Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

07/10/2017

Journal de bord de Jean-Marie Le Pen n°484

Le FN dénonce le démantèlement continu de la politique familiale par Macron

De Nicolas Bay, Vice-président du Front National, Député français au Parlement européen :

"Le ministre de l’Économie Bruno Le Maire et la majorité parlementaire LREM ont fait connaître leur volonté de mettre fin à l’universalité des allocations familiales, déjà mise à mal par la précédente modulation durant le quinquennat Hollande, en les supprimant pour une partie des familles.

On assiste au démantèlement continu de la politique familiale, alors que le concept de l’universalité des allocations familiales a toujours reposé sur le principe de cohésion nationale. Les allocations familiales visent à favoriser la natalité française, et ne doivent pas avoir pour but de combler le fossé entre aisés et moins aisés, d’où la distinction entre les prestations familiales et les prestations sociales.

Plutôt que de poursuivre dans la voie d’une politique anti-famille, le gouvernement devrait tout faire pour relancer la natalité française, condition indispensable à la prospérité et à l’avenir de notre nation."

Michel Janva

http://lesalonbeige.blogs.com/my_weblog/web.html

Scandale : aucun représentant du gouvernement aux obsèques de Laura et Mauranne

Une forte pensée pour  et . Et pas le moindre représentant du gouvernement français à leurs obsèques? https://www.la-croix.com/France/Attentat-Marseille-douloureux-adieu-Mauranne-Laura-2017-10-05-1200882205 

Photo published for Attentat de Marseille, le douloureux adieu à Mauranne et Laura

Attentat de Marseille, le douloureux adieu à Mauranne et Laura

Les obsèques des victimes de l’attaque perpétrée dimanche 1er octobre, à la gare Saint-Charles de Marseille ont été célébrées jeudi 5 octobre à Eguilles, dans l’arrière-pays provençal.

la-croix.com 

Les obsèques des deux jeunes filles ont eu lieu à Éguilles, dans l’arrière-pays provençal jeudi 5 octobre 2017. Il y avait les familles, les amis, des élus régionaux et le préfet des Bouches-du-Rhône. Ces deux cousines étudiantes se destinaient aux métiers d’infirmière et de médecin. L’une était chez les scouts, l’autre s’occupait de centres aérés. À côté de leurs études, elles se consacraient aussi aux autres.

Le journal La Croix a publié l’homélie intégrale de Mgr Pontier, dont voici quatre extraits.

« Chers parents et vous les sœurs et les frères de Mauranne et de Laura, vous leurs familles, leurs amis les plus proches, vos cœurs sont blessés, brisés depuis ce moment de la journée de dimanche où vous avez appris l’horrible drame qui venait de se passer sur le parvis de la gare Saint Charles. Et depuis, quelque chose qui ressemble à ce qu’écrivait l’auteur du livre des Lamentations peut évoquer ce que vous vivez  : “J’ai oublié le bonheur, la paix a déserté mon âme  !”

Et nous qui sommes autour de vous, nombreux, très nombreux, nous voudrions prendre une part de votre fardeau pour qu’il soit moins lourd pour vous. Nous savons que le plus lourd demeure pour vous, comme une de ces blessures qui ne se referment jamais totalement. L’assassinat de Mauranne et de Laura restera comme un événement incompréhensible, révoltant, odieux, infiniment douloureux.

[...]

Et nous sommes effarés, sidérés de voir qu’il y a sur notre terre aujourd’hui des personnes qui ne supportent pas que d’autres vivent dans le bonheur, le bonheur simple des vies données les uns pour les autres. Ils détruisent, ils tuent. Ils tuent sauvagement. Puis Ils se tuent pour plaire à Dieu  ! Ça n’a pas de sens  ! C’est une escroquerie de crier le nom de Dieu au moment où on tue ses enfants.

Alors nous comprenons d’une manière renouvelée ce cri du Christ  : “Venez à moi, vous tous qui peinez sous le poids du fardeau et moi, je vous procurerai le repos.” Non seulement nous le comprenons, mais nous en avons besoin. Nous avons besoin de Celui qui pourra redonner vie, redonner sens à tous ces fardeaux que la vie d’ici-bas nous inflige. Et nous sommes touchés que Celui qui dit cela soit Celui qui lui-même connaîtra la mort ignoble et injuste de la Croix. Il est venu pour cela  : pour ouvrir une brèche de lumière et de vie dans les ténèbres de l’absurde et de la mort. Il est venu vers ses disciples au-delà de la mort pour que se poursuive ce lien d’amour et de vie qu’un instant la cruauté des hommes venait de couper. »

Nous avons souligné l’absence de membres du gouvernement qui sont d’habitude si prompts à se presser dans la chambre d’hôpital de blessés très communautaires. Nous pensons à l’inqualifiable président précédent, qui avait engagé le poids de l’État et des Français dans son incroyable visite à « Théo », ou à ces ministres de l’Intérieur, véritables obligés, qui courent dès que les « associations » sonnent le tocsin d’une agression « antisémite », laissant de côté toutes les autres.

Lire la suite sur E&R

Civitas souhaite la pendaison pour les violeurs.

POURQUOI VEULENT-ILS RÉFORMER LA FRANCE ? COMPRENDRE LEUR "PÉDAGOGIE DE LA RÉFORME"

MÉLENCHON À LA CONQUÊTE DE CES « SALAUDS DE JEUNES » !

15270620-jean-luc-melenchon-le-puncheur.jpg

Que la jeunesse ait, de longue date, été courtisée par les partis politiques, voilà qui est au moins aussi vieux que… les partis politiques. Là, c’est La France insoumise qui s’essaye à l’exercice avec un tract tiré à cinq cent mille exemplaires et de la sorte intitulé : « Dix raisons de se mobiliser contre la bande à Macron. »On y voit le Président et son Premier ministre détaler à toutes jambes, poursuivis par la masse des manifestants, poings brandis et drapeaux levés. Rien que du classique, tant ce visuel pourrait convenir à n’importe quel mouvement de jeunes, quelle que soit son obédience.

D’ailleurs, la jeunesse, tout le monde est globalement pour ; même l’État islamique, qui vante aujourd’hui la vaillance de ceux qu’il surnomme ses « lionceaux », alors qu’hier, il y avait « les jeunes avec Balladur ». Comme quoi… De fait, même les mouvements ou les intellectuels peu connus pour leur jeunisme militant se ravissent de toucher la jeunesse : Pierre Sidos grâce à son Œuvre française, Alain Finkielkraut par ses livres, quoique les deux hommes puissent juger la comparaison incongrue mais, dans le fond, pas tant que ça.

Et puis, il y a « jeunes » et « jeunes ». À gauche, on raille les enfants gâtés d’écoles de commerce et leurs villégiatures du Cap-Ferret. À droite, on moque les boutonneux de facs en sociologie et leurs stages citoyens chez les zadistes. Comme l’enfer, la jeunesse, ce sont les autres. Les « autres » jeunes. Les pires ? Ceux qui ne votent pas – les crétins ! – ou qui votent Front national – les criminels ! Voire ceux votant désormais pour La France insoumise – les inconscients !

