Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

16/06/2018

David contre Goliath

aigle-americain.jpgHypocrisie politiquement correcte, féminisme hygiéniste quand tu nous tiens! Gretchen Carlson, la présidente du conseil d’administration de Miss America, a annoncé qu’elle avait pris conscience de la nouvelle ère de progrès qui s’est ouverte après la libération de la parole qui a suivi l’affaire Weinstein, la mise en branle de l’opération #metoo (dont l’ex Miss Gretchen Carlson est une figure de proue).  Sa déclinaison française  sur les réseaux sociaux,  le hashtag de délation balance ton porc,  a suscité enthousiasme et débat  dans les rédactions, au sein du  microcosme politico-médiatique, mais n’a pas généré   outre mesure l’intérêt et l’empathie des  Français(es). Mais dans cette Amérique terre de contrastes, à la fois  leader de l’industrie pornographique et Mecque du puritanisme quaker,  Mme Carlson a  expliqué que pour lutter contre les stéréotypes sexistes, les organisateurs du concours désignant  Miss America ont décidé de supprimer la présentation des candidates en bikini et en robe du soir.   « Nous ne sommes plus un concours de beauté, nous sommes une compétition »  a-t-elle déclaré à l’adresse des  hétéros mal dégrossis,  de tous  les pitoyables  primates mâles   qui ont le mauvais goût  de ne pas regarder en premier lieu le néocortex des jolies femmes qu’ils peuvent croiser.  Exit donc  le bikini et la robe de princesse qui sont remplacés à précisé Mme Carlson par une discussion philosophique (sic) avec le jury et la présentation d’un projet humanitaire (sic) . On a hâte de voir ça et  de consulter les prochaines courbes (d’audience). Il est vraiment dommage que Les Inconnus ne fassent  plus de sketchs…

Pas de sketch, ni  d’hypocrisie  pour notre ami  Matteo Salvini, dirigeant de la  Ligue,  vice-président du Conseil et ministre de l’Intérieur du nouveau gouvernement italien.  Il expliquait samedi dernier lors de sa visite d’un centre de rétention pour  migrants situé prés du  port de Pozzallo, dans le sud de la Sicile, que les immigrés clandestins  devaient se préparer  à faire leur valise pour quitter l’Italie. Propos qui ont ravi la majorité de nos voisins transalpins qui, comme une symbole de cette renaissance italienne qu’ils appellent de leurs vœux,  ont vu leur compatriote (sicilien) , le joueur de tennis    Marco Cecchinato parvenir à se qualifier pour la demi-finale  face à une légende (le très sympathique) Novak Djokovic  lors du tournoi  de Roland Garros.

Une victoire de David contre Goliath qui en fait espérer d’autres face au monstre euromondialiste, et  sur des terrains autrement plus ardus,  dans une compétition  aux règles bien plus tordues et opaques . La machine Ligue/M5S se met en tout cas en branle: l’Afp  relatait  que le Premier ministre « Giuseppe Conte, a obtenu  le  5 juin au soir la confiance du Sénat devant lequel il a défendu la politique  populiste  qu’il entend désormais mener : lutte contre le  business  de l’immigration, relance de la croissance et ouverture avec la Russie. » Changement d’époque? Un de nos camarades, ancien du MSI aujourd’hui rallié à la Ligue dont il est un  des cadres politiques , nous rappelait  qu’il  fut un temps, pas si éloigné, ou l’on disait que quatre forces se partageait  le pouvoir  en Italie : le Vatican, la Mafia la démocratie-chrétienne et la CIA. Pour ce qui est des deux dernières c’est peut-être déjà aujourd’hui  moins sûr… wait and see!

