Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

25/06/2018

Des centaines de milliers de déboutés du droit d’asile s’évaporent en Europe

macron_migrants.jpg

En Suisse, un centre de regroupement pour déboutés du droit d’asile, situé au centre du Canton de Zürich, déclare avoir perdu la trace de 309 des 649 des « hôtes » qui lui avaient été confiés depuis Mars 2017. En vertu des accords de Dublin, ce type de centre est l’ultime destination avant leur expulsion soit vers un pays tiers soit vers leur pays d’origine.

Malgré sa porosité, ce type de centre a le mérite d’exister en Suisse, contrairement à la situation dans de nombreux pays européens. En Finlande, où ce dispositif n’existe pas, ce sont 5 300 demandeurs d’asile qui ont « échappé » au contrôle gouvernemental.

Pire, en Allemagne, le gouvernement fédéral a dû reconnaître avoir perdu la trace de 130 000 demandeurs d’asile. C’est pourtant dans cette population que se trouvaient les auteurs des attaques terroristes de Berlin (Anis Amri) et de Stockholm (Rakhmat Akilov).

I-Média n°206 : Trump et les enfants de clandestins : l’émotion au service de l’immigration

01-Trump et les enfants clandestins : l’émotion au service de l’immigration
« Insensible, sans âme, lâche », les médias ne mâchent pas leurs mots sur Donald Trump depuis la découverte de l’enregistrement d’un enfant de clandestin pleurant dans un centre de rétention.

02- Le Zapping 
Beaucoup de séquences immigrationnistes et …festival de novlangue : les clandestins africains deviennent dans la bouche des journalistes des « évacués », des « exilés », des « réfugiés », sauvés d’un « bateau en perdition ». Alors que l’Aquarius n’a jamais menacé de faire naufrage. On notera aussi l’aveu de cet Albanais racontant comment il avait menti pour tenter d’obtenir de l’OFPRA le statut de réfugié politique. Le mensonge, l’arme absolue de 95 % des demandeurs d’asile !

03-censure de TVlibertés : petit meurtre en silence
Jeudi 14 juin la chaine Youtube de TVlibertes a été fermée de manière unilatérale. La chaine avait 100 000 abonnés. Alors que la fermeture relève de la censure et de l’atteinte à la liberté de la presse, les médias restent silencieux.

04-Les Tweets
Vous reprendrez bien un petit coup de novlangue ? Pour l’Associated Press une agression au cri de « Allah Akbar » est faite au nom de « God is great ». Quant à l’AFP, elle titre sur « la menace grandissante du terrorisme d’extrême droite en Grande Bretagne ». Brr…

05- Salvini et Trump victimes de bobards sur l’immigration
Donald Trump aurait dit une « Fake news » en affirmant que la délinquance avait augmenté en Allemagne, Salvini, le ministre de l’intérieur italien aurait appelé à une épuration de masse. Salvini, Trump, deux victimes de bobards immigrationnistes

https://www.tvlibertes.com/2018/06/22/23698/i-media-n206

Histoire & Actualité • Éric Zemmour : « Franco, symbole des féroces guerres de mémoire »

104184348.jpg

BILLET - Dès sa première interview télévisée, lundi soir, le nouveau chef du gouvernement espagnol a annoncé que les restes du général Franco seront exhumés et expulsés du mausolée où ils reposent. [RTL 21.06]. Sur Franco et son régime, Zemmour rétablit ici la vérité historique toute simple, sans grands mots, mais avec intelligence et lucidité. Faits d'Histoire qui n'ont pas seulement concerné l'Espagne mais aussi la France et le monde. Franco pas plus que Pétain ne méritent l'opprobre et la malédiction que l'on voudrait faire peser sur eux. Par delà le passé, et pour des raisons en partie analogues à celles qui provoquèrent la Guerre Civile, l'Espagne d'aujourd'hui court à nouveau le risque de déchirures et de convulsions qui sont un grave danger pour elle-même, la France et l'Europe.   LFAR  

Résumé RTL par Éric Zemmour et Loïc Farge 

Les guerres de mémoires sont souvent les plus féroces. À peine installé, le nouveau premier ministre espagnol n'a pas tardé à l'annoncer : le général Franco sera bientôt sorti de son mausolée où il repose depuis sa mort en 1975. Comme si le chef de gouvernement n'avait rien à faire de plus urgent. S'occuper d'un mort depuis plus de quarante ans !

Mais Franco pour la gauche espagnole, c'est un peu comme le maréchal Pétain pour la gauche française : le symbole absolu du mal, que l'intelligentsia a fait haïr à tout un peuple. L'incarnation du fascisme et du nationalisme honnis. 

Pourtant, avec le temps, on aurait pu imaginer un regard plus distancié, moins passionnel. On aurait pu découvrir chez les historiens étrangers, anglo-saxons en particulier, une lecture de la guerre moins manichéenne. 

À l'époque, la gauche elle-même n'avait pas non plus respecté la légalité républicaine. Et les massacres de prêtres par les partisans républicains valaient bien les exécutions de masse opérées par les nationalistes.

Tout le monde a retenu que les avions de Mussolini et de Hitler avaient fait des ravages pour soutenir l'armée de Franco. Tout le monde a en mémoire Guernica, le fameux tableau de Picasso. Mais ... 

Éric Zemmour

http://lafautearousseau.hautetfort.com/

10:08 Écrit par pat dans culture et histoire, lobby | Lien permanent | Commentaires (0) |  Imprimer |  Facebook | | | | |

Elle a osé!

09:20 Écrit par pat dans divers, entretiens | Lien permanent | Commentaires (0) |  Imprimer |  Facebook | | | | |

Non Bernard-Henri Lévy, le solde migratoire de l’Europe n’est pas « nul » : "Il n'y a pas de crise des migrants", a-t-il affirmé sur Europe 1

bhl-bernard-henri-levy-migrants.png

Bernard-Henri Lévy a déclaré, hier, sur Europe 1 lors du Grand rendez-vous du dimanche qu’il n’y avait pas de crise migratoire comme le prouverait le solde migratoire nul de l’UE.

Verbatim :

Il n’y a pas de crise des migrants. Le solde migratoire, comme disent les démographes ou les économistes est nul. C’est-à-dire que la balance entre les gens qui quittent l’Europe et les gens qui y rentrent est à peu près à zéro.

Lire la suite et voir la video sur Causeur

Nicolas Dupont-Aignan: « J’estime que notre pays est colonisé (…) économiquement, religieusement et migratoirement »

Nicolas Dupont-Aignan était l'invité de Laurent Ruquier sur le plateau d’On n’est pas couché ce samedi 23 juin :

Michel Janva

http://lesalonbeige.blogs.com/my_weblog/web.html

NE CONFONDONS PAS LA RADICALITÉ ISLAMIQUE AVEC LA RÉSISTANCE À LA NORMALISATION DES ESPRITS

Islam-will-dominate.jpg

Selon un récent sondage, un jeune Européen sur deux déclare avoir été confronté à un discours radicalisé. La France, la Grèce et l’Espagne sont les pays les plus concernés. Cette étude, citée par Le Figaro, évoque aussi la xénophobie, le racisme, les idées d’extrême droite et d’extrême gauche ou les idées sexistes, ou encore des questions de société comme le rétablissement de la peine de mort ou le droit à l’avortement, comme si toutes ces positions pouvaient être mises sur le même plan.

