Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

26/09/2018

Expatriés : pourquoi les Français quittent-ils la France ?

Une enquête d’Armel Joubert des Ouches
Depuis 2013, ils sont 800 000 à avoir quitté le territoire. 800 000 français. Parmi eux, les stars du petit écran, du sport ou du monde des affaires qui sont déjà partis ou envisagent de le faire : Gérard Depardieu, Richard Virenque, Alain Afflelou. Il y a les « vedettes » et il y a les autres, bien plus nombreux. Dans cette population d’exilés volontaires qui a choisi le Canada, les Etats Unis, l’Espagne, le Royaume Uni ou l’Australie, beaucoup de retraités mais pas seulement. Ils sont de plus en plus de travailleurs indépendants, d’anciens patrons de PME-PMI, il y aussi beaucoup de jeunes. Incités à partir à l’étranger à la faveur du programme Erasmus, des étudiants tentent l’aventure à l’extérieur. Carrières assurées, salaires très souvent supérieurs à ceux pratiqués en France, réductions significatives des contraintes administratives, la Maison des Français de l’Etranger – service du Ministère des Affaires étrangères – l’a constaté jusqu’à sa fermeture en 2014. Et le rythme s’accélère : plus de 40 % des 18-34 ans veulent désormais s’installer hors de France.

Expatriés : 2,5 millions l’ont déjà fait
Parmi les jeunes à avoir tenté l’expérience, Joshua. Il a 22 ans. Ce Breton d’origine a quitté la France au début de l’année 2018 pour rejoindre Québec. Joshua a surtout souhaité partir en raison d’une sinistrose de plus en plus pesante : « Je trouve que les gens sont moroses et de plus en plus individualistes ». Quant à Maxime, après avoir passé deux ans et demi à Bristol au Royaume-Uni où il a travaillé dans la restauration, il s’apprête à rejoindre l’Australie. Les « petits » patrons ne sont pas en reste. Au début de cette année, Arnaud Potier a vendu l’entreprise qu’il avait créée de toutes pièces pour partir à l’étranger lui aussi. Ce quinquagénaire, autodidacte, se sentait de plus en plus « matraqué » par l’administration. « Pourquoi je pars ? C’est pas parce que je n’aime pas mon pays, explique-t-il, mais parce je n’ai pas le choix ! On fait tout, excusez-moi, pour nous emmerder ! ». Pour ce patron, installé il y a peu encore dans le département du Finistère en Bretagne sud, c’est surtout le matraquage fiscal qui a été la raison de sa décision.

Pourquoi les Français quittent-ils la France ?
Pour réaliser cette enquête, Armel Joubert des Ouches s’est rendu au nord de l’Espagne à la rencontre d’un quadragénaire, « Stéphane », qui, pour des raisons qui lui sont propres, a répondu à l’interview mais a préféré ne pas être filmé devant la caméra. Il explique qu’il est harcelé depuis plusieurs années par le RSI, le Régime Social des Indépendants. Si le nom de la caisse de cotisation des indépendants a récemment changé, le système n’en demeure pas moins présent et continue à faire … des victimes de l’impôt et de la taxation à outrance.

https://reinformation.tv/expatries-francais-quittent-fran...

Chemnitz. L’Allemagne face à son destin

allemagne-chemnitz-destin-588x330.jpg

 

En Allemagne, la politique ethnomasochiste et cosmopolite d’immigration ne passe plus. La contestation populaire s’étend après chaque nouvel acte violent commis par un migrant. Aujourd’hui, l’Allemagne semble arrivée à un tournant. C’est en tout cas l’avis d’Olivier Tisier.

Chemnitz : fin ou renaissance du peuple allemand ?

Voilà plus d’une semaine que l’Allemagne ne parle que de ça. Dans chaque ville, à chaque coin de rue, dans chaque commerce, chaque entreprise, chaque kneipe et Kiosk à Lotto de Bundesrepublik… absolument partout !

Récapitulons brièvement les faits. Chemnitz, une ville modeste de Saxe. 240 000 habitants, un soir de week end. On fête le 845e anniversaire de la ville dans une ambiance bonne enfant si propre à l’Allemagne. Quand soudain des “réfugiés“ s’en prennent à une jeune allemande dans l’idée de la violer. Un groupe d’Allemands lui vient alors en aide. Parmi eux Daniel Hillig, 35 ans. Il sera poignardé par les agresseurs et perdra la vie. Scénario tragique mais hélas dorénavant classique qui n’est pas sans rappeler la mort du jeune Adrien Perez 26 ans poignardé lui aussi à mort en France à Grenoble cet été à la sortie d’une boîte de nuit dans l’indifférence quasi générale des autorités.

La suite ? Un coup de tonnerre, une mobilisation sans précédent, des marches et des manifestations en hommage à son acte de courage mais aussi la colère d’un peuple allemand qui est complètement à bout. Un peuple allemand qui a fait sécession avec la politique de Merkel et plus généralement avec ses élites classiques. Tout un peuple ? Hélas non, les traditionnels antifas organisent contre-manifestations, blocages et violences à l’endroit des quidams qui témoignent leur peine et leur légitime colère. Les médias ? Comme d’habitude acquis au politiquement correct et au pas d’amalgame. Ils ont pour mission de prévenir par la doxa toute évolution droitière de l’opinion. Mais aussi de maintenir la police sous pression afin de la rendre zélée sous peine d’être taxée d’empathie voire de collusion avec le peuple qu’elle est chargée de défendre. Et pour finir les traditionnels artistes engagés décidant d’organiser un concert gratuit à Chemnitz pour que l’amour soit plus fort que la haine. Le slogan est breveté internationalement, il faut le croire.
Déjà la propagande s’enclenche, le nazisme serait de retour en Allemagne

Oui vous avez bien entendu le nazisme! L’extrême droite menacerait à nouveau la viabilité de l’état allemand et il faudrait à nouveau la combattre pieds à pieds sans attendre. Les contre-manifestations antifas ont d’ailleurs réunis plusieurs milliers de personnes, sentant à juste titre qu’à Chemnitz se jouait une bataille symbolique. Pour l’occasion la société flixbus et blablacar ont même offert des Gutschein, des bons d’achats en cadeau permettant de se rentre à Chemnitz à moindre frais pour y défendre le vivre ensemble aux côtés des bolchos et d’assister aux concerts de rockeurs millionnaires… Mais hélas pour tous ces sinistres représentants d’une Allemagne déconfite, bien plus nombreux étaient les anonymes et les militants nationalistes de toute obédience venus rendre hommage à plusieurs reprises à Daniel. “Nous sommes le peuple” scandaient ils comme d’autres avant eux lorsqu’ils défiaient le pouvoir totalitaire de la RDA.