Ce qui est en tout  cas certain ce que les relations internationales sont toujours compliquées, même (surtout?) entre « alliés ». La semaine dernière, la chaîne CNN évoquait un coup de téléphone d‘Emmanuel Macron à Donald Trump  qui a donné lieu à un échange « mauvais, terrible » entre les deux présidents. M. Macron a expliqué plusieurs fois depuis le début de son mandat que ses relations détendues avec M.  Trump ne l’empêchait pas de faire entendre ses désaccords.   Les Français ont surtout retenu que ces deux «amis»-là  avaient multiplié devant les caméras  les papouilles, les signes de complicités  lors de la visite du chef d’Etat français à Washington au mois d’avril. Et je t’embrasse sur les deux joues à la française, et je te prend par la main , et je plante un chêne dans le jardin de la Maison Blanche, et  j’essuie d’un geste protecteur et dominateur les pellicules sur tes épaules de petit français négligé…Pas très jupitérien tout cela…
L’objet du courroux de M Trump rapporté par CNN aurait été la prétention de M. Macron d’infléchir sa  décision  (protectionniste)  d’imposer de nouveaux tarifs  sur l’acier et l’aluminium en Europe, au Mexique et au Canada. Il n’est pas précisé si les deux hommes ont évoqué aussi l’intransigeance yankee dans le dossier iranien qui était lui au menu mardi  des discussions avec le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu dans la cadre de sa tournée européenne pour rallier les Européens à sacroisade contre Téhéran.
Voilà un sujet de discorde officiellement très prégnant entre Paris et Washington. Nous l’avons dit,   les très lourdes sanctions  décrétés par l’Oncle Sam contre l’Iran  sont scandaleuses et contre-productives.  Elles pénalisent non seulement très fortement  les entreprises  françaises, mais menacent plus fortement encore la paix dans une  région du monde déjà très éprouvée par la folle politique  américaine (voir ici, ici ou encore ici), qui  impacte aussi  directement les pays européens.
La capacité de résistance de nos gouvernants doit aussi être jaugée à l’aune de leur soumission aux diktats juridiques de l’empire.  En vertu du principe d’extraterritorialité,  le droit américain permet ainsi  à Washington d’intimider, de terroriser, de   rançonner des entreprises étrangères pour des activités commerciales  commises hors du territoire des Etats-Unis, pour peu  que lesdites entreprises  aient un lien avec les États-Unis….le simple fait de faire des transactions en dollars établissant ce  lien! -voir à ce sujet l’ article très complet  de Jean-Michel Quatrepoint dans Le Monde Diplomatique
Certes, l’Amérique n’a pas attendu Donald Trump, très loin s’en faut,  pour défendre bec et ongles  ses positions hégémoniques,  et   ceux qui disent qu’à sa place  une Hillary Clinton adoubée par les cénacles progressistes et  l‘Etat profond états-uniens aurait été une partenaire plus fiable et conciliante sont des naïfs ou des  menteurs.  Bruno Gollnisch l’a souvent dit, il ne s’agit  pas  de  reprocher aux dirigeants de l’Amérique de défendre leurs  intérêts  mais de regretter que nous défendions  si mal ou si mollement les nôtres. 

21:13 Écrit par pat dans actualité, international, lobby | Lien permanent | Commentaires (0) |  Imprimer |  Facebook | | | | |

Allemagne : la question migratoire continue d’affaiblir la majorité d’Angela Merkel

merkel-ce2fe8e69a1df3b17069a7b4d4402417-600x400.jpg

En Allemagne, la question migratoire fait tanguer la majorité d’Angela Merkel.

Issu de l’aile droite de la coalition, le ministre de l’Intérieur est entré en rébellion : il exige plus de fermeté aux frontières. Or, dimanche, Angela Merkel a mis son veto à un projet de refonte de la politique d’asile.

La chancelière veut d’abord consulter ses partenaires européens avant de prendre une décision…

Mais le parti bavarois de la CSU s’est déclaré prêt passer outre la décision d’Angela Merkel provoquant une vraie crise politique.

Markus Söder, Ministre-président de la Bavière, a ainsi déclaré :

Pendant trop longtemps, nous nous sommes précipités de compromis en compromis sur la question de la politique des réfugiés, sans prendre de décisions fondamentales et claires. Nous devons reprendre le contrôle de la situation en Allemagne.

François Fillon avait rendu ses costumes. Emmanuel Macron ne rendra pas le pouvoir

De Constance Prazel sur Liberté Politique :

6a00d83451619c69e2022ad3991531200b-800wi.jpg"Depuis quelques jours la justice française a eu une drôle d’idée : s’intéresser d’un peu plus près aux comptes de campagne d’Emmanuel Macron. Mieux vaut tard que jamais, alors que tout au long de la campagne, des signaux d’alerte auraient dû faire réagir la très sérieuse, impartiale et intouchable Commission des Comptes de campagne. N’avait-elle pas épinglé et invalidé les comptes de campagne de Nicolas Sarkozy en 2012 ?

Surveiller les comptes d’Emmanuel Macron, drôle d’idée, effectivement. Des irrégularités ? Quelles irrégularités ? Avec un angélisme tout à fait stupéfiant, ou plutôt, cet extraordinaire toupet que donne la bonne conscience politiquement correcte, les équipes du président estiment qu’il n’y a pas lieu de s’inquiéter. Les ristournes et tarifs mirobolants obtenus par En Marche seraient tout simplement le produit d’une exceptionnelle capacité à négocier, nous explique sans vergogne Christophe CastanerLibération donne les chiffres : « à La Bellevilloise, en mai 2017, l’association de campagne d’Emmanuel Macron réservait une soirée pour un coût de 1 200 euros. Deux mois plus tôt, son rival Benoît Hamon déboursait pourtant 4 838,40 euros pour pouvoir louer la salle. » Le théâtre Bobino, quant à lui, était loué avec un rabais de 70 % : de quoi faire pâlir nombre d’organisateurs de manifestations qui peinent à boucler leur budget.

On se demande pourquoi le gouvernement ne met pas ces compétences formidables un peu plus au service des négociations avec la SNCF, par exemple, ou avec nos partenaires économiques, afin d’obtenir quelques contrats permettant, pourquoi pas, de créer quelques emplois. Peut-être qu’en diplomatie, elles feraient aussi des merveilles, et conduiraient en un clin d’œil à se réconcilier Corée du Sud et Corée du Nord ?

Capacité de négocier, ou pas, il n’en reste pas moins que ces faveurs sont illégales et dans un semblant d’Etat de droit, réprimées par la loi. Mais la loi en France s’apparente de plus en plus au fait du prince, et les enquêtes progressent - ou non – selon les besoins politiques des puissants. On attend toujours la réaction du Parquet national financier, qui ne vient pas. C’est plus qu’un « sentiment d’impunité », cela s’appelle tout simplement de l’injustice.

