Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

  • L’IRAN ET LA COREE DU NORD, CHAUD, CHAUD DEVANT ….

    Unknown.jpg

    Le bloc-notes de Jean-Claude Rolinat

    Le Président Macron semble-t-il, a le « devoir de mémoire » sélectif. A Washington, il y a deux semaines, à l’invitation de Donald Trump, notre fringuant Président a sacrifié, bien sûr, aux traditionnelles cérémonies protocolaires. Mais on a pu observer avec regrets que s’il avait consacré beaucoup de temps pour honorer la mémoire de Martin Luther King, le célèbre pasteur militant de la cause des Noirs au profil tout de même assez ambigu, il n’avait pas daigné se rendre au mur du Vietnam veterans mémorial où sont gravés les noms des 58 000 combattants US morts pour défendre la liberté en Asie du Sud-Est, face à l’impérialisme des communistes vietnamiens.

    Des « papouilles » très démonstratives !

    Mais, une fois terminé le temps des agapes, des tapes dans le dos, des mains sur la cuisse et des embrassades à n’en plus finir, que reste-t-il de concret de cette visite d’Etat de l’autre côté de l’Océan ? ( Trump aurait pu montrer à son ami « Emmanouwel » à Mount Vernon, les cases où vivaient les esclaves de ce bon Monsieur Georges Washington, lequel combattit, on l’oublie trop souvent, dans les rangs de la milice anglaise contre les Français du marquis de Montcalm au Québec). Pas grand-chose en vérité, si ce n’est la confirmation que la France reste un zélé partenaire membre de l’Alliance Atlantique, alors que cette dernière n’a plus la même nécessité qu’à l’époque de la « Guerre froide ». Il reste des divergences sur au moins deux dossiers :

    - celui de la célèbre COP-21 et ses suites, la fameuse conférence sur les dérèglements climatiques qui prétendait être, par ses attendus, plus forte que la nature et redresser ses cycles immuables ;

    - le nucléaire iranien. A ce sujet il serait tout de même incongru qu’un seul signataire de l’accord passé avec Téhéran par cinq puissances majeures, fasse tout capoter. Rappelons que l’Iran s’est engagé à cesser d’enrichir son uranium à des fins militaires en échange d’une progressive levée des sanctions. On n’a pas demandé la même chose à l’Etat d’Israël qui dispose d’un arsenal nucléaire conséquent, lui assurant une domination géostratégique sur le Proche-Orient. Mais, tant que des pays lui contesteront le droit à l’existence, quelque part, n’est pas justifié ?

    Qui détient « La » vérité ?

    Il serait d’ailleurs scandaleux que les partenaires de l’ex-Empire perse puissent tenir compte des dernières élucubrations de Benyamin Netanyahu brandissant les « preuves » que l’Iran, malgré les contrôles de l’AIEA de Vienne et les observations satellitaires, continuerait à travailler, secrètement, sur la bombe. Où est la vérité en ce domaine ? Un bref rappel. L’Iran du Shah qui entretenait de bonnes relations avec l’Etat juif, s’est mué en un farouche ennemi des Sionistes dès la prise de pouvoir par Khomeiny et sa clique d’Ayatollahs. Le Président Ahmadinejad, prédécesseur de Rohani, - plus modéré dans son expression -, par ses prises de paroles malheureuses sinon scandaleuses, annonçant qu’il voulait détruire l’Etat hébreu, a poussé ce dernier dans l’intransigeance et dans une surenchère anti-iranienne meurtrière : assassinats de savants, sur terre et dans les airs*, sabotages divers et variés, lobbying actif pour isoler commercialement l’Iran etc… Légitime défense diront certains, simples mesures de précaution diront d’autres. Peut-être. Il n’en est pas moins vrai que les Israéliens ne plaisantent pas, et qu’il faut aussi se rappeler que leur aviation bombarda, en Irak ,les installations OSIRAK au grand dam d’un Saddam Hussein qui ne put, modestement, que riposter bien plus tard ,en lâchant quelques missiles SCUD sur la Terre Sainte pendant la première « Guerre du golfe ».

    La paix menacée ?

    Donald Trump aurait pris sa décision, encore qu’avec lui, il  faut attendre la contre-réaction à sa première prise de position, à savoir qu’il ne veut pas déplaire à ses alliés israéliens, - le tiendraient-ils par la barbichette ou serait-ce l’influence de son gendre ? -, et qu’il souhaite faire capoter l’accord en exigeant PLUS des Iraniens, ce que le régime de Téhéran par la bouche même de son ministre des affaires étrangères, Mohamed Javad Zarif, a d’ores et déjà refusé : « Si les Etats-Unis renoncent à l’accord de 2015, l’Iran reprendra plus vite que jamais son programme nucléaire ». Les accusations d’Israël dans ce scénario-catastrophe, viennent à point nommé pour dramatiser la tension, sauf qu’apparemment, ni les Français, ni les Britanniques, ni les Allemands dont le Parlement vient de condamner le raid américano-français sur la Syrie, encore moins les Russes, ne souhaitent cautionner ce schéma. L’Iran a besoin pour se développer d’une levée de l’embargo et il n’a pas d’autre choix, pour l’instant, que de s’exécuter et de respecter les clauses du traité, même s’il n’en pense pas moins. Nous, Français, nous avons besoin de retrouver notre place sur un marché de 80 millions d’âmes, notamment pour notre industrie automobile.

    Avec la Corée du Nord, le scénario iranien sera obsolète

    Si les USA se retiraient de l’accord, ou si l’Iran refusait d’avantages de concessions, nous reviendrions à la case départ, avec tous les risques que ce panorama géopolitique bouleversé comporterait : une course effrénée au nucléaire militaire, Iran, Turquie, Arabie Saoudite, Egypte cherchant à « avoir la bombe ». Et, en face, un Etat d’Israël le doigt crispé sur la queue de détente  au cas où….Dans cette région particulièrement explosive où toutes les haines et les rancœurs du passé se sont accumulées, Juifs contre Arabes, Sunnites contre Chiites, Kurdes contre Arabes et Turcs, Sémites contre Indo-Aryens, tous les raisonnements rationnels qui ont accompagné la confrontation entre les deux blocs durant la « Guerre froide » ne résisteraient pas aux pulsions des uns ou des autres. C’est dire s’il est urgent de neutraliser les « allumettes » ! Tel ne sera pas la tournure prise, par analogie, avec le dossier coréen. Kim-Jung-Un a réussi son coup : il détient l’arme suprême, il n’y renoncera pas, même si le gel provisoire des essais nucléaires et l’abandon, tout aussi temporaire de ses recherches balistiques, sont mis sur la table des négociations en échange d’une levée de l’embargo et de l’insertion de la Corée du Nord dans le concert mondial. Il a gagné la course dans le « rapport du faible au fort » théorisé jadis en France, par le général Gallois. La réunification n’est pour l’héritier de la dynastie des Kim qu’un hypothétique objectif, contrairement aux vœux à long terme du pacifiste Président Sud-Coréen Moon-Jae-In. Kim a vu ce qui est arrivé à Saddam Hussein et à Kadhafi. Il ne désarmera pas, même si sa panoplie ne s’enrichit plus, provisoirement. Aussi hermétique qu’inhumain soit son régime, il ne lâchera que l’accessoire pour conserver l’essentiel. A moins, à moins qu’une révolution de Palais ne l’emporte. Mais ça, c’est une autre histoire….

