Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

02/06/2017

Eléonore Bez (FN) : « En ce moment, Marseille vit à l’heure du ramadan »

Eleonore-Bez-2-300x300.jpg

8874-20170603.jpgEleonore Bez est candidate FN aux élections législatives dans la 6e circonscription des Bouches-du-Rhône, qui comprend le 9e et une partie du 10e arrondissement de Marseille. Oui, l’immigration a transformé le visage de sa ville. « Si ce n’est pas un remplacement, en tout cas, ça y ressemble », confie dans cet entretien au quotidien Présent celle qui est aussi conseiller régional de Paca, alors que Marseille vit à l’heure… du ramadan.

— Vous avez grandi à Marseille, votre 6e circonscription des Bouches-du-Rhône s’étend de Mazargues aux Calanques en passant par les Baumettes, qu’est-ce que l’âme de Marseille que vous affirmez défendre et vouloir préserver ?

— Je suis née à Paris et arrivée à Marseille à l’âge de sept mois. Marseille est ma ville et celle de ma famille maternelle depuis des générations. Une partie de ma famille est enterrée au cimetière de Mazargues. Pratiquement, chaque quartier, que l’on appelle ici « noyaux villageois », porte le nom d’un saint et a son église. Marseille est une ville avec une histoire des plus riches : grecque, romaine, ligure, provençale et profondément française. C’est aussi le premier port où sont arrivés nos compatriotes pieds-noirs et harkis qui ont été si indignement et ignoblement accueillis par Gaston Deferre après l’infâme trahison des Accords d’Evian.

La vraie richesse c’est sa terre et ma terre c’est Marseille. Je me battrai pour préserver cet extraordinaire patrimoine des politiques mondialistes qui ont tant abîmé notre pays et notre ville, véritable laboratoire des politiques d’immigration massive depuis 40 ans.

Eleonore-Bez-Affiches-300x225.jpg— Quelles sont les problématiques sur lesquelles vous avez axé votre campagne ?

— Depuis près d’un an, j’arpente la circonscription et j’assiste aux Comités d’intérêt de quartiers à l’écoute des habitantes et des habitants : les commerces qui ferment les uns après les autres au profit des grands supermarchés sans âme, les villages qui deviennent de simples voies de passage vers les différentes autoroutes, l’insécurité et le communautarisme.

Je vais prendre l’exemple qui est le plus frappant : le quartier de la Capelette que j’ai connu enfant et qui était un quartier populaire, tranquille. Aujourd’hui ce quartier vit au rythme de la mosquée qui est une des plus grandes de la ville et qui risque d’être encore agrandie au vu de l’affluence. Chaque vendredi les rues sont bloquées par des « vigiles » de la mosquée qui empêchent le stationnement des riverains.

Tous les commerces traditionnels ont été remplacés par des commerces communautaristes, des alimentations de nuit et des bars à « chichas » dont chacun sait que la plupart sont des « blanchisseries » pour laver l’argent des trafics des cités de la ville.

Les habitants que j’ai rencontrés m’ont tous confié leur exaspération devant cette situation. La pratique de l’islam lorsqu’elle est respectueuse des lois de la République et de la laïcité est bien évidemment possible mais aujourd’hui elle apparaît trop souvent utilisée à des fins idéologiques, politiques à l’encontre de la laïcité républicaine.

J’ai essentiellement axé ma campagne sur la lutte contre l’insécurité qui détruit la vie de nos quartiers, nous proposons de réarmer physiquement et moralement les effectifs de police. Nous avons dans la circonscription une cité où les forces de l’ordre ne rentrent pas, c’est La Cayolle dans le IXe arrondissement et le commissariat de cet arrondissement est fermé le soir et le week-end ! Je me bats aussi pour la protection des artisans, des commerçants, des TPE-PME contre la fiscalité confiscatoire de Macron. Pour la défense de nos retraités, nombreux dans les IXe et Xe arrondissements, pour lesquels il faut revaloriser le minimum vieillesse et supprimer la CSG. La lutte contre le communautarisme est fondamentale parce que la seule communauté qui assimile et qui est garante de l’unité de la France, c’est la communauté nationale.

Pour cela, il est essentiel de réapprendre à nos compatriotes l’amour de la France et le respect de son histoire. Et cela passe, par exemple, par ne plus jamais permettre que l’on insulte comme l’a fait Emmanuel Macron les harkis et les pieds-noirs qui ont tout donné pour leur pays. Je les rencontre régulièrement. Ma directrice de campagne qui habite dans cette circonscription est pied-noir.

— Vous avez vu changer et même remplacer la population de cette ville et de sa périphérie, vous avez suivi les étapes de son islamisation. Que peut faire un député de plus contre les homicides, le trafic de drogue, le communautarisme, les mosquées salafistes ?

— Oui, la population a changé comme dans beaucoup de grandes villes de France et si je ne suis pas une adepte des grandes théories, je vis ma ville chaque jour : si ce n’est pas un remplacement, en tout cas, cela y ressemble beaucoup.

L’islamisation de la ville est un fait. En ce moment, Marseille vit à l’heure du ramadan.

Le désespoir est une sottise en politique, il n’est jamais trop tard pour proposer à tous les Marseillais qui aiment la France de la défendre. 240 morts en France au nom d’une idéologie religieuse meurtrière : déposer des bougies et des fleurs c’est gentil mais ça ne sert à rien. Lutter contre le laxisme judiciaire, faire appliquer la loi tout simplement, c’est ça aussi le travail du député. C’est pour cela que nous devons former un groupe à l’Assemblée. Le Front national avec Marine Le Pen est le seul parti d’opposition crédible face au gouvernement Macron.

— Qui sera votre plus redoutable adversaire ici ? Le candidat sortant LR Guy Teissier en place depuis 30 ans, l’abstention, le candidat de Mélenchon, ou l’état de grâce de Macron ?

— Mélenchon, Les Républicains et En marche ne sont pas crédibles. Pris un à un, ils représentent très peu d’électeurs. Quant au candidat Guy Teissier, on le distingue mal désormais de son adversaire d’En Marche : il a soutenu Fillon qui a appelé à voter Macron sans même attendre 20 h 15 le 23 avril. Il distribue le programme de Baroin qui drague Macron, il soutient la majorité Muselier-Estrosi à la Région et c’est de cette majorité qu’est issue Mme Leprettre, qui est candidate En Marche… Guy Teissier meurt de peur de perdre ses dernières prébendes et essaie de sauver son 6e mandat ! Pour un homme qui dans sa jeunesse a été au PFN, il se serait grandi en se positionnant clairement en faveur de Marine Le Pen mais il a définitivement claqué la porte à ses convictions préférant ses dernières ambitions.

C’est à cause de ces escroqueries politiques et morales que beaucoup d’électeurs sont las d’aller aux urnes, voyant chaque fois leurs espoirs trahis. Mon principal adversaire c’est l’anti-France. C’est pour cela que j’appelle chaque électrice et électeur de cette 6e circonscription à me choisir, à choisir le Front national, à choisir la France.

propos recueillis par Caroline Parmentier

Entretien paru dans Présent daté du 3 juin 2017

https://fr.novopress.info/

Un groupe FN à l’assemblée?

La République En Marche, le  gouvernement,  le Premier Ministre Edouard Philippe, en plein accord bien évidemment avec le président de la République,  font bloc derrière Richard Ferrand. Le ministre de la cohésion des territoires -voir notre article publié hier-  est empêtré dans l’affaire dite des Mutuelles de Bretagne qui apporte chaque jour comme ce fut le cas dans l’affaire Fillon, son lot de révélations embarrassantes. Même si les agissements de M. Ferrand n’étaient pas, stricto sensu et a priori, répréhensibles sur le plan pénal, ils jettent une tâche, un discrédit sur les promesses de Emmanuel  Macron de privilégier une certaine éthique, d’en finir avec les vieilles combines, les vieilles pratiques de la confusion des genres dont les Français ne veulent plus.

Cet acharnement d’Emmanuel Macron à ne pas lâcher Richard Ferrand peut peut-être s’expliquer par la volonté de ne pas châtier un soutien de la première heure de sa campagne, par une volonté de ne pas plier devant une campagne médiatique, mais sur un plan plus politique et comptable elle est moins évidente. Tous les observateurs le savent, les révélations du Canard Enchaîné et d’autres organes de presse sur cette affaire Ferrand instillent le doute dans l’esprit de certains électeurs tentés par le vote en faveur de La République en Marche (LREM). Une baisse de seulement un ou deux points dans les urnes  peut priver le 18 juin le parti du président de 30 à 50 députés, de la majorité absolue à l’Assemblée que lui promettent les sondages. Une démission de M. Ferrand aurait le mérite de la clarté…

Les dernières enquêtes créditent ainsi les candidats de LREM de 29 à 31% des voix ( 320 à 350 députés dans l’hypothèse haute de cette fourchette, soit la majorité absolue), le FN et LR de 17 à 20%, la France Insoumise (FI) de 11 à 14%, le PS de de 6 à 9%. La réalité de ce Système soudé par des intérêts communs et une même volonté de rester dans l’entre-soi, un même rejet des idées nationales dont il faut étouffer l’expression, apparaît clairement à la lecture de la projection établie du nombre de sièges au prorata des pourcentages recueillis.  BFMTV qui fait état du  sondage Kantar Sofres-Onepoint pour RTL, Le Figaro et LCI indique ainsi qu’outre les 320 à 350 députés LREM-MoDem qui, en toute hypothèse,  gagneraient les travées de l’Assemblée en juin avec un score de 31%; l’attelage LR-UDI capterait 140 à 155 sièges avec 18%, FI 20 à 30 parlementaires avec 12% d’intentions de votes (avec l’appui des 2% du PC), le PS 40 à 50 députés avec 8% des voix…et le FN seulement 10 à 15 députés s’il rassemblait 17% des suffrages.

Cet écart constaté entre le pourcentage et le nombre de députés pour le FN par rapport aux autres formations trouve principalement sa source dans les accords  de désistements  réciproques des partis sociaux-libéraux, sociaux-démocrates, euromondialistes pour faire barrage au FN. Le fameux front ripoublicain réactivé officiellement par François Baroin qui a mis fin à la parenthèse du ni-ni (ni FN, ni PS) instituée en leur temps à l’UMP par Jean-François Copé et Nicolas Sarkozy.