Il y aura un avant et un après Chemnitz car cela a été le crime de trop

Les Allemands de l’Est ne pardonneront ni n’oublieront jamais. Il faut bien comprendre qu’après guerre on a troqué en Allemagne de l’Ouest le sentiment national contre une douce qualité de vie. Beaucoup d’Allemands de l’Ouest se sont alors vautrés dans un matérialisme répugnant fait de grosses berlines impeccables, de costumes Hugo Boss, d’appartenance à des clubs de tennis ou de golf, de voyages sur des îles plus ou moins lointaines en compagnie de créatures exotiques plus ou moins majeures… bref la panoplie intégrale du gros beauf fier de son affiliation à une classe moyenne supérieure tant fantasmée. Mais en Allemagne de l’Est, ce fut bien différent et il existe encore des survivances de traditions anciennes, de solidarités locales, de sociabilités et de comportement non-mercantiles. Les “ossies” , les habitants de l’Est placent leur art de vivre avant toute autre contingence. Ce sont des gens rugueux, peu ouverts au compromis et manquant de souplesse dans les affaires. Mais la préservation de leur modus vivendi est à ce prix. Et c’est de là que provient cette solidarité ethnique. Celle là même qui a fait fuiter le nom de l’assassin et son origine dans la presse ainsi que celles de ses complices. J’imagine qu’un fonctionnaire de justice n’a pas voulu laisser passer. Notons encore que l’importance de l’implication des corps constitués dans un processus révolutionnaire s’avère toujours crucial.

Pour aborder l’affaire sous le volet politicien, indiquons que l’AfD, parti qualifié d’extrême droite a lui aussi manifesté. C’est le seul parti chez qui on ne peut reprocher une quelconque récupération politique car ils ont fait du refus de l’immigration leur cheval de bataille. En Saxe, ils sont de plus sur leurs terres et le cortège fut suivi par plusieurs milliers de personnes.

On entend parler en France d’une arrogance allemande, d’une domination allemande. La domination politique et économique de l’Allemagne sur l’Europe est incontestable mais la domination culturelle ou la fierté nationale ?
Elle n’existe presque plus ailleurs qu’en Allemagne de l’Est. Figurez-vous que les gens ont plus peur de se faire traiter de facho à l’ouest que d’avouer leur tristesse et leur colère face à la mort de cet homme qui est venu en aide à une femme. Je discutais avec une amie à Berlin originaire du land de NRW, elle ne m’a pas un instant parlé de la mort de cet homme qui est pourtant l’événement principal. Elle m’a confié sa crainte de voir l’extrême droite arriver au pouvoir. On a véritablement corrompu le peuple allemand, on l’a acheté avec de l’argent, du papier et ce dès la fin de la guerre et le début du processus de dénazification qui a vu tous les membres de l’enseignement supérieur suspecté de sympathie nazie être mis au rancard. Et dans tous les segments de la société avec notamment l’utilisation du fameux Fragebogen (le Questionnaire) sur lequel a écrit un auteur qui nous est cher, Ernst von Salomon. Questionnaire visant à tirer les vers du nez et à ficher les éventuels éléments réticents au nouvel ordre démocratique et marchand. L’Allemagne a troqué sa vitalité, sa fierté, sa capacité à se penser comme un peuple… bref son identité contre du divertissement et du confort c’est à dire pour devenir en bout de course un pays de vieillards jouisseurs.

Ce qui s’est passé à Chemnitz, cet horrible drame se reproduira à nouveau, nous le savons tous. Il incombe aux jeunes Allemands d’inverser maintenant le cours de l’histoire. Tout n’est peut être pas perdu. L’Allemagne de l’Est se dresse face au pouvoir de Berlin. Il faut que d’autres foyers révolutionnaires se lèvent ailleurs et en particulier à l’Ouest. Mais le dynamisme allemand agit hélas sur tous ou presque comme du bromure. Paralysant ici et là toute volonté de révolte. C’est triste à dire mais il n’y aurait qu’une crise économique violente, plongeant l’Allemagne dans la misère pour relever ce peuple, peuple qui conserve malgré tout en lui des qualités d’organisation, de sérieux et un stoïcisme dans l’épreuve qui continue de forcer notre admiration.

Olivier Tisier

Texte repris du site Polemia

https://fr.novopress.info/212053/chemnitz-lallemagne-face...

1917-1920: la guerre des Russes blancs.

20:18 Écrit par pat dans culture et histoire | Lien permanent | Commentaires (0) |  Imprimer |  Facebook | | | | |

Ciao Manu ? Journal du mercredi 26 septembre 2018

Politique / Ciao Manu ?
La France va-t-elle se libérer de Manuel Valls ? Démonétisé en France, l’ancien premier ministre aux origines catalanes se lance à l’assaut de la mairie de Barcelone. Il démissionne de son mandat de député de l’Essonne.

Politique / Harkis : le passé qui ne passe pas
Alors que le président Macron a réhabilité il y a deux semaines le terroriste communiste Maurice Audin, ancien collaborateur du FLN, la présidente du Rassemblement National Marine Le Pen s’est de son côté rendue mardi aux Invalides pour rendre hommage aux harkis à l’occasion de la journée nationale qui leur est consacrée.

Santé / les perturbateurs endocriniens contre la natalité

International / Guerre économique US : Après la Chine, le Japon ?
Après s’en être pris au marché chinois, Donald Trump menace son allié japonais de sanctions économiques… en cause une balance commerciale négative pour Washington dans ses échanges avec l’Archipel !

L’actualité en bref

Serveur TVL

Lien dailymotion

David Brunat : La République en marchandises ...

3875644869.jpg

HUMEUR - David Brunat s'est rué sur la toute nouvelle boutique de produits dérivés élyséens. Petit récit d'une séance de shopping croquignolesque. Un récit désopilant, plein d'esprit et de lettres, en même temps qu'instructif publié sur Figarovox le 18 septembre. A lire absolument. LFAR

Ainsi, l'Élysée tient boutique. Pourquoi non ? La Couronne britannique vend bien depuis belle lurette des assiettes à l'effigie des «Royals» et des tasses à thé et des macarons à la rose et des savons parfumés et des verres à whisky armoriés et des t-shirts des Sex Pistols «Queen not dead», non, pas des t-shirts comme ça dommage, mais des biscuits au miel et des casquettes à visière monarchique presque sertis de diamants de la Couronne et des Barbour estampillés et ... et ... ; les palais de la République peuvent donc se mettre au diapason de Buckingham Palace sans encourir le reproche de marchander le temple.  

L'affaire aurait de quoi faire pâlir de jalousie le boutiquier, le patron de tripot Thénardier (qui offrait paraît-il du travail, et du bon, à tous les horticulteurs en herbe qui frappaient à sa porte), tant les produits s'arrachent. Les acheteurs ont craché 350 000 euros les premiers jours de l'ouverture de la boutique élyséenne pour ces goodies, comme on dit dans la langue de la reine Elizabeth, tous labellisés «Élysée - Présidence de la République», soit en abrégé EPR, comme le nom d'un fleuron de réacteur nucléaire français qui coûte un pognon de dingue mais peu importe.