Il y a quelques mois, on pendait François Fillon pour beaucoup moins que cela. Après le déchaînement de la horde médiatique, il avait fini par rendre ses costumes. Mais il y a fort à craindre, malheureusement, qu’Emmanuel Macron, lui, dans ces circonstances, ne rende pas le pouvoir tout de suite !"

http://lesalonbeige.blogs.com/my_weblog/web.html

En Europe, un axe contre l’immigration illégale

Sebastian-Kurz-600x399.jpg

EUROPE (NOVOpress avec le bulletin de réinformation de Radio Courtoisie) : 
Le chancelier autrichien, Sebastian Kurz, a annoncé mercredi 13 juin dernier la création d’un « axe » entre les ministres de l’intérieur autrichien, italien et allemand pour lutter contre l’immigration illégale.

Alors que sa présidence à l’Union Européenne débute le 1er juillet, le chancelier autrichien a fait de la lutte contre l’immigration illégale le fer de lance de sa politique, ce que partage les ministres italien et allemand.

Cet axe s’oppose clairement à la politique migratoire de la chancelière allemande Angela Merkel. Kurz précise : « je pense qu’il est important de ne pas attendre la catastrophe, comme en 2015, mais d’agir […] à temps ».

https://fr.novopress.info/

15:15 Écrit par pat dans actualité, Europe, immigration | Lien permanent | Commentaires (0) |  Imprimer |  Facebook | | | | |

Médine au Bataclan, la faille se creuse

Par Gabrielle Cluzel

Redisons-le : les excellentes chroniques qu'elle publie régulièrement dans Boulevard Voltaire - telle celle-ci qui date d'hier, font décidément de Gabrielle Cluzel l'un des excellents auteurs et journalistes de sa génération. Il faudra suivre ses publications avec attention comme nous en suivons et reprenons quelques autres avec cet esprit d'ouverture et de dialogue que Lafautearousseau pratique avec profit. 

Rappelons pour ceux qui l'ignoreraient que Gabrielle Cluzel participe - d'ailleurs toujours brillamment - à certains de nos colloques et conférences, dont quelques unes sont les siennes propres.   LFAR

L’affaire « Médine » ressemble à s’y méprendre, dans son déroulé, à toutes celles du même registre qui l’ont précédée – qu’elles aient nom de Black M, Mehdi Meklat, Mennel, Maryam Pougetoux…

Une fois de plus, la presse dite « mainstream » est à la remorque de la presse alternative. Elle court derrière, essoufflée, tente de raccrocher le wagon, en notable installé et ventripotent qui peine à rattraper la jeunesse – certes sans le sou mais svelte et rapide comme une gazelle. Au bon vieux temps de l’entre-soi, un 11 juin comme celui-ci, on se serait exclusivement concentré sur le nième succès de Nadal à Roland-Garros en dissertant à l’infini sur la beauté de son revers. Mais voilà, o tempora, o mores, il faut à présent compter avec les braconneurs de l’information, les manants du Web qui ont l’outrecuidance de venir chasser sur les prés carrés et, en plus, d’y lever des lièvres. Puisqu’il n’y a pas moyen d’y couper, on évoque donc, en ce lundi matin, la vague d’indignation suscitée par « Médine au Bataclan » qui monte sur les réseaux sociaux depuis 48 heures.

Non contents d’avoir pris le train en marche, d’aucuns voudraient bien aussi ralentir la locomotive, voire couper le moteur. Ainsi lit-on ici (actu.orange) que le rappeur Médine « avait tenu par le passé des propos engagés et polémiques » (sic). Certes. « Crucifions les laïcards comme à Golgotha », c’est assez « engagé et polémique ». Comme il est plutôt peu consensuel d’exhiber sur son torse l’inscription « Jihad », en couverture d’un album du même nom, avec – détail raffiné – un sabre étincelant en lieu et place du J.

Après l’euphémisation vient la justification : Le Huffington Post a exhumé un entretien des Inrocks de 2015 censé river leur clou aux protestataires, ces benêts qui prennent tout au pied de la lettre : « J’ai toujours utilisé la provocation comme un piège positif. L’idée est d’amener les gens par la provocation », confie celui qui chante aussi « J’mets des fatwas sur la tête des cons ». Et voilà, tout est clair. Cette théorie du « piège positif » est extrêmement limpide. C’est d’ailleurs, sans doute, la méthode de Dieudonné pour lutter contre l’antisémitisme, une cause qui, comme chacun sait, lui tient à cœur. Il suffit de savoir lire au 24e degré. De plus, rapporte Le Huffington Post, le rappeur « a mis de l’eau dans son vin ». À quoi peut donc ressembler une crucifixion diluée ? Et puis L’Obs a trouvé la cerise sur le gâteau, un rescapé du Bataclan qui soutient le rappeur et « tance Wauquiez, vent debout contre un concert de Médine ». Gros plan sur le monsieur, s’il vous plaît. Les autres, la multitude des indignés, ne compte plus.