Cette collusion LR-LREM (et PS) a au moins le mérite de la clarté, note Bruno Gollnisch,  puisque les différences programmatiques entre les deux partis ont  l’épaisseur d’une feuille de papier à cigarette, ce que confirme l’arrivée au gouvernement à des postes clés de transfuges de la droite libérale. Les cadres de LR se réclamant de la droite de conviction, patriote, gaullo-identitaire, sommés une nouvelle fois de manger leur chapeau en tireront-ils (enfin) les conclusions qui s’imposent?

En attendant ce vœu de front antinational en cas de victoire possible du FN exprimé par François Baroin et une large partie des instances de LR, répondant à la demande formulée officiellement en premier par le juppéiste Gilles Boyer,  a été salué par le premier secrétaire du  PS, Jean-Christophe Cambadélis,  et le porte-parole du gouvernement,  Christophe Castaner.

Hier, M. Castaner a confirmé sur LCI l’accord LR-LREM-PS: « Partout où le candidat de La République en marche (LREM), en se maintenant (au second tour, NDLR) ferait prendre le risque d’une élection du Front National, partout nous retirerons notre candidat, et partout où le maintien du candidat nous permettra d’empêcher cette élection, nous nous maintiendrons». Ce deal permettrait aussi de comprendre en quoi l’affaire Ferrand n’est pas considérée comme prioritaire par le président de la République, assuré quoi qu’il en soit d’obtenir la majorité qu’il souhaite pour mener sa politique…

« LR n’est pas un parti d’opposition à Emmanuel Macron, c’est un strapontin à la majorité présidentielle » a justement constaté Marine Le Pen. Autant dire que nos compatriotes ont tout intérêt à ne pas bouder les urnes en juin pour s’assurer d’un indispensable contrepoids à la pensée unique libérale-libertaire, immigrationniste qui selon les projections des instituts de sondages entend régner en maître à l’Assemblée. La création d’un groupe FN est dans cette optique un objectif majeur, groupe que le FN n’a jamais été en mesure de constituer depuis l’élection de 35 députés à la proportionnelle en 1986. La présence frontiste  au scrutin uninominal n’a été assurée depuis ce laps de temps que par les regrettées Yann Piat (d’ailleurs en rupture de ban avec le FN) en 1988, Marie-France Stirbois en 1989 et, dans la dernière législature,  par Marion Maréchal et l’apparenté FN Gilbert Collard. La balle est dans le camp de l’électorat patriote,  à nous tous de ne pas manquer le but.

https://gollnisch.com/2017/05/31/un-groupe-fn-lassemblee/

La Manif Pour Tous porte plainte contre Act Up

Une nouvelle fois, des militants extrémistes ont fait preuve de haine et de violence envers la Manif Pour Tous et sa Présidente, qualifiés d’« assassins », de « complices du Sida », d’« homophobes », « lesbophobes », « transphobes »… Ces activistes ont tenté d’empêcher une réunion publique de l’association La Manif pour Tous, portant ainsi une grave atteinte à la liberté d’expression. La Manif Pour Tous porte plainte pour injures publiques.

Act Up a cherché à impressionner le public pour empêcher la tenue de cette réunion et a saccagé les lieux : pendant plusieurs heures, cris, invectives, dégradations (dégradations des accès et des lieux, jet de faux sang…), affiches et banderoles injurieuses… ont contraint la Manif pour Tous à tenir sa réunion dans un autre lieu. Dans la soirée, l’association Act Up Sud Ouest a revendiqué cette action et diffusé visuels et vidéos sur les réseaux sociaux, suscitant des réactions très négatives des internautes. La haine et la violence qui transpiraient de cette action ont considérablement choqué les témoins, participants et passants.

La Manif pour Tous rappelle que l’ex-Présidente d’Act Up a déjà été condamnée par la Cour d’Appel de Paris pour « injures publiques » à l’encontre de La Manif Pour Tous.

Contrairement aux hystériques d'Act Up, les militants pour la famille restent calmes, fermes et sympathiques :

DBIvU_PW0AAvL8v

DBI3I39XoAAFTS7

Michel Janva

http://lesalonbeige.blogs.com/my_weblog/web.html

Macron, patron de la presse aux ordres

macron-patron-de-la-presse-aux-o.jpg

Le Président est descendu dans l’arène pour affirmer, façon Kim Jong-un, que désormais, c’est lui qui décidera qui raconte ou pas des sornettes.

Le sommet de Versailles fera date dans l’histoire du journalisme. On y a vu un Président tout juste élu devenir président de la commission d’attribution de la carte de presse et décider, souverainement, comme le roi des médias qu’il est devenu, qui pouvait être ou ne pas être journaliste.

Répondant à la question d’un journaliste de Russia Today France qui s’étonnait que ses journalistes aient été systématiquement refoulés de son quartier général de campagne, François Macron, devant un Poutine impassible, a répondu majestueusement, comme cela va être son habitude :

« Quand des organes de presse répandent des contre-vérités infamantes, ce ne sont plus des journalistes. Ce sont des organes d’influence. Russia Today et Sputnik ont été des organes d’influence durant cette campagne qui ont, à plusieurs reprises, produit des contre-vérités sur ma personne et ma campagne. »

(Notez, au passage, qu’il parle de « Sa Personne » comme un Louis XIV aurait pu le faire, se sentant sans doute chez lui dans ce somptueux salon des Batailles.)

Puis, confirmant qu’il leur avait interdit l’accès à son QG, Emmanuel Macron a poursuivi : « Des contre-vérités graves ont été répandues par RT et Sputnik dans le cadre d’une campagne démocratique, et à cela, je ne céderai rien », a-t-il souligné en fronçant son sourcil droit.

Ainsi, donc, devant la presse internationale, le Président est descendu dans l’arène pour affirmer, façon Kim Jong-un, que désormais, c’est lui qui décidera qui raconte ou pas des sornettes et qui, en conséquence, pourra ou ne pourra pas recevoir sa carte de presse tricolore.

Notre jeune Président manque de mémoire ou de reconnaissance, ou des deux, car comment est-il parvenu aussi rapidement à l’Élysée, si ce n’est avec l’aide des organes d’influence que sont l’ensemble des médias et des journalistes « professionnels », comme il les désigne ? Si le candidat d’En Marche ! n’avait pas fait des centaines de couvertures, des titres flatteurs comme jamais, des éditoriaux dithyrambiques, comment aurait-il pu influencer le jugement de millions d’électeurs, convaincus par les arguments de ces « agents d’influence » que nos journalistes sont devenus dans ce monde de l’instantanéité de l’information ?

Margarita Simonian, rédactrice en chef de RT, a répondu : « Selon la logique du Président Macron, il faut chasser de Russie tous les médias occidentaux qui sont toujours contre Poutine et cherchent ainsi à intervenir dans nos élections. » De son côté, la twittosphère s’est empressée de réagir aux propos de Versailles et la plupart des internautes ont souligné que « c’est l’hôpital qui se fout de la charité », d’autres ont trouvé les propos présidentiels très courageux. Des propos qui montrent, lorsque vous revoyez la séquence, un Président dont le visage n’arrêtait pas de passer d’une expression à une autre, des yeux qui roulaient dans leur orbite, le tout accompagné d’une gestuelle d’affirmation sans complexe. « C’est pas tous les jours qu’on ose dire devant Poutine des choses qui lui déplaisent », tweete le pseudo Emmanuel Foulon, ce à quoi lui répond par tweet Limougin Quentin en affichant la une de Libé : « Que penser de cette une qui nous impose de voter Macron ? » Un autre s’interroge : « Et la propagande médias pro-Macron, qui en parle ? » Kisaishi résume l’esprit de ceux qui, comme moi, pensent que le Président a outrepassé ses droits : « Venant de macron ça a un goût d’hypocrisie nauséabond, on en parle de nos média archi corrompus qui lui ont permis d’être élu ? »

Voilà qui nous donne l’impression que sa politique va être basée sur le « deux poids deux mesures ». Une raison suffisante pour ne surtout pas lui donner la majorité à l’Assemblée. Seul moyen que nous ayons, nous, le petit peuple, de contrebalancer ce petit air de pouvoir absolu.

http://www.bvoltaire.fr/macron-patron-de-presse-aux-ordres/

Législatives - Odile de Mellon (FN) : la France menacée par l'islam et le mondialisme

Odile de Mellon, candidate FN dans la 2° circonscription des Côtes d'armor, signe une tribune dans Ouest-France :

Unnamed

Michel Janva

http://lesalonbeige.blogs.com/my_weblog/web.html

La France ferait éliminer les djihadistes “français” en Irak

Les-djihadistes-envahissent-l-Irak-600x400.jpg

Selon une enquête du quotidien américain The Wall Street Journal publiée le mardi 30 mai, les forces spéciales françaises feraient appel depuis des mois à des soldats irakiens pour éliminer des ressortissants français membres de l’État islamique à Mossoul. Le journal cite plusieurs sources irakiennes et françaises pour étayer son enquête.

Le cadre légal reste très flou pour ce genre d’opérations. 1 700 Français auraient rejoint les rangs de l’EI et plusieurs dizaines auraient été tués au cours de la bataille de Mossoul depuis sept mois. 

France’s special forces are hunting French militants fighting for Islamic State in Mosul http://on.wsj.com/2qveXQC 

France’s special forces are hunting French militants fighting for Islamic State in Mosul
 

France’s Special Forces Hunt French Militants Fighting for Islamic State

A number of French citizens have been killed by Iraqi artillery and ground troops using location coordinates and other intelligence supplied by French forces during the battle to drive the extremist...

wsj.com


La France éliminerait indirectement «ses… par leparisien

Les forces spéciales françaises et l'armée irakienne neutralisent des cibles djihadistes françaises en @WSJhttps://www.wsj.com/articles/frances-special-forces-hunt-french-militants-fighting-for-islamic-state-1496090116 

France’s special forces are hunting French militants fighting for Islamic State in Mosul

France’s Special Forces Hunt French Militants Fighting for Islamic State

A number of French citizens have been killed by Iraqi artillery and ground troops using location coordinates and other intelligence supplied by French forces during the battle to drive the extremist...

wsj.com

https://fr.novopress.info/

Marine Le Pen appelle à souscrire à un « emprunt patriotique » à 3 %

Emprunt-patriotique-600x295.jpg

Emprunt patriotique : tel est le nom de l’appel au peuple militant que lance Marine Le Pen pour, dit-elle, financer les campagnes des candidats FN aux élections législatives. Dans une vidéo mise en ligne ce matin, Marine Le Pen s’en prend au « système », qui ne permettrait au FN d’avoir les moyens financiers de ses ambitions électorales et déclare notamment :

« Votre épargne est une armée qui dort. En la mobilisant au service des candidats du Front national et du Rassemblement Bleu Marine, ce sont vos idées que vous mènerez à la victoire. […] En prêtant au Front national, vous obtiendrez 3 % d’intérêts, une rémunération exceptionnelle pour un placement sans risques. »

Un site dédié, empruntpatriotique.fr est en ligne, dont le nom avait été réservé dès le 22 mars 2017 par une société connue pour être un prestataire habituel du Front national.