    * « L’avion, ce mystérieux tueur de célébrités », édité à l’Atelier Fol’Fer.

  • Éric Zemmour sur le Service national : « L’armée ne peut à elle seule corriger les renoncements d’une école qui, elle-même, croule sous les effets d’une invasion migratoire inouïe »

    Il ne faut pas se leurrer : le service militaire d’autrefois ne reviendra pas. Mais faut-il s’en plaindre ? Car l’armée ne peut à elle seule corriger les renoncements de l’école.

    (…)

    Il ne faut pas se leurrer: en dépit des annonces fracassantes, le service militaire ne reviendra pas. Les armées ont tant besoin d’argent pour renouveler armement et équipement qu’elles n’accepteront jamais de dépenser des fortunes pour former des conscrits innombrables, mais pour la plupart inutiles.

    L’armée ne peut à elle seule corriger les renoncements d’une école qui, elle-même, croule sous les effets d’une invasion migratoire inouïe depuis des décennies. Il n’est pas sûr d’ailleurs que le service militaire à la papa n’aurait pas, s’il avait été maintenu, révélé lui aussi crûment les fractures irrémédiables de la société française.

    Le Figaro

    http://www.fdesouche.com/1000077-eric-zemmour-sur-le-service-national-larmee-ne-peut-a-elle-seule-corriger-les-renoncements-dune-ecole-qui-elle-meme-croule-sous-les-effets-dune-invasion-migratoire-inouie

  • Grenoble lundi 14 mai, Centre Lesdiguières : conférence de Laurent Dandrieu, à ne pas manquer !

    Laurent Dandrieu, Rédacteur en chef des pages Culture de Valeurs actuelles, pour lequel il suit également l’actualité du catholicisme, auteur de plusieurs livres dont une biographie de Fra Angelico et un Dictionnaire passionné du cinéma, sera présent.

    Laurent Dandrieu s’est penché dans son dernier livre, « Eglise et immigration : le grand malaise » sur la complaisance manifestée par la hiérarchie catholique vis-à-vis de ce que le pape François lui-même qualifie d’invasion migratoire sans précédent.

    Dans sa conférence il démontrera l’impasse du discours catholique actuel sur l’immigration, qui semble demander aux fidèles de sacrifier leur attachement à leur patrie et à leur culture à un accueil inconditionnel de l’étranger.

    Impasse à la fois fatale à l’Europe, mais aussi à l’Eglise, qui accroît ainsi le gouffre qui la sépare désormais des peuples européens. Ce discours sur l’immigration étant contraire en plusieurs points à la doctrine catholique traditionnelle,

    Laurent Dandrieu montrera en quoi un autre discours catholique sur l’immigration est possible et urgent.  

    CONTACT

    centreslesdiguieres@laposte.net

    http://lafautearousseau.hautetfort.com/

  • AIDEZ SYNTHÈSE NATIONALE A SE DÉVELOPPER

    2018 05 SN AIDE.jpg

    BULLETIN DE SOUTIEN CLIQUEZ ICI

    BOUTIQUE EN LIGNE CLIQUEZ LÀ

  • ROMAIN ESPINO : LES GRANDS DÉFENSEURS DE LA LIBERTÉ D’EXPRESSION ET DE LA DÉMOCRATIE ONT DE CURIEUSES MÉTHODES

    Les comptes Facebook et Instagram de Génération identitaire ont été suspendus après une campagne massive de signalement. Génération identitaire a fait appel et étudie les procédures par voie d’avocat. C’est ce que révèle Romain Espino, son porte-parole – qui a fait lui-même l’objet d’une violente campagne de dénonciation personnelle sur les réseaux sociaux – à Boulevard Voltaire.

     porte-parole Génération Identitaire

    http://www.bvoltaire.fr/grands-defenseurs-de-liberte-dexpression-de-democratie-ont-de-curieuses-methodes/

  • L'inutile violence des Black Blocs

    black machin.jpg

    Le billet de Patrick Parment

    On pourrait souscrire au combat anticapitaliste des Black Blocs si d’aventure leur violence débouchait sur une prise de pouvoir. Or, c’est loin d’être le cas. La violence fasciste comme celle des nazis dans les années 1920 a débouché sur une prise de pouvoir parce qu’elle reposait avant tout sur le soutien du peuple. On omet trop souvent de rappeler que Mussolini comme Hitler ont pris le pouvoir le plus légalement du monde.

    La situation est tout autre aujourd’hui et ces nigauds de Black machins qui rêvent de je ne sais trop quel lendemain qui déchante sont très en retard sur la violence qu’exerce le libéralisme sur le corps social. Et l’apparent régime démocratique qui nous gouverne masque mal la réalité ploutocratique de ce pouvoir.

    Cette violence sociale a d’autant plus de facilité à s’exprimer que la société de consommation a détruit la solidarité des communautés naturelles et l’homogénéité du peuple. Au sein d’un paysage social littéralement dévasté, fragmenté et en partie communautariste, le libéralisme a tout lieu d’imposer sa loi d’airain.

    Le vrai problème, ce n’est pas la violence aussi désuète qu’inutile des Black machins, c’est de savoir comment, au sein de cette société dite libérale, un peuple reprend son destin en main.

    http://synthesenationale.hautetfort.com/

  • Lier le versement des fonds européens au respect des valeurs européennes ? Il ne va plus rester grand monde

    6a00d83451619c69e20223c847fc2e200c-800wi.pngD'Olivier Bault sur Réinformation.tv :

    "La Commission européenne, soutenue par certains pays (France, Allemagne, Italie…) s’apprête à provoquer une nouvelle crise majeure dans l’UE. [...] Il s’agit pour la Commission européenne non élue de lier le versement des fonds européens dans le cadre du budget pluriannuel qui sera décidé pour les années 2021 à 2027 au respect de l’état de droit et des valeurs européennes.

