Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

24/04/2018

3 mai : colloque sur Mai 68

Dans le cadre des 50 ans de Mai 68, les Jeunes du PCD organisent une table ronde pour mener une réflexion critique sur les événements survenus en France à cette période et leurs conséquences sur notre société… 

INSCRIPTIONS ICI !

Autour de Martial Bild, journaliste, Guillaume Bernard, historien, Paul-Etienne Kauffmann, juriste et Jean de Rouen, philosophe. Jeudi 3 mai 2018 de 19h à 22h à la Société Nationale d’Horticulture, 84 rue de Grenelle à Paris. 

Affiche jeunes PCD mai 68

Michel Janva

http://lesalonbeige.blogs.com/my_weblog/web.html

Révolutionnaires de salon : faculté de Montpellier, les vacances ont eu raison de l’occupation

Après Tolbiac, les forces de l’ordre ont envahi ce matin le campus de l’université Paul-Valéry, à Montpellier (Hérault). Mais contrairement à Paris-I, où l’intervention avait donné lieu à quelques échauffourées, l’entrée des CRS s’est faite cette fois dans le plus grand calme. Et pour cause : vacances obligent, les étudiants ont préféré rentrer chez eux se reposer plutôt que de maintenir le blocage. Les étudiants n’ont toutefois pas manqué de critiquer l’intervention des forces de l’ordre, dénonçant le « ridicule » et « l’incompétence de la direction ».

 

Albéric Dumont face à Caroline Mécary : nous demandons toujours l'abrogation de la loi Taubira

Michel Janva

http://lesalonbeige.blogs.com/my_weblog/web.html

« Colloque Maurras » : Quelques images supplémentaires ...

Hilaire de Crémiers, Christian Franchet d'Espèrey 

Une suite de brillantes interventions

IMG_0856.JPG

Gérard Leclerc

IMG_0855.JPG

Jean-Baptiste Donnier

IMG_0951 (002) - Copie.jpg

Jean-Philippe Chauvin 

IMG_0960.JPG

Bernard Pascaud 

IMG_0954.JPG

Stéphane Blanchonnet

IMG_0971.JPG

Jacques Trémolet de Villers 

http://lafautearousseau.hautetfort.com/

Le coup d’éclat des Identitaires, par Franck Deletraz

9098-p2-fd-identitaires-600x343.jpg

9098-20180424.jpgLançant samedi de façon spectaculaire leur « Opération Alpes » au col de l’Echelle, les militants de Génération Identitaire ont certes réussi à empêcher pendant plus de 24 heures le déferlement de nouveaux clandestins dans notre pays. Mais surtout, rappelant l’Etat à son devoir par le biais de ce coup d’éclat, ils ont obtenu du gouvernement le renforcement du contrôle de cette frontière passoire.

Samedi matin, en effet, une centaine d’Identitaires ont pris position sur ce point particulièrement sensible de la frontière franco-italienne, situé à 25 km de Briançon. L’objectif ? Barrer la route aux clandestins qui, rappelons-le, sont (officiellement) plus de 2 000 à avoir emprunté ce passage pour entrer illégalement en France depuis l’été 2017. Un flot qui ne cesse de grandir, a expliqué Romain Espino, porte-parole de GI, en raison d’« un manque de courage des pouvoirs publics ». Aussi, pour prouver au gouvernement qu’« avec un petit peu de volonté, on peut contrôler l’immigration et les frontières », les Identitaires, appuyés par deux hélicoptères et des drones, ont-ils investi puis surveillé cette zone jusqu’à dimanche, en fin de matinée.

Une opération nette, sans bavure et qui, de l’aveu même de la préfecture des Hautes-Alpes, s’est déroulée « dans le calme ». Ce qui n’aura pas été le cas de la contre-manifestation organisée dimanche par les « antifas » transalpins et français qui, regroupés du côté italien, ont violemment forcé un barrage de la gendarmerie avec une trentaine de clandestins au col de Montgenèvre, faisant deux blessés à la tête parmi les forces de l’ordre. La veille déjà, la lie bolchevique et pro-immigration s’en était donné à cœur joie, en saccageant le centre-ville de Gap, brisant et/ou « taguant » de nombreuses vitrines ainsi que du mobilier urbain lors de leur manifestation.

Opération Alpes ? « Une réussite »

Un déchaînement de violence qui, au fond, faisait écho à celui que l’on a pu observer à l’Assemblée, où les élus de gauche ont dénoncé le prétendu « laxisme » de Collomb vis-à-vis de « l’extrême droite » et où l’affaire a même donné lieu à un accrochage sévère entre Me Collard et Mélenchon.

En tout cas, comme le soulignait Romain Espino dimanche, cette Opération Alpes aura été une vraie « réussite ». D’abord parce que GI a réussi à « attirer l’attention médiatique et politique sur le col de l’Echelle ». Mais aussi parce que, placé subitement devant ses responsabilités, Collomb a été contraint d’annoncer dimanche soir l’envoi de renforts de police et de gendarmerie « importants » pour « s’assurer du respect absolu du contrôle des frontières » dans les Hautes-Alpes. Marine Le Pen s’en est amusée dans un tweet : « L’opération de Génération Identitaire a une conséquence cocasse : toute la gauche s’est plainte en hémicycle que ce ne soient pas les forces de l’ordre qui aillent protéger les frontières… »

Franck Deletraz

Article paru dans Présent daté du 23 avril 2018

https://fr.novopress.info/

À AVIGNON, VA-T-ON DÉBAPTISER DES ÉCOLES POUR FAIRE PLAISIR AUX MUSULMANS ?

AVIGNON-1.jpg

À Avignon, des établissements scolaires publics vont-ils être débaptisés ? C’est ce qu’annonce Vaucluse-Matin, le 20 avril. Laïcité oblige ? L’école Saint-Roch, l’école Saint-Jean, pour commencer. Saint-Gabriel, Saint-Ruf et Sainte-Catherine devraient leur succéder. Cécile Helle, le maire socialiste, s’en défend. Sauf que l’adjointe d’un quartier de la cité papale a déclaré : « On propose de changer le nom de certaines écoles pour qu’il corresponde plus aux aspirations du moment. Est-ce qu’un saint représente encore quelque chose par rapport à ce quartier multiculturel ? » On peut imaginer que cette adepte du multiculturalisme a dû lire ce rapport officiel, écrit par un « groupe de réflexion » appelé « Laïcité et République moderne », et rendu en 2015 à Manuel Valls, alors Premier ministre.

« Revoir la toponymie de la France à la lumière du vivre ensemble » : le titre dudit rapport donne le ton. D’apprendre ensuite que les deux principaux parlementaires l’ayant établi appartenaient, l’un au Parti socialiste (Yann Galut), l’autre à EELV (la trinationale Esther Benbassa), donnait d’emblée le la. Il s’agissait, pour le groupe, de proposer des solutions pour lutter contre « l’apartheid territorial, social, ethnique » évoqué par Manuel Valls, qui ciblait « les discriminations quotidiennes parce qu’on n’a pas le bon nom de famille, la bonne couleur de peau ou bien parce que l’on est une femme ».

Mais revenons à la toponymie. « Une fraction croissante de la population d’origine musulmane est heurtée par des appellations toponymiques qui sont autant de manifestations d’une époque archaïque où l’identité de la France, loin de s’assumer comme plurielle, se définissait exclusivement sous le signe d’une chrétienté triomphante et totalitaire. »

Et de prendre pour exemple des musulmans habitant Pont-l’Abbé qui seraient « amenés à se demander s’il s’agit d’une insulte » ! Vous parlez : être appelés des Pont-l’Abbistes ! Pour parer à cette abominable éventualité, les auteurs de ce vivre ensemble nouveau n’y sont donc pas allés par quatre chemins : « Débaptiser tous les noms de communes comprenant le mot « saint » dans l’intitulé afin “de relaïciser profondément la République” » avec, pour but, de supprimer un « affichage discriminant ». Couper les têtes de nos « saints » accolés à 4.794 communes pour ne pas offenser des fidèles d’un islam intrinsèquement tolérant, quelle drôle d’idée…

En tout cas, éradiquer les signes de chrétienté, c’est chose faite, au pays de Taubira – je veux dire en Guyane. L’école Saint-Jean s’appelle désormais Rosa-Parks, plus fun ; celle de Saint-Maurice a cédé la place au nom d’une féministe, ancienne inspectrice de l’Éducation nationale et d’académie ; et, dans un registre bien dans l’air du temps, le nom d’un architecte designer a remplacé l’école Espérance.

Ces suggestions de la part de ces nostalgiques révolutionnaires ne vous plaisent pas, pas du tout ? Vous vous dites que vous avez votre mot à dire ? Vous rêvez ! Des « référendums locaux, s’ils sont généralement des éléments de revitalisation de la démocratie, seraient ici inopportuns et même néfastes car ils libéreraient une parole réactionnaire qui ne pourrait s’exprimer en dehors des édifices cultuels » (sic).

