Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

géopolitique - Page 5

  • "Indo-Pacifique : les grandes manœuvres", thème du nouveau numéro de la revue "Conflits"

    Les grandes manœuvres ont débuté dans la zone Indo-Pacifique. Les États-Unis cherchent à endiguer la puissance chinoise en tenant les mers et en assurant le contrôle de cet espace immense, qui va de Djibouti à Hawaï et qui sert de contrepoids aux nouvelles routes de la soie. Washington cherche donc à s’appuyer sur ses alliés : Japon, Inde, Australie et France, afin d’installer le basculement de puissance initié par Barack Obama. La France elle aussi a des intérêts dans cette zone, avec notamment la présence de la Réunion et de la Polynésie. Conflits étudie les nouveautés et les enjeux de cet espace en analysant la position de l’Inde, des États-Unis et de la Chine. Ce nouveau numéro évoque aussi la puissance française et sa diplomatie indo-pacifique.


    Conflits consacre également plusieurs articles au coronavirus. Pourquoi les pays asiatiques ont-ils mieux affrontés l’épidémie ? Quelles peuvent être les conséquences géopolitiques de cette crise sanitaire sans précédent ?

    Dans ce numéro de Conflits vous pourrez lire une analyse du Sahel par Olivier Hanne, un texte de réflexion historique sur le cheval de Troie par Olivier Battistini et un grand entretien sur l’Inde avec Olivier Da Lage. Notre grande stratégie est consacrée à Jules César, avec le professeur Yann Le Bohec et Pierre Royer étudie les batailles de l’Atlantique. Toutes vos rubriques habituelles sont bien évidemment présentes. Vous pourrez ainsi lire vos auteurs favoris.

    1.png

    Source : Conflits

  • +++10/06 - PANIQUE AUX USA. LES PATRIOTES SONT DÉSORMAIS AUX COMMANDES: ÉCHEC ET MAT !

    A1.jpg

    Operation Disclosure le  Lundi 8 juin 2020

    Rappel :

    - Le coronavirus est une couverture: la planète est en train d'être nettoyée

    http://vol370.blogspot.com/2020/03/1503-le-coronavirus-est-une-couverture.html

    (OpDis) La politique de Nancy a violé la loi fédérale sur la télévision 

     Confiscation des armes à feu en Virginie

    Par John Gupta

    A2.jpgPour les gens qui pensent que toute l’histoire de QAnon et des arrestations de masse n’est qu’une énorme plaisanterie, permettez-moi d’expliquer les justifications juridiques de ce qui va bientôt se produire. Au cours des 19 dernières années, notre nation a été le théâtre d’une GUERRE SILENCIEUSE entre le renseignement militaire et la Cabale (Nouvel Ordre Mondial). Bien que je ne puisse pas entrer dans tous les détails, l’Amérique n’a pas seulement été en "Guerre contre le Terrorisme" MAIS CONTRE DES TERRORISTES LUCIFÉRIENS INFILTRES OPÉRANT DANS NOTRE PROPRE PAYS. Ce que je vais vous relater est simplement un rappel historique des manœuvres juridiques qui nous ont conduit à ce point précis de l’histoire de l’Amérique et du monde.

    Êtes-vous au courant que l’Amérique vit en ce moment dans un "état de guerre déclaré" depuis le 11 septembre 2001 ?

    Lire la suite

  • Trump pourrait préparer une guerre nucléaire contre la Russie en s'appuyant sur la Pologne

    4273995922.jpg

    Ex: http://www.europesolidaire.eu

    Durant la guerre froide, l'Allemagne, principale de membre l'Otan (Organisation du Traité de l'Atlantique Nord) s'était vu imposer le stationnement d'une vingtaine de bombes nucléaires tactiques B-61 visant à équiper sous contrôle américain des avions d'attaque allemands en vue de préparer une frappe nucléaire de l'Otan contre la Russie.

    Cette frappe avait été présentée comme dissuasive (deterrent ou de seconde frappe) mais aucun membre de l'Otan n'ignorait qu'elle pouvait être offensive (première frappe) si le Pentagone décidait de s'appuyer sur ses bases au sein de l'Otan, notamment en Allemagne, pour attaquer la Russie. Cette possibilité avait été implicitement acceptée par les membres européens de l'Otan. Ce fut la raison pour laquelle en son temps le président De Gaulle avait refusé la présence de la France au sein de l'Organisation. L'Allemagne ancienne puissance vaincue et sous contrôle américain, n'avait pas refusé de jouer ce rôle de première ligne contre la Russie, en n'ignorant pas cependant qu'elle serait la première victime d'une telle guerre.

