Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Europe - Page 6

  • La Turquie multiplie les provocations contre la Grèce, par Olivier Bault

    Après avoir organisé l’assaut contre la frontière grecque par des dizaines de milliers de « migrants », la Turquie multiplie les provocations à sa frontière avec la Grèce. Mercredi, deux F-16 turcs ont été filmés alors qu’ils faisaient une incursion au-dessus du territoire grec dans le nord de l’Evros, province portant le nom du fleuve séparant les deux pays. Les médias grecs rapportaient également des coups de feu tirés par les forces spéciales turques en direction d’une patrouille de la police grecque.

    « L’Union européenne doit montrer, avec fermeté, sa solidarité totale avec une nation démocratique de 10 millions d’habitants menacée par un Etat autoritaire de 84 millions d’habitants. En défendant les frontières sud de “l’espace Schengen”, le Premier ministre grec Kyriákos Mitsotákis doit être pleinement soutenu », pouvait-on lire lundi dans une lettre ouverte adressée par Marine Le Pen à Ursula von der Leyen, la présidente de la Commission européenne, et à Charles Michel, le président du Conseil européen, le jour de la visite à Bruxelles du président turc Recep Erdogan. Une visite qui n’a rien donné puisque Erdogan était venu discuter financements européens et suppression des visas pour les Turcs après avoir appelé dimanche, lors d’un discours télévisé à Istanbul, la Grèce à ouvrir ses frontières pour laisser passer les « migrants » afin qu’ils aillent dans d’autres pays européens. Cette déclaration est à mettre en relation avec celle du ministre turc de l’Intérieur, Süleyman Soylu, le 5 mars sur CNN Turquie : « Les réfugiés qui tentent de rejoindre l’Europe dépasseront bientôt le million. Les gouvernements européens tomberont. Leurs économies seront déstabilisées, leurs marchés chuteront et ils ne pourront rien y faire. »

    Lire la suite

  • Maximilian Krah : « Les gens vont comprendre que l’Allemagne est devenue malade à cause de Merkel ! »

    maximilian_krah.jpg

    Boulevard Voltaire revient sur les attentats de Hanau, qui ont eu lieu le 19 février dernier, dans deux bars à chicha. Neuf personnes sont décédées et cinq autres ont été blessées par un tireur fou qui s’est, lui-même, suicidé après avoir assassiné sa mère. Le parti de l’AfD a immédiatement été montré du doigt par les médias. L’eurodéputé Maximilian Krah a bien voulu accorder un entretien à Boulevard Voltaire sur le sujet.

    Comment avez-vous réagi en apprenant l’attentat de Hanau ?

    D’abord, j’ai été très stupéfait par cet acte terroriste. Ensuite, je savais que l’on essaierait d’accuser l’AfD. Ces derniers temps, on veut toujours rendre l’AfD responsable, peu importe ce qu’il se passe. Il m’a paru évident qu’on allait essayer de formuler des griefs à notre encontre.

    Lire la suite

  • « Je Suis Grec ! », rassemblement de soutien au peuple grec face à l’agression migratoire orchestrée par le régime turc, ce vendredi

    Communiqué : Je Suis Grec ! Ce vendredi 13 mars à 17h00 aura lieu un grand rassemblement organisé par le Parti de la France et le Collectif Franco-Grec devant l’ambassade de Turquie à Paris, pour manifester notre soutien au peuple grec face à l’agression migratoire orchestrée par le régime turc.

    Le pouvoir turc tente aujourd’hui de faire pression sur l’Union Européenne en poussant 4 millions de migrants musulmans contre les frontières grecques.
    Ces migrants dont les origines sont principalement pakistanaise et afghane sont utilisés comme des « armes par destination » par l’autocrate islamiste Erdogan.

    La Grèce déjà exsangue économiquement et socialement doit être soutenue dans son combat frontalier par l’UE et les patriotes de toutes les nations européennes.

    La manifestation aura donc pour but d’exprimer son soutien au peuple grec face aux provocations du sultan mégalomane mais aussi d’affirmer fermement l’opposition des peuples d’Europe à toute nouvelle installation de migrants dans nos pays.

