Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

  • Attaques au couteau, prémices de guerre “civile” ? – Journal du lundi 10 septembre 2018

    Sécurité / Attaques au couteau, prémices de guerre “civile” ?
    Paris, Chemnitz, Köthen, l’Europe connaît une vague meurtrière d’attaques au couteau commises par des étrangers. Alors que les politiques sont obsédés par le spectre de dérives racistes, les citoyens commencent à se mobiliser face à l’incapacité des pouvoirs publics à les protéger.

    Union Européenne / Suède : Progression électorale des Démocrates de Suède
    Le Parti des démocrates de Suède progresse de 5 points à l’issue des élections générales. Seule formation importante à disposer d’une dynamique électorale positive, les Démocrates de Suède progressent mais sont encore loin d’accéder au pouvoir.

    Société / Quand l’islamisme s’infiltre partout

    Politique / Ecologie : les échecs de Monsieur Hulot
    Une semaine après le départ de Nicolas Hulot, l’heure est au premier bilan. S’il a fallu plus de 15 mois à l’ancien présentateur d’Ushuaïa pour rendre les gants, ses échecs sur le plan écologiques se sont accumulés au point d’afficher un zéro pointé pour son action.

    L’actualité en bref

    Lien (sans publicité) vers le serveur TVL (en cours de test) :

    Lien DailyMotion :

  • Maurras et le Fascisme [3]

    2911476468.jpg

    « Imaginons que Mussolini ait eu la prudence de Franco ...»

    Par Pierre Debray

    C'est une étude historique, idéologique et politique, importante et profonde, que nous publions ici en quelques jours. Elle est de Pierre Debray et date de 1960. Tout y reste parfaitement actuel, sauf les références au communisme - russe, français ou mondial - qui s'est effondré. L'assimilation de l'Action française et du maurrassisme au fascisme reste un fantasme fort répandu des journalistes et de la doxa. Quant au fascisme en soi-même, si l'on commet l'erreur de le décontextualiser de sa stricte identité italienne, il reste pour certains une tentation, notamment parmi les jeunes. On ne le connaît pas sérieusement. Mais il peut-être pour quelques-uns comme une sorte d'idéal rêvé. Cette étude de Pierre Debray dissipe ces rêveries. Elle s'étalera sur une dizaine de jours. Ceux qui en feront la lecture en ressortiront tout simplement politiquement plus compétents. LFAR

    Maurras se gardait bien d’hypothéquer l’avenir. Il préférait conseiller la mesure, alors qu’il en était temps encore. « La solution, donnée par Mussolini, à la question scolaire a limité l’action de l’État aux groupes d’éducation civique et militaire. La liberté de l’école paraît devoir rester intacte tant au point de vue religieux qu’au point de vue moral. L’envoyé du Temps à Rome, M. Gentizon, semble croire que cette solution mesurée sera intenable et que le dictateur sera conduit à usurper de plus en plus l’autonomie des consciences et la liberté des âmes. Nous en sommes moins sûrs que lui. La logique formelle est une chose, la politique réaliste en est une autre. Un homme énergique sait marquer le point au-delà duquel il ne se laissera pas entraîner et sa volonté peut parfaitement suffire à le maintenir dans les confins qu’il s’est donnés. » 

    En fait, Mussolini ne s’abandonnera à la pente logique de son système intellectuel que sur le tard, quand les « démocraties », l’y contraindront, en liant son destin à celui d’Hitler. Le Führer saura profiter de leurs fautes. Se présentant modestement comme son disciple, il le conduira à l’imiter. Au départ cependant, le totalitarisme n’était qu’une possibilité parmi d’autres du fascisme italien. Une possibilité cependant, Maurras là-dessus ne cessera de dénoncer l’erreur mortelle que portait, en germe, le fascisme. 

    C’est ainsi que le 12 juin 1932, il s’élevait contre une déclaration de Mussolini selon laquelle « en dehors de l’État, rien de ce qui est humain ou spirituel n’a une valeur quelconque ». Maurras appelait cela un délire. « Même en confondant État et Nation, État et Société, il y a dans la vie des personnes humaines quelque chose qui y échappe en soi. Quelque grande part que l’État ainsi compris puisse prendre à l’engendrer, à la défendre ou à la soutenir, cette valeur existe en fait, il est aussi vain de prétendre qu’elle n’est rien que d’y sacrifier tout le reste. » 

    Ce qui conduisait Maurras à définir très exactement par quoi le fascisme se rapprochait du nationalisme intégral et par quoi il s’en séparait. « Il est très important de fortifier l’État. On ne le fortifie bien qu’en le concentrant et en laissant les groupes sociaux intermédiaires faire des besognes qu’il ferait trop mal, quant à lui. C’est pourquoi nous ne sommes pas “ étatistes ” quelques imputations calomnieuses que l’on se soit permises à notre égard. Tels Français réfléchis qui admirent le plus l’effort et l’ordre fascistes font comme nous des réserves sur ce qu’il présente d’exagérément étatiste. Ils en font même un peu plus que nous. Nous avons dû expliquer parfois qu’un pays aussi récemment unifié que l’Italie est tenue de limiter certaines libertés locales et professionnelles. Mais cette condition ne joue pas dans le domaine religieux, puisque l’unité morale, l’unité mentale existent en Italie : le pays a été sauvé de la Réforme au XVIe siècle, et la prompte élimination des “popolani  ” montre que ni le libéralisme, ni la démocratie n’y avaient poussé de fortes racines. » Ces pages sont d’autant plus fortes qu’elles furent écrites à un moment où l’Action française subissait les rigueurs d’une censure pontificale, depuis lors heureusement levée. 

    Maurras donc reconnaissait, comme un fait, que Mussolini, en abaissant le régime démocratique et en reconstruisant l’État, restituait à l’Italie sa force. 

    Il en tirait la conséquence que si la France persévérait dans ses mauvaises institutions, la force italienne se retournerait contre notre pays. Néanmoins, fidèle au vieux principe thomiste, qui veut que tout bien humain, lorsqu’il se prend pour l’unique nécessaire, se transforme en son contraire, Maurras avertissait Mussolini que la restauration de l’État, si elle n’était pas compensée au minimum par la liberté de l’Église, aboutirait à l’étatisme totalitaire. Ce qui conduirait l’Italie à l’aventure militaire, à la sclérose économique, au désordre spirituel. À terme, les bienfaits très réels apportés par le fascisme dans ses débuts, seraient gâchés, et l’Italie, un instant arrachée par Mussolini au chaos, serait jetée par lui dans un chaos pire. Ce qui est arrivé. 

    Le nationaliste français qu’était Maurras savait trop qu’il y a autant de nationalismes que de nations pour porter d’emblée un jugement dogmatique sur les aspects de la doctrine fasciste qui lui répugnaient le plus. Le primat, par exemple, qu’elle donnait à l’action sur la pensée. Pour une part, le pragmatisme de Mussolini le rassurait plutôt. Il nourrissait l’espérance, nullement déraisonnable, qu’une France qui referait à temps sa force, équilibrerait l’Italie fasciste, l’empêchant de verser du côté de ses démons. Ce ne fut pas. Nous n’avons pas lieu de nous en réjouir. Imaginons que Mussolini ait eu la prudence de Franco. La menace communiste, qu’un moment le Duce avait su écarter de nos frontières, serait moins pressante aujourd’hui et l’avenir de l’Europe mieux assuré. 