Une fois de plus, du côté des politiques, il en est pour ouvrir de grands yeux candides, comme Danièle Obono, et faire mine de ne pas voir le problème ou, plus culotté, comme Yassine Belattar (récemment nommé par Emmanuel Macron au Conseil présidentiel des villes) pour tenter, vite fait, la reductio ad hitlerum bon marché : « Désormais, vous vous attaquez à la programmation des salles ? Mais ça ne vous rappelle pas une époque ? » Étant entendu que sur l’île d’Utøya, on accueillerait sûrement à bras ouverts un chanteur qui prônerait, comme Breivik, l’exécution des marxistes (dans un esprit de provocation positive, hein).

Mais surtout, une fois de plus aussi, et c’est là le plus intéressant, se creuse la nouvelle ligne de fracture, l’islamisme, qui, au moins l’espace d’une provocation, unit la droite et scinde la gauche.

Sur la même rive, on vient en effet de voir – attelage improbable – Marine Le Pen, Virginie Calmels et Laurent Wauquiez, mais aussi Olivier Faure (PS), Laurent Saint-Martin (LREM). Et c’est ce mouvement de tectonique des plaques qu’il va être intéressant d’observer car, à chaque fois, le grand écart devient un peu plus douloureux. Et le sera encore plus quand viendront des échéances électorales.  

Ecrivain, journaliste

Son blog

http://lafautearousseau.hautetfort.com/

Retour sur le procès d'Yvan Benedetti et d'Alexandre Gabriac

Sans titre.jpg.png

« On veut les faire taire ? Alors on trouve le moyen de dissoudre leurs associations», a déclaré l’avocat d’Yvan Benedetti et Alexandre Gabriac  le 4 juin dernier, au Tribunal de Grande Instance de Lyon.  « Est-ce qu’on condamne quelqu’un parce qu’il a commis un délit ? Ou parce qu’il véhicule des idées pour lesquelles on leur a donné charge d’élus ?»

Poursuivis pour reconstitution de ligues dissoutes, Yvan Benedetti et Alexandre Gabriac risquent six mois de prison avec sursis et 15 000 euros d’amende chacun. Telles ont été les peines requises par le procureur devant le tribunal qui rendra sa décision le 4 juillet prochain (date identique à celle du délibéré du procès fait à Hervé Ryssen qui s’était tenu à Paris le 23 mai 2018).

Yvan Benedetti, 52 ans, chef de file de L’Œuvre française et ancien conseiller municipal de Vénissieux en banlieue lyonnaise, exclu du FN et Alexandre Gabriac, 27 ans, ancien conseiller régional Rhône-Alpes élu en 2010, fondateur des Jeunesses nationalistes  (JN) lui aussi exclu du FN,  ont tous les deux été  accusés de « maintien ou reconstitution d’associations ou groupements dissous ».

Rappelons que l’Œuvre française a été fondée par Pierre Sidos en 1968 qui en a assuré la présidence jusqu’en 2012, date à laquelle il a nommé à ce poste Yvan Bénédetti. Les Jeunesse nationalistes est un  mouvement fondé en octobre 2011 dont la direction fut confiée à Alexandre Gabriac.

C’est en juillet 2013, à la suite de la mort de Clément Méric, militant d’extrême gauche, que le ministère de l’Intérieur (Manuel Valls) avait entériné la dissolution de quatre « groupuscules » dont l’Œuvre française et les Jeunesses nationalistes, même si ces deux organisations n’étaient absolument pas impliquéesdans la mort du militant d’extrême gauche et antifasciste (il en a été de même pour Troisième voie et pour les JNR).

En réponse à la déclaration d’Emmanuel Valls qui,  lors de l’université d’été du Parti socialiste en 2013 avait dit : « Mes amis, nous venons d’anéantir la matrice de l’extrême droite en France », Yvan Bénédetti n’avait pas hésité à répondre « Je refuse l’interdiction, je considère que cette interdiction est illégitime, elle est totalement arbitraire ». « L’Œuvre française existe et existera tant que le combat pour le rétablissement de la souveraineté de la France ne sera pas accepté». Ignorant cette dissolution,l’Œuvre française et les Jeunesses nationalistes ont donc continué leurs activités.

Malgré un recours déposé auprès du Conseil d’État et une conférence de presse organisée à Paris le 28 octobre de cette année là, pour dénoncer l’amalgame construit avec l’affaire Méric, la dissolution de ces deux associations fut confirmée en décembre.

En juin 2014, le parquet de Lyon a ensuite ouvert une information judiciaire pour « participation au maintien ou reconstitution d’associations ou groupements dissous » et entrainé la mise en examen d’Yvan Bénédetti  et Alexandre Gabriac.

Leur comparution  a eu lieu quatre ans plus tard au Tribunal de Grande Instance de Lyon devant la 12Chambre avec une instruction portant principalement sur les activités militantes de juillet 2013 à juin 2014 dont  les nombreuses mobilisations contre le Mariage pour tous.

Cette audience s’est achevée par la très brillante plaidoirie de l’avocat de la défense de nos deux amis, démontrant point par point leurs légitimes actions dans le combat nationaliste et les fausses accusations qui leurs étaient faites.

