Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

l'information nationaliste - Page 6

  • Le réel, arme de destruction massive des idéologies progressistes, par Anthony Grange (Les Identitaires)

    orbanetsalvini-1021x580-600x341.jpg

    En quoi le populisme est-il différent des autres ismes ? Qu’est-ce qui différencie un Matteo Salvini ou un Donald Trump d’un Emmanuel Macron ou d’une Angela Merkel ? Le rapport au peuple, c’est évident. Mais, sans doute Emmanuel Macron pense-t-il sincèrement agir pour le bien du peuple français. Personne ne dit vouloir le malheur du peuple, ou aller contre ses intérêts.

    Alors quelle est la différence entre les populistes et les autres ?

    Celle-ci est en fait assez évidente. Un socialiste, un libéral, etc., va agir pour une idée. Le populiste, lui, va agir pour le réel.

    Emmanuel Macron pense sincèrement qu’il est bon d’ouvrir encore plus la France à la mondialisation. Il est persuadé qu’intégrer les circuits économiques internationaux permettra d’améliorer la situation du plus grand nombre. À travers la croissance économique, un plus grand nombre de Français accédera au travail, à la richesse, au progrès. À travers l’immigration massive, la France deviendra plurielle, ouverte, tolérante, métissée, ce qui, dans son esprit, est positif.

    Sans doute Emmanuel Macron a-t-il conscience des « dommages collatéraux » provoqués par sa politique. Il est trop intelligent pour ne pas voir les dégâts immenses causés par la désindustrialisation à des régions entières. Il sait que, sous l’effet de l’immigration massive, la France est aujourd’hui fracturée, divisée et au bord de l’explosion.

    Mais, dans l’esprit d’Emmanuel Macron, ce ne sont jamais que des mauvais moments à passer. Grâce aux forces du progrès, les ouvriers licenciés, ou à défaut leurs enfants, suivront des formations et pourront s’insérer sur un marché du travail nouveau. Grâce aux forces du progrès, les communautés parviendront à cohabiter les unes à côté des autres et formeront un patchwork cohérent et fraternel.

    Le populiste, lui, voit les choses différemment. Il ne se contente pas d’une idée de progrès, d’une idée de bien-être, d’une idée d’amélioration. Il n’accepte qu’une amélioration réelle et préfère, somme toute, maintenir l’existant plutôt que le sacrifier au bénéfice d’une simple idée. Le populiste n’est hostile ni au progrès, ni au changement, mais il demande que celui-ci soit concret, réel, qu’on puisse le voir et le toucher.

    Certains reprochent aux populistes de manquer de réflexion, de ne pas agir selon de grands principes. Les « élites » reprochent aux populistes de ne rien comprendre aux théories économiques (une accusation de plus en plus remise en question lorsqu’on voit les résultats économiques de Donald Trump ou même de Viktor Orban, qui feraient pâlir d’envie nos gouvernants français…).

    Mais les populistes ont pour eux de faire passer le réel avant l’idéologie, le concret avant la théorie. Le bilan de ceux qui les attaquent est désastreux : tant sur l’économie, dont ils prétendent pourtant être experts, que sur le sociétal et la fracture ethnique. Sans parler de leur taux de popularité. Tandis que Macron ne décolle pas des 30 % d’opinions favorables, un Matteo Salvini en Italie en cumule plus de 60 % !

    La recette de la réussite politique apparaît de plus en plus clairement : protéger le peuple, dans tous les domaines. Faire du protectionnisme économique mais aussi migratoire. En somme, revenir aux fondements de la politique, c’est-à-dire la défense du peuple et de ses intérêts.

    Anthony Grange  

    https://www.les-identitaires.com/2018/10/le-reel-arme-de-destruction-massive-des-ideologies-progressistes/

  • SAMEDI APRÈS-MIDI, LA DROITE NATIONALE A RENDU HOMMAGE À JEAN-PIERRE STIRBOIS

     45288706_2253891441299396_8290605423354970112_n.jpg

    A l'initiative du Parti de la France, une forte délégation de responsables et militants nationaux et nationalistes s'est rendue samedi après-midi au cimetière Montparnasse à Paris sur la tombe de Jean-Pierre Stirbois, secrétaire général du Front national, prématurément décédé il y a 30 ans, dans la nuit du samedi 5 novembre 1988 à Pontchartrain dans les Yvelines, en revenant de Dreux où il venait de tenir un ultime meeting pour la défense de la Calédonie française.

    Au cours de cette émouvante cérémonie, Carl Lang, Président du Parti de la France, qui, rappelons-le, lui succéda au secrétariat général du FN, souligna le rôle éminent joué par Jean-Pierre Stirbois, aux côtés de Jean-Marie Le Pen, dans l'émergence au début des années 80 du Front national. Il rappela aussi que Jean-Pierre fut l'un des premiers à dénoncer ce danger grandissant que représente pour notre peuple l'immigration incontrôlée et à réaliser, lors de l'élection municipale partielle de Dreux en septembre 1983, l'union victorieuse de la droite contre la liste socialo-communiste.

    Notons la présence de nombreux anciens proches collaborateurs et amis de Jean-Pierre à cet acte hautement symbolique ce qui prouve, s'il en était encore besoin, que dans notre camp la fidélité n'est pas un vain mot...

    S.N.

    45442013_2253891391299401_5697933107861127168_n.jpg

    Pour information, sachez que dans quelques semaines, pour marquer le trentième anniversaire de sa disparition, sortira le n°15 des Cahiers d'Histoire du nationalisme consacré à Jean-Pierre Stirbois.

    http://synthesenationale.hautetfort.com/archive/2018/11/04/samedi-apres-midi-la-droite-nationale-a-rendu-hommage-a-jean-6102367.html

  • Europe: Une tempête menace à la frontière, selon des experts: « Maintenant, d’autres arrivent »

    À la frontière croate, à seulement 224 kilomètres de l’Autriche, plus de 20 000 migrants espèrent avoir une chance de percer en Europe centrale.

    L’exécutif est inquiet. Alarmiste? Hystérique? Le danger de l’immigration clandestine est-il trop souvent et trop fortement relayé par le gouvernement fédéral?

    Notre journal a interrogé des experts de l’exécutif ayant les meilleures relations dans les Balkans.

    Les informations les plus récentes des officiers de liaison sur la situation dans la région frontalière entre la Bosnie et la Croatie à Velika-Kladusa, à 224 kilomètres de Spielfeld, se trouvent sur le bureau du chef du département au ministère de l’Intérieur. Leur analyse: une tentative décisive d’au moins 20 000 migrants à ce poste frontalier avec l’Europe centrale pourrait être imminente.

    « Ils sont armés, presque tous ont un couteau »

    « Les Croates essaient vraiment de gérer cela seuls. Ils ont également positionné des forces spéciales lors de cette transition », déclarent les analystes du groupe III (Migration) du ministère de l’Intérieur à Vienne.

    Mais il y a des développements inquiétants, les responsables disent:

    Lire la suite

  • Du djihad à la guérilla urbaine, le pas est-il franchi ?

    Capture-10.png

    C’est avec consternation que les autorités ont constaté que, malgré leurs efforts (15.000 policiers mobilisés, autant qu’au Texas pour lutter contre la vague migratoire !), les incidents du 31 octobre (s’il est possible d’appeler « incidents » des voitures incendiées, des forces de l’ordre caillassées, un centre commercial pris d’assaut), non seulement avaient eu lieu, mais s’étaient étendus à nombre de quartiers jusque-là sans histoire, et qu’ils étaient le fait de jeunes de plus en plus jeunes (treize-quinze ans), que les médias complaisants appellent des enfants. Il « n’y a eu que » 116 interpellations qui, probablement, seront sans suite. La veille, pourtant, « la purge », c’est-à-dire l’appel à s’attaquer à tout ce qui représente l’autorité et l’État, avait été lancée. Plus tôt, des rappeurs appelaient à assassiner tous les Blancs – hommes, femmes et enfants. Excusez du peu. Bien entendu, on a crié au canular. Surtout pas de vagues, les moutons doivent être égorgés sans bêler.

    Ces appels sont, en clair, des « fatwas » citoyennes, des appels, au niveau national, à la guérilla urbaine avec constitution de groupes par quartiers. Plus besoin d’attentats djihadistes, plus besoin de kamikazes, plus besoin de se radicaliser.

    Car, aujourd’hui, ce sont certains jeunes, radicalisés ou non, qui mènent le combat. Pourquoi ? Parce qu’ils n’ont rien à perdre et qu’ils ne croient pas aux valeurs qui rassemblent la nation. Nos peuples faits de vieux et de fatigués espèrent toujours qu’ils auront disparu avant de voir les réalités. Sauf que les prédictions se réalisent. En 40, on espérait que la guerre n’arriverait pas devant chez soi. Les habitants de Nîmes ou de Gaillac faisaient semblant de vivre comme si de rien n’était ; et puis, un jour, ils sont arrivés…

    Les djihadistes sont en train de gagner. La violence s’étend maintenant partout, dans les quartiers, à l’école, dans les rues. Leur bras armé ? Les jeunes déboussolés, livrés à eux-mêmes et sûrs de leur impunité. La nature fait naître des fauves, l’éducation, des citoyens. La théorie rousseauiste de l’angélisme est malheureusement une fable. Des dizaines de cités en France, présentant, comme le disait pudiquement en 2016 un ministre de Hollande, des « similitudes potentielles avec Molenbeek », sont, de fait, devenues des zones où ce n’est pas la loi de la République qui est en vigueur. Désormais, la cible est claire : s’en prendre à l’ordre et à la culture occidentale.

    Mais que font nos élites ? Sont-elles autistes ? Attendent-elles un embrasement pour agir ? Ou pensent-elles pouvoir se sauver, comme les aristocrates de 1789, si cela tourne mal ?

    Leurs remèdes sont toujours les mêmes. Rien qui fâche les sphères mondialistes et internationalistes : discours compassionnels, déclarations tartarinesques, réunions interministérielles, décrets et lois. Comme les concernés ne reconnaissent ni les lois ni les règles de la République, il s’agit de cautères sur une jambe de bois.

    Alors, quoi faire ? Certains, défaitistes, nous disent : c’est trop tard, l’inversion est devenue impossible. Il n’est jamais trop tard. L’exemple de l’Italie, des pays de l’Est et même des États-Unis prouve le contraire. Certes, ce ne sera pas facile, car c’est toute une frange de la population qui a fait sécession. Il faut des mesures fortes et de masse : interdiction et arrestation des manifestants qui se cachent derrière masques et foulards. Pour les récidivistes, envoi dans des camps de rétention où civisme, discipline militaire et cours tout court essaieraient, pour les moins violents, de les réinsérer dans la société.

