Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

  • Le meeting politique de la 12e Journée de Synthèse nationale

    IMG_4291.JPG

    Roland Hélie, Directeur de Synthèse nationale

    IMG_4404.1.jpg

    Jean-Paul Chayrigues de Olmetta

    Voir la suite

  • Viol collectif en Suède : les médias le taisent, Facebook censure

    Une jeune fille a été violée par six étrangers dans un appartement à Malmberget, près de Gällivare, dans l’extrême nord de la Suède.

    Voyant qu’aucun média n’en avait parlé, une amie de la mère de la victime, choquée et indignée, a signalé le fait sur Facebook.

    Son message a rapidement attiré l’attention… et a été vite censuré par Facebook – probablement par le biais de la hotline mise en place à l’initiative des sociaux-démocrates pour étouffer les informations sur la criminalité des migrants.

    Face à l’émotion suscitée par le message posté sur Facebook, la police a cependant été contrainte de confirmer sur son site web qu’un « viol grave » s’était produit dans la « région de Gällivare ».

    Comme 65 des 127 habitants de la rue où s’est produit le crime portent des noms « évidemment étrangers », beaucoup de politiciens locaux estiment que ce viol a pour cause l’échec des Suédois à intégrer les étrangers.

    Source : Fjällsjö Nyheter (10.10.2018) via Voice of Europe

    https://lesobservateurs.ch/2018/10/15/viol-collectif-en-suede-les-medias-le-taisent-facebook-censure/

  • La macrocrature traque la liberté d’expression, par Ivan Rioufol

    Macron-Yeux-600x267.jpg

    La macrocrature, ce monde clos érigé autour du chef de l’Etat, vient de faire un pas supplémentaire dans la mise sous surveillance des opinions non officielles. Dans la nuit de mardi à mercredi, les députés ont voté en nouvelle lecture les deux propositions de lois destinées à lutter contre “la manipulation de l’information” en période électorale. Il est également prévu d’instituer un “conseil de déontologie de la presse”, qui serait confié à l’ex-président de l’AFP, Emmanuel Hoog. C’est la ministre de la Culture, Françoise Nyssen, qui est montée mardi à la tribune de l’Assemblée, comme on monte à l’échafaud, pour défendre ces textes potentiellement liberticides : une besogne dont il n’est pas certain qu’elle lui sauve la tête lors du remaniement gouvernemental, suspendu au bon plaisir d’Emmanuel Macron, plus despote que jamais. En mai, Françoise Nyssen avait déjà mobilisé l’audiovisuel public à des fins de propagande d’Etat. Elle lui avait donné comme mission de “devenir un miroir de nos différences”, en jugeant “les mâles blancs” trop nombreux à l’antenne.

    Taxant certains Français de “hautement réactionnaires”, l’ancienne éditrice avait également annoncé que les chaînes et radios auraient à “changer les mentalités sur le terrain”. Cette mentalité de garde-chiourme est une constante en Macronie : à peine élus, les député LaREM avaient, le 24 juillet 2017, complété l’article 1 de la loi sur la moralisation de la vie politique en y ajoutant un amendement “anti-raciste” inspiré de la Licra et destiné à accentuer l’arsenal répressif des délits d’opinion. Cette disposition avait été supprimée par le Conseil constitutionnel qui y avait vu une “atteinte disproportionnée à la liberté d’expression”.

    La liberté d’expression fait peur à la macrocrature, comme à tous ceux que la vérité effraie. En janvier dernier, Benjamin Griveaux, porte-parole du gouvernement, avait dit vouloir soutenir “une information propre”, aseptisée en somme. Cette traque aux “fake-news”, qui conduirait le juge à décréter ce qui est vrai et ce qui est faux, n’est autre qu’une volonté d’instaurer une indéfendable vérité officielle. Le Sénat, qui s’est opposé en première lecture à ces textes dangereux, n’a aucune raison de changer d’avis. D’autant que le chef de l’Etat, qui abuse lui-même d’une communication mobilisée sur sa propre personne, ne donne pas l’exemple d’une tempérance dans l’interprétation de sa politique sublimée.

    La vérité qui se dessine est celle d’un pouvoir autocratique, renfermé sur lui-même, qui cherche à étouffer la parole d’une société de plus en plus furieuse. Le trop libre et impertinent Internet sera la prochaine cible de ce pouvoir aux abois, qui donne des leçons de démocratie aux pays de l’Est sans vouloir s’attarder sur ses propres turpitudes. Faut-il ici rappeler l’article 11 de la Déclaration des droits de l’homme et du citoyen de 1789 ? : “La libre communication des pensées et des opinions est un des droits les plus précieux de l’Homme : tout citoyen peut donc parler, écrire, imprimer librement”. Sous la macrocrature, ces principes élémentaires ne vont plus de soi. Il serait temps que les Français s’en inquiètent.

    Ivan Rioufol

    Texte daté du 10 octobre 2018 et repris du blog d’Ivan Rioufol

    https://fr.novopress.info/212283/la-macrocrature-traque-la-liberte-dexpression-par-ivan-rioufol/

  • Remaniement : tout ça pour ça ! – Journal du mardi 16 octobre 2018

    Politique / Remaniement : tout ça pour ça !
    Il en aura fallu du temps pour annoncer le remaniement… Pourtant, la nouvelle équipe ministérielle n’a rien d’extraordinaire, mis à part certains degrés d’incompétence…

    Union Européenne / Salvini s’en prend à Macron
    Le ton monte entre Salvini et Macron. Le ministre de l’intérieur italien a demandé des explications à la France après que des clandestins ont été reconduits en Italie… Une véritable mise en demeure.

    International / Idlib, terrain d’attentes
    Alors que la province syrienne d’Idlib devait être évacuée lundi, les djihadistes ont finalement décidé de poursuivre le combat. Fragilisé, l’accord russo-turc dépend désormais des réelles volontés de Recep Tayyip Erdogan.

