Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

20/09/2018

Paganisme et christianisme populaire, remparts de la civilisation européenne

259124548.jpg

Ex: http://thomasferrier.hautetfort.com 

Le Parti des Européens souffre d’un malentendu quant à ses positions sur les questions de religion, donnant parfois l’impression aux euro-chrétiens qu’il s’oppose à eux. 
Pourtant, le programme du parti explicite clairement la défense des religions d’Europe dans leurs espaces enracinés, à savoir non seulement l’euro-paganisme sous ses différentes « chapelles » mais aussi les trois christianismes (catholicisme, réforme et églises orthodoxes nationales), le judaïsme en raison de l’ancienneté de sa présence historique en Europe, comparable au parsisme en Inde, et l’islam enraciné qu’on retrouve dans les Balkans, dans le Caucase et dans certaines républiques autonomes de Russie (comme le Tatarstan). C’est la notion d’enracinement sur la longue durée qui est ici essentielle.
L’analyse historique des origines proche-orientales du christianisme, tant sur le plan historique (Ramsay Mac Mullen, Thomas Römer…) que philosophique (Friedrich Nietzsche, Jean Soler, Michel Onfray…), ne saurait se confondre avec une démarche politique. 
La réalité sombre de la christianisation, à partir du règne de Constantin, loin du conte pour enfants d’une conversion spontanée et heureuse des Européens, doit être acceptée comme le fait historique indiscutable qu’il est. Le christianisme était l’une des religions orientales qui s’est développée au bas-empire, comme le mithraïsme et le manichéisme, et Constantin fut un Açoka qui a réussi (le roi indien Açoka échoua à imposer le bouddhisme aux Indiens). 
Constantin y trouva son intérêt, considérant l’adhésion au monothéisme comme une manière de renforcer l’autocratisme et tous les rois « barbares » qui l’imiteront agiront dans le même sens. « Un seul Dieu, un seul roi ». La disparition de la démocratie scandinave à l’époque viking au profit de la monarchie est concomitante de l’adoption du christianisme. Les résistances furent nombreuses et ce pendant des siècles. Ainsi trois siècles après la conversion de Vladimir, des prêtres païens animent encore la révolte à proximité de Kiev. Et cinq siècles après la loi de Théodose de 392 interdisant le culte des dieux, suivi en 394 de l’interdiction des Jeux Olympiques, la Laconie autour de Sparte était encore majoritairement païenne.
Le pape Grégoire Ier autour de l’an 600, confronté aux résistances des Européens païens, décida d’une politique audacieuse, qui a été de récupérer les lieux de culte et les divinités locales des païens, de les christianiser en offrant aux populations des substituts acceptables. C’est ainsi que des saints imaginaires succédèrent aux dieux, que les fêtes païennes devinrent les fêtes chrétiennes, et que des pans entiers de la tradition indo-européenne furent sauvés par une église qui trois siècles avant ne rêvait que de la faire disparaître.
C’est ce que l’on nomme le pagano-christianisme ou la double foi (en russe : двоеверие) et qui a été la religion de l’Europe chrétienne médiévale. C’est ce christianisme populaire et laïc, s’opposant aux dogmes du clergé, qui constitue encore la religiosité de l’Europe contemporaine, avec ses baptêmes et ses mariages à l’église. Il est bien différent des « valeurs devenues folles » fustigées par G. K. Chesterton et en revanche encensées par le pape François et par un clergé fondamentalement athée et qui ne prône plus d’un vague globalisme moral. C’est le christianisme du bon sens de l’Européen moyen, qui refuse l’implantation de migrants, comme en Pologne et en Hongrie. C’est le christianisme de Salvini ou d’Orban face au pape. C’est le christianisme modeste et sans excès de Vladimir Poutine. C’est moins le cas de Jaroslaw Kaczynski, qui paraît trop bigot.
Le christianisme populaire n’est pas en effet la bigoterie sectaire, mais une religiosité tolérante et la manifestation de la fidélité à ses ancêtres, à ses parents. Un tel christianisme ne s’oppose pas à la renaissance païenne mais l’accompagne même avec bienveillance.

Car la révélation de ce début du XXIème siècle en Europe, c’est le retour du paganisme ou euro-paganisme (pour le distinguer des polythéismes non-européens), et notamment en Europe scandinave et en Europe centrale et orientale. Il n’est pas tant une réaction au christianisme clérical qu’une affirmation identitaire d’une religiosité plus nationale, plus enracinée encore, mais aussi plus proche de la nature. La « vraie religion de l’Europe » n’entend pas reprendre sa place ancienne en imitant la religion qui s’est substituée à elle. Elle ne rêve pas d’une revanche ni d’un nouveau Julien. Peut-être espère-t-elle en revanche un Numa Pompilius pour l’organiser et lui donner les moyens de son culte.
En effet, sous la forme d'asatru dans les pays germano-scandinaves, de la rodnoverie « foi native » dans les pays slaves, en Ukraine comme en Russie pourtant contextuellement opposées, et sous divers noms partout sur le continent (suomenusko en Finlande, hellenismos en Grèce, Ősmagyar vallás en Hongrie, religio romana en Italie, draiocht « druidisme » en Irlande, romuva en Lituanie, hetanosyun en Arménie), l’euro-paganisme est à nouveau présent en 2018. Beaucoup d'euro-chrétiens l'acceptent volontiers et sont loin de s'en offusquer, à la différence du Vatican qui s'en inquiète.
Il ne faut pas opposer euro-paganisme et euro-christianisme ou « christianisme populaire européen », mais les associer pour susciter le renouveau spirituel qui fait défaut à l’Europe et pour en faire les instruments de la résistance au globalisme, un globalisme soutenu par l’actuel Vatican comme paradoxalement par ses pires adversaires. Le bon sens de l’Européen, chrétien comme païen, sera la réponse appropriée pour en triompher.

Thomas FERRIER (Le Parti des Européens)

http://euro-synergies.hautetfort.com/

Orban : La prochaine bataille se dessine – l’Union européenne veut enlever aux Etats membres le droit de défendre leurs frontières

3422219803.jpg

Viktor Orban a donné une interview hier (14.9.2018) à la radio Kossuth, émission « 180 minutes », pour analyser les événements qui se sont déroulés au Parlement européen lors du procès de la Hongrie basé sur le rapport Sargentini ainsi que la suite à venir.

La semaine précédant ce procès, Merkel s’est rendue chez Macron en France et ensemble ils ont adressé un ultimatum aux pays se trouvant aux frontières extérieures de l’Espace Schengen. Ils ont défini une stratégie pour mettre à genoux la Hongrie, qui échappe à leur contrôle et refuse de se transformer en société multiculturelle. Voilà ce qui se joue dans les coulisses alors que le regard est fixé sur le procès Sargentini.

La stratégie consisterait à enlever aux pays situés aux frontières de l’UE le droit de défendre leurs frontières et à y envoyer des mercenaires pour gérer la migration. (Les gardes-frontières hongrois assermentés et patriotes seraient remplacés par des mercenaires à la solde de l’UE !). « Ils veulent tout simplement nous enlever les clefs de la porte », résume Orban». La prochaine bataille consistera à décider qui va défendre les frontières de la Hongrie et qui on laissera entrer sur le territoire hongrois.

Orban dit qu’il ne faut pas avoir la moindre illusion : ces mercenaires auront l’ordre de faire entrer les migrants. Le procès Sargentini était une sorte de diversion par rapport à ce projet, mais signalait aussi la volonté claire de stigmatiser et diaboliser toute la Hongrie, de l'isoler, de la mettre au ban de la communauté européenne pour fragiliser sa position et affaiblir sa résistance.

Orban explique que le Parlement européen actuel est acquis à l’idéologie pro-migrationniste de la gauche, qui y est majoritaire, c’est pourquoi la motion contre la Hongrie a obtenu la majorité.

Ces élites considèrent qu’ils ont comme mission historique de changer la composition de la population européenne, d’effectuer la mise en œuvre du grand remplacement. Ces politiciens haïssent ceux qui s’opposent à  eux, et haïssent ceux qui essayent d’organiser une résistance contre eux. Après les élections de mai 2019, ils aimeraient préserver un Parlement européen pro-migrationniste afin de continuer le même travail qu’ils ont fait jusqu’ici. Pour cela, ils doivent attaquer le symbole de la résistance qu’est la Hongrie et spécialement moi – dit Orban – parce que je dirige le pays.

Orban pointe du doigt le fait que le Parlement européen a dû transgresser ses lois pour condamner la Hongrie. Le camp de Sargentini a dû changer le règlement du scrutin juste avant le vote car il savait (tout comme la Hongrie) qu’autrement il ne pourrait pas obtenir les 2/3 des voix nécessaires pour la condamnation. C’est pour cela qu’il a décidé que les abstentions, contrairement au règlement, ne seraient pas comptabilisées comme « votants » (ce qui réduisait la base de calcul des 2/3 en conséquence) [ndlr : nous en avons parlé ici]. Le Parlement européen est en train de consommer les dernières miettes de son intégrité morale lorsqu’il juge un pays en violant ses propres règles pour arriver à ses fins !

Il y a eu de bonnes et de mauvaises surprises [lors de ce vote au PE]. L’équipe de Sebastian Kurz [le ÖVP autrichien] a voté majoritairement contre la Hongrie alors que la Roumanie, avec qui la Hongrie a un rapport tumultueux, a voté en faveur de la Hongrie. C’est une grande leçon pour nous.

Orban rassure la population : il ne peut pas y avoir de grandes conséquences à cette condamnation Sargentini. Au mois de mai, il y aura la nouvelle élection du Parlement européen et l’équipe actuelle, qui n’est plus qu’une collection de mode de fin de saison, sera renouvelée.

Des spécialistes du parlement hongrois ont réfuté point par point, dans un rapport, l’acte d’accusation de Sargentini.
19 points concernent les désaccords de la Hongrie avec le PE (mariage homosexuel, enseignement de la théorie du genre, etc.). 13 points avaient déjà été débattus et jugés, les dossiers étaient clos.37 points sont des erreurs de faits.

Orban appelle à la vigilance : à côté de l’enjeu migratoire, il y a l’enjeu des votations européennes à venir.
Nous connaissons les faits concernant le budget européen et ses statistiques. L’Union européenne soutient, avec plusieurs centaines de millions d’euros, les organisations, soi-disant civiles, de Soros. Et Soros mène un lobbyisme politique actif contre la Hongrie. Si la composition du Parlement européen change après mai 2019, les centaines de millions destinés aux ONG de Soros vont sauter.

Sargentini accuse la Hongrie d’antisémitisme et, en même temps, elle mène une campagne contre Israël. Or, Macron en personne vient de préciser que l’antisémitisme moderne est dirigé actuellement contre l’Etat d’Israël. L’Union européenne finance des pseudo-ONG qui mènent en réalité des campagnes antisémites contre Israël.
Orban résume cela ainsi : la situation est telle que le centre de l’antisémitisme moderne, qui est dirigé contre Israël et son gouvernement, est l’Union européenne. Le centre du financement de cet antisémitisme moderne se trouve à Bruxelles.

Orban dit que cela ne peut plus durer et que si cela dépend de la Hongrie, après l’élection du PE, elle changera ces choses.

Orban précise que pour la Hongrie, après le rôle qu’elle a joué dans la Shoah, c’est une obligation morale de prendre position contre l’antisémitisme. C’est une question d’honneur. La Hongrie a annoncé une tolérance zéro envers l’antisémitisme. Et cette femme (Sargentini), qui soutient l’antisémitisme moderne, nous condamne !

En ce qui concerne les députés hongrois de l’opposition siégeant au PE, Orban accepte que l’opposition soit démoralisée après avoir perdu trois fois de suite les élections en Hongrie. Orban leur rappelle ce qu’il avait dit au parlement après les élections : aucun échec n’est définitif en politique, aucune victoire n’est définitive. Dans la lutte  virile pour le pouvoir, il y a des coups durs, mais avec l’aide de Dieu et la foi en ce que les partis croient juste, l’un ou l’autre vaincra. Dans une lutte pour le pouvoir, les émotions font surface, mais Orban est tout de même sidéré de constater que ses adversaires ont une telle haine pour les vainqueurs que l’avenir de leur propre pays passe au second plan pour eux. « C’est la mentalité communiste », résume Orban, qui ajoute : «  Il y a un réel problème avec celui qui hait plus son adversaire politique qu’il n’aime son pays. »

Orban attire également l’attention sur le fait que le rapport Sargentini condamne la Hongrie entière. Le rapport est disponible à chacun, il s’adresse à toute la Hongrie et pas seulement au gouvernement en place.