Ce week-end de soleil généreux et de patrimoine en goguette était assurément propice aux emplettes du côté de la résidence présidentielle. Me mettant en marche avec de solides godillots pour botter les fesses si l'envie m'en prenait des derniers de cordée et autres fainéants et illettrés restés sur le carreau du temple, je décidai d'aller traîner mes guêtres du côté de la présidentielle boutique plutôt que de rejoindre les rangs de ceux qui foutent le bordel ou qui ont décidé qu'ils ne seraient rien.

Comme je descendais des fleuves impassibles, je me sentis davantage guidé par les vendeurs et les hâbleurs que par les haleurs, et, entre deux dépôts de CV dans les cafés du quartier susceptibles de m'offrir un petit boulot, je poussai la porte de la nouvelle boutique où je n'osai pas demander un job même si j'en crevai d'envie.

Je m'en pourléchai les babines comme Némo quand il reçoit sa pâtée des mains de Jupiter. J'eus même le privilège insigne, juste avant d'entrer dans la boutique, de serrer la pince de Jupiter et d'échanger quelques mots avec Lui. Comme je me présentai au dieu des dieux et découvris avec stupeur et tremblement que son intelligence d'aigle hégélien ne lui avait pas permis d'entrer à l'École normale supérieure, dont il fut refoulé comme un premier de classe et de cordée soudain devenu homme de sac et de corde par la faute d'une puissance néfaste, j'osai lui dire: «Je traverse la rue d'Ulm, Monsieur le Président, et je vous en trouve un, moi, de diplôme.» Cela parut le mettre d'humeur joyeuse. Nous fîmes quelques selfies et il tourna les talons pour insulter je ne sais plus qui.

J'eus donc tout loisir de me jeter sur la boutique, bien décidé à faire main basse sur les goodies de cette appétissante crémerie. Mais patatras, cruelle déception. Gaulois peu réfractaire aux réformes commerciales, j'étais prêt à fondre devant le spectacle qui s'offrait à moi, du moins jusqu'au moment où j'ai vu les tarifs, ils se mouchent pas du coude, la vache, 55 balles pour un t-shirt, Manu dit bingo! Des mugs en porcelaine de Limoges, même bidon, ça en jette ; des crayons à papier impressionnants de puissance graphique ; des t-shirts marqués «poudre de perlimpinpin» tout pimpants ; des dessins géants à colorier avec le couple présidentiel et leur clebs Nemo, super idée de cadeau de Noël pour Tante Adèle. Saperlipopette, je m'apprêtais à faire une orgie d'achats.

Alors pourquoi ai-je dit cruelle déception? Eh bien c'est très simple. Aucun t-shirt «Bretagne, Mafia, même combat» ou «Bank not dead». Aucune pendulette avec les mots «en même temps» gravés sur le cadran. Aucune figurine de Donald Trump faisant des hugs avec son amaaazing homologue. Nulle fiole de potion magique pour renverser les conservatismes ataviques du peuple gaulois et réveiller ces feignasses de Français qui ne bossent pas comme des Romains. Rien qui ressemble à des poings américains floqués du slogan: «Qu'ils viennent me chercher.» Pas trace de l'intégrale des oeuvres de Paul Ricoeur annotées par Alexandre Benalla. Aucun stock de boules puantes destinées à la commission d'enquête sénatoriale sur l'affaire relative au précité Benalla ; nulle perruque poudrée de petit marquis à jeter au visage du président de ladite commission, qui refuse de faire profil bas et qui, mine de rien, décroche de sacrés uppercuts avec ses philippiques imparables.

Bref, de la camelote. Ce fut une grosse déconvenue. On me promettait une aube nouvelle et je n'ai vu que des gadgets banals et rappelant le monde ancien. Tout Kohler et le moral en Bern, j'ai fait demi-tour et me suis dit que le fruit de mes économies serait mieux employé ailleurs. J'en parlerai à Pierre Bellemare là où il est. Les gars du marketing à l'Élysée devraient repenser leur offre. Faute de quoi, à force de vouloir nous vendre par tous les moyens vessies, lanternes et autres breloques, ils devront fermer boutique. En attendant, je cherche en vain le numéro du service des réclamations. «Allo? Allo?». Nan mais allo, quoi.  

1647774624.jpgAncien élève de l'École normale supérieure et de Sciences Po Paris, David Brunat a été membre du cabinet de plusieurs ministres. Par ailleurs écrivain et conseiller en communication, il a publié le mois dernier ENA Circus (Éditions du Cerf, 2018), un roman satirique qui imagine la nomination d'une promotion d'énarques par un groupe d'experts.

http://lafautearousseau.hautetfort.com/archive/2018/09/24...

Zoom – Michel Fauquier : Une histoire de l’Europe : Aux sources de notre monde

Le professeur Michel Fauquier est venu nous présenter “Une histoire de l’Europe” aux Editions du Rocher. Un ouvrage sans concession pour faire toute la lumière sur les richesses de notre continent de l’antiquité à la modernité.

 https://www.tvlibertes.com/2018/09/25/25939/michel-...

Ne plus subir

durer.pngLaurent Wauquiez s’est apparemment lui aussi converti à la méthode d’enfumage du en même temps macronien, comme l’atteste sa rencontre  lundi à Berlin  avec Angela Merkel  au siège de son parti la CDU.  Le Figaro le rapporte, le dirigeant de LR  a «(tressé) des louanges  à Angela Merkel, l’une des grandes figures politiques de l’Europe, sans doute une des dernières vraies références qui permet de tenir un débat à l’échelle européenne. » Pourtant,  refusant de condamner la politique de fermeté sur les questions migratoires du Premier ministre hongrois Viktor Orban, «à la fin de l’été (M. Wauquiez) dénonçait l‘immigration de masse qui présente une menace pour la civilisation européenne.  La formule claque, à l’opposé du nous y arriverons d’Angela Merkel en 2015, au plus fort de la crise migratoire. Mais Laurent Wauquiez évite toute critique. »  Critique dont ne se prive pas dans un autre domaine  Nicolas Sarkozy, indiquait une dépêche de l’Afp, lequel estime que  « l’actuel locataire de l’Élysée est entouré de gens inexpérimentésAvec Macron, ça risque de très mal finir, a-t-il même lâché devant des élus. Des propos que tenaient déjà l’époux de Carla Bruni en octobre dernier. »

« De telles prédictions inquiètent-elles l’entourage d’Emmanuel Macron ? Ses conseillers lui réclament en tous cas régulièrement des conseils, révèle  Le Figaro. On veut faire comme vous, confieraient certains membres de la garde rapprochée du président à Nicolas Sarkozy.Ce ne sont pas les seuls. Selon le quotidien, l’entourage de François Hollande a demandé l’an dernier conseil à ses équipes  (sic) pour savoir s’il fallait se rendre au dîner du Crif (Conseil représentatif des institutions juives de France) en tant qu’ex-président.»