Dans tous les cas, ce phénomène révèle qu’une partie de la jeunesse trouve ses informations ailleurs que dans les médias publics, notamment sur les réseaux sociaux, accusés de véhiculer des thèses extrémistes ou complotistes, contraires à la pensée que le gouvernement voudrait bien prescrire. Cette rébellion trouve son origine dans le peu de crédit accordé aux sources officielles.

L’extension du radicalisme islamique est insuffisamment contenu par l’État. La propagande islamique se développe sur Internet, dans les prisons, dans une partie des mosquées, notamment salafistes, dans des associations pseudo-culturelles ou sportives, dans les revendications communautaristes, sans une réaction adaptée des autorités. Mais elle est aussi attisée par l’image négative de la France que donnent la plupart des livres d’histoire et les politiciens, à commencer par Macron lui-même, en incitant à la repentance et en présentant les anciens peuples colonisés comme des victimes.

S’y ajoutent, chez les prétendues élites, un relativisme culturel et un nivellement des valeurs : toutes les religions, toutes les cultures, toutes les formes d’art se valent. Le lamentable spectacle donné dans la cour de l’Élysée, à l’occasion de la fête de la Musique, en est un exemple. Dans les milieux politiques, avec un cynisme inouï, on détermine, en fonction de ses intérêts immédiats, qui sont les bons et les méchants, dans un manichéisme primaire. Ainsi, nos dirigeants se sentent plus d’affinités avec les rois du pétrole, pratiquant un islam rigide, qu’avec des pays européens qui veulent résister à l’immigration sauvage.

S’ils font preuve d’un laxisme coupable à l’égard de l’islamisme, ils se montrent, au contraire, intransigeants envers ceux qui contredisent la doxa bien-pensante. Pleins d’attention pour l’islam qui nourrit le terrorisme, ils jettent l’opprobre sur tous ceux qui expriment une opinion libre sur l’avortement, la théorie du genre, le mariage pour tous, la filiation et, bien sûr, les idées qu’ils qualifient « d’extrême droite » pour les stigmatiser et les amalgamer au fascisme ou au nazisme.

Nos gouvernants font preuve de faiblesse à l’égard des idéologies impérialistes, en l’occurrence l’islam politique, comme ils furent autrefois complaisants avec un Parti communiste qui n’avait pas rompu avec le stalinisme. Mais ils sont implacables quand on touche à leur vérité. Relativistes face aux agressions des ennemis de la France, ils deviennent sectaires envers qui ose mettre en question les opinions en vogue, par nature éphémères.

Que de jeunes Européens soient de plus en plus confrontés à un discours radicalisé est inquiétant. Ce phénomène montre que l’islamisme n’est pas maîtrisé comme il devrait l’être. Mais il est réconfortant que de plus en plus de jeunes Français, malgré l’intoxication quotidienne qu’ils subissent, se prémunissent contre l’endoctrinement, refusent la pression de la pensée unique, osent penser par eux-mêmes au lieu de répéter, comme des perroquets, les slogans à la mode.

Le combat à venir est celui du bon sens contre la déraison, de l’intelligence contre la bêtise, de la vérité qui se cherche contre l’erreur qui veut s’imposer. C’est le combat de l’anticonformisme contre la normalisation des esprits.

http://www.bvoltaire.fr/ne-confondons-radicalite-islamiqu...

07:15 Écrit par pat dans actualité, immigration, islamisme | Lien permanent | Commentaires (0) |  Imprimer |  Facebook | | | | |

Journal du chaos

couv pp.jpg

Pour télécharger, cliquez ICI

La liberté d'expression n'existe plus sur le net

24/06/2018

150ème anniversaire • Gérard Leclerc : un entretien sur Charles Maurras

Propos recueillis par Olivier François (Mercredi 25 avril 2018). On n'est pas forcément d'accord sur tout. Mais l'on peut débattre ...

L’œuvre de Charles Maurras suscite de nouveau la curiosité, parmi une jeune génération d’intellectuels - notamment conservateurs. Des éditeurs importants tels Flammarion ou Armand Colin ont récemment publié des études consacrées à l’auteur de L’Avenir de l’intelligence, on citera celles de Stéphane Giocanti ou d’Olivier Dard. La collection Bouquins édite un choix de textes de Maurras.

Entretien avec Gérard Leclerc qui, lui-même, prépare un recueil de certaines de ses études sur Maurras...

Comment expliquez-vous ce regain d’intérêt pour la pensée de Charles Maurras ?

Gérard Leclerc : Cela s’explique si l’on a conscience du phénomène intellectuel et politique considérable qu’a constitué la pensée de Charles Maurras et son influence dans la première partie du XXe siècle. Même si cette pensée a subi, comme c’est la règle, son moment de purgatoire, il était inévitable qu’elle revienne dans l’actualité, ne serait-ce que pour comprendre l’emprise qu’elle a pu avoir sur les générations précédentes. Il n’y a pas seulement les intellectuels qui ont participé directement au mouvement et au journal de l’Action française, tels Jacques Bainville, Léon Daudet ou, à leur manière, Georges Bernanos et Jacques Maritain. Il y a tous les autres, qu’ils s’appellent Marcel Proust (abonné à L’Action Française, dont il disait que la lecture constituait une cure d’altitude mentale), André Gide, André Malraux (auteur d’une belle préface à un petit ouvrage de Maurras), Jean Paulhan, directeur de la NRF, pour qui le directeur de l’Action française était le seul adversaire sérieux de Marx. On pourrait encore parler de François Mauriac, qui fut d’autant plus un adversaire qu’il était un lecteur passionné de Maurras et Bainville. Et enfin de Walter Benjamin, l’adversaire absolu qui ne pouvait se passer de la lecture du quotidien de Maurras dont il appréciait la haute tenue intellectuelle.

Il faut avoir ces données à l’esprit pour prendre la mesure de l’importance historique du phénomène qui s’est d’ailleurs prolongé après-guerre, avec des héritiers de premier plan comme Pierre Boutang et Pierre Debray.

Maurras continue de provoquer des polé­miques. Son inscription au livre des commémorations a entraîné pétitions et contre-pétitions. Croyez-vous qu’il sera un jour possible d’étudier cette pensée paisiblement ?

La démission de 10 membres sur 12 du comité des commémorations nationales, suite à la décision de la ministre de la Culture de retirer Charles Maurras de la liste des anniversaires de 2018, est un signe très important. Des historiens classés à gauche comme Jean-Noël Jeanneney et Pascal Ory n’ont pas supporté ce qu’ils considèrent comme une faute eu égard à l’importance de l’intéressé dans l’histoire récente de la France. Il est vrai qu’une cabale s’était constituée pour dénoncer l’antisémitisme de Maurras et son soutien au maréchal Pétain. Pierre Nora a fait remarquer qu’on ne pouvait réduire Maurras à son antisémitisme et qu’il convenait d’apprécier exactement les motifs de son engagement pendant l’Occupation.

