Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

  • Immigration : le FN soutient le maire de Louveciennes

    6a00d83451619c69e201b7c8998bc8970b-250wi.jpgLors de la réunion qui s’est tenue hier à la mairie de Louveciennes contre l’implantation d’un camp d'immigrés, Didier Palix, secrétaire FN de la 4eme circonscription des Yvelines a apporté officiellement le soutien plein et entier du FN à l’initiative de résistance des élus et de la population de ce secteur.

    Le Front National, par la voix de François Simeoni, secrétaire départemental du Front National 78, appelle tous ses militants et sympathisants à soutenir sans réserve les actions qui seront menées dans les jours et les semaines à venir.

    Voilà qui change du mot d'ordre de Thierry Perez, secrétaire FN de la 1ère Circonscription des Yvelines, qui demandait, lui, à ses militants de ne pas participer à la manifestation du 24 septembre à Versailles contre l'installation d'un camp d'immigrés. Alors même que, de son côté, François Simeoni annonçait aux organisateurs de cette même manifestation du 24 septembre sa participation ainsi que celle de Cyril Nauth, maire de Mantes-la-Ville et conseiller régional avec son équipe municipale, et Yasmine Benzelmat, conseillère régionale...

    Michel Janva

  • Sevran : Bernard de La Villardière agressé en plein reportage sur l’islam

    Lors d’un tournage sur l’islam à Sevran, Bernard de La Villardière et son équipe de « Dossier tabou » ont été agressés, ainsi que le montrent ces images :

    http://www.altermedia.info/france-belgique

  • Le Sénat, paradis fiscal pour parlementaires fantômes

    sénat-paradis-fiscal.jpgUne fois l’ouvrage d’Yvan Stefanovitch refermé, le lecteur reste très partagé. Les sénateurs sont-ils comme l’auteur les décrits : une armée de fainéants qui passent grassement à la caisse, se la coulent douce dans leur département ou sur les îles et qui ne veulent finalement rendre de compte à personne ? Ou bien l’auteur est-il à ce point jaloux d’un système dont on subodore qu’il ne pourra pas lui-même profiter, qu’il s’acharne sur une chambre Haute qui a entrepris sa transformation et qui avait fait nettement pire par le passé ?

    Lire la suite

  • Ichtus : Colloque Catholiques en Action "Refaire le Politique" les 15 et 16 octobre 2016 à Paris

    Si la vraie richesse se trouve dans ce que l'on vit, ce que l'on apprend, ce que l'on partage et ce que l'on transmet, alors ce colloque Catholiques en action est pour vous ! Et d'aborder ces deux journées comme le désirait Jean Ousset : " D'abord ne pas avoir peur ! Nous moquer des sarcasmes ! Ne pas déserter ! Rendre les rangs de la foule. Avancer résolument vers Jésus - Rester ferme dans la Foi "

    Crise culturelle et civilisationnelle, primat de l'économie, faillite de la chose publique...le politique est-il en train de sortir de l'Histoire ?

    Comment le refonder à l'heure où le danger nous menace ? Comment retrouver la grandeur du service politique ? Puisque " Le devoir du Christianisme est le Service ", les catholiques en action sont appelés à un Service politique : " N'ayez pas peur que le Christ règne sur vous! Une Société qui exclut Dieu n'est plus un bien pour le peuple. Soyez prêts à livrer chaque jour votre vie pour transformer l'Histoire " affirme le Cardinal Sarah.

    Ils sont appelés également à un service social et culturel en profondeur pour contribuer à la reconstruction de la Cité dans tous les domaines : travail, éducation, famille, culture, action sociale...Dés lors, comment agir ?

    Si donc vous êtes catholiques, ne le soyez pas à moitié, inscrivez-vous rapidement.