Source : https://www.mediaklikk.hu/cikk/2018/09/14/orban-viktor-mi...

Résumé/traduction Cenator pour LesObservateurs.ch

Rappel : https://lesobservateurs.ch/2018/05/01/proces-stalinien-in... (voir notamment les interventions de Peter Szijjarto)

http://euro-synergies.hautetfort.com/

Repentance macronienne : un crachat sur la mémoire nationale

ob_199d1f_audin-macron.png

Jean-François Touzé

Secrétaire national du Parti de la France cliquez là

Sur la grande toile nauséabonde de la repentance, Macron qui, en février 2017, à Alger, qualifiait la colonisation française de « crime contre l'humanité » vient d’ajouter un crachat supplémentaire à la mémoire nationale en affirmant la responsabilité de l’État dans la mort de Maurice Audin.

Traître communiste et complice des terroristes du FLN, ce mathématicien avait été arrêté et interrogé par les parachutistes de la 10e DP du général Massu dans le cadre de la mission qui leur avait été confiée par le gouvernement socialiste de Guy Mollet, en vertu des pouvoirs spéciaux que lui avait accordés l’assemblée nationale en mars 1956. La bataille d'Alger fut la bataille d'une France qui ne courbait pas encore totalement le dos. En quelques semaines, la 10e DP, par son action exemplaire, mit fin aux attentats arabes qui dévastaient Alger et frappaient la population.

Audin soutenait ces attentats puisqu’il en aidait les auteurs qu'il lui arriva même de cacher. Audin était un traître. Un renégat. Un terroriste par personnes interposées. Son sort fut celui réservé aux traîtres, aux renégats et aux terroristes

En lui rendant un hommage détourné, en demandant « pardon » à sa veuve, Macron vient de donner un écœurant satisfecit à la trahison d'hier et d'ouvrir les portes à celles de demain.

  • Pour les communistes, cette « reconnaissance » est celle de leur action scélérate tout au long des guerres d’Indochine et d’Algérie, eux qui n'eurent pendant soixante ans d'autre patrie que la terre soviétique.
  • Pour les gauchistes d’aujourd’hui, elle est un signe et un encouragement.
  • Pour l’Algérie, elle est un pas de plus vers l’agenouillement total de la France.
  • Pour les familles de Français nés en Algérie, elle est une offense et une souffrance par la réouverture de plaies encore fraîches.
  • Pour les harkis et leurs fils que l’État feignait d’honorer le mois dernier, il s'agit d'un abandon de plus.
  • Pour l’armée Française, il s'agit d'un désaveu cinglant et d'un camouflet, infligés par celui qui s'en prétend le chef.
  • Pour les membres des forces de l'ordre, civiles et militaires, sur les épaules desquels reposent la sécurité de la France et des Français, à l’intérieur comme, en opérations, à l’extérieur de nos frontières, il s'agit d'un coup de couteau dans le dos et d'un acte de démoralisation.
  • Pour les islamistes, elle s’apparente à un coup de pouce donné aux réseaux de soutien au terrorisme d'aujourd'hui comme ceux de Curiel ou Audin hier.

Le Parti de la France rend hommage à tous ceux qui ont construit l’Algérie française et à ceux qui l'ont défendue, souvent jusqu’à la mort, face aux massacreurs du FLN et à leurs complices communistes, puis, quand vint le temps de la trahison et de la félonie, en résistant à un abandon dont ils savaient qu'il serait suivi de bien d’autres.

Macron, dès son élection, avait tenu à placer son mandat sous le signe de De Gaulle. On en mesure les raisons aujourd'hui.

Repentance macronienne : un crachat sur la mémoire nationale

ob_199d1f_audin-macron.png

Jean-François Touzé

Secrétaire national du Parti de la France cliquez là

Sur la grande toile nauséabonde de la repentance, Macron qui, en février 2017, à Alger, qualifiait la colonisation française de « crime contre l'humanité » vient d’ajouter un crachat supplémentaire à la mémoire nationale en affirmant la responsabilité de l’État dans la mort de Maurice Audin.

Traître communiste et complice des terroristes du FLN, ce mathématicien avait été arrêté et interrogé par les parachutistes de la 10e DP du général Massu dans le cadre de la mission qui leur avait été confiée par le gouvernement socialiste de Guy Mollet, en vertu des pouvoirs spéciaux que lui avait accordés l’assemblée nationale en mars 1956. La bataille d'Alger fut la bataille d'une France qui ne courbait pas encore totalement le dos. En quelques semaines, la 10e DP, par son action exemplaire, mit fin aux attentats arabes qui dévastaient Alger et frappaient la population.

Audin soutenait ces attentats puisqu’il en aidait les auteurs qu'il lui arriva même de cacher. Audin était un traître. Un renégat. Un terroriste par personnes interposées. Son sort fut celui réservé aux traîtres, aux renégats et aux terroristes

En lui rendant un hommage détourné, en demandant « pardon » à sa veuve, Macron vient de donner un écœurant satisfecit à la trahison d'hier et d'ouvrir les portes à celles de demain.

  • Pour les communistes, cette « reconnaissance » est celle de leur action scélérate tout au long des guerres d’Indochine et d’Algérie, eux qui n'eurent pendant soixante ans d'autre patrie que la terre soviétique.
  • Pour les gauchistes d’aujourd’hui, elle est un signe et un encouragement.
  • Pour l’Algérie, elle est un pas de plus vers l’agenouillement total de la France.
  • Pour les familles de Français nés en Algérie, elle est une offense et une souffrance par la réouverture de plaies encore fraîches.
  • Pour les harkis et leurs fils que l’État feignait d’honorer le mois dernier, il s'agit d'un abandon de plus.
  • Pour l’armée Française, il s'agit d'un désaveu cinglant et d'un camouflet, infligés par celui qui s'en prétend le chef.
  • Pour les membres des forces de l'ordre, civiles et militaires, sur les épaules desquels reposent la sécurité de la France et des Français, à l’intérieur comme, en opérations, à l’extérieur de nos frontières, il s'agit d'un coup de couteau dans le dos et d'un acte de démoralisation.
  • Pour les islamistes, elle s’apparente à un coup de pouce donné aux réseaux de soutien au terrorisme d'aujourd'hui comme ceux de Curiel ou Audin hier.

Le Parti de la France rend hommage à tous ceux qui ont construit l’Algérie française et à ceux qui l'ont défendue, souvent jusqu’à la mort, face aux massacreurs du FLN et à leurs complices communistes, puis, quand vint le temps de la trahison et de la félonie, en résistant à un abandon dont ils savaient qu'il serait suivi de bien d’autres.

Macron, dès son élection, avait tenu à placer son mandat sous le signe de De Gaulle. On en mesure les raisons aujourd'hui.

Sommet de Salzbourg : l’impasse bruxelloise – Journal du 20 septembre 2018

UE / Sommet de Salzbourg : l’impasse bruxelloise
Une Union Européenne en panne ! Après avoir mis au banc des accusés la Hongrie et la Pologne, Bruxelles tente de rejouer le coup de l’unité et montre ses propres limites. Une défaite de la technocratie qui est aussi celle d’Emmanuel Macron.

Société / Emploi : la France championne des faux CV !
Plus de la moitié des CV des français sont bidonnés ! Une étude fait état des chiffres alarmant entourant la triche dans la recherche d’emploi… mais la généralisation des nouvelles technologie et l’avènement de l’économie numérique pourrait bien changer la donne.

Politique / Anne Hidalgo isolée
Le maire de Paris plus seule que jamais ! Avec le départ de son adjoint Bruno Julliard, les ralliements à la majorité présidentielle et les difficultés électorales de la gauche, Anne Hidalgo devrait avoir toutes les peines du monde à garder sa place à l’Hôtel de ville !

International / Orthodoxie : Vers un Schisme entre Moscou et Constantinople ?

Serveur TVL

Lien dailymotion
https://www.tvlibertes.com/2018/09/20/25853/sommet-de-sal...

La justice convoque Marine Le Pen à une expertise psychiatrique

La justice convoque Marine Le Pen à une expertise psychiatrique

Sommes-nous en Union soviétique ou en Corée du Nord ? La justice demande une expertise psychiatrique à un opposant politique :

Et après ça critique les méthodes de Donald Trump, de la Pologne, de l’Italie, ou de la Hongrie…

https://www.lesalonbeige.fr/la-justice-convoque-marine-le...

Le Système a rattrapé Emmanuel Macron. Les velléités de verticalité et de grandeur ont fait long feu

1696819521.jpg

Emmanuel Macron revient du Danemark (28.08). Il s'était peu avant rendu en Espagne (26.07) ; Il doit aller prochainement au Maroc (vraisemblablement en novembre). Ces trois pays sont des royaumes. L’Espagne et le Danemark sont deux des sept ou huit monarchies européennes. Le Royaume du Maroc est le seul État d'Afrique du Nord qui tienne debout.  

Au Danemark, le plus sudiste des États scandinaves, le Chef de l'État est allé chercher, dit-on, un soutien à sa rêverie européiste qui n'en a quasiment plus. Mais le Danemark, le plus paisible des royaumes, entend conserver son identité, sa souveraineté, et, dans un message de Noël qui avait surpris (2016) mais fut suivi d'effets, la reine Margrethe II avait mis en garde ses compatriotes contre les dangers d'un accueil massif de migrants*. Le Danemark durcit aujourd'hui sa politique migratoire jusque-là dangereusement laxiste. Nonobstant les consignes de Bruxelles. Les mises en garde royales, pour les Danois, ont prévalu.  

Le cas de l'Espagne est différent, plus complexe. Elle est royaume depuis la nuit des temps. Si l'on additionne les années qu'ont duré ses deux républiques, fût-ce en comptant les périodes de guerre civile qu’elles ont connues et perdues, on ne dépasse pas la dizaine. Mais l'Espagne n'a jamais atteint le niveau français d'unité politique. Elle est aujourd'hui affaiblie par le séparatisme catalan et, le cas échéant, basque. La société civile espagnole est presque aussi dissoute que la nôtre et que celles de l'Occident en général.  Il n'empêche : l'Espagne a vécu quarante-trois ans de paix civile depuis que la monarchie y a été rétablie (1975), quatre-vingts si l'on compte la période franquiste. Les connaisseurs de l'histoire d'Espagne sauront que depuis plusieurs siècles une aussi longue période de paix civile ne lui avait pas été donnée. Sans son roi qui l'unit tant bien que mal, il est assez probable qu'il y aurait aujourd'hui une république à Barcelone, une autre à Bilbao et peut-être à Séville, sans compter celle qui ne manquerait pas de s'instaurer à Madrid. Cela ne s'accomplirait pas dans l'ordre et la concorde. L'Espagne renouerait avec ses vieilles luttes fratricides. L'Europe que nous aimons, la vraie, s'en trouverait encore diminuée. 

Quant au Maroc, il suffit de songer à ce qu'il en serait advenu si l'attentat de Skhirat fomenté par la Libye de Kadhafi contre le roi Hassan II et la famille royale (1971) avait réussi, ou celui ourdi par le général Oufkir l'année suivante (attaque du Boeing du roi au-dessus du détroit de Gibraltar) ou encore si l'actuel souverain y était renversé ou tué par un quelconque complot islamiste, ce qui n’est pas une hypothèse fantaisiste... Le bienfait qu'apporte à son pays le régime monarchique marocain malgré ses défauts, saute aux yeux. 

Reconnaissons-le simplement : l'Europe dont nous avons hérité a été construite, façonnée, conduite au plus haut de la civilisation et de la puissance par des dynasties. C'est à dire par des familles.  En symbiose avec des multitudes d'autres familles aristocratiques et populaires. L'Europe est l'œuvre des Habsbourg, des Hohenzollern,  des Capétiens, des Savoie, des Saxe-Cobourg, des Romanov,  de la Couronne britannique, etc. Et c'est dans ce qui subsiste de leur héritage que nous survivons aujourd'hui. Héritage qui fut et reste en partie superbe, même s'il ne faut pas l'idéaliser. Les démocraties ou dites telles qui, dans le sillage des Lumières, gèrent cet héritage depuis un peu plus de deux siècles, n'y ont ajouté, en tout cas de leur fait, à peu près rien de substantiel ni qui mérite l'admiration.  Elles y ont retranché beaucoup. Elles ont ouvert l'ère des guerres de masse qui ont laissé le continent exsangue :  de millions d'hommes sacrifiés et de richesses englouties. Elles ont coupé les peuples de leurs racines profondes, détruit, surtout en France,  les communautés intermédiaires qui faisaient leur organicité ; elles veulent aujourd'hui les fondre - c'est à dire les tuer - dans la mondialisation, l'immigration massive, etc. De démocratie elles n'ont d'ailleurs que le nom : ce sont en vérité des ploutocraties. Elles nous ont fait passer, comme Maurras l'avait vu, « de l'autorité des princes de notre sang sous la verge des marchands d'or ». ** L'avilissement de la civilisation européenne et le déclin de sa puissance s'en sont inexorablement suivis. 

