Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

actualité - Page 8

  • “Entre salafisme et transhumanisme : les idées humanistes devenues folles”, par Henri Feng

    Le 15 octobre, le palais Bourbon a adopté, sans difficulté, la loi de bioéthique autorisant la Procréation Médicalement Assistée, et ce, an dépit de la manifestation anti-PMA/anti-GPA, in fine anti-transhumaniste, du dimanche 6 octobre. Au même moment, on a assisté à l’énième retour de la polémique sur le voile islamique (la première date de 1989 et concernait trois collégiennes musulmanes de Creil), cette dernière provoquée par Julien Odoul, conseiller régional RN en Bourgogne Franche-Comté : le vendredi 11 octobre, celui-ci avait interpellé sa présidente de séance à cause de la présence d’une mère voilée, quasi-intégralement, en noir (sauf le visage), dans le cadre d’une sortie scolaire. Odoul avait signifié, en substance, qu’un tel habillement contrevenait, non pas sur la forme mais sur le fond, à la loi Savary de 1984, loi garantissant la neutralité religieuse dans le cadre républicain. Il s’agissait surtout de faire la démonstration de l’allégeance de cette femme au salafisme ; le tout filmé par les équipes de l’élu RN, mais ce qui n’a pas manqué d’agacer son propre camp politique. Depuis lors, Odoul est dépeint par, entre autres, le journaliste Hugo Domenach du Point (article du 17 octobre), en pur opportuniste car étant passé successivement du PS à l’UDI, sans compter ses apparitions dans des magazines gay, à 21 ans.

    Lire la suite

  • Eric Zemmour : “Jérôme Salomon veut dissimuler l’incompétence du pouvoir”

    jerome-salomon-image.jpg

    Dans l’émission “Face à l’info” (CNews) du 26 mars 2020, Eric Zemmour a pointé du doigt Jérôme Salomon qui “veut dissimuler l’incompétence du pouvoir“.

    Par ailleurs, une plainte va être adressée au parquet de Paris. Elle est déposée par trois médecins qui reprochent au directeur général de la Santé des manquements dans la gestion de la crise sanitaire.

    Selon les plaignants, des mesures plus strictes auraient dû être prises “avant le 13 mars 2020“, ce qui “aurait sans nul doute permis de juguler l’épidémie en réduisant le nombre de personnes contaminées, et donc de personnes susceptibles de contaminer les autres“.

    https://fr.novopress.info/217251/eric-zemmour-jerome-salomon-veut-dissimuler-lincompetence-du-pouvoir/

  • L’insécurité juridique va monter d’un cran

    L’insécurité juridique va monter d’un cran

    Muriel Pénicaud, ministre du Travail, était l’invitée du Grand Jury RTL/Le Figaro/LCI, ce dimanche. Elle est revenue abondamment sur le dispositif de chômage partiel que le gouvernement met en place – et qui semble, a priori, une bonne idée:

    Je redis aux entreprises : ne licenciez pas, utilisez le chômage partiel. Vous garderez vos compétences et vous ne mettrez pas vos salariés au chômage. Même pour un seul salarié, le chômage partiel marche.

    Mais “en même temps”, elle ajoute ceci, qui fait peser une épée de Damoclès sur la tête des entrepreneurs:

    Toutes les demandes qui n’ont pas eu de réponse en 48 heures sont réputées acquises et on fera les contrôles a posteriori.

    Si l’on comprend bien, cela signifie que l’on peut avoir la double peine: être contraint à arrêter son activité aujourd’hui, et devoir rembourser demain. Il semble que la ministre ait dit cela pour rassurer les Français. C’est en effet très rassurant!…

    https://www.lesalonbeige.fr/linsecurite-juridique-va-monter-dun-cran/

  • Mécanisme européen de stabilité : la France ne doit pas accepter le “pacte faustien” de l’Union européenne !

    image.jpg

    Bernard Monot Valeurs actuelles cliquez là

    Ancien député européen de Debout La France, stratégiste économique, Bernard Monot tire la sonnette d’alarme : alors que l’on pensait la France libérée du joug budgétaire de la Commission européenne à la suite de l’annonce récente de la présidente Ursula von der Leyen de l’activation de “la clause de souplesse budgétaire”, notre pays s’apprête à passer sous tutelle budgétaire totale du funeste Mécanisme européen de stabilité (MES). Tribune.

