Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

actualité - Page 3

  • Ces politiques qui défont la France dans le dos des Français ?

    800px-Panneau_Relais_Assistant_Maternel_Écriture_inclusive_rue_Dalayrac_Fontenay_Bois_1-800x475.jpg

    Recevant, samedi dernier, dans son émission « Répliques », le directeur de Libération, Laurent Joffrin, et le sociologue, essayiste et chroniqueur, Mathieu Bock-Côté, qui vient de publier L’Empire du politiquement correct, Alain Finkielkraut déclara : « Une des formes graphiques du politiquement correct, c’est l’écriture inclusive. » Il faisait référence au texte de soutien aux gilets jaunes publié, le 5 mai dernier, par Libération et signé par Juliette Binoche, Emmanuelle Béard, et « 1.400 autres artistes et créat.eur.rices. » Il venait également de recevoir cette déclaration d’enseignants : « Nous professeur.e.s de philosophie réuni.e.s en journée de formation nous tenons à marquer notre opposition à la réforme Blanquer et à l’unanimité des présent.e.s… » Et Finkielkraut de commenter : « Les professeurs de philosophie […] doivent faire découvrir les grands textes et ils écrivent en morse. Tout cela est douloureux et on ne peut qu’en rire. ». Douloureux, certes ! Consternant ! Mais inquiétant, quand ce sont nos parlementaires qui s’adonnent à ce genre de démagogie.

    Rappelons, tout d’abord, le début de l’article 2 de notre Constitution : « La langue de la République est le français. »

    Rappelons, ensuite, la déclaration de l’Académie française du 26 octobre 2017 : « Prenant acte de la diffusion d’une “écriture inclusive” qui prétend s’imposer comme norme, l’Académie française élève à l’unanimité une solennelle mise en garde. La multiplication des marques orthographiques et syntaxiques qu’elle induit aboutit à une langue désunie, disparate dans son expression, créant une confusion qui confine à l’illisibilité… »

    Rappelons, également, que, le 28 février dernier, le Conseil d’État a rejeté des recours demandant l’annulation d’une circulaire du Premier ministre « prescrivant de se conformer aux règles grammaticales et syntaxiques en s’abstenant de faire usage de l’écriture dite inclusive… »

    Rappelons, enfin, que le président du Sénat, Gérard Larcher, le 17 janvier 2018, fit la déclaration suivante devant ses collègues : « Le Sénat sera attentif à la défense des valeurs républicaines, mais aussi de la culture et de la langue française qui doivent être un moyen de renforcer l’appartenance à la communauté nationale… »

    Après ces déclarations, passons derrière le lourd rideau de la lâcheté, de l’hypocrisie et de l’inconséquente désinvolture de nos parlementaires à l’égard de la République.

    Le Sénat attentif à la défense de la langue française ? C’est une plaisanterie ! Gérard Larcher (LR) a-t-il protesté quand la sénatrice socialiste, Laurence Rossignol, anciennement ministre de la République, a déposé avec une trentaine de ses collègues (PS) une proposition de loi « pour une meilleure protection des mineur.e.s victimes de viol et des autres agressions sexuelles », proposition de loi enregistrée à la présidence du Sénat le 26 octobre 2017 ? En tant que président du Sénat, n’avait-il rien à dire sur cette rédaction en écriture inclusive ? Et la présidente de la commission culture, éducation et communication de ce même Sénat, Catherine Morin-Desailly (UDI-UC), s’en est-elle au moins étonnée ? Comment, d’ailleurs, aurait-elle pu dire quoi que ce soit ? Présidente, également, de la commission culture, tourisme et attractivité du territoire de la région Normandie, elle écrira dans son introduction à la Journée des droits culturels qui s’est tenue le 25 mai 2018 dans sa région : « Il s’agit de sensibiliser les jeunes Normand.e.s aux arts et à la culture… »

