qui explique la levée de boucliers contre les positions du FN ou les propos de Zemmour.

Exemple de cette maladresse, s’est tenue hier à Fréjus,  dans la ville conquise en mars dernier par le candidat FN David Rachline, une réunion pour stigmatiser les électeurs patriotes,  dresser un bilan des cent premiers jours des mairies frontistes, baptisée « journée de coordination nationale des comités de vigilance contre le Front National ».

Le tout à l’appel d’un bidule intitulé Forum républicain, présidé par la candidate malheureuse du PS dans cette ville Elsa Di Meo, d’une autre coquille vide, le Comité d’action de Fréjus contre la municipalité Front National, et de deux célèbres pseudopodes du PS, l’Union des étudiants juifs de France (UEJF) dirigée par déjà très contesté Sacha Reingewirtz, et  SOS racisme, dont l’inénarrable président Dominique Sopo avait fait le déplacement.

Ce rassemblement anti FN a fait un four. Un bide retentissant malgré la mobilisation des réseaux clientélistes, puisque moins de 200 permanents et militants de gauche ont participé à cette journée ! En l’absence d’ailleurs assez criante de « jeunes issus de l’immigration» que les « antiracistes» (sic) avaient déjà tenté  de mobiliser entre les deux tours des municipales, mais qui n’ont le plus souvent, comme de très nombreux Gaulois, que mépris -et c’est bien évidemment un doux euphémisme- pour SOS racisme et l’UEJF.Cela fait bien longtemps qu’on ne se demande plus pourquoi.

http://gollnisch.com/2014/06/30/vivre-cest-choisir-2/

William Morris le refus de l’impérialisme

Comme il l’a souvent déclaré ironiquement, c’est d’abord parce qu’il était vieux jeu et conservateur que William Morris dénonça la société industrielle de son temps et finit par rejoindre le mouvement ouvrier organisé. Notons que c’est son refus de l’impérialisme qui le rapproche à l’origine des milieux socialistes. En 1877, il devient secrétaire de l’Association de la question d’Orient, un petit groupe d’intellectuels qui s’opposait à la politique britannique dans les Balkans. Dans une conférence de 1880, il s’élève ainsi contre la prétention civilisatrice du colonialisme anglais : « Depuis que j’ai entendu parler de vin fabriqué sans jus de raisin, de toile de coton principalement à base de barytine ou de soie constitué à deux tiers de tripes, de couteaux dont la lame se tord ou se casse dès que vous tentez de couper quelque chose de plus dur que du beurre, et de tant d’autres mirifiques prodiges du commerce actuel, je commence à me demander si la civilisation n’a pas atteint un point de falsification tel que son expansion ne mérite plus d’être soutenue – en tout cas, s’il faut tuer un homme pour qu’il l’accepte, elle ne vaut sûrement plus grand-chose. »

     Cette critique du monde capitaliste, comme civilisation de la falsification et âge de l’ersatz, restera un leitmotiv de la pensée morrissienne. Sa conversion au socialisme ne fera jamais de Morris un matérialiste étroit ni un adorateur des forces productives. Au contraire de nombreux révolutionnaires de son temps qui cherchaient à accomplir les « promesses de l’industrie », il remit en question les finalités mêmes de la production matérielle. Il ne crut jamais au potentiel émancipateur du développement industriel. Comme l’écrit Victor Dupont, son biographe et traducteur, « sa haine de la civilisation moderne industrielle et capitaliste était telle qu’il ne concevait pas d’autres issues ni solution valable que la destruction totale du système par la révolte générale de ses principales victimes, c’est-à-dire la révolution prolétarienne. »

     En 1883, année de la mort de Karl Marx, William Morris adhère à la Democratic Federation, organisation socialiste révolutionnaire dirigée par Hyndman, dont il se séparera un an plus tard pour fonder une Socialist League, plus conforme à son souci d’indépendance et son refus des bureaucraties. Il la représente en 1889 au congrès de la IIe Internationale et siège dans les rangs des marxistes, dont il apprécie la combativité militante. C’est à cette époque qu’il va déployer une activité de conférencier et d’essayiste révolutionnaire. De sa lecture du Capital en 1884, Morris retient la critique de la division capitaliste du travail et de l’aliénation, mais, en artiste et en poète, il récusera toujours les visions mécanicistes de l’histoire. Sa conception de la révolution est ancrée dans une reconnaissance des capacités des êtres humains à façonner leur avenir. L’homme n’est pas l’objet des desseins aveugle d’une parodie laïque de la Providence chrétienne. Le rôle d’un mouvement révolutionnaire n’est pas la soumission au sens de l’Histoire, mais la construction consciente des conditions de l’émancipation. S’il s’éloigne du spontanéisme des anarchistes, il s’en rapproche aussi par sa défense des petites communautés à la mesure de l’individu.

Contre le culte du confort 

On a pu reprocher à William Morris d’être un utopiste, et certains directeurs de la révolution moqueront son médiévalisme, son souci de défendre le beau et les plaisirs forcément « réactionnaires » de la vie campagnarde. A lire ses conférences et son utopie Les Nouvelles de Nulle part, on constate qu’il annonce souvent la critique écologiste de la croissance industrielle et qu’il entre en résonance avec les critiques de la vie aliénée par les situationnistes ou les groupes révolutionnaires hétérodoxes. Précurseur, Morris dénonce la soumission aux logiques de la machine, l’artificialisation du monde et l’idéologie productiviste. Il conteste ainsi les bases même de civilisation capitaliste, ses valeurs toutes matérielles et son culte du confort : « Certaines personnes pensent que ces conforts-là constituent l’essence même de la civilisation et que leur jouissance est ce qui sépare cette civilisation de la barbarie. S’il en est ainsi, adieu mes espoirs ! Je pensais que la civilisation signifiait conquête de la paix, de l’ordre et de la liberté, bonne entente entre les hommes, amour de la vérité et haine de l’injustice, en résumé une bonne vie nourrie de ces valeurs, libérée de la lâcheté et de la peur, mais riche en événements. Voilà comment je définis la civilisation et non par l’accumulation de sièges rembourrés et de coussins, de tapis et de gaz de ville, de viandes délicates et de boissons fines et, enfin, par des différences de plus en plus aiguës entre les classes ».

     Morris, comme plus tard George Orwell, ne sépare jamais la critique socialiste d’un souci d’élévation morale et d’une recherche de la « vie bonne ». Il est socialiste non parce qu’il rêverait d’une fin de l’histoire où s’établirait une société d’oisifs gravés par les produits de l’industrie, mais pour fonder une communauté d’hommes libre, responsables et créateurs de richesses durables. « L’utopie, écrit Miguel Abensour, nous permet d’aider à la naissance d’une raison élargie, suffisamment aventureuse pour se conforter à un mode de pensée sauvage qui marque les limites de la raison et en désigne les points aveugles. » 

L’union de l’art et de la vie 

William Morris ne s’est jamais laissé intimider par les dogmes de la pensée officielle de son époque, ce cercle de la raison qui est souvent une résignation à l’histoire telle qu’elle est imposée par les dominants. Dans les Nouvelles de Nulle part, son roman utopique écrit en 1890, il imagine une société de petits producteurs, où s’est réalisée l’union de l’art et de la vie, du travail et du plaisir, dans une société moléculaire fondée sur des coordinations locales de travailleurs. Les rivières ont été nettoyées et les grandes métropoles sont redevenues des villes à la mesure de l’homme. Les vêtements sont souvent de factures médiévales, mais on cultive les différences individuelles car la société socialiste n’est pas une caserne d’austères salariés. Publicité et modes ont disparu. Les logiques du don et la gratuité se sont substituées au commerce... 

     Le programme socialiste morrissien est aux antipodes du dirigisme que commencent à promouvoir de nombreux théoriciens révolutionnaires à la fin du XIXe siècle. Il plaide pour la relocalisation de l’économie et l’usage de techniques douces qui annonce la société conviviale, défendue par Ivan Illich ou Schumacher. 

     Mort en 1896, William Morris est redécouvert aujourd’hui par le mouvement de la décroissance et l’écologie radicale. La plupart de ses textes sont réédités. Ses conceptions artistiques intéressent à nouveau les historiens de l’art. Sa pensée politique, qui s’exprime à travers ses nombreuses conférences et son roman utopique, n’est pas systématique, et il serait donc difficile d’en tirer un programme d’action pour militants pressés. Mais par ses intuitions prémonitoires, et son refus de la fin marchande de l’histoire, il demeure un éveilleur. Son archéo-futurisme, où la critique sociale n’exclut pas la fidélité au passé, reste précieuse pour qui cherche à construire de vraies alternatives. 