    Pendant que l’opinion publique est très préoccupée, à juste titre, par la catastrophe sanitaire du coronavirus, il règne au plus niveau de l’Etat comme un esprit de piraterie contre les Français. Certes, en apparence le gouvernement d’Edouard Philippe semble faire preuve de bienveillance pour endiguer à court terme, l’aggravation de la crise économique, avec une garantie bancaire de l’Etat de 300 milliards d’euros pour répondre aux demandes de crédits des agents économiques aux difficultés de trésorerie préjudiciable à l’activité et à l’emploi et les 45 milliards d’euros de mesures de soutien budgétaire à l’économie réelle par reports de charges fiscales/sociales et de refinancement des stabilisateurs automatiques pour soutenir la demande/ consommation (les revenus des ménages) et l’offre /production (la main-d’oeuvre).

    Lire la suite

  • Virage à 180° du gouvernement et victoire pour le Professeur Raoult : l’hydroxychloroquine peut être prescrit par tout médecin comme traitement du coronavirus

    Le Professeur Didier Raoult a gagné son bras de fer contre le gouvernement de la Macronie. Le traitement qu’il préconisait depuis le début de l’épidémie de coronavirus peut enfin être prescrit par tous les médecins.

    JORF n°0074 du 26 mars 2020
    texte n° 31

    Décret n° 2020-314 du 25 mars 2020 complétant le décret n° 2020-293 du 23 mars 2020 prescrivant les mesures générales nécessaires pour faire face à l’épidémie de covid-19 dans le cadre de l’état d’urgence sanitaire

    NOR: SSAZ2008362D

    Le Premier ministre,
    Sur le rapport du ministre des solidarités et de la santé,
    Vu la directive (UE) 2015/1535 du Parlement européen et du Conseil du 9 septembre 2015 prévoyant une procédure d’information dans le domaine des réglementations techniques et des règles relatives aux services de la société de l’information, et notamment la notification n° 2020/162/F ;
    Vu le code de la santé publique, notamment ses articles L. 3131-15, L. 5121-8 et L. 5123-2 ;
    Vu le code de la sécurité sociale, notamment ses articles L. 162-17 et R. 160-8 ;
    Vu la loi n° 2020-290 du 23 mars 2020 d’urgence pour faire face à l’épidémie de covid-19, notamment son article 4 ;
    Vu le décret n° 2020-293 du 23 mars 2020 prescrivant les mesures générales nécessaires pour faire face à l’épidémie de covid-19 dans le cadre de l’état d’urgence sanitaire ;
    Vu les recommandations émises par le Haut conseil de la santé publique le 24 mars 2020 ;
    Vu l’urgence,
    Décrète :

    Lire la suite

  • #COVID19 : LE PLAN D’ACTION DE LA DISSIDENCE FRANÇAISE

    3165073254.pngCommuniqué de la Dissidence française :

    Le 24 janvier 2020, la France devenait le sixième pays touché par l’épidémie de coronavirus. Deux mois plus tard, notre pays compte plus de 20 000 cas dépistés et près de 900 décès imputables au COVID-19. La France est confinée, son personnel soignant est mobilisé en première ligne face à l’épidémie, son économie est à l’arrêt, et les inquiétudes grandissent.

    Cette situation inédite impacte l’ensemble de la société française et laisse entrevoir un terrible bilan, tant humain qu’économique, à l’issue de cette crise pandémique. D’ores et déjà, il convient de tirer les premières conclusions de cet évènement et de formuler des propositions de sortie de crise.

    Les pouvoirs publics ont tardé à agir. Le gouvernement d’Emmanuel Macron a failli à sa responsabilité et a multiplié les fautes et les erreurs. Sa gestion calamiteuse de la pandémie restera - à l’instar de celle de la catastrophe de Lubrizol - comme l’un des plus graves scandales sanitaires de son mandat.

    Les propositions formulées par la majorité et le gouvernement sont insuffisantes. La situation critique dans laquelle se trouve notre pays ne doit pas laisser la place à la polémique, mais plutôt appeler des mesures d’un autre ordre, tant à court terme - pour ce qui concerne la gestion de l’épidémie proprement dite - qu’à moyen et long terme - pour ce qui concerne la résilience de la société et la préparation aux crises à venir.

    Force d’opposition, mais aussi force de proposition et de recours, la Dissidence Française présente aujourd’hui son plan d’action « Urgence Pandémie » pour faire face aux défis que révèle cette crise sanitaire.

    Vincent Vauclin

    Président de la Dissidence Française

    Plan d'urgence de la DF cliquez ici

    http://synthesenationale.hautetfort.com/

  • Confinement : la vengeance de l’enfant-gâté

    IMG_0154.jpeg

    « Jusqu’où un gouvernement incompétent et déconsidéré peut-il aller ? »

    Entretien avec Philippe Randa, directeur du site de la réinformation européenne EuroLibertés.

    (Propos recueillis par Guirec Sèvres)

    Le confinement est prolongé pour (au moins) 15 jours ; c’était prévisible, non ?

