Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

  • Marcel Campion en campagne électorale pour la mairie de Paris

    campion-768x432.jpg

    Images de la conférence de presse de Marcel Campion, candidat à la mairie de Paris, désormais classé “homophobe” (il avait déclaré que “Paris est gouverné par les homos”), malgré ses excuses et explications.

    Marcel Campion promet par ailleurs de révéler quelques scandales politiques. On attend !

  • Immigration et insécurité : Gérard Collomb estime que d’ici à 5 ans, la situation pourrait devenir irréversible

    Immigration et insécurité : Gérard Collomb estime que d’ici à 5 ans, la situation pourrait devenir irréversible

    Valeurs Actuelles publie demain des propos tenus par Gérad Collomb avant qu’il n’abandonne le ministère de l’intérieur :

    Gérard Collomb : C’est très inquiétant. Ce que je lis tous mes matins dans les notes de police reflète une situation très pessimiste. Les rapports entre les gens sont très durs, les gens ne veulent pas vivre ensemble.

    VA : Quel est la part de responsabilité de l’immigration ?

    Énorme. C’est pour ça, qu’avec Emmanuel macron, nous avons voulu faire changer la loi (…)

    Vous pensez qu’on n’a plus besoin d’immigration en France ?

    Oui, absolument.

    Vous parliez du vivre ensemble, tout à l’heure. Que se passe-t-il ?

    Des communautés en France s’affrontent de plus en plus et ça devient très violent

    Que craignez-vous? Une partition ? Une sécession ?

    Oui je pense à cela. C’est ce qui me préoccupe.

    Combien de temps reste-t-il avant qu’il ne soit trop tard ?

    Je ne veux pas faire peur mais je pense qu’il reste peu de temps.

    Combien ?

    C’est difficile à estimer mais je dirais que, d’ici à 5 ans, la situation pourrait devenir irréversible. Oui, on a cinq, six ans, pour éviter le pire. Après…

    https://www.lesalonbeige.fr/immigration-et-insecurite-gerard-collomb-estime-que-dici-a-5-ans-la-situation-pourrait-devenir-irreversible/

  • L’Autriche refuse de signer le pacte des Nations Unies sur la migration

    L’Autriche refuse de signer le pacte des Nations Unies sur la migration

    Tout comme les Etats-Unis, la Pologne et la Hongrie, l’Autriche souhaite conserver sa souveraineté en matière d’immigration :

    Le gouvernement autrichien a annoncé aujourd’hui son retrait du pacte de l’ONU sur les migrations, qui sera formellement entériné en décembre et auquel le pays dit s’opposer, comme la Hongrie et les Etats-Unis, pour “défendre sa souveraineté” en matière d’immigration (…) Ce texte [est] considéré comme le premier document international sur la gestion des migrations.

    Les pays de l’ONU, à l’exception des Etats-Unis, ont approuvé le document en juillet. Quelques jours plus tard, la Hongrie avait annoncé son retrait de cet accord, qui doit être entériné par l’ensemble des signataires lors d’un sommet à Marrakech les 10 et 11 décembre.

    Alors que le pacte n’a pas de caractère contraignant, Vienne justifie sa décision par “l’importance de défendre la souveraineté nationale de l’Autriche“, selon le chancelier Kurz cité par le communiqué. Grâce à ce retrait, “l’Autriche pourra continuer à élaborer ses propres lois sur toutes les questions de migration”, ajoute la déclaration gouvernementale. Vienne avait déjà critiqué le texte, jugeant certains aspects “en contradiction avec le programme” de la coalition qui a fait de la lutte contre l’immigration illégale une priorité de son mandat.

    Le vice-chancelier FPÖ Heinz-Christian Strache avait dit craindre que le document ne consacre “un droit à la migration” (…)

    Le gouvernement hongrois de Viktor Orban avait de son côté dénoncé un pacte jugé “dangereux”, car il “incitera des millions de personnes à prendre la route”. La Pologne a récemment fait part de son intention de rejeter aussi le texte. Washington s’était retiré fin 2017 de l’élaboration du document en affirmant qu’il comprenait des dispositions contraires à la politique d’immigration de Donald Trump.

    Le pacte de l’ONU préconise notamment de renforcer la coopération internationale pour répondre au phénomène mondial des migrations. Il recense une série de principes – défense des droits de l’homme, des droits des enfants, reconnaissance de la souveraineté nationale, etc – et comprend un catalogue de mesures pour aider les pays à faire face aux migrations: améliorer l’information, mesures pour mieux intégrer les migrants, échange d’expertises…”

    https://www.lesalonbeige.fr/lautriche-refuse-de-signer-le-pacte-des-nations-unies-sur-la-migration/

  • Bébés sans bras : vers un scandale national ? – Journal du mercredi 31 octobre 2018

    Santé / Bébés sans bras : vers un scandale national ? 
    Alors que 11 nouveaux cas de bébés sans bras ont été recensés, le ministre de la Santé, Agnès Buzyn, a précisé qu’une enquête avait été ouverte. Tout porte à croire que les causes sont environnementales.

    Economie / Tourisme : la France a toujours la cote
    Malgré un risque terroriste accrue et des politiques de la ville désastreuse, la France demeure la première destination touristique au monde. Des résultats positifs sur lesquels le gouvernement entend s’appuyer pour favoriser une relance sur le marché du travail.

    Europe / Espagne : Un gouvernement jeune et instable

    International / Aéroport d’Istanbul : le rêve de grandeur d’Erdogan
    La Turquie rêve plus grand. Le président de la république Recep Tayyip Erdogan vient d’inaugurer le nouvel aéroport d’Istanbul. Une vitrine pour l’homme fort d’Ankara qui entend asseoir la place de sa nation dans la région et dans le monde.

    Serveur TVL

    Lien dailymotion

  • La Ve république : Soixante ans

    2470264111.jpg

    Analyse. A-t-elle encore gardé son esprit ? Macron veut l’enserrer dans une réforme technocratique. 

    Notre Ve République a soixante ans. Encore cinq ou six petites années et elle dépassera en durée la IIIe République. Soit le prochain quinquennat. Ça passe vite. On sait comment finit la IIIe République et, d’une manière générale, toutes les républiques dans notre pays au cours des deux siècles précédents. Aucune n’a réussi à instituer, malgré sa prétention, un régime stable, ni dans le gouvernement ni dans la représentation ; aucune n’a été capable d’assumer, aux yeux des Français et en faveur de la France dans le monde, une pérennité et un équilibre dont notre nation, plus que tout autre au monde, a un besoin vital et, pour ainsi dire, substantiel, comme ne le montre que trop son histoire.

    Les Français attendent toujours – et le monde avec eux – que la France soit la France : c’est ainsi ! Ce n’est pas pour rien que, quel que soit leur parti pris, les Français ont l’impression funeste qu’à quelques exceptions près, la France n’est pas à la hauteur de l’idée qu’ils s’en font.

    La question des institutions

    Ce qui repose indéfiniment, en raison des circonstances, qu’on le veuille ou non, la question politique qui est au cœur du problème français depuis plus de deux cents ans : la question même des institutions. Car elle n’apparaît jamais bien posée ni, par conséquent, bien résolue : c’est encore ainsi. On fait semblant de croire que les choses vont pouvoir poursuivre leur course comme avant, en s’adaptant aux nouvelles circonstances politiques et en pliant la constitution aux normes d’une prétendue modernité.

    Les brusques et récents départs de ministres – les plus importants : Hulot, Collomb – ont entraîné un remaniement ministériel qui se présente comme une reprise en main. On verra la nouvelle équipe à l’ouvrage. Castaner à l’Intérieur, Riester à la Culture, il paraît que ça change ! Il est plus que probable que tout continuera comme avant, pour la bonne et simple raison que ce sont les institutions qui sont atteintes dans leur fonctionnement. Ce qui aggrave aujourd’hui dans le peuple français le sentiment d’insécurité politique qui domine – et c’est normal – tous les autres sentiments d’insécurité, et Dieu sait qu’ils sont nombreux : insécurité sociale, culturelle, nationale, économique, financière et tout simplement humaine avec l’immigration. Au point qu’il devient naturel de se demander si Macron, en courant derrière sa chimère d’une France autre qu’elle n’est, ne mène pas le pays vers une crise politique majeure.

    Que reste-t-il de la Ve ?

    Le président de la République a donc célébré, ce mois de septembre, comme il se devait, la constitution de la Ve République, alors que par son comportement et ses choix personnels il ne cesse d’en fausser le sens. Pour se justifier, il assure qu’il se pénètre de l’esprit de la Ve République.

    Il a péleriné et s’est recueilli sur les traces de son fondateur, le général de Gaulle, à Colombey-les-deux-Églises ; il a médité au Conseil constitutionnel, haut lieu de la République où est conservée, dans son texte original, dûment scellé du Grand Sceau, la loi constitutive du contrat social qui lie démocratiquement et juridiquement les Français entre eux et qui règle leur vie publique. Cependant, Macron a bien l’intention de la modifier, lui aussi, et profondément, tant il est insatisfait du fonctionnement actuel. Alors ?

    La constitution a déjà été aménagée par de nombreuses révisions, affectant les pouvoirs publics et leur organisation. Il suffit d’examiner les principales de ces révisions pour saisir dans quel sens évolue la Ve République. Elle perd progressivement sa marque originelle qui était fondamentalement, pour le meilleur et pour le pire, un refus du régime des partis et une restauration de l’autorité de l’État sur un cadrage étroit du pouvoir législatif.

    Brièvement et dans l’ordre d’importance. D’abord l’élection du chef de l’État au suffrage universel, ce qui était censé, dans la logique gaullienne, investir le monarque républicain d’une légitimité populaire incontestable, mais ce qui, en revanche, l’établissait comme « le grand gagnant » de « la grande élection », celle qui tranchait le grand « débat » ou le grand « combat » du champ politique. Le chef de l’État devenait le plus habile et le premier des politiciens, obligé d’avoir à son service un parti, si possible majoritaire ou en capacité de le devenir ou de le redevenir, rendant inopérante, sinon douteuse, sa fonction arbitrale, au-dessus des partis.

    Le quinquennat ne fit qu’accentuer le caractère électoral et politicien de la désignation de l’homme du destin français qui ne pouvait plus être que l’homme-clef d’un appareil partisan. Emmanuel Macron qui s’est fait fort de dépasser le clivage gauche-droite, est et sera de plus en plus contraint, lui aussi et quoi qu’il en ait, par la mécanique institutionnelle, de se couler dans le moule d’un chef de parti, ce qu’il fait en ce moment même avec son remaniement ministériel et dans la préparation des prochaines échéances électorales, au risque d’y perdre son apparente originalité.