Une telle recension laisse pantois sur le niveau des adeptes du nouveau monde:   qui voudrait vraiment faire comme Sarkozy ? Faut-il rappeler, comme le fit alors Bruno Gollnisch  le bilan du  quinquennat Sarkozy ? Les Français ont beau avoir la mémoire courte, comment oublier que le sarkozysme à l’Elysée ce fut  la poursuite de la désindustrialisation, la paupérisation accélérée du monde rural,  de la France périurbaine,  la fuite de nos jeunes diplômés à l’étranger, l’incapacité à enrayer le  chômage de masse, la montée de la pauvreté,  une marginalisation accrue de la France sur la scène internationale, notre inféodation à l’entité bruxelloise,  à l’Otan, la catastrophe libyenne et l’arrivée d’un million d’immigrés supplémentaires?

Flux migratoires qui se poursuivent, quand bien même pour faire passer  la grosse pilule de l’immigration dite légale mais subie, ce gouvernement entend donner un message médiatique  de fermeté (en carton-pâte). Porte-parole du gouvernement , Benjamin Griveaux a rejeté la prétention de l’ONG SOS Méditerranée, spécialisée dans l’importation d’immigrés clandestins via son affrètement du  bateau  l’Aquarius,  de débarquer  58 migrants à Marseille. « Ne tombons pas dans le piège que certains nous tendent» a affirmé M. Griveaux. « Nous recherchons une solution européenne selon le principe du port sûr le plus proche. L’humanité, c’est de faire accoster le navire dans le port le plus proche et le plus sûr » a expliqué le cabinet du Premier ministre…

Le PS, les associations et officines  antiracistes habituelles, LFI ont joué la partition qui est la leur dans cette pièce de théâtre en hurlant au scandale. Jean-Luc Mélenchon est monté au créneau, drapé dans son costume de  prophète de la France plurielle« On ne peut plus continuer cette hypocrisie qui consiste pour monsieur Macron à prendre des grands airs face aux xénophobes et ensuite refuser l’accueil à des malheureux. Il est évident que l’Aquarius doit pouvoir revenir à Marseille, il y a un devoir inconditionnel d’accueil de la détresse » a-t-il déclaré.

Déjà le 7 septembre à Marseille, le lider maximo de LFI avait affirmé que M. Macron était « le plus grand xénophobe au monde»…avant de nier  piteusement avoir tenu ses propos, pourtant dûment enregistrés, lorsqu’il rencontra quelques heures plus tard le président de la république sur le Vieux- Port. Stéphane Ravier lui, assume. Le sénateur RN des Bouches-du-Rhône s’est dit formellement opposé au débarquement des migrants dans la capitale phocéenne, ne serait-ce que pour ne pas susciter des espoirs d’accueil qui contribueront à grossir le nombre déjà considérable de candidats au départ vers l’Europe. «Il faut que les clandestins soient  reconduits dans des conditions humaines  vers les rivages qu’ils ont quitté»,  a précisé Stéphane.  « Ce  trafic d’êtres humains doit cesser, nous ne pouvons ajouter de la pauvreté à la pauvreté dans une ville comme Marseille qui compte déjà  20% de pauvres »…ce que M. Mélenchon ne doit pas ignorer…

La solution à cette cette crise des migrants  consiste en effet à  refuser tout laxisme, toute fausse générosité dont les effets pervers et criminels  sont une évidence  pour les Européens comme pour les immigrés. En ce sens, le nouveau gouvernement italien  tient  ses promesses avec l’approbation en conseil des  ministres hier d‘un décret-loi visant à protéger plus efficacement les Italiens de la déferlante migratoire et par conséquent,  à entraver les activités illicites des passeurs.

Au nombre des mesures mesures avancées, a été édictée la remise à plat du système des  permis de séjour dit humanitaires, un biais par lequel  25% des immigrés clandestins arrivant en Italie obtenaient l’asile. Les permis en question seront désormais délivrés au compte-goutte et par exception. Autres exemple de ce tour de vis, les immigrés ayant un casier judiciaire  ou dont la dangerosité est établie ne pourront accéder au statut de demandeur d’asile;   ceux  ayant été condamnés pour des faits  de terrorisme seront déchus de leur nationalité italienne,  les  bâtiments squattés par les clandestins pourront désormais être évacués plus rapidement (sans obligation de relogement)…

Comme l’a résumé le ministre de l’Intérieur  Matteo Salvini, dont la popularité encore croissante  s’explique aussi par sa volonté  de tenir ses promesses,  « c’est un pas en avant pour rendre l’Italie plus sûre. » Et dans cette optique, ce décret-loi (qui doit être  signé par le président italien  Sergio Mattarella et validé par le Parlement  pour entrer en vigueur)  sera efficace a-t-il assuré   « pour combattre avec plus de force les mafieux et les passeurs, pour réduire les coûts d’une immigration exagérée, pour expulser plus rapidement les délinquants et les faux demandeurs d’asile, pour révoquer la citoyenneté aux terroristes, pour donner plus de pouvoirs aux forces de l’ordre. » Ne plus subir pourrait être la devise de ce nouveau gouvernement, autrement dit, où il y a une volonté, il y a un chemin !

https://gollnisch.com/2018/09/25/ne-plus-subir/

Théo mis en examen pour « escroquerie en bande organisée »

theo_capture_decran_2017-03-21_a_19.32.33-600x332.png

FRANCE (NOVOpress avec le bulletin de réinformation de Radio Courtoisie) : 
Théo Luhaka, celui-là même qui avait été érigé en victime innocente de violences policières par les médias et le président François Hollande, est au cœur d’une vaste affaire de détournements d’aides publiques.

Mis en examen le 31 juillet dernier la justice soupçonne plusieurs membres de la famille Luhaka d’avoir détourné des centaines de milliers d’euros octroyées dans le cadre du dispositif des « emplois avenir » par le biais d’associations ou de sociétés bidons. Au cœur de ce mécanisme bien huilé : Aulnay Events, présidée par le grand-frère Mickaël. Celle-ci a embauché 42 personnes et touché, entre janvier 2014 et juin 2016, 643.000 € de subventions d’Etat, dont 170.000 virés sur les comptes de huit membres de la famille.

Théo a perçu à lui seul 52 000 €. Réaction de son avocat : « Il ne faut pas perdre de vue pourquoi cette affaire est instruite et pourquoi mon client est mis en examen : cela correspond à une volonté de nuire à son image en le présentant comme un délinquant afin de le décrédibiliser. ».

La victimisation, encore et toujours. Pourquoi en effet changer une stratégie qui a si bien fait ses preuves lors la première affaire Théo ?!

Lire la suite

 

Il faudra que les journalistes comprennent que leur technique de censure est assez inefficace

Il faudra que les journalistes comprennent que leur technique de censure est assez inefficace

De Guillaume de Thieulloy dans Les 4 Vérités à propos du dernier livre d’Eric Zemmour :

[…] Je n’ai pas encore lu ce nouvel ouvrage, mais le moins que je puisse dire, c’est que les attaques médiatiques m’en donnent envie! Il faudra, d’ailleurs, un jour, que les journalistes comprennent que leur technique de censure est assez inefficace. J’ai peut-être un peu plus l’esprit de contradiction que la moyenne de nos compatriotes, mais je pense que, nous sommes à peu près tous convaincus que, si un auteur horrifie la presse bien-pensante, il y a de fortes chances qu’il soit intéressant! Mais, en attendant de lire et de parler du livre lui-même, disons tout de même un mot de la polémique et des techniques d’intimidation.