Il est vrai que le vote jeune, puisque vote jeune il y a, vient de reléguer Marine Le Pen en deuxième position, juste derrière Jean-Luc Mélenchon. S’agit-il, pour autant, des mêmes jeunes ? Les mélenchonistes seraient plutôt rats des grandes villes que des champs et des pavillons, à l’instar de leurs homologues lepénistes. Plus étudiants et moins chômeurs, en quelque sorte. Et Alain de Benoist de noter en ces colonnes : « Les électeurs parisiens de Mélenchon se sont en quasi-totalité rabattus sur Macron au second tour, alors qu’ailleurs beaucoup ont préféré s’abstenir (39 %) ou, plus rarement, voter pour Marine Le Pen (14 %). »

C’est tout le paradoxe de cette jeunesse « insoumise », qui d’un côté en a après « la bande à Macron » tout en votant pour le même Macron, plus par réflexe de classe – leurs parents sont majoritairement issus des rangs de la mondialisation heureuse, comme les jeunes macronistes – que par une réflexion politique qui devrait les amener à la conclusion voulant que le seul vote révolutionnaire qui vaille soit le vote Le Pen.

Leurs aînés « insoumis » savent bien que la mobilisation de ces tendrons est socialement des plus connotées : « On a des bons bastions à Paris, à Lille, à Bordeaux… et un bon vivier dans pas mal de lycées », lit-on ainsi dans Libération. Dans les « quartiers pop », comme ils disent avec un délicieux frisson devant tant d’exotisme, « c’est plus difficile. […] Il faut reprendre leurs revendications, leur calendrier, leur montrer qu’on est utiles. Ça prend plus de temps. Le contrôle au faciès est une bonne porte d’entrée. » Magnifique. Pierre Savorgnan de Brazza n’aurait pas mieux dit en échangeant de la verroterie, lorsque faisant connaissance avec son premier indigène.

Et si les jeunes mélenchonistes n’étaient jamais, eux aussi, que d’insupportables gosses de bourges ? Au même titre que les jeunes électeurs d’Emmanuel Macron et François Fillon ? Avec sa fort intéressante théorie de la reproduction des élites, le défunt Pierre Bourdieu avait déjà anticipé la question avant d’y répondre par l’affirmative. Voilà qui ne rajeunit personne, si l’on peut dire en la circonstance.

http://www.bvoltaire.fr/melenchon-a-conquete-de-salauds-d...

Têtes à Clash n°13

L’immigration extra-européenne aura été le principal fait générateur de l’apparition d’un islam de combat

Lu dans L'Incorrect, à propos du procès du clan Merah :

6a00d83451619c69e201b7c927306c970b-250wi.jpg"[...] On aura beau gloser, s’agiter et chercher à masquer la réalité, le discriminant commun des terroristes islamistes est qu’ils sont ultra majoritairement issus de familles de culture musulmane, qu’ils soient de nationalité française, binationaux ou étrangers en situation irrégulière. L’immigration extra-européenne aura donc été le principal fait générateur de l’apparition d’un islam de combat sur notre sol. Et que faisons-nous collectivement, en France et sur le continent européen, pour réduire le phénomène ? Nul n’a prétendu qu’il serait aisé de répondre à ces défis majeurs. Toutefois, peut-être devrions nous commencer par prendre quelques mesures de bon sens, de celles qui auraient pu permettre d’éviter le double assassinat de deux jeunes filles dans la gare Saint-Charles de Marseille par exemple.

Ahmed H. ? Bachir H. ? Salahdine H. ? Yanis H. ? Autant d’identités derrière lesquelles s’abritait ce délinquant d’habitude (arrêté en situation irrégulière en 2005 en possession de stupéfiants, appréhendé pour port d’arme prohibé en 2014…), qui a égorgé Laura et Mauranne au nom d’Allah. Le vendredi 29 septembre, soit deux jours avant la commission de ses meurtres, ce « vagabond » était une nouvelle fois interpellé à Lyon pour des faits de vol à l’étalage, avant d’être placé en garde à vue puis relâché dans la nature comme il se doit. Par la suite, celui qui s’était présenté comme un ancien « amateur de drogues dures » n’aura pas été placé en Centre de rétention administrative en vue de son expulsion ; faute de place ou pour cause d’absentéisme d’un fonctionnaire, les sources divergent. Reste que la France paie chèrement les conséquences de la loi du 31 décembre 2012 supprimant le délit de séjour irrégulier, alors perçue comme une simple mise à jour du droit français au regard d’arrêts constants de la Cour de justice de l’Union européenne.

De ces « détails », les cerbères de la diversité n’ont cure, préférant dénoncer la société patriarcale ou le système oppressif postcolonial, s’égosillant contre les mesures liberticides que contiendrait en germe le tout petit projet de loi terrorisme porté par le gouvernement… Combien de morts supplémentaires avant que tout ce petit monde ne se décide à déciller leurs yeux et à appliquer la formule employée par Riss sur la dernière couverture de Charlie Hebdo : « Merah, loup solitaire ? Abattez le troupeau ! » ? Peut-être faudrait-il y rajouter les gardiens du troupeau…"

Michel Janva

http://lesalonbeige.blogs.com/my_weblog/web.html

06/10/2017

Vos enfants apprendront l'écriture inclusive ! Journal du Vendredi 06 Octobre 2017

Cercle Maurras et l'Action Française

Les forces du futur ne désarment pas, par Elisabeth Lévy

Elisabeth-Lévy-600x311.jpg

Causeur-Elisabeth-Lévy-270x350.jpgEn 2002, dans un louable effort d’unification sémantique, la gauche lyncheuse, en la personne de Daniel Lindenberg, décida d’affubler tous les penseurs qui lui déplaisaient de l’épithète unique de réactionnaire. En 2017, quand des intellectuels critiquent Emmanuel Macron, il décrète qu’ils représentent « le vieux monde » et « n’ont rien produit de renversant », ce qui signifie certainement qu’ils n’ont pas assez co-worké pour team-builder notre start-up nation. La liste de Macron est aussi disparate que celle de Lindenberg. On ne voit pas ce qui permet d’enfermer dans le même sac idéologique Debray, Finkielkraut, Badiou, Onfray et Todd, qui ne pourraient pas prendre un café ensemble, sinon qu’ils déplaisent au président, pour la raison que lui ne leur plaît guère, et qu’ils sont tous, avec d’abyssales dfférences, les heureux héritiers d’un monde ancien : celui de l’écrit.