    Mussolini a subi d’innombrables influences, mais pas celle de Maurras. Dans La Vie intellectuelle de mai 1929, M. Gaston Rabeau étudiant « La Philosophie du fascisme », le reconnaît avec une louable franchise. « Les Français, écrit-il, s’imaginent aisément que la politique mussolinienne ressemble à celle de M. Maurras. Question d’origine mise à part (elle ne vient sûrement pas d’Auguste Comte ou de Joseph de Maistre), elle nous paraît en différer absolument. » C’est qu’en effet il s’agit d’une « politique avant tout empiriste, d’un empirisme total, non pas de cet empirisme qui généralise des lois ». Le plus beau de l’histoire c’est que M. Rabeau, lumière de la démocratie-chrétienne, faisait un mérite à Mussolini de s’opposer ainsi à Maurras. Toute son étude est du reste imprégnée d’une surprenante sympathie à l’endroit du fascisme. Sur les points où celui-ci s’écartait trop manifestement de la doctrine sociale du catholicisme, le pieux exégète, pris de scrupule, affirmait son souci de ne pas « élargir un fossé qui est déjà trop profond ». À la même époque, La Vie catholique travaillait, rappelons-le, à élargir artificiellement le fossé qui séparait, ou paraissait séparer, l’Action française de l’Église !    (A suivre)

    Lire les article précédents ...

    Maurras et le Fascisme [1] - [2]

    http://lafautearousseau.hautetfort.com/archive/2018/09/05/maurras-et-le-fascisme-3-6077313.html

  • Suède : forte progression du parti anti-immigration

    6a00d83451619c69e2022ad3902d6f200d-250wi.jpgCes élections ont surtout été marquées par une baisse des partis traditionnels et une progression des Démocrates de Suède, une formation eurosceptique et anti-immigration. Le bloc de gauche (Parti social-démocrate au pouvoir, les Verts et le Parti de gauche) a recueilli 40,6% des voix (soit 144 sièges sur 349) contre 40,3% pour l'alliance de droite (142 sièges), aucun des deux n'obtenant de majorité.

    Le parti des Démocrates de Suède (SD) a obtenu 17,6% des voix, contre 12,9% lors des précédentes élections en 2014. Il réalise ainsi le gain le plus important parmi les partis, avec 63 sièges au Parlement, contre 49 auparavant, et devient le 3e parti du pays. Ce parti aura un rôle d'arbitre dans la composition du prochain gouvernement.

    Le premier ministre social-démocrate suédois, Stefan Löfven, a appelé à une grande coalition à l'allemande :

    "Une chose est sûre, personne n'a obtenu de majorité. Il est donc naturel de lancer une collaboration entre les blocs".

    On voit combien ce type de coalition est un échec en Allemagne. Il serait plus naturel que les partis de droite forment une majorité avec les Démocrates de Suède.

    http://lesalonbeige.blogs.com/my_weblog/2018/09/su%C3%A8de-forte-progression-du-parti-anti-immigration.html

  • Brise nationale et influences

    printemps-boticelli.jpgLes commentateurs de notre vie politique ont ironisé sur la rencontre fortuite (en fait soigneusement préparée par l’entourage des deux protagonistes) entre Emmanuel Macron et Jean-Luc Mélenchon sur le vieux port à Marseille vendredi soir, en présence de nombreux journalistes. L’après-midi, lors d’une réunion publique, le député socialo-trotskyste  de  la 4e circonscription des Bouches-du-Rhône (centre-ville de Marseille), avait déclaré que M. Macron,  qui n’accueille pas assez de migrants à son goût,    était   « le plus grand xénophobe au monde. »  Ces deniers temps en effet, M.  Mélenchon  multiplie de nouveau  les déclarations  immigrationnistes, mises en sommeil lors de sa campagne présidentielle. Un choix tactique qui laisse à penser qu’il  croit son parti plus en capacité de capter  les suffrages des banlieues plurielles que celui  des catégories populaires dites de souche… Devant M. Macron, visiblement gêné par la question d’un journaliste, il  a d’abord   nié avoir tenu les propos cités plus haut sur le chef de l’Etat…avant d’avouer  piteusement une « exagération marseillaise. »  Assez habilement, le président de la république a accentué le malaise du lider maximo en lui rappelant que ce n’est pas lui et son parti mais bel et bien  le Rassemblement National  et  Marine Le Pen qui sont ses adversaires principaux.  « J’ai toujours du plaisir à discuter avec Monsieur Mélenchon : on n’a pas toujours les mêmes idées, mais c’est toujours respectueux et intéressant. On a des confrontations politiques mais ce n’est pas mon ennemi. »  Le RN est sans « aucun doute » plus dangereux que LFI  a affirmé l’ex banquier de chez Rothschild. 

    Un danger  pour le système euromondialiste  à tuer les peuples assurément, qu’un autre homme du vieux  monde  de la finance, l’ex président du FMI Dominique Strauss-Kahn,  analysait lui aussi dans un  entretien accordé à l’Afp et publié hier. Cette assomption du vote anti-système découlerait  des scandales financiers, de  la crise des subprimes de 2008 :  « Il y a une conséquence de la crise qui, à mon avis, est complètement sous-estimée: les populismes que l’on voit apparaître partout sont le produit direct de la crise et de la façon dont elle a été traitée à partir de 2011/2012 en privilégiant des solutions qui allaient aboutir à accroître les inégalités. Le QE (rachats nets de dette par les banques centrales, ndlr) a été utile et bienvenu. Mais c’est une politique qui consiste fondamentalement à renflouer le système financier et donc à servir les plus riches de la planète. »

    Il y a du vrai dans ce constat factuel, mais ladite explosion des inégalités  n’explique pas à elle seule le ras-le-bol devant l’immigration massive qui est un des marqueurs du populisme. Elle  n’explique pas non  plus le geste de cet immigré Afghan qui,  dimanche soir, armé d’un long couteau et d’une barre de fer,  a  blessé sept personnes, dont quatre grièvement, dans le 19e arrondissement à Paris.Les inégalités ne sont pas non plus la source de l’agression dont a été victime  de nouveau un jeune Allemand, frappé jusqu’à ce que mort s’ensuive,   dans la nuit de samedi à dimanche par deux migrants Afghans à  Köthen (länder de de Saxe-Anhalt). Hier soir, 3000 habitants se sont rassemblés dan cette ville entonnant les slogans « Résistance » et « Nous sommes le peuple » pour dénoncer  l’immigration-invasion et l’insécurité qu’elle génère.

