Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

culture et histoire - Page 6

  • Le Clan des Brigandes présente: "L'Âge des Veilleurs - Évadés de Babylone" (livre de Maxime Billaud)

  • La Petite Histoire : Fontenoy, une grande victoire pour rien ?

    Le 11 mai 1745, dans la plaine de Fontenoy, les Anglais et leurs alliés hollandais et hanovriens, font face aux troupes royales commandées par le maréchal de Saxe. « Messiers les Anglais, tirez les premiers ! », aurait lancé un officier français. Vraie ou fantaisiste, cette anecdote n’enlève rien à la violence de cette bataille où la France remporte, en présence du roi Louis XV, une victoire décisive qui vient marquer l’issue de la guerre de Succession d’Autriche. Malheureusement, la « générosité » de Louis XV lors du traité d’Aix-la-Chapelle atténuera largement la portée de ce succès… Fontenoy, une victoire épique, mais une victoire pour rien ?

    https://www.tvlibertes.com/la-petite-histoire-fontenoy-une-grande-victoire-pour-rien

  • Le mur des lamentations a été construit par les Romains !

    3881362460.jpg

    Ex: https://echelledejacob.blogspot.com
    Il va falloir revoir le chapitre «Mur des Lamentations » des guides touristiques d'Israël, car les origines de sa construction ne seraient pas celles que l'on croyait. Jusqu'à présent, il était admis que le site -le Mont du Temple pour les Juifs, l'Esplanade des mosquées pour les musulmans- avait été entièrement construit par Hérode, roi des Juifs.
    Placé sur le trône par les Romains, Hérode règne sur la Judée de 37 avant Jésus-Christ jusqu'à sa mort, en 4 avant Jésus-Christ. Dans la tradition chrétienne, Hérode est avant tout connu pour avoir tenté de tuer l'enfant Jésus en ordonnant la mise à mort de tous les enfants de Bethléem âgés de moins de deux ans. Grand bâtisseur, il se lance dans de grands travaux en recourant aux techniques romaines. C'est ainsi qu'on lui attribue la construction du théâtre et de l'amphithéâtre de Jérusalem, mais surtout, l'extension du Second Temple, complexe religieux juif construit au VI ème siècle avant JC sur l'emplacement du Premier Temple, détruit par Nabuchodonosor II en 587 avant Jésus-Christ. Ce que l'on appelle communément le Mur des Lamentations, principal lieu saint du judaïsme, est considéré comme étant le mur occidental restant du Second Temple, qui sert également de soubassement à l'Esplanade des mosquées, le «Noble Sanctuaire» des musulmans.

    Lire la suite

  • Pierre-Marie Gallois : « Les trois phases de constitution du pouvoir politique dans l’histoire de France »

    Par son infinie diversité, la surface terrestre offre à la vie, qu’elle soit humaine, animale, ou végétale, des conditions différentes de développement. En ce qui concerne les populations, la pluralité du milieu physique, « l’environnement » comme on dit aujourd’hui, a façonné très différemment les peuples, fractionnant fort inégalement l’humanité.

    Jusqu’à une époque récente, le milieu physique, c’est-à-dire le climat, le relief, la nature des sols, l’accès à l’eau, le voisinage humain, décidaient quasi souverainement de la spécificité des différentes sociétés humaines. En dépendaient leurs mœurs, leur culture, leur comportement socio-économique, leurs succès ou leurs échecs dans l’épreuve.

    Depuis l’explosion industrielle, le cours des choses a été inversé, et c’est l’humanité, de plus en plus exigeante, qui modifie, à ses dépens, l’ordre de la nature.

     Le territoire de la France rassemble à lui seul toutes les caractéristiques matérielles du développement de la population qui l’habite.

    Lire la suite

  • L'anthropologie de Charles Maurras, avec Axel Tisserand sur Radio Courtoisie.

    Axel Tisserand nous présente le coeur de l'oeuvre de Charles Maurras : sa philosophie de l'homme et de la cité. Il aborde les problèmes contemporains en montrant comment l'anthropologie politique de Maurras, nourrie des principes aristotélo-thomistes, peut permettre de discerner les impasses de notre temps (transhumanisme, gender, relation de l'homme et de la femme), et de les surmonter.
    Charles Maurras - le "scribe consciencieux" et le "guetteur mélancolique" a mis au point cette vision de l'être fini (et donc ouvert à la transcendance) et sait bien que le mépris de la finitude mène, à terme, à l'autodestruction au nom de la liberté, de l'égalité et de la fraternité.
    Une vision qui doit permettre aux jeunes esprits, amoureux de la vérité et avides de servir le bien commun, égarés dans ce monde, d'avoir une nourriture à leur faim.

    Émission "Le monde de la philosophie", animée par Rémi Soulié.

    http://ekouter.net/l-anthropologie-de-charles-maurras-avec-axel-tisserand-sur-radio-courtoisie-4860?fbclid=IwAR1BBhmjMNyczVo-usSjCv5D_TLQXYRDifcs0wctrQuLMbC6WFT6ezIfnFE

    http://lafautearousseau.hautetfort.com/archive/2020/03/18/l-anthropologie-de-charles-maurras-avec-axel-tisserand-sur-r-6221052.html

     

  • Une époque diabolisée : La légende noire du Moyen-Âge

    La légende noire du Moyen-Àge 1.jpeg

    La légende noire du Moyen-Àge.jpegAvec le poids que lui donne une indiscutable autorité scientifique, Jacques Heers, l'un des plus éminents médiévistes français, entreprend de tordre le cou à quelques vieux clichés qui constituent, sur l'époque dont il est spécialiste, une véritable désinformation historique.