    Tout cela demande un courage que nos dirigeants, occupés à leurs petites affaires, n’ont pas. Dans ce vide politique, l’apparition d’un gouvernement autoritaire ne peut être exclue. Si cela arrivait, nos dirigeants actuels, qui nous affirment le craindre, en seraient les premiers responsables et les vrais coupables.

    Bérenger de Montmuel

    http://www.bvoltaire.fr/du-djihad-a-la-guerilla-urbaine-le-pas-est-il-franchi/

  • Le point Godwin du président Macron

    6a00d8341c715453ef022ad3bd774e200b-320wi.jpgDans un entretien, publié le 1er novembre par Ouest France, le chef de l'État a cru pouvoir exhiber ce qui lui tient lieu de culture historique. Et il n'a pas manqué l'occasion qui lui était offerte de déclarer : "Je suis frappé par la ressemblance entre le moment que nous vivons et celui de l'entre-deux-guerres".

    Il ne suffit pas de convoquer le passé pour construire l'avenir. Encore faut-il ne pas laisser de côté l'essence même de l'Histoire, tissée de conquêtes.

    D'un tel point de vue, toutes les périodes se ressemblent en ce sens que les États prédateurs s'emparent trop souvent, surtout par la force, parfois par la séduction hypnotique, de peuples proies. On pourrait donc, sans craindre, à ce stade, le ridicule, jouer à la comparaison de notre temps avec celui des fameux dictateurs de XXe siècle. Ils étaient issus de la décennie 1920, celle de Lénine, Mussolini, de Primo de Rivera, Kémal, Horthy, Salazar etc. plus encore que de sa suivante.

    On ne saurait donc trop conseiller au jeune Macron, puisqu'il n'en finit pas de repasser un grand oral, la lecture d'un petit livre de Paul Valéry. Ce recueil a été publié, sous le titre de Regards sur le monde actuel, précisément à l'époque à laquelle notre faux-lettré prétend faire référence. Poète, l'auteur s'était senti fasciné en 1920 par "la mer toujours recommencée"[1]. Essayiste, il conviendra prosaïquement en 1931 que "l'histoire justifie ce que l'on veut, n'enseigne rigoureusement rien, car elle contient des exemples de tout et donne des exemples de tout".

    On sait que la loi de Mike Godwin conduit au point du même nom. Elle applique en effet le principe selon lequel "plus une discussion se développe, plus il est probable qu'elle aboutisse à évoquer Hitler." Apparu en 1979, le premier réseau de forum Usenet a ouvert la voie à ces mécanismes de discussion automatique des internautes. Depuis lors la toile a donné la parole à n'importe qui pour dire, de façon anonyme, n'importe quoi, sur une échelle qui relègue au rayon du bricolage l'invention de l'imprimerie par Gutenberg. Tout le monde se croyant désormais autorisé à donner son avis sur tout, et à dévier les débats, sans se voir rappeler à l'ordre, certains pourraient se résoudre à subir ce grave et significatif déclin de la raison.

    À partir de 1990, cependant, certaines personnes sensées ont commencé à se reconnaître et à faire face au phénomène, en attribuant des points dits Godwin. Ceci intervient lorsque la fameuse loi se confirme au cours d'une discussion. Et bénéficie, dès lors, de cette attribution, celui qui vient de se discréditer en s'éloignant du sujet d'origine. Depuis les années 2000 s'est introduit, chez les meilleurs, l'usage bienséant de ne pas en rester au virtuel. On commence ainsi à donner un véritable mauvais point, matérialisé à la manière, inversée, des images pieuses que les enfants sages recevaient autrefois quand ils avaient bien appris leur catéchisme.

    L'espoir qui inspire les déclarations présidentielles tendrait redresser une popularité plus que déclinante. Tel un habile joueur de bridge qui "squeeze" ses adversaires, c'est-à-dire qui les force à jouer contre leur intérêt, le chef actuel de l'État s'emploie donc à forcer le vote futur des électeurs. La manœuvre binaire se présente plus grossière encore que celle de 2017. "Moi ou le chaos" suggérait le fondateur de la cinquième république. S'adressant à un peuple qu'il pense effrayer, Jupiter Macronien leur dit aujourd'hui :"moi ou le croque-mitaine". Il conçoit ainsi son invocation historique comme lui conférant un sordide avantage stratégique. La rhétorique vise les méchants du film, ceux auxquels personne ne souhaite être identifié, les super méchants. Pas besoin, j'imagine, de vous faire un dessin pour savoir qui se cache derrière le masque du populiste Zorro.

    Tel a toujours caractérisé le recours argumentaire que stigmatise l'attribution d'un point Godwyn.

    JG Malliarakis  

    Pour soutenir L'Insolent et souscrire un abonnement payant cliquer sur ce lien.

    Apostilles

    [1] cf. Le cimetière marin. (…) La mer, la mer, toujours recommencée !/Ô récompense après une pensée / Qu’un long regard sur le calme des dieux !

    https://www.insolent.fr/

  • Valeurs républicaines ou valeurs démocratiques ?

    3440968777.jpgBernard Plouvier

    N’en déplaise à nos pitres, ces gens qui font semblant de nous gouverner et ne sont que les syndics temporaires de l’économie globale au sein du grand village mondialiste, il n’existe pas plus de valeurs républicaines que de valeurs impériales ou monarchiques.

    Il existe, en revanche, des valeurs démocratiques, celles qui permettent aux Nations d’être bien gouvernées, dans l’intérêt des citoyens honnêtes et laborieux.

    Dans la bonne gestion du Bien commun, il n’existe que quatre valeurs absolues qui, toutes, sont détruites ou amoindries en régime de capitalisme débridé ou dans les immondes dictatures marxistes :

    1 – L’isonomia ou égalité de tous les citoyens devant la loi, ce qui implique un libre et honnête exercice de la justice, dégagé de toute ingérence de l’Exécutif (chef de l’État et gouvernement) ou des élus, qui se comportent trop souvent en petits rois.

    2 – La méritocratie, soit l’attribution des postes payés par l’argent public – le produit des impôts et des taxes – par concours anonyme, pour éviter le favoritisme, qu’il soit de nature familiale (le classique népotisme), de nature ethnique, religieuse ou sectaire (ce bon vieux Grand-Orient d’essence si « ripoublicaine »), voire les passe-droits achetés (qui font si souvent ressembler notre État à une République bananière) ou obtenus par la pure prostitution !

    3 – L’absolue liberté d’expression de la pensée, seules étant censurées la pornographie et la calomnie.

    4 – Enfin, le recours systématique au corps électoral pour trancher les grandes questions de société comme l’immigration de masse provenant d’un autre continent, la peine de mort, les droits et les devoirs des minorités, les traités politiques, économiques ou militaires mettant en jeu l’avenir de la Nation.

    Toutes ces valeurs n’ont rien à voir avec la nature du gouvernement. Certaines Nations sont bien dirigées et leur Bien commun est correctement géré. D’autres n’ont pas cette chance. C’est le cas de la Nation française dans la VeRépublique, entrée en sa phase de pourrissement accéléré.

    http://synthesenationale.hautetfort.com/

  • La Hongrie se félicite de sa politique familiale : + 42% de mariages en 8 ans

    La Hongrie se félicite de sa politique familiale : + 42% de mariages en 8 ans

    Lu sur FDesouche :

    Ces dernières années, trouver la réponse adéquate au déclin démographique de l’Europe est devenu l’une des principales sources de désaccord entre l’UE et la Hongrie. Alors que les bureaucrates bruxellois et les libéraux européens considèrent l’immigration comme la solution nécessaire et inévitable, le gouvernement hongrois s’est engagé à augmenter le taux de natalité par des mesures plus efficaces de soutien aux familles.

    La prochaine consultation nationale vise à recueillir l’avis des citoyens sur les fondements d’un puissant programme de soutien aux familles, dans l’espoir d’envoyer un message clair : l’Europe ne peut pas être relancée sans renforcer les familles.

    Depuis 2010, date à laquelle le gouvernement du Premier ministre Orbán a pris ses fonctions, la politique familiale hongroise a donné des résultats concrets : en 2017, le nombre d’avortements ont chuté de plus d’un tiers, passant de 40 449 à 28 500, les divorces ont nettement diminué (de 23 873 en 2010 à 18 600 en 2017) et le nombre des mariages ont augmenté de 42 %.

    Lors d’une conférence de presse, la secrétaire d’État, Csaba Dömötör, a déclaré que dans le questionnaire, les sujets abordés seront les mesures possibles pour soutenir les jeunes couples mariés, les incitations supplémentaires pour élever plus d’enfants et offrir aux femmes qui élèvent des enfants des possibilités d’emploi plus flexibles. M. Dömötör a réitéré que d’ici 2019, les dépenses publiques consacrées aux programmes de politique familiale seront doublées par rapport au montant alloué à des fins similaires en 2010.

    https://www.lesalonbeige.fr/la-hongrie-se-felicite-de-sa-politique-familiale-42-de-mariages-en-8-ans/

  • Trump face au fascisme des migrants : No pasarán !

    Trump Fascisme Migrants No Passaran Une colonne de migrants salvadoriens converge avec les Honduriens contre les Etats-Unis, le tout financé par le fascisme mondialiste. Trump mobilise l’armée américaine et n’exclut pas qu’elle tire : ils ne passeront pas, No pasarán ! Couvert d’injures et de sarcasmes, Trump défend la civilisation.
    L’actualité commande de revenir sur une question dont j’ai défini les termes voilà dix jours et qu’Olivier Bault a nourrie avant-hier d’informations passionnantes. Une nouvelle colonne de migrants, cette fois partis du Salvador, vise la frontière sud des Etats-Unis. On savait que des réseaux sociaux, des parlementaires de gauche, participaient à la formation de ces colonnes, on sait maintenant par qui l’association Peuple sans frontières (Pueblo sin fronteras) est financée : l’Open Society Fondation, du milliardaire mondialiste George Soros, et d’autres fondations qui soutiennent la gauche radicale anglo-saxonne, Ford, MacArthur, Carnegie.

    Lire la suite

  • PEUT-ON MAINTENIR LES PEUPLES EN CAGE ? (Jean Goychman)

    La question mérite d’être posée. Surtout au vu de ce qui se passe en Europe ces dernières années. Plus récemment, notre Président vient de nous faire vivre un temps fort lors de son voyage en Slovaquie. Il faisait penser à un naufragé s’accrochant désespérément à son radeau, image immortalisée par Gericault sur son célèbre tableau « le radeau de la Méduse ». La comparaison avec l’état actuel de l’Europe et l’histoire de ce naufrage est assez frappante et le lecteur pourra suivre avec intérêt son récit [1].