    Il est vrai que, le 15 novembre 2017, le jour même où le ministre de l’Éducation nationale, Jean-Michel Blanquer, s’opposait à cette écriture aberrante devant la représentation nationale, Christophe Castaner, à l’époque secrétaire d’État chargé des Relations avec le Parlement et candidat à la présidence de LREM, n’hésitait pas à rédiger dans ce style aussi illisible qu’imprononçable la profession de foi qu’il destinait à l’ensemble des membres de La République en marche : « Cher.e.s ami.e.s, engagé.e.s auprès d’Emmanuel Macron, nous sommes des adhérent.e.s, des parlementaires, des référent.e.s, des élu.e.s de collectivités locales… »

    On comprend mieux que le Premier ministre, Édouard Philippe, assis entre les chaises de ses deux collègues, ne se soit opposé à l’écriture inclusive que pour les seuls textes à paraître au Journal officiel. Comme d’imperceptibles infiltrations déstabilisent peu à peu le sous-sol d’un édifice, ces lâches abandons du politiquement correct déstabilisent depuis des années notre République dans le dos des Français.

    Jérôme Serri

    https://www.bvoltaire.fr/ces-politiques-qui-defont-la-france-dans-le-dos-des-francais/

  • Des royalistes aux élections européennes. Pourquoi ?

    exigez le soleil 4.png

    Communiqué de l’Alliance royale 

    Comme à toutes les élections depuis 2004, l’Alliance royale présente une liste pour réaffirmer la pertinence du principe royal dans l’état actuel d’affaiblissement du pouvoir politique en France. Non seulement, la royauté démontre chaque jour son efficacité dans plusieurs pays européens où elle est un facteur décisif d’unité nationale. Mais elle est particulièrement d’actualité devant la déconsidération, voire le rejet dont font l’objet les derniers présidents de la République : M. Sarkozy n’a pas été réélu, M. Hollande n’a même pas pu se représenter et M. Macron fait maintenant l’objet de la fronde des “gilets jaunes” et sa popularité est similaire à celle de M. Hollande.
    A chaque élection présidentielle, les Français cherchent à désigner l’homme providentiel qui sortira la France du marasme dans laquelle elle est plongée depuis plus de 40 ans. A chaque fois, ils sont déçus, car notre système électoral par sa nature ne fait émerger que des personnalités ambitieuses et non pas des personnes réellement au service du bien commun, avec une claire compréhension de notre identité nationale, des enjeux ainsi qu’une vision forte de notre avenir.
    A chaque élection, nous retrouvons les mêmes partis, comme Les Républicains, qui tiennent des discours fermes sur l’économie, les questions de société ou l’immigration et, ensuite, votent à Bruxelles comme à Paris les lois désastreuses contraires à notre intérêt national. Il est temps de cesser de les croire et de sortir du système. Il est temps de voter pour vos convictions ; voter utile a toujours été un marché de dupes au bénéfice des ambitieux et au détriment de ceux qui écoutent les promesses électorales.
    Vous trouverez ci-dessous les liens vers :

    Peut-être continuez-vous à penser que l’on vote pour gagner ? Grave erreur ! On vote pour faire émerger ses idées. A quoi sert-il d’apporter vos suffrages à un candidat qui gagne, mais qui ne vote pas les lois que vous demandez ? Certes, l’Alliance royale n’aura probablement pas d’élu, mais il s’agit de faire émerger un vote royaliste pour les prochaines échéances. Aucun parti n’arrive au pouvoir en une élection, c’est une dynamique qu’il faut lancer. Vous seuls pouvez le faire.