Cela ne signifie pas que l’antisémitisme maurrassien soit une question mineure, mais il s’agit de l’étudier dans son contexte précis. Il s’agit d’une attitude politique liée à l’affaire Dreyfus et à la constitution de deux camps ennemis, l’un défendant l’innocence du capitaine, l’autre dénonçant une entreprise antimilitariste, au moment où le pays était gravement menacé. Maurras n’a jamais voulu démordre de cette hostilité à l’égard de ce qu’il appelait «  le syndicat dreyfusard  ».

Et son hostilité a rebondi au moment du Front populaire en 1936, avec Léon Blum. Le directeur de l’Action française ne s’est pas aperçu des conséquences dramatiques de cette hostilité prolongée dans le cadre de l’occupation nazie. Cela ne signifie nullement qu’il ait pactisé le moins du monde avec Hitler, dont il fut le premier adversaire conséquent et dénonça toujours le racisme. Un racisme qu’il considérait par ailleurs comme son plus vieil adversaire intellectuel et qu’il avait combattu en dénonçant aussi bien Gobineau que Vacher de la Pouge. Sur ce sujet on doit se reporter aux travaux de Pierre-André Taguieff.

Je me suis moi-même intéressé à l’évolution de la pensée de Maurras à propos de l’Ancien Testament. Parti d’une position très hostile à l’inspiration biblique, il l’avait par la suite totalement récusée, en réhabilitant notamment l’esprit prophétique distingué des faux prophètes modernes. On doit signaler également la mutation radicale établie par son disciple Pierre Boutang, qui non content de récuser tout antisémitisme politique considère qu’il y a une primauté de la pensée juive (dont Martin Buber est un représentant majeur) et que l’existence d’Israël constitue peut-être le fait essentiel du XXe siècle.

Le jeune Maurras se proclamait à la fois antichrétien et ultra-catholique, profession de foi paradoxale qui peut laisser penser que sa défense de l’Église était politique et instrumentale. Quel regard le catholique engagé que vous êtes porte sur le drame spirituel de Charles Maurras ?

Certains ont voulu faire de Maurras un athée. Je ne connais pourtant aucun texte de lui se réclamant de l’athéisme. En revanche, il est agnostique, mais un agnostique d’une espèce particulière, comme Malraux. Maurras ne professe pas qu’il est impossible de reconnaître l’existence de Dieu. Il marque son incertitude personnelle, qui ne lui a pas permis de conclure. Et il ne s’en fait pas gloire !

Par ailleurs, c’est quand même vraiment un drôle d’agnostique. Il semble bien qu’il ait gardé sur son cœur, durant toute sa vie, le scapulaire de la Vierge Marie dont il parlait dans un conte célèbre du Chemin de Paradis. Dans son magnifique poème testament intitulé La prière de la fin, lorsqu’il veut définir l’essence même de son patriotisme, il se réfère à «  la France de mesdames Marie, Jeanne d’Arc, Thérèse et monsieur saint Michel  ». On est loin d’Auguste Comte et du positivisme. Et on se rend compte de l’erreur profonde des démocrates chrétiens qui ont toujours défendu la thèse selon laquelle il ne défendait qu’un christianisme formel.

Maurras est mort en 1952 et ce 20 avril 2018 est le cent cinquantième anniversaire de sa naissance. Maurras a été très engagé dans les débats politiques de son époque. Quelle est la part intemporelle de sa pensée ?

Maurras peut nous apprendre à penser les institutions, le rapport de l’État et de la société dans des termes qui tranchent avec les principes politiques modernes. Il s’oppose au contractualisme de la démocratie libérale et à la philosophie de Hobbes qui considère que l’État est fondateur de la société. Maurras est en ce sens aussi opposé au libéralisme politique qu’à l’étatisme exacerbé des régimes totalitaires. C’est un penseur de la sociabilité, et il me semble, à ce titre, toujours actuel.  

Gérard Leclerc

France Catholique

Charles Maurras, L’Avenir de l’intelligence et autres textes, sous la direction de Martin Motte, préface de Jean-Christophe Buisson, Coll. Bouquins, 1 280 pages, 32 e.

Jacques Paugam, L’âge d’or du maurrassisme, éd. Pierre-Guillaume de Roux, 296 pages, 25 e.

Stéphane Giocanti, Charles Maurras : Le chaos et l’ordre, Flammarion, 575 pages, 28,40 e.

Olivier Dard, Charles MaurrasArmand Colin, 352 pages, 25 e.

Gérard Leclerc, Un autre Maurras et autres textes, à paraître aux éd. France-Empire.

http://lafautearousseau.hautetfort.com/

22:51 Écrit par pat dans culture et histoire, tradition | Lien permanent | Commentaires (0) |  Imprimer |  Facebook | | | | |

Scandale sexuel chez MSF, échange de médicaments contre du sexe

Des travailleurs humanitaires de l’ONG auraient eu recours à de jeunes prostituées et auraient soutiré des relations sexuelles contre des médicaments.

Ce sont d’anciennes employées de l’ONG Médecins sans frontières qui ont lancé l’alerte. L’une d’entre elles rapporte qu’un collègue lui a confié qu’il était possible lors de leurs missions en Afrique de troquer des médicaments en échange de relations sexuelles. Des prestations avec de jeunes prostituées sont également dénoncées, selon des témoignages réunis par la BBC.

Ces accusations concerneraient le personnel logistique et non les médecins ou les infirmiers en poste au Kenya, au Liberia et en Afrique centrale. A la suite de ces révélations, MSF a publié un communiqué dans lequel ils assurent ne pas tolérer « l’abus, le harcèlement ou l’exploitation ». Le règlement de l’ONG interdit d’ailleurs le recours à la prostitution.

Lire la suite sur Çadoitcesavoir

EMMANUEL MACRON : HARO SUR LE NATIONALISME

republique.jpg

La presse nous informe : en déplacement dans le Finistère, Emmanuel Macron a comparé la progression du nationalisme à « la lèpre qui monte ». Dans un salmigondis approximatif, le brillant énarque a déclaré : « Je vous le dis avec beaucoup de gravité. Beaucoup la détestent, mais ils la détestent depuis longtemps et vous les voyez monter, comme une lèpre, un peu partout en Europe, dans des pays où nous pensions que c’était impossible de la voir réapparaître. Et des amis voisins, ils disent le pire et nous nous y habituons », a déclaré le président de la République, ce jeudi 21 juin .

Voilà, tout est dit : quand l’immigration devient un problème social, sanitaire, économique, géopolitique, quand elle pose la question de la souveraineté nationale, aussi bien des pays dont sont issues les vagues de migrants que ceux qui les accueillent, ce sont bien sûr les « nationalistes » les fauteurs de troubles…

Pourtant, pour reprendre l’élégante métaphore, le sentiment partagé de la lèpre montante de toute part, ce ne serait pas la montée du nationalisme qui viendrait en tête de la liste.

D’ailleurs, le nationalisme, en France, n’est-il pas une invention de la république ? Laquelle a hérité du « pré carré » capétien constitué en huit siècles. La France était encore dans la logique du « nous », celui de la solidarité nationale inaliénable face aux impérialismes qui se dressaient à nos frontières.

Un déjà ancien rapport de Gilles Kepel, publié à l’automne 2011 par l’Institut Montaigne – Banlieue de la République -, révélait que la République, qui s’est toujours historiquement adossée au patriotisme pour protéger sa légitimité, a commencé à scier la branche sur laquelle elle était assise dès lors qu’elle a choisi de rejoindre le camp du libéralisme supranational en abandonnant notre souveraineté à Bruxelles et à Washington.

