Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

  • Si les Européens n’arrêtent pas l’invasion migratoire en cours, ils disparaîtront et leur civilisation avec eux

    Chronique de Paysan Savoyard (n°212 – novembre 2018)

    La première chronique de ce blog a 10 ans. Je profite de ce petit anniversaire pour publier une nouvelle version du texte « de référence », qui vise à synthétiser le propos d’ensemble du blog.

    La France et l’Europe sont en train d’être envahies par une immigration originaire pour l’essentiel d’Afrique et du Proche-Orient. Cette immigration de masse est voulue et organisée par la classe dirigeante occidentale. Si l’invasion migratoire n’est pas interrompue d’urgence et si une grande partie des immigrés ne regagnent pas leur pays d’origine, la population de souche européenne va devenir minoritaire sur son propre territoire d’ici le milieu du siècle. La civilisation européenne aura alors disparu.

    • L’invasion de l’Europe

    Pour ce qui est de la France, l’immigration non européenne a commencé à la fin des années cinquante, avec l’arrivée de travailleurs maghrébins souhaitée par le patronat. L’accueil des familles dans les années soixante-dix puis celui des demandeurs d’asile du monde entier depuis les années deux-mille ont transformé cette immigration en invasion.

    L’invasion migratoire suit plusieurs canaux. L’immigration légale tout d’abord : les immigrés non européens supplémentaires qui s’installent légalement en France métropolitaine sont 200 000 par an (voir cette chronique). L’immigration illégale est d’au moins 100 000 par an (dont 70 000 demandeurs d’asile déboutés mais non expulsés ; voir cette chronique). Les naissances originaires de l’immigration non européenne atteignent 300 000 par an en France métropolitaine, soit 40 % du total des naissances. Ce taux est en progression constante (voir cette chronique).

    Au total, compte-tenu des décès et des quelques départs, le nombre net des immigrés non européens supplémentaires qui naissent ou s’installent en France métropolitaine est actuellement compris entre 4 et 500 000 par an (voir cette chronique).

    Quant au nombre des immigrés non européens déjà installés en France métropolitaine, il ne fait pas l’objet, cela va sans dire, de statistiques officielles. En se fondant sur les flux annuels et sur la comparaison avec les taux de natalité des pays de l’ouest européen qui échappaient jusqu’à très récemment à l’immigration, on peut considérer que ce nombre est compris entre 15 et 18 millions, en se situant probablement dans le haut de cette fourchette.

    • L’invasion migratoire est voulue et organisée par la classe dirigeante

    Cette immigration invasive ne constitue en rien un phénomène irrépressible, comme il en est par exemple des tremblements de terre ou des raz-de-marée : l’invasion migratoire est voulue. Elle est souhaitée, encouragée, accompagnée, organisée par la classe dirigeante européenne et occidentale.

    Soixante ans de politique immigrationniste

    Malgré la pression démographique africaine il serait tout à fait possible de mettre fin à l’invasion, en France comme ailleurs en Europe : en n’accordant plus de visas ; en renvoyant les clandestins et les délinquants ; en réservant la nationalité et les prestations sociales aux seuls Français d’origine européenne ; en accordant une aide incitative au départ… Depuis soixante ans maintenant, les gouvernements font l’inverse. Ils ont adopté, confirmé et multiplié les mesures, les lois et les décisions destinées à provoquer, à encourager et à organiser l’immigration : délivrance massive de visas et de titres de séjour ; accès aux services publics, au logement social et aux allocations de toutes natures dans les mêmes conditions que les Français de souche européenne ; accueil et prise en charge des demandeurs d’asile qui se présentent à la frontière ; attribution massive de la nationalité à la naissance ou par naturalisation… Tout dernièrement, la loi asile et immigration, destinée officiellement à favoriser la reconduite des migrants en situation irrégulière, comprend en réalité différentes mesures qui visent à augmenter encore l’immigration : installation en France des frères et sœurs des réfugiés mineurs ; maintien des étudiants étrangers en France à l’issue de leurs études ; venue en France de jeunes « au pair » (voir cette chronique).

    La classe dirigeante accompagne sa politique immigrationniste d’une propagande de tous les instants et annonce sans détours qu’elle a l’intention de poursuivre dans la même voie. Expliquant que l’immigration va augmenter du fait des guerres qui se produisent en Afrique et au Moyen-Orient, du fait également des désordres climatiques et environnementaux, la classe dirigeante nous avertit : les populations européennes n’auront d’autre choix que d’absorber cette immigration supplémentaire et d’accepter l’augmentation des efforts et des crédits consacrés à l’intégration (voir par exemple cet édito du Monde). M. Macron n’avait pas caché pendant sa campagne qu’il considérait l’immigration comme « une chance d’un point de vue économique, culturel, social ».

