Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

30/05/2017

Législatives - Céline Jullié (SIEL) : "Un grand réseau très solide est en train de se constituer, au-delà des appartenances"

6a00d83451619c69e201bb09a00d5b970d-250wi.jpgCéline Jullié est candidate du SIEL dans la 2e circonscription des Yvelines. Elle a pour suppléant Me Frédéric Pichon. Elle a accepté de répondre à nos questions.

Vous avez annoncé votre candidature à l'élection législative pour la 2e circonscription des Yvelines sous les couleurs du SIEL. Pourquoi vous lancez-vous en politique ?

Parce que c'est le seul moyen de faire gagner nos idées. Les pétitions finissent au panier, on en a un souvenir cuisant. Les manifs, c'est un catalyseur, mais ça ne suffit pas. Il faut attaquer aussi sur le front parlementaire.  Il y a urgence : la France, notre magnifique patrie, ne tiendra pas longtemps face au délitement des valeurs morales et à l'injonction de haine de soi. Sans compter les attaques extérieures : la dissolution de notre identité dans un machin européen, la vague de porno qu'on refuse de voir pointer à l'horizon, et qui laminera les familles si l'on ne fait rien, la réelle menace démographique due aux naturalisations débridées - si rien n'est fait, les Français enracinés, de culture chrétienne, ne seront plus majoritaires en 2050 - et la menace terroriste islamiste - rendez-vous compte : on se demande qui sera le prochain, c'est atroce.  Les deux dernières menaces sont liées bien évidemment. 

Je me suis levée, et je ne me rassiérai pas ! Après les élections municipales, les départementales, les régionales, j'ai répondu à l'appel de Karim Ouchikh pour les législatives.

D'abord pour mes enfants. Il est d'ailleurs intéressant de noter que nombre de gouvernants européens n'ont pas d'enfants : Emmanuel Macron, mais aussi Angela Merkel et Theresa May, et aussi l’Écossaise Nicola Sturgeon, l’Italien Paolo Gentiloni, le Néerlandais Mark Rutte, le Luxembourgeois Xavier Bettel, le Suédois Stefan Löfven et enfin Jean-Claude Juncker...

Et aussi pour les enfants à naître. Le 17 janvier 1975 (j'avais 11 jours, ouf), en légalisant l'avortement, nous sommes sortis de la civilisation chrétienne. 40 ans après, les témoignages malheureux se font si insistants que la gauche morale a dû bâillonner le peuple avec la loi sur le délit d'entrave ! Peut-on raisonnablement penser que l'on reviendra sur cette loi ? Peut-être pas aujourd'hui en tout cas. Cela ne change rien à ma conviction profonde. Mais il y a beaucoup de choses que l'on peut faire pour aider les femmes en fonction de leurs difficultés : situation financière, instabilité de couple, inquiétude professionnelle... Il y a mille directions pour agir, rassurer, financer, accompagner... En Allemagne, les femmes avortent deux fois moins qu'en France.

Pour le reste, mon action de parlementaire s'inspirera des principes chers à la Droite, ce qui ira dans le sens de :

  • renouer avec une École à la fois exigeante et accueillante, qui transmette notre héritage, et redonne aux banlieues l’espoir de réussir ;
  • rebâtir les repères familiaux et moraux méthodiquement démolis par la gauche et la fausse droite depuis 40 ans ;
  • contrôler nos frontières, et entraver l’expansion de l’islam en France ;
  • punir sévèrement tout comportement religieux ou culturel contrevenant aux lois de la République (intimidation des femmes seules dans certains quartiers, appropriation de l’espace public par des prières de rues, proclamations ouvertement hostiles à la France, discours de radicalisation) ;
  • rétablir notre souveraineté face à une gouvernance européenne opaque et autoritaire ;
  • évaluer la performance dans les administrations publiques et mesurer l’efficacité des dépenses publiques de fonctionnement comme d’investissement ;
  • etenir ici nos Français jeunes diplômés, relever notre industrie et protéger nos agriculteurs face à une concurrence insoutenable, juguler la surenchère fiscale et réglementaire

Dans cette circonscription actuellement détenue par le LR Pascal Thévenot (successeur de Valérie Pécresse), vous allez affronter le candidat PCD Pascal Poirot ainsi que le FN Yasmine Benzelmat. N'êtes-vous pas en train de diviser la droite, vérifiant la formule selon laquelle nous avons la droite la plus bête du monde ?

Personne ne détient rien, et cette circonscription n'est détenue par personne, car les électeurs sont libres. Ceci dit, la droite est déjà divisée ! Les Républicains avec ceux qui ont rallié M. Macron, le FN avec les différentes "lignes"... C'est le flou artistique ! Pour vous répondre franchement, nous avons souhaité des alliances au plan national avec le PCD, avec des désistements réciproques, mais qui n'ont malheureusement pas abouti, le PCD souhaitant maintenir coûte que coûte ses candidats dans les 3 premières circonscriptions des Yvelines. 

Mais les petites formations permettent aussi l'émergence de candidats de conviction. Car plus le parti est gros, plus il veut ratisser large, plus il gomme de son programme les spécificités, les "aspérités", le caractère, l'engagement. L'adhésion s'obtient sur un consensus mou, et même, dans le cas d'En Marche!, sur une doxa cosmopolite et progressiste que je rejette. Ce n'est pas ce qu'il nous faut. Il faut que les électeurs votent maintenant uniquement pour des personnes de conviction, des patriotes, quelle que soit l'étiquette. Ces personnes de la Droite des valeurs se connaissent entre elles, croyez-moi ! Un grand réseau très solide est en train de se constituer, au-delà des appartenances, de patriotes qui ont vocation à travailler ensemble une fois élus. Je suis, par exemple, soutenue à titre personnel par Charles Millon, Christian Vanneste, Bruno North et Patrick louis, et je les en remercie. Me Frédéric Pichon a lui accepté d'être mon suppléant. Nous sommes nombreux à préparer l'offensive, aux électeurs de se mobiliser s'ils veulent vraiment un retour en force des idées de la vraie Droite à l'Assemblée nationale : souveraineté, identité, et liberté.

Si vous êtes élue, serez-vous favorable pour former un groupe parlementaire  avec des élus d'autres partis, qu'ils soient de LR, du PCD, de DLF, du FN... ?

Evidemment. C'est l'objectif. 

par Michel Janva

http://lesalonbeige.blogs.com/my_weblog/2017/05/l%C3%A9gi...

Politique & éco n°133, la tribune des économistes N° 3 - La vérité sur l’Euro : un faux problème

Marine Le Pen : “Nous sommes à la tête de l’opposition”

Marine-Le-Pen.jpg

Alors que la campagne des législatives bat son plein, Marine Le Pen a déclaré ce lundi matin au micro de RTL que «Les républicains sont atomisés» et que le FN compte jouer un rôle essentiel dans cette grande recomposition de la vie politique.

Pour Marine Le Pen, le Front National représente aujourd’hui la seule opposition à Macron :

Nous sommes à la tête de l’opposition parce que les Français l’ont décidé lors du second tour de l’élection présidentielle, parce que nous avons réuni un Français sur trois et parce que nous sommes les seuls à être véritablement dans l’opposition à Emmanuel Macron.

Un temps évoquée comme nouveau nom potentiel du Front national, l’appellation “Les Patriotes” ne semble pas avoir les faveurs de Marine Le Pen :

Si les adhérents du Front national décident de changer de nom, ce ne sera pas celui-là. Je pense que si nous grandissons, si nous nous modernisons, et si nous rénovons aussi la structure, c’est précisément parce qu’en arrivant au second tour de l’élection présidentielle et en ayant réuni onze millions de Français, nous avons dores et déjà dépassé le Front national traditionnel.

29/05/2017

Un festival interdit aux blancs à Paris - Journal du lundi 29 mai 2017

Trump met un coup d’arrêt à la folie immigrationniste du G7

donald_trump2.jpg

En 2015, un être humain sur 112 était « réfugié » ou « demandeur d’asile ».

Donald Trump divise. Le nouveau président états-unien est la cible préférée des médias qui ne manquent pas de relever son attitude grossière. Il sera? d’ailleurs? difficile de leur donner tort à chaque fois, tant l’homme peut se montrer aussi irrespectueux que peu intéressé par les détails. Toutefois, il faut porter au crédit de Donald Trump sa volonté de tenir face à la pression sur un certain nombre de sujets essentiels pour notre avenir, à commencer par la crise migratoire à laquelle l’ensemble du monde occidental est désormais confronté.

Ainsi, lors du dernier sommet du G7 de Taormine (Italie), le « POTUS » a tenu à rajouter deux éléments au texte de six pages intitulé « Vision du G7 sur la mobilité humaine », élaboré par le Conseil italien, en collaboration avec différents services gouvernementaux d’autres pays membres, pour tenter de donner un cadre collectif à la gestion des crises migratoires :

« En même temps, tout en garantissant le respect des droits de l’homme des migrants et des réfugiés, nous réaffirmons les droits souverains des États à contrôler leurs propres frontières et à fixer des limites claires sur les niveaux de migration nette, en tant qu’éléments clés de leur sécurité nationale et de leur bien-être économique. Cela peut consister en un renforcement des contrôles douaniers, en le développement de processus de retour au pays et une amélioration des dispositifs de coopération avec les pays d’origine. »

Des ajouts qui ont passablement agacé Paolo Gentiloni, chef du Conseil italien, artisan principal d’un texte qu’il espérait à même de valoriser « l’aspect positif de la mobilité humaine et de l’intégration des migrants ».

Malheureusement pour lui, et heureusement pour nous, Donald Trump avait fait de ce sujet l’une de ses priorités, se déclarant prêt à ce que le G7 ne communique pas du tout si la vision américaine n’était pas prise en considération. Il était temps de mettre un coup d’arrêt au chantage délirant des ONG, qui entendent dicter aux États, toujours garants de l’ordre international (jusqu’à preuve du contraire), leurs politiques migratoires.

La position américaine au G7 trouvera certainement un appui auprès des pays d’Europe centrale, en première ligne contre le choc démographique en cours. Beata Szydło, Premier ministre polonais conservateur, s’est par exemple récemment opposée à Dimítris Avramópoulos, commissaire européen aux Migrations qui voudrait forcer la Pologne, l’Autriche et la Hongrie à accueillir des demandeurs d’asile « selon les quotas imposés ». Dans une intervention vibrante à la Diète, madame Szydło a interrogé les consciences de ses partenaires européens : « La Pologne ne cédera à aucun chantage de la part de l’Union européenne. Nous n’allons pas participer à la folie des élites bruxelloises. Moi, j’ai le courage de demander aux élites politiques : Où allez-vous ? Où vas-tu, Europe ? Relève-toi. Sors de ta léthargie ! Sinon, tu pleureras tous les jours tes enfants. »

Le monde ne peut plus laisser faire. En 2015, un être humain sur 112 était « réfugié » ou « demandeur d’asile ». Dans un contexte économique marqué par l’augmentation de la dette souveraine de pays industrialisés, dans l’incapacité de retrouver un niveau de croissance convenable, nous sommes présentement beaucoup trop fragiles pour recevoir des « migrants » qu’il sera impossible d’intégrer, et encore moins d’assimiler. Il faut donc remercier Donald Trump, lequel a réagi de la meilleure des manières dans ce dossier brûlant.

http://www.bvoltaire.fr/trump-met-coup-darret-a-folie-imm...

