Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

02/11/2017

Procès de Thomas Joly le 9 novembre : il répond à Riposte laïque

889579626.jpgCe jour, nous avons rencontré Thomas Joly, secrétaire du Parti de la France, qui, comme d’autres patriotes, paraît avoir quelques soucis avec la justice de son pays…

Riposte Laïque : Vous êtes le secrétaire du Parti de la France, présidé par Carl Lang. En dehors de cela, que pouvez-vous dire de vous, afin que nos lecteurs vous connaissent davantage ?

Thomas Joly : Je suis fonctionnaire de l’Éducation nationale, j’ai 41 ans, je suis marié et père de 3 enfants, je pratique la boxe anglaise pour entretenir la forme et je consacre une grand part de mon temps libre à mes activités politiques ! Engagé en politique depuis l’âge de 19 ans (au Front national à l’époque), je n’ai eu de cesse de lutter contre la colonisation migratoire et l’islamisation de notre pays qui, si elles ne sont pas stoppées et inversées, se révéleront mortelles pour notre peuple et notre civilisation lorsque nous ne serons plus qu’une minorité sur notre propre sol.

Riposte Laïque : Vous voilà donc convoqué le 9 novembre prochain, au tribunal correctionnel de Beauvais. Qu’avez-vous donc fait de si grave ?

Thomas Joly : J’ai commis le crime abominable d’avoir illustré des articles de mon blog dénonçant la barbarie de l’État islamique avec des photos de la décapitation de Hervé Cornara par l’islamiste Yassin Salhi, ainsi que celle de James Foley décapité par l’État islamique. Je suis convoqué devant le tribunal correctionnel de Beauvais le 9 novembre prochain pour une soi-disant « diffusion de message violent accessible à un mineur », prétexte trouvé par le procureur pour me poursuivre. A savoir que j’ai passé six heures en garde à vue, le 19 février 2016, pour ce motif et que j’ai été convoqué à trois reprises par la gendarmerie pour ces mêmes faits.

Riposte Laïque : Quelle est votre réaction, devant ce procès ?

Thomas Joly : Il s’agit clairement d’un procès politique destiné à faire taire ceux qui dénoncent l’invasion afro-musulmane et la barbarie terroriste pratiquée au nom de l’Islam par des fanatiques sanguinaires. De plus, le chef d’accusation choisi est pour le moins cocasse lorsque l’on sait que les médias ont diffusé jusqu’à la nausée la photo du cadavre du petit Aylan échoué sur une plage afin de promouvoir l’arrivée massive de clandestins en Europe, que dès le plus jeune âge nos enfants ont droit à des cours détaillés sur la Shoah, que dans les écoles primaires des exercices de confinement sont discrètement organisés afin de préparer les enfants à l’éventualité d’un attentat islamique (requalifié en novlangue administrative « cas de risque majeur ») au risque de les traumatiser. Ce qui dérange le gouvernement et son représentant du Ministère public, c’est que, comme eux, je pense que « nous sommes en guerre contre le terrorisme » mais moi je désigne clairement l’ennemi et j’incite nos autorités à véritablement mener cette guerre ! Et celle-ci ne pourra commencer qu’en expulsant du territoire la plupart des extra-européens islamisés qui se comportent en conquérants et dont la majorité a une bienveillance suspecte avec les terroristes. Les rares fois où des musulmans sont descendus dans la rue suite à des attentats, c’était pour demander avec arrogance de ne pas faire d’amalgame avec l’Islam et de dénoncer l’islamophobie – pourtant légitime – des Français… J’invite ceux qui le souhaitent, et le peuvent, à venir me soutenir lors de ce procès inique, l’audience se déroulera jeudi 9 novembre à 8 h 30 au Palais de justice de Beauvais (20, Boulevard Saint-Jean).

Riposte Laïque : Vous n’avez pas ménagé vos critiques, depuis la création du Parti de la France, contre la direction du Front national et sa présidente, Marine Le Pen. 6 mois après la présidentielle, quel est votre regard sur la situation du FN, et plus largement sur le camp patriotique ?