Ce rapport, comme le disait en aparté un conseiller de Valls en personne, « c’est l’occasion de voir qui est républicain et qui ne l’est pas ». En somme, de voir qui se préoccupe du bien-être des uns plutôt que des états d’âme des autres…

À ce train-là d’effacement de nos racines, combien de temps, à Avignon, avec ses 35 % de population musulmane (chiffre avancé par un représentant musulman à Vaucluse-Matin en 2016 pour justifier la construction d’une grande mosquée dans la cité des papes), la mairie osera encore, sur son site, rappeler qu’elle fut « capitale de la chrétienté au Moyen Âge » ? Et combien reste-t-il à vivre, à tous nos saints communaux ?

http://www.bvoltaire.fr/a-avignon-va-t-on-debaptiser-ecol...

Cette Juliette, elle vaut le détour...

 

Dans la catégorie "bêtise crasse", avec cette dénommée Juliette, on a affaire à une championne... Voilà donc un pur produit de la bobocratie post soixante-huitarde qui dévoile sa haine de la race blanche, c'est à dire sa haine d'elle-même. Regardez ce film, c'est affligeant de stupidité et de naïveté. En d'autres temps, cette pauvre gamine aurait sans doute eu un avenir assuré au Parti socialiste...

Il faut vraiment la montrer partout cette Juliette. A elle-seule, elle constitue une véritable "usine à patriotes". D'abord, elle donne l'envie de gerber et, réflexions faites, celle de s'engager encore plus dans le combat nationaliste et identitaire. On comprend mieux en l'écoutant pourquoi, parfois, le GUD pouvait s'énerver...

Quant à Robert Ménard, sa patience l'honore.

JULIETTE.jpg

23/04/2018

Macron aux Etats-Unis :”I will make France great again” - Journal du Lundi 23 Avril 2018

Merci à l'ultra-gauche violente et aux médias qui l'ont relayée : notre «Colloque Maurras» s'est tenu, bien tenu, et a «fait le buzz» comme jamais !

3211125167.jpg

Les médias sont à la fois partiaux et ignorants. En particulier à notre sujet... Ils ne s'expriment sur Maurras, sur nous-mêmes, qu'à coup de clichés, toujours les mêmes, sans savoir et sans comprendre. Leur « pensée » apparaît mécanisée. Et bien-sûr leur vocabulaire aussi ; il est de ce fait totalement prévisible, parfaitement  obligé, totalement répétitif d'un article l'autre. Leurs formules toutes faites, leur vocabulaire toujours identique à lui-même et dont l'on pourrait dresser un catalogue somme toute assez drôle et assez pauvre, suppléent en l'espèce à leur incompétence. Le tout est toujours malveillant.  

Les médias que nous venons d'évoquer relayent en revanche systématiquement les haines et les slogans de l'ultra-gauche et des ligues dites antiracistes, en réalité antifrançaises. C'est le cas général : sur le plan national (France Inter, par exemple, qui a ouvert ses flashes d'information matinaux de jeudi et vendredi dernier sur l'indignation que notre colloque était censé soulever à Marseille. Faux !) comme sur le plan régional.  Et c'est tout particulièrement le cas de La Provence, quotidien en situation de quasi monopole local, qui, quoiqu'il s'en défende, compte parmi ses rédacteurs plusieurs  militants dits antifas. Situation absurde car nous ne sommes ni racistes, ni fascistes. Ils l'ignorent ou veulent l'ignorer. 

Notre colloque devait se tenir à Marseille au Centre Cormier*, qui appartient à l'ordre dominicain. (Il s'agissait d'une location de salle). Alors, l'on a fait écrire pour la circonstance de vieux catholiques de gauche ou d'ex « résistants » indignés. Les « Jeunes socialistes » locaux (moins de 10 militants !) ont protesté par communiqué, l'on a interpellé l'archevêque de Marseille. Mais ce dernier a rappelé que les Dominicains sont une congrégation autonome et qu'il n'a pas autorité sur leur programmation. Et puis l'on a adressé aux pères dominicains des menaces plus agressives qui venaient des groupuscules de la gauche radicale, entraînés à les mettre à exécution dans toute le France, avec les plus extrêmes violences, contre les biens, les personnes, les forces de l'ordre et leurs adversaires politiques. Une autre forme de terrorisme dont tout le monde connaît les exactions. Les images de ces exactions sont dans toutes les mémoires. Très peu dans celle des médias... Il n'était pas impossible que le couvent soit victime d'agressions, que les messes soient troublées... En dernier ressort, les responsables des forces de l'ordre ont fait savoir qu'elles seraient trop occupées pour protéger le colloque... Le Centre Cormier, dans ce cas, avec notre parfait accord, ne pouvait plus continuer de mettre sa salle de conférence à notre disposition. Ceci fut décidé vendredi dernier à midi, pour un colloque devant s'ouvrir le lendemain matin, samedi, à 9 h 30... 

Nous décrivons ce processus qui relève de la petite histoire, non par goût del'étalage, que nous n'avons pas, mais pour pointer la situation dans laquelle notre pays, notre société, se trouvent aujourd'hui ; où en sont, chez nous, les libertés publiques et, en particulier tout simplement la liberté d'esprit et d'expression. C'est dans des circonstances analogues que les mêmes, il y a quelques semaines, avaient fait plier face à leur tapage le ministre de la Culture, Mme Nyssen, qui avait bel et bien inscrit Charles Maurras sur la liste des commémorations nationales pour 2018 et dut l'en retirer, mettre au pilon le catalogue y afférent et affronter la démission de dix des membres du Haut Comité chargé de les préparer, sur les douze qu'il comptait. Exit, d'ailleurs, le dit Haut Comité, désormais défunt.  

Allions-nous plier, nous aussi, annuler le colloque, renoncer à le tenir ? C'est le bruit qui a couru. Mais ce n'était pas notre intention. Elle fut de trouver une salle de substitution**, de n'en rien dire à personne, surtout pas aux médias qui nous harcelaient de questions sur ce point précis, et de nous organiser de sorte que la totalité des inscrits, tous les participants ou presque, puissent être présents au colloque, non reporté mais seulement déplacé, le lendemain matin, avec très peu de retard, pour prendre part aux conférences et aux débats, ce qui fut tout à fait réussi. L'indignation avait changé de camp, une certaine colère s'y faisait sentir aussi, et les efforts de tous ont fait de cette journée de réflexions et d'échanges, une réussite remarquée.

3654957284.JPGLe matin même était paru sur une page presque entière de La Provence l'entretien que nous y avons donné [Gérard POL pour Lafautearousseau] et que l'on pourra tenter de lire si l'on se reporte à l'illustration en haut de page. L'article répond aux caractéristiques habituelles des publications de La Provence, telles que nous les avons évoquées plus haut. Tout l'attirail habituel y est : le titre, les substantifs, les verbes, les adjectifs, les insinuations ... Les propos que nous y tenons sont à lire - au moins pour partie - au prisme de la partialité et de la propagande médiatique .... 

Le Colloque a été ouvert autour de 10 heures par Jean Gugliotta, président de l'Union Royaliste Provençale et Hilaire de Crémiers, directeur de Politique magazine et de la Nouvelle Revue Universelle, en compagnie de Christian Franchet d'Espèrey son rédacteur-en-chef, devant une salle comble.   

* Rues Sainte-Victoire et Edmond Rostand à Marseille

** Novotel, avenue du Prado.  

http://lafautearousseau.hautetfort.com/

Les chrétiens d’Orient critiquent le bombardement de la Syrie

Trump-Syrie-600x451.jpg

Jean X, patriarche grec-orthodoxe d’Antioche et tout l’Orient, Ignace Ephrem II, patriarche syriaque-orthodoxe d’Antioche et tout l’Orient, et Joseph Absi, patriarche grec-melkite catholique d’Antioche, d’Alexandrie et de Jérusalem ont condamné et dénoncé ce qu’ils appellent une agression brutale, le 14 avril, contre la Syrie par les Etats-Unis, la France, et le Royaume-Uni selon les allégations de recours aux armes chimiques par le gouvernement syrien.

Voici les principaux éléments de cette déclaration :

Nous élevons nos voix pour affirmer ce qui suit :

1. Cette agression brutale constitue une violation manifeste des lois internationales et de la charte des Nations Unies, car il s’agit d’une agression injustifiée contre un pays souverain, membre de l’ONU.

2. Nous souffrons de constater que ces bombardements aient été perpétrés par de puissants pays auxquels la Syrie n’a causé aucun préjudices d’aucune sorte.

3. Les allégations des États-Unis et d’autres pays selon lesquelles l’armée syrienne utilise des armes chimiques et que la Syrie est un pays qui possède et utilise ce type d’arme, sont injustifiées et non étayées par des preuves suffisantes et claires.