    Acté par Jacques Chirac, à l’encontre, d’ailleurs, de son sentiment intime, le quinquennat a, de plus et gravement, retiré à la charge du premier et souverain magistrat l’attribut primordial de la représentation durable de l’État, celui d’une sorte de permanence politique qui dominait les aléas de l’histoire et de la vie politicienne. Le septennat s’inscrivait, en effet, dans une conception régalienne, autrement dit royale, du pouvoir suprême, telle que les constituants monarchistes de la IIIe République l’avaient voulue, dans l’attente du Roi qui devait venir et qu’on attend toujours, mystérieusement, sans jamais le dire et même en le niant, encore et encore, se contentant d’hommes dits providentiels, de substituts de rois, en quelque sorte de faux rois.

    Des contradictions mortelles

    Ce court exposé ne saurait s’attarder sur des réformettes secondaires qui étaient imaginées pour donner satisfaction à la personne du chef de l’État et renforçaient, plus ou moins faussement, le caractère américain qu’on prétendait infliger à nos institutions : un président coiffant une alternance !

    L’autre grande affaire constitutionnelle concerne les statuts des collectivités territoriales, tels qu’ils ressortent après les différentes phases des lois de décentralisation où Defferre et Raffarin ont originairement accroché leur nom. Notre République est dite maintenant constitutionnellement « décentralisée », alors même qu’elle conserve ses caractères antérieurs et constituants de République une, indivisible, laïque et sociale, principes consubstantiels, inaltérables et inamissibles, métaphysiques en quelque sorte ! Et nous voilà depuis lors dans des paquets de contradictions majeures qui ne peuvent qu’empirer jusqu’à l’explosion probable.

    Une véritable décentralisation supposerait, d’un côté, un État fort et indépendant, de l’autre, une représentation des intérêts réels qui auraient la liberté de s’exprimer. La France est loin du compte ! Les intérêts locaux sont de plus en plus bafoués et donc les libertés sont de plus en plus mal représentées, comme s’en plaignent justement les autorités représentatives elles-mêmes des régions, des départements, des mairies, singulièrement au cours de ces dernières années et de ces derniers mois. Mais à qui la faute ? La représentation est captée – et les Français le savent – par un régime des partis dont la France crève littéralement, et d’autant plus que ce régime est lui-même en train de crever dans l’esprit et le cœur des Français !

    Alors, Macron prétend porter l’estocade en réduisant encore la représentation, en la ramenant, pour ainsi dire, à une sorte de service de la société civile, en l’émiettant, en recentralisant par ailleurs et en réorganisant sur de grands ensembles, métropoles en particulier, tous les services, en unifiant et en uniformisant et puis en façonnant la loi, comme le législateur lui-même, à la manière des règlements de société sortis d’ordinateurs performants.

    Dans son esprit, c’est ça le progrès et il se définit évidemment comme « progressiste », face à tous les « nationalismes » du monde, face surtout à cette nation française qu’il qualifie de gauloise, et qui demande à vivre selon ses libertés, donc réfractaire à son projet !

    Le prince Jean de France, duc de Vendôme, dans un communiqué, a fait savoir son attachement au caractère monarchique de la constitution de la Ve République qui, épanoui comme il conviendrait, jusqu’à son véritable terme, serait la meilleure garantie des libertés françaises. À quand la vraie réforme ?   

    Hilaire de Crémiers

    http://lafautearousseau.hautetfort.com/archive/2018/10/29/la-ve-republique-soixante-ans-6101045.html

  • Élections européennes : la croisade de Macron contre les populistes est mal partie

    1059220-french-president-emmanuel-macron-delivers-a-speech-to-set-out-plans-for-reforming-the-european-union-845x475.jpg

    On comprend que le Président, sur les conseils de madame Macron paraît-il, ait décidé d’anticiper le Conseil des ministres ce mardi pour prendre trois jours de repos avant son marathon mémoriel de novembre. En effet, son activisme anti-populiste qui l’a amené à s’en prendre, dans une capitale européenne, aux dirigeants polonais et hongrois a été mal perçu en France aussi bien que dans les pays visés. C’était déplacé, caricatural et peut-être même contre-productif. C’est pourtant l’unique levier que le président de la République et son gouvernement semblent vouloir actionner pour ces élections européennes de mai 2019. Et alors que la campagne est encore loin de nous, ils y sont déjà entrés tête baissée, sentant sans doute que les choses n’étaient pas gagnées et qu’il allait falloir travailler l’électeur au corps.

    D’abord par des « consultations citoyennes » voulues par Emmanuel Macron et organisées dans toute l’Europe pour répandre le catéchisme de l’Europe comme ils l’aiment. Cette précampagne s’est achevée ce week-end. Le bilan est un flop. Nathalie Loiseau, Ministre chargée des Affaires européennes, dans un entretien au Parisien, le reconnaissait en regrettant que les Français ne se soient pas « assez appropriés la campagne en ligne ». Hier, pour le discours de clôture, elle tentait quand même de justifier son activisme :

    « Sans vous, les 1.076 consultations citoyennes sur l’Europe n’auraient pas pu avoir lieu. Plus de 70.000 de nos concitoyens ont pu faire part de leurs propositions, de leurs craintes, de leurs espoirs pour l’Europe. »

    Sur Twitter, on ne s’est pas privé d’ironiser sur ces avis donnés par 0,1 % des citoyens et sur la préférence de l’Union européenne pour ces consultations entre happy few au détriment de la parole du peuple, comme lors du référendum de 2005. Pour information sur ces consultations, il y en a même eu dans des endroits assez inattendus, comme l’a confié, émerveillée, le ministre Loiseau : « Il y a eu des consultations dans des endroits où l’on ne parle pas spontanément de l’Europe, par exemple à la prison des Baumettes. » Décidément, la voix des détenus est une priorité dans ce gouvernement… Il paraît que ces montagnes de contributions seront soigneusement épluchées et analysées pour être restituées aux chefs d’État et de gouvernement européens. Quand on sait la capacité du pouvoir à s’asseoir sur ce genre de consultation (voir les débats sur la bio-éthique), on peut toujours rêver à une heureuse surprise ! Bien sûr, la précampagne de Mme Loiseau, derrière ses airs de « démocratie participative », a montré du doigt les mauvais élèves de la classe, MM. Orbán et Salvini, accusés de ne pas participer à cette propagande.

    Ensuite, lundi, on a appris aussi que le gouvernement français avait mis en ligne un clip pour inciter les citoyens à voter en mai prochain. La vidéo est actuellement en réparation car elle était « truffée d’erreurs », selon Le Point. Si même eux ne maîtrisent plus le fonctionnement de leur jouet, ils ont peu de chances de nous le faire aimer… Et puis, bien sûr, elle était placée sous le patronage de la phrase mantra du Président Macron dans son discours de la Sorbonne sur le « rétrécissement » populiste et faisait une place, même pas de façon subliminale, aux deux mauvais élèves. Plus orienté, on ne fait pas.

    Alors, un petit scoop sur les discours mémoriels que notre Président pétrit pendant sa mise au vert ? Vous y apprendrez certainement que MM. Salvini et Orbán, en plus d’être « menteurs » et « fous », se préparent à creuser des tranchées en Europe. Mais, finalement, cette campagne a du bon et Emmanuel Macron a raison : Orbán et Salvini constituent d’excellentes raisons de voter pour ces élections européennes.

    http://www.bvoltaire.fr/elections-europeennes-la-croisade-de-macron-contre-les-populistes-est-mal-partie/

  • Élections européennes : la croisade de Macron contre les populistes est mal partie

    1059220-french-president-emmanuel-macron-delivers-a-speech-to-set-out-plans-for-reforming-the-european-union-845x475.jpg

    On comprend que le Président, sur les conseils de madame Macron paraît-il, ait décidé d’anticiper le Conseil des ministres ce mardi pour prendre trois jours de repos avant son marathon mémoriel de novembre. En effet, son activisme anti-populiste qui l’a amené à s’en prendre, dans une capitale européenne, aux dirigeants polonais et hongrois a été mal perçu en France aussi bien que dans les pays visés. C’était déplacé, caricatural et peut-être même contre-productif. C’est pourtant l’unique levier que le président de la République et son gouvernement semblent vouloir actionner pour ces élections européennes de mai 2019. Et alors que la campagne est encore loin de nous, ils y sont déjà entrés tête baissée, sentant sans doute que les choses n’étaient pas gagnées et qu’il allait falloir travailler l’électeur au corps.

    D’abord par des « consultations citoyennes » voulues par Emmanuel Macron et organisées dans toute l’Europe pour répandre le catéchisme de l’Europe comme ils l’aiment. Cette précampagne s’est achevée ce week-end. Le bilan est un flop. Nathalie Loiseau, Ministre chargée des Affaires européennes, dans un entretien au Parisien, le reconnaissait en regrettant que les Français ne se soient pas « assez appropriés la campagne en ligne ». Hier, pour le discours de clôture, elle tentait quand même de justifier son activisme :

    « Sans vous, les 1.076 consultations citoyennes sur l’Europe n’auraient pas pu avoir lieu. Plus de 70.000 de nos concitoyens ont pu faire part de leurs propositions, de leurs craintes, de leurs espoirs pour l’Europe. »

    Sur Twitter, on ne s’est pas privé d’ironiser sur ces avis donnés par 0,1 % des citoyens et sur la préférence de l’Union européenne pour ces consultations entre happy few au détriment de la parole du peuple, comme lors du référendum de 2005. Pour information sur ces consultations, il y en a même eu dans des endroits assez inattendus, comme l’a confié, émerveillée, le ministre Loiseau : « Il y a eu des consultations dans des endroits où l’on ne parle pas spontanément de l’Europe, par exemple à la prison des Baumettes. » Décidément, la voix des détenus est une priorité dans ce gouvernement… Il paraît que ces montagnes de contributions seront soigneusement épluchées et analysées pour être restituées aux chefs d’État et de gouvernement européens. Quand on sait la capacité du pouvoir à s’asseoir sur ce genre de consultation (voir les débats sur la bio-éthique), on peut toujours rêver à une heureuse surprise ! Bien sûr, la précampagne de Mme Loiseau, derrière ses airs de « démocratie participative », a montré du doigt les mauvais élèves de la classe, MM. Orbán et Salvini, accusés de ne pas participer à cette propagande.

    Ensuite, lundi, on a appris aussi que le gouvernement français avait mis en ligne un clip pour inciter les citoyens à voter en mai prochain. La vidéo est actuellement en réparation car elle était « truffée d’erreurs », selon Le Point. Si même eux ne maîtrisent plus le fonctionnement de leur jouet, ils ont peu de chances de nous le faire aimer… Et puis, bien sûr, elle était placée sous le patronage de la phrase mantra du Président Macron dans son discours de la Sorbonne sur le « rétrécissement » populiste et faisait une place, même pas de façon subliminale, aux deux mauvais élèves. Plus orienté, on ne fait pas.