    Cyrille Henrys
    Vice-président de l’Alliance royale

    2017 12 01 PUB SITE 2.jpg

  • L’Europe, ébranlée par le réveil des nations, par Ivan Rioufol

    souverainistes-europe-parlement-elections-1200x726.jpg

    Et les gagnants des européennes du 26 mai seront… les abstentionnistes ! La crise de confiance ne déstabilise pas seulement la plupart des dirigeants politiques confrontés à la colère des peuples. La confiscation du pouvoir par une oligarchie est un grief qui touche plus encore l’Union européenne. Elle s’est construite au fil des ans, derrière une démocratie de façade, sur une cooptation de technocrates insensibles aux vaincus de la mondialisation. Dans son roman L’Ignorance, Milan Kundera, d’origine tchèque, fait dire à l’un des personnages : “L’empire soviétique s’est écroulé parce qu’il ne pouvait plus dompter les nations qui voulaient être souveraines.” Ce même réveil des nations, remisées au nom du commerce, ébranle la forteresse bruxelloise et ses fadaises sur les bienfaits du marché pour tous et du grand mélangisme. Lundi, la commissaire européenne Elzibieta Bienkowska a repris la rengaine : “Le plus grand risque, c’est le populisme.” L’islamisme, parti à l’assaut de l’Europe désarmée, n’a en effet rien à craindre des apparatchiks aux yeux clos et aux cerveaux cadenassés.

    La mondialisation profite d’abord aux multinationales. Il faut être sourd comme un pot pour ne pas entendre la rage des agriculteurs, artisans, commerçants, entrepreneurs, étouffés par les directives européennes et leurs contraintes budgétaires. Ceux qui abominent le libre-échange ont beau jeu de montrer les catastrophes nées de l’abandon progressif, depuis 1974, de la préférence communautaire. La libéralisation mondialiste des marchés, voulue par Bruxelles, est à la source de la destruction de l’industrie et de la croissance nationale. Cependant, n’en déplaise aux dirigistes, le libéralisme n’a rien à voir avec cette course aux délocalisations et aux concurrences faussées par la disparité des règles. En 2005, le Prix Nobel d’économie Maurice Allais avait prévenu : “Les perversions du socialisme ont entraîné l’effondrement des sociétés de l’Est. Mais les perversions laissez-fairistes du prétendu libéralisme de ces trente dernières années nous ont menés au bord de l’effondrement de la société française.” Nous y sommes. Une abstention des électeurs aux alentours de 60 % confirmerait le rejet de l’UE.

    L’Union européenne n’est certes pas assimilable à l’ex-Union soviétique : le communiste était autrement plus oppressant et liberticide que l’idéologie melliflue de Bruxelles, armée de ses commissaires moralisateurs et de sa presse prêchi-prêcheuse.

    Ivan Rioufol

    Texte daté du 16 mai 2019 et repris du blog d’Ivan Rioufol

    https://fr.novopress.info/214626/leurope-ebranlee-par-le-reveil-des-nations-par-ivan-rioufol/

  • Mathieu Bock-Côté : Le néoféminisme policier

    Cette chronique de Mathieu Bock-Côté - de celles que nous reprenons souvent pour leur pertinence - est parue dans le Journal de Montréal du 15 mai. Qu'on le lise ! Tout simplement. LFAR  

    « Il incarnait un homme ne doutant pas d’être un homme »  

    Alain Delon est une figure majeure du cinéma français des dernières décennies. Il a tourné avec les plus grands réalisateurs et porté les plus grands rôles.

    Il incarnait par ailleurs une forme de virilité mythique, magnétique, animale. Il faut regarder à ce sujet son éloge il y a quelques semaines par l’animatrice française Sonia Mabrouk sur la chaîne CNews — on le trouvera sur YouTube.

    Delon

    Alain Delon est ce qu’on appelle un monstre sacré. Et le Festival de Cannes a décidé de lui remettre cette année la palme d’honneur. C’est une manière de couronner sa carrière. Le tout aurait dû se passer dans la joie et l’allégresse.

    C’était sans compter les vigilantes les plus motivées du néoféminisme policier à l’américaine. Pour protester contre l’honneur fait à Alain Delon, Women and Hollywood, une association militante, a lancé une pétition qui a vite rassemblé plusieurs dizaines de milliers de noms.

    On reproche à Alain Delon des prises de position politiques au fil du temps — la plupart sont décontextualisées. Je résume en un mot : on lui reproche de ne pas être de gauche et de ne pas avoir les opinions recommandées sur les questions politiques qui aujourd’hui dominent l’agenda.