    La Commission va faire connaître la version définitive de ses propositions lors du lancement officiel des discussions sur le prochain cadre budgétaire le 2 mai prochain. Un tel pouvoir arbitraire pour les instances européennes n’étant pas prévu dans les traités européens, ceux-ci sont contournés en expliquant qu’il s’agira par exemple de suspendre le paiement des fonds européens aux pays où l’indépendance de la justice ne sera pas garantie et ou l’on ne peut donc pas être sûrs que ces fonds ne seront pas dévoyés par des politiciens corrompus. Qui pourra juger de l’indépendance de la justice dans un pays de l’UE ? Ce pourrait être un vote à la majorité du Conseil européen sur demande de la Commission, une nouvelle instance « indépendante » ou bien la seule Commission. Dans tous les cas, il s’agirait de contourner l’exigence d’un vote à l’unanimité prévu pour imposer des sanctions à un pays membre en vertu de l’article 7 du Traité sur l’UE. Il ne serait plus questions de priver de ses droits de votes un État, qui ne respecterait par exemple pas les « valeurs européennes » de la majorité en refusant d’accueillir son quota d’immigrants, mais de le faire chanter en lui supprimant les fonds. Les premiers visés sont bien entendu les pays de l’ex-Europe de l’Est qui sont aujourd’hui les premiers bénéficiaires des fonds de cohésion. Néanmoins, d’après la commissaire Jourová, qui répondait en février aux objections du ministre des Affaires étrangères polonais, les agriculteurs français pourraient tout aussi bien se voir privés des subventions agricoles en cas de victoire du Front national aux élections. Il s’agit donc bien, sans changer les traités, de donner aux instances européennes un pouvoir arbitraire visant à limiter la démocratie et la souveraineté des nations.

    Autre changement voulu par la Commission, les fonds de cohésion ne dépendraient plus des seuls critères de retard économique des régions bénéficiaires mais aussi à d’autres critères comme l’accueil des immigrants, ce qui permettrait de rediriger vers des pays comme la Grèce, l’Italie et l’Espagne (et, pourquoi pas, la France et l’Allemagne) une partie des fonds qui bénéficiaient jusqu’ici aux pays de l’ex-Europe de l’Est, plus pauvres. Ces nouveaux principes sont proposés dans le contexte d’un budget qui sera réduit de 5 à 10 % par rapport au budget actuel du fait de la sortie du Royaume-Uni de l’UE.

    La bataille autour du prochain budget pluriannuel de l’Union européenne promet donc d’être rude. Si les propositions de la Commission devaient l’emporter, parions que ce ne sera rien par rapport aux futurs conflits que générera la suspension des fonds aux pays à propos desquels des autorités non élues décideront qu’ils ne respectent pas leur propre état de droit ou bien les « valeurs européennes » du type « accueil des migrants » ou bien du type de celles promues par le lobby LGBT. Un tel instrument aux mains de la Commission permettrait en effet à Timmermans, qui s’y est dit favorable, de chercher à imposer le « mariage gay » à tous les États membres de l’UE."

    http://lesalonbeige.blogs.com/my_weblog/2018/05/lier-le-versement-des-fonds-europ%C3%A9ens-au-respect-des-valeurs-europ%C3%A9ennes-il-ne-va-plus-rester-grand-.html

  • Jihad : une quinzaine de terroristes ont déjà été jugés et libérés

    5208167.jpg

    Selon le Centre d’analyse du terrorisme, 93 ressortissants français revenus de la zone irako-syrienne ont été jugés. Parmi eux, une quinzaine ont déjà été libérés.

    La menace terroriste en France est loin d’être écartée. Au contraire. Avec le retour de nombreux combattants sur le territoire, les experts ont alerté sur le risque qu’ils représentent pour la sécurité nationale. Surtout que l’organisation terroriste Daesh appelle ses combattants à frapper l’Occident.

    Lire la suite sur ContreInfo

  • Collomb, l’incapable, par Guy Rouvrais

    colomb_9105_CHARD.jpg

    9106-20180505.jpgGérard Collomb est devenu ministre de l’Intérieur uniquement parce qu’il fut le premier socialiste à se rallier à Emmanuel Macron alors même que l’élection de ce dernier restait hypothétique. C’est la récompense de cette promptitude, et nullement quelque compétence que ce soit, qui lui a valu ce poste ministériel régalien, contrairement aux « experts » choisis par le chef de l’Etat pour d’autres maroquins. Pour Collomb, professeur de lettres classiques, c’est sa première expérience ministérielle, lui-même croyait qu’être maire de Lyon constituait son bâton de maréchal. Et voilà ce terne personnage sans envergure propulsé place Beauvau ! Mardi, le maintien de l’ordre à Paris relevait donc de sa responsabilité. Or, une horde de 1 200 émeutiers, des « black blocs », chiffre sans précédent, a dévasté une partie de la capitale. Et la police, soumise aux directives du ministre, a été incapable de les en empêcher. Nous voulons rétablir l’ordre et la paix en Syrie et au Mali et voilà que nous sommes incapables de circonvenir, à Paris, 1 200 casseurs !

    Il n’y avait pourtant pas d’effet de surprise, les syndicats avaient été prévenus par la police de la présence de ces voyous anarchistes. Collomb nous dit maintenant qu’il en attendait 500 – comme d’habitude ! – et qu’ils furent plus du double, laissant entendre que, moins nombreux, il aurait maintenu l’ordre. Qui peut le croire ? Des arrestations préventives n’étaient pas possibles dans l’état actuel de notre droit, nous dit-on. Ah bon ? Quel scrupule ! Des manifestants dans le cadre de la très pacifique Manif pour tous se souviennent, eux, que la police, suivant les directives de Valls, prédécesseur de Collomb, ne se gênait pas pour les interpeller à la sortie du métro au seul motif qu’ils arboraient un sweat-shirt de la Manif pour tous.

    Au demeurant, il y a une loi en vigueur depuis 2011 interdisant « la dissimulation du visage dans l’espace public » qui ne s’applique pas qu’au voile islamique. Sur cette base-là, il était possible d’interpeller, en amont, les cagoulés, dès qu’ils mettaient la cagoule. Il y avait, parmi ces barbares gauchistes, nombre d’étrangers, des Allemands, des Néerlandais, etc., que le contrôle de nos frontières, voire leur fermeture, aurait permis d’empêcher de pénétrer sur notre territoire, la plupart étant déjà fichés. Mais le dogme européen de la libre circulation des personnes nous l’interdit, nous devons laisser notre porte ouverte aux voyous venus d’ailleurs.

    Les policiers et les gendarmes mobiles ont dû attendre les ordres pendant 45 minutes avant d’intervenir, laissant ainsi aux émeutiers le temps d’accomplir leurs exactions. C’est pourquoi l’annonce par Gérard Collomb que la prochaine fois – car prochaine fois il y aura – il déploiera davantage de policiers n’a aucun intérêt si c’est pour qu’ils restent l’arme au pied un long moment en attendant le feu vert d’en haut. On dit que le chef de l’Etat – en Australie à ce moment-là – ne voulait pas voir d’images de membres des forces de l’ordre matraquant les pseudo-« manifestants ». Il a vu d’autres images, bien pires, quoiqu’il ait autre chose à faire, a-t-il dit, que regarder la télévision. Peut-être aura-t-il le temps, entre deux voyages, de demander la démission d’un ministre de l’Intérieur fidèle mais incapable.