À l’issue de l’audience, Yvan Bénédetti, a publié un communiqué comprenant notamment cette affirmation : « Devant ce tribunal, j’ai affirmé la permanence de l’Œuvre française malgré les dissolutions et à travers l’Œuvre celle du nationalisme, et à travers le nationalisme, celle de la France. Oui, Œuvre française et la France sont irrévocables. Aux juges de prendre leurs responsabilités ! J’ai pris les miennes. Celles que nécessite le combat au service de notre peuple et de notre communauté nationale. C’est grand, c’est fort et cela nous consume tout entier.  Qui vive France ! »

Ce procès va bien au-delà  de l’accusation portée le 4 juin dernier, puisque certains demandent déjà que d’autres «  groupuscules » comme le Bastion social ou Génération identitaire disparaissent du paysage politique et sociétal. On peut donc s’inquiéter sur les effets et conséquences à venir  d’un tel procès.

SN - Correspondant

http://synthesenationale.hautetfort.com/

Edouard Philippe et sa “pudeur glaçante”

hypocrites.jpgLe Parisien apprenait ce matin  à ses lecteurs que « Plusieurs membres de la famille de Théo (Luhaka)  et lui-même ont été interpellés ce mardi matin au domicile familial par les enquêteurs du SDPJ 93 et placés en garde à vue ( …)  L’enquête de la PJ porte sur le fonctionnement trouble de trois associations et sur l’utilisation de plusieurs centaines de milliers d’euros de fonds publics par le biais de contrats d’accompagnement à l’emploi (emplois aidés). À chaque fois, les salariés étaient recrutés sous contrat d’avenir par Michaël Luhaka mais n’étaient jamais payés et l’Urssaf ne percevait pas les cotisations. Sauf quand il s’agissait de proches. »Théo avait accusé des policiers de l’avoir délibérément violé avec une matraque le 2 février 2017  lors d’un contrôle d’identité   à Aulnay-sous-Bois,  alors qu’il  refusait de se faire passer les menottes… Un  rapport de la  police des polices, l’IGPN,  et une  vidéo publiée  avaient exonéré les agents  des accusations portées contre eux. Nous l’avions rapporté, François Hollande, s’était rendu  au chevet de Théo,  tressant des louanges à la famille Luhaka mais oubliant de se rendre à ceux des policiers blessés dans les manifs d’extrême gauche au même moment. Le FN  fut   alors bien  seul à apporter son soutien aux forces de l’ordre et à faire état des soupçons d’escroquerie  sur Théo Luhaka et ses proches, victimes duracisme ordinaire à en croire les bien-pensants…

Les banlieues (plurielles) c’est pas rose, les banlieues (plurielles)  c’est morose… Une dépêche de l’AFP  relatait  la célébration lundi soir à Paris du 210e anniversaire du Consistoire israélite  en présence du  Premier ministre Edouard Philippe. Les représentants (plus ou moins autoproclamés) de la communauté juive ont multiplié ces dernières années les déclarations inquiètes sur la montée des tensions et des violences ayant pour cause première la radicalisation croissante d’une frange non négligeable de l’immigration afro-maghrébine.

En 2012 déjà, quelques mois après l’équipée  sanglante de Mohammed Merah contre des militaires français et  les enfants d’une école juive à Toulouse,    le président du Consistoire, Joël Mergui, alors  reçu par  François Hollande,  avait déclaré  que «l’existence de milieux délinquants convertis à l’islam radical (constituait),  pour la communauté juive et nationale, une vraie menace dont la gravité et l’enjeu doivent être mesurés par tous, y compris la communauté musulmane de France. » « (Depuis 10 ans)  nous avons eu à vivre le malaise des juifs de France.  Mais nous avons choisi de ne pas céder à un nouveau mal, le mal djihadiste, déclarait hier soir M. Mergui. Quant à  « l’Agence juive, (elle)  a estimé à 45.000 – un dixième de la communauté – le nombre de juifs de France ayant fait leur aliyah l’émigration vers Israël, en une décennie, même si un recul a été constaté ces deux dernières années. Ces chiffres ne prennent pas en compte les départs vers d’autres pays, comme le Canada ou les Etats-Unis. »

Lors de son allocution, Edouard Philippe a relayé le  manifeste contre le nouvel antisémitisme  publié  sous l’égide du neocon Philippe Val  dans Le Parisien   fin avril. Après avoir défendu  pendant des années l’immigration massive et prôné l’interdiction d’un Front National coupable à ses yeux de défendre l’identité française, M.  Val  alertait  de « l’épuration ethnique à bas bruit »  des Juifs vivant en banlieue  du fait des agressions  « de leurs concitoyens musulmans. » «  10 % des citoyens juifs d’Ile-de-France – c’est-à-dire environ 50 000 personnes – ont récemment été contraints de déménager. »

 Ainsi, le Premier ministre a-t-il également évoqué hier soir  le départ « de milliers de familles, souvent de l’est vers l’ouest de Paris, en quête de quartiers plus sûrs. Il y a un terme pudique et qui à vrai dire me glace, c’est celui d‘aliyah intérieure pour désigner ces juifs qui changent de quartiers parce qu’ils ne se sentent plus en sécurité là où ils vivaient depuis des années. »  Mais en fait  de pudeur glaçante,  M. Philippe  n’est finalement pas en reste  en taisant le lien entre la politique d’immigration à  haut débit  maintenue par la majorité présidentielle qui refuse de couper les pompes aspirantes de l’immigration et  ce grand remplacement – regroupement  familial, droit du sol, aides financières  diverses et  variées, régularisations-naturalisations massives,  laxisme dans l’attribution des visas, faible taux d’expulsion des clandestins…  Les juifs quittent ces quartiers pour les mêmes raisons que les gaulois qui fuient quand ils en ont l’occasion et les moyens  devant la transformation  de leurs quartiers en enclaves étrangères, au-delà-même des problèmes d’insécurités physiques. Est-ce donc si dur à avouer pour un chef de gouvernement de la République française? 