Il est donc clair que les siècles où les régimes dynastiques dominaient ont uni, construit, amassé, édifié, bâti une civilisation couronnée d'esthétique et de culture, tandis que les siècles dits démocratiques ont consommé, dilapidé, dégradé, enlaidi. 

Ces systèmes de démocratie formelle telles qu'elle a été imaginée et installée en France, seront-ils à la hauteur, seront-ils capables de faire face aux redoutables défis qui semblent attendre l'Europe des prochaines décennies, au premier rang desquels les grandes invasions africaines prévisibles, dont nous ne vivons sans-doute que les prémices ? L'Europe, si elle veut survivre, rester elle-même, ne pas se transmuer en une annexe islamisée du continent africain, devra sans-doute lutter durement sur son propre sol pour sa survie.  

De cette épreuve, les peuples du continent européen peuvent sortir vaincus. Notre civilisation, submergée et soumise, aura alors vécu. On se souvient peut-être des termes dans lesquels Malraux avait envisagé cette lugubre éventualité : « L’Europe défend encore les valeurs intellectuelles les plus hautes du monde. Et pour le savoir, il suffit de la supposer morte. Si, sur le lieu qui fut Florence, sur le lieu que fut Paris, on en était au jour où « s’inclinent les joncs murmurants et penchés », croyez-vous véritablement qu’il faudrait un temps très long pour que ce qu’ont été ces lieux illustres se retrouve dans la mémoire des hommes comme des figures sacrées ? » *** 

Mais les Français et les autres Européens, unis comme ils le furent pour la Croisade, comme ils le furent à Lépante face aux Turcs, peuvent aussi trouver en eux-mêmes l'envie, le goût, l'ardente obligation et, comme aux âges de foi, la passion d'une authentique renaissance, qui se forgerait dans la lutte pour la survie. 

Dans cette dernière hypothèse, la plus favorable, celle où nous nous ressaisirions face au danger, l'on ne donnera pas cher des régimes politiques dérisoires et faillis du genre de celui aujourd’hui établi en France. Nonobstant les velléités de verticalité et de grandeur du président Macron. Après à peine un peu plus d'un an d'exercice du pouvoir l'on voit bien au terme d'un été chaotique qu'il en a rêvé en vain. Le Système dont il procédait, qu'il était sans-doute destiné à servir, l'a déjà rattrapé. Les velléités ont fait long feu.  

*    Danemark : Dédié aux royalistes qui croient que les monarchies nordiques ne servent à rien
     Chronique d’une Saint Sylvestre au royaume du Danemark 
**   Charles Maurras, L’Avenir de l’intelligence, 1905
***  André Malraux, Appel aux intellectuels, Discours de la salle Pleyel, 5 mars 1948 

Retrouvez l'ensemble des chroniques En deux mots en cliquant sur le lien suivant ... 

En deux mots, réflexion sur l'actualité

http://lafautearousseau.hautetfort.com/archive/2018/09/17...

Chemnitz : "Nous sommes le Peuple !"

Matraquage fiscal : et maintenant le diesel, par Francis Bergeron

diesel_9200-une-600x438.jpg

Macron vieillit très vite et très mal. Il se met à ressembler de plus en plus à son, ancien mentor, le peu regretté Hollande. Comme chez ce dernier, un délire fiscalisateur semble l’avoir saisi. Les automobilistes en sont les principales victimes. Mais une réaction du type « bonnet rouge » est en train de voir le jour du côté des victimes de ce racket d’Etat, qui se double en l’occurrence de dispositifs punitifs de plus en plus perfectionnés : radars, caméras verbalisatrices, vignettes antipollution, parcmètres inflationnistes etc.

Actuellement le prix du carburant atteint un pic. Ce pic provient pour partie du prix du baril, mais pour l’essentiel des taxes gouvernementales, la fameuse TIPP, qui a changé de nom et s’appelle aujourd’hui TICPE ou Taxe Intérieure sur la Consommation des Produits Energétiques, de façon à pouvoir aussi taxer les KW et autres énergies, car rien ne doit échapper au fisc.

C’est l’association « 40 millions d’automobilistes » qui est montée au créneau ce mardi, par la voix de son délégué général, Pierre Chasseray. « Aujourd’hui on est dans le hold-up », a-t-il affirmé. L’association, qui est une filiale du vénérable Automobile Club de l’Ouest, fonctionne, comme les chasseurs, en véritable lobby, un lobby très agissant, très influent. Car les automobilistes ont pris conscience que ce qu’ils payent est sans rapport avec ce qu’ils coûtent, que les pouvoirs publics veulent toujours moins de voitures, mais aussi toujours plus e taxes liées à la voiture, dans un contexte de surveillance toujours plus punitive.

« 40 millions d’automobilistes » a décidé de lancer l’opération « coût de pompe », qui consiste à envoyer à Emmanuel Macron son ticket de caisse à chaque passage à la pompe. « Sur notre site (…) on peut télécharger le courrier au Président, on peut aussi mettre ou pas un ticket de carburant et on l’envoie gratuitement à l’Elysée ». Les courriers adressés au président de la République sont en effet exempts d’affranchissement.

« Impôt sur le droit de bosser »

Les voitures sont chassées des villes, mais, de fait, les limitations de vitesse à 80 kms/h et la croissance exponentielle du prix des carburants, c’est la province, les milieux ruraux, spécialement utilisateurs de leur voiture, dans un contexte de fermeture des petites lignes de chemin de fer, qui sont les plus pénalisés.. Chasseray évalue jusqu’à 250 euros par mois la facture de carburant en zones rurales, un véritable « impôt sur le droit de bosser et d’emmener ses enfants à l’école».

La colère des automobilistes peut-elle influer sur les décisions gouvernementales ? Lors de l’affaire Hulot, on a pu voir que l’arbitrage ultime du chef de l’Etat avait été rendu, de façon inattendue, en faveur des chasseurs contre les ayatollahs de l’écologie. A l’occasion de la nouvelle vague d’impôts annoncée (aggravation de l’impôt sur les successions, TVA augmentée sur les retraites, redevance télévision payée même par ceux qui n’ont pas de télévision, qui n’en veulent pas, qui la détestent, « exit taxe » pour ceux qui fuient notre enfer fiscal, éventuelle vignette pour bicyclette etc.), on voit bien que Macron a tenté d’éteindre les incendies successifs. L’Elysée n’a pas hésité à désavouer publiquement l’ancien porte-parole de Macron, Christophe Castaner, et son projet d’aggravation de la fiscalité sur les successions.

Mais ces annonces, suivies de désaveux plus ou moins clairs, créent le sentiment que notre capacité de consentement à l’impôt est constamment testée. En tout cas, pour les automobilistes, le test est spécialement négatif.

Francis Bergeron

Article repris du quotidiePrésent

https://fr.novopress.info/211965/matraquage-fiscal-et-mai...

Salle de shoot : les dealers s’enrichissent et les commerçants ferment

Salle de shoot : les dealers s’enrichissent et les commerçants ferment

Deux ans après l’ouverture de la salle de shoot, dans le 10ème arrondissement de Paris, les commerçants du quartier dénoncent «un préjudice économique». À cause de l’insécurité, certains ont mis la clé sous la porte tandis que d’autres songent à partir. Trafics de drogue, bagarres, toxicomanes qui se droguent en pleine rue, vols ou encore menaces font partie de leur quotidien.

Dans une lettre envoyée fin mai au ministère de la Santé et restée sans réponse, une trentaine de commerçants du quartier dénonçaient des «nuisances quotidiennes» et «un préjudice économique et commercial».

«On nous a mis cette salle de shoot sans concertation et on se retrouve avec des toxicomanes ingérables. C’est de pire en pire».

Passionné par la gastronomie, Pierre a investi toutes ses économies dans son restaurant. Et son affaire marchait bien jusqu’à l’ouverture de la salle de shoot.

«Entre 2011 et 2016, mon chiffre d’affaires a augmenté de 300%. Entre 2016 et 2018, il a diminué de 40%». «Nous étions cinq employés et nous ne sommes plus que trois. Je ne me verse plus de salaire depuis deux ans».

«Beaucoup de clients nous disent qu’ils ne reviendront plus dans notre restaurant à cause de l’insécurité». «Des mecs défoncés entrent parfois dans le restaurant pour demander des clopes». «On ne peut plus travailler le soir, c’est impossible de mettre des gens en terrasse».

Son restaurant est aujourd’hui au bord de la faillite.

Anne Hidalgo n’habiterait pas dans ce coin de Paris…

https://www.lesalonbeige.fr/salle-de-shoot-les-dealers-se...

L’harmonie, une caractéristique essentielle de notre civilisation

Temple-grec-Ligne-droite.jpg

Ligne Droite cliquez ici

L’harmonie est sans conteste l’une des caractéristiques les plus emblématiques de notre civilisation. Aussi n’y aura-t-il pas de redressement véritable de notre pays comme de notre continent sans un retour à l’harmonie. La notion, qui paraît au premier abord plus intuitive que rationnelle, est cependant essentielle. Elle correspond en effet à un ordre social équilibré qui agence les êtres et les choses au service du bien commun et s’appuie sur les valeurs fondatrices de notre civilisation. Aussi, quels que soient les efforts menés par ailleurs, Ligne droite estime qu’il n’y aura pas de renaissance si l’ordre et les valeurs propres à l’harmonie ne s’imposent pas à nouveau au sein de notre nation.

L’harmonie au cœur de notre civilisation

Il importe en effet que notre pays et notre continent renouent avec cet ordonnancement supérieur qui a fait depuis ses origines la grandeur et la force de notre civilisation. L’harmonie n’était-elle pas présente dans les cités grecques comme nous le rappelle aujourd’hui la beauté exceptionnelle de leurs temples et de leurs monuments? Une harmonie présente ensuite tout au long de notre histoire, notamment dans les cathédrales et les édifices royaux, et qui, au-delà de l’architecture, irradiait la société française toute entière. Certes, notre pays a connu bien des difficultés mais il n’a presque jamais perdu les fondements qui, en termes d’ordre et de valeurs, ont assuré sa pérennité. Aujourd’hui, il en va différemment car la France connaît un chaos qui menace son existence même. Aussi l’harmonie est-elle aujourd’hui plus nécessaire que jamais.

Un ordre qui donne à chacun sa place

Elle est en effet à l’origine d’un ordre qui structure la société en offrant à tous les citoyens une place légitime dans l’édifice social. Une place qui leur permet de savoir qui ils sont et d’où ils viennent mais aussi de connaître leur rôle dans la communauté et d’obtenir la reconnaissance et le respect de leurs pairs. Ainsi, par exemple, est-il nécessaire que chaque Français soit reconnu et rétribué en fonction de son mérite, de son talent et de son travail. De même, en tant que membre de la communauté nationale doit-il jouir d’une préférence qui concrétise son appartenance à la nation et lui permet de se sentir chez lui dans son propre pays. Autant d’impératifs qui construisent un ordre clair et légitime, indispensable à l’harmonie sociale. Malheureusement, cet ordre est aujourd’hui bafoué par l’idéologie déconstructiviste du Système, sa volonté de promouvoir les minorités et son obsession maladive de favoriser l’immigration.

Un ordre équilibré et mesuré

Face à ce chaos créé de toute pièce par l’oligarchie, l’harmonie est d’autant plus nécessaire que l’ordre qu’elle véhicule est très éloigné de la caricature qu’on en donne habituellement. Il s’inspire en effet de la formule grecque “rien de trop” qui est le refus de l’excès alors que notre monde est aujourd’hui marqué par la culture du No Limits c’est à dire de l’excès en tout. De fait cet ordre cultive l’équilibre et la mesure propres à la civilisation européenne et réussit à marier en un même élan des éléments apparemment opposés : la force et la douceur, le beau et l’utile, le communautaire et le personnel. Il n’a donc rien de totalitaire ni de brutal et ne cède pas à l’hubris. Il n’a jamais conduit à la démesure et l’harmonie qui le porte est toujours à dimension humaine.