    Guy Rouvrais

    Article paru dans Présent daté du 3 mai 2018

    https://fr.novopress.info/

  • "INTERNATIONALISTES", "ALTERMONDIALISTES", "MONDIALISTES" : LEURS OBJECTIFS SONT LES MÊMES !

    2018 05 GAUCHISTES.jpg

    Aujourd'hui, le choix est simple : soit on accepte le mondialisme avec tout ce que cela représente, à savoir la destruction des nations, des civilisations et des identités... soit on le refuse et on se bat aux côtés des nationalistes et des identitaires.

    Les gauchistes, rebaptisés "black bloc", veulent finalement exactement les mêmes choses que les tenants de la finance apatride puisqu'ils préconisent eux aussi la destruction des nations et le brassage généralisés des populations. Ils ont aussi une particularité, c'est qu'ils sont totalement manipulés puisqu'ils servent benoitement, en se livrant à une violence inconsidérée, les intérêts du pouvoir en place.

    De plus, la grotesque campagne menée depuis quelques jours par les média et certains politicards sur le retour style Mélenchon visant à assimiler les courageux militants identitaires qui ont dénoncé récemment, dans les Hautes-Alpes, l'incapacité (ou le manque de volonté) du gouvernement d'arrêter l'immigration clandestine aux casseurs parisiens, montre la duplicité des valets du Système.

    Il n'y a que les naïfs pour voir en Mélenchon et sa clique les "insoumis" qu'ils prétendent être. Comme toujours ces prétendus révolutionnaires ne sont que les petits serviteurs de la finance. "Casseurs altermondialistes", "insoumis internationalistes" ou "banquiers mondialistes", leurs objectifs sont les mêmes.

    L'un des premiers devoirs de l'Etat nationaliste et populaire que nous voulons édifier sera de dissoudre toutes ces bandes de thuriphéraires de l'anti-France.

    Synthèse nationale

    Tract à imprimer et à diffuser cliquez ici

  • Ceux qui vivent ce sont ceux qui luttent

    caspar-david-friedrich.jpgBruno Gollnisch évoquait dans sa toute récente vidéo d’actualité la censure par le ministère des Armées du site de son ex collègue à l’université de Lyon, le très réputé africaniste Bernard Lugan, les ordinateurs de nos militaires ne pouvant plus accéder à celui-ci. Il est reproché à M. Lugan non pas la mise en ligne de fakes news mais au contraire la véracité de ses analyses. Dans le même ordre d’idée, c’est la page Facebook de Génération Identitaire (GI)  qui vient d’être fermée arbitrairement et sans autre forme de procès, sous les applaudissements des très liberticides commissaires politiques de la Licra… et de Frédéric Potier, délégué interministériel à la lutte contre le racisme, l’antisémitisme et la haine anti-LGBT. Comme l’a relevé le salon beige   le 2 mai, l’action de GI au col de l’Echelle scandalise nos politiques et nos médias… mais  nos  autorités morales  ont été beaucoup plus discrètes, voire aphones,  sur le viol il y a quelques jours  d’une octogénaire à Lyon par  un immigré clandestin maghrébin.

    Dans ce climat de répression des vérités dissidentes à la pensée unique, le secrétaire d’Etat aux Relations avec le Parlement et délégué général de LREM,  Christophe Castaner,  reprend les vieilles recettes bien démagos  du président Giscard d’Estaing pour annoncer qu’il entend s’inviter chez les Français – le casting ne devra bien  sûr rien au hasard.  Il souhaite avec ce coup de com’ dit-il,  « prendre le pouls du pays ». Mais M. Castaner  a avoué au Figaro  qu’il partait pour ses «trois jours d’immersion, à l’écoute des Français » avec déjà la réponse à ses questions : « La situation de la France mi-2017 était celle d’une fracture intégrale. Ces fractures ne sont pas nouvelles, et on ne les a pas radicalisées. Au contraire, notre pays va mieux (…).  Les Français expriment des impatiences, mais cela ne ressemble pas à la violence dont on nous parle », a t-il expliqué. Impatiences ? On a décidément le sens de la litote ou de l’euphémisme chez les macronistes….

    Violente impatience, ou violence  tout court  qu’Emmanuel Macron  a reproché pour le coup aux mélenchonistes depuis l’Australie,  rapporte encore Le Figaro  Le chef de l’Etat réagissait  aux dégradations, incendies  et destructions  qui ont émaillé le défilé syndical parisien du 1er mai : « Je n’ai aucune indulgence pour la grande violence ou les tenants du désordre, a-t-il fustigé, évoquant notamment des  pyromanes indignés.  Je pense qu’il y a beaucoup de gens qui veulent rejouer la partie démocratique, ils n’ont jamais accepté la défaite (…). Ils aiment la démocratie quand ils gagnent , a-t-il glissé, s’en prenant implicitement à La France insoumise de Jean-Luc Mélenchon(…). Mélenchon dit que ce sont des casseurs d’extrême droite (celui-ci a ensuite confessé son erreur, NDLR): faux. Il ne faut pas travestir la réalité. C’est l’extrême gauche », a noté M Macron.

    Pour être tout à fait honnête, il s’agit tout de même de relever, comme l’ont fait  les spécialistes de l’ultra gauche , que les racailles  Black blocs, héritiers directs des casseurs des années 70-80, et comme eux, aujourd’hui encore plus qu’hier, sans assise populaire,  n’ont aucune sympathie pour LFI et Mélenchon. Hostilité,  animosité qu’ils vouent aussi aux  syndicats pour les mêmes raisons – à l’exception peut-être tout de même de la CNT … - qu’ils accusent de castrer, d’encadrer, de contrôler  pour la rendre impuissante la  contestation radicale du capitalisme. Cette mouvance anarchisante par essence, sans structure bien définie, est composée d’activistes  et non  de militants (terme qu’ils abhorrent du fait de leur détestation  des partis et des embrigadements), et est idéologiquement plus proche de l’internationale  situationniste (auto-dissoute en 1972),   d’un Guy Debord,  que de l’extrême gauche trotskyste ou léniniste classique. 

    Ajoutons que les  critiques à gauche  d’un Mélenchon ou d’un Philippot  sur l’incapacité de ce gouvernement non décisionnaire,  puisque  les réformes qu’ils promulguent (loi travail, réforme de la SNCF…)  sont pilotées, imposées  depuis Bruxelles,  et donc sans marge de manœuvre  pour  négocier avec les syndicats,  sont assez fondées. Comme le sont  aussi les analyses qui font remarquer que le verrouillage de l’Assemblée par une forte majorité de députés godillots LREM, l’absence à gauche (pour l’instant?) d’une opposition forte et dynamique au macronisme,  conduit les plus désespérés et énervés vers les plus enragés, vers la radicalité, la marginalité violente. Phénomène préoccupant qui n’est pas sans  rappeler celui qui a émergé dans l’Italie des années 70, celles  des sombres « années de plomb ».  Vu de (l’extrême) droite  et pour ceux que cela intéresse,   il est loisible de  lire avec intérêt  sur cette période (de grande manipulation)  les  témoignages d’un  Giorgio Freda ou d’un  Gabriele Adinolfi…

    Dans ce climat délétère, la ferme et franche révolution patriotique, mais pacifique et démocratique, prônée par le FN, celle des peuples et des nations d’Europe qui recouvrent la maîtrise  de leur souveraineté, de leurs libertés,  le contrôle de leur destin économique, social, identitaire,  est le seul  moyen de sortir par le haut, de répondre aux crises et aux menaces actuelles.