En avril dernier, dans  un dossier consacré  à l’implantation salafiste sur notre sol, Valeurs actuelles faisait état d’une note (du 22 juin 2016) du Service central de renseignement territorial  (SCRT) qui  pointait une augmentations du nombre de mosquées salafistes  de 170% entre  2010 et 2016et citait l’universitaire spécialiste du djihadisme  Romain Caillet.  « Un musulman qui  vit seul au milieu de Français de souche, disait-il,  va s’adapter naturellement. Quand il  vit dans un quartier  où il appartient à la majorité, il n’y a a plus aucun intérêt. » Une évidence, note Bruno Gollnisch,  qui peut s’appliquer à d’autres communautés étrangères extra-européennes (et pas forcément musulmanes),  mais   qui ne doit pas conduire les tartufe au pouvoir depuis des décennies à disperser l’immigration  sur l’ensemble du territoire pour la rendre (provisoirement) plus indolore mais à inverser  drastiquement les flux migratoires. Dans l’intérêt  de TOUS les Français.

https://gollnisch.com/2018/06/05/edouard-philippe-et-sa-p...

ALAIN DE BENOIST : « LE PRINCIPAL ENNEMI DU NOUVEAU GOUVERNEMENT ITALIEN ? LES MARCHÉS FINANCIERS ET LES TECHNOCRATES EUROPÉENS ! »

Avec la constitution, en Italie, d’un nouveau gouvernement reposant sur l’alliance de la Ligue et du Mouvement 5 étoiles, respectivement représentés par Matteo Salvini et Luigi Di Maio, tous deux nommés vice-Premiers ministres, assistons-nous à un nouvel épisode de ce « moment populiste » dont vous dessiniez les contours dans l’un de vos récents essais ?

Malgré la tentative de coup d’État légal du président Mattarella qui, s’arrogeant des droits que la Constitution italienne ne lui accorde pas, et avant de se raviser devant le tollé soulevé par son attitude, a tenté le 27 mai de mettre son veto à la constitution de ce nouveau gouvernement pour complaire à la Commission de Bruxelles et aux marchés financiers, les représentants de la Lega et du Mouvement 5 étoiles sont arrivés au pouvoir. Les sondages montrent qu’ils ont l’appui d’une nette majorité du peuple italien, auquel ils affirment vouloir « redonner la parole » tout en rompant dans pratiquement tous les domaines (immigration, austérité, revenu de citoyenneté, système fiscal, etc.) avec la vulgate dominante. Il est évident que l’élection d’une majorité souverainiste et « anti-système » en Italie, pays fondateur du Marché commun et troisième économie de l’actuelle Union européenne, est un véritable coup de tonnerre. C’est, en effet, ce type d’événement que laissait prévoir mon livre Le Moment populiste.

Cela dit, il suffit d’examiner dans le détail la composition du nouveau gouvernement italien pour constater que ce n’est pas, à proprement parler, un gouvernement populiste. Ce qu’on peut dire, en revanche, c’est qu’il s’en rapproche. Giuseppe Conte, le nouveau président du Conseil, n’a en tout cas pas éludé la question : « Si populisme, a-t-il dit, signifie être capable d’écouter les besoins des personnes, alors nous le revendiquons ! »

Quelles sont les chances de ce gouvernement « anti-système » de parvenir à mettre en œuvre avec succès sa politique ?

Les obstacles seront évidemment nombreux, soit qu’ils viennent de l’inexpérience relative des nouveaux gouvernants, soit qu’ils tiennent à l’irréalisme de certaines de leurs propositions, soit encore qu’ils résultent de rivalités ou de divergences de vues entre la Ligue et le mouvement 5 étoiles qui, pour être l’un et l’autre opposés au « système », ne sont néanmoins pas d’accord sur tout et s’adressent aussi à des électorats socialement et géographiquement différents (la Ligue étant surtout implantée dans le nord et 5 étoiles dans le sud).