4. Le calendrier de cette agression injustifiée contre la Syrie sape le travail de la Commission d’enquête internationale indépendante, sur le point de se rendre en Syrie.

5. Cette agression brutale détruit les chances d’une solution politique pacifique et entraîne une escalade de la violence et davantage de complications.

6. Cette agression injuste encourage les organisations terroristes et leur donne un élan pour poursuivre leurs actes barbares.

7. Nous demandons au conseil de sécurité de l’organisation des Nations Unies de jouer son rôle en apportant la paix au lieu de contribuer à l’escalade des guerres.

8. Nous appelons toutes les églises des pays qui ont participé aux frappes, à remplir leurs devoirs chrétiens, selon les enseignements de l’Évangile, à condamner cette agression et à appeler leurs gouvernements à s’engager dans la protection de la paix internationale.

9. Nous saluons le courage, l’héroïsme et les sacrifices de l’armée arabe syrienne qui protège courageusement la Syrie et assure la sécurité de son peuple. Nous prions pour les âmes des martyrs et la guérison des blessés. Nous sommes convaincus que l’armée ne s’inclinera pas devant les agressions terroristes externes ou internes ; elle continuera à lutter courageusement contre le terrorisme jusqu’à ce que chaque centimètre de la terre syrienne soit purifié du terrorisme. Nous saluons également la position courageuse des pays alliés de la Syrie et de son peuple.

Pour lire, la déclaration intégrale, c’est par ici

https://fr.novopress.info/

A Paris, la station de métro "Bastille" rebaptisée "Charles Maurras"

30739832_827112837489321_5911705564637132435_n.jpg

Ce samedi, des militants royalistes parisiens ont marqué à leur façon le 150e anniversaire de la naissance de Charles Maurras en rebaptisant la station de métro Bastille...

http://synthesenationale.hautetfort.com/

Le Monde le constate : l'union des droites commence par la base

6a00d83451619c69e20224df2d089d200b-120wi.jpgEt nous allons succomber à cette "tentation" qui semble inquiéter le quotidien de référence de la gauche...

 

Capture d’écran 2018-04-23 à 16.41.55

http://lesalonbeige.blogs.com/my_weblog/web.html

Réinfo, magazine d'information du Parti de la France du 23 avril 2018

Asile au col de de l’échelle, la gauche grimpe aux rideaux

immigration-konk-2.jpgAnticapitaliste et chef d’entreprise, ancien de la LCR et ci-devant député embourgeoisé  deLa  France Insoumise dont il est un des cadres de premier plan, le socialo-trotskyste Eric Coquerel a été entarté jeudi tel un vulgaire Bernard-Henry Lévy. Les faits se sont déroulés  à Colombes (Hauts-de-Seine)  alors qu’il  se rendait à une réunion publique contre la  loi Asile et immigration – elle  été adoptée hier par les députés.  Antimacroniste… qui  a appelé à voter Macron face à Marine en mai dernier, le citoyen Coquerel a porté plainte après cet entartage revendiqué par l’Action Française.  Son jeune  entarteur a expliqué qu’il entendait dénoncer  par son geste  « un collabo de l’invasion (migratoire). » Eric Coquerel, chaud partisan d’ un accueil renforcé des migrants, a affirmé   sur France info, invité à réagir à l’agression dont il a été victime« On a les commanditaires et ceux qui le revendiquent. Si on les laisse faire là, on peut se demander jusqu’où ils iront(…).  Plusieurs députés de LFI font l’objet de menaces de la part de groupuscules d’extrême droite. » Sur cette même antenne, le porte-parole FN et maire de Beaucaire Julien Sanchez a dit « regretter ce type d’action» dont M. Coquerel a fait les frais - de pressing, de shampoing   et d’amour propre.  Mais il n’y a pas « de fumée sans feu » et «monsieur Coquerel est un  habitué de la provocation puisqu‘il a organisé avec ses amis l’occupation de la basilique de Saint Denis, ce qui est tout à fait inadmissible. On s’est attaqué à un lieu de culte dans la République et on a franchi certaines limites » a jugé Julien et  « personne n’a de leçons à recevoir de l’extrême gauche en matière de violences! »

Dans ce registre rappelons en effet qu’un immigrationniste acharné comme Eric Coquerel était au nombre en 2012 des signatures de la pétition pour prendre la défense du rappeur Saïd  et de  sa chanson crachant sur l’histoire de notre pays qualifié de raciste, de colonialiste, intitulée «Nique la France». N….er la France par la poursuite de l’immigration massive reste bien un objectif révolutionnaire…qui n’est certes pas l’apanage de l’extrême gauche anticapitaliste

D’un coup de com l’autre, celui mené avec  des moyens humains et matériels plus conséquents par Génération Identitaire (GI)  cette fin de semaine a été un modèle du genre par ses retombées et ses effets politiques, que l’on s’en félicite,  qu’on l’approuve ou non.

Une centaine de militants , notamment Français et Italiens,  ont occupé  le   col de l’Echelle (Hautes-Alpes) une voie de passage  très  peu ou pas du tout  contrôlée  par les forces de l’ordre et qui est empruntée par  les immigrés clandestins qui  entendent gagner la France via l’Italie. Une action qui a suscité de nombreux commentaires et réactions, ce qui était bien évidemment le but recherché en plein débat parlementaire sur la poursuite de l’immigration. « La mission est une réussite, nous avons réussi à attirer l’attention médiatique et politique sur le col de l’Échelle »  a déclaré Romain Espino, un porte-parole de GI. Hier dimanche, des antifas  italiens ont  répliqué à cette action  en forçant  une  barrage de la gendarmerie pour permettre à  des immigrés illégaux de pénétrer sur le territoire français.

De Brice Hortefeux (LR) à Danielle Obono,   tous  ont dénoncé dimanche lors du vote du projet de loi asile  et immigration,  le blocage  nauséabond   de ce  point de passage pour clandestins. Comme à leur habitude, les pontes de LFI,  qui n’ont  pas eu un mot pour dénoncer  les facs occupés et vandalisés par l’extrême gauche, se sont  distingués en hurlant au   retour des années noires après cette opération des identitaires. «Une milice d’extrême droite est actuellement en train de faire la police des frontières dans les cols alpins » s’est étranglé  M. Coquerel rejoint dans son indignation par beaucoup de ses collègues et notamment par l’ex PS  Jean-Michel Clément, député LREM  qui a voté contre le projet de loi asile-immigration et qui vient d’annoncer son départ du parti présidentiel – 14 députés LREM se sont abstenus de voter cette loi , un « péché véniel » et non « mortel » comme celui de M. Clément a précisé  le patron du groupe, Richard Ferrand

Le  patron de LFI a vu comme les complotistes paranos de sa mouvance  la main du Front National. dans ce blocage du col de l’Echelle. M Mélenchon  a  hurlé contre   « la petite bande des amis de Madame Le Pen (qui)  prétend régler le problème de la frontière (et)  repousser dans la neige de pauvres gens qui s’y trouvent. » « C’est précisément parce que ce sont  (les identitaires, NDLR) des pitres un peu dérangés qu’il sont dangereux» a t-il déclaré avant «(d’ adjurer)» Gérard  Collomb  de sortir la grosse matraque contre GI car  «c’est votre devoir de nous protéger, et les migrants aussi.» Qu’est-ce qu’il ne fait pas dire comme âneries pour se faire bien voir et   quémander les voix des quartiers pluriels...

Dépassé comme souvent,  le ministre de l’Intérieur  a conspué   « les gesticulations  qu’évidemment nous condamnons  (de GI) »  mais «tomber dans le panneau de ces gesticulations, c’est faire une publicité à une force qui n’en est pas une. » «Ne règne qu’une seule chose en France, l’ordre républicain que nous garantissons partout. » Le problème justement , c’est que l’ordre républicain n’est plus garanti partout, très loin s’en faut,  par ceux qui en sont les dépositaires note Bruno Gollnisch.  Et c’est parce que cette réalité là est rendue voyante par l’action menée au  col de l’Echelle qu’elle  déclenche aussi  tout ce bruit.

Alors  M.  Collomb a tenté de  camoufler son impuissance aux yeux des Français    en déclarant   que  des renforts « importants» de forces de l’ordre vont être envoyés dans les Hautes-Alpes afin de « s’assurer du respect absolu du contrôle des frontières.» S’adressant plus spécifiquement  à la gauche de la gauche qui aime beaucoup l’appareil  policier pour peu qu’il persécute ses adversaires,  le ministre de l’Intérieur a assuré que ses  « services surveillent avec une extrême attention tous ceux qui font partie de cette mouvance (identitaire) » car  «dans des esprits faibles cela peut pousser à l’assassinat politique (?).  »

Esprits faibles qui sont surtout  à la tête de de notre pays depuis trop longtemps et dont la faiblesse,  le manque de volonté devant le défi migratoire qui se pose à la France (comme au reste de l’Europe) est aussi criminel qu’aberrant. A cette aune, le FN a démasqué  lui aussi les contradictions, le double-langage de LREM et des autres partis de gauche quand quatre de ces députés ont voté hier l‘article 5 de la loi asile et immigration, réduisant le délai de première demande d’asile de 120 à 90 jours. Ce qui a entraîné une réaction embarrassée  de Nicole Belloubet, ministre de la justice, invitée hier de France Inter.