Olivier François pour Eléments n°151

http://www.oragesdacier.info/2014/06/william-morris-le-re...

20:19 Écrit par pat dans culture et histoire | Lien permanent | Commentaires (0) |  Imprimer |  Facebook | | | | |

Ce qui gêne le plus ce gouvernement c'est la vérité

Béatrice Bourges, porte-parole du Printemps Français, déclare au quotidien Présent.

Extrait :

"Manuel Valls vous a qualifié de « femme la plus dangereuse de France ». Rappelez-nous dans quel contexte.

J’ai pris ça pour un compliment. Au début je n’ai pas bien compris. Puis j’ai réalisé que nos actions étaient extrêmement subversives. Le danger c’était la vérité. Rien de plus. J’ai pour moi d’être assez détachée de ce que l’on peut penser de moi. J’ai appris ça. Ce qui m’intéresse c’est la vérité. Et je pense que ce qui gêne le plus ce gouvernement qui nous manipule et qui nous enfume, qui vit dans le mensonge permanent, c’est que quelqu’un arrive et dise : c’est un mensonge et voilà la vérité. L’effet est très subversif. La vérité est subversive. Le Printemps Français est dangereux pour le gouvernement. Il a raison de s’en inquiéter. Il est en train de se passer un truc insaisissable que le gouvernement n’arrive pas à maîtriser.

Vous avez réussi à redonner le goût de l’action publique à une catégorie de jeunes qui ne descendaient plus dans la rue et que l’on n’avait pas vus manifester depuis des années. Le mouvement n’est-il pas en train de retomber ?

Le mouvement ne retombe pas mais il se transforme. Ce qui s’est passé l’année dernière est en train de bouleverser complètement la politique française. Les mouvements sociétaux nés l’année dernière ont des conséquences politiques colossales. Ils révolutionnent le paysage politique et les partis politiques ne s’en sont pas encore rendu compte. On va voir ceux qui s’en rendent compte les premiers. Tant sur le fond que sur la forme, c’est tout à fait révolutionnaire pour nous, gens de droite. Sur le fond, les gens sont descendus dans la rue par instinct de survie. Ils se sont dit : la civilisation est en danger. Ils sont descendus en quelque sorte avec leurs tripes et pas avec leur tête. Les gens n’ont pas bougé pour un corporatisme ou pour la défense de droits acquis mais pour défendre des valeurs. Des valeurs de civilisation. Et ça c’est nouveau. Sur la forme, les générations ont renoué ensemble dans un même mouvement. Mai 68 c’était : « on met les vieux au rancart », la Révolution française : « du passé faisons table rase ». Là, on a retrouvé une notion de verticalité entre les générations : grands-parents, parents, enfants, petits-enfants. Véritablement ensemble dans la rue. Et dès qu’il y de la verticalité c’est encore plus solide. Et c’est quelque chose de nouveau aussi. On a renoué entre les générations.

Croyez-vous encore en une solution démocratique, politique, par les urnes ? Comment renverser la situation sinon ?

Je ne vais pas dire que je ne crois en aucun parti. Et j’ai la France chevillée au corps. Je me bats vraiment pour mon pays, car je pense qu’on est en train de tuer l‘âme de nos enfants. Mais je pense que les partis actuels doivent se positionner clairement par rapport aux sujets de civilisation. La frontière va se situer là. C’est-à-dire d’un côté le nihilisme : libéralisme, hommes producteurs-consommateurs, mondialisme, etc. Et puis de l’autre côté, l’homme dans sa transcendance. Je pense que c’est ça qui va fonder la politique de demain et qu’actuellement dans les partis politiques, ça ne se dégage pas encore suffisamment. Qu’est ce qui est vraiment important pour demain ? C’est l’homme avec un grand H. Quelle civilisation veut-on transmettre à nos enfants ? Les solutions pratiques, économiques, sociales, sociétales me paraissent découler de la vision que l’on a de l’homme. Et pour moi l’homme est un enfant de Dieu. C’est en temps que tel que je le respecte dans sa liberté et sa responsabilité. Ce sont en réalité des principes très concrets et pas des vues de l’esprit dont on peut décliner alors une politique cohérente. Je pense que nous devons repositionner le combat dans l’espace spirituel."

Michel Janva

Gaypride : la marche de la honte contre l'intérêt des enfants

Communiqué de la Manif Pour Tous :

"Alors que la gay pride ce tient cet après midi à Paris, La Manif Pour Tous tient à faire part de sa vive inquiétude devant les mots d’ordre d’un rassemblement plus revendicatif et politique que populaire. Dans la ligne de mire des organisateurs et du lobby LGBT (Lesbiennes, Gays, Bisexuels et Transexuels), la libéralisation de la procréation médicalement assistée (PMA). Supprimer les conditions qui encadrent la pratique de la PMA conduirait à la fabrication d’enfant délibérément privé de leur père. Ce serait donc une grave atteinte à l’intérêt supérieur de l’enfant. [...]

La Manif Pour Tous tient également à rappeler le silence qui a entouré le grave dérapage de la gay pride de Lyon il y a deux semaines dont le mot d’ordre de mobilisation associait prostitution, PMA pour les couples de femmes et GPA (Gestation ou Grossesse Pour Autrui, c’est à dire les mères porteuses). « Cela démontre bien la volonté d’aboutir à la légalisation et à la banalisation du commerce du corps de la femme et de l’enfant » s’inquiète Ludovine de La Rochère. Comme La Manif Pour Tous ne cesse de le répéter depuis plus d’un an et demi, l’idéologie libertaire ne pouvait pas s’arrêter avec la loi Taubira autorisant le mariage et l’adoption par deux hommes ou par deux femmes. Les nouvelles revendications sont aujourd’hui la PMA et la GPA. L’absence de condamnation de la part des organisateurs et des responsables politique est plus qu’inquiétante. « Qui ne dit mot consent ! L’Hôtel de Ville de Paris a d’ailleurs été décoré aux couleurs de ce que l’on ne peut qu’appeler « shame pride ». C’est une provocation inutile et choquante »dénonce Ludovine de La Rochère. [...]"

Michel Janva

La vertu prophétique du "Camp des saints": "Big Other"

Le Salon Beige l'avait signalé à ses lecteurs en février 2011, lors de la réédition du livre "Le Camp des saints" de Raspail: l'auteur avait préfacé cette réédition, et son texte mérite notre attention. En effet, on a coutume de dire que ce livre était prophétique, ce qui est vrai, mais la lecture de la préface, au moins de son début, souligne cet aspect prophétique du livre, que l'on peut dire "inspiré":

BIG OTHER

Préface à l’édition 2011 du Camp des Saints


"Le Camp des Saints a été écrit en 1971 et 1972 à Boulouris, dans une monumentale villa de style anglo-balnéaire fin XIXe siècle, hautement baptisée Le Castelet, qui m’avait été prêtée, au bord de la Méditerranée, avec plage étroite et bancs de rochers. De la bibliothèque où je travaillais, on ne voyait, à cent quatre-vingts degrés, que la mer et le grand large, si bien qu’un matin, le regard perdu au loin, je me dis : « Et s’ils arrivaient ? »Je ne savais pas qui étaient ces ils, mais il m’avait paru inéluctable que les innombrables déshérités du Sud, à la façon d’un raz de marée, allaient un jour se mettre en route vers ce rivage opulent, frontière ouverte de nos pays heureux. C’est ainsi que tout a commencé. Je n’avais aucun plan et pas la moindre idée de la façon dont les choses se passeraient, ni des personnages qui allaient peupler mon récit. Je m’interrompais le soir sans savoir ce qu’il adviendrait le lendemain, et le lendemain, à ma grande surprise, mon crayon courait sans entraves sur le papier. Il en serait de même jusqu’au terme. Si un livre me fut un jour inspiré, c’est celui-là. Un signe, des années plus tard, vint corroborer cette impression. Dans la nuit du 20 février 2001, un cargo non identifié, chargé d’un millier d’émigrants kurdes, s’échoua volontairement, de toute la vitesse de ses vieilles machines, sur un amas de rochers émergés reliés à la terre ferme, et précisément à... Boulouris, à une cinquantaine de mètres du Castelet ! Cette pointe rocheuse, j’allais y nager par beau temps. Elle faisait partie de mon paysage. Certes, ils n’étaient pas un million, ainsi que je les avais imaginés, à bord d’une armada hors d’âge, mais ils n’en avaient pas moins débarqué chez moi, en plein décor du Camp des Saints, pour y jouer l’acte I ! Le rapport radio de l’hélicoptère de la gendarmerie à l’aube du 21 février diffusé par l’AFP semble extrait, mot pour mot, des trois premiers paragraphes du livre. La presse souligna la coïncidence, laquelle apparut, à certains, et à moi, comme ne relevant pas du seul hasard... [...]"