    Les nations sans les nationalistes.

    Emmanuel Macron cherche de toute évidence la dramatisation de la situation, et il y réussit avec le talent d’acteur qu’on lui connaît. Ce discours qu’il tient à Bratislava se veut à la fois alarmiste et mobilisateur. Ce qui est plus difficile à saisir, c’est qu’on ne comprend pas très bien qui il veut mobiliser. Il nous parle des peuples et des nations tout en fustigeant les « nationalistes » qui ont « déjà gagné ». Bien sûr, il nous ressort la vieille antienne destinée à brouiller les cartes : « Le patriotisme, c’est l’amour des siens, le nationalisme, c’est la haine des autres ». C’est une belle formule de discours de banquet républicain, mais au-delà de l’effet d’opposition entre l’amour et la haine, dont mes professeurs m’on dit que c’étaient deux sentiments très voisins. Tellement voisins, du reste, qu’on pouvait passer sans transition de l’un à l’autre.

    Lire la suite

  • « Ben Allah c’était vraiment un mecque par clair… Personne n’était au coran de ce qu’il faisait vraiment »

    Paysan Savoyard sur Facebook (octobre 2018)

    Info : le pseudo du moment, Hubert Defrasses, tient toujours sur FB (sauf sur Le Monde, Libération, France-culture, 20 minutes et Le Parisien, d’où je suis banni).

    Sur l’invasion

    Il faut avoir le courage de le dire : la colonisation de l’Europe par les Blancs a assez duré !

    (enlèvement en Libye, attentat en Tunisie…) Ce qui est bien c’est qu’il y a également beaucoup de musulmans en France : nous pourrons donc nous aussi participer pleinement au grand carnaval qui s’annonce…

    Une femme en niquab est à voile et à faire peur

    Pogba il est pas que bo

    (pour échapper à la police Redoine mettait une burqua) Porter la burqua ne lui a pas permis de mettre les voiles

    Ah Rédoine… Pas choisi l’endroit idoine… Pas pu passer la douane… A lui la cellule de moine…

    La cavale de ce Faïd a permis de souligner cette info significative : à Creil, comme dans de nombreuses autres villes, quand on porte une burka on passe inaperçu…

    (le procureur Molins commente l’arrestation de Redoine) Le Molins à paroles… Toujours les plus creuses et les plus serviles possible

    Sur le Système mondialiste et immigrationniste, son projet, sa propagande, ses collabos, ses dissidents

    (départ de Collomb) Comme ses prédécesseurs, le futur ministre de l’intérieur aura pour mission première de laisser entrer tous les gens de l’extérieur

    Quel que soit le futur ministre de l’intérieur, ses instructions resteront les mêmes : 1) ouvrir les frontières 2) laisser filer les récidivistes une fois terminé leur bref séjour en prison 3) laisser les caïds et les imams gérer les « quartiers » 4) harceler les Français moyens de souche sur les routes

    Les juges relâchent les délinquants que les flics s’obstinent à arrêter…. L’Aquarius va en chercher d’autres, avec la complicité de l’administration française… On donne aux forces de l’ordre la consigne de ne pas entrer dans les quartiers et de se concentrer sur le Français moyen au volant… Macron-Rothschild considère l’immigration comme une chance… Collomb a peut-être fini par se dire que ça faisait beaucoup…

    Collomb a enfin la paix

    Mélenchon, sa compagne, Corbière, sa compagne… : les Insoumis ont à leur tête des gens qui n’ont qu’un rapport assez lointain avec la France de souche…

    Ben Allah, Djourhi, Sarkozy, Macron-Rothschild… Le sort des Français de souche est en de bonnes mains…

    Ben Allah c’était vraiment un mecque par clair… Personne n’était au coran de ce qu’il faisait vraiment

    Sur les politiciens, la sphère politico administrative, la gauche, la droite, la classe dominante

    Au palais de l’Elysée, Valls se croyait destiné… Il lui reste les châteaux en Espagne

    Macron a compris que les Français avaient envie d’un roi. Mais pas d’un roi qui soit le mignon de Rothschild…

    (Corbières et Garrido mis en cause pour des travaux dans leur logement) Ils sont insoumis : ils n’ont donc pas à se soumettre à la morale commune

    (le gouvernement double la prime à la casse) Si seulement on pouvait payer pour qu’il se casse

    (restitution d’un Pissarro à une famille spoliée pendant l’occupation) Bravo : l’argent doit aller à l’argent

    Banquier : le job le plus immoral après celui de maquereau

    Sur la délinquance, la police, la justice

    Il n’y a pas de violences scolaires : il y a une invasion migratoire

    Infliger aux multirécidivistes un sévère « rappel à la loi », assorti d’un stage en centre équestre à visée éducative. Laisser les caïds et les imams régenter les « quartiers ». Abandonner à leur sort les pompiers caillassés. Harceler les Français moyens de souche sur les routes…

    Le laxisme des politiciens et des juges laisse les Français moyens sans défense

    (procès du mur des cons) Les juges rouges ont du sang sur les mains

    Sur le féminisme, les homos, les mœurs 

    Le pire pour une féministe c’est quand personne n’a envie de la harceler

    (la mortalité féminine liée au tabac augmente et se rapproche de celle des hommes) Bah, au moins l’égalité homme-femme progresse

    Le pire pour une féministe c’est quand personne ne s’intéresse à elle

    (miss France) Les analyses féministes sont démenties par les faits un milliard de fois par jour…

    Vingt écrivaines ne valent pas un écrivain

    Une écrivaine écrit en vain

    On a du mal à suivre les libertaires : il faudrait baiser tout le temps et avec tout le monde mais ne jamais faire d’avances à ces dames sous peine d’être accusé de harcèlement….

    L’air du temps : tous à poil pour les uns ; toutes à voiles pour les autres

    Le pire pour les femmes ce n’est pas les « gros lourds » mais le poids des ans

    Sur le vaste monde

    L’Arabie séoudite ? C’est par allah, mecque… Tu peux même y aller en coran…

    Trump incarne l’homme blanc hétérosexuel doté d’un comportement masculin normal : c’est pourquoi le Système le hait à ce point

    (les musulmans lèvent des fonds pour les victimes de la fusillade dans une synagogue de Pittsburg) Les musulmans ont pour méthode d’avancer mosquées…

    Une majorité de Français sans doute rêveraient d’être gouvernés par un Poutine … Et ils ont droit à un fondé de pouvoir de chez Rothschild

    (les Africains se plaignent des multinationales occidentales) Aucune sympathie de ma part pour Total, Vinci ou Bolloré. Mais si les entreprises occidentales n’étaient pas là pour les exploiter, ils en feraient quoi de leurs ressources et de leurs minerais ? Ils les pileraient, mélangées au mil et à la bouse de vache ? Ils en feraient des colliers pour les cérémonies vaudous ? Des étuis péniens inoxydables ? Des selles de chameau en alu à effet vortex ? Des coupes-coupes rouillés pour leurs génocides low cost ? Marre de leurs jérémiades…

    (prix Nobel attribué à une esclave sexuel de Daech) Inutile de nous faire part des souffrances endurées par tel ou tel dans les pays exotiques. Confrontés que nous sommes à l’invasion de notre pays et à la trahison de nos dirigeants, nous sommes nombreux à être devenus indifférents au reste…

    https://leblogdepaysansavoyard.wordpress.com/2018/11/03/ben-allah-cetait-vraiment-un-mecque-par-clair-personne-netait-au-coran-de-ce-quil-faisait-vraiment/

  • In memoriam : Jean-Pierre Stirbois, grand précurseur de la lutte contre l’immigration

    stirbois-in-memoriam-jean-yves-le-gallou-588x330.jpg

    Par Jean-Yves Le Gallou ♦ Il y a trente ans, Jean-Pierre Stirbois disparaissait. Jean-Yves Le Gallou revient sur les quelques points fondamentaux qui ont fait de cette personnalité incontournable de la droite un épouvantail pour la caste politico-médiatico-culturelle française, si attachée au cosmopolitisme. Trente années après sa mort, Jean-Pierre Stirbois reste une figure de la défense de l’identité française et européenne et, c’est quelque peu oublié, de l’union des droites face aux dangers de l’immigration.
    Polémia

    Il y a trente ans, Jean-Pierre Stirbois, alors secrétaire général du Front national, trouvait la mort à Ponchartrain, dans un accident de voiture, en revenant d’une réunion électorale. Il y a les morts qu’on déplore et celles dont on se réjouit : dans son ensemble, la presse salit la mémoire du défunt et trouva l’accident plutôt bienvenu. À l’image de Charlie Hebdo, qui titra « Les arbres sont sympas » pour évoquer l’obstacle meurtrier rencontré. Vingt ans plus tard, Benjamin Biolay fit le tour des médias avec son opus Vengeance : « La vengeance est un plat que certains mangent froid comme Stirbois s’est mangé son cèdre. »

    Difficile à excuser. Mais facile à comprendre. Maire adjoint, conseiller régional, député européen, député national, Jean-Pierre Stirbois exerça beaucoup de mandats. Mais ce n’était pas un homme politique ordinaire. Son action a eu une dimension historique.

    1) C’est l’un des premiers hommes politiques français (avec Jean-Marie Le Pen) à avoir discerné l’ampleur des problèmes migratoires et avoir eu l’audace d’en faire un thème électoral.

    2) Grâce à un travail de terrain exemplaire (tractages, boîtages, marchés, cages d’escalier, réunions d’appartement), il a montré qu’il était possible de construire un électorat autour de la défense de l’identité française et de la lutte contre l’immigration. Ses propos paraissaient vifs ; ils sont, hélas, en deçà de la situation que nous subissons aujourd’hui.

    3) « Le tonnerre de Dreux » – 16 % aux élections municipales de 1983 – fut une étape décisive dans l’émergence du Front national, son succès électoral aux élections européennes de 1984 (11 % des suffrages) et l’implantation durable de ce parti.

    4) Enfin, beaucoup l’ont oublié, tant l’affaire peut paraître étrange aujourd’hui, mais Jean-Pierre Stirbois fut un promoteur de l’union des droites. Il réussit à s’allier au RPR Jean Hieaux pour chasser de la mairie de Dreux l’immigrationniste Françoise Gaspard.