Du gauchisme culturel au progressisme présidentiel, quelle que soit la lettre épinglée au plastron de l’adversaire, elle est toujours écarlate et le crime toujours le même : il sent le passé – et ça ne sent pas la rose. Quand nous devrions nous efforcer d’arracher nos pieds de la glaise, de rompre avec nos petites habitudes existentielles et d’entrer à pieds joints dans le monde de la fluidité identitaire et de la citoyenneté numérique, des grincheux parlent d’héritage, de dette et de continuité historique. Ça plombe l’ambiance.

Comme on ne peut pas faire disparaître physiquement les réfractaires au nouveau cours, on s’emploie à les effacer symboliquement en les désignant comme de risibles survivances. On somme donc la vieille France (province du « vieux monde ») de consentir à son sacrifice sur l’autel du multiculti radieux, quand on ne lui raconte pas qu’elle n’a jamais existé puisque « nous sommes tous des immigrés ». […]

Heureusement, […] la nation a la vie dure. « Les forces du monde ancien sont toujours là », confie le président au Point. Malgré l’énergie déployée pour lui faire intégrer sa propre indignité, la France d’avant refuse de jeter toute son histoire avec l’eau sale des heures les plus sombres ; elle entend continuer à écrire sa langue avec ses bizarreries et « oignon » avec un « i ». Et elle ne veut pas déboulonner les statues de Colbert, même si cela blesse certains de ses concitoyens que l’on honore l’un des bâtisseurs de notre État en dépit de son rôle actif dans l’esclavage.

Nous devons connaître les ombres autant que les lumières de ceux qui nous ont précédés ; cela ne nous commande pas de les renier ou alors, il faudra interdire Shakespeare et surtout Voltaire qui n’étaient pas blanc-bleu sur le plan de l’antisémitisme. Et ne parlons pas des sexistes qui pullulent dans notre littérature.

De plus, comme le rappelle Alain Finkielkraut, la spécificité de l’Europe n’est pas d’avoir pratiqué l’esclavage, mais de l’avoir aboli.

Tant pis pour ces afféteries historiques et pour quelques statues qu’il faudra abattre, dit-on, afin de ne pas froisser les identités minoritaires. Sur le plateau de Karim Rissouli, sur France 5, Finkielkraut a raconté qu’au King’s College de Londres, il était question de cacher les bustes des fondateurs blancs. Personne n’a moufté, comme si cette inquisition rétrospective était le prix à payer pour guérir les blessures dont nous sommes collectivement coupables.

Le camp progressiste célèbre ainsi à sa façon le centenaire de la grande révolution d’Octobre. Là-bas, on escamotait les sociaux-traîtres des photos ; ici et maintenant, on efface de l’histoire de vieux mâles blancs – morts de surcroît. Conception pour le moins paradoxale du vivre-ensemble que celle qui proclame ainsi : ôte-toi de là que je m’y mette.

Elisabeth Lévy

Extrait de l’éditorial du n° 50 de Causeur daté d’octobre 2017

[communiqué] Les islamistes ont-ils voulu assassiner Olivier Renault, contributeur de Riposte Laïque ?

Même si nous ne rejoignons pas tous les combats de cette association, voici un communiqué de Riposte Laïque apportant une potentielle réponse à "l'inexplicable" tentative d'attentat du XVIe arrondissement de Paris.
OlivierRenault2.jpgDans la nuit de ce vendredi à samedi, à 4 heures du matin, quatre bouteilles de gaz ont été retrouvées, avec un dispositif de mise à feu, sur le palier d’un immeuble du 1e arrondissement, situé au 31, rue Chanez. Un locataire ayant entendu du bruit a prévenu la police, évitant miraculeusement un massacre.
Cinq personnes, présentées comme appartenant à la mouvance radicale de l’islam, ont été arrêtées le lendemain. Il se trouve, selon les enquêteurs, que ce serait une confusion des djihadistes qui a fait que cet immeuble soit visé. En effet, parmi les occupants figure un homme appelé Olivier Renault… même nom qu’un contributeur régulier de Riposte Laïque. Les enquêteurs paraissent privilégier la piste d’un homonyme, et pensent que notre ami était visé, pour sa participation à Riposte Laïque. Qu’il y ait eu, de la part des islamistes, une confusion – Olivier Renault, journaliste indépendant, est le correspondant de Riposte Laïque en Allemagne – ne change rien à la réalité. Cet épisode confirme que ceux qui refusent l’islamisation de la France sont terriblement exposés, dans un contexte où les musulmans les plus radicaux entendent terroriser la population pour lui imposer la charia.
Nous n’avons pas oublié que le groupe Forsane Alizza, dissous en 2012, avait préparé, sous l’impulsion de son leader, Mohamed Achamlane, des repérages autour des habitations des organisateurs de l’Apéro saucisson pinard et des Assises internationales contre l’islamisation de nos pays. Nous n’avons pas oublié les menaces de mort qui, régulièrement, visent, sur les réseaux sociaux, certains de nos animateurs, obligés de prendre dans leur quotidien de nombreuses précautions.
 La mise en danger de nos contributeurs, confirmée par cette tentative d’attentat, est d’autant plus intolérable que, parallèlement, l’Etat français, des associations dites antiracistes et des organisations musulmanes multiplient les plaintes et les poursuites contre Riposte Laïque et Résistance républicaine, comme le confirme l’emploi du temps de notre avocat, cette semaine.
Un gouvernement digne de ce nom mettrait fin immédiatement à toutes ces procédures iniques, qui visent des lanceurs d’alertes à qui les faits donnent raison quotidiennement, et font le jeu des islamistes, et de leurs complices. Les choses sont pourtant claires : on ne vaincra pas l’islam, qui a déclaré la guerre à notre modèle de civilisation, sans l’interdire en France, et sans expulser massivement les musulmans qui préfèrent la charia aux lois de la République. Si cela avait été fait, les deux cousines, Laura et Mauranne, assassinées à Marseille par un islamiste clandestin, délinquant multi-récidiviste, seraient encore en vie.
Loin de se laisser intimider par cette nouvelle tentative d’attentat, qu’elle ait visé Olivier Renault ou pas, Riposte Laïque et Résistance républicaine lanceront, dans les jours qui vont suivre, une énorme campagne d’autocollants, en France et dans toute l’Europe, demandant l’interdiction d’un dogme qui encourage, dans ses textes sacrés,  le crime de ses disciples contre tous ceux qui ne sont pas de vrais musulmans.
lu sur le site de riposte laïque

Tepa la reprise saison 5 (St Martin / Macron/ SJW..)

LE « BORDEL » SELON MACRON

Emmanuel Macron vient d’administrer une nouvelle fois la preuve du mépris qu’il éprouve à l’endroit de ces « Français qui ne sont rien ».

« Certains, au lieu de foutre le bordel, feraient mieux d’aller regarder s’ils ne peuvent pas trouver des postes là-bas ! » Ceux qui « foutent le bordel », ce sont les salariés de GM&S. « Là-bas », c’est à près de cent cinquante kilomètres de leur usine menacée. Et celui par qui le scandale – et le « bordel » – arrivent, c’est évidemment Emmanuel Macron.