    International / Khashoggi : L’Arabie Saoudite fait volte face

    Serveur TVL

    Lien dailymotion

  • Retour sur l'"affaire Méric" et sur le procès Esteban : Roland Hélie, Aristide Leucate, Serge Ayoub

    IMG_4286.JPG

     

    Pour ceux qui veulent écrire ou soutenir Esteban cliquez ici

    http://synthesenationale.hautetfort.com/archive/2018/10/16/prises-de-paroles-au-sujet-de-l-affaire-meric-et-du-proces-e-6097364.html

  • Quand le libéralisme fait le lit de l'islam

    Numériser.jpeg200 pages pour expliquer que les musulmans en France sont sous la coupe des islamistes. Trois pages de conclusion : il faut un concordat avec l’islam pour organiser la « communauté musulmane ». Voilà le dernier rapport de l’Institut Montaigne, avec ses incohérences.

    Bienvenue dans La Fabrique de l'islamisme. L'Institut Montaigne, think tank Libéral aujourd'hui dominant, vient de présenter un rapport, qui, au moins brièvement, a fait grand bruit. Il a tout du pavé dans la mare. Voilà un document de 600 pages qui explique que l'islamisme est aujourd'hui en situation de monopole intellectuel parmi les musulmans, aussi bien sur les réseaux sociaux que dans les librairies. Mieux il démontre que la quasi-totalité des réponses en ligne aux questions religieuses est fournie par des interlocuteurs proches des salafistes.

    Ce n'est pourtant pas un brûlot islamophobe sorti d'une officine complotiste frayant avec le RN ou Éric Zemmour. L'institut Montaigne a hébergé En Marche à ses débuts et Hakim El Karoui, auteur du rapport en question, est un proche du Président. Il faut dire qu'il a tout pour plaire : normalien franco-tunisien, passé de la droite à la gauche, via la banque Rothschild, il se fait ensuite entendre sur la Méditerranée, la diversité et l'islam. Poisson-pilote de Macron, il s'est déjà fait connaître par deux rapports qui servent de fil d'Ariane à la politique présidentielle en la matière : Un islam français est possible (2016), dont nous avons entretenu les lecteurs de Monde&Vie, et Nouveau monde arabe, nouvelle « politique arabe » pour la France (2017).

    Les évidences incorrectes que tous les « mal-pensants » énoncent depuis des années semblent donc rentrer, avec le brillant Hakim El Karoui, dans le « cercle de la raison ». On peut à la fois s'en réjouir et le déplorer. S'en réjouir parce que cela devrait placer au cœur du débat politique une question vitale pour l'avenir du pays et que ce rapport expose quelques constats pertinents. Le déplorer parce que El Karoui s'arrête hélas au milieu du gué.

    La pieuvre islamiste

    Il faut le reconnaître, l'ami du Président décrit justement le processus d'islamisation « Un mouvement focalisé sur la prédication (Tabligh) dans les années 1980, un mouvement consacré à la mobilisation identitaire (frérisme) entre 1989 et 2005, un mouvement obnubilé par la pratique religieuse (le salafisme) depuis cette date. [...] Les territoires travaillés par ces idéologies sont ceux qui ont été le plus frappés par le phénomène djihadiste. » El Karoui reconnaît les passerelles qui existent entre les mouvements « quiétistes » (ou paisibles) comme le Tabligh ou comme une partie du salafïsme, et le mouvement islamique identitaire que constituent les Frères musulmans : le terrorisme est donc abordé de front et l'on ne cache pas la montée de la radicalisation en Occident.

    Le soutien d'États musulmans dans cette diffusion de l'islamisme figure également dans le rapport. Le prosélytisme de l'Arabie Saoudite, direct ou via une kyrielle d'organisations internationales, est bien détaillé. Ryad aurait, dans son effort de propagation du wahhabisme, depuis 1960 « peut-être dépensé plus de 85 milliards de dollars, et a permis la construction de 1359 mosquées et de plus de 2 000 écoles ».

    La Turquie a elle aussi la place qu'elle mérite : la volonté de scinder la population immigrée en Europe sur des bases religieuses, comme tous les islamistes, et nationales pour relayer le salafïsme d'État turc, est bien décrite.

    Hakim El Karoui trace plus rapidement le rôle du Qatar, pourtant vecteur mondial du frérisme. Tout juste explique-t-il comment, « les Frères [musulmans, nldr] bénéficient de liens privilégiés avec le pouvoir, qui les soutient sur la scène internationale ». Il mentionne « la création d'al-Jazeera en 1996 [qui] assure aux Frères un relais planétaire ».

    De fait, les Frères musulmans français, UOIF en tête, ont un poids considérable sur le terrain, dans le débat public (défense du voile, du halal, de Tariq Ramadan...), et même au sein du CFCM (Conseil français du Culte Musulman), instance officielle de l'islam en France.

    Pourtant, d'un autre côté, nous déplorons que l'Institut Montaigne se soit emparé du sujet. Pour passer par le chas de l'aiguille politiquement correcte, le chameau des vérités s'est livré à bien des contorsions. Première contorsion sa définition de l'islamisme, « qui est, au-delà de la croyance religieuse et de la spiritualité personnelle, une interprétation du monde, une vision de l'organisation de la société, y compris le monde profane, et un rôle donné à la religion dans l'exercice du pouvoir. » Relisez bien.

    On ne répond pas à l’islamisme par l'islam

    C'est la définition même de l'islam qu'El Karoui nous livre, donnant ainsi raison à Ferhat Mehenni, expliquant « L'islam c'est l'islamisme au repos et l'islamisme, c'est l'islam en mouvement. » Certes, on aurait pu rajouter « radical » à « islamisme » pour mieux distinguer la masse des musulmans paisibles, la frange de ceux qui veulent s'intégrer et puis les activistes, au plan social (les Frères musulmans) ou politique (les djihadistes).