    5) Ce bel édifice se heurta à une puissante campagne de diabolisation menée par les lobbies de l’immigration : le CRIF, les chrétiens progressistes, la LICRA, des obédiences maçonniques, les associations subventionnées et SOS Racisme firent tout pour obtenir du RPR le refus de tout accord avec le FN. Les Français le payent aujourd’hui de trente ans d’immigration incontrôlée.

    6) Pourtant, trente ans après, le modèle de Jean-Pierre Stirbois à Dreux (la lutte contre l’immigration et l’alliance des droites) reste une nécessité pour la survie du peuple français et des peuples européens.

    Voilà pourquoi Jean-Pierre Stirbois, trente ans après sa mort, doit rester présent dans la mémoire des combattants identitaires. Comme précurseur à honorer.

    Une cérémonie d’hommage aura lieu, samedi 3 novembre à 15 heures, au cimetière de Montparnasse à Paris.

    Jean-Yves Le Gallou 02/11/2018

    Crédit photo : M.A. Chantelot [CC BY-SA 3.0], via Wikimedia Commons

    https://www.polemia.com/in-memoriam-jean-pierre-stirbois-grand-precurseur-de-la-lutte-contre-limmigration/

  • L’Italie expulse 2700 migrants clandestins

    L’Italie expulse 2700 migrants clandestins

    C’est une question de volonté :

    Le ministre italien de l’Intérieur qui, malgré les menaces et les plaintes, a drastiquement réduit l’immigration clandestine et combattu les ONG de trafic d’êtres humains, veut maintenant travailler sur les expulsions.L’objectif étant d’en augmenter le nombre de manière exponentielle. La moitié des coûts sera à la charge de l’Union européenne. Avec ce plan, destiné à soutenir le décret sur la sécurité, Matteo Salvini prévoit de rapatrier au moins 2 700 migrants en situation irrégulière.

    À la fin du mois de septembre, les centres de rapatriement avaient déjà triplé pour que « les irrégularités cessent ». Le gouvernement italien a alloué un budget de 12 millions d’euros pour le renvoi des clandestins venant du Bangladesh, du Pakistan, du Nigéria et de la Côte d’Ivoire, ou qui, bien que réguliers, souhaitent retourner dans leur pays d’origine, pays avec lesquels l’Italie n’a pas d’accord de réadmission directe.

    Les projets seront financés par le Fonds « Asile, migration et intégration » (Fami) et viseront à encourager le processus de réinsertion professionnelle dans les pays d’origine. « Les activités du projet débuteront en février 2019 et se termineront le 31 décembre 2021 », a déclaré Viminale, soulignant que cette initiative, la deuxième depuis l’entrée en fonction de Salvini au ministère de l’Intérieur, fait suite à un projet similaire approuvé en août dernier, avec le soutien de l’Organisation internationale pour les migrations (OIM), pour le rapatriement de 900 immigrants, financé au moyen des 6 millions d’euros mis à disposition par la Commission européenne.

    « Rapatrier les immigrants avec ce système, c’est-à-dire sur une base volontaire, est plus rapide et moins coûteux – dit Salvini – mon engagement prioritaire reste de conclure des accords avec les pays d’origine afin d’encourager les rapatriements forcés ». Un programme de remigration légale bien organisé est la seule réponse aux problèmes et à l’instabilité causés par le « multiculturalisme » et les lois irresponsables sur les frontières autorisant une immigration de masse incontrôlée en provenance des pays du tiers monde, selon le ministre de l’Intérieur.

    https://www.lesalonbeige.fr/litalie-expulse-2700-migrants-clandestins/

  • Le matraquage fiscal continue

    c8302f98-0dea-4853-a7c4-9cb9c581684c.jpeg

    Un député UDI a réussi à faire adopter un amendement taxant les aides aux vacances ou aux activités culturelles des salariés distribués par les comités d’entreprise. Jusque-là, le flou fiscal régnait et l’État n’effectuait aucun prélèvement sur cette manne ; il ne percevait ni cotisation sociale ni impôt sur le revenu. Cette tolérance était de facto et hors de tout cadre légal. L’amendement qui vient d’être adopté inscrit dans la loi cette exonération et l’étend aux aides des petites entreprises qui sont dépourvues de CE, mais pose des limites : au-dessus d’une franchise de 331 euros par employé (662 dès qu’il a un enfant) l’État, ou plutôt la Sécurité sociale, se servira. Et si on suit cette logique, le salarié devrait également réintégrer les sommes reçues dans son impôt sur le revenu, faisant exploser ce dernier dans certains cas.

    Les syndicats sont, bien entendu, indignés. Pour eux, ce sont les salariés les plus modestes qui seront impactés, notamment pour les vacances de leurs enfants et leurs séjours linguistiques, même si seuls les plus grands comités d’entreprise (SNCF, EDF,…) sont capables de verser par adhérent des aides qui dépasseront le seuil prévu.

    Nous sommes un des pays d’Europe où le taux de prélèvement obligatoire est le plus élevé. Néanmoins, le gouvernement continue de charger la barque sans vergogne. Le plus choquant est qu’il a baissé spectaculairement les impôts pour les ultra-riches (0,01 % de la population). Entre l’abolition de l’impôt sur la fortune et la taxation forfaitaire à 30 % des revenus financiers, ces cadeaux ont coûté 7 milliards au Trésor. Ils sont entrés immédiatement en vigueur, contrairement à la baisse des cotisations sociales ou à la suppression de la taxe d’habitation. Grâce à ce nouvel amendement, le pouvoir va récupérer peut-être 200 millions au grand maximum, une paille vis-à-vis de notre colossal déficit. Sans entrer dans la caricature et sans vouloir user d’arguments démagogiques, le gouvernement donne l’impression de ponctionner les pauvres autant qu’il le peut afin d’aider les riches.

    Une autre taxe aussi scandaleuse va se mettre en place : on devra payer 1 euro à chaque colis qui sera livré à notre domicile. En principe, les sommes colossales qui seront ainsi extorquées aux Français seront versées aux communes. Ces dernières, en échange, diminueront les taxes foncières frappant les commerces dits de proximité, principalement ceux des centres-villes. Mais je ne vois pas comment on pourra exonérer des magasins suivant leur emplacement (le contraire me semble anticonstitutionnel) et, pour finir, la diminution des taxes foncières sera répartie entre tous les commerces, y compris les hypermarchés des périphéries, ce qui diluera son effet. En outre, l’État se servira toujours (au moins 25 %), sous le prétexte de se dédommager des frais de prélèvement. Le pouvoir va donc instaurer une nouvelle usine à gaz qui va frapper les personnes qui habitent dans la France périphérique, celle où les commerces de proximité sont inexistants et où les habitants sont bien contents de commander sur Internet. Le matraquage fiscal continue de plus belle !

    Christian de Moliner

    http://www.bvoltaire.fr/le-matraquage-fiscal-continue/

  • 3,1 MILLIONS D’EXTRACOMMUNAUTAIRES SONT ENTRÉS LÉGALEMENT DANS L’UE EN 2017

    titre-de-sjour.jpg

    C’est l’Union européenne qui l’affirme  : «  Les nouveaux titres de séjour délivrés par les Etats membres restent supérieurs à 3 millions en 2017.  » Dont 250 000 rien que pour la France.

    « En 2017, quelque 3,1 millions de nouveaux permis de résidence ont été délivrés dans l’Union européenne (UE) à des ressortissants extracommunautaires. Ce nombre a augmenté de près de 4 % (soit 112 000) par rapport à 2016. » Ainsi débute le long communiqué publié le 25 octobre 2018 (1) par Eurostat, l’Office statistique de l’Union européenne.

    Sur les raisons de cet afflux, Eurostat est formel : « Les raisons liées à l’emploi représentent près du tiers [32 %) de l’ensemble des nouveaux titres de séjour délivrés dans l’UE en 2017, les motifs familiaux 26 % et l’éducation 17 %, alors que les autres raisons, dont la protection internationale, représentaient 24 % ».

    Eurostat insiste : « L’augmentation du nombre total de titres de séjour en 2017 par rapport à 2016 a été principalement due à l’augmentation de nombre de permis délivrés pour des raison d’emploi (155 000, soit + 18 %) ».

    Sur ces 3,1 millions de titres de séjour délivrés en 2017, 22 %, soit 688 000, l’ont été par la Pologne, qui a quasi exclusivement accepté des Ukrainiens en quête de travail, ainsi que des Biélorusses ; 17 % (535 000) l’ont été par l’Allemagne d’Angela Merkel, qui a, elle, fait entrer 140 000 Syriens, 53 000 Afghans (ou présumés tels) et près de 50 000 Irakiens, et 16 % (517 000) l’ont été par le Royaume-Uni, qui, contrairement à une idée communément répandue, n’a pas fait venir principalement des Pakistanais ou des Indiens, mais des Chinois (près de 100 000).

    Les Nord-Africains trustent le podium en France

    Et la France ? En 2017, la France a délivré 250 000 titres de séjour à des ressortissants de pays extra-européens. En tête des bénéficiaires : les Algériens, à hauteur de 30 877 personnes. Puis les Marocains (29 266). Puis les Tunisiens (16 088). Soit un total de plus de 76 000 ressortissants d’Afrique du Nord, l’équivalent de la population d’une ville comme Béziers ou comme Pau, et plus que Carcassonne et Epinal réunis.

    Les raisons pour lesquelles 250 000 ressortissants extra-communautaires ont obtenu un titre de séjour leur permettant de s’installer en France n’ont rien à voir avec le droit d’asile : 37,1 % d’entre eux sont venus pour « raisons familiales » – motif qui atteint 67 % pour les seuls Marocains ! –, 31,5 % pour « raisons liées à l’éducation », 11 % pour « raisons liées à l’emploi » et seulement 20 % pour « autres raisons », qui ne sont pas détaillées et incluent aussi bien… les diplomates que les « mineurs non accompagnés ».

    (1) et non le 25 octobre 2017, comme indiqué par erreur sur le document.

    https://info-nations.eu/31-millions-dextracommunautaires-sont-entres-legalement-dans-lue-en-2017/

  • La Nouvelle-Calédonie restera française

    La Nouvelle-Calédonie restera française

    En toute logique :

    “Selon des résultats partiels donnés par les médias locaux, le “non” à l’indépendance de la Nouvelle-Calédonie l’emporterait avec 59,5% des voix. Un référendum était organisé ce dimanche dans l’archipel”.

    https://www.lesalonbeige.fr/la-nouvelle-caledonie-restera-francaise/

  • Michel Goya : Ce sont les Français qui ont gagné la guerre de 14-18

    3197868011.jpg

    Entretien avec le colonel Michel Goya, propos recueillis par Philippe Mesnard 

    « Jamais une organisation française, comptant plusieurs millions d’individus, ne s’est aussi radicalement et rapidement transformée que l’armée française pendant la première guerre mondiale.»