Cette sortie n’en finit plus d’agiter le microcosme des hommes et commentateurs politiques. Elle n’a pourtant rien d’officiel, ayant été « volée » par les journalistes de BFM TV, alors que le Président s’entretenait en privé avec Alain Rousset, lui-même président socialiste de la région Nouvelle-Aquitaine. Était-il licite de jouer ici avec le « off » ? Les médias n’en sont plus à ça près.

En revanche, il est sûr qu’Emmanuel Macron livre là ce qu’il a sur le cœur, avec les mots que tout un chacun emploie généralement loin des caméras et des micros. On notera encore que ce n’est pas la première fois qu’il s’exprime, en privé ou pas, dans un langage que les plus indulgents tiendront pour « fleuri ». Il est tout aussi sûr qu’il y a vulgarité et vulgarité ; celle des mots et celle de la pensée. En l’occurrence, sa copie est exemplaire, que ce soit dans le fond et la forme ; et son épouse ne pourrait faire moins que de lui coller un vingt sur vingt, même en notant vache.

Sur le fond, donc, et quoiqu’il s’en défende, Emmanuel Macronvient d’administrer une nouvelle fois la preuve du mépris qu’il éprouve à l’endroit de ces « Français qui ne sont rien », « illettrés », « alcooliques », « fainéants » et autres petits mots doux. Plus frappante encore demeure sa conception de ce que devrait devenir la France de demain : mobile, connectée, ouverte, tournée vers les technologies de demain ; bref, une France qui bouge et donne le tournis, telle une start-up trépignant dans son incubateur. L’usine en question, où il y a du travail, se trouve à deux heures de route du domicile des chômeurs en puissance ? La belle affaire ! Il s’agit d’un tout autre métier pour lequel il faudrait repartir presque de zéro ? La splendide occasion que voilà ! De tels changements de vie pourraient mettre en péril la vie de famille, voire la vie sociale des principaux intéressés ? Mais la vie, qu’elle soit ou non de famille, est sans cesse à réinventer !

C’est bien la peine de se vanter d’avoir été l’assistant du philosophe chrétien Paul Ricœur, contempteur « d’individualisme libéral », pour se faire aujourd’hui le chantre du déracinement, non point conjoncturel – il peut arriver de devoir déménager pour conserver sa situation professionnelle –, mais éminemment structurel, l’exception ayant avec lui vocation à devenir mode de vie.

Ce n’est pas pour rien qu’Emmanuel Macron fut rapporteur général adjoint de la Commission pour la libération de la croissance française, commandée en 2008 par Nicolas Sarkozy à un certain Jacques Attali ; commission que Marine Le Pen avait fort justement rebaptisée « Commission Attila », tant elle entendait faire table rase de toute forme de tradition française en la matière.

Ces temps derniers, il est beaucoup question d’insécurité. Laquelle peut recouvrir de multiples visages. Il y a évidemment celle des corps et des biens. Mais il en existe une autre, aux effets autrement plus insidieux, celle consistant à voir disparaître, pan par pan, le capital immémorial de cette nation plus que millénaire qu’est la France. C’est l’insécurité culturelle, spirituelle, civilisationnelle. En effet, notre patrimoine immatériel n’a pas de prix : c’est ce qui en fait tout le sel.

http://www.bvoltaire.fr/bordel-selon-macron/

Le bus anti-gender de CitizenGo gêne le lobby LGBT

Les associations ultra-subventionnées LGBT, comme Act Up ou AIDES dénoncent“l’influence des réactionnaires” dans le débat public :

“Face à la haine au visage tranquille, l’urgence est donc double : il faut défendre un projet de société égalitaire, ouverte, émancipatrice, dans lequel l’école, parce qu’elle est un lieu de socialisation autant que d’apprentissage, doit contribuer à lutter contre les rapports de domination sexistes, LGBTphobesracistes qui oppriment et aliènent”.
“Il faut également exiger la plus grande détermination, le refus de toute complaisance ou compromis de la part de nos institutions (ministère, rectorats, inspections académiques, centres de formation, équipes dirigeantes et pédagogiques des établissements) à l’égard de celles et ceux qui défendent la perpétuation des oppressions sexistes et LGBTphobes”.

Résultat, CitizenGo a dénoncé des menaces à son encontre, en publiant des captures d’écran de messages dans lesquels les utilisateurs de la Toile proposaient d’incendier le bus.

DLSCrhtXUAAsJ2P

Michel Janva

http://lesalonbeige.blogs.com/my_weblog/web.html

Islamisme : l’hebdomadaire Marianne dénonce à son tour la politique de l’autruche

Marianne-Islamisme-600x432.jpg

Qui restera-t-il, à part peut-être Libération, pour ne pas s’inquiéter des avancées de l’islamisme ? Marianne, dans son numéro à paraître demain, s’inquiète à son tour de la politique de l’autruche qui prévaut. En Une, le dossier de la semaine, titré : « Ceux qui ne veulent pas voir », et comme surtitre : « L’islamisme avance, le terrorisme frappe partout… » Mais jusque-là, tout va très bien, madame la marquise…

Marianne Couv Islamisme

Alba Ventura sur Danièle Obono : « On est entre l’idéologie, la provocation et la bêtise »

04/10/2017 – FRANCE (NOVOpress) : Ce matin sur RTL, Alba Ventura, d’ordinaire mesurée, s’est livrée à une charge violente contre Danièle Obono, ce député de la France insoumise qui a expliqué qu’un chauffeur de bus qui refuse de prendre le volant derrière une collègue féminine, ce n’est pas de la radicalisation, c’est « seulement du sexisme » :

« Bien sûr ! Désolé madame Obono, mais le sexisme c’est considérer qu’une femme n’est pas à sa place. L’intégrisme c’est considérer que Dieu vous interdit de toucher une femme, de lui serrer la main ou de vous asseoir là où elle s’est assise, parce que la femme est jugée impure. Dans le cas du chauffeur de bus, il s’agit bien d’un signe évident de radicalisation. Appelons un chat un chat !

« On a affaire à une spécialiste, a enchaîné AlbaVentura. C’est la même madame Obono qui n’admet pas qu’on lui demande si dire “Vive la France” c’est plus gênant que de dire “Nique la France”. Tenir de tels propos, c’est atterrant, qui plus est de la part d’une députée. On est entre l’idéologie, la provocation et la bêtise. À la France insoumise, ils sont impayables en la matière.