    Mais cela n'aurait rien changé au vice de fond. El Karoui occulte un fait simple ce ne sont jamais les masses qui font l'histoire, mais les minorités agissantes. La progression de l'islamisme dans le monde en témoigne les masses musulmanes sont paisibles, mais se réislamisent, version frériste, wahhabite salafiste turque ou autre, à mesure de la pression mise sur elles. En même temps, cette distinction entre les gentilles masses et les méchants manipulateurs islamistes permet à l'auteur de légitimer la place de l'islam en France et de préconiser pour cet islam français, des « arrangements raisonnables ».

    Ce faisant, le rapport se condamne à apporter de fausses réponses à de vrais problèmes les islamistes poussent avec succès les musulmans à se communautariser autour de leur identité religieuse, à base de voile et de halal ? El Karoui explique que le halal, justement, est devenu économiquement viable. Sa réponse aux islamistes ? Non pas lutter contre ces facteurs d'islamisation, mais taxer le halal pour lever des fonds et organiser, avec ces fonds, le culte musulman « à la française ».

    Cette réponse, apparemment rationnelle, est en réalité une chimère. L'auteur explique lui-même d'ailleurs ce que sa solution a de chimérique l'islamisme, explique-t-il, est une idéologie globale, qui se développe en dehors de tout réfèrent intellectuel occidental... et de tous les cadres administratifs qu'on lui impose. Tous les comités Théodule montés dans cette optique, soit ils ont été retournés par une mouvance islamiste (c'est le cas du CFCM), soit ils sont restés des coquilles vides (Fondation de l'islam de France, version Chevènement). C'est bien cette chimère, l'islam de France, qu'El Karoui ambitionne de mettre en œuvre, car tout le document ne tend que vers ce but sous la houlette d'un président de la République acquis au communautarisme, El Karoui veut organiser la communauté musulmane. Trois rapports en trois ans autour du même thème, dont le dernier est suffisamment anxiogène pour appeler une réponse rapide. Voilà qui s'appelle une véritable campagne de légitimation.

    Mais en même temps, El Karoui semble parfois véritablement écartelé. C'est lui qui souligne la puissance de la propagande mondiale (TV, réseaux sociaux...) et locale (mosquées...). Il indique même d'où cette propagande tire sa force de persuasion « [Les discours islamistes] se présentent comme éminemment rationnels puisqu'ils s'appuient uniquement sur l'étude des textes, l'interprétation littérale du Coran et de la Sunna. » Par cette référence à l'interprétation du Coran, il montre lui-même que combattre l'islamisme parmi les musulmans tient de la gageure. En effet, ce discours rationnel des islamistes, s'il est vraiment fondé sur le Coran comme le dit El Karoui, un musulman ne peut pas s'y opposer.

    L'État au secours de l'islam

    Qu'à cela ne tienne, pour El Karoui. Par une sorte de concordat, c'est l'État qui dominera les contradictions de l'islam. Il financera mosquées et formation des imams « républicains ». Il suffira, assure l'auteur du Rapport, de couper le lien financier entre les pays musulmans et les croyants en France pour conjurer l'islamisme. Comme si Ryad, Alger, Islamabac Doha ou Ankara avaient encore besoin de ce lien physique qu'est l'argent, pour diffuser leur idéologie !

    Bien sûr, El Karoui en appelle aux bonnes volontés musulmanes pour proposer un discours alternatif à celui des islamistes... Mais il explique aussi pourquoi ils ne feront probablement rien. D'où la nécessité de faire le travail à leur place. En bon républicain, il n'oublie pas non plus d'appeler à « repenser la communication de l'État sur les valeurs républicaines », et à faire appel à l'Éducation nationale pour sortir les jeunes des griffes des islamistes.

    Enfin, toute l'ambiguïté du personnage rejaillit dans ses conclusions sur l'Arabie saoudite. Elle est l'une des principales sources du problème « L'Arabie Saoudite exporte officiellement le wahhabisme depuis le années 1960. » Mais elle est aussi la solution El Karoui en est « convaincu », « les réformes entreprises sous l'égide de Mohammed Bei Salmane ne sont pas uniquement politiques mais touchent également la sphère sociale »… et religieuse, ajoute-t-il plus loin. Aussi, les Saoudiens doivent nous aider à résoudre no maux liés au... wahhabisme « la coopération [...] devrait se pencher [...] sur un travail théologique dont l'objectif serait de trouver les bonnes réponses aux concepts émis par les Saoudiens qui posent tant de problèmes en France. »

    Qu'une révolution de palais mal maquillée qui a porté au pouvoir le tenant de la ligne la plus dure de la famille régnante, convainque le brillant normalien, cela suffit à discréditer l'ensemble de son propos.

    Par Richard Dalleau monde&vie 27 septembre 2018

  • Etat de droit : quand la Macronie perquisitionne les deux principaux partis d’opposition

    Etat de droit : quand la Macronie perquisitionne les deux principaux partis d’opposition

    Marine Le Pen
     
    @MLP_officiel

    C’est le but exclusif de ces « enquêtes ». Les droits politiques de l’opposition sont lourdement bafoués. La démocratie se meurt ! MLP

    Marine Le Pen
     
    @MLP_officiel

    Avec cette pseudo affaire des assistants parlementaires, le pouvoir est donc en possession de tous les contenus, notes, contacts, etc., de tous les téléphones et ordinateurs, sur plusieurs années, des deux partis d’opposition à Emmanuel #Macron, le RN et LFI. MLP

    https://www.lesalonbeige.fr/etat-de-droit-quand-la-macronie-perquisitionne-les-deux-principaux-partis-dopposition/

