Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

géopolitique - Page 4

  • Un Pacte mondial pour l'invasion de l'Europe

    Pacte-Marrakech-liberation-polemia-lanceur-alerte-276x155.jpg

    En pleine crise des gilets jaunes, Emmanuel Macron s'apprête à adhérer au nom de la France au « pacte mondial » de l'ONU couvrant grand la voie à de nouvelles migrations. Les 10 et 11 décembre, à Marrakech, Emmanuel Macron entérinera au nom de la France - sans que les Français aient été consultés - le « pacte mondial pour des migrations sûres, ordonnées et régulières » des Nations-Unies, qui accélérera considérablement le remplacement des peuples européens.

    Lire la suite

  • Année 2020 aux USA : vers de nouvelles guerres de sécession ?

    1200px-battle_of_franklin_november_30_1864-845x475.jpg

    « Un battement d’ailes de papillon et une tornade s’abat à l’autre bout de la terre »… Surtout lorsque ce battement d’ailes provient des États-Unis, pourrait-on dire. Et l’année 2020 ne sera pas une année comme les autres, outre-Atlantique.

    Remettons-nous cinquante ans en arrière, vers 1970. Sur la lune, Neil Armstrong avait réalisé un petit pas, mais l’humanité en avait fait un très grand. Du côté de San Francisco, on s’opposait à la guerre du Vietnam en se baladant une fleur dans les cheveux avec pour devise peace and love. Dans la littérature ou au cinéma, on envisageait difficilement l’an 2000 sans des vaisseaux et de hautes technologies.

    Lire la suite

  • Vœux présidentiels : entre apaisement et déclaration de guerre – JT du 2 janvier 2020

    1) Vœux présidentiels : entre apaisement et déclaration de guerre

    A l’occasion de ses vœux aux Français, Emmanuel Macron a affirmé sa volonté de mener à son terme la réforme des retraites. Le bras de fer entre l’exécutif et les syndicats se durcit avant la reprise des négociations et la prochaine journée de mobilisation interprofessionnelle.

    2) Irak : un Etat faible sous (double) influence

    L’assaut de l’ambassade américaine de Bagdad a ponctué une année de violence en Irak. Des violences visant tantôt Washington, tantôt Téhéran, qui témoignent du malaise économique, social et identitaire d’un pays sous influence étrangère.

    3) Au bon souvenir du Dakar-Bamako Express

    À cause du mauvais état des rails, la liaison ferroviaire entre Dakar et Bamako est à l’arrêt. Entre motifs de fierté nationale et de nostalgie collective, les Maliens espèrent voir renaître, un jour, la réhabilitation de la voie ferrée.

    4) L’actualité en bref

    https://www.tvlibertes.com/voeux-presidentiels-entre-apaisement-et-declaration-de-guerre-jt-du-2-janvier-2020

  • Le désordre mondial : 3/3

    Source : Entretien publié par le magazine Rébellion

    En réalité, le principe de séparation des pouvoirs tel que mis en œuvre par les institutions issues du XVIIIème siècle est la pure et simple négation du concept de « pouvoir politique ». Le pouvoir que les principaux financiers ont pris sur les États est, par ailleurs, de type autoritaire car il est réellement dépourvu de tout contrepouvoir effectif. Ce phénomène est dû à l’anonymat dont ont su s’entourer les banquiers-commerçants à la manœuvre.

    Les cryptomonnaies comme le Bitcoin sont-elles des alternatives au système financier ?
    Pour répondre à cette question il faut revenir aux fondamentaux de la monnaie et plus particulièrement à la raison de son apparition sur Terre il y a fort longtemps. Avant même d’être matérialisée, la monnaie a toujours été un concept comptable, une unité de compte servant à mesurer la valeur des biens échangés de façon à faciliter les échanges, c’est-à-dire les flux de biens et services sur un territoire déterminé. Initialement, la monnaie n’est pas une réserve de valeur au sens où elle n’a pas, en soi, de valeur propre ; elle est un simple instrument de mesure de la valeur des biens et services. Pour être utile, le concept de monnaie doit donc être accepté par tous ses utilisateurs, il devient dès lors une institution publique de nature politique.

    Lire la suite

  • Le désordre mondial : 2/3

    Source : Entretien publié par le magazine Rébellion

    A la mi-2019, nous en sommes là des évolutions financières mondiales. Ce stade de développement monétaire sera – et est d’ores et déjà – utilisé par les banquiers commerçants pour faire avancer leur agenda de monnaie mondiale, elle-même rendant « indispensable » l’avènement du futur gouvernement mondial en charge de réglementer l’économie et les populations. Les déboires financiers mondiaux vont permettre, par la décrédibilisation du dollar en tant que monnaie mondiale, de mettre en place une monnaie mondiale viable, qui prend aujourd’hui la forme des DTS (droits de tirage spéciaux) dans le même temps qu’il va faire disparaître l’empire américain de façon à laisser la place à un futur gouvernement mondial. [Mais que restera-t-il des USA, NdSF] C’est dans le contexte nouveau des DTS monnaie mondiale qu’il faut comprendre la récente réhabilitation, par la BRI, du statut de l’or dans les bilans des banques (des banques privées et, par voie de conséquence, des banques centrales). Depuis le 29 mars 2019, l’or n’est désormais plus considéré comme étant un « actif à risque » pour les banques qui peuvent dès lors l’acheter et le revendre sans autre restriction comptable.