    Alors, un petit scoop sur les discours mémoriels que notre Président pétrit pendant sa mise au vert ? Vous y apprendrez certainement que MM. Salvini et Orbán, en plus d’être « menteurs » et « fous », se préparent à creuser des tranchées en Europe. Mais, finalement, cette campagne a du bon et Emmanuel Macron a raison : Orbán et Salvini constituent d’excellentes raisons de voter pour ces élections européennes.

    http://www.bvoltaire.fr/elections-europeennes-la-croisade-de-macron-contre-les-populistes-est-mal-partie/

  • Le gouvernement veut supprimer une partie de la fonction publique

    Le Premier ministre Édouard Philippe a réuni lundi le 2ème comité interministériel de transformation de l’action publique. A cette occasion, il a défini plusieurs axes pour, entre autres, modifier en profondeur la fonction publique.

    L’objectif semble être de respecter l’engagement du candidat Macron de supprimer 50 000 postes dans la fonction publique d’Etat, sans parler des 70 000 postes à supprimer dans la fonction publique territoriale.

    Pour arriver à des diminutions d’effectifs, les départs d’agents non-remplacés vont nécessairement devoir s’accélérer. Le gouvernement visera prioritairement les missions qu’il n’estimera pas prioritaires. Mais il est resté flou sur les missions qui seront supprimées : on sait par exemple que le fisc refusera les paiements d’impôts en espèces ou encore que la taxe d’habitation sera supprimée, mais cela ne suffira pas à supprimer 50 000 fonctionnaires.

    Les départs de fonctionnaires pourront être consécutifs à des départs en retraite ou – et c’est ce qui est nouveau – découler d’un plan de départ volontaire.

    Des mesures incitatives financières et en termes de formation et de reconversion devraient être mises en place. Les fonctionnaires en question bénéficieront ainsi d’une prime de départ de pas moins de 24 mois de traitement et des allocations chômage. Autrement dit, les meilleurs éléments risquent de partir pour le privé, tandis que les moins bons resteront bien au chaud dans leur administration. Ce sera aussi un moyen de mettre les fonctionnaires âgés en pré-retraite – pratique que les gouvernants ne manquent pourtant jamais de critiquer dans le secteur privé !

    Il y aurait aussi la possibilité étendue de recruter des fonctionnaires hors statut ?

    Oui, le gouvernement veut permettre aux administrations de gérer leurs effectifs avec souplesse en généralisant la possibilité de recruter des contractuels sans passer par le système du concours et donc du statut.

    A cette fin, l’exécutif veut étendre les exceptions autorisant l’emploi de contractuels sur des postes permanents, notamment pour les tâches administratives par exemple.

    La dernière piste serait la rémunération au mérite pour tous avec « indicateurs d’efficacité »

    Mais rien ne démontre que ces mesures permettront de réduire les coûts salariaux de l’Etat ou de gagner en qualité de la main d’œuvre.

    Il est en effet fort à craindre que ces recettes à forte connotation idéologique et libérale n’auront pas d’effet significatif sur la performance de l’action publique. Il risque surtout d’y avoir davantage de clientélisme dans la fonction publique. Quant au service rendu aux usagers, il risque de se dégrader compte tenu des missions supprimées et de la diminution des moyens humains et matériels consacrés à l’action de l’Etat.

    https://www.radiocourtoisie.fr/2018/10/31/bulletin-de-reinformation-du-31-octobre-2018/

  • Convergences et fractures… nous avions vu juste!

    agora.jpgMardi matin, dans son éditorial sur Europe 1, Jean-Michel Apathie affirmait, à la lumière de la poussée populiste, nationaliste qui se manifeste un peu partout dans le monde et qu’atteste encore la situation politique allemande et la victoire au Brésil de Jair Bolsonaro, que l’on avait eu tort d’enterrer trop vite Marine Le Pen. Elle est bien a-t-il dit, la seule opposante sérieuse au macronisme, portée actuellement par le vent de l’Histoire. Quatre jours auparavant dans sa chronique politique sur cette même antenne, toujours, dans le cadre du journal d’information de Nikos Alliagas, M. Apathie s’est livré à un travail de prospective. Il n’a pas évoqué le fantasme qu’il confessait en novembre 2016 lorsqu’il disait son souhait de « (raser) le château de Versailles » s’il était au pouvoir pour que les Français « (n’aillent ) pas là-bas en pèlerinage cultiver la grandeur de la France, devenons réalistes ! ». Non, au nom du réalisme (?) M. Apathie a évoqué le spectre en France d’un scénario à l’italienne, l’alliance au pouvoir du RN et de LFI sur le modèle de la coalition entre la Ligue et le M5S chez nos voisins transalpins.

    A l’appui de sa démonstration Jean-Michel Apathie a cité la réponse de Jean-Luc Mélenchon, lors d’une récente conférence de presse, à une question sur le bras de fer engagé entre la commission européenne et le gouvernement italien. Certes, le lider maximo de LFI a dit son hostilité à l’extrême droite, à Matteo Salvini-l’ami de Marine Le Pen, mais a-t-il ajouté, ce gouvernement a été élu démocratiquement, aussi, « dans cette affaire les Français ont intérêt à soutenir ceux qui défendent la souveraineté populaire.» Une réflexion choquante pour M. Apathie qui a affirmé que l’ex premier secrétaire du PS (et ex trotskyste comme M. Mélenchon) Jean-Christophe Cambadélis a résumé « le sentiment général » lorsqu’il a déclaré que « c’est la première fois qu’une formation se réclamant peu ou prou de la gauche (sic) , soutient une organisation d’extrême droite.»

    Jean-Michel Apathie s’est employé ensuite un peu à la manière des éléments de langage utilisés par LR, LREM ou le PS, à pointer les analyses convergentes entre le RN et le LFI : « ils préfèrent la souveraineté nationale à la suprananationalité européenne, ils sont hostiles à l’euro, au marché unique, ont une analyse voisine des causes des phénomènes migratoires, une sympathie pour Poutine et une hostilité fondamentale aux Etats-Unis. » Une belle démonstration qui ne pouvait s’achever sans une évocation du complot rouge-brun et son point Godwin final, asséné par M. Alliagas au terme du numéro élaboré entre les deux journalistes. Ce dernier a ainsi clôturé cet épisode avec une kolossale finesse en soulignant qu’ « avant d’être fasciste, Mussolini était communiste » (en fait socialiste) et qu’« Hitler et Staline avaient conclu un pacte » (en 1939)… Sacré Nikos! n’en jetez plus la cour est pleine!

    Certes, ils sont nombreux nombreux désormais à affirmer que M. Mélenchon, s’éloignant du culte de la Déesse Raison dérive vers 

    les ténèbres, le côté obscur de la force. C’est en tout cas ce que rapporte le blogue La Lumière de François Koch, hébergé sur le site de l’Express, spécialisé dans l’actualité maçonnique. Celui-ci écrivait hier que «le Conseil de l’Ordre du Grand Orient de France (GODF), la première obédience maçonnique française, a décidé de demander à la Chambre Suprême de Justice Maçonnique (CSJMla suspension temporaire de son frère Jean-Luc Mélenchon ( initié en 1985) en raison de son comportement récent vis-à-vis de magistrats, de policiers et de journalistes(…).Cette décision de l’exécutif du GODF est rarissime. Elle est dû au fait que le leader de la France insoumise est connu de longue date comme franc-maçon et que ses hauts dignitaires redoutent que les mises en cause qui pèsent contre lui rejaillissent sur l’image de toute l’institution (sic) , forte de 53 000 membres (…) Plutôt marquée à gauche (sic), cette obédience est surtout réputée pour son attachement aux valeurs de la République si chères aux magistrats et aux policiers, comme aux militaires.»

    Pour autant, au-delà de son récent coup de gueule contre la justice et la caste journalistique, il n’est pas nécessaire d’être initié pour savoir qu’une large fraction de la la secte du Grand Orient, dont la vertu, y compris républicaine, reste à prouver, n’approuve souvent que très modérément le fait que M. Mélenchon ait siphonné une partie non négligeable des voix de la gauche européiste. Et ce, quand bien même les critiques actuelles de LFI contre l’Europe de Bruxelles différent sensiblement de celles émises de longue date par l’opposition nationale. D’autant que cette aberrante construction européiste-là est toujours appréhendée comme un marche-pied nécessaire pour imposer le triomphe de l’idéologie sansfrontiériste et cosmopolite chère, au moins, à cette branche de la maçonnerie.

    Aux débats internes entre fils de la veuve répondent en écho les querelles intestines qui agitent le camp dit antiraciste, à l’occasion de la sortie du livre-enquête dirigé par les deux journalistes Gérard Davet et Fabrice Lhomme, Inch Allah, portant sur les avancées de l’islam politique et prosélyte en Seine-Saint-Denis. L’idée de cette enquête leur aurait été soufflée indirectement à la suite d’un propos de François Hollande, consigné dans le livre que tous deux avaient consacré à ce dernier quand il était à l’Elysée, Un président ne devrait pas dire ça. M Hollande leur aurait affirmé qu’ «il y a un problème avec l’islam, » A les lire M. Hollande parlait aussi de « l’accumulation de bombes potentielles liées à une immigration qui continue. Parce que ça continue » et lâchait ce commentaire: « Comment peut-on éviter la partition? Car c’est quand même ça qui est en train de se produire: la partition. »

    Cette enquête réalisée par cinq étudiants du Centre de formation des journalistes  (CFJ) de Paris, a été attaquée par toute une fraction du camp  antiraciste, et notamment par le bondyblog, en ce qu’elle ne serait pas  exempte de raccourcis, de caricatures, voire de mensonges. Il n’en reste pas moins constate Bruno Gollnisch, que le grand remplacement ethnique, culturel, religieux est une réalité dans ce département comme dans de nombreux autres pans de notre pays, qu’il ne date pas d’hier et qu’il est parfaitement connu des Français;  à commencer par ceux qui y vivent encore ou qui en ont été chassés par le force des choses. Rappelons au passage que la première campagne menée par le FN pour mettre en garde contre les dangers de l’islamisation date de 1987… là aussi nous avions vu juste!