A noter que si le Front national emprunte au taux « exceptionnel » de 3 %, les candidats FN aux législatives se voient eux proposer la possibilité de financer leur campagne en souscrivant un prêt au taux de 5 %.

Spectaculaires arrestations anti-djihadistes dans le Lot-et-Garonne

6818964_1_1000x625.jpg

Dans nos villages du Lot-et-Garonne, on commence à ouvrir les yeux. Il serait bon que la France des villes commence elle aussi à les ouvrir.

Lundi a eu lieu en Lot-et-Garonne, mais aussi à Bordeaux et à Paris, une importante opération antiterroriste. Les journaux, comme Sud-Ouest, n’en relatent que des bribes, maîtrise de la communication oblige :

« Lundi après-midi, cinq personnes ont été placées en garde à vue à Bordeaux et une à Paris, dans le cadre d’une opération anti-islamiste menée par les policiers de la Sous-direction antiterroriste (SDAT) de la police judiciaire.
Ces individus, quatre hommes et deux femmes, âgés de 32 à 48 ans, sont soupçonnés d’avoir des liens étroits et d’avoir, peut-être pour l’un d’eux, favorisé le départ d’une famille bordelaise en Syrie. C’est en tous cas ce que cherchent à savoir les enquêteurs de la SDAT qui travaillent étroitement avec les enquêteurs de la Division criminelle.
Les arrestations qui se sont déroulées à Mérignac, Floirac, Bordeaux, dans le Marmandais et à Paris ont été suivies de perquisitions.
De source proche de l’enquête, du matériel informatique aurait été saisi mais aucune arme n’aurait été découverte.
Les gardes à vue pourraient se prolonger jusqu’à jeudi avant un éventuel transfert vers le parquet antiterroriste de Paris. »

Mais il faut savoir lire ce qui se cache derrière ces comptes rendus volontairement vagues. Ou plutôt voir, car ces opérations ont eu de nombreux témoins. Et là, c’est le choc. Même les plus incrédules, les habitants les plus Charlie de nos villages, commencent à ouvrir les yeux : oui, leurs voisins étaient en lien avec des réseaux djihadistes.

Sud-Ouest consent à lever un coin du voile, sur « l’émotion à Sainte-Bazeille » » :

« Les riverains de l’avenue Graveyron, à Sainte-Bazeille (47), n’en reviennent toujours pas. L’intervention qui s’est déroulée lundi en fin d’après-midi avait de faux airs de film d’action. »

Dans un autre village aussi, l’arrestation fut spectaculaire : voitures banalisées de la police, policiers cagoulés qui interpellent le suspect sortant de son lieu de travail, le menottent mains dans le dos et le cagoulent immédiatement, avant de le pousser dans un de leurs véhicules.

En Lot-et-Garonne, nous savions que nous avions de plus en plus de problèmes de communautarisme, de revendications, notamment dans les établissements scolaires. Nous savions qu’il y avait aussi des mosquées salafistes. Nous savons aussi que nos petits villages comptent des fichés S. Nous avons évidemment nos trafics et nos délinquants.

Désormais, nous ne pouvons plus ignorer qu’ils abritent aussi des filières djihadistes.

Mais il y a plus grave : l’une des personnes arrêtées lundi était un enseignant. Pas une racaille. Pas un délinquant. Un enseignant. Recruté par le rectorat. Certes, l’arrestation s’est parfaitement déroulée, et ce remplaçant n’aura pas officié longtemps. D’ailleurs, l’établissement concerné, de bonne réputation, a tenu, par souci de transparence, à rassurer les familles inquiètes en publiant un communiqué.

Dans nos villages du Lot-et-Garonne, on commence à ouvrir les yeux. Il serait bon que la France des villes commence elle aussi à les ouvrir, au lieu de mépriser la France des villages qui vote si mal. Mais qui a, pour cela, de très bonnes raisons.

http://www.bvoltaire.fr/spectaculaires-arrestations-anti-...

Le Halal se porte bien - Journal du jeudi 1 juin 2017

01/06/2017

La double épine Ferrand-Sarnez, premier couac d'un quinquennat qui commence mal...

3812320722.jpg

« Que diable allait-il faire dans cette galère ? », se lamente Géronte, dans Les fourberies de Scapin. On peut rapprocher la situation de ce pauvre Géronte de celle du duo Macron-Philippe, empêtrés, enferrés avec lui, dans l'affaire Ferrand, leur protégé.

Sauf que, dans le cas de cette protection politiquement incompréhensible, nul ne songe à gruger Macron-Philippe, ni de cinq-cents écus ni de quoi que ce soit : ce sont eux-mêmes, eux seuls, qui se sont d'abord fourrés dans ce guêpier, dont même les journalistes commencent à dire qu'il peut leur coûter cher aux prochaines élections, en terme de sièges; et ce sont, ensuite, toujours eux, tout seuls, qui se sont obstinément et absurdement cramponnés à un soutien insensé, soutien qui confine, les jours passant, à de l'autisme pur et simple. 

Ce mercredi 31 mai, sur BFM, un commentateur estime à cinquante le nombre de sièges que pourrait perdre En Marche à cause de l'effet dévastateur de « l’affaire », et pense qu’En Marche pourrait perdre ses chances d'obtenir la majorité absolue, devant se contenter d'une majorité relative. Certes, tout cela, ce ne sont que des pronostics et des plans sur la comète : en somme, du verbiage et des propos d'antenne. Et nous sommes à plus d'une semaine des élections : tout ce qui se passe depuis janvier étant tellement « nouveau », et fou, tout peut arriver d'ici un peu plus de dix jours. Mais, justement : Macron et Philippe devraient s'en inquiéter, plutôt que de soutenir l'un des leurs comme ils le font, c'est-à-dire comme la corde soutient le pendu.

D'ailleurs un sondage, publié ce même mercredi 31 mai, montre que 7O% des Français souhaitent la démission de Richard Ferrand. Même dans « sa » province de Bretagne. Il faut dire que ses propos - rappelant ceux d'un certain Emmanuel Macron, sur les employées « illettrées » de GAD - ont été d'une rare maladresse (ou d'un rare mépris, c'est selon) : « Je vous invite à aller faire un tour en Centre-Bretagne. Ce n’est pas simple de trouver un jeune, volontaire, pour travailler cinq mois, qui sait lire et écrire correctement, allez sur internet » (là, le ministre parlait de l'emploi de son fils). Les Bretons, qui votent tant à gauche, n'ont pas bonne presse, soit dit en passant, dans les allées du pouvoir, et leur « dévouement » électoral ne semble guère payé de retour ! 

Mais il y a une autre épine que celle de ce pauvre Ferrand : c'est l'épine Sarnez... et Bayrou ! Mais oui, Bayrou.  Le sondage dont nous parlions à l'instant montrait également que 65% des Français souhaitent la démission de Marielle de Sarnez. Son « affaire » à elle, après tout, c'est son problème, mais qu'est-ce qu'il a pris à ce pauvre Bayrou de retweeter sur son compte officiel - es-qualité, donc, de Ministre de la Justice, de Garde des Sceaux, s'il vous plaît... - le tweet virulent de Marielle de Sarnez, en réponse aux accusations dont elle fait l'objet ? Que Marielle perde ses nerfs, bon, franchement, ce n'est pas l'info du siècle. Mais que le Garde des Sceaux, très haut personnage du Gouvernement, lui emboîte presque immédiatement le pas, relaye complaisamment ses propos sur le compte officiel du Ministère, avant - s'étant rendu compte de l'énormité de la chose - de retirer son tweet, mais trop tard, car le mal était fait : voilà qui laisse pantois ! On dirait un gamin pris les doigts dans le pot de confiture ! A la faute, Bayrou ajoute le ridicule...   

Voilà où on en est, aujourd'hui, mercredi 31 mai, dans cette seule et même campagne électorale qui dure, de fait depuis près de dix mois maintenant.

La seule chose que l'on puisse certainement affirmer, c'est que, finalement, ce n'est pas si bien parti que cela pour le quinquennat Macron, quoi qu'en ait pu en dire jusqu'à aujourd'hui, ici et là. 

N'en prenons qu'un exemple : cette fameuse « loi de moralisation de la vie publique », dont on nous a rebattu les oreilles, et qui devait être comme une nouvelle naissance pour la classe politique, l'apparition d'une vie publique virginale et autres inepties du même tonneau. Eh ! bien, elle est reportée, et on sait déjà qu'elle sera « bidon », se limitant, pour l'essentiel à deux ou trois banalités : casier judiciaire vierge, pas plus de trois mandats successifs, interdiction d'employer un membre de sa famille : franchement, vraiment pas de quoi fouetter un chat, ou d'élire un ex-banquier de chez Rothschild comme président d'une république idéologique à bout de souffle... 

http://lafautearousseau.hautetfort.com/

Ferrand-Sarnez : les taches de l'immaculée présidence Macron - Journal du mercredi 31 mai 2017

Marine Le Pen appelle à souscrire à un « emprunt patriotique » à 3 %

Emprunt-patriotique-600x295.jpg

Emprunt patriotique : tel est le nom de l’appel au peuple militant que lance Marine Le Pen pour, dit-elle, financer les campagnes des candidats FN aux élections législatives. Dans une vidéo mise en ligne ce matin, Marine Le Pen s’en prend au « système », qui ne permettrait au FN d’avoir les moyens financiers de ses ambitions électorales et déclare notamment :

« Votre épargne est une armée qui dort. En la mobilisant au service des candidats du Front national et du Rassemblement Bleu Marine, ce sont vos idées que vous mènerez à la victoire. […] En prêtant au Front national, vous obtiendrez 3 % d’intérêts, une rémunération exceptionnelle pour un placement sans risques. »

Un site dédié, empruntpatriotique.fr est en ligne, dont le nom avait été réservé dès le 22 mars 2017 par une société connue pour être un prestataire habituel du Front national.