  • Remaniement et travestissement

    cheval-de-troie-du-mondialisme-300x200.jpgDécalé pour ne pas télescoper l’actualité tragique des inondations qui  ont endeuillé le département de l’Aude, le remaniement du gouvernement attendu hier  a finalement été annoncé ce matin. Pressenti pour succéder à Stéphane Travert comme ministre de l’Agriculture, le centriste Marc Fesneau (il était président  des députés MoDem à l’assemblée) remplacera finalement Jean-Christophe Castaner aux relations avec le Parlement. De sources journalistiques paraît-il  bien informées, ce dernier avait menacé Emmanuel Macron de démissionner si sa demande  d’obtention du ministère de l’Intérieur lui  avait été refusée.  C’est chose faite, M. Castaner succède  à Gérard Collomb, flanqué de l’ex  patron de la DGSI,   Laurent Nuñez qui devient  secrétaire d’Etat. Jusqu’alors  « ministre auprès du ministre de l’Intérieur » la centriste Jacqueline Gourault qui n’avait elle non plus pas fait  d’étincelles,  est nommée ministre de la Cohésion des territoires et des Relations avec les collectivités territoriales. Socialiste proche de Manuel Valls, le sénateur de la Drôme, Didier Guillaume, se retrouve pour sa part à la tête du  ministère de l’Agriculture. Enfin en remplacement de François Nyssen, Franck Riester est  nommé ministre de la Culture, il est vrai qu’il coche lui aussi toutes les cases de la bien-pensance : figure  en son temps du lobby gay au sein de l’UMP, rallié au macronisme via son adhésion au  groupe UDI-Agir et Indépendants (UAI) à l’Assemblée nationale dont il est le président, M.  Riester est aussi un  eurofédéraste convaincu. 

    Jean-Michel Blanquer, caution réac du gouvernement selon certains,  reste lui à son poste et cela ne fait pas que des heureux. A l’occasion de la sortie de son livre à charge Blanquer ce monstre froid, TVL recevait le 9 octobre Claude Meunier-Berthelot, juriste de formation ayant fait toute sa carrière au sein de l’éducation nationale. Mme Meunier-Berthelot accuse l’actuel ministre de l’Education dite nationale de mensonges,  de se livrer  à une discrimination positive qui ne dit pas son nom mais assumée au détriment des petit Français de  souche.  «Tous les dispositifs salutaires pour le système éducatif » affirme-t-elle (méthode de lecture traditionnelle, dédoublement des classes, enseignement du grec, du latin, délivrance d’un savoir structuré, exigences des maîtres vis-à-vis des élèves …) sont réservés  aux seuls   Réseaux d’éducation prioritaire (REP), c’est-à-dire pour l’essentiel  aux  enfants issus de l’immigration.

    Or ajoute-t-elle, lesdits dispositifs sont présentés faussement par  M. Blanquer comme applicables pour tout le monde. Pourquoi ces méthodes efficaces, de l’aveu même de l’ex ministre  Vincent  Peillon qui s’est bien gardé de les mettre en oeuvre, ne devraient elles pas bénéficier  aussi à nos chères têtes blondes dans nos écoles publiques? s’interroge encore  Mme Meunier -Berthelot. Elle y voit en fait la continuation d’un vœu  formulé par   Mme Najat Vallaud-Belkacem  qui voulait faire des enfants issus de l’immigration non européenne  «l’élite de la nation » et les autres des «laissés pour compte» , projet inscrivant, croit-elle savoir,  dans le cadre plus général d’une « politique de grand remplacement »

    Immigration massive, paupérisation économique des petits blancs , affaissement de l’autorité des enseignants, nivellement par le bas au nom des préceptes du gauchisme culturel et nous pourrions ajouter avec Bruno Gollnisch le délitement de la cellule familiale et le climat d’abrutissement généralisé véhiculé par les écrans, les  divertissements de masse,  impactent mécaniquement   la construction morale et intellectuelle des plus jeunes… Ce  sont toutes ces réalités  note   E&R,  que  Jean-Michel Blanquer, maniant  souvent l’euphémisme car il ne peut ou ne veut tout dire, a pointé du doigt dans l’entretien qu’il a accordé lundi au quotidien  gratuit  20 minutes. 

    Il y commentait « les résultats d’une évaluation nationale  de CP et CE1 réalisée cette année», enregistrant « la baisse du niveau scolaire en primaire, le primaire qui est la mère de toutes les batailles». «Selon les premiers résultats, 23 % des élèves en début de CP ont des difficultés à reconnaître les lettres et le son qu’elles produisent. Et 30 % des élèves de CE1 lisent moins de 30 mots par minute, alors que l’objectif national est de 50 mots. 49 % des élèves de CE1 ont des difficultés en calcul mental et 47 % ont des soucis pour résoudre des problèmes. »  Une chute qualitative qui explique  aussi la multiplication des écoles privées  et hors-contrat choisies par les parents  pour permettre à leurs enfants dans certaines zones   d’échapper au nivellement, à la médiocrité (et après les écoles catholiques, les établissements musulmans commencent à essaimer…). Ecoles    qui sont  souvent aussi autant de manifestations si ce n’est du refus, du moins de l’échec du vivre-ensemble…

    Le style c’est l’homme disait Buffon  est celui-ci doit aussi  s’apprendre au sein des familles chargées bien plus de l’éducation de leur progéniture que l’Etat qui devrait en assurer plus simplement l’instruction.  A cette aune, l’éducation au bien-manger, laquelle fait (faisait?) pleinement partie de notre culture nationale, est essentielle  tant il est vrai que  les ravages de la mal-bouffe se font sentir au physique comme au mental dans nos sociétés dites avancées. Certes le phénomène n’est pas nouveau, mais aux Etats-Unis,  dans ce pays phare de l’Occident dont les évolutions (involutions) finissent souvent par aborder nos rivages,  il ne cesse de prendre des proportions inquiétantes.