Pour acheter le livre d'Alban d'Arguant, Eoliennes un scandale d'Etat...

3783962953.jpg

Bulletin de commande cliquez ici

L'acheter en ligne cliquez là

Russie, Otan, le dessous des cartes

Faut-il rappeler de nouveau cette évidence alors que débute aujourd’hui la rencontre entre Emmanuel Macron et Vladimir Poutine, la diplomatie consiste (surtout) à parler avec ceux avec lesquels on est en désaccord, voire en opposition tranchée. C’est le cas entre la France et la Russie ou les sujets de discordes ne cessent hélas de croître depuis 2011 et l’élimination dramatique par la France et la Grande-Bretagne (avec la bénédiction de l’Oncle Sam) du régime de Kadhafi en Libye et les tentatives de renverser le gouvernement légitime de la République arabe syrienne. Tensions qui croissent au fur et à mesure que notre pays renonce à faire entendre une voix indépendante et rentre dans la niche euro-atlantiste. Sur le site de RT, Bruno Drweski , maître de conférences à l’Institut national des langues et civilisations orientales (INALCO), date cette fâcheuse évolution de la seconde partie du mandat présidentiel de Jacques Chirac. Emmanuel Macron entend-il rééquilibrer et pacifier les relations franco-russes après le désastreux quinquennat Hollande? L’un des derniers avatars de celles-ci, sur fond de conflit ukrainien et d’embargo économique, de votes souvent antagonistes de nos deux pays aux Nations-Unies,  fut le refus très symbolique par le précédent gouvernement d’honorer sa promesse de livrer à Moscou les bâtiments Mistral.

De symbole,  il est encore question puisque Emmanuel Macron a choisi, de manière assez intelligente, pour marquer l’importance qu’il accorde à la Russie,  de recevoir aujourd’hui Vladimir Poutine au château de Versailles . Et plus précisément au Grand Trianon. Les deux chefs d’Etat visiteront l’exposition consacrée à Pierre Ier de Russie (dit Pierre Le Grand), qui fut à la tête de son pays de 1682 à 1725. Contemporain du règne de Louis XIV, de la régence et du début de celui du Louis XV,Pierre Le Grand fut reçu en France pendant trois mois avec les plus grands honneurs en 1717. Il y rencontra le futur Louis XV avant que ce dernier ne monte sur le trône, lequel ne partageait pas les préjugés du Roi Soleil à l’encontre de l’empire des tsars…

M. Macron a promis un dialogue constructif mais qui ne fera pas l’impasse sur les sujets qui  fâchent citant l‘Ukraine, le pluralisme démocratique, les libertés accordées à l’opposition, les droits des homosexuels en… Tchétchénie. Autant de points qui seront vite balayés par un Vladimir Poutine qui,  pas plus qu’un autre chef d’Etat souverain, n’entend recevoir de leçons pour  ce qu’il considère être des sujets relevant de la politique intérieure de son pays. La Crimée juge-t-il,  appartient historiquement à la Russie (ce qui est vrai) et non à l’Ukraine -un référendum local l’a confirmé et a tranché cette question. Quant au conflit en Ukraine et notamment au Donbass, il est aussi alimenté par des officines, des puissances étrangères qui entendent affaiblir la Russie, atténuer sa capacité de manœuvre, garder une épine dans le pied de l’ours russe. M Macron ne l’ignore certainement pas…

Pour ce qui est de la démocratie, les observateurs internationaux, notamment Européens, n’ont pas relevé de fraudes lors des derniers scrutins qui ont vu les victoires assez nettes de M. Poutine et de son parti Russie Unie aux élections. Enfin il s’agirait aussi de  regarder, avant de faire la leçon aux autres sur  le sort des minorités,  la situation en  France même avec une montée de l’intolérance et de l’effacement de l’Etat de droit dans les quartiers pluriels et communautarisés. Il en est de même sur le fameux pluralisme, au vu de la concentration dans notre pays  des principaux gros médias entre les mêmes mains capitalistisques et partageant la même idéologie libérale-libertaire transfrontièriste. La France n’est pas un exemple dudit pluralisme démocratique tant vanté;  il suffit pour s’en convaincre de se souvenir  de l’unanimisme venimeux, du grégarisme, du comportement orwellien assez effarant de 99% de ces gros médias là lors du second tour de notre présidentielle…

Il faut  aussi rappeler cette vérité essentielle note Bruno Gollnisch, à savoir que c’est Poutine qui a arraché la Russie au déclin depuis son arrivée au pouvoir, nation russe à laquelle il a redonné un statut de grande puissance qui compte. Un Russie réarmée moralement, modernisée, fière de ses racines, qui renoue avec ses traditions et qui semble sortir de l’hiver démographique dans lequel elle était entrée. Il reste certes encore beaucoup à faire dans ce pays immense, dont les experts pointent les disparités, la  trop grande dépendance économique à ses gigantesques réserves d’énergies fossiles, mais le bilan  du poutinisme  n’est déjà pas si mal!

En janvier 2016 en visite à Moscou, il était encore ministre de l’Economie, M. Macron avait affirmé que les sanctions économiques frappant la Russie étaient une mauvaise chose pour les entreprises françaises. Le Macron candidat de ces derniers mois a martelé au contraire les mises en garde contre la Russie, développant un antipoutinisme assez primaire mais conforme avec sa logique progressiste. Quel, qui est donc le vrai Macron? Nous le saurons bientôt.

Le vrai Macron c’est déjà celui des discours ambivalents que l’on connait qui a rencontré jeudi à Bruxelles les 28 dirigeants de l’Otan, juste avant la réunion du G7 qui s’est déroulée à Taormina (Italie),  qui a déclaré qu’il fallait tout faire pour éviter la «destruction de l’Europe» de Bruxelles, évoquant l’impératif d’une «refondation européenne » et  contestant être un eurobéat…

 Donald Trump lors de cette même réunion a « tancé ses pairs lors d’une cérémonie au nouveau QG de l’Alliance (atlantique) à Bruxelles, affirmant qu’ils devaient  d’énormes sommes d’argent en raison du déséquilibre entre les budgets militaires des Etats-Unis et des pays d’Europe. Le secrétaire général de l’Otan, Jens Stoltenberg, s’est voulu rassurant,  M Trump a clairement exprimé son soutien à l’Otan , se félicitant que l’administration Trump propose d’augmenter de 40% les budgets alloués aux déploiements de soldats américains en Europe en 2018.»

Et surtout,  le président américain ne s’est pas contenté de tacler Mme Merkel en expliquant que « nous devons être durs » et « vigilants » sur l’immigration. « Des milliers et des milliers de personnes se répandent dans nos différents pays et se dispersent, et dans de nombreux cas, nous ne savons pas qui ils sont ».  Il a aussi entretenu la russophobie: « L’Otan du futur doit se concentrer sur le terrorisme et l’immigration, ainsi que sur les menaces de la Russie et les frontières à l’est et au sud de l’Otan », a insisté M. Trump.

Sur son compte twitter , M.  Macron a d’ailleurs  écrit, avec ce tropisme victimaire qui est au  cœur de l’aveuglement de la gauche,  que «les terroristes prospèrent sur la misère. Lutter contre le terrorisme, c’est aussi promouvoir l’éducation, s’engager pour le développement ». Affirmer (uniquement)  cela c’est ne rien comprendre au ressort profond du djihadisme. Les travaux  menés sur les fondamentalistes, les cadres islamistes dans de nombreux pays musulmans soulignent d’ailleurs que ce système idéologico-religieux n’est pas l’apanage des illettrés, des voyous et des déshérités, loin s’en faut.

Selon un récent sondage  l’Otan serait plébiscitée en Pologne et aux Pays-Bas (auprès de 79 % des citoyens dans ces deux cas), suivis par les Allemands (67 %), les Canadiens (66 %), les Américains et les Britannique (62 %), les Français (60 %) et les Espagnols (45 %).Otan qui comme le souhaitait  Donald Trump qui a obtenu gain de cause des Européens jeudi,  est devenu membre à part entière de la coalition internationale contre l’EI en Irak et en Syrie. Et ce, le jour même ou des frappes de l’aviation (américaine?) visant des islamistes ont de nouveau  tué des civils et des enfants jeudi dans la ville syrienne de Mayadine,  selon l’officine proche des Frères musulmans, l’Observatoire syrien des droits de l’homme (OSDH ). L’armée américaine a reconnu officiellement la mort accidentelle de 352 civils tués par la coalition en Irak et en Syrie depuis 2014. N’en doutons pas,  ce sang répandu-là nourrit aussi la haine et la  propagande des islamistes.

https://gollnisch.com/2017/05/29/russie-otan-le-dessous-d...

"La France atlantiste ou le naufrage de la diplomatie" de Hadrien Desuin

2074666294.jpgTribune littéraire d’Eric Delbecque

Ex: http://destimed.fr 

Dans La France atlantiste ou le naufrage de la diplomatie (Éditions du Cerf), Hadrien Desuin part d’un constat fort et simple : la vassalisation de la France dans le monde. Il en tire une conclusion tout aussi limpide et lourde : à l’heure de la mondialisation, la hiérarchisation classique qui donne la priorité à la politique intérieure sur la politique étrangère ne fonctionne plus. Dans un monde « ouvert », il convient d’abord de manifester sa cohérence et sa force à l’étranger. Or, l’Hexagone ne s’en montre plus capable.

Notre voix à la surface de la planète se résume à trois mots : morale, compassion et communication. Adieu à la realpolitik. Desuin parle avec une grande clarté et justesse : « Aujourd’hui, la nouvelle religion universelle des droits de l’Homme voudrait en finir avec la distinction entre conviction éthique et action diplomatique. Pour les chantres de la mondialisation heureuse, la fragmentation des nations est néfaste sans qu’ils ne réalisent combien le meilleur des mondes qu’ils projettent laisse place à une fragmentation communautaire bien plus violente. De surcroît, la globalisation ressort propice à une sorte de naïveté humanitaire où chaque crise internationale apparaît réductible un fait divers collectif ».

