Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

18/04/2018

Justice ou harcèlement indécent ?

98798990_o.jpg

Bernard Plouvier

Il est évident pour tout observateur goy que la haine vengeresse de la communauté juive reste pleine et entière à propos de la Shoah. Cela peut se comprendre même si d’autres génocides n’ont bénéficié ni de la même publicité ni des mêmes réparations : on pense au génocide des peuples de l’antique Canaan, à celui des Allemands au cours de la Guerre de trente ans (1618-1648), à celui – tellement occulté en France - des « Vendéens », exterminés en 1793-94 etc.

L’Ancien Testament nous l’apprend : toute offense faite à la « race élue de Yahvé » doit se payer de flots de sang et sur le très long terme. Toutefois, nous autres Européens ne vivons pas au Moyen-Orient et ne sommes pas régis par le Code d’Hammourabi et sa resucée mosaïque. Il est une certaine décence à respecter.    

Que le génocide d’une partie des Juifs d’Europe ait été l’une de ces monstruosités historiques, au même titre que les abominables tueries de civils entraînées par toutes les guerres (lisez ou relisez L’Exode et le Livre de Josué, les descriptions hallucinantes des tueries des soudards ottomans à Constantinople et en terres danubiennes, de ceux de Napoléon Ier en Espagne, de ceux de Sherman et de Sheridan dans les États confédérés), nul ne le conteste, hormis quelques hallucinés.

Que les révisionnistes aient eu raison de contester les chiffres grotesques énoncés par l’accusation au Tribunal Militaire Interallié de Nuremberg, nul ne peut désormais le contester. Pour l’exemple d’Auschwitz, énorme complexe concentrationnaire, un accusateur made in USA évoquait « 4 millions de morts, dont au moins 2 millions de Juifs ». On sait maintenant que, fort heureusement, les chiffres, tout en étant considérables, effroyables, n’avaient pas cet ordre de grandeur hallucinant : on évoque 1 million de morts (plus ou moins 100 000, car il s’agit d’une estimation et nullement d’une certitude) de toutes nationalités et ethnies.

Que les années 1939-1945 n’aient pas été des années d’humanisme, mais bien au contraire une époque horrible de fer, de feu et de sang, tout le monde le sait. Mais les Allemands n’eurent en aucun cas le monopole du carnage et de l’horreur.

On aurait pu s’attendre à ce que durant la 2e décennie du XXIe siècle, des esprits mûrs, sensés, réfléchis évitent d’en « remettre une couche », puisqu’après tout nous sommes saturés de ce « devoir de mémoire » qui n’a nullement empêché de se produire une multitude de guerres et de génocides depuis 1945. Et d’autant moins que la communauté juive a été saturée de commémorations, de réparations pécuniaires, et de traitements de faveur par les media, au point que nul, en Occident, n’ose attaquer un Juif coupable de crapuleries sexuelles ou de canailleries financières et que l’État d’Israël est statutairement innocent de tout crime.

Et pourtant, l’année 2015, l’on a condamné à 4 ans de prison un aide-comptable d’Auschwitz : Oskar Gröning. Il est mort en mars 2018, à 96 ans, juste avant son incarcération. Calculons : s’il avait survécu au harcèlement judiciaire, il aurait été libéré pour ses Cent Ans !

Et l’on remet cela. L’on s’attaque à un ex-SS, qui avait 19 ans lorsqu’il servait comme garde à Auschwitz. Cet homme de 94 ans doit être prochainement traduit devant le Tribunal des mineurs de Mannheim - la majorité pénale était de 21 ans en Allemagne nazie.

Va-t-on enfin rendre à la Justice européenne un peu de décence ? Certes, les « crimes contre l’humanité » sont imprescriptibles, en vertu d’une loi à caractère rétroactif. Mais dans ce cas, citons devant une Cour internationale les mânes de messieurs Moïse et Josué, Gengis Khan et Tamerlan, et tous les assassins marxistes : « Lénine », « Trotski », « Staline », Kaganovitch, Mao Tsé-toung, « Pol Pot », Castro et on en oublie.

Il n’est nullement question d’oublier les génocides si nombreux de l’histoire d’Homo sapiens sapiens, l’assassin de l’Homo sapiens neandertalensis. Mais doit-on continuer à ridiculiser la « Justice » européenne ? C’est une bonne question.

http://synthesenationale.hautetfort.com/

08:32 Écrit par pat dans actualité, international, lobby | Lien permanent | Commentaires (0) |  Imprimer |  Facebook | | | | |

Trudeau - Macron : les cosmopolites aux manettes - Journal du mardi 17 avril 2018

Viktor Orbán réélu en Hongrie : vers une confrontation avec l’UE ?

orban_ap18098805045328-600x411.jpg

Le premier ministre hongrois a largement remporté les élections législatives le 8 avril dernier, son troisième mandat consécutif, sur une campagne tournée vers l’immigration.

Rachel Marsden recevait François Lafond, président de Blue Networks and Opportunities, spécialiste de la politique européenne et internationale.

36 DÉPUTÉS LREM DEMANDENT À LA FRANCE D’ACCUEILLIR AUSSI LES « RÉFUGIÉS CLIMATIQUES »

immigration_africaine.jpg

C’est Breizh-info qui nous le signale, la presse « non bretonne » jugeant sans doute que la chose est de peu d’intérêt. Mais les Bretons, eux, gens de mer, sont sans doute plus sensibles que d’autres sur ce sujet…

Le sujet, donc, à savoir le projet de loi « pour une immigration maîtrisée et un droit d’asile effectif » au sujet duquel les débats ont débuté ce lundi à l’Assemblée.

Et l’on découvre que 36 députés de la majorité présidentielle (LREM) ont déposé un amendement (N°887) visant à faire reconnaître par la France le statut de réfugié climatique. Leurs arguments sont simples :

« L’Organisation des Nations Unies prévoit 143 millions de personnes déplacées pour des raisons liées à l’environnement d’ici à 2050. Un phénomène qui amplifiera les migrations vers l’Europe dans les années à venir, à laquelle aucune réponse n’est apportée.
Ces personnes sont contraintes de quitter le territoire où elles vivent en raison d’un bouleversement dans leur environnement, qu’il s’agisse d’une catastrophe naturelle (tsunami, tremblement de terre), d’une dégradation progressive de l’environnement (désertification, hausse du niveau des mers) ou d’un épuisement des ressources naturelles.
Cette reconnaissance s’appuie sur des principes de droit international déjà consentis par la communauté internationale. Déjà en 2010, l’accord de Cancùn pour la COP16 indiquait que les États reconnaissaient que la migration induite par le changement climatique est un facteur dont la communauté internationale doit tenir compte.
Il en va de la responsabilité d’une France soucieuse des enjeux climatiques de reconnaître la spécificité de ces migrations. »

Ces députés proposent donc que l’article L. 712-1 du Code de l’entrée et du séjour des étrangers et du droit d’asile soit complété par l’alinéa suivant :

Deviendrait ainsi également accessible au séjour et à l’asile tout individu subissant
« d) Une menace grave le forçant à quitter son lieu de vie temporairement ou de façon permanente à cause d’une rupture environnementale qui a sérieusement mis en péril son existence. »

C’est beau, c’est grand, c’est généreux. C’est surtout l’assurance d’ouvrir les vannes et les écluses pour un véritable tsunami humain contre lequel, nous, occidentaux, n’aurons aucun refuge. En effet, comme l’écrit Breizh-info, ce statut, « s’il était adopté, ouvrirait grand la porte à une accélération sans précédent de l’immigration en France « . Ce dont, dans leur très grande majorité, ne veulent pas les Français !
Le site rappelle les chiffres des derniers sondages où les 25-34 ans (les actifs qui demain seront étranglés par la dette qu’on leur tricote !) sont les plus nombreux (71 %) « à s’inquiéter d’un afflux trop intense d’immigrés en France ». De même, si les Français estiment majoritairement (65 %) que l’on doit accorder l’asile aux personnes « persécutées dans leur pays », ils sont toutefois 63 % à penser qu’ « il y a trop d’immigrés aujourd’hui en France ».

Mais un autre chiffre me frappe qui n’a pas été relevé ici. Je me garderai bien d’en tirer une conclusion hâtive. Simplement, je m’interroge. Sur les 36 députés qui ont signé cet amendement, 25 sont des femmes. Faut-il alors ressortir les vieux clichés sur les ravages de Big Mother ? Il faudrait relire cet excellent livre (Big Mother, psychopathologie de la vie politique -Ed. Odile Jacob) dans lequel Michel Schneider s’interrogeait, voilà quinze ans, sur la psychopathologie des politiques et notre société si travaillée par « les valeurs féminines ».
Mais attention, écrivait-il : « Si la bonté supplante l’autorité »« elle va mourir, la Mamma «  !

http://www.bvoltaire.fr/36-deputes-lrem-demandent-a-franc...