Etonnant, non ? 

Ce texte est certainement connu de nombre de nos lecteurs, qui hausseront gentiment les épaules en se disant que je tombe de la lune. Mais, amis lecteurs, si vous avez lu le "Camp des Saints", avez-vous lu la préface "Big Other" ? Si ce n'est pas encore le cas, n'hésitez pas : le détour en vaut la peine et constituera une lecture de vacances instructive et passionnante.

Marie Bethanie

Le dollar perdrait-il sa couleur ?

Le dollar est la monnaie de référence des échanges économiques internationaux. Mais plusieurs événements pourraient amorcer un début de changement de tendance et bouleverser les échanges internationaux. Le poids pris par le yuan en fait partie. Par John Plassard, Directeur adjoint de Mirabaud Securities.
Pourquoi une telle évolution du dollar ? Quelles sont les implications pour les devises ? Les États-Unis peuvent-ils fermer les yeux sur ce qui est en train de se passer ?
1. Depuis quand le dollar domine les échanges internationaux ?
Le dollar américain règne sur les transactions de devises sans interruption depuis la Seconde Guerre Mondiale. La devise américaine s'est imposée comme la première monnaie de réserve et le premier choix des banques centrales après les accords de Bretton Woods de 1944. Les grandes lignes du système financier international seront dorénavant, en majeure partie dessinées en dollar.
Les réserves de change en dollar détenues par les banques centrales du monde entier représentaient 3800 milliards de dollars au troisième trimestre 2013, soit 61,2% du montant global des réserves allouées.
Toutefois ces chiffres sont à relativiser très fortement dans la mesure où d'une part la Chine refuse de divulguer la répartition de ses réserves de change, et d'autre part, les réserves non allouées par les banques centrales sont en augmentation (d'où l'absence du poids du yuan dans les statistiques officielles).
2. Quelles sont les raisons d'une telle dominance ?
Il y a quatre raisons principales à la prédominance du dollar dans les échanges internationaux.
La stabilité de l'économie américaine est la première raison d'investir et d'avoir confiance dans le dollar. Les États-Unis ont dernièrement montré que le pays avait les moyens de résister à un choc quelconque (hausse des prix des matières premières ou des biens manufacturés, crise du crédit, catastrophe naturelle, dérapage du commerce extérieur, etc.). La force militaire américaine sans commune mesure est aussi une raison importante.
Pour aider leurs exportations, les pays asiatiques (notamment) accumulent des dollars pour maintenir leurs propres devises à un taux de change bas (d'une façon générale, les économies asiatiques sont, à l'instar de l'économie japonaise, axées sur les exportations).
L'omniprésence du dollar dans les coffres mondiaux est aussi le résultat de l'émission surabondante de titres de dette américaine.
Pour ne pas se retrouver face à un endettement local incontrôlé en dollar comme en 1997 (dévaluation de la monnaie), certains pays (notamment asiatiques) tiennent compte du risque de change en achetant de la devise américaine.
3. La Chine a-t-elle les moyens de changer la donne ?

Aujourd'hui, le prix d'environ 25 % des exportations chinoise est indiqué en yuan et est devenu la principale monnaie de règlement dans certaines régions. Si, pendant des années, la Chine a accumulé des dollars et s'est attelée à garder élevée pour ses exportations la valeur du dollar et basse celle du yuan, l'objectif est clairement aujourd'hui que la devise chinoise devienne l'une des principales monnaies de réserve dans le monde d'ici à 2030.
Tel n'est pas encore le cas, mais plusieurs éléments récents montrent que la tendance est en train de s'inverser.
La Chine a (discrètement) changé son fusil d'épaule
La nouvelle a été quasiment entièrement passée sous silence par les médias américains, mais elle devrait faire date. Selon les déclarations de Yi Gang, un député gouverneur à la Banque Centrale « ce n'est plus dans l'intérêt de la Chine d'accumuler des réserves en devises étrangères ». Pour mémoire, au 3ème trimestre 2013, les réserves en devises étrangères ont été estimées à environ 3,66 trillions de dollars. Et, bien sûr, la majeure partie était en dollars américains pour rendre les produits chinois moins chers sur le marché international. Mais à présent, la Chine a annoncé que le temps était venu d'arrêter de faire des réserves en dollars US.
Suspension des transactions avec l'Afghanistan
Autre exemple concret en date, la suspension de toutes les transactions en dollars avec les banques commerciales afghanes (au-delà de la volonté de contrecarrer les opérations terroristes de la région dominée par les musulmans de la région du Uighur) montre qu'il n'y a concrètement aucun problème à changer de devise de référence en un temps record avec des partenaires non stratégiques.
4. La Russie va-t-elle changer de monnaie de référence ?

La Banque centrale russe, grâce aux recettes pétrolières et gazières du pays, détenait 493,4 milliards de dollars de réserves de change au dernier pointage officiel du 21 février.
Pour répondre aux sanctions imposées par l'Union Européenne (UE) et les États-Unis après le référendum en Crimée, la Russie est en train de mettre ses menaces à exécution en répondant par ses propres sanctions contre ces mesures économiques.
Une sortie mystérieuse d'obligations américaines
Le 12 mars 2014, selon les données publiées par la banque centrale américaine, 104,5 milliards de dollars d'obligations américaines de la Réserve fédérale ont été retirés, suscitant les rumeurs les plus folles d'une sortie ou d'un transfert de la part de la banque centrale russe....
Appel à vendre ses dollars
Début mars 2014, le conseiller présidentiel russe, Sergueï Glaziev, a lancé un avertissement laissant peu de place au doute en déclarant que « Nous détenons une quantité décente de bons du Trésor - plus de 200 milliards de dollars - et si les États-Unis osent geler les comptes des entreprises et des citoyens russes, nous ne pourrons plus considérer l'Amérique comme un partenaire fiable», ajoutant que « nous allons encourager tout le monde à vendre les obligations du Trésor américain, se débarrasser de dollars comme monnaie fiable et quitter le marché américain. »
Les menaces ont été mises à exécution puisque le pays a été un vendeur net pour une somme combinée de 11,3 milliards de dollars de T-bonds au cours des mois de février et de mars 2014.
Le méga contrat gazier réglé en... yuan ?
L'on se souvient que la Chine et la Russie ont conclu mi-mai à Shanghai un méga-contrat d'approvisionnement gazier, fruit d'une décennie de négociations. Selon les termes du contrat, la Russie fournira Pékin en gaz à partir de 2018, et le volume livré à la Chine augmentera progressivement "pour atteindre à terme 38 milliards de mètres cube par an". Si cet accord confirme l'amélioration des relations sino-russe, il pourrait aussi confirmer la volonté de la Russie de réduire sa dépendance aux dollars. En ce sens, le contrat devrait être libellé soit en Roubles, en Renminbi ou en or. Des couvertures de change pourraient ne pas être exclues et certainement pas annoncées.
Changer de système de paiement pour être moins dépendant
Mi-mars 2014, les deux géants des paiements, Visa et MasterCard, ont arrêté sans préavis de fournir leurs services de paiement aux clients de plusieurs banques russes après l'annonce de sanctions par Washington pour condamner « l'annexion » de la Crimée par Moscou.
La banque Rossia, visée par les sanctions américaines, avait annoncé le 21 mars 2014 que Visa et Mastercard avaient "sans préavis arrêté de fournir leurs services de paiement aux clients de la banque". Sa filiale à 100%, Sobinbank, était aussi touchée car contrôlée par les frères Arkadi et Boris Rotenberg, dont les noms avaient été ajoutés à la liste des personnes visées par les sanctions.
Concrètement, les clients ne pouvaient plus retirer d'argent avec leurs cartes que dans les distributeurs, et ne pouvaient plus effectuer d'achats avec leurs cartes.
La Russie aurait donc aussi dans l'idée de créer son propre système de paiement pour réduire sa dépendance à certains groupes occidentaux tels que Visa et/ou Mastercard.
Ce nouvel épisode pourrait donc être une énième preuve de la volonté de la Russie de réduire sa dépendance au dollar.
Finalement, la Russie a produit en mai 2014 un document décrivant une stratégie de retrait du dollar à adopter dans un contexte de coopération des Brics.
5. Comment les devises évolueraient-elles en cas de retrait progressif des réserves en dollar ?
En théorie, s'il devait y avoir un retrait massif de dollars de la part des investisseurs internationaux, la monnaie américaine devrait logiquement repartir à la baisse face à un panier de valeurs dont l'euro et le Yuan.
L'évolution des devises va aussi dépendre de la convertibilité du yuan. Fantasme pour certain, elle pourrait être totalement effective en 2020 et traduire la volonté, non dissimulée, du gouvernement chinois de libéraliser les marchés. Rappelons ici que la devise chinoise est actuellement totalement convertible dans les comptes courants, mais que Pékin conserve un contrôle étroit sur les comptes de capitaux.
Ceci aurait pour effet de raffermir le yuan et confirmerait donc la tendance amorcée par un retrait progressif des investissements en dollar.
Si cette tendance devait s'accélérer, la Chine devrait faire un choix : conserver ses obligations américaines pendant que le dollar s'affaiblit, ou se joindre au mouvement.
6. Quelles sont les dernières tendances ?
Le 10 juin 2014, le fonds souverain de l'Azerbaïdjan est entré en négociations avec les autorités régulatrices chinoises en vue d'investir 1,8 milliard de dollars en yuans d'ici à la fin de l'année. Ceci représenterait l'un des plus importants achats de devise chinoise.
Le directeur général du fonds souverain a notamment déclaré qu' « il s'agit d'une monnaie qui prend de l'importance, donc pourquoi ne pas investir dans le renminbi ? Nous sommes en train de finaliser les préparatifs nécessaires ».
7. Est-ce la fin du dollar ?
Pour les paiements internationaux, le dollar demeurera ces prochaines années la principales devise utilisée, mais le yuan devrait, en toute logique prendre de plus en plus d'importance. Pékin ne cache d'ailleurs plus son intention de voir sa monnaie occuper un rôle croissant à l'international, à mesure que les réformes pour libéraliser les transactions financières dans le pays sont entreprises.
La tendance commence déjà clairement à se dessiner. Selon le FMI, certaines banques centrales - dont celles du Nigeria, du Chili, de la Corée du Sud, mais aussi du Japon - ont d'ores et déjà des yuans dans leurs coffres, ce qui témoigne de l'importance des relations économiques et commerciales de ces pays avec Pékin.
À cela on peut aussi ajouter que l'Afrique (15% des transactions effectuées entre la Chine et l'Afrique pourraient être libellées en yuans dans les trois prochaines années), l'Iran, l'Irak, l'Inde, et bientôt les Saoudiens (la plus grande source étrangère de pétrole brut pour la Chine) se tournent aussi de plus en plus vers d'autres monnaies....
De là à dire que l'on parlera bientôt de pétroyuan, il y a quand-même un grand pas à faire....