Comme souvent, cela part dans tous les sens. Éric Zemmour serait raciste, pour avoir dit à l’animatrice franco-sénégalaise Hapsatou Sy que ses parents auraient dû lui donner un prénom français. J’avoue ne pas comprendre ce qu’il pourrait y avoir de raciste là-dedans. Car, si je comprends bien, cela signifie qu’Éric Zemmour estime qu’une personne d’origine africaine peut fort bien devenir culturellement française. C’est donc rigoureusement l’antithèse du racisme. Que Zemmour soit l’un des derniers à croire à l’assimilation n’en fait tout de même pas un monstre !

Zemmour serait aussi pétainiste. Si j’ai bien compris, cette terrible accusation (je rappelle tout de même qu’au moins 95 % des Français étaient pétainistes en 1940, mais sans doute étaient-ils tous d’odieux fascistes pour nos donneurs de leçons !) signifie qu’ il reprend la thèse du partage des tâches entre De Gaulle et Pétain, glaive et bouclier. […]

Le vrai problème, c’est qu’Éric Zemmour est un triste révélateur de la réduction de notre liberté de parole. Il paraît que le « service public » va désormais refuser de l’inviter. Mais il reste, pour le moment, l’un des seuls à pouvoir dire dans les médias dominants ce que pensent tant de Français. Hélas, tout porte à craindre que les lois liberticides et la«bien-pensance» finissent par avoir raison de l’ intelligence.

Boulevard Voltaire a lancé une pétition pour défendre le droit d’Eric Zemmour à la liberté d’expression.

https://www.lesalonbeige.fr/il-faudra-que-les-journaliste...

Un nouveau livre de Jean-Claude Rolinat : La bombe africaine et ses fragmentations, aux éditions Dualpha

3766775025.jpgEn guise de présentation de ce nouveau livre de Jean-Claude Rolinat, nous vous proposons la belle préface de notre ami Alain Sanders :

La cause est entendue, l’homme blanc est coupable de tous les maux de la création, et en particulier en Afrique noire où la colonisation serait responsable de tous les malheurs qui frappent le continent. La vérité est bien plus complexe et moins simpliste qu’on veut bien le dire. Il est vrai que l’erreur principale du colonisateur aura été, lors de la conférence de Berlin en 1885, de ne pas tenir compte des réalités ethniques et d’avoir découpé, avec gourmandise, ce nouveau « fromage ». Mais l’homme blanc n’allait pas simplement en Afrique pour exploiter les natifs et les richesses continentales, il y allait pour évangéliser et apporter les bienfaits de la civilisation.

Toutes les entreprises coloniales ne furent pas glorieuses, mais celles expérimentées par notre pays furent sans aucun doute, comparées à d’autres colonisateurs, les plus humaines, empreintes d’empathie pour ce que l’on appelait péjorativement les « indigènes ». Des hommes comme Léopold Sédar Senghor ou Houphouët Boigny, ayant atteint les sommets de la hiérarchie politique française, en ont été les preuves vivantes et auraient pu en témoigner.Vaste continent de 30 30 415 873 km² que les soubresauts de la décolonisation (bien souvent bâclée), n’auront pas épargné, les « sept plaies d’Égypte » se sont abattues sur lui : guerres coloniales et postcoloniales ; conflits ethniques ; pénuries d’eau ; famines ; maladies (notamment sida et Ebola) ; corruption, etc.

Et, comme si tout cela ne suffisait pas, l’incapacité et la rapacité de nombre de dirigeants sanguinaires, corrompus, pratiquant souvent le népotisme, jettent une ombre sur la capacité d’une bonne gouvernance dans ces pays. Mais, le mal absolu, le danger suprême pour l’équilibre même de la planète, c’est la démographie explosive, non maîtrisée, de l’Afrique en général et de l’Afrique noire en particulier. De 100 millions d’habitants en 1900, la population du continent est passée à 640 millions dans les années 1990, pour atteindre et dépasser le milliard en 2015 (16 % de la planète, à comparer avec les 9 % de 1950 !). Selon les projections démographiques, sa population pourrait même atteindre plus de deux milliards en 2050 et, 4,4 milliards à la fin du XXIe siècle. Ce phénomène est une menace pour l’Europe, à la population vieillissante. Ce livre n’a pas d’autres prétentions que de rafraîchir les mémoires et d’être un lanceur d’alerte.

L’auteur, successivement cadre administratif, archiviste-documentaliste et journaliste, élu local depuis 1977, aime à parcourir le monde et découvrir ses curiosités naturelles, historiques et politiques. Il a publié chez divers éditeurs 17 ouvrages, biographies de célébrités ou livres de géopolitique.

Son dernier en date est La Hongrie, sentinelle de l'Europe aux Bouquins de Synthèse nationale cliquez làBulletin de commande

La bombe africaine et ses fragmentations, Jean-Claude Rolinat, Editions Dualpha, 570 pages, 37 € cliquez là

http://synthesenationale.hautetfort.com/

La petite histoire : La prise de Grenade et la fin de la Reconquista

Le 2 janvier 1492, la ville de Grenade, dernier bastion musulman en Espagne, est livrée au roi Ferdinand d’Aragon et à la reine Isabelle de Castille après des mois de siège. La prise de la ville met fin à plus de sept siècles de présence musulmane en péninsule ibérique ainsi qu’à la Reconquista, faisant de cette année 1492 une année glorieuse marquant le début du siècle d’or espagnol. Retour sur un épisode décisif de l’histoire européenne. 

https://www.tvlibertes.com/2018/09/25/25932/prise-de-gren...

09:12 Écrit par pat dans culture et histoire | Lien permanent | Commentaires (0) |  Imprimer |  Facebook | | | | |

Identité et immigration : que répondre aux catholiques pro-migrants ? (Julien Langella)

« Mohamed » en tête des 20 prénoms masculins les plus donnés en Seine-Saint-Denis

Lenquete-publiee-lInsee-indique-784-000-bebes-cours-cette-annee_0_729_486-1-600x400.jpg

Grâce aux chiffres de l’INSEE, il est possible de connaître les 20 prénoms masculins qui ont été le plus donnés l’an dernier dans le département et qui seront encore très répandus dans les maternités en 2019.

En haut du classement des prénoms masculins les plus populaires dans la Seine-Saint-Denis, les Mohamed seront donc de plus en nombreux sur les bancs de l’école “française”…

Voici le top 20 :

1 – MOHAMED
2 – ADAM
3 – IBRAHIM
4 – RAYAN
5 – ISMAËL
6 – NOAH
7 – AMIR
8 – IMRAN
9 – ALI
10 – LIAM
11 – GABRIEL
12 – ISSA
13 – YANIS
14 – AYOUB
15 – KAÏS
16 – ENZO
17 – LUCAS
18 – MOUSSA
19 – ISAAC
20 – HAMZA

https://fr.novopress.info/

Boulevard voltaire lance une pétition nationale pour soutenir Eric Zemmour

2018-02-08-PHOTO-00000113-768x475.jpg

« Je ne suis pas d’accord avec ce que vous dites, mais je me battrai pour que vous ayez le droit de le dire ! »

Cher lecteur, vous le savez sans doute, c’est pour cette phrase célèbre que notre Boulevard s’appelle Voltaire. Elle devrait être la devise, bien sûr, de toute presse libre et indépendante.