17/04/2018

Réforme des institutions : le président, ce tyran moderne

10940340-18107136.jpgLa politique actuelle du Président de la République dite Française Emmanuel Macron et de son gouvernement fait horreur à une partie de la presse et à certains parlementaires qui s’en présentent comme les principales victimes. En effet, les ordonnances, la réduction du droit d’amendement, l’utilisation de l’article 44-3 de la constitution (vote bloqué au Sénat), les « menaces » de referendum pour imposer une réforme constitutionnelle réduisant le nombre de parlementaires et limitant leurs possibilités de réélection dans le temps, sans parler de la fin de l’emploi familial et du cumul des mandats, constituent autant de griefs repris en cœur par les prétendus défenseurs du peuple, de gauche comme de droite, qui crient à l’autoritarisme. Un déni de démocratie. " " Un mépris du Parlement. " " Une grave entorse dans l'équilibre des pouvoirs », voici les principales récriminations de ces gens. Nous pourrions nous en réjouir car le royaliste légitimiste devrait a priori se réjouir du renforcement du pouvoir exécutif au détriment du parlementarisme. Or, il n’en est rien, au contraire, le royaliste condamne absolument l’attitude de l’exécutif, comme celle des parlementaires et de leurs défenseurs. Cette position pourrait paraître paradoxale, mais nous allons l’expliquer en précisant notre positionnement d’une part sur la politique de renforcement de l’exécutif et d’abaissement du parlement suivie par le Président de la République et son gouvernement, et d’autre part sur les opinions des parlementaires et de leurs défenseurs.

Le royaliste souhaite un chef de l’Etat au pouvoir fort, on trouvera donc paradoxal la critique de la politique macronienne lorsqu’elle semble s’accorder avec ce désir. Cependant, c’est oublier que le royaliste veut avant tout un pouvoir légitime, fondé sur une légitimité issue des Lois Fondamentales et sur une légitimité historique qui sont les deux piliers de la légitimité nationale du roi de France. Cette légitimité est hors du jeu des partis, hors des contingences, des fausses promesses et des compromissions des élections. Elle ne saurait en aucun cas être comparée à la « légitimité » du Président de la République, élu d’a peine la moitié des de la part des citoyens qui se sont déplacés pour urner. Rappelons que la voix du sage comme celle de l’imbécile ont la même valeur dans ce système, que ni l’honnêteté véritable, ni les services rendus à la patrie, ni l’abnégation à servir la France n’ont de poids réel dans cette grande entreprise de communication, de compromission et de tromperie qu’est l’élection démocratique moderne.

La légalité du pouvoir du Président de la République existe, mais sa légitimité est douteuse. Fondée sur l’élection par un peu plus de la moitié des deux tiers ou trois quarts des citoyens qui daignent se déplacer pour déposer leur bulletin de vote. Elle est constamment contestée par des groupes de pression en tous genre dès qu’une décision est prise ou un projet révélé. Ceci est facteur de division et de dissensions entre Français et d’abaissement de la fonction de chef de l’Etat et, de ce fait de la France elle-même. Que le Président de la République abuse de ses pouvoirs pour diminuer ceux de l’opposition est légal, rien ne s’y oppose puisque la Constitution elle même peut-être modifiée par de multiples moyens et sans réelle contraintes.

A la vérité, le Président de la République est une forme moderne du tyran démagogue. Parvenu au pouvoir par la violence symbolique et verbale de la joute électorale, son manque de fidélité aux principes démocratique est souvent consternant et démontre leur vacuité essentielle. On ne peut pas dire qu’il représente les qualités attribuées à la démocratie par les philosophes classiques : austérité, vertu, … au contraire, en France il se comporte comme un substitut de Roi, mais un substitut qui ne s’astreint à aucune des obligations et des qualités royales. C’est donc un roi  illégitime et parvenu, qui divise et n’a pas de limites traditionnelles telles que les Lois Fondamentales. Un faux roi soumis à la versatilité de ses soutiens et qui ne dispose pas du temps nécessaire pour agir dans la durée, ni de la force que donne l’indifférence à la trompeuse popularité médiatique issue des sondages. Même avec la meilleure bonne volonté et l’honnêteté de sa démarche, il ne peut réunir tous les Français et ne peut donc réussir à relever la France.

Un faux roi qui se vend à l’étranger parfois avant même d’arriver au pouvoir, que ce soit par des diamants africains, de l’argent libyen, des prêts russes ou par la soumissions aux pouvoirs cosmopolite de l’argent.

Macron souhaite réformer la constitution de la Ve République car il sait que le système politique actuel se meurt. De Gaulle avait donné de grands pouvoirs à la fonction présidentielle, sa stature historique lui permettait d’en imposer à tous, une certaine droite s’était démonétisée du fait de sa compromission avec l’ennemi pendant la guerre, tandis que l’âge d’expansion économique auquel sa présidence a correspondu pouvait faire taire les critiques de gauche dont les groupes les plus radicaux étaient compromis par leur soumission à l’URSS. Aucun de ceux qui lui ont succédé n’a pu se prévaloir d’une telle stature, ni, mis à part Pompidou, d’une telle expansion économique conjuguée à un abaissement politique et moral des oppositions. Aucun d’eux n’a été le président de tous les Français autrement que sur le papier, ils n’ont jamais eu le cœur de nos compatriotes. Cette situation s’est aggravé du fait de l’abaissement de la fonction présidentielles sous les mandats de Chirac, Sarkozy et Hollande où se son succédés.

A l’évidence, ce système est mauvais pour la France car il la divise, la fatigue par des combats incessants dictés par la seule ambition de parvenir à la présidence, et l’humilie par le spectacles d’hommes politiques menteurs, voleurs et manipulateurs qui ne vivent que pour tromper les Français et profiter d’avantages indus. Mais une autre évidence est que nous sommes dans un système bâtard qui n’est plus la république telle qu’elle a été pensée au XIXe siècle, mais qui se complet à se présenter comme l’héritière directe de cette époque tout en étant autre chose. En effet, au commencement les régimes politiques issus de la modernité, et la république française en particulier, ont cherché à affaiblir les pouvoirs du gouvernement et du chef de l’Etat en prétextant de l’arbitraire monarchique. Or aujourd’hui, la république Française est totalement présidentialisée, même si elle ne s’affirme pas comme telle, et l’essentiel du pouvoir est concentré entre les mains de son chef suprême qui n’est plus considéré comme un obstacle à la démocratie mais comme le principal vecteur de l’expression du peuple.

Louis de Lauban

http://www.vexilla-galliae.fr/actualites/politique/2634-r...

La bête immonde a déjeuné avec le diable de la République

6a00d83451619c69e201bb0a0466fa970d-200wi.jpgOn imagine les frissons du journaliste de L'Express :

"Chez Drouant, on ne réfléchit pas seulement aux lauréats des prix Goncourt et Renaudot. Le 21 mars, dans ce célèbre restaurant parisien, sont attablés celle qui fut députée FN du Vaucluse, Marion Maréchal-Le Pen, et celui qui fut conseiller de Nicolas Sarkozy, Patrick Buisson. L'une et l'autre ont déjà échangé, sans jamais prendre le temps d'une discussion approfondie."

Patrick Buisson explique :

"Elle est en train de revisiter le mythe du sauveur cher à la droite. Air du temps oblige, la femme providentielle a supplanté l'homme dans cetemploi. Même les plus conservateurs sont prêts à faire cette concession à la modernité. Ça leur rappelle Domrémy et Vaucouleurs."

"Laurent Wauquiez a beaucoup de détermination, mais peu de divisions, notamment dans la France périphérique, où son discours n'imprime pas. Inversement, Marion Maréchal-Le Pen dispose de gros bataillons potentiels, tant dans la France des invisibles que dans la bourgeoisie de droite séduite par sa maturité politique précoce, mais une grande indécision pèse sur ses choix futurs. Le premier se trompe à rejouer la stratégie de Sarkozy de 2007 quand il faudrait inventer autre chose. La seconde a compris que dans une société liquide comme la nôtre, les partis deviennent des obstacles. Si elle devait revenir sur la scène politique, elle disposerait d'un avantage sur ses éventuels concurrents. Elle a marqué les esprits en montrant son détachement à l'égard des mandats électifs, quand d'autres s'accrochent durant des lustres. Et sa capacité à dissocier le service du bien commun de son intérêt personnel. Par opposition, le discours de Laurent Wauquiez peut apparaître insincère et daté." 

http://lesalonbeige.blogs.com/my_weblog/web.html

[Vidéo] Olivier Dard : “La culpabilisation comme arme politique”

olivier-dard.jpg

Voici l’intervention d’Olivier Dard, professeur à l’université Paris-Sorbonne, lors du colloque de l’Iliade « Fiers d’être Européens » le 7 avril 2018.

L’historien est intervenu sur le thème suivant : « La culpabilisation comme arme politique » (comment on construit une culpabilité collective, sous l’angle épistémologique).