Mais le principal danger viendra, bien sûr, des marchés financiers et des technocrates de l’Union européenne qui, comme cela s’est déjà passé en Grèce, feront tout ce qui est en leur pouvoir pour faire capoter le programme de ce nouveau gouvernement. On se souvient de la petite phrase de l’Allemand Günther Oettinger, commissaire européen au Budget, assurant que « les marchés financiers vont apprendre aux Italiens comment voter ». Et aussi de l’article du Financial Times qualifiant Salvini et Di Maio et, avec eux, leurs 17 millions d’électeurs de « barbares » (Salvini répliquant aussitôt : « Nous préférons être des barbares que des domestiques. »). On voit mal, dans ces conditions, les instances européennes accepter l’annulation de tout ou partie de la dette publique italienne, comme le réclame le nouveau gouvernement…

Reste, aussi, à dissiper quelques équivoques. Le nouveau gouvernement affirme, ainsi, que la Russie est « à percevoir, non pas comme une menace, mais comme un partenaire ». Mais comment pourra-t-il combattre les sanctions prises contre la Russie alors qu’il a aussi confirmé son « appartenance à l’Alliance atlantique, avec les États-Unis comme allié privilégié ». Le nouveau gouvernement va-t-il, par exemple, refuser les nouvelles bombes atomiques B61-12 que les États-Unis se préparent à déployer en Italie contre la Russie ?

Cet événement est, en tout cas, une pierre de gros calibre jetée dans le jardin d’Emmanuel Macron. Et à l’échelle de l’Europe ?

C’est en effet une très mauvaise nouvelle pour Emmanuel Macron, qui a tout misé depuis son élection sur une relance de la construction européenne. Or, l’Union européenne est, aujourd’hui, prise dans une véritable dynamique de désintégration. L’Italie se dote d’un gouvernement à l’exact opposé de toutes les orientations macroniennes au moment même où, en Allemagne, l’ère Merkel est en passe de s’achever, où l’Espagne, qui vient elle aussi de changer de gouvernement, continue à se débattre dans le psychodrame catalan, où le populisme gronde en Autriche, en Slovénie, au Danemark et ailleurs, où la Grande-Bretagne n’en finit pas de négocier les conditions de son Brexit et où le groupe de Visegrád a quasiment fait sécession par hostilité aux diktats européens en matière migratoire.

Cette érosion des partis institutionnels au profit des mouvements « populistes » est le résultat de trente ans de frontières ouvertes, de délocalisations et de déclin des classes moyennes. Marcel Gauchet écrivait récemment que « le clivage actuel est celui de la France sans avenir contre la France pour laquelle l’avenir n’est pas un problème ». Ce diagnostic peut se transposer aisément à toute l’Europe, au point que l’on peut se demander si les prochaines élections européennes ne révéleront pas une quasi-majorité d’eurosceptiques. Ce serait alors le début de la fin.

Entretien réalisé par Nicolas Gauthier

Intellectuel, philosophe et politologue

Revue Eléments

http://www.bvoltaire.fr/principal-ennemi-nouveau-gouverne...

Syrie, Deraa: la Russie met en garde les USA

Les Etats-Unis protègeraient les terroristes d’Israel, Daech et Al-Nosra

À peine quelques heures après que Washington a annoncé qu’il n’hésiterait pas à abattre les forces syriennes si elles lançaient une offensive contre les terroristes à Deraa, la Russie a réagi.

Le vice-président de la commission des affaires étrangères au sein de la Fédération de Russie, Vladimir Jabarov, a affirmé que les militaires US devraient éviter tout recours à des « mesures sévères » contre l’armée syrienne.

Cité par l’agence de presse RBC News Agency, M. Jabarov a mis en garde les États-Unis contre toute attaque contre l’armée syrienne, soulignant qu’un tel comportement était « totalement inacceptable ».

« Les Américains ont déjà eu recours à la force contre l’armée syrienne. J’espère qu’il n’y aura pas d’action imprévisible contre l’armée gouvernementale syrienne. En tout cas, il est nécessaire d’éviter la confrontation », a déclaré le responsable russe.

« La Russie écoute toujours les bons conseils. Si cela vise vraiment à réduire les tensions, nous écouterons peut-être. Je pense que la Russie, grâce aux données fournies par ses services de renseignement ainsi que les services de renseignement et les agences gouvernementales de la Syrie, va analyser la situation et tirer des conclusions pertinentes », a-t-il dit.

Jabarov répondait aux menaces formulées ce vendredi par le département d’État américain, qui a mis en garde le gouvernement syrien contre toute offensive visant les terroristes de Daech et d’al-Nosra à Deraa.

La porte-parole du département d’État, Heather Nauert, a déclaré que les États-Unis infligeraient au gouvernement syrien une riposte cinglante si cette offensive venait à avoir lieu.

« En tant que garants de cette zone de désescalade avec la Russie et la Jordanie, les États-Unis prendront des mesures fermes et appropriées en réponse aux violations du régime d’Assad », a-t-elle déclaré.

L’armée syrienne a massé ses troupes dans le Sud en prévision d’une vaste offensive que craint plus que toute autre chose Israël, principal bénéficiaire de la présence des terroristes takfiristes dans le Sud syrien, près de ses frontières.

parstoday.com

JEAN-PAUL GOURÉVITCH : « L’OPINION PUBLIQUE EUROPÉENNE A BASCULÉ VERS UN REJET MAJORITAIRE DES MIGRANTS ÉCONOMIQUES »

Le gouvernement italien, par la voix de son ministre de l’Intérieur Matteo Salvini, refuse d’accueillir les bateaux transportant des migrants sur ses côtes. Analyse au micro de Boulevard Voltaire de Jean-Paul Gourévitch, spécialiste des migrations, auteur de l’ouvrage Les véritables enjeux des migrations.