Sur un jeu d’échec global réapparaissant dans sa nature forcément tragique, la France a perdu la boussole dans le grand chaos planétaire. Quant à l’Europe, elle ne trouve pas sa place dans la grille internationale de la puissance. Notre pays s’égare dans un atlantisme paresseux qui lui évite le trouble d’élaborer dans la douleur un position constructive et originale dans le concert des nations, dont elle a pourtant eu le secret durant la parenthèse gaullienne.

Parallèlement, elle s’engouffre trop volontiers dans la promotion d’un droit d’ingérence caricatural qui fabrique davantage de problèmes qu’il n’en résout. « Le concept de « guerre humanitaire » […], écrit l’auteur, forme une synthèse hybride entre le courant doctrinaire atlantiste et belliciste d’une part et la mouvance associative des droits de l’homme d’autre part. Il relève du glissement des idéaux du pacifisme humaniste militant vers la notion de responsabilité militaire protectrice. L’ingérence marque la tentative de légitimer par le droit international n’importe quelle guerre au nom de principes supérieurs, indéniablement nobles mais aux conséquences incalculables et aux effets souvent désastreux ».

Hadrien Desuin décrit ensuite quelques lieux où s’élabore cet atlantisme droit-de-l’hommiste, compagnon du néoconservatisme, notamment la Fondation pour la Recherche Stratégique (FRS), créée en 1993. Le résultat aujourd’hui ? Une politique étrangère réduite au suivisme vis-à-vis des Américains, et une propension à substituer le respect craintif du politiquement correct à l’analyse géopolitique lucide. Ce premier problème se double d’un second : la dénonciation permanente de l’identité nationale qui conduit à un « messianisme humanitaire à la française ». Ce dernier s’enracine dans une conception « hors-sol, déracinée et abstraite de l’identité. Inversement, le messianisme à l’américaine repose sur la certitude que les Etats-Unis ont une mission évangélisatrice et que l’humanité doit suivre la patrie américaine ».

L’ensemble de cette logique a fini par aboutir à la réintégration par la France du commandement militaire de l’OTAN. Quant à l’Europe de la défense, elle demeure une politique assez théorique… Les Européens, français compris, apparaissent toujours peu ou prou à la remorque de Washington. Notons d’ailleurs que la Maison Blanche sait s’affranchir des règles de la morale droit-de-l’hommiste quand les intérêts de la bannière étoilée l’exigent. En témoigne le cas de l’Iran : plus question d’Axe du Mal ou d’exportation du modèle démocratique. Face aux ambitions russes et chinoises, il est devenu essentiel de régler la question iranienne. Il en découle naturellement une politique de défense peu enthousiasmante depuis vingt ans (malgré les efforts et les incontestables réussites de personnalités particulières, comme Jean-Yves Le Drian). Notons enfin que l’auteur met en lumière les incohérences de la politique française au Moyen-Orient et vis-à-vis de la Russie.

2368833082.jpgAu final, Hadrien Desuin démontre avec talent et précision que la France ne décide plus en toute indépendance sur la scène internationale mais en fonction d’intérêts politiciens et au nom de l’utopie d’une démocratie universelle qui produit des désastres en série. Retrouver la singularité de la voix de la France impose de sortir de cette impasse. Un ouvrage stimulant à lire attentivement !

Eric DELBECQUE Président de l’ACSE et membre du Comité Les Orwelliens (ex-Comité Orwell). Il vient de publier : Le Bluff sécuritaire

http://euro-synergies.hautetfort.com/

Carl Lang, l'âme de la France et Ste Jeanne d'Arc

Meeting de Civitas à Saint-Martin d’Hères, choses vues et entendues

civitas2-300x225.jpgLe samedi 20 mai, Civitas organisait une conférence de presse suivie d’une réunion publique sous la présidence d’Alain Escada pour présenter ses candidats isérois aux élections législatives de juin.  Dans la 2e circonscription (Echirolles), détenue actuellement par le PS,  Alexandre Gabriac se présente avec comme suppléante Christiane Canestrari, conseillère municipale d’Echirolles et dans la 9ecirconscription (Saint-Marcellin), détenue actuellement par les Verts, le candidat est Thibault Barge et le suppléant François Sabatier.

La réunion avait lieu à l’espace Elsa Triolet dans la ville communiste de Saint-Martin d’Hères. Même si le gros des crasseux antifas était de sortie à Grenoble pour recevoir « le prince consort » (Louis Alliot), ils ont pris soin de dégrader les murs de la maison communale, illustrant les habituelles querelles de chapelles gauchistes, portant cette fois sur l’orthographe correcte du mot « fascisme ». Une pensée au personnel municipal chargé de nettoyer leurs « exploits », ce qui ne va pas contribuer à l’amélioration des relations entre stal’ et trotskos…

Alain Escada a rappelé lors de la conférence de presse, les points et enjeux essentiels de cette élection législative. Le cartel électoral regroupant Civitas, les Comités Jeanne, le Parti de la France et la Ligue du Sud, va présenter 200 candidats aux élections, 250 candidats en ajourant ceux du SIEL qui font parti du cartel technique, Civitas en présentant 24. Civitas va faire entendre une voix intégralement et authentiquement patriote et catholique, précisant que ne sommes pas républicains. Pour Alain Escada :

« Le programme que nous proposons sera salutaire aux Français. Macron n’est pas en rupture avec le système, il a organisé un lifting. Il n’y a pas de rupture antisystème au FN, tout s’est réajusté vers le centre. Nos thèses authentiquement en rupture contre le système : interdire la franc-maçonnerie (qui est le mal car elle lutte contre les racines chrétiennes, pour l’internationalisme, et l’entretien du secret),  supprimer les avantages fiscaux aux  partis politiques mais aussi à la presse et aux syndicats ».

civitas3-300x225.jpgSur le plan économique, Civitas propose de mettre fin au racket des banksters, de rétablir les corporations pour rompre avec la lutte des classes et d’abolir la loi Pompidou 1973. Sur le plan éducatif, Civitas propose de mettre fin au lobbying dans les écoles, qui constitue une forme de totalitarisme. L’instauration d’un chèque scolaire permettra une véritable liberté d’enseigner, notamment en favorisant les écoles hors-contrat. Sur le plan sociétal, comme tout parti catholique devrait faire, Civitas demande la suppression de l’avortement, celle du mariage inverti avec effet rétroactif, la dissolution du Syndicat de la magistrature et en politique étrangère, la fin de l’axe Washington-Tel Aviv-Qatar-Arabie Saoudite. Le FN est devenu un parti comme les autres. Supprimer la loi de 1905 ne signifie pas l’imposition du catholicisme, mais seulement que la vie de la France serait guidée par les valeurs morales et spirituelles. Si demain, la France redevenait catholique, on aurait le souci que chacune des lois serait éthique et respectueuse de morale et droit commun. Un non-catholique peut y souscrire. Quand Dieu n’est plus au centre d’une société, c’est Mammon, l’argent, qui le remplace.

Après cette conférence de presse, la réunion commença, bien protégée par une maréchaussée aussi vigilante que disponible. Devant une trentaine de personnes et le soutien de l’ancien conseiller régional de l’Ain maître Olivier Wyssa, Alexandre Gabriac et Thibault Barge rappelèrent que l’engagement, c’est le seul moyen de s’exprimer qui nous reste, notre seule possibilité d’exister. Pour le candidat de la 2e : « nous ne nous prostituons pas pour des votes ». Le  projet est de monter des sections dans chaque département de ce qui fut la région Rhône-Alpes. Concrètement, cela se caractérise par une campagne de terrain : restaurer les calvaires et les clochers de nos villages,  faire des actions sur les « communes d’Europe » mais aussi des opérations ponctuelles selon l’actualité (comme à Lyon contre le spectacle blasphématoire ou l’hommage à Jeanne d’Arc) et bien entendu l la participation aux manifestations traditionnelles de Civitas (Jeanne d’Arc et Fête du Pays réel, celle de mars 2017 ayant été un franc succès). La campagne sera principalement axée sur les colons (abusivement appelés « migrants »), avec le scandale de leur implantation dans des hôtels Formule 1 et sur le Campus de Grenoble.

Thibault Barge prit la parole ensuite pour se présenter. Charpentier, père de 7 enfants, il était jadis membre du FN, proche de l’universitaire Bruno Gollnisch. Expliquant à juste titre que la France n’était pas éloignée du point de non-retour, il définit le Président Macron comme l’exact contraire de nos principes, notamment par sa collaboration au « Grand remplacement » via son discours sur la « route de la liberté » de l’Afrique. Avant de conclure que « la vérité est notre drapeau »  et que « pour les catholiques l’engagement en politique était la première des charités ».

Alain Escada conclut la réunion en expliquant que « les élections sont une supercherie qui avantages les démagogues et les puissances d’argent, qui proposent du pain et des jeux. Nous voulons faire de la politique au sens noble du terme. Mammon remplace Dieu et si Dieu n’est plus au-dessus de la société, alors il n’y a plus de morale. Les Républicains, le PS éclatent, le FN y est presque. Le FN a totalement muté… » Pour Civitas, Macron, c’est plus d’immigration, plus de préférence étrangère, plus de lois liberticides et plus de concentration des médias alors que l’ONU estime que dans les 30 ans, grâce au grand remplacement, 75% de la population ne sera plus européenne.

Le combat, c’est celui de la vérité :

« il y a la place pour un discours de vérité, fusse-t-il inaudible ne change rien : la vérité doit être révélée, et celle-ci doit être révélée même si elle est inaudible. La franchise est le courage de la vérité, car seule la vérité rend libre. On laisse le reste aux autres qui veulent se servir et non servir. Il faut faire connaitre par tracts, réseaux sociaux, affriches et professions de foi. Si on dit la vérité, ce sera la première étape vers des lendemains porteurs d’espérances. ».

A la sortie de la salle, plusieurs personnes  s’étaient rassemblées, encadré par la police. Aucune insulte de leur part, ni geste hostile. Plutôt que des antifas, probablement des habitants du quartier se demandant qui étaient ces gens dont la présence nécessitait un tel déploiement… bleu marine.  Le 11 juin, votez pour le seul parti catholique français, votez CIVITAS.

Hristo XIEP

http://www.medias-presse.info/meeting-de-civitas-a-saint-...

Amaury Navarranne (FN) veut défendre la vie, " de sa conception à sa mort naturelle"

Amaury Navarranne, candidat Front National dans la première circonscription du Var, s'engage pour la famille, à l'occasion de la fête des mères :

Michel Janva

http://lesalonbeige.blogs.com/my_weblog/web.html

Le tweet qui choque le lobby LGBT

Ce tweet de La Manif Pour Tous, publié à l'occasion de la fête des mères, a choqué les tarés LGBT :

Michel Janva

http://lesalonbeige.blogs.com/my_weblog/web.html

L’oeuvre de l’Action Sociale et Populaire Les oubliés des ors de la République

2199094066.jpg

Philippe Randa

L’époque contemporaine fait la part belle aux personnalités médiatiques, notamment celles qui, souvent en mal de publicité personnelle, participent aux concerts des« enfoirés ».