    La crise des subprimes n’est pas non  plus la cause de la percée de la droite nationale antibruxelloise  en Suède, nation  qui avait largement  ouverte ses portes aux flux d’immigrés en 2015 avec l’arrivée officielle de 160.000 demandeurs d’asile dans ce pays d’un peu plus  10 millions habitants.  Hier lors des élections législatives, le mouvement  Les Démocrates de Suède (Sverigedemokraterna, SD),  présidé Jimmie Akesson,  n’est pas parvenu à sa hisser sur la deuxième marche du podium mais progresse très fortement, (12,9% en 2014, environ  17,6% des votes ce dimanche, 62 sièges).  Un résultat salué notamment chaleureusement   par Marine  Le Pen et Matteo Salvini.

    Le Parti social-démocrate (gauche) du  chef de gouvernement et  Premier ministre sortant Stefan Löfven,  l’homme qui se vantait il y a tout juste  trois ans d’être le héraut d’une Europe grand ouverte aux étrangers, « qui n’édifie pas de murs»,  a recueilli 28,4% des suffrages (en chute de  trois points). Les « conservateurs » du parti des Modérés, dirigé par  Ulf Kristersson,  sont  aussi en baisse avec moins de 20% des voix (19,8%, – 3,5 points).

    Les partis suédois qui affirment qu’ils refusent de  pactiser avec le diable national, vont donc tenter de s’allier pour gouverner. Jimmie Åkesson  qui se  dit « prêt à parler, à coopérer, à négocier avec tous les partis », s’est d’ores et déjà  félicité de ce que Les Démocrates de Suède , « grands gagnants de cette élection »,   « vont  exercer   une véritable influence sur la politique suédoise. »

    D’influence il était encore question  hier avec la présentation du rapport du très mondialiste  institut Montaigne, élaboré par le consultant   Hakim El Karoui  (ancien de la Banque Rothschild, ayant un temps travaillé dans le cabinet de Jean-Pierre Raffarin) énonçant des propositions pour réformer l’islam de France  et pointant la progression de l’idéologie islamiste au sein des populations mahométanes installées sur notre sol. M. Karaoui  avait dirigé il y a deux ans une étude, également pour le compte de l’institut  Montaigne, dont il ressortait que  28 % des 5 (?) 6 (?), 7 (?),  8 (?)  ou 9 (?)  millions de  musulmans de France estimaient  que la charia prévaut sur la loi de la République.

    Pour lutter contre ce fondamentalisme, en provenance principalement de Turquie et d’Arabie saoudite,  « aujourd’hui en situation du monopole intellectuel, aussi bien sur les réseaux sociaux que dans les librairies » affirme M.  El Karoui, il s’agirait a-t-il détaillé sur RTL de  «créer une Association musulmane pour l’islam de France (Amif).» Soit  « une organisation neutre, indépendante des pays d’origine, indépendante de ceux qui tiennent aujourd’hui les mosquées, pour prélever une toute petite somme d’argent sur chaque acte de consommation et réinvestir cette somme d’argent dans le travail théologique, parce que c’est la mère de toutes les batailles (…).  Une taxe halal pourrait notamment être mise en place dans l’optique de financer l’islam de France  (…).  La future Amif pourrait investir dans la formation de cadres religieux, la construction pourquoi pas de certaines mosquées (…). Enfin, le rapport appelle à un renforcement de l’apprentissage de l’arabe à l’école publique:  Le nombre d’élèves qui apprennent l’arabe au collège et au lycée a été divisé par deux. Il a été multiplié par dix dans les mosquées, il faut savoir ce qu’on veut »

    Les Français savent bien ce qu’ils veulent M.  El Karoui! Nos compatriotes ont compris que  le premier  moyen pour  lutter contre un fondamentalisme qui se nourrit mécaniquement  de la poursuite de immigration, c’est  l’arrêt de celle-ci et  même  l’inversion des flux migratoires.  Un  problème qui n’est certes  pas réductible à la question  de l’islam, Bruno Gollnisch l’a souvent dit,  sachant que beaucoup de musulmans vivent  aussi leur foi de manière paisible,  se reconnaissent  dans la pratique d’un islam  du juste milieu, loin, très loin, des délires et des dérives sectaires des takfiristes, salafistes et autres wahhabites. Il apparaît en outre parfaitement illusoire que  l’interprétation  du Coran et des Hadiths  puisse être réformée de l’extérieur  par les  vœux pieux de la très laïque  république française et  au nom  d’injonctions  émanant de machins comme l’institut Montaigne.

    « Eviter une fracturation de la société » comme le dit aussi avec d’autres  Hakim El Karoui – et en fait de fracture elle est déjà consommée sur de nombreuses portions de notre territoire –    passerait  aussi par  la réaffirmation intransigeante du primat de nos us et coutumes, de notre exception culturelle française sur les  mœurs des populations extra-européennes  qui s’installent chez nous.  Lutter contre le prosélytisme des Fous d’Allah consiste aussi à ne pas avoir honte  des   racines helléno-chrétiennes de notre civilisation : non l’Europe n’est pas une terre vierge  réductible à la doctrine  libre-échangiste et au droit-de-l’hommisme!

    Défendre la paix civile consisterait aussi à  expulser la totalité  des prêcheurs de haine, à interdire les mosquées salafistes, à mettre en place une vigoureuse politique d’assimilation des immigrés non européens  (qui le veulent ou le  peuvent)  et non pas à exacerber  le  communautarisme dont  l’apprentissage de l’arabe à l’école publique est un exemple emblématique. Mais à part les méchants populistes et les diables nationaux dénoncés par les Macron, les Mélenchon, les Pécresse, la commission européenne , qui a le courage de tenir ce discours de vérités, de voir la réalité en face et de la dire aux Français?  

    https://gollnisch.com/2018/09/10/brise-nationale-et-influences/

  • Zoom – Thibault Isabel – Krisis : Nouvelle économie ?

  • 7 personnes blessées dans une attaque au couteau à Paris : l’agresseur serait un Afghan

    afghan_fe25664432f3015d6350e199048d12fc-600x338.png

    Sept personnes ont été blessées, dont quatre grièvement, dimanche soir à Paris, après avoir été agressées par un homme, “a priori de nationalité afghane”, muni d’une arme blanche et d’une barre de fer, qui a été interpellé.

    Rien ne permet à ce stade de retenir le caractère terroriste de ces agressions“, selon une source proche de l’enquête.

    Toutefois, les agressions de dimanche soir rappellent d’autres attaques à l’arme blanche commises ces derniers mois en France, la piste terroriste ayant été écartée dans la plupart des cas…

    https://fr.novopress.info/211833/7-personnes-blessees-dans-une-attaque-au-couteau-a-paris-lagresseur-serait-un-afghan/

  • I-Média n°214 : Manifestations à Chemnitz, les médias voient des nazis partout

    Manifestations à Chemnitz les médias voient des nazis partout 
    Chemnitz théâtre de manifestation de nazis ? Chemnitz théâtre de chasses aux immigrés ?. Les médias dénoncent la montée de la xénophobie en Allemagne. Ils bobardent pour cacher l’émotion de la Saxe suite aux meurtres d’allemands par des « migrants ».