    Oui, tout le monde l’annonçait pratiquement depuis le début de la première période. Comme le gouvernement et certains médecins ont fait ensuite de la surenchère alarmiste sur l’ampleur de la propagation de la maladie, expliquant qu’on n’est qu’au début de « l’épreuve », que « Les Français doivent se préparer à un effort long » (Edouard Philippe), on voit mal par quel coup de baguette magique tout aurait été si rapidement terminé.

    Vous ne vous prononcez pas sur l’utilité du confinement (entretien à Synthèse nationale du 20 mars dernier), mais vous semblez tout de même très sceptique à ce sujet…

    Lire la suite

  • « Je ne laisserai personne dire… » : personne, c’est 80 % des Français !

    36333082194_5f6ffc270c_b-845x475.jpg

    L’Histoire, l’Histoire, les faits, les dates et les interprétations. Et les reconstructions, les relectures, les personnages que l’on efface des photos, ceux qui apparaissent tardivement pour dire « J’y étais », les événements que l’on passe sous silence. Ainsi va l’Histoire, depuis toujours. L’Histoire, son processus et son procès.

    L’Histoire retiendra qu’en ce samedi 28 mars 2020, onze jours après le début du confinement en France, le Premier ministre a voulu essayer d’effacer les accusations de retard, d’impréparation et de mensonges qui s’imposent de plus en plus dans l’esprit des Français devant l’ampleur de la catastrophe.

    Lire la suite

  • Coronavirus: en plus d’avoir accordé des centaines de millions d’euros d’aide à la Tunisie et au Maroc, l’UE va aider l’Algérie et d’autres pays du « Maghreb et du sud de la Méditerranée »

    Après les annonces de don de 450 millions d’euros au Maroc et de 250 millions d’euros à la Tunisie dans le cadre de la lutte contre le Coronavirus, le chef de la diplomatie espagnole Arancha Gonzalez Laya aurait déclaré, selon le média algérien DzairDaily, que l’Europe préparait un plan d’aide destiné aux pays du « Maghreb et du Sud de la Méditerranée » afin d’endiguer la pandémie de Coronavirus. En effet, le 26 Mars, le président Emmanuel Macron avait notamment déclaré sur Twitter : « Nous allons lancer une initiative forte en soutien à l’Afrique face au virus. » 

    Alors que plusieurs pays d’Europe, notamment l’Espagne et l’Italie, sont gravement touchés et dépassés par l’épidémie de Coronavirus et font appel à l’aide de pays comme la Russie ou Cuba, l’Union européenne brille une fois de plus par son sens des priorités.


    https://www.tvlibertes.com/actus/coronavirus-apres-avoir-accorde-des-centaines-de-millions-deuros-daide-a-la-tunisie-et-au-maroc-lue-va-aider-lalgerie-et-dautres-pays-du-maghreb-et-du-sud-de-la-mediterranee

  • L'ART DE LA COMÉDIE

    Quelques-heuresle-debut-officiel-G7-Biarritz-president-Republique-expliquera-enjeux-sommet-television_0_730_490.jpg

    Michel Onfray cliquez ici

    Le président de la République des mots.
    Chacun l’aura compris, Emmanuel Macron n’est pas un bon président de la République. Il s’avère juste le président des mots, celui qui parle, parle sans discontinuer, celui qui verbigère, qui étourdit à force de paroles, qui s’enivre de mots et voudrait griser son auditoire, tous ses auditoires, avec cette logorrhée qui n’en finit pas, qui n’en finit plus. Il voulait une parole rare ? Elle est pluriquotidienne et dupliquée en éléments de langage partout serinés par ses perroquets de ministres – je ne parle pas de sa porte-parole, un précipité, au sens chimique du terme, de cette logocratie... Il avait promis la rareté de son verbe sous prétexte qu’il ne serait ni Sarkozy ni Hollande. Or, il est le premier sans l’action et le second sans la bonhomie : c’est à la fois un Sarkozy qui ne fait rien d’autre que laisser voguer le bateau maastrichtien et un Hollande méchant qui ne peut s’empêcher de cacher sa nature dès qu’il parle avec un quidam critique dans un bain de foule. Il parle sans cesse et sa parole se montre accablante, démonétisée, dévalorisée. Il n’est pas orateur, mais il croit que son pouvoir hypnotique, celui du serpent qui convoite l’oiseau, fera tomber de la branche tous ceux qui auront entendu sa rhétorique, sa sophistique. Mais il prend sa volubilité pour de l’éloquence, il croit que son amphigouri est une ligne claire, il pense que son bavardage est l’atticisme postmoderne. Il se trompe lourdement ; il trompe lourdement.

    Lire la suite