    Qu’est-ce qui vous a le plus surpris en préparant votre livre ?

    La faiblesse américaine, le décalage entre l’historiographie américaine et la réalité du terrain. Si le conflit avait duré, l’armée américaine, en 1919, aurait été la plus puissante – et on peut d’ailleurs se demander si signer l’armistice en novembre 18 était pertinent. Mais les Américains n’interviennent véritablement qu’en septembre 1918, sans d’ailleurs être remarquables, comme la bataille de l’Argonne en témoigne. Ils en tireront beaucoup d’enseignements, d’ailleurs, sur l’organisation, l’équipement… Les Américains sont le seul pays à avoir eu plus de morts par accident et par maladie qu’au combat. L’autre surprise, c’est l’état de déliquescence de l’armée allemande, alors que l’historiographie reprend l’argument politique d’une armée invaincue, rentre en bon ordre, trahie par l’arrière : le fameux « coup de poignard dans le dos ». Ni Ludendorff ni Hindenburg ne seront là pour signer l’armistice, ce n’est pas l’armée qui capitule. Mais c’est faux. L’état-major allemand le sait bien qui s’est discrètement retiré de la conduite du pays dans les dernières semaines et a remis en avant, pour négocier la paix, un pouvoir civil très falot jusque-là. Dans les faits, les Allemands ne se battent plus, en novembre 1918. La Belgique est peuplée de centaines de milliers de déserteurs allemands qui ne résistent plus – au point, une fois encore, que certains combattants ne comprennent pas que les opérations ne soient pas allées jusqu’en Lorraine, au Rhin . Choses qu’on fera pendant la Seconde Guerre mondiale : pas d’armistice puis de longs pourparlers de paix. Et ce sont les maréchaux allemands qui viendront signer la capitulation. En 1918, sans aucun doute, l’armée allemande avait été vaincue sur le terrain, en France et en Belgique.

    Cent ans après l’armistice du 11 novembre 2018, les Français ne retiendraient de la Grande Guerre que la souffrance, l’horreur… Les trois premières années, pour ainsi dire, faites de défaites et de désillusions. Un voile sinistre recouvre désormais la guerre de 14-18.

    Sur “l’objet guerre” lui-même, il y a une dépolitisation, alors que la guerre est un acte politique : il y a des morts mais ce n’est ni une épidémie, ni une catastrophe naturelle. Des entités politiques s’affrontent par les armes, et il n’y avait aucune ambiguïté dans l’esprit des gens de l’époque : les soldats savaient qu’ils devaient défendre leur pays contre l’invasion allemande, et que cela nécessitait des efforts et des risques. Les tranchées n’étaient pas un méchant hasard qui les contraignait à vivre une vie de souffrances. Quand on regarde l’historiographie telle qu’elle a évolué, on voit que le 11 novembre n’est plus la célébration de la victoire, mais seulement celle de la fin des souffrances, comme si la seconde ne dérivait pas de la première… Et il faut pointer un autre phénomène : cette victoire est d’abord une victoire française. Ce sont les Français qui, durant la guerre et jusqu’à la fin, ont supporté le principal effort. L’historiographie efface peu à peu cette contribution française à la victoire finale. On peut le comprendre chez les historiens britanniques, qui n’ont aucun scrupule à survaloriser le rôle de leurs forces armées, c’est plus surprenant chez les Français : à les lire, on a l’impression que, passées l’offensive Nivelle et les mutineries, l’armée française n’existe plus. J’ai voulu montrer à quel point la France avait eu un rôle capital dans la victoire, et à quel point cette victoire n’était pas seulement due aux efforts et aux sacrifices des combattants mais aussi à l’intelligence : jamais une organisation française, comptant plusieurs millions d’individus, ne s’est aussi radicalement et rapidement transformée que l’armée française pendant la première guerre mondiale. L’armée de 1918 a plus à voir avec l’armée d’aujourd’hui qu’avec celle de 1914.

    Vous soulignez dans votre livre deux évolutions : technique, avec tous les nouveaux matériels inventés en fonction des nouveaux impératifs du combat (inventés et améliorés en permanence) ; stratégique, avec une doctrine qui évolue sans cesse : on conceptualise la troisième dimension, par exemple, et c’est la stratégie qui sert de moteur à la technologie.

    Comme dans toute bonne stratégie, il y a une rencontre entre la doctrine et les moyens. À la fin de 1917, la première armée de renfort des Français, ce ne sont pas les Américains mais les machines. Au deuxième semestre 1917, l’industrie française produit autant que dans toutes les années précédentes. L’arsenal des démocraties, c’est la France : c’est elle qui équipe les Balkans, les Américains – au détriment des Français : Patton a des troupes et des chars français sous ses ordres. Alors même que les Allemands ont envahi plusieurs régions industrielles françaises. De nouvelles unités de combat sont créées : 80.000 camions (autant que toutes les armées du monde réunies) transportent des troupes, très vite, sur n’importe quel point du front, et, à partir de mai 1918, des chars légers, l’aéronautique est puissante (en ratios, une division française d’infanterie est appuyée par quarante avions, là où les Allemands ne peuvent en aligner que vingt), trente-sept régiments sont équipés en canons de 75 tirés par des camions et non plus par des chevaux – alors qu’en 1914, la logistique était quasi-napoléonienne. La doctrine Pétain, qui renonce au mythe de la grande offensive décisive, exige qu’on puisse multiplier les “coups”, les batailles, donc exige une grande mobilité rapide : à la fin de la guerre, on est capable d’imaginer et de réaliser en deux-trois semaines une opération nécessitant de déplacer plusieurs dizaines de milliers d’hommes ; c’est un miracle de management. Les Britanniques sont bons aussi, mais leur corps expéditionnaire ne représente que 40% des forces françaises ; les Américains aussi, mais ils n’auront de véritable impact sur la conduite de la guerre qu’au deuxième semestre 1918.

    C’est le paysage français lui-même qui change : les chemins de terre où vont les charrettes sont remplacés par des routes goudronnées à deux voies. Même les populations civiles ont gagné la guerre : elles se sont adaptées.

    Les Français ont eu le taux de mobilisation le plus élevé de toutes les nations combattantes mais on parle assez peu du million de travailleurs étrangers qui sont venus renforcer l’appareil industriel. Tout le réseau ferré est modifié, on crée des routes, avec des nœuds de communication, pour fluidifier tous les mouvements au plus près du front. Là aussi, tout se fait sur un pied inédit et même inimaginable en 1914, au point que l’organisation de la France pendant la Première Guerre mondiale (et celle de l’Allemagne dans une moindre mesure) servira de modèle aux économies planifiées d’après-guerre, comme celle de l’URSS : l’État a fait la preuve qu’il était capable d’organiser la production à très grande échelle.

    Votre livre débute en 1917, au moment où les choses basculent : le commandement prend conscience qu’il faut changer de méthodes. Foch devient généralissime, les Anglais – et les autres généraux français – ayant enfin accepté l’idée d’un commandement unique.

    Au-delà des rivalités nationales et des rivalités de personnes, le commandement est réorganisé, les fronts sont dissociés et le gouvernement choisit Nivelle comme commandant des armées – choix technique pertinent, car c’est lui le vrai vainqueur de Verdun, mais surtout choix politique, car c’est le plus jeune des généraux, le plus “contrôlable”. Ce sera désastreux, avec la boucherie du Chemin des Dames, qui déclenchera les mutineries. Pétain s’impose alors comme le meilleur des généraux du moment, celui qui a le mieux compris la nouvelle nature du conflit. C’est lui qui va réorganiser l’armée, imposer une doctrine et créer l’instrument de la victoire. Fin 1917, alors que les Allemands bénéficient du retrait de la Russie et sont donc capables de jeter de nouvelles forces sur le front français, Foch remet sur la table la question du commandement général des armées. Il suffit d’une percée allemande sur les positions britanniques pour convaincre tout le monde de cette nécessité. Entre un Foch agressif et un Pétain placide, l’armée française devient encore plus efficace.

    Vous décrivez la manière dont l’amirauté allemande pousse à la guerre sous-marine à outrance en mésestimant les risques d’entrée en guerre des États-Unis. On a l’impression que les états-majors sont perpétuellement surpris par les conséquences de leurs décisions, leurs effets secondaires, à cause de l’ampleur du phénomène  « guerre totale » : mécanique, nombreuse, étendue comme aucune guerre ne l’a jamais été ?

    Les Allemands surestiment en effet leurs forces et les effets de leurs actions, et sous-estiment les réactions de leurs ennemis. L’Allemagne aura manqué d’une véritable conduite stratégique de la guerre, alors que les Alliés réussissent mieux à coordonner les instruments de puissance. Les Allemands laissent les Britanniques débarquer en France sans que leur marine intervienne, ou envahissent la Belgique sans se poser la question des conséquences diplomatiques (croyant que la guerre se gagnera en quelques semaines). L’ambassade allemande va jusqu’à organiser des sabotages sur le sol même des États-Unis ! ou propose une alliance au Mexique s’il désire déclarer la guerre à leur voisin… A la fin de la guerre, quand Ludendorff gère, dans les faits, le pays, il consacre toutes les ressources à l’effort de guerre, allant jusqu’à réquisitionner tous les chevaux, ce qui ruinera ce qui reste d’agriculture allemande… Toute la conduite de la guerre est une série de paris perdus.

    Ce qui amène la victoire française, c’est la volonté de gagner, au point de se réinventer de fond en comble, du matériel au moral. En 1919, l’armée française est victorieuse et est devenue le gendarme de l’Europe. Vingt ans plus tard, c’est une armée qui n’a plus envie de gagner, et vous dites que la campagne de France aurait pu être gagnée si le désir de victoire avait été aussi vif qu’en 1918.

    Gamelin, en 1940, a l’âge de Foch en 1918 : on ne réécrit pas l’histoire mais un Foch en 40 n’aurait sans doute pas donné la même chose… Surtout, l’outil militaire s’est rigidifié, a perdu de son inventivité. Le gouvernement a d’autres priorités que ses armées suréquipées, il gèle la production. Les compétences techniques se perdent, notamment en aéronautique. Et la doctrine a évolué : la France est un vainqueur qui a peur du vaincu, au potentiel humain et industriel bien plus fort. Ceux qui préconisent la normalisation des rapports avec l’Allemagne, comme les Anglo-Saxons, gagnent contre ceux qui préconisent une vigilance sans faille, les Français, et préconisent donc d’occuper et de démilitariser l’Allemagne et de garder une armée française très mobile. La détente prévaut, la stratégie devient défensive, la durée du service se réduit (sans qu’on puisse, donc, former des techniciens), l’armée ne se soucie plus que d’établir des lignes et non plus d’aller porter rapidement la guerre chez l’ennemi. Au moment de l’arrivée au pouvoir d’Hitler, le gouvernement français réduit considérablement les budgets militaires. On se réveillera en 1937, trop tard.   