Le discours sur la laïcité et les valeurs républicaines a, dès lors, perdu de sa crédibilité.

Depuis les traités de Rome, de Maastricht et de Lisbonne, l’accord de Schengen ou l’abandon du franc, ou encore le retour de la France dans le commandement intégré de l’OYAN, il est clair que la République se dépouille de ses oripeaux nationaux, et du premier d’entre eux, à savoir une « souveraineté nationale » à laquelle elle s’identifiait.

Pourtant, le cri de « Vive la nation » et même la notion ambiguë de « sang impur » sont bien des inventions de la Révolution.

Mais d’après Macron, ce nationalisme, hier encensé, aujourd’hui détestable – à cause, je suppose, des guerres mondiales notamment, lesquelles ne furent pas des entreprises nationalistes mais en réalité impérialistes (encore un héritage de notre Révolution qui a « métastasé » le peuple allemand grâce aux talents de Fichte en particulier, le père du pangermanisme) -, serait la cause des malheurs que nous vivons.

Admettons qu’il soit de bon ton de fustiger le nationalisme, ce mot-valise qui permet facilement de désigner le mal absolu, la bête immonde, savamment tenue en éveil par nos élites orwelliennes, pour nous donner les chocottes et nous faire accepter servilement l’enfer qu’elles organisent par ailleurs… Mais quand même, on est en admiration devant ce culot arrogant qui consiste à installer le chaos et à stigmatiser, avec cette violence idéologique rappelant les belles années de 1917 en Union soviétique, ceux qui réagissent à bon droit.

Pourtant, il peut y avoir une forme de nationalisme intelligent, le « nationalisme intégral » (année Maurras oblige) qui promeut (en France) l’indépendance et la continuité de l’État et la souveraineté pacifique de la nation, la solidarité historique des peuples de France, et, à l’extérieur, un interlocuteur libre et stable, capable de nouer des alliances multilatérales dans l’intérêt de son peuple, sans subir les pressions de la finance internationale. Nous appelons cela « la monarchie ».

 Membre du comité directeur de l'Action Française

Fête afro-techno-LGBT à l’Elysée ! Consternante décadence…

Il y a quelques jours, un certain Philippe de Villiers tressait une couronne de lauriers à Emmanuel Macron, évoquant la « verticalité de sa présidence »…

Pour bien comprendre, cette notion de verticalité, regardez donc les images de la « fête de la musique » organisée à l’Elysée par Brigitte et Emmanuel Macron.

Devant un public de 1.500 bourgeois autant friqués que décadents, c’est une fête afro-techno-LGBT qui s’est déroulée dans ce lieu de pouvoir transformé en Sodome.

La cerise sur le gâteau : le DJ Kiddy Smile arborant un maillot sur lequel était écrit « Fils d’immigrés, noir et pédé ». Le ton était donné…

http://www.medias-presse.info/fete-afro-techno-lgbt-a-lel...

JEUDI PROCHAIN, 28 JUIN, SERGE AYOUB INVITÉ DE L'ÉMISSION "SYNTHÈSE" SUR RADIO LIBERTÉS

RL 74 2018 06 28 SERGE AYOUB.jpg

ÉCOUTER RADIO LIBERTÉS CLIQUEZ ICI

LES PRÉCÉDENTES ÉMISSIONS CLIQUEZ LÀ

Le Samedi Politique : Industrie, énergie et scandales, 40 ans dans les coulisses du pouvoir avec Loïk Le Floch-Prigent

Edition Spéciale du Samedi Politique : Après 40 ans dans les coulisses de la République, Loïk Le Floch-Prigent a dirigé quelques unes des plus grandes entreprises françaises telles que Elf et la SNCF. Pris dans un des plus célèbres scandales français, il connaît les rouages les plus secrets du fonctionnement de l’Etat profond. Avec nous, il revient sur l’évolution catastrophique de l’industrie française, et sur son parcours unique, du jeune breton marqué à jamais par son identité régionale rythmée par les marées à son ascension fulgurante jusqu’à la tour Elf.
Avec son dernier ouvrage, En finir avec les idées reçues, il dresse un constat accablant de la gestion de l’industrie et livre sa vision : une vision pragmatique, scientifique et empirique.

https://www.tvlibertes.com/2018/06/23/23734/samedi-politi...

Macron veut des sanctions financières pour les pays qui refusent d’accueillir des migrants

Lors d’une conférence de presse avec le Premier ministre espagnol Pedro Sanchez, Emmanuel Macron s’en est pris aux pays “qui revendiquent massivement leur égoïsme national”.

Le président français Emmanuel Macron s’est prononcé samedi en faveur de sanctions financières envers les pays de l’Union européenne qui refuseraient d’accueillir des migrants.

Au cours d’une conférence de presse avec le Premier ministre espagnol Pedro Sanchez, il a affirmé qu'”on ne peut avoir des pays qui bénéficient massivement de la solidarité de l’UE et qui revendiquent massivement leur égoïsme national quand il s’agit de sujets migratoires”.

“Je suis favorable à ce qu’il y ait des sanctions qui existent en cas de non solidarité (…), à ce que des conditions sur ce sujet soient mises au financement d’aides structurelles”, a-t-il précisé. “Je suis résolument favorable à ce qu’il y aient des mécanismes qui prennent en compte cela. C’est un débat qui viendra en temps voulu.”

France et Espagne veulent des centres fermés sur le sol européen. La France et l’Espagne ont également proposé la mise en place de “centres fermés sur le sol européen dès le débarquement” des migrants, Emmanuel Macron, prônant une “solution différente et complémentaire” à une crise qui divise l’Europe.

“Une fois débarqués sur le sol européen, nous sommes favorables à mettre en place des centres fermés conformément au HCR, avec des moyens européens qui permettent (…) une solidarité financière immédiate, une instruction rapide des dossiers, une solidarité européenne pour que chaque pays prenne de manière organisée les personnes qui ont droit à l’asile”, a souligné le chef de l’État.

“Nous devons tenir nos principes”. Pour les migrants qui n’ont pas droit à l’asile, Emmanuel Macron a souligné la nécessité d’avoir “une solidarité européenne et une efficacité pour raccompagner” ces personnes “vers leur pays d’origine” et “en aucun cas vers des pays de transit”. “C’est une solution qui est coopérative et respectueuse du droit. Nous devons tenir nos principes et ne pas nous laisser bousculer par les extrêmes”, a-t-il ajouté à la veille d’un mini-sommet européen sur la question.

Source Europe1

https://www.patriote.info/actualite/union-europeenne-actu...

LES FAKE NEWS, QUAND C’EST CONTRE LES POPULISTES, C’EST PAS GRAVE

MATTEO-SALVINI-650x325.jpg

« L’Italie ne veut plus être complice du business de l’immigration clandestine. En ministre et en père, je le fais pour le bien de tous », a écrit Salvini sur sa page Facebook. « En père » ? Une pièce de plus à verser au dossier chargé du président de la Ligue. Le mâle blanc hétérosexuel a encore frappé !