    Sur le site atlantico l’historien Edouard Husson, s’arrête sur le 1er mai de Marine Le Pen et des partis nationaux européens  à Nice. Il voit dans cette réunion la volonté de la présidente du FN de préparer d’ores et déjà les élections  européennes de 2019, de  «  redonner corps à l’idée qu’elle est la première opposante à Emmanuel Macron. Au moment où Mélenchon est peu audible face aux syndicats et aux manifestations, Marine Le Pen utilise le thème européen pour développer un discours d’opposition politique maximale. Il est très probable que Laurent Wauquiez sera en position de faiblesse, puisqu’il ne sera pas assez européiste pour la gauche des Républicains et pas assez souverainiste pour ceux qui souhaitent l’union des droites dans son camp. Il risque d’être pris en étau entre Macron et Marine Le Pen. Cette dernière a sans doute un seul objectif, implicite, lors des élections européennes, réduire Wauquiez à l’insignifiance. Cela lui faciliterait la préparation de la présidentielle. » Objectif qui est surtout, et de prime abord,  de fédérer, de libérer  toutes les énergies qui à droite, hors des oukases de sa composante macrono-compatible  et/ou mondialiste, entendent  faire alliance avec l’opposition  nationale pour bâtir  une alternative politique gagnante.

    Un mot encore sur un  commentaire  de M. Husson,  pour le moins polémique,  quand il affirme que  « le caractère peu recommandable de certaines composantes du rassemblement (des partis européens alliés au FN, NDLR)  se reflète dans le terme  helléno-chrétien  utilisé par la présidente du Front National ; elle n’ose pas dire  judéo-chrétien  là où se pointent le FPÖ post nazi ou le Vlaams Block compagnon de route de l’occupant durant la Seconde Guerre mondiale » - précisons que le Vlaams Block n’existe plus depuis 2004,  il s’appelle désormais le Vlaams Belang. 

    Ce sont là des fariboles, des raccourcis, des  affirmations qui ne correspondent pas à la réalité. Notre blogue lui même utilise le terme « hélleno-chrétien » non par une quelconque  hostilité envers les  juifs  mais parce que  les racines spirituelles, morales de notre civilisation européenne ne sont pas  uniquement à chercher  dans la Bible. Elles puisent aussi dans l’humus du  monde antique, grec notamment,  où s’est élaboré   une  vision du cosmos, esthétique,  de l’homme, de la cité,  du sacré qui  a également profondément nourri  ce que nous sommes nous , Français et  Européens.

    Dans cet âge de fer, formidablement incertain et lourd de dangers,  le rappel  des qualités et de la force du   génie Hellène  relève aussi d’une saine pédagogie: «  Dans l’ordre de l’esprit comme dans celui des rapports humains, la Grèce archaïque et classique, illustre bien le mot de l’un de nos poètes: ceux qui vivent ce sont ceux qui luttent. Aux yeux des Grecs en effet, la qualité majeure de l’homme n’est pas l’intelligence, chez eux si répandue, mais le courage dont le nom dans leur langue, arété, comme virtus en latin, a pris le sens général de vertu » (François Chamoux, La civilisation grecque). Alors,  efforçons nous d’être vertueux!

    https://gollnisch.com/2018/05/04/ceux-qui-vivent-ce-sont-ceux-qui-luttent/

  • UN AN APRÈS LE DÉBAT AVEC EMMANUEL MACRON : MARINE LE PEN PEUT-ELLE ENCORE REBONDIR ?

    2048x1536-fit_marine-le-pen-lancement-du-collectif-usagers-de-la-sante-par-le-rassemblement-bleu-marine-en-1550x660.jpg

    24ec62c3705f165c45cada17f039cf3b.pngIl y a tout juste un an, entre les deux tours de l’élection présidentielle, le débat qu’on sait opposait Emmanuel Macron et Marine Le Pen. Depuis, le paysage politique français a connu un bouleversement inédit, avec la quasi-disparition des écologistes, des communistes et des socialistes. L’opposition de gauche est désormais la chasse gardée de Jean-Luc Mélenchon, tandis qu’une grande partie des électeurs et élus de droite ont rejoint La République en marche, les autres tentant vaille que vaille de faire survivre Les Républicains emmenés par Laurent Wauquiez. Et Marine Le Pen ?

    La présidente du Front national, après avoir léché ses plaies, peine manifestement à remettre de l’ordre au sein d’un mouvement qui devrait être prochainement rebaptisé Rassemblement national. Sur sa gauche, elle doit composer avec le départ de Florian Philippot et, sur sa droite, celui de Marion Maréchal-Le Pen. Après le demi-échec des législatives, les élections partielles ont confirmé la tendance à la baisse. Bref, une dynamique s’est objectivement brisée : Marine Le Pen n’incarne plus le même espoir qu’en 2017. Pour autant, elle est toujours là, et bien là ; dans les sondages, tout au moins.

    Certes, celui de l’institut YouGov, commandé par CNews et Le Huffington Post, la place en avant-dernière position, juste devant Manuel Valls, en queue de peloton des personnalités préférées des Français, avec seulement 15 % d’opinions positives, soit trois points de moins que le mois dernier. Pis : seuls 66 % des sympathisants « d’extrême droite » lui maintiendraient leur confiance. Un pourcentage que vient, néanmoins, nuancer un recul de deux points des opinions négatives, qui retombent à 48 %. Et Le Huffington Post de titrer avec gourmandise : « Marine Le Pen au fond du trou après le débat d’entre-deux-tours ».

    Un autre sondage vient pourtant doucher ce bel enthousiasme, celui de l’IFOP, commandé par Paris Match à la mi-avril dernier et déjà commenté en ces colonnes. Là, il n’est plus question de « popularité », notion politiquement très vague, mais d’intentions de vote en cas d’élection présidentielle. Dans toutes les configurations, avec 23 %, Marine Le Pen concourrait de nouveau au second tour, avec même deux points de plus que l’année dernière. Quant à Laurent Wauquiez, il devrait, lui, se contenter de seulement 8 % des suffrages.