Aujourd’hui, sous prétexte de combattre une supposée « incitation à la haine », une pétition circule, initiée par Hapsatou Sy, exigeant qu’Éric Zemmour soit interdit de médias. Nous ne pouvons qu’être profondément indignés par cette initiative. C’est en argumentant et non en le bâillonnant que l’on s’oppose à son adversaire dans un débat d’idées.

Peu importe que vous soyez d’accord ou non avec Éric Zemmour. À travers lui, c’est toute la liberté d’expression dans notre pays qui est gravement menacée. Nous avons toutes les raisons d’être inquiets, et c’est maintenant qu’il faut réagir.

Oui, nous voulons qu’Éric Zemmour ait le droit de s’exprimer !

Signez et faites signer ! cliquez ici 

Aude Mirkovic : « Contrairement à ce qui est prétendu partout, l’extension de la PMA n’est pas une promesse de campagne d’Emmanuel Macron ! »

ddcd93cb949bffcf86da076379966dac.png

Mardi matin, le Comité consultatif national d’éthique (CCNE) a rendu public un avis favorable à l’extension de la légalisation de la PMA (procréation médicalement assistée) pour les femmes seules et en couples de femmes. Aude Mirkovic, porte-parole de l’association Juristes pour l’enfance, explique au micro de Boulevard Voltaire que cet avis est contraire à la conviction majoritaire des citoyens qui se sont massivement prononcés contre l’extension de la PMA lors des États généraux de la bioéthique.

Le CCNE a donné son feu vert concernant la PMA. Quelle est votre réaction, suite à cet avis rendu hier ?

Le Comité d’éthique n’a pas le pouvoir de donner un feu vert ou un feu rouge. Il rend des avis consultatifs. Il donne un avis, comme son nom l’indique, qui n’a rien d’obligatoire.
Le comité d’éthique a rendu, ce matin, sa contribution en vue des États généraux. Il aborde un certain nombre de points, qui sont au programme, de la révision de la loi bioéthique, et en particulier la question de la PMA.
À propos de l’extension de la PMA, c’est-à-dire de l’ouverture de la PMA aux femmes célibataires et aux couples de femmes, le Comité d’éthique reconduit l’avis favorable qu’il avait donné en juin 2017.
Quand bien même il s’agirait de donner un feu vert, ce feu vert est extrêmement réservé. Le Comité d’éthique rappelle ce qu’il avait déjà dit en juillet 2017, à savoir qu’il existe un nombre important de difficultés qui ne sont pas résolues, comme l’effacement du père pour l’enfant, la marchandisation des gamètes qui s’ensuivrait et la question de la prise en charge.
Ces points sont à nouveau nommés aujourd’hui par le Comité d’éthique comme des points de butée. Malgré cela, il persiste à donner un avis favorable. Cet avis met en lumière de nombreux inconvénients liés à l’extension de la PMA.

Pour rappel, le Comité d’éthique avait demandé aux citoyens de donner leur avis. Beaucoup étaient contre la PMA. Le CCNE a-t-il décidé de passer outre les avis qu’il avait lui-même demandés ?

Le Comité d’éthique n’est pas là pour donner l’avis des citoyens, mais celui de ses membres. Le Comité d’éthique a le culot de présenter la reconduction qu’il fait de son avis favorable comme s’inscrivant dans la lignée des États généraux. Comme si les États généraux avaient donné une impulsion supplémentaire à cet avis favorable, alors qu’au contraire, les citoyens se sont exprimés de façon massive contre l’extension de la PMA.
Je rappelle qu’il ressort du rapport du Comité d’éthique sur les États généraux que près de 80 % des participants des débats en région se sont montrés hostiles. 89,7 % des contributions écrites sur le site dédié aux États généraux étaient défavorables.
C’est quand même un peu gonflé de présenter cet avis favorable à la PMA comme s’inscrivant dans la lignée des États généraux. C’est un mensonge.

Cela veut-il dire que les mobilisations vont recommencer ? Repartons-nous pour des années de Manif pour tous ?

Ce n’est pas obligatoire. Contrairement à ce qui est prétendu partout, la PMA n’est pas une promesse de campagne d’Emmanuel Macron. Il s’est déclaré favorable à la PMA à titre personnel. Lors de la campagne électorale, dans une fameuse interview donnée au magazine Têtu, il avait dit qu’il attendrait l’avis du Comité d’éthique, et que si le débat avançait favorablement, il légaliserait la PMA.
Le débat a eu lieu puisque les États généraux ont eu lieu. Le moins qu’on puisse dire, c’est que le débat n’a pas abouti favorablement. Au contraire, les États généraux ont manifesté une forte opposition des Français à la PMA sans père.
Nous attendons qu’Emmanuel Macron respecte son engagement. Et s’il ne le fait pas, en effet, nous sommes prêts.
Il y a, d’ailleurs, beaucoup de gens qui ont voté pour Emmanuel Macron alors qu’ils étaient contre la PMA, alors même que certains avaient manifesté contre le mariage en 2013, en raison de son lien avec la PMA. Ils ont compté sur le fait que la PMA n’était pas une promesse de campagne et qu’elle était suspendue aux résultats des États généraux.
Si Macron ne respecte pas ses engagements, il n’y a donc aucun doute sur le fait que ces électeurs n’auront aucun problème à redescendre dans la rue également.
Si le projet de PMA n’est pas retiré, nous allons vers de fortes mobilisations. Et nous sommes ouverts à tous types de mobilisations, car nous n’allons pas laisser passer cela.

Aude Mirkovic

http://www.bvoltaire.fr/aude-mirkovic-contrairement-a-ce-...

Activités gratuites pour les voyous de banlieue

Activités gratuites pour les voyous de banlieue

Suite à l’affaire dite “Théo”, le maire LR d’Aulnay-sous-Bois, Bruno Beschizza, a organisé l’année dernière une journée « Jeunes / Policiers municipaux » en lien avec l’association Prox’Aventure composée de policiers bénévoles. 1551 jeunes avaient participé.

La 2ème édition de journée se déroulera ce mercredi 26 septembre de 9h à 17h au Stade du Moulin Neuf à Aulnay-sous-Bois. Activités gratuites :

https://www.lesalonbeige.fr/activites-gratuites-pour-les-...