Un ordre qui œuvre au bien commun

Pour autant l’harmonie ne conduit pas à l’individualisme car son rôle consiste au contraire à ordonner les membres de la communauté autour d’un objectif commun. Avec elle les acteurs de la société sont appelés à concourir au même but, à la manière d’un orchestre dans lequel chacun joue de son instrument, permettant ainsi à l’ensemble de faire entendre une symphonie. Une démarche au service du bien commun radicalement contraire à celle que nous connaissons aujourd’hui en France où la société est dominée par l’individualisme et pousse chacun à demander toujours plus de droits et d’avantages sans se préoccuper d’apporter quoi que ce soit à la communauté.

Les valeurs qui rendent l’harmonie possible

Cet ordre mesuré et équilibré qui structure la société et garantit sa dimension collective ne suffit cependant pas à créer l’harmonie car celle-ci n’existe que fondée sur des valeurs. Ainsi par exemple un ordre imposé dans un cadre dictatorial n’aurait rien d’harmonieux car il bafouerait la liberté, une valeur fondamentale propre à la civilisation européenne. Aussi l’harmonie doit-elle s’appuyer sur des valeurs fondatrices, celles qui tirent leur légitimité de leur permanence et de leur ancienneté et qui ont façonné notre civilisation depuis ses origines.

Les valeurs fondatrices de notre civilisation

Il s’agit notamment de la famille, aujourd’hui oubliée et méprisée par le Système, ainsi que de l’éducation détruite par le refus de l’excellence, de la sélection et de l’enracinement. Il y a également la liberté, paradoxalement occultée par l’état de droit et la dictature des minorités. Il faut aussi citer la nation mise en cause par le vivre ensemble, ainsi que le travail ruiné par le libre-échangisme sauvage et l’assistanat généralisé. Compte également la reconnaissance du mérite, rendue impossible par l’égalitarisme et la discrimination positive. Citons enfin l’identité, gravement érodée par la marée migratoire et l’entreprise de déconstruction. Le rejet ou l’oubli de toutes ces valeurs pourtant fondatrices entraîne la disparition de l’harmonie dans notre pays et par voie de conséquence menace notre civilisation. Elle instaure un grave désordre qui désarçonne nos compatriotes et prive nos enfants de tout repère.

C’est donc pour mettre un terme à ce chaos politiquement correct que le retour à l’harmonie est à ce point nécessaire. Une action de redressement que Ligne droite juge essentielle et que la droite nouvelle devrait conduire en s’affichant comme le défenseur de l’ordre et des valeurs, c’est-à-dire comme le champion de l’harmonie.

 Pour mieux connaître Ligne Droite :

 

« Populisme » : volonté de respecter les voeux du peuple. « Démocratie » : l’inverse…

Paysan Savoyard sur Facebook

(août 2018) 

Info : le pseudo du moment, Hubert Defrasses, tient toujours sur FB (sauf sur Le Monde, Libération et France-culture, d’où je suis banni).

Sur l’invasion

(débordements xénophobes en Allemagne) Oui cette peur des immigrés est tout à fait inexplicable. Après tout ils ne sont jamais que 5 ou 6 millions (contre 15 à 18 en France)…

Il est tout à fait scandaleux et contraire aux valeurs que, face à l’invasion, les Allemands se mettent à réagir… Qu’ils prennent plutôt exemple sur les Français

Le coup du « différend familial » + en plein mois d’août… Oui ça devrait passer en douceur…

Trappes Mbappé et le gangsta rap – Les caïds, les imams, les p’tites frappes – Les coups de couteaux que l’on attrape – Les Français de souche passent à la trappe

Viens-là que j’te rappe, Que j’t’attrape, Que j’te frappe…

Trappes… Un p’tit attentat de fin de vacances… La routine…

Ils ne partent jamais en vacances ?

Mais pourquoi vous nous embêtez avec ces faits-divers ?… Laissez-ça à Minute et aux sites fachos…

(un squatteur accuse le propriétaire de violation de domicile) Bientôt les squatteurs qui débarquent par millions en Europe nous feront savoir que les Européens de souche sont de trop

(les touristes américains de retour à Paris) On les comprend : en un seul voyage ils visitent à la fois Paris et l’Afrique…

(Omar Sy s’est mobilisé pour retrouver l’adolescent Afro américain) Omar en pinçait sans doute pour cet ado adorable.

(La Croix : un musulman peut-il se faire incinérer ?) Il est vrai qu’ils sont plus fréquemment incarcérés qu’incinérés

Sibeth la bien nommée…

L’Afrique, et ce n’est pas discutable, appartient aux Africains. Le Maghreb aux Maghrébins. La Chine aux Chinois et l’Inde aux Indiens. Pour ce qui est de l’Europe en revanche, le monde entier s’y est donné rendez-vous…

(France Bleu : Connaissez-vous le nom des stades de Ligue 1 ?) Pour la France dans son ensemble, je dirais « stade terminal »

Sur le Système mondialiste et immigrationniste, son projet, sa propagande, ses collabos, ses dissidents

L’invasion… Ceux qui l’organisent… Ceux qui applaudissent… Ceux qui s’y résignent… Ceux qui veulent y résister…

Pour avoir organisé l’invasion de son propre continent, la classe dirigeante européenne mérite d’être jugée pour Haute trahison. Pour les collabos des ONG et autres glandeurs crados, le mépris suffira

Clandos et Collabos sont dans un bateau… L’Europe tombe à l’eau… Qu’est ce qui reste ?

Les ONG sauvent les migrants de la noyade pour mieux couler l’Europe

De nos jours, les bénévoles sont souvent les plus nuisibles

La fondation Soros ? Saper l’Europe et ses fondations

(drones, canons laser, missiles hypersoniques, les armes du futur) Quelle foutaise… Alors que pour envahir un continent entier il suffit aujourd’hui de rester quelques heures sur un canot en attendant les collabos…

(article sur l’Aid el Kébir : la Croix) les moutons sont les cathos

La Croix : le journal des cathos qui souhaitent laisser la place aux musulmans

(Campion se réinstallera aux Tuileries) Pour quelqu’un du voyage il est souvent au même endroit

(Campion se réinstallera aux Tuileries) On se doutait bien que les soi-disant pouvoirs publics ne résisteraient pas à ces gens…

A l’instar des Femen, des antifas et des casseurs, les gens du voyage sont pour le Système des auxiliaires utiles : ils contribuent à placer les Français moyens de souche en situation d’inquiétude, de stress, de soumission…

Si l’on a suffisamment de pognon, on peut être immigrationniste tout en habitant loin des immigrés. Du coup on gagne sur les deux tableaux : sécurité + bonne conscience

Socrate était métis et Alexandre le Grand noir. Quant à la philosophie, elle a été inventée en Afrique, à l’ombre des baobabs et des cases en bouse séchée…

Touaregs, Peuls, Kabyles, Pygmées : les peuples autochtones du monde entier doivent pouvoir vivre et conserver leur identité. Le peuple des Français de souche peut lui disparaître puisqu’il n’existe pas….

(Piscine de Brégançon) Qu’ils bénéficient de tous les privilèges qu’ils souhaitent, mais qu’ils arrêtent de nous trahir en organisant l’invasion de l’Europe

Elles sont féministes et immigrationnistes et n’y voient aucune contradiction…

(France inter : à l’écoute des musiques d’ailleurs) « D’ailleurs » les musiques, bien sûr. « D’ici » elles sentent le moisi.

(une fillette voilée dans une pub Gap) Pour vendre leur camelote, les marchands sont prêts à toutes les collaborations…

(vote de la loi immigration) L’extrême-gauche a vociféré et exigé que les immigrés aient le droit de s’installer où bon leur semble. La fausse droite a protesté en sens inverse, en agitant des broutilles. Et Macron peut paraître occuper le juste-milieu, tout en poursuivant l’immigration massive… Le jeu-de-rôles immigrationniste

(France inter : « Les rappeurs font penser à Rubens »)  Un sommet de propagande immigrationniste… Presque au niveau de « Omar Sy personnalité préférée des Français » ou « Pogba le gendre idéal »…

Féminisme, athéisme, matérialisme, individualisme, mondialisme, immigrationnisme… Vous en voulez encore ?

(les restaurateurs réclament une plus grande ouverture aux migrants) Bravo. Il faut accélérer la mise en minorité des blancs en Europe. Cela leur rabattra leur caquet…

Certains s’attachent aux « valeurs », d’autres aux faits

A quoi reconnaît-on un immigrationniste ? Il se passionne pour les pays lointains et détourne le regard des « faits-divers » qui se passent chez lui…

A quoi reconnaît-on un immigrationniste ? Il ne voit jamais le rapport…

10,6 millions de Français ont compris… Les autres attendent d’être agressés…

Sur les politiciens, la sphère politico administrative, la gauche, la droite, la classe dominante

La victoire en coupe du monde gâchée par Benalla… La rentrée plombée par Hulot… Macron-Jupiter-Rothschild n’est finalement pas si doué que ça

(Macron veut donner le droit de vote aux détenus) Pour Macron-Rothschild les détenus sont un électorat captif

Macron-Rothschild veut donner le droit de vote aux détenus et aimerait bien le retirer aux « populistes »

(Bregançon) Macron-Rothschild, Ben Allah, Brizit… Y aura assez de place ?

(Benalla protège désormais une star de la téléréalité) Son employeur précédent était lui une star de la télé-fiction (Brizit, sa campagne financée par les marcheurs…)

(Agnès Saal nommée haut fonctionnaire à l’égalité et à la diversité) Elle Saalit tout ce qu’elle touche…

(Angot) Aristote notait déjà que la laideur rendait souvent mauvais

Les humoristes de France Inter : une recherche d’ironie souvent inefficace, généralement pesante et toujours subventionnée

(Montebourg lance sa marque de miel) Personnellement je l’ai toujours trouvé collant

Rien de plus bidon et flou que la formation professionnelle… Pompe à fric et corruption…

(L’ex-président des prud’hommes violait sa femme de ménage dans le palais de justice) Imprudent cet homme… Prude, n’en parlons pas… Espérons que la justice fasse le ménage…

Il violait la justice devant sa femme et l’ex du président

 (le FN privé de subventions publiques) Prochaines étapes : interdiction… prison… « accidents »…. « suicides »…

 (drones, canons laser, missiles hypersoniques, les armes du futur) Pour refiler cette camelote aux gouvernements, le lobby militaro-industriel doit distribuer des enveloppes bien gonflées…

(des parisiens en vacances en Lozère se plaignent d’être réveillés par les cloches de l’église) Ils n’ont qu’à forcer un peu plus sur le chichon et ils n’entendront plus rien…

Les Anglais ont voté majoritairement pour le Brexit non par hostilité à l’Europe, mais dans l’espoir d’arrêter l’invasion migratoire…

Brexit : comment faire en sorte de ne pas respecter, comme d’habitude, les voeux de la population…

Sur la délinquance, la police, la justice

(jeune tué d’un coup de couteau à Jarny) Le nom serait utile à la compréhension sociologique de ce banal fait divers… Le nom et la photo…

Les faits divers n’ont jamais aussi bien porté leur nom

(Meurtre d’Adrien) Marin lui a du pot : il n’est qu’handicapé à vie…

La liste des Français de souche européenne victimes de coups de couteaux diversitaires, déjà bien fournie, ne cesse de s’allonger…

Et avant Adrien, tués à coups de couteau également, il y a eu Dorian (Rennes le 7 juillet), une victime dont le nom n’a pas été diffusé (Bergerac le 9 juillet), Kévin (Mourmelon le 4 juin)…

(un navire d’ONG accoste avec 87 migrants) Les futurs Adrien applaudissent…

L’Aquarius est parti en chercher d’autres

(Un homme fait un AVC au commissariat) Il était pourtant blanc comme neige

La police devrait se consacrer exclusivement au harcèlement des Français moyens sur les routes

Deux solutions pour désengorger les prisons : en relâcher une partie dans la nature, comme le souhaitent les gauchistes ; les renvoyer massivement chez eux, comme le souhaite la grande majorité des Français…