Alors, ça y est, du coup, c’est lancé : il fallait un successeur à Poutine qui, comme l’écrit Hélène Carrère d’Encausse, se détourne d’une Europe hostile et glisse doucement vers l’Asie. Un successeur dans le rôle du méchant. Dans la société orwellienne, le bouc émissaire reste essentiel. Ce sera donc Matteo. Matteo Salvini, qui en est à son troisième refus d’accueillir ces bateaux venus des côtes libyennes. Les Lifeline et Seefuchs, deux bateaux d’ONG allemandes, ont en effet été placés sous séquestre par le ministre des Transports 5 étoiles du nouveau gouvernement italien pour non-conformité au droit international. Les vies ont été sauvées, a déclaré le ministre. Mais ça, on ne le dira pas…

Emmanuel Macron, jeudi en Bretagne, a nommé la maladie : « Le populisme, c’est la lèpre », a-t-il dit. Alors, on entendra tinter la crécelle de tout un pays, puisque 80 % de son peuple est d’accord avec Salvini !

« La paix, c’est la guerre », susurre le novlangue. Fermer ses ports à des bateaux de clandestins parmi lesquels se trouvent potentiellement des guerriers du califat, c’est donc faire la guerre.

Contre Salvini, du coup, tout est permis. Surtout la réductio ad Hitlerum. Ainsi, L’Important a tweeté cette semaine : « Salvini veut une épuration massive. » Mais la vidéo qui illustrait le propos – et où était employé le verbe « nettoyer » (pulire) et non « épurer » – date de… février 2017 !

Car la campagne des élections européennes est lancée, et elle reposera, comme celle de la présidentielle, sur le « pas ça, pas ça, pas ça ! », variante de « le fascisme ne passera pas ».

Et Big Brother traquera, sur les réseaux sociaux et dans la presse, les présumées « fake news » de ces nouveaux lépreux, ces populistes, présumés anti-européens.

Mais, bien sûr, pas celle d’un quotidien en ligne qui accuse Salvini d’« épuration »…

http://www.bvoltaire.fr/fake-news-cest-contre-populistes-...

Travailler pour le roi de Turquie... [2]

Le siège de Vienne en 1683 

Par Péroncel Hugoz 

Ancien correspondant du Monde en Algérie puis en Egypte, grand-reporter, auteur d’une dizaine de volumes sur les pays du Sud (notamment Le Radeau de Mahomet, 1983, et 2000 ans d’histoires marocaines, 2014) éditeur en France ou au Maroc de 60 ouvrages orientalistes, chroniqueur sur lafautearousseau depuis 2016, Péroncel-Hugoz, ce qui est moins connu, a joué un rôle au début de la carrière du géopolitiste et essayiste Alexandre Del Valle, pied-noir franco-italien, né en 1968 à Marseille, dont la dizaine de consistants essais tend à dévoiler la vraie nature de l’offensive panislamiste sur les cinq continents,  le dernier de ces ouvrages étant, en mars 2018, La stratégie de l’intimidation, véritable bréviaire de ce mal qui ronge nos sociétés: l’islamiquement correct. Un mal, sorti certes de l’Islam mais où les Etats-Unis d’Amérique ont joué, et continuent de jouer un rôle trouble, équivoque et plus que jamais inquiétant à l’heure du trumpisme. 

Nous laissons donc la parole à Péroncel-Hugoz, sur la genèse de ses relations avec Alexandre Del Valle avant de publier deux des textes qu’il a écrits pour soutenir le géopolitiste : ISLAMERIQUE, préface en 1997 d’Islamisme et Etats-Unis. Une alliance contre l’Europe (l’Age d’homme, 330 p.) puis Travailler pour le roi de Turquie…, préface en 2004 de La Turquie dans l’Europe. Un cheval de Troie islamiste ? (Edition des Syrtes, 2004, 460 p.)  Lafautearousseau

Le géant turc n'aura, si le présent engrenage n'est pas enrayé au nom de notre survie, qu'à signer quelques papiers à Bruxelles, Luxembourg et Strasbourg pour réaliser le gran­diose, le noble projet de ses valeureux ancêtres Osmanlis — et je le dis sans ironie, avec une réelle admiration pour la geste islamo-turque, à cela près que je ne suis pas turc et n'ai pas envie de le devenir, reprenant à mon compte, avec tous ceux des miens ayant la même réaction, la devise officielle du Grand-Duché de Luxembourg : « Nous voulons rester ce que nous sommes ! »

Le pape Jean-Paul II, paraît-il, aime à rappeler à certains de ses visiteurs de confiance que, sans l'aide militaire polo­naise, Vienne, en 1683, serait tombé aux mains des Turcs comme Byzance en 1453. Non sans un grain de malice et à la fureur, semble-t-il, des islamistes, le même pontife, arrêté par certains catholiques espagnols islamomanes dans son désir de mettre sur les autels Isabelle la Catholique, libéra­trice de Grenade en 1492, s'est rattrapé, en 2003, en béati­fiant la figure oubliée en Chrétienté (mais non point en Islam) d'un capucin italien, Marc d'Aviano, inventeur du cappuccino... et qui surtout joua, en 1683, un rôle capital en galvanisant Vienne face à l'envahisseur mahométan, en uni­fiant un moment catholiques et protestants devant le danger panislamique. Il faudrait aujourd'hui beaucoup de d'Aviano dans les bureaux bruxellois...

Naturellement, à l'instar d'Alexandre Del Valle, il ne faut pas être le moins du monde dupe de tous les maquillages démocratiques et « droitdelhommistes » que s'imposent actuellement les « islamistes modérés » au pouvoir à Ankara, afin d'endormir l'opinion publique européenne et lui faire accroire que la Turquie serait, pour l'UE, une recrue aussi bénigne que la Lituanie ou la Slovaquie... Notons au passage que l'aveuglement (ou la duplicité) des dirigeants européens, leur couardise morale pour les uns, leur compromission poli­tique pour les autres, ont adopté l'expression aberrante d'« islamistes modérés » pour l'équipe Erdogan-Gül, alors qu'au départ le terme « islamiste » (lancé vers 1980 par des orientalistes et des journalistes, au sein desquels votre servi­teur) fut choisi comme euphémisme pour désigner les extré­mistes musulmans, vexés, les pauvres chéris, d'être appelés « intégristes » ou « fondamentalistes », parce que ces mots s'étaient surtout jusque-là appliqués à des chrétiens... Parler d'« islamistes modérés » est donc aussi insensé que d'évoquer des « extrémistes modérés »...

Ce qui est sûr également, c'est que si l'Europe-Unie accueille les Turcs, les Européens de demain, déjà sous la pression intra-muros de la dynamique natalité afro-arabe, seront, comme cela a été le cas de toute éternité islamique, Empire turc compris, des dhimmides sous-citoyens, giaours, comme disent les Anatoliens, gaouri ainsi que nous appellent les Maghrébins, bref des « mécréants », des « impurs »...

Afin d'éviter cette funèbre perspective, il faudrait que le travail de guetteur, de sonneur de cor d'Alexandre Del Valle soit relayé à l'échelon politique. La très tardive prise de conscience de l'ex-président Giscard d'Estaing, les mises en garde de quelques élus audacieux mais moins fameux, tel Philippe de Villiers, sont loin d'être suffisantes pour secouer les consciences européennes. Bienheureux Marc d'Aviano, venez donc nous réveiller, comme vous le fîtes jadis pour les Viennois !