    On aurait envie de dire : qu’importe ! Qu’importe que ce grand acteur soit de gauche, de droite, de centre ou d’ailleurs ? Qu’importe qu’il ait aussi dit d’authentiques conneries ? On célèbre ici un acteur et son art, pas un militant politique et son engagement ! Les honneurs et les hommages doivent-ils être réservés aux hommes et aux femmes qui sont du bon côté de l’époque ? Est-ce qu’un artiste devient d’un coup indigne de notre admiration s’il ne va pas dans le sens du progrès ? Aurons-nous encore demain le droit de lire Balzac, Flaubert, Muray ou Houellebecq ?

    On peut être certain que l’immense majorité des signataires qui dénoncent Delon ne connaissent pas grand-chose à son œuvre. D’ailleurs, les Américains s’intéressent rarement à autre chose qu’eux-mêmes et lorsqu’ils le font, c’est pour reprocher au monde de ne pas se soumettre à leurs codes culturels.

    Mais les signataires cèdent au réflexe pétitionnaire débile qui consiste à vouloir lyncher médiatiquement tous ceux qui s’écartent du politiquement correct. C’est au nom de la tolérance que se déchaîne aujourd’hui la tentation de l’intolérance.

    Heureusement, les autorités du Festival de Cannes se tiennent debout et ne reculent pas. Elles dénoncent la police politique à l’américaine. Elles clament le droit pour un homme de penser ce qu’il veut, elles rappellent que les propos scandaleux d’aujourd’hui ne l’étaient pas hier, elles ajoutent que célébrer un artiste ne consiste pas à proclamer qu’il est un saint.

    France

    En gros, poliment, mais fermement, elles rappellent que la France n’est pas l’Amérique et n’a pas l’intention de se soumettre au puritanisme qui domine aujourd’hui l’empire de notre temps.

    Vive la France qui sait dire non aux censeurs !

    Si la controverse s’était passée au Québec, on peut être assuré que nos élites se seraient couchées devant la meute et excusées d’avoir eu l’idée de penser autrement qu’elle.   

     

  • Marlène Schiappa et Nick Conrad : une indignation si discrète…

    5129154_6_733a_marlene-schiappa-au-mans-le-12-mai_3a951fd2d48087c2c8663dbda902f73f.jpg

    « J’ai brûlé la France… LA DROITE s’insurge contre le nouveau clip de Nick Conrad, Castaner saisit la justice » (20 Minutes), “Je brûle la France : tollé à DROITE après le nouveau clip de Nick Conrad, l’auteur de Pendez les blancs” (LCI), « le rappeur Nick Conrad à nouveau dans le viseur de la DROITE » (Le Huffington Post), tels sont les titres que l’on pouvait lire dans la presse, dimanche.

    Comment ça… « la droite » ? Faites-moi peur, les amis, parce que la gauche, elle, ne s’insurge pas que l’on affirme « baiser la France jusqu’à l’agonie », ne fait pas de tollé quand on prétend « brûler la France », n’a pas dans le viseur celui qui fanfaronne « poser une bombe sous son panthéon » ?

    Dans un tweet, dimanche 19 mai, notre ministre de l’Intérieur Christophe Castaner a quand même « [condamné] sans réserve et sans ambiguïté les propos inqualifiables et le clip odieux de #NickConrad » et affirmé  saisir le procureur de la République : “À [sa] demande, la plateforme Pharos œuvre au retrait de ce qui n’est rien d’autre qu’un appel à la haine de notre pays et à la violence”

    Lundi matin, la vidéo – montrant notamment le rappeur à quatre pattes sur une femme qu’il plaque au sol et tente d’étrangler après l’avoir suivie – était toujours visible en deux clics pour le quidam moyen n’ayant, comme moi, aucune compétence informatique. Il semblerait qu’il soit plus facile d’interdire l’accès aux contenus émanant de la mouvance identitaire. La technique parfois a ses mystères.