    Le zapping d’I-Média 
    Affaire Clément Méric, 5 ans après. L’homicide de Clément Méric revient sur le devant de la scène médiatique avec le procès des accusés. Il est possible de dresser, d’ores et déjà, un constat : Le ton médiatique a changé. Le mot « assassiné » est beaucoup moins présent sous la plume des journalistes. Le terme désormais employé est plus nuancé « homicide involontaire ».
    Remaniement, le tour de manège du gouvernement
    Remaniement ministériel, qui prendra la place de Nicolas Hulot ? l’ancien député européen Cohn-Bendit a été approché par le gouvernement provoquant de très vives réactions sur les réseaux sociaux.

    Les tweets de la semaine 
    Drépanocytose : Fermeture de l’agence qui en publiait les statistiques. L’agence française pour le dépistage et la prévention des handicaps a fermé ses portes en juillet. L’agence dépistait notamment la drépanocytose, une maladie génétique qui ne concerne quasi exclusivement que les populations extra européennes. Agnès Buzin, ministre des solidarités et de la santé s’est prononcé en faveur d’une systématisation du dépistage.

    Portrait Piquant de Christophe Barbier 
    Nicolas Faure dresse le portrait piquant de Christophe Barbier, le pape des médias à l’écharpe rouge. Journaliste touche à tous… les médias il est passé par le Point, Europe 1, ou encore l’Express.

    lien dailymotion

    lien rutube

     
  • Macron est une catastrophe pour l’économie française

    arp-2803487-jpg_2431096_660x281.jpg

    Marc Rousset

    Macron est une catastrophe pour l’économie française car il ne s’attaque pas à la réduction structurelle du déficit public de 2,9 % et à l’endettement de 100 % du PIB (prévision 2019). Aucun effort n’est effectué pour combattre l’immigration incontrôlée ni pour réduire la dépense publique, qui est passée de 180 milliards d’euros, en 1979, à 1.292 milliards, en 2017.

    Aux États-Unis, la situation n’est pas aussi florissante que le prétend Trump. 45 millions d’Américains (14 %) sont sous le seuil de pauvreté car 43 millions (12 %) ont un travail, mais avec des revenus annuels inférieurs à 12.140 dollars. Un tiers de la population américaine n’a pas d’épargne, tandis qu’un second tiers a moins de 1.000 dollars d’économies. 50 % de la population ne gagne pas sa vie pour vivre confortablement. Un ménage américain avec un ou deux salaires doit gagner 100.000 dollars par an pour être assuré normalement et vivre sans aucun souci financier.

    Dans l’attente du krach à venir, l’Amérique se dirige tout droit vers la stagflation car Trump va faire pression sur Jerome Powell, le président de la Fed, pour qu’il maintienne les taux bas alors que son souhait serait de les relever au minimum à 3,25 % en 2020. Les États-Unis subiront donc bientôt l’inflation. C’est exactement ce qui s’était passé avec Nixon, en 1970, lorsqu’il avait fait pression sur Arthur Burns, président de la Fed à l’époque. Dans les années suivantes, l’inflation s’était élevée jusqu’à 12 % et Paul Volcker avait été amené à prendre des mesures draconiennes en relevant très fortement les taux d’intérêt.

    Selon le prix Nobel Jean Tirole, « il y a un éléphant dans la boutique de porcelaine : le traitement des dettes souveraines. Aujourd’hui, l’on fait comme si elles étaient complètement sûres, ce qui n’est pas le cas. » Tirole insiste sur l’interaction dangereuse entre les risques du système bancaire et le risque des dettes souveraines, les taux bas favorisant les bulles et devenant « une drogue pour les États ».

    En Italie, les taux bruts à cinq ans ont atteint 2,44 %, et 3,25 % sur dix ans, dépassant pour la première fois depuis mai 2014 le seuil des 3 %. Sur le marché secondaire où s’échangent les titres, les taux ne cessent de croître.

    La BCE, la Fed et la Banque du Japon ne se sont pas contentées de taux ridiculement bas, face au gonflement sans fin de la dette des États, des entreprises et des particuliers. Elles ont aussi inondé de liquidités le système financier par le biais de prêts aux banques et de rachats de titres de dette publique et privée, dont seule la Fed est sortie à ce jour.

    Les nations endettées suivront-elles un jour le modèle actuel du Venezuela et de l’Allemagne de 1923 dans l’hyperinflation ? Sarkozy, qui était en première ligne pendant la crise de 2008, vient de rappeler le dilemme : « Comment réduire la création de monnaie tout en évitant la remontée des taux qui rendrait impossible le remboursement de la dette ? » La Banque centrale russe, très prudemment, a vendu toutes ses obligations américaines en achetant, depuis 2014, en moyenne, 100 tonnes d’or par an.

    Nos économies vivent, toutes choses égales par ailleurs, le modèle du très médiatique constructeur californien Tesla dont l’action pourrait bien s’écrouler un jour à Wall Street, suite à ses difficultés de production, à la diminution récente des commandes des particuliers et à la concurrence attendue d’autres grands constructeurs de luxe tels que Porsche. Alors que Musk parlait, il y a quelques semaines seulement, de retrait de la cote à 420 dollars l’action, Goldman Sachs prévoit un cours, à six mois, à 210 dollars. Bref, ça sent le roussi chez Tesla comme dans un trop grand nombre de pays tels que les pays émergents (Argentine, Turquie), la Grèce, l’Italie, l’Espagne, les États-Unis, au-delà des apparences, et malheureusement aussi la France, qui continue de s’enfoncer, suite au manque de courage du joueur de flûte Macron !

    http://synthesenationale.hautetfort.com/archive/2018/09/06/macron-est-une-catastrophe-pour-l-economie-francaise-6077713.html

  • Le libéralisme libertaire, une synthèse révolutionnaire

    Alors que la collusion entre leader de la "majorité" et de  l'"opposition" s'étale désormais sans fard, nous relayons cette vidéo courte et dense d'Édouard Chanot.

     http://lesalonbeige.blogs.com/my_weblog/2018/09/le-lib%C3%A9ralisme-libertaire-une-synth%C3%A8se-r%C3%A9volutionnaire.html

  • Grande Synthe : énième évacuation de migrants

    migrants_7790152064_000-oc32f-600x400.jpg

    Plusieurs migrants, essentiellement des Kurdes irakiens vivaient dans ce camp de Grande Synthe, dans le Nord de la France dans l’espoir de gagner l’Angleterre. Suite à la décision du Tribunal de Dunkerque de juin dernier, le camp a été démantelé ce jeudi 6 septembre.

    Une quinzaine de bus les ont pris en charge pour les diriger vers des “centres d’orientation” de la région ou vers des commissariats pour “examiner leur situation”. Au total : plus de 400 personnes ont été évacuées. Une quarantaine de mineurs isolés ont aussi été pris en charge et accompagnés. Ceux qui souhaitent faire une demande d’asile vont être orientés vers des Centres d’accueil et d’examen des situations (CAES). Ceux qui le demandent dans le département du Nord “l’obtiennent dans 84% des cas”…

    Le président du groupe RN au Conseil régional des Hauts-de-France, Philippe Eymery, qui a déposé plainte cette semaine contre le maire écologiste Damien Carême pour notamment “aide à l’implantation illégale de migrants“, s’est félicité auprès de l’AFP de cette évacuation, y voyant “une vraie victoire politique” pour le parti de Marine Le Pen.