John Plassard La Tribune :: lien

http://www.voxnr.com/cc/dh_autres/EupFlVEFAyEdxVVAwJ.shtml

La SNCF aime l’immigration et le fait savoir

- La SNCF a récemment communiqué auprès de ses employés sur sa politique de recrutement, qui est ouvertement favorable au communautarisme.

MozaikRH

Cliquez pour agrandir

Prétextant son amour de la « diversité », elle a passé un accord avecMozaikRH, cabinet de recrutement spécialisé dans les différents groupes ethniques qui composent aujourd’hui la France. Alors que l’entreprise sort juste d’un important conflit social, la direction voit sûrement dans cette démarche l’occasion de casser l’homogénéité de sa masse salariale en recrutant des employés plus dociles.

Ou peut-être veut-elle simplement recruter des employés à l’image d’un nombre grandissant de ses clients, qui sont, surtout en région parisienne, de plus en plus issus de l’immigration ?

http://fr.novopress.info/170866/sncf-aime-limmigration-fait-savoir/

C’était un 30 juin : le suicide du général de Larminat

Le 30 juin 1962, le général de Larminat, gaulliste indéfectible dont le président de la République félon exigeait qu’il préside un tribunal militaire chargé de juger les membres de l’OAS, se suicide la veille de la réunion de cette instance, tiraillé entre son gaullisme et son sens de l’honneur.

Ancien haut commissaire gaulliste en Afrique équatoriale française, il avait été le vainqueur de la poche de Royan en 1945.

Un mort de plus, parmi ses fidèles, sur la noire conscience de De Gaulle.

Un site consacré à cet épisode : www.larminat-jm.com

15:45 Écrit par pat dans culture et histoire | Lien permanent | Commentaires (0) |  Imprimer |  Facebook | | | | |

Les Femens bientôt expulsées ?

Vous n’êtes pas sans connaître les multiples fraudes des immigrées ukrainiennes depuis leur arrivée à Paris. La dernière en date, qui avait été révélée par les jeunes filles du Renouveau Français en février dernier, était l’occupation illégale d’un local à Clichy grâce à l’aide inconditionnelle du PS ! Mais le tribunal d’instance d’Asnières a décidé ce matin l’expulsion des hystériques aux seins nus de leur nouveau squat !

«  La force publique pourra être utilisée en cas de refus des Femen, qui sont par ailleurs condamnées à verser 7 398 euros pour le préjudice causé, et 1 500 euros dans le cadre de la procédure (…) C’était la troisième audience à Asnières à laquelle le mouvement était convoqué. Jusqu’à présent, les tentatives de faire appliquer le droit étaient restées vaines. » rapporte Le Point.

Sans trop se faire d’illusions, on s’imagine bien qu’elles trouveront une nouvelle parade pour échapper à la loi ! En attendant, elles menacent simplement de prendre Notre Dame comme nouveau quartier général : merci les filles, mais il y a largement assez de cloches dans la cathédrale parisienne !

Marie de Remoncourt

http://www.contre-info.com/

Politique de l’habitat : Gollnisch met la gauche dans l’embarras

Session du Conseil régional Rhône-Alpes du 19 juin dernier : lors d’un débat sur la politique de l’habitat, Bruno Gollnisch s’est prononcé à propos d’un amendement présenté par le Front de Gauche en faveur de la création d »hébergements pour les immigrés roms :

Politique & Eco N°8

Ce n’est pas faute d’avoir prévenu…

L’air est connu,  commentant  publication des nouveaux chiffres du chômage, le nombre de demandeurs d’emploi ayant  atteint un niveau historique, dramatique  de 3,388 millions en métropole, Manuel Valls a clamé que  « l’heure est à l’action ».  Comprendre à s’entêter à utiliser les mêmes mauvaises  recettes qui ont fait la preuve de leur inefficacité. Pathétique. Si les Français font grise mine, les Algériens eux aussi sont passés à l’action et faisaient la fête hier soir pour fêter le match nul de leur équipe face à la Russie  qui la propulse en huitième de finale de la Coupe du monde de football. Belle démonstration de patriotisme, les joueurs algériens ont fait le tour du terrain à l’issue de la rencontre  en brandissant le drapeau de leur pays. La liesse populaire était aussi de mise en Algérie, dés le coupe de sifflet final, mais elle ne s’est pas manifestée là  bas par les violences  et les  dégradations qui se sont déroulées sur notre sol….comme ce fut le cas déjà  lors des deux derniers matchs  des « fennecs » dans ce Mondial. Violences  sur lesquelles  les grands  médias audiovisuels  ont curieusement choisi  très largement  de ne pas  informer les Français.

 Omerta qui s’est tout de même  un peu fissurée car  internet est passé  par là, et  il devient difficile d’occulter totalement la réalité,   si ce n’est à accréditer encore plus l’idée , déjà largement répandue dans l’opinion,  de la malhonnêteté foncière  des médias dominants…De nouvelles scènes d’émeutes et de haine antifrançaise  ont donc  éclaté hier soir à Paris, Lyon, Vaulx-en-Velin, Saint-Priest, Marseille, Lille, Roubaix, Tourcoing,  Maubeuge, Valencienne, Grenoble, Le Havre  et dans de  nombreuses  autres communes plurielles.Véhicules de « gaulois » et mobiliers urbains incendiés (les Français paieront…) , passants et policiers agressés, pillages, caillassages … : de nombreux supporters algériens ne se sont pas contentés de bloquer  la circulation et de faire du raffut en brandissant des drapeaux.

 Comme l’a noté Marine hier après-midi  lors d’une conférence de presse à Nanterre,  « ce qui est malheureux avec les matchs de l’Algérie, c’est que qu’ils gagnent ou qu’ils perdent, de toute façon, on a des violences, des dégradations et des agressions ». «C ’est le seul pays avec lequel   il y a ce genre de problèmes », avec des supporters  « animés par un esprit de revanche » contre la France. La présidente du FN a encore relevé que   les gouvernements  français et algériens seraient bien inspirés de  rappeler à l’ordre les binationaux se livrant à de telles exactions.