Et il y a les autres, éloignées des ors de la République qui oeuvrent en silence avec la foi des braves comme seul bagage.

Le pasteur Jean-Pierre Blanchard, évidemment, n’en manque pas depuis le siècle dernier où un certain 25 octobre 1996, il organisa la première soupe distribuée gratuitement aux plus démunis à la gare Saint Lazare à Paris… Des dizaines d’autres suivront, même si elles furent immédiatement stigmatisées en tant que « soupes de Le Pen ». A l’époque, le pasteur faisait effectivement partie des cadres du FN, mais vingt ans plus tard, éloigné du monde politique, c’est à la tête de l’Action Sociale et Populaire qu’il continue de battre le pavé chaque hiver, bien que toujours accompagnée de la marraine de l’ASP : Jany Le Pen, fidèle parmi les fidèles…

Le 9 mai dernier, l’ASP a terminé sa onziéme campagne de maraudes, ses distributions de café, soupe, sardines en boîte, vêtements et couvertures pour les SDF, chaque saison plus nombreux… et plus démunis !

Les médias qui parleront de l’ASP se compteront sur les doigts d’une main. Et ce seront toujours les mêmes. Mais qu’importent les lambris dorés de « la France d’en Haut » aux oubliés des trottoirs : de simples réverbères sont bien suffisants à Jean-Pierre, à son épouse Catherine et à la poignée de bénévoles qui oeuvrent à leurs côtés pour voir les sourires de celles et ceux auxquels ils n’apportent parfois qu’un instant d’attention… si attendu !

Est-il utile de préciser que l’ASP ne bénéficie d’aucune aide institutionnelle ? Elle ne donne que ce qu’elle reçoit des particuliers.

Action sociale et populaire cliquez ici

http://synthesenationale.hautetfort.com/

Terres de Mission #34 : Pornographie dans l'enseignement catholique à Rennes

07:49 Écrit par pat dans actualité, lobby, religion | Lien permanent | Commentaires (0) |  Imprimer |  Facebook | | | |

Face au terrorisme islamique, nos dirigeants se comportent en munichois

manchester-united-europa-league-banner_1uzq3ekwrjr8d1eg6vgfqm89ln-600x416.jpg

La grande faiblesse de nos dirigeants, c’est leur relativisme culturel.

On en sait un peu plus sur le « kamikaze » qui s’est fait exploser à la sortie d’un spectacle, à Manchester. Il est né dans cette ville, en 1994, de parents libyens qui avaient fui le régime du colonel Kadhafi. Ses voisins le décrivent comme « un jeune homme très discret », bon joueur de football, consommateur régulier de cannabis. Il aurait suivi, puis abandonné des études de management. Quelqu’un de « normal », comme disent régulièrement, en France, les proches des terroristes.

Pas si normal que cela, cependant. Selon plusieurs journaux britanniques, il fréquentait une mosquée qui, dit-on, aurait autrefois levé des dons pour le djihad. Le ministre de l’Intérieur français a précisé que, selon les enquêteurs, « après un voyage en Libye, puis sans doute en Syrie, il se radicalise et décide de commettre cet attentat ». Il était, d’ailleurs, connu de la police, sans qu’on en sache les raisons exactes. L’enquête se poursuit. La police soupçonne un réseau. Sept interpellations ont déjà eu lieu…

Beaucoup de points communs avec ce qui se passe en France. Certes, le Royaume-Uni est adepte du multiculturalisme, à un degré que notre pays n’a pas encore atteint, mais nous en prenons le chemin.

Certes, plusieurs attentats ont été déjoués grâce aux services de renseignement, mais des mosquées salafistes subsistent, des « fichés S » sont dans la nature, des combattants djihadistes reviennent de Syrie ou d’Irak. Et, comme d’habitude après un attentat, le gouvernement annonce que l’état d’urgence sera prolongé et qu’une nouvelle loi de sécurité sera examinée par le futur Parlement.

En France comme en Angleterre, c’est après coup qu’on réagit. On ne prend pas les devants. On renforce les mesures de sécurité, mais on ne s’attaque pas aux causes.

Tout d’abord, on ne veut pas nommer le mal. Peut-on distinguer le terrorisme islamique de l’islam ? Force est de constater que tous les terroristes sont des musulmans, parfois convertis. Amedy Coulibaly, dans l’Hyper Casher, a pris le temps de faire sa prière avant l’assaut des forces de l’ordre. C’est peut-être un islam primaire, intégriste, caricatural – laissons les spécialistes se prononcer –, mais il prend sa source dans l’islam.

Il faut avoir le courage de le reconnaître et prendre des mesures qui permettent de protéger les Français de confession musulmane qui veulent s’intégrer des pressions d’une minorité militante. Le terrorisme islamique n’a pas seulement pour objectif de s’attaquer aux mécréants : il veut aussi intimider ceux qui partagent leur religion et obtenir, sinon leur complicité, du moins leur passivité.

Ensuite, on met en avant les principes de la démocratie avec lesquels il ne faudrait jamais transiger. Malheureusement, en temps de guerre, il faut savoir, momentanément, faire passer la sécurité avant le respect strict des droits de l’homme. La guerre, hélas, n’a jamais été un exercice de bonnes manières.

Enfin, le modèle communautariste ne protège pas du terrorisme : plutôt que de se montrer complaisant à l’égard du multiculturalisme, il faut entreprendre une véritable politique d’assimilation. Dans ce domaine aussi, force est de constater que ce ne sont pas les immigrés d’origine européenne ni asiatique qui posent le plus de problèmes.

La grande faiblesse de nos dirigeants, c’est leur relativisme culturel, qui met toutes les cultures sur le même plan, leur abandon de nos racines, des valeurs que la France a forgées à travers son histoire. Quand on fait table rase du passé, quand on remplace le sentiment national par le mondialisme, on s’offre désarmé aux coups de l’adversaire. Nos dirigeants ne sont que des munichois irresponsables qui nous livrent au totalitarisme.

Philippe Kerlouan

Tribune reprise de Boulevard Voltaire

https://fr.novopress.info/

28/05/2017

L’affaire Ferrand : deuxième bombe à retardement des « Montagnards »

http-o.aolcdn.com-hss-storage-midas-3963d66338f96ec9f9ed4b8468c36710-205264509-RTS16785.jpg

Macron va-t-il échouer dans sa quête d’une majorité, par affaire Ferrand interposée ?

Fillon n’est pas un personnage très intelligent. Il se gavait de façon grossière, et les affaires le concernant nécessitent le simple QI d’une volaille de basse-cour pour être comprises. En « bon chrétien », il s’était paré de la vertu pour faire sa campagne électorale des primaires, subodorant que la plupart de ses pairs, qui font de même avec l’argent public, le soutiendraient. Son but étant d’abattre l’ennemi public commun n° 1, Nicolas Sarkozy, il pensait pouvoir dormir tranquille.

Mais tout cela était sans compter sur les Saint-Just qui sommeillent dans la gauchosphère. Tous ces présidents de tribunaux de salut public que l’on retrouve dans les médias, une fois Sarko éliminé, se sont jetés sur Fillon comme des chiens enragés. Les apôtres du saint de Sablé se sont rapidement éloignés. Les faits qui accusaient leur prophète étaient trop faciles à comprendre pour le grand public.

Et eux-mêmes étant entachés par des faits similaires, le plus simple était donc de le laisser crucifier.

Macron, personnage guère plus intelligent, mène lui aussi une campagne sur la probité, et oublie le sort qui a été réservé à Fillon. S’il a gagné la primaire du pouvoir suprême en chevalier blanc, il lui faut maintenant trouver une majorité parlementaire pour gouverner. Et voilà que nos Saint-Just se remettent en action.

Richard Ferrand, l’apôtre Pierre de Macron, se retrouve face à l’avant-garde de la meute : Le Canard enchaîné. Mais le clairon ne sonne pas, le temps de l’hallali n’est pas encore venu. Et, pour le grand public, l’affaire Ferrand est incompréhensible.

Oui ! Si M. Ferrand se goinfre d’argent facile, à la différence de M. Fillon, il le fait de manière plus sophistiquée. Il est bien l’élève d’Arsène Lupin, son Macron mentor. Cependant, à la vue du montage professionnel-privé-financier que ce socialiste bon teint a construit, la sonnerie finale de la chasse à courre va bientôt retentir.

À qui profitera le crime ? Fillon est tombé le premier. Macron va-t-il échouer dans sa quête d’une majorité, par affaire Ferrand interposée ?

Aurons-nous alors le temps des « Montagnards » à l’Assemblée ?

http://www.bvoltaire.fr/laffaire-ferrand-deuxieme-bombe-a...

Les 28 candidats de CIVITAS aux Législatives 2017

Le 11 juin, Civitas présente 28 candidats et suppléants aux législatives. En voici la liste :

– 3e circonscription des Bouches-du-Rhône (Marseille nord-est), siège vacant anciennement PS : Karine HAROUCHE, conseillère municipale de Marseille ; suppléant : Nicolas ARDIZZONI

– 1re circonscription de Gironde (Bordeaux), détenue par le PS : Pierre DINET ; suppléant : Charline VILLERT

– 2e circonscription de l’Isère (Echirolles), détenue par le PS : Alexandre GABRIAC ; suppléante : Christiane CANESTRARI

– 9e circonscription de l’Isère (Saint-Marcellin), détenue par les Verts : Thibault BARGE ; suppléant : François SABATIER

– 5e circonscription de la Loire (Roanne), détenue par les Républicains : Céline THOMAS ; suppléant : Yann ESTEVENY

– 5e circonscription de Moselle (Sarreguemines), détenue par les Républicains : Jacqueline BERGER ; suppléant : Robert DAVION.

– 9e circonscription de Moselle (Thionville), détenue par l’UDI : François GAUCHE ; suppléante : Laetitia GUEGAN

– 7e circonscription du Pas-de-Calais (Calais), détenue par le PS : Marie-Jeanne VINCENT ; suppléant : Fabrice GONTIER

-3e circonscription de Paris, détenue par le PS : Marthe CAUDE ; suppléant : Christophe LIGER.

– 4e circonscription de Paris, détenue par les Républicains : Michel SIMMONOT ; suppléant : Eric LOCAPUTO

– 7e circonscription du Var (Sanary), détenue par les Républicains : Elie HATEM ; suppléante Corine PACE

– 2e circonscription de l’Yonne (Auxerre), détenue par le PS : Cyrille REY-COQUAIS ; suppléant : Xavier ISNARD

– 3e circonscription des Hauts-de-Seine (Courbevoie), détenue par Les Républicains : Arnaud FOURNET ; suppléant : Diane HELAGE.