Saint-Louis (Antilles françaises), octobre 2003.  •  Fin de cette série

http://lafautearousseau.hautetfort.com/archive/2018/06/23...

Samedi 14 juillet, près de Soissons

IMG_5263.jpg

 
 

12:13 Écrit par pat dans culture et histoire | Lien permanent | Commentaires (0) |  Imprimer |  Facebook | | | | |

Les Républicains : l’union des droites par la jeunesse ? – JT TVL 22 juin 2018

1)  Politique / Les Républicains : l’union des droites par la jeunesse ?

Journal du Vendredi 22 Juin 2018 from TV Libertés on Vimeo.

Alors que l’union des droites est un thème récurrent de la vie politique française depuis l’avènement d’Emmanuel Macron, c’est du côté de la jeunesse que les rapprochements pourraient se faire. Un candidat à la présidence des jeunes républicains en appelle ouvertement à la rupture du cordon sanitaire

2) International / terrorisme : saisie de captagon le nerf de la guerre

Une saisie de 300 000 comprimés de captagon en Syrie… cette drogue qui permet à la fois de financer le terrorisme et de doper les djihadistes de Daech est devenu un enjeu majeur pour la survie de l’organisation terroriste.

3) Ecologie / Nucléaire : un projet d’enfouissement

4) L’actualité en bref

https://www.tvlibertes.com/2018/06/22/23708/republicains-...

11:04 Écrit par pat dans actualité | Lien permanent | Commentaires (0) |  Imprimer |  Facebook | | | | |

Grand Président, il a raison

XVM504a156e-7578-11e8-9988-c6152e0685ac.jpg

Bernard Plouvier

Passant par la Bretagne, Grand Président, qui semble succomber à la magie de la musique noire, a évoqué la « lèpre populiste ». Et comme à son habitude, Grand Président se moque de la Nation.

Il est exact que dans le continent d’un Vivaldi, d’un Mozart, d’un Brahms ou d’un Wagner, nous avons besoin de recevoir des leçons de joueurs de tam-tam. Il en faut pour tous les goûts, même pour le mauvais.

Grand Président n’aime pas les populistes. Il oublie qu’on peut être populiste sans être raciste (mais pour un môssieur sorti de l’ENA, Antonio Salazar ou Juan Péron doivent être des inconnus).

De fait, nos merveilleux immigrationnistes oublient qu’en favorisant l’afflux d’une délirante quantité d’individus provenant d’autres continents, ils importent du racisme antiblancs, celui là même que les citadins Français de souche doivent affronter quotidiennement depuis les années 1980… qui a passé sa jeunesse à Roubaix, puis exercé à Lille et à Douai en connait un rayon en matière de racisme antiblancs. Mais Grand Président et sa suite ne sont jamais qu’au contact de « gentils z’immigrés », qui brossent les puissants dans le sens du poil.

Car Grand Président, s’il se penchait trois minutes sur les réalités triviales de la vie quotidienne des Blancs de la région parisienne, ou de la région de Marseille, de la Lyonnaise, ou du triangle Lille-Roubaix-Tourcoing, saurait que le « Bon Peuple » est quelque peu excédé.

Si Grand Président a peur de la lèpre (il a tort : dans une société comme la nôtre, c’est une maladie qui se diagnostique tôt et se traite bien ; la lèpre mutilante, ça n’existe plus que chez les sous-évolués, les populations à la traîne), la Nation française, elle, ne veut pas mourir du cancer aux noms multiples : substitution de population (rappelez-vous ce que les Britanniques ont fait en Amérique du Nord, en Australie et en Nouvelle-Zélande), métissage universel, islam djihadiste, violences urbaines quotidiennes.

La vie en France, dans les années qui ont précédé le décret de regroupement familial des Giscard et Chirac, n’était peut-être pas idyllique – dans ce que les théologiens juifs et chrétiens nomment une « vallée de larmes », on aimerait savoir où et quand la vie a été une idylle entre doux humains et bonne nature -, mais nous étions chez nous et entre nous.

Pour changer de statut, c’est-à-dire pour passer d’un pays d’Europe occidentale à un gourbi africain ou proche-oriental, il faut au moins consulter le bon peuple. Il est possible qu’une majorité de Français veuillent vivre dans un État régi par la Charî’a et se fondre dans une espèce de race globale, mais il faut au moins, Grand Président, leur demander leur avis. C’est cela que l’on nomme démocratie.

Et il est probable que le bon peuple de France ne puisse connaitre de démocratie que grâce au Populisme.

2383879235.jpgLe commander cliquez ici

Bulletin de commande cliquez là

http://synthesenationale.hautetfort.com/

Comprendre le quinquennat Macron : Entretien avec Michel Drac

Enfants séparés aux USA : fake news officielle à la une du Time

6a00d83451619c69e2022ad37b8549200d-300wi.jpgScandaleuse manipulation :

"«Bienvenue en Amérique.» En pleurs, Yanela Varela, 2 ans, fait la couverture de Time de cette semaine. Dans un photomontage sur fonds rouge, un président des États-Unis mesurant trois fois sa taille toise la jeune hondurienne apeurée. La photo de la fillette a été prise le 12 juin dans la ville de McAllen, au Texas, par John Moore, un photographe qui a obtenu le prix Pulitzer et travaille pour l'agence Getty Images. Elle est vite devenue sur les réseaux sociaux une icône, symbole de la douleur provoquée par la séparation des familles. L'image a même contribué à déclencher des donations d'un total de plus de 18 millions de dollars à une association texane d'aide aux migrants appelée RAICES.

Sauf que la jeune Yanela Varela n'a jamais été séparée de sa mère, contrairement à ce qu'affirmaient plusieurs articles. Au Honduras, la responsable de la Direction de protection des migrants au ministère des Affaires étrangères, Lisa Medrano, est formelle. «La fillette, qui va avoir deux ans, n'a pas été séparée», explique-t-elle à l'AFP. Le père de l'enfant, Denis Varela, a aussi confirmé au Washington Post que sa femme Sandra Sanchez, 32 ans, n'avait pas été séparée de Yanela et que les deux étaient actuellement retenues dans un centre pour migrants de McAllen, au Texas. «La petite fille n'a pas été emmenée en larmes par des agents de la police frontalière des États-Unis, sa mère est venue la chercher et elles ont été emmenées ensemble», a été contraint de reconnaître le Time".

http://lesalonbeige.blogs.com/my_weblog/web.html

Travailler pour le roi de Turquie... [1]

Le dernier sultan, Mehmed VI 

Par Péroncel Hugoz 

Ancien correspondant du Monde en Algérie puis en Egypte, grand-reporter, auteur d’une dizaine de volumes sur les pays du Sud (notamment Le Radeau de Mahomet, 1983, et 2000 ans d’histoires marocaines, 2014) éditeur en France ou au Maroc de 60 ouvrages orientalistes, chroniqueur sur lafautearousseau depuis 2016, Péroncel-Hugoz, ce qui est moins connu, a joué un rôle au début de la carrière du géopolitiste et essayiste Alexandre Del Valle, pied-noir franco-italien, né en 1968 à Marseille, dont la dizaine de consistants essais tend à dévoiler la vraie nature de l’offensive panislamiste sur les cinq continents,  le dernier de ces ouvrages étant, en mars 2018, La stratégie de l’intimidation, véritable bréviaire de ce mal qui ronge nos sociétés: l’islamiquement correct. Un mal, sorti certes de l’Islam mais où les Etats-Unis d’Amérique ont joué, et continuent de jouer un rôle trouble, équivoque et plus que jamais inquiétant à l’heure du trumpisme. 