    Sur atlantico, Guylain Chevrier docteur en histoire, membre du groupe de réflexion sur la laïcité auprès du Haut conseil à l’intégration (HCI), fustige les attaques menées contre MM. Davet et Lhomme, notamment de la part d’une officine comme le Collectif contre l’islamophobie en France (CCIF), financée par le trouble milliardaire George Soros

    «Le CCIF relève M. Chevrier, est de tous les combats qui favorisent la pénétration sans limite de la norme religieuse de l’islam dans notre société : revendication du halal à la cantine, des prières dans l’entreprise, du voile à l’école publique, n’est pas choquée par le fait que des musulmans refusent de serrer la main d’une femme, jusqu’à l’interdiction de toute critique de l’islam dénoncée comme une atteinte à la liberté de culte et une discrimination. Cette organisation invite à faire passer la religion avant tout, comme dans un pays musulmans, voire, comme dans une théocratie. Elle considère les musulmans non comme des citoyens mais comme membres d’une communauté religieuse à laquelle ils devraient être assignées et se soumettre (…). Cette organisation se présente comme association antiraciste, mais c’est une imposture, car à ne défendre que l’islam, elle est tout le contraire du combat universaliste de l’antiracisme, porteur d’égalité des droits pour tous. Nous avons plutôt affaire avec le CCIF à un parti religieux qui ne dit pas son nom (…). Le CCIF, qui partage avec les Indigènes de la République ce procès calomnieux et honteux de la France pour racisme d’Etat, fait progresser l’idée selon laquelle la laïcité serait tournée contre les musulmans, pour mieux justifier le rejet de notre République démocratique (…). Il n’est pas étonnant que dans ces conditions environ 30% des musulmans revendiquent en France la charia et considèrent leur religion comme un instrument de révolte contre notre société, tel qu’a pu le rapporter l’avant dernier rapport de l’Institut Montaigne sur le sujet. »

    Le combat entre deux sortes d’antiracistes, les gentils qui défendent un antiracisme universaliste et les méchants qui défendent un 

    antiracisme «communautariste et racialiste» était l’objet d’un article publié par Médiapart  sous la plume de  la militante Elena Mangusta appartenant au camp universaliste. Elle s’appuie sur plusieurs exemples pour dénoncer les menées des antiracistes antiuniversalistes au nombre desquels elle compte Rokhaya Diallo, une association comme Décoloniser les Arts  (DLA) ou encore bien sûr Houria Boutedlja du Parti des Indigènes de la Républiques (PIR).

    Mme Angusta s’indigne « du rôle trouble des médias et de la presse de gauche en particulier», la manière dont « de façon extrêmement perverse les journaux l’Humanité, Libération, Le Monde se font les chantres de ces idéologues et ferment leur colonnes à l’antiracisme universaliste. Celui-ci n’a d’autres choix dès lors pour s’exprimer que de publier dans la presse de droite, ce que bien évidemment le camp du bien  s’empresse de lui reprocher et utilise pour le décrédibiliser.»

    Nous ne voudrions pas faire de peine à la gentille Elena mais ce sont plus globalement tous les propagandistes de l’antiracismefaux nez de l’immigrationnisme obligatoire, ceux qui scandent depuis quarante ans que le déracinement de populations étrangères non européennes pour les faire venir chez nous est une chance pour la France,  qui sont décrédibilisés (pour rester poli) aux yeux de nos compatriotes.

    Ces failles qui se distinguent désormais au sein des structures, des formations antinationales au nom de l‘antiracisme, traversent désormais une large partie de la gauche ou la tentation de courir derrière les communautaristes ne date pas d’hier. Le tout au nom de petits calculs tactiques ou stratégiques, d’un clientélisme de bas étage. Et l’on sait aussi que dans ce domaine certains élus et maires de droite ne se comportent parfois pas mieux que certains maires rouges Reste que pour le coup, humanistes, républicains et autres donneurs de leçons auront du mal dans ce cadre à trouver des analyses convergentes entre le RN et LFI ou les autres partis accueillant ou baissant les bras devant  l’immigration-invasion.

    https://gollnisch.com/2018/10/31/convergences-et-fractures-nous-avions-vu-juste/

  • L’homophobie qui se développe a pour origine principale la montée du fondamentalisme islamiste

    L’homophobie qui se développe a pour origine principale la montée du fondamentalisme islamiste
     
    Marine Le Pen
     
    @MLP_officiel

    "L'homophobie qui se développe dans notre pays a pour origine principale la montée du fondamentalisme islamiste. Vais-je à nouveau être la seule à oser le dire ? Qu'on nous donne le nom des agresseurs !"

  • Appels à manifester le 17 novembre : les Français ne veulent plus être « emmerdés » !

    La mascarade fiscale doit cesser : l’écologie et la justice sociale ne sont que de grossiers prétextes pour s’en prendre à l’épargne collective et à tous ceux qui travaillent et font fonctionner le pays.

    Par Romain Naudin1.

    « Qu’on arrête d’emmerder les Français ! » : le mot de Pompidou est connu et continue de résonner à l’heure où le gouvernement Philippe a encore une fois décidé de s’attaquer au pouvoir d’achat.

    Depuis quelques jours, les appels à manifester le 17 novembre se multiplient sur Internet, annonçant de forts remous politiques et sociaux. L’exaspération populaire est logique, s’expliquant par la hausse, devenue insoutenable, d’une fiscalité désormais perçue comme nuisible et inefficace.

    Lire la suite

  • Pour la Macronie, manifester contre la hausse du carburant, c’est de la petite jacquerie

    jacquerie8-845x475.jpg

    et bien sûr... d'extrême droite !

    Connaissez-vous le compte Twitter « TEAM MACRON », en abrégé TM ? « La #Team Macron soutient l’action d’@EmmanuelMacron pour la réussite de la France. » Passons sur l’emploi de l’anglais : « Team », ça doit faire mieux qu’« Équipe », qui sent le journal lu au coin du zinc, un lendemain de match. Un paradoxe de plus pour ceux qui veulent la réussite de la France…

    Qui est derrière ce compte ? En mars dernier, Libération avait enquêté. C’est un membre de l’équipe de campagne d’Emmanuel Macron, Pierre Le Texier, aujourd’hui responsable du « pôle e-influence » du parti présidentiel, qui le créa. Le compte serait aujourd’hui géré par des bénévoles, militants de La République en marche, mais sans qu’il y ait de lien organique entre le parti et le compte. Pratique, en cas de dérapage, comme ce fut le cas avec le hashtag « Balance ton maire ». En somme, des flibustiers de la guerre du Net.

    Si vous ne connaissez pas ce compte Twitter, nous vous invitons à aller le consulter de temps en temps. Vous vous ferez une idée de ce que la propagande a pu faire comme progrès en quelques décennies et, surtout, vous prendrez pleinement conscience de l’état d’esprit qui anime la Macronie et ses satellites – TEAM MACRON en est un. La Macronie n’a pas la vérité, elle est LA vérité – nuance. La moindre déclaration des vedettes gouvernementales est reprise comme un mantra. Les paroles du Président sont d’évangile. Si vous voulez, TEAM MACRON, c’est l’équivalent Twitter de ce que sont les députés de La République en marche à l’Assemblée : on applaudit – et debout, s’il vous plaît – pour la moindre saillie d’une excellence maroquinée.

    Un exemple : Benjamin Griveaux déclare au JDD que Wauquiez, « c’est le candidat des gars qui fument des clopes et qui roulent en diesel. Ça n’est pas la France du XXIe siècle que nous voulons. » Au passage, si on avait encore un doute sur l’arrogance de « ces gens-là », nous sommes définitivement fixés… Wauquiez réagit en dénonçant le « mépris » et le « décalage » du gouvernement. Contre-attaque de Benjamin Griveaux, que TEAM MACRON s’empresse évidemment de reprendre : « Tabac = 73.000 morts. Pollution aux particules fines = 48 000 morts par an. Le vrai mépris, c’est de dire aux Français qu’on continue en fermant les yeux. Un peu de courage @laurentwauquiez ! » Là, on n’est plus dans le registre du mépris mais dans celui de l’hypocrisie la plus totale. Le vrai courage, allons jusqu’au bout, puisque M. Griveaux exhibe, sans complexe, les 73.000 morts du tabac, serait en toute logique d’interdire carrément le tabac. N’oublions pas que le pourcentage des taxes dans le prix du tabac est de 80 %…

    Mais le compte TEAM MACRON peut faire plus que la claque du gouvernement. Ainsi, il vient de prendre pour cible le mouvement du 17 novembre contre la hausse des carburants à travers un visuel : « NON ! Je ne participerai pas au mouvement de blocage du 17 novembre contre la hausse des carburants. » Avec cet argument suprême : « RÉCUPÉRÉ PAR L’EXTRÊME DROITE ». Marine Le Pen et Nicolas Dupont-Aignan venaient d’apporter leur soutien… Question : et s’ils n’avaient pas apporté leur soutien, on avait bon ?

    Là où toute la quintessence de l’esprit du macronisme se révèle, sans complexe, c’est dans le commentaire qui accompagne ce visuel : « Les petites jacqueries d’extrême droite, c’est NON ! » Les gens qui n’en peuvent plus de payer toujours plus cher pour aller travailler, conduire les enfants à l’école, au foot, chez le médecin, c’est de la petite jacquerie. La petite jacquerie du petit peuple, vous voyez, ma chère… Et pour essayer de les déconsidérer, on les affuble du suffixe supposé infamant. Les petits marquis masqués de la Macronie devraient sortir de leur château délimité par le périphérique de Paris et lire un peu l’Histoire.

    http://www.bvoltaire.fr/pour-la-macronie-manifester-contre-la-hausse-du-carburant-cest-de-la-petite-jacquerie/

  • Mathieu Bock-Côté : « Défense du Brexit »

    4070779540.jpg

    Les appels à un second référendum reviennent à considérer que les Britanniques ne voulaient pas sincèrement quitter l'Europe. Parce que leur choix ne va pas dans le sens du progressisme diversitaire, il ne peut être sérieux et doit donc être effacé des tablettes. Mathieu Bock-Côté fait ici l'analyse inverse et nous n'avons aucun scrupule - au contraire - à la reprendre pour les lecteurs de Lafautearousseau : c'est aussi la nôtre. Mathieu Bock-Côté la mène avec rigueur et avec talent. [Le Figaro, 26.10].  LFAR

    À mesure que mars 2019 s'approche, on comprend qu'une frange importante des élites européennes peine toujours à prendre au sérieux le vote des Britanniques en faveur du Brexit. L'appel récurrent à la tenue d'un nouveau référendum, censé corriger les résultats du premier, témoigne de cet état d'esprit : le 23 juin 2016, les Britanniques n'auraient pas eu toute leur tête. Ils auraient voté sous le coup de la passion en plus d'être manipulés par la propagande du camp eurosceptique, que ses adversaires accusent d'« europhobie ». Le vote en faveur du Leave était accidentel. On en comprend qu'il n'y avait qu'un seul choix possible et rationnel, et que celui-ci consistait à confirmer l'adhésion de la Grande-Bretagne à l'Union européenne.

    Ce refus d'envisager que les Britanniques aient voté en connaissance de cause est révélateur de la mentalité qui domine les élites mondialisées, décrétant le cadre national désuet et, surtout, dépourvu de légitimité. On l'avait déjà constaté en 2005, après le référendum français sur la Constitution européenne. Plusieurs accusèrent Jacques Chirac d'avoir fait une immense bourde en le tenant, dans la mesure où il reconduirait la légitimité d'un cadre national qu'il faudrait justement dépasser. Le philosophe Jürgen Habermas soutiendra ainsi que le seul référendum légitime serait à l'échelle de l'Union européenne (UE), pour constituer par cet acte fondateur un peuple européen. Le peuple devient ici une pure construction juridique sans épaisseur identitaire.