Elle a rappelé l’évidence en affirmant que  le gouvernement et sa  majorité sont  « en désaccord profond avec les (propositions et analyses)  qui sont défendues par le FN». «Ce texte n’a pas été écrit pour séduire le Front National », même  « le Front National adopte des tactiques pour précisément déstabiliser l’ensemble de notre système républicain 

Ce qui déstabilise non pas le système républicain , ce qui ne serait pas le plus grave, mais  la France même c’est plus exactement  la non remise en cause  des pompes aspirantes de l’immigration, du droit du sol et  du regroupement familial.  Autant dire que Mme Belloubet a raison de dire que ce texte pas du tout à la hauteur des enjeux,  n’est guère séduisant et s’apparente et un grossier enfumage.

https://gollnisch.com/2018/04/23/asile-au-col-de-de-leche...

Rues Arnaud-Beltrame : la mère dément avoir refusé ce projet aux mairies FN

7672989_06e6bfb2-43d7-11e8-8751-5f219dbd2e0d-1_1000x625.jpg

« Arnaud Beltrame est Français. Il appartient à tout le monde ». La mère du gendarme assassiné le 23 mars dernier par Radouane Lakdim dans le Super U de Trèbes a confié jeudi au Parisien que toutes les mairies françaises pourraient baptiser une de leurs rues du nom de son fils.

Lire la suite sur ContreInfo

Jean Raspail au sujet des renégats et de ceux qui confondent la France et la République

Le site Lectures.Françaises.Info a publié un entretien avec l’écrivain Jean Raspail, auteur notamment du prophétique Camp des Saints.

J’ai tourné autour de ce thème comme un maître-chien mis en présence d’un colis piégé. Difficile de l’aborder de front sans qu’il vous explose à la figure. Il y a péril de mort civile. C’est pourtant l’interrogation capitale. J’ai hésité.

D’autant plus qu’en 1973, en publiant « Le Camp des saints », j’ai déjà à peu près tout dit là-dessus. Je n’ai pas grand-chose à ajouter, sinon que je crois que les carottes sont cuites. Car je suis persuadé que notre destin de Français est scellé, parce qu’« ils sont chez eux chez moi » (Mitterrand), au sein d’une « Europe dont les racines sont autant musulmanes que chrétiennes » (Chirac), parce que la situation est irréversible jusqu’au basculement définitif des années 2050 qui verra les « Français de souche » se compter seulement la moitié – la plus âgée – de la population du pays, le reste étant composé d’Africains, Maghrébins ou Noirs et d’Asiatiques de toutes provenances issus du réservoir inépuisable du tiers monde, avec forte dominante de l’islam, djihadistes et fondamentalistes compris, cette danse-là ne faisant que commencer.

TOUTE L’EUROPE MARCHE À LA MORT

La France n’est pas seule concernée. Toute l’Europe marche à la mort. Les avertissements ne manquent pas – rapport de l’ONU (qui s’en réjouit), travaux incontournables de Jean-Claude Chesnais et Jacques Dupâquier, notamment -, mais ils sont systématiquement occultés et l’Ined pousse à la désinformation. Le silence quasi sépulcral des médias, des gouvernements et des institutions communautaires sur le krach démographique de l’Europe des Quinze est l’un des phénomènes les plus sidérants de notre époque.

Quand il y a une naissance dans ma famille ou chez mes amis, je ne puis regarder ce bébé de chez nous sans songer à ce qui se prépare pour lui dans l’incurie des « gouvernances » et qu’il lui faudra affronter dans son âge d’homme. Sans compter que les « Français de souche », matraqués par le tam-tam lancinant des droits de l’homme, de « l’accueil à l’autre », du « partage » cher à nos évêques, etc., encadrés par tout un arsenal répressif de lois dites « antiracistes », conditionnés dès la petite enfance au « métissage » culturel et comportemental, aux impératifs de la « France plurielle » et à toutes les dérives de l’antique charité chrétienne, n’auront plus d’autre ressource que de baisser les bras et de se fondre sans moufter dans le nouveau moule « citoyen » du Français de 2050.

LA PREMIÈRE HYPOTHÈSE : LES ISOLATS RÉSISTANTS

Ne désespérons tout de même pas. Assurément, il subsistera ce qu’on appelle en ethnologie des isolats, de puissantes minorités, peut-être une quinzaine de millions de Français – et pas nécessairement tous de race blanche – qui parleront encore notre langue dans son intégrité à peu près sauvée et s’obstineront à rester imprégnés de notre culture et de notre histoire telles qu’elles nous ont été transmises de génération en génération. Cela ne leur sera pas facile.

Face aux différentes « communautés » qu’on voit se former dès aujourd’hui sur les ruines de l’intégration (ou plutôt sur son inversion progressive : c’est nous qu’on intègre à « l’autre », à présent, et plus le contraire) et qui en 2050 seront définitivement et sans doute institutionnellement installées, il s’agira en quelque sorte – je cherche un terme approprié – d’une communauté de la pérennité française.

Celle-ci s’appuiera sur ses familles, sa natalité, son endogamie de survie, ses écoles, ses réseaux parallèles de solidarité, peut-être même ses zones géographiques, ses portions de territoire, ses quartiers, voire ses places de sûreté et, pourquoi pas, sa foi chrétienne, et catholique avec un peu de chance si ce ciment-là tient encore. Cela ne plaira pas.

Le clash surviendra un moment ou l’autre. Quelque chose comme l’élimination des koulaks par des moyens légaux appropriés. Et ensuite ?

Ensuite la France ne sera plus peuplée, toutes origines confondues, que par des bernard-l’ermite qui vivront dans des coquilles abandonnées par les représentants d’une espèce à jamais disparue qui s’appelait l’espèce française et n’annonçait en rien, par on ne sait quelle métamorphose génétique, celle qui dans la seconde moitié de ce siècle se sera affublée de ce nom. Ce processus est déjà amorcé.

LA SECONDE HYPOTHÈSE : LA « RECONQUISTA »

Il existe une seconde hypothèse que je ne saurais formuler autrement qu’en privé et qui nécessiterait auparavant que je consultasse mon avocat, c’est que les derniers isolats résistent jusqu’à s’engager dans une sorte de « Reconquista » sans doute différente de l’espagnole mais s’inspirant des mêmes motifs. Il y aurait un roman périlleux à écrire là-dessus.

Ce n’est pas moi qui m’en chargerai, j’ai déjà donné. Son auteur n’est probablement pas encore né, mais ce livre verra le jour à point nommé, j’en suis sûr.

Ce que je ne parviens pas à comprendre et qui me plonge dans un abîme de perplexité navrée, c’est pourquoi et comment tant de Français avertis et tant d’hommes politiques français concourent sciemment, méthodiquement, je n’ose dire cyniquement, à l’immolation d’une certaine France (évitons le qualificatif d’«éternelle» qui révulse les belles consciences) sur l’autel de l’humanisme utopique exacerbé.

Je me pose la même question à propos de toutes ces associations omniprésentes de droits à ceci, de droits à cela, et toutes ces ligues, ces sociétés de pensée, ces officines subventionnées, ces réseaux de manipulateurs infiltrés dans tous les rouages de l’État (éducation, magistrature, partis politiques, syndicats, etc.), ces pétitionnaires innombrables, ces médias correctement consensuels et tous ces « intelligents » qui jour après jour et impunément inoculent leur substance anesthésiante dans l’organisme encore sain de la nation française.

LES RENÉGATS DE LA FRANCE

Même si je peux, à la limite, les créditer d’une part de sincérité, il m’arrive d’avoir de la peine à admettre que ce sont mes compatriotes. Je sens poindre le mot « renégat », mais il y a une autre explication : ils confondent la France avec la République.

Les « valeurs républicaines » se déclinent à l’infini, on le sait jusqu’à la satiété, mais sans jamais de référence à la France. Or la France est d’abord une patrie charnelle. En revanche, la République, qui n’est qu’une forme de gouvernement, est synonyme pour eux d’idéologie, idéologie avec un grand « I », l’idéologie majeure.

Il me semble, en quelque sorte, qu’ils trahissent la première pour la seconde. Parmi le flot de références que j’accumule en épais dossiers à l’appui de ce bilan, en voici une qui sous des dehors bon enfant éclaire bien l’étendue des dégâts. Elle est extraite d’un discours de Laurent Fabius au congrès socialiste de Dijon, le 17 mai 2003 : « Quand la Marianne de nos mairies prendra le beau visage d’une jeune Française issue de l’immigration, ce jour-là la France aura franchi un pas en faisant vivre pleinement les valeurs de la République. »

Puisque nous en sommes aux citations, en voici deux, pour conclure:

« Aucun nombre de bombes atomiques ne pourra endiguer le raz de marée constitué par les millions d’êtres humains qui partiront un jour de la partie méridionale et pauvre du monde, pour faire irruption dans les espaces relativement ouverts du riche hémisphère septentrional, en quête de survie. » (Président Boumediene, mars 1974.)