    Benoît Hamon lui, interrogé par Sud radio, annonce… roulements de tambour… attention, attention… « [son] total désaccord avec ce que [Nick Conrad] a dit ». “Total désaccord” ! quelle force, quel souffle, quelle détermination dans la désapprobation. Même pas un tout petit poil d’accord pour brûler la France ni poser une bombe sous son Panthéon.
    Ce service minimum expédié, il s’interroge néanmoins : « qu’est ce qui relève de la liberté de l’artiste et qu’est-ce qui relève du message politique ? », et met en garde : « Attention à ne pas condamner, brûler Gainsbourg, Brassens et beaucoup d’autres avant ! ». C’est Mozart qu’on assassine. Benoît Hamon nous joue de la flûte, mais au vu des sondages, pas sûr que les Français soient enchantés. Il est vrai comme le fait remarquer finement Le Figaro que “Benoît Hamon joue son va-tout dans les quartiers populaires » : « Si la présidentielle était à Barbès, je serais élu dès le premier tour avec 80 % des voix », s’est-il vanté à la cantonade, selon le quotidien, sur le marché du même nom. Craint-il que se fâcher avec les amateurs de rap, même le plus trash, le propulse définitivement tout au fond de la cuve du scrutin européen ? Barbès vaut bien une messe.

    Reste bien sûr Marlène Schiappa. Parce qu’une femme si prompte à voler au secours de celles qui subissent l’affreux outrage d’un bisou envoyé d’une tribune de l’Assemblée n’a pu que tomber en pâmoison devant cette mise en scène d’étranglement.

    Penses-tu. Elle révèle l’avoir découvert via « quelques comptes Twitter [l’interrogeant] au sujet d’un clip de rap dont [elle] ignorait comme beaucoup l’existence ». Elle rajoute que « ce clip injurieux/violent (aucune mention de la femme étranglée, NDLA) a été signalé à juste titre aux autorités compétentes par le ministre de l’Intérieur. [Elle] ne pense pas nécessaire de lui faire + de pub. »
    L’argument est malin. On ne s’indignera pas car ce serait rendre service à Nick Conrad, hé hé. Un peu, comme pour l’art contemporain dont la cote est proportionnelle à la réaction suscitée. C’est donc pour rendre service à des individus comme Éric Zemmour et lui permettre obligeamment de vendre ses bouquins – quelle chic copine – que Marlène Schiappa en fait régulièrement des tonnes sur son compte.

    Marlène Schiappa est d’ailleurs déjà passée à autre chose. dans le tweet suivant, elle réserve ses flèches acérées à François-Xavier Bellamy qui refuse de condamner l’Alabama et ses réformes législatives sur l’IVG. Le doux, le policé, l’aimable tête de liste LR est TELLEMENT plus inquiétant que Nick Conrad.

    Gabrielle Cluzel

    https://www.bvoltaire.fr/marlene-schiappa-et-nick-conrad-une-indignation-si-discrete/

  • Vincent Lambert : l’affaire qui divise la France – Journal du mardi 21 mai 2019

     

    Vincent Lambert : l’affaire qui divise la France

    Alors que le médecin en charge de Vincent Lambert avait débuté l’arrêt des traitements et la sédation profonde, la cour d’appel de Paris a ordonné la reprise des soins. Un nouveau sursis pour le devenir d’un homme qui divise le pays.

    Macron, la vraie tête de liste

    A 5 jours des élections européennes, Emmanuel Macron a définitivement pris les rênes de la campagne. Multipliant les rencontres et les déclarations, le chef de l’état apparaît comme le véritable candidat de la République en marche et fait passer Nathalie Loiseau au second plan.

    Taxe Gafa : le Sénat sceptique ?

    C’est un des cheval de bataille du ministre de l’Economie Bruno Le Maire : taxer les géants d’internet ! Alors qu’une position européenne commune sur la question n’a pas été trouvée, les équipes Macron avancent seuls dans ce dossier… au risque, selon l’opposition, de devoir rembourser les sommes versées dans quelques années…

    L’actualité en bref

    https://www.tvlibertes.com/vincent-lambert-laffaire-qui-divise-la-france-journal-du-mardi-21-mai-2019

  • François Bousquet : pourquoi je vote Robert Ménard

    Mercredi 22 mai, à 19 heures, Robert Ménard dédicacera son livre, Un maire ne devrait pas faire ça, à la Nouvelle Librairie. Rendez-vous au 11, rue de Médicis, 75006 Paris.