A noter que si le Front national emprunte au taux « exceptionnel » de 3 %, les candidats FN aux législatives se voient eux proposer la possibilité de financer leur campagne en souscrivant un prêt au taux de 5 %.

Un ancien « avorteur », devenu pro-vie : "La mentalité de l’avortement va s’effondrer si nous continuons de persévérer"

Lu dans Famille chrétienne :

"La fédération One of Us a remis, samedi 27 mai, son trophée des « Héros de la vie » au docteur John T. Bruchalski, en conclusion de son second forum européen organisé à Budapest (Hongrie). Médecin généticien américain, cet ancien « avorteur » favorable aux recherches sur l’embryon et au concept de pré-embryon est désormais à la tête du centre médical Tepeyac, l’une des plus importantes cliniques de gynécologie et de maternité provie aux États-Unis. Ce centre, John Bruchalski l’a fondé en 1994, à Fairfax (Virginie), au terme d’une conversion spirituelle et scientifique commencée en 1989.

C’est cette année-là que le jeune médecin, diplômé deux ans plus tôt de l’université de l’Alabama, rencontra pour la première fois le professeur Jérôme Lejeune, venu témoigner au procès de Maryville (Tennessee) où un couple en instance de divorce s’opposait sur le devenir de leurs embryons congelés en vue d’une fécondation in vitro. « J’étais de l’autre côté à l’époque, avec mon professeur, le « père » de la FIV aux États-Unis, qui expliquait que l’embryon n’était pas égal à une personne mais tout au plus à un morceau d’appendice ou de tissu humain », a raconté le lauréat de One of Us, devant un parterre de représentants de mouvements provie venus de toute l’Europe et du ministre de la famille hongrois, Katalin Novak. « Jérôme Lejeune est venu, avec tout son génie, démontrer au juge comment tout le matériel génétique d’une personne était présent dans cette première cellule qu’est l’embryon ». John Bruchalski en est littéralement bouleversé. « Il l’a expliqué si clairement et si distinctement que le médecin que j’étais a reconsidéré sa position sur l’instant où commence une vie humaine et le moment où elle doit être respectée ».

Le médecin américain n’arrête pas son activité pour autant, mais se pose de plus en plus de questions sur l’avortement. « Parfois j’avortais des enfants, parfois je les sauvais ». C’est une conversion mystique qui viendra achever sa conversion scientifique. Durant l’été 1994, John Bruchalski se rend au Mexique pour voir la Vierge de Guadalupe, puis en Serbie à Medjugorje. « J’ai reçu un appel du ciel me demandant de ne plus faire d’avortement », a-t-il confié samedi soir, en présence de son épouse. Grâce à son centre Tepeyac, qui accueille chaque année plus de 20 000 patients, John Bruchalski a permis de sauver plusieurs milliers d’enfants « qui ne seraient jamais nés sinon », a salué Thierry de la Villejégu, vice-président de la fédération One of us et directeur de la fondation Jérôme Lejeune.

Une belle réussite que le médecin américain appelle de ses vœux en Europe. « N’abandonnez jamais ! », a-t-il déclaré à Famille Chrétienne. « Nous allons gagner la bataille, celle du triomphe du Sacré-Cœur, du cœur du Christ, celle du triomphe du bien sur le mal. La mentalité de l’avortement va s’effondrer si nous continuons de persévérer. Soyez patients et surtout aimez tous ceux qui vous entourent »."

par Michel Janva

http://lesalonbeige.blogs.com/my_weblog/2017/05/un-ancien...

ALERTE-Affaire Ferrand: le parquet de Brest ouvre finalement une enquête préliminaire

Le Télégramme annonce un revirement du parquet de Brest qui, face aux nombreux faits rapportés par la presse et les déclarations des acteurs du dossier, décide finalement d’ouvrir une enquête préliminaire.

Les investigations sont confiées à la direction interrégionale de la police judiciaire de Rennes’

http://www.bvoltaire.fr/actu/alerte-affaire-ferrand-le-pa...

Combattre pour la vraie France

«Macron Leaks»: les secrets d'une levée de fonds hors norme

emlouvre7mai.jpg

Pour financer sa campagne, Emmanuel Macron a réussi à mobiliser près de 13 millions d’euros de dons en un temps record. Loin de l’image cultivée par En Marche! d’une campagne aussi spontanée que populaire, un puissant réseau de banquiers d’affaires a discrètement ouvert ses carnets d’adresses au nouveau président. Révélations. 
Mail du 13 février 2017 : « Comme vous l’observez, notre start-up continue de tracer son sillon ! Alors que nous allons entrer dans le “dur” dans les prochains jours, nous avons plus que jamais besoin de soutien. » La start-up en question n’est pas une entreprise comme les autres. Et l’homme derrière son clavier n’a rien d’un banal VRP. Christian Dargnat n’est autre que l’ancien directeur général de BNP-Paribas Asset Management, branche du groupe bancaire chargée de la gestion d’actifs. « Marcheur » de la première heure, il a tout lâché en avril 2016 pour organiser « à titre bénévole » le financement de la campagne de son ami Emmanuel Macron. Dargnat, c'est l'homme du coffre-fort. Pendant des mois, il a multiplié les rendez-vous discrets, les dîners confidentiels et les mails de relance pour les riches donateurs, en plein accord avec l'actuel locataire de l'Élysée. 
Ce courriel du 13 février est adressé au collectionneur américano-allemand Olivier Berggruen, une figure incontournable du marché mondial de l’art. Dès le lendemain, le riche New-Yorkais répond favorablement à la demande de Dargnat en promettant « de contribuer à 4 000 euros au mouvement et 4 000 euros au candidat ». Un virement est effectué deux jours plus tard : 8 000 euros en un message, voilà qui témoigne d’une redoutable efficacité.
À l’image de cet échange, l’exploitation des milliers de mails et documents issus des Macron Leaks (voir Boîte noire) – ainsi que d’autres documents récupérés au fil de la campagne par Mediapart – permet de comprendre comment la garde rapprochée d’Emmanuel Macron a explosé les compteurs de dons entre avril 2016 et avril 2017 pour permettre à l’ancien ministre de François Hollande d’accéder au pouvoir, un an à peine après la création de son propre mouvement. À l'extérieur, Dargnat et les membres de l'équipe Macron ont tout fait pour démentir l'image du candidat des affaires, préférant insister sur l'afflux de petits dons. En réalité, c'est bien une camarilla de banquiers d’affaires qui a pris en main cette levée de fonds hors norme, mobilisant tous azimuts ses réseaux et carnets d’adresses au service du combat de l'ovni politique Macron. 
Cette stratégie s’est appuyée sur un raisonnement simple, résumé dans un court message de M. Dargnat en septembre 2016, alors que Macron vient juste de quitter le gouvernement : « Quand on sait que les dépenses de campagne présidentielle sont limitées à 22 millions d’euros et que nous pourrions contracter un prêt bancaire (à hauteur de 9 millions) remboursé si le candidat dépasse le seuil des 5 % aux élections, il nous reste donc à “trouver” 13 millions », expose l’ancien banquier. En clair, calcule-t-il, « si l’on arrondit à 10 millions le budget à trouver, il faut donc obtenir des dons de 1 333 personnes à 7500 € chacune [le plafond autorisé pour le financement d’une campagne – ndlr] ». 
En réalité, c'est dès le printemps 2016 que les plus fidèles soutiens d’Emmanuel Macron se sont discrètement activés pour organiser de façon méthodique la mobilisation de riches contributeurs. Emmanuel Macron est encore à Bercy, mais il veut déjà tout faire pour se présenter à la présidentielle. Une véritable « task force » s’organise alors autour de Christian Dargnat, le président de l’association de financement d’En Marche! (AFCPEM). Dans cette petite équipe soudée, on trouve Emmanuel Miquel, capital-risqueur chez Ardia et trésorier de la même association, mais aussi deux de ses anciens camarades de HEC : Stanislas Guerini, directeur de l’expérience client chez Elis, délégué du mouvement à Paris et aujourd'hui candidat aux législatives dans la capitale ; et Cédric O, un jeune directeur d'usine du groupe Safran, ancien du cabinet de Moscovici à Bercy. Cédric O, garçon discret qui fuit les médias, a endossé le costume de mandataire financier de la campagne, dont il est un des couteaux suisses les plus efficaces. 

Les chiffres et les mots : le choix d’une politique

Même en politique, où l’arithmétique est rarement en odeur de sainteté, les chiffres sont des indicateurs imparables pour avoir une idée précise de l’état d’esprit de nos concitoyens. Cela se vérifie, une fois de plus, quand on regarde de très près les résultats de la dernière élection présidentielle. Et c’est sans appel : si l’on additionne le nombre des abstentions (25 %), plus les votes blancs ou nuls (11 %), plus les votes en faveur de Marine Le Pen (34 %), on arrive à un total de…71 % ! Qui se compose d’opposants farouches à Macron, de ceux qui ne voulaient pas choisir et d’autres qui, sans convictions, quel que soit l’enjeu, le type d’élection ou les circonstances, ne se déplacent jamais. Motivés ou pas, leurs votes ou leurs abstentions mises bout à bout font une majorité ! Bien plus que les 66 % qui ont fait élire Macron… Sauf que, 71 % plus 66 %, ne font pas 100 %… Au-delà de cette logique arithmétique, les chiffres pourraient, tout autant que les mots, avoir un sens…

Mais, notre démocratie veut qu’une élection se décompte uniquement sur le nombre de votants. Soit on participe, soit on passe à la trappe. C’est le jeu, et il a la cohérence d’inciter les citoyens électeurs à prendre parti ou à choisir, pour qu’ils ne se perdent pas dans des considérations présumées secondaires. On ne peut qu’abonder dans ce sens, mais en même temps, il faut bien reconnaître que quelques fois le choix peut sembler impossible. Sérieux dilemme ! Néanmoins, prendre en compte les bulletins blancs et nuls, comme certains le réclament, ne serait peut-être pas une si mauvaise idée. Et même, on pourrait peut-être admettre la nécessité de créer un bulletin spécial pour distinguer ceux qui votent avec leurs pieds et ceux qui veulent vraiment affirmer formellement ne pas vouloir, selon les cas, « choisir entre la peste et le choléra » ou entre « blanc bonnet et bonnet blanc« . Dans ce cas, l’abstention devrait rester sans effet sur une quelconque interprétation. À moins de rendre le vote obligatoire. Et la question ne se posera plus… Tout ceci mérite réflexion.