    Marine Le Pen
    @MLP_officiel

    Tiens ?! On nous avait pourtant dit que les campements illégaux de c’était fini. Ils étaient à nouveau 800 au moment de la énième évacuation de ce matin... MLP https://www.rtl.fr/actu/debats-societe/grande-synthe-evacuation-du-campement-de-migrants-par-les-autorites-7794676722 

    Grande-Synthe : évacuation du campement de migrants par les autorités

    Le campement de Grande-Synthe est en cours d'évacuation ce jeudi 6 septembre par les autorités, c'est ce qu'a indiqué la préfecture.

    rtl.fr 

    https://fr.novopress.info/211811/grande-synthe-enieme-evacuation-de-migrants/

  • Immigration clandestine : moins de morts en Méditerranée grâce à l’Italie

    Naufrage-migrants-mourir-Méditerranée-600x332.jpg

    EUROPE (NOVOpress avec le bulletin de réinformation de Radio Courtoisie) : 
    C’est une information que vous ne lirez pas telle quelle dans les médias de propagande. Ceux-ci relayent un rapport du Haut-commissariat des Nations Unies aux réfugiés sur les arrivées clandestines d’immigrants en Europe via la Méditerranée. Or ce rapport retient une présentation partiale : il met en avant le fait que le risque de périr en traversant la Méditerranée a augmenté entre 2017 et les sept premiers mois de 2018.

    Selon le HCR, il y a eu 1 mort pour 45 arrivées de janvier à juillet, contre 1 pour 55 en 2017 et seulement 1 pour 269 en 2015.

    Mais, parallèlement, le nombre de départs a diminué. Cette diminution n’est certes pas spectaculaire mais elle est réelle : en 2015, plus d’un million de clandestins avait mis le pied en Europe. Ce chiffre a été ramené à 172 000 en 2017 et devrait encore diminuer en 2018. Or grâce à cette diminution des flux, le nombre de morts baisse – contrairement à ce que suggère le HCR : il était d’environ 3200 trépassés en 2017, contre environ 2700 d’ici la fin de l’année si la tendance depuis janvier se poursuit.

    Cela fait donc 500 morts de moins…

    Ces données donnent donc de l’eau au moulin du ministre de l’intérieur italien, M. Salvini, qui explique que la solution la plus efficace et humaine pour sauver la vie des immigrants est de les dissuader de prendre la mer. Grâce à une plus grande fermeté, l’Italie a d’ailleurs vu les flux d’immigrants baisser de 80% sur les sept premiers mois de l’année. Et il y a beaucoup moins d’étrangers qui meurent en prenant la route maritime de l’Italie.

    Il y a en revanche davantage de morts pour ceux, de plus en plus nombreux, qui cherchent à passer par l’Espagne.

    On peut en conclure que, pour éviter des morts en Méditerranée, il faut fermer les frontières maritimes. Tout le contraire de ce que font les ONG pseudo-humanitaires.

    https://fr.novopress.info/211789/immigration-clandestine-moins-de-morts-en-mediterranee-grace-a-litalie/

  • Maurras et le Fascisme [2]

    555742936.jpg

    Par Pierre Debray

    C'est une étude historique, idéologique et politique, importante et profonde, que nous publions ici en quelques jours. Elle est de Pierre Debray et date de 1960. Tout y reste parfaitement actuel, sauf les références au communisme - russe, français ou mondial - qui s'est effondré. L'assimilation de l'Action française et du maurrassisme au fascisme reste un fantasme fort répandu des journalistes et de la doxa. Quant au fascisme en soi-même, si l'on commet l'erreur de le décontextualiser de sa stricte identité italienne, il reste pour certains une tentation, notamment parmi les jeunes. On ne le connaît pas sérieusement. Mais il peut-être pour quelques-uns comme une sorte d'idéal rêvé. Cette étude de Pierre Debray dissipe ces rêveries. Elle s'étalera sur une dizaine de jours. Ceux qui en feront la lecture en ressortiront tout simplement politiquement plus compétents. LFAR

    Un individu ne peut rien de durable ...

    Maurras entendait corriger le fascisme, ou le contenir, par le contrepoids de la force française.

    Le 18 avril 1926, il écrivait prophétiquement de Mussolini : 

    « Tiendra-t-il par la paix ? Sera-t-il réduit aux aventures de guerre ? Les difficultés ne lui font pas peur. Mais très souvent, c’est en poussant droit à l’obstacle qu’on arrive à le supprimer. On ne supprime pas la guerre en la niant ni en évitant de s’y préparer. Si le malheur voulait que, de complications coloniales en complications métropolitaines, d’incurie navale en impuissance maritime, nous fussions acculés à quelque lutte sanglante avec nos amis et alliés de 1915–1918, tous les torts ne seraient peut-être pas à ceux-ci. L’absurde campagne de presse que Léon Daudet a signalée avec éloquence fait vraiment rire de honte et de pitié, car enfin il suffirait à la France de maintenir les conditions essentielles de sa force pour devenir à peu près automatiquement, une alliée inévitable, une collaboratrice essentielle au développement de n’importe quelle puissance méditerranéenne. Les malheureux qui se plaignent des excès déclarés de la force italienne ne comprennent-ils pas que cela est fait, exactement, uniquement, de leurs folles déficiences ! Soyons nous-mêmes ; la plus magnifique et la plus naturelle combinaison d’essor latin obéirait à des communautés d’intérêts plus encore qu’à des communautés historiques. Notre faiblesse volontaire, systématique, renverse tout. Elle a opéré hier, en Abyssinie, la conjonction anglo-italienne ! Elle opérera demain la conjonction italo-allemande ! Pendant ce temps, nous avons la douleur de voir distribuer à des centaines de mille lecteurs français des papiers d’après lesquels, face au guerrier Mussolini, l’Allemagne ferait partie d’une constellation pacifique ! – l’Allemagne ! l’Allemagne ! »