La sexualisation des femmes par la mode vestimentaire

RÉINFO, MAGAZINE D'INFORMATION DU PARTI DE LA FRANCE DU 9 AVRIL 2018

Réinfo, journal d’information bimensuel du Parti de la France, présenté par Sylvie Collet.

Au sommaire de ce numéro : 
• La réforme de la SNCF: Une dette colossale, un statut très éloigné de l'esprit de solidarité nationale et un service public où l'on a parfaitement bien identifié le public mais où l'on cherche encore le service. 
• Mortalité médicale: Le rapport du Conseil national de l'Ordre des Médecins recense plus de 1000 cas d'agression commises contre les médecins pour l'année 2017. Les soldats du feu ne sont pas en reste. Nous reviendrons sur l'échec de la politique de la ville. 
•Réformes constitutionnelles :Elles sont pleines de bonnes intentions. Mais sans une révolution des mentalités des élus, ce n'est pas gagné. Et oui faut-il le rappeler, l'élu doit servir son pays et non se servir. 
• Suite de l'affaire Skrypal.Un petit rappel chronologique des faits et un peu de lumière sur les intérêts en jeu, juste pour rappeler que la diplomatie est un vrai métier qui exige un vrai talent et ne pas oublier qu'il y va toujours de l'intérêt national. 
Et pour finir, l’actualité du parti de la France et les prochains rendez-vous du mouvement.

Frappes en Syrie : et si tout le monde y trouvait son compte, Bachar al-Assad y compris ?

o-ASSAD-SYRIE-facebook-1728x800_c.jpg

Entretien avec Philippe Randa

Propos recueillis par Guirec Sèvres, publiés sur le site Synthèse nationale

Philippe Randa : directeur du site EuroLibertés. Ancien auditeur de l’Institut des Hautes Études de Défense Nationale, chroniqueur politique, éditeur (éditions Dualpha, Déterna et L’Æncre) et auteur de plus d’une centaine de livres. Sociétaire de l’émission Bistrot Liberté sur TVLibertés. Il écrit également des billets pour le quotidien Présent et co-anime chaque jeudi l’émission Synthèse avec Roland Hélie sur Radio Libertés. Ses chroniques politiques sont publiées chaque année en recueil sous le titre : « Chroniques barbares ». Dernier livre paru Une démocratie hors de prix, préface d’Aristide Leucate.

La France, les États-Unis et le Royaume-Uni ont donc bombardé la Syrie pour punir le régime de Bachar al-Assad d’avoir utilisé, ce qu’il dément, des armes chimiques contre les réduits djihadistes à Douma près de Damas… Quelle est votre réaction ?

N’étant pas mieux informé que l’ensemble de nos compatriotes, je ne peux que livrer quelques constatations de simple bon sens au vu des déclarations faites et des informations diffusées ces derniers jours… Tout d’abord sur l’intérêt qu’aurait eu le président syrien à utiliser des armes chimiques : après des années de guerre où bien peu de monde misait sur sa survie politique, il a réussi non seulement à se maintenir au pouvoir tout en apparaissant comme un acteur à part entière de la lutte contre l’État islamique, à reconquérir la quasi-totalité de son pays aux mains des rebelles et à voir ses liens avec la Russie et l’Iran renforcés… Mais pour déloger une poignée de rebelles assiégés, il aurait couru le risque de compromettre son image internationale et donc à terme son avenir ? Étonnant, non ? À qui profiterait donc ce « crime », sinon avant tout et uniquement à ses ennemis ?

Tout de même, selon le ministère des Armées, « depuis les attaques du 7 avril 2018, le groupe [rebelle] Jaish al-Islam a négocié avec le régime et la Russie son départ de Douma, témoignant du succès de la manœuvre employée »…

Seulement, rien ne prouve que cela n’aurait pas été le cas sans attaque chimique… Le ministère des Armées reconnaît ne disposer d’aucune « preuve stricto sensu »,seulement d’un « haut degré de confiance »… Idem pour Emmanuel Macron qui a « la preuve que, la semaine dernière, des armes chimiques ont été utilisées, au moins du chlore, et qu’elles ont été utilisées par le régime de Bachar al-Assad… »… Cette déclaration présidentielle fait fâcheusement songer au sketch Le Sâr Rabindranath Duval de Francis Blanche et Pierre Dac quand le premier demande au second s’il est capable de « dire le numéro de la carte d’identité d’un spectateur »… « Oui, je peux le dire »… « Vous prouvez vraiment le dire ? »… « Oui, je peux… »… « Il peut le dire, c’est formidable ! »…

Si Bachar-el-Assad n’a rien fait de criminel, pourquoi tout ce cirque ?

Peut-être parce que tout le monde y trouve son compte… et peut-être même Bachar al-Assad aussi ! La victoire de Donald Trump à la présidence des USA est entachée de soupçons d’ingérence russe : donc, en attaquant l’allié syrien de Vladimir Poutine, il dément toute complicité entre eux vis-à-vis de l’opinion publique, non seulement américaine, mais également internationale… Pour les Anglais, c’est également une façon de « tacler » la Russie qu’elle accuse d’avoir tenté d’empoisonner sur son sol l’ex-espion Sergueï Skripal et sa fille Ioulia… Pour Emmanuel Macron, quoi de mieux qu’une intervention militaire inopinée pour détourner l’opinion publique française des mouvements de grève des cheminots, de la chienlit dans plusieurs universités françaises… et de l’intervention des gendarmes à la ZAD de Notre-Dame-des-Landes ? Le timing est parfait !

Et l’intérêt pour Bachar al-Assad ?

Rappelons que selon les règles de l’ONU, seules trois possibilités pouvaient justifier des frappes militaires et aucune n’était remplie. Les USA et leurs alliés ont agressé la Syrie au nom d’une bien abracadabrantesque exigence morale qu’il serait aisé de leur renvoyer dans la figure comme un boomerang… L’intérêt pour Bachar al-Assad ? D’abord, cette totale illégalité de l’agression contre son pays qui bafoue le droit international, ce que personne ne peut contester ; ensuite, qu’y a-t-il de mieux pour unir un peuple et un régime politique qu’une agression étrangère ? C’est vieux comme le monde… Et quelles conséquences fâcheuses ? 71 des 103 tirs ont été interceptés par la défense antiaérienne syrienne selon la Russie qui indique également que « les frappes occidentales n’ont fait, selon des informations préliminaires, aucune victime au sein de la population civile ou de l’armée syrienne ». Certes, c’est en décalage avec la déclaration du ministre français des Affaires étrangères Jean-Yves Le Drian qui a affirmé sur BFMTV qu’une « bonne partie de l’arsenal chimique du régime syrien été détruite » et plus en adéquation avec ce que l’Observatoire syrien des droits de l’Homme (OSDH) a reconnu, soit que toutes les installations visées étaient « complètement vides » et « évacuées » depuis plus de trois jours… Quant à Donald Trump, il a tweeté comme à son habitude : « On n’aurait pu obtenir de meilleur résultat. Mission accomplie ! »… Rien n’empêche de croire qu’il dise vrai, même si les buts recherchés – comme la vérité dans la série X-files – sont parfois ailleurs… !

http://synthesenationale.hautetfort.com/

Face au blocage des universités.

Le blocage matinal de l'université de Nanterre est-il vraiment une surprise, au regard de la volonté commémoratrice (encore plus que contestatrice) de quelques groupes activistes qui veulent « refaire Mai 68 » sans vraiment connaître autre chose que l'image d'Epinal que les médias en donnent depuis des années, y compris dans les manuels scolaires ? En tout cas, pour les étudiants condamnés à voir leurs partiels reportés à une date ultérieure et, pour l'heure, inconnue, c'est une bien mauvaise et douloureuse surprise, et ce n'est pas l'absurde revendication des bloqueurs d'une note de 20 « pour tous » qui pourra les rassurer, bien au contraire. D'autant plus que la même scène suivie de la même doléance risque fort de se répéter sur nombre de campus atteints par le même prurit nostalgique, et que les présidents d'université, soucieux d'éviter les affrontements (cela peut être louable, après tout, mais aussi dangereux à plus ou moins long terme), risquent de laisser pourrir la situation ou de céder à une part des revendications, particulièrement celles sur lesquelles ils ont compétence (dont la tenue ou la sanction des examens)...

Bien sûr, les blocages et les risques de blocages ne concernent que moins d'une dizaine de centres universitaires (sur soixante-dix environ en France) et une douzaine de départements d'études, ce qui affectent directement quelques dizaines de milliers d'étudiants sur environ 2,5 millions qui suivent des études supérieures (environ 1,5 millions en université), et aucune classe préparatoire n'est concernée ni « solidaire » des mouvements contestataires estudiantins. Mais cela serait une erreur de négliger le rôle politique des « minorités actives » (ce que Maurras appelait « les minorités énergiques », formule appropriée en l'occurrence pour saisir leur place centrale dans la contestation et, surtout, sa visibilité), et leur capacité à « attirer la lumière », principalement des médias qui jouent un rôle d'amplificateur par l'effet-loupe qu'ils assurent aux plus bruyants et à leurs actions. Sans oublier non plus le rôle des réseaux sociaux qui permettent une nouvelle mobilité des troupes et des idées contestataires... En cela, les groupes d'agit-prop (agitation et propagande) de l'extrême-gauche sont plutôt habiles et opportunistes s’ils ne sont pourtant pas très nombreux, en définitive, et ils savent aussi se nourrir d'un esprit du temps qui, lui, est bien l'héritage de Mai 68, et que Jean-Pierre Le Goff qualifie de « gauchisme culturel » dont l'écriture inclusive et l'intolérance « politiquement correcte » sont les aspects les plus irritants pour qui pense et écrit en ce pays.