Thomas Joly : Marine Le Pen est une véritable calamité pour la droite nationale. Elle n’a strictement rien retenu de son fiasco de la Présidentielle, alors même qu’elle bénéficiait de conditions historiques pour prendre le pouvoir ou au moins s’en approcher (attentats islamiques, crise des migrants, rejet de la classe politique du Système, chômage de masse). Lors de sa dernière prestation sur France 2, elle a continué sur la même ligne gaucho-souverainiste, qu’elle a toujours partagée avec son ex-lieutenant Philippot, et n’a pas pu s’empêcher d’avoir un petit mot ému pour nos « compatriotes musulmans » ;sûrement pensait-elle aux 92 % de mahométans qui ont voté Macron au 2nd tour de la Présidentielle ? Je crois qu’il n’y a rien à attendre du Front national tant que Marine Le Pen sera à sa tête ; le problème n’était pas Philippot, c’est elle. En outre, il est fort probable qu’elle subisse assez prochainement les foudres de la justice et qu’elle soit inéligible pour 2022, sans compter que le Front national, qui touche pourtant des millions de subventions publiques, est en quasi-faillite. Le camp national doit se réunir sur l’essentiel : le refus de la colonisation migratoire et de sa conséquence inéluctable : l’islamisation de notre société et l’instauration, à terme, de la charia.

Riposte Laïque : Quel est votre regard sur les six premiers mois de gouvernement de Macron ?

Thomas Joly : Même s’il fait mine de bousculer les codes établis, Emmanuel Macron est le digne successeur de ses prédécesseurs. Il gère le déclin économique et social ainsi que le chaos ethnique, un peu comme un liquidateur judiciaire, sauf que là il s’agit de notre Nation. Européiste, social-démocrate, immigrationniste, acquis à toutes les dérives sociétales, il n’y a rien à attendre de cet individu, pur produit de l’engeance systémique.

Riposte Laïque : Quels sont les prochains projets du Parti de la France ?

Thomas Joly : Le Parti de la France entend poursuivre la reconstruction du camp national avec tous ceux qui ne souhaitent pas voir la France mourir et notre peuple disparaître. Nous avons encore le droit de rester nous-mêmes, de ne pas vouloir que notre pays soit un déversoir pour toute l’Afrique et que l’appel du muezzin remplace les cloches de nos églises, n’en déplaise à nos pseudo-élites apatrides bien peu attachées à notre terre ancestrale du fait de leurs racines nomades.

Propos recueillis par Pierre Cassen cliquez ici

http://synthesenationale.hautetfort.com/

Un bon nombre de députés LREM pourrait voir leur élection invalidée en raison de leurs comptes de campagne

C

Michel Janva

http://lesalonbeige.blogs.com/my_weblog/web.html

Perles de culture n°140 : Anne Brassié descend "Le sens de la fête"

La méthodologie commune mise en œuvre dans ces révolutions colorées dégénérant en véritables guerres coloniales par mercenaires interposés