    Ce qui signifie que, malgré les turbulences, le Front – ou Rassemblement ? – national demeure incontournable. Ce qui n’a rien d’étonnant, les problèmes ayant contribué à son ascension n’ayant pas disparu par magie. L’autre élément favorable est la stratégie menée par Laurent Wauquiez. D’un côté, il singe le discours lepéniste, ce qui fait fuir les électeurs « modérés » de l’ancienne UMP dans les bras de LREM. De l’autre, il exclut toute velléité d’alliance avec Marine Le Pen, désespérant ainsi sa frange « réactionnaire ». Face, il perd ; pile, elle gagne…

    Dans le même temps, en refusant de condamner en bloc les actuels mouvements sociaux, Marine Le Pen ne perd pas les voix de gauche que Florian Philippot lui avait apportées. En cherchant des alliances à droite, avec Nicolas Dupont-Aignan, mais aussi, désormais, avec Thierry Mariani, elle se taille ce nouvel espace qu’elle n’avait pas pu, ou pas su, trouver durant la campagne présidentielle.

    De son côté, Emmanuel Macron, malgré ses appels du pied aux électorats conservateur, rural et catholique, nonobstant quelques réformes de bon sens – retour de la méthode syllabique à l’école – et un style tranchant agréablement avec celui de ses prédécesseurs, n’en demeure pas moins l’homme stigmatisé par Marine Le Pen lors de ce fameux débat : celui d’une France déterritorialisée et considérée comme simple « open space » pour « start-up » nation.

    Alors, si Marine Le Pen a perdu quelques cœurs, elle démontre sa capacité à gagner les cerveaux. Lesquels paraissent être, aujourd’hui, plus nombreux qu’hier, toujours à en croire ces mêmes sondages. Pas mal, pour quelqu’un donné pour être « au fond du trou ».

     Journaliste, écrivain
  • Livraisons de S300 russes à Damas ou la subtile diplomatie de Poutine

    Missiles russes sol-air S300  

    3034693255.pngPar Antoine de Lacoste

    La Russie a annoncé il y a quelques jours la livraison de missiles sol-air S300 à l’armée syrienne.

    Au premier abord cette nouvelle est logique : face à la dernière agression américano-franco-anglaise contre la Syrie, le Kremlin décide de renforcer la défense aérienne de son allié afin de décourager toute nouvelle tentation belliqueuse.

    La défense anti-aérienne de la Syrie n’est certes pas catastrophique comme l’a prouvé la destruction en vol de plus de 70 des missiles américains lancés vers Damas et Homs. De plus, chacun a encore en mémoire la destruction d’un F16 israélien en février dernier à la suite d’un énième raid en Syrie de l’aviation de l’Etat hébreu. C’était la première fois depuis trente ans qu’Israël perdait un avion.

    Depuis, celle-ci ne s’y est d’ailleurs plus risquée et la dernière attaque contre une base syrienne s’est faite depuis le Liban, l’aviation israélienne se gardant bien de s’aventurer à nouveau dans le ciel syrien. On notera à ce propos que ces violations répétées de l’espace aérien de ses voisins par Israël n’émeuvent pas beaucoup les pays occidentaux : il semble aujourd’hui acquis qu’Israël se situe au-dessus du droit international…

    La livraison de ces S300 est en fait une vieille histoire. Voilà plusieurs années que Damas les espère et qu’Israël les redoute. C’est d’ailleurs à la demande de l’Etat hébreu que Poutine a accepté à plusieurs reprises d’en différer la livraison. La diplomatie de Poutine est très différente de celle du monde occidental qui ferait bien parfois de s’en inspirer : pas de leçons de morale et les dirigeants ne sont pas classés en bons et en méchants ; il y a des alliés que l’on ne lâche pas, mais on parle avec tout le monde, même à ceux qui attaquent son allié. Nous sommes loin des postures idéologiques des Américains et des Européens.

    Mais aujourd’hui la donne a changé et cette annonce est une réponse envoyée à la coalition. Que les Occidentaux continuent à prendre pour argent comptant toute provocation d’attaque chimique en Syrie doit engendrer une parade. Il serait d’ailleurs intéressant de savoir qui finance ces fameux casques blancs, toujours présents dans les grands moments de manipulation et parfaitement relayés par les medias occidentaux.

    Cela étant, ce n’est pas Poutine lui-même qui annoncé cette livraison, ce qui signifie qu’un différé est encore envisageable.

    Un autre élément important est à noter : les bases russes de Tartous et Hmeimim sont dotées de missiles S400, extrêmement performants. Il n’a jamais été question que les bases syriennes en soient dotées : les Israéliens en feraient un casus belli et donc les Américains aussi. Avec les S300, nous sommes à la lisière.

    Poutine sait jouer aux échecs mais ne veut mettre personne mat, hormis les islamistes bien sûr.

    C’est grâce à cette subtile diplomatie qu’il est aujourd’hui le seul chef d’Etat qui peut parler avec tous les acteurs du dossier syrien. 

    Retrouvez l'ensemble des chroniques syriennes d'Antoine de Lacoste dans notre catégorie Actualité Monde.

    http://lafautearousseau.hautetfort.com/

  • Vichy samedi 5 mai, conférence de François Bert au Cercle Gustave Thibon. A ne pas manquer !

  • Éric Zemmour évoque la “fracture croissante” au sein du catholicisme européen

    markus-soder-le-ministre-president-de-baviere-ce-n-est_2794227_667x333-600x300.jpg

    Le très conservateur État régional allemand de Bavière est au cœur d’une polémique après sa décision d’imposer des crucifix dans les halls d’entrée de ses bâtiments publics en signe de “reconnaissance de son identité”.

    Aujourd’hui, quand le ministre-président de la Bavière annonce qu’il va mettre les mêmes crucifix dans tous les lieux publics, c’est l’archevêque de Munich lui-même qui dénonce cette décision.
    Si l’Église ne défend pas le symbole de la religion chrétienne, qui le fera ? Est-ce que les pays musulmans enlèvent le croissant de leurs drapeaux ? Est-ce qu’Israël enlève l’étoile de David du sien ?

    Le paradoxe est que les crucifix dans les lieux publics choquent beaucoup plus les laïques que les musulmans. La plupart d’entre eux considèrent que l’Europe est une terre chrétienne, comme les pays arabes sont une terre musulmane.

  • Ces catholiques qui ont peur du conflit

    6a00d83451619c69e20224df2f9a4a200b-200wi.jpgExtrait de l'éditorial de Philippe Maxence dans l'Homme Nouveau, à propos du discours d'Emmanuel Macron aux Bernardins :

    "[...] Connu comme le pape du ralliement, Léon XIII n’a eu pourtant de cesse (cf. l’encyclique Diuturnum) de dénoncer le « droit nouveau » issu de la modernité et de sa traduction politique qu’est la Révolution française. Parce qu’hégémonique, ce « droit nouveau » a- t-il rendu illégitimes et caduques toute contestation et toute opposition à ce qu’il est et à ce qu’il représente ? À vrai dire, la question n’est même pas posée par les représentants actuels du catholicisme et c’est là tout le problème.