 Hier également, sur le site du PointCharles  Consigny réagissait pour s’en féliciter,  à l’arrêt rendu la veille par l’assemblée plénière de la Cour de cassation qui a confirmé le licenciement de Fatima Afif, la salariée voilée  de la crèche Baby Loup de Chanteloup-les-Vignes (Yvelines) qui refusait d’enlever son foulard islamique sur son lieu de travail, affaire  que nous avions évoqué sur ce blog.

 Pour autant, « nous venons peu à peu (en France),   hélas, au communautarisme constate M. de Consigny, en raison d’une lâcheté politique d’une part et d’un refus d’intégration (ne parlons pas d’assimilation) des populations immigrées d’autre part, ce refus étant une conséquence, à laquelle on pouvait et on devait s’attendre, d’une politique migratoire délirante qui fait entrer tous les ans en France deux cent mille personnes venues de l’étranger ».

 « La  conception française de la laïcité est attaquée à l’intérieur de la République, jusque par des conseillers d’État, comme M.  Tuot dont le rapport sur le sujet préconise de créer les conditions d’une société inclusive qui s’adapterait aux exigences minoritaires. Elle est attaquée, aussi, de l’extérieur, par l‘Union européenne mais aussi par l‘ONU, dont diverses littératures pressent la France de s’adapter à ces nouvelles populations et de se préparer à être submergée par d’autres dans des proportions folles, aux fins d’opérer à des rééquilibrages de peuplement au niveau mondial – ce faisant, l’ONU dénie aux nations toute identité, elle fait du monde un vaste territoire avec des pions qu’on déplace et des frontières qu’on redéfinit au gré des besoins du moment ; autrement dit, elle acte la fin de l’histoire, et nous devons résister à ce mouvement ».

« Notre pays doit tenir. Il doit défendre sa civilisation, rappeler ses principes, ne faire aucune concession à ceux qui lui demandent de s’oublier, de se dissoudre, de se diluer dans legrand déménagement mondial ».

Bruno Gollnisch l’a souvent relevé, cette  fermeté et cette  volonté de défendre ce que nous sommes est bien  rare au sein du SystèmeC’est pourtant   par la réaffirmation des valeurs qui ont fait la force, le génie, et la grandeur de notre civilisation helléno-chrétienne,  que nous gagnerions le respect  des populations  allogènes ; valeurs qui si elles étaient portées fièrement,  seraient   même  un facteur d’assimilation. Mais valeurs  piétinées allègrement le plus souvent par les autoproclamés défenseurs  cosmopolites de  la laïcité,  d’une république bien peu romaine, mais  progressiste,  décadente,  affaissée, sans âme…

 La présence de fortes communautés étrangères  sur notre sol, qui ne veulent ou ne peuvent s’assimiler, est bien évidemment un sujet d’inquiétude majeur  pour l’avenir de nos enfants, la sauvegarde de notre identité et souverainetés nationales.

 Jean Raspail le rappelait dans un entretien accordé à Valeurs Actuelles en octobre 2013, nous sommes confrontés au «problème fondamental : l’envahissement progressif de la France et de l’Europe par un tiers-monde innombrable ». «Le peuple sait déjà toutes ces choses, intuitivement : que la France, telle que nos ancêtres l’ont façonnée depuis des siècles, est en train de disparaître. Et qu’on amuse la galerie en parlant sans cesse de l’immigration sans jamais dire la vérité finale (…). Le peuple sait qu’on lui cache les choses. Aujourd’hui, des dizaines de millions de gens ne partagent pas le discours officiel sur l’immigration. Ils ne croient aucunement que ce soit une chance pour la France. Parce que le réel s’impose à eux, quotidiennement  (…)».

 Et l’auteur du Camp des saints d’en appeler au sursaut salvateur :  « que l’on cesse de sacraliser l’Autre et que l’on redécouvre que le prochain, c’est d’abord celui qui est à côté de soi. Ce qui suppose que l’on s’assoit quelque temps sur ces  idées chrétiennes devenues folles, comme disait Chesterton, sur ces droits de l’homme dévoyés, et que l’on prenne les mesures d’éloignement collectif et sans appel indispensables pour éviter la dissolution du pays dans un métissage général ».

 Si les Français ont en effet pris pleinement  conscience  du tsunami migratoire,  il faut désormais qu’ils en tirent urgemment  la conclusion  dans les urnes. Avant  qu’il ne soit trop tard. 2017 c’est demain et « l’Histoire ne repasse pas les plats ».

http://gollnisch.com/2014/06/27/ce-nest-pas-faute-davoir-...

Marion Maréchal-Le Pen dénonce l'acquittement du Dr Bonnemaison

Le député FN écrit dans un communiqué :

"La décision de la cour d’acquitter le docteur Bonnemaison est aussi surprenante que scandaleuse. Ce médecin, présenté en héros des temps modernes, était poursuivi pour avoir « abréger la vie », autrement dit tuer, 7 personnes par empoisonnement. Le tout de sa propre initiative, sans en parler dans certains cas ni aux familles ni au personnel soignant. L’une des personnes assassinées se trouvait dans un coma stable contredisant ainsi l’argument avancé par la défense de la volonté du médecin d’abréger la souffrance.

L’affaire est si grave que l’ordre des médecins, connu pour rechigner à ce type de mesure disciplinaire, l’a radié de son ordre en raison d’une violation manifeste de la loi Léonetti sur l’obligation d’une prise de décision collégiale.

Pour autant, la confusion du jury entre le mobile, à savoir la volonté d’abréger la souffrance et de « préserver la dignité », et l’élément intentionnel, celui de donner la mort, a permis de laisser le meurtre impuni voire même salué par une partie de la classe politique et des médias en vue de promouvoir la prochaine loi sur l’euthanasie.

Cette décision de Justice consacre la toute-puissance du médecin sur toute autre considération éthique, qu’elle soit sociale, le meurtre est interdit dans notre société, ou déontologique avec le serment d’Hippocrate « je ne provoquerai jamais la mort délibérément ».

Le statut de médecin doit-il permettre de décider seul qui doit vivre ou mourir ? Qui est suffisamment digne de bénéficier encore du soutien de la société ou qui ne l’est plus ? Etre âgé, dépendant, handicapé ou même sur le point de mourir est-il une raison suffisante pour que la société matérialiste se débarrasse plus rapidement de ces éléments trop peu.

L’humanité à elle-seule est une dignité à défendre jusqu’au bout par le soutien, la compassion et la solidarité de la société jusque dans les murs feutrés des chambres d’hôpital surpeuplées…"

Michel Janva

Millefeuille territorial : c’est encore pire qu’on ne l’imagine

 

« Le plus cocasse, c’est que les collectivités locales se donnent un mal de chien pour soutenir les entreprises. »

Selon le gouvernement, la réforme des collectivités locales permettra d’économiser à terme entre 12 et 25milliards d’euros par an. Eh bien, on comprend pourquoi!

Cela pourrait presque relever d’un gag. Reliée à Paris en moins de trois heures, la gare TGV d’Aix-en­Provence avait tout pour devenir une vitrine du savoir-faire français. Depuis son inauguration en 2001, son succès ne s’est d’ailleurs jamais démenti – elle accueille aujourd’hui près de 3millions de voyageurs par an, 50% de plus qu’en 2006. L’ennui, c’est qu’avec le temps la desserte est devenue synonyme de cauchemar pour les habitants de la région. D’abord parce que le parking est trop petit: il ne dispose que de 2900 places pour 8000 usagers quotidiens. Et puis parce que la départementale 9, qui permet d’y accéder, est totalement saturée. Du coup, il faut parfois une heure et demie pour rejoindre le centre-ville, situé à 16kilomètres. La solution pour améliorer la situation, tout le monde la connaît: il faudrait desservir la gare avec un tramway ou un bus en site propre. Seulement, qui est prêt à porter ce projet d’intérêt public? La ville d’Aix-en-Provence? La communauté d’agglomération du pays d’Aix? Le département des Bouches-du-Rhône? La région Paca? « Cela fait dix-sept ans que les élus se renvoient la patate chaude et que rien ne bouge », s’énerve l’architecte Jacques Fradin, président de l’association locale Devenir.

Est-il possible qu’un pays exportant des TGV et des centrales nucléaires à l’autre bout du monde soit aussi mal organisé dans ses territoires?