    Eric Muth

    Programme:

    Samedi 15 octobre de 14H30 à 22HOO

    Conférences

    -  La politique n'est pas un taux de croissance. Matthieu Detchessahar

    -  La politique, service concret de la Cité. Guillaume de Prémare

    -  Le sens de l'engagement en politique et les moyens concrets de l'action. Clotilde Brossollet

    -  Une politique au service de la Famille, une urgence pour la Cité. Ludovine de la Rochère

    Forum des catholiques en action

    -  Rencontre avec les leaders du mouvement social

    -  Forum des Associations : avec juristes pour l'enfance, Espérance Banlieues, les Gavroches, Revue Limite, les Veilleurs, ActuAiles, l'Institut de formation politique, etc...

    -   Séance de dédicaces

    Dîner - concert

    Dimanche 16 octobre de 9HOO à 12H30

    -  Messe pour la France présidée par Mgr Eric de Moulins-Beaufort

    -  " Le devoir du Christianisme, c'est le Service ". Bruno de Saint Chamas

    -   La France est faite pour la grandeur. Alexandre Dianine-Havard

    Le dimanche après-midi :

    On ne lâche rien ! Avec la Manif pour Tous, dans les rue de Paris.

    Inscription au Colloque : www.ichtus.fr/formation/inscription-colloque-2016/      Tél: 0147637786  contact@ichtus.fr

    Ichtus est une association à but non lucratif qui s'adresse à toutes les personnes, groupes ou association qui souhaitent s'engager au service de la vie sociale, politique et culturelle. Pour ce faire Ichtus propose une formation méthodologique, culturelle et intellectuelle, et encourage et facilite la mise en place de réseaux sociaux naturel, Ichtus n'est ni un mouvement, ni un parti, il ne donne aucun mot d'ordre. Ichtus a pour vocation de favoriser l'action des laïcs, afin de les aider à exercer leurs responsabilités en fonction de la place qu'ils occupent dans la société. Parfaitement fidèle au Pape et à l'Eglise, Ichtus a pour seule référence l'enseignement social de l'Eglise. Cet enseignement est accessible à tous les hommes de bonne volonté qui admettent l'existence et le bien-fondé de la loi naturelle.

    Puissions-nous être en accord avec la grande Sainte Catherine de Sienne lorsqu'elle disait : " Ah! Assez de silence! Criez avec mille langues! Je vois qu'à force de silence le monde est pourri! "

    http://www.vexilla-galliae.fr/actualites/politique/2167-ichtus-colloque-catholiques-en-action-refaire-le-politique-les-15-et-16-octobre-2016-a-paris

  • [Bordeaux] Juppé, le repris de justice

    Hier soir dans Bordeaux, nos militants sont allés afficher le repris de justice Alain Juppé devenu maire de notre ville et aujourd’hui, candidat aux primaires de la droite et du centre.

     

  • L'élévation de l'âge légal de départ à la retraite n'est pas une bonne idée.

    Les candidats aux primaires de la Droite et du Centre présentent des programmes qu’il n’est pas inutile de lire même si, nous le savons d’expérience, ceux-ci ne seront pas forcément appliqués, ou que les circonstances forceront à des révisions déchirantes, et les menaces renouvelées du commissaire européen aux affaires économiques, M. Moscovici, sur la question du déficit public de la France, si elles peuvent aussi servir d’avis, n’incitent guère à l’optimisme sur ce qui attend notre pays au sortir des épisodes électoraux du printemps 2017.

    Que disent ces programmes du temps de travail et de la question (épineuse) des retraites ? Tous, de M. Sarkozy à M. Juppé, insistent sur la volonté d’augmenter le temps de travail des Français, sur le court comme sur le moyen terme, certains évoquant à nouveau l’idée de « travailler plus pour gagner plus » sans se poser la question de la relation au temps et au travail de chacun : je ne suis pas sûr que tous veuillent gagner plus, ou, plus exactement, qu’ils veuillent, même contre monnaie sonnante et trébuchante, travailler plus d’heures dans la semaine… En revanche, l’augmentation de la valorisation financière des heures supplémentaires, à l’époque de la présidence Sarkozy, avait visiblement permis une meilleure motivation et respiration des classes moyennes, y compris dans la Fonction publique, et son abrogation, au début de la présidence Hollande, avait été une erreur (la première mais pas la dernière…) qui devait plus au ressentiment du nouveau pouvoir à l’égard de l’ancien qu’à des considérations économiques ou sociales.