(suicides de détenus) Libérations définitives…

Afin de brider les Français moyens et de les rendre dociles, le Système est extrêmement sévère envers le tabac et les excès de vitesse. Les racailles en revanche, qui sont les instruments du Système, ont carte blanche (enfin si l’on peut dire)

(arrêté alors qu’il partait rejoindre le djihad en voilier) Son projet est parti à vau-l’eau

 (un homme se tue en scooter en cherchant à échapper à un contrôle) Le scooter mieux que le karcher

Sur l’économie, le social, l’assistanat

Enrichir les riches. Financer l’assistanat et l’immigration. Matraquer les Français moyens de souche…

(le gouvernement envisage de moduler les hausses des retraites en fonction de leur niveau) Rien de nouveau. Pour financer les baisses d’impôts des riches d’une part et les allocations versées aux immigrés et aux assistés d’autre part, le Système choisit de matraquer les classes moyennes. Aucune raison que ça s’arrête…

(les taxis continuent à ne pas accepter la CB) On ne peut que les approuver. Travailler de façon déclarée = 50 % des gains partent à la sécu, pour financer les assistés et les immigrés

(des travailleurs migrants employés dans les exploitations agricole) Moralité : les italiens au chômage sont des chômeurs volontaires (idem en France, bien sûr)

Entre l’allocation de rentrée scolaire et l’allocation de Noël il reste un trou scandaleux de 2 mois, qu’il conviendrait de combler au plus vite…

 Sur l’environnement

Eh oui… révolution industrielle + société de consommation + mondialisation + explosion démographique… Et maintenant il va falloir payer…

Avec la SNCF d’aujourd’hui, un train qui arrive avec 10 minutes de retard peut être considéré comme en avance…

(un rapport prône la création de 6 EPR) Jusqu’au jour du feu d’artifice…

Petite leçon de capitalisme : si l’eau est saine, abondante et gratuite elle n’a aucun intérêt économique. Si on pollue l’eau massivement, par exemple en adoptant une agriculture polluante, alors les gens deviennent prêts à payer de l’eau minérale… Et c’est le jackpot…

(les produits des labos chinois peuvent donner le cancer) La mondialisation est un bâton merdeux : par quelque bout qu’on la prenne on s’en met plein les doigts… 

 Sur le féminisme, les homos, les mœurs 

(le pape considère l’homosexualité comme un problème psychiatrique) Les athées en pinçaient pour ce pape immigrationniste… : Quelle déception… !

(la Norvège va tester l’héroïne pour certains toxicomanes) La Norvège tient absolument à rester dans le peloton de tête des pays impatients de se suicider…

Le lobby LGBT, les féministes, les « réfugiés » : les vaches sacrées d’une France en perdition

Soyons clairs : les pédophiles sont le plus souvent des homosexuels, oui ou non ?Avertissement de l’administration de Facebook. 27/08/18 Cette publication ne respecte pas nos Standards de la communauté. Vous êtes la seule personne à pouvoir voir cette publication parce qu’elle va à l’encontre de nos standards sur les discours incitant à la haine.

(une fidèle de l’église du spaghetti veut être photographiée sur son passeport avec une passoire sur la tête) Un entonnoir conviendrait mieux

Le Système promeut les moeurs libertaires et veut dans le même temps punir les comportements sexuels masculins les plus anodins (pins-up, sifflets dans la rue, blagues sexistes…). La contradiction n’est qu’apparente : il s’agit dans les deux cas de détruire la civilisation européenne. Dans les deux cas l’ennemi n°1 est le même : l’homme blanc hétérosexuel…

Bon passons à l’étape suivante : le mariage à trois… 

Sur la modernité, la république, la démocratie, la bourgeoisie

Les gens de gauche sont démocrates tant que les électeurs votent pour eux

« Populisme » ? Volonté de respecter les voeux du peuple. « Démocratie » : l’inverse

Sur le vaste monde

(Bouteflika en Suisse) Ils nous insultent et nous haïssent et viennent se faire soigner chez nous

Mc Cain : Un héros… Et un imbécile… Curieux destin

La mort d’Aretha Franklin, l’anniversaire de Madonna, les frasques des rappeurs… : le Soft Power US…

Oh qu’elle nous saoule cette mama, La diva avide d’Obama, Mama qui kiffait les nanas, Saouler jamais elle n’arrêta, Oh qu’elle nous saoule cette mama, Autant ou presque que Madonna

(les 60 ans de Madonna) Pour vaincre la médiocrité il reste le scandale

(l’Arabie saoudite expulse l’ambassadeur du Canada, qui plaidait pour les droits de l’homme) En l’occurrence les Saoudiens ont raison : ils se gouvernent comme ils l’entendent. Que les occidentaux s’occupent de l’Occident…

Dans le monde arabo-musulman, lorsque les dictatures tombent le chaos s’installe

(tourisme sexuel au Népal) A mon sens, le tourisme lointain comporte dans tous les cas une dimension malsaine : même lorsqu’ils ne se comportent pas comme des prédateurs sexuels, les occidentaux en goguette sont nécessairement ressentis comme des voyeurs et des arrogants

(le premier ministre indien met en place une « démocratie ethnique ») Eh oui, l’appartenance ethnique et raciale est une donnée fondamentale de la condition humaine…

(selon les scientifiques unanimes, les ancêtres de tous les hommes sont africains) Le moins qu’on puisse dire est que ça ne saute pas aux yeux

https://leblogdepaysansavoyard.wordpress.com/

Livre : La France interdite. La vérité sur l’immigration, de Laurent Obertone

laurent-obertone.jpg

« La proportion d’individus [issus de l’immigration extra-eurasienne] atteindra, d’ici les deux tiers de ce siècle, c’est-à-dire en un éclair sur l’histoire de l’humanité, la majorité absolue. Les Européens autochtones seront donc, d’ici moins de cinquante ans, minoritaires sur leur propre sol. »

Tel est le propos introductif de ce véritable pavé (526 pages étayées d’une bibliographie de plus de soixante pages !) jeté dans la mare du politiquement correct par le journaliste d’investigation Laurent Obertone auquel l’on doit déjà de grands succès éditoriaux comme La France Orange mécanique et La France Big Brother. Avec cet opus qui clôt une trilogie du grand épuisement français, Laurent Obertone donne chair et os, avec force chiffres, statistiques, déclarations publiques, coupures de presse et autres rapports officiels, au concept démonologisé du « Grand Remplacement » forgé par l’écrivain Renaud Camus (bien que l’ONU ait émis, en 2000, un rapport sur « les migrations de remplacement »).

Cet ouvrage est l’équivalent magistral, de ce côté-ci de la Manche, de L’Étrange Suicide de l’Europe, de Douglas Murray.

« Sans haine et sans crainte », l’auteur se propose de comprendre pourquoi l’immigration, ce fléau pathogène, ce tabou incapacitant, « gigantesque angle mort d’un empire à la dérive, de ses problèmes sociaux, de sa stagnation économique, de son malaise identitaire », continue « d’avoir lieu, contre l’opinion » ?

75 % des Français estiment qu’il y « trop » d’immigrés dans leur pays. Macron, représentant de la superclasse mondiale, les tance avec arrogance et les qualifie, non sans un mépris empreint de dégoût, de « lèpre populiste ».

On comprend alors mieux le titre du livre. La France se trouve, d’abord, interdite, comme paralysée devant ces afflux incontinents d’allogènes qui se déversent régulièrement sur son sol depuis près de deux générations, sans mot dire. Ensuite, la France est confrontée à l’interdit moral de remettre en cause ce mantra inlassablement ânonné par nos dirigeants, depuis les années 1980, selon lequel « l’immigration est une chance pour la France ». De fait, il est interdit au peuple français de voir ce qu’il voit quotidiennement et, pis, de le dire comme de le combattre.

L’auteur exhorte, néanmoins, à ne pas sous-estimer l’impact de l’immigration, phénomène qui connaît depuis quarante ans une croissance exponentielle. Son poids démographique correspond à celui de la Grèce ou de la Belgique, à cette notable différence qu’elle est « jeune et dynamique », par contraste avec une population de souche qui subit une décrue annuelle continue comparable à une ville de 150 000 habitants. Selon l’essayiste, « si l’on s’en tient aux projections démographiques les plus raisonnables […] et en l’absence de virage brutal de sa politique », la France se trouvera dans une situation comparable au Brésil d’ici vingt ans, à l’Afrique du Sud dans quarante ans, de la Bosnie et du Soudan dans soixante ans.

L’homme étant un animal – fût-il politique –, il est normal, si ce n’est inné, qu’il cherche à repousser « l’autre » qui n’est pas comme « lui ». S’adossant à Lorentz, à Lévi-Strauss, à Hume, à Murdock, à Piaget, à Rousseau, la démonstration de Laurent Obertone est imparable. Ce n’est pas du racisme, mais l’incoercible réalité de l’humanité, « l’universalisme n’existe pas. Tout le monde est le xénophobe de quelqu’un. »

On l’aura compris, le multiculturalisme multiraciste de la France et son corollaire, l’immigration de masse, ne sont que les prodromes d’une guerre civile qui vient : « C’est le fait de forcer brutalement des individus à cohabiter, qui crée une xénophobie pathologique, de type racisme violent », conclut le journaliste. Volens nolens, entre « eux », de fraîche date et culturellement islamisés et « nous », de vieille souche européenne mais amnésiques, la lutte à mort est pour bientôt.

Ce sera sanglant !

Aristide Leucate

http://www.bvoltaire.fr/livre-la-france-interdite-la-veri...

Syrie, du chaos à l’espérance

Syrie, du chaos à l’espérance

Huit années de conflit armé. 500 000 morts. Douze millions de déplacés qui prennent lesroutes incertaines de l’exil à travers le Moyen-Orient et l’Europe. Tel est le bilan qui marque au fer rouge l’histoire récente de la Syrie.

Syrie, du chaos à l’espérance, réalisé par Eddy Vicken et Yvon Bertorello qui ont parcouru ce pays de Damas à Alep, en passant par Maaloula, Mhardeh, Homs ou Kessab, dresse un récit de l’état actuel des lieux et sera présenté en partenariat avec Sud Radio, Valeurs Actuelles et la chaîne Histoire (TF1), au profit des familles de la ville de Mhardeh en Syrie.

Il sera projeté en avant-première jeudi 27 septembre, à 20h30, au Publicis Cinémas.

La projection du film “Syrie, du chaos à l’espérance” sera suivie d’un débat en présence des réalisateurs Eddy Vicken et Yvon Bertorello, de Benjamin Blanchard, directeur général de SOS Chrétiens d’Orient, de Charlotte d’Ornellas, journaliste à Valeurs Actuelles, et animé par Régis Le Sommier, directeur adjoint de Paris-Match.

Les deux réalisateurs seront aussi disponibles pour des entretiens juste après le débat.

https://www.lesalonbeige.fr/syrie-du-chaos-a-lesperance/

« La remigration sans guerre civile, c’est possible si un gouvernement soucieux des Français le veut vraiment et montre sa détermination » (Alain Escada)

affiche-civitas-remigration-724x1024.jpg

Samedi, à l’issue de la conférence qu’il donnait à Chambéry sur le thème « Préférence nationale, remigration : des solutions catholiques », Alain Escada, président de Civitas, a répondu à quelques questions pour la page Facebook de « Touche pas à ma crèche ».

Retraites ...

1991204720.jpg

Les leçons de la réforme des retraites par Macron 

Édouard Philippe a annoncé le gel de la revalorisation des pensions de retraite en 2019. Celles-ci ne seront plus indexées sur l’inflation ; les retraités verront leur pension augmenter de 0,3% seulement, alors que la hausse des prix atteint déjà 2,3%. Leur revenu, déjà rogné par la hausse de la CSG, va donc encore diminuer. Or, on sait que, dans l’immense majorité des cas, il frôle la pauvreté, quand il n’est pas carrément dedans.