Le 18 juin 2014, le Général Leonid Ivachov, ancien commandant en chef des forces armées russes et vice-président de l’Académie des affaires géopolitiques, émettait des remarques semblables en entretien télévisé à propos de la Syrie et du crescendo de violence qui a embrasé ce pays à partir de 2011. Le site du Hezbollah résumait ainsi l’analyse d’Ivachov, lequel soulignait la méthodologie commune mise en œuvre dans ces révolutions colorées dégénérant en véritables guerres coloniales par mercenaires interposés et qui se décompose en quatre étapes : « Créer la contestation. La première consiste à former des groupes d’opposition au pouvoir, en mettant en exergue les lacunes qui l’entachent, mais que l’on peut trouver partout ailleurs. Dans cette étape, il s’agit de rassembler les voix dissonantes et mécontentes qui sinon resteraient dispersées, et surtout de les organiser dans des groupes. [...] Descendre dans les rues. La deuxième étape consiste à préparer le mouvement de contestation en choisissant d’abord des chefs parmi les plus actifs et les plus perspicaces. Leur rôle consistera à faire descendre les gens dans les rues. [...] Il a été question que des sommes d’argent leur étaient offertes en échange de leur participation. Une explication paraît très convaincante : le nombre des participants était en deçà de ce qu’ils devaient être, selon les organisateurs, et il fallait coûte que coûte gonfler les rangs. Surtout que les plus grandes manifestations qui ont eu lieu en Syrie à cette époque étaient celles qui soutenaient le président et le pouvoir syriens. Tirer sur les deux camps. Quant à la troisième étape, selon l’expert russe, elle consiste à provoquer une escalade sécuritaire, en ouvrant le feu aussi bien sur les manifestants que sur les forces de l’ordre durant les rassemblements. Comme cela s’était passé au Venezuela en 2002, dans un coup d’Etat organisé par la CIA et des agents locaux de l’opposition pour renverser son président défunt Hugo Chavez et qui s’est soldé par un échec. Des snipers sont recrutés pour cette mission, explique Ivachov, qui explique qu’elle vise à accuser les forces de l’ordre syriennes d’user de moyens de répression violents et de justifier le recours aux armes. [...] La militarisation. Ainsi la troisième phase exposée par Ivachov permet de passer à la quatrième, celle de la militarisation du mouvement de protestation. En l’espace de quelques semaines, des groupuscules armés ont été créés et organisés dans le cadre de l’Armée syrienne libre (ASL). La vitesse avec laquelle elle s’est réalisée soulève bien des soupçons étayant le scénario d’une préparation. La dimension qu’elle revêtit avec l’entrée en action des miliciens wahhabites, takfiristes d’Al-Qaïda, pour prêter main forte aux insurgés locaux, montre l’engrenage dans lequel les Syriens ont été entraînés. [...] Bien entendu, cette « opération spéciale » se doit avant tout de rester secrète, car il y va de sa réussite. Il fallait à tout prix faire croire que le mouvement de contestation émane du peuple syrien, et que sa militarisation était due à la répression des forces de l’ordre ».

Lucien Cerise, Retour sur Maïdan. La guerre hybride de l’OTAN

http://www.oragesdacier.info/2017/10/la-methodologie-comm...

Genevoix les Eparges 14 18 CG Meuse CR Lorraine

17:20 Écrit par pat dans culture et histoire | Lien permanent | Commentaires (0) |  Imprimer |  Facebook | | | | |

Le canular du dossier de Fusion GPS sur les liens de Trump avec la Russie se retourne contre Clinton et les Démocrates

Fusion GPS Trump Clinton RussieSi les grands médias internationaux relaient cette semaine la nouvelle de l’inculpation de deux anciens collaborateurs de la campagne de Donald Trump pour leurs liens supposés avec la Russie – mais dans des affaires sans relation avec la campagne de l’actuel président des Etats-Unis – et d’un troisième ancien collaborateur pour avoir menti aux officiers du FBI en janvier 2017, ils parlent moins de l’effet boomerang du dossier de la société Fusion GPS qui avait fait parler de lui également en janvier dernier. Ce dossier, rédigé par un ancien agent du renseignement britannique, mettait gravement en cause le président Trump nouvellement élu et il a alimenté l’enquête menée par la commission du renseignement du Congrès, avant qu’il s’avère que ses accusations sont invérifiables et manquent singulièrement de sérieux. Ironie du sort, l’affaire Fusion GPS impliquerait plutôt la candidate malheureuse Hillary Clinton et les Démocrates…

Lire la suite sur REINFORMATION.TV

Vidéo – Le ridicule des militants d’extrême gauche lors du procès de Franck Sinisi pour délit d’opinion

Franck Sinisi protégé par des militants de Civitas lors de chaque réunion du conseil municipal où viennent le menacer des antifas

Pourquoi les militants d’extrême gauche sont-ils venus manifester lors du procès du conseiller municipal Franck Sinisi ? Ils ont bien du mal à l’expliquer. La plupart ont répondu simplement à l’appel de leurs organisations respectives sans en connaître vraiment les motivations. Le ridicule et l’incohérence de leurs propos sont très significatifs.