Néanmoins, puisque l'on parle du sujet de l'accès à l'enseignement supérieur et des critiques sur les projets gouvernementaux sur l'éducation, cela peut être l'occasion de repenser la question de la place et du rôle de l'Université dans la société française de 2018, et de proposer, en bonne application de l'empirisme organisateur, des pistes de travail pour résoudre les problèmes posés par la mondialisation et les évolutions de notre société et de ses équilibres internes : la sélection-orientation ; l'autonomie véritable des universités et leur régionalisation-communalisation ; l'intégration de l'étudiant dans la Cité ; les missions intellectuelles, économiques et sociales de l'Université ; la séparation de l'Université et de l’État ; etc. « Sans la curiosité, aucun savoir n'existerait », affirmait Maurras, et nous y rajouterons l'imagination comme possible moteur de la réflexion, en évitant de tomber dans l'utopie qui mène souvent au pire...

Pour l'heure, et pour nombre d'étudiants affectés par le blocage de leurs examens, c'est l'inquiétude qui domine, mêlée à une colère qui pourrait bien déborder sous formes de claques et de coups de poing dont la légalité ne serait pas forcément avérée au contraire d'une certaine légitimité... Il y a un risque, si l’État républicain ne veut pas prendre ses responsabilités et assumer son rôle d’État (mais, « Tant vaut l’État, tant vaut sa raison », pourrait-on dire, et ce n'est pas forcément un compliment pour la République...), que les étudiants non-grévistes les prennent, et je serai bien en peine de les en blâmer. De plus, et pour répondre aux bloqueurs qui se croient des révolutionnaires (parfois de bonne foi, au demeurant, même s'il m'arrive de douter de l’honnêteté de leurs dirigeants du moment, déjà occupés à se loger dans quelque mouvement électoraliste, comme La France Insoumise ou Génération-s), il faut leur rappeler que l'insurrection la plus efficace contre le Système qu'ils prétendent combattre, c'est celle de l'intelligence : en cela, la lecture de Bernanos ou de Clavel est particulièrement utile, mais celle de « L'avenir de l'intelligence » de Maurras pourrait leur donner aussi de véritables débouchés de réflexion politiques « au-delà » de la simple contestation d'un mode d'entrée à l'université...  En d'autres temps, c'est le royaliste Gérard Leclerc qui le rappelait, à la suite de Pierre Debray, et y incitait : le conseil me semble encore valable, quelle que soit l'opinion que l'on puisse avoir sur Charles Maurras lui-même.

Jean-Philippe CHAUVIN

http://nouvelle-chouannerie.com/

Politique&Eco n° 166 avec Pierre Hillard: La carte et le territoire, Atlas du mondialisme

Éric Zemmour : “Les frappes occidentales en Syrie, un coup d’épée dans l’eau”

un-soldat-syrien-filme-le-centre-de-recherche-scientifique-de-damas-600x400.jpg

Les bombardements occidentaux contre les usines chimiques syriennes suscitent de multiples réactions.

Pour Éric Zemmour, ces frappes ont “privé Assad d’armes dont il n’a nullement besoin”.

Tout le monde est content. Donald Trump est content d’avoir déployé ses beaux missiles. Emmanuel Macron est content d’avoir pu sortir ses beaux Rafale et de ne pas les avoir cloués au sol, comme avait du s’y résigner François Hollande en 2013, lorsqu’il avait été lâché par Obama. Les Anglais sont tout simplement contents de prouver qu’ils ont encore une armée.

L’ennui c’est qu’en face, chez les soi-disant adversaires, tout le monde est content aussi. Russes, Iraniens, et même les Syriens d’Assad jubilent. Les Russes prétendent qu’ils ont intercepté 70% des missiles occidentaux. Les Iraniens font comme s’ils n’étaient pas concernés. Et Assad se faisait filmer par la télévision syrienne, arrivant à son bureau comme s’il ne s’était rien passé. “Même pas mal”.

Il faut dire qu’il y a de quoi. Les bombardements occidentaux l’ont privé d’armes dont il n’a nullement besoin. On ne saura peut-être jamais si c’est bien lui et ses troupes qui ont utilisé ses bombes au chlore, ou si c’est un coup des rebelles pour le faire accuser, selon la méthode utilisée pendant la guerre en Yougoslavie. Dans les deux cas, une chose est sûre : sans armes chimiques, Assad va gagner sa guerre et reconquérir son territoire.

L'hiver démographique est une urgence silencieuse qui concerne tous les pays européens

Le Conseil de Présidence de la Fédération des Associations familiales catholiques en Europe réuni la semaine dernière à Vienne pour sa réunion de printemps a publié la résolution suivante.

L'hiver démographique est une urgence silencieuse qui concerne tous les pays européens. Pour cette raison, rassemblés à Vienne pour notre réunion de printemps, nous les Présidents et les délégués du Conseil de Présidence de la Fédération des Associations familiales catholiques en Europe (FAFCE) souhaitons attirer l'attention sur cette situation qui est au cœur de problèmes financiers et sociaux qui doivent être traités. Il n'y a pas le temps d'attendre. Il n'y a plus d'excuses à invoquer. Nous devons agir pour le bien des personnes âgées, les droits de notre jeunesse et le futur de nos enfants.

  • Rappelant la déclaration à l'occasion de son XXe Anniversaire : Les familles sont le trésor de l'Europe et la pierre angulaire du futur (Rome le 31 mai 2017), demandant aux Gouvernements des Etats européens de créer et promouvoir des politiques familiales au niveau national et de promouvoir des politiques favorable à la famille au niveau européen tout en respectant le principe de subsidiarité;
  • Considérant la résolution du Parlement européen du 4 juillet 2017 sur les normes européennes pour le XXIe siècle (2016/2274 (INI)) soulignant la nécessité de prendre en compte le vieillissement démocratique de l'Europe;
  • Considérant le pronostic démographique pour l'Union européenne (Décembre 2017) qui reconnait que l'Europe vieillit de manière dramatique ;
  • Considérant le document de politique publié par la Fondation Schuman sur Europe 2050 : le suicide démographique (27 février 2018) ;

La FAFCE demande aux dirigeants de l'Union européenne et de ses Etats membres de :

  1. Elever le niveau de prise de conscience sur l'hiver démographique et l'urgence d'agir en ce domaine par des initiatives internationales ;
  2. Mettre en œuvre une politique qui reconnaisse la place unique, fondamentale et irremplaçable de la famille dans la société et qui la considère comme la première « entreprise », par qui le désir de vie pour notre continent s'exprime non seulement par des initiatives économiques mais spécialement par le fait d'élever des enfants puisque « l'esprit d'entreprise reste étroitement lié à l'esprit de famille » (Cf. Europe 2050 : le suicide démographique, p. 6) ;
  3. Considérer qu'une véritable politique familiale n'est pas qu'un simple soutien social, mais représente une politique tournée vers l'avenir pour le bien commun dans une société vieillissante ;
  4. Soutenir activement la demande des jeunes gens qui envisagent de prendre leurs responsabilités et de construire une famille avec plusieurs enfants, mais sont souvent découragés par des politiques inadéquates et individualistes qui sont hostiles à la famille ;
  5. Soutenir des soins palliatifs et des politiques de soins à domicile avancés, qui protègent la dignité de chaque personne jusqu'à la mort naturelle ;
  6. Mettre la famille au centre des politiques nationales afin que l'hiver démographique puisse devenir un printemps démographique pour donner sa forme au futur de l'Europe.