    L’immigrationnisme a une motivation économique : accroître les profits

    Cette politique d’encouragement de l’immigration massive a deux motivations. La première est économique : il s’agit d’augmenter les profits de la classe dirigeante. Celle-ci veut organiser un monde, occidental du moins, géré comme un ensemble unique, sans frontières, à l’intérieur duquel capitaux, biens, services et main-d’œuvre circulent librement. Libre circulation des capitaux et suppression des droits de douane ont permis de mettre en œuvre différents mécanismes qui sont autant de sources de profit pour les détenteurs du capital : délocalisations, dumping fiscal, financiarisation, élargissement du marché favorable aux groupes de grande taille… Quant à l’immigration elle permet de dégrader le niveau des salaires et les conditions de travail des emplois non délocalisables. Elle permet également d’augmenter le nombre des consommateurs, étendant là encore les dimensions du marché.

    La mondialisation économique, dont l’immigration de masse est l’un des éléments, a commencé il y a une trentaine d’années. Elle a entraîné une envolée des profits : les riches sont beaucoup plus nombreux ; et ils se sont très fortement enrichis (voir notamment cet article et cette chronique).

    L’immigrationnisme a une motivation idéologique : mettre en œuvre l’universalisme

    La deuxième motivation de l’immigration massive organisée par la classe dirigeante est idéologique (voir cette chronique) : la classe dirigeante européenne occidentale est universaliste et favorable dès lors à un monde sans frontières. Parmi les principales composantes de l’idéologie moderne, celle des Lumières, qui a inspiré la révolution française, l’individualisme et l’universalisme sont intimement liés : libre de toute appartenance, l’individu n’est redevable envers aucun groupe, communauté ou institution. En particulier il n’a pas d’allégeance envers une patrie ou un territoire national : il doit donc pouvoir circuler librement et s’installer là où il le désire.

    En prenant le pouvoir il y a deux cents ans, les modernes ont entendu rompre en tout point avec la société traditionnelle. La lutte des modernes contre ce qui peut subsister de la société traditionnelle se poursuit aujourd’hui : mariage homo et PMA, pour combattre la famille ; laïcité pour lutter contre la religion chrétienne ; exaltation du progrès par haine de la tradition ; promotion du mondialisme pour abattre les patries…. A cet égard, l’immigration de masse est à la fois le moyen de mettre en œuvre l’universalisme et de remporter une victoire définitive contre la « réaction » et la tradition : l’homme moderne, l’homme nouveau, sera un nomade, sans appartenance nationale ni identitaire.

    Un totalitarisme doucereux et sournois s’est mis en place

    Le Système mondialiste, immigrationniste et libéral-libertaire mis en place par la classe dirigeante en France, en Europe et dans le monde occidental, présente toutes les caractéristiques du totalitarisme (voir cette chronique). L’idéologie y est prédominante. Le système de pouvoir permet de contrôler toutes les institutions et organisations. La propagande est omniprésente. La société est neutralisée et les dissidents pourchassés. Le Système cherche à contrôler les esprits, en conduisant chacun à adhérer à ses valeurs et à ses objectifs.

    S’il est de nature totalitaire, le Système n’est certes pas encore aussi féroce que l’ont été ses devanciers, le communisme et le nazisme : on peut parler d’un totalitarisme doucereux et sournois. Au demeurant, il ne lui sera probablement pas nécessaire de parvenir jusqu’aux extrêmes que le communisme et le nazisme ont atteints. Son objectif ultime en effet n’est pas le contrôle total des sociétés européennes mais leur destruction même par absorption dans un Système mondial : voulant construire un monde sans frontières qui partage le même système d’économie de marché et les mêmes valeurs universelles libérales-libertaires, le Système vise à diluer le peuple européen dans un peuple nouveau, universel, composé notamment des immigrés du monde entier.

    À suivre

  • Les gilets jaunes face aux mensonges étatistes

    6a00d8341c715453ef022ad3c0999b200b-320wi.jpgÀ la veille des 1 500 rassemblements de Français excédés par la fiscalité arborant un gilet jaune, les pouvoirs publics, dans leur ensemble, devraient réfléchir à l'inanité de leurs bonnes vieilles magouilles.

    Or, c'est bien le 15 novembre, pratiquement à la veille de ces rassemblements que le Sénat, oui le Sénat, a cru bon de voter l'amendement présenté par Jean-Marie Vanlerenberghe, élu du Pas-de-Calais, ingénieur diplômé de l’Institut catholique d'arts et métiers de Lille et membre de l'Union centriste, a présenté, au nom de la commission des affaires sociales. Ce petit texticule proposait d'alourdir de 1,5 milliard d’euros la Taxe de solidarité additionnelle (TSA), acquittée par les organismes d’assurance complémentaires santé qu'on appelle ordinairement "mutuelles".

    Les sénateurs proposent que cette taxe, assise sur le chiffre d’affaires des mutuelles et autres assureurs santé, passe de 13,27 % à 18,02 % pour 2019, ce qui représenterait selon leur calcul un surplus d’un milliard et demi d’euros qui, à l'arrivée ne manqueraient pas de venir en diminution sur la fiche de paye des Français[1].