    RTL se  faisait l’écho d’un  tout récent rapport du Pentagone qui indique  que « pour la première fois depuis 2015, l’armée de Terre n’a pas recruté autant de jeunes qu’elle l’aurait voulu cette année », car « aujourd’hui, près d’un tiers des jeunes Américains sont trop gros pour servir dans les forces armées, a déclaré le général à la retraite Samuel Ebbesen (…). Le surpoids chronique des jeunes Américains affecte leur capacité à rejoindre les forces armées, ainsi que leur effectivité au combat (…). Selon des chiffres du Pentagone datant de 2015, 71% des Américains, âgés de 17 à 24 ans, ne sont pas qualifiés pour servir dans l’armée pour des raisons de surpoids, de niveau d’éducation insuffisant, de passé criminel ou d’usage de stupéfiants. Près d’un tiers d’entre eux ne peuvent s’enrôler à cause de leur obésité (31%).  »

    D’un écroulement  et d’une uniformisation  l’autre,   la dictature du cool et de l’informe en matière vestimentaire, l’effacement  des identités nationales, culturelles par  la globalisation des styles contaminant le monde entier,  illustrent aussi visuellement  le relâchement   de nos sociétés. Notamment sous nos latitudes  par l’abandon des symboles  d’autorité  (comme la cravate),  de masculinité mais aussi de féminité,  par la promotion de la mode unisexe et/ou interchangeable,   non genrée comme disent nos modernes cuistres et autres (pseudo) féministes.

    Tout cela au nom d’un égalitarisme porté au pinacle, d’un désir malsain d’horizontalité.   Ou pour contourner plus hypocritement les problèmes générés par  l’afflux sur notre sol de populations nouvellement venues  ayant du mal à accepter une trop grande mise en avant de la féminité dans l’espace public … Si l’on en croit Cicéron  le visage est le miroir de l’âme, mais  Henri Michaux notait aussi dans Un barbare en Asie (1933)  que  « l’habillement d’un peuple dit beaucoup plus long sur lui que sa poésie (…). L’habillement  est une conception de soi qu’on porte sur soi. Qui songerait à porter quelque chose qui lui est contraire et qui le contredit constamment? » Certes, Michaux ne pouvait peut-être pas  appréhender il y a  85 ans les effets de la rééducation, de la   propagande insidieuse véhiculée par  le matraquage publicitaire et nos leaders d’opinion(s)…

    https://gollnisch.com/2018/10/16/remaniement-et-travestissement/

  • Clandestins à Ouistreham : une situation bientôt apocalyptique ?

    bruno-hirout-ouistreham-3.jpg

    Ouistreham dans le Calvados, charmante cité balnéaire de Normandie, subit depuis 2016 une véritable invasion migratoire. La ligne de ferry qui relie Ouistreham à Portsmouth est régulièrement la cible des clandestins bien décidés à passer au Royaume Uni. Face à cette situation dramatique, les habitants se sont regroupés dans un mouvement de résistance avec l’association pour le Retour au Pays des Expatriés  (ARPE).

    Vous avez fondé à Ouistreham l’ARPE, Association pour le Retour au Pays des Expatriés. Pourquoi avoir choisi ce nom ?

    ARPE : Nous avons choisi ce nom, parce qu’on nous reproche souvent d’être « contre les migrants », alors que ce que nous demandons, c’est au final une solution très simple et de bon sens : le rapatriement des expatriés.

    Lire la suite

  • Gauche antimigrants en Allemagne, une fable médiatique française ?

    Un spectre hante Jean-Jacques Bourdin : « J’ai vu l’émergence en Allemagne — ça m’interroge, d’ailleurs — de cette extrême gauche anti-immigrés ! », s’exclame le journaliste le 4 septembre 2018 sur RMC. Ce jour-là, à Berlin, Mme Sahra Wagenknecht, députée de Die Linke (La Gauche), accompagnée de personnalités issues des Verts et du Parti social-démocrate, présente à la presse Aufstehen (Debout). Inspiré de La France insoumise, ce mouvement espère mobiliser les déçus de la politique et réunir une coalition majoritaire « pour le désarmement et la paix, pour de meilleurs salaires, de meilleures retraites, une fiscalité plus juste et plus de sécurité ; pour plus d’investissements publics dans la formation et les infrastructures », selon l’appel fondateur (1).

    Mais, comme Bourdin, la presse française raconte une tout autre histoire : « Allemagne : un mouvement de gauche s’empare du créneau antimigrants » (Agence France-Presse, 4 septembre) ; « Allemagne, une gauche antimigrants émerge » (Le Monde, 4 septembre) ; « Debout, le nouveau parti allemand, se veut de gauche et antimigrants » (RT, 4 septembre) ; « création d’une force de gauche antimigrants en Allemagne » (France Inter, 5 septembre) ; « Allemagne : naissance d’un nouveau mouvement de gauche anti-immigration » (Les Échos, 5 septembre) ; « Vers une nouvelle gauche antimigrants en Europe ? » (La Vie, 6 septembre) ; « Aufstehen, un mouvement de gauche hostile à l’immigration » (Le Figaro, 8-9 septembre) ; « une dirigeante d’extrême gauche crée un parti antimigrants » ; (L’Obs, 13 septembre) ; « un mouvement antimigrants » (Politis, 13 septembre), etc.