La plupart du temps, les discours politiques brouillent souvent les chiffres, et les résultats sont toujours noyés dans des flots de paroles, soit pour occulter le vote des électeurs, soit pour glorifier une formation politique ou l’ego démesuré de tel ou telle. N’en doutons pas, ce sera encore vrai au moment des prochaines élections législatives. Qui, plus que jamais, seront regardées avec attention, pour voir quelle tournure va prendre la recomposition du paysage politique. Le nombre de députés, de voix et de suffrages de chacun sera scruté à la loupe. Bien que chaque circonscription exprime la volonté des électeurs, malheureusement, encore une fois, à cause du scrutin majoritaire à deux tours, la représentation nationale sera dénaturée. Sans la proportionnelle intégrale, il y aura toujours un fossé entre la représentation politique à l’Assemblée nationale et la réalité de la représentation populaire. La diversité des opinions y sera forcément mal représentée ou carrément absente.

Malgré tout, et au-delà de l’analyse qui tend à prouver que, même en politique, les chiffres ont un sens, il sera intéressant de voir les nouvelles forces en présence au sein de l’Assemblée nationale. Qui va déterminer l’avenir de notre pays. Pour cinq ans !

C’est long !

Claude PICARD

http://www.medias-presse.info/les-chiffres-et-les-mots-le...

Lyon : INTERVENTION DE LA POLICE POUR COUPER L'ELECTRICITE AU BASTION SOCIAL

Dernière nouvelle : Intervention de la police équipée de boucliers anti-émeute, gazeuses et de flashballs également accompagnée d'agents EDF pour couper l'électricité au Bastion social cliquez ici (ce qui est totalement illégal puisque les occupants ont un contrat légal).

La police française, incapable de déloger les squatters immigrés et les dealers des quartiers, se montre, une fois de plus, beaucoup plus zélée lorsqu'il s'agit de s'en prendre à la résistance patriotique...

1085998130.jpg

 

Daniel Conversano : Nationalisme Blanc, idéologie et actions

Fillon : un Trafalgar sans gloire

Existera-t-il encore des âmes candides pour défendre François l'Embrouille, au motif qu'il a affiché durant sa campagne une tonalité "catho" et droitière ? L'apparent dévot a réussi l'exploit de devenir un boulet, et de ne pas même figurer au second tour dans une élection qui, après cinq ans de chaos socialiste, était littéralement imperdable. Son obstination à se raccrocher coûte que coûte à une candidature plombée par une conduite personnelle hasardeuse, tel Bernique sur son rocher, aura eu un coût : dynamiter l'élection en la rendant confuse, puis empêcher l'alternance après le quinquennat consternant de l'homme au scooter. Fillon aura contribué au futur sacre d'un homme de gauche ami des banquiers, quant aux Républicains, incapables de le stopper, ils n'ont désormais plus que leurs yeux pour pleurer.

Fillon présentait pourtant un programme économique dense, avec, des perspectives sérieuses de réduction des déficits. La France emploie 35 % de fonctionnaires de plus que la moyenne européenne, par exemple, et l'amaigrissement s'imposerait en première intention, d'autant que les gains de productivité liés à l'informatique n'ont jamais été pris en compte par l’État obèse. À ce titre, le candidat de la droite classique - mais son aide de camp Bruno Retailleau provient de chez Philippe de Villiers - aura séduit jusqu'à certains membres de la droite nationale, pour la première fois dans toute l'histoire de la Ve république : Henry de Lesquen avait par exemple appelé à voter Fillon ; l'appel du président de Radio Courtoisie aura connu un écho notable, tout comme le soutien déclaré des membres de « Sens Commun » (ex-Manif pour tous). On note toutefois qu'Alain Juppé fit aussitôt savoir qu'en cas de gouvernance avec des membres de ce mouvement honni, il rejoindrait l'opposition - indication supplémentaire de ses inclinaisons douteuses vers le centre gauche. Le retraité Bruno Mégret avait indiqué lui aussi voter pour Fillon, suivi peu après par le mouvement créé jadis par lui, le MNR, et précédé par le Président du mouvement libéral l'ALEPS, Patrick Simon. Ces ralliements s'expliquent : le programme brejnevien du gourou Philippot ne poussait pas au vote FN, pas plus que la campagne confuse de 2017 conçue par notre génie des Carpates, copie carbone de celle de 2012. La victoire à la Pyrrhus de dimanche n'y change rien, Marine Le Pen sera battue par Macron, au terme d'un parcours terne. Le choix à droite se réduisait donc à peau de chagrin, le marginal Dupont-Aignan n'ayant pas la moindre chance - il aura d'ailleurs contribué à l'échec de Fillon par sa présence. Pour peu qu'on admette les règles de poker menteur du suffrage universel, la priorité pour beaucoup d'électeurs étant d'éloigner le vote de gauche, le bulletin Fillon leur semblait par conséquent aller de soi.

À qui la faute ?

Rappelons en préambule les faits qui sont reprochés à notre Picsou ; ils semblent graves et motivés, contrairement à ce qu'on peut lire ici ou là. Fillon a salarié son épouse Pénélope comme attachée parlementaire à plusieurs reprises. Ensuite, le suppléant de Fillon, un dénommé Marc Joulaud, a pris aimablement le relais, pour un montant proche de six mille euros par mois ! Depuis des années, au cours de multiples interviews, Pénélope a répété à l'envi qu'elle se tenait à l'écart de la vie politique et ne travaillait pas. Avec logique, le parquet financier ouvre une enquête préliminaire pour détournement de fonds publics, abus de biens sociaux et recel, en janvier dernier. Il mettra en examen le couple infernal dans les semaines suivantes. Dans un premier temps, Fillon applaudit à tout rompre l'initiative censée le blanchir, et fait porter par le fils Lévy (son avocat) des "pièces" censées balayer les soupçons. Quinze jours plus tard, le même Levy, et son client Fillon, accusent ladite instance de forfaiture. Etrange ! En réalité, le clan de l’ex-Premier ministre s'avère incapable de produire la moindre trace tangible de travail, hormis des contrats d'embauche griffonnés ne signifiant rien en soi. Si Fillon avait produit des preuves (courriels, correspondance, actes de présence, etc.), les juges - fussent-ils des enragés de gauche - auraient classé sans suite rapidement, au risque d'encourir des recours fâcheux. L'affaire se complique avec l'emploi de deux des enfants du couple, encore étudiants. L'Harpagon sarthois avance que Marie l'a aidé à préparer un livre et que Charles a, lui, travaillé à la campagne de Sarkozy en 2007 Admettons, on observe que les deux n'ont pas été encore mis en examen contrairement à Pénélope et François. Mais il y a d'autres griefs : de mai 2012 à décembre 2013, Pénélope est salariée pour un montant global de cent mille euros environ par la Revue des Deux Mondes, comme « conseillère littéraire ». En 20 mois, elle n'aura rédigé que deux brèves notes de lecture, sous pseudonyme ! Et n'évoquons même pas la société de conseils créée par le même Fillon, dont les clients sont des amis et obligés... C'est un volet de l'affaire pouvant déboucher sur le chef de trafic d'influence, et qui risque de faire grand bruit dans les mois à venir. Reste enfin le cas, mineur, des costumes de luxe offerts par un "ami", le sulfureux avocat de la Françafrique anciennement des réseaux Pasqua - Robert Bourgi ; cet achat extravagant assombrit l'image un prétendu ascétisme du Brummel sarthois. Alors pourquoi cette défaite cuisante ? Il y a plusieurs raisons.

1/ Fillon n'a cessé de brandir comme sceptre son score écrasant aux primaires, lui donnant toute la légitimité nécessaire. Certes, on concède que cette victoire fut sans appel, mais elle relève d'un sophisme il ne fait aucun doute que les électeurs de droite, s'ils avaient connu les accusations sévères entravant de facto son envol, l'auraient placé loin derrière Juppé et Sarkozy.

2/ Les ânes qui ont conçu le mécanisme des primaires à droite ont oublié de prévoir une procédure d'empeachment ! Résultat : lorsque le roi Midas Fillon s'est transformé en Gribouille sous leurs yeux, les caciques des LR n'ont disposé d'aucun moyen légal pour le destituer, ni pour recouvrer les importants fonds versés en vue de la campagne ! S'il était évident, dès les premières révélations des Canard Enchaîné et autres Médiapart, que Fillon ne pourrait plus mener une campagne normale, nul chez ses amis n'a jamais pu le convaincre de partir  sans doute parce que c'eût été pour cet orgueilleux la reconnaissance implicite de ses péchés. Aucun dispositif légal n'a été en mesure, au fond, d'empêcher la catastrophe du 23 avril, et les passagers du Titanic LR/ UDI ont assisté à l’arrivée de l'iceberg dans un mélange résigné d'impuissance et de mélancolie, beaucoup ne faisant même plus campagne. Le battu Sarkozy, notamment, a brillé par son absence. Le candidat officiel LR/UDI, isolé, harcelé par les journalistes, dans l'incapacité d'aller vers les Français sans recevoir lazzis, enfarinades, ou concert de casseroles, aurait dû se démettre dès janvier l'honneur d'un homme c'est de se sacrifier pour une cause plus grande que lui-même, il n'a pas souscrit à cette loi d'airain, malgré sa promesse de renoncer en cas de mise en examen.

3/ « Ils sont beaucoup qui ont flatté le peuple sans l'aimer. » (William Shakespeare). Depuis trente-cinq ans la France vit en empruntant, sans jamais engager les réformes qui s'imposeraient. Les candidats élus à la présidentielle ont tous un point commun ces cyniques promettent la semaine des quatre jeudis et assurent par avance qu'il n'y aura aucun réforme douloureuse, notamment sur le sujet du sacro-saint « service public », divinité qu'il est impossible de critiquer, fût-ce à mots couverts. Environ cinq millions de Français travaillent directement ou indirectement pour l'Etat, et deux millions vivent d'allocations diverses, d'où le vote pour l'assistanat à crédit via les multiples candidats proto-marxistes. Le programme de Fillon sur la Sécurité Sociale ou l'alignement des régimes de retraites manquait pour le moins de la démagogie habituelle - celle qui assure la victoire dans la Sainte Urne.