Et celle-là, tirée du XXe chant de l’Apocalypse : « Le temps des mille ans s’achève. Voilà que sortent les nations qui sont aux quatre coins de la terre et qui égalent en nombre le sable de la mer. Elles partiront en expédition sur la surface de la terre, elles investiront le camp des saints et la ville bien-aimée. »

Jean Raspail

http://www.medias-presse.info/jean-raspail-au-sujet-des-r...

Génération Identitaire attire l’attention sur la submersion migratoire

gi_2-600x404.jpg

EUROPE (NOVOpress avec le bulletin de réinformation de Radio Courtoisie) : 
Samedi dans la journée, une centaine de militants du mouvement Génération Identitaire sont montés jusqu’au col de l’Echelle à côté de Briançon. La haut, ils ont déployé une bâche massive sur laquelle était inscrit : « Frontière fermée, vous ne ferez pas de l’Europe votre maison. No Way. Rentrez chez vous ». L’opération était menée avec de gros moyens : 4×4, hélicoptères, etc.

C’est la deuxième opération de Génération Identitaire sous la bannière Defend Europe. Il y a six mois, ils avaient affrété un bateau qui sillonnaient la méditerranée au large de la Libye pour alerter les autorités sur la présence de passeurs et de bateaux de clandestins.

Ils ont aussi déployé une barrière symbolique tout le long du col

L’objectif était d’attirer l’attention sur l’arrivée massive d’immigrés clandestins en France. Le col de l’Echelle est un des points de passage connus de clandestins de l’Italie vers la France. Le message de Génération Identitaire était clair. En gros, si nous sommes capables de le faire à cent, qu’attend le gouvernement pour remplir sa mission.

Les réactions ont été nombreuses et immédiates

Marine Le Pen a soutenu a demi-mots l’initiative. Elle a annoncé sur le réseau social Twitter : « L’opération de Génération Identitaire a une conséquence cocasse : toute la gauche s’est plainte en hémicycle que ce ne soient pas les forces de l’ordre qui aillent protéger les frontière #StopMigrantAlpes »

Gérard Collomb a lui refusé de commenter ce qu’il a appelé une gesticulation. Son refus de s’attaquer encore plus durement aux militants identitaires le met sous le feu des critiques de la gauche qui l’accusent de complaisance alors qu’une loi sur l’accueil de migrants est actuellement étudié au parlement.

Dernière réaction, celle des antifascistes italiens qui ont affrété un car et fait passer 150 clandestins sur le territoire français via un autre point de passage.


Marine Le Pen
 
@MLP_officiel

L’opération de Génération Identitaire a une conséquence cocasse: toute la gauche s’est plainte en hémicycle que ce ne soient pas les forces de l’ordre qui aillent protéger les frontières... 
                                                    <div style=

Un colloque maintenu malgré l'ultra-gauche ...

Jean Gugliotta, président de l'Union Royaliste Provençale ouvre le colloque avec Hilaire de Crémiers, directeur de Politique magazine et de la Nouvelle Revue Universelle, et Christian Franchet d'Espèrey, rédacteur-en-chef 

Nous retrouverons  dès demain la grande actualité, l'actualité politique. Nous aurons le temps d'en traiter. Nous revenons ce lundi sur notre colloque de ce dernier samedi à Marseille. 

Colloque que la gauche et l'ultra-gauche radicale prétendaient interdire par la menace ou par la force dont ils sont des habitués, et le faire annuler. Ce qui ne s'est pas produit. 

Nous retraçons plus loin ces circonstances assez particulières et mouvementées parce qu'elles disent  la situation de notre pays ; de notre société.  

Ce ne sont pas seulement les organisateurs du colloque, mais aussi les participants, qui ont dû s'organiser - ils l'ont fait de grand coeur - pour faire face à une situation qui a quelque chose à voir avec ce qu'en France on a appelé la Terreur, car la chose et le mot ont été inventés par et dans notre pays autour de 1793. 

Ce qu'a été ce brillant colloque heureusement maintenu, ce qu'est sa teneur, nous ne le dirons pas ici car une vidéo que nous mettrons en ligne assez vite et plus tard des actes seront bientôt disponibles.   

Disons seulement que ce colloque a été studieux, érudit et brillant. Joyeux aussi, parce que maintenu. Et parce que les équipes de jeunes ont su le prolonger au moment des repas - de midi et du soir - en organisant avec talent et avec dévouement de somptueux buffets où la discussion et l'amitié furent à l'honneur.   

De beaux moments d'unité maurrassienne dans toute sa profondeur. Il faut en remercier les organisateurs et  les intervenants*. 

« J'ai mes livres, j'ai mes disciples, j'ai l'avenir devant moi » avait lancé Maurras à ses indignes accusateurs de Lyon...  

* Hilaire de Crémiers, Christian Franchet d'Espèrey, Stéphane Blanchonnet, Jean-Philippe Chavin, Jean-Baptiste Donnier, Bernard Pascaud, Gérard Leclerc et Jacques Trémolet de Villers.

http://lafautearousseau.hautetfort.com/

Génération Identitaire bloque le passage de la frontière franco-italienne aux immigrés clandestins

6a00d83451619c69e20223c845069a200c-250wi.jpgBelle opération de communication de Génération identitaire, qui s'était déjà fait remarquer en Méditerranée : samedi 21 avril à 9h, une centaine de militants, composés de Français, d’Italiens, de Danois, d’Autrichiens, d’Anglais et d’Allemands, ont pris position au col de l’Échelle, à 25 km de Briançon, dans les Hautes-Alpes, afin de barrer la route aux immigrés clandestins. Le mouvement a pu mobiliser deux hélicoptères qui ont survolé la zone tout au long de l’après-midi.

Depuis l’été 2017, le flot de clandestins empruntant ce passage ne cesse de grandir. Plus de 2 000 immigrés illégaux ont déjà été officiellement été comptabilisés. Combien en réalité ? Plutôt que de débloquer des fonds pour créer de nouveaux centres d’accueil pour les migrants clandestins, ce sont les budgets de la PAF (Police Aux Frontières) qui devraient être musclés.

"Génération Identitaire exige l’arrêt de l’immigration massive et le blocage définitif du passage du col de l’Échelle. Plus aucun clandestin ne doit pouvoir rentrer illégalement en France en empruntant cette voie. Les Français ne veulent plus d’immigration ! La place de ces migrants clandestins n’est ni en France, ni en Italie, mais dans leur pays d’origine. L’opération « Alpes » de Defend Europe est lancée !"

Romain Espino (porte-parole de Génération Identitaire) explique :

«On a repris le contrôle de la frontière franco-italienne pour montrer aux pouvoirs publics qu’avec de la détermination et nos moyens, on peut reprendre le contrôle de nos frontières.Donc on remarque bien qu’il s’agit d’un manque de courage politique.»

Témoignage d'un habitant du briançonnais :

"J'adore ma vallée, ma ville, mais la situation est de pire en pire... Grâce à des gens comme vous, ça peut s'améliorer. Alors j'ai tenu à venir vous soutenir. 95% des gens sont d'accord avec moi."

Pendant que la gauche et l'extrême-gauche deviennent hystériques, la préfecture a simplement indiqué « suivre les opérations » quand le ministre s’est contenté de regretter des « gesticulations ». Dans un communiqué, le préfet des Hautes-Alpes s’est contenté d’indiquer que

« la préfecture et les forces de l’ordre continuent de suivre avec attention et vigilance la poursuite de cette opération afin de prévenir tout trouble à l’ordre public et de garantir le respect du droit« . L’opération « s’est jusqu’à présent déroulée dans le calme».

Pendant ce temps, côté Italiens, les nouveaux trafiquants d'esclaves accompagnent les immigrés clandestins pour les aider à violer la loi. L'extrême-gauche tombe dans le piège en diffusant ce genre d'image, plus anxiogène pour les Français que des étudiants en doudoune bleu ciel bloquant une frontière :

DbZKSgvW4AExq-O

Michel Janva

http://lesalonbeige.blogs.com/my_weblog/web.html

Pour aider le site Synthèse nationale à vous informer quotidiennement, ABONNEZ-VOUS À LA REVUE SYNTHESE NATIONALE !

2018 abn SN.jpg

S'abonner en ligne cliquez ici

Bulletin d'abonnement cliquez là

2018 03 SN 48 SE.jpg

 
 

A Marseille : le Bastion social avec la Syrie de Bachar

31143721_601930596832012_6128532909616791552_o.jpg

Samedi après-midi des militants marseillais du Bastion social ont manifesté leur soutien à la Syrie baassiste en lutte à la fois contre l'islamisme terroriste et contre la coalition mondialiste menée par les Etats-Unis.