    Il n’importait donc, selon Maurras, ni de nous fier aveuglement à ces communautés d’intérêts ou de culture que l’histoire et la géographie nouaient entre la France et l’Italie, ni de dénigrer, par système, le régime fasciste, mais plutôt de comprendre que l’incontestable redressement dont Mussolini était l’auteur, risquait, si nous n’y prenions garde, de créer une situation qui ne se dénouerait que par la guerre. « L’incident Renaudel » lui donnera l’occasion d’exprimer son angoisse. Le 22 juillet 1932, à Genève, lors d’une réunion de « l’Union interparlementaire » un député socialiste nommé Renaudel s’avisa d’opposer à un député fasciste que « dans un pays où il n’y a pas de liberté, il n’y a pas de justice ». Les Italiens répliquèrent en criant : « À bas la France ». Dans L’Action française, du 24 juillet, Maurras entreprit de tirer la leçon de cet incident, « trois et quatre fois odieux : parce que le tort initial venait d’un homme officiellement inscrit dans la nation française et qui n’avait pas le droit de la figurer ; parce qu’il a été répliqué à sa sottise par d’inadmissibles outrages ; parce que ces outrages n’ont pas été relevés avec une pertinente énergie ; enfin, et surtout, parce qu’une preuve nouvelle est donnée du déséquilibre matériel qui existe en Europe : d’une part, des populations dont la masse et l’élite, l’être réel et les figures officielles, sont également animés d’un vif sentiment de leur communauté historique, et d’autres populations, les nôtres, chez lesquelles ce sentiment, cette conscience, ce lien moral apparaissent pratiquement annulés tout au moins dans les sphères de leur pays légal. Il est impossible qu’un déséquilibre pareil n’amène pas à bref délai des malentendus, des désordres et des ruptures comparables à de véritables révolutions. Mais ces révolutions ou ruptures internationales ont un nom. Ce sont des guerres. Il y a la guerre quand celui qui a et qui tient, réputé pour ne pas tenir assez fermement, passe pour pouvoir être dépouillé sans grand effort. Or, la misérable pauvreté de notre moral, la médiocrité de nos défenses matérielles tentent, tentent beaucoup, tentent de plus en plus. Avant de céder à la tentation, on nous tâte d’abord sur notre fer, et ensuite en direction de nos membres et de notre cœur. Depuis quelques saisons, il semble que ces petites épreuves de résistance ne se comptent plus. » 

    388291888.jpgCes textes datent de 1926 et de 1932, une époque donc où Hitler n’avait pas encore conquis le pouvoir. Ainsi, Maurras, bien loin de céder à une impulsion idéologique en faveur du fascisme, tirait, de la considération de sa force, la nécessité plus urgente de la force française. Ce qui était la seule manière de maintenir la paix. Attitude toute empirique, qui s’exprime fort bien, à l’occasion du voyage qu’il fit à Palerme pour assister aux obsèques, en 1926, du duc Philippe d’Orléans (photo). « En Italie, écrivait-il alors, j’ai regardé tant que j’ai pu. Avec défiance. Avec soin. Sans doute avec passion. Mais c’est à la mise en garde que je me suis appliqué avant tout. Il est si facile de se tromper en voyant ce que l’on veut voir ! Et l’ardeur de conclure, la promptitude à déchiffrer sont des faiblesses si naturelles de l’esprit humain. » 

    1678314942.jpgLa défiance de Maurras à l’égard des préjugés, fussent-ils favorables, le conduisait certes à condamner les idéologues tels que Renaudel, qui dénigraient Mussolini à partir de principes abstraits, mais aussi bien ceux, de l’espèce opposée, qui louaient démesurément le Duce, sans tenir compte du fait qu’un individu ne peut rien de durable s’il ne s’appuie sur des institutions qui lui préexistent. (Photo : Victor-Emmanuel III). Le 17 mai 1928, il constate que « la vérité toute simple et toute crue est que Mussolini est extrêmement admiré en France. On l’estime pour sa vigueur, on l’admire pour la clarté et le réalisme de sa pensée. Ah ! si nous avions son pareil ! C’est la naïve idée courante. Ceux qui la formulent et qui la propagent innocemment ne se rendent pas compte qu’une action d’ordre et de progrès comme celle du fascisme italien suppose une base solide et stable, que la Monarchie seule fournit et qu’un certain degré d’aristocratie ou, si l’on veut, d’anti-démocratie doit encore la soutenir. » Réflexion que l’avenir vérifiera. Mussolini, par la fatalité de tout pouvoir totalitaire, s’abandonnera sans doute à la démesure, mais ce sera malgré la maison de Savoie. C’est elle qui interviendra au dernier instant pour le chasser, sauvant ainsi l’Italie d’un effondrement total. Grâce au souverain, qui en sera d’ailleurs bien mal récompensé, le maréchal Badoglio signera l’armistice et permettra la transition, empêchant, du même coup, les communistes de conquérir l’État. Dans les premiers temps, du reste, Mussolini avait été assez prudent pour respecter le pouvoir monarchique et l’autorité de l’Église. Les dernières années ne doivent pas faire méconnaître que l’Italie lui doit la signature des accords du Latran qui mettaient un terme heureux au conflit des deux Rome. Il était encore permis d’espérer, en 1928, que le Duce saurait se contenter du rôle de grand commis de la monarchie et que la gloire d’être le Richelieu de l’Italie lui suffirait.  ■  (A suivre)

    Lire l'article précédent ...

    Maurras et le Fascisme [1]

    http://lafautearousseau.hautetfort.com/archive/2018/09/03/maurras-et-le-fascisme-2-6076983.html

  • “Pour faire face à la déferlante de nationalistes anti-immigration…”

    cheval-de-troie-du-mondialisme-300x200.jpgHier, Gérard Collomb  n’a pas été très disert lors de sa présentation devant la presse de l’évolution des chiffres de la délinquance depuis le mois de janvier, telle qu’établie par le ministère de  l’Intérieur. Les statistiques établissent une  très forte  hausse des violences contre les personnes ( Coups et blessures volontaires +7,5%) dont les  femmes sont particulièrement victimes; un  autre signe tangible du laxisme d’Etat,  de  la tiers-mondisation, de  l‘ensauvagement  de notre société plurielle. Le même jour M. Collomb regrettait au micro de BFMTV/RMC qu’Emmanuel Macron et son gouvernement aient « peut-être manqué d’humilité »,   cause selon  lui de la dégringolade du  président de la République et de ses ministres  dans  les enquêtes d’opinion. Crise d’humilité qui n’est pour le coup certainement pas l’explicitation du  revirement de l’élue en marche  Yaël Braun-Pivet.  Candidate à la succession  de  François de Rugy à la  présidence   de l’assemblée nationale  face à Richard Ferrand, éclaboussé dans l’affaire dite des mutuelles de Bretagne, Mme Braun-Pivet avait dit  tout le mal qu’elle pensait de ce dernier,  un homme incapable d’incarner le  renouvellement. Elle s’est finalement ralliée à son panache gris...en même temps

    Le dernier sondage Ifop pour Paris-Match, CNews et Sud Radio (publié mercredi)  indique en tout cas, par rapport à la précédente enquête du mois de juin,  un recul assez net des intentions de vote en faveur du parti présidentiel  pour les européennes de mai 2019. La liste macroniste recueillerait 20 % des suffrages (- 3 points) , talonnée par celle du RN (18%, – 2 points), suivie par la liste LR (15%, inchangé) et LFI (14%; + 3 points).

    C’est dans ce contexte qu’Emmanuel Macron présentait mardi à la Grande Synagogue de Paris,  dans le cadre de Roch Hachana (les fêtes du Nouvel an juif qui débutent dimanche), ses vœux aux représentants communautaires  officiels, devenant le premier président de la République à participer à cette cérémonie. S’il n’a pas pris la parole (au nom du respect de la  laïcité ont indiqué l’Elysée et  le grand rabbin Haïm Korsia), M. Macron a été assez vivement interpellé par le président du consistoire, Joël Mergui, qui a ici tenu des propos assez habituels dans sa bouche depuis plusieurs années.