Michel Janva

http://lesalonbeige.blogs.com/my_weblog/web.html

Légion d’honneur… à géométrie variable

agora.jpgTélescopage des événements, c’est au moment ou Marine Le Pen présentait le contre-projet du Front National sur la catastrophique loi asile et immigration actuellement en discussion à l’Assemblée nationale, que nous parvenait les échos  des émeutes toujours en cours dans les quartiers défrancisés  du Mirail dans l’agglomération toulousaine. Violences qui auraient été déclenchées par les velléités d’une patrouille de policiers  de faire respecter la loi. En l’espèce ils entendaient contrôler  une femme dans l’illégalité car voilée intégralement d’un niqab dans le quartier de Bellefontaine. Une zone islamisée, chariatisée,  dans lequel les barbus que l’on croise ne ressemble pas vraiment à Conchita Wurst (c’est déjà ca) mais  tolèrent de moins en moins  nos lois,  nos us et coutume, toute présence française sous quelque forme qu’elle soit. Pris à partie par une trentaine de jeunes, les policiers  ont été obligés  de faire usage de leurs  armes pour se dégager. Dés le début de soirée, et les exactions se sont  poursuivies cette nuit, plusieurs  centaines de racailles ont attaqué  les forces de l’ordre avec des  projectiles divers, des cocktails Molotov, des tirs de mortier,   incendié et  dégradé  voitures et mobilier urbain payés par les impôts des sales gaulois et même  dressé une barricade. La guérilla urbaine s’est étendue  ensuite à d’autres zones plurielles ou les autorités publiques expérimentent  les joies du  vivre-ensemble: les quartiers de la Reynerie et  de la Faourette. Pour empêcher l’incendie de se propager, la préfecture a interdit  par un arrêté et jusqu’à mercredi, l’achat et la vente au détail, l’enlèvement ou le transport de tout carburant par jerricanes, cubitainers, bidons, flacons ou récipients divers dans les points de distribution des communes de Toulouse Métropole, Portet-sur-Garonne, Vieille- Toulouse, Ramonville Saint-Agne et Labège…

Autant dire que les gros médias nationaux  ne se sont pas trop épanchés sur ces émeutes qui  arrivent  au mauvais moment pour le gouvernement mais ont abondamment relayé la procédure (confirmée par l’Elysée)  de retrait de la Légion d’honneur de Bachar el-Assad. Le président syrien décoré en 2001 par Jacques Chirac de  la plus haute distinction de cet ordre créé en 1802 par Napoléon, la grand-croix,  est, on le sait,   accusé d’avoir couvert des crimes de guerre, notamment l”utilisation à plusieurs reprises  d’armes chimiques, contre son peuple. Toutes choses qu’il dément et dont les preuves formelles  n’ont  jamais été apportées. A contrario, il est parfaitement établi  affirme Bruno Gollnisch,   que les djihadistes eux ont utilisé des armes chimiques (voir iciici ou encore ici ) notamment les islamistes du   front-al-nosra soutenus  par les occidentaux et décrits alors  par Laurent Fabius comme des miliciens faisant du bon boulot.

La remise de la Légion d’honneur  à Bachar-el Assad  s’inscrivait dans la volonté de maintenir  les liens tissés entre le France et la Syrie, déjà  à  l’époque  du père de l’actuel président syrien, Hafez el-Assad,  resté au pouvoir  de 1970 à 2000, année de son décès.  Chirac fut le seul chef d’Etat occidental  à se rendre aux obsèques d’un homme à la tête d’un pays dirigé de manière très autoritaire, décrié sous nos latitudes pour son  antisionisme et dénoncé  par   les défenseurs des droits de l’homme mais dont les qualités de diplomate  avaient même  impressionné Henry Kissinger. Etat syrien qui s’inspire de l’idéologie du nationalisme arabe laïque,  même si le chrétien syrien Michel Aflak  l’un des fondateurs en 1947 à Damas du mouvement Ba’as qui donna  naissance aux partis Baas syrien et irakien,  accusa Hafez el-Assad d’avoir trahi l’idéal baasiste qu’il voyait mieux représenté dans l’Irak de Saddam Hussein.  Mort en 1989 à Paris  le  mausolée à la mémoire de Aflak ,  aujourd’hui saccagé, fut d’ailleurs érigé  à Bagdad.

Rappelons aussi que la lutte féroce du pouvoir  syrien alaouite, de la République arabe syrienne,  contre les islamistes ne fut pas toujours dénoncée par l’Occident. Notamment la répression sanglante de l’association  des Frères musulmans (constituée en 1928)qui  sont   entrés rapidement en conflit avec les nationalistes arabes irakiens et syriens et qui  ont tenté dans les années 80 de  renverser le régime, d’assassiner Hafez el-Assad . En 1980 mais aussi et surtout  en 1982,   des milliers d’islamistes  ont été  liquidés en Syrie. Nous le notions déjà sur ce blogue en décembre 2011,  au début des opérations visant  à éliminer le gouvernement  de Bachar el-Assad,  il fut un temps  ou Alexander Haig, (éphémère) Secrétaire d’État de Ronald Reagan à la Maison Blanche, félicitait officiellement  Hafez al-Assad,  pour sa répression brutale en février 1982 d’un soulèvement organisé par des officiers membres des Frères musulmans...

Cette (longue) parenthèse étant  fermée, constatons encore que certains  se sont livrés  à un petit pointage de tous les copains  qui ont été décorés - certes cela fait  du monde - mais aussi des  salauds, et  selon les  goûts, les orientations politiques  et les appétences de chacun, la liste fluctue  énormément,    qui ont été distingués par une Légion d’honneur. A dire vrai,  des personnalistes remarquables ont été et sont toujours  décorées,  mais il faut bien  avoir en tête  qu’à peu prés 3000 personnes étaient jusqu’alors  distinguées chaque année.  Emmanuel  Macron a d’ailleurs annoncé en  novembre dernier son intention de redonner du lustre à cette décoration en en restreignant le nombre  d’environ  50% s’agissant  des décorés civils et de 10%  des décorés militaires, soit a priori  moins de 2000 par an.

Nous connaissons les personnalités les plus célèbres  qui ont  été déchues de cette décoration : le cycliste Lance Amstrong pour cause de tricheries;  le  styliste britannique John Galliano pour avoir tenu dans un lieu public et en état d’ébriété  des propos antisémites;  le producteur américain harceleur/abuseur sexuel  Harvey Weinstein (une procédure de retrait  le visant est en cours);  le très antipathique général  Paul Aussaresses qui  s’était vanté, sur un ton qui faisait froid dans le dos,  d’avoir pratiqué la torture en Algérie;  le général Noriega,  narco-trafiquant/assassin/agent double, commandant en chef des forces armées du Panama, décoré par François Mitterrand  en 1987 mais radié en 2010 après son extradition  vers la France pour  y purger un peine de dix ans de prison pour blanchiment d’argent…

D’autres s’étonnent des figures peu regardantes sur les droits de l’homme qui ont été décorées et le sont encore, quand bien même ne sont elles plus de ce monde. Et de citer  le général  Louis Marie Turreau,  génocideur  de la Vendée en 1793  (au moins 170 000 victimes)  qui conduisit les Colonnes infernales avec  le général Westermann  rasant  les villages,  fusillant les hommes, massacrant  femmes et enfants. Ou encore,   le féroce  dictateur communiste roumain, de sinistre mémoire Ceaucescu, décoré en son temps  par De Gaulle émancipant alors la France de la tutelle de  l‘Otan et voulant  mettre l’accent sur l’indépendance (en fait très relative)  de la Roumanie  vis-à-vis du grand frère soviétique.

Plus prés de nous, le remise de la Légion d’honneur par François Hollande en mars 2016 à l’un des  princes  héritiers du royaume  saoudien,  Mohammed bin Nayef bin Abdelaziz Al Saoud, au nom de sa lutte contre le terrorisme,  avait fait grincer des dents. Evincé depuis du pouvoir par l’ascension  fulgurante de  Mohammed Ben Salmane Al Saoud,   Mohammed bin Nayef bin Abdelaziz Al Saoud a été très critiqué du fait de l’extrême brutalité de l’intervention militaire des saoudiens dans un Yemen désormais en plein chaos sanitaire, où  les  populations civiles yéménites,  les chiites ont été  victimes de multiples et sanglantes  bavures. Mais nos alliés ont le droit de financer l’islam radical dans nos banlieues,  d’avoir la main  lourde  et même de flinguer des enfants puisqu’ils  sont dans le camp du bien,  contrairement bien sûr  à El-Assad  et  à   Vladimir Poutine (décoré par Chirac en 2006)  qui voient les fatwas s’accumuler sur leurs têtes par les  habituels donneurs de leçons à géométrie variable.

https://gollnisch.com/2018/04/17/legion-dhonneur-a-geomet...

Trahison ecclésiastique : rassemblement « islamo-chrétien » au couvent de l’Annonciation des dominicains de Paris

Capture-4.jpg

Samedi 14 avril, un rassemblement « islamo-chrétien » (« Ensemble avec Marie ») s’est tenu au couvent de l’Annonciation des dominicains à Paris… Au programme : lecture coraniques et évangéliques, lecture de la lettre adressée par l’imam Ali à l’un de ses compagnons devenus gouverneur d’Égypte et « invocation commune » dans le couvent !

« Si nous sommes ici, c’est que, tous, nous aimons Marie », ont souligné tour à tour Mgr Michel Dubost, évêque émérite d’Evry et le cheikh Ismael Al-Khaliq, imam de l’association chiite Imam Al-Khoei, basée aux Lilas, en banlieue parisienne.  
Continuer la lecture

Attaque chimique en Syrie : la grande manipulation

Trio infernal ? 