Une réforme des retraites entreprise au détriment des retraités

Par ailleurs, la réforme des retraites va être mise en chantier. Elle va constituer en l’institution d’une retraite par points de type unique, qui se substituera à tous les systèmes existants et qui fera que chaque euro cotisé « donnera droit » à un point de retraite. Fini, donc le calcul de la retraite sur les six derniers mois de carrière (pour les fonctionnaires) ou les vingt-cinq meilleures années de travail (pour les salariés du privé). Résultat prévisible, selon de nombreux économistes : 90% des salariés atteindront l’âge de la retraite sans pouvoir prétendre à un niveau décent de pension. Un recul social sans précédent. On estime qu’un retraité touchant une pension de 1300 euros va perdre 578 euros annuels, du fait de l’augmentation de la CSG (qui est certainement appelée à se poursuivre) et de la non-indexation des pensions sur la hausse des prix. A cela, il convient d’ajouter les amputations découlant de la suppression de l’abattement fiscal de 10% sur le calcul des revenus imposables, et la suppression de l’avantage accordé à ceux qui ont élevé trois enfants ou plus. Enfin, les pensions complémentaires de retraite risquent bien de diminuer, elles aussi, puisque le système fusionné AGIRC-ARRCO aura la faculté de moduler le niveau des pensions en fonction de la conjoncture.

Décidément, les retraités ne vont pas connaître des lendemains qui chantent.

Le choix des forts contre les faibles

Mais Macron et Philippe assument résolument leur choix, celui – à les en croire – des actifs contre les inactifs (même si les retraités ont travaillé dur pendant plus de quarante ans), du travail productif, de l’investissement « créateur de richesses ». Philippe a déclaré au JDD :

« Nous assumons une politique de transformation et de maîtrise des dépenses qui privilégie, je le redis, la rémunération de l’activité et qui rompt avec l’augmentation indifférenciée des allocations. C’est par le retour à l’activité et une meilleure rémunération du travail que notre pays sera plus prospère». Donc, tout pour le business, dans le respect de l’orthodoxie budgétaire de Bruxelles. Encourageons les forts et les nantis, pour aller de l’avant, et laissons tomber les passifs, les poussifs, ceux qui se contentent de faire honnêtement leur travail, ceux qui ont le malheur de le perdre (chômeurs) et ceux qui ne peuvent plus travailler (retraités). Vive les winners, à bas les loosers ! »

Macron est le président des forts, des malins, des délurés, des débrouillards, des futés, des combinards et des bobos, et l’ennemi des inhabiles, des faibles, des fragiles, des distraits, des rêveurs, de ceux qui n’ont pas d’autre ambition que de mener une vie honnête de travail régulier, qui n’ont pas un tempérament d’entrepreneur, qui ne savent pas nager dans le marigot social, qui ne savent pas « s’y prendre », ni « y faire », et qui ont donc besoin d’un filet de sécurité pour ne pas se perdre et connaître la déchéance.

L’aboutissement social logique d’un monde déshumanisé et individualiste

Voilà où mène un monde individualiste, déchristianisé, déshumanisé, sans charité, où chacun est seul face aux autres, dans une société qui n’est plus unecommunauté, mais une jungle, dont la seule valeur est l’argent et dont les bourses et les banques sont les temples. Voilà l’aboutissement du grand vent libérateur des sixties et de ce mai 1968, dont Macron s’est fait le laudateur. Il est d’ailleurs révélateur que Daniel Cohn-Bendit, le vieux leader de mai 1968 se sente comme un poisson dans l’eau dans le monde néolibéral d’aujourd’hui, et soit un partisan convaincu de Macron.

Bientôt, les retraités devront chercher un emploi pour compléter leur maigre pension. Puis, on expliquera qu’il appartient à tout un chacun de se créer lui-même sa propre protection sociale.

Il y a peu, Macron exprimait son dédain à l’égard d’ « un modèle social qui ne sale plus… et où le summum de la lutte des classes était l’obtention d’une somme modique d’APL ». Son modèle social, à lui, se résume de la façon suivante. On dit aux chômeurs : « créez votre start up ». Vous n’avez pas d’argent : persuadez un banquier de vous accorder un prêt. Vous n’avez pas la fibre d’un chef d’entreprise, ou votre conseiller financier vous refuse un prêt ? Tant pis pour vous. Votre pension de retraite est insuffisante ? Remettez-vous au travail. Laissons tomber ceux qui, n’ayant pas une mentalité d’entrepreneur, se contentent de vouloir un travail et une situation sociale stable. Et préférons les actifs et les « créateurs de richesses » aux retraités.

L’erreur révolutionnaire et jacobine

Certes, il convient, ici, d’incriminer le néolibéralisme mondialiste actuel, ce que nous faisons présentement, mais également notre modèle républicain.

Sous l’Ancien Régime, des corps intermédiaires politiques (municipalités), judiciaires (parlements) et professionnels (corporations) donnaient consistance, souplesse et capacité d’adaptation aux communautés naturelles du royaume, créaient une symbiose entre le pouvoir et la société, et permettait à l’État de remplir ses fonctions régaliennes sans se charger de la responsabilité écrasante de toutes les composantes de la nation. Garant du droit, l’État faisait respecter (définissait, au besoin) les règles de la vie économique et sociale sans se substituer aux agents de celle-ci dans la conduite de leurs affaires. Il existait ainsi un espace social autonome régi par un droit plus coutumier que positif.

Or, cet espace disparut sous la Révolution. L’application dogmatique des principes de la souveraineté nationale et de l’égalité de tous devant la loi conduisit à la suppression de ces corps, et institua un face-à-face de l’individu et de l’État. La loi Le Chapelier (14-17 juin 1791) prohiba toutes les formes d’associations que les travailleurs et les employeurs eussent pu créer en vue de défendre « leurs prétendus intérêts communs ». D’une manière générale, la loi ne reconnut que des individus égaux contractant en toute indépendance et seuls responsables de leurs intérêts propres. A ses yeux, les intérêts économiques et professionnels ne pouvaient être que des intérêts individuels. Le champ social se dissolvait dans les deux pôles de l’individu et de l’État. Certes, la situation a bien évolué depuis ce temps. Mais il en est resté quelque chose, une tradition rédhibitoire qui accorde à l’État un rôle essentiel dans le règlement des rapports entre employeurs et salariés, et qui légitime à l’avance son intervention constante et les sollicitations innombrables qui lui sont adressées. Dans son Rapport fait au nom de la commission chargée d’examiner le projet de loi relatif aux coalitions (1864)Emile Ollivier déclare, à propos de la conception que Le Chapelier fit prévaloir 73 ans plus tôt « Nous saisissons à son origine, dans cette théorie exposée par Le Chapelier, l’erreur fondamentale de la Révolution française. De là sont sortis tous les excès de la centralisation, l’extension démesurée des droits sociaux, les exagérations des réformateurs socialistes ; de là procèdent Babeuf, la conception de l’État-providence, le despotisme révolutionnaire sous toutes ses formes ».

En vain, certains républicains, tels Ferry, puis Gambetta, préconisèrent le règlement ponctuel et pragmatique des problèmes professionnels et sociaux par la libre activité associative et syndicale plutôt que par l’intervention systématique de l’État. Leur conception ne prévalut pas. Les radicaux (Clemenceau) firent ressortir au domaine de compétence des pouvoirs publics le règlement des problèmes sociaux. Grâce à l’adoption, par voie parlementaire, de réformes faisant l’objet d’un programme soumis aux électeurs, les hommes politiques devaient élever la condition matérielle et morale du peuple et engendrer une société égalitaire tenant les promesses de l’idéal de la Révolution. Il est à noter que, dans le camp socialiste, Jaurès fit prévaloir des vues analogues à partir de 1906. Et ce sont elles qui finirent par prévaloir à gauche et chez une majorité de Français.

Ainsi naquit ce terrible mal français qu’est l’idéologisation et la politisation des questions sociales, et, par voie de conséquence, l’institution d’un pseudo État-providence jacobin, aujourd’hui incapable de remplir sa mission. Et, du coup, toute réforme de notre législation sociale se présente comme un démantèlement de ce dernier et une entreprise de destruction de toute protection des travailleurs, en l’absence de l’existence d’une longue habitude de la pratique de la négociation sociale entre organisations syndicales et patronales dans un esprit dénué d’idées de lutte de classes ou de revanche sociale, et permettant à chacun des partenaires de faire des concessions à l’autre en un souci de défense de l’intérêt commun (celui de l’entreprise et celui de la nation). C’est pourquoi la France échoue, en la matière, là où réussissent (certes difficilement et imparfaitement) des pays où un tel esprit existe, comme les pays scandinaves ou l’Allemagne. Elle échoue parce qu’enFrance, la société, c’est l’État, et l’État, c’est la République jacobine avec sa vieille promesse révolutionnaire d’égalité sociale. Cette conception maléfique de l’ordre politique et de la société et de la fusion de l’un et de l’autre a pour conséquence que l’État républicain doit continuer à gérer un système de protection social qui n’en peut plus, qu’il ne peut le réformer qu’en le mutilant ou en le détruisant, et que s’il le fait, il devient, par là même, un pouvoir instaurant délibérément une société inégalitaire, et privilégiant les uns au détriment des autres. Il ne peut se réformer qu’en se niant, en faisant seppuku.

Voilà à quelle impasse politique et éthique nous a amené notre République, étayée sur le souvenir et les principes de notre grande Révolution, dont nous nous montrons si fiers encore.

La nécessité de renouer avec l’humain

La réalisation de la justice sociale dans un esprit communautaire et fraternel compatible avec l’intérêt national ne résidait ni dans un Etat providence jacobin appelé à être condamné par l’ouverture des frontières et la crise économique, ni dans les prétendus effets bénéfiques à long terme d’une politique néolibérale et mondialiste qui favorise les forts et écrase tous les autres (dans le soi-disant intérêt des générations futures, censées tirer parti de ce sacrifice). Elle siégeait dans les corps de métier, les corporations, les associations d’aide et d’entraide, et la pratique d’une négociation inspirée par la solidarité nationale et chrétienne. Cela, nous l’avions sous l’Ancien Régime, et nous l’avons bêtement détruit en 1791. Si nous avions l’intelligence de le retrouver, nous pourrions édifier enfin une politique sociale juste et humaine.  

Docteur ès-lettres, écrivain, spécialiste de l'histoire de l'enseignement en France, collaborateur de la Nouvelle Revue universelle 

Assez avec les politiciens hors sol

6a00d8341c715453ef022ad3b236cc200b-320wi.jpgConnue du public le 18 septembre,  au gré d'un entretien publié par L'Express, la demi-démission du ministre de l'Intérieur Gérard Collomb fait couler beaucoup d'encre. Elle est assortie de commentaires les plus divers, et les plus fantaisistes. On présente ainsi comme absolument exceptionnelle l'annonce de son départ qu'il prévoit entre les élections européennes de 2019 et le combat municipal de l’an 2020 qu'il entend mener à Lyon.

On fait mine de s'en étonner, parfois même de s'en indigner, comme si les membres du gouvernement étaient attachés à la glèbe, exerçaient un mandat invariant…

On en retourne le sens comme si la constitution ne les rendait pas, au contraire et selon une procédure, claire dans la pratique encore que relativement obscure dans sa rédaction[1], dépendants du bon plaisir présidentiel…

On l'évoque comme si les départs simultannés de Marielle de Sarnez, de François Bayrou, de Sylvie Goulard, et de Richard Ferrand, ou plus récemment de Nicolas Hulot, n'avaient pas marqué des ruptures autrement plus fortes et plus dérangeantes, durant les 12 premiers mois du quinquennat.

Sans chercher à faire particulièrement ici l'apologie d'un vieux franc-maçonnard centriste, je crois cependant utile de mieux considérer la valeur du mandat local dans nos démocraties.

L'oubli et l'inversion du cursus politique traditionnel auront formé la tare de la cinquième république. Elle a transformé ses hauts fonctionnaires en ministres et ses ministres en députés, au lieu de considérer que l'on reste plus proche des gens, donc mieux préparé à les représenter, et à répondre à leurs aspirations, en commençant comme maire d'un village, conseiller d'un département, puis parlementaire, etc.

Les deux fondateurs, De Gaulle comme Pompidou n'ayant rien accompli de ce parcours, on a pensé cette exception pour un modèle. Et cela nous a donné un président, bon élève sans doute, complètement hors sol. Espérons que cette aberration ne se renouvellera plus.

Ces temps-ci, d'excellents esprits se préoccupent, par ailleurs, de l'apparition de régimes se présentant eux-mêmes comme autant de démocraties illibérales. Ce mot ne figurant dans aucun dictionnaire de ma bibliothèque s'expose par là même à ma suspicion. On parle aussi de démocratures. De tels termes et concepts, sans doute utiles, restent encore entachés d'un défaut de définition précise.