    Le colonel Michel Goya, enseignant et auteur français, est spécialiste de l’histoire militaire et de l’analyse des conflits. Il vient de publier :

    4000712156.2.jpgLes Vainqueurs – Comment la France a gagné la Grande Guerre. Tallandier, 2018, 320 pages, 21,50€.

    Philippe Mesnard 

    http://lafautearousseau.hautetfort.com/archive/2018/11/03/histoire-actualite-michel-goya-ce-sont-les-francais-qui-on-6102117.html

  • Tristan Rochelle : « L’autonomie est la force du Bastion social »

    Le Bastion Social oeuvre pour développer la solidarité communautaire en France. Rencontre avec Tristan Rochelle, responsable de la section lyonnaise.
    KLARA VON KUSTNIZ

    Comment est né le projet Bastion social ?
    Tristan Rochelle : Le 27 mai 2017 à Lyon, une poignée de militants décidaient de tenter ce qui semblait alors l’impossible pour l’opposition nationale en France : Réquisitionner et réhabiliter intégralement un bâtiment public abandonné -appartenant à la mairie- afin d’y héberger des Français en situation de grande précarité. Après l’échec du Front National aux élections présidentielles, cette occupation fut un électrochoc pour beaucoup.

    Lire la suite

  • Le Maroc limite l’immigration subsaharienne

    maroc-vs-noirs.jpg

    Maroc – RFI Afrique signale de nouvelles mesures restrictives prises par le gouvernement marocain à l’égard de l’immigration subsaharienne. Ainsi, les ressortissants du Mali, de Guinée et du Congo-Brazzaville doivent désormais obtenir une « autorisation de voyage électronique » quatre jours avant leur départ. La démarche se fait via internet.

    Le ministère marocain des Affaires étrangères qu’il s’agit d’une phase d’expérimentation concernant ces trois pays. En fonction des résultats, la mesure pourrait être étendue aux ressortissants d’autres pays africains.

    Le but de la mesure est de connaître les motifs de voyage des ressortissants de ces pays africains, dans un contexte qui fait du Maroc l’une des portes d’entrée principale de l’immigration clandestine vers l’Europe.

    La police marocaine a déjà encadré des milliers de déplacements forcés d’immigrés subsahariens du nord vers le sud du royaume. Au cours de cette année 2018, 1.900 embarcations destinées à l’immigration clandestine ont déjà été saisies.

    https://www.medias-presse.info/le-maroc-limite-limmigration-subsaharienne/100291/

  • Action Française • Le Bien commun, un nouveau mensuel ... « Soyons Charlie » ! Soyons Français !

    2747788099.png

    687119300.jpgPour le bien commun 

    Le Bien Commun ?
    Parce qu’il est ce qui manque le plus aux Français et ce à quoi ils aspirent le plus.

    Il est ce qui manque le plus aux Français, à l’heure où le semble-État, au service d’intérêts oligarchiques ennemis de l’intérêt national, est devenu la proie d’élites dénationalisées ; à l’heure aussi où le régime républicain, fidèle à sa tradition, les oppose comme jamais les uns aux autres en divisant la nation en autant de factions rivales.

    Mais il est aussi ce à quoi les Français aspirent le plus, lorsqu’ils refusent la logique mortifère de la dépossession de soi dans lequel le régime les a installés afin de les contraindre à accepter un changement de civilisation qui signera leur mort en tant que peuple libre. Négation des racines chrétiennes de la France, destruction jumelle des repères anthropologiques et de la famille, immigration galopante, insécurité, zones de non-droit devenues le foyer de la barbarie islamiste, négation de la culture française, précarité économique, perte de toute souveraineté politique, financière et juridique au profit d’un pays légal supranational, tels sont les multiples visages de Gorgones de cette dépossession. Ne nous laissons pas pétrifier par la peur de les combattre !

    Le Bien Commun, donc, parce qu’il faut nous opposer à cette œuvre de mort et parier pour la pérennité d’un miracle français auréolé de quinze siècles d’histoire. Parce que nous pensons que, par-delà leur légitime diversité, les Français partagent un héritage vivant, appelé à féconder leur avenir. Parce que, tout simplement, nous croyons à l’existence d’un peuple français.

    Le Bien Commun, parce que ce qui nous réunit est plus important que ce qui nous divise, parce que nous refusons «  le désordre établi  » et que nous pensons que l’apparente décadence du peuple français « est surtout le fait de fausses élites qui l’aveuglent d’un écran de grossiers mensonges et l’étourdissent de modes et de mots »*.

    Le Bien Commun, parce que nous adressant, comme nos aînés, « au Peuple français tout entier », nous « prenons ce qu’il y a de commun entre nous et nous demandons au lecteur de se placer au même point de vue fraternel ». Parce que « nous savons qu’il y a partout du patriotisme et que la raison peut se faire entendre partout »**. Parce que nous voulons être les porte-paroles des gens qui ne sont rien, les porte-paroles du pays réel.

    Le Bien Commun, en un mot, parce que, résolument patriotes et héritiers critiques d’une longue tradition au service du seul intérêt national, il nous faut promouvoir un nationalisme pour le XXIe siècle. Parce que, résolument patriotes et résolument nationalistes, nous sommes résolument d’Action française. Parce que, résolument d’Action française, nous sommes résolument royalistes et réaffirmons, contre tous les facteurs de dissolution et de mort, notre confiance inébranlable dans les fils d’Hugues Capet pour restituer la France aux Français.  

    Le Bureau politique de l’Action française
    François Bel-Ker, Stéphane Blanchonnet, Charles du Geai, Pierre Marchand, François Marcilhac, Philippe Mesnard

    *  Manifeste de L’Action Française – 21 mars 1908
    ** Manifeste de La Nation Française – 12 octobre 1955

    http://lafautearousseau.hautetfort.com/

  • Bistro Libertés avec Damien Lempereur (DLF)

    Martial Bild et Franck Tanguy reçoivent le porte-parole de Debout la France, Damien Lempereur. Ils débattent de la vague nationale-populiste planétaire et de la présence des forces de l’ordre dans les établissements scolaires pour lutter contre la violence.

  • Journal du chaos

    couv jpp.jpg

    Pour télécharger, cliquez ICI

  • Après l’avertissement octobre 2018, un octobre 2019 pire qu’octobre 1929 !

    shutterstock_560446045-845x475.jpg

    L’économie européenne ralentit en 2018 alors que la BCE a injecté 2.700 milliards d’euros en rachetant des obligations, ce qui est plus qu’inquiétant. Le secteur bancaire italien est très fragile tandis que l’économie italienne, la troisième de la zone euro, vacille avec un taux de croissance zéro. Le feu couve sous la braise italienne ; les taux d’intérêt vont inéluctablement remonter en 2019. S’il est impossible de prévoir l’avenir, l’Italie paraît de mieux en mieux placée pour mettre le feu aux poudres.

    Les actions des pays émergents sont dans un marché baissier de 25 % par rapport à janvier 2018, et celles de l’Euro Stoxx 50 en baisse de 15 %, soit leur niveau d’il y a deux ans. Aux États-Unis, Trump remporte des victoires économiques à la Pyrrhus avec un déficit budgétaire de 779 milliards de dollars, suite à un accroissement des dépenses militaires et à une baisse des recettes fiscales. Depuis le début de l’année, les taux sur les obligations américaines sur deux et dix ans ont significativement augmenté de 1 % et 0,85 %.

    Bruxelles a rejeté le budget italien tandis que Salvini affirme « qu’il ne reculera pas d’un demi-centimètre ». Depuis mai 2018, la Bourse de Milan a perdu 22 %. Le secteur bancaire, qui compte dans son portefeuille 372 milliards d’euros de dette italienne, a dévissé de plus de 37 %. L’Italie pourrait être le prochain pays, après la Grèce, à avoir besoin du MES, le Mécanisme européen de solidarité chargé d’aider les pays confrontés à des crises de financement.

    Le 19 octobre, l’agence Moody’s a déclassé la notation des titres d’État italiens de Baa2 à Baa3, un degré seulement avant d’être assimilés à des obligations spéculatives (« junk bonds »). Depuis mai 2018, les investisseurs internationaux ont vendu 67 milliards d’euros de titres d’État, soit un dixième des titres détenus.

    L’agence Standard & Poor’s, le 26 octobre, a maintenu la note BBB de l’Italie, mais en passant la perspective de « stable » à « négative ». Aujourd’hui, 430 milliards d’euros de titres d’État, représentant 20 % de la dette souveraine italienne, sont détenus par la Banque d’Italie et le Système européen de banques centrales. La BCE a déjà fait savoir qu’elle ne vendrait pas ses titres italiens lorsqu’elle arrêtera ses achats début 2019. Si les taux d’intérêt augmentent, le déficit italien deviendra ingérable. Avec une simple différence de taux d’intérêt de 4 % par rapport aux taux allemands, il sera nécessaire que l’État italien recapitalise les banques italiennes qui détiennent déjà 35 % des emprunts d’État italiens ! À noter que les banques françaises sont présentes en Italie au travers de filiales qui financent les entreprises et les ménages à hauteur de 280 milliards d’euros…

    Pour l’instant, la différence avec les taux allemands a atteint 3,592 % ; on n’est donc pas très loin du seuil critique de 4 %. Si les quatre grandes agences rabaissent encore leur notation, la BCE sera obligée, selon ses procédures, d’arrêter les refinancements de la dette italienne, ce qui reviendrait à exclure l’Italie de la zone euro. La croissance nulle de l’Italie n’arrange pas les choses. L’Italie fait face à la quadrature du cercle ; son déficit public est incompatible avec son désir de rester dans la zone euro. L’Italie se dirige tout droit vers la banqueroute, l’explosion et la sortie de la zone euro, ou vers un scénario peu probable à la grecque, car trop lourd à supporter pour les autres pays et qui ne ferait, de toute façon, que retarder l’explosion inéluctable à venir.