    La même chose a été reprochée au Brexit. Deux ans après le référendum, on constate à quel point il a révélé la nature ambivalente de la démocratie contemporaine. Quand la volonté populaire s'exprime en faveur du progressisme diversitaire, elle est louée. Mais quand elle embrasse une cause jugée en contradiction avec le « sens de l'histoire », on la désavoue et, surtout, on veut l'étouffer. La souveraineté populaire est vidée de sa substance. Il ne s'agit plus que d'un mécanisme vicié qui consacrerait la tyrannie de la majorité et l'hégémonie politique des catégories sociales retardataires. Elle ne devrait pas permettre les régressions historiques comme le Brexit. Cette interdiction s'applique aussi à toute volonté de renverser les innovations « sociétales » ou de redéfinir les « droits » qui ont été octroyés au fil des ans.

    La dénonciation du Brexit fait ainsi écho à celle des « populisme s», un terme servant essentiellement à pathologiser la souveraineté populaire lorsqu'elle entre en dissidence avec le régime diversitaire. Dès lors que la question du régime resurgit, l'espace démocratique se resserre. Les partis et mouvements qui adhèrent à l'idéologie diversitaire et postnationale sont accueillis favorablement dans la conversation démocratique. Les autres sont assimilés à la lèpre, pour emprunter la formule désormais célèbre d'Emmanuel Macron. Qui entend arrimer la démocratie au cadre national bascule dans le camp de la réaction et sera à bon droit traité comme l'ennemi public, et peut-être même comme ennemi de l'humanité.

    Dans ce contexte, on pouvait s'attendre à ce que les élites britanniques fassent tout pour neutraliser le résultat du Brexit. Et pourtant, Theresa May a décidé de respecter la volonté populaire, en la considérant non pas sur un mode anecdotique mais historique. Si elle peine à conserver l'unité d'un Parti conservateur travaillé par des courants contradictoires sur la question européenne, elle garde le cap. Les modalités de la rupture restent à préciser: on ne détricote pas facilement des accords tissés au fil des décennies. L'UE s'est construite de telle manière que plus on s'y engage et plus il devient difficile de s'en désengager. Sans le moindre doute, le Brexit entraînera quelques turbulences, mais l'histoire s'écrit rarement en ayant pour trame sonore une musique d'ascenseur. La restauration de la souveraineté nationale d'un pays n'est pas une décision administrative ordinaire.

    Qui dit Brexit ne dit pas nécessairement Frexit. La Grande-Bretagne, depuis toujours emportée par le grand large, n'a pas le même rapport avec le continent que la France. Les deux histoires ne sont pas interchangeables. Toutefois, le référendum britannique a confirmé l'importance vitale de la nation, qu'on ne saurait tenir pour une simple construction artificielle facile à démonter, comme veut le croire une certaine sociologie. Les nations sont des réalités historiques aux racines très profondes et qu'on ne saurait déposséder de leur souveraineté sans provoquer chez elles une réaction vitale, surtout quand l'histoire redevient tumultueuse. On ne saurait non plus les humilier sans les pousser à la révolte. Le Brexit, de ce point de vue, peut servir de rappel: ou bien l'Europe sera gaullienne, et saura respecter la diversité des peuples qui la constituent, ou bien elle ne sera pas. Ou alors, elle ne sera plus l'Europe.

    http://lafautearousseau.hautetfort.com/archive/2018/10/28/mathieu-bock-cote-defense-du-brexit-6100723.html

  • La Turquie achemine 500,000 migrants clandestins afghans à la frontière grecque pour envahir le pays

    [MINDWAR] TURQUIE 12/10/2018 – Jusqu’à 500,000 migrants clandestins d’Afghanistan attendent de pouvoir s’infiltrer en Europe indique le journal grec Kathimerini (source).

    Le journal indique que 500,000 Afghans ont récemment pénétré en Turquie depuis l’Iran et l’Irak avec l’intention d’entrer en Europe.

    Selon les informations parvenues en Grèce, les migrants sont concentrés dans la région d’Andrianopolis, une partie non gardée de la frontière terrestre gréco-turque.

    Le gouvernement d’extrême-gauche grec entend utiliser, tout le gouvernement islamiste turc, cette colonne de colons musulmans pour exercer un moyen de pression sur l’Europe, Allemagne en tête.

    https://borislelay.com/2018/10/12/la-turquie-achemine-500000-migrants-clandestins-afghans-a-la-frontiere-grecque-pour-envahir-le-pays/

  • Vers la fin du droit du sol ?

    Vers la fin du droit du sol ?

    konk-300x300.jpgAux Etats-Unis :

    “Le président des Etats-Unis Donald Trump souhaite mettre fin, par décret, au droit du sol, qui stipule que tout enfant né sur le territoire américain a la nationalité américaine. Cette proposition, formulée dans la dernière semaine d’une campagne électorale (…) pourrait cependant se heurter à de sérieux obstacles. Dans un entretien à Axios, le président affirme qu’il envisage de signer un décret pour que les enfants nés sur le sol américain de parents en situation irrégulière ne bénéficient plus de ce droit.

    Nous sommes le seul pays au monde où, si une personne arrive et a un bébé, le bébé est citoyen des Etats-Unis… avec tous les avantages“, affirme-t-il dans cet entretien télévisé. “C’est ridicule, c’est ridicule, il faut que cela cesse” (…) La possibilité même pour le président de pouvoir remettre en cause, par décret, ce principe inscrit dans le 14ème amendement de la Constitution, est vivement contestée par nombre de juristes. “On m’avait toujours dit que vous aviez besoin d’un amendement constitutionnel. Vous savez quoi? Ce n’est pas le cas”, avance le président au cours de l’entretien. “C’est en cours. Cela va se faire, avec un décret”, ajoute-t-il.”

    Contrairement à une idée reçue, le droit du sol n’existe pas en France de la même manière. En France, en plus du droit du sang, s’applique le double doit du solDans les faits, il est extrêmement facile de devenir français :

    En France, le droit de la nationalité est régi par le code civil depuis 1804: la nationalité se transmet par filiation, ou directement à un enfant né en France de parents apatrides.

    En 1851, est institué le «double droit du sol» : est Français à la naissance tout individu né en France d’un parent étranger qui y est lui-même né (…). De plus, l’enfant d’un Français est français, quel que soit son lieu de naissance (droit du sang).

    Toutefois, un enfant né et ayant vécu au moins cinq ans en France de parents tous deux nés à l’étranger peut devenir français à sa majorité s’il a sa résidence habituelle en France. Cette reconnaissance de nationalité française a été subordonnée de 1993 à 1998, date d’application des lois Pasqua-Debré à une demande préalable, elle est désormais automatique (sauf refus par l’intéressé), ou à partir de l’âge de 13 ans si ses parents en font la demande et si l’enfant réside en France depuis l’âge de huit ans (…)

    La loi du no 2016-274 du 7 mars 2016 relative au droit des étrangers en France (…) élargit par son article 59 l’accès à la nationalité française par le droit du sol, en ouvrant la nationalité française à leur majorité, aux personnes vivant sur le territoire français « depuis l’âge de six ans et ayant suivi leur scolarité obligatoire en France lorsqu’elles ont un frère ou une sœur ayant acquis la nationalité française. » Selon le juriste Alexis Théas, cette loi introduit une innovation dans le droit français. Elle crée « une nouvelle forme d’acquisition de la nationalité française, un droit du sol dérivé, indirect, transmis par le lien de fratrie, qui ne nécessite pas d’être né sur le territoire français, mais d’avoir un frère ou sœur devenu lui-même français par le droit du sol. »

    https://www.lesalonbeige.fr/vers-la-fin-du-droit-du-sol/

  • Raphaël Glucksmann, dernier boulon de la machine à perdre

    799px-Raphaël_Glucksmann-1040806-799x475.jpg

    Il manquait à la gauche un sauveur. Le voici, le voilà. Raphaël Glucksmann cofonde Place publique, dont l’ambition est de « structurer les orphelins de la gauche ». Une sorte de centre d’hébergement, un orphelinat destiné à recueillir des personnalités politiques de gauche qui ont perdu leurs papas et leurs mamans électeurs.

    Muni d’une pelle et d’une balayette, le tout nouveau mouvement se fixe de réunir les miettes pour tenter de former un petit tas à peu près présentable aux européennes. Dans cet objectif, Glucksmann et ses acolytes ratissent parmi les ruines du PS, du Parti communiste, des écolos et de Génération.s, le parti de Benoît Hamon dont la lettre S a été placée après le point, au cas où un second adhérent viendrait à surgir comme par miracle.

    « Nous voulons être la voix des associations et des citoyens qui s’engagent… » Nanti de ce postulat abstrait, Place publique rencontre une réaction tout aussi évasive de la part du patron du PS, Olivier Faure, qui ne s’interdit rien et attend de voir… Voir s’il va trouver du pétrole en creusant encore plus profond dans le gouffre qui le sépare de l’attente populaire.

    Fidèle à son fonctionnement, EELV a tenu d’emblée à se montrer divisé. Tandis que cadres et adhérents semblent apprécier l’imprécision du concept, le calife Yannick Jadot ne démord pas de mener la liste des Verts et, ainsi, de connaître le grand frisson du saut politique sans élastique. Côté Parti communiste, les héros du Grand Soir ne seraient pas insensibles aux yeux de biche de Glucksmann mais, hélas, ils sont en plein dans leur congrès interne et Dieu seul sait quand ils en sortiront, ni dans quel état.

    La seule note véritablement enthousiaste est venue de Benoît Hamon qui a sauté de joie, tel Robinson sur son île apercevant le Titanic. Enfin un bateau, enfin un espoir de placer le S au bon endroit, enfin une croisière agréable vers l’Europe !

    À l’évocation que tout ce micmac servirait à bombarder Raphaël Glucksmann à la tête d’une liste aux européennes, le mouvement rétorque que « ce n’est pas du tout le sujet ». Le sujet est de réunir des lambeaux de partis pour ne former qu’une seule et grande veste électorale taillée sur mesure pour le dandy des beaux quartiers, héros vaincu mais fondateur lumineux de la gauche du futur. Plus caviar que jamais. Encore plus éloignée des réalités. Les populistes ne pouvaient rêver adversaire plus à côté de la plaque.