    Problème : le texte fondateur d’Aufstehen ne contient pas la moindre considération hostile aux migrants. Si les auteurs tiennent pour « irresponsable la manière dont le gouvernement de Mme Merkel traite les défis de l’immigration », ils appellent à « garantir le droit d’asile pour les réfugiés ».Et, surtout, ils parlent d’autre chose. De « renationalisations », de « démocratie directe »,d’écologie. La question migratoire ? « Ce n’est pas notre sujet central », a insisté Mme Wagenknecht lors de la conférence de presse du 4 septembre. « Notre approche commune consiste à remettre les questions sociales à l’ordre du jour. »

    Un tel objectif contredit frontalement le récit auquel médias et partis dominants aimeraient réduire le débat public. Celui d’une Europe clivée entre méchants populistes et gentils libéraux — tous adeptes du marché. Chaque proposition politique qui échappe à cette fausse dichotomie y sera rattachée de force par une glu de « faits alternatifs ». Quand, au Royaume-Uni, M. Jeremy Corbyn réoriente le Labour à gauche, la presse le soupçonne d’antisémitisme parce qu’il soutient la cause palestinienne. Quand, en Allemagne, Mme Wagenknecht annonce la création d’Aufstehen, Laurent Joffrin l’accuse dans Libération (10 septembre) d’« imiter le discours de l’extrême droite ». En matière migratoire, la cofondatrice d’Aufstehen milite à la fois pour un renforcement du droit d’asile et pour une régulation de l’immigration de main-d’œuvre : elle s’oppose à l’ouverture totale des frontières. Cette position alimente un vif débat au sein de la gauche. Minoritaire au sein de Die Linke, elle rejoint celle de M. Bernie Sanders aux États-Unis — « Ouverture des frontières ? C’est une proposition de droite [qui] rendrait chacun en Amérique plus pauvre ! », a-t-il expliqué (Vox, 28 juillet 2015).

    Les journalistes qui feignent l’indignation à l’écoute de Mme Wagenknecht ne peuvent ignorer que la plupart des partis européens appuient une politique beaucoup plus restrictive. En 2017, le candidat Emmanuel Macron promettait d’« accueillir dignement les réfugiés qui ont droit à la protection de la France. Les autres seront reconduits sans délai vers leur pays afin qu’ils ne deviennent pas des immigrés clandestins (2». Aucun média français n’avait alors décrit En marche ! comme un « mouvement antimigrants ». Et Libération titrait en « une » (6-7 mai 2017) : « Faites ce que vous voulez, mais votez Macron ».

    http://www.fdesouche.com/1088787-gauche-antimigrants-une-fable-mediatique

  • Seconde Table-ronde consacrée à la nécessaire réinformation

    IMG_4263.JPG

    Table-ronde dirigée par Luc Pécharman

    au cours de laquelle passèrent dans l'ordre :

    Marie-Jeanne Vincent du site "Nous sommes partout"

    Voir la suite

  • « C’est OK d’être blanc » : des ministres australiens ont voté pour un projet de motion destiné à combattre le racisme anti-Blanc

    Les appels à la démission se multipliaient lundi en Australie contre le ministre des Affaires indigènes et plusieurs de ses collègues après leur vote en faveur d’un projet de motion parlementaire déclarant que « c’est OK d’être blanc ».

    Plusieurs ministres, dont celui des Affaires indigènes Nigel Scullion et ceux du Commerce et des Communications, ont apporté leur soutien à un projet de motion rédigé par la sénatrice populiste Pauline Hanson et destiné à combattre le « racisme anti-Blanc ».

    Luke Pearson, le fondateur d’un influent groupe antiraciste, IndigenousX, s’est fait l’écho d’une série d’appels à la démission lancés contre M. Scullion après que le Sénat eut rejeté le texte de justesse.

    « En votant pour ce qui est largement connu comme étant un slogan suprémaciste blanc, +c’est OK d’être blanc+, le ministre des Affaires indigènes s’est mis dans une position intenable en tant que ministre. Il faut qu’il démissionne », écrit M. Pearson.

    M. Scullion, sénateur blanc pour les Territoires du Nord, détient le portefeuille des Affaires indigènes depuis 2013.

    « Une phrase aussi simple devrait aller de soi », a argué la sénatrice Hanson pendant les débats, avant que son texte ne soit défait par 31 voix contre 28. « Mais je soupçonne que de nombreux membres de cette chambre auraient du mal à le dire ».

    (…) Romandie.com

    http://www.fdesouche.com/1088501-cest-ok-detre-blanc-des-ministres-australiens-ont-vote-pour-un-projet-de-motion-destine-a-combattre-le-racisme-anti-blanc

  • La paupérisation... par l'impôt

    L’humoriste Alphonse Allais disait : « Il faut prendre l’argent là où il se trouve : chez les pauvres. D’accord, ils n’en ont pas beaucoup, mais ils sont si nombreux ! »

    Cette maxime est aujourd'hui largement appliquée par les gouvernements successifs qui se sont juste permis d'y adjoindre la classe moyenne. Celle-ci ayant eu tendance à s'accroître et engraisser avec les Trente Glorieuses, elle est en effet devenue la cible privilégiée de la nouvelle fiscalité. D'où le phénomène actuel constaté d'une paupérisation par l'impôt de cette classe moyenne, fragilisée de s'être trop enrichie pour échapper à l'impôt mais pas suffisamment riche pour justement pouvoir y échapper par la niche fiscale ou l'expatriation. Rappelons que si seulement 43 % des 38 millions de foyers fiscaux paient l'impôt sur le revenu, c'est aussi parce que sur les 22 millions qui en sont exemptés, sans doute un tiers l'est grâce aux divers mécanismes d'optimisation fiscale dont beaucoup sont réservés aux revenus les plus importants. Tout le monde n'a pas les moyens de se créer du déficit...

    Quoi qu'il en soit, cette spoliation fiscale de la classe moyenne prend sous Macron de nouvelles formes. D'abord, l'attaque contre l'immobilier. Ensuite, les efforts demandés aux retraités et futurs retraités. Enfin, le prélèvement à la source qui livre les petits contribuables pieds et poings liés à l'Etat.