« Prenez les jeunes députés Adrien Quatennens et Ugo Bernalicis qui parlent de “démocrature” dans le cadre de la loi antiterroriste, autrement dit d’un glissement de la démocratie vers la dictature. Savent-ils ce que c’est une dictature ? On peut désirer très fort que la rue gouverne, sauf que ce n’est pas le cas en démocratie. Là encore que de bêtises. »

« Aussi haut que Raquel Garrido. La porte-parole du parti de Jean-Luc Mélenchon, devenue chroniqueuse télé, se trouvait samedi 30 septembre au Parc des Prince, sans doute en bonne compagnie, peut-être même invitée par sa chaîne, lorsqu’une tribune s’est effondrée à Amiens. Raquel Garrido a tweeté ceci : “J’ai assisté ce soir au match du PSG, événement qui coûte des millions, tandis qu’à Amiens une tribune s’effondre. Cherchez l’erreur”, écrit-elle. Elle fait donc un parallèle alors qu’elle n’y connait rien. Elle parle sans savoir, en oubliant un peu vite que la chaîne pour laquelle elle travaille, qui a longtemps été la chaîne du foot, brasse aussi des millions. Chez les Insoumis, c’est un sacré défilé d’indignité. » !

« Ils devraient se tenir oui. Jean-Luc Mélenchon dit des énormités. Il lui arrive de déraper dans l’agressivité. Mais lui, à la différence de ceux sus-cités, a de la densité politique. Il place la République à un autre niveau que ces gens-là. Il ne va pas essayer de trouver des excuses aux intégristes. Nous ne sommes pas sûr qu’il soit toujours en phase avec ses jeunes troupes. »

« Mais attention. Ils ont parfaitement le droit de penser que le monde est injuste, qu’il faut plus d’impôts pour les riches, que les lois Travail ne sont pas bonnes, qu’il faut nationaliser les banques et qu’il faut une VIe République. C’est ça la démocratie. C’est la fameuse formule de Voltaire : “Je ne suis pas d’accord avec vous, mais je me battrai jusqu’à la mort pour que vous ayez le droit de le dire”. Seulement il y a une différence entre dire ce que l’on pense et dire n’importe quoi. »

https://fr.novopress.info/207711/alba-ventura-sur-daniele...

LA 11e JOURNÉE DE SYNTHÈSE NATIONALE EN IMAGES (3)

IMG_4003.jpeg

Hugues Bouchu, animateur des Amis franciliens de Synthèse nationale

PG-Rungis-1_10_17.jpg

Patrick Gaufman dédicace à tour de bras

IMG_4063.jpeg

Même pendant les tables-rondes, les stands ne désemplissent pas

0210_10.jpg

ni le restaurant

0210_14.jpg

Gabriele Adinolfi très apprécié

22219814_1899967870254066_7272580544437407152_o.jpg

Steven Bissuel (Bastion social) et Richard Roudier

DSC_0341-2.jpg

Dr Merlin enchante son public

DSC_0379.jpg

Serge Ayoub qu'un certain Valls voulait faire taire

http://synthesenationale.hautetfort.com/

Zoom - Sébastien Jallamion : " A mort le flic ! "

05/10/2017

Islamo-terrorisme : LR veut censurer l'information

6a00d83451619c69e201bb09ca1e53970d-200wi.jpgBrigitte Kuster, député LR, a déposé une proposition de loi visant à interdire la diffusion du nom de famille et des images des terroristes dans les médias.

Il ne faudrait en effet pas que les Français sachent et comprennent que l'immigration massive, le laxisme envers les immigrés clandestins souvent délinquants multirécidivistes, est aussi à la source de ce terrorisme qui a tué des centaines de personnes innocentes sur notre sol et qui tuera certainement encore... 

Ce que Brigitte Kuster et ses amis ne savent visiblement pas, c'est que nous continueront à nous informer à l'étranger, non pas chez les autruches, Suisses ou Romains, qui font semblant de croire que ces musulmans immigrés sont aussi violents que quiconque, parce que cibler une population cépabien, mais dans la presse anglo-saxonne.

Michel Janva

http://lesalonbeige.blogs.com/my_weblog/web.html

Politique / Macron face au peuple : Journal du Jeudi 05 Octobre 2017

Vidéo • Pierre de Meuse : Pourquoi sommes-nous royalistes aujourd'hui ?

Intervention de Pierre de Meuse à la réunion de rentrée de l'Action Française Toulouse le 16 septembre dernier. 

 

Pierre de Meuse montre ici - notamment et sans-doute principalement - comment le principe dynastique, un principe familial au sommet de l'Etat, comporte en soi-même un programme implicite qui vaut pour celui qui l'incarne mais aussi, pour les royalistes. Et ce principe s'oppose par nature au monde liquide qui est le nôtre. Il y a là, nous semble-t-il, une démonstration importante pour notre aujourd'hui. Nous conseillons donc vivement, en particulier aux plus jeunes d'entre-nous, l'écoute de cette conférence [45'].   LFAR

http://lafautearousseau.hautetfort.com/archive/2017/10/02...

Pierre Yves Rougeyron entretien de septembre 2017 partie 2

Domestikator et les islamo-gauchistes, une union contre-nature?

La direction du Louvre, certainement échaudée par les  récentes (et très justifiées)  réactions contre l’installation du  plug anal (sculpture Tree) de Mc Carthy Place Vendôme et celle du vagin de la reine d’Anish Kapoor dans les jardins du château de Versailles (voir ici et ici ),  a annoncé que « l’œuvre »Domestikator ne sera finalement  pas exposée dans le très familial et fréquenté Jardin des Tuileries à Paris. « Haute de 12 mètres» précise le site de France info, son installation aux tuileries fut proposée « dans le cadre du parcours hors-les-murs de la Foire internationale d’art contemporain (FIAC). »  « Elle est, selon son auteur (le néerlandais Joep Van Lieshout), une sorte d’allégorie du viol de la nature par l’homme, avec une lecture au second degré. En y regardant bien, le spectateur peut en effet deviner, dans cet assemblage géant de cubes, un acte sexuel entre un homme et un animal, dans la position de la levrette.» Les bourgeois progressistes, les gardiens du bon goût, les artistes de cour   et autres défenseurs-prébendiers-businessemen de l’art contemporain  académique, ont fait savoir haut et fort dans les médias éclairés à quel point cette censure de l’art  était choquante. A entendre leurs glapissements on pense à ce qu’écrivait Céline (les céliniens Philippe Sollers et Nicolas Sarkozy  nous pardonnerons  au moins cette référence)  sur le travail de suggestion entrepris sur les individus, via un  conditionnement, un bombardement de stimuli, d’images, d’informations, de slogans aujourd’hui sans commune par son ampleur  avec ce qu’il dénonçait déjà avant-guerre :  « Que demande toute la foule moderne ? Elle demande à se mettre à genoux devant l’or et la merde ! Elle a le goût du faux, du bidon, de la farcie connerie, comme aucune foule n’eut jamais dans toutes les pires antiquités…du coup on la gave,  elle en crève… Et plus nulle, plus insignifiante est l’idée choisie au départ, plus elle a de chance de triompher dans le cœur des foules… mieux la publicité à sa nullité, pénètre, entraîne toute l’idolâtrie…»