    Jany Leroy

    http://www.bvoltaire.fr/raphael-glucksmann-dernier-boulon-de-la-machine-a-perdre/

  • La France aux petits soins avec les jeunes migrants, mais laisse tomber ses "vieux" (article de février 2018)

    Personne agée.jpg« La France est humaine », paraît-il ? Mais pour qui ? Pour tous ces migrants, jeunes, en pleine santé, que l’on loge, nourrit, soigne, divertit, dans des conditions qu’apprécieraient beaucoup de nos « vieux ».
    Ce débat se discute depuis plusieurs années à l’Assemblée Nationale et au Sénat et il occupe les parlementaires sur un sujet qui, certes, les interpelle ; « Comment mourir dans la dignité ? ».
    Il est évident qu’il s’agit là d’un sujet de haut niveau philosophique qui mérite que l’on s’interroge longuement et c’est ce que l’on fait.
    Mais il est un autre débat, qui lui n’interroge personne, du moins jusqu’à aujourd’hui : « Comment vivre ses dernières années dans la dignité ? ».
    La loi de la nature veut qu’avant de mourir, il nous faille vivre quelques années et dans quelles conditions ? Cela ne dépend pas, – hélas – de notre volonté !
    Il y a actuellement 1.300.000 « vieux dépendants » chez nous.
    Or, ces « vieux », dont on ne sait plus quoi faire, participent bien malgré eux à la vie de la Nation. Ils perçoivent une pension sur laquelle l’Etat prélève des impôts. Impôts qui viennent d’être augmenté de 1,70% de CSG pour les plus riches, ceux qui perçoivent plus de 1200 euros/mois, les veinards ! Retraites dont ils ne peuvent plus, hélas, profiter dans l’état de santé qui est le leur à présent !
    Cet Etat, qui les pourchasse jusqu’à leur dernier souffle de vie, en leur confisquant jusqu’à « leurs successions », quand il en reste une, devrait se pencher sur leur triste sort et non pas les abandonner dans des « mouroirs », sans soins bien souvent (uniquement des cachets, des gouttes, des injections et des perfusions, pour les faire « dormir » toute la journée afin qu’ils ne dérangent pas !)
    Il est vrai qu’avec le 0,4% du PIB qui leur est réservé ils n’ont pas le droit de vivre trop longtemps, cela ne se fait pas. Et ce n’est pas le « pourboire » ridicule de 50 millions d’euros qui changera la donne.
    On ne demande pas à l’Etat d’aller jusqu’à 1%, ce serait bien trop (alors que certains pays, tel le Danemark par exemple, réservent 2% du PIB et que tous « leurs vieux » bénéficient d’une fin de vie honorable, dans des résidences conviviales et que cela ne coûte que 1800 euros/mois pour tous (2800 euros/mois en France, en moyenne) encadrés par 10 soignantes pour 10 « résidents », alors qu’en France on n’en compte que 5 pour 10).
    A moins que, comme cela s’est passé à la triste époque nazie, et se passe encore de nos jours, dans quelques très rares pays, il suffise d’euthanasier les « vieux », dépendants, impotents ou grabataires, ce qui, après tout, est une solution comme une autre et qui vaut la peine d’être débattue, surtout quand il nous est donné de constater dans quelles conditions finissent quelquefois leurs misérables vies, à ces « vieux » dépendants, impotents, grabataires… et gênants !
    N’est-ce pas le cas déjà dans un pays aussi civilisé que l’Angleterre où l’accès à certains services de réanimation, de dialyse rénale ou d’actes chirurgicaux, ne sont plus autorisés après 70 ans !
    Après tout, pourquoi ne pas interrompre des vies qui ne valent plus la peine d’être vécues ?
    « La France est humaine », paraît-il ? Mais pour qui ? Pour tous ces migrants, jeunes, en pleine santé, « qui connaissent Victor Hugo sur le bout des doigts », que l’on loge, nourrit, soigne, divertit, dans des conditions qu’apprécieraient beaucoup de nos « vieux », vos parents, vos grands-parents, votre famille, ceux que vous abandonnez, que vous préférez oublier, parce qu’ils gênent vos habitudes, qu’ils perturbent vos loisirs, ces loisirs dont vous disposez bien davantage qu’ils en ont disposé, eux, toute leur vie durant, pour vous élever et vous conduire où vous êtes !
    Ces vieux, dont certains guettent le départ vers leur fin de vie pour « squatter » l’appartement, puisqu’ils ne pourront plus revenir, qu’ils sont partis pour toujours, et le mettre à la disposition de ces « exilés », comme certains les nomment aujourd’hui et qui nous envahissent !
    Ces vieux qui n’ont pas encore atteint le dernier stade, qui ne sont pas sur la ligne de départ, et qui se demandent comment ils vont pouvoir régler des sommes ahurissantes, bien plus de 2500 euros/mois, avec leur 1200 euros, pour les plus riches, et cela pour obtenir une place, et ne parlons pas des autres, ceux qui n’ont pas « cette chance », parce qu’ils vivent et meurent en France !
    Quel chef d’état, quel ministre, aura le courage et la volonté de s’atteler à cette tâche : donner à nos vieux un endroit digne où finir leur vie, avec les soins, l’accompagnement et la nourriture qu’ils méritent, quel que soit le montant de la pension qu’ils perçoivent ?
    La Cour des comptes leur indiquera où trouver les milliards nécessaires pour appliquer cette « nouvelle taxe », une de plus, quitte à réduire les dividendes perçus par les actionnaires (plus de 43 milliards cette année) pour s’intéresser à ceux qui n’en perçoivent pas.
    Certaines « fins de vies » sont-elles indignes ?
    Pourquoi la présence de ces « personnes âgées » embarrasse tellement ceux qui sont, pour le moment, moins âgés ? Justement parce que les conditions désespérantes de ces « fins de vies » leur donnent une angoissante « peur de vieillir » dans des conditions identiques !
    Lire aussi: La France paie des retraités fantômes à l'étranger et Macron s’en prend aux Français !
    Je me rends parfaitement compte, en terminant cet article, que j’ai perdu une fois de plus mon temps, qu’il ne servira à rien, que tout continuera comme avant, comme aujourd’hui, comme demain, et que les « vieux » continueront à disparaître dans l’indifférence la plus totale et que nous aurons toujours « peur de vieillir » !
    Manuel Gomez

  • Le Mystère Clovis, de Philippe de Villiers

    1819983629.jpg

    C'est une intéressante recension du dernier livre de Philippe de Villiers que Gabrielle Cluzel nous donne ici. [Boulevard Voltaire, 24.10].  

    Rappelons pour ceux qui l'ignoreraient que Gabrielle Cluzel participe - d'ailleurs toujours brillamment - à certains de nos colloques et conférences, dont quelques unes sont les siennes propres.   LFAR 

    Avant d’être « Le Mystère Clovis », ce livre est le « mystère Villiers », la recette inimitable, à chaque ouvrage, réinventée qui a fait l’immense succès de sa Jeanne d’Arc et de sonSaint Louis.

    Ce n’est pas un roman historique, en tout cas pas au sens communément admis du terme : le genre, qui fait florès depuis trente ou quarante ans, prend des libertés et extrapole – parce que roman – et vous habille tout cela en costume d’époque – parce qu’historique. Intrinsèquement chronocentré, il plaque sur ses héros la psychologie de l’homme moderne et prête aux événements des problématiques contemporaines.

    C’est la démarche parfaitement inverse que fait Philippe de Villiers, et quand il imagine – des dialogues, des rencontres, des sentiments -, c’est pour combler les non-dits de l’Histoire avec rigueur, dans le respect du climat, du vocabulaire, du mode d’expression et des croyances de l’époque. Les pages consacrées, en addendum, à la juste datation du baptême de Clovis en sont la preuve.

    Pour ne pas être chronocentré, et donc anachronique, ce livre est cependant lié par mille fils à notre monde. « La nature a horreur du vide. L’Empire romain est mort en Occident. » Clovis est une charnière, la fin d’un cycle et le commencement d’un autre, cette heure un peu sombre, entre chien et loup, qui angoisse. Et ce n’est pas trop s’avancer que d’affirmer que nous y sommes aussi. Nous aussi savons ce qu’est une civilisation qui s’essouffle et s’étiole, qui, comme un vieillard, se crispe et se caricature, dont le raffinement devient perversion, le savoir-vivre hédonisme, la miséricorde faiblesse, le doute désespoir suicidaire. « Les chanteurs ont chassé les philosophes et les professeurs d’éloquence ont cédé la place aux maîtres en fait de volupté. »

    Et voici Clovis, jeune et barbare, doté d’une assurance, une rustrerie, un appétit, une énergie vivifiants : « J’accède au pouvoir au moment même où l’ancien monde bascule dans le vide. Mes impatiences font couler dans mes veines des lames en fusion. » Rien de tout cela – au contraire ! – ne pouvait laisser prévoir qu’il embrasserait la religion du Christ. C’est bien pour cela qu’il fut tenté par l’arianisme. C’est bien pour cela qu’il sembla s’engouffrer dans une manière de théologie de la rétribution résumée par Grégoire de Tours – « Tout lui réussissait car il marchait le cœur droit devant Dieu » -, et pourtant, la mort, sitôt baptisé, du premier enfant que lui donna Clotilde avait de quoi ébranler moins incrédule. Clovis commença d’ailleurs, tel Monsieur Jourdain, par faire du christianisme sans le savoir : ainsi le loue-t-on pour avoir accordé la liberté aux Alamans vaincus… « Je ne voulais pas m’encombrer de captifs », avoue-t-il, candide. « Parfois dans la vie, lui répond l’ermite Vaast, il arrive que l’acte soit plus fort que l’intention. »

    Et voici la vaillante Clotilde, justement, avec la clairvoyante Geneviève, parce que, comme l’écrivait Jacqueline Pascal, « quand les évêques ont des courages de femmes, il faut que les femmes aient des courages d’évêque », et que, précisément, les « druides mitrés », comme les appelait Childéric, père de Clovis, ne sont pas tous de la trempe de saint Remi.

    Quand il s’adresse là-haut, c’est le « Dieu de Clotilde », et lui seul, qu’il interpelle. Preuve que c’est avant tout par elle que la France fut christianisée.

    Philippe de Villiers ne fait jamais rien au hasard, et l’on plonge dans son livre comme l’on rentre au Puy du Fou : pour se divertir, apprendre, en avoir plein les yeux, admirer, retrouver la fierté du passé, mais aussi pour réfléchir et espérer.

    Ce livre sort presque en même temps que le Destin français, où tout semble déjà scellé et plié… à vue humaine, c’est vrai, et Éric Zemmour n’aime rien tant que la rationalité. Mais le mystère est ce que l’on ne peut expliquer. Ou seulement après.

    C’est ainsi que Clovis devint le père d’un Occident que l’on aurait pu croire définitivement condamné. 

    Ecrivain, journaliste

    Son blog

    http://lafautearousseau.hautetfort.com/archive/2018/10/27/livres-histoire-6100494.html

  • Macron et sa fragile équation européenne

    6a00d8341c715453ef022ad39cb626200d-320wi.jpgPour la Macronie les difficultés européennes ne viendront pas seulement des contradictions intérieures[1]. L'annonce par la chancelière Merkel de la fin de sa carrière pourrait, certes, être considérée comme une bonne nouvelle. Depuis 2015, non seulement sa politique migratoire témoignait de son décalage par rapport aux réalités. Elle avait surtout accentué les divisions au sein de la famille européenne. Le résultat du référendum de 2016 en Angleterre, que votre serviteur persiste à tenir, à de nombreux titres, pour une catastrophe, lui doit beaucoup.