31166882_476271146125606_2798486826195615744_n.jpg

Ce fut aussi le cas à Lyon devant le consulat américain.

22/04/2018

LA POLOGNE ET LA HONGRIE FACE À MACRON LE DONNEUR DE LEÇONS

shutterstock_641460385-1000x660.jpg

« Vous voulez à juste raison refonder l’Europe, mais comment voulez-vous refonder l’Europe avec d’anciens pays communistes opposés à l’accueil des réfugiés, des étrangers, l’Europe de Viktor Orbán et de ses discours qui rappellent l’avant-guerre ? », a demandé au Président français le journaliste-propagandiste Jean-Jacques Bourdin, lors de la dernière interview d’Emmanuel Macron pour les médias du système BFM TVRMC et Mediapart.

« Je prends d’abord l’Europe telle qu’elle est », a répondu le Président. Macron ne partage rien des valeurs de Viktor Orbán, et c’est bien dommage, « mais il est là, il est élu ». L’explication du Président français face à la montée des populismes : des démocraties qui s’habituent à leurs faiblesses, aux injustices et aux problèmes économiques, avec des populismes qui « les dénoncent moralement mais ne s’attaquent pas aux causes ». En face des vraies démocraties comme la France, les « démocraties illibérales [qui] disent : “Vous voyez, ces gens-là sont faibles, alors ne respectons plus la démocratie, affranchissons-nous de l’indépendance de nos magistrats, allons de l’avant” : la Pologne, la Hongrie, certains en Roumanie. […] C’est pour cela que je veux en France une démocratie forte et vivante », rassure Macron.

Plutôt fort de café, cette histoire d’indépendance des magistrats dans la bouche d’un Président élu grâce à l’élimination du principal candidat d’opposition, François Fillon, par un travail combiné de son mentor François Hollande, d’un parquet financier dont les magistrats avaient été nommés par les socialistes et qui n’aurait jamais dû se saisir de l’affaire, de juges particulièrement zélés en période électorale et de médias au service de la gauche. Mais ce ne sont pas les journalistes de BFM TV et de Mediapart qui vont lui poser des questions gênantes là-dessus…

« Il y a, en Europe, une montée de gens qui remettent en cause l’État de droit », a poursuivi Macron, « dans notre pays, l’État de droit est respecté ». Comme à Mayotte et à Notre-Dame-des-Landes, ou encore dans les quartiers « difficiles » ? Culotté, le Président Macron, de prétendre que l’État de droit est mieux respecté en France qu’en Pologne et en Hongrie, où les zones de non-droit n’existent pas.

En France, a encore dit Macron aux deux journalistes « d’opposition » qu’il s’était choisis – Bourdin et Plenel –, on peut « critiquer le Président comme vous le faites. […] Cet exercice devient impossible dans certains pays européens, ce qui est un recul ».

Le Président français croit-il vraiment qu’il devient impossible de critiquer le pouvoir en Pologne et en Hongrie ? Ce n’est pourtant pas dans ces deux pays qu’on a vu tous les grands médias soutenir comme un seul homme le candidat qui allait gagner les élections, mais bien en France. Ce n’est pas, non plus, en Pologne et en Hongrie que le pouvoir adopte toujours plus de lois pour museler la liberté d’expression sous couvert de lutte contre le racisme, l’islamophobie, l’homophobie ou les « fake news ».

Quant à ces populismes qui, selon Macron, dénoncent moralement la faiblesse des démocraties sans s’attaquer aux causes, il n’a qu’à regarder d’un peu plus près les résultats obtenus par le Fidesz en Hongrie et le PiS en Pologne : baisse du chômage, réduction des déficits publics, inversion de la courbe des naissances, arrêt de l’immigration illégale…

Évidemment, c’est toujours plus facile de critiquer les autres que de régler les problèmes chez soi. À l’inverse, Angela Merkel, contrairement aux médias allemands, ne critique jamais ouvertement ses partenaires du groupe de Visegrád. Il faut dire que le commerce extérieur de l’Allemagne avec le V4 est de plus de 50 % plus volumineux qu’avec la France. Pendant que Macron fanfaronne et insulte les partenaires de la France, Merkel protège discrètement les intérêts économiques de l’Allemagne, et le Président français n’a toujours pas fait avancer son projet européen d’un iota.

http://www.bvoltaire.fr/pologne-hongrie-face-a-macron-don...

Université d'été d'Académia Christiana : Rebâtir la cité en ré-enracinant la politique

Academia Christiana organise sa 6eme université d’été. Du lundi 20 au dimanche 26 août à Sées (61)

Michel Janva

http://lesalonbeige.blogs.com/my_weblog/web.html

L’indispensable radicalisation de la Nation française

Godefroi-de-Bouillon.png

Bernard Plouvier

On ne cesse de nous parler d’islamistes « radicalisés », alors qu’ils ne sont que des fanatiques prêts à tuer n’importe qui dans le cadre de leur Djihâd moyenâgeux et oriental. Une fois encore, les fabricants d’opinion publique jouent sur les mots (en termes nobles : ils usent et abusent des confusions sémantiques) pour tromper les nations européennes.

Le terme « radical » implique le refus de transiger avec ses principes d’ordre éthique et les nôtres sont simples et démocratiques : travail, famille, patrie européenne, égalité de tous devant la Loi, strict respect des libertés d’opinion et d’expression, laïcité de l’État (ce qui implique de combattre tout fanatisme religieux), enfin respect de la logique géographique – ce qui signifie que pour devenir membre de la Nation française, il faut, par définition, appartenir à la race européenne.

Toute mixité raciale ne peut que créer une société multiraciste. De même, les cultures exotiques ne sont que des curiosités pour esthètes, à la façon des pièces de musée ethnographique. L’Europe est riche de sa race civilisatrice et d’une culture plurimillénaire ; elle n’a nullement besoin d’importer du fatras exotique, sauf à titre de curiosités (comme l’on disait au XVIIIe siècle).

Les partisans des sociétés multiraciales et multiculturelles peuvent s’expatrier là où l’on aime le genre pot-pourri, par exemple dans les Amériques. Mais nous autres, Européens, n’avons pas à subir les effets pervers d’un afflux monstrueux – par le nombre, la brutalité et l’insociabilité – d’immigrés inadaptés à nos conditions de vie, parce qu’étant issus de pays sous-développés, aux mentalités opposées à la véritable modernité.

La vie moderne est faite d’un travail où l’intelligence et l’adaptation ont remplacé la force physique, nettement moins efficace et contrôlable que l’énergie matérielle. Elle est faite aussi de respect absolu de la vie privée, des sentiments d’autrui, de la liberté de penser et de s’exprimer pour tout citoyen honnête. La vie publique moderne est donc laïque, le phénomène religieux étant d’ordre strictement privé.

Notre conception de la vie est en tout point opposée au fanatisme mahométan. Dans la société islamique, totalitaire comme toute société à dogme unique – qu’il soit de nature religieuse ou politique ne fait rien à l’affaire –, le moindre crétin fanatique peut dénoncer son « frère » en Allah, comme autrefois le communiste dénonçait au Parti ou à la police politique le « camarade déviant » ou « l’ennemi de classe ».

Envahies, appauvries, meurtries, les nations européennes doivent contre-attaquer. Le milieu politico-médiatique étant, sinon entièrement pourri, du moins assez faisandé et largement pénétré par la propagande globalo-mondialiste, métisseuse de races et de cultures, les Nations ne peuvent espérer de salut que par le populisme.

Un mouvement populiste efficace doit diffuser quotidiennement sur les réseaux sociaux un bilan des pillages, incendies, scènes de vandalisme, rackets et viols perpétrés par la racaille (autochtone et immigrée), de façon à ce que même le bobo le plus larvaire comprenne, grâce aux images et au discours, simple et véridique, que notre pays est délabré par l’effet d’un mauvais usage de l’argent public, dévasté de façon pluri-hebdomadaire par des individus hautement indésirables et que des citoyens français y sont molestés de façon pluriquotidienne.

L’on n’a pas besoin du discours néolibéral des mollassons du « Front National nouvelle vague ». L’on a besoin d’images du désastre français et de l’invasion exotique. L’on a besoin d’un avatar de Jean-Marie Le Pen, jeune et charismatique, qui ne dise pas de sottise par goût immodéré de la provocation : les faits réels sont suffisamment graves pour qu’on n’y adjoigne pas de polémique stupide sur le passé. Seuls comptent le présent et l’avenir.

Il est absurde de discuter de problèmes économiques, financiers, sociaux, etc. tant que l’on n’a pas défini une attitude générale de défense vigoureuse – ce qui implique une action dure – de nos valeurs et tant que l’on n’a pas pris la ferme décision de rejeter l’envahisseur inassimilable.