4/ La défense de l'intéressé, changeante, floue, a dérivé jusqu'à une mauvaise foi manifeste. Au final, ses contre-arguments se sont réduits à deux concepts : le sombre complot venant de l’Élysée, et la non-faute. L'antienne « Mes amis, on veut nous faire taire ! », tout comme l'évocation d'un « cabinet noir », tendaient à suggérer une cabbale ourdie contre la droite par les spahis hollandais. Philippe Ploncard d'Assac, autre soutien inattendu et tardif de Fillon, et souvent prompt à diagnostiquer des complots, a également soutenu cette thèse. Acceptons-là pour telle : et alors ? L'accusé eût-il produit des preuves du travail effectif de son épouse qu'il était débarrassé dans l'instant des charges pesant sur lui et réduisait à néant les fameuses "intrigues" visant à sa perte. C'est précisément parce qu'il a été incapable de démonter les accusations de ses contempteurs que Fillon a chuté : cabinet noir ou pas, des preuves irréfutables du travail de Pénélope stoppaient dans l'œuf les poursuites. Quant à sa complainte abondamment conjuguée et répétée en meetings « on me reproche d'avoir fait travailler ma femme et mes enfants », elle relève du mensonge et de l'argutie il est légal d'employer des proches au Parlement. C'est la nature fictive du travail de Pénélope Fillon qui a retenu l'attention des juges, d'autant que la n'a cessé de clamer se tenir loin de la politique, depuis toujours. On peut travailler avec ses proches - le charcutier comme le boulanger en sont coutumiers -, il est en revanche abusif de se faire rémunérer par le contribuable (éternel généreux) pour un travail inexistant.

On concédera que la plupart des hommes politiques français ont mis la main dans le pot de confiture depuis des décennies, la Gueuse étant prodigue tous azimuts citons pour mémoire le cas d'Anne Hidalgo, actuelle maire de Paris, mensualisée des années durant comme inspectrice du travail à temps plein, première adjointe en charge de l'urbanisme à la mairie, et conseillère régionale socialiste ! Il est techniquement impossible de cumuler les trois fonctions (à noter dame Anne était par surcroît secrétaire nationale du PS chargée de la culture). Plusieurs demandes écrites au sujet d'éventuelles traces de ce travail ont été menées par l'opposition, en vain : il a pourtant coûté à l’État plus de 600 000 euros sur dix ans et permis à notre stakhanoviste en herbe de recevoir désormais près de 8 000 euros par mois en cumulé, à l'âge peu canonique de 52 ans, et ce jusqu'à son décès !

Malgré ces prébendes à répétition, gauche et droite confondues, l'électeur cocu reconduit aimablement ceux qui le plument. Le principe du suffrage universel reste donc peu convaincant... Ce concours de téléréalité n'a, reconnaissons-le, aucun caractère de sérieux le fin lettré pèse d'un même poids que le fainéant inculte, le père de famille autant que le drogué vagabond ; quant à l'homme dont les ancêtres ont combattu à Valmy, il est mis à pied d'égalité avec le bédouin naturalisé de fraîche date.

Reste la question... Que va devenir l'étrangleur de Sablé-sur-Sarthe, fossoyeur de son camp ? Ses ennuis judiciaires iront à leur terme, la fonction présidentielle lui échappant. Vu les faits et leur gravité, le procès retentissant guette. Son avenir politique paraît sombre comme souvent dans ce domaine, les amis d'hier deviendront les ennemis de demain. Les courtisans les plus zélés se transformeront en implacables procureurs, et l'homme finira seul, errant dans les couloirs venteux de son château sarthois, avec les feuilles de paie de Pénélope pour tout viatique.

Jean BEAUMONT. Rivarol 27 avril 2017

Pendant les élections, la conquête musulmane s’intensifie

UDMFFourastier.jpg

Le titre du dernier édito nous a valu trois jours de suspension sur facebook. Donc, forcément, une pénalisation sur les réseaux sociaux, et donc sur nos taux de visites. Nous avions osé : « Plus il y aura de migrants, plus il y aura de meurtres, de viols et d’attentats ». Cela paraît pourtant évident, non ? Espérons que cette fois, avec ce titre, nous allons passer entre les gouttes.

Il reste quinze jours avant le premier tour des élections législatives. De nombreux commentateurs estiment que le parti créé par Emmanuel Macron devrait confirmer la victoire de son candidat aux présidentielles. Les pronostics vont bon train sur le nombre de députés que parviendront à obtenir les socialistes, les Républicains, le FN et les Insoumis.

Par contre, nul n’évoque la pression musulmane qui s’exerce, quotidiennement, sur cette élection, dans un contexte où 92 % de disciples d’Allah ont voté pour le nouveau président, au deuxième tour, quand, au premier tour, 37 % avaient voté Mélenchon, 24 % Macron et 17 % Hamon. Nous allons donc pallier cette carence.

Elle s’exerce d’abord par le nombre de candidats qui sont présentés ouvertement par des partis de l’étranger. Ainsi, le Parti Egalité Justice, soutenu par Erdogan, a trouvé 51 candidats à ces législatives.

http://ripostelaique.com/le-pej-a-la-solde-de-erdogan-na-...

http://resistancerepublicaine.eu/2017/04/19/enfin-ils-se-...

Faut-il rappeler que lors des ces meetings en France, le dictateur turc avait encouragé ses nombreux compatriotes à utiliser les droits démocratiques français, à se servir de toutes les possibilités offertes par la double nationalité, à ne surtout pas s’intégrer, et à utiliser les élections démocratiques françaises pour mieux imposer les codes de l’islam à la société française. Dans cet esprit, il avait recommandé aux femmes de faire cinq enfants.

Il y a également le nombre de candidates voilées, comme Hanan Zahouani, Hulva Salin, Sandra Fourastier et quelques autres…

http://ripostelaique.com/non-hanan-zahouani-vous-ne-ferez...

http://ripostelaique.com/mantes-hulya-salin-candidate-voi...

Même si, parfois, la pudique voilée est surprise en tenue fort indécente, fort incompatible avec les règles fixées par Allah…

http://ripostelaique.com/le-magnifique-decollete-de-hanan...

Et puis il y a celles qui ne se présentent pas voilées, mais qui mettront le voile à la première occasion, comme Latifa Chay, candidate Macron…

http://ripostelaique.com/latifa-chay-candidate-de-en-marc...

Macron fait encore plus fort, puisqu’une islamiste, Fella Meslem, battue aux élections algériennes, est recyclée candidate de En Marche en France…

http://ripostelaique.com/les-algeriens-nont-pas-voulu-de-...

Et puis il y a l’Union Démocrates des Musulmans de France (UDMF) qui, après avoir fait croire qu’ils postulaient à la présidentielle, nous lance ses candidats aux législatives, parmi lesquelles la convertie de service, une nommé Sandra Fourastier, âgée de 21 ans. Et, pourquoi se gêner, ces braves gens ajoutent un croissant musulman dans le drapeau français. La prochaine étape, on remplace le bleu par le vert ?

Lire la suite

Julien Langard (ex-FN) : "La droite nationale, identitaire et sociale n’échappera pas à un devoir d’inventaire"

6a00d83451619c69e201b8d28814b8970c-320wi.jpgJulien Langard est professeur d'histoire-géo dans un lycée à Carpentras (Vaucluse), membre du comité central du FN, proche collaborateur de Marion Maréchal Le Pen et membre du collectif Racine. Il vient de décider de quitter le FN et s'en explique longuement. Même si l'on comprend bien que le départ de Marion Maréchal-Le Pen n'est pas étranger à sa décision qui reste néanmoins anecdotique, les raisons qu'il évoque sans langue de bois sont intéressantes :

"Depuis le 7 mai dernier et le débat catastrophique de l’entre-deux tours des présidentielles, n’importe quel Français sincère et lucide sait que Marine le Pen ne sera jamais présidente de la République, ni dans cinq, ni dans dix, ni dans quinze ans… Malgré les espoirs soulevés par son élection à la tête de notre mouvement en 2011, elle s’est échouée dans un véritable Trafalgar télévisuel face au candidat le plus à sa portée, à savoir le dauphin de François Hollande, président le plus impopulaire de toute la Vème République !Comment réagir devant ce constat cruel mais réaliste ? Incapable d’incarner demain celle qui pourra rassembler la droite, Marine le Pen nous conduit aujourd’hui dans une impasse. Le FN, même sous un nouveau nom, est condamné à devenir le PCF des années 70. Assis sur une grande base populaire mais incapable de la dépasser, il s’enfermera dans le rôle stérile d’éternel opposant. 

Personnellement je me refuse à entretenir un faux espoir de Victoire auprès des militants et des électeurs qui nous font confiance. Par fidélité à un parti ou à son chef, les Patriotes français sont-ils condamnés à s’engager dans une voie que l’on sait sans issue ? Je crois pour ma part que l’opposition perpétuelle n’est pas une vocation politique. Les partis ne sont ni plus ni moins que des outils au service des valeurs que nous croyons bonnes pour notre pays. L’éviction de son président d’honneur et le départ de Marion Maréchal le Pen, véritable espérance pour l’avenir, laisse un vide que la structure actuelle ne peut combler.

En interne le poids des contradictions est devenu insurmontable. On ne peut prôner les valeurs d’enracinement et fonctionner selon un centralisme parisien exacerbé, on ne peut prôner la méritocratie et accepter les investitures de complaisance ou les parachutages de candidats qui disparaissent aussi vite qu’ils sont apparus. Dans notre département, qui se souvient encore de Philippe Lottiaux, pourtant tête de liste FN lors des dernières élections sénatoriales ?  Enfin, on ne peut prétendre réaliser l’union des Patriotes tout en menant une guerre fratricide contre nos alliés naturels, par exemple la Ligue du sud. Parachuter une candidate improbable face au député Jacques Bompard qui a consacré sa vie à défendre les valeurs de la droite nationale est une véritable insulte à tous ceux qui connaissent la valeur réelle de l’engagement et du service au profit d’une municipalité. Cette faute politique est majeure. Elle discrédite les partis et révèle au grand jour les intentions réelles de leur auteur : servir leurs intérêts plutôt que les valeurs qu’ils prétendent défendre.