Nous laissons donc la parole à Péroncel-Hugoz, sur la genèse de ses relations avec Alexandre Del Valle avant de publier deux des textes qu’il a écrits pour soutenir le géopolitiste : ISLAMERIQUE, préface en 1997 d’Islamisme et Etats-Unis. Une alliance contre l’Europe (l’Age d’homme, 330 p.) puis Travailler pour le roi de Turquie…, préface en 2004 de La Turquie dans l’Europe. Un cheval de Troie islamiste ? (Edition des Syrtes, 2004, 460 p.)  Lafautearousseau

Le siècle dit des Lumières nous a légué l'expression popu­laire « Travailler pour le roi de Prusse », à la suite d'une bataille livrée en 1757 par la France, à Rossbach (Saxe), au seul bénéfice, tout compte fait, du souverain prussien, Frédé­ric le Grand.

Le XXIe siècle, que nous entamons et qui se voudrait la cen­turie de la « démocratie universelle », pourrait bien, d'un point de vue européen, laisser un jour derrière lui la formule « Travailler pour les Turcs » (sinon pour le « roi de Turquie », qu'Atatürk, hélas ! supprima). Si du moins aboutit le projet, ce qui pour l'heure est à craindre, mis au point hors de tout contrôle direct des peuples, à Washington, Bruxelles et Ankara, de faire entrer la Turquie et ses bientôt quatre-vingts millions de ressortissants dans l'Europe-Unie...

En ce nouveau livre, Alexandre Del Valle, derechef, ne se paie pas de mots, va droit au but, appelle un chat un chat et une forfaiture une forfaiture, tout en accumulant les preuves concrètes de sa démonstration ; le jeune politiste international démonte une par une les caractéristiques historiquement, civilisationnellement, politiquement, religieusement absurdes d'un tel projet.

Plus que tout, démographiquement, ce plan est — consciemment ou non, peu importe, le résultat serait iden­tique — criminel, à moins de considérer que l'Europe euro­péenne, gréco-latino-chrétienne, ainsi que de Gaulle, entre autres, la définissait, a fait son temps et qu'elle n'a plus qu'à s'effacer, sans même laisser s'exprimer son instinct vital. En l'exerçant spontanément, lui, au nom d'un continent dont l'intelligentsia n'est plus occupée que de meaculpisme (et effec­tivement, de Staline à Castro, de Ben Bella à Pol Pot, de Mao à N'Krumah, elle s'est trompée sur tout depuis plus d'un demi-siècle, comme elle se trompe maintenant sur l'Islam), Alexandre Del Valle s'exposera à l'opprobre, aux calomnies, aux médisances, aux porteurs de pancartes et d'idées reçues ; on lui jettera à la figure la trilogie « racisme-fascisme-xéno­phobie », à la façon de ce qui s'est passé lors de ses précédents ouvrages, notamment, en 1997, l'extraordinairement clair­voyant et documenté Islamisme et États-Unisque j'eus le plaisir, avec le général Gallois, de présenter, inventant pour l'occasion le néologisme Islamérique qui, depuis lors, a fait son chemin...

Je récidive donc pour ce La Turquie dans l'Europe ! D'au­tant plus volontiers qu'en 2003, m'étant rendu en reportage à Bakou, capitale de l'Azerbaïdjan, nation turque indépen­dante, issue de l'ancien Caucase soviétique, quelle n'a pas été ma surprise de constater que les huit millions d'Azéris, certai­nement encouragés par une décision géopolitiquement aber­rante en soi — l'admission de l'« Azéristan » parmi les États membres du Conseil de l'Europe —, voyaient déjà leur pays partie intégrante de l'Union européenne... « Dès que la Tur­quie sera à Bruxelles, elle nous y fera venir », déclarait tout à trac un responsable azéri à un diplomate autrichien en poste sur les bords de la mer Caspienne. Celui-ci, l'un des rares Occidentaux séjournant à Bakou à faire preuve d'un peu de lucidité et de jugeote, me confiait ensuite : « Pourquoi les quatre autres États islamo-turcophones de la région n'emboî­teraient-ils pas ensuite le pas à la Turquie et à l'Azerbaïdjan ? » En effet, sans oublier bien-sûr la minorité turco-ouïgoure deChine, forte déjà, dit-on, de quinze millions d'âmes et qu'il serait vraiment cruel de séparer des autres Turcs... L'Europe pourrait alors se livrer à un immense mamamouchi — sans Molière, hélas ! pour se moquer de ces Européens pressés de se turquifier...

Une telle perspective trouve naturellement de chauds parti­sans à Ankara — où le rêve de domination ottomane de l'Europe, fracassé sous les murs de Vienne, pour la dernière fois en 1683, se réaliserait alors sans effort sur un plateau —, mais aussi à Washington et chez les obligés des États-Unis à Bruxelles. Même le « libéral et progressiste » président Clinton vint un jour en Anatolie mettre en demeure ces fri­leux d'Européens de s'ouvrir aux braves Turcs, bons alliés de l'Amérique et d'Israël. Les WASP (White Anglo-Saxon Protes­tantencore au pouvoir sur les bords du Potomac ne redou­tent vraiment qu'une chose : l'émergence d'une hyperpuissance paneuropéenne, seule capable de tenir la dragée haute à la quasi planétaire hégémonie états-unienne. Ils ont calculé que si l'Europe occidentale, outre le vieillissement de ses indi­gènes, se trouvait aux prises en permanence avec des troubles ethno-confessionnels type Liban, Yougoslavie ou « djihad de proximité » de nos banlieues, notre continent s'épuiserait à résister aux désordres socioculturels inévitablement liés à l'is­lamisation de vieilles terres chrétiennes. Déjà désorientés par la forte immigration afro-arabo-islamique non désirée, les Européens n'auraient sans doute pas assez de force (en plus, on ne manquerait pas de les démoraliser en les accusant de racisme, exclusion, etc.) pour contenir un islam conquérant, dès lors renforcé sur notre sol par le consistant apport humain du jeune colosse turc...

Et il ne faudrait pas compter, comme certains « prévisionnistes » professionnels le font déjà, sur une opposition entre Turcs et Arabes ! Il est exact que les premiers méprisent les seconds et leur en veulent d'avoir, durant la Première Guerre mondiale, abandonné le sultan-calife ottoman de Constantinople-Stamboul, pour une alliance impie avec les « infidèles » de Londres et Paris.