La politique continue de faire fi de la volonté du peuple

4261980295.jpg

De la diplomatie secrète à la manipulation médiatique

par Karl Müller

Ex: http://www.zeit-fragen.ch/fr

«Les conséquences en sont grotesques et amères. Là, où les guerres économiques, et d’autres choses encore pires sont imminentes, l’existence de millions d’humains est mise en question. Les PR et les médias ne servent pas uniquement à cacher le machiavélisme en politique, la violation continue du droit, l’ignorance politique derrière la dignité humaine et les droits de l’homme. Il s’agit également d’y habituer les gens petit à petit. Et la stratégie implique encore autre chose: les représentants des relations publiques savent que cette ignorance est évidente pour chacun qui sait réfléchir un peu. Mais les gens réfléchissant et empathiques doivent se sentir impuissants. Voilà, homme qui pense, tes idées et sentiments ne nous intéressent pas, tu es insignifiant, nos moyens pour le maintien du pouvoir sont plus forts, nous te rions au nez, le mépris est notre boulot, nous sommes en position de force, les ‹masses› nous suivront! Combien de temps encore?»

Cinq mois après le crime présumé, le gouvernement des Etats-Unis a décidé d’introduire des sanctions économiques strictes contre la Russie dès le 22 août 2018. La justification de leurs nouvelles sanctions se fonde sur l’accusation d’une transgression de la «ligne rouge» du législateur américain en utilisant la neurotoxine («arme chimique») «novitchok» pour tenter d’assassiner l’ancien double agent Skripal (ayant également travaillé pour le service de renseignement militaire de l’armée soviétique GRU).
Les nouvelles décisions ont été prises au moment de la publication de deux soi-disant rapports d’investigation du Scotland Yard britannique. Selon ces documents, deux suspects auraient été identifiés, deux agents du service de renseignement militaire russe GRU séjournant en Russie. La Première ministre britannique Theresa May devrait décider, selon ces rapports, d’une demande d’extradition adressée à la Russie. Si la Russie refusait, ceci aggraverait encore davantage les relations britanniques et russes. 
Concernant les prétendus résultats d’investigation de Scotland Yard on lit: «Selon les rapports non confirmés, les auteurs présumés du crime ont été identifiés après plusieurs mois de recherches. Des centaines de détectives ont comparé le matériel d’innombrables caméras vidéo avec les données de voyageurs étant entrés ou ayant quitté la Grande Bretagne autour de la date de l’attentat du 4 mars.» («Neue Zürcher Zeitung» du 7/8/18).

Différentes conclusions

Quelles conclusions sont possibles? Certains diront: maintenant, il est évident que les Russes sont les auteurs de la tentative d’assassinat. Alors, il est juste que le gouvernement des Etats-Unis en tire les conséquences, et que Donald Trump, l’inepte sympathisant de Poutine, soit forcé à faire le nécessaire: introduire des sanctions encore plus strictes contre la Russie.
D’autres se demanderont de quel droit le gouvernement américain décide de nouvelles sanctions, alors que dans le cas Skripal rien du tout n’est prouvé jusqu’à ce jour et que toutes les anciennes assertions se sont avérées fausses» (p. ex. que le «novitchok» n’existerait qu’en Russie). Si même la «Neue Zürcher Zeitung» parle de «rapports non confirmés» et d’«auteurs du crime présumés», et utilise des termes extrêmement flous comme «le matériel d’innombrables caméras vidéo», «des centaines de détectives», «les données de passagers», on peut s’imaginer tout ce qu’on veut, mais il n’y a rien de concret qui soit convaincant ou qui vaille comme preuve. Les réactions russes officielles ne sont donc pas si déraisonnables, parlant d’une «guerre économique» de l’administration américaine contre la Russie et appelant le procédé du gouvernement contraire au droit international.

1918: Le président américain Wilson s’opposa à la diplomatie secrète

Au début novembre 1918, il y a bientôt 100 ans, c’était la fin de la Première Guerre mondiale. Les Etats de l’Europe étaient détruits, les gens étaient las des souffrances de la guerre… et se demandaient à juste titre: comment fut-il possible que l’on ait réussi à nous impliquer dans une telle tuerie de masse?
Le président américain Woodrow Wilson utilisa ces sentiments des peuples et formula ses 14 thèses, ayant trouvé leur entrée dans les manuels d’histoire. Déjà la première retient que «les accords de paix doivent être conclus de manière transparente et publiquement.» Puis, dans la deuxième phrase de ce premier point: «Des ententes internationales secrètes n’auront plus leur raison d’être, la diplomatie devra toujours se pratiquer honnêtement et aux yeux de tout le monde.» Ceci correspondait au désir et à la volonté de millions de personnes. Jusqu’à ce jour, on recherche les causes de la guerre mondiale, les controverses se maintiennent, les archives sont toujours fermées. Il y eut de nombreuses ententes secrètes entre les gouvernements et les discrets milieux influents impliqués.

Wilson n’agit pas comme il avait parlé

Malheureusement, Wilson n’agit pas comme il avait parlé. Au contraire: vu dans la rétrospective, il faut supposer que ses dires n’étaient que de la propagande de guerre, habilement appliquée pour tirer les habitants de l’Europe (et des Etats-Unis) de son côté. Wilson avait engagé un spécialiste de la propagande: Edward Bernays. «Edward Louis James Bernays, né à Vienne le 22 novembre 1891 et mort à Cambridge (Massachusetts) le 9 mars 1995 est un publicitaire austro-américain.» Selon Wikipédia «il est considéré comme le père de la propagande politique institutionnelle et de l’industrie des relations publiques, ainsi que du consumérisme américain.» Puis on lit: «En 1917, durant la Première Guerre mondiale, Bernays fait partie du ‹Committee on Public Information› crée par le président Wilson pour retourner l’opinion publique américaine et la préparer à l’entrée en guerre.» Sa campagne fut conduite sous le slogan «Make the world safe for democracy» – Amère dérision!

L’apparence doit être démocratique, mais tout doit être sous notre contrôle

Wilson et Bernays savaient que les méthodes du XIXe siècle étaient obsolètes. Il n’était plus possible de dire aux peuples que la politique n’était pas leur affaire et ne concernait que les gouvernements. La politique avait besoin de nouvelles formes de «légitimation». Depuis la fin de l’absolutisme, la référence au droit divin du souverain n’était plus opportune. L’argumentation de Hegel, selon laquelle l’Etat (prussien) ne devait être pas moins que l’apogée de l’«incarnation» de l’esprit du monde (Weltgeist hégélien) convainquait, elle aussi, de moins en moins les gens. «L’apparence doit être démocratique, mais tout doit être sous notre contrôle», devint le nouveau principe, attribué bien plus tard à Walter Ulbricht de la RDA. Les moyens appropriés pour le réaliser étaient les relations publiques (public relations, PR) et les médias qui reprirent les contenus des PR et les divulguèrent sans vergogne. Il en est ainsi jusqu’à l’heure actuelle.

En position de force, combien de temps encore?