Fort de ce constat et dans le sillage du départ de Marion Maréchal Le Pen, j’ai donc décidé de mettre fin à toutes mes responsabilités au sein du Front National. Dans le vaste mouvement de recomposition politique amorcé par la dernière élection présidentielle, la droite nationale, identitaire et sociale n’échappera pas à un devoir d’inventaire. Les victoires du futur seront au prix d’une union véritable, affranchie de l’ombre des partis et des chefs discrédités."

Philippe Carhon

http://lesalonbeige.blogs.com/my_weblog/web.html

Coup de gueule contre les grandes gueules du Net !

Quand la mairie de Paris parraine un festival interdit aux Blancs !

Il se déroulera du 28 au 30 juillet dans un local du XIe arrondissement mis à disposition par la mairie de Paris.

Un petit jeu comme dans l’enfance, ça vous tente ?

Voilà… On dirait qu’on aurait créé un festival, le « Svastika Festival », du nom de ce symbole universel qui, en sanscrit, signifie « ce qui apporte la bonne fortune, ce qui porte chance ».

On aurait demandé une salle à la mairie de Paris pour abriter cet événement « caucaso-féministe militant ». On proposerait là des tables rondes sur le racisme ou encore le sexisme contre les femmes blanches. Et ce serait interdit aux hommes et aux femmes noires.

N’importe quoi ! 
Je ne vous le fais pas dire : c’est idiot.

Impensable, totalement illégal, tombant sous le coup de la loi Gayssot qui stipule, dans son article 1, que « toute discrimination fondée sur l’appartenance ou la non-appartenance à une ethnie, une nation, une race ou une religion est interdite ». D’ailleurs, le mot « race » lui-même a été extirpé le 16 mai 2013 de la législation française, supprimé de 9 codes et 13 lois françaises. Hollande avait aussi promis de l’arracher de notre Constitution comme on arrache une molaire enclavée, mais il n’a pas eu le cran d’aller jusque-là…

Le Svastika Festival n’existe pas, mais le Nyamsapo Festival, si. Il se déroulera du 28 au 30 juillet dans un local du XIe arrondissement mis à disposition par la mairie de Paris. 

Il est organisé par Mwasi, une « association racialiste » (sic) qui a pour objet d’« encourager les femmes noires à être actrices de leur émancipation et leur autodétermination ».

Comme la svastika, le nyamsapo est un symbole. C’est, chez les Akans (un peuple d’Afrique de l’Ouest), le nœud de la sagesse, de l’ingéniosité, de l’intelligence et de la patience.

Pourquoi le Nyamsapo Festival n’aurait-il pas lieu, me direz-vous ? Eh bien, parce qu’il est absolument contraire à nos principes républicains et à la loi française. Il sera ainsi divisé entre un « espace non mixte femmes noires (80 % du festival) », un « espace non mixte personnes noires », un « espace non mixte femmes racisées » et, enfin, un « espace ouvert à tous », nous dit le programme. Pour résumer d’une phrase : c’est interdit aux Blancs. Même aux Blancs crétins des Inrocks qui racontent : « Nous avons souhaité nous rendre à une de leur (sic) réunion (sic) afin de les rencontrer. Elles nous ont alors poliment refusé l’accès, sous motif que leurs événements internes ne sont réservés qu’aux femmes afro-descendantes. »

Parenthèse : c’est quoi, des « femmes racisées » ? Est-ce que moi, par exemple, qui me suis un certain nombre de fois fait traiter de « putain de ta race », je suis une femme racisée ? Et pour les « afro-descendantes », où est-ce que ça commence et où est-ce que ça finit, parce qu’entre Obama et feu le roi Tutu du peuple Akan, le nuancier est large…

Le Front national s’est élevé contre ce scandale par la voix de son conseiller régional Wallerand de Saint-Just, et la LICRA et SOS Racisme lui ont emboîté le pas ; c’est dire…

Anne Hidalgo d’ouvrir alors les yeux, le 28 mai : « Je demande l’interdiction de ce festival. Je vais saisir le préfet de police en ce sens. » « Je me réserve également la possibilité de poursuivre les initiateurs de ce festival pour discrimination. »

Avant de les refermer le 29 au matin : « À la suite de mon intervention ferme hier auprès des organisateurs, une solution claire a été établie. » « Le festival organisé dans un lieu public sera ouvert à tous. Des ateliers non-mixtes (sic) se tiendront ailleurs, dans un cadre strictement privé. »

Bref, et « concrètement », comme le dit Breizh Info, « Anne Hidalgo vient tout simplement d’autoriser l’apartheid dans les lieux privés de la capitale ».

Pendant ce temps, le journal Le Monde réclame « plus de diversité » au sein du gouvernement…

http://www.bvoltaire.fr/mairie-de-paris-parraine-festival...

31/05/2017

Soutenez le bastion social !

18698282_1339622816124409_2734994270838731287_n.jpg

La pénurie de carburant se propage - Journal du mercredi 31 mai 2017

Quand l’Assemblée nationale ne respecte pas le Code du travail

Assemblée-nationale-1-600x272-1.jpg

Minute-31-mai-2017-251x350.jpgLe scandale est levé par l’hebdomadaire Minute dans son numéro daté d’aujourd’hui : l’Assemblée nationale ne respecte pas le Code du travail et les assistants parlementaires des députés qui vont être battus aux élections législatives sont inquiets pour leur avenir. Vont-ils devoir aller aux prud’hommes ? Voici, exceptionnellement, l’intégralité de cet article.

C’est une de ces histoires absurdes, comme seule la France peut en inventer. A l’Assemblée nationale, le lieu où l’on écrit et vote les lois, on ne respecte pas la loi ! Ce sont 1 200 collaborateurs parlementaires qui vont en faire les frais…

Collaborateur parlementaire : dans les couloirs de l’Assemblée, on dit un « collab’ ». Le grand public les a découverts avec Pénélope Fillon. Dans la réalité, les salaires sont moins confortables, les bureaux parisiens des députés et leurs permanences parlementaires moins agréables que le manoir de Beaucé et le travail du « collab’ », plus fastidieux et, surtout… plus réel.

Juridiquement, ces collaborateurs parlementaires – dont la liste est intégralement disponible sur le site de l’Assemblée – sont employés directement par le député. Celui-ci peut donc être comparé à un chef d’entreprise, responsable d’une petite PME. Chaque député a son numéro de Siret, paye ses charges patronales et salariales, etc. Une comparaison qui en fait hurler certains. Ainsi, pour Marie-Françoise Clergeau, député socialiste nantaise, questeur de l’Assemblée – et donc responsable des services administratifs –, « le député-employeur n’est pas considéré comme une entreprise soumise aux mêmes règles du Code du travail ». Elle-même emploie quatre collaborateurs, dont… sa fille.

Député battu, collab’ au chômedu

Quoiqu’il en soit, et parce qu’on ne devient pas député pour faire de la paperasse, la quasi-totalité d’entre eux a signé, en début de mandat, une délégation de gestion aux services de l’Assemblée nationale. Une facilité dont ils auraient eu tort de se priver. Résultat, ce sont ces services administratifs de l’Assemblée qui payent les petites mains des députés. Jusqu’ici, tout va bien. C’est après que ça se gâte, à la fin du mandat.

En effet, c’est bête à dire mais un mandat électif dépend… des élections, donc des électeurs. Et les élections, on peut les perdre. Résultat, si le député sortant n’est pas réélu ou ne se représente pas, il doit donc licencier son collaborateur parlementaire. Là où ça se complique, c’est pour déterminer le motif du licenciement…

Pour l’intersyndicale (de la CGT à la CFTC) des assistants parlementaires – reçue par Myriam El Khomri, quand celle-ci était encore ministre du Travail –, le motif du licenciement est évidemment économique. L’entreprise « député » ferme : le licenciement est donc économique.

Mais pour les services de l’Assemblée, le motif du licenciement est forcément… personnel. Pire, il semble être interdit de licencier un collaborateur pour motif économique.

Résultat, le nouveau chômeur voit donc son indemnité passer de 75 % à 57 % de son salaire brut ! Une paille… qui ne tient pas devant les prud’hommes.

Pour les prud’hommes, l’Assemblée a tort !

Comble de cette affaire, la jurisprudence dit exactement l’inverse de ce que prétendent les services de l’Assemblée nationale. Julien Aubert, député LR du Vaucluse, en a fait les frais. Fin 2016, il licencie une de ses collaboratrices, suite à la fermeture de sa permanence d’Apt. Sur les conseils des services de l’Assemblée, le député évoque alors un licenciement pour motif personnel. La dame ne l’accepte pas, va aux prud’hommes d’Avignon et obtient son licenciement économique. Pour les juges, les services de l’Assemblée ont tort ! Ce qui ne fait pas le meilleur effet quand on sait que les députés sont sensés écrire et voter la loi.

Reste qu’aujourd’hui, les collaborateurs parlementaires licenciés dans un mois ne savent toujours pas à quelle sauce ils vont être mangés…

D’un côté, on imagine mal les milliers de collab’ laissés sur le carreau attaquer leurs patrons respectifs aux prud’hommes. Qui plus est dans ce monde politique, où tout est une affaire de réseaux, de copinage, voire même de famille… De l’autre, on ne voit pas non plus comment l’Assemblée nationale va pouvoir continuer longtemps à s’asseoir ainsi sur le droit du travail.

Dura lex, sed lex. Ce n’est pas à un député qu’on va apprendre cela.

L. H.

Article paru dans Minute n° 2824 daté du 31 mai 2017

https://fr.novopress.info/

Poutine à Versailles : j’y étais, je vous raconte

3255648564.jpg

Voici un récit de la rencontre de Versailles vécue par Gabrielle Cluzel pourBoulevard Voltaire, publié hier mardi. Par ses référence historiques, mais aussi littéraires, ses réflexions d'ordre politique mais aussi culturel, on le verra, cet article de choses vues et les remarques qu'elles induisent, intéressera le lecteur royaliste, ou seulement patriote, de Lafautearousseau.  Rappelons pour ceux qui l'ignoreraient que Gabrielle Cluzel a participé - d'ailleurs brillamment - au colloque du Cercle de Flore « Refonder le bien commun », du 13 mai dernier, à Paris (Illustration ci-dessous)LFAR 

110754293.jpgHier, Emmanuel Macron a reçu Vladimir Poutine à Versailles. Ils y ont tous deux donné une conférence de presse dans l’après-midi. J’ai eu la joie et le privilège d’y participer pourBoulevard Voltaire.