    Voilà un sens étrange, de la part de cette haute assemblée, de ce que pense une opinion populaire, acquise à 70 ou 75 %, selon les sondages, au mouvement des gilets jaunes. La classe politique a-t-elle donc compris que le peuple souverain est s'oppose désormais à toute nouvelle taxe dans un pays où l'étatisme absorbe sous toutes ses formes 56 % de la richesse produite par notre travail.

    Par les radioteurs, médiateurs et autres commentateurs agréés de l'État central parisien, toute protestation se retrouve présentée sous forme de "colère" : mauvaise conseillère par définition ; toute contestation est qualifiée de "grogne", soit la manière dont s'expriment les cochons. Autrefois le bon sens populaire parlait des cochons de payants. Assurément aujourd'hui l'utilisation d'une telle expression serait qualifiée par nos politiciens, nos technocrates et nos maîtres de poujadiste. Horreur par conséquent.

    Halte aux magouilles ! cela ne devrait pas se cantonner aux tractations truquées entre des appareils syndicaux et des hauts fonctionnaires de l'État, aboutissant à des mesures fiscales aggravantes. Ainsi doit être considérée toute promesse de "repas gratuit" [2]telle que la fameuse soi-disant suppression de la taxe d'habitation au profit annoncé de 80 % de la population, mais au détriment de 100 % des communes de France.

    Avantage redoutable des gilets jaunes : l'absence d'appareil avec lequel les étatistes pourraient trouver une formule de compromis douteux. La phrase qui revient le plus souvent chez les protestataires : "on nous prend pour des imbéciles". Ça aussi, ça suffit i

    Halte aux magouilles ! cela devrait impliquer toutes les formes de mensonges systématiques pratiqués par l'étatisme, ses porte-parole et ses serre-files. Vaste programme dans le contexte actuel.

    À suivre par conséquent.

    JG Malliarakis  

    Pour soutenir L'Insolent et souscrire un abonnement payant cliquer sur ce lien.

    Apostilles

    [1] Ceci n'a pas echappé à Mme Buzyn ministre de la Santé. Mais cela répond aux promesses des hommes politqiues, et pas seulement du candidat Macron d'aboutir à un rest à charge zéro, alors qu'autaux actuel de 8 % ce "reste à charge" est le plus bas du monde, tout simplment parce que le système est étatisé à 92 %, soit le taux le plus élevé.
    [2] Cf. la "phrase célèbre de Milton Friedman, prix Nobel d’économie : There is no free lunch" in "La face cachée de la gratuité" par Jean-Yves Naudet.

    https://www.insolent.fr/

  • Gilets jaunes : quand la macronie frôle la mythomanie

    46494695_1077001652481479_3444236945855610880_n.jpg

    Llorenç Perrié Albanell

    Président du mouvement régionaliste catalan Resistència

    C’est en rentrant du terrain après une journée de mobilisation que nous avons découvert les chiffres annoncés sans vergogne par le Gouvernement. La première question qui me vient à l’esprit est la suivante : foutage de gueule ou mythomanie ? La réponse est : les deux à la fois. Cela s’appelle de la manipulation, où comment le manipulateur à force de répétition se met à croire sa propre version des faits avec un aplomb d’une arrogance sans borne à l’égard des « jacques en gilets jaunes » du 17 novembre 2018.

    Seulement nous autres, les jacques, nous n’avons pas seulement un gilet jaune, nous avons également un cerveau et celui-ci nous donne heureusement la faculté d’analyse. Pas besoin de savants calculs, une démonstration simple permet de démonter le recensement foireux du ministère de l’Intérieur. Pour cela nous vous invitons à lire le communiqué publié par Policiers en colère au titre évocateur :

    Explications pour les nuls :

     + de 2000 points de rassemblements regroupant en moyenne 250 gilets jaunes (à minima).

     Sachant qu’en moyenne un gilet jaune reste 4 heures au maximum sur un point de contestation avant d’être remplacé par un autre gilet jaune, prenant à son tour « son service » pour le relayer, chaque point aura regroupé en moyenne, un minimum de 500 citoyens.

     Le calcul est rapide. 500 manifestants X 2000 points = 1.000.000 (1 million) de manifestants et non 124.000 comme l’annonce la République en Marche via son porte-parole Christophe Castaner..

     Décidément, le ministère de l’Intérieur a des problèmes avec les chiffres et autres statistiques lorsqu’il s’agit de dire la vérité aux Français..

     Notre syndicat affinera les chiffres de la participation aux alentours de 21h en fonction des remontées du terrain.

     A noter que les nombreux blessés et la gilet jaune tuée, sont victimes de la racaille routière, qui fonce sans état d’âme, sur les manifestants pour forcer le passage.

     L’intention criminelle devra être retenue à l’encontre de ces voyous de la route par les tribunaux.