La globalisation de l’économie fait de l’Europe (à l’exception de l’Allemagne, pour l’instant) un désert industriel. C’est le seul problème économique et social à régler d’urgence… alors que les démagogues parlent de réduire la quantité de travail à fournir par ceux qui ont (encore) un emploi !

L’ouverture des frontières aux êtres et aux biens, fondement de la société globalo-mondialiste, fait de l’Europe un caravansérail pour inadaptés, tout en créant les conditions optimales pour une fin de civilisation.

L’Europe ne sera de nouveau forte que lorsqu’elle ne contiendra que des Européens de souche et n’englobera que des terres européennes. Les territoires extra-européens doivent être abandonnés, sauf s’ils sont peuplés quasi-exclusivement d’Européens (tels le Groenland et les îles Saint-Pierre-et-Miquelon, qui appartiennent à la plaque tectonique nord-américaine). Les DOM-TOM ne font en aucun cas partie intégrante de la France : la décolonisation doit être complétée, tant pis pour les nostalgiques du XIXe siècle conquérant.

A contrario, il faut organiser sans faiblesse le retour intégral en leurs terres d’origine des Extra-Européens. La preuve est faite, et largement, du caractère inassimilable des populations exotiques demeurées primitives, même si les rares élites d’origine extra-européenne s’assimilent assez aisément… mais que font ces personnes en Occident ? Leur devoir, envers leur race et leur continent, est de retourner dans leurs contrées d’origine pour les civiliser.

Pour défendre nos valeurs, nous devons radicaliser notre discours, mais surtout nos actes. La seule radicalisation efficace, c’est d’organiser des manifestations de grande ampleur, soit témoigner de notre force. Les arguments logiques sont manifestement inopérants auprès des pantins qui se sont hissés aux apparences du Pouvoir pour servir des maîtres non-européens. La preuve est faite que l’expression de la volonté populaire est biaisée par le matraquage médiatique au service du pouvoir économique, ce qui revient à dire : la Finance.

Le discours populiste n’est en aucun cas suffisant. Un mouvement populiste doit être orienté vers un militantisme politique pour reconquérir les rues et les places publiques, de façon à permettre la libre expression de tous – et plus seulement celle des pseudo-gauchistes, nervis de la finance cosmopolite, et des forts en gueule exotiques – et pour assurer la libre déambulation, ce qui implique d’aider les forces de l’ordre, totalement dépassées, à lutter contre les bandes de sauvages qui pillent, violent, incendient, rackettent, molestent.

L’organisation de milices non-armées d’autodéfense, constituées de deux ou trois dizaines d’hommes rompus aux sports de combat, est la seule véritable démarche citoyenne, dans le contexte de la France urbaine actuelle.

L’époque du bobo consommateur béat, tiers-mondiste et féministe, est révolue – aux USA comme en Europe, d’ailleurs, mais la décrépitude de la classe moyenne d’Outre-Atlantique est dépourvue d’intérêt pour les Européens, qui n’ont pires ennemis que les financiers installés en Amérique du Nord qui façonnent l’opinion mondialiste.

Finies les années de jouissance molle et de bêtise crasse. Commencent les années rudes de la guerre des races et des religions en notre Europe. Ou nous nous battrons, ou nos descendants seront esclaves… comme les Européens de l’Est le furent des Mongols, puis des assassins marxistes.

L’avenir de notre continent dépend de notre action.

EuroLibertés cliquez ici

http://synthesenationale.hautetfort.com/

Melvin Tallier présente le CERF Cercle d'études pour la Renaissance Française

Mélenchon veut agir contre les identitaires car «Delanoë s’était pris 7 coups de poignards à Paris» (L’agresseur était Azedine Berkane, d’origine algérienne

Jean-Luc Mélenchon « adjure » Gérard Collomb d’agir contre les groupes identaires qui menacent les migrants et les politiques : « Delanoé s’était pris 7 coups de poignards à Paris, c’est votre devoir de nous protéger, et les migrants aussi ».

Nils Wilcke
 
@paul_denton

Grave, @JLMelenchon, "adjure" Gérard Collomb d'agir contre les groupes identaires qui menacent les migrants et les politiques : "Delanoé s'était pris 7 coups de poignards à Paris, c'est votre devoir de nous protéger, et les migrants aussi"

08/10/2012 : L’agresseur de Delanoë était un « un déséquilibré » d’origine algérienne, Azedine Berkane

L’auteur du coup de couteau sur Bertrand Delanoë, Azedine Berkane, était passé par Lourdes en juin dernier. Le 26 juin, au cours d’un banal contrôle d’identité, les policiers lourdais l’avaient interpellé alors qu’il se trouvait en compagnie de plusieurs SDF à proximité de l’entrée des sanctuaires. « C’est en vérifiant l’identité qu’il nous avait donné que nous avons découvert qu’il faisait l’objet d’une fiche de recherche dans l’intérêt des familles », se souvient l’un des policiers. La mère de Berkane avait en effet signalé sa disparition du domicile familial le 25 février. Depuis, ses parents, un couple d’Algériens, n’avaient plus aucune nouvelle de lui.  […]

L’homme, âgé de 39 ans, doué pour l’informatique, a un casier judiciaire alourdi par une succession de menus larcins. Gros fumeur de haschisch, et à ce titre considéré comme toxicomane, il est condamné une première fois en 1980, à l’âge de dix-sept ans, pour un vol de voiture. Par la suite, il est interpellé en 1985 pour dégradations de véhicules et recel de vol, puis en 1988, 1989 et 1990 pour trafic de stupéfiants. En 1992, il est condamné pour dégradation de biens publics et une dernière fois en 1993 pour trafic de drogue. […]  Il dit détester les hommes politiques parce qu’ils ne lui ont jamais fourni de travail, ainsi que les homosexuels, que sa religion réprouve. Samedi soir, il a croisé dans les couloirs de la mairie de Paris Bertrand Delanoë, l’homme qui incarnait l’objet de sa haine. Hier soir, il a été mis en examen pour « tentative d’assassinat » et écroué.

La Dépêche

http://www.fdesouche.com/993145-melenchon-veut-agir-contr...

Il y a 16 ans JJ, Sondage 2022.

Le projet de loi immigration : Des mesures de durcissement « bidon » cachant plusieurs dispositions qui accentueront l’invasion

Chronique de Paysan Savoyard

(n°197 – avril 2018) 

Le projet de loi du gouvernement intitulé « Pour une immigration maîtrisée et un droit d’asile effectif » se présente comme un texte équilibré. Il affirme viser à la fois l’ouverture – améliorer l’accueil des personnes en situation régulière – et la fermeté – éloigner plus efficacement du territoire les personnes en situation irrégulière -.

En réalité le caractère équilibré du projet est factice et la fermeté affichée un trompe-l’œil : les mesures de durcissement que le projet contient sont des mesurettes « bidon » visant à camoufler et à faire passer en douceur les autres dispositions du texte, qui sont elles destinées à accroître l’immigration.

Nous citerons ci-après les principaux articles du projet de loi et certains passages importants, avec le numéro de page correspondant, de l’étude d’impact annexée au projet. Nous renvoyons d’autre part à cette précédente chronique, dans laquelle figure une présentation générale du dispositif de l’asile.

  1. Les flux d’immigration ne cessent d’augmenter

Il faut rappeler tout d’abord le contexte dans lequel ce projet s’inscrit : le rythme de l’immigration s’est encore accéléré depuis que M. Macron a été élu.

  • L’immigration régulière

Les immigrés non européens entrés de façon régulière en France métropolitaine pour s’y installer (regroupement familial, étudiants, immigration de travail, asile) ont été 267.000 en 2017. Ce nombre, en augmentation de 14 % par rapport à l’année précédente, constitue un record, jamais atteint jusqu’à présent (voir cette chronique).

  • Les demandes d’asile

Les demandes d’asile sont elles aussi en augmentation constante. En 2017 elles se sont élevées à 92.830 (73.689 premières demandes + 19.141 mineurs accompagnant le demandeur). Ce nombre, en augmentation de 18 % par rapport à l’année précédente, est là aussi un record (pages 29 et 58 de l’étude d’impact).

Encore faut-il ajouter à ces chiffres les « demandeurs placés sous procédure Dublin », c’est-à-dire les personnes demandant l’asile en France alors qu’elles sont entrées en Europe dans un autre pays que la France (les accords de Dublin prévoient d’une part que c’est le premier pays dans lequel l’étranger a été enregistré qui doit traiter la demande d’asile, et d’autre part que l’étranger concerné, s’il a gagné un autre pays d’Europe, doit être reconduit dans le pays qui traitera sa demande).

Le nombre des « dublinés » entrés en France en 2017 et ayant présenté une demande d’asile est de près de 30.000 personnes. Le nombre total de nouvelles demandes d’asile présentées en France, mineurs accompagnants compris, atteint donc en 2017,  121.200 (p. 10).