    M. Mergui ne s’est pas contenté en effet  de demander le soutien de l’Etat pour la création  du Centre européen du judaïsme qui doit voir le jour à Paris l’année prochaine.  Il a surtout  insisté sur la situation sécuritaire, le  fait que « (les) rabbins refusent que la paternité des actes antisémites », en « pleine  recrudescence » selon lui, soit attribuée « à des déséquilibrés»:  «Jusqu’ou ira la mauvaise conscience de notre société, à tout accepter, à tout pardonner ?» «Par peur de stigmatiser, de commettre un amalgame coupable, la France a perdu des années dans sa lutte contre l’islamisme radical». Il a estimé en outre qu’il existe également une montée en puissance  sur internet de la « parole anti-juive », avec comme corollaire une   émigration  des juifs de France vers Israël (Alya ) dans des proportions jamais atteintes.  Pour faire bonne mesure, et par souci de (mauvaise) symétrie, MM Mergui et Korsia ont entonné également le couplet convenu sur leurs peurs devant la forte poussée électorale des  populismes  et « la montée des racismes en Europe. ».

    Le lendemain, par souci d’équilibre (?), Emmanuel Macron recevait à l’Elysée les  représentants  du Grand Orient de France (GODF), secte à laquelle appartient notamment  son ministre des cultesGérard Collomb,  et  des principales obédiences  de la franc-maçonnerie, pour les rassurer sur son attachement indéfectible à la laïcité. 

    La philosophe Chantal Delsol  avait   créé l’émoi chez les bien-pensants le 21 août en déclarant  sur l’antenne de France Inter qu’« avant d’être une richesse (l”arrivée massive des migrants était)  surtout une menace culturelle. » Nouveau Grand Maître du GODF, le gaulliste de gauche Jean-Philippe Hubsch  prévenait pour sa part, au moment de son intronisation trois jours plus tard, que les frères ne souhaitaient pas que la république mette le holà à la poursuite de l’immigration. M. Hubsch a rappelé la nécessaire   «solidarité » des  maçons  du Grand Orient  vis-à-vis  des migrants, des  réfugiés, desimmigrés . Et prévenu que cette immigration  torrentielle devait être acceptée par les Français et les Européens:   « Il ne s’agit pas là d’un phénomène ponctuel, mais d’un changement complet du monde dans lequel nous vivons.  Il faut que l’on sache les accueillir… »

    Cette question du choix entre une Europe hors-sol, grande ouverte  à tous les flux de biens, de capitaux, de populations, s’enlisant dans sa doxa globaliste mortifère, l’impasse ultra libre-échangiste,  sera bien celle que nos compatriotes, et leurs voisins européens devront se  poser en mai prochain.

    Le site euractiv   indiquait aujourd’hui à ses lecteurs  que « le président europhile français (sic) cherche à mettre en place une campagne pan-européenne de progressistes pour faire face à la déferlante de nationalistes anti-immigration (…). Le terme  progressiste,  choisi par Emmanuel Macron est déjà utilisé par le groupe des socialistes et démocrates (S&D) au Parlement européen. »  « L’idée c’est qu’il puisse y avoir une forme de coalition pour l’élection qui rassemble les progressistes sur une plateforme commune qui peut aller au-delà des appartenances politiques bien structurées qu’on connaît », explique une source à l’Élysée, citée par Reuters. On est dans un moment européen grave où il faut savoir se recomposer parce que le camp nationaliste lui ne va pas hésiter à se recomposer, il ne faut donc pas rester prisonnier des étiquettes politiques , ajoute cette source.»  Une évidence en effet,  si l’on part du principe, comme Marine,  les nationaux, Bruno Gollnisch l’affirment depuis maintenant plusieurs décennies, que le vrai clivage, qui traverse (parfois)  les état-majors des  partis du Système et  (souvent ) leur clientèle électorale est entre les tenants progressistes du cosmopolitisme d’essence mondialiste d’un côté,  et de l’autre  les patriotes attachés à l’enracinement, à la  pérennité du  modèle national.

    https://gollnisch.com/2018/09/07/pour-faire-face-a-la-deferlante-de-nationalistes-anti-immigration/

  • Marion Maréchal : Emmanuel Macron est une anomalie par rapport aux autres mouvements politiques en Europe

    6a00d83451619c69e2022ad38f85da200d-800wi.jpgInterrogée dans Le Parisien à propos de la rentrée de l'ISSEP, Marion Maréchal déclare à propos d'Emmanuel Macron :

    « C’est juste une incroyable machine marketing. Il voudrait être Justin Trudeau, Barack Obama et le général de Gaulle. Mais on ne peut se draper dans la solennité de la fonction présidentielle, jouer au silence gaullien pendant l’affaire Benalla, et puis faire des DAB avec l’équipe de France. Il est victime de son en même temps et ça finit par rendre la chose illisible ».

    Elle évoque le chef de l’Etat comme « d’un soubresaut de l’Histoire », « d’une anomalie » par rapport aux autres mouvements politiques en Europe.

    Et Laurent Wauquiez ? « Il joue les premiers de la classe, mais ça ne marche pas ».

    Aux élections européennes où LR pourrait porter Michel Barnier ou Jean Leonetti comme tête de liste.

    « Ah oui, c’est pas charismator, quand même… »

    http://lesalonbeige.blogs.com/my_weblog/2018/09/marion-mar%C3%A9chal-emmanuel-macron-est-une-anomalie-par-rapport-aux-autres-mouvements-politiques-en-eur.html

  • Ce ne sera pas un krach, mais un tsunami financier mondial

    wave-11061_960_720-845x475.jpg

    « Nous allons vivre une autre crise financière ; tous les gens intelligents la voient arriver », a pu déclarer Steve Bannon, l’ancien conseiller de Trump qui lui doit sa victoire. Depuis la chute de Lehman Brothers et le cataclysme de 2008, nous avons assisté à une mutation complète et ahurissante des banques centrales. L’initiateur, le pionnier de la folle politique monétaire d’assouplissement quantitatif a été la Banque du Japon, suivie par la Fed et ensuite la BCE.

    Suite aux risques de défaut immédiat des États, de krach obligataire et boursier, les banques centrales se sont transformées en pompiers tout terrain pour éteindre les multiples incendies avec des moyens inédits « non conventionnels ». Une véritable fuite en avant en pratiquant la politique des taux zéro, de l’endettement supplémentaire pour régler le problème du surendettement, de la création monétaire laxiste pour procurer des liquidités aux banques et faire baisser les taux d’intérêt du marché obligataire. La Banque de France détient aujourd’hui 20 % de la dette publique française tandis que la Banque du Japon détient 41 % de la dette publique japonaise (250 % du PIB).

    Les banques centrales sont aujourd’hui coincées d’une façon irréversible et ne peuvent plus revenir en arrière en diminuant la masse monétaire et en augmentant ou en laissant monter les taux d’intérêt sous peine de faillite des États, des entreprises zombies et d’écroulement des marchés obligataires et boursiers.