Dans la deuxième partie du reportage, Franck Sinisi et son avocat Damien Viguier évoquent les motivations de ce procès.

Jean-Paul Brighelli au Café Actualité d'Aix-en-Provence mardi 7 novembre ... A ne pas manquer !

18 h 45 : accueil. Entrée libre.

19 h : conférence et débat animé par Antoine de Crémiers

20 h 30 : fin de la réunion.

Participation sous forme de consommation.

Consommations à commander et régler au bar en arrivant. Merci !

La soirée s'achèvera par un dîner réunissant les participants qui le souhaitent. 

Inscriptions et renseignements: 06 16 69 74 85

Café d'Actualités d'Aix-en-Provence : généralement, le premier mardi de chaque mois.

LA FRANCE, L’ITALIE ET L’ESPAGNE FACE AU RESSERREMENT MONÉTAIRE DE LA BCE

Marc Rousset

La BCE (Banque centrale européenne) ne va plus acheter que trente milliards d’euros d’obligations au lieu de soixante milliards, à partir de janvier 2018. L’institution fera son possible pour ne pas augmenter les taux. Pas d’averse en France dans l’immédiat, mais le déluge est toujours en vue à l’horizon.

Les taux directeurs resteront inchangés, notamment le taux négatif de -0,4 % sur les facilités de dépôt, prix que les banques doivent acquitter pour leurs surplus de liquidités à la BCE, afin de les inciter à prêter à l’économie au lieu de thésauriser.

Pendant les neuf premiers mois de 2018, la BCE prolongera ses achats de titres à un rythme mensuel de trente milliards au lieu de soixante milliards, d’où un ralentissement de création monétaire. Mais il y aura, en fait, bel et bien toujours une augmentation de la masse monétaire car le stock des obligations déjà achetées par la BCE ne sera pas recédé sur le marché.

De plus, les opérations de refinancement à long terme des banques à taux fixe seront maintenues en quantités illimitées aussi longtemps que nécessaire.

Les Allemands, dont le président de la Bundesbank Jens Weidmann, ont exprimé leur réprobation face à ce laxisme monétaire à travers un communiqué de Clemens Fuest, président de l’institut de conjoncture IFO : « C’est un pas dans la bonne direction et vers le retour à la normale, mais la diminution du QE doit être plus rapide. »

La BCE est tenue d’acheter des obligations des différents pays européens en fonction de l’importance respective de leur PIB et, donc, de leur participation à son capital. À ce jour, la BCE détient 425 milliards d’obligations allemandes, 350 milliards d’obligations françaises, 300 milliards d’obligations italiennes et 200 milliards d’obligations espagnoles.
Faisant face à des montagnes de dettes, à des incertitudes politiques avec des troubles possibles ainsi que des élections en vue, l’Italie et l’Espagne devraient éprouver des difficultés à trouver des acheteurs pour leurs émissions obligataires lorsque la BCE arrêtera de les acheter généreusement dans les années à venir.

La France et l’Italie ont particulièrement profité du programme d’assouplissement quantitatif démarré en 2015. La BCE a acheté, par exemple, trois fois plus d’obligations italiennes que les émissions nettes en Italie depuis 2015. Cela signifie que la BCE a acheté non seulement toutes les obligations fraîchement émises depuis 2015, mais aussi d’autres obligations appartenant déjà à des investisseurs.

L’Espagne, suite à la déclaration d’indépendance de la Catalogne, va être fragilisée économiquement, budgétairement, pour l’ensemble de ses banques et plus particulièrement pour ses banques catalanes. Quant à la France, elle suit juste derrière dans la roue l’Espagne et l’Italie, avec sa dette publique de plus de 100 % du PIB et son déficit public qu’elle n’arrive pas à maîtriser, Macron ne prenant pas les mesures structurelles fondamentales nécessaires (réduction du nombre de fonctionnaires, arrêt de l’immigration et expulsion des clandestins, suppression pure et simple du Conseil économique, social et environnemental…).