    Prendrons la parole à cette occasion : Thomas Joly (Président du Parti De la France), Hervé van Laethem (Président de Nation -Belgique), Olivier Piacentini, Fiorina Lignier et Epona
    Un message de soutien à cette manifestation de Jean-Marie Le Pen sera lu par Alexandre Simmonot.

    https://www.tvlibertes.com/actus/je-suis-grec-rassemblement-de-soutien-au-peuple-grec-face-a-lagression-migratoire-orchestree-par-le-regime-turc-ce-vendredi

  • Face à l’invasion, les Grecs peuvent compter sur la solidarité européenne

    La France est un pays formidable. Alors qu’en ce début du mois de mars, un pays européen est agressé par la Turquie, les médias français de grand chemin réduisent cet événement majeur à un entrefilet présentant tout au plus des « incidents » à la frontière gréco-turque. L’annulation d’épreuves sportives à cause du coronavirus semble bien plus importante dans la hiérarchie de l’information que la défense du territoire grec.

    Il y a pourtant des motifs d’espérer : les soutiens au peuple grec dans sa résistance à la tentative de submersion migratoire organisée par le gouvernement turc sont nombreux. Et ils ne se limitent pas à un soutien humanitaire, comme celui proposé par les institutions européennes, qui refusent de comprendre que l’on ne défend pas un continent avec de bons sentiments et en donnant de l’argent au pays qui vous agresse.

    Les douaniers grecs, rapidement débordés par la manœuvre du président Erdogan, qui a poussé des milliers de migrants vers la frontière grecque, ont pu compter rapidement sur de nombreux soutiens. Ces soutiens prennent de multiples formes : renforts à la frontière avec la Turquie, propositions d’appui logistique, manifestations, déclarations de solidarité au peuple grec, etc.

    Lire la suite

  • Crise migratoire : fracture au sein de l’Union Européenne

    Le gouvernement rouge-jaune italien campe sur ces positions immigrationniste et politiquement correcte. Lors du sommet des ministres de l’Intérieur tenu en urgence à Bruxelles en fin d’après-midi le mercredi 4 mars, l’Italie a refusé de consentir à la Grèce des renforts de police. Athènes demandait l’envoi symbolique de 100 hommes de toute l’Europe, la Pologne en garantit 200, tandis que Rome n’accorde que des hommes pour étudier les demandes d’asile et ses bateaux des garde-côtes ne chasseront pas les canots

    Pourtant l’activation de Frontex, l’agence communautaire de défense des frontières, faite à la demande du premier ministre grec, Kyriakos Mitsotakis, signifie que les pays membres doivent fournir leurs propres unités de renfort à la police et aux garde-côtes grecs afin qu’ensemble les 27 pays de l’UE protègent les frontières extérieures de l’Europe.

    Dans les coulisses européennes, la crise des réfugiés lancée par la Turquie contre la frontière grecque, creuse encore une autre fracture parmi les Vingt-sept.  Car si d’un côté les pays du Visegrad veulent aider la Grèce à repousser les « migrants », les pays de l’ouest se montrent plus frileux dans l’usage de moyens fermes contre l’invasion, l’Allemagne de son côté, ayant une forte communauté turque sur son sol, désirant également ménager Erdogan.

    Le document final a donc fait l’objet de longues discussions, le pays d’outre-Rhin voulant à tout prix éviter le mot “condamnation” contre la Turquie, remplacé par « rejeter fermement ». « Bien que le Conseil – écrivent les ministres – reconnaisse l’augmentation de la charge migratoire et les risques auxquels la Turquie est confrontée sur son territoire et les efforts considérables en transportant 3,7 millions de migrants et de réfugiés, refuse fermement que la Turquie utilise la pression migratoire à des fins politiques » peut-on donc lire dans le communiqué final du sommet.

    Francesca de Villasmundo

    https://www.medias-presse.info/crise-migratoire-fracture-au-sein-de-lunion-europeenne/118529/

  • Le nécessaire retour aux frontières, par Ivan Rioufol

    ivan-rioufol-les-traitres-gilets-jaunes-1200x728-1.jpg

    Fron-tière : un mot que le progressiste a du mal à épeler et à prononcer. Pour les convertis à la nouvelle religion des droits de l’homme et aux sociétés ouvertes, rien ne doit plus distinguer ni séparer les nations et les peuples. L’utopie est en vogue dans la macronie, ce produit de l’air du temps. Il y a deux semaines, parlant de l’épidémie du coronavirus, le ministre de la Santé, Olivier Véran, déclarait : “On ne fermera pas les frontières car ça n’aurait pas de sens“. Propos repris dans la foulée par la porte-parole du gouvernement, Sibeth Ndiaye : “Les frontières physiques n’ont pas de sens pour un virus”. Pas de sens : une expression répétée dès lors par la moutonnerie médiatique, s’évertuant à ne pas voir non plus le lien entre la mondialisation et la contamination du Covid-19 comme une traînée de poudre. Mais qu’observe-t-on ces jours-ci, sinon le recours aux frontières, aux confinements, aux quarantaines ? Après Israël, qui a fermé ses entrées immédiates aux arrivants des pays à risque (dont la France), l’Italie a décidé ce week-end de faire vivre le nord du pays – de Milan à Venise – dans une sorte de camp retranché jusqu’au 3 avril.