Eh bien, oui. Car des situations ubuesques comme celle-là, on en trouve à la pelle dans l’Hexagone. Que penser par exemple des agences de développement économique, créées pour soutenir nos entreprises? Selon un rapport récent de l’Inspection générale des finances (IGF), les régions en comptent en moyenne 75 chacune et jusqu’à 134 en Rhône-Alpes!

Cela n’a rien d’étonnant. Contrairement à la plupart des Etats européens, qui ont peu à peu réduit le nombre d’échelons locaux ces dernières années (la Grèce a par exemple supprimé ses départements et imposé des fusions à ses communes), aucun gouvernement français n’a jamais réussi à réformer notre administration territoriale. Résultat: notre pays compte aujourd’hui 36683 communes – trois fois plus que l’Allemagne et quatre fois plus que l’Italie – 18000 groupements intercommunaux, 26 régions et 101 départements, qui se marchent sur les pieds du matin au soir. «Aucun autre pays européen n’abrite un millefeuille aussi indigeste», grince la chercheuse Marie-Christine Steckel-Assouère, qui vient de coordonner un livre sur « Les mutations de l’intercommunalité ».

Autant dire que le big bang territorial annoncé par François Hollande à la mi-janvier est une nécessité vitale. En théorie, cette réforme devrait aboutir à la réduction de moitié du nombre de régions et à la disparition des conseils généraux (que les Français appellent d’ailleurs de leurs vœux). En outre, la suppression de la clause de compétence générale, qui permet à chaque collectivité d’intervenir pratiquement dans tous les domaines, clarifiera les compétences des différents échelons et limitera l’émiettement des responsabilités. François Hollande osera-t-il aller jusqu’au bout de sa logique? Il paraît en tout cas plus motivé que jamais. Au point d’avoir décidé le mois dernier, contre toute attente, de pousser les feux du calendrier. Selon le nouveau vœu de l’exécutif, la réforme devra être votée avant la fin de l’année et la mise à mort des conseil généraux intervenir en 2016, cinq ans avant la date initialement prévue. « Il faut aller plus vite », a justifié André Vallini, le secrétaire d’Etat en charge du dossier, qui espère tirer de cette remise à plat générale entre 12 et 25milliards d’euros d’économies par an.

Il est vrai qu’il y a de la marge.

En 1983, notre organisation territoriale engloutissait 8,6% du PIB, ce qui était déjà considérable. Depuis, son appétit n’a cessé de croître, si bien que ses dépenses atteignent aujourd’hui 12% du PIB. Certes, une bonne moitié de cette hausse s’explique par les transferts de compétences. Mais pour le reste, elle relève pour beaucoup du gaspillage quotidien, du maintien de sureffectifs chroniques et de la folie des grandeurs dont font montre pas mal d’édiles. Il suffit de jeter un coup d’œil sur le terrain pour prendre la mesure de cette incurie généralisée. Dans un rapport publié en 2013, la Cour des comptes s’est par exemple étonnée que les élus de Lorraine aient décidé de construire en rase campagne deux gares TGV éloignées de seulement 20 kilomètres l’une de l’autre, à Vandières (Meurthe-et-Moselle) et à Cheminot-Louvigny (Moselle). Selon les magistrats, cette dernière, qui a déjà coûté 62,6millions d’euros, ne sera d’aucune utilité! Idem avec les deux complexes sportifs que les villes de Marseille et d’Aix-en-Provence se sont mises en tête de construire, pour un coût total de près de 120millions d’euros: un seul et unique aurait largement suffi. « C’est absurde! Nos édiles pensent qu’ils ont besoin de lancer des projets pour être réélus. Du coup, ils trouvent toujours une bonne raison de faire exploser les budgets », s’agace Marie-Christine Steckel-Assouère.

La gestion des effectifs de la fonction publique territoriale, qui emploie au total près de 1,9million de salariés, tient aussi de la politique de Gribouille.

Au lieu de générer des économies d’échelle, le regroupement des villes a en effet le plus souvent conduit à un empilement des compétences et à de ruineux doubles emplois. Toujours selon la Cour des comptes, les effectifs des mairies ont ainsi progressé en moyenne de 14% entre2001 et2011, alors même qu’une partie de leurs missions était transférée vers des intercommunalités. Encore ce chiffre ne constitue-t-il qu’une moyenne. Dans certaines cités, les embauches ont carrément explosé, comme à Paris, où le nombre des agents est passé de 40.000à 54.000 en douze ans. « Question mutualisation, on peut vraiment mieux faire », reconnaît Nicolas Portier, le délégué général de l’Assemblée des communautés de France (ADCF).

C’est le moins que l’on puisse dire. Dans l’ensemble, les élus n’ont pas entrepris grand-chose pour rationaliser leurs services. Mais dans certaines d’entre elles, l’immobilisme confine à la caricature. En Ile-de-France par exemple, le taux de mutualisation ne dépasse pas 4%, trois fois moins que la moyenne, et dix fois moins qu’en Alsace! Le sujet est d’ailleurs tellement sensible que de nombreux élus refusent de communiquer sur le sujet. « La plupart des intercommunalités que nous avons interrogées n’ont pas voulu nous donner de chiffres », témoigne Marie-Christine Steckel-Assouère. « Je regrette que le gouvernement n’ose pas s’attaquer à ce dossier, car c’est là que se situent les grosses économies », insiste pourtant le député apparenté socialiste René Dosière. Comme tous les experts, ce spécialiste des finances locales estime que la réforme telle qu’elle a été annoncée aura du mal à dégager les quelque 25milliards promis. « Ce sera au maximum 2 à 3milliards », assure-t-il. En revanche, il y aurait d’après lui une quinzaine de milliards à grappiller sur le bloc communal sans attenter le moins du monde à la qualité du service rendu aux usagers…

Car les fonctionnaires des mairies ne brillent pas par leur assiduité au travail. D’après l’Ifrap, les agents de Montpellier délaissent leur poste en moyenne 39 jours par an, soit un taux d’absentéisme de… 17,5%, contre 11,7% en moyenne nationale. L’institut s’est aussi amusé à calculer dans une étude récente ce que le non-remplacement des départs à la retraite pendant cinq ans permettrait d’économiser dans les collectivités locales. Résultat: « Les gains potentiels pourraient être compris entre 4,8 et 6,1milliards d’euros les cinq premières années, puis entre 1,8milliard et 2,4milliards les trois années suivantes. »

Autre piste d’économie prometteuse, la rationalisation de la politique sociale, qui ressemble aujourd’hui à un vrai capharnaüm!

Entre les structures des départements, les centres d’action sociale des communes, les services des régions, les organismes de l’Etat comme la CAF et les guichets de Pôle emploi, les assistantes sociales elles-mêmes ont du mal à s’y retrouver! Là encore, l’origine du mal est connue – pour des raisons électorales, les élus ont tous voulu disposer de leurs propres structures sociales – et ses conséquences sont très lourdes. Non seulement la remise à plat de tout ce bazar permettrait de gagner des centaines de millions d’euros, mais elle simplifierait la vie des citoyens en leur donnant accès à des guichets uniques. Même chose dans le secteur des transports, où chaque collectivité cherche jalousement à imposer sa marque, au détriment des usagers. Dans la région de Lyon, par exemple, les villes et les intercommunalités ont beau avoir créé un syndicat départemental et un syndicat régional des transports l’an dernier, elles n’ont toujours pas réussi à harmoniser leurs tarifs. Résultat: les habitants sont obligés d’acheter des billets différents pour un même trajet. « Vous ne pouvez pas savoir le temps perdu dans des réunions qui ne débouchent sur rien », se désole Béatrice Vessiller, une élue EELV de Villeurbanne.

Ah, les réunions! Combien de dizaines de milliers, de centaines de milliers d’heures les fonctionnaires territoriaux y perdent-ils chaque année, aux frais du contribuable! Les collectivités locales sont tellement émiettées, leurs responsabilités tellement diluées, les acteurs et les intervenants tellement nombreux que c’est devenu presque un sport national dans notre cher millefeuille… Et pendant ce temps, les projets n’avancent pas. Et les entreprises sont souvent les premières à faire les frais de la situation, à l’image de cette société allemande en pleine expansion qui cherchait à s’agrandir, près d’Aubagne. Comme il y avait un terrain non utilisé de l’autre côté de sa rue, elle a demandé à le reprendre. Mais elle n’a jamais obtenu le feu vert des élus locaux: les deux intercommunalités concernées, qui projetaient d’y construire un bassin de rétention, ne sont en effet jamais parvenues à se mettre d’accord sur la question. Lassé, l’actionnaire de l’entreprise a préféré aller construire une usine… en Tunisie! «C’est vraiment du grand n’importe quoi!», se désespère Jean-Luc Chauvin, le président de l’Union pour les entreprises des Bouches-du-Rhône (UPE 13).