    Concernant l'immobilier, Emmanuel Macron affirme vouloir favoriser l'investissement et sanctionner fiscalement la rente, improductive selon lui. Il amalgame donc rente et immobilier, d'une part, investissement et capital financier, d'autre part. Autrement dit, la relance macronienne passe par un allégement de la fiscalité financière compensé par un alourdissement de la fiscalité immobilière. Or, l'immobilier constitue souvent l'essentiel du patrimoine des Français moyens alors que les capitaux restent entre les mains d'un petit groupe au caractère oligarchique et au profil plus international. D'où le matraquage fiscal de la classe moyenne auquel on assiste aujourd'hui, coincée en France avec son immobilier, pendant que l'élite financière est préservée, au motif qu'elle est censée investir et que, surtout, elle peut à tout moment s'exiler si la pression fiscale s'accentue.

    La tranche la plus fragile de la classe moyenne-supérieure

    Dans les faits, on voit donc la fiscalité des plus hauts revenus financiers descendre de 60 % à 30 % avec le prélèvement forfaitaire unique, pendant que la fiscalité immobilière augmente, notamment avec le passage des prélèvements sociaux de 15,5 à 17,2 % qui touche avant tout les ménages les plus modestes. Ainsi, un couple de retraités non imposable et qui arrondit ses fins de mois avec la location d'un petit studio loué 300 € voit son imposition passer de 46,5 € à 51,6 €, ce qui peut paraître faible mais représente plus de 10 % d'augmentation...

    Avec l’IFI, Macron s'attaque cette fois-ci à ce que l'on peut appeler le ventre mou des patrimoines aisés ou, plus exactement, la tranche la plus fragile de la classe « moyenne-supérieure », celle dont le patrimoine repose avant tout sur un immobilier peu rentable et surtout peu mobile. Les hautes fortunes sont pour leur part ravies de ne plus acquitter d'ISF sur leurs biens financiers et peu leur chaut de payer encore un solde d’IFI sur leur résidence principale, secondaire, voire tertiaire qui, mises bout à bout représentent une part infime de leur patrimoine.

    La classe « moyenne-supérieure » voit donc son patrimoine s'étioler sous les coups de boutoir de l'IFI et des taxes foncières et finira sans doute par vendre des immeubles parfois de famille qui partiront alors dans l'escarcelle d'on ne sait qui ou d'on ne sait quoi, situé on ne sait où.

    Finies les remises gracieuses

    Quant aux retraités, tous, dès environ 22 000 € de revenus annuels pour un couple, subissent depuis le 1er janvier la fameuse hausse de CSG de 6,6 à 8,3 %. Or, il est évident que cette augmentation est plus durement ressentie par les petits dont le superflu est faible.

    Et si les petits salariés ont pu compenser la hausse de la CSG par une baisse des cotisations sociales, celle-ci est bien partie pour n'être que temporaire comme l'annonce l'augmentation des cotisations AGIRC-ARRCO au 1er janvier prochain, à l'occasion de la fusion des deux caisses. Les retraités de demain, à la différence des retraités actuels, continuent donc d'avoir des cotisations qui augmentent pour des prestations à venir qui ne cessent de baisser... Ce souci n'est pas celui des dirigeants qui bénéficient en général de retraites maison ou constituées lors de leur parcours à l'étranger et qui garantissent en principe le remplacement de tout ou partie de leur rémunération actuelle.

    Enfin, le prélèvement à la source n'arrangera pas l'affaire de ces petits contribuables pour qui l'impôt représente la charge de trop. Car comment déposer une remise gracieuse lorsque l'impôt a déjà été prélevé ? Les 200 000 démarches initiées annuellement en matière d'impôt sur le revenu risquent de s'estomper dans les années à venir, au grand soulagement de Bercy.

    Manuel Calambra monde&vie  27 septembre 2018

  • Matteo Salvini a ordonné le transfert des migrants installés illégalement dans le village de Riace

    salvini_1528096636-600x338.jpg

    Matteo Salvini poursuit son coup de force contre Riace, cette petite commune de Calabre dont il qualifie d’illégale la politique d’accueil des migrants.

    Le ministre italien de l’Intérieur a ordonné samedi le transfert des quelques 200 migrants du village vers des centres d’hébergement plus grands dès la semaine prochaine.

    Le maire de Riace, Domenico Lucano, sympathisant communiste, a été arrêté et assigné à résidence au début du mois. Il est accusé d’aide à l’immigration clandestine. Mais ce dernier tient tête et affirme que les migrants resteront dans son village :

    Ils ne partiront pas parce qu’ils n’ont pas d’endroit où aller avec leurs enfants. Il y a beaucoup de familles dans ce cas-là. Dernièrement, quelqu’un est parti parce qu’il y avait beaucoup d’incertitude, mais la majorité d’entre eux n’ont pas d’endroit où aller.

    Le bras de fer ne fait que commencer entre Salvini et le maire pro-migrants.

  • Faites comme Diam’s ! N’hésitez plus !

    Faites comme Diam’s ! N’hésitez plus !

    D’Yves Daoudal :

    L’ancienne rappeuse Diam’s, qui avait défrayé la chronique par sa conversion tapageuse à l’islam voilé, s’est installée en Arabie saoudite, où elle est très heureuse.

    Exemple à suivre par toutes les musulmanes enfoulardées…

    S’il vous plaît. Dans ce pays-là personne ne vous fera de remarques désobligeantes, personne ne vous regardera de travers. Et vous pourrez même assez facilement devenir princesse… Faites comme Diam’s ! N’hésitez plus !

    https://www.lesalonbeige.fr/faites-comme-diams-nhesitez-plus/

  • Génération Identitaire occupe les locaux de SOS Méditerranée !

  • 12e JNI, quelques photos de la matinée...