    Lire la suite

  • Grèce: des agriculteurs pulvérisent du lisier de porc par dessus la frontière gréco-turque pour repousser les assauts des migrants

    GettyImages-1205579233-795x447.jpg

    La Grèce prévoit de rallonger de 36 km la clôture renforcée le long de sa frontière avec la Turquie, afin de mieux contenir les migrants et réfugiés qui tentent de la franchir, a indiqué dimanche une source gouvernementale. En attendant, des agriculteurs grecs sont venus en aide aux militaires, en épandant du lisier de porc aux abords de la frontière.

    Lire la suite sur

  • Jordan Bardella : « Ces “migrants” se comportent comme des hooligans, avec des dégradations, notamment d’églises ! »

    Le député européen (RN) Jordan Bardella revient sur sa visite avec Jérôme Rivière à la frontière gréco-turque, raconte ce qu’il a vu et ses rencontres avec les Grecs. Il dénonce l’attitude de chantage de la Turquie et la faiblesse de l’Union européenne.

    Tandis qu’Ursulla von der Leyen et Charles Michel accueillaient Recep Tayyip Erdoğan à Bruxelles, vous vous êtes rendu à la frontière gréco-turque. Vous avez vu de vos propres yeux des hordes de migrants, appuyées parfois par la police turque, tenter de forcer le passage et de pénétrer en Grèce sur le territoire européen. Ce que vous avez vu reflète-t-il la réalité que nous voyons sur les réseaux sociaux et dans les médias ?

    Ce qui se dit sur les réseaux sociaux est vrai. Avec Jérôme Rivière, député du Rassemblement national au Parlement européen, nous sommes allés sur place pour voir ce qui attendait la France si on ne fait rien face à cette submersion migratoire organisée par la Turquie. Nous avons rencontré beaucoup de généraux de l’armée turque qui sont notamment en charge de sécuriser la frontière.
    Nous avons pu également voir la police turque couper les barbelés appartenant à la Grèce.

    Lire la suite

  • L'immigration, c'est une invasion doublée d'un appauvrissement pour la France...

    Comme d'habitude, on gagne à écouter la totalité du débat.

    Retenons en juste ces quelques points :

    1. oui, la question démographique est avant tout identitaire...

    2. en réalité même du point de vue économique, elle se révèle être une très mauvaise affaire pour la France :

    - pression à la baisse sur les salaires...

    - économie parallèle et souterraine, en marge de l'économie réelle et de l'économie vraiment nationale, échappant aux impôts et propice à tous les trafics possibles (oeuvres d'art, armes, drogues, prostitution... etc)

    3. et Zemmour a raison de rappeler qu'il n'y a quasiment plus d'immigration économique; il s'agit surtout :

    - de faux étudiants...

    - d'un regroupement familial : pour celui-ci, le prix Nobel d'économie Maurice Allais a calculé qu'un travailleur venu de l'étranger coûtait à la collectivité nationale 4 fois plus cher qu'un travailleur autochtone; et dans certaines "cités" le taux de chômage dépasse allègrement les 40% !

    - du droit d'asile dévoyé : on sait très bien que 80% des demandeurs sont déboutés, mais que seulement 10% repartent. D'ailleurs, là aussi, Zemmour a beau jeu de rappeler que le vrai droit d'asile s'applique à quelques personnes et non pas à des masses. Le système ne s'est pas honoré en le refusant, à l'époque, au grand Soljénitsyne... alors qu'il l'accorde aujourd'hui à l'aveuglette et - pour parler net - à n'importe qui...

    En somme une fois de plus, ce fut entre Zemmour et son adversaire un débat entre Vérité(s) et Théorie(s)...

    http://lafautearousseau.hautetfort.com/archive/2020/03/10/l-immigration-c-est-une-invasion-doublee-d-un-appauvrissemen-6219034.html