    Lire la suite

  • En finir avec la mondialisation, l’immigration, l’assistanat et l’Union européenne

    Chronique de Paysan Savoyard (n°234 – mai 2020)

    La crise sanitaire n’est manifestement pas terminée : elle aura un impact important sur la vie économique et sociale sans doute pendant des mois. Même si la fin de l’histoire n’est donc pas écrite, on peut d’ores et déjà en tirer différentes leçons. Concernant la façon dont la crise a été gérée en France, tout d’abord, nous avons consacré les dernières chroniques à ce sujet. Mais la crise du virus a mis en évidence des enseignements plus fondamentaux, qui ne sont pas nés avec elle mais dont elle souligne la portée.

    • En finir avec la mondialisation 

    Il faudrait en finir avec la mondialisation et ses différents aspects. La mondialisation économique et les délocalisations, tout d’abord. Un système fondé sur un marché mondial est synonyme d’affaiblissement et de déstabilisation des sociétés européennes : le virus a montré les conséquences d’une situation où nous sommes devenus dépendants pour tout, du plus simple, les masques, au plus complexe, les médicaments. Chaque grande zone du monde devrait plutôt évoluer désormais de façon autonome, en fonction de ses caractéristiques sociales, historiques et civilisationnelles.

    Lire la suite

  • [VIDÉO] « Je lutte contre l’état profond Et j’ai dit que je le faisais. » – Donald Trump

    « Je suis donc très déçu de certaines personnes. Et certaines personnes ont fait un travail phénoménal, mais que fais-je ? Je lutte contre l’état profond. Je combats le marais. Et j’ai dit que je le faisais. Et j’expose le marais. Je pense que si ça continue comme je le fais, et Ratcliffe est fantastique. Si ça continue comme ça, j’ai une chance de briser l’état profond. C’est un groupe vicieux de personnes. C’est très mauvais pour notre pays. Et cela ne s’est jamais produit auparavant. Il se trouve que vous êtes victime de l’état profond. Je déteste vous dire, que vous le sachiez ou non, mais ils vous ont horriblement traité au fil des ans. Et ils ont également traité de nombreuses autres personnes. Ils n’ont jamais pensé que j’allais gagner, puis j’ai gagné. Et puis ils ont essayé de me faire sortir. C’était la police d’assurance. Elle va gagner, mais juste au cas où elle ne gagnerait pas, nous avons une police d’assurance. Et maintenant, je les ai battus sur la police d’assurance, et maintenant ils sont exposés. Comey est un flic sale, McCabe, un méchant. Ce sont tous des méchants.

    Lire la suite

  • Pourquoi les Bourses mondiales jouent aux montagnes russes, par Marc Rousset.

    3919228288.5.jpgLa Bourse de Paris a repris 5,16 %, lundi 18 mai, suite à un nouveau vaccin américain qui a soulevé des espoirs irréalistes et démesurés. La place new-yorkaise a terminé aussi chaque jour dans une direction différente, depuis le début de la semaine, signe d’une forte volatilité. En fait, les Bourses sont assises sur un volcan car elles se refusent à voir l’éléphant de la crise économique qui attend dans le couloir.

    C’est bien l’Union européenne qui empruntera 500 milliards d’euros avec la garantie de tous les États de l’UE, mais l’UE ne pourra rembourser ces emprunts qu’avec un nouvel impôt européen, ou en demandant aux États de rembourser en fonction de leurs pourcentages respectifs dans le PIB de l’UE. Des subventions seraient accordées à certains pays ou à des secteurs économiques en fonction de leurs besoins, et il y aurait donc bien mutualisation au niveau de l’UE avec un taux d’emprunt plus faible et redistribution des ressources vers les plus démunis. Mais la chancelière Merkel a seulement fait un geste politique : l’Allemagne, grande gagnante du système actuel, suite au laxisme des pays du Sud, leur a seulement proposé un os à ronger.

    Lire la suite

  • L'Europe doit soutenir Taïwan

    6a00d8341c715453ef0263e94b1311200b-320wiL'observation du passé de l'humanité ne relève pas de la zoologie. Les événements ne s'y reproduisent jamais à l'identique. Le libre choix permanent des fragiles fils d'Adam déjoue l'instinct de l'animal. Et pourtant l'histoire, cette "science des faits qui ne se reproduisent pas" [Paul Valéry]  nous livre d'inépuisables enseignements, sous des masques à peine renouvelés.