    Questions :

    - Comment le comptage a-t-il été établi et par qui ? On sait que lorsqu’une manifestation est préalablement déclarée en préfecture et dont le parcours est défini à l’avance, le travail est plus facile pour les forces de l’ordre. Or ici il s’agit d’un mouvement spontané, autogéré et dont le mode d’action diffère.

    - Les véhicules affichant un gilet jaune, mais bloqués dans les embouteillages ont-ils été comptabilisés ?

    - Un sondage indépendant, avec plusieurs cabinets, auprès de la population a-t-il été organisé ?

    - Que pensent les membres des forces de l’ordre présents ce jour-là sur les points de blocages, mais également au sein des postes de commandement ?

    C’est sans surprise donc que l’on peut aisément se rendre compte de la minimisation de cette mobilisation populaire par le Gouvernement. Puisque le Gouvernement entend bien jouer la sourde oreille, l’erreur serait de se démobiliser. La pérennisation de l’action « gilets jaunes » doit se traduire désormais dans les urnes lors des prochaines élections européennes. Puisque le Gouvernement ne veut pas, et ne cédera pas par la pression de la rue, infligeons lui une correction par les urnes. Ce n’est pas de la récupération politique, puisque l’opération « gilets jaunes » est en soit une action hautement politique, mais organisée cette fois par la base.

    Source cliquez ici

    http://synthesenationale.hautetfort.com/

  • « Carton jaune » pour Merkel : à Stuttgart et en Saxe-Anhalt, la CDU rejette le pacte de l’ONU pour les migrations

    La CDU de Saxe-Anhalt s’est prononcée contre le Pacte sur les migrations des Nations Unies et s’oppose ainsi à la position de la chancelière fédérale. Lors du congrès de Röblingen am See, une majorité de délégués a voté pour un texte demandant au gouvernement fédéral de rejeter ce pacte. Pour justifier la motion qu’il a présentée, Lars-Jörn Zimmer, député au parlement régional, a déclaré que la signature de l’Allemagne en bas de ce traité faisait courir le danger d’être contraints « d’ouvrir les portes sans conditions ».

    Parmi ceux qui ont soutenu la motion figurent également Holger Stahlknecht, responsable régional nouvellement élu, et le secrétaire général Sven Schulze. Stahlknecht, qui est ministre de l’Intérieur dans le gouvernement régional dirigé par la CDU, a parlé d’un « carton jaune pour le gouvernement fédéral ».

    […]

    Die Zeit


    Le comité directeur de la CDU de Stuttgart s’est prononcé mercredi soir [14 novembreà la majorité contre la signature par le gouvernement fédéral du Pacte de l’ONU sur les migrations. Ce pacte aura « d’importantes conséquences pour la République fédérale d’Allemagne », peut-on lire dans la motion déposée par la section de Stuttgart-Est […] C’est ainsi qu’on peut redouter que « sans passer par les parlements, une tradition de droit international soit de ce fait créée qui, après quelques années seulement, sera considérée comme contraignante par les juges et les tribunaux internationaux ». Par ce pacte, y lit-on encore, « un droit à l’immigration sera créé pour tous ceux qui, avec la meilleure volonté du monde, ne peuvent être reconnus ni comme personnes persécutées ni comme réfugiés ».

    […]

    (Traduction Fdesouche)

    Stuttgarter Nachrichten

    http://www.fdesouche.com/1108177-carton-jaune-pour-merkel-a-stuttgart-et-en-saxe-anhalt-la-cdu-rejette-le-pacte-de-lonu-pour-les-migrations

  • Gilets jaunes : « Les gens se battent pour leur survie ! Macron et Castaner n’ont rien compris ! »

    gilets-jaunes-les-gens-se-battent-pour-leur-survie-macron-et-castaner-n-rsquo-ont-rien-compris-Tn2XHAUN6sg-845x475.jpg

    L’envoyé spécial de Boulevard Voltaire était au cœur de la manifestation des gilets jaunes à Paris. Analyses croisées de ce mouvement historique de colère contre les impôts et la politique d’Emmanuel Macron par Eudes Baufreton, de Contribuables associés, Emmanuelle Gave, des Amoureux de la France, et Jean Messiha, spécialiste des questions économiques au Rassemblement national.

  • À Issy-les-Moulineaux, la municipalité courtise l’islam !

    issy_450px-UMP_regional_elections_Paris_2010-01-21_n5-450x475.jpg

    La majorité municipale de la mairie d’Issy-les-Moulineaux, dirigée par l’inoxydable André Santini, n’en fait jamais assez… Cette fois-ci, c’est le projet de méga-centre culturel accompagné d’une mosquée de plus de 1.000 places à horizon 2020 qui attend les Isséens.

    C’est lors d’une réunion publique, le 16 octobre dernier, que les habitants, venus nombreux, ont découvert ce projet décidé de longue date et en catimini. Le projet initial de 2015 avait, pour le coup, totalement échappé aux riverains car porté en partie par la communauté d’agglomération SPL Seine Ouest Aménagement, qui a piloté l’affaire, à l’écart de toute consultation citoyenne…

    La réunion publique a été, pour les riverains consternés par l’ampleur du projet, l’occasion de faire entendre leur voix dans un climat survolté. Pour la municipalité, il s’agit ni plus ni moins d’un projet pharaonique puisque l’actuelle salle de prière existante de 300 places passerait à 1.000 dans deux salles distinctes ; l’une réservée, aux hommes (800 places), l’autre aux femmes (200). Au diable la parité !