Presque tous les gouvernements du monde, y compris les plus dictatoriaux, se réclament aujourd'hui de la démocratie. Ils en respectent les apparences constitutionnelles, les procédures, les rites. Même lorsque le pouvoir est accaparé par un parti unique, on y organise des élections. Jacqueline de Romilly a démontré dans plusieurs ouvrages[2]qu'en la matière, le véritable héritage institutionnel de l'Antiquité, ne se caractérise pas par des procédures mais par l'existence du débat et par sa liberté.

Dans la pratique, les théories démocratiques modernes n'ont guère été retouchées depuis Montesquieu et Rousseau. Ces auteurs de référence ne connaissaient guère de régimes réels conformes au type qu'ils préconisaient. Tocqueville, lui-même pas tellement démocrate, n'a observé concrètement qu'une "démocratie en Amérique" (livre publié en 1825) où subsistait l'esclavage (aboli en 1863) et où les deux partis actuels n'avaient pas été organisés (le parti républicain date de 1854 et le parti démocrate de 1828).

L'expérience nous montre que sur quelque 180 pays théoriquement démocratiques, sur quelque 40 qui le sont réellement, tous les modes de représentation se rencontrent. De plus, tel système qui aura fonctionné pendant un demi-siècle, comme celui adopté par l'Allemagne en 1949, déraille aujourd'hui avec la multiplication des partis.

Les constitutions les plus solides, qu'il s'agisse de celles de l'Angleterre, des États-Unis, ou de la Suisse, si différentes, ont pu survivre à leurs crises en tournant le dos aux remèdes factices et mortels du jacobinisme et du bonapartisme.

Aucun de ces trois pays ne se laisse gouverner par des politiciens hors sols, idéologues coupés du réel, marionnettes de la capitale.

Au total les institutions fonctionnent plus durablement et résistent mieux quand les élus représentent un territoire et des habitants plutôt qu'une opinion.

Plus de la moitié des Français vivent dans des communes de moins de 10 000 habitants. Le pays compte 35 000 villages. C'est beaucoup plus que la ville de Paris, laquelle ne compte jamais que 80 quartiers, et pas seulement ceux des ambassades, des ministères et des palais nationaux.

Pour toutes ces raisons il me semble aujourd'hui raisonnable de ne pas se laisser manipuler par les médias et ne pas condamner si vite, indépendamment de sa personnalité, la fonction du maire de la bonne vieille ville de Lyon, capitale des Gaules.

JG Malliarakis  

Apostilles

[1] cf. article 8 de la Constitution : "Le président de la République nomme le Premier Ministre. Il met fin à ses fonctions sur la présentation par celui-ci de la démission du Gouvernement. Sur la proposition du Premier ministre, il nomme les autres membres du Gouvernement et met fin à leurs fonctions."

[2] cf. notamment Problèmes de la démocratie grecque, par J. de Romilly, éd. Hermann 2006, 198 p.

http://www.insolent.fr/

10:22 Écrit par pat dans actualité | Lien permanent | Commentaires (0) |  Imprimer |  Facebook | | | | |

Ludovine de La Rochère : « Cette proposition de loi sur la PMA est une escroquerie humaine, éthique et scientifique »

ludovine_de_la_rochere_pays_sipa-600x312.jpg

Christophe Castaner, délégué général de LREM, a réaffirmé la volonté de son mouvement de favoriser l’extension de la PMA aux couples de femmes et aux femmes seules, et de rembourser intégralement cette pratique médicale par la Sécurité sociale.

Ludovine de La Rochère dénonce « l’aberration » de cette déclaration qui ne fait pas l’unanimité au sein du parti présidentiel.
Le patron de la République En Marche, Christophe Castener s’est entretenu devant ses troupes et a rappelé le fervent attachement de la République En Marche à la PMA et à la congélation d’ovocytes.
La Manif Pour Tous est-elle prête à repartir en guerre ?

La Manif pour Tous n’a jamais cessé de lutter pour les droits de l’enfant et pour la famille. Au besoin, elle continuera et développera encore davantage d’actions, y compris dans la rue.
En attendant, cette déclaration est à la fois aberrante et pas étonnante.
Cette prétendue conviction de la République En Marche a été exprimée ces dernières semaines avec un délibéré du groupe la République En Marche à l’Assemblée nationale. Cela étant dit, la manière dont il le formule est scandaleuse.
On sait que ce sujet divise ce parti. Et les députés de la République En Marche devraient jouir de leur liberté de conscience et d’une liberté de vote sur ce sujet. On voit bien la tentative de pression très forte sur Emmanuel Macron, la société et tous les collègues de monsieur Castaner de la République En Marche.

Guillaume Chiche est-il en train de s’affirmer comme un militant radical de l’ouverture de la PMA ?

Je pense que Guillaume Chiche essaie de se faire remarquer comme il a tenté de le faire à propos de la politique familiale. Il avait tenté le dépôt d’une proposition de loi pour la PMA sans père. Le gouvernement lui a demandé d’y renoncer au mois de juillet. À ce moment-là, Benjamin Griveaux, le porte-parole du gouvernement, a déclaré que la PMA sans père devrait faire partie de la révision de la loi de bioéthique. Pour le moment, cela n’est pas confirmé.
Guillaume Chiche avait rédigé une proposition de loi qu’il avait adressée à ses collègues du parlement pour cosignature. Nous l’avons lue. Cette proposition est une escroquerie intellectuelle, juridique et plus grave encore, une escroquerie humaine, éthique et même scientifique.
Je dis scientifique parce qu’il ne s’agit plus de médecine. L’étymologie médecine indique qu’en médecine, on remédie à une pathologie. On est là pour traiter et non pas pour réaliser les désirs individuels. La lecture de cette proposition de loi est terrifiante, tant les contradictions, les omissions et les aberrations sont importantes. Il est très inquiétant de penser qu’un tel contenu pourrait se retrouver dans une proposition de loi prétendument bioéthique, c’est-à-dire éthique.

Tribune reprise de Boulevard Voltaire

Alternative libre à Twitter : Mastodon a-t-il les épaules

arton52204-7fa42.jpgMastodon est un nouveau réseau social qui pourrait bien attirer les déçus de Twitter. Open source, 100 % libre, décentralisé et (jusqu’ici) plutôt bien modéré, le petit mammouth offre un vent de fraîcheur dans l’univers du microblogging.

Mastodon n’est pas un mastodonte d’Internet. Tout juste apparu en octobre 2016, ce nouveau réseau social a pourtant tout pour chahuter notre conception classique du microblogging, pour le moment complètement vendue au géant Twitter.

En quoi ? Eh bien, précisément parce que ce dernier né incarne tout ce que l’entreprise de Jack Dorsey n’est pas : libre, décentralisé et open source.

Des vertus du libre

En d’autres termes, là où Twitter est un service auquel on souscrit, Mastodon est un logiciel dont le squelette est mis à disposition de chacun. Vu du dessus, on peut résumer en disant qu’on a là deux philosophies radicalement opposées : sur le réseau social à l’oiseau bleu, vous êtes soumis aux conditions d’utilisation d’une multinationale, tandis que sur Mastodon, vous êtes un internaute averti à qui on ne confisque pas le pouvoir d’intervenir.

Ainsi, Mastodon est ce que l’on décide d’en faire. Libre à tous les bidouilleurs de s’emparer de son code source pour l’amender, l’installer sur leurs propres ordinateurs puis ouvrir leurs versions à d’autres. Ce n’est pas rien, lorsque l’on sait que la Commission européenne reproche à Twitter l’opacité de ses conditions d’utilisation et son manque de protection des données personnelles.

JPEG - 34.9 ko
Un réseau social sans la censure de Twitter ?

On vous en parlait déjà en vous présentant le réseau CHATONS, ces hébergeurs alternatifs qui ne collectent pas vos données : décentraliser, c’est empêcher au pouvoir d’être détenu par une seule entité. Sur Mastodon, ce sont les utilisateurs eux-mêmes qui sont en charge du réseau social, à travers ce réseau d’instances reliées entre elles, ces communautés autonomes (mais connectées entre elles) créées et gérées par des utilisateurs.

Plein de fils de discussions différents

Vous connaissez tous TweetDeck, cette application rachetée par Twitter il y a quelques années, et qui permet d’organiser les comptes suivis en colonnes, au milieu de deux autres dédiées aux notifications et au fil public. Eh bien, visuellement, Mastodon se présente grosso modo sur le même modèle. Ensuite, pour vous expliquer le fonctionnement le plus clairement possible, ayons recours à une comparaison : si Twitter est un grand brouhaha de salle des fêtes où tout le monde parle en même temps, alors Mastodon est une multitude de salons privés, que l’on décide de rejoindre selon nos affinités. Comment est-ce possible ? Parce que le nouveau réseau social est complètement décentralisé (à l’inverse de Twitter, donc, vous l’aurez compris).

Ainsi, l’instance mastodon.social (dont tout le monde parle) n’est qu’un serveur parmi les autres serveurs – une « instance », comme le veut le jargon consacré. Mais d’autres instances existent : mastodon.xyz ou encore icosahedron.website. La toute première instance a été créée par un Allemand de 24 ans, un certain Eugen Rochko (vous pouvez consulter ses posts Medium ici), mais elle a été victime de son succès, s’est retrouvée surchargée et n’accepte plus de nouveaux utilisateurs. 

Des « pouëts » et des « instances »

Aujourd’hui, tout le monde peut rejoindre n’importe laquelle de ces instances pour discuter avec ceux qui y sont également inscrits. Mais parce que toutes les instances font partie d’un même réseau, toutes communiquent entre elles. Ainsi, tous les utilisateurs de toutes les instances confondues peuvent se retrouver sur le fil public global. Pour ne dialoguer qu’avec les personnes ayant choisi la même instance, il faut se rendre dans le fil public local. Chaque pouët que vous écrivez peut être visible sur les deux fils, ou juste sur le fil local.

[...]

Comment choisir son instance ? Chacune d’entre elles possède une description qui permet de savoir quelles sont les règles de publication, si la communauté a un but précis ou une identité. Mais on peut aussi cliquer au hasard et choisir, par exemple, octodon.social (c’est ce que j’ai fait). Les règles sont claires : les trolls « tranquilles » sont acceptés, le harcèlement interdit, tout contenu pornographique doit comporter un avertissement. « Je suis votre gentille reine cyberpunk mais j’ai l’intention de faire de ce lieu un espace décent et sûr pour tout le monde », précise Alice Voidstar, la créatrice de cette instance.

[...]

Et si les néonazis, les propos racistes, sexistes et la « publicité excessive » sont bannis de Mastodon, ces règles ne sont respectées que grâce à une équipe de modérateurs volontaires. Et ces derniers risquent d’être vite dépassés si le nombre d’inscrits continue de grossir.

i saw a pepe the frog on mastodon, it’s all over folks

— Dave Gershgorn (@davegershgorn) 4 avril 2017

« J’ai vu une Pepe la grenouille sur Mastodon, c’est fini les gens »

[...]

Quant à l’organisation (au premier abord) un peu alambiquée du nouveau réseau social, il faut s’y faire et c’est sans doute un nouveau coup de main à prendre. Son expérience utilisateur n’est peut-être pas aussi limpide que sur Twitter, mais Mastodon est de toute façon animé d’un autre état d’esprit : celui de proposer sur la Toile un grand réseau de discussions.

Lire l’article entier sur france24.com

https://www.egaliteetreconciliation.fr/Alternative-libre-...