– 4e circonscription des Hauts-de-Seine (Nanterre), détenue par le PCF : Anne LE BAUT ; suppléant : Georges ARNAUD.

Pas une voix catholique ne doit manquer le 11 juin pour CIVITAS.

Hristo XIEP

http://www.medias-presse.info/les-24-candidats-de-civitas...

« La charge mentale », ou quand les néo-féministes découvrent la responsabilité de la femme et la refusent

chargementale.gif

Extrait de la BD « Fallait demander », sur la « charge mentale » des femmes

Une tribune de Christine Dol :

« Tout faire » dans la maison et auprès des enfants est fatigant.

C’est pourquoi la femme a de plus en plus demandé l’aide de son conjoint pour accomplir certaines tâches domestiques.

Mais avoir un mari gentil et serviable ne suffirait pas selon certaines ! Car si les hommes s’investissent davantage au foyer, ils ne sont que des exécutants ; ce sont encore les femmes qui gardent, comme disent les féministes, « la charge mentale » du foyer, c’est-à-dire qui pensent, anticipent et organisent tous les besoins de chaque membre de la famille. Pour simplifier, cette « charge mentale » est, en fait, la responsabilité du bon fonctionnement au jour le jour de la maison. Même si la femme travaille à l’extérieur de celle-ci et fait appel à une femme de ménage et une nounou, l’organisation en amont lui revient, les préoccupations incessantes sont pour sa pomme.

La dessinatrice Emma a récemment mis en ligne la BD « Fallait demander », traitant de cette fameuse « charge mentale » ; cette publication a eu un immense succès sur internet et a le mérite -le seul ? – de mettre des mots sur les pressions que beaucoup de femmes ressentent.

En d’autres termes, serait responsable des problèmes des femmes la non-égalité parfaite entre l’homme et la femme, même concernant ce qui se passe dans leur tête… Car, concrètement, Emma, suivie par tant de féministes, se plaint de constater que la femme pense – trop ? – à tout, et qu’elle est plus consciencieuse dans le travail domestique ; elles se plaignent d’être les plus aptes à la fonction de maîtresse de maison ; elles se plaignent d’avoir des responsabilités fatigantes. Ce sont les mêmes qui aspirent à de hauts postes à responsabilité dans la vie civile ; ce sont les mêmes qui jalousent la vie des hommes… sans partager pour autant leur « charge mentale ».

Car, ce n’est pas parce que les hommes ne s’en lamentent pas, qu’ils n’ont pas, eux aussi, leur « charge mentale » ; malgré tous les efforts de la femme moderne pour s’en convaincre, elle ne la partage pas. Elle ne connaît rien de cette épée de Damoclès qui pèse au-dessus de sa tête, qui le mine, qui le fait lutter contre son égoïsme et sa paresse, qui doit sans cesse stimuler son ambition et son honneur : la responsabilité morale et matérielle de toute la famille, non pas au jour le jour mais au long terme. C’est bien l’homme qui porte cette responsabilité, et la femme attend cela de lui (peu de femmes divorcent parce que leur mari ne fait pas de bonnes tartes aux pommes). Une femme moderne qui rapporte de l’argent, c’est comme un homme moderne qui change les couches, c’est une aide bien sympathique, mais cela reste une aide ; de plus, cela donne l’illusion d’une égalité en réalité inexistante.

Selon Emma, la solution pour alléger la « charge mentale » de la femme serait de la déverser sur l’homme et de prôner l’égalité parfaite, même mentale. Il semblerait qu’une solution plus judicieuse s’impose : que la femme accepte ses responsabilités avec humilité et intelligence (demander de l’aide lors de difficultés est humble et intelligent) en faisant de son mieux, car elle est douée pour cela ; qu’elle admire son mari pour sa « charge mentale » propre car elle ne serait pas capable de la porter.
http://www.contre-info.com/la-charge-mentale-ou-quand-les... |

Le danger djihadiste

par Gérard Leclerc

Le danger djihadiste qui hante en ce moment tous les pays d’Europe, et que vient de ranimer l’odieux attentat de Manchester, a-t-il une portée civilisationnelle ? Cela prête à controverse dans le monde intellectuel. Alain Finkielkraut et Régis Debray se sont opposés sur le sujet. L’opinion du second, que nous citions déjà hier à propos de l’orchestration médiatique des attentats, est formelle : « Une menace sécuritaire ne constitue pas une offre civilisationnelle crédible, et l’islamisme n’en a aucune à proposer. Il peut causer des désordres, non constituer un ordre de rechange ; mettre à mal ici et là la civilité, non mettre en pièce une civilisation. » La démonstration qui suit est éloquente. L’islamisme extrémiste est fort de son fanatisme et de ses coups d’éclat, mais il est dans l’incapacité d’organiser un ordre, un empire. Ses succès sont momentanés, et il ne dispose d’aucun des moyens scientifiques, industriels, culturels, capables de substituer son mode de vie au nôtre.

La réplique intervient du côté des contradicteurs qui prient l’habitant du quartier latin de franchir la Seine, pour se rendre compte de ce qui se passe dans d’autres secteurs de Paris. Il y a un scandale dénoncé, ces jours-ci, dans le quartier Chapelle-Pajol, où les femmes n’ont plus droit de cité, insultées quotidiennement, lorsqu’elles s’avisent de sortir dans la rue : « Désormais, témoignent des gens du secteur au Parisien, notre quartier est abandonné aux seuls hommes : plus une femme dans les cafés. Pas un enfant dans le square Louise de Marillac. Certaines d’entre-nous se terrent chez elles. » N’est-ce pas le président François Hollande lui-même qui déclarait que certaines zones de banlieues avaient fait sécession d’avec le pays et que la puissance publique se trouvait paralysée, incapable de réagir efficacement ? N’est-ce pas par le biais démographique, agent du « grand remplacement », que peut se produire la mutation de civilisation ? Et même, si on ne va pas jusque-là, n’est-ce pas notre société qui est en risque de désagrégation, ajoute Alain Finkielkraut. Régis Debray n’est pas convaincu. Malgré son importance, il croit le phénomène limité.« L’islam préoccupation, oui, obnubilation, non. » La discussion se poursuivra, elle n’est pas prête de se clore !  

France catholique

Chronique diffusée sur Radio Notre-Dame le 25 mai 2017.

http://lafautearousseau.hautetfort.com/

Horreur islamo-terroriste sans guillemets

Sur le site du Figaro l'annonce du crime islamo-terroriste de Manchester, car c'est bien évidemment de cela qu'il s'agit, est annoncé ce matin comme une "attaque terroriste" avec des guillemets. Sans doute cette bizarrerie typographique d'apparence, résultant en fait de la reproduction d'une citation, a-t-elle vocation à être corrigée au cours de la journée.

Beaucoup plus inhabituel un autre fait est souligné par Nadine Morano sur son compte Twitter : le fait qu'Emmanuel Macron n'avait pas encore réagi à l'attentat survenu à Manchester.

Nadine Morano ne fait ici que constater : "5 h 24, pas encore de réaction du président Macron".

Puisque l'on a fait de M. Le Drian un ministre des Affaires étrangères, et "de l'Europe" ce silence, que certains peuvent juger scandaleux, ne s'explique pas par une quelconque erreur de jeunesse d'un vieux ministre. Celui-ci, qui fut pendant 5 ans ministre de la Défense, sait parfaitement que nous sommes en guerre, que nous autres Européens sommes tous en guerre avec l'islamo-terrorisme. Le silence ne vient pas de lui.

Il ne vient pas non plus du ministre de l'Intérieur Gérard Collomb dont la réaction officielle était apparue à 4 h 47…

Il durera 3 heures de plus … jusqu'à 8 h 19 et 8 h 26 pour le couple exécutif parisien… qui parle alors de son "effroi" … de sa "compassion"… de la "lâcheté"… mais non de l'inspiration du terrorisme.

À l'heure où ces lignes sont écrites voilà donc que l'on sait de cette attaque terroriste hier soir à Manchester.

Cette explosion a fait au moins 19 morts, chiffre donné au départ, et près de 50 blessés lundi soir à l'issue d'un concert d'Ariana Grande dans la salle Arena à Manchester. Le bilan s'alourdira sans doute au fil des heures. Il était passé à 22 morts dont des enfants comptés à 8 h 41

Les spectateurs, pour beaucoup des mineurs, ont dit avoir entendu une explosion juste à la fin du concert, alors qu'ils commençaient à sortir de la salle, vers 22 h 30, heure locale. Dans la salle, des scènes de panique ont eu lieu. Les spectateurs se trouvant du côté d'où semble être partie l'explosion se sont précipités de l'autre côté de la salle, provoquant une bousculade pour sortir.

Chef du gouvernement britannique, Theresa May, a dénoncé dans la nuit une "épouvantable attaque terroriste" et a exprimé sa sympathie aux victimes et à leurs familles. Elle devait présider une réunion d'urgence à neuf heures, ce mardi matin.

Quant au gouvernement de la France, premier ministre comme président, pseudo-droite ralliée et gauche molle recyclée, centre gris comme gauche caviar rebaptisée société civile, si sa réaction tarde n'y voyons pas le fruit du hasard. Mme Thérésa May au Royaume-Uni ainsi que le chef des travaillistes Jeremy Corbyn ont interrompu leur campagne électorale alors que le scrutin doit se dérouler dans moins de 15 jours.

Les politiciens parisiens ne l'ont pas fait, au contraire, ils ne pensent qu'au vote communautariste qu'il faut encore et encore ménager. Donald Trump s'est sans doute trompé en acceptant, pour complaire à ses hôtes saoudiens, de désigner, avec 30 ans de retard, l'Iran actuel, celui qui vote pour Hassan Rohani, comme centre de l'islamo-terrorisme mondial (1)⇓. Mais au moins a-t-il plus ou moins qualifié l'adversaire qu'il pense devoir combattre.

Les tartuffes que nous prenons pour des jésuites, les professionnels de la désinformation qui voudraient nous faire croire qu'ils représentent la liberté de la presse alors qu'ils en démontrent la servitude, vont tous, comme d'habitude, nous faire traîner en longueur.

Comme s'il fallait attendre bien sagement que Daech daigne confirmer que les assassinats sont reliés aux assassins !

Dans d'autres régions du monde ce n'est peut-être pas le seul terrorisme islamique qui frappe et qui tue. En d'autres temps l'Europe et sa civilisation ont été confrontées à d'autres monstres totalitaires, tel le bolchevisme, que sais-je encore. Mais ici et maintenant, hic et nunc, nous savons où est l'ennemi. Sans périphrase. Sans litote. Sans hésitation inutile. Sans retard à l'allumage. Sans complaisance pour ceux qui croient, toujours, devoir ménager, sans d'ailleurs rien en connaître, la RATP, religion d'amour, de tolérance et de progrès.