Transformer les citoyens conscients, les peuples, les sociétés  libres, enracinés dans une filiation, une culture, des valeurs   en foule, en masse, en agrégat  de  consommateurs décérébrés pour  mieux faire passer le plug mondialiste est un processus bien  entamé dans les nations occidentales (mais pas que).  Incidemment, il n’est pas étonnant que les artistes contemporains reprennent à leur compte les mêmes mots d’ordre, les mêmes formules que les partis du Système (ou inversement).   La page wikipedia de  l’Atelier Van Lieshout ( AVL) nous apprend ainsi  que « Ses œuvres interrogent le vivre ensemble… »

Vivre ensemble, vivre avec nous,  c’est ce que souhaite encore apparemment une partie de l’appareil d’Etat de la Turquie qui ne renonce pas à son adhésion à l’Union européenne.  Euractiv relayait un article selon  lequel « Le ministre turc des Affaires européennes, Ömer Çelik, défend bec et ongles l’élargissement de l’UE par l’adhésion de la Turquie en soutenant que le pays discutera de l’avenir de l’UE et de ses valeurs universelles lorsqu’il sera à l’intérieur (de l’Europe).» Des Turc arrivant à la rescousse pour sauver Bruxelles  de la réaction identitaire ? « Ömer Çelik soutient que  l’essor du populisme d’extrême droite  est l’une des plus grandes menaces planant sur l’intégration européenne.  L’islamophobie, la xénophobie et la politique de haine sont en train de se développer en Europe , a-t-il déclaré tout en soulignant que face à ce phénomène,  nous avons besoin de réflexion et de souplesse  (…).  Malgré les plaintes pour persécution et arrestations des membres de l’opposition et le manque de liberté de la presse, il a appelé à ouvrir les chapitres 23 et 24 du processus d’adhésion portant sur le pouvoir judiciaire, les droits fondamentaux, les libertés et la sécurité.  Ouvrons-les et avançons ensemble , a-t-il insisté tout en concluant que « le plus important est de négocier. »

Négocier au nom du vivre ensemble, l’avocate socialo-trotskyste mélenchoniste Raquel Garrido, sera certainement contrainte de le faire si l’on en croit Le canard enchaîné rapporte  L’Express. - Le magazine détaille plus largement  ses bourdes diverses et variées. L’obligée de Vincent  Bolloré via son poste de chroniqueuse sur C8, « n’aurait pas payé ses cotisations sociales à la caisse de retraite des avocats depuis six ans. Pas plus qu’elle n’aurait payé ses cotisations à l‘Ordre des avocats depuis un an (…).  Le montant de l’ardoise auprès de la caisse de retraite des avocats s’élèverait à plus de 32 000 euros. Contactée par l’AFP, l’Insoumise pourtant toujours prompte a dénoncer les cadeaux fiscaux faits aux plus riches, n’a pas souhaité s’exprimer.Ce mercredi, le Barreau de Paris a annoncé que l’intéressée, qui a été convoquée devant la Commission compétente le 20 septembre 2017, a convenu d’un échéancier afin de régler ses cotisations auprès de l’Ordre. »

Le vivre-ensemble est aussi négociable (pour peu que les Gaulois non repentants descendent des trottoirs et baissent la tête?)  pour une autre insoumise (sic), le député Danièle Obono. Une gauchiste  proche du groupuscule extrémiste et communautariste des Indigènes de la République,  élue qui avait choqué les Français  après sa défense des rappeurs chantant Nique La France… et son refus de dire  Vive la France sur RMC 

Dernière saillie en date de cette brillante dialecticienne et analyste de notre société contemporaine, invitée sur l’antenne de  BFMTV le 1er octobre,   Mme Obono avait  été interrogée sur ce chauffeur de bus de la RATP qui avait refusé dernièrement  de prendre le volant après une femme. « Est-ce que ça veut dire que (cette homme) est radicalisé ? »  lui avait-on demandé.  « ça veut dire qu’il a des préjudices (sic) sur des femmes »  avait répondu cette  mélenchoniste.  « Quelqu’un qui refuse ce que vous dites là, est-ce que c’est le signe d’une radicalisation? (…) je ne sais pas (…) on peut être sexiste et religieux, ou pas croyant » a t-elle ajouté. Ben voyons ! Marine a dénoncé « (les) propos irresponsables (de Danièle Obono qui)  contribuent à minimiser la montée de l’islam radical dans notre pays. Les Français méritent la vérité ! »

Une vérité qui passe mal à l’extrême gauche comme on le constate aussi avec cette déclaration sur les réseaux sociaux d’une féministe du calibre de Mme Obono, Sonia Nour, membre du cabinet du maire communiste  de La Courneuve (Seine-Saint-Denis). Commentant l’assassinat dimanche  de deux jeunes filles gare Saint-Charles à Marseille par un soldat-terroriste  du califat,  l’immigré clandestin tunisien  Ahmed Hanachi,  elle s’est livrée à ces réflexions  :  « Quand un martyr égorge une femme et poignarde une autre là ça fait du bruit. Terrorisme, du sang, civilisation Bla Bla Bla... ».  « Par contre que le terrorisme patriarcal nous tue tous les deux jours on l’entend moins votre grande gueule.  »   Martyr, Bla Bla Bla, Grande gueule, terrorisme patriarcal…  Qu’en termes choisis ces choses-là sont dites et comme ils sont révélateurs des pensées et des arrières pensées d’une certaine nébuleuse multiculturaliste et immigrationniste constate Bruno Gollnisch.

Sur le site du Figaro, le 2 octobre,  l’avocat Gilles-William Goldnagel s’offusquait de ce que  « des islamistes radicaux avaient été autorisés par l’université Lyon 2 à organiser une conférence à l’intérieur de son enceinte. Le pire était d’apprendre que Jean-Louis Bianco, es qualité de président de l’Observatoire de la laïcité, avait accepté d’envoyer un message aux participants, donnant ainsi son onction à la manifestation », en présence du parti des Indigènes de la République.  Il rappelait à cette occasion certaines déclarations d’un de ses membres les plus emblématiques,  Houria Bouteldja:  « Il faut dénationaliser l’histoire de France. Je crois qu’il faut faire exploser cette identité française … ».  «Joli succès de l’antiracisme d’extrême-gauche »  notait avec à propos Me Goldnagel: « le parti mélancholique est en passe d’ajouter la guerre des races à la guerre des classes.»

Sur son blogue  le  ci-devant député du 9-3 de  La France InsoumiseAlexis Corbière,  a pondu un long article, références  historico-politiques  à l’appui,  pour dénoncer l’absurdité de l’accusation d’islamo-gauchisme faite au très laïciste  parti mélenchoniste. Tout n’est pas faux factuellement  dans les arguments avancés par M. Corbière pour se défendre de procès là. Mais la vérité et le fond du problème sont ailleurs. Dans les faits,   le parti de Mélenchon préfère détourner les yeux sur la réalité desbmenaces d’implosion  de la France sous les coups de boutoir du développement du communautarisme dans les banlieues, tout à sa tâche  visant à récupérer, agréger un certain électorat issu de l’immigration, chacune des parties concernées pensant instrumentaliser l’autre et l’utiliser comme marche-pied.