    Ce projet s’accompagne d’un centre cultuel surdimensionné : deux bibliothèques (l’une à usage exclusivement masculin et l’autre pour les femmes) ainsi que des salles de classe.

    Outre que l’objectif purement électoraliste de ce type de projet communautariste ne trompe absolument personne, de nombreuses interrogations demeurent.

    À commencer par la construction elle-même, pour laquelle l’architecte, lors de la réunion publique, n’a pas été en mesure de fournir la moindre photo ni le moindre plan… consternant!

    Plus grave, se pose la question du financement de ce projet qui semble bien opaque car noyé dans un projet global. La mosquée, dont le coût est estimé à cinq millions d’euros, bénéficiera d’une plus-value de cinq millions (!) liée à la vente d’un terrain municipal sur lequel est, entre autres, construite la salle de prière actuelle.

    Le projet s’autofinance sur le dos du contribuable. L’affectation de cette manne financière s’effectue donc sans contrôle ni concertation dans une ville où la taxe d’habitation a pourtant bien augmenté de 17,8 % en 2017 (hausse ayant rapporté à la ville un total de 3,6 millions d’euros).

    Les promoteurs du projet ont tenu à rassurer les personnes présentes ; un loyer serait versé par l’association musulmane. De quel montant ? Pour quelle durée ? Avec quelle garantie ? Nul ne sait… À titre de comparaison, l’ensemble des subventions versées aux différents lieux de culte dans la ville depuis 1996, soit vingt-deux ans, ne dépasse pas 800.000 euros (sur plus de vingt ans, donc !) et répond à des critères légaux très stricts.

    Ce projet surdimensionné est dangereux ; augmenter les effectifs d’une salle de prière musulmane de 300 à 1.OOO personnes n’est pas anodin. Faciliter l’apprentissage du Coran et de la langue arabe encore moins. Le quartier, déjà marqué par la radicalisation et l’insécurité générée par le trafic de drogue, en paiera le prix. Au détriment de tous, riverains musulmans ou non, qui souhaitent vivre dans la paix et la sécurité.

    Nul ne conteste la nécessité de proposer un lieu de culte décent à la communauté musulmane, mais est-il opportun de favoriser à ce point une communauté plutôt qu’une autre ? À titre d’exemple, dans cette même ville, la communauté maronite a, récemment, consacré un nouveau lieu de culte sans un sou de financement public. C’est également là, tout près de cette salle, qu’au début du XXe siècle, l’église Sainte-Lucie a été édifiée avec les seuls dons des paroissiens. Autres temps, autres mœurs ?

    L’enquête diligentée pour la déclaration d’utilité publique a reçu, fait rarissime, un avis négatif de son commissaire. La réunion publique menée sans ménagement par le 1er maire adjoint Thierry Lefevre a exacerbé les passions ; les riverains et opposants au projet ont été systématiquement dévalorisés. Bref, pas de réponse aux nombreuses interrogations. Pourtant, les riverains ont le droit de réclamer la transparence et le respect des règles de la loi de 1905, de chercher à éviter tout trouble à l’ordre public dans ce climat de tension générale pour le pays… en un mot, de décider de l’avenir de leur ville !

    Dans ce contexte, la résistance s’organise : réunions, porte-à-porte, tractages, création d’un collectif afin de se faire entendre. Décidément, ce projet de mosquée ne passe pas chez les Isséens et pourrait bien, s’il n’est pas abandonné, se transformer en long chemin de croix pour la majorité municipale.

    Louis Lefort

    Tribune reprise de Boulevard Voltaire

    https://fr.novopress.info/

  • 17 novembre : l’échec de Castaner et donc de son maître

    Capture-39.png

    Beauvau était son rêve. Gérard Collomb ne rêvait que d’une chose : en partir. Revêtir le costume de ministre de l’Intérieur scelle une carrière. Vous donne une aura, celle de « premier flic de France » qui vous permettra de nourrir les plus hautes ambitions, comme Nicolas Sarkozy. Cela peut aussi associer définitivement le nom d’un ministre à une mauvaise gestion d’un événement. Le 17 novembre restera dans l’histoire de la présidence Macron comme l’échec de Christophe Castaner comme ministre de l’Intérieur.

    Il a péché à trois niveaux.

    D’abord dans l’anticipation. Tout en montrant ses muscles, il aurait été mieux inspiré de demander aussi aux automobilistes de différer leurs sorties et de faire preuve de la plus grande prudence aux abords des blocages puisque tous n’étaient pas déclarés et identifiables dès le samedi matin. Avec l’ensemble du gouvernement, il aurait également pu se dispenser de jeter sur ce mouvement un opprobre injustifié qui a pu, dans l’esprit de certains, exciter une crainte ou une animosité qui n’avaient pas lieu d’être. Les accidents sont quasi exclusivement venus d’automobilistes qui voulaient forcer les barrages.