Cependant, ce dédain, ce reproche ne tiendraient pas face à la solidarité interislamique, neuf fois sur dix au rendez-vous quand il s'agit de contrer, voire de détruire des non-mahométans. Sans remonter jusqu'aux massacres d'Arméniens, Syriaques et Assyriens, entre 1894 et 1922, dans l'Empire ottoman, ordonnés par des Turcs et générale­ment exécutés — et ils ne se firent pas prier — par leurs enne­mis héréditaires kurdes mais coreligionnaires, il n'y a qu'à voir ce qui se passe de nos jours, sous nos yeux (fermés, il est vrai) en Anatolie, où militaires turcs et maquisards kurdes conti­nuent à se combattre, à s'entretuer mais — ainsi que je l'avais personnellement constaté sur place dès 1986 à Mardine, à Mydiat et dans le Tour-Abdine — se serrent extemporané­ment les coudes, se couvrent les uns les autres dès qu'il s'agit de dépouiller les derniers paysans chrétiens de ces régions, parfois de les égorger, ou encore d'enlever leurs filles nubiles ou leur bétail...     (A suivre ...)

 

http://lafautearousseau.hautetfort.com/archive/2018/06/21...

Macron : Techno parade à l'Elysée, le déclin de la France

STÉPHANE RAVIER : « ON A ENTENDU LES ILLETTRÉS, LES FAINÉANTS ET MAINTENANT LES LÉPREUX ! »

Le Président Emmanuel Macron a dénoncé, jeudi, lors d’un discours à Quimper, « la lèpre qui monte » en Europe, « le nationalisme qui renaît ».

Le sénateur RN Stéphane Ravier réagit à ces propos polémiques pour Boulevard Voltaire. Il s’exprime également sur la loi Asile Immigration débattue actuellement au palais du Luxembourg, tout en déplorant l’absence remarquée d’élus LR.

Le président de la République Emmanuel Macron a déclaré que le populisme était une sorte de lèpre. Considérez-vous que vous transmettez la lèpre ?

Nous sommes onze millions de lépreux en France et des dizaines de millions à travers l’Europe. Nous sommes fiers d’être « lépreux », selon la définition que lui attribue monsieur Macron, le représentant de l’hyper-classe. Je crois que cela a le mérite de clarifier la situation. Monsieur Macron déteste le peuple.
Quand le peuple se prononce pour préserver sa souveraineté et son identité, garder ses traditions, ses racines et son art de vivre, cela insupporte monsieur Macron. C’est normal, puisqu’il est l’incarnation même du nomadisme dans tous les domaines : économiques, sociaux et identitaires. Ce n’est pas la première fois qu’il insulte les Français et les peuples en général. Nous avons déjà entendu, les « illettrés », les « fainéants », et maintenant les « lépreux ». Nous avons encore quatre ans à patienter avant d’évacuer ce virus du palais de l’Élysée.

Cette intervention présidentielle tombe alors que la loi Asile et Immigration était débattue au Sénat. Comment cela s’est-il passé ?

C’était hier en fin de journée, puis en début de nuit à la reprise de la séance de 21 h 30.
Une douzaine de sénateurs Les Républicains avaient déserté. Le président de la commission des lois, monsieur Philippe Bas, Républicain lui-même, a essayé d’argumenter en disant que nous n’étions pas assez nombreux dans l’Hémicycle pour qu’il y ait des débats sereins sur le fond et qu’il vaudrait peut-être mieux remettre les débats au lendemain. Les socialistes ont évidemment contesté. La présidente de séance, et elle-même socialiste, a évidemment saisi l’occasion pour continuer les débats. La majorité s’est retrouvée minoritaire. Cela démontre, une fois de plus, qu’au-delà des rodomontades, des propositions d’amendements et des tracts qui invitent à ce que la France reste la France, la réalité veut que Les Républicains ne soient pas là de façon organisée quand il le faudrait pour défendre cette France à laquelle nous tenons, nous.

Beaucoup d’événements politiques de l’actualité de ces derniers jours traduisent un climat assez particulier. Vous qui êtes sénateur et maire, comment jugez-vous les climats politiques et sociaux actuels ?

Les élus Les Républicains avaient peut-être mieux à faire que de se prononcer sur le principal problème que subissent les Français. Ce problème n’est pas le seul, mais il est à l’origine de déséquilibres et de difficultés économiques, sociales, identitaires et sécuritaires. Peut-être ont-ils préféré aller à la fête de la Musique et regarder le Mondial de foot.
Je constate une classe politique atone alors qu’elle devrait s’opposer. Elle ne s’oppose pas car, en réalité, elle est sur la même ligne politique, économique, ethnique et migratoire que celle du président de la République. Cette ligne n’a, en réalité, d’opposition que l’opposition nationale incarnée par le Rassemblement national.

http://www.bvoltaire.fr/on-a-entendu-illettres-faineants-...

Partout en France, les décharges à ciel ouvert se multiplient

Évidemment, le reportage ne fait aucun lien entre ce phénomène et l’immigration de masse, avec des millions et des millions de personnes qui n’ont que mépris pour notre pays et pour une terre dans laquelle ne reposent pas leurs ancêtres.

Voir la video sur ContreInfo

« LES BRIGANDES » : COUP DE TONNERRE DANS LE CIEL DE BOURGOGNE (Luc Sommeyre)

Ce dimanche 10 juin, « Les Brigandes » ont tenu leur deuxième concert public à guichets fermés dans le petit village de La Guiche, en Saône-et-Loire, à 30 km au nord-ouest de Cluny.

Public enthousiaste et salle archi-comble, au grand dam des médias politiquement corrects.

Joyeuse reprise en chœur de leur tube-fétiche : « Foutez l’camp ! ». Vous pouvez vous délecter de leurs chansons sur YouTube. Pour celles tombées sous le couperet de la censure, comme « La Complainte de BHL » et d’autres qui n’ont pas l’heur de plaire au Système, voir leurs sites Internet :
https://lesbrigandes.com/ et https://le-clan-des-brigandes.fr/.

Nous avons eu le plaisir d’accueillir, outre une délégation de camarades venus d’Allemagne, nos amis Christine Tasin (Résistance Républicaine) et Pierre Cassen (Riposte Laïque) ainsi que Richard Roudier et ses fils Olivier et Martial (La Ligue du Midi).

Le concert était dédié à notre camaradeTommy Robinson, fondateur de la “English Defense League” emprisonné le 29 mai dernier pour 13 mois par la police de la pensée britannique. Signez la pétition pour sa libération. Voir : https://minurne.org/billets/16207

Lire la suite sur Minurne

06:30 Écrit par pat dans culture et histoire, Europe | Lien permanent | Commentaires (0) |  Imprimer |  Facebook | | | | |

Osiris, mysteres engloutis d'Egypte [Au coeur de l'histoire]

06:23 Écrit par pat dans culture et histoire | Lien permanent | Commentaires (0) |  Imprimer |  Facebook | | | | |

23/06/2018

Les idées reçues sur le Moyen-Âge

Pour justifier les bienfaits de la Révolution française, le XIXe siècle a répandu beaucoup de calomnies sur l'Ancien Régime et notamment sur le Moyen-Age (rien que le terme...), mensonges qui circulent encore aujourd'hui (justifiant le mot d'ordre de Voltaire "mentez, il en restera toujours quelque chose"). Dans une vidéo Youtube, un professeur dénonce les idées reçues :

Michel Janva

http://lesalonbeige.blogs.com/my_weblog/web.html

23:27 Écrit par pat dans culture et histoire | Lien permanent | Commentaires (0) |  Imprimer |  Facebook | | | | |