JG Malliarakis

Apostilles

  1. (1) cf. "Iran : une défaite des totalitaires" et article de Renaud Girard dans Le Figaro du 22 mai.

http://linsolent.typepad.fr/.a/6a00d8341c715453ef01bb0858...

Macron, artefact et marionette

 Un artefact est une fabrication qui se substitue au réel et dont la vraie nature est travestie. Une marionnette est un personnage de spectacle dirigé par une volonté extérieure. Emmanuel Macron relève peut–être des deux. Feu d’artifice médiatique, brillant et creux, talentueux et retors, il est le produit de forces idéologiques et financières qui l’ont créé afin de neutraliser la menace d’une France identitaire.  Macron a été formaté pour donner à la décadence et à la destruction de la France le visage rassurant d’un jeune premier souriant. En outre, son ”libéralisme” économique, sympathique de prime abord dans ce pays objectivement communiste au taux de chômage double de ses voisins, s’avérera vite bidon. Macron sera une poule mouillée en matière de réformes. Trop peur de la bagarre…

L’opération Macron, montée par des réseaux financiers et médiatiques   

L’élection d’Emmanuel Macron  à l’Élysée serait « le coup de poker le plus sidérant de toute l’histoire politique française » selon Guillaume Tabard (Le Figaro 10/05/2017). En tout cas, il a été bien préparé, notamment par l’exécution de François Fillon grâce à un appareil judiciaire partial, politisé et obéissant à Macron, alors ministre de l ‘Économie de Hollande (voir un article précédent de ce blog).

Tous les médias s’extasient – ou font semblant – de la fulgurante ascension du plus jeune président de la République, 39 ans, hors parti, fondateur d’un mouvement, En marche !, (devenu ” La République En Marche”, LREM) véritable start up politique revendiquant déjà 230.000 adhérents (chiffre exagéré, évidemment) et ridiculisant le PS et la droite. Pas de miracle là dessous : seulement une opération financière massive, préparée dans le secret depuis 2014, destinée à faire élire l’exécutant, le porte–parole de milieux dirigeants cosmopolites, oligarques internationaux alliés à d’importants intérêts musulmans. Pierre Bergé est évidemment de la partie. Tous ont choisi en Macron leur cheval de Troie, pour mettre la main sur la France et enrayer le péril (”populiste” ou plutôt populaire) du Front national présenté comme fascisant. Bien que ce dernier soit bien affaibli par l’agent Philippot et le programme contre–productif qu’il a imposé. 

La ligne économique floue de Macron – et nullement ”libérale” ! –  n’est pas le plus important pour ceux qui l’ont fabriqué ; ce qui compte, c’est son positionnement politique cosmopolite et islamophile. Macron et son lobby sont le résultat d’une opération financière internationale de grande ampleur – avec des dessous probablement cent fois plus opaques que les petites combines de Fillon poursuivi pour des broutilles par une justice au garde–à–vous. Fillon, qui était le symbole d’une France provinciale et catholique détestée – autant que la France déclassée et prolétarisée qui votre FN. Deux populations de souche méprisées par l’oligarchie cosmopolite qui finance Macron et qu’il représente.    

 La fulgurante ascension du play boy Emmanuel Macron, jamais vue dans l’histoire de la République ni chez nos voisins, s’explique donc en grande partie par l’ampleur d’une stratégie financière et médiatique  préparée depuis quelques années, impliquant de très gros investissements. Jamais Le Canard Enchaîné ni la justice n’oseront se pencher sur les ressorts de l’ascension de Macron.  C’est un homme qui a beaucoup plus de pouvoirs d’intimidation et de relations que M. Fillon…   

La campagne électorale de Macron a été financée à hauteur de 15 millions d’euros sans qu’aucune investigation judicaire ne survienne. Dans l’opacité la plus totale. À côté de cela, Fillon, le cocu content, est persécuté par une justice aux ordres. Cherchez l’erreur.

Show, vacuité et boniments

 Flou et ambigu sur tous les sujets, surtout régaliens, Emmanuel Macron apparaît à la fois brillant et d’une vacuité insipide. Mais dans cette société du spectacle, le vide, la superficialité, le show l’ont emporté sur le raisonnement et la réflexion politiques.  

 Rien que le vocabulaire d’Émmanuel Macron, se voulant le « progressiste » contre les « réactionnaires » appartient aux clichés de la vieille gauche. Macron est un jeune vieux, qui recycle des poncifs. C’est le produit chromé d’élites médiocres et fluctuantes, intelligentes, certes,  mais sans caractère ni convictions.

La « recomposition complète de la vie politique » avec Macron est une plaisanterie. La majorité des médias aux ordres (qui critiquent le ”poutinisme” de leurs confrères russes !) l’ont présenté  comme « le président des patriotes contre la menace nationaliste ».  Patriote, un homme qui explique qu’il n’y a pas de culture française, mais seulement une ” culture  en France ” ?

Un de ses expressions répétitives, « je vais être clair », signifie exactement le contraire. Le ”macronisme” est un syncrétisme opaque et mou qui se compare ridiculement au gaullisme en se voulant ”rassembleur”.  En Marche !signifie aussi l’inverse : Sur Place ! L’immobilisme, le réformisme minimaliste ou fallacieux sont la marque de fabrique de Macron, dont les ”réformes” n’ont été que des crottes de souris quand il était dans le gouvernement socialiste. Il représente le Système avec perfection : une communication flamboyante, des actes et des résultats misérables. 

En nommant le juppéiste Edouard Philippe (droitiste mou sans idées précises, girouette, issu du PS passé à droite et…islamophile) comme Premier ministre, Macron veut évidemment casser la droite et récupérer un maximum de voix LR aux législatives. Se concrétise bien là une stratégie de type IIIe et IVe République,  politicienne mais non pas politique (c’est-à-dire avec un ”axe de volonté”) au sens de Carl Schmitt.

 Macron se présente comme le rassembleur droite–gauche, une sorte de voiture balai. Il est la synthèse du vieux Système, de la gauche d’appareil et de la droite affairiste (et non pas entrepreneuriale), c’est–à–dire les deux faces de la même pièce. Il ne rassemble qu’une oligarchie déjà rassemblée.   

 Macron, agent de l’invasion migratoire et de l’islamisation

Ses propos tenus  en Algérie où il a accusé son propre pays de « crimes contre l’humanité » du fait du colonialisme (tout cela pour obtenir le vote des musulmans de France) révèlent un homme sans honneur et inquiétant. On note aussi une étrange tolérance envers un membre musulman de son équipe qui refusait de condamner le terrorisme islamique. Sur l’immigration et l’islamisation, Macron sera probablement encore plus laxiste que ses prédécesseurs. Il semble indifférent, voire favorable, à ces processus mortels pour la France.

Le président du Crif, (principale association juive), au nom d’une position anti FN, a appelé à voter pour lui, bien qu’il soit soutenu par l’UOIF (Union des organisations islamiques de France), structure  islamiste et antisémite dissimulée, partisane de la disparition d’Israël, financé par l’Arabie saoudite, actrice de l’islamisation de l’Europe et très en retrait sur la condamnation du terrorisme djihadiste. C’est une contradiction suicidaire de la part de cette haute autorité juive.   

Comme un certain nombres de hauts responsables juifs, M. Francis Kalifat, exactement d’ailleurs comme ses homologues chrétiens, est victime d’une naïveté destructrice face à l’islam. À moins que ce ne soit du calcul… Mais il est risqué. En tout cas, Emmanuel Macron  a été le candidat (comme Hollande) plébiscité par l’immense majorité des votants musulmans. Et c’est lui que les islamistes préfèrent. C’est normal : il n’y a rien dans son programme pour arrêter ou même ralentir l’invasion migratoire. Et tout pour l’accentuer.   

Soumission, la feuille de route du gouvernement Macron

Le Premier ministre, Édouard Philippe, un de ces LR macronisés, est un faux laïc et un vrai dhimmi (soumis) islamophile. Maire du Havre, il avait, en 2012, fait jeter 8.500 desserts  de cantines scolaires parce qu’ils contenaient de la graisse de porc, se soumettant ainsi avec lâcheté à la charia et imposant la nourriture hallal aux enfants non–musulmans. 

Dans la même veine, le nouveau président a promis une « bienveillance exigeante » envers l’idéologie islamique. On sait ce que ce genre de langue de bois veut dire. Plus encore que Juppé, inventeur de l’ « identité heureuse », Macron veut favoriser la discrimination positive, le multiracialisme et le multiculturalisme « heureux et inclusifs »(alors qu’ils sont dévastateurs). Macron est un grand ami de l’invasion migratoire à majorité islamique. C’est normal : les financiers qui l’ont porté au pouvoir, d’où pourraient-ils venir ? De quels pays ?

Détail très important : Malek Boutih, ancien président de SOS Racisme, encarté socialiste, musulman, peu soupçonnable de ”racisme islamophobe”, péché capital, a été éjecté de En Marche ! Pourquoi ?  Parce qu’il critiquait trop l’islamisme violent et l’UOIF, « classée parmi les organisations terroristes par les Émirats arabes unis », note Ivan Rioufol. Cette UOIF, très louche, a bruyamment soutenu Emmanuel Macron. Réfléchissez pourquoi. UOIF–Macron, même combat ?    

Macron refuse d’interdire les Frères musulmans en France, comme le voulait Fillon. Son ministre de la Justice, François Bayrou, vieille canaille opportuniste et girouette professionnelle, est sur la même ligne que lui. Macron, sous des dehors factices de lutte contre Dae’ch au Mali et au Moyen–Orient, capitulera devant l’islam conquérant et son immigration invasive en terre de France. Encore plus que ses cinq catastrophiques prédécesseurs (Giscard, Mitterrand, Chirac, Sarkozy, Hollande). 

Macron contre  le FN : procédés déshonorants

 Macron est, en beaucoup plus dur,  sur la même ligne anti FN que la majorité des politiciens guimauve LR – dont le chef bien coiffé Baroin qui a appelé à voter pour lui contre Marine Le Pen et qui, maintenant, en pleine contradiction, appelle à voter contre LREM aux législatives. (1) 

Macron sera le défenseur utopique et angélique des « quartiers populaires » (immigrés non–Européens musulmans) et des « minorités culturelles » (même signification), qui seront bientôt majorités, si rien ne change, et qui le sont déjà dans de nombreuses villes et banlieues, avec une explosion de la criminalité, de l’insécurité et de la dégradation des conditions de vie.

Un des ministres de Macron, Richard Ferrand, a été un des financiers d’associations palestiniennes et une de ses secrétaire d’État, Marlène Schiappa, est une militante anti–israélienne pro–arabe. Macron se dit ”pro –Européen”, mais n’est–ce pas être  ”anti–Européen” que d’organiser l’invasion ethnique de l’Europe ? Inversion orwelienne perverse du langage. 