    Ensuite, dans sa communication après le tragique accident de l’Isère, il n’a pas, non plus, été à la hauteur : en instrumentalisant le drame, tout comme le préfet de l’Isère, pour tenter de discréditer ou de contenir un mouvement d’ampleur, qu’il ne pouvait plus arrêter. Puis en minimisant les chiffres le matin, ce qui a eu pour effet de pousser davantage de monde dans les rassemblements l’après-midi. Or, le mouvement s’est, dans l’ensemble, caractérisé par une grande maîtrise et une grande sérénité, ce qui, vu l’ampleur et le mode de cette mobilisation mouvante fondée sur des déplacements motorisés, est un exploit. À noter, du reste, que cela a été souligné par le journaliste, spécialiste des questions de police sur BFM TV.

    Enfin, en minimisant le nombre de rassemblements et de manifestants, il persiste dans son aveuglement et son mépris. Or, le mouvement est bien plus puissant : il suffisait de voir la sympathie des forces de l’ordre – gendarmes en province, CRS qui ont ouvert les barrières aux manifestants sur les Champs-Élysées – et de nombreux Français non engagés cette fois mais dont le gilet jaune sur le tableau de bord adressait un clin d’œil de soutien pour s’en convaincre.

    Christophe Castaner a très mal géré ce 17 novembre, qu’il n’aurait jamais dû laisser advenir par la politique qu’il soutient depuis dix-huit mois.

    En effet, plus fondamentalement, Christophe Castaner, pilier socialiste du macronisme depuis le début, a péché parce qu’il n’a pas vu monter la révolte, pas mesuré à quel point serait violente, pour le pouvoir, la conjonction des mesures fiscales infligées aux classes modestes et moyennes et les largesses octroyées à certaines catégories. En cet automne 2018, le macronisme est nu : il combinait le pire de la droite (les avantages pour les plus fortunés, taxes sur la consommation) et le pire de la gauche (impôts et délires sociétaux : PMA, immigration, etc.). Et Emmanuel Macron, par son parcours et ses graves erreurs de communication personnelle de ces derniers mois, incarne – presque de façon caricaturale – ce « en même temps » redoutable dont il peinera à se remettre.

    Il y a deux jours, Emmanuel Macron reconnaissait son échec à réconcilier le peuple et ses dirigeants. Le peuple a confirmé. Il y a trois mois, il lançait un arrogant « Qu’ils viennent me chercher ! » Samedi, sur les Champs-Élysées et jusque sous ses fenêtres, mais ici aussi, dans le Sud-Ouest, la phrase flottait dans l’air et dans les têtes.

    Dominique Monthus

    http://www.bvoltaire.fr/17-novembre-lechec-de-castaner-et-donc-de-son-maitre/

  • Bistro Libertés avec Ingrid Riocreux – Gilets jaunes : petite jacquerie ou révolte du corps social ?

    Caroline Parmentier et Martial Bild reçoivent le docteur à la Sorbonne et agrégé de lettres modernes, Ingrid Riocreux, auteur de “Les marchands de nouvelles – Essai sur les pulsions totalitaires des médias”.

    Au programme de cette émission :

    Colère du 17/11 (Gilets jaunes) : petite jacquerie ou révolte du corps social ?

    Nés sous l’impulsion de simples contribuables,  la mobilisation contre la hausse du prix du carburant prend une ampleur inégalée. Les citoyens « vaches à lait » annoncent de multiples blocages. Les partis politiques de droite naviguent entre soutien sans récupération et appel à la prudence face à  de possibles débordements. Les syndicats sont aux abonnés absents. Et le gouvernement cherche les pistes pour calmer la colère. Le 17 novembre, la France va-t-elle connaitre une petite jacquerie ou vivre une puissante révolte du corps social ?

    Les réseaux sociaux : agents ( involontaires ) de la police du  fisc ?

    Le gouvernement veut mettre en place, dès janvier 2019, un dispositif de surveillance des profils des Français sur les réseaux sociaux pour détecter des cas possibles de fraude fiscale au regard du train de vie étalé par tel ou tel contribuable  sur Facebook etc.. . Cette expérimentation, nouvelle technique de traque à la fraude, est-elle juste et moderne ? Ou fait-elle des réseaux sociaux les agents plus ou moins involontaires de la police du  fisc ?

    https://www.tvlibertes.com/2018/11/16/26802/bistro-libertes-ingrid-riocreux

  • Benjamin Dormann sur la censure : « Il faut assécher les subventions à la presse ! »

    dormann-formum-censure-588x330.jpg

    Le 4e Forum de la Dissidence se tiendra le samedi 17 novembre prochain à Paris sur le thème : « Face à la censure, tous dissidents ! »
    Cet événement exceptionnel sera donc dédié au phénomène le plus brûlant de l’année 2018. En effet, la censure aura touché à peu près tous ceux qui, d’une manière ou d’une autre, sont rentrés en dissidence face au cosmopolitisme et à l’écroulement de la France et de la civilisation européenne.