    Alors que l’on se gargarise facilement aujourd’hui de paroles et de gestes considérés comme « prophétiques », pourquoi n’entendons-nous toujours pas cette forte parole du pape Léon XIII : « Les théories modernes sur le pouvoir politique ont déjà causé de grands maux, et il est à craindre que ces maux, dans l’avenir n’aillent jusqu’aux pires extrémités. »

    Nous y sommes et à plus soif ! D’où la simple question : à quand la réévaluation de notre rapport au « droit nouveau » et à ses conséquences ? À bien considérer, il y a là une tâche bien plus urgente que de recevoir le Président de la République, avec le risque de tomber non seulement dans une action de récupération mais plus encore d’intégration-dilution dans la République idéologique.

    Sous prétexte de réalisme, nous ne cessons de redire que nous sommes minoritaires. Et, c’est exact ! Pour autant, ce constat doit-il entraver tout combat en faveur de la vérité ? Et l’idée même de combat ? Croyons-nous encore seulement que la vérité existe et qu’elle n’a rien à voir avec le consensus ? Déjà Péguy pouvait écrire en son temps : « Parce qu’ils n’ont pas le courage temporel, ils croient qu’ils sont entrés dans la pénétration de l’éternel. » Depuis longtemps maintenant, nous sommes en fait des dhimmis de la modernité et de la laïcité. Nous espérons encore ne pas connaître une autre « dhimmitude ». Mais éviter l’une n’empêche nullement de sortir de l’autre."

    http://lesalonbeige.blogs.com/my_weblog/web.html

  • ALEXANDRE LANGLOIS : LES CONSIGNES DONNÉES À NOS COLLÈGUES CRS ONT ÉTÉ - « S’IL Y A DE LA CASSE, LAISSEZ CASSER… »

    f0dba3cf7be32f6eb5878a79b1a4a1f4.png

    Après les violences de mardi en marge des défilés de la fête du Travail, l’heure est aux interrogations : qui sont ces fameux Black Blocs ? Comment un rassemblement de 1.200 personnes connues pour leur grande violence a-t-il pu échapper aux services de renseignement ?

    Au vu des consignes qui ont été données aux forces de l’ordre, Alexandre Langlois soupçonne un laisser-faire selon la méthode bien connue de décrédibilisation des mouvements s’opposant aux réformes du gouvernement : les casseurs sont les idiots utiles qui détournent l’attention du débat de fond.

    Paris a été mis à feu et à sang à l’occasion du traditionnel défilé du 1er mai avec la présence d’un millier de militants Black Blocks situés à l’extrême gauche.
    Comment cela a-t-il pu se produire ?

    Cela a pu se produire parce que les consignes de la Préfecture de police étaient de laisser casser. Ce sont les consignes que nos collègues CRS ont reçues en début de journée : « s’il y a de la casse, laissez casser ».
    Ce ne sont que des suppositions, mais on peut considérer qu’une fois de plus les mêmes techniques que celles employées pour la manifestation de la loi travail ou encore plus intérieurement sur les Manifs pour tous. Il s’agit de discréditer tout mouvement contraire à ce que le gouvernement souhaite faire passer en laissant les casseurs et des idiots utiles faire leur action afin de détourner l’attention. Cela évite ainsi d’avoir un débat de fond.
    Concernant la manifestation d’hier, les services de renseignements avaient été précis. Ils savaient qu’il y aurait plus de personnes de ce type que d’habitude en tête de cortège. Aucune mesure n’a été prise en conséquence pour les intercepter avant qu’elles ne se rassemblent en un groupe de 1200.

    Vous critiquiez encore récemment l’utilisation politique de la Police.
    Est-on encore dans ce cas de figure là ?

    Ici, cette utilisation serait indirecte. Pour la com politique, on n’utilise pas la Police.
    Une fois de plus nos collègues sont contraints de subir des attaques de personnes présentes dans une manifestation illégale. Quant aux manifestants, ils ne peuvent pas faire passer leurs propositions et leurs revendications, car elles sont détournées sur des sujets de violences et des images-chocs.
    Une fois de plus, la police n’est donc pas utilisée pour l’intérêt collectif, mais pour des besoins de communication.

    On a du mal à comprendre comment un rassemblement de 1200 militants connus pour leur violence aurait pu échapper aux renseignements ? Il ne peut y avoir qu’une volonté délibérée de laisser faire…

    Il y a forcément une volonté. On ne peut pas laisser une situation comme celle-là se dérouler. Les services de renseignements avaient très clairement défini qu’ils seraient beaucoup plus nombreux que d’habitude. La note était sur le bureau du préfet de police la veille de la manifestation.
    Comme la plupart des manifestants sont clairement identifiés, on pourrait les interpeller par petits groupes, car ils n’arrivent pas à 1200 en bloc. Cela n’a pas été fait.
    Une fois de plus les consignes sont claires. Elles n’ont pas changé depuis des années. Le président de la République a été formé à l’école de monsieur Valls et de monsieur Hollande qui avaient une sacrée longueur d’avance dans ce détournement des missions.

    Ces Blacks Blocs seraient des groupes d’extrême gauche pour les uns et, pour Jean-Luc Mélenchon, ils seraient plutôt une agitation de gens venus de l’extrême droite.
    D’après vous, qui sont ces militants ?

    C’est très difficile à savoir. C’est un amalgame de plein de choses. Le plus gros bataillon serait des gens du mouvement anarchiste autonome anti-fa. Mais, il y a aussi des jeunes des quartiers défavorisés qui veulent se donner de l’adrénaline. Parfois, on y retrouve des hooligans étrangers, car ils savent qu’en France, il est permis de tout casser alors que ce n’est pas possible dans leur pays.
    De façon générale, ce sont surtout des gens des bords extrêmes de la manifestation en cours. Pour les manifs pour tous, c’était plutôt des personnes des blocs identitaires.
    Malheureusement, à chaque fois, ce sont des idiots utiles qui ne font que servir la soupe au gouvernement, car ils détournent le message que les manifestants veulent faire passer.

    Vous êtes à la tête du syndicat VIGI. À l’issue de cette manifestation quelles sont vos revendications ?

    Mes revendications n’ont pas changé depuis trois ans. Dès qu’il y a un trouble à l’ordre public ou un rassemblement illégal, il faut qu’il soit dispersé immédiatement. Cela permet à la fois d’éviter les coups et blessures sur nos collègues et d’agir dans un espace serein, c’est-à-dire face à des petits groupes plutôt qu’à un bloc complètement constitué. Cela évite les dégradations et permet aux gens de manifester tranquillement. Ce contexte rassure et augmente le taux de participation des manifestations.
    Il faut laisser la Police faire son travail et assurer la liberté d’expression sur l’espace public.