Par Antoine de Lacoste

Cette fois ça y est : Bachar a franchi la ligne rouge ! Il a bien choisi son moment : l’armée syrienne a repris 95% de la Ghouta, le dernier carré islamiste contrôle 1,5 km2 et l’assaut final commençait sur Douma. L’issue était certaine, surtout avec l’appui de l’aviation russe.

Et c’est maintenant qu’il déclenche son attaque chimique… Drôle d’idée !

Revenons aux faits : les lanceurs d’alerte sont les casques blancs. Qui sont-ils ? Des islamistes, combattants ou non selon les cas, qui jouent le rôle d’une sorte de défense civile. Ce sont des militants soigneusement sélectionnés : ne devient pas casque blanc qui veut en zone djihadiste.

Les services sanitaires prennent le relais et confirment sur internet l’attaque chimique. Qui sont-ils ? De vrais médecins certes, mais islamistes également. Ils ont choisi le camp djihadiste depuis le début de la guerre, dans cette Ghouta sunnite largement acquise aux milices combattantes.

Puis ce sont les photos et les vidéos : impossible de savoir d’où elles viennent. Le Figaro, en pointe sur le sujet, nous montre une photo d’une fillette qui pleure et d’un petit garçon affublé d’un masque à oxygène. Voilà une preuve ! Et l’ineffable Isabelle Lasserre (la même qui soutenait les islamistes Tchétchènes contre les Russes), écrit : « Selon les organisations humanitaires, le nouveau massacre de la Douma, le dernier bastion rebelle dans la Ghouta orientale aurait fait 48 morts. Sur les réseaux sociaux, les photos des enfants en train de suffoquer sont insoutenables. »

La messe est dite et l’on appréciera au passage le style de cette journaliste militante : « les organisations humanitaires » (nullement islamistes bien sûr), « le bastion rebelle » (rebelle est plus chic qu’islamiste), « les réseaux sociaux », le conditionnel. Le Figaro, Le Monde et Libé devraient faire page commune sur la Syrie.

Immédiatement, les occidentaux voient rouges. Rien n’est sûr pourtant ? Mais si : c’est forcément Bachar, cet « animal » comme dit Trump qui n’en rate pas une.

Les occidentaux sont de toute façon prisonniers de leur rhétorique manichéenne depuis 7 ans. A force de répéter que Bachar est un monstre « qui massacre son propre peuple », aucun recul, aucune analyse un tant soit peu objective, ne sont maintenant possibles.

Alors que vont-ils faire ? Maintenant qu’ils ont désigné le coupable sans aucune preuve, il faut agir, sinon que diront les médias et la police de la pensée ? Edwy Plenel et BHL vont s’indigner !

Et puis cette fois 48 Tomawaks lancés un peu nulle part ne suffiront pas à calmer les ardeurs guerrières des faucons de Washington, Londres et Paris.

Heureusement qu’il y a des Russes sur place, sinon Damas pourrait finir comme Bagdad.

http://lafautearousseau.hautetfort.com/archive/2018/04/15...

Entretien présidentiel : un coup de com’ dans l’eau - Journal du Lundi 16 Avril 2018

Les aventures de Jupiter au Levant, quelques analyses

1-157-490x276
Les commentaires des médias et analystes alternatifs sont très nombreux. Nous n'en avons pas fait une revue intégrale, évidemment, mais nous avons au passage repéré:

Nous vous livrons en totalité l'analyse à chaud, et les hypothèses du Général (2S) Delawarde, recueillies par Breizh-info. Pour ce qui est des versions officielles de cette mauvaise opération de COM (il parait qu'ils appellent ça "strategic communication", on cherche en vain à dinstinguer la stratégie...), vous n'avez qu'à consulter n'importe quel média aux ordres et vous y trouverez l'argumentaire indigent de rigueur...

Le général (2S) Dominique Delawarde a bien voulu livrer pour les lecteurs de Breizh-info son analyse  «à chaud» des résultats et des conséquences des frappes opérées en Syrie par les USA, la France et le Royaume uni. « Cette analyse, prévient-il, s’extrait volontairement des communiqués officiels des trois pays coalisés USA-UK-FR, dont on peut penser qu’ils ne sont pas totalement objectifs. Elle devra être affinée dans les prochains jours, voire les prochaines semaines. »

Examinons les faits.

Deux versions de la frappe et de ses résultats ont été diffusées:

La version russe :

Le ministère de la Défense russe dit avoir détecté 103 missiles air-sol ou de croisière dont 71 auraient été interceptés par la défense anti aérienne-syrienne.

La défense anti aérienne russe n’est pas intervenue (ce que confirment les trois pays agresseurs).

L’état-major russe donne la liste des cibles suivantes avec le nombre de missiles tirés et interceptés.

– 4 missiles auraient visé la zone de l’aéroport international de Damas : tous interceptés

– 12 missiles auraient visé l’aéroport militaire de Al-Dumayr: tous interceptés

– 18 missiles auraient visé l’aéroport militaire de Baly: tous interceptés

– 12 missiles auraient visé l’aéroport militaire de Shayarat : tous interceptés

– 9 missiles auraient visé l’aéroport militaire de Mezzeh : 5 interceptés

-16 missiles auraient visé l’aéroport militaire de Homs : 13 interceptés

– 30 missiles auraient visé diverses cibles dans les zones de Barzah et de Jaramani : 7 interceptés

Cette version russe appelle six observations :

Lire la suite sur Le Salon Beige

Étrangers : le maire du XIXe tire la sonnette d’alarme et demande à l’Etat d’agir

6933570_427f38e4-34c7-11e7-aee2-d875beaeca9c-1_1000x625-600x375.jpg

FRANCE (NOVOpress avec le bulletin de réinformation de Radio Courtoisie) : 
Le maire du XIXe arrondissement François Dagnaud, membre du Parti Socialiste, interpelle le préfet pour que l’Etat agisse sur le camp d’immigrants qui grossit à vue d’œil sous le périphérique entre la Porte d’Aubervilliers et la Porte de la Villette.

La situation sanitaire empire malgré l’installation d’un point d’eau, de toilettes et de bennes à ordures, et la perspective de la fermeture de la « bulle » de la Porte de La Chapelle risque encore d’aggraver la situation.

Le préfet Michel Delpuech a rétorqué que les campements sont sur le domaine municipal et qu’à ce jour, aucune décision de justice n’a été demandée pour mettre fin à cette occupation.

Cette situation compliquée met en exergue l’incapacité de nos élites politiques à assurer une vie décente aux riverains qui font les frais d’une situation qui risque de dégénérer à tout moment.

https://fr.novopress.info/

J’AURAIS PRÉFÉRÉ QUE TANGUY et LAVERDURE SE FASSENT « PORTER PÂLE » !

30712379_2090728261251074_6919413979223063259_n.jpg

Le bloc notes de Jean-Claude Rolinat

Ainsi donc, dans la nuit du 13 au 14 avril, les « Chevaliers du ciel » à bord des cinq Rafales français engagés, sans oublier les frégates multi-rôles positionnées en Méditerranée, ont frappé la Syrie en délivrant une dizaine de missiles dont des Scalp. Le jeune Prince Emmanuel Ier, dont on peut par ailleurs approuver, aux marges, sa politique dans d’autres domaines, a montré ses muscles. C’est grisant quand on est Jupiter de délivrer la mort chez les autres !

Où sont les preuves ?

Le motif de cette croisade contre Bachar Al Assad, en compagnie des Américains et des Britanniques, la raison de cette « punition » contre l’un des rares régimes plus ou moins laïc, du Proche-Orient ? L’utilisation présumée par l’armée syrienne de gaz contre des populations civiles dans la Ghouta orientale, poche insurgée proche de Damas. Avant même d’attendre les résultats d’expertises de l’organisation Internationale OAIC, dûment mandatée pour cela, les occidentaux ont frappé un pays qui ne leur a rien fait, sans se demander pourquoi un gouvernement en passe d’emporter une victoire totale utiliserait une telle arme, alors que les yeux du monde entier sont braqués sur lui ?

Déjà, dans le passé, les « Fake news » pullulaient !

Le Président de la République française a parlé de « ligne rouge » à ne pas dépasser. Que ne l’a-t-il souligné au Prince Mohamed Ben Salman, « MBS » pour les copains, qu’il recevait à L’Elysée quelques heures auparavant, à propos du Yémen ? Rappelons que l’Arabie Saoudite, pays sunnite, bombarde allègrement, civils et militaires confondus, le camp Houti, soutenu par les chiites. Il faut se souvenir aussi des bobards énormes diffusés jadis pour nous « vendre » l’intervention en Irak, - la légende des couveuses du Koweït débranchées et « l’arme de destruction massive » de Saddam -, ou, au Kosovo, le barbare « génocide » qui aurait été commis par l’armée serbe envers les Albanais, justifiant à postériori le bombardement de Belgrade, capitale de notre traditionnel « allié », merci pour lui !

Des armes « bien comme il faut » pour tuer, et pas certaines autres ?