    En fait, tout se passe comme si la Banque du Japon, la Fed et la BCE avaient décidé d’édifier ensemble une « Digue de Babel ». La réussite est en apparence totale puisque la digue tient et que les marchés sont au plus haut. En réalité, une masse d’eau énorme de dimension océanique continue inexorablement à s’accumuler et à monter de l’autre côté de la digue tandis que les inconscients au sec continuent à spéculer, à faire grève, à se vautrer dans l’hédonisme individualiste matérialiste et à se moquer même des Cassandre réalistes. Mais un jour, suite à la pression trop forte de l’eau, c’est-à-dire la perte subite de confiance, la « Digue de Babel » cédera et ce ne sera pas alors un vulgaire petit barrage de Malpasset, mais un tsunami océanique de dimension planétaire qui balaiera tout sur son passage et aura pour conséquence l’effondrement total du Système.

    Les banques espagnoles sont un excellent exemple de la dangereuse interconnexion mondialiste des problèmes. Elles ont été sauvées jusqu’à ce jour, en fusionnant, avec une aide d’urgence de 100 milliards d’euros, sans avoir encore rien remboursé. Mais les banques espagnoles sont exposées à hauteur de 83,2 milliards d’euros en Turquie, soit davantage que les 75 milliards réunis de la France, des États-Unis et du Royaume-Uni. Les crédits en devises étrangères, face à la baisse de la livre turque et à l’augmentation des taux d’intérêt, représentent 40 % de la dette de la Turquie.

    En Argentine, les investissements espagnols s’élèvent à 28 milliards de dollars, soit un quart de l’investissement total étranger (les États-Unis seulement 10 milliards). L’Espagne, à elle seule, représente plus de 40 % du risque des dettes de l’Amérique latine (Argentine, Mexique, Brésil). Pour se sauver de leurs risques européens, les banques espagnoles ont misé gros sur les pays émergents cherchant à diversifier leurs risques avec des perspectives de rentabilité plus élevées. Mais gare en cas de retournement de situation.

    Pour la première fois depuis dix ans, la banque centrale indienne a acheté de l’or. « Encore un petit moment, Monsieur le Bourreau » ! Il suffit de la perte subite de confiance d’un agent économique, ce qui fut le cas de la BNP en 2008, d’un krach dans un seul pays tel que l’Espagne, la Grèce ou l’Italie pour que la réaction en chaîne se développe dans le monde et que tout explose. La « Digue de Babel » des banques centrales cédera aussi à son tour car l’arme atomique de l’assouplissement quantitatif pratiqué alors sans limite et d’une façon exponentielle nous conduira à l’hyperinflation du Venezuela ou de l’Allemagne en 1923. La crise de 1929 nous paraîtra alors comme un épiphénomène par rapport à ce qui nous attend !
    « Quelle époque terrible que celle où des idiots dirigent des aveugles », selon William Shakespeare.  

    Marc Rousset

    http://www.bvoltaire.fr/ce-ne-sera-pas-un-krach-mais-un-tsunami-financier-mondial/

  • Poutine, Erdoğan et Rohani négocient l’offensive sur Idleb

    6a00d83451619c69e2022ad369a8b1200c-800wi.jpgAnalyse d'Antoine de Lacoste sur Boulevard Voltaire :

    La Conférence de Téhéran s’est déroulée le vendredi 7 septembre. Le Président iranien Rohani y a accueilli Poutine et Erdoğan. Aucun autre invité : ce sont ces trois-là qui ont l’avenir de la Syrie entre leurs mains.

    Mais les divergences sont réelles et la Conférence, sans être inutile, n’a pas permis de les aplanir.

    Russes et Iraniens sont à peu près d’accord à court terme : il faut lancer une offensive générale sur la province d’Idleb, occupée à 60 % par le groupe islamiste Hayat tahrir al-Cham (HTC), l’ex Front al-Nosra dont tous les cadres viennent d’al-Qaïda. HTC et Daech ne sont que les deux faces de la même pièce, comme le rappellent les autres groupes insurgés sunnites, qui tiennent 40 % du territoire et qui ont eu des accrochages sanglants avec HTC.

    Le problème, ce sont justement ces 40 % restants : ils sont tenus par des islamistes à la solde des Turcs qui ont d’ailleurs plusieurs postes militaires au cœur même de la province. Erdoğan n’a pas envie de lâcher ses alliés et surtout il ne veut pas que ce soit ensuite l’occasion pour les Kurdes de se réinstaller près de sa frontière, notamment à Affrin, d’où il les a chassés il y a quelques mois.

    Il a pourtant fait une concession importante en qualifiant Hayat tahrir al-Cham de « groupe terroriste ». C’est une première mais il n’est pas allé plus loin : son objectif était d’obtenir qu’un nouveau cessez-le-feu soit établi et que le mot figure dans le communiqué final. Il n’a pas eu gain de cause. Poutine, sous le regard amusé de Rohani, a déclaré : « Je pense que, globalement, le Président turc a raison : ce serait une bonne chose. Mais nous ne pouvons pas assurer à leur place qu’ils (les islamistes) arrêteront de tirer ou d’utiliser des drones armés. »

    Rappelons à ce sujet que les bases russes installées non loin d’Idleb font régulièrement l’objet d’attaques de drones armés et Poutine ne peut évidemment accepter que cette situation se prolonge indéfiniment.

    Les Iraniens veulent en découdre comme toujours : en face, ce sont des sunnites et, pour la grande puissance chiite, aucune discussion n’est envisageable.

    Pour les Russes, moins concernés par ces divisions internes à l’islam, il s’agit d’un problème stratégique crucial : il est hors de question de laisser 10 000 combattants islamistes administrer une province sur le territoire syrien. L’assaut aura donc lieu, mais ce sera une opération délicate : il ne faut pas se fâcher avec Erdoğan et donc éviter de lui tuer ses alliés et que faire si Erdogan envoie des renforts, comme l’armée syrienne est en train de le faire ?

    Les Occidentaux eux, sont pathétiquement inutiles : les Américains rappellent tous les trois jours qu’une attaque chimique entraînerait une riposte massive de leur part, ce qui est une façon de laisser faire Poutine tout en laissant la porte ouverte à une nouvelle manipulation. La France et l’Angleterre ont confirmé, comme il se doit.

    Les Russes, de ce fait, ont renforcé leur présence navale au large de la Syrie.

    En attendant l’offensive terrestre, les bombardements russes et syriens ont repris. Leur intensité et le choix des cibles (exclusivement des positions tenues par HTC), montrent que le compte à rebours a commencé.

    Michel Janva

    http://lesalonbeige.blogs.com/my_weblog/web.html

  • Le Samedi Politique – Emmanuel Macron : Jusqu’où va-t-il descendre ? Avec Bastien Lejeune

    22 points ! C’est ce qu’a perdu Emmanuel Macron dans les sondages entre son élection en mai 2017 et la fin de l’été… 15 mois de présidence qui auront suffi à battre le record de François Hollande. En affichant seulement 31 % d’opinions favorables, Emmanuel Macron a réussi à faire PIRE que son prédécesseur.
    Vaisselle, piscine, gaulois, remaniement et Benalla… Emmanuel Macron transforme son nouveau Monde en Ancien Régime…

    Entre les déboires écologiques et les déceptions économiques… Mais jusqu’où va-t-il descendre ?