     Secrétaire Général du syndicat de police VIGI
  • La France outragée, brisée, martyrisée (Macron se rend à Canossa)

  • Washington joue toutes ses cartes en Syrie

    Le plan diabolique US est de regrouper des forces, turques, kurdes, sionistes, Daech, Nosra, pays arabes pour torpiller la sécurité du pays

    zarei1.jpgSaadollah Zareï, professeur en sciences politiques à l’Université Allameh Tabatabai, a écrit pour le journal iranien Keyhan un article intitulé « Nous et le nouveau complot des USA en Syrie » dont voici ici un aperçu.

    Les États-Unis ont toujours les yeux rivés sur la Syrie et veulent créer une coalition formée de troupes arabes dans la région en vue de concrétiser leur plan de démembrement du pays.

    Mission possible ou impossible ? Là, n’est plus la question. Ce qui compte assurément, c’est plutôt l’importance qu’a acquise la Syrie d’une part, et le front de la Résistance de l’autre, depuis ces dernières années.

    Les récentes tensions survenues entre les pays occidentaux et l’Iran s’inscrivent aussi dans le brouhaha actuel ; car la sphère d’influence de l’Iran dans la région du Moyen-Orient s’agrandit, ce qui dérange les personnes les plus éprises de ce monde.

    Mais quel est le plan des Américains ? Le plan que poursuit l’armée américaine est basé sur l’idée qu’il ne peut y avoir aucun impact sur le champ de bataille syrien sans une évolution sérieuse. Une évolution qui a besoin, selon eux, de l’engagement solide de six groupes, réunis dans une coalition : la coalition des forces américaines présentes dans les bases en Syrie ; les forces turques déployées en Syrie ; les résidus de Daech en Syrie réunis sous une nouvelle bannière ; les Kurdes syriens ; le régime d’Israël ; les forces symboliques des pays arabes.

    L’objectif principal de cette coalition « hexagonale » est de remodeler le système régnant en Syrie et de torpiller la sécurité du pays.

    Washington envisage de remplacer son contingent militaire en Syrie par des troupes arabes qui constitueraient une « Force de sécurité aux frontières », sur les territoires contrôlés par les Kurdes dans le nord de la Syrie, à la frontière avec la Turquie et l’Irak. Les conséquences de cette action seront multiples :

    1. Contrairement à ce qui a été dit, aucun plan ne prévoit un retrait de Syrie de l’armée américaine, qui compte actuellement environ 3 000 hommes répartis dans dix régions syriennes. Au contraire, il se pourrait même que ses effectifs augmentent.

    2. Les Américains ont exercé ces deux derniers mois une pression énorme sur l’Arabie saoudite et l’Égypte pour qu’elles interviennent directement contre le gouvernement de Bachar al-Assad. L’issue de leur démarche n’est pourtant pas claire. Pour l’heure, l’Égypte regimbe. Pour persuader l’Arabie saoudite, ils ont eu recours à des « options alléchantes » : en acceptant d’intervenir en Syrie, le dossier sur le Yémen s’en trouverait réhabilité.

    Cependant, la question est maintenant de savoir si l’Égypte, l’Arabie saoudite, les Émirats arabes unis, le Qatar et la Jordanie enverront leurs forces militaires, même de manière symbolique, en Syrie, comme le prévoit le plan américain. La réponse est claire : ces États ne sont pas en mesure de répondre à une demande des États-Unis par la négative.

    Mais en même temps, nous avons été témoins de querelles au sein de l’administration américaine et des pays arabes à propos de ce nouveau plan.

    La réticence de l’Égypte, entre autres, montre que la réussite du plan est douteuse et que le front de la Résistance pourrait l’emporter.

    En effet, après la libération d’Alep et les victoires successives du front de la Résistance, la donne a changé en l’espace de deux ans, alors que durant cette période les troupes américaines étaient présentes près d’Alep et de Deir ez-Zor.

    3. Les États-Unis estiment que la présence des forces arabes en Syrie est urgente et indispensable à l’envoi de nouvelles troupes. Cette présence éclipserait celle de l’armée US qui se ferait plus discrète et réduirait les dépenses militaires américaines.

    4. La Turquie poursuit deux objectifs stratégiques à travers le plan américain : enraciner sa présence en Syrie et en chasser l’axe de la Résistance. Elle n’est pas contre le retrait des troupes américaines et arabes de la Syrie, mais ne semble pas non plus irritée par leur présence.

    Ankara essaie donc de bénéficier du plan américain et de la présence militaire symbolique de plusieurs pays arabes pour stabiliser et renforcer sa position militaro-sécuritaire en Syrie. Et de la même manière, les Américains se serviront de l’occupation turque d’une partie du territoire syrien dans le nord du pays pour créer une coalition américaine, arabe, turque et même kurde.

    Maintenant, les États-Unis et la Turquie vont tenter leur chance. Les pays arabes n’ayant pas la capacité d’envoyer de nombreux soldats, ils leur restent les derniers éléments de Daech et du Front al-Nosra. Et le front de la Résistance ne devrait pas trop en souffrir.

    presstv.com

    Saadollah Zarei, spécialiste des questions internationales et professeur en sciences politiques à l’Université Allameh Tabatabai. ©Tasnim News

    https://infosdanyfr.wordpress.com/2018/05/04/washington-joue-toutes-ses-cartes-en-syrie/

  • Colloque de l'Action française sur mai 1968 : Jean-François Kahn se soumet à la pensée unique

    event-colloque-mai-68.png

    Un communiqué de l'Action française :

    Jean-François Kahn fait marche arrière et refuse le débat à l’occasion de notre colloque du 12 mai intitulé « Mai 68 et le bien commun : utopies, échecs et perspectives », Jean-François Kahn, fondateur et ancien directeur de Marianne, avait accepté de venir répondre à nos questions, s’honorant ainsi de bien vouloir débattre avec l’Action française. 

    C’est avec surprise que nous avons appris le 27 avril qu’il annulait sa venue, nous précisant qu’il était finalement dans l’incapacité de se rendre disponible. C’est avec une plus grande surprise encore que nous avons su que Jean-François Kahn n’a pas livré la même version à certains journalistes lors d’échanges téléphoniques. Paul Laubacher, journaliste à l’Obs, a en effet affirmé au porte-parole de notre mouvement que Monsieur Kahn lui aurait confié n’avoir jamais confirmé formellement sa participation à notre colloque, aurait évoqué des re-lances insistantes de notre part ainsi qu’un quiproquo sur le thème de l’entretien que nous lui avions proposé. 

    L’Action française regrette la mauvaise foi évidente de Jean-François Kahn, qui nous avait explicitement certifié qu’il serait présent. Nous contestons donc ses déclarations à la presse. Nous pensions trouver en la personne de Jean-François Kahn un esprit indépendant et au-dessus de la mêlée, avec lequel nous aurions pu échanger au-delà de sensibilités politiques divergentes. Nous nous étions manifestement trompés et nous étonnons qu’un intellectuel dont la carrière est déjà faite se sente obligé de donner des gages ou des justifications à un quelconque tribunal moral.

    http://synthesenationale.hautetfort.com/