Des bombes à fragmentation, par exemple, ce serait plusclean que les gaz ? Et la bombe atomique sur Nagasaki en 1945, la deuxième balancée sur le Japon, celle de trop, plus correcte que le chlore, et le napalm déversé notamment au Vietnam, moins tragique que répandre du gaz sarin ? Et le port du Havre, rayée de la carte en 1944 par la Royal Air Force, un dégât collatéral, alors que plus un Allemand ne se trouvait en centre-ville ? En réalité c’est la guerre, « Krieg gross malheur », qui est à bannir de l’humanité, mais cela ce n’est pas pour demain, car depuis que le monde est monde, la guerre fait intrinsèquement partie de l’histoire des hommes. Lamentable mais évident constat.

Un mauvais signal

Contrairement aux apparences, c’est un mauvais signal qui est adressé à tous les apprentis tyrans de la planète, cela va les pousser encore un peu plus dans leur radicalité. Ils ont vu le sort réservé à Saddam Hussein et à Kadhafi qui, indépendamment de leur cruauté et de leur mégalomanie, rendaient service à l’occident, l’un en retenant les vagues migratoires, l’autre en contenant la marée islamiste. Comment voulez-vous qu’après cela, un Kim-Jung-Un nord-coréen renonce à l’arme suprême, ou que les Ayatollahs iraniens baissent la garde ? Comment calmerez-vous l’ardeur israélienne à coloniser un peu plus chaque jour des terres qui ne lui appartiennent pas ? L’Etat hébreu, paradoxalement, se sent sinon encouragé, tout au moins conforté dans ses raids, comme celui du 10 avril dernier mené contre la base T-4, action confirmée par l’agence syrienne Sana. Et aussi, allez-vous rassurer le Baas syrien et son chef qui n’ont que les Russes et l’Iran comme supporters, les laissant dans ce solitaire tête à tête ? Quelle influence politique aurez-vous à Damas, si vous matraquez le régime et ne rouvrez pas votre ambassade ? Aucune ! Un coup d’épée dans l’eau. Emmanuel Macron peut bien gonfler ses muscles, l’utilisation de ces gadgets militaires que sont les armes sophistiquées ne contribue en rien, par exemple, à réduire une bande de gueux à Notre Dame des Landes, ni à imposer la loi républicaine dans les cités ethniques. Quand on veut noyer son chien, on dit qu’il a la rage. C’est ce que les occidentaux disent à propos du leader syrien qui, loin s’en faut, n’est pas un enfant de chœur, mais qui, contrairement aux assassins islamistes soutenus par les royaumes « présentables » de la péninsule arabique, n’agresse pas, chez nous, nos populations et ne finance pas de mosquées salafistes ou autres. Puisse la Russie, elle, garder la tête froide. Trump ferait mieux de tenir ses promesses et d’édifier, par exemple, son fameux mur à la frontière du Mexique, plutôt que d’aller jouer au gendarme dans une région où la présence de son pays n’a semé que ruines, terrorisme et désolation.

Une grosse déception

Quant à la France, elle n’a joué qu’un rôle de supplétif, donnant l’apparence dans le cadre de l’OTAN d’un toutou suivant son maître. Les « Chevaliers du ciel » n’étaient plus que les palefreniers de leur Seigneur yankee. Le Sancho Pansa d’Amiens a trottiné derrière un Don Quichotte à la crinière oxygénée, gonflé de sa suffisance de cow-boy d’opérette. Une grosse déception. Hillary Clinton se serait-elle introduite dans le cerveau du Donald ?

http://synthesenationale.hautetfort.com/

DÉBAT MACRON, BOURDIN, PLENEL : UN SPECTACLE SANS CONTENU

DSZQB2YX0AApNtA.jpg-large.jpeg

S’il fallait caractériser d’une métaphore le débat de dimanche soir entre le chef de l’État, Jean-Jacques Bourdin et Edwy Plenel, on pourrait parler d’un spectacle, ou d’un match de catch, avec son lot de simulations et de faux-semblants. Au bout de trois heures, on n’a rien appris de nouveau sur la politique d’Emmanuel Macron.

Les deux intervieweurs, réputés les plus directs de la profession, ont déçu. Jean-Jacques Bourdin, qui est plutôt du matin, semblait s’endormir ou s’ennuyer, se forçait à être tranchant : caricature maladroite de lui-même, il essayait de faire dire à Macron ce qu’il ne disait pas. Quant à Edwy Plenel, sa culture trotskiste transpirait à chacune de ses questions.

Il faut reconnaître qu’Emmanuel Macron est un champion dans l’art d’esquiver les coups ou d’en distribuer à l’occasion, montrant parfois des signes d’agacement. Il a répondu aux questions des deux journalistes, dont on se demandait parfois s’ils faisaient leur métier ou s’ils étaient les porte-parole de quelque mouvance politique.

Sachant sa leçon sur le bout des doigts, ne doutant pas un instant qu’il détenait la vérité, notre catcheur de Président n’avait pour tâche que de déjouer les feintes, pourtant prévisibles, de ses interlocuteurs. Un exercice dans lequel il excelle. Reste à savoir si l’habileté oratoire, qui fait un bon démagogue, suffit pour faire un bon politique.

Macron n’a pas voulu admettre que son élection, formellement légale, souffrait de quelque illégitimité, compte tenu de son faible score au premier tour et des conditions singulières du second. Il voit dans le raz-de-marée des législatives, traditionnellement favorables au vainqueur, une approbation de son programme. Il est vrai qu’une majorité à sa botte facilite la confiance en soi et qu’il se réserve la possibilité d’intimider les récalcitrants qui refusent d’être de simples godillots.

« Ils sont libres, ils exprimeront leurs convictions », assure-t-il, en évoquant les désaccords sur le projet de loi Asile Immigration dont l’examen doit débuter ce lundi. Mais le chef du groupe LREM, Richard Ferrand, a prévenu que les députés qui voteraient contre le texte risqueraient d’être exclus.

Macron justifie les frappes aériennes en Syrie par des preuves indiscutables, recueillies sur le terrain, de l’implication du régime dans l’utilisation d’armes chimiques, mais il ne s’étend guère sur ces preuves : c’est vrai, puisqu’il l’affirme ! Il se targue d’avoir convaincu Donald Trump de se maintenir en Syrie. Il réaffirme sa foi en l’Europe et sa défiance envers les pays « illibéraux » de l’Union, qui critiquent les excès du libéralisme et de l’immigration incontrôlée.

Il comprend, bien sûr, les colères sociales : il comprend les cheminots, mais sa réforme ira à son terme ; il comprend les personnels hospitaliers, il comprend les retraités et s’engage à mieux prendre en charge la dépendance, il comprend tout le monde : faites-lui confiance, demain, on rasera gratis mais, en attendant, il faut payer.

Le clou du spectacle, c’est quand il a affirmé que « [son] objectif reste de réconcilier et d’unir le pays », alors que, depuis son arrivée au pouvoir, il a passé son temps à le diviser. Il ne conçoit l’union que dans l’adhésion pleine et entière à ses certitudes. Il méprise toutes les opinions, sauf la sienne, et couvre de son arrogance ceux qui ne se prosternent pas devant son génie.

Sur tous les points, il a répété son credo, sans le changer d’un iota. Les journalistes qui, depuis le matin jusque tard dans la nuit, ont commenté cette émission sont les seuls à avoir trouvé à ce match convenu quelque intérêt : comme ils participent eux-mêmes au spectacle, ils feignent de le prendre au sérieux.

http://www.bvoltaire.fr/debat-macron-bourdin-plenel-spect...

16/04/2018

« Quand nos mamans portaient le voile catholique » : le mensonge de Castaner

Invité ce lundi 16 avril de RTL Matin pour faire le service après-vente de la prestation de son patron la veille, le délégué général (LREM) est revenu sur plusieurs passages de l’interview d’Emmanuel Macron dimanche soir par Jean-Jacques Bourdin et Edwy Plenel. Notamment celui sur le voile islamique, au sujet duquel le président de la République a déclaré que « dans la République, nous devons le tolérer », tout en critiquant l’inégalité entre les sexes qu’il induit : « Ce n’est pas conforme à la civilité dans notre pays, c’est-à-dire au rapport qu’il y a entre les hommes et les femmes ».
Voir la suite

Les Turcs «séparés» des Russes par l’Occident sur le dossier syrien ? Ankara répond à Macron

En évoquant les frappes occidentales en Syrie, Emmanuel Macron a assuré ce 15 avril que l’Occident avait «séparé les Russes des Turcs» sur ce dossier. Le lendemain, la Turquie a fait savoir qu’elle ne prenait pas parti «pour qui que ce soit».

«La politique de la Turquie en Syrie n’est pas d’être avec ou contre qui que ce soit. Notre politique est claire, il s’agit d’être du côté du droit et de ce qui est juste», a expliqué le porte-parole du gouvernement turc Bekir Bozdag, dans des déclarations retransmises par les télévisions turques depuis Doha, le 16 avril.