    Mais cette nouvelle nous remémore une bonne vieille règle qu'on n'enseigne pas assez dans les hautes écoles : on sait ce que l'on perd, on ne sait pas ce que l'on va retrouver.

    Elle souligne aujourd'hui, d'autre part, la fragilité de l'équation européenne dans laquelle le président Jupiter imagine entraîner sa politique et imposer son influence. Frau Merkel avait certes cessé depuis longtemps de faire figure d'alliée pour le parti macronien de La république en marche en vue du scrutin de 2019.

    D'un tel point de vue et en dépit des lourdeurs institutionnelles de l'Union, la machine des alliances en vue du Parlement européen et du pouvoir qui en résultera tourne peut-être au ralenti, mais elle fonctionne indépendamment des spasmes et des modes de l'opinion parisienne. Et il y a belle lurette que la France n'est plus considérée comme centrale dans le processus de décision.

    Un fait méconnu des Français, qui pestent si souvent contre les décisions de la commission de Bruxelles et qui voient dans l'Union européenne une construction fédéraliste, ni le traité de Maastricht négocié en 1991, et rédigé par l'équipe Delors, ni le traité de Lisbonne signé en 2007 n'instituent même une confédération. Nous en sommes restés, pour l’essentiel des prises de décision, à une Europe des États, des étatismes et des technocrates.

    Parallèlement la plupart des opinions organisées en Europe n'attendent pas béatement les oukases venant du ciel bruxellois. D'une part de forts courants s'opposent, dans un grand nombre de pays, au principe même de décisions prises en dehors de chacune de nos frontières. D'autre part, au sein du Parlement, que l'on va renouveler en 2019, s'est progressivement construit le sentiment de détenir la légitimité démocratique, puisqu'il s'agit de la seule instance élue par les peuples, contrairement aux autres institutions, qu'il s'agisse de la Cour de Justice, de la Banque centrale, du Conseil des États, etc.

    Depuis 2014, et conformément à l'esprit d'un article un peu vague du traité de Lisbonne, s'y est établie la doctrine dite du Spitzenkandidat, théorie et, désormais pratique, qu'il semble tabou d'évoquer de ce côté-ci du Rhin.

    Le traité dispose en effet : "En tenant compte des élections au Parlement européen, et après avoir procédé aux consultations appropriées, le Conseil européen, statuant à la majorité qualifiée, propose au Parlement européen un candidat à la fonction de président de la Commission. Ce candidat est élu par le Parlement européen à la majorité des membres qui le composent."[2]

    L'expression "en tenant compte" peut prêter à interprétation mais elle ouvre indiscutablement la voie à la désignation de la "tête de liste"[3] du parti arrivé en tête comme cela se fait dans la plupart des régimes parlementaires. C'est à ce titre que Juncker en 2014, tête de liste du PPE, s'est trouvé propulsé à la tête de la Commission, sans que cela gênât beaucoup les États habitués à choisir le plus insignifiant, tel son prédecesseur Barroso. De plus à l'époque un accord entre le PPE et les sociaux-démocrates laissa à ces derniers la présidence du Parlement concédée à Martin Schulz.

    Les choses risquent de changer dans la prochaine mandature. Certes, tout le monde prévoit, dans l'Europe des 27, une relative victoire du PPE, auquel est affiliée la droite "républicaine" française. Mais on observe aussi presque partout une tendance à l'effondrement des sociaux-démocrates.

    De toute manière les macroniens français ne seront ni dans le PPE, où la place est prise par Laurent Wauquiez, ni affiliés aux socialistes. On les voit contraints de se raccorder au troisième groupe du parlement, l'Alliance des Libéraux démocrates, centristes conduits par le Belge Verhofstadt, qui bien que finalement assez peu représentatif s'exprime comme s'il incarnait l'Europe à lui tout seul. [4]

    Un tel rapprochement ne donnera pas les clefs de la présidence de la Commission à notre président jupitérien.

    Macron sera donc amené à s'arc-bouter aux bonnes vieilles intrigues et aux marchandages de l'Europe des États. L'homme qui en Slovaquie et en Tchéquie, se posait encore le 26 octobre en avocat de la cause européenne[5], en lutte contre le populisme, etc. va se trouver contraint de faire en pratique le contraire de ce qu'en théorie il préconise.

    JG Malliarakis  

    Pour soutenir L'Insolentet souscrire un abonnement payant cliquer sur ce lien.

    Apostilles

    [1] cette chronique fait suite à celle du 29 octobre "Macron ramasse miettes du socialisme"
    [2] cf. Article 17 § 7.
    [3] en allemand : der Spitzenkandidat.
    [4] On lira pour s'en convaincre sa chronique publiée par L'Opinion le 3 septembre où il prétend poser ainsi la question : "Le PPE est-il encore dans le camp proeuropéen ou non ?" [seuls sont proeuropéens, dans sa rhétorique, ceux qui pensent comme lui] : "Commission européenne: Viktor Orban, Spitzenkandidat du PPE ?".
    [5] En visite en Slovaquie, puis en Tchéquie, il s'est posé en avocat de la cause européenne, et en lutte contre le populisme.
    cf. "En Europe centrale, Macron poursuit sa campagne contre les nationalistes"

    https://www.insolent.fr/

  • Merkel : la chute – Journal du mardi 30 octobre 2018

    Union Européenne / Merkel : la chute 
    Après deux revers cuisants dans les urnes, Angela Merkel amorce sa sortie. Mardi, elle a annoncé son intention de ne pas se représenter à la tête de la CDU, et a également déclaré qu’elle ne serait pas candidate en 2021 pour conserver la chancellerie.

    International / Brésil : Que peut faire Bolsonaro ? 
    Fraîchement élu après une campagne sulfureuse, le nouveau président brésilien Jair Bolsonaro va devoir mettre en place ses réformes. Un défi d’envergure face aux nombreux garde-fous constitutionnels et un paysage parlementaire émietté.

    International / États-Unis : Comprendre les élections de mi-mandat

    Politique / Réforme de l’Etat : vers une purge de la fonction publique ? 
    Edouard Philippe a présenté son plan pour la fonction publique afin de réduire les rangs d’environ 50 000 postes. Pour la modique somme de 50 millions d’euros, les fonctionnaires auront désormais accès à une agence de reconversion…

    Serveur TVL

    Lien dailymotion

    https://www.tvlibertes.com/2018/10/30/26491/merkel-chute-journal-mardi-30-octobre-2018

  • La petite histoire : Guerre de Sept Ans : pourquoi les Amérindiens ont choisi la France

    Quand on s’intéresse à la Guerre de Sept Ans, et particulièrement au conflit qui s’est déroulé en Amérique du Nord, on ne peut que remarquer une chose très nette : toutes les tribus amérindiennes, à l’exception des Iroquois, sont alliées aux Français contre les Anglais. Une curiosité qui est loin d’être un mystère au regard de l’histoire des relations françaises avec les autochtones, à mille lieues du traitement infligés à ces derniers par les Britanniques…

  • 80km/h, premier bilan : 26 morts de plus

    Capture securité routiere.pngLes 6 premiers mois de l’année n’avaient vu aucune augmentation des accidents, ils étaient même bien en dessous des chiffres de l’année précédente…
    Il est bien évident que si les chiffres avaient été bons, l’information aurait tourné en boucle dans tous les journaux télévisés et les membres du gouvernement, premier ministre en tête auraient été vanter à grand renfort de chiffres, d’infographie et d’image chocs l’immense succès d’une décision impopulaire, l’immense courage d’un gouvernement qui sait tenir la barre, l’immense sagesse de ceux qui savent, etc.
    Mais les chiffres ne sont pas bons. Ils sont même très mauvais.
    Il y a eu en France en septembre 2018, 285 accidents corporels de plus qu’en septembre 2017, 299 victimes de plus, dont 26 morts.
    J’hésite (mais peut être que je ne devrais pas) à user de cette mauvaise foi qu’affectionnent certains politiciens qui n’auraient pas tergiversé une seule seconde avant de s’attribuer les mérites des résultats si les chiffres avaient été différents. Je ne voudrais pas non plus laisser entendre que le gouvernement, par ses réglementations absurdes, puisse être responsable de la mort de 26 personnes.
    Et pourtant… J’ai essayé de chercher le début d’une petite explication qui pourrait imputer cette augmentation à autre chose qu’à la limitation à 80 km sur les routes secondaires. Mais je n’ai absolument rien trouvé : ce sont les motocyclistes, les automobilistes et les camionneurs qui ont payé ce lourd tribu, la mortalité des piétons est des cyclistes étant en baisse, le mois de septembre n’a pas subi de conditions climatiques particulièrement défavorables loin de là, les 6 premiers mois de l’année n’avaient vu aucune augmentation des accidents, ils étaient même bien en dessous des chiffres de l’année précédente…
    LA VITESSE TUE
    Tout part d’une évidence : la vitesse tue. De la même façon que l’eau est responsable des inondations, le soleil des insolations et le froid des congélations, la vitesse est responsable de tous les accidents de la circulation. C’est absolument indéniable : on n’a jamais vu deux voitures à l’arrêt se rentrer dedans.
    Une fois qu’on a dit cela, on n’a absolument rien dit. On est resté au niveau zéro de l’analyse.
    Tout le monde sait que les accidents de la route se produisent alors qu’au moins un véhicule est en mouvement. Tout le monde sait que la vitesse est dangereuse.
    Enfin, pas vraiment tout le monde. Le gouvernement semble de toute évidence persuadé qu’il existe en France une bonne proportion de gens qui sont suffisamment bêtes pour ne pas comprendre que le mouvement d’un véhicule est la raison pour laquelle il n’est pas immobile. Il est même également persuadé que ce pourcentage est suffisamment élevé pour qu’on ne puisse pas identifier les abrutis des autres et qu’il convient donc de sanctionner tout le monde.
    [...]
    Olivier Maurice pour contrepoints.org

  • Macron ramasse miettes du socialisme

    6a00d8341c715453ef022ad3bc3261200b-320wi.jpgDans les premiers mois de son règne, notre président jupitérien avait entretenu une sorte d'illusion dans laquelle s'est engouffrée une partie de l'opinion de droite. Il semble, au vu des sondages d'opinion, et notamment de l'écart de popularité, qui s'aggrave, avec la cote de son Premier ministre, que cet effet perde chaque jour un peu plus de son actualité. Produit de ce qu'on appelle le dégagisme et de la déception engendrée par l'échec de la candidature Fillon, le mythe macronien du rassemblement réformateur ne semble pas avoir longtemps survécu à l'année 2017.

    Conseillé sans doute par quelques bons esprits, d'un haut niveau philosophique, comme la citoyenne Mimi Marchand ou le brillantissime Stéphane Séjourné, le président que le monde nous envie envisage aujourd'hui de se refaire une santé électorale. Et il entend saisir l’occasion que lui offrira, pour sûr, le scrutin européen de 2019.