Au-delà du bla bla comme dirait l’autre, des Corbière et consorts, les humanistes et autres propagandistes de la République universelle, hors-sol,  qui forment le socle du premier cercle mélenchoniste, suivent toujours la même vieille stratégie révolutionnaire. Elle a été  théorisée dans les cénacles trotskystes il y a déjà longtemps : s’appuyer sur l’immigration de masse pour faire disparaître notre  cadre national, civilisationnel,  altermondialistes mélenchonistes  et mondialistes macroniens  poursuivant ici un objectif  commun. Ce qui explique aussi en partie que la direction  de la  La France Insoumise  ait été choisie comme sparring partner,  opposant privilégié au gouvernement par Emmanuel Macron, ses communicants  et les médias dominants. Une opposition maîtrisée,  domestiquée… Domestikator diraient même certains.

https://gollnisch.com/2017/10/05/domestikator-islamo-gauc...

POUR ÉRADIQUER LE TERRORISME ISLAMIQUE : DÉCOLONISONS ET DÉSISLAMISONS LA FRANCE

3094619978.jpg

Un communiqué du Parti de la France :

L'assassinat atroce au couteau de deux jeunes filles par un djihadiste nord-africain au cri de « Allah Akbar », ce dimanche 1er octobre à la gare Saint-Charles de Marseille, est un attentat terroriste de plus que subit notre pays sans que nos gouvernants ne daignent s'attaquer aux causes réelles du mal.

Le profil du meurtrier est symptomatique d'un État privé de frontières et de la volonté des autorités publiques de laisser s'installer une immigration de masse sans aucun contrôle. En effet, le barbare islamiste serait un Tunisien en situation irrégulière d’une trentaine d’années. Il avait déjà été interpellé ou condamné en France sous sept identités différentes. Il avait notamment été arrêté ce week-end à Lyon pour un vol à l'étalage, avant d'être relâché.

Carl Lang et Le Parti de la France adressent aux familles des victimes leurs condoléances attristées et s’associent à leur douleur.
Le Parti de la France félicite le volontaire réserviste qui a permis la neutralisation du tueur islamiste et appelle à nouveau à la mise en place d’une garde nationale civile de 100.000 hommes et femmes.
Il faut être conscient que seul un processus de décolonisation migratoire et de démantèlement des institutions islamistes installées en France permettra de protéger le peuple français du fléau djihadiste. La France est en état de légitime défense !

Refusons la colonisation étrangère et l’islamisation de la France !

http://synthesenationale.hautetfort.com/archive/2017/10/0...

Portrait piquant de Jonathan Bouchet Petersen [Focus I-Média]

L'attentat de Marseille, malheureusement, n'en est qu'un de plus !

Que dire de l'attentat de Marseille, que nos lecteurs ne sachent déjà, qui n'ait été vu et revu sur toutes les chaînes d'info en continu ? Tout le monde, aujourd'hui sait - ou croit savoir - tout sur tout, tout de suite ! Inutile d'en rajouter.

Qu'exprimer alors d'important qui ne l'ait déjà été ici ? Nous n'aimons pas tellement les redites logorrhéiques qui ne servent à rien sinon à passer sa colère, son exaltation indignée, son horreur, rafale de points d'exclamation à l'appui. Les sentiments que nous venons de dire, nous les connaissons tous ; ils ne servent pas le Pays au niveau qui convient. En tout cas pas avec le sérieux voulu. Les forces de l'ordre font leur travail avec courage et en grande part avec efficacité. Ce sont elles qui en courent les risques - les plus élevés. Et les assassins ressortent de leurs actions rarement vivants. Comme si, à leur encontre, une sorte de peine de mort, d'exécution immédiate, avait été tacitement et heureusement rétablie.  Nul ne s'en étonne ni ne s'en indigne. Comme jamais, « nécessité fait loi » ! Les militaires de l'opération Sentinelle ont encore abattu le forcené d'hier, Gare Saint-Charles, à Marseille. Ils ont fait ce qu'il y avait à faire. Deux passantes sont mortes qui ne font que s'ajouter à la longue liste des victimes des fous de l'Islam.  Se taire, s'incliner...

Mais pourquoi ces victimes, celles de Paris, de Nice, de Toulouse, de Levallois-Perret ... hier de Marseille ? A raison de quelles causes, de quelle politique, puisque c'est de cela qu'il s'agit ? Et de quelles responsabilités ? Telle est la vraie question. Depuis les attentats de janvier 2015, il y a presque trois ans, rien de fondamental ne s'est ajouté. Les choses ont continué : les flux migratoires - comme avant et  - comme il était prévisible - les attentats, en France et dans toute l'Europe. Ne s'est ajoutée que la vague supplémentaire des migrants réfugiés, ou prétendus tels. Folie supplémentaire elle aussi, sous le Haut Patronage européen d'Angela Merkel.

Pourquoi ces victimes ? A raison, à cause de quoi, de qui ? Nous avons répondu à cette question dès janvier 2015 - le 8 - et, après trois ans, nous ne voyons pas grand chose à y changer. Il nous semble avoir, alors, vu et dit l'essentiel.

Le voici :

« Quand on laisse entrer chez soi, en un laps de temps relativement court, des millions d’immigrés venus d’un autre continent, nés d’une civilisation radicalement différente, guidés par les mirages d’un niveau de vie que leur misère originelle rend terriblement attrayants et qui n’ont que peu de sens et de respect de ce que sont les mœurs, les lois, les traditions du pays où ils arrivent, quand on en a soi-même largement perdu l’amour et la pratique, il n’y a pas de quoi être étonnés des troubles et des violences qui se produisent inéluctablement. C’est la première réflexion qui nous vient à l’esprit après les événements tragiques d’hier, à Paris. Il y a longtemps, ici, en effet, que nous mettons en garde contre la politique d’immigration de la France, devenue plus périlleuse encore du fait de la crise économique et du laxisme de nos gouvernants. Du fait, aussi, d’un certain nombre de nos erreurs - de graves erreurs - en matière de politique étrangère. Il y a longtemps que nous signalons à quel point notre République vit sur une poudrière et qu’il peut arriver un temps où le travail de nos services de sécurité ne suffira plus à empêcher la multiplication des violences et des attentats. Ce temps est peut-être arrivé et il ne faut pas manquer d’en rechercher les causes, d’en marquer les responsabilités. Certes, tous les musulmans de France ne sont pas des terroristes. Loin de là. Nombre d’entre eux sont probablement en voie d’intégration. Et le réalisme devrait conduire, si nous en sommes capables, à les y aider, à les y encourager. Mais les risques de l’immigration massive demeurent ; elle est un terreau porteur de terribles dangers. Et, en tout cas, tous les terroristes qui menacent aujourd’hui la France le font au nom de l’Islam. »

Tout esprit censé comprendra qu'il s'agirait aujourd'hui de mettre en place une politique inverse de celle qui a été menée jusqu'ici en matière d'immigration. Et en bien d'autres domaines corrélés, encore : famille, Education, culture, médias. Etc. En bref, il s'agirait en tous domaines essentiels, selon la formule maurrassienne, de « renverser la mécanique de nos malheurs ». 