Bekir Bozdag était interrogé au sujet de déclarations du président français, qui a affirmé lors de son interview du 15 avril que les frappes en Syrie menées la veille par Paris, Washington et Londres, en réponse à une attaque chimique présumée imputée par l’Occident au gouvernement syrien, avaient «séparé» la Turquie de la Russie, qui coordonnent étroitement leurs efforts sur le dossier syrien.

Une réponse «appropriée» aux «attaques inhumaines», avait estimé la Turquie

Bekir Bozdag a en outre souligné que la Turquie était opposée «aux soutiens apportés au régime» par des pays comme la Russie, mais aussi «aux soutiens apportés aux organisation terroristes», citant notamment la milice kurde des Unités de protection du peuple (YPG), appuyée par Washington et d’autres pays occidentaux dans le cadre de la lutte contre les djihadistes du groupe Etat islamique.

«Ceux qui défendent ce qui est juste peuvent avoir leurs divergences mais les principes de la Turquie sont clairs», a continué le porte-parole.

Lors de son interview par Edwy Plenel et Jean-Jacques Bourdin, Emannuel Macron avait assuré : «Par ces frappes et cette intervention, nous avons séparé sur ce sujet, les Russes des Turcs […] les Turcs ont condamné les frappes chimiques et ont soutenu l’opération que nous avons conduite.»

L’Elysée avait en outre souligné le 14 avril qu’Emmanuel Macron souhaitait «intensifier» dans les prochains jours la «concertation» avec la Turquie en vue de trouver une «solution politique inclusive en Syrie». Le président français s’était entretenu le même jour au téléphone avec son homologue turc Recep Tayyip Erdogan et l’avait «remercié» pour les déclarations turques de soutien aux frappes occidentales en Syrie.

Le président turc, dont le pays soutient des groupes rebelles qui cherchent à renverser le président syrien Bachar al-Assad, avait salué ces frappes contres des cibles des autorités syriennes, estimant qu’il s’agissait d’une réponse «appropriée» aux «attaques inhumaines» menées selon lui par Damas.

Source RT

Zoom - Olivier Babeau : éloge de l'hypocrisie

La Russie et les forces américaines se préparent à une confrontation colossale dans l’est de Deir Ezzor

Il n’y aura pas d’issue possible, la Russie et les USA devront s’affronter à sur les rives de l’Euphrate

By Leith Aboufadel

BEYROUTH, LIBAN, 15h30 – Les forces soutenues par les Etats-Unis et la Russie en Syrie se préparent à une bataille majeure pour les champs de pétrole stratégiques dans la campagne orientale de Deir Ezzor, a déclaré une source militaire à Al-Masdar News lundi.

Selon la source militaire, l’armée arabe syrienne SAA et ses alliés amassent leurs forces le long de la rive ouest de l’Euphrate depuis près de deux semaines.

La source a ajouté que les forces gouvernementales prévoient de traverser le pont récemment construit par l’armée russe près de la ville clé de Khasham, dans l’est de Deir Ezzor.

Si les militaires syriens traversent ce pont, ils se trouveront à une distance de frappe des champs de pétrole d’Al-‘Umar.

Ce site possède les plus grands gisements de pétrole de Deir Ezzor, ce qui rend sa capture d’autant plus importante pour le gouvernement syrien.

Cependant, les forces soutenues par les Etats-Unis ne sont pas susceptibles de l’abandonner sans combat, malgré le fait qu’ils sont largement surpassés en nombre par l’armée syrienne.

Alors que la Russie et les Etats-Unis apporteront un soutien militaire à leurs parties respectives, ce sont ces dernières qui devront peut-être intervenir militairement.

La coalition américaine a déjà bombardé les militaires syriens et, compte tenu de leur dernière attaque, ils pourraient choisir de le faire à nouveau.

almasdarnews.com

Adaptation Yandex

https://infosdanyfr.wordpress.com/2018/04/16/la-russie-et...

ZADISTES : UN AUTRE MONDE. BEN VOYONS…

zadistes.jpg

Étonnantes interviewes de zadistes du dernier carré.

Éternellement à visages cachés, ces gens que l’on devine jeunes, d’assez bonne famille, souvent étudiants, donc arrivés à un niveau d’après-bac, ne veulent pas des règles de l’État, en apparence seulement. En fait, ils ne veulent pas de l’autorité de l’État quand elle ne les arrange pas, quand elle leur interdit de s’installer sur une terre qui n’est pas la leur, quand elle leur demande de décliner une identité sur un papier administratif, quand elle leur impose de se plier aux règles sanitaires pour leurs produits agricoles, quand elle leur demande de payer l’impôt ordinaire sur le travail et l’exploitation de la terre.

En revanche, ils expliquent très savamment quelles sont les règles auxquelles les gendarmes doivent se plier, quelles sont les limites de leur action. Ils expliquent aussi doctement quelles devraient être les postures de la préfète de Loire-Atlantique et à quelles entorses à la loi générale elle devrait se plier pour leur faire plaisir et satisfaire leurs revendications. Ils argumentent encore sur le fait que l’État parle de « loi, de conformité », quand eux parleraient « de cœur, de projet, d’amour, de paix et d’une autre société ».

Gageons tout de même que ces gens vivent avec de l’électricité, qu’ils payent ou pas, qu’ils volent peut-être sur les lignes qui traversent leur territoire devenu tribal, qu’ils entendent mener leurs beaux projets sur une terre qui appartient à l’État, donc à nous tous, sans que cela ne leur occasionne la moindre gêne aux entournures, et qu’ils préfèrent, tout en prônant la paix et l’amour, affronter violemment les policiers, dont certains seraient assurément morts sans leurs protections personnelles de combat. Quand leurs femmes accoucheront, ils tiendront à bénéficier des services de la maternité d’une société à laquelle ils refusent de contribuer.

Ils occupent exactement la même posture que ces enfants de trois ans, arrivés au stade du « non » bien connu des parents et des psychologues, qui acceptent en apparence les règles qui les arrangent et refusent celles qui les frustrent. Ils ne supportent pas la loi de l’État, perçu comme paternaliste, comme ils n’ont vraisemblablement pas supporté celle du père, avec un fonds de pulsions liées au stade anal qui les a poussés, détail révélateur, à bombarder les forces de l’ordre avec leurs propres excréments, méticuleusement mélangés dans des cocktails de type Molotov. On les devine aisément ex-enfants très gâtés, ou éventuellement très abandonnés, au point de n’avoir jamais subi la moindre autorité frustrante dans une trop bonne famille, ou de n’avoir jamais rencontré les moindres limites lors d’une enfance ballottée.

« Vivre autrement », allons donc : les vrais artisans du vivre « autrement » sont des gens intelligents, charismatiques et travailleurs qui s’insèrent dans la société et contribuent, par leur génie, à la transformer. Les autres déguisent leur asociabilité, leur incompétence, dissimulent leur violence et leurs pulsions avec du discours humanitaire.

http://www.bvoltaire.fr/zadistes-monde-ben-voyons/

Programme du Front Radical.

Emeute à Toulouse à l’appel d’une porteuse de niqab

Le rapport ci-dessus explique comment le simple contrôle d’identité d’une femme porteuse d’un niqab s’est transformé en émeute dans le quartier Bellefontaine à Toulouse. Refusant de se soumettre au contrôle d’identité, la porteuse de niqab a hurlé pour demander de s’en prendre aux policiers, ce qu’ont fait des racailles accourues aussitôt.
Onze véhicules ont été incendiés dans les quartiers Reynerie et Bellefontaine ainsi que plusieurs containers à ordures.
La police a envoyé d’importants renforts sur place et a totalement bouclé le quartier. Près de 300 grenades lacrymogènes ont été tirées pendant cette soirée. « Les affrontements ont été extrêmement violentsLes collègues ont été très choqués. Les événements ont été très compliqués à gérer mais ils ont fait preuve de beaucoup de sang-froid »,indique Didier Martinez du syndicat de gardiens de la paix SGP-FO.
Près de 200 policiers, gendarmes et CRS se sont opposés aux émeutiers et ont protégé différents biens publics et privés dont le commissariat du Mirail qui a été pris pour cible.

Syrie : la Maison Blanche contredit Emmanuel Macron

Lors de son entretien télévisé, Emmanuel Macron a affirmé que la France avait convaincu Donald Trump de maintenir les troupes américaines en Syrie :

"Il y a 10 jours, le président Trump disait : les États-Unis d'Amérique ont vocation à se désengager de la Syrie, nous l'avons convaincu, nous l'avons convaincu qu'il était nécessaire d'y rester (...), je vous rassure, nous l'avons convaincu qu'il fallait rester dans la durée". 

La Maison-Blanc a répondu par un communiqué de la porte-parole de Donald Trump, Sarah Sanders:

"la mission américaine n'a pas changé". "Le président a dit clairement qu'il veut que les forces américaines rentrent dès que possible".

Michel Janva

http://lesalonbeige.blogs.com/my_weblog/web.html