    Sur le papier l'idée pourrait paraître excellente : le clivage qu'il a lancé oppose ainsi les progressistes, qu'il incarnerait et rassemblerait, aux nationalistes qu'il invite à exécrer. Ceci reproduirait le second tour de 2017, en somme. Qui peut penser a priori dès lors qu'une reconstitution de cet épisode tournerait au bénéfice des perdants de la première manche ? Qui donc en dehors des électeurs brésiliens, italiens, hongrois, bavarois, suédois, tchèques, nord-américains, polonais, etc. pourrait imaginer une seconde voter contre le merveilleux progrès et les gentils progressistes ? Qui, depuis la chute du mur de Berlin, oserait encore se méfier d'une étiquette désignant, dans l'ancien monde, les compagnons de route du communisme lequel ne menace plus le nouveau monde ?

    Cette stratégie ou cette tactique revient donc surtout à vouloir ramasser les miettes d'une social-démocratie qui s'écroule partout en Europe.

    On peine cependant, malgré le génie de ses concepteurs, à trop parier sur sa victoire.

    Le premier piège dans lequel nous devrions tous éviter de tomber a été identifié par Milton Friedmann sous le nom de modèle naïf. Il consiste à croire que ce qui s'est produit récemment se reproduira constamment. Ainsi, depuis l'élection du printemps 2017 la désillusion risque fort de manifester un désamour sensible en 2019.

    Avant même de s'interroger sur les intentions effectives de vote tel sondage[1] nous indique que 84 % des Français pensent que Macron n'améliorera pas leur pouvoir d'achat, et surtout 72 % considèrent que leur pouvoir d'achat a baissé depuis mai 2017. L'économiste Philippe Herlin souligne à cet égard : "Vous avez le sentiment que votre pouvoir d’achat régresse, que la hausse des prix est sous-estimée, mais année après année l’INSEE affirme que vous vous trompez"[2].

    On peut s'accorder à considérer que cette question jouera un rôle central. Or, l'Insee imposera de moins en moins son arbitrage faussé par ses indices prétendument scientifiques. À partir de 1946, la statistique officielle instrument du pouvoir d'État, a pu être transformée en outil de désinformation, depuis la création de cet organisme unique fusionnant les divers bureaux publics dont le plus ancien remontait à 1801. Aujourd'hui par exemple l'une de ses manipulations les plus éclatantes porte non seulement sur les prix de l'immobilier, qui n'évoluent pas de la même manière en milieu urbain et en milieu rural, mais aussi sur la part du logement dans le budget des ménages. Les statisticiens marxisants ou cégétistes la pondèrent arbitrairement à 6 % des revenus. Or, les classes moyennes supportent évidemment un taux d'effort très supérieur en faveur du logement, les agences de location et les organismes de crédit l'évaluant entre 30 et 35 %. Or, dans un contexte où le marché de la construction s'effondre en chute libre, ce poids ne s'allégera pas. D'autres postes de dépense aggravent cette distorsion, contribuant à paupérisation des Français.

    Mais la haute stratégie macronienne n'en a cure. Exclusivement tournée vers une communication artificielle, elle descend des sommets de l'Olympe étatique vers l'opinion du bas peuple, sans se préoccuper en retour de ce que ressentent les manants.

    [À suivre]

    JG Malliarakis  

    Pour soutenir L'Insolent et souscrire un abonnement payant cliquer sur ce lien.

    Apostilles

    [1] cf. sondage Ifop pour le JDD du 27 octobre
    [2] cf. "Pouvoir d'achat : le grand mensonge"par Philippe Herlined. Eyrolles, octobre 2018, 162 pages, 16 euros.

    https://www.insolent.fr/

  • Politique & éco n°189 avec Eloïse Benhammou : La grande saignée du régime bancaire !

    Olivier Pichon reçoit Eloïse Benhammou, comptable, auteur du livre “Kleptocratie française” (Editions Le Jardin des Livres).
    Comment les cotisations sociales des Français sont volées par les banques avec la complicité des pouvoirs publics !

    1) L’affaire Kerviel : l’arbre qui cachait la forêt
    – Les banques ne sont pas ce que l’opinion s’imagine
    – L’utilisation de filiales et de participations croisées : opacité garantie
    – Des chaînes de responsabilités délictuelles qui demeurent inconnues
    – Les déficits chroniques des régimes sociaux, une aubaine pour le système bancaire
    – Les comptes du RSI non validés par les commissaires aux comptes
    – L’ancien directeur du RSI nommé membre de la Cour des comptes
    – Vol en bande organisée ?
    – Le calcul des cotisations du RSI non légal
    – La CADES (CSG, RDS) 155 milliards aux banques dont 52 milliards d’intérêts !
    – Un véritable système d’aspiration des ressources sociales
    – A—on vu un banquier en prison ?
    – Manipulations sur le Libor, la SG en cause une fois encore
    – Libor, Euribor condamnés à disparaître en 2020, lourdes incertitudes sur le marché interbancaire
    – CADES vers la fin de la dette annoncée comme soldée en 2024 ?

    2) Le système ne change pas, il s’aggrave !
    – Macron élu bancaire, l’aboutissement d’une logique
    – Les partis politiques sans projets réels sur les questions bancaires et financières
    – La justice désarmée sur la délinquance financière
    – De nouvelles fraudes à la SG et BNP via Dubaï pour créer des crédits d’impôts depuis 10 ans !
    – Le système bancaire et financier administre de fait les Etats en faillite
    – La dynamique de la dette broie littéralement le système politique
    – S’il existe bel et bien une Europe, c’est celle des banques
    – Les rigueurs de la loi s’appliquent aux lampistes et aux classes moyennes, pas aux fraudeurs institutionnels
    – Mais fragilité du système bancaire et financier, un risque de nouveau Krach, problèmes de liquidité interbancaire
    – Le blanchiment des 1 100 milliards du marché noir du médicament

    3) Les Français bons payeurs, bien notés par le “rating” international (AAA)
    – Un document de l’ACOS qui gère la trésorerie des régimes généraux et autres, rédigé en anglais
    – Destination : filiale anglaise de l’UBS Ubs limited : 40 milliards d’euros placés à Londres !
    – La City ou l’opacité garantie
    – Et pendant ce temps à Paris, procès de l’UBS
    – Que fait la représentation nationale ? Aucun ne débat sur le sujet alors que c’est son cœur de “métier”
    – Le travail de Stéphanie Gibaud lanceur d’alerte
    – Les exilés fiscaux Cahuzac mais aussi Aznavour, Johnny…
    – La société Cahuzac Conseil, toujours en fonction
    – Qui dénonce ce système ? Presque personne ! La raison, le caractère répressif du système d’extorsion, le rôle perverti des huissiers de justice
    – Quelle solution des agences gouvernementales, l’exemple peu éloquent de l’AMF et autres organismes publics ?
    – La Commission sénatoriale et la séparation bancaire

    Conclusion : de nouvelles exactions du système sont à venir !

  • Audition de La Manif Pour Tous à l’Assemblée Nationale

    C’était le 24 octobre :

    https://www.lesalonbeige.fr/audition-de-la-manif-pour-tous-a-lassemblee-nationale/

  • Retour à Maurras : « Ce pays-ci n'est pas un terrain vague ... »

    3061679791.jpg

    1323867147.jpgL’hospitalité

    Il s'agit de savoir si nous sommes chez nous en France ou si nous n'y sommes plus ; si notre sol nous appartient ou si nous allons perdre avec lui notre fer, notre houille et notre pain ; si, avec les champs et la mer, les canaux et les fleuves, nous allons aliéner les habitations de nos pères, depuis le monument où se glorifie la Cité jusqu'aux humbles maisons de nos particuliers.

    Devant un cas de cette taille, il est ridicule de demander si la France renoncera aux traditions hospitalières d'un grand peuple civilisé. Avant d'hospitaliser, il faut être. Avant de rendre hommage aux supériorités littéraires ou scientifiques étrangères, il faut avoir gardé la qualité de nation française. Or il est parfaitement clair que nous n'existerons bientôt plus si nous continuons d'aller de ce train. (…)

    Ce pays-ci n'est pas un terrain vague. Nous ne sommes pas des bohémiens nés par hasard au bord d'un chemin. Notre sol est approprié depuis vingt siècles par les races dont le sang coule dans nos veines. La génération qui se sacrifiera pour le préserver des barbares et de la barbarie aura vécu une bonne vie.

    (…) La jeune France d'aujourd'hui est en réaction complète et profonde contre ce double mal. Elle rentre chez elle. Ses pénates intellectuels, ses pénates matériels seront reconquis. Il faut que l'ouvrier français, le savant, l'écrivain français soient privilégiés en France. Il faut que les importations intellectuelles et morales soient mises à leur rang et à leur mérite, non au-dessus de leur mérite et de leur rang. L'étiquette étrangère recommande un produit à la confiance publique : c'est à la défiance du pays que doit correspondre au contraire la vue de tout pavillon non français. Qu'une bonne marque étrangère triomphe par la suite de cette défiance, nous y consentons volontiers, n'ayant aucun intérêt à nous diminuer par l'ignorance ou le refus des avantages de dehors, mais l'intérêt primordial est de développer nos produits en soutenant nos producteurs. Le temps de la badauderie à la gauloise est fini. Nous redevenons des Français conscients d'une histoire incomparable, d'un territoire sans rival, d'un génie littéraire et scientifique dont les merveilles se confondent avec celles du genre humain.     

    Charles Maurras 

    L’Action française, 6 juillet 1912

    http://lafautearousseau.hautetfort.com/index-1.html

  • Ensauvagement de la société : Chantal Delsol demande où sont les pères

    eleve-braque-enseignante-768x432.jpeg

    La mort d’un adolescent roué de coups par d’autres mineurs et l’affaire du lycéen braquant un pistolet à bille sur son professeur conduisent à s’interroger sur l’effacement des pères, analyse la philosophe Chantal Delsol dans une tribune publiée par Le Figaro.

    La stupeur domine à voir un garçon de 13 ans tué à coups de barres de fer par des adolescents de son âge aux Lilas (Seine-Saint-Denis). On a le sentiment – le souvenir ? – que «cela n’arrivait pas avant». Les rixes et les règlements de comptes existent dans toutes les zones urbaines, et certaines en sont coutumières. Mais un jeune ado, presque un enfant! Puis, on nous informait que, à Créteil, un lycéen a braqué un pistolet à bille sur son professeur afin d’être marqué présent pendant qu’un de ses camarades filmait la scène et la diffusait sur les réseaux sociaux…

    L’enfant n’est pas le bon sauvage de Rousseau. Il attend son humanisation. Si on ne l’humanise pas d’une manière ou de l’autre il se hâte de demeurer au chaud dans la barbarie primitive. (…)

    https://www.medias-presse.info/ensauvagement-de-la-societe-chantal-delsol-demande-ou-sont-les-peres/99845/