Le nouveau gouvernement italien formé suite à la victoire de Matteo Salvini et du mouvement cinq Étoiles semble en passe d’appliquer ce pour quoi il a été élu, une politique migratoire avec une tolérance zéro.
Qu’en est-il aujourd’hui ?

Il faut d’abord rappeler dans quel état le nouveau gouvernement italien a trouvé la situation des migrants.
L’Italie dépense chaque année environ 4,5 milliards pour les migrants en situation irrégulière, 170.000 de ces migrants sont dans des camps d’hébergement. Les expulsions n’ont concerné que 6500 personnes. On comprend donc très bien que le nouveau gouvernement italien veuille réagir face à cet état de fait.
J’analyse la position de Matteo Salvini comme une sorte de triple signal. C’est d’abord un signal envoyé aux migrants qui sont en Italie pour leur dire : « si vous restez, vous allez être renvoyés ».
C’est un deuxième signal envoyé aux migrants qui voudraient rejoindre l’Italie, ceux qui partent des côtes africaines et notamment des côtes libyennes, pour leur dire : »vous n’êtes pas les bienvenus en Italie ».
C’est un troisième signal envoyé au gouvernements de l’Union européenne pour leur dire : « Nous prenons nos responsabilités, à vous de prendre les vôtres ».

Seront-ils en mesure d’appliquer cette politique ?

C’est d’abord de la communication. Quelle est l’efficacité de ce discours ?
En ce qui concerne les migrants en Italie, ils vont aller dans un autre pays, notamment en France. Une des conséquences les plus importantes de ce type de discours sera le renforcement de la migration irrégulière vers la France. En France, il y a des associations toutes prêtes à les accueillir et une certaine bienveillance de la grande majorité des médias vis-à-vis des migrants irréguliers.
En revanche, l’effet est nul vis-à-vis de ceux qui quittent les côtes africaines. Ils n’empêcheront pas des migrants économiques de se dire que l’Europe est quand même deux fois moins peuplée et dix fois plus riche que leur pays et que par conséquent l’immigration est une chance pour eux.
Vis-à-vis des dirigeants européens, il y a un problème. L’Europe n’a pas de politique migratoire. Elle court toujours derrière l’événement. Elle n’anticipe pas. Les tentatives de contrôles aux frontières et les hotspots mis en place au Niger et au Tchad ne concernent pas les migrants économiques. Ils savent très bien que s’ils passent par les hotspots, ils n’auront pas de visas de séjour pour entrer en Europe.

On sait que l’Italie était la porte d’entrée des migrants venant par la Méditerranée via notamment la Sicile et Lampedusa.
Vont-ils désormais passer par l’Espagne qui a renversé son gouvernement conservateur au profit d’un gouvernement socialiste plus europhile ?

Il y a trois grandes routes migratoires.
La première que vous venez de citer est la route migratoire qui part de la Libye et parfois de la Tunisie pour aller vers la Sicile, Trapani ou vers Lampedusa. Visiblement, le gouvernement italien veut fermer cette route.
La deuxième route est celle qui part du Maroc pour aller vers l’Espagne, parfois par les Canaries, parfois par les Baléares et peut-être un jour par la France. Celle-là n’est pas fermée.
La troisième route est la route terrestre qui passe par la Turquie. La Turquie tente de contrôler ses flux migratoires, mais les considère comme un atout dans sa manche pour faire plier l’Union européenne. Les premiers passeurs se sont installés sur la Mer noire pour essayer de faire passer de la Turquie vers la Bulgarie ou la Roumanie un certain nombre de migrants en situation irrégulière dans des pays où il n’y a pas de contrôles réels aux frontières.

L’Italie a voté pour un gouvernement plutôt populiste, plutôt conservateur et eurosceptique et au même moment l’Espagne faisait le chemin inverse.
Cela traduit-il quelque chose en Europe ?

Non, je ne crois pas. Les deux élections dont vous parlez sont des élections à majorités faibles. Le gouvernement italien est un gouvernement bicéphale avec le mouvement cinq Étoiles d’un côté et la Ligue de l’autre. Ils ont néanmoins pris une position commune sur l’immigration. Luigi Di Maio a tout même parlé des « taxis de la mer ». Tout en étant situé nettement plus à gauche que la Ligue, on voit très bien qu’il veut lui aussi contenir l’immigration clandestine.
D’autre part, en Espagne, le gouvernement socialiste a pour l’instant une très faible majorité. Je ne pense pas que cela reflète véritablement l’opinion publique.
En revanche, tous les sondages montrent que l’opinion publique européenne a basculé depuis deux ou trois ans vers un rejet majoritaire des migrants, et notamment des migrants économiques, même si la position est plus souple vis-à-vis des réfugiés politiques.

http://www.bvoltaire.fr/lopinion-publique-europeenne-a-ba...

Pèlerinage 2018 : le 36e pèlerinage vu par les Américains

Le reportage vidéo du chapitre "Our Lady of Guadalupe"

Michel Janva

http://lesalonbeige.blogs.com/my_weblog/web.html

08:24 Écrit par pat dans actualité, religion, tradition | Lien permanent | Commentaires (0) |  Imprimer |  Facebook | | | | |