Macron a essayé de ”rediaboliser” Marine Le Pen et le FN par une visite symbolique à Oradour–sur–Glane et au Mémorial de la Déportation et à celui de la Shoah, et en célébrant la mémoire d’un Marocain, Brahim Bouarram, noyé dans la Seine il y a plus de vingt ans en marge d’un défilé du 1er mai du FN à la suite d’une rixe avec des skins qui n’avaient rien à voir avec ce dernier. Le message est clair : Marine Le Pen et le FN seraient des racistes héritiers de Vichy et du nazisme. Ce procédé usé est injurieux, comme l’a montré Gilles–William Goldnadel, pour la mémoire des juifs jadis déportés, instrumentalisés par la communication électorale de Macron qui, par ailleurs, manœuvre sans scrupules  avec les musulmans judéophobes.  La communauté juive devrait vraiment se poser des questions sur Macron et son double discours permanent. Ce président n’est pas fiable. Pour personne.

Après Macron, le FN ?

Archange entouré de courtisans, il est mauvais pour le nouveau président d’être pris par les médias pour une sorte d’Obama français, de thaumaturge. Emmanuel Macron, pendant toute sa campagne, a donné l’impression, par sa gestuelle, son regard étrangement fixe et son langage ampoulé et exalté – mais insignifiant – d’imiter un télé–évangéliste américain. Le spectacle primait sur le fond, quasi absent. Plus merveilleuse est l’image, plus dure sera peut-être la chute. D’autant que déjà, en tout début de mandat, sa cote de popularité est plus faible que celle de ses prédécesseurs ; il ne bénéficiera d’aucun ”état de grâce”. Plusieurs commentateurs ont dit qu’il ne fera pas de vieux os et que son échec entraînera en 2022 la victoire du Front national. Mais ce dernier ne semble pas au meilleur de sa forme.   Ce sera le thème du prochain article de ce blog : «  L’avenir  du Front national ».  

 1 Le FN avait inventé l’UMPS pour souligner la connivence entre l’UMP et le PS. Et, suite à une profonde bêtise qui procède d’une profonde logique, le mouvement de Macron s’intitule LREM (La république en marche) qui reproduit (ridicule) LR – Les Républicains.  

https://www.gfaye.com/macron-artefact-et-marionette/

Objectif : se serrer la ceinture

« Les Français dépensent trop ! » C’est le message que, dès le lendemain de son élection à la présidence de la République française, Emmanuel Macron a reçu  du président de la commission européenne Jean-Claude juncker.

Nous sommes confrontés avec la France à un problème particulier, les Français dépensent trop d'argent et ils dépensent au mauvais endroit », a déclaré, depuis Berlin où il était en visite, le patron de la Commission européenne. Avant de préciser « Les Français consacrent entre 53 % et 57 % de leur Produit intérieur brut à leurs budgets publics ; compte tenu du niveau relativement élevé de la dette, cela ne peut pas fonctionner dans la durée. » Jean-Claude Juncker a donc invité le nouveau président français à faire un geste, en engageant les réformes nécessaires.

Le propos d'un des hommes les plus influents de Bruxelles prouve très clairement que le bilan du quinquennat qui se termine, et dont François Hollande paraît si satisfait, est bien mauvais. Mais surtout il signifie que nous allons continuer dans la voie de l'austérité.

Certes, à Bruxelles, on est plutôt heureux de l'élection d'Emmanuel Macron, et pas seulement parce qu'il a battu Marine Le Pen. Le nouveau président a surtout pour lui d'être un bon petit soldat de l'Union européenne - et tant pis si cela nous a valu de sa part quelques propos tout à la fois incohérents et mensongers.

Son programme électoral prévoit ainsi une réduction des dépenses publiques de 60 milliards d'euros en cinq ans, par le biais notable de la suppression de 120 000 postes de fonctionnaires. On comprend que d'aucuns, la fièvre du dimanche soir passée, commencent à faire la grimace...

Il en fait même un peu trop, au point que Jean-Claude Juncker s'est dit réservé sur son souhait de voir instituer un ministre des Finances de la zone euro. « Cela annonce une gestation très difficile, car tous les États de la zone euro ne sont pas d'accord pour que quelqu'un soit assis à Bruxelles ou ailleurs et décide, au-dessus des Parlements nationaux, de la manière dont les budgets doivent être faits », a commenté le président de la Commission européenne. En France, il y aura donc d'autant moins d'état de grâce - l'expression paraît d'ailleurs renvoyer désormais à Mathusalem... - que le commissaire européen spécialement en charge de cette question, un certain Pierre Moscovici, français et socialiste, a renchéri le lendemain, en appelant Emmanuel Macron à sortir son pays de la procédure de déficit excessif lancée à son encontre par l'Union européenne.

Bruxelles avant la France

« Nous avons, a-t-il assuré sur un ton apparemment aimable, toutes les raisons de penser que l'objectif de passer en dessous de 3%, de respecter les critères, est tout à fait tenable », expliquant que, pour cela, « la France a un effort très minime à faire ».

Bref ! Pierre Moscovici se veut bienveillant « Mon message n'est pas un message de pression, en aucun cas un message de sanction, c'est un message de confiance et de bienvenue. »

Bienvenue dans la dictature européenne, en quelque sorte ! Une dictature chère, qui plus est, car, comme tout le monde le sait, nous payons désormais plus de 44 milliards d'euros d'intérêts sur notre dette. Un système bien trop juteux, en définitive, pour l'abandonner.

On comprend que, à ce rythme, notre déficit ne fasse que se creuser (29,6 milliards fin mars), aggravant ainsi régulièrement une dette que le commun de nos concitoyens est incapable de lire du premier coup.

Berlin entend néanmoins soutenir Emmanuel Macron à son arrivée à l’Élysée. Dès le lendemain de son investiture, le nouveau président français devait d'ailleurs rendre visite à Angela Merkel.

Et le tout-puissant ministre allemand des Finances, Wolfgang Schäuble, ne cesse, depuis le 7 mai, de souligner les points de convergence de l'Allemagne avec le successeur de François Hollande, notamment sur les questions d'intégration. Reprenant une proposition du programme d'En Marche !, il a ainsi souligné la volonté allemande de créer « un Parlement de la zone euro », afin d'approfondir l'intégration européenne.

Sur ce point, l'exécutif allemand ne rencontre guère d'opposition. Martin Schulz, l'ancien président du Parlement européen, qui se présente en septembre contre Angela Merkel, se déclare, lui aussi, favorable à un projet de budget commun des pays de la zone euro.

Et même les agences de notation Moody's, Standard and Poor's et Fitch Ratings ont souligné l'aspect positif du programme du nouveau président - tout en appelant à se méfier de la capacité d'Emmanuel Macron à dégager une véritable majorité lors des élections législatives de juin, afin de dépasser le peu de crédit réel qu'il possède aujourd'hui au sein de ses propres concitoyens.

En clair, Emmanuel Macron, à défaut de relever la France, pourrait apparaître comme le sauveur d'une Union européenne en décapilotade, notamment par le manque de volonté politique de son prédécesseur.

Hugues Dalric monde&vie 18 mai 2017

Les infos dont on parle peu n°152 (20 mai 2017) - extrait

09:59 Écrit par pat dans actualité, divers | Lien permanent | Commentaires (0) |  Imprimer |  Facebook | | | |

DEPUIS HIER MATIN, À LYON, LES NATIONALISTES OCCUPENT UN BATIMENT EN PLEIN CENTRE VILLE : LE 1er BASTION SOCIAL EST NÉ !

2171723408.jpg

Communiqué de presse :

Aujourd'hui en France plus de 8,8 millions de Français vivent sous le seuil de la pauvreté, soit une personne sur sept. Entre 140 000 et 150 000 personnes sont SDF.

L’État français est actuellement propriétaire de 78 millions de m2 dont 11 millions sont officiellement vacants (c'est à dire inoccupés), parmi lesquels 1 million de logements.

Il aurait donc largement la possibilité d'attribuer des logements aux plus démunis de nos compatriotes. Néanmoins, celui-ci préfère s'occuper des clandestins extra-européens qui, chaque jour, déferlent sur nos côtes au mépris des Français.

En conséquence, nous avons donc décidé la réquisition d'un immeuble abritant d'anciens logements de fonction inoccupés depuis des années et susceptibles d'offrir un toit aux nôtres. Nous proclamons par cet acte hautement symbolique l'ouverture du Bastion Social Lyon, lieu de solidarité et d'entraide.

Nous appelons tous les Français soucieux du sort de leurs compatriotes et de l'application de la justice sociale à nous rejoindre pour nous prêter main forte directement dans ce batiment situé au 18 rue du Port-du-temple 69002 Lyon. Nous avons besoin de toutes les bonnes volontés, qui souhaitent aider les nôtres avant les autres, afin de pouvoir rénover les lieux, de nous apporter des dons alimentaires, vestimentaires ou financiers. « Nous entrons dans un temps ou les paroles doivent être authentifiées par des actes. » disait Dominique Venner.

Avec cette occupation, nous voulons lancer un signal fort au pouvoir en place. Il est temps d'appliquer la réelle préférence nationale !

Nous demandons donc :

- La mise en place d'un grand plan de construction et de réhabilitation des logements, y compris des logements étudiants.
- La systématisation de la priorité nationale pour l'attribution de ceux-ci.
- La réquisition et la rénovation totale des batiments publics abandonnés afin que les français les plus démunis puissent avoir un logement décent.
- La baisse de la taxe d'habitation pour les plus modestes et l'arrêt immédiat de son augmentation ainsi que sa suspension pour les étudiants les plus modestes.
- La facilitation de l'accès à la propriété par la mise en place de prêts aidés et de micro-crédits.

Telles sont nos propositions actuelles afin que les français puissent retrouver une dignité dans un monde moderne détruit par le capitalisme et l'ultra-individualisme.

Nous donnons donc rendez-vous à tous les bénévoles qui souhaitent participer au projet d'aide concrète envers notre peuple au Bastion Social, 18 rue du Port-du-Temple, 69002 Lyon.

La solidarité est une arme !

Steven Bissuel, GUD Lyon

http://synthesenationale.hautetfort.com/

Pierre Hillard : Le nouvel ordre mondial, accélération et conséquences

Immigration et terrorisme : la Pologne appelle l’Europe à sortir de sa léthargie

635881144445865461.jpg

Menacée par la Commission puis par le Parlement européen si elle persistait dans son refus d’accueillir son quota de « migrants », la Pologne a fait savoir qu’elle ne céderait pas.