Les conséquences en sont grotesques et amères. Là, où les guerres économiques, et d’autres choses encore pires sont imminentes, l’existence de millions d’humains est mise en question. Les PR et les médias ne servent pas uniquement à cacher le machiavélisme en politique, la violation continue du droit, l’ignorance politique derrière la dignité humaine et les droits de l’homme. Il s’agit également d’y habituer les gens petit à petit. Et la stratégie implique encore autre chose: les représentants des relations publiques savent que cette ignorance est évidente pour chacun qui sait réfléchir un peu. Mais les gens réfléchissant et empathiques doivent se sentir impuissants. Voilà, homme qui pense, tes idées et sentiments ne nous intéressent pas, tu es insignifiant, nos moyens pour le maintien du pouvoir sont plus forts, nous te rions au nez, le mépris est notre boulot, nous sommes en position de force, les «masses» nous suivront!
Combien de temps encore?  

http://euro-synergies.hautetfort.com/

COLLOQUE DU C.E.P. SUR L'OCCIDENT & MON INTERVENTION | VLOG

00:28 Écrit par pat dans actualité, divers, entretiens | Lien permanent | Commentaires (0) |  Imprimer |  Facebook | | | | |

Alain de Benoist : « Populisme de gauche, populisme de droite, les fronts bougent… »

En Allemagne, une femme politique d’extrême gauche, Sahra Wagenknecht, a récemment défrayé la chronique en annonçant la création d’un mouvement qui réclame un strict contrôle de l’immigration. Cette initiative a aussitôt déclenché des cris d’orfraie de ce côté-ci du Rhin. Cela vous paraît-il anecdotique ?

Pas du tout. Je pense même que c’est un événement très important. Non seulement parce que cela se déroule en Allemagne, qui ne nous a pas habitués à ce genre d’initiative, mais aussi compte tenu de la personnalité de Sahra Wagenkencht. Née à Iéna d’un père iranien et de formation marxiste (elle est l’auteur d’une thèse sur l’interprétation de Hegel par le jeune Karl Marx), épouse depuis quatre ans du célèbre politicien d’extrême gauche Oskar Lafontaine, membre du Parlement européen, elle est aussi vice-présidente du parti Die Linke, héritier de l’ancien SED d’Allemagne de l’Est. On comprend que le lancement, au début du mois dernier, de son nouveau mouvement, Ausftehen (« Debout »), ait fait du bruit. D’autant que 100.000 adhérents de Die Linke s’y seraient déjà inscrits.

Encore ne faut-il pas se méprendre sur ses intentions. Favorable au droit d’asile, sous réserve d’un contrôle très strict (les bénéficiaires devront revenir dans leur pays dès que les circonstances qui les ont amenés à le quitter auront disparu), elle condamne en revanche avec force toute politique laxiste en matière d’immigration, au motif notamment que les classes populaires y sont hostiles et que l’ouverture des frontières exerce sur les salaires une pression à la baisse : « Le problème de la pauvreté dans le monde ne peut être résolu par une immigration sans frontières, dont le seul effet est de fournir de la main-d’œuvre bon marché au patronat. »

N’est-ce pas une trahison des principes de gauche, à seule fin de récupérer les votes de l’Alternative für Deutschland (AfD), qui semble s’imposer comme une force montante dans le paysage politique allemand ?

C’est ce que tente de faire croire une analyse superficielle. Mais je pense que Sahra Wagenknecht a surtout compris que la cause première du succès de l’AfD, qui explique aussi que le Rassemblement national soit devenu le premier parti ouvrier de France, est que la gauche a trahi sa raison d’être : la défense des travailleurs et la lutte contre le capital. En se ralliant à la société de marché et à l’idéologie du « désir » individuel, la gauche s’est coupée du peuple, dont elle ne partage plus les aspirations. De ce point de vue, la naissance d’Aufstehen ne marque pas une trahison des principes de gauche, mais bien plutôt la réapparition d’un socialisme fidèle à ses origines.

On a un peu vite oublié que Karl Marx condamnait déjà la concurrence déloyale que représentaient les travailleurs immigrés pour le prolétariat autochtone : l’immigration était, selon lui, l’« armée de réserve du capital ». Dans les années 1950, le Parti communiste, en même temps qu’il dénonçait la contraception et l’avortement comme des « vices bourgeois », ne raisonnait pas autrement : internationalisme et cosmopolitisme n’étaient pas, à ses yeux, synonymes. Jean-Claude Michéa le répète aujourd’hui : la mondialisation n’est rien d’autre que l’extension planétaire d’un capitalisme spéculatif et déterritorialisé dont les peuples font les frais. N’oubliez pas, non plus, les prises de position d’André Gérin, ancien maire communiste de Vénissieux (« L’immigration n’est pas une chance pour la France ») ni celles du syndicaliste communiste Jacques Nikonoff, ancien président d’ATTAC (« Il faut stopper l’immigration et organiser le retour sur une base volontaire ») ni, bien sûr, la lettre adressée en 1981, à une époque où le FN n’était encore qu’un groupuscule, par Georges Marchais au recteur de la mosquée de Paris : « La cote d’alerte est atteinte. Je précise bien : il faut stopper l’immigration officielle et clandestine. »

Cela pose la question de savoir si un populisme de gauche est possible en France ?

Un chiffré-clé à cet égard : selon un sondage IFOP de janvier dernier, 51 % des électeurs de Mélenchon trouvent que l’immigration s’effectue en France à un rythme trop élevé, contre seulement 31 % chez ceux d’Emmanuel Macron. Un sur deux ! Ce n’est, en fait, un secret pour personne que La France insoumise a deux électorats tout à fait différents. C’est ce qui explique la guerre de moins en moins feutrée que se livrent dans ses rangs les progressistes libertaires du type Danièle Obono ou Clémentine Autain, et les tenants d’un véritable populisme de gauche. Djordje Kuzmanovic, porte-parole de FI pour les questions internationales et qui se range dans la seconde catégorie (il s’est présenté comme « candidat patriote » aux dernières législatives), a récemment donné à L’Obs un entretien, qui a lui aussi fait des vagues, dans lequel il déclarait ne pas trouver tout à fait normal que, sur l’immigration, la gauche tienne le même discours que le patronat. « La bonne conscience de gauche, ajoutait-il, empêche de réfléchir concrètement à la façon de ralentir, voire d’assécher les flux migratoires. » Jean-Luc Mélenchon, dont j’ai de bonnes raisons de croire qu’il n’en pense pas moins, a cru bon de le désavouer par crainte des conséquences électorales. C’est, à mon sens, une grosse bourde stratégique.

Il faut lire le dernier livre de Chantal Mouffe, Pour un populisme de gauche (Albin Michel), pour comprendre les enjeux de cette querelle. Chantal Mouffe était l’épouse d’Ernesto Laclau, philosophe politique argentin décédé voici quelques années, qui fut précisément le grand théoricien du populisme de gauche (ce qui lui a valu les attaques conjointes de la droite et de la gauche classique). Très marquée par la pensée de Carl Schmitt, elle a elle-même exercé une nette influence sur Mélenchon et sur certains dirigeants de Podemos en Espagne. L’initiative de Sahra Wagenkencht est à replacer dans ce cadre, tout comme le revirement des sociaux-démocrates danois, qui s’opposent désormais à l’immigration. C’est la confirmation que les fronts bougent.

Alain de Benoist

http://www.bvoltaire.fr/alain-de-benoist-populisme-de-gau...