    Parmi les intervenants : Christian Combaz, ancien journaliste dans la presse financière et auteur d’une enquête très documentée : Ils ont acheté la presse.

    Polémia : Avez-vous récemment été confronté à la censure ?

    Benjamin Dormann : Oui. Et pas que récemment. Lors d’un article publié sur Xaviel Niel sur Atlantico, il m’a été demandé d’être « plus soft », et à adoucir par le titre, car Xavier Niel est devenu actionnaire d’Atlantico. Il est paru suite à cela. Puis, lors de ma contribution suivante sur la violation de la loi fiscale par Médiapart et son infraction sur la TVA sur laquelle Edwy Plenel a menti à répétition sur toutes les ondes, le syndicat SPIIL (syndicat des sites d’information en ligne, crée par Edwy Plenel entre autres) a appelé Atlantico pour leur demander le retrait de mon article, ce qu’il a immédiatement obtenu, au motif d’une inexactitude dans le corps du texte (laquelle ? jamais précisée, jamais corrigée.). La journaliste a qui le retrait a été demandé (qui a quitté le site depuis) me l’a confirmé et rappelé qu’Atlantico était alors devenu membre du Spiil.

    Plus antérieurement, après un interview donné à un journaliste, diffusé sur Youtube, Audrey Pulvar n’a visiblement pas apprécié les informations que je divulguais sur elle. Quelles que heures seulement après la diffusion, son avocat a exigé son retrait immédiat

    Polémia : Selon vous, l’accélération de la restriction de la liberté d’expression est-elle un aveu de la panique des élites ?

    Benjamin Dormann : Non. Seulement une confirmation que le pouvoir souhaite contrôler autant que possible les opinions qui s’expriment. Une élite qui souhaite que les citoyens soient à l’image de la presse : un simulacre de contre-pouvoir, en réalité proches d’elles.

    Polémia : Comment faire pour lutter contre cette censure ?

    Benjamin Dormann : Multiplier les témoignages, les auteurs, promouvoir les sites alternatifs. Internet reste difficile à contrôler, malgré les quelques exemples symptomatiques de censure

    Polémia : Quel message adresser à ceux qui peuvent perdre espoir face à la toute-puissance apparente du système politico-médiatico-culturel ?

    Benjamin Dormann : Victor Hugo disait « Rien n’est plus fort qu’un idée dont l’heure est arrivée ». Le système politico-médiatico-culturel est clairement minoritaire sur de multiples sujets qu’il s’efforce de continuer d’imposer. Les élections Européennes vont le rappeler. Il ne suffit pas de tout qualifier de « lèpre populiste » pour faire disparaître des idées majoritaires dans un certain nombre de pays.

    Il faut continuer à demander l’assèchement des milliards de subventions à la presse et à certaines associations, qui permettent ces « décideurs » minoritaires de survivre en coma artificiel pour nombre d’entre eux, sans adhérent, sans lecteur, pour diffuser leurs opinions et soutenir les pouvoirs en place.

    Texte daté du 14 novembre 2018 et repris du site de Polemia

    https://fr.novopress.info/

  • Élites nulles

    266689771.jpg

    Benjamin Griveaux - Marc Bloch - Charles Maurras

    Hier matin, Benjamin Griveaux - tout de même ministre et porte-parole du gouvernement - est sur France Inter pour commenter l'interview d'Emmanuel Macron, sur le Charles de Gaulle, la veille au soir. Donc, la situation politique et les propos du président. 

    Ce dernier ayant reconnu avoir échoué à réconcilier les Français avec leurs dirigeants, Griveaux opine : « Oui, c'est l'opposition classique Pays Réel - Pays légal, pour reprendre l'expression de Marc Bloch ». Sans commentaire.  

    Celui-ci toutefois : ce n'est après tout pas si grave ni si important que l'expression soit de Marc Bloch ou de Maurras. Ce qui compte aurait dit Pierre Boutang « c'est la chose même ». Sauf que la distinction Pays Réel - Pays Légal s'intègre dans une pensée politique déterminée, en l’occurrence dans ce qu'Albert Thibaudet avait appelé les idées de Charles Maurras. Pas dans celles de Marc Bloch ...  

    On a bien ri dans le landernau où l'on est, du reste, aussi ignorant que Griveaux ; on s’est bien moqué. D'autant que ce jeune Griveaux est, paraît-il, un habitué des bourdes de toutes sortes. Il pourrait sembler aux esprits simples ou irréfléchis que ce n'est pas forcément indiqué pour le porte-parole d'un gouvernement. Mais non, lui dit qu'il « s'en fiche ». Élégante désinvolture ... 