Un journaliste de la presse alternative dans ce genre de rassemblement, c’est un peu Proust chez la duchesse de Guermantes. « C’est pour quel média ? », claironne, à l’entrée, la dame qui compulse ses listes d’un doigt mouillé, telle l’aboyeur à l’entrée du bal. « Boulevard Voltaire », chuchoté-je, en regardant à droite et à gauche comme si j’avouais être vendeuse dans un sex-shop. Non, tout va bien. Le cameraman, devant, me tient encore la porte. Il n’a pas dû entendre.

Mais oui, j’ai pu rentrer. Mais non, on ne m’a pas refusé mon accréditation. Dites donc, on ne vit pas en Union soviétique, quand même… pour rester dans le registre géographique de la journée.

Les journalistes sont invités à attendre dans la galerie des Batailles. Le cadre est somptueux, les murs sont couverts d’immenses tableaux chantant l’épopée militaire française sous l’Ancien Régime. Ils sont virils, guerriers, figuratifs, regorgent d’étendards dorés, d’uniformes chamarrés et de fierté française glorifiée : tout ce que déteste la gauche, mais on n’a rien trouvé de mieux pour en imposer au dirigeant d’une grande puissance avec lequel on souhaite négocier.

« Il n’y a pas une culture française, mais des cultures françaises », a dit Emmanuel Macron, mais c’est pourtant celle-là – la grande, l’éternelle, la belle, la seule qui incarne notre pays dans l’imaginaire étranger, à défaut de peupler encore celui des Français – qu’il a choisie. Eh pardi ! Je le comprends : le premier qui réussit à inspirer le respect à qui que ce soit à l’ombre d’un plug anal vert pomme, assis dans l’entonnoir du vagin de la reine, me prévient.

Si la ponctualité est la politesse des rois, on se souvient vite qu’en dépit du cadre, on est en république. Les journalistes poireautent, poireautent, poireautent. Les plus à plaindre sont les chaînes d’information continue. Elles se refilent le micro pour commenter, sur l’air d’une pièce de Beckett En attendant Macron. « Les deux présidents ont passé une heure à discuter ensemble, ils avaient beaucoup de choses à se dire. » Certes. Ils ont aussi passé une heure à table. Ils devaient avoir très faim, hein ? 

Les présidents arrivent enfin.

Macron évoque dès le début Pierre le Grand, et Poutine Anne de Kiev. Tous deux une amitié franco-russe qui n’a jamais cessé. Hollande, devant sa télé, doit s’étrangler. Poutine avoue être très impressionné par Versailles, qu’il n’avait jamais visité. Macron cite son ministre de la Culture, éditeur, qui a publié Tchekhov et Dostoïevski. L’un et l’autre annoncent un partenariat culturel, dans lequel les jeunesses des deux pays auront grande part.

Puis vient le tour de la Syrie : la priorité absolue est la lutte contre Daech, et elle passe par la coopération des deux pays. Ils parlent même – à l’initiative d’un journaliste de l’AFP – de la rencontre entre Poutine et Marine Le Pen. Poutine ne renie rien, bien au contraire – « Marine Le Pen a toujours œuvré pour le rapprochement avec la Russie ». Macron ne lui en fait pas grief puisque, finalement, c’est lui qui a gagné.

Le parcours d’Emmanuel Macron aurait été d’ailleurs presque sans faute… sans la question d’une journaliste de Russia Today : celle-ci s’étonne de l’ostracisme dont son média a fait l’objet durant sa campagne. « RT et Sputnik sont des organes d’influence, pas des journalistes », s’emporte-t-il, se prenant de ce fait légèrement les pieds dans le tapis : parce que tous ces braves gens de la presse française ici présents ont toujours été, peut-être, à l’endroit de Vladimir Poutine, d’une parfaite neutralité ?

On retiendra cependant un mot de son discours : « Je suis un pragmatique », qui laisse enfin espérer un retour salvateur à un peu de realpolitik. On peut être de la presse alternative et constater les évolutions positives, non ?   

 Ecrivain, journaliste

http://lafautearousseau.hautetfort.com/

Au FN, Florian Philippot s'exerce au putsch. Avec succès

6a00d83451619c69e201b7c8fd7afd970b-250wi.pngC'est raconté dans Minute :

"[...] Le 15 mai dernier, Nicolas Bay, secrétaire général du FN, présente à la presse, au siège du parti, à Nanterre, les candidats officiellement investis par le parti. Parmi eux figure la candidate qui portera les couleurs du FN dans la 4e circonscription de Saône et Loire, Nathalie Szych. Quasiment au même moment, la grande copine de Florian Philippot, Sophie Montel, présidente du groupe FN-Les Patriotes en Bourgogne–Franche-Comté et vice-présidente des Patriotes, l’association nouvellement créée par Philippot, annonce à Nathalie Szych... qu’elle ne sera pas candidate ! Et Philippot s’offre le plaisir d’annoncer à la presse locale que le candidat sur la 4e circonscription sera Maxime Thiébaut, vice-président des Patriotes lui aussi et transfuge de Debout La France dont il était responsable régional. Pour enfoncer le clou et rendre la décision publiquement irrévocable, il annonce de surcroît sa présence à un meeting en Saône et Loire pour soutenir l’ensemble des candidats.

Nicolas Bay s’est-il trompé ? Evidemment pas. Dans la liste des candidats établie par le secrétariat national aux élections, c’est bien le nom de Nathalie Szych qui apparaît. Et pour cause : elle a été dûment désignée par la commission nationale d’investiture – dans laquelle siège d’ailleurs... Sophie Montel. Nathalie Szych est furieuse et Nicolas Dupont-Aignan encore plus. Maxime Thiébaut était le directeur adjoint de cabinet du président de Debout la France et nul n’a pris la peine de le prévenir qu’il passait au FN – du moins chez Les Patriotes, ce qui n’est pas forcément la même chose –, ni qu’il allait être candidat aux législatives. Moyennant quoi Dupont-Aignan, qui en a déjà découvert beaucoup sur le fonctionnement du FN mais n’est pas au bout de ses surprises, n’imaginant pas qu’un tel acte puisse être le fruit d’une décision isolée, prend son téléphone, appelle Marine Le Pen et l’accuse de duplicité. Ambiance...

Très logiquement, c’est au tour de Marine Le Pen d’être furieuse. Du passage en force de son vice-président et de ses conséquences pour l’alliance FN-DLF aux législatives. Elle demande aux équipes de Nicolas Bay de veiller à ce que la candidature de Nathalie Szych soit bien déposée en préfecture et exige de Philippot qu’il bloque la candidature « flibustière ». S’en suit une réunion... surréaliste, qui va prendre les allures de commission nationale d’investiture extraordinaire – dans tous les sens du terme. Alors que plusieurs participants reprochent vertement son comportement à Florian Philippot, Marine Le Pen, nous assure un participant, « ne parvient pas à soutenir son regard » ni à s’associer aux reproches. « Elle a préféré se défouler sur Sophie Montel, qui bien entendu n’avait pas agi de son propre chef. » « On a été estomaqués », ajoute cette source qui tient à préserver son anonymat. Car en fait, cette fausse CNI – il faudrait, pour qu’elle soit valable, que Jean-Marie Le Pen y soit convoqué – a accouché de la décision... de faire riper Nathalie Szych sur une circonscription voisine et de confirmer le coup de force du tandem Philippot-Montel ! Il y en a tout de même qui font de la résistance passive car, au 29 mai, le site tout à fait officiel fnlegislatives.fr, « portail national FN des élections législatives », où l’éditorial est signé par Nicolas Bay, donnait toujours Nathalie Szych candidate sur la 4e de Saône-et-Loire et ignorait l’existence de ce Maxime Thiébaut.

Il n’empêche : le pu-putsch a réussi, les apparences sont presque sauves et Philippot peut réserver ses billets de train pour aller passer ses journées avec son nouveau camarade de jeux Maxime Thiébaut plutôt que de s’occuper de sa circonscription de Forbach. Ainsi la semaine dernière étaient-ils tous deux, chaperonnés par Sophie Montel qui semblait s’amuser comme une folle et en compagnie de quelques autres candidats philippotistes aux législatives dans des secteurs évidemment favorables, à la Foire comtoise de Besançon.

Quant à l’association Les Patriotes, lors de cette même réunion de crise, Marine Le Pen a tout de même demandé à Florian Philippot de s’abstenir de toute nouvelle initiative à ce sujet. Message reçu... zéro sur cinq. Dès le lendemain, Philippot lui-même communiquait publiquement un message détaillant les modalités d’adhésion à son association. Moralité : Florian Philippot aura réussi, en l’espace de quelques jours et grâce à un de ces bras de fer dont il a l’habitude, à violer le fonctionnement officiel des instances de son parti, prendre le risque d’une crise au sommet pour placer un ami très proche qui lui devra tout, affaiblir l’alliance historique avec Debout La France et imposer sa loi, une fois de plus, à Marine Le Pen ! [...]"

En attendant de lui prendre la place. Il ne faut pas se leurrer.

Michel Janva

http://lesalonbeige.blogs.com/my_weblog/web.html

Alsace, législatives 2017 : 2 candidats régionalistes

800_Dahmane_Cordonnier-768x448.jpg

Catherine Dahmane est la candidate du Mouvement Alsace d’Abord à l’élection législative dans la 3è circonscription du Haut-Rhin. Cette circonscription regroupe les cantons d’Altkirch, Dannemarie, Ferrette, Hirsingue et Huningue. Âgée de 45 ans, cette mère de famille bien implantée dans le secteur, est employée administrative logistique. Elle a choisi pour suppléant Jean-Marc Knibihler, 62 ans, marié et père de deux enfants.

C’est Jacques Cordonnier, président d’Alsace d’abord, qui représentera le mouvement dans le Bas-Rhin, dans la 4è circonscription. Il aura comme suppléante Christèle Hert, 45 ans, active militante de la cause alsacienne. La 4è circonscription du Bas-Rhin, autrefois appelée Strasbourg-campagne, regroupe les cantons de Mundolsheim, Truchtersheim et Geispolsheim, ainsi que les communes de Lingolsheim et d’Ostwald.

http://synthesenationale.hautetfort.com/archive/2017/05/3...