Dans l’immédiat, la BCE va tout faire pour ne pas augmenter les taux d’intérêt, ce qui est fondamental et rassurant pour la France, mais à moyen terme, la situation est très préoccupante. Il suffit que le système bancaire flanche en Italie ou en Espagne, que la Fed américaine soit amenée bon gré mal gré à relever ses taux pour que les taux d’intérêt remontent plus rapidement que prévu en Europe et dans le monde, pour que la France passe d’une situation de quasi-faillite à la faillite véritable, à la banqueroute.

Source cliquez ici

http://synthesenationale.hautetfort.com/

FREXIT : SORTONS DE L'UE - #PARIS

Jeux olympiques: à la fin, c’est toujours le CIO qui gagne!

jeux-olympiques-cio-paris-hidalgo-1200x727.jpg

Quoi qu’en disent Macron et Hidalgo, l’addition finale des JO sera très douloureuse pour les contribuables. Raison de plus pour s’interroger sur les incroyables largesses fiscales de l’Etat en faveur du Comité international olympique (CIO). 

Sans suspens, la ville de Paris a décroché le 13 septembre 2017 l’organisation des Jeux olympiques 2024. Il n’y avait pas d’autre candidat. Hambourg, Rome et Budapest ont abandonné tour à tour, voyant grimper la note ou le mécontentement des habitants.

Il n’y a pas davantage de suspens sur le devis de 6,6 milliards d’euros. Il sera pulvérisé. Pour les JO de Tokyo, en 2020, les organisateurs japonais envisageaient un budget de 5 milliards. Ils en sont déjà à 17 milliards. Idem à Londres en 2012 où les 6 milliards annoncés sept ans avant les Jeux sont devenus 15 milliards. De Montréal à Barcelone, en passant par Sydney ou Athènes, les Jeux d’été dépassent en moyenne de 176 % les estimations initiales, ce qui situerait le prix réel des JO de Paris à 18 milliards d’euros. De quoi financer un porte-avions nucléaire (6 milliards), plus quatre ou cinq hôpitaux (200 millions pièce), plus une douzaine de lycées (40 millions), plus un bon millier de rames de RER et de Transilien (8 à 10 milliards). Les milliards d’euros de retombées pour l’économie locale ? Plus personne ne prend les estimations au sérieux. JO ou pas, Paris fait le plein de touristes en août.

Lire la suite sur Causeur

Et s'il n'y avait pas d'effondrement?

Alain Escada démontre comment la doctrine politique, sociale et économique catholique est la réponse à nos maux

A Mont-sur-Lausanne, Alain Escada, président de Civitas, était l’invité de Résistance Helvétique. Il est venu y expliquer le christianisme social, son histoire et son actualité.

Appliquer la doctrine politique, sociale et économique catholique (la vraie, pas la version subvertie que nous présente l’église conciliaire aujourd’hui) est bien la solution à nos problèmes.

Collomb annonce la réouverture des 11 mosquées salafistes fermées

ATTENTAT ISLAMISTE EN PLEIN MANHATTAN : ET C’EST TRUMP QU’ON ACCABLE !

image-12.png

La ville de New York a été à son tour touchée par un attentat à la voiture-bélier. Le scénario se répète et paraît difficilement évitable, sauf à transformer les trottoirs et les pistes cyclables en lieux inaccessibles aux voitures. Les services de renseignement n’avaient pas perçu les signaux de la préparation du 11 septembre 2001, soit le détournement de quatre avions de ligne par des équipes composées majoritairement de Saoudiens qui s’étaient entraînées au pilotage aux États-Unis. Il est probable qu’un attentat de cette ampleur serait aujourd’hui détecté à temps. En revanche, les attaques les plus récentes (sauf celle de Barcelone) ont été commises par des individus seuls dont l’arme était un véhicule de location. Même un renforcement du contrôle des locations ne peut guère éviter qu’un individu sans antécédent, radicalisé récemment et sans l’afficher publiquement, puisse commettre ce type d’attentat.