    Pour avoir été directeur du département d'études médiévales de la Sorbonne, Jacques Heers est bien placé pour le savoir un tissu d'erreurs, et plus encore de malhonnêtetés, est trop souvent véhiculé sur cette période clef, fondatrice de notre histoire, qu'est le Moyen-Âge. S'étendant sur un millénaire, il constitue le terreau sur lequel s'est développée, au fil des siècles, l'identité française. C'est une bonne raison pour s'intéresser à lui d'un peu près. Or ce Moyen-Âge est, depuis longtemps, vilipendé, mis en accusation époque d'obscurantisme et de ténèbres - qu'aurait heureusement dissipés la glorieuse ère des Lumières, génitrice de la Révolution - le Moyen-Âge aurait été par excellence le temps d'infâmes abus ou, au minimum, d'un archaïsme barbare. Bref, l'antithèse du progrès, tant sur le plan social que politique, économique ou culturel.

    Lire la suite

  • Aux sources de l'identité allemande

    Aux sources de l'identité allemande?.jpegL’Allemagne va-t-elle enfin briser la chape de Culpabilisation qui lui a été imposée par les vainqueurs de 1945 ? Signes des temps : un professeur de l'Université de Munich invite ses compatriotes à trouver, dans leur histoire, les fondements de leur identité nationale et les fils conducteurs de leur destin.

    Tandis que les manifestations de rejet des immigrés dans l'ex-Allemagne de l'Est suscitent le rituel lamento des média et des politiciens déguisés, sans vergogne, en moralistes, la montée du Mark, parallèle à la dégringolade du dollar, réveille les fantasmes germanophobes de certains. Déjà, en février dernier, Le Point titrait, pour faire frissonner ses lecteurs, « L'Europe sera-t-elle allemande ? ». Tout récemment, Alfred Grosser faisait un amer constat : « Le fantasme de l'Allemagne est entretenu par les média français. » Il est plus sain et plus utile, pour comprendre l'Allemagne d'aujourd'hui, de s'interroger sur son destin historique et sur les fondements de son identité.

    C'est ce qu'a entrepris Thomas Nipperdey, professeur d'histoire à Munich, en publiant des Réflexions sur l’histoire allemande constituées d'essais qu'il est bon de lire en parallèle à sa récente et volumineuse Histoire de l'Allemagne, malheureusement non traduite, encore, en français (1). Nipperdey appartient à cette génération d'historiens allemands qui, adolescents à l'époque du national-socialisme, cherchent aujourd'hui à retrouver le sens profond et les fils conducteurs de l'histoire de leur peuple. En refusant la chape de culpabilisation, imposée par les vainqueurs de 45, qui a paralysé, stérilisé pendant longtemps l'intelligentsia allemande. « Les historiens, assure Nipperdey, ne sont ni des théologiens ni des métaphysiciens, ils n'ont pas à spéculer sur la culpabilité éternelle et la juste punition. On doit laisser à Dieu le soin de prononcer le Jugement dernier. Invoquer Auschwitz, ce qui revient chez nous à imputer la responsabilité d'homicide volontaire, c'est en outre rester complètement à côté de la question. »

    Lire la suite

  • DUMÉZIL EST-IL UNE SORCIÈRE ?

    dumézil est-il une sorcière ?.jpeg

    Six ans après la mort de Georges Dumézil, des communistes mal repentis s'obstinent à faire le procès en sorcellerie de celui qui fut le grand spécialiste des études indo-européennes. Alain de Benoist, qui l’a bien connu et qui est l'un de ceux qui ont contribué à le faire connaître au grand public, répond aux questions du Choc.

    Le Choc du Mois : Didier Éribon vient de publier, sur le grand spécialiste des études indo-européennes que fut Georges Dumézil, un livre (Faut-il brûler Dumézil ?) qui abonde en révélations sur des aspects peu connus de son existence. On apprend par exemple qu'il fut maurrassien dans les années vingt, mais aussi qu'il adhéra en 1936 à la franc-maçonnerie et fut pour cette raison révoqué par Vichy en 1941, ce qui ne l'empêcha d'ailleurs pas, ayant été réintégré fin 1942, de passer deux ans plus tard devant une commission d'épuration ! Vous avez personnellement connu Dumézil. Que pensez-vous de cet ouvrage ?

    Lire la suite

  • Quand le mythe devient fondateur d'une nation

    Quand le mythe devient fondateur d'une nation.jpegSix écrivains irlandais ont entrepris, chacun à sa manière propre, de nous restituer un des plus anciens mythes de leur patrie celtique : la tragique destinée de Deirdre, qui va semer le désordre dans le royaume d'Ulster mais deviendra, au fil des âges, la personnification même d'une nation éternellement rebelle, lancée dans une recherche éperdue d'elle-même, selon le droit imprescriptible des peuples nés pour être libres et fiers.

    Tout livre, comme toute légende, offre plusieurs lectures. En deux volumes, de longueur inégale mais qui totalisent près de six cents pages, les éditions Artus nous incitent à « revisiter » le mythe de Deirdre.

    Lire la suite