Le plus cocasse, c’est que les collectivités locales se donnent un mal de chien pour soutenir les entreprises. On l’a vu, chaque région compte en moyenne, selon l’IGF, 75 structures dédiées au développement économique, qui emploient au total 15000 équivalents temps plein sur tout le territoire et engloutissent chaque année 900millions d’euros d’argent public. Pour les sociétés, s’y retrouver dans un tel micmac relève souvent de l’exploit. Si encore le système était efficace. Mais d’après les magistrats de la Cour, 30% de l’argent dépensé sert… à coordonner les différentes structures existantes!

Mais le pire est encore ailleurs:alors qu’on cherche désespérément à attirer des entreprises étrangères, les collectivités locales s’avèrent souvent incapables de les orienter correctement quand elles sont intéressées.

Il y a un an, le représentant d’un des leaders mondiaux de la pétrochimie est ainsi venu dans les Bouches-du-Rhône pour se renseigner sur les opportunités de développement dans la région. Après 48heures passées sur place, il a demandé à qui il devait s’adresser pour son projet. On lui a alors indiqué une demi-douzaine d’interlocuteurs différents, parmi lesquels Provence Promotion, la mairie de Marseille, la mairie d’Aix-en-Provence, le conseil général et le conseil régional. Eberlué, le responsable a alors lancé à son conseiller: «Who is the boss?» («Qui est le patron?») «Comme personne n’a été capable de lui répondre, il a dit qu’il reviendrait quand on serait capable de lui donner un nom!», s’agace le Medef local. François Hollande a vraiment eu raison d’accélérer le calendrier

45 ans de décentralisation à la française : 

1969 : Le général de Gaulle organise un référendum pour faire des régions des collectivités territoriales. Blessé par la victoire du «non», il démissionne.

1982 : La loi Defferre supprime la ­tutelle du préfet sur les départements et transfère l’exécutif aux conseils généraux. Les régions sont créées.

2003 : Jean-Pierre Raffarin accorde l’autonomie financière aux collectivités territoriales et leur transfère de ­nouvelles compétences.

2014 : Manuel Valls annonce la réduction de moitié des régions, la disparition des conseils généraux et la suppression de la clause de compétence générale. La loi doit être votée d’ici la fin de l’année.

Sandrine Trouvelot, 3/06/2014

Source : Capital.fr

http://www.polemia.com/millefeuille-territorial-cest-encor...

Barroso et Juncker : des trotskistes à la Commission européenne

Lu sur L'Humanité :

"Barroso, ancien Premier ministre portugais, flamboyant soutien de Bush père lors de la première guerre en Irak, avait commencé son activité politique à l’âge de 18 ans dans un groupe maoïsteaprès la révolution des œillets. Il était devenu leader du Parti du Prolétariat (MRPP) : « J’ai choisi les prochinois  parce qu’ils étaient les plus anti-communistes », soulignait-t-il.

[...] L’ambassadeur des États-Unis au Portugal à l’époque, Franck Carlucci, dépêché par Washington pour ramener le Portugal dans le droit chemin, n’est pas étranger à la reconversion de Barroso.Agent de top niveau de la CIA, Carlucci manipulait et finançait le MRPP. Il découvrait dans le jeune José Manuel un talent d’avenir. Sur les conseils de son nouveau protecteur, Barroso adhérait au Parti social-démocrate (PSD) et gravissait tous les échelons de la hiérarchie. Jusqu’au poste de Premier ministre.L’Union européenne peut donc se satisfaire d’avoir eu à sa tête jusqu’à aujourd’hui  un candidat choisi, formaté et propulsé par la CIA.

En est-il de même concernant Jean-Claude Juncker ? L‘ancien Premier ministre inamovible luxembourgeois de 1995 à 2013, protecteur acharné du statut de paradis fiscal de son pays, a été obligé de démissionner de ses mandats à la suite d’une rocambolesque affaire d’espionnage. La plupart des témoins ont soudainement perdu la parole alors que des fuites laissent entendre que les services spéciaux des Etats-Unis, parmi lesquels la célèbre NSA, entretenaient et entretiennent toujours des liens discrets avec Jean-Claude Juncker qui a indiqué lui même avoir « flirté » avec la IV internationale et le mouvement trotskiste »."

Michel Janva

 

10:27 Écrit par pat dans actualité, Europe, lobby | Lien permanent | Commentaires (0) |  Imprimer |  Facebook | | | | |

En 2012, 219 156 enfants à naître ont été tués en France

Le nombre d'avortements est resté stable en France en 2012 : 219 156 avortements ont été réalisés en France, dont 207 000 en métropole (209 000 en 2011). L'étude constate une légère baisse chez les moins de 20 ans depuis 2010, après une forte hausse entre 1990 et 2010. En métropole, 26 000 femmes de 15 à 19 ans ont effectué un avortement en 2012 soit 14 pour 1 000 contre 33 pour 1 000 dans les DOM. C’est parmi les femmes de 20 à 24 ans que les avortements demeurent les plus fréquents.

Michel Janva

Affaire Bonnemaison : plus personne n’est à l’abri de se voir éliminé

Le Dr Bonnemaison a mis fin délibérément à la vie de sept de ses patientes sans en référer à quiconque et notamment pas à ceux qu’il a empoisonnés. C’est lui-même qui a pris cette décision. Il vient d’être acquitté. Cela veut dire que désormais tout médecin pourra se balader dans les services hospitaliers et se mettre à tuer en série les grands malades ou les personnes en fin de vie. Plus personne n’est à l’abri d’un tel geste dans les hôpitaux. Ce privilège inouï accordé aux médecins rappelle la franchise qu’avait donnée Hitler au Dr Brandt dans le programme d’élimination des handicapés. « Le Reichsleiter Bouhler et le docteur en médecine Brandt sont sous leur responsabilité, chargés d’étendre l’autorité de certains médecins, à désigner personnellement à l’effet d’accorder la délivrance par la mort, aux personnes qui dans la limite du jugement humain et à la suite d’un examen médical approfondi, auront été déclarées incurables ». Signé Hitler, 1er septembre 1939.

Lire la suite

Entre l’Algérie et la France, il faut choisir

Beaucoup de Français - sans doute même la majorité - se sentent dépossédés de leur pays et assistent impuissants à sa déconstruction.   

Quelle équipe souhaitez-vous voir perdre ? Telle était la question posée aux habitants de plusieurs pays qualifiés pour la Coupe du monde, dans un sondage publié par le New York Times avant le début de la compétition. A ce petit jeu, les Français ont placé l’Algérie en tête des sélections dont ils espèrent la défaite. Aussi est-il manifeste que le résultat de ce sondage est largement confirmé par l’animosité que suscite l’équipe d’Algérie depuis son entrée en lice. Même si ce n’est pas relayé par les grands médias, il suffit de parcourir les réseaux sociaux ou les commentaires des articles traitant du sujet, pour constater la forte antipathie que voue la majorité des internautes à l’équipe nationale algérienne.

Lire la suite

Le TVG de la mort est lancé

Voici le communiqué de presse de Droit de Naître du 27 juin:

"En moins de 24h, la France vient d’accomplir deux enjambées funestes.  Ce mardi, Vincent Lambert, jeune tétraplégique, a été condamné par le Conseil d’Etat à mourir de faim et de soif à l’hôpital. Le lendemain – mercredi 25 juin – le docteur Bonnemaison, reconnu directement responsable de l’empoisonnement de sept de ses patients, a été totalement acquitté par la « Justice » sous prétexte qu’il aurait agi avec sincérité ! Les avocats du médecin urgentiste ont immédiatement saisi l’occasion pour exiger au plus vite une loi autorisant le meurtre des personnes en fin de vie.

Ces décisions scandaleuses qui font honte à l’Humanité s’inscrivent de toute évidence dans un agenda mortifère dont l’aboutissement logique sera la légalisation prochaine du suicide assisté.L’hypothèse d’une offensive gouvernementale durant l’été – alors que les Français sont en vacances -devient de plus en plus probable.

« Droit de Naître » appelle donc dès aujourd’hui l’ensemble des citoyens à se mobiliser en vue de la terrible bataille qui s’annonce. Si nous devions perdre cette guerre la France atteindrait de facto un dangereux point de non-retour dans sa fuite en avant vers la barbarie."