    IMG_4324.1.jpg

    Carl Lang, Roland Hélie, Alain Escada

    IMG_4320.1.jpg

    Des stands très fréquentés

    201812.jpg

    Carl Lang à la rencontre des participants

    201814.jpg

    Pendant la table-ronde du matin

    201821.jpg

    Jean-François Touzé, Thomas Joly et Daniel Conversano

    http://synthesenationale.hautetfort.com/

  • Retraites : 25 ans de vie active et 25 ans de réformes anxiogènes. Stop !

    grandparents_grandmother_people_happy_family_senior_outdoors_portrait-1283525.jpgd_-1-845x475.jpeg

    Avec ma femme, nous sommes rentrés dans la vie active il y a vingt-cinq ans. Elle dans la fonction publique. Moi dans le privé. Elle est enseignante et elle comptait, comme ses parents, faire une carrière qui lui permettrait aussi d’avoir des enfants, de les élever et de pouvoir partir, grâce aux avantages familiaux et au dispositif de départ anticipé pour les mères d’au moins trois enfants, avant 60 ou 62 ans. Surtout en voyant ce que devient le métier d’enseignant.

    Or, quand nous avons commencé, dès le premier jour de son accueil à l’IUFM (ancien nom des ESPE d’aujourd’hui), le 1er septembre 1994, à à peine 23 ans, la question de la retraite lui était d’emblée lancée à la figure, avant même d’avoir travaillé ! On lui conseillait de souscrire à une complémentaire retraite, le CREF. Jeune et inquiète, elle souscrivit. On arrêta les frais très vite : ce CREF, mal géré par des mutualistes socialistes véreux, étant un puits sans fond qui ne lui garantirait rien.

    Quant à moi, j’étais concerné par la réforme Balladur qui me disait que ma retraite serait calculée, non plus sur les dix meilleures années de ma carrière mais les vingt-cinq. Le message était clair : retraite laminée. Puis les réformes AGIRC-ARRCO. Et toutes les autres.

    Puis arriva la réforme Fillon de 2003. Au nom de l’égalité et de l’alignement avec le privé, tous les avantages familiaux sur lesquels ma femme pensait pouvoir compter ont été rognés, voire supprimés. Allongement de la durée de cotisation, décote, fiscalisation et puis suppression (par une extinction progressive) du dispositif de départ anticipé. Adieu l’espoir que notre effort démographique, nos quatre enfants élevés tout en travaillant tous les deux, apporte à ma femme quelque compensation méritée. François Fillon remit ça en 2010. En 2017, il voulut se faire passer pour le représentant de la droite familialiste. Dans son examen de conscience sur sa défaite de 2017, il y a un aspect qu’il n’a peut-être pas médité : la colère des femmes, et des mères fonctionnaires, dont il a considérablement dégradé les droits à pension. Alors, c’est certain, les avantages de Penelope, pour ces femmes-là, qui avaient de la mémoire, ça ne passait pas.

    Les Français comme nous n’étaient pas opposés à toute réforme, par nature. Le problème, c’est que ceux de notre génération, depuis vingt-cinq ans, n’ont jamais eu aucune visibilité sur leur retraite et ont été sommés de subir les réformes les unes après les autres, sans savoir à quoi ressemblerait la misère qui les attendrait à 62 ans ou plus, une misère nommée retraite. Il est quand même inouï que, dans un pays si avancé que la France, qui ouvre très rapidement des droits nouveaux, précis, à des catégories de population minoritaires (mariage homosexuel et bientôt PMA), on soit incapable d’assurer pour la retraite un avenir lisible et décent à des parents qui travaillent depuis vingt-cinq ans tout en élevant leurs enfants. Cela est particulièrement anxiogène et incite à la révolte.

    L’âge de la retraite a sans cesse été reculé, le montant de la pension toujours revu à la baisse, les quelques avantages familiaux supprimés ou réduits.

    Et on nous demande, aujourd’hui, de croire et d’adhérer à la réforme Macron qui se veut, comme les autres depuis vingt-cinq ans, LA bonne et LA dernière ? Et on va encore demander de faire des efforts aux parents de familles nombreuses qui, eux, ont fait l’effort d’assurer le renouvellement des générations ? Et pour qui ? Pour accueillir davantage de migrants ? Pour que la Sécu puisse rembourser des PMA aux couples nouvelle formule qui veulent avoir des enfants sans père ? Il n’est, d’ailleurs, pas anodin que M. Macron ait confié à M. Delevoye le soin de fabriquer cette réforme : cet ex-ministre chiraquien de 71 ans n’aura cessé, pendant toute sa carrière, notamment au Conseil économique et social, d’accorder de nouveaux droits aux minorités. Aujourd’hui, il est chargé de finir le travail, et de réduire les nôtres.

    Avec ce point, ce fameux point dont on ne sait pas ce qu’il vaudra, comme une action en Bourse, et qui pourra tendre vers pas grand-chose, l’anxiété ne va faire que grandir parmi les actifs qui cotisent depuis vingt-cinq ou trente ans et ont élevé leurs enfants. Aussi bien les hommes que les femmes, le public que le privé, les gens de gauche comme de droite.

    Eh bien, pour moi aussi, ce coup-ci, la réforme des retraites, ce sera non.

    Dominique Monthus

    http://www.bvoltaire.fr/retraites-25-ans-de-vie-active-et-25-ans-de-reformes-anxiogenes-stop/

  • Immigration : et si on arrêtait de mentir ?

    Immigration : et si on arrêtait de mentir ?

    Rattrapés par la réalité, et voyant comment les gouvernements des pays voisins basculent les uns après les autres à cause de l’immigration, nos médias seraient-ils prêts à arrêter de désinformer ?

    https://www.lesalonbeige.fr/immigration-et-si-on-arretait-de-mentir/