Le fanatisme religieux en est le motif essentiel, même si la nature de l’acte, l’assassinat d’innocents pris au hasard et l’attitude suicidaire qui suit laissent planer des doutes sur la santé mentale des auteurs. Le 22 mai, à Times Square, il s’agissait bien de l’action d’un malade mental. Cette fois, le terrorisme islamique est clairement en cause. Le tueur est un Ouzbek de 29 ans aux États-Unis depuis 2010 : Sayfullo Saipov. Il est sorti du véhicule en criant « Allahou Akbar » et a brandi des pistolets factices pour se faire abattre et mourir en martyr pour rejoindre le paradis et ses jardins embaumés. En l’occurrence, un policier l’a blessé au ventre et il survit après une lourde opération. Il faut espérer qu’il parle pour qu’on sache s’il était un loup si solitaire que ça.

Cet événement jette une lumière triste sur le procès de l’instigateur présumé de Mohammed Merah, son frère Abdelkader. Dans les deux cas, la lâcheté et l’acharnement contre des innocents sont une signature. Saipov, après avoir tué huit personnes, dont cinq Argentins, et blessé douze autres passants ou cyclistes, a jeté sa camionnette contre un bus scolaire. La dernière cible de Merah était une cour d’école. 

Il y a, dans ces crimes, comme une volonté d’être ignoble qui surprend même ceux qui ne manifestent aucune sympathie pour l’islam. Comment une religion peut-elle inspirer à des croyants l’envie de la rendre aussi odieuse ? Certes, il y a des appels au meurtre des mécréants dans le Coran, et l’histoire des débuts de l’islam n’est pas avare de cruautés. Mais choisir à ce point de tuer si possible des victimes sans défense, avec pour seule préoccupation que ce soit dans un lieu symbolique – ici le sud de Manhattan, non loin du World Trade Center – afin que le retentissement soit mondial malgré la faiblesse des moyens, relève de ce que Kant appelait, au-delà de la volonté mauvaise, la volonté diabolique, le contraire absolu de l’idée qu’on se fait de la religion, qui doit appeler à la sainteté.

En ce jour de Toussaint, les chrétiens savent que, si le christianisme n’est pas exempt de faute, il voit dans ses saints et martyrs des victimes exemplaires, non des bourreaux sans pitié. Que l’islam n’oblige pas à de tels actes est évident puisque, dieu merci, ils demeurent très minoritaires, mais il ne les interdit pas. Il les rend même possibles pour peu que le verset belliqueux rencontre un esprit faible manipulé par un prédicateur pervers. C’est un vrai problème qu’il ne faut pas éluder.

Les commentaires de la « médiocratie » ont été une fois encore révélateurs. Au lieu de réfléchir sur cette spécificité inquiétante de la religion musulmane et sur le moyen d’y remédier, les flèches se sont immédiatement dirigées vers Donald Trump, la bête noire des journalistes, toujours pas remis de la défaite de « leur » Hillary. Le président Trump avait, une fois de plus, selon eux, eu tort de s’exprimer, de lancer une série de tweets. Pourtant, ceux-ci étaient logiques […] Mais il était important, pour ses détracteurs, d’opposer le sérieux du maire et du gouverneur de New York – démocrates tous deux – aux réactions « intempestives » du « Donald ». Le troisième tweet était, comme il se doit, un message de compassion envers les victimes et leurs proches. L’acharnement de l’etablishment à l’encontre du président américain devient préoccupant pour le monde occidental. Un rapprochement avec la Russie aurait été un évident facteur de paix. On en a fait un motif de destitution dans le but de limiter son action, et comme si la guerre froide était une nécessité pour les États-Unis. Quel aveuglement sur les priorités !

http://www.bvoltaire.fr/attentat-islamiste-plein-manhatta...

http://linformationnationaliste.hautetfort.com/archive/2017/11/01/pays-bas-percee-d-un-second-parti-patriote-europeen-5995125.html

06:10 Écrit par pat dans culture et histoire | Lien permanent | Commentaires (0) |  Imprimer |  Facebook | | | | |