    Qu’est-ce qui vous a conduit à inviter Robert Ménard à la Nouvelle Librairie, en plein Paris, au cœur du Quartier latin ? On est loin de Béziers…

    Par amitié pour l’homme privé et par admiration pour l’homme public.
    À 800 km de Paris, on voit la politique autrement, avec du recul.
    Penser global, agir local, disent les altermondialistes.
    Rien n’empêche de penser local et d’agir local.
    Rien n’interdit, non plus, d’agir local et de penser national.
    J’en veux pour preuve la ville de Béziers.
    En moins d’un mandat, Robert Ménard et son équipe l’ont métamorphosée.
    La belle endormie s’est réveillée, ses châteaux pinardiers ont repris des couleurs, ses places sont redevenues le cœur battant de la ville, la sécurité a été restaurée.
    Béziers est le laboratoire d’une expérience municipale qui ne demande qu’à être reproduite.
    Leçon numéro 1 : en quelques années, on peut enrayer le déclin programmé d’une cité.
    C’est cela que Robert Ménard retrace dans son livre, Un maire ne devrait pas faire ça.
    Les 35.000 maires de France devraient s’en inspirer, ça nous change de la soupe tiède que nous sert François Baroin, le président de l’Association des maires de France.
    Dans aucune autre ville on ne voit autant de quidams féliciter leur édile : « Monsieur le maire, vous nous avez rendu la fierté d’être Biterrois ! »
    Le secret de Ménard, c’est qu’il ressemble à ses électeurs – et celui qui ressemble a vocation à rassembler.
    Il ne les toise pas du haut de sa fonction comme un baron lointain retranché dans sa tour d’ivoire.
    Il apporte un vent de fraîcheur dans un monde politique dominé par ce qu’Armand Robin a appelé « la fausse parole ».
    Faites ce que je dis, pas ce que je fais !
    La parole politique s’est enlisée dans les eaux marécageuses du double discours.
    Lui est franc du collier.
    Il a le verbe haut, la tête froide et les pieds sur terre.
    C’est un homme pragmatique, pas un idéologue, il ne plie pas le réel à une idéologie.
    Les idéologues font de très mauvais gouvernants.
    L’avenir de la politique passe-t-il par l’échelon municipal ?
    Un maire ne devrait pas faire ça est un éloge de la démocratie de proximité.
    Si la citoyenneté n’est pas aussi mitoyenneté, elle se perd dans les couloirs de l’administration et les organigrammes ministériels.
    La proximité dans une ville de 80.000 habitants, c’est de pouvoir s’adresser directement à son maire, pour l’engueuler ou le féliciter.
    Ménard a un atout dont peu d’élus peuvent se prévaloir : il connaît ses administrés pour avoir rencontré 20.000 d’entre eux lors de sa campagne municipale.
    Il ne s’est pas contenté de serrer des mains en demandant des nouvelles du petit comme un automate chiraquien en tournée électorale.
    Non, il a recueilli les doléances et les confidences de ses compatriotes.
    Aucun sondeur, aucune enquête qualitative ne peuvent prétendre atteindre ce degré d’intimité avec la population.
    Il n’y a guère que Matteo Salvini qui peut se prévaloir d’une connaissance aussi fine du corps électoral : lorsqu’il animait un talk-show radiophonique, il a pris le pouls de l’Italie – avant de la conquérir.
    Où est le Matteo Salvini français ?
    On parle de plus en plus de candidatures issues de la société civile, et pas seulement chez les Insoumis ni chez les Verts, mais au sein même des partis centraux ; songez à Emmanuel Macron ou François-Xavier Bellamy.
    Or, à travers Macron et Bellamy, ça n’est jamais que le Système qui produit ses propres anticorps. Tout change pour que rien ne change.
    La société civile ainsi conçue, c’est l’hégémonie culturelle cuirassée de coercition, disait Antonio Gramsci.
    Il vaut mieux donc y regarder à deux fois.
    Une candidature issue de la société civile n’est pas la panacée universelle, elle n’est pas nécessairement la réponse à une classe politique en panne d’inspiration.
    Les jeunes loups succèdent aux vieux routiers, mais c’est pour maintenir des idées usées jusqu’à la corde.
    C’est le système des partis et des élites qui est en faillite.
    Primaires ou pas, les uns et les autres ne défendent plus que leurs boutiques.
    Ils obéissent à des logiques partisanes, ils raisonnent en termes de parts de marché, de publicité électorale.
    Charlatans et bonimenteurs, ils monopolisent l’offre électorale.
    C’est cette hégémonie sur la chose publique qu’il faut casser, comme naguère les lois anti-trusts ont permis de démanteler les féodalités économiques.
    La démocratie est une chose trop grave pour la confier aux seuls professionnels de la politique.
    C’est cela que le RIC doit d’abord faire émerger via les réseaux sociaux : une candidature pour 2022 susceptible de rallier les voix de la France périphérique et des gilets jaunes.
    Qui représentera ce tiers état abandonné ?
    Qui cristallisera et métabolisera ces réserves de colère, la grande passion politique selon Aristote, qui ont transformé les ronds-points en agora ?
    Seule une personnalité hors les murs est en mesure de le faire.
    Il faut la chercher parmi tous ces électrons libres qui ont fait sécession à l’intérieur du Système, les Éric Zemmour, Michel Onfray, Marion Maréchal et Robert Ménard.
    Ce n’est pas l’union des droites qu’il faut viser, c’est l’union des dissidences, l’alliance des populismes et des conservatismes, de droite comme de gauche, la rencontre des souverainismes.
    Elle a déjà eu lieu sur les ronds-points, elle ne demande qu’à gagner les assemblées.
    Venez en débattre avec nous le mercredi 22 mai à la Nouvelle Librairie, 11, rue de Médicis.
    Robert Ménard y dédicacera Un maire ne devrait pas faire ça.
    François Bousquet
  • Agnès Buzyn doit démissionner