    Ainsi l'expérience du XXe siècle, avec sa chaîne d'horreurs brutalement totalitaires, et après les condamnations plus ou moins sincères, du Procès de Nuremberg clos en 1946 au rapport Khrouchtchev de 1956, pourrait nous permettre de mieux comprendre la mise en place rampante des dictatures cybernétiques actuelles.

    Désormais en effet, ceux qui ont aimé Hitler et Staline adoreront, en Xi Jinping, le stalinien assumé, et le national-socialiste d'un genre nouveau. On peut regretter qu'à Paris au moins, cet enchaînement, objectivement évident, ne s'impose guère dans les esprits qui formatent l'opinion.

    Lire la suite

  • Sur Sud Radio avec André Bercoff, Charles Gave sur l'Obamagate "C'est l'Etat profond des Etats-Unis qui pourrait tomber".

    Charles Gave, essayiste, réagit sur l'ObamaGate. Trump est-il un bouc émissaire ? On en parle avec André Bercoff sur Sud Radio.

    http://lafautearousseau.hautetfort.com/archive/2020/05/22/sur-sud-radio-avec-andre-bercoff-charles-gave-sur-l-obamagat-6240395.html

  • Conrad Kilian, "inventeur" du pétrole saharien

    Jusqu’où montera le prix du pétrole ? Aux États-Unis, le prix du baril qui était resté stable à 5 dollars de 1920 à 1970 quand il atteignit 10 puis 40 $ a dépassé en novembre les 93 $ et pourrait bientôt passer le cap des 100. Même envolée en France où, malgré le cours très élevé de l'euro, pour une fois avantageux, le prix d'un litre d'essence sans plomb oscille entre 1,30 et 1,40 €. Ce qui a de très lourdes répercussions sur le niveau de vie des ménages et l'économie en général. Alors que pour la France, comme pour le Royaume-Uni et la Norvège - pour s'en tenir à l'Europe -, l'or noir aurait pu devenir une richesse nationale. Encore aurait-il fallu pour cela ne pas signer en mars 1962 les Accords d'Evian qui livraient l'Algérie au FLN rendant impensable une durable présence française au Sahara. Mais même avant cela, que d'occasions perdues... et de drames !

    Un géologue de génie

    Au mois de novembre 1955, des prospecteurs français mettaient au jour le gisement pétrolier d'Edjelé au sud de Ghadamès, non loin de la frontière algéro-libyenne et, en août suivant, le gisement d'Hassi Massaoud, aux environs d'Ouargla, dans le sud algérien.

    Or, cinq ans plus tôt, en avril 1950, était mort misérablement à Grenoble, dans le plus grand dénuement moral et matériel, celui qui, le premier pressentit l'existence du pétrole dans le Sahara oriental : un certain Conrad Kilian - dont le nom, un moment célèbre, est aujourd'hui presque entièrement inconnu du public français.

    Lire la suite

  • Turquie : Erdogan désigne injurieusement les survivants des massacres turcs de chrétiens !

    Le 4 mai, lors d’une réunion d’information sur le coronavirus, le président turc Recep Erdogan a utilisé l’expression de « rescapés de l’épée », dans une rhétorique paranoïaque dont il est familier.
    Ce terme très péjoratif désigne de façon assez inhumaine les survivants des grands massacres commis envers les minorités chrétiennes spécialement, par les Turcs entre 1894 et 1924…
    L’utilisation de cette expression par le conquérant et vindicatif Erdogan, qui semble se prendre pour un nouveau sultan, est scandaleuse mais aussi inquiétante…

    De Uzay Bulut, journaliste turc, sur Gatestoneinstitut :

    « « Nous ne permettrons pas à des rescapés de l’épée de mener des activités [terroristes] dans notre pays », a-t-il dit. « Leur nombre a beaucoup diminué mais il en existe toujours ».

    « Rescapés de l’épée » (kılıç artığı en turc) est une insulte courante à l’encontre des survivants des massacres perpétrés contre les chrétiens – Arméniens, Grecs et Assyriens – dans l’ex-Empire ottoman puis en Turquie.

    Qu’un chef d’Etat comme Erdogan emploie publiquement cette expression a de quoi alarmer. Non seulement parce qu’il insulte les victimes et les survivants de massacres, mais parce qu’il met également en danger l’actuelle communauté chrétienne turque déjà en butte à des « pressions » ou les attaques physiques sont monnaie courante.Garo Paylan, député arménien au Parlement turc, a protesté sur Facebook :

    Lire la suite