  • Les demandes d’asile satisfaites

Les demandes d’asile satisfaites augmentent elles très fortement. En 2017, l’asile a été accordé à 35.825 personnes, soit une hausse de 56 % par rapport à l’année précédente (p. 21 et 30).

Lire la suite sur Paysan savoyard.

La « décivilisation » est si délétère que cela entraînera la remise en cause de la loi Taubira

6a00d83451619c69e20224df2c82a6200b-800wi.jpgÀ l’occasion du cinquième anniversaire de La Manif Pour Tous, L'Incorrect a interrogé sa présidente, Ludovine de La Rochère. Extrait.

Dans une tribune libre accordée à Libération, Guillaume Lecaplain juge que La Manif Pour Tous « a eu raison sur tout », c’est-à-dire qu’elle aurait su anticiper les suites de la légalisation du mariage entre couples de même sexe, soit la PMA ouverte aux femmes homosexuelles en chantier ou l’autorisation de l’adoption pour des couples homosexuels. Avez-vous le même avis ?

Cette tribune est très intéressante parce qu’elle reconnaît ce que tous les partisans de la loi Taubira n’ont cessé de nier, à savoir, d’abord, que le mariage de deux hommes ou de deux femmes est effectivement lié à l’idéologie du genre, ensuite que l’adoption était bien concernée ainsi que la PMA sans père et la GPA et enfin qu’il s’agit bien d’enjeux de civilisation. En revanche, l’auteur prétend qu’il ne s’agit pas d’aller vers l’instauration d’un « droit à l’enfant », ce qui est faux : sans doute attend-il encore pour reconnaître la vérité de cette analyse ! Par ailleurs, il n’évoque pas la redéfinition de la filiation, qui est pourtant bien au cœur du sujet aussi. Or la filiation, c’est le lien charnel entre un enfant et son père ou sa mère. Autrement dit, elle est ou elle n’est pas : la filiation ne se décrète pas et ne saurait donc être fondé sur « l’engagement parental », nouveau concept fumeux ! Il est d’ailleurs fascinant de constater que lorsque l’on nie la réalité, on invente alors tout et n’importe puisqu’on s’est dégagé de la contrainte du réel !

Si vous aviez effectivement « raison sur tout », pourquoi n’avez-vous pas pu stopper cette marche en avant ?

En réalité, si la loi Taubira a été malheureusement votée, cette « marche en avant » a bien été stoppée. D’ailleurs Erwann Binet, le député rapporteur de la loi à l’Assemblée nationale a déclaré lui-même au printemps 2016 dans une interview à l’hebdomadaire Marianne : « La victoire de La Manif Pour Tous est d’avoir congelé les ambitions sociétales de la gauche ». En effet, de nombreuses victoires législatives ont été obtenues, et c’est véritablement historique dans le domaine sociétal ! Les plus importantes sont les reculs successifs sur la légalisation de la PMA sans père, le retrait du délétère projet de loi « familles » de la ministre Dominique Bertinotti le lendemain de la manifestation du 2 février 2014, le retournement de position de Manuel Valls sur la GPA la veille de la manifestation du 5 octobre 2014, le retrait du projet d’ouverture de l’adoption pour les couples pacsés et concubins en 2015, l’abandon de la proposition de loi APIE (« autorité parentale et intérêt de l’enfant »). Cette proposition visait la mise en place du statut du beau-parent. François Hollande avait promis aux associations LGBT à l’été 2016 qu’il allait relancer le processus parlementaire… mais il y a eu la manifestation du 16 octobre 2016 !

Ainsi, contrairement à ce que beaucoup croient, les victoires sont bien réelles, ce que savent d’ailleurs très bien les médias et les associations LGBT. C’est pourquoi ils évoquent tous les jours dans leurs propos et leurs colonnes La Manif Pour Tous. Je pourrais aussi évoquer les multiples initiatives nées de La Manif Pour Tous ou encore le fait que l’exemple français a boosté la résistance de nombreux pays contre la déconstruction de la filiation et de la famille, avec de beaux succès comme la constitutionnalisation du mariage homme-femme en Croatie ou le retrait de l’adoption dans le projet de loi d’union civile en Italie. Vous me demandiez donc « pourquoi nous n’avons pas pu stopper cette marche en avant », mais le fait est qu’elle a été stoppée. Evidemment, nous aurions souhaité la stopper avant le vote de la loi Taubira et par ailleurs, l’ouvrage est toujours à recommencer puisque le mariage entraîne la filiation et donc ces revendications de PMA sans père et de GPA sont toujours aussi pressantes. Néanmoins, tous les Français qui se mobilisent peuvent être fiers de ce qu’ils ont accompli grâce à leur persévérance malgré le vote de la loi Taubira.

Croyez-vous que LMPT a été respectée par l’exécutif Hollande ? Cela se passe-t-il mieux avec Emmanuel Macron ?

La Manif Pour Tous a été évidemment mal traitée par Hollande qui a utilisé tous les moyens les plus malhonnêtes. De fait, « qui veut noyer son chien l’accuse de la rage », d’où les accusations stupéfiantes de mauvaise foi à l’encontre des manifestants, réitérées d’ailleurs dans cette tribune de Libération. Facile, quand la plupart des médias sont partisans ! Néanmoins, François Hollande n’a pas tué La Manif Pour Tous, bien au contraire ! Quant à Emmanuel Macron, sa crainte de nouvelles mobilisations est connue. Il a de fait vécu de l’intérieur, à l’Elysée puis comme ministre, l’impact du mouvement social et le coût politique de telles transgressions. Il multiplie donc les précautions pour essayer de les éviter tout en essayant d’avancer vers la légalisation de la PMA sans père. Cela prouve que, malgré sa grande habileté, il n’a pas compris les ressorts profonds qui font que, évidemment, si besoin, il y aura à nouveau des centaines de milliers de Français dans la rue !

Quel bilan dressez-vous après cinq ans de lutte et de militantisme ? Reviendra-t-on un jour en arrière ? Ou, considérez-vous que le mariage pour les couples de même sexe, l’adoption « pour tous », ou encore la PMA « pour toutes » (en projet) soient désormais gravés dans le marbre pour plusieurs décennies, suivant un mouvement parti de l’Occident et s’exportant présentement en Amérique du Sud et en Asie ?

Permettez-moi d’abord de redire que la PMA sans père (n’employons pas les slogans de ses partisans !) est toujours interdite en France, contrairement à ce que prévoyait François Hollande et ses partisans. Et j’insiste sur le fait que la partie n’est pas perdue, bien au contraire. Emmanuel Macron a posé pour condition l’existence d’un « large consensus » : à nous de montrer qu’il n’existe pas et n’existera pas ! Il serait dramatique et irresponsable pour l’avenir de baisser les bras, et surtout au moment où les états généraux de la bioéthique montrent incontestablement que l’opposition à la PMA sans père est immense. Tous les observateurs, y compris les médias régionaux et nationaux en témoignent eux-mêmes. Et j’ajoute que le consensus n’existe pas plus chez les politiques, les scientifiques, les juristes, etc.

La « décivilisation », la réification de la personne comme la logique transhumaniste, qui caractérisent la PMA sans père, la GPA et autres pratiques du même acabit (PMA post-mortem, vente d’embryons sur étagères, eugénisme, etc) sont si délétères pour l’humanité que je crois vraiment possible un retournement spectaculaire. Et quel que soit le temps que cela prendra, cela entraînera la remise en cause du mariage de deux hommes ou de deux femmes puisqu’il fonde la filiation. Mais évidemment, cela ne se fera pas tout seul. Imaginer qu’on atteindra « le fond » et que de là « on remontera », comme je l’entends parfois, est une illusion. D’abord, comme je le disais, une fois déconnecté du réel, il n’y a plus de limites, le fond est donc sans fin. Ensuite, « on ne remontera pas tout seul ». Et, naturellement, plus on intervient tôt dans cette déconstruction, plus les difficultés seront surmontables. [...]"

http://lesalonbeige.blogs.com/my_weblog/2018/04/la-d%C3%A...

Russia Today, un danger pour la France… ou pour Macron?

rt-france-russia-today-macron-1200x725.jpg

Xenia Fedorova, la patronne de Russia Today France, janvier 2018. SIPA. AP22151430_000001

La chaîne de télévision est peut-être surtout coupable de sa différence par Martin Pimentel

En commençant à émettre ses programmes en français en décembre dernier, la chaîne d’information en continu Russia Today (RT) se lançait dans un paysage audiovisuel saturé. Sa diffusion est pour l’instant confidentielle et elle ne communique pas ses audiences : on ne peut la recevoir que sur Free ou via son site internet. Dans ces conditions, on aurait presque envie de dire ironiquement aux Russes : « Bonne chance… » C’était sans compter sur la « macronie » et ses médias !

Lire la suite sur Causeur