    Lire la suite

  • Le désordre mondial : 1/3

    Source : Entretien publié par le magazine Rébellion

    Quelle est l’origine historique de ce « désordre mondial » que votre dernier livre analyse en détail ?

    La question du désordre mondial doit effectivement être posée dans ces termes. L’histoire nous renseigne mieux que quoi que ce soit et que quiconque sur l’origine des événements géopolitiques actuels. Le tournant politique qui annonce les événements que nous connaissons se trouve au XVIIème siècle et plus particulièrement dans le mouvement de bascule politique initié par les Révolutions que nous qualifierions aujourd’hui de « colorées ». En France, les mécontentements populaires avaient eux-mêmes été créés, dans une très large mesure, par la libéralisation des prix du grain initiée par les banquiers-commerçants présents au sein du gouvernement royal. La fabrication, largement volontaire, de la paupérisation populaire ajoutée à des mécontentements structurels et conjoncturels inhérents à tout type de société ont été le terreau sur lequel se sont développées les émeutes bientôt transformées en Révolution.

    Ces mouvements de masse ont par ailleurs été largement manipulés, encadrés et armés par des personnes répondant à une feuille de route, précise, qui avait pour objectif de renverser l’ordre politique en vigueur fondé sur l’organisation de la Société en trois Ordres. De ces trois Ordres, chacun sait que seuls les deux premiers, à savoir la Noblesse et le Clergé, occupaient alors le pouvoir. Même s’il existait une porosité entre les Ordres de la Noblesse et du Clergé – dont les fonctions étaient souvent occupées par les enfants d’une même famille – il n’en restait pas moins que ces deux Ordres obéissaient à une hiérarchie distincte. Les deux Ordres fonctionnaient en conséquence, l’un vis-à-vis de l’autre, comme des contre-pouvoirs effectifs. C’est précisément en raison de l’existence de ce contrepouvoir que la bourgeoisie commerçante a pu se développer puis prospérer jusqu’à acquérir dans la Société une place quantitative – sinon prééminente (qu’elle détient actuellement) – de plus en plus importante.
    C’est sur cette bourgeoisie commerçante en plein essor que les banquiers-commerçants, c’est-à-dire les changeurs et orfèvres du Moyen-Âge, se sont appuyés pour initier leurs grandes manœuvres politiques.

    Lire la suite

  • L’enjeu Africain ! par Christian Vanneste

    On se demande pourquoi il reste encore un seul Français pour soutenir un pouvoir dont le bilan est calamiteux. Il se voulait exemplaire et les démissions se multiplient dans un bruit persistant de casseroles. Il se voulait réformateur et efficace. Les résultats de la France dont la dette vient de passer les 100% du PIB sont moins bons que ceux de nos voisins et partenaires. Qui plus est, la méthode employée pour la réforme des retraites a été dévastatrice. On pouvait penser qu’avec sa maîtrise de l’anglais, Macron existerait sur la scène internationale. Sa provocation sur l’OTAN en mort cérébrale a montré au contraire à quel point il était isolé. Et cela s’est produit au moment même où 13 de nos soldats mouraient au Mali dans une guerre sans fin

    Lire la suite

  • Pour mieux comprendre le phénomène Georges Soros…

    Georges Soros, le milliardaire ouvert, le potentat derrière les ONG humanitaristes, le grand manitou de la société liquide, fluide, l’énigmatique mais si puissant Georges Soros, fait l’objet d’un essai de Pierre-Antoine Plaquevent.

    Le blog Polémia en publie une recension qui donnera envie à bien des lecteurs de se procurer cet essai et de venir écouter l’auteur qui interviendra lors de la 3e Fête du Pays Réel. Afin de mieux connaître cet artisan du Nouvel Ordre Mondial.

    “Le livre que Pierre-Antoine Plaquevent vient de publier aux éditions Le Retour aux Sources, Soros et la société ouverte [1], tombe à point nommé. Le personnage vient en effet d’être nommé « Personnalité de l’année » par le Financial Times. On dénonce souvent en effet l’action des fondations du milliardaire George Soros pour favoriser l’immigration en Europe. Mais la plupart du temps on ne dépasse pas ce constat critique.
    Le mérite de Pierre-Antoine Plaquevent est au contraire d’analyser en profondeur les racines intellectuelles et philosophiques de l’action de George Soros.

    Lire la suite