    Agnès Buzyn doit démissionner

    Le 5 mai 2019, Agnès Buzyn affirmait que la France n’est «pas tenue» par l’avis du comité de l’ONU.

    Le 20 mai 2019, on apprend que la cour d’appel

    “ordonne à l’État français (…) de prendre toutes mesures aux fins de faire respecter les mesures provisoires demandées par le Comité international des droits des personnes handicapées le 3 mai 2019 tendant au maintien de l’alimentation et l’hydratation”.

    https://www.lesalonbeige.fr/agnes-buzyn-doit-demissionner/

  • Jordan Bardella en tête des sondages

    60560489_10157235999069731_3986200336153968640_n.jpg

    En ce qui concerne la campagne et les propositions de Jordan Bardella, tête de liste du Rassemblement national qui ne manque d'ailleurs pas de talent, nous pensons que les lecteurs de Synthèse nationale ont suffisamment d'informations grâce aux moyens officiels, ce qui n'est pas le cas des autres listes patriotiques. 

    Cependant, dans un souci d'équité, nous reprenons ici l'appel lancé sur les réseaux sociaux par Véronique Péan, la dynamique responsable du RN en Touraine :

    "Un seul tour le dimanche 26. Proportionnelle intégrale plus nous aurons de voix plus nous aurons de députés. Notre ennemi, c’est l’abstention. Contacter les membres de votre famille, vos amis, vos relations professionnelles… Consacrez les jours qui viennent à convaincre vos proches d’aller voter pour la liste de Jordan Bardella. Un impératif : arriver en tête le dimanche 26 mai. Il faut gagner, pour l'Europe, pour la France !"
    Chacun fera donc en son âme et conscience...
    Site de Jordan Bardella cliquez là
    L'appel de Jean-Marie Le Pen cliquez ici
     
    2017 12 01 PUB SITE 1.jpg