Marie Bethanie

29/06/2014

La désignation de Juncker pourrait précipiter la sortie du Royaume-Uni de l’UE

On sait que le premier ministre britannique David Cameron était très opposé à  la nomination de Jean-Claude Juncker à la présidence de la commission européenne. Il n’aura pas réussi à l’en empêcher.  Cet échec britannique inquiète la presse locale qui verrait bien la Grande-Bretagne s’écarter un peu plus de l’UE. L’actuel premier ministre s’est engagé à organiser un référendum sur l’appartenance de son pays à l’UE en 2017 s’il est réélu l’an prochain.

Pour les principaux journaux britanniques, cette nomination isole un peu plus les Britanniques et sonne comme un échec. « Une marche de plus vers la sortie de l’Europe », écrit le Daily Telegraph. Pour le Times, le Royaume-Uni est proche de la sortie. On retrouve les mêmes idées mais avec différentes expressions dans le Guardian ou le Sun. Les relations entre l’UE et la Grande-Bretagne semblent avoir pris une nouvelle tournure et pourraient se terminer par la sortie du pays de l’UE.

http://medias-presse.info/la-designation-de-juncker-pourr...

23:32 Écrit par pat dans actualité, Europe, international, lobby | Lien permanent | Commentaires (0) |  Imprimer |  Facebook | | | | |

I Media #17

La Russie et la Chine déclarent une guerre financière totale à l’Occident

Moscou et Pékin développent de nouvelles armes dans le domaine de la finance pour mener leur guerre froide contre l’Occident. Les deux superpuissances prévoient de travailler ensemble et de se concentrer sur l’affaiblissement de la suprématie du dollar comme monnaie internationale, la création de leur propre agence de notation, d’une banque de développement, et de systèmes de paiement concurrents de MasterCard et Visa.

Les pays occidentaux ont longtemps dominé les autres marchés financiers. Le dollar demeure (pour l’instant) la monnaie de réserve mondiale, les agences de notation américaines, S & P, Moody et Fitch sont les seules à réellement faire autorité pour évaluer la solvabilité des entreprises et des gouvernements, et le FMI est encore dominé par des Occidentaux.

Mais avec les initiatives récentes de la Chine et de la Russie, tout cela pourrait bientôt changer. Les deux pays sont relativement mal cotés (La Chine est cotée AA- et la Russie BBB) par les trois grandes agences de notation (alors qu’elles décernent encore la meilleure note aux États-Unis, AAA…), ce qui a pour conséquence d’augmenter les taux d’intérêt qu’ils doivent payer sur leurs obligations, et dissuade les investisseurs de leur prêter de l’argent.

En particulier, la cote de la Russie a été dégradée par S & P et Moody après l’annexion de la Crimée en raison des graves difficultés économiques dont elle a fait l‘expérience. La nouvelle cote qu’elles ont attribué au pays, « BBB » (Qualité moyenne Inférieure), n’est plus qu’un grade au dessus de la cote réservée à la pacotille.

Les Chinois avaient déjà exprimé leur mécontentement de cette situation, en créant leur propre agence de notation, Dagong. Mais ils viennent de signer un accord avec le gouvernement russe pour créer une nouvelle agence de notation russo-chinoise à partir de cette institution. (En Europe aussi, on évoque de temps à autre la création d’une agence de rating spécifique, mais aucun plan concret n’a été élaboré dans ce sens).

Dagong attribue la note AAA à la Chine actuellement, et la note A à la Russie. En revanche, les Etats-Unis n’obtiennent qu’un A- . Ces cotes se fondent sur des données fondamentales telles que le ratio dette-PIB, qui sont plus favorables en Russie et en Chine. La nouvelle agence conjointe devrait émettre des cotes comparables.

Une autre mesure prise par la Russie et la Chine pour saper la puissance financière de l’Ouest est la mise en place d’une banque de développement privée en concurrence directe avec le FMI. Le manque de représentativité du FMI, où les pays émergents n’ont qu’un pouvoir de décision très faible, est une critique récurrente de l’Institution.

Le géant économique qu’est la Chine, la seconde puissance économique qui pourrait même passer première cette année, y détient toujours moins de droits de vote que la Grande-Bretagne, par exemple.

La Russie envisage également a création d’une « Union économique eurasienne » dans laquelle le rouble servirait de monnaie d’échange centrale. De son côté, la Chine souhaite développer l’usage du renminbi dans les transactions internationales.

En outre, le président russe, Vladimir Poutine, a émis le souhait de concevoir un système national de paiement pour concurrencer les géants américains de paiement Visa et Mastercard. Après l’annexion de la Crimée, ces deux institutions de crédit avaient boycotté Rossiya, et d’autres institutions financières russes.

Le journal allemand Die Welt compare ces initiatives pour concurrencer la domination financière de l’Occident à la course aux armements pendant la Guerre Froide, et il évoque « une guerre financière avec l’Occident ».

Express.be

http://fortune.fdesouche.com/346545-la-russie-et-la-chine...

Les ennuis à l'Ump ne font que commencer.

L'Ump est née en 2002 de la volonté de fusionner Udf et Rpr. Ils furent nombreux et depuis longtemps, à considérer que la désunion, en terme de résultats, était nocive pour chacun des deux mouvements.
Le fait est pourtant que les deux partis, correspondaient d'un point de vue sociologique à deux électorats différents. C'est ainsi que dès le début de la cinquième république, la droite se décompose en deux tendances, celle des gaullistes ou gaullien, les autres proposant une alternative à la pensée politique du général, dans les domaines politique, économique ou géopolitique.
Le Rpr fut l'oeuvre de Jacques Chirac, homme bien souvent qualifié et à tort de gaulliste alors qu'il était pompidolien. En ce sens, le Rpr marqua la droitisation du gaullisme originel. Rappelons que la sociologie de l'Udr, mouvement gaulliste cette fois ci, se trouvait d'un point de vue sociologique, le plus proche de tous les partis de la sociologie française. Suite à sa volonté de se distinguer de Valéry Giscard d'Estainfg, Jacques Chirac fustigea l'interventionnisme économique de l'Etat giscardien, se dirigeant dès lors vers le libéralisme économique, courtisant ainsi les classes privilégiées et perdant du coup, son électorat populaire. La conséquence en fut probablement les trois piètres scores qu'obtint Jacques Chirac lors des trois premiers tours des présidentielles où il fut candidat. 
Les années quatre-vingt marquèrent un fort rapprochement entre les jeunes de la génération montante de l'Udf et du Rpr, appelés à l'époque les quadras (Juppé, Carignon, Noir, Barzach, Léotard, Madelin, Longuet, …). Le danger soviétique comme la présence de la gauche au pouvoir poussèrent donc les dirigeants du Rpr à prendre à leur compte la doxa des libéraux, représentés par le parti républicain. En ce sens, on peut affirmer que le Rpr qui se vantait d'être à l'origine le continuateur du gaullisme, a été idéologiquement absorbé par le monde des libéraux dont le chef historique n'était autre que Valéry Giscard d'Estaing.
Il n'est d'ailleurs pas impossible que l'ancien président est l'homme politique qui ait le mieux réussi dans ses ambitions idéologiques dans la mesure où la société française aujourd'hui qui voit la République enterrée par la démocratie libérale, est conforme au projet giscardien.
Fini donc dès le début des années 80 au Rpr, le splendide isolement français en géopolitique, ainsi que la célébration de l'intervention de l'Etat, y compris en économie. Et à bien des égards aussi, fini le patriotisme des origines.
Fatalement donc, ce recentrage du Rpr vers la matrice libérale, laissa un boulevard, une place désormais inoccupée pour une formation se réclamant des principes originels de la cinquième république. On comprend dès lors le succès grandissant du Front, offrant une doxa oubliée par le Rpr puis l'Ump qui avait pourtant sa raison d'être, correspondant à une demande de la part d'une partie du corps électoral.
L'Ump aujourd'hui voit avec frayeur réapparaître l'ancienne fracture entre Udf (centristes droits représentés aujourd'hui par Alain Juppé, lorgnant vers l'Udi voire le Modem) et le Rpr, mouture initialement chiraquienne de droite, représentée par les sarkozistes. On comprend donc que les tendances centrifuges risquent fort d'être mortelles pour le grand parti de droite, duquel les Français de plus en plus se détournent.
Les ennuis à l'Ump ne font que commencer.

Alain Rebours

http://www.voxnr.com/cc/a_la_une/EupFVEFlkpXOglbwFQ.shtml