Maurras et le Fascisme [10]

1373620487.jpg

Mussolini - Marche sur Rome 

Par Pierre Debray

Cette étude historique, idéologique et politique, importante et profonde, que nous publions depuis quelques jours, s'achève ici. Elle est de Pierre Debray et date de 1960. Tout y reste parfaitement actuel, sauf les références au communisme - russe, français ou mondial - qui s'est effondré. L'assimilation de l'Action française et du maurrassisme au fascisme reste un fantasme fort répandu des journalistes et de la doxa. Quant au fascisme en soi-même, si l'on commet l'erreur de le décontextualiser de sa stricte identité italienne, il reste pour certains une tentation, notamment parmi les jeunes. On ne le connaît pas sérieusement. Mais il peut-être pour quelques-uns comme une sorte d'idéal rêvé. Cette étude de Pierre Debray dissipe ces rêveries. Elle s'est étalée sur une dizaine de jours. Ceux qui en auront fait ou en feront la lecture - car elle reste disponible - en ressortiront tout simplement politiquement plus compétents. LFAR

Le fascisme français (suite et fin)  

Sans doute, le fascisme se donne-t-il pour un nationalisme, mais le stalinisme, quand il sera menacé, n’utilisera-t-il pas, lui aussi, la passion patriotique du peuple russe ? C’est qu’en effet, pour l’un et l’autre, le nationalisme spontané, quasi viscéral ne représente qu’un instrument au service d’une révolution. Là-dessus, Drieu, toujours lui, s’est exprimé avec le plus de franchise ou si l’on veut de cynisme. « Le nationalisme, écrit-il, est l’axe de l’activité fasciste. Un axe, ce n’est pas un but. Ce qui importe pour le fascisme, c’est la révolution sociale, la marche lente, effacée, détournée, selon les possibilités européennes, au socialisme. S’il y avait encore des défenseurs conscients et systématiques du capitalisme, ils dénonceraient le fascisme comme usant du chantage nationaliste pour imposer le regard de l’État sur les grandes affaires. Ses défenseurs les moins inconscients et hasardeux ne sont pas loin maintenant de le faire, mais la négation furieuse des socialistes et communistes masque cette vérité. Non seulement le nationalisme n’est qu’un prétexte, mais ce n’est aussi qu’un moment dans l’évolution sociale du fascisme. » 

Sans doute, Drieu demeurait-il un intellectuel isolé. Pourtant, certaines de 3857409247.jpgses vues les plus originales et, sur le moment les moins bien comprises, connaîtront une singulière fortune. C’est ainsi qu’il considérait le parti radical comme « un vieux fascisme sclérosé ». Le 17 septembre 1937, il remarquait, dans L’Émancipation nationale de Doriot (photo 1) qu’en 1792, « il y avait dans toute la France des soviets ou des faisceaux de combat, c’est-à-dire que dans chaque village, dans chaque quartier, il y avait un groupe de militants autour d’un meneur », et que ce meneur obéissait aux mots d’ordre décidés « dans les conseils étroits du parti unique », club des Cordeliers ou Club des Jacobins. 3182289380.jpg

La tradition jacobine, ajoutait-il, s’est sans doute maintenue dans le parti radical, mais celui-ci, faute d’avoir pu « se constituer en parti solide, viril », n’a conservé que les inconvénients du système et pas ses avantages. Déjà, dans Socialisme fasciste, Drieu rêvait de ce grand parti du centre, rassemblant les classes moyennes, qui aurait remplacé le syndicalisme ou l’aurait rénové. Ce n’était pas une billevesée de l’imagination puisqu’il se retrouvera quelqu’un pour tenter de l’accomplir. Ce quelqu’un, ce sera Mendès (photo). Ne nous y trompons pas, en effet, l’idéologie mendésiste des années 1955 exhalait des relents fascistes dont les narines des parlementaires furent désagréablement chatouillées. Ce qui, bien plutôt que sa politique coloniale, provoqua la chute de « superman ». Par beaucoup de points, Mendès s’apparente du reste à un autre Israélite qui, celui-là, opérait en Allemagne, Rathenau, qui fut assassiné par les « réprouvés » qui devaient fournir plus tard ses cadres militaires à l’hitlérisme, mais qui n’en avait pas moins été l’un des premiers à proposer aux Allemands la formule d’un socialisme national. 

Quoiqu’il en soit, en France comme ailleurs, le fascisme a constitué un phénomène idéologique de « gauche ». Qu’il ait su rallier un certain nombre de militants d’extrême droite qui lui fournirent d’ordinaire ses troupes d’assaut, c’est à la suite d’une double mystification qui porte sur la notion d’ordre d’une part, sur la conception de l’antiparlementarisme d’autre part. L’ordre fasciste n’est pas fondé sur l’harmonie naturelle des groupes humains, mais sur un encadrement totalitaire qui impose à la nation la discipline toute extérieure de « l’organisation industrielle » telle que la conçoit le système Taylor. Quant à son antiparlementarisme, il dissimule un attachement à d’autres formes de démocratisme, car le chef ne tient certes pas son pouvoir du suffrage, mais sa légitimité n’en repose pas moins sur la seule acclamation populaire. 

Cependant, le fascisme latent d’un Drieu la Rochelle, d’un Marcel Déat et des innombrables faiseurs de plans moins talentueux qui s’agitèrent aux alentours des années 30, n’a finalement débouché sur rien de concret. On peut trouver à cette solution un certain nombre d’explications. 

1. Économiquement, le fascisme suppose, pour réussir, une industrie soumise à des rythmes tempétueux d’expansion et de récession. Ce qui était le cas dans l’Italie du lendemain de la première guerre mondiale, comme dans l’Allemagne pré-hitlérienne. Par contre, la France, à la même époque, subissait les effets anesthésiants de la politique malthusienne des dirigeants républicains. 

2. Politiquement, le fascisme exige un climat d’humiliation nationale, un sentiment généralisé de dégoût et de lassitude, qui porte l’opinion à préférer n’importe quelle aventure à la chute sans fin dans l’abîme. À l’époque, la France conservait encore ses illusions de grande puissance victorieuse.  

3. Idéologiquement, le fascisme a besoin de rallier autour du noyau 4243677989.jpgoriginel de doctrinaires venus de la gauche, une masse de manœuvre que seule la droite est capable de lui fournir. L’influence de Maurras (photo) a sans aucun doute empêché la fraction la plus courageuse de la jeunesse française de se lancer à corps perdu dans une désastreuse équipée, en lui révélant les conditions réelles de l’ordre, en lui montrant qu’un antiparlementarisme purement sentimental n’était qu’un attrape-nigauds, s’il ne s’accompagnait pas de la volonté de détruire le système démocratique sous toutes ses formes. Il n’est besoin que de relire les pages lumineuses consacrées par Maurras à Napoléon pour se convaincre qu’il a élevé entre cette magnifique jeunesse qui le suivait et la tentation fasciste le plus solide des remparts. Rebatet, dans sa haine furieuse, a eu du moins le mérite involontaire de mettre en pleine lumière ce magnifique service rendu par notre maître. 

Nous en mesurons mieux aujourd’hui l’étendue, puisque nous vivons sous un régime techno-bureaucratique, qui, sans doute, a renoncé aux liturgies extérieures du fascisme comme à la construction, après l’échec du R.P.F., d’un parti unique, mais qui n’en demeure pas moins le véritable équivalent français d’un fascisme, c’est-à-dire un jacobinisme adapté à la révolution industrielle. Le caractère thaumaturgique de l’autorité de Charles De Gaulle, sa prétention d’être l’expression immédiate de la volonté nationale, son antiparlementarisme doublé d’un respect obséquieux des dogmes démocratiques, sa démagogie nationalitaire et son mépris des intérêts réels du pays, l’inscrivent dans la lignée des Césars modernes. 

3847323545.jpgSi De Gaulle (photo) est parvenu à mystifier la révolution du 13 mai, c’est sans doute que les conditions économiques et politiques d’un fascisme se trouvaient cette fois-ci réunies, mais surtout, parce que la République, en jetant Maurras en prison, en faisant de lui le grand maudit, en démantelant pour une part le barrage qu’il dressait contre l’idée folle et fausse du césarisme, a permis que l’imposture gaullienne puisse, pour un temps, triompher. 

Il n’est que trop certain que si De Gaulle était remplacé par un autre avatar du fascisme, celui-ci conduirait la France à d’autres désastres ou au même. C’est pourquoi il importe plus que jamais que l’intelligence politique, dont Maurras nous a laissé l’héritage, soit assez bien enracinée, en particulier dans cette jeunesse qui lutte pour l’Algérie française, afin qu’elle ne soit pas trompée une nouvelle fois. Nous n’avons pas d’autre choix qu’entre Maurras et le démocratisme – démocratisme parlementaire, fasciste ou communiste.   (FIN)

Lire les article précédents ...

Maurras et le Fascisme  [1]  [2]  [3]  [4]  [5]  [6]  [7]  [8]   [9]

http://lafautearousseau.hautetfort.com/archive/2018/09/13...

Réinfo, journal d'information bimensuel du Parti de la France

Passé Présent n°209 : Les bolchéviques au pouvoir

06:29 Écrit par pat dans culture et histoire | Lien permanent | Commentaires (0) |  Imprimer |  Facebook | | | | |

Gérard Collomb envisage de démissionner : avant qu’il ne soit trop tard ?

unnamed-3-845x456.jpg

Gérard Collomb prend ses distances.

Celui qui avait joué un rôle décisif dans l’élection d’Emmanuel Macron en lui apportant le crédit du socialisme modéré et enraciné, en l’entourant du charme discret de la bourgeoisie lyonnaise, se sent de moins en moins à l’aise dans l’ombre de Narcisse-Jupiter.

Son analyse des déboires présidentiels actuels sonnait juste. Comme la vérité blesse toujours celui qu’elle vise, Narcisse-Jupiter en a été fort courroucé. Une explication a eu lieu entre les deux personnages. Le Lyonnais souhaite redevenir maire en sa ville. Beaucoup de Lyonnais le préféraient dans ce rôle que dans celui de « premier flic » de France. Mais nombreux, aussi, sont ceux qui pensent qu’une nouvelle candidature municipale en 2020 serait celle de trop.

Le passage au ministère de l’Intérieur a révélé un homme sur qui l’âge pesait, qui manquait du dynamisme et de l’autorité nécessaires à ce poste sur lequel Sarkozy avait construit sa réussite. Ses propos souvent hésitants et ses gaffes l’ont empêché d’être un grand ministre : lorsqu’il communique à la presse des informations sur l’auteur de l’attentat de Manchester, Salman Abidi, les Britanniques qui souhaitaient garder secrète l’identité du terroriste expriment leur surprise et leur mécontentement.

Le sommet est atteint lors de son audition devant la commission d’enquête de l’Assemblée sur l’affaire Benalla. Le locataire de la place Beauvau qui devrait être l’homme le mieux renseigné de France ne sait pas ce qui se passe dans sa maison, pourquoi le « cogneur » du 1er mai possède un port d’armes qu’il lui avait refusé. Il ne sait pas davantage ce qui se passe dans la maison d’en face, l’Élysée, et ignore tout de la fonction de l’estafier du Président qu’il a pourtant côtoyé dès la campagne présidentielle.

L’intuition politique de Gérard Collomb est toujours assez juste. Plus ferme, en apparence, sur l’immigration que ses prédécesseurs, il a jusqu’à présent évité que le terrorisme ne réédite des attentats importants. La Loi antiterroriste a pris le relais de l’état d’urgence. Surtout, la communication ministérielle, et non celle du ministre, a été soignée. Les nombreuses attaques à l’arme blanche sont déclassées en faits divers d’origine psychiatrique. De nombreuses tentatives d’attentats auraient été déjouées. Et, cerise sur le gâteau, parmi eux, des projets venant de l’extrême droite : l’homme de centre gauche, franc-maçon sans complexe et, qui plus est, lyonnais, se plaît dans ce juste milieu, à l’abri des excès symétriques. De même, ce qu’il affectionne, c’est la police de proximité, ressortie de la naphtaline de l’ère Jospin.

Apparemment, cette politique donne des résultats puisque ceux qui ont été publiés récemment sont plutôt positifs, sauf à Paris. Les vols, sous toutes leurs formes, sont en recul. En revanche, on observe un accroissement de la violence sexuelle et intrafamiliale. On remarquera, toutefois, l’étonnante coïncidence des chiffres avec la mode idéologique et l’intérêt du ministère : celui-ci réussit dans son domaine, mais fait face à la montée de comportements individuels qui n’ont rien à voir avec la délinquance organisée.

Reste l’essentiel : l’importance du trafic de drogue lié à l’insécurité des quartiers sensibles, ceux qui correspondent aux « territoires perdus de la République ». Récemment, un braquage opéré dans le XVe arrondissement de Marseille à l’encontre d’un supermarché a connu une fin révélatrice : la foule qui était à proximité, sur un « marché aux puces », a lynché les deux voleurs dont l’un a réussi à prendre la fuite. On ne peut mieux résumer l’idée d’une France qui n’est plus elle-même.

Gérard Collomb sait très bien que ses « quartiers de reconquête républicaine », malgré leur titre ronflant, ne résoudront pas la questions avec quelques policiers supplémentaires. C’est, justement, le jour de l’inauguration de l’un d’entre eux qu’il a choisi d’annoncer son départ après les élections européennes, entraînant une désapprobation chez les policiers, qui ne souhaitent pas un ministre à temps partiel. Mais lui, en bon politicien, souhaite partir à temps !

Christian Vanneste

http://www.bvoltaire.fr/gerard-collomb-envisage-de-demiss...