    Néanmoins, au regard des différents programmes, je constate que l’orientation actuelle est désormais un peu différente : il s’agit d’abord de faire des économies plus que d’améliorer le pouvoir d’achat, et repousser l’âge légal de départ à la retraite est au programme de tous les postulants de la primaire de la Droite et du Centre. Ainsi, M. Juppé propose-t-il, comme son concurrent M. Fillon, le passage de 62 à 65 ans (en huit ans, entre 2018 et 2026, pour le maire de Bordeaux), quand M. Sarkozy propose 63 ans en 2020 et 64 ans en 2026… L’Union européenne avait, il y a quelques années et sous l’influence de l’Allemagne, évoqué 67 ans, ce qui est désormais une réalité dans de nombreux pays d’Europe, tandis que, aujourd’hui, la Bundesbank milite pour le passage de cet âge minimal de départ à la retraite à 69 ans, en deçà de la proposition de l’institut IW de Cologne, allemand lui aussi, de… 73 ans !

    L’argument de la progression durant ce siècle de l’espérance de vie générale ne suffit pas à me convaincre de la nécessité de ce rallongement de la période de travail individuel, pour quelques raisons que je rappelle ici. Tout d’abord, évoquons ce fameux critère de l’espérance de vie, qui est une moyenne et qui reste incomplet, au regard des réalités vécues par nos concitoyens : en effet, il faudrait plutôt s’intéresser à l’espérance de vie en bonne santé (appelée aussi espérance de vie sans incapacité), et la prendre en compte plutôt que de l’ignorer comme les économistes et les politiciens le font systématiquement. En France, elle est de 62 ans et 5 mois, selon les derniers chiffres rendus publics il y a quelques années : il est d’ailleurs curieux que cette notion d’espérance de vie en bonne santé soit si méconnue du grand public et si peu valorisée, au risque de paraître « cachée », ce qui ne peut que nourrir les rumeurs et les phantasmes sur celle-ci et ceux qui feraient obstacle à sa bonne visibilité. 

    D’autre part, comment peut-on évoquer le rallongement du temps de travail sur une vie quand le chômage frappe autant de nos concitoyens et amoindrit ainsi les cotisations destinées à financer les retraites en cours, tandis qu’elle pénalise, pour plus tard, les personnes actuellement dépourvues d’un emploi professionnel ?

    En tout cas, ce n’est pas en retardant l’âge légal de départ à la retraite que l’on résoudra équitablement la question du financement des retraites et de l’accueil des retraités dans notre société. Ce qui ne signifie pas qu’il faille interdire, à ceux qui le souhaitent sincèrement, de partir tardivement, à l’âge de leur choix, en retraite ! Militer contre l’élévation de l’âge légal de départ à la retraite, c’est d’abord militer pour la possibilité d’un choix (partir ou rester au travail), et contre l’obligation de devoir poursuivre une activité professionnelle jusqu’à un âge qui, pour certains, est bien trop tardif au regard de leur santé ou de leur propre espérance de vie, ou même au regard d’un choix de vie qui peut consister à s’extraire d’une activité marchande ou tarifée, cela pour travailler ou vivre autrement, voire simplement "pleinement".

    (à suivre : propositions pour financer les retraites et mieux accueillir les personnes âgées dans notre société)

    http://nouvelle-chouannerie.com/index.php?option=com_content&view=article&id=1341:lelevation-de-lage-legal-de-depart-a-la-retraite-nest-pas-une-bonne-chose&catid=50:2016&Itemid=61