    Ce n'est ni si grave, ni si important, en effet. Mais l'inculture ! L'inculture ! Ça oui ! 

    http://lafautearousseau.hautetfort.com/archive/2018/11/15/elites-nulles.html

  • Géopôles n°20 avec Bruno Gollnisch

    Invité de Richard Haddad, Bruno Gollnisch évoque, avec brio, la situation internationale. A peine rentré de Corée du Nord en qualité d’observateur dans le cadre du Parlement européen, il fête, en cette fin d’année, 30 ans de mandats politiques au service de ses idées et de son pays.

    https://www.tvlibertes.com/2018/11/15/26783/geopoles-n20-bruno-gollnisch

  • Gilets jaunes : une triple victoire qui renverse la table et fera date

    checkmate_chess_resignation_conflict_board_game_strategy_chessboard_competition-588370-845x475.jpg

    D’ores et déjà, et quelle que soit la suite du mouvement, ce qu’il obtiendra ou pas, et l’amertume qu’il laissera, le mouvement des gilets jaunes a gagné. Ou, plutôt, il a fait gagner le peuple. Pas celui des syndicats. Pas celui de la gauche. Pas celui des banlieues. Le peuple qu’ils n’aiment pas, celui qui vote mal – c’est-à-dire pas pour Macron et les partis qui l’ont enfanté : celui de la province, de la voiture, des budgets serrés, du travail, de l’exaspération devant les délires de la France d’en haut. Le peuple de la France périphérique.

    On pourra faire remarquer que le mouvement est sans lendemain, sans « débouché politique », mais sa victoire est ailleurs : le peuple a gagné face à lui-même, face à l’image que « l’autre peuple », celui des villes, des milieux aisés et intellectuels a de lui et lui renvoie. Merci à Benjamin Griveaux, le porte-parole du gouvernement qui, pour une fois, a dit la vérité, la vérité de ce que ce peuple d’en haut pense de l’autre, avec sa sortie sur le peuple des « clopes et du diesel ». Le mépris exprimé sans filtre.

    Les gilets jaunes ont remporté une triple victoire.

    D’abord, ils se sont exprimés avec ce qu’ils sont et d’où ils sont. Rien de plus fort et de plus symbolique que cet objet – le gilet jaune – et ces lieux : ronds-points, péages qui disent leur quotidien. Booba et le peuple d’en haut fréquentent les aérogares ; la France périphérique a montré son univers quotidien, dans ce qui synthétise le mieux ses difficultés : éloignement, trajets, travail, coûts (essence, péages, normes, impôts locaux, logement des enfants étudiants, etc.).

    Ensuite, face à un pouvoir né de la maîtrise de la communication et des réseaux, le mouvement a montré qu’il pouvait se battre au même niveau. Pas de grande manifestation parisienne. Ils ont inventé le « circuit court » de la communication et de la manifestation, réseaux sociaux aidant. Face à l’irruption de cette géographie d’en bas, Emmanuel Macron a eu tort d’opposer des symboles inappropriés qui n’ont fait qu’accroître le décalage : la polémique Pétain, l’instrumentalisation du 11 Novembre et, enfin, le porte-avions Charles-de-Gaulle. Grosse erreur de com’. Dans ce conflit, l’ancien monde, c’était Macron.

    Enfin, ce mouvement, qui est encore taxé de « beaufitude » par les petits Griveaux de service, a gagné la bataille intellectuelle face à tous les experts, les donneurs de leçons fiscales et écologiques. Il a mis sur la table les questions que ces gens-là, grands culpabilisateurs devant la planète, se gardaient bien de poser, les mensonges et les injustices du catéchisme fiscalo-écolo-bobo : et le coût écologique des avions ? Des voitures électriques ? Et la question fiscale ?

    Pour ces trois raisons, ce mouvement des gilets jaunes est une révolution, un renversement de perspective. Et il fera date car il a permis au peuple de prendre conscience de sa force d’action – et de blocage – et de réflexion. Il a aussi montré la faiblesse des grandes « valeurs » du pouvoir en place : l’écologie aujourd’hui. L’immigration demain ?

    Frédéric Sirgant

    http://www.bvoltaire.fr/gilets-jaunes-une-triple-victoire-qui-renverse-la-table-et-fera-date/

  • Le Samedi Politique S02E11 : Le moment populiste avec Alain de Benoist

    Salvini, Poutine, Mélenchon, Le Pen, Trump… la liste des dirigeants que les journalistes ont décidé d’affubler du qualificatif de « populiste » s’allonge à chaque élection… Au point que le mot devient de plus en plus fourre-tout.
    Alors qu’est-ce que le populisme ? Peut-on le réduire à une manière de faire de la politique ? Les populistes sont-ils tous sur la même longueur d’ondes ?
    C’est ce que nous allons voir avec Alain de Benoist, journaliste, essayiste et auteur de nombreux ouvrages dont Le Moment Populiste : droite-gauche, c’est fini ! aux Editions Pierre Guillaume De Roux.