 Lafautearousseau

http://lafautearousseau.hautetfort.com/index-1.html

La vérité dangereuse

1025669747.jpg

Bernard Plouvier

Il est évident, pour tout esprit libre de dogme(s), qu’il n’existe pas plus de vérité politique, philosophique ou juridique qu’il n’existe de vérité historique ou religieuse. Toutefois, il existe une vérité factuelle : les faits d’observation forment des évidences et nier ces évidences définit médicalement le délire.

Fait : le terrorisme mahométan est devenu un risque permanent un peu partout dans le monde et rien ne permet de différentier a priori un fidèle d’allah calme d’un djihadiste en puissance. De même qu’une canaille d’affaires peut un jour décider de ne plus escroquer son prochain, de même qu’il arrive qu’un alcoolique ou un drogué cessent d’être esclaves de leur poison, un homme pieux peut devenir un illuminé, fou de son dieu.

Un jour peut-être, les « penseurs » comprendront-ils qu’il n’est pire criminel de masse que celui qui impose un dogme où l’extermination des ennemis est présentée comme chose belle et bonne, agréable à la divinité ou à son substitut politique.

Il arrivera fatalement qu’un historien « révisionniste », versé dans l’exploitation prudente des statistiques modernes et des estimations chiffrées antiques et médiévales, estimera que les religions monothéistes ont été aussi meurtrières que le marxisme qui a endeuillé le XXesiècle.

Ce ne sera pas une chose aisée à présenter, ni dépourvue de risque judiciaire dans un monde où le milieu politique est prosterné devant les divinités économiques (et le pétrole en est une aussi puissante que la finance cosmopolite dont Wall Street et la City ne sont plus que des bases historiques)… sans même évoquer « l’action directe » dont le courageux auteur pourrait être l’objet de la part de tueurs fanatiques.

Il est à noter que si notre « État de droit » n’intervient pas souvent pour freiner le délire verbal des imams et ulémas hébergés sur le sol français, toute allusion aux risques que la religion mahométane fait courir aux Français peut être requalifiée « d’appel à la haine » dite « raciale » ou religieuse par un magistrat proche de la mouvance globalo-mondialiste.      

Fait : les races de chiens, de vaches, de chevaux, etc. existent. Aucun politicien n’a été assez stupide pour légiférer sur ce point ni aucun juriste assez carriériste pour condamner un vétérinaire au titre du racisme canin ou caprin. En revanche, selon la Loi française du régime macronien, il n’existe pas de race humaine, mais « de prétendues races ». Toutefois, il existe un racisme, qu’en bonne logique on devrait dénommer « supposé » ou « présumé » puisque son objet n’existe pas ou plus.

Parler de races était autrefois un sujet d’anthropologie, pouvant déboucher sur des constatations sociologiques dénommées ethnologie et cela pouvait mener à devenir membre d’une académie ou titulaire d’une chaire d’université. En nos jours de progrès continu des connaissances (et des législations toquées), cela mène à la case prison ou à un « stage de rééducation civique ».

Fait : l’Europe, où les autochtones les moins certifiés, mais aussi parfois de jeunes diplômés connaissent un chômage massif et de longue durée, n’a nul besoin d’une immigration d’extra-européens dont une grande partie est analphabète (les autorités scandinaves et allemandes l’ont reconnu), dépourvue de toute connaissance professionnelle… sans même parler de la délinquance voire des activités criminelles d’un nombre effarant de jeunes hommes importés, avec la bénédiction pontificale, à la demande de la grande distribution pour accroître ses bénéfices grâce à une consommation en partie parasitaire, alimentée par les contribuables.  

Présenter cette réalité quotidienne, évoquer la menace d’une substitution de population majoritaire et les risques de guerres de « prétendues races » et de religion au sein de notre continent qui se remet à peine du précédent épisode, mènent au lynchage médiatique et à de ruineux procès. Il est piquant de constater que les Goyim nés bien après 1945 sont contraints de déguster l’évocation de la Shoah matin, midi et soir (voire la nuit pour les plus accrochés) et qu’on ne peut sans risque évoquer l’hypothèse d’un prochain génocide des Européens dans leur propre continent.

Fait : l’omniprésente corruption, dans les milieux politique, médiatique et administratif. On peut en parler de façon vague, mais citer précisément ses mécanismes, ses institutions, notamment sectaires, les agents corrupteurs mène devant un juge… lui-même pouvant appartenir à un parti, une secte maçonnique ou une tribu corrompue ou corruptrice.    

Et l’on pourrait multiplier ces vérités factuelles qui sont tellement dérangeantes pour nos véritables maîtres que leur évocation en est devenue périlleuse. Auparavant, l’on disait : « Toute vérité n’est pas bonne à dire ». Il se pourrait bien que dans un avenir pas trop éloigné on en revienne à l’application d’un rituel mongol : le messager porteur de mauvaises nouvelles est exécuté.

L’histoire le prouve abondamment : une civilisation meurt peu après avoir atteint son apogée. Mais une société où le fait de délirer - c’est-à-dire : nier l’évidence des faits – est institutionnalisé, sanctifié par des lois de circonstances aussi bien que par « l’idole que l’on adore au Vatican » (saluons « Voltaire »), ne peut que s’effondrer sous le poids de sa bêtise, de sa médiocrité, de son absence de référence éthique, comme l’ont fait les sociétés marxistes.

http://synthesenationale.hautetfort.com/archive/2017/10/0...

Marine Le Pen présente la « grande loi antiterroriste » que veut le FN

Marine-Le-Pen-Terrorisme-600x317.jpg

Marine Le Pen tenait ce matin une conférence de presse sur la lutte contre le terrorisme et contre l’islamisme, les deux sujets étant évidemment liés. Entourée des députés FN Sébastien Chenu, Gilbert Collard, Bruno Bilde et Ludovic Pajot, la présidente du Front national a présenté la « grande loi antiterroriste » qu’elle appelle de ses vœux, avec procédures et juridictions d’exception.


Voir l'image sur Twitter

"L'idéologie islamiste est une idéologie politico-religieuse qui a programmé notre asservissement et nous fait la guerre." 

https://fr.novopress.info/207645/marine-le-pen-presente-g...

Zoom - François Bert : Mettons fin au suffrage universel direct !