    La BCE, face au dilemme, déclare qu’elle n’augmentera pas ses taux avant septembre 2019. Pour qu’elle puisse voler au secours de l’Italie, encore faudrait-il que Salvini accepte auparavant les conditions budgétaires strictes et les réformes structurelles du MES, ce qui est peu probable.

    La triste vérité c’est que la BCE, la Fed et les gouvernements, avec l’éléphant dettes dans le corridor, ont déjà tout donné, ont les mains liées et sont impuissants si le cycle économique se retourne. On se dirige tout droit vers un krach monstrueux avec « la plus formidable bulle spéculative depuis 1929 », selon le célèbre économiste Nouriel Roubini, qui avait déjà prévu la crise de 2008. Le seul élément étonnant, selon l’économiste en chef d’Allianz Mohamed Aly-El-Erian, c’est que le krach, depuis les niveaux délirants atteints en 2015 par les marchés, ne se soit pas encore produit ! « Arrive là-dessus Donald Trump qui crée un nouvel emballement de la croissance avec un choc fiscal et qui tend encore plus le ressort », s’alarme l’économiste Philippe Béchade.

    Marc Rousset

    http://www.bvoltaire.fr/apres-lavertissement-octobre-2018-un-octobre-2019-pire-quoctobre-1929/

  • Angleterre : pourquoi les viols commis par un gang d'origine pakistanaise ont été tus par la presse

    Pour avoir parlé du procès du gang d'Huddersfield sur Facebook, le militant d'extrême droite Tommy Robinson a écopé de treize mois de prison. - Daniel LEAL-OLIVAS / AFP

    Un groupe d'hommes d'origine pakistanaise a été condamné par le tribunal de Leeds, en Angleterre, pour des viols commis contre des jeunes filles. Alors que les scandales sexuels d'ampleur se multiplient outre-Manche, le procès était sous embargo médiatique : pas un mot dans la presse. Explications.

    Les Britanniques commencent à en avoir une triste habitude : après les drames survenus à Rochdale, à Rotherham et à Telford, un nouveau scandale sexuel vient d'être éventé. Les faits, survenus cette fois-ci à Huddersfield, dans la région du Yorkshire, sont très similaires aux affaires précédentes : un gang d'hommes, très majoritairement d'origine pakistanaise, a perpétré d'ignobles crimes sexuels sur des jeunes filles. Cette fois-ci, vingt hommes ont été condamnés au cours de trois procès successifs, dont le dernier vient de se conclure ce 8 octobre à Leeds. Entre 2004 et 2011 à Hurddersfield, 22 viols ont été commis envers 11 adolescentes, dont les plus jeunes avaient 11 ans. Les filles étaient souvent droguées, puis violées par plusieurs membres du gang ; d'autres étaient amenées dans des endroits isolés où elles étaient menacées et forcées à satisfaire les requêtes sexuelles de leurs agresseurs.
    Ce n'est pas la première fois que les réseaux pédophiles indo-pakistanais frappent en Grande-Bretagne. Mais une nouveauté a cette fois-ci alimenté les tensions : alors que le premier procès a débuté en janvier, et que le dernier s'est achevé au début du mois d'octobre, le silence médiatique a été total sur la question : en effet, la justice britannique avait interdit à la presse d'évoquer l'affaire judiciaire, un embargo qui n'a été levé que ce vendredi 19 octobre. Cette décision a alimenté les soupçons d'omerta, d'autant plus que le sujet est extrêmement sensible au Royaume-Uni : les sévices commis par les gangs ont longtemps été "couverts" par une série d'acteurs trop inquiets de "stigmatiser" la communauté pakistanaise… au risque de mettre en danger les victimes, dans un pays profondément acquis au multi-culturalisme et à l'obsessionnelle volonté de ne pas "blesser" telle ou telle communauté.

    Le précédent de Telford : un silence coupable et dévastateur 

    La dernière affaire de ce type s'est produite à Telford, près de Birmingham. Dans une longue enquête, parue en mars dernier, le Sunday Mirror a montré que près de 1.000 jeunes filles issues de la classe ouvrière blanche de cette ville ont été victimes d'un réseau de pédophiles originaires du sous-continent indien… et que des institutions comme le conseil local de la ville, alertées à plusieurs reprises, ont presque systématiquement minoré les faits par crainte d'être accusées de racisme. La police aurait refusé cinq fois d'ouvrir une enquête, finalement mise en oeuvre grâce aux multiples signalements de Lucy Allan, députée conservatrice élue en 2015 à Telford. La question est d'autant plus problématique que d'après l'élue tory, "l'existence des gangs [de pédophiles] est liée à la culture pakistanaise", une assertion confirmée en mars dernier par une enquête de The Independentmontrant que les agresseurs pakistanais de Rotheram étaient persuadés que leurs sévices avaient un sens religieux - ils récitaient notamment des sourates du Coran lorsqu'ils battaient leurs victimes. L'omerta autour de Telford a été policière et politique, mais également médiatique : de grands quotidiens comme le Times et le Guardian ont fort timidement relaté les faits, pourtant choquants, en pleine période #MeeToo ! En France, L'Obs a carrément choisi d'angler son traitement de l'affaire de Telford sur un scandale qui "fait le miel de la fachosphère" et "réactive clichés et fantasmes xénophobes"...
    On comprend mieux pourquoi l'affaire d'Huddersfield, révélée ce vendredi 19 octobre par la presse britannique, avait de quoi alimenter les accusations d'omerta : l'expérience dramatique et récente de Telford, ainsi que le silence médiatique imposé cette-fois ci par la justice dans les procès du gang d'Huddersfield, incitaient à l'inquiétude. D'autant qu'un militant d'extrême droite, Stephen Yaxley-Lennon, plus connu sous le pseudonyme de Tommy Robinson, a tenté d'instrumentaliser les restrictions imposées par le tribunal de Leeds. Ce trentenaire, fondateur de l'organisation extrémiste English Defence League (Ligue de défense anglaise), a tenu un Facebook Live consacré au procès du gang d'Huddersfield en mai dernier, brisant la loi du silence. Il a été aussitôt arrêté et conduit devant un juge dans les heures qui ont suivi, avant d'être condamné à 13 mois de prison pour outrage à la justice. Pour ne rien arranger, la justice a imposé un embargo médiatique sur l'incarcération de Robinson… Mais la nouvelle s'est diffusée auprès de ses sympathisants et des manifestations à Leeds ainsi que devant Downing Street se sont tenues.

    Pourquoi la justice a interdit la publicité du procès de Leeds 

    Finalement, l'ensemble du scandale d'Huddersfield et de ses répercussions a été révélé en bloc ce vendredi. Mais cette fois-ci, le délai entre les événements et le moment où ils ont été rendus publics n'est pas imputable à un silence coupable des médias et des institutions. En effet, la cour de Leeds a pris dès janvier dernier la décision d'imposer une "reporting restriction" (qu'on pourrait traduire par "interdiction de publier"), pour des motifs fréquemment invoqués dans le monde de la justice anglo-saxonne. Un acte de 1981 autorise en effet les juges britanniques à "reporter la publication de tout article relatant une procédure judiciaire", la durée de l'embargo pouvant s'étendre "aussi longtemps que la cour estime nécessaire d'éviter un risque important de porter préjudice à l'administration de la justice." La jurisprudence, inscrite dans un rapport du Judicial College datant de juin 2014, précise que "la règle générale est que l'administration de la justice soit effectuée en public", et que "les médias doivent pouvoir relayer les procédures pleinement et en temps réel". Mais ce principe, totalement inconnu en France, souffre quelques exceptions.
    Il en existe deux principales : la première est d'éviter qu'une couverture trop médiatique trop sensationnaliste, dans un sens ou dans l'autre, n'influence excessivement les jurés. Une problématique particulièrement concrète au pays des tabloïds et des unes tapageuses. C'est cette raison qui a été invoquée par le tribunal de Leeds, relate le Yorkshire Post : "Il y avait tellement de prévenus accusés d'avoir commis des abus sexuels qu'ils ne pouvaient pas être tous entendus lors d'un même procès. En conséquence, la cour a imposé de strictes restrictions de publication sur les premiers procès, dans le but de s'assurer que les jurés des procès suivants ne seraient pas influencés par la couverture médiatique." Le deuxième motif justifiant ce black-out médiatique découle du premier : il consiste à éviter de donner des arguments supplémentaires à la défense des accusés, qui pourrait se saisir du traitement médiatique pour contester le caractère équitable du procès et décrédibiliser la décision de justice.
    Dans le cas du scandale d'Huddersfield, ce sont bien ces motifs, avancés dès les débuts de la procédure judiciaire, qui ont été mis en avant par la justice. La presse , depuis la fin de l'embargo, publie d'ailleurs de nombreux papiers sur l'affaire. Le Yorkshire Post a notamment fait paraître un éditorial condamnant l'attitude du militant d'extrême droite Tommy Robinson, estimant que celui-ci "doit des excuses aux victimes du gang" : "Sa ligne était que les journaux comme le Yorkshire Post étaient trop effrayés de dire la vérité car les criminels sont tous des hommes asiatiques, écrit le quotidien local. Maintenant que les restrictions de publication sont levées, la vérité est révélée : Yaxley-Lennon (Tommy Robinson, ndlr) a placé sa notoriété personnelle devant toute pensée pour les seules personnes qui comptent dans cette affaire ; les victimes." Maintenant que les vingt criminels sont en prison, le temps est donc venu, relate le Yorkshire Post, de livrer le récit de ce nouveau drame.
  • Une Allemande prévient. Suicide de l'Europe le 10 décembre.

  • Emmanuel Macron, bel et bien continuateur d’un monde politique plus « failli » qu’« ancien » !

    15281460lpw-15281556-article-emmanuel-macron-societe-politique-jpg_5321443_660x281.jpg

    Entretien avec Philippe Randa, directeur du site de la réinformation européenne EuroLibertés

    Propos recueillis par Guirec Sèvres

    Le président français Emmanuel Macron a comparé la situation actuelle en Europe avec celle de l’entre-deux-guerres du siècle dernier en fustigeant notamment les victoires des partis populistes en Europe qu’il considère comme une lèpre ; qu’est-ce que cela vous inspire ?