Dans un débat, mercredi, à la Diète polonaise, sur les questions de défense et de sécurité, après une motion de censure de l’opposition libérale contre le ministre de la Défense, le Premier ministre Beata Szydło a prévenu ceux dont le gouvernement avait, en 2015, accepté de prendre un quota de « réfugiés » : 

« Nous n’accepterons aucun chantage de la part de l’Union européenne. Nous n’allons pas prendre part à la folie des élites bruxelloises ! »

Le Premier ministre polonais a aussi lancé un appel aux Européens, en rapport avec l’immigration de masse et le terrorisme islamique qui en découle dans les villes européennes, comme à Manchester lundi soir, où un couple de Polonais a été tué par la bombe de Salman Abedi :

« Nous avons le courage de poser la question aux élites politiques en Europe : où allez-vous, où vas-tu, Europe ? Sors de ta léthargie, car sinon tu pleureras tous les jours tes enfants ! »

Après avoir été, aux côtés de la Hongrie et de l’Autriche, menacée de sanctions, la semaine dernière, par la Commission européenne puis par le Parlement européen si elle persistait dans son refus d’accueillir son quota de « migrants » dans le cadre du plan de relocalisation décidé à la majorité du Conseil européen en septembre 2015, la Pologne a très clairement fait savoir qu’elle ne céderait pas. Pour le chef du parti conservateur Droit et Justice (PiS/Prawo i Sprawiedliwość), qui gouverne la Pologne depuis sa victoire aux législatives en octobre 2015, l’accueil d’un important groupe d’étrangers extra-européens entraînerait une catastrophe sociale et obligerait à accepter de « réduire radicalement le niveau de sécurité [en Pologne], et pas seulement à cause du terrorisme car il y a aussi d’autres menaces ».

Beata Szydło a, elle aussi, pointé du doigt le danger pour la sécurité nationale que représenterait l’arrivée de populations totalement étrangères culturellement, qualifiant la crise migratoire actuelle de crise majeure pour la sécurité de l’Union européenne. Le Premier ministre polonais a encore défendu la politique de son gouvernement, qui est d’aider les vrais réfugiés en Syrie et dans les pays voisins, alors que le gouvernement précédent, dirigé par Ewa Kopacz, avait au contraire fortement réduit ces aides en faveur des réfugiés au Moyen-Orient au moment même où il se vantait d’accepter d’accueillir généreusement les immigrants illégaux imposés par l’Union européenne, et surtout par l’Allemagne, qui leur avait ouvert les portes en grand en 2015.

Pour l’opposition libérale, les propos du Premier ministre sont autant d’insultes scandaleuses à l’encontre des partenaires européens de la Pologne. Mais cette opposition libérale, proche du président du Conseil européen Donald Tusk, n’est qu’une partie de l’opposition. L’opposition à la droite du PiS (Kukiz’15, nationalistes) soutient, en effet, le PiS dans son refus d’accueillir les immigrants musulmans arrivés illégalement en Europe. Quant au leader du parti social-démocrate (post-communiste) SLD, Leszek Miller, il a lui-même violemment critiqué le manque de réaction décidée de l’Europe occidentale face au terrorisme après l’attentat de Manchester. Un manque de réaction qu’il met sur le compte de la dictature du politiquement correct :

« Parmi ceux qui reviennent du Moyen-Orient, il y a de nombreux criminels qui devraient être en prison au lieu de se balader en Europe en percevant des prestations sociales, »

a ainsi protesté le leader de la gauche polonaise, qui a aussi appelé à fermer les mosquées radicales, à expulser tous les étrangers soupçonnés de liens avec le terrorisme et tous les imams radicaux, et à liquider toutes les enclaves à djihadistes du continent, toutes ces zones de non-droit gouvernées par la charia où les forces de l’ordre n’osent plus aller.

Suivez mon regard…

http://www.bvoltaire.fr/immigration-terrorisme-pologne-ap...

27/05/2017

Immigration : La Hongrie forme ses “chasseurs à la frontière”

2015-09-15T130638Z_169387162_LR2EB9F10ERO7_RTRMADP_3_EUROPE-MIGRANTS-HUNGARY_0-1-600x339.jpg

Ces nouveaux gardes-frontières ont été institués par le Premier ministre Victor Orban et leur nom fait polémique.

Les défenseurs des droits de l’homme y voient un sous-entendu de “chasse aux migrants”.

Mark Kekesi, activiste du “Groupe Solidarité Migrants de Hongrie”, a déclaré : “Je crois qu’en lui-même ce nom de “chasseurs de frontière” est effrayant, j’aurais choisi autre chose.”

De leur côté, les autorités hongroises démentent tout sous-entendu dans l’intitulé des nouvelles unités spéciales de gardes-frontières.

Klara Kiss, vice directeur du Centre du centre de formation et d’entraînement de la police nationale hongroise, déclare pour sa part :

Les médias peuvent tout interpréter à leur manière. Ce que nous voulons dire, c’est que ces jeunes gens vont travailler le long de la frontière, c’est cela le véritable sens.

21:31 Écrit par pat dans actualité, Europe, immigration | Lien permanent | Commentaires (0) |  Imprimer |  Facebook | | | |

Pascal Gauchon : Que veut Poutine ?

Julien Rochedy : « Il y a un espace énorme à droite pour un mouvement nouveau »

Julien Rochedy revient sur les erreurs stratégiques de Marine Le Pen. Son crédit est émoussé par le débat et elle est « piégée » par le « problème » Philippot. Il pense qu’il est temps de tourner la page car le Front national et la famille Le Pen ont fait une OPA stérile sur la droite nationale. Sur les ruines de LR et du FN, de nombreux talents travaillent déjà à l’émergence d’une nouvelle structure.

http://www.bvoltaire.fr/y-a-espace-enorme-a-droite-mouvem...

« France S .A. »

Célébration multiculturalisme, négation de la culture française, le nouveau président annonce la couleur.  La France des français de souche et de la culture populaire sera l’une des premières victimes. Le pire, c’est maintenant.

« Je vois les Arméniens, les Comoriens, les Italiens, les Algériens, les Marocains, les Tunisiens, je vois les Maliens, les Sénégalais, les Ivoiriens, j'en vois des tas d'autres que je n'ai pas cités. Mais je vois quoi ? Des Marseillais ! Je vois quoi ? Je vois des Français ! Des Français ! »

Le discours de Marseille d'Emmanuel Macron n'a pas frappé les esprits que par le ridicule du braillement et le plagiat éhonté de son (ex ?) patron, François Hollande, dans cette même ville en 2012. Oui, Macron voit bien des Français, mais des Français qui revendiquent leurs origines, leurs cultures, insolubles dans celle de leur pays d'accueil, sommé par cette tirade de faire place à toutes ces « chances pour la France ». La définition même du multiculturalisme, mot que le candidat Macron aura pris soin de récuser par ailleurs dans son habituel double discours qui n'aura trompé que les (nombreux) gogos.

Car dans cette tirade faite pour n'oublier personne, Macron aura tout de même oublié le principal, au moins numériquement parlant le Français de souche (ou de branche, mais qui se sent avant tout Français). Un oubli qui ne doit rien au hasard, tant « notre » nouveau président méprise cette catégorie qui peuple la France périphérique et qu'il a peu ou prou abandonnée à sa rivale malheureuse. En effet, l'héritier de Hollande a misé comme lui, plus encore même, sur le nouveau « peuple de gauche », façon Terra Nova immigrés, minorités ethniques, sexuelles ou religieuses, cadres bobos habitant les métropoles, bref les acteurs plus ou moins heureux de la mondialisation libérale et libertaire.

Autant de personnes qui soit ignorent, soit méprisent (souvent les deux à la fois) notre héritage culturel et civilisationnel, qui sont les chantres, de gré ou de force, de « l'adaptation » de notre pays à la mondialisation que prône le nouveau locataire de l’Élysée. Et ceux qui refusent de plier à la marche du "progrès" sont condamnés à ne devenir qu'une communauté parmi d'autres ou à passer par pertes et profits, bref à disparaître, dans le langage managérial qu'affectionne Macron.

Pas étonnant d'ailleurs que Michel Onfray ait pu lancer sur un plateau de télévision « Macron a séduit tous les incultes, ça fait du monde », tant la « start-up Macron » vantée par les médias, n'était que cela : quelques pros de la communication événementielle, du marketing digital, qui façonnaient, à coups d'applis et d'algorithmes, meetings et discours destinés à l'urbain zappeur façonné par le politiquement correct.

Dans la « France SA. » qu'ils fantasment, la culture n'est au mieux perçue que comme un loisir, une marchandise. En témoigne la mesure-phare de son programme en la matière, le « Pass Culture », un crédit de 500 euros offert à tous les jeunes de 18 ans, à dépenser dans les activités culturelles de leur choix concerts, expos, achats de livres ou de contenus culturels, bref, une subvention déguisée à la FNAC, iTunes, Amazon et consorts.

Chez Macron, le bal des ignares euphoriques

Là, comme dans son ambition de créer un « Netflix » (service de location de films et séries) européen ou un « Erasmus des professionnels de la culture », on ne distingue guère la défense et la promotion de l'art de vivre, des arts, des traditions ou des savoirs français. Est-il besoin de rappeler que pour le président de la France, « il n'y a pas de culture française. Il y a une culture en France » et que « l’art français, je ne l'ai jamais vu » ?

Bien des ouvriers et des employés qui sont allés passer un dimanche au Louvre en connaissent donc plus à ce sujet que l'énarque qui nous gouverne désormais... Ce n'est pourtant pas la disparition des chefs-d'œuvre de notre patrimoine artistique qui les préoccupe le plus, mais celle de leur mode de vie, hérité des Celtes, des Romains, des Grecs et de 1000 ans de christianisme. Une culture menacée par l'immigration de masse, principalement musulmane.

Avec Macron au pouvoir, on ne saurait que trop recommander à nos compatriotes la (re) lecture du Camp des Saints, tant il prévoit d'ouvrir encore plus grand les vannes de l'immigration. Celui qui qualifie l'accueil d'un million et demi de clandestins par l'Allemagne de « fierté et de force pour l'Europe » a ainsi donné le ton de son quinquennat. Il enfonce le clou quand, en campagne à Alger (sic), il annonce vouloir « favoriser la mobilité entre les deux rives de la Méditerranée » et un peu plus tard, vouloir « créer une route de la liberté et de la responsabilité qui traverse l'Afrique jusqu'en Europe ».

Une « autoroute migratoire », dénoncée par Marine Le Pen, dont le flot risque bien d'emporter les dernières digues de la culture française. N'évoquons même pas le volet sécuritaire (délinquance et terrorisme) de la question, ou son coût économique et social... Les classes moyennes et populaires, dans leur existence physique comme dans leur être, sont directement menacées.

Richard Dalleau monde&vie 18 mai 2017