    D’abord, traiter ses rivaux politiques et leurs partisans de « lépreux » est une injure à considérer comme telle, c’est-à-dire par le mépris. Une telle injure ne suscite guère de réprobation dans la classe politique, mais on n’ose imaginer quelle aurait été la réaction de celle-ci si des populistes avaient dénoncé leurs ennemis politiques, voire l’invasion migratoire, en termes similaires. On accuse (entre autres maux) les populistes de violences verbales, mais ils ont en général plus de retenue que beaucoup de leurs adversaires. Ensuite, Emmanuel Macron n’a cessé de marteler qu’il fallait en finir avec « l’ancien monde » politique : avec sa douteuse comparaison historique, il incarne justement l’« ancien monde politique » dont les représentants n’ont eu d’autres arguments, ces dernières décennies, que de brandir l’épouvantail d’un fascisme fantasmé, mal absolu s’il en était à les entendre…

    Ces dernières décennies, c’est-à-dire ? Depuis la fin de la IIe Guerre mondiale ?

    Non, depuis la fin des « Trente glorieuses », soit le début du premier septennat de François Mitterrand… Jusque-là, depuis 1945, on avait surtout l’obsession de panser les plaies des deux guerres civiles européennes, de construire une Europe forte économiquement… Mais avec les premières crises pétrolières, l’arrivée du chômage de longue durée, puis de masse, enfin avec la chute de l’URSS – soit la fin de la Guerre froide qui perdurait de façon plus ou moins larvée – et la « découverte » par les Européens de l’invasion migratoire, les gouvernements ont vu la situation se détériorer inexorablement… Des années durant – grosso modo, pour la France jusqu’à la fin du quinquennat de Jacques Chirac – les partis de gouvernement sont parvenus à persuader une majorité d’électeurs qu’il suffisait d’attendre le retour de la croissance économique pour vivre à nouveau des lendemains qui chantent… « Sœur Anne, ne vois-tu rien venir ? » a été le leitmotiv de la classe politique aux affaires, qu’il s’agisse des élus du Parti socialiste et de ses alliés communistes et écologistes ou de ceux de la droite et du centre… Les quinquennats de Nicolas Sarkozy et de François Hollande ayant été les requiem de cette droite et de cette gauche de gouvernement, Emmanuel Macron et sa République en Marche ont ramassé la mise en se présentant comme l’alternative à un monde moins « ancien » que surtout « failli »… Le naufrage du pays perdurant depuis son élection, dans l’affolement d’une situation qui lui échappe chaque mois un peu plus – chômage qui perdure et s’aggrave même selon les mois ; affaire Benalla ; démissions de Nicolas Hulot et Gérard Collomb, deux « éléphants » du gouvernement d’Édouard Philippe ; selfie équivoque avec des racailles d’outre-mer après la réception de « vogueurs » en Lunettes noires et maillots de résillelors de la Fête de la musique à l’Élysée, etc. –, Emmanuel Macron montre qu’il n’a aucun autre argument, aucune autre défense que de reprendre l’antienne du danger fasciste…

    Une rhétorique de diabolisation des Populistes qui, jusqu’à présent, a tout de même bien fonctionné pour les empêcher d’accéder aux Affaires…

    Ralentie tout au plus car les populistes sont dans des coalitions au Pouvoir en Italie, en Autriche, en Pologne et en Hongrie ou l’ont été (Slovaquie, Finlande)… Et sont rentrés dans la quasi-totalité des parlements où ils étaient jusqu’alors absents (le cas le plus significatif est celui de l’Afd en Allemagne)… Quant à la France, par deux fois en quinze ans, ils ont été au second tour de la Présidentielle, Marine Le Pen doublant en 2017 le score de son père en 2002… Mais si, en France, les Populistes n’ont pas profité davantage de l’écroulement de la droite et de la gauche de gouvernement, est-ce véritablement à cause de la diabolisation dont ils auraient été victimes… ou de leur manque de crédibilité ? Ce qui était vrai du temps de la présidence chiraquienne – Jacques Chirac fut un mauvais président, mais « savait faire président » ; Jean-Marie Le Pen préconisait des solutions de bon sens, mais pouvait-il « faire président » ? Les électeurs hésitants (ceux qui font la différence le soir d’une élection) ne l’ont jamais pensé… Et cela a été le cas également pour sa fille, surtout lors de son débat avec Emmanuel Macron. Elle a fait une campagne électorale plutôt bonne au premier tour, mais ce soir-là, elle a atterré les électeurs hésitants bien plus par sa gestuelle et ses diatribes que par ses manques d’arguments économiques… Donald Trump avait fait une campagne « destroy » contre tous ses rivaux, ce qui lui a permis d’être désigné candidat des Républicains, mais lors du débat face à Hillary Clinton – même s’il a été, dit-on, moins brillant qu’elle, et alors ? – a convaincu les électeurs hésitants qu’il « pouvait faire président »… Et quoiqu’on ait pu dire de lui, quoi qu’on dise toujours, Donald Trump « fait président », incontestablement ! Ç’aurait pu être le cas des Le Pen, père ou fille, on ne le sait pas… à ce jour, en tout cas !

    Et sur la situation actuelle en Europe qui ressemblerait à celle de l’entre-deux-guerres, qu’en pensez-vous ?

    Je ne vois pas en quoi elle lui ressemblerait « spécialement »… À cette époque, il y avait en Allemagne un grand sentiment de revanche à prendre après l’armistice de 1918 ; un danger communiste à l’Est avec la Russie bolchevique et, à l’ouest, une guerre civile en Espagne… Non, si l’on veut vraiment trouver une comparaison historique avec la situation actuelle en Europe, c’est plutôt avec celle de la France de 1789, fracturée entre pays légal et pays réel… On peut donc craindre – ou espérer – une imminente nouvelle « nuit du 4 août » qui abolirait les actuels privilèges des représentants de la finance internationale et des autoproclamés dépositaires des « valeurs républicaines ». On aimerait bien d’ailleurs avoir enfin une définition exacte de celles-ci. Cela reste pour l’heure un vœu pieux…

    http://synthesenationale.hautetfort.com/

  • Le carburant islamique des agressions contre les personnes homosexuelles

    Le carburant islamique des agressions contre les personnes homosexuelles

    Un tabou, décrypté par Joachim Véliocas :

    Alors qu’en moins d’un mois de nombreux homosexuels se sont fait lynchés gratuitement à Rouen, ParisLyon , La RéunionTarbes et Montpellier (avec un soin particulier des médias à camoufler le nom des auteurs) nous reproduisons le chapitre consacré au phénomène dans le livre Mosquées Radicales: ce qu’on y dit, ce qu’on y lit (éditions DMM). La doctrine musulmane est en cause, jusqu’aux juristes référencés par la Grande Mosquée de Paris qui prescrivent le meurtre. Extraits :

    Chapitre VII

    L’homophobie islamique

    Homosexualité : ce que dit la Sharia 

    Le droit musulman fait cas des homosexuels, et le consensus des juristes a toujours été limpide à leur endroit : peine de mort sans commutation possible.

    Le « Guide de l’étudiant[1] » de l’école d’imâms Grande Mosquée de Paris, préfacé par Dalil Boubakeur, programme en « référence annexe » la Risâla de Zayd al-Qayrawani (922-996), traité de droit sunnite de référence. Compendium destiné à vulgariser la charia, enseigné officiellement au Maroc ainsi qu’en Algérie, il précise la légalité de la mise à mort des homosexuels :

    «Si un homme commet l’acte de sodomie avec un mâle adulte consentant, les deux doivent être condamnés à mort, musulmans ou non» (chapitre 37, des prescriptions relatives aux délits de sang et aux peines légales).

    L’ouvrage, fondamental, est disponible en plusieurs exemplaires à l’Institut du Monde Arabe[2], aussi bien dans la « librairie boutique » du rez-de-chaussée que dans la bibliothèque. Toutes les librairies musulmanes de France le vendent.

    Parmi les savants contemporains de l’islam faisant autorité, Yusûf al Qaradawi, également cité en référence dans le Guide de l’étudiant de la Grande Mosquée de Paris, ne dit pas autre chose. Dans son ouvrage « Le licite et l’illicite » (éditions al-Qalam, 2002) il s’interroge sur la manière la plus « pratique » d’éliminer les homosexuels :

    «Est-ce que l’on tue l’actif et le passif ? Par quel moyen les tuer, est-ce avec un sabre ou le feu, en les jetant du haut d’un mur ? Cette sévérité qui semblerait inhumaine n’est qu’un moyen pour épurer la société islamique de ces êtres nocifs[3]»

    Voilà la pensée du président du Conseil Européen de la Fatwa et de la recherche, organe de prescriptions juridiques de l’UOIF, pour qui Tariq Ramadan dit « éprouver un profond respect[4] ». Ce livre  de Qaradawi était présent dans le rayon « islam » de la Fnac des Halles en juin 2015,  il faut dire que c’est une des meilleures ventes chez les musulmans pratiquants.

    Autre best-seller vendu non seulement à la Fnac, mais dans tous les hypermarchés Carrefour pour son rayon ramadan à l’été 2014, « La voie du Musulman » du ckeikh algérien El Djazairi, recommande dans son chapitre IX sur les « sanction pénales » la mise à mort des homosexuels (voir infra).

    Sur les forums internet musulmans, les avis sont souvent tranchés : les homosexuels doivent mourir. Sur le premier forum islamique de France, Mejliss, émanation du site de référence Oumma.com, on peut lire :

    « (…) le Prophète de l’Islam (bénédiction et salut soient sur lui) déclare : « Si vous trouvez des personnes en train de pratiquer la pédérastie tuez-les toutes les deux » C’est-à-dire si les deux partenaires sont consentants. » Le hadith est rapporté par at-Tarmidhi dans ses Sunan, n°1376. Les ulémas de l’Islam tels que Malick, Shaf’i , Ahmad et Ishaq soutiennent qu’on doit appliquer à l’homosexuel la peine de l’adultère , qu’il soit marié ou pas.[5]» .Une autre internaute renchérit : «il est dit que nous devons tuer ces genres de personnes[6]»

    Mohamad Ratib Nabulsi, le 28 avril 2011 sur la télévision Al-Aqsa du Hamas, affirma « L’homosexualité mérite la peine de mort [7]». Professeur de jusrisprudence islamique à la prestigieuse Université Al Azhar du Caire, savant mondialement reconnu, il connaît la charia sur le bout des doigts.  Un visa de séjour en mai 2013 lui fut pourtant délivré pour sa conférence[8]à la mosquée UOIF de Nantes financée à hauteur de 200 000 par la mairie PS en 2009[9].

    Il n’y a pas de débat chez les juristes musulmans sur le sort des homosexuels. Il est donc mécanique que les homosexuels en France rencontrent l’incompréhension de musulmans radicalisés, c’est le moins qu’on puisse dire au vu de la multiplication des agressions homophobes ces dernières années.

    https://www.lesalonbeige.fr/le-carburant-islamique